Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris"

Transcription

1 FÉDÉRER Séminaire LA SHS RECHERCHE : Décisions, normes ET L INNOVATION et éthique dans MÉDICALE le cancer EN CANCÉROLOGIE Illustrations cliniques Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris 2 octobre 2015

2 Pour compléter les présentations de la matinée Évoquer par des situations cliniques du quotidien, la prise de décision, ses modalités, ses configurations parfois complexes : Ne répond pas uniquement à la dimension médicale objective ; nous oblige à prendre en compte la dimension subjective du patient, son contexte vital, son environnement Evoquer le rôle de chacun

3 Parfois le grand écart Entre l idéal théorique d une pratique de soins et La réalité de terrain

4 L idéal / le standard de soins (1) Du point de vue ONCOLOGIQUE : Une organisation structurée, censée répondre à «tous» les cas de figure - mise à disposition de référentiels ; des recommandations de bonnes pratiques cliniques - nos patients, leurs proches, le grand public, la société : savent que toutes les grandes étapes de leur traitement sont validées en Réunion de Concertation Pluriprofessionnelle

5 L idéal / le standard de soins (2) Du point de vue PSYCHO-ONCOLOGIQUE Une organisation structurée aussi répondre aux besoins psycho-oncologiques des patients et de leurs familles : ensemble des difficultés psychiques et des troubles psychopathologiques survenant en relation avec le cancer, à tous les temps du parcours de soins repérer les facteurs de vulnérabilité proposer des prises en charge sur mesure pour ces patients vulnérables travailler en lien avec tous les intervenants médecins et soignants du patient, hôpital et ville Une cible : diminuer les inégalités d accès aux soins et de prise en charge donner les mêmes chances aux personnes «vulnérables»

6 Des publications convergentes à l échelle internationale (1) Taux de prévalence de détresse / souffrance psychique Une expérience émotionnelle désagréable, de nature psychologique, sociale et/ou spirituelle, qui s étend sur un continuum allant des sentiments normaux de vulnérabilité, tristesse, peur jusqu à des problèmes invalidants tels que la dépression, l anxiété, l isolement social ou la crise spirituelle 30 à 40 % de patients concernés

7 Difficultés émotionnelles et cognitives peur, tristesse, préoccupations, désespoir, perte de contrôle et d autonomie, modification de l image de soi Symptômes physiques et séquelles douleur, fatigue, invalidité, manifestations psychosomatiques, handicaps Difficultés familiales Incertitude sur la place et le rôle social, la séparation d avec le conjoint et les enfants Patient Difficultés sociales, professionnelles et financières Responsabilités liées aux fonctions sociales et professionnelles, nouvelles dépendances Préoccupations existentielles et spirituelles confrontation avec sa propre finitude, quête de sens, de soutien, recherche d explication spirituelle, religieuse, philosophique Difficultés dans la prise en charge médicale anonymat, manque de temps, d intimité, jargon médical

8 Des publications convergentes à l échelle internationale (2) Facteurs de risque Facteurs de risques directement liés à la maladie ou aux traitements : stade avancé de la maladie, mauvais pronostic douleur répercussions physiques importantes Antécédents psychiatriques : Maladie psychiatrique pré-existante Facteurs individuels et sociaux : jeune âge au moment du diagnostic femmes importantes difficultés physiques ou de l image de soi difficultés de communication manque de ressources personnelles ou de soutien social

9 Impact des Facteurs de risque/vulnérabilité : diminuent les chances d accès aux soins, de prise en charge médicale optimale Augmentation de la morbidité somatique et la mortalité chronicisation qualité de vie compliance coût et durée des hospitalisations

10 Illustrations (1) Du plus classique Mme A, 67 ans, cancer du sein, tumorectomie radiothérapie présente des troubles du comportement : se plaint, agresse verbalement les soignants Diagnostic : dérange, perturbe l organisation du service de radiothérapie Décision : escalade du conflit dans les relations au quotidien, déclaration d événement indésirable, car peur du personnel médical et soignant d être agressé ou que Mme A porte plainte parcours de soins débuté depuis 4 mois, aucun élément de recueil des données du patient en dehors des caractéristiques tumorales; aucune perturbation notée dans son dossier jusqu aux derniers jours on ne sait rien d elle Reprise : appel du psychiatre, refus de la patiente de voir l UPO prise de Solian au long cours appel du médecin généraliste et rencontre de la fille de Mme A pathologie psychotique chronique en rupture de suivi Un problème de détection

11 Illustrations (2) Mme B, 40 ans, séparée, 3 enfants, post-traitement d un cancer du sein; mutation BRCA2, parcours femmes à risque. Recommandation d annexectomie prophylactique sans plus attendre Diagnostic : «refus d obtempérer» Décision : consultation de psycho-oncologie Comment avancer dans la compréhension Mais aussi Comment aider l équipe médicale? comment accepter pour cette femme la perspective d une PEC «sous-optimale», d une prise de risque, d une perte de chance potentielle? Comment éviter la mise en tension des relations de soins Reprise : une histoire clinique particulière Une question de temporalité

12 Illustrations (3) Mme M, 57 ans, Diagnostic tumeur négligée du sein; bilan d extension métastases osseuses, pleuropulmonaires et hépatiques Décision : chimiothérapie en urgence. Mme M ne se rend pas aux RV programmés Accède aux soins locaux par l équipe plaies et cicatrisation Ce qui permet secondairement la rencontre avec les oncologues Reprise découverte de facteurs de vulnérabilité psychosociaux : Isolement social majeur Précarité professionnelle et matérielle Facteurs de personnalité; mais pas de troubles psychopathologique majeur Prestance et dignité; refus de trop d intrusion dans son intimité Evolution : Apprivoisement, chimiothérapie pendant 5 mois Puis Mme M disparaît à nouveau. Réévaluation soins de support 4 mois plus tard : Mme M a décidé.

13 Illustration clinique 3 (2) Quel équilibre trouver? Entre le désir de soigner Mme M le plus «efficacement» possible et le désir de respecter son autonomie décisionnelle et ses priorités vitales, sans jugement Evaluation : Tenter de comprendre son monde intérieur et son mode de relation aux autres; sans faire de diagnostic psychpathologique à l emporte pièce S assurer de la qualité de l information reçue et du consentement éclairé et informé (difficile) Prendre conscience du processus relationnel dynamique entre Mme M et ses soignants, compter sur ce levier tout en acceptant la perte de chance objective

14 Comment améliorer nos pratiques quelles conditions requises? (1) Du côté du patient : Partir sans modèle théorique Explorer, tenter de comprendre «Apprivoiser» Empathie

15 Comment améliorer nos pratiques quelles conditions requises? (2) Du côté de l institution: Organiser un modèle de repérage des patients à risque Mise en place d un accompagnement précoce et personnalisé pour les patients vulnérables Communiquer avec toutes les personnes concernées

16 Comment améliorer nos pratiques quelles conditions requises? (3) Du côté des professionnels : Du temps Être à plusieurs : accepter de se réunir et de considérer que ce n est pas un luxe Ouvrir les RCP à différents professionnels Faire une place aux soins de support : modèle de concertation pluriprofessionnelle Renoncer à l idéal d un traitement optimal pour tous les patients, ou plutôt redéfinir cette notion de ce qu est le traitement optimal pour chacun / Aider les professionnels à «supporter»

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE :

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : 1 Quitter la vie sans déchoir 2 Médecine générale et personnes âgées 3 Particularités sémiologiques du sujet âgé 4 Le traitement des douleurs chez les vieillards

Plus en détail

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON TOULOUSE Mme Isabelle BORDAT Dr Emmanuel GRANIER Quelle expérience? 2 Depuis 2012, Un projet d établissement

Plus en détail

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Critères d inclusion des patients Inclusion Patient âgé d au moins 18 ans Patient atteint d un nouveau cancer découvert

Plus en détail

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Réunion des infirmiers(e) hygiéniste CCLIN Paris Nord 1 Certification V 2014 : Procédure d évaluation externe

Plus en détail

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»?

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? D. GEDOUIN Rennes, le 12 juin2015 CAS CLINIQUE Madame L Paulette, née le 23/04/1929 (86 ans), ancienne

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires Apprendre au collège Quelles souffrances? Quelles solutions? TROUBLES PSYCHOAFFECTIFS DANS LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES. Le point de vue du pédopsychiatre. Dr S. SERRET Pédopsychiatre Service de Psychiatrie

Plus en détail

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique L AP3 Présente En collaboration avec LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl L enquête Grundtvig Belgique Association de Parents et de Professionnels autour de la Personne Polyhandicapée

Plus en détail

Maison de Retraite Saint-Martin 48500 La Canourgue. Charte des Droits et Libertés Des Résidents

Maison de Retraite Saint-Martin 48500 La Canourgue. Charte des Droits et Libertés Des Résidents Maison de Retraite Saint-Martin 48500 La Canourgue Charte des Droits et Libertés Des Résidents Arrêté du 08 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL SUR LE STRESS AU TRAVAIL 1. Introduction Le stress au travail est considéré sur le plan international, européen et national comme une préoccupation à la fois, des employeurs

Plus en détail

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique ACTIVITES Référentiel métier SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences CONNAISSANCES Référentiel de connaissances et formations de base à acquérir I- Conduite d un entretien psychiatrique à visée diagnostique

Plus en détail

Programme - Formation postgraduée au cabinet du praticien de premier recours (Assistanat au cabinet médical)

Programme - Formation postgraduée au cabinet du praticien de premier recours (Assistanat au cabinet médical) Programme - Formation postgraduée au cabinet du praticien de premier recours (Assistanat au cabinet médical) Cahier des charges du maître de stage Par la signature du contrat de travail, le maître de stage

Plus en détail

C h a r t e E t h i q u e

C h a r t e E t h i q u e Charte Ethique 2 1. Principes généraux Notre charte constitue la fondation des rapports de confiance entre les différents membres partenaires du groupe : les résidents ou les clients, leurs familles, les

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Formation-Coaching-Consulting. JE Formation. 1685 chemin du Tucaut. 31600 Eaunes. Tél 06 99 46 07 74. Mail :laurent.espinosa@jeformation.

Formation-Coaching-Consulting. JE Formation. 1685 chemin du Tucaut. 31600 Eaunes. Tél 06 99 46 07 74. Mail :laurent.espinosa@jeformation. JE FORMATION Formation-Coaching-Consulting JE Formation 1685 chemin du Tucaut 31600 Eaunes Tél 06 99 46 07 74 Mail :laurent.espinosa@jeformation.com EURL au capital de 500 - N Siret : 482 033 172 00040-

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB

Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB actualités Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly LA PRÉVENTION DU STRESS DANS

Plus en détail

Quelques programmes modèles à Genève Professeur François Ferrero

Quelques programmes modèles à Genève Professeur François Ferrero Quelques programmes modèles à Genève Professeur François Ferrero Equipe mobile en psychiatrie adulte Programme pour les troubles psychiques débutants (JADE) Formation des médecins de premier recours Equipe

Plus en détail

SMPR mai 2014. Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts. En Suisse : 4 milliards / an

SMPR mai 2014. Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts. En Suisse : 4 milliards / an Dr Stéphane Genevay Consultation multidisciplinaire du dos Service de Rhumatologie La lombalgie c est Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts.

Plus en détail

Le schéma décisionnel de prise en compte d un candidat au titre de psychothérapeute

Le schéma décisionnel de prise en compte d un candidat au titre de psychothérapeute Le schéma décionnel de prise en compte d un candidat au titre de psychothérapeute 1 Psychiatre? Oui Non sans formation complémentaire Expérience de + de 5 ans? (avec ou sans formation) Oui Non soumise

Plus en détail

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013 Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital Point d avancement décembre 2013. Ambition et Enjeux Ambition : Elever l expérience du patient à l hôpital au même niveau

Plus en détail

Le présent document doit être remis aux personnes accueillies et aux familles conjointement avec le livret d accueil de l établissement ou service.

Le présent document doit être remis aux personnes accueillies et aux familles conjointement avec le livret d accueil de l établissement ou service. Ce document présente le texte de l arrêté interministériel du 8 septembre 2003 (texte publié au Journal Officiel), qui constitue la Charte des droits et libertés de la personne accueillie dans les établissements

Plus en détail

Hypnose et thérapie brève réaliste

Hypnose et thérapie brève réaliste Hypnose et thérapie brève réaliste CALENDRIER DES FORMATIONS 2010-2012 pour professionnels de la santé Dr Dominique Megglé (Ollioules) L'Equipe des Formateurs Président de l Institut Milton H. Erickson

Plus en détail

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8 1 Sommaire 1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour réduire les inégalités d accès aux soins... 3 2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc...

Plus en détail

Le travail, entre prescription et réalisation

Le travail, entre prescription et réalisation Journées professionnelles de formation de l Association Nationale des Directeurs de Mission Locale «Direction des Missions Locales : Nouveaux enjeux, nouveaux métiers» 25 et 26 Juin 2015, Rennes Le travail,

Plus en détail

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Lyon, le 25 mars 2015 Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Présentation des conclusions de l observatoire Blue@picil, créé par Bluelinea et le Groupe APICIL Une étude née de la

Plus en détail

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV»

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» «LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» Textes élaborés par la Commission Formation en coordination avec la Commission Bénévolat Mars 1999 à 2002 LA FORMATION : principes généraux - Septembre 2000 Présentation

Plus en détail

Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles

Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles Les Rencontres Inter-Régionales de l'asip Santé Jeudi 10 février 2011 Introduction L existence du SI

Plus en détail

AECG 18 septembre 2013

AECG 18 septembre 2013 G.THIOLLIER, B.BARTHIER, A. FAUCONNIER. AECG 18 septembre 2013 Centre hospitalier Intercommunal Poissy St Germain en Laye Mme R, 57 ans Prolapsus extériorisé Gène fonctionnelle sévère Pas de symptôme urinaire,

Plus en détail

«Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION

«Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION «Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION «Comment intégrer une démarche d' Education Thérapeutique du Patient dans notre Unité

Plus en détail

URGENCES PSYCHIATRIQUES. Chevalier Sébastien, Bouchonnet David, IFSI de LENS, le 10/02/09

URGENCES PSYCHIATRIQUES. Chevalier Sébastien, Bouchonnet David, IFSI de LENS, le 10/02/09 URGENCES PSYCHIATRIQUES PLAN Définition Urgences psychiatriques pures Urgences psychiatriques (crise) Les facteurs favorisants l émergence de ces urgences Rôle infirmier L entretien infirmier L urgence

Plus en détail

Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles. PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt

Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles. PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt Diavasis, du grec ancien, désigne «le passeur» celui qui ouvre un nouveau chemin et élargit

Plus en détail

Master 2 Domaine : Sciences Humaines et Sociales Mention : Psychologie. Situation 30 mois après l'obtention du diplôme - 1 er décembre 2012

Master 2 Domaine : Sciences Humaines et Sociales Mention : Psychologie. Situation 30 mois après l'obtention du diplôme - 1 er décembre 2012 Taux de réussite * / taux de réponse : Situation des diplômés Satisfaction dans l'emploi Taux d'insertion * : 92,9% Missions à accomplir * diplômés occupant un emploi / diplômés présents sur le marché

Plus en détail

Docteur Sylvie PERON C.H. LABORIT (Poitiers 86) Juin 2013

Docteur Sylvie PERON C.H. LABORIT (Poitiers 86) Juin 2013 Docteur Sylvie PERON C.H. LABORIT (Poitiers 86) Juin 2013 1 Principes du secteur de psychiatrie Les textes du secteur depuis la circulaire du 15 mars 1960 insistent : - Continuité, complémentarité et coordination

Plus en détail

SAVOIR-ETRE DANS LA PRATIQUE MEDICALE

SAVOIR-ETRE DANS LA PRATIQUE MEDICALE Québec, mai 2010 20 e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec La personne au cœur de notre accompagnement L humanité de la profession SAVOIR-ETRE DANS LA PRATIQUE MEDICALE 1 SCUOLA MARA SELVINI

Plus en détail

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B Le patient traceur Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé Août 2014 ACC01_F205_B 1 La méthode du patient traceur Définition Méthode d évaluation et d amélioration

Plus en détail

Résidence Maucoudinat

Résidence Maucoudinat Résidence Maucoudinat Plaquette de présentation. Modalités d accueil Décembre 2009 Association Asais 6 rue ausone 33000 Bordeaux www.asais-icare.org / asais.icare@free.fr Tél. 09 54 22 26 68 Fax 05.24.84.32.83

Plus en détail

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures)

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Reconnaissance OPQ : # RA00612-13 SOFÉDUC : 2 unités d éducation continue Intervenir auprès de la personne suicidaire à l aide de bonnes pratiques

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ÉTAPE SUR L EVALUATION AU 31 DÉCEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

Le deuil des soignants : une souffrance à penser

Le deuil des soignants : une souffrance à penser Le deuil des soignants : une souffrance à penser Journée des référents - EMSP St Nazaire 2014 Dr Coraline Vignéras Deuil du Soignant? «Être endeuillé c est continuer à vivre après la perte d un être cher

Plus en détail

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT TRACEUR Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie Pauline Bailleul, Responsable Département Management de la Qualité et de la Gestion des Risques 12 juin

Plus en détail

LA CASE. L'Unité Sortant de Prison. Vers une continuité des soins dedans-dehors ATHS 12. Veronique LATOUR. Mercredi 30 septembre 2015

LA CASE. L'Unité Sortant de Prison. Vers une continuité des soins dedans-dehors ATHS 12. Veronique LATOUR. Mercredi 30 septembre 2015 LA CASE Association fondée et soutenue par Médecins du Monde L'Unité Sortant de Prison Vers une continuité des soins dedans-dehors Veronique LATOUR ATHS 12 Mercredi 30 septembre 2015 3 La CASE 36-38 rue

Plus en détail

L intégration de la psychiatrie à un hôpital de spécialités médico-chirurgicales L exemple des hôpitaux universitaires de Paris (AP-HP)

L intégration de la psychiatrie à un hôpital de spécialités médico-chirurgicales L exemple des hôpitaux universitaires de Paris (AP-HP) L intégration de la psychiatrie à un hôpital de spécialités médico-chirurgicales L exemple des hôpitaux universitaires de Paris (AP-HP) Emmanuel GODDAT directeur d hôpital, directeur adjoint aux relations

Plus en détail

Christian Bergeron, Université Laval, Québec, Canada

Christian Bergeron, Université Laval, Québec, Canada Christian Bergeron, Université Laval, Québec, Canada PLAN DE PRÉSENTATION Introduction Qu est-ce qu un individu individualisé? Qu est-ce qu une épreuve de la vie? Cadre de réflexion Objectif Questions

Plus en détail

Perfectionnement au coaching Gestalt- coaching

Perfectionnement au coaching Gestalt- coaching VoieX (prononcer «voi- yé») : Perfectionnement au coaching Gestalt- coaching Jean- Paul Sauzède, Anne Sauzède- Lagarde et Catherine Deshays 10 jours en 2013-2014, à Lyon et en Ardèche. Objectif Offrir

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64.

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64. LIVRET D ACCUEIL Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie C.S.A.P.A L ASTROLABE 74, rue de Brest B.P. 97237 29 672 MORLAIX CEDEX Tel : 02.98.62.64.02 Fax : 02.98.62.64.77 Mail

Plus en détail

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Equipe Ressource Régionale de Soins Palliatifs Pédiatriques Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Dr Cyril LERVAT ERRSPP EIRENE Unité d oncologie pédiatrique COL Symptômes en soins palliatifs

Plus en détail

Annonce du diagnostic. Daphnée SCHOTT psychologue Dr Dominique RIEMENS, MG libéral et coordonateur REUCARE

Annonce du diagnostic. Daphnée SCHOTT psychologue Dr Dominique RIEMENS, MG libéral et coordonateur REUCARE Annonce du diagnostic Daphnée SCHOTT psychologue Dr Dominique RIEMENS, MG libéral et coordonateur REUCARE Annonce de diagnostic : le cadre légal Article 35 du code de déontologie médicale (article R.4127-35

Plus en détail

Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité

Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité 1 Contexte : Certification V2014 Objectifs de la 4 ème itération de la certification V2014

Plus en détail

Handicap : pourquoi le dire? RECONNAISSANCE DE LA QUALITÉ DE TRAVAILLEUR HANDICAPÉ (RQTH)

Handicap : pourquoi le dire? RECONNAISSANCE DE LA QUALITÉ DE TRAVAILLEUR HANDICAPÉ (RQTH) Handicap : pourquoi le dire? RECONNAISSANCE DE LA QUALITÉ DE TRAVAILLEUR HANDICAPÉ (RQTH) L engagement du Groupe BPCE La politique handicap du Groupe BPCE représente l une des dimensions d une démarche

Plus en détail

DR = données ré actualisables. Surligné en jaune les modifications des révisions DONNEES DU PATIENT. NOM d usage: NOM de naissance:

DR = données ré actualisables. Surligné en jaune les modifications des révisions DONNEES DU PATIENT. NOM d usage: NOM de naissance: 1 = données fixes = données ré actualisables. Surligné en jaune les modifications des révisions Corpus d Information Maladie d Alzheimer CIMA DONNEES DU PATIENT NOM d usage: NOM de naissance: Pour les

Plus en détail

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT L Ecole belge de Bujumbura (EBB) est une école (Asbl) privée située au centre de Bujumbura. Elle dispense un enseignement

Plus en détail

Il y avait du soleil dans les chambres

Il y avait du soleil dans les chambres Il y avait du soleil dans les chambres Présenté par le Dr. Anne DAMAIS-CEPITELLI V ème journée de transfusion pratique - Institut Montsouris - 06 octobre 2011 1 Deux patientes à transfuser dans un service

Plus en détail

THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves. 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles

THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves. 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles Références : - Référentiel des compétences professionnelles des métiers du

Plus en détail

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Consultant expert en viabilité hivernale 1 La communication, paramètre de réussite ou d échec de la VH Les principes de la

Plus en détail

Diagnostic organisationnel Rapport sommaire. Société de transport de l Outaouais

Diagnostic organisationnel Rapport sommaire. Société de transport de l Outaouais Diagnostic organisationnel Rapport sommaire Société de transport de l Outaouais 28 mai 2015 Sujets traités Éléments contextuels Objectifs Activités réalisées Diagnostic Priorités Plan d action 1 Contexte

Plus en détail

Le cancer du sein. Page 1/4 - Le cancer du sein. 08/10/2015 - Par INCA. Page 1 / 10

Le cancer du sein. Page 1/4 - Le cancer du sein. 08/10/2015 - Par INCA. Page 1 / 10 08/10/2015 - Par INCA Le cancer du sein En France, le cancer du sein est la première cause de mortalité chez les femmes de 35 à 55 ans. Du diagnostic aux traitements, ce dossier vous permet de tout savoir

Plus en détail

Services du CSSS de Jonquière - CLSC

Services du CSSS de Jonquière - CLSC Services du CSSS de Jonquière - CLSC PROGRAMMES Enfance Familles Jeunes 0-5 ans (incluant les services de santé mentale pour les jeunes) Futurs parents en attente d une naissance. - Grossesse dans un contexte

Plus en détail

Politique sur la santé et la sécurité au travail

Politique sur la santé et la sécurité au travail Politique sur la santé et la sécurité au travail Politique adoptée au conseil administration le 6 avril 2016 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 1 2. SIGLES ET DÉFINITIONS... 1 3. OBJECTIFS... 2 4. CHAMP

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 Favoriser la professionnalisation des intervenants à domicile auprès de personnes en HANDEO 38 EN QUELQUES MOTS Les missions principales du Pôle Ressources Local : o Centre

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

Vous êtes surendetté. Procédures. Avril 2005

Vous êtes surendetté. Procédures. Avril 2005 Vous êtes surendetté Procédures Quelles sont les conditions pour bénéficier de la procédure de traitement des situations de surendettement? Que devez-vous faire? Avril 2005 Conception : SCICOM - Visuel

Plus en détail

vous accompagner MSA Gironde La Prévention Edition 2016 Quelles actions? Pour qui? www.msa33.fr

vous accompagner MSA Gironde La Prévention Edition 2016 Quelles actions? Pour qui? www.msa33.fr vous accompagner MSA Gironde La Prévention Edition 2016 Quelles actions? Pour qui? www.msa33.fr La PRÉVENTION Un enjeu majeur pour la Santé des assurés agricoles et leur famille Le programme de prévention

Plus en détail

Rapport de la Médiatrice 2006. Bureau international du Travail Genève

Rapport de la Médiatrice 2006. Bureau international du Travail Genève Rapport de la Médiatrice 2006 Bureau international du Travail Genève Rapport de la médiatrice (1 er janvier 31 décembre 2006) L actuelle médiatrice a d abord été nommée à titre intérimaire (pour la période

Plus en détail

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Les missions de la CAPEB (régionale et départementale) Le positionnement de la fonction emploi-rh Le référentiel

Plus en détail

Intégration. Débriefer la session, lui donner du sens et traduire ce qui doit l'être. Solution

Intégration. Débriefer la session, lui donner du sens et traduire ce qui doit l'être. Solution COACHING INDIVIDUEL Coaching Systémique Chaque «problématique» est constituée d un système d éléments reliés entre eux. C est pourquoi, il est indispensable de l appréhender avec une vue large en intégrant

Plus en détail

À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE

À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE RÉFÉRENTIEL EN SANTÉ MENTALE À L INTENTION DES COMMISSIONS SCOLAIRES DE LA MONTÉRÉGIE Présentation faite au Congrès du CQJDC Québec 24 avril 2014 Anne-Marie

Plus en détail

ORIENTATIONS RÉGIONALES POUR LA SUPERVISION CLINIQUE

ORIENTATIONS RÉGIONALES POUR LA SUPERVISION CLINIQUE ORIENTATIONS RÉGIONALES POUR LA SUPERVISION CLINIQUE SERVICES INTÉGRÉS EN PÉRINATALITÉ ET POUR LA PETITE ENFANCE À L INTENTION DES FAMILLES VIVANT EN CONTEXTE DE VULNÉRABILITÉ (SIPPE) par Luce Bordeleau

Plus en détail

Expérimenter des outils simples d évaluation

Expérimenter des outils simples d évaluation Expérimenter des outils simples d évaluation Radix 26 septembre 2007 Eric Zellweger et Yann Boggio 1 Plan de la présentation L évaluation c est Dessiner une évaluation Quelques outils 5 min 10 min 15 min

Plus en détail

L ACCUEIL DES NOUVEAUX MEMBRES DU PERSONNEL

L ACCUEIL DES NOUVEAUX MEMBRES DU PERSONNEL BIENVENUE AU CHU DE CHARLEROI L ACCUEIL DES NOUVEAUX MEMBRES DU PERSONNEL 16mars 2016 L ACCUEIL L accueil c est «l action et la manière d accueillir, de recevoir quelqu un» Dictionnaire Larousse C est

Plus en détail

Projet de recherche-action «Risques psychosociaux» du Département de la Seine-Saint-Denis

Projet de recherche-action «Risques psychosociaux» du Département de la Seine-Saint-Denis Projet de recherche-action «Risques psychosociaux» du Département de la Seine-Saint-Denis Partenariat avec le FNP de la CNRACL: bilan intermédiaire auprès du Comité Scientifique et Technique Service Santé

Plus en détail

Burn out: Prévenir l effondrement ou accompagner la métamorphose

Burn out: Prévenir l effondrement ou accompagner la métamorphose Burn out: Prévenir l effondrement ou accompagner la métamorphose Conférence du 24 juin 2015 Pascale Vénara Coach, psychologue, superviseur Présidente de l Ins:tut de Préven:on du Burn out Symptômes Stades

Plus en détail

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010 2009 2013 Mesure 19 SOINS ET vie des malades Le traitement du cancer mars 2010 dans les établissements de santé en France en 2010 868 établissements de santé sont désormais autorisés à traiter les malades

Plus en détail

> DOSSIER DE PRESSE. Le serious game au service de l éducation thérapeutique de demain. Entrez dans l univers du serious game avec CCCP.

> DOSSIER DE PRESSE. Le serious game au service de l éducation thérapeutique de demain. Entrez dans l univers du serious game avec CCCP. > DOSSIER DE PRESSE Le serious game au service de l éducation thérapeutique de demain. Entrez dans l univers du serious game avec CCCP. CCCP sera présent sur le Salon HIT Paris 2011 STAND H11 Les 17, 18

Plus en détail

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP Perspectives et protocole d accueil des enfants en situation de handicap dans les établissements de la petite enfance Document à enrichir par vos observations et

Plus en détail

Illustration de compétences transversales

Illustration de compétences transversales Illustration de compétences transversales 1/ Prendre en charge un bilan de la 6 ème année Recueillir et analyser les données de l élève, de ses parents, de la PMI et des enseignants. Synthétiser les données

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 Appel à projet 2016. 2. Rappel du cadre des priorités du contrat de ville de Saumur

Contrat de ville 2015-2020 Appel à projet 2016. 2. Rappel du cadre des priorités du contrat de ville de Saumur Appel à projet 2016 1. Un contrat de ville nouvelle génération La loi de programmation pour la ville et la cohésion sociale du 21 février 2014 a fixé les principes suivants pour le nouveau contrat de ville

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer Anne Ghisolfi-Marque Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Première rencontre Mme A. 75 ans bénéficie b pour la

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement Procédure Page 1 de 7 x Politique Directive x C.A. C.E. C.G. Direction générale Résolution 06-318-5.05 Direction x Nouveau document Amende

Plus en détail

SERVICE DE MEDIATION HOSPITALIERE. Réglement d ordre intérieur

SERVICE DE MEDIATION HOSPITALIERE. Réglement d ordre intérieur SERVICE DE MEDIATION HOSPITALIERE Réglement d ordre intérieur Coordonnées Médiatrice Laetitia Salembier Tel : 065 41 30 40 Fax : 065 41 30 19 Mail : mediation@hap.be Boulevard Kennedy 2 7000 MONS Edité

Plus en détail

Catalogue des formations 2015-2016

Catalogue des formations 2015-2016 Catalogue des formations 2015-2016 valable jusque décembre 2016 Institut de Formation Aides-Soignants (IFAS) et Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) du Centre Hospitalier Compiègne-Noyon Organisme

Plus en détail

Feuille1. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle.

Feuille1. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle. BASE PNL 3 jours, soit 21 heures, en salle. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle. "C est dans la qualité de nos échanges que

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-BRIEUC ---------- CENTRE GERIATRIQUE DES CAPUCINS 17 Rue des Capucins 22027 SAINT-BRIEUC cedex1 Tel : 02 96 01 77 69_02 96 01 71 23 FAX :02 96 01 73 14 accueil-jour-geriatrique@ch-stbrieuc.fr

Plus en détail

Risques et EIG. Une approche systémique de l information. Marie-Laure Pibarot AP-HP Sophie Garcelon - SHAM

Risques et EIG. Une approche systémique de l information. Marie-Laure Pibarot AP-HP Sophie Garcelon - SHAM Risques et EIG Une approche systémique de l information Marie-Laure Pibarot AP-HP Sophie Garcelon - SHAM Information préalable aux soins Information consécutive à un incident / dommage Information = Communication

Plus en détail

Catalogue de formation

Catalogue de formation Catalogue de formation Déclaration d activité enregistrée sous le N 93.13.14086.13 auprès du Préfet de la Région Provence Alpes Côte d Azur A ce titre, les interventions peuvent faire l objet d un financement.

Plus en détail

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie.

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie. Mme Nathalie GROUAS, IDE service de Diabétologie Dr SANGUIN, Médecin Diabétologue Dr Anne-Marie CAMINONDO, Pharmacien Dr Annie ATHOUEL, Pharmacien Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient

Plus en détail

Plan d action pour l école publique genevoise

Plan d action pour l école publique genevoise Plan d action pour l école publique genevoise Présentation de Charles Beer, Conseiller d Etat en charge du DIP Conférence de presse - jeudi 12 mai 2005 Pourquoi un plan d action? Depuis plusieurs années,

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante

La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante Édition 2015 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE EXONÉRANTE Votre médecin traitant a établi pour vous une demande de prise

Plus en détail

Comment détecter. les risques psychosociaux. en entreprise? Pourquoi identifier les risques psychosociaux en entreprise?

Comment détecter. les risques psychosociaux. en entreprise? Pourquoi identifier les risques psychosociaux en entreprise? Pourquoi identifier les risques psychosociaux en entreprise? Pour respecter l obligation de préserver la santé des salariés. Pour diminuer les accidents du travail, les maladies professionnelles, l absentéisme

Plus en détail

BILAN D ACTIVITÉ UNITÉ D HÉBERGEMENT RENFORCÉ LURE, CHI 70. «il était une fois un projet innovant» Besançon, IRTS, le 04 Février 2013

BILAN D ACTIVITÉ UNITÉ D HÉBERGEMENT RENFORCÉ LURE, CHI 70. «il était une fois un projet innovant» Besançon, IRTS, le 04 Février 2013 + BILAN D ACTIVITÉ UNITÉ D HÉBERGEMENT RENFORCÉ LURE, CHI 70. «il était une fois un projet innovant» Besançon, IRTS, le 04 Février 2013 - DR Christophe CANO médecin responsable, chef du Pole EHPAD - Christiane

Plus en détail

ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT ET DEVELOPPER LES COMPETENCES DES COLLABORATEURS 14 H A-6A CONTEXTUALISATION

ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT ET DEVELOPPER LES COMPETENCES DES COLLABORATEURS 14 H A-6A CONTEXTUALISATION PUBLIC Responsable(s) d agence(s) / secteur ou unité technique ACCOMPAGNER LE CONTEXTUALISATION OBJECTIFS GENERAUX Identifier les évolutions du secteur des voyages et de son entreprise et leurs impacts

Plus en détail

VASCULAIRES et ce, au moins aux périodes clés de la vie de la femme : - Première contraception - Grossesse - Ménopause

VASCULAIRES et ce, au moins aux périodes clés de la vie de la femme : - Première contraception - Grossesse - Ménopause Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de mortalité chez la femme dans le monde occidental. C est la raison pour laquelle il faut favoriser : 1 la PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE CHEZ LA FEMME.

Plus en détail

La Gestalt-thérapie. Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence

La Gestalt-thérapie. Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence La Gestalt-thérapie Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence Mardi 16 février 2016 Nanterre Université Intervenants : Arnaud Sébal, directeur de l IFAS-

Plus en détail

Quel accompagnement pour les groupes de jeunes professionnels? Jeunes professionnels / jeunes actifs, Paris 2 avril 2016

Quel accompagnement pour les groupes de jeunes professionnels? Jeunes professionnels / jeunes actifs, Paris 2 avril 2016 Quel accompagnement pour les groupes de jeunes professionnels? Jeunes professionnels / jeunes actifs, Paris 2 avril 2016 1-Qu est ce que je retiens de cette journée? Qu est ce qui m a intéressé, éclairé.?

Plus en détail

Comité AcHILE présentation du diagnostic 360 du sans abrisme au mal logement. 20 juin 2014

Comité AcHILE présentation du diagnostic 360 du sans abrisme au mal logement. 20 juin 2014 Comité AcHILE présentation du diagnostic 360 du sans abrisme au mal logement 20 juin 2014 1 Le diagnostic territorial 360 Est une des mesures du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l inclusion

Plus en détail

Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales.

Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales. Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales. Le Conseil Général du Cher a souhaité associer l ensemble des acteurs aux différentes étapes,

Plus en détail