AVERTISSEMENT PREALABLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVERTISSEMENT PREALABLE"

Transcription

1 AVERTISSEMENT PREALABLE Le présent document a été réalisé par des étudiants du Master Pro Qualimapa (USTL-Lille) dans le cadre de leur scolarité. Il n a pas un caractère de publication scientifique au sens strict. En effet, il n a pas été soumis à un comité de lecture avant publication. Ce travail a été noté, ainsi que la soutenance orale et l éventuelle production multimédia auxquelles il a donné lieu. Ces évaluations participent à l évaluation globale des étudiants en vue de l obtention du diplôme de Master ; elles ont un caractère privé et ne sont pas communiquées ici. Le contenu de ce document est donc proposé sous la seule responsabilité de leurs auteurs et doit être utilisé avec les précautions d'usage. C est pourquoi le lecteur est invité à exercer son esprit critique. Sa reproduction, totale ou partielle, est autorisée à condition que son origine et ses auteurs soient explicitement cités. La liste des autres projets étudiants disponibles en ligne est disponible sur le site Internet du Master Qualimapa : L équipe enseignante

2 Master professionnel QUALIMAPA Ecole Polytech Lille 59655Villeneuve d Ascq L Alimentation et les sens Margareta BIRCA Stéphanie CHEVALIER Stevens GUYON Chintaka KARIYAWASAM Michèle MARIC Arnaud RAFFIN-BERNIER Romy ROUER Laure VERRIELE

3 Sous la direction de M. LIQUET Année 2004 /

4 RESUME A l heure actuelle, les consommateurs ont tendance à allier plaisir et bien-être dans leur alimentation. Pour répondre à leurs attentes, les industriels développent des produits de bonne qualité gustative et exploitent, depuis quelques années, leurs propriétés visuelle, tactile, olfactive voire auditive. Sur les lieux de vente comme sur les lieux de consommation, le marketing polysensoriel a un rôle majeur à jouer dans la stratégie d innovation du secteur agroalimentaire. Ainsi les cinq sens du consommateur sont stimulés, depuis le produit jusqu au lieu de consommation en passant par le lieu de vente, devenant alors des vecteurs d innovation pour ces différents domaines. Mots clefs : Analyse sensorielle, les cinq sens, innovation, agroalimentaire, marketing expérientiel, marketing sensoriel, méta packaging. ABSTRACT Nowadays, consumers tend to associate both pleasure and health with food. To meet their expectations, industrialists are developing products that not only taste good but have sensory properties (smell, touch, vision, even sound), which effectiveness has been tested for some time now. Either on retailing units or on consumption places, multi-sensory orientated marketing has a major role to play in the food industry s innovation strategy. Consumers five senses have been solicitated, thus becoming a way for innovation in each area of the food industry, from the product itself to places of consumption via retailing units. Key words : Sensorial analysis, five senses, innovation, agroalimentary, experiential marketing, sensorial marketing, meta packaging. 2

5 REMERCIEMENTS Nous souhaitons adresser nos remerciements chaleureux à Monsieur Jean-Claude LIQUET, tuteur de notre projet et responsable du Master Professionnel QUALIMAPA, qui nous a permis de mener à bien notre projet. Nous lui sommes reconnaissants pour sa grande disponibilité et les qualités pédagogiques d encadrement dont il a fait preuve. Nous remercions aussi Monsieur Dominique BOUNIE pour avoir mis à notre disposition de nombreuses sources d information. Merci également à Monsieur Bernard WEYNANS pour ses conseils donnés au cours de la soutenance d état d avancement des projets. Enfin, nous remercions l'ensemble des professeurs du Master Professionnel QUALIMAPA, dont les études de cas étudiées en cours nous auront servi à l'élaboration de ce travail et auront constitué des pistes de réflexion très intéressantes. 3

6 SOMMAIRE REMERCIEMENTS... 1 SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION I. Les constats Constats des comportements alimentaires Définition du comportement alimentaire Aspect général La prise alimentaire Interaction entre le système sensoriel et le comportement alimentaire Interaction entre stimulus olfactif et gustatif Interaction du goût sucré avec la couleur Interaction vision / olfaction Interaction entre informations non sensorielles et le processus perceptuel : l effet d assimilation et l effet de contraste 1.2. Les facteurs de variation Les variations liées à l individu Différences interindividuelles Âge Sexe Les variations de perceptions liées à l environnement (culturels, économiques) Cadre social et appréciation attachée à un aliment Importance de la culture dans le comportement alimentaire Apprentissage Les différences " géographiques " 4

7 2. L ère de l innovation L adaptation par l innovation 2.2. Définition de l innovation 2.3. Le processus d innovation de l entreprise agroalimentaire Les multiples formes de l innovation Les innovations produits ou/et marchés Les innovations de rupture Les différentes étapes du processus de l innovation Quelques facteurs clés de succès des innovations II. La place des cinq sens dans l innovation Produit L innovation technologique Les process du " sans sucre " Les édulcorants Contexte et définitions Nouveautés Les régimes Low carb 1.2. Les arômes et le goût Les levains lactiques Les produits carnés et les épices 1.3. Neutraliser l amertume Définition de l amertume Techniques classiques de neutralisation de l amertume Nouveau procédé de réduction de l amertume des hydrolysats 1.4. Les nouveaux procédés de coulage des bonbons 1.5. Produits alcoolisés : les nouvelles tendances Les spiritueux sauvés par les goûts et des couleurs inédits Le vin 2. L analyse sensorielle Définition, contexte et application Définition 5

8 Métrologie sensorielle L organisation pratique de la mesure sensorielle 2.2. Méthode analytique ou hédonique? Les tests analytiques Les tests hédoniques 2.3. L analyse sensorielle à la portée de tous 2.4. L analyse sensorielle : une méthode sans faille? Le rôle des informations non sensorielles sur la perception, l effet d assimilation et l effet de contraste Caractéristiques des individus, apprentissage, rôle du langage et de la mémoire Interaction entre les signaux sensoriels Le rôle médiateur du signal visuel L interaction de l odeur et de saveur La texture 2.5. Les nouvelles méthodes instrumentales développées Les objectifs des méthodes instrumentales Méthodes instrumentales développées pour les données d odeurs Méthodes instrumentales développées pour les données de texture Méthodes instrumentales développées pour les données de vision Méthodes instrumentales développées pour les données acoustiques 3. La communication autour du produit Les caractéristiques du packaging Les couleurs Les associations de couleurs La forme La texture 3.2. Créer une politique de promotion qui éveille les sens Le marketing visuel Le marketing tactile Le marketing olfactif 6

9 3.3. Quelques packaging innovants L odeur L anti UV 4. Conclusion : L avenir pour le marketing sensoriel du packaging III. La place des cinq sens dans l innovation des lieux de vente Du marketing expérientiel au marketing sensoriel L approche expérientielle La consommation sort de l ordinaire Divertir le consommateur au risque de le divertir de la consommation? 1.2. L approche sensorielle Définition Origine La stimulation sensorielle L atmosphère comme outil du sensoriel Définition Les composantes de l atmosphère 2. Les outils de l approche sensorielle Innovation visuelle dans les lieux de vente L importance de la vue sur les lieux de vente L état des lieux : les paramètres de la vue Les innovations visuelles et l amélioration du lieu de vente 2.2. Innovation auditive dans les lieux de vente L importance de l ouïe sur les lieux de vente L état des lieux : les paramètres de la musique Les innovations musicales et l amélioration du lieu de vente 2.3. Innovation olfactive dans les lieux de vente L importance de l olfaction sur les lieux de vente La difficulté de l innovation olfactive Les problèmes liés aux caractéristiques définissant les odeurs Les problèmes liés aux caractéristiques des différents individus 7

10 3. Les magasins d atmosphère La démarche d actualité Un exemple très complet de ce que peut être le marchandisage de séduction : Val d'europe, Auchan L aspect visuel pour la mise en avant de ses produits Le visuel et le tactile au service de l expérientiel Odeur et nouveaux univers De nouveaux concepts d enseigne alimentaire entre le marché et le supermarché La ferme d Herblay : le palais du frais Le projet de M. Leclercq : La Ferme du Sart 3.2. Limites et contraintes d une telle démarche Effets d interaction entre variables de l atmosphère Les paramètres modérateurs 3.3. Perspectives Le thermique : la nouvelle perspective via le tactile La climatisation, élément indispensable pour le secteur de la distribution Le confort thermique Du confort thermique à la caractérisation polysensorielle des ambiances L avenir des magasins d atmosphère Une démarche bien réfléchie Vers une vision holiste de l atmosphère du point de vente D une logique de marketing transactionnel à une perspective de marketing relationnel Développement d une relation entre le consommateur et le magasin. 4. Conclusion

11 IV. La place des cinq sens dans l innovation d un lieu de consommation Définition de la RHD Introduction 1.2. Les différentes formules de restauration La restauration traditionnelle Les restaurants classiques Les restaurants d'hôtels Les pensions de famille Les restaurants de tourisme La restauration à thèmes Autour d'un produit Autour d'un pays Autour d'un art de vivre La restauration de collectivité La restauration d'entreprise La restauration scolaire La restauration Hospitalière La restauration pénitentiaire, des armées La restauration rapide Le fast-food Le restauroute La cafétéria Le snack La sandwicherie Le food-court La restauration automatique La restauration traiteur Le service traiteur classique Le service à domicile La restauration dans les transports Restauration aérienne 9

12 Restauration ferroviaire Restauration dans les bateaux 2. Les secteurs en RHD qui innovent La Haute Cuisine Française (la restauration traditionnelle) Le sensoriel et le sémiologique sont liés en matière de marketing de la Haute Cuisine française Le chef devient un artiste qui compose une offre qui va du gustatif au pluri-sensoriel Le restaurant devient un lieu de mise en scène où le sensoriel se conjugue avec la signification Le nouveau mode de pensée de la Haute Cuisine La dimension matérielle à la dimension immatérielle : une nouvelle rhétorique gastronomique Le système d offre d un grand restaurant ou comment le chef crée et développe un phénomène expérientiel pour son client Une esquisse d un modèle synthétique pour comprendre le processus de complexification de l offre 2.2. La restauration à thème Restaurants tournés vers la diététique Restaurants tournés vers le " Bien-être " Quand le restaurant supprime un ou plusieurs sens Restaurants et nouveau mode de consommation 2.3. La restauration collective La restauration hospitalière La restauration scolaire A la découverte du goût Les ambiances du lieu de la prise de repas La restauration d entreprise 2.4. La restauration traiteur : les livraisons à domicile La restauration rapide La sandwicherie La restauration automatique (distribution automatique : DA) Constat sur le marché de la DA Innovations présentes sur la DA 10

13 Les Automates Les nouvelles tendances Les systèmes de paiement Vers de nouvelles idées sensorielles Du lieu de consommation au lieu de vente : les épiceries automatiques Exemples des ces nouvelles épiceries La place des cinq sens dans l innovation des épiceries automatiques Du lieu de consommation vers un réel contexte de consommation 3. Conclusion CONCLUSION ANNEXE NEUROPHYSIOLOGIE ANNEXE SEQUENCE COMPORTEMENTALE BIBLIOGRAPHIE

14 INTRODUCTION L aliment fait partie intégrante du quotidien de l Homme [37]. La relation qui existe entre eux est beaucoup plus complexe qu on le pense généralement. En effet, l Homme n est pas un simple tube digestif, il se différencie très nettement des autres êtres vivants : pour se nourrir il fait appel à des systèmes de plus en plus complexes. L Homme montre, plus que tous les animaux, un haut degré d individualité. Il n y a pas deux personnes qui possèdent la même constitution biologique. Il faut en fait retenir que l Homme présente beaucoup moins d uniformité qu on le croit. A ces différences héréditaires, il faut ajouter les différences provenant du jeune âge qui causent certaines modifications dans les aptitudes à digérer ou à ne pas digérer tel ou tel aliment. De même, aucun individu n est identique quant à la perception gustative qu il a des différents produits alimentaires. L Homme est également un être sensible. Cette sensibilité envers les aliments se manifeste surtout par la vue, l odorat et le goût, mais également par le toucher et l ouïe. Voir, sentir, toucher la nourriture peut procurer beaucoup de plaisir ou de dégoût! L'apparence de l'aliment détermine l'envie de le goûter. Avant même d'avoir un aliment en bouche, les papilles de l Homme sont en éveil! Ne pas vouloir manger la viande à cause du gras, ne pas manger un fruit à cause des tâches,.goûter l'aliment rassure. Ses narines le guident vers la bonne odeur, ou la mauvaise aussi d'ailleurs. Très vite, il associe une odeur à une saveur, ce qui lui rappelle une scène de son passé et dirige son envie de goûter. Il va aussi sentir la température, la rugosité, la mollesse ou la dureté d'un aliment. Tout ceci engendre une appréciation qui le pousse à goûter ou pas. Le bruit du lait qui coule dans le biberon, le bruit de la viande qui cuit, vont pousser ainsi à la consommation. L Homme devient de plus en plus " international " dans son alimentation. En effet, grâce aux nouvelles technologies alimentaires (telles que les nouveaux types d emballage), et à l uniformisation des normes sanitaires et d inspection, le commerce international des produits se développe et permet un libre échange entre les pays. De nouveaux aliments, de nouveaux goûts peuvent ainsi franchir les frontières des différents pays, et faire découvrir à chaque Homme, de nouvelles perceptions gustatives. 12

15 L Homme, parce qu il est doué d une intelligence, manifeste souvent une soif de nouvelles sensations, qui peuvent être différentes d un individu à l autre. D une façon plus ou moins consciente, on associe certaines saveurs et odeurs à des souvenirs de voyages, de rencontres ou de situations particulières. De plus, l Homme se laissera souvent distraire par l apparence d un produit, ce qui ne va pas toujours de pair avec sa valeur nutritive. Les professionnels de l alimentation ont bien assimilé les différentes qualités de l Homme concernant son alimentation (son intelligence et sa sensibilité, notamment). En effet, nous verrons au cours de ce projet que les industries alimentaires, les commerces, et les restaurateurs mettent tout en œuvre pour attirer le client et le rendre fidèle. Pour cela, ils vont " jouer "sur les cinq sens (vue, toucher, goût, ouïe, odorat) du consommateur, et tout faire pour le mettre en appétit, et le pousser à consommer ou à acheter. Il faut que le consommateur prenne du plaisir lors de la prise de son repas et ceci est possible grâce aux qualités gustatives du produit, mais aussi aux aspects visuel, olfactif, auditif et tactile, c est-à-dire par l environnement dans lequel il le prend. 13

16 I. Les constats 1. Constats des comportements alimentaires 1.1. Définition du comportement alimentaire Aspect général Le comportement alimentaire est une fonction biologique vitale (aspect physiologique, demande énergétique) mais aussi une fonction psychologique et socioculturelle. Le comportement alimentaire s oriente sur deux pôles : celui de la physiologie, et celui de l imaginaire (ce que chaque individu projette sur ces aliments). Sans ce côté psychologique, il serait impossible d expliquer la complexité des troubles du comportement alimentaire. En effet, pour l Homme, manger ce n est pas seulement se nourrir, mais rechercher un certain plaisir à travers son alimentation. Il va ainsi désirer des aliments qui ont un hédonisme positif. L aliment est donc " signifiant ", il n a pas qu une seule valeur biologique. Au niveau cérébral, le comportement alimentaire va reposer sur plusieurs aspects : La pensée classificatoire, notre inconscient va créer diverses classifications :. classification des stimulus concernant les aliments comme étant comestibles ou non,. classification des aliments selon leur complémentarité gustative,. classification des aliments connus / inconnus. Le principe d incorporation : l individu considère que le mangé changerait le mangeur de l intérieur (ex : viande rouge = force). 14

17 Le paradoxe de l omnivore : l être humain a besoin d une grande variété sur le plan alimentaire (contrainte de variété). De ce fait, il n est pas dépendant d une seule source d alimentation, et peut donc très bien se passer d un aliment. On a aussi une contrainte de sécurité, c est à dire que l on se méfie de ce que l on ne connaît pas. Par ces deux constatations, on peut alors conclure que l être humain est à la fois néophile et néophobe La prise alimentaire La prise alimentaire et l ajustement aux besoins nutritionnels sont réglés par trois mécanismes: la faim, la satiété, le rassasiement et le conditionnement. [1] La faim et la satiété déterminent la durée de l intervalle entre les repas. A la suite d une faible baisse de la glycémie (7%), l organisme déclenche diverses réponses métaboliques et comportementales susceptibles de faire remonter la glycémie, en particulier l initiation d un repas (cf. annexe " Séquence comportementale "). Après ce repas, la réserve nutritionnelle correspondante au contenu du tractus gastro-intestinal va servir à couvrir les besoins de l organisme pendant une certaine période dite de " satiété ". Après l épuisement de cette réserve, une nouvelle baisse de la glycémie se produit, et le cycle recommence. Le rassasiement détermine la quantité de la prise alimentaire (cf. annexe "Séquence comportementale"). Les facteurs sensoriels jouent ici un rôle important de même que les signaux systématiques provenant du tractus gastro-intestinal. Les caractéristiques sensorielles de l aliment et de son environnement produisent une stimulation de l ingestion. Peu à peu, au cours du repas, des messages nerveux vont progressivement informer le cerveau de la réplétion de l estomac et de la présence de nutriments dans le tube digestif. Ces messages exercent sur la prise alimentaire une influence inhibitrice croissante. Finalement, les facteurs d inhibition l emportent sur la stimulation, et l individu met fin à son repas. Le conditionnement permet au mangeur d ajuster son comportement alimentaire à la teneur énergétique de chaque aliment et de prévoir les conséquences métaboliques de son ingestion (cf. annexe " Séquence comportementale "). Grâce au conditionnement pavlovien, les qualités sensorielles de l aliment sont associées, de manière automatique et inconsciente, aux conséquences nutritionnelles de l ingestion de l aliment. Avec l expérience alimentaire, le consommateur apprend quelle satiété est produite par ses aliments familiers. Il peut ainsi 15

18 ajuster sa consommation à ses besoins nutritionnels. Ce mécanisme permet l ajustement du comportement aux besoins immédiats ou anticipés du mangeur mais seulement après que l aliment ait été ingéré une ou plusieurs fois Interaction entre le système sensoriel et le comportement alimentaire Interaction entre stimulus olfactif et gustatif John PRESCOTT (1999) [44] met en évidence un effet de renforcement de la saveur " sucrée ", lorsque l intensité aromatique est augmentée, en respectant la cohérence entre odeur et saveur [14]. Ainsi, une solution sucrée est perçue comme étant plus sucrée, si elle est odorisée avec certains stimulus alimentaire (comme par exemple le caramel), par rapport à une solution sans odeur. Par contre, une odeur sucrée est capable de masquer une saveur. Par exemple, une odeur jugée " sucrée "aura aussi tendance à gommer des saveurs " acides ". L interaction entre odeur et saveur, conduisant à leur confusion, peut s expliquer par les limites mêmes de nos capacités olfactives Interaction du goût sucré avec la couleur La perception de la saveur sucrée (cf. annexe " Neurophysiologie ") dans une solution rouge foncée augmente d environ 2 à 10 % par rapport à une solution rouge claire. Cette interaction a une importance car il a été montré que les individus ont tendance à trouver plus sucré des produits avec une couleur foncée. Cette interaction peut donc être intéressante à utiliser en agroalimentaire. MAGA (1974) [34] cherche à préciser l influence de la coloration de solutions liquides sur les seuils de perception gustative. Il constate que certaines couleurs sont plus propices que d autres pour rehausser l impression de sucré, d amer ou d acide. [14] Interaction vision / olfaction Dans un environnement sans odorant particulier, il y a augmentation du temps de réaction s il y a changement de la luminosité. De même, si on diffuse une odeur à forte composante trigéminale [5]. Les odeurs irritantes par leurs capacités d alerte sont susceptibles d augmenter l attention portée à des événements inattendus apparaissant dans l environnement. 16

19 Interaction entre informations non sensorielles et le processus perceptuel : l effet d assimilation et l effet de contraste En informant à l avance les sujets que le sirop de grenadine qu ils devront déguster contient de l amertume, CARDELLO et SAWYER (1992) [7] notent que les sujets s attendent à ce que le produit soit moins sucré et cette attente se vérifie à la dégustation. Ils théorisent que le système cognitif des sujets présuppose que l amertume et le sucre sont deux dimensions qui doivent nécessairement se compenser. Dans une autre expérimentation sur des jus de fruits, en aveugle puis en présence de l information sur le produit, LANGE et al. (1999) [29] constatent que l ajustement s opère conformément à ce que les sujets attendent des différentes qualités de jus de fruits, mais que l effet d assimilation n est que partiel. Les notes hédoniques expliquent une large part de la préférence [14] Les facteurs de variation Les variations liées à l individu Différences interindividuelles Un même aliment peut être perçu de manière différente d une personne à une autre. Par exemple, le seuil de détection du saccharose varie d un facteur 10 en concentration, selon les personnes [45]. Ces différences entre individus sont importantes pour le goût et l olfaction, mais elles sont négligeables pour la vision, l audition et le toucher. Un problème se pose alors au niveau de l analyse sensorielle à savoir " Comment gérer les différences de perception au sein d un panel de dégustateurs? " Âge Il est possible d expliquer l évolution des sens [27], et en particulier celle du goût, au cours de la vie d un être humain. En voici un bref résumé : Nouveau-nés : prédilection pour le goût sucré. 2-5 ans : préférence pour les aliments fades (mauvaise différenciation des viandes). 6-9 ans : penchant pour le salé. Adolescents : penchant pour l amer. 20 ans : apogée du goût. A 70 ans : chute de la perception du goût 17

20 Évolution du goût avec l age sucré fade salé amer apogée du goût chute ans Naissance Différences innées Il nous est impossible d imaginer les goûts [83] que perçoit notre voisin de table qui consomme pourtant exactement le même aliment que nous. En effet, on sait depuis plusieurs années qu il existe des différences qualitatives et quantitatives importantes entre les perceptions des dégustateurs. Ces différences de sensibilité sont innées et irréductibles. Chaque individu reçoit à sa naissance un équipement en récepteurs olfactifs et gustatifs qui lui est propre : c est avec cet équipement sensoriel, déterminé génétiquement, que chacun d entre nous capte les odeurs et les goûts. C est ainsi par exemple que 10 % d entre nous ne sont pas " équipés "pour percevoir toute la complexité de l odeur de la truffe, que 20 % d entre nous sont peu sensibles au goût du glutamate de sodium, substance utilisée comme renforçateur de goût dans de nombreuses préparations alimentaires etc. Ce caractère intime de la perception des odeurs et des goûts justifie bien cette formule : " le goût ne se raconte pas, il se goûte! " Les nouveau-nés Les aliments infantiles de la diversification ont des textures différentes [83], adaptées à chaque âge, et sont conçus pour répondre à des exigences organoleptiques précises. Ceci s explique par le fait que les nouveau-nés sont très rapidement sensibles aux différents goûts. En effet, les enfants sont réactifs aux saveurs dès leur vie in-utero. Les papilles gustatives des bébés sont particulièrement sensibles. L'apprentissage du goût et l'acquisition du répertoire alimentaire chez le petit enfant sont importants. 18

21 On sait également, que les bébés ont un penchant particulier pour le sucré. En effet, on remarque que les mimiques évoquant le sourire sont constatées chez tous les bébés goûtant un aliment sucré et le contraire pour l amer. Ce sont des véritables réflexes, car les centres nerveux supérieurs n interviennent pas et ils existent déjà lors de la vie intra-utérine. C est un apprentissage inconscient lié aux conséquences physiologiques : Sucré = gain d énergie Amer = toxicité L apprentissage permet l appréciation pour le café, le pamplemousse...qui ont une saveur amère Enfants En France comme dans les autres pays, les jeunes apparaissent comme bien informés sur la nutrition et connaissent l'importance d'une alimentation équilibrée pour le maintien d'une ''bonne santé'' [80]. L'information nutritionnelle est réalisée par la famille et, à un degré moindre, par le système éducatif. Mais par contre, l'impact de la publicité n'est pas perçu comme un mode usuel d'information Seniors Une meilleure connaissance des altérations des systèmes sensoriels dues au vieillissement et leurs impacts sur leurs choix alimentaires, permettrait de leur proposer une alimentation plus en adéquation avec leur modification hédonique et la diminution de sensibilité, tout en leur assurant un bon équilibre nutritionnel [79]. Les altérations des systèmes sensoriels que subissent les personnes âgées sont les suivantes : - les altérations visuelles qui sont un frein considérable à l attrait et donc à l envie de manger. En effet, la vue permet l identification du produit, l évaluation de la fraîcheur, de la qualité de texture, de couleur... Elle est donc essentielle dans le choix du refus ou de l acceptation d un aliment. - les altérations auditives : la personne atteinte par ces altérations ne peut plus évaluer correctement la fraîcheur d un biscuit par son craquant, le pétillant d une boisson. - la diminution de la sensibilité somesthésique (sensation d origine mécanique ou thermique au niveau de la peau des muqueuses, des muscles et des articulations) perturbe l évaluation de certaines qualités sensorielles des aliments. - les altérations gustatives (à partir de 50 ans) sont liées au changement fonctionnel des cellules gustatives (modifications des récepteurs et des canaux transmembranaires). 19

22 - les altérations olfactives : le seuil de détection des odeurs est multiplié par 10. De plus, il y a une diminution de la capacité de discrimination entre les différentes concentrations de molécules odorantes. Ces altérations sont également liées à : - une salive hyper concentrée et très salée chez la personne âgée avec en plus des problèmes dentaires. - déficiences en oligoéléments (Zn, Cu, Fe) et en vitamines. En plus de ces diverses altérations, des causes physiologiques multiples peuvent intervenir, et être accentuées par certaines pathologies et traitements médicamenteux. Des facteurs psychologiques liés par exemple à la déprime ou à l isolement social peuvent augmenter le nombre d aversions. Il faut donc proposer aux seniors une alimentation plus en adéquation avec leur modification hédonique et la diminution de sensibilité tout en leur assurant un bon équilibre nutritionnel. Pour cela, il faut savoir qu ils préfèrent les aliments rehaussés d un arôme. Par exemple, le glutamate de sodium stimule l ingestion des légumes et des potages dans lesquels il est ajouté, les oligo-éléments peuvent améliorer la fonction gustative et les protéines peuvent augmenter l appétence des aliments. La consommation d aliments aux caractéristiques sensorielles adaptées à ces personnes entraîne des effets bénéfiques non seulement sur le statut nutritionnel mais encore sur la fonction immunitaire et la force musculaire Sexe La physiologie décrit en termes universels les déterminants de la prise alimentaire, sans tenir compte du sexe du consommateur [1]. Or les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant l alimentation. La détermination du poids corporel acceptable, comme les choix et les comportements alimentaires, est largement conditionnée par cette variable. S il y a des différences entre hommes et femmes, il faut savoir que la perception gustative de stimuli alimentaires est la même chez l homme et la femme. En effet, au cours d un test classique d évaluation sensorielle, la teneur en sucre et la teneur en matières grasses des produits laitiers est évaluée de la même façon par des sujets masculins et féminins qui se 20

23 servent d échelles analogiques visuelles. Par contre, d après l expérience avec les produis sucrés, on est arrivé à la conclusion suivante : le caractère agréable du produit est fonction directe de sa teneur en saccharose (chez les jeunes, teneur élevée, chez les femmes la concentration optimale est de 10%, et chez les hommes de moins de 20%). PEREZ et al (1994) [42] confirment que les préférences des hommes et des femmes pour la teneur en sucre d un produit laitier sont différentes, selon le rapport 1/2 (femme / homme). La capacité à modifier la prise alimentaire en fonction des conditions changeantes des paramètres affectant le bilan d énergie est très étudiée depuis l apparition dans le commerce des aliments des " allégés ". Il apparaît que les hommes sont parfois meilleurs régulateurs que les femmes. Les motivations, les attitudes et les croyances sont des méthodes qui révèlent de très grandes différences entre les hommes et les femmes. D après plusieurs études, d importantes différences sont apparues dans la consommation chez les répondants masculins et féminins. En particulier, la consommation d aliments allégés en matières grasses (yaourts, beurre, crème) était plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, suggérant un intérêt pour la santé et/ou l apparence. Pour rendre compte de ces différences de comportement alimentaire entre hommes et femmes, quatre hypothèses ont été proposées, lors d une étude en Australie sur la population urbaine : - Les femmes connaissent mieux les aliments et les nutriments. - Les femmes font plus attention à leur santé que les hommes. - Les femmes font plus attention à leur apparence que les hommes. - Les préférences alimentaires des femmes sont plus conformes aux recommandations nutritionnelles. A part l intérêt pour l apparence, les connaissances, l intérêt pour la santé et les préférences alimentaires expliquent des proportions significatives de la variance comportementale entre hommes et femmes. Ces différences homme/femme se révèlent donc vraies. 21

24 Les variations de perceptions liées à l environnement (culturels, économiques) Cadre social et appréciation attachée à un aliment L image sensorielle acquise par le cerveau ne comporte que des informations quantitatives et qualitatives, à l exclusion de toute connotation hédonique. Si nous aimons un aliment, c est en réalité parce que son image sensorielle est associée dans notre mémoire à une sensation de plaisir. L image sensorielle est définie une fois pour toute par les lois de chimie et de la génétique. La valeur hédonique est sans cesse remise en question en fonction de la signification biologique, psychologique, sociale et culturelle de l aliment ingéré [45]. Dès lors que l on s intéresse aux dégustateurs, on ne peut manquer de remarquer les différences de ressenti entre les individus et ni de s interroger sur l origine de ces différences [83]. Comme nous l avons vu précédemment, ces différences peuvent être innées. Mais celles-ci peuvent également être acquises. Si un aliment déjà dégusté dans un contexte plaisant est à nouveau présenté au mangeur, ce dernier retrouve le plaisir associé à la dégustation précédente : il montre un préjugé positif vis-à-vis de l aliment. Mais cette prédisposition est modifiée et actualisée en fonction du caractère agréable ou désagréable de la dégustation du moment (contexte affectif, social, culturel, état interne du mangeur, information sur l aliment ). Ceci explique que les aversions et les préférences alimentaires d un individu évoluent tout au long de sa vie. L étiquette hédonique des aliments provient du vécu du mangeur et non des aliments euxmêmes. Ainsi, des dégustateurs réunis autour d une même table apprécient diversement un même aliment. Ces goûts et dégoûts dépendent entièrement des expériences développées vis-à-vis des aliments : à chaque dégustation, le goût de l aliment est intimement associé aux informations présentes au moment de la dégustation. Si cette " tranche de vie " est agréable, nous attribuons à l aliment une valeur hédonique positive : nous le trouvons bon. Si, par la suite, ce même aliment se représente à nous, nous en aurons un préjugé favorable, préjugé qui sera confirmé ou infirmé selon le contexte de cette nouvelle dégustation. Ainsi va-t-on apprendre à aimer des aliments associés à des contextes agréables (convivialité de la 22

25 dégustation, circonstances sociales et affectives positives, connaissances et informations sur l aliment etc.). Ces mécanismes associatifs très puissants modèlent nos préférences dès notre naissance. Ils expliquent par exemple que l on en vienne à apprécier des aliments amers, initialement aversifs. Le plus étonnant est que les vraies raisons de nos préférences alimentaires nous échappent souvent : les mécanismes associatifs que nous venons de décrire sont totalement inconscients. Nous pensons aimer tel dessert pour ses arômes ou son caractère moelleux, crémeux, alors que nous l aimons en réalité parce que notre grand-mère avait la gentillesse de le préparer à notre attention quand nous étions enfant. Puisque l environnement de la dégustation influence tant les goûts et dégoûts alimentaires, les adultes portent une vraie responsabilité dans l établissement du répertoire alimentaire des enfants. A eux de créer un contexte de consommation agréable et rassurant, d encourager l esprit de découverte de l enfant, de le gratifier quand il goûte un aliment nouveau, en un mot, d éveiller plutôt que de forcer Importance de la culture dans le comportement alimentaire Pour les omnivores que nous sommes, manger implique de choisir ses aliments [83] : notre statut d omnivore nous oblige à adopter une alimentation variée, puisque notre organisme ne sait pas synthétiser tous les éléments dont il a besoin à partir d un aliment unique. En cela, le groupe a un rôle de guide pour l individu : il lui transmet son expérience et un ensemble de pratiques sociales et culturelles. L individu n est pas laissé seul face à ses choix alimentaires ; les acquis socioculturels régulent son comportement et lui évitent de prendre des décisions difficiles (et de commettre d éventuelles erreurs). C est ainsi que le groupe et la culture nous apprennent à ne consommer qu un nombre restreint d aliments parmi tous ceux que notre organisme serait capable d absorber et de digérer. En France, nous ne consommons, par exemple, pas d insectes et nous ne considérons comme comestibles qu un petit nombre d espèces animales (nous évitons de manger du chien, du chat, du rat ainsi que certaines parties d animaux, telles que les yeux). Cette limitation du répertoire alimentaire a pour origine des critères culturels ou religieux et non biologiques. Elle existe dans toutes les sociétés, puisque chaque société considère tel ou tel produit comme " bon à manger ". Le rôle du groupe ne se borne pas à désigner les aliments bons à manger. La culture comporte aussi un ensemble de règles et de recommandations indiquant comment préparer les aliments, comment les associer et les consommer : nous ne mangeons pas 23

26 seulement des aliments, mais des combinaisons d aliments, qui deviennent des plats, euxmêmes associés en repas organisés. La cuisine constitue ainsi un code d identité et de reconnaissance extrêmement fort pour le groupe. Sachant cela, les cuisines étrangères qui arrivent aujourd hui sur nos tables devraient être considérées comme un complément culturel et non comme une perte d identité Une autre joie consiste à partager avec les autres les émotions ressenties, dans un esprit de convivialité! Que seraient les plaisirs de la table sans cette possibilité de communiquer par les mots qui disent sur-le-champ le plaisir authentiquement vécu? On dit que tout se termine à table en France, c est bien que le repas est synonyme de convivialité et qu il demeure un élément clé, voire une valeur refuge de la culture française Apprentissage On sait que les habitudes alimentaires du tout petit conditionnent son comportement alimentaire ultérieur [83]. D'où l'intérêt d'éduquer l'enfant à différentes saveurs dès son plus jeune âge, et ce d'autant plus qu'apparaît une néophobie alimentaire à partir de l'âge de trois ans. Une étude récente confirme que l'acceptation des aliments par les jeunes enfants est favorisée par les expositions à une grande variété de saveurs. Au prix d efforts bien agréables, l éducation au goût permet de découvrir au quotidien toute la richesse et la variété des perceptions sensorielles générées par la dégustation : le monde des odeurs, des saveurs, des arômes et des textures se révèle petit à petit. On perçoit une foule d informations sur l aliment et on réalise à quel point nos sens sont performants. En apprenant à goûter aujourd hui, nous cultivons petit à petit la valeur évocatrice des aliments, pour que demain, chaque nouvelle dégustation soit plus intéressante et plus riche. Le goût s apprend à tout âge, mais cet apprentissage est particulièrement important chez l enfant. L enfant a besoin d être guidé pour diversifier son alimentation. En effet, les jeunes enfants acceptent spontanément un petit cercle d aliments, tels que les des aliments sucrés (fruits, glaces, confiseries ), certains salés et simples (frites, pâtes, riz, pizza), quelques viandes (bifteck et poulet) et d autres aliments en général nourrissants et au goût peu marqué. Mais il est plus difficile de leur faire consommer des aliments comme les légumes verts, des aliments forts en goût ou nouveaux. Ces goûts et dégoûts semblent d ailleurs être communs à des enfants de différentes cultures. Or, une alimentation diversifiée est importante pour favoriser le développement harmonieux de l individu (et les choix alimentaires effectués 24

27 durant l enfance conditionnent durablement la vie d adulte). L éveil sensoriel apprend justement aux enfants à aimer des aliments variés. Une clé de cette éducation au goût est d offrir à l enfant la possibilité de se familiariser avec des aliments peu connus et de se les approprier. Manger n est pas un acte simple et banal mais c est un acte intime, puisque l aliment avalé devient une partie de l organisme, une part de soi. Goûter des aliments nécessite de vaincre une certaine crainte initiale concernant les risques de cette ingestion et de trouver une motivation qui dépasse la peur de goûter (en particulier la gratification des parents ou d un adulte valorisé). Les adultes ont ainsi un rôle clé dans l éducation au goût : il leur revient d éveiller l enfant plutôt que de le forcer à manger. Il faut laisser le temps aux enfants de " faire connaissance "avec des aliments nouveaux avant de les mettre en bouche : quel est l aspect, la couleur, la forme, l odeur, la consistance de cet aliment? Quels aliments ou souvenirs ces caractères rappellent-ils à chacun? Les analogies que l enfant établit avec d autres aliments connus lui permettent de commencer à s approprier l aliment. L acceptation des aliments nouveaux peut prendre plus ou moins de temps, selon les enfants (leur âge, leur sexe, leur personnalité), la nature des aliments (les aliments d origine animale font l objet de rejets plus marqués), le degré de nouveauté de l aliment, le contexte de consommation Mais il est très souvent possible d amener l enfant à apprécier davantage un aliment nouveau, en le lui faisant consommer de façon répétée (toujours dans un contexte agréable) ; au fil des consommations, l enfant constate que l aliment n est pas "mauvais"pour lui ; il attribue une signification à cet aliment et le juge plus favorablement (durant cette familiarisation, l ingestion du produit est nécessaire pour faire évoluer les préférences car les effets post-ingestifs rentrent en compte dans la formation des goûts) Les différences " géographiques " Généralités Si notre alimentation en dit long sur notre appartenance à un groupe [88], c est aussi à une société que l alimentation nous identifie fortement. Nous en prenons conscience dès que nous sortons de nos frontières et sommes confrontés à d autres nourritures. Les plaisirs alimentaires, comme les dégoûts, s ancrent dans un cadre culturel pour la vie. Ainsi nous adorons le lapin à la moutarde ou les cuisses de grenouille au grand dam de nos voisins anglo-saxons, mais nous sommes dégoûtés à l idée de manger du chien, plat cuisiné 25

28 de façon savante et très apprécié par les Chinois et les Vietnamiens. Est-ce parce que le chien est pour nous " le meilleur compagnon de l homme "? Pourtant nous mangeons du cheval, ce qui est un sacrilège pour les Anglais Ce qui est aliment ici ne l est pas ailleurs, ce qui est consommable pour les uns ne l est pas pour les autres En plus des croyances et prescriptions religieuses (l interdiction de manger du porc chez les Musulmans, par exemple), l aliment est un facteur d une identité culturelle aussi inconsciemment acquise que profondément ancrée. Ceci est plus ou moins vrai d un pays à l autre, mais il est très difficile de changer d habitudes alimentaires culturelles à l âge adulte : les Asiatiques continuent à manger du riz tous les jours après quinze ans passés en France, les Italiens expatriés peuvent difficilement se passer de pâtes plusieurs jours de suite, quand aux Français, c est souvent du manque de saucisson, de fromage, de pain et de vin dont ils souffrent à l étranger. La comparaison des habitudes alimentaires entre les différents pays existants dans le monde ne serait pas chose facile, car chacun d entre eux présentent des signes distinctifs au niveau de l alimentation. C est pourquoi nous avons décidé de comparer quelques plats ou aliments entre les pays Les interdits alimentaires Au sens biologique, les interdits alimentaires [15] n existent pas pour les êtres humains parce qu ils sont omnivores. Néanmoins, la plupart des sociétés humaines ont poussé leurs membres à abandonner volontairement un certain type de consommation, pour des raisons religieuses ou philosophiques. En Chine, par exemple, l idée que le lait maternel est une nourriture qui peut-être corrompue et dangereuse pour l enfant en fonction du régime alimentaire adopté par la mère est très 26

29 répandue. Ce sont alors des nourritures identifiées comme " masculines "- le vinaigre, le gibier, - qui sont interdites à la mère. La " couvade ", pratiquée dans les sociétés indiennes d Amérique, s inscrit dans un pôle opposé aux pratiques chinoises. La relation entre l enfants et ses deux parents qui contribuent à sa formation, se poursuit après la naissance, l enfant étant alors perçu comme " incomplet " et devant être " achevé " par le lait maternel. Pendant toute la période qui suit la naissance, l homme comme la femme doivent suivre de stricts interdits alimentaires, sous peine d attenter à l intégrité de cet être inachevé. Les interdits alimentaires peuvent également être dus aux différentes religions présentes dans chaque pays. En effet, les trois religions du Livre manifestent toutes des interdits (pour le judaïsme et l islam) ou des réserves (pour le christianisme). Le judaïsme dit répondre au besoin de spiritualité de l Homme, qui veut se détacher de son animalité en appelant sa religion à réglementer ses fonctions biologiques. D où une sacralisation de l art de manger et une nourriture qui soit conforme à la Loi, dite " casher " (littéralement " apte "). Le sang étant une force vitale, il convient de combattre la cruauté de l Homme envers l animal en prônant l abattage rituel qui réduit les souffrances de l animal. Dans le christianisme, les interdits disparaissent mais le jeûne et l abstinence sont encouragés comme autant de victoire sur le corps. Pendant des temps plus ou moins longs (le mercredi des Cendres et le vendredi Saint qui encadrent le Carême durant quarante jours), L Eglise catholique recommande de ne consommer de viande. Dans l Islam, les interdits sont fondés sur l hygiène alimentaire et la sobriété. Est déclaré licite (Hallal) ce qui peut protéger l homme de l " impur "(le sang ou le vin) Les saveurs dans le monde Au-delà de l inégale répartition géographique de l appétence pour les quatre saveurs répertoriées à savoir le salé, le sucré, l amer et l acide-, les sociétés révèlent des goûts et des dégoûts bien spécifiques qui peuvent étonner, voire choquer [15]. Ces derniers qui, en fait, expriment les rapports que chaque société entretient avec la nature, restent très largement déterminés par des facteurs culturels et identitaires. Si l on cartographie l association de deux saveurs la plus appréciée par de grandes zones géographiques, on note une certaine homogénéité par continent. Il existe parfois des frontières qui résultent d oppositions culturelles, comme c est le cas entre le Mexique et les Etats-Unis. 27

30 La saveur " acide ", déclinée dans une palette différente en Asie, domine dans l hémisphère Nord, et son épigone australien. Elle serait liée à la consommation abondante de produits de produits fermentés, la fermentation naturelle ayant été l un des moyens de conserver les aliments avant l existence de la chaîne du froid. Le goût du sel s explique aussi pour la même raison. La carte montre qu il y existe bien des goûts régionaux et que cette marqueterie freine la mondialisation de l alimentation. Le goût asiatique du " vivant " Ce goût du " vivant ", révélé par l appétence pour le poisson cru apprêté en sushi et en sashimi, conduit certains Japonais à risquer leur vie en mangeant du fugu, poisson contenant une toxine mortelle dans ses ovaires, que un cuisinier très habile et expérimenté sait découper, en principe, sans danger. En Chine, les grands restaurants de Bejing proposent la daurade impériale, choisie par le client dans le vivier et servie frétillante, simplement recouverte d une sauce. On retrouve cette appétence pour le poisson cru dans les îles du Pacifique (poisson cru à la tahitienne arrosé de jus de citron et de lait de coco) et sur la façade ouest de l Amérique latine (cerviche). Le couscous ou les multiples usages de la graine du blé Le couscous est un plat mis au point par les populations berbères des montagnes de l Atlas qui ne connaissaient pas le four à pain. Le grain de blé dur est écrasé et cuit dans un keskès, 28

31 récipient en terre ou en alfa percé de trous, s adaptant sur une marmite où cuit le bouillon. Ce plat national des trois pays du Maghreb fut diffusé par les Arabes à partir du VIII e siècle mais ne franchit la Méditerranée qu au XIX e siècle. Il est consommé en second service, après le méchoui en Algérie et le tajine au Maroc. On l accompagne de fèves et d une palette de légumes avec de la viande, voire du poisson. Mondialisé depuis quelques décennies, le couscous se fait avec du mil (Afrique subsaharienne), de l orge (Sahara) ou du boulgour (Turquie). Les Libanais, qui aiment la semoule en salade, en ont fait du taboulé. Consommé sucrée avec des dattes ou des raisins secs, la semoule devient un dessert. La consommation de pâtes dans le monde Si l on observe la carte qui figure ci-dessus, on remarque que, comme cela pouvait être prévisible, les italiens sont les plus gros consommateurs de pâtes alimentaires. Le riz Le riz est une plante domestiquée il y a plus de cinq mille ans par des populations de l actuelle Chine qui ont sélectionné des espèces sauvages de l Asie du Sud-Est. Plante sacrée dans de nombreux pays, le riz est une céréale presque exclusivement consommée par l Homme. Si c est en Asie que 91% du riz produit est consommé, sa consommation progresse partout dans le monde (42kg par personne et par an en 1970, 62 kg aujourd hui). 29

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base.

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base. AIDE-MÉMOIRE Définitions Consommer une variété d aliments nutritifs en quantité adéquate pour répondre à ses besoins. Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité. Consommation d une variété

Plus en détail

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER... POURQUOI? POUR QUI? À Après huit à douze heures de sommeil, les réserves d'énergie de l'organisme sont épuisées : le petit déjeuner

Plus en détail

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Nécessité de mieux comprendre le comportement alimentaire du rongeur, Nombreux échecs

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

Séance n 1 : Les 5 sens dans la dégustation

Séance n 1 : Les 5 sens dans la dégustation Séance n 1 : Les 5 sens dans la dégustation Objectif de la séance : Mettre en évidence la participation des 5 sens dans la dégustation Découvrir les 3 étapes de la dégustation et voir les différents sens

Plus en détail

LA RICHESSE DES ARÔMES

LA RICHESSE DES ARÔMES L ODORAT LA RICHESSE DES ARÔMES Chaque aliment contient une odeur spécifique. Cette odeur est véhiculée grâce aux molécules volatiles, de taille et de structure caractéristiques. Transportées par l air,

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T Comment concilier goût et nutrition? Bilan des travaux des groupes de travail PNNS sur les lipides et sur le goût Sébastien REMY DGAL/SA/SDQA/BNVQA Éléments de contexte : Le PNNS prévoit la signature de

Plus en détail

Présentation des animations Aux Goûts du Jour

Présentation des animations Aux Goûts du Jour Présentation des animations Aux Goûts du Jour AUX GOÛTS DU JOUR est une association nationale d éducation alimentaire. Objectifs * Aider les enfants et les adultes à retrouver le plaisir de Bien manger.

Plus en détail

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004.

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter des maladies. Si la

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

6e Colloque Alpin de Soins Palliatifs "Alimentation, nutrition et hydratation en Soins Palliatifs : désir, partage et pratiques"

6e Colloque Alpin de Soins Palliatifs Alimentation, nutrition et hydratation en Soins Palliatifs : désir, partage et pratiques «Du besoin au désir» Les apports complémentaires : qualité ou quantité? Compléments Alimentation plaisir Aide-soignante, unité de Soins Palliatifs Diététicienne, Comité de Liaison en Alimentation Nutrition

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Séquence : La digestion

Séquence : La digestion Séquence : La digestion Objectifs généraux : Amener l élève à Faire les liens entre les savoirs acquis lors des séquences sur la circulation sanguine et la respiration et ceux présents dans cette séquence.

Plus en détail

LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens.

LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens. LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens. Les cinq sens cycle 2 - doc Ecole des Mines de Nantes 1 LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens. PROGRESSION GENERALE Séance n 1 : Recueil

Plus en détail

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES Une gamme variée pour les lieux de santé DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION ZOOM SUR NUTRITION & PLAISIR Tableau des GAMMES GAMMES LIEUX DE SANTÉ LA DÉNUTRITION, PARLONS-EN! Les personnes âgées ont besoin de

Plus en détail

Atelier cuisine thérapeutique. Hôpital de Jour

Atelier cuisine thérapeutique. Hôpital de Jour Atelier cuisine thérapeutique Hôpital de Jour Présentation Présentation du service Atelier cuisine thérapeutique Logistique Commande des produits Réception des produits Respect des règles d hygiène Profil

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

EQUILIBRE ALIMENTAIRE

EQUILIBRE ALIMENTAIRE EQUILIBRE ALIMENTAIRE Sommaire Pourquoi mange t'on? Qu'est ce qui influence notre alimentation? Pourquoi manger équilibré? Comment manger équilibré? Les différents groupes d'aliments. La composition des

Plus en détail

La viande dans l alimentation du nourrisson Muriel Jaquet, Société Suisse de Nutrition SSN. Symposium Pro viande, 16 janvier 2013

La viande dans l alimentation du nourrisson Muriel Jaquet, Société Suisse de Nutrition SSN. Symposium Pro viande, 16 janvier 2013 La viande dans l alimentation du nourrisson Muriel Jaquet, Société Suisse de Nutrition SSN Symposium Pro viande, 16 janvier 2013 La viande dans l alimentation du nourrisson Les recommandations pour l alimentation

Plus en détail

PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS

PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS Votre appétit vous fait défaut Fractionnez votre alimentation en petits repas : prévoyez 2 à 3 collations dans la journée. Exemples de collations : entremets, biscuits, toasts,

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

POLITIQUE ALIMENTAIRE

POLITIQUE ALIMENTAIRE POLITIQUE ALIMENTAIRE MODIFIÉ ET ADOPTÉ LE 1 AVRIL 2014 L alimentation est un besoin essentiel à la vie et va bien au-delà du simple fait de se nourrir. Elle touche toutes les dimensions du développement

Plus en détail

PARTIE 1 : DROIT DE L ALIMENTATION

PARTIE 1 : DROIT DE L ALIMENTATION PARTIE 1 : DROIT DE L ALIMENTATION I ) Les origines et objectifs du droit de l alimentation II ) Les rôles des organismes consultatifs, décisionnels et de contrôle 1 ) International 2) Européen 3 ) National

Plus en détail

LA DIVERSITÉ DES GOÛTS...

LA DIVERSITÉ DES GOÛTS... LE GOÛT LA DIVERSITÉ DES GOÛTS... Lors de l introduction d un aliment dans la bouche, ce dernier est broyé par la mâchoire et la digestion commence avec la salive. Les molécules issues de cette destruction

Plus en détail

Comment bien s hydrater pendant l été?

Comment bien s hydrater pendant l été? Comment bien s hydrater pendant l été? C est bien connu, il faut boire davantage en été pour ne pas se déshydrater, notamment en cas de forte chaleur. Il faut en effet être vigilant dès que la température

Plus en détail

du 4 au 18 septembre 2013 à la Croisée des Loisirs, Delémont

du 4 au 18 septembre 2013 à la Croisée des Loisirs, Delémont du 4 au 18 septembre 2013 à la Croisée des Loisirs, Delémont Dossier de présentation 2013 Atelier-découvertes pour enfants, de la nature à l'assiette. Dans le cadre de la Semaine suisse du Goût, Delémont

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON?

COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON? COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON? V ous ne voulez pas (ou ne pouvez pas) allaiter votre bébé au sein, ou vous souhaitez cesser de l allaiter plus tôt que ce qui est recommandé. Il faut alors lui donner

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

L alimentation de la personne âgée

L alimentation de la personne âgée La recette du mois L alimentation de la personne âgée Niveau de difficulté : Ingrédients indispensables : 3 cuillerées d imagination 2 bonnes doses de convivialité 1 brin de vigilance Ustensiles : User

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

Carnet. de santé. Nom :... Prénom :...

Carnet. de santé. Nom :... Prénom :... Carnet de santé Nom :................................................................... Prénom :.............................................................. Conseils aux parents Alimentation Pendant

Plus en détail

NUTRITION NATATION SECTION LUC NATATION

NUTRITION NATATION SECTION LUC NATATION NUTRITION NATATION SECTION LUC NATATION SOMMAIRE LA RATION DE RECUPERATION LA RATION DE PRE-COMPETITION LA RATION D ATTENTE HYDRATATION ET DESHYDRATATION DE RECUPERATION LA RATION Elle se décompose en

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION. (Oqali)

OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION. (Oqali) OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION (Oqali) ETUDE SUR LES INNOVATIONS- PRODUITS DANS L OFFRE ALIMENTAIRE : EXEMPLE DES FIBRES ETUDE SUR LES INNOVATIONS-PRODUITS DANS L OFFRE ALIMENTAIRE : EXEMPLE

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR INFORMATIONS DIETETIQUES SERVICE RESTAURATION DE LA VILLE D YZEURE DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR I - DEFINITION DE LA DIETETIQUE : La diététique est une science qui n est pas uniquement destinée à

Plus en détail

Les gastronomes en couches-culottes. Mardi 10 décembre, Thury-Harcourt

Les gastronomes en couches-culottes. Mardi 10 décembre, Thury-Harcourt Les gastronomes en couches-culottes Mardi 10 décembre, Thury-Harcourt Catherine Robine est diététicienne, elle a longtemps travaillé en pédiatrie au CHU de Caen, exerce toujours en milieu hospitalier.

Plus en détail

Aliments Nutritifs pour les Adultes en bonne santé

Aliments Nutritifs pour les Adultes en bonne santé (French) Aliments Nutritifs pour les Adultes en bonne santé Bien manger veut dire manger une nourriture variée chaque jour comprenant une nourriture équilibrée, des fruits, des légumes, du lait et autres

Plus en détail

Objectifs : Définir le comportement d achat Repérer les catégories de clients Définir les besoins, motivations, mobiles et freins à l achat

Objectifs : Définir le comportement d achat Repérer les catégories de clients Définir les besoins, motivations, mobiles et freins à l achat Objectifs : Définir le comportement d achat Repérer les catégories de clients Définir les besoins, motivations, mobiles et freins à l achat BESOINS ET DESIRS BESOINS DESIRS PRODUITS FAIM PATISSERIE RESTAURATION

Plus en détail

Acheter à manger : un regard critique sur la consommation

Acheter à manger : un regard critique sur la consommation Pistes pour l éducation en vue d un développement durable (EDD) Poster «1024 Regards» Acheter à manger : un regard critique sur la consommation Thème : L alimentation, la consommation Niveaux : Cycle 1

Plus en détail

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS Si la prise alimentaire devient trop difficile il pourra être envisagée une nutrition artificielle en parallèle ou exclusive. Le but sera de diminuer la souffrance que peut impliquer l alimentation par

Plus en détail

Formation diététique et restauration

Formation diététique et restauration L alimentation Formation diététique et restauration Janvier 2016 L alimentation doit apporter une quantité suffisante des différents nutriments nécessaires pour assurer la couverture de l ensemble des

Plus en détail

BESOIN DE BOIRE ET MANGER PROMOTION VAN GOGH MODULE 1-SEPTEMBRE 2015 S. L ENFANT

BESOIN DE BOIRE ET MANGER PROMOTION VAN GOGH MODULE 1-SEPTEMBRE 2015 S. L ENFANT BESOIN DE BOIRE ET MANGER PROMOTION VAN GOGH MODULE 1-SEPTEMBRE 2015 S. L ENFANT DÈS LA NAISSANCE, L ENFANT EST CAPABLE DE BOIRE UNE QUANTITÉ DE LAIT BIEN DÉFINIE AVANT DE S ARRÊTER, POURQUOI? DÈS LA NAISSANCE,

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. I/Comportements alimentaires et satisfaction des besoins.

ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. I/Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. I/Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. Introduction : Bien manger : une simple complication! Simple parce que manger varié et le garant d une bonne santé

Plus en détail

Françoise Haefliger- Rossier Enseignante Référent pédagogique senso5 9 mars 2010

Françoise Haefliger- Rossier Enseignante Référent pédagogique senso5 9 mars 2010 Françoise Haefliger- Rossier Enseignante Référent pédagogique senso5 9 mars 2010 1 Le moment préféré des enfants? La dégustation! Le plaisir des enfants! mais aussi des chips, des caramels, du On développe

Plus en détail

Mis à jour le 3 avril 2009 Service Enfance/Jeunesse. Service Enfance/Jeunesse La Celle Saint-Cloud 01.30.78.10.36

Mis à jour le 3 avril 2009 Service Enfance/Jeunesse. Service Enfance/Jeunesse La Celle Saint-Cloud 01.30.78.10.36 Mis à jour le 3 avril 2009 Service Enfance/Jeunesse Service Enfance/Jeunesse La Celle Saint-Cloud 01.30.78.10.36 Le temps du repas est aujourd hui conçu comme un moment privilégié de la journée d un enfant.

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

MANGER ET BOUGER. pyramide alimentaire : http://www.mycook.fr/la-pyramide-alimentaire/

MANGER ET BOUGER. pyramide alimentaire : http://www.mycook.fr/la-pyramide-alimentaire/ MANGER ET BOUGER Objectifs : - Comprendre l importance de manger de façon équilibrée : identifier de quoi est constitué le corps humain comprendre que chaque aliment a un intérêt pour le corps humain identifier

Plus en détail

«Manger = un plaisir!»

«Manger = un plaisir!» 9. Jeux: 1. Complète: A. Il faut en boire 1,5 litre par jour:... B. Quel est la première activité à réaliser pour éviter la constipation:... C. Certains aliments comme le poisson dégage beaucoup d o...

Plus en détail

Les petits guides. Parents. Vivons en forme

Les petits guides. Parents. Vivons en forme Les petits guides Parents Vivons en forme Trop ou trop peu, comment mange mon enfant? Léa et Enzo se ressemblent beaucoup? Normal, ils sont frère et sœur! Mais à table, ils n ont pas le même discours.

Plus en détail

www.effinov-sport.fr Optimisez naturellement vos performances grâce à la micronutrition sportive. Dans le respect de votre santé.

www.effinov-sport.fr Optimisez naturellement vos performances grâce à la micronutrition sportive. Dans le respect de votre santé. Optimisez naturellement vos performances grâce à la micronutrition sportive. Dans le respect de votre santé. Boissons énergétiques et de récupération garanties sans dopage. www.effinov-sport.fr Optimisez

Plus en détail

L alimentation du jeune sportif

L alimentation du jeune sportif L alimentation du jeune sportif L entraînement commence à table Damien PAUQUET Diététicien nutritionniste du sport info@nutripauquet.be Plan de l exposé : Les règles du jeu Pour tous ceux qui font du sport,

Plus en détail

Problèmes d alimentation dans le syndrome de Barth

Problèmes d alimentation dans le syndrome de Barth Problèmes d alimentation dans le syndrome de Barth L alimentation peut être un problème compliqué pour l individu atteint du Syndrome de Barth (BS). Insuffisance cardiaque, fatigue et diverses complications

Plus en détail

36 % à 80% des patients atteints de

36 % à 80% des patients atteints de Nutrition et Cancer au quotidien Réseau onco Vannes 18 octobre 2012 Objectif : Éviter la dénutrition 36 % à 80% des patients atteints de cancer sont dénutris. 5 à 25 % de décès dus à la dénutrition et

Plus en détail

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour.

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Et il y a tant de choix que ce n est pas compliqué! 3 produits laitiers par jour! (jusqu à 4 pour les enfants, les ados

Plus en détail

Comportements alimentaires et satisfaction des besoins.

Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. PARTIE II : ALIMENTATION, PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. Introduction : L organisme prélève dans son milieu les aliments qu

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique.

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique. POUR UNE ALIMENTATION EQUILIBREE, BESOINS ET RYTHMES ALIMENTAIRES I- BESOINS NUTRITIONNELS L'alimentation de l'adolescent doit : - Respecter la répartition et l équilibre entre les principaux nutriments

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

L ALIMENTATION DE L ENFANT LE 20 MARS 2013

L ALIMENTATION DE L ENFANT LE 20 MARS 2013 L ALIMENTATION DE L ENFANT LE 20 MARS 2013 PLAN DE L EXPOSE Pourquoi mange-t-on? Spécificités pour l enfant La pyramide alimentaire Besoins nutritionnels par tranches d âges Comportements POURQUOI MANGE-T-0N?

Plus en détail

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation Jeunes : activités d apprentissage Soutien aux familles Écoles et milieux fréquentés par les jeunes : environnements physique et social Communauté CE QUE L ON SAIT Les préférences alimentaires, les connaissances

Plus en détail

OPTION Neurobiologie. Les Emotions

OPTION Neurobiologie. Les Emotions OPTION Neurobiologie Les Emotions 1. Situation du Problème a. Qu est-ce qu une émotion? C est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l on peut reconnaître en soi ou prêter aux

Plus en détail

Pour un match ayant lieu dans la matinée, vous pouvez prendre un petit déjeuner classique :

Pour un match ayant lieu dans la matinée, vous pouvez prendre un petit déjeuner classique : La préparation d un match passe aussi par l alimentation. Pour être performant lors d un match, il est essentiel de bien s alimenter avant! AVANT VOTRE MATCH Pour aborder votre match dans les meilleures

Plus en détail

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION Compétence : Découvrir les parties du corps et les 5 sens. Leurs caractéristiques et leurs fonctions. Finalité : Préparer

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION

ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION Première caractérisation du secteur (données 2012) SYNTHESE Etude du secteur des sauces condimentaires-oqali Données 2011-Edition 2013 EDITION 2014 Synthèse de l

Plus en détail

Mais cela ne vous suffit peut-être pas et vous souhaitez disposer d une documentation écrite; nous vous avons préparé un dossier ad hoc:

Mais cela ne vous suffit peut-être pas et vous souhaitez disposer d une documentation écrite; nous vous avons préparé un dossier ad hoc: Chère enseignante, cher enseignant, Berne, octobre 2014 Vous prévoyez une excursion avec une visite de l exposition de Chocolat Frey? Vous vous demandez ce que vous pourrez y faire avec vos élèves et ce

Plus en détail

ATELIER 1 Importance de l odorat dans l acte alimentaire

ATELIER 1 Importance de l odorat dans l acte alimentaire ATELIER 1 Importance de l odorat dans l acte alimentaire OBJECTIFS Faire prendre conscience de l importance de l odorat lorsque l on mange (olfaction directe versus olfaction retronasale). Faire prendre

Plus en détail

Qualité/Prix/Choix. www.landi.ch

Qualité/Prix/Choix. www.landi.ch 2013 Qualité/Prix/Choix www.landi.ch L aliment adéquat pour votre félin. Avec bitscat, vous assurez santé et bien-être à vos meilleurs amis à quatre pattes. Les produits bitscat sont des aliments de haute

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DURANT L ENFANCE ET L ADOLESCENCE PROFESSEUR N. RIGAL MAITRE DE CONFERENCES EN PSYCHOLOGIE DU DEVELOPPEMENT, UNIVERSITE DE PARIS 10, FRANCE rigal.n@free.fr Rôle

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

INFLUENCE DE LA PUBLICITÉ TÉLÉVISÉE SUR LES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES DES ENFANTS

INFLUENCE DE LA PUBLICITÉ TÉLÉVISÉE SUR LES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES DES ENFANTS UFC-QUE CHOISIR PREMIÈRE ORGANISATION DE CONSOMMATEURS EN FRANCE www.quechoisir.org INFLUENCE DE LA PUBLICITÉ TÉLÉVISÉE SUR LES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES DES ENFANTS SYNTHÈSE novembre 2006 INFLUENCE

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Manger équilibré et à sa faim

Manger équilibré et à sa faim Manger équilibré et à sa faim De la faim à la satiété La satiété au service de l équilibre Manger équilibré est souvent associé à la restriction ou au régime. Pourtant, avoir une alimentation équilibrée,

Plus en détail

Enquête de Satisfaction réalisée auprès des consommateurs

Enquête de Satisfaction réalisée auprès des consommateurs Enquête de Satisfaction réalisée auprès des consommateurs Présentation des résultats Direction régionale : PAYS DE LA LOIRE 565201 - UIOSS Enquête de novembre - décembre 2014 Direction Qualité Tel : 01

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES MOTRICITÉ AFFECTIVITÉ SOCIALISATION COMMUNICATION CONNAISSANCE Agir efficacement sur le plan sensorimoteur

Plus en détail

5 5 en découvrant des recettes qui permettent de réaliser une cuisine minceur tout en se régalant.

5 5 en découvrant des recettes qui permettent de réaliser une cuisine minceur tout en se régalant. Introduction P erdre du poids... facile à dire, mais pas facile à faire. Et la tâche est encore plus ardue si on veut tout à la fois, c est-à-dire maigrir sans fatigue, sans carences, tout en gardant le

Plus en détail

Plats préparés. Plats préparés

Plats préparés. Plats préparés Plats préparés Plats préparés Les plats préparés ou prêts à consommer trouvent de plus en plus leur place dans notre alimentation quotidienne. Nous n avons pas toujours la possibilité de préparer chaque

Plus en détail

Je trie les aliments du monde entier

Je trie les aliments du monde entier 5 6 7 Mon corps a des besoins Je trie les aliments du monde entier JE DÉCOUVRE LES ALIMENTS. 1. On peut trier les aliments dans quatre groupes (ou familles) différents. 2. Donne un nom à chacune des familles.

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

Découverte de l analyse sensorielle et de son utilisation en production légumière

Découverte de l analyse sensorielle et de son utilisation en production légumière Découverte de l analyse sensorielle et de son utilisation en production légumière Anne-Blandine Hélias 28 juin 2007 BBV Nos objectifs Performance des variétés végétales Qualité : traçabilité génétique

Plus en détail

Activités physiques et dépense énergétique

Activités physiques et dépense énergétique Observe Le fonctionnement du corps humain et l éducation à la santé : alimentation et hygiène alimentaire Activités physiques et dépense énergétique 1. Voici la quantité d énergie que ton corps dépense

Plus en détail

CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON. 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve)

CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON. 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve) CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve) 1.1 Adopter une alimentation équilibrée : Veiller aux quantités,

Plus en détail

ALLEZ DIRECTEMENT A L ESSENTIEL L ESSENTIEL, C EST LA CONFIANCE

ALLEZ DIRECTEMENT A L ESSENTIEL L ESSENTIEL, C EST LA CONFIANCE L ESSENTIEL, C EST LA CONFIANCE Le Centre d Information des Viandes est une association loi 1901. Plate-forme d échanges et d information, le CIV réunit les professionnels de la filière viande ainsi qu

Plus en détail

Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié

Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié le 26 / 10/ 2007 Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge Développement des fonctions digestives Besoins du

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 62 HERBANEWS SOMMAIRE Les protéines Définition, rôles et particularités des protéines Les recommandations du PNNS et comment y arriver? Quels sont les aliments

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS)

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS) Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS) CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie- présente des particularités

Plus en détail