Conformité et vices cachés dans le droit de la vente

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conformité et vices cachés dans le droit de la vente"

Transcription

1 Thomas Canfin Conformité et vices cachés dans le droit de la vente Publibook

2 Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires PARIS France Tél. : +33 (0) IDDN.FR R.P Cet ouvrage a fait l objet d une première publication aux Éditions Publibook en 2010

3 Table des principales abréviations Paragraphe A.J. Actualité juridique adde Ajouter al. alinéa AN Assemblée nationale Arch. pil. dr. Archives de philosophie du droit art. article BGB Code civil (allemand) BGH Cour fédérale de justice allemande BRDA Bulletin rapide de droit des affaires Francis Lefebvre Bull. civ. I Bulletin de la première chambre civile Bull. civ. II Bulletin de la deuxième chambre civile Bull. civ. III Bulletin de la troisième chambre civile Bull. civ. IV Bulletin de la chambre commerciale Bull. info. C. cass. Bulletin d information de la Cour de cassation C. ass. Code des assurances C. civ. Code civil C. com. Code de commerce C. consom. Code de la consommation C. prop. intell. Code de la propriété intellectuelle C. trav. Code du travail CA Cour d appel Cass. 1 ère civ. Première chambre civile de la Cour de cassation Cass. 2 ème civ. Deuxième chambre civile de la Cour de cassation Cass. 3 ème civ. Troisième chambre civile de la Cour de cassation Cass. ass. plén. Assemblée plénière de la Cour de cassation Cass. civ. Chambre civile de la Cour de cassation, antérieurement à la réforme Cass. com. Chambre commerciale de la Cour de cassation Cass. crim. Chambre criminelle de la Cour de cassation Cass. req. Chambre des requêtes de la Cour de cassation CCH Code de la construction et de l habitation CEDH Convention européenne des droits de l Homme Cf. confer Ch. mixte Chambre mixte Chron. chronique coll. collection comm. commentaire Comp. comparer 7

4 Concl. conclusion Contra Solution, opinion contraire Contrats conc. conso. Revue Contrat-concurrence-consommation Conv. Vienne Convention de Vienne du 11 avril 1980 CPC Code de procédure civile D. Recueil Dalloz D. aff. Dalloz affaires DA Recueil analytique Dalloz Déclar. Déclaration Defrénois Répertoire du Notariat Defrénois DH Recueil hebdomadaire Dalloz Dir. Directive doct. doctrine DP Recueil périodique et critique Dalloz (avant 1941) Dr. Droit Dr. et patrimoine Droit et patrimoine Ed. Editeur ; Editions (maison d édition) éd. édition (s) (version) ex. exemple Fasc. Fascicule Gaz. Pal. Gazette du Palais HGB Code de commerce (allemand) Ibid. Ibidem, au même endroit in Cité dans infra ci-dessous IR. Informations rapides J.-Cl. Juris-Classeur JCP éd. E. La semaine juridique, édition Entreprise JCP éd. G. La semaine juridique, édition Générale JCP éd. N. La semaine juridique édition Notariale JO Journal officiel JOCE Journal officiel des communautés européennes Jur. Jurisprudence L. Loi LG Tribunal régional (tribunal d instance allemand) n numéro NCPC Nouveau code de procédure civile Obs. observation OLG Tribunal de grande instance (allemand) Op. cit. Opere citato, ouvrage déjà cité Ord. Ordonnance p. page pan. panorama Préc. précité Préf. Préface Quot. jur. Le Quotidien juridique RAE Revue des affaires européennes rapp. rapport 8

5 Rappr. Rapprocher RD imm. Revue de droit immobilier RDAI Revue de droit des affaires internationales RDI Revue de droit immobilier RDIDC Revue de droit international et de droit comparé REDC Revue européenne de droit de la consommation REDP Revue européenne de droit privé Resp. civ. et assur. Responsabilité civile et assurance Rev. Revue RIDC Revue internationale de droit comparé RJ com. Revue de jurisprudence commerciale, ancien journal des Agrées RJDA Revue de jurisprudence de droit des affaires RMCUE Revue du marché commun er de l Union Européenne RRJ Revue de recherche jurique Droit prospectif RTD civ. Revue trimestrielle de droit civil RTD com. Revue trimestrielle de droit commercial S. Ancien recueil Dalloz-Sirey s. suivant(e)s SC. sommaire commenté Som. sommaire Supra ci-dessus t. tome TGI Tribunal de grande instance Trib. com. Tribunal de commerce UE Union Européenne V. Voir Vol. Volume 9

6

7 Introduction 1. Les contrats relatifs aux biens se caractérisent, soit par la transmission d une chose, soit par sa mise à disposition. Il peut arriver que celle-ci ne donne pas entière satisfaction à celui qui la reçoit ou même qu elle lui cause un dommage. Le droit français comporte donc des mécanismes destinés à assurer à celui qui acquiert la propriété d une chose ou en obtient l usage, que celle-ci sera conforme à son attente et qu elle lui rendra les services qu il peut normalement espérer. Ainsi en est-il de la conformité et des vices cachés dans le contrat de vente. Dès l intitulé de cette étude, l accent est mis sur l acheteur qui se plaint, soit de la livraison d une chose non conforme à celle qu il avait commandée, soit d un vice caché de la chose, la rendant impropre à l usage pour lequel il l avait acquise. Le sujet est loin d être théorique, ainsi, les tribunaux regorgent de litiges intentés par des acquéreurs insatisfaits. 2. Cela est vrai concernant l obligation de conformité. Par exemple, aucun changement dans les commandes d une société commercialisant des jetés de lit n était intervenu tandis que, de sa propre initiative, le fabricant vendeur avait modifié le tissu d envers utilisé, de sorte que les qualités de stabilité du tissu initial ne se retrouvaient plus dans les produits litigieux. La Cour de cassation estime donc, que le vendeur a commis un manquement à son obligation de délivrance d un produit conforme à une commande inchangée depuis l origine 1. De même, un acheteur commande des volets roulants en aluminium laqué monobloc. Les caissons de volets que lui livre le vendeur sont en PVC habillé à l extérieur d une tôle d aluminium. La Cour de cassation condamne le vendeur au motif que «le vendeur est tenu de délivrer une chose dont les caractéristiques correspondent à la commande» 2. Enfin, sur le même principe, manque à son obligation de livrer des semences conformes aux spécifications contractuelles habituelles, le 1 Cass. com., 8 juill : Juris-Data n ; JCP éd. E. 2003, pan. 406 ; JCP éd. G. 2003, IV, 2633 ; Contrats conc. consom. 2004, comm. n 5. 2 Cass. com., 5 mars 2002 : Juris-Data n

8 vendeur qui livre des graines non traitées et porteuses d une maladie alors qu un usage s était instauré entre les parties en relations d affaires depuis plusieurs années, de commandes de semences toujours traitées Cela est également vrai en ce qui concerne la garantie des vices cachés. Par exemple, une propriétaire de maison sait que sa charpente est grignotée par des insectes xylophages. Au moment de la vente, elle n en dit rien à ses acquéreurs. Cette connaissance du vice (et de fait, cette mauvaise foi) l empêche de se prévaloir de la clause de non-garantie des défauts cachés, qui, comme toujours, a été insérée dans l acte authentique de vente. Elle est donc tenue de la garantie des vices cachés 4. Par ailleurs, l avarie d un moteur, due à l inclusion d un flocon d hydrogène dans le métal d une bielle, est un vice caché 5. Enfin, l impropriété des tuiles gélives résulte non pas de ce que les tuiles livrées sont différentes de celles objet de la commande, mais de ce qu elles sont affectées de défauts de nature à les rendre impropres à leur destination normale. La garantie des vices cachés s applique, et constitue l unique fondement possible de l action contre le vendeur A la vue de ces quelques exemples de jurisprudence il est aisé de constater que cette question de la conformité et de la garantie des vices cachés, bien qu étudiée de façon approfondie par de nombreux auteurs, reste plus que jamais d actualité. En effet, les changements importants intervenus dernièrement, appellent sans doute une remise en cause des solutions admises. 5. Au départ, les choses sont pourtant simples. La vente est définie par l article 1582, alinéa 1 er du Code civil comme «la convention par laquelle l un s oblige à livrer une chose, et l autre à la payer». Le contrat de vente est donc la convention qui gère les différents droits et obligations des parties à la vente. Ce contrat peut être civil, commercial ou mixte, selon la nature des parties et les desseins qu elles poursuivent. Il peut concerner différents genres de biens : mobiliers ou immobiliers, corporels ou incorporels. Enfin, il peut être national ou international. La présente étude a vocation à traiter 3 Cass. 1 ère civ. 30 mars 1999 : Juris-Data n Cass. 3 ème civ., 4 févr : Juris-Data n Cass. com., 28 mai 2002 : Juris-Data n Cass. 1 ère civ., 1 er déc : Juris-Data n

9 de tous ces types de contrats, mais plus amplement du contrat de vente de biens mobiliers en droit national, que la vente soit civile ou commerciale. C est en effet cette matière qui est le siège de tous les enjeux doctrinaux et jurisprudentiels depuis les années De sucroît, cette étude ne concernera que les contrats dont la qualification juridique de vente est certaine. Ne seront donc pas examinés les cas portant sur des contrats voisins de la vente, tels que le louage d ouvrage, le crédit-bail, le mandat, etc En tout état de cause, ce contrat met en relation un vendeur et un acquéreur qui s accordent sur la chose et sur le prix. C est de l insatisfaction de ce dernier que naissent les obligations qui nous intéressent. L insatisfaction dont il est question, peut se définir comme un état d esprit résultant du décalage entre ce qu une personne attendait et ce qu elle a obtenu. En outre, l insatisfaction de l acquéreur qui nous intéresse, est celle qui porte sur l état du bien vendu. C est l état de la chose, objet de la vente, qui est à l origine du litige. Cela nous conduit à exclure du champ de l étude, les litiges qui peuvent naître à l occasion de la vente mais qui ne portent pas directement sur la chose même qui en est l objet. 7. Aux termes de l article 1603 du Code civil, le vendeur «a deux obligations principales, celle de délivrer et celle de garantir la chose qu il vend». Dans le schéma classique du Code civil, leur champ d action est chronologiquement différent. La première d entre elles, l obligation de délivrance, est aussi la plus importante. Elle est censée être contemporaine de l exécution de la vente 8. Il convient de noter que la délivrance ne transfère ni la propriété, ni la possession de la chose, mais seulement sa détention. Elle est la contrepartie de l obligation de l acheteur au paiement du prix. Elle consiste dans le «transport de la chose vendue en la puissance et possession de l acheteur» (art. 1604). Le Code civil précise les modalités d exécution de cette obligation : remise matérielle ou juridique de la chose (art à 1615) ; délivrance de la contenance, c est-à-dire de la quantité promise (art à 1624). En revanche, le Code n aménage pas de dispositions spéciales concernant les qualités de la chose vendue. Ces qualités sont cependant indirectement et négativement prises en compte lorsque la chose 7 Sur la distinction du contrat de vente avec des contrats voisins : v. J. HUET, Contrats civils et commerciaux, Responsabilité du vendeur et garantie contre les vices cachés, Connaissance pratique du droit, Litec, 1987, n 109 et s. 8 V. A. BENABENT, Droit civil, Les contrats civils et commerciaux, 6 ème éd. 2004, Montchrestien, n

10 présente des défauts. La seconde obligation principale du vendeur prend alors le relais, elle est en effet censée naître postérieurement à la délivrance. Mais l obligation de garantie est double. L acheteur est protégé contre l éviction (art à 1640) et contre les vices cachés (art à 1649), c est-à-dire contre les défauts du titre et ceux de la chose. 8. La délivrance de la chose vendue assure l exécution de la prestation du vendeur, et permet à l acquéreur de jouir de la chose dans des conditions qu il détermine librement. Mais cela n est possible que lorsque la chose remise est conforme à ce qu avaient prévu les parties dans le contrat 9. En effet, les articles 1614 et 1615 du Code civil déterminent les contours de la conformité, en précisant que «la chose doit être délivrée en l état où elle se trouve au moment de la vente. Depuis ce jour tous les fruits appartiennent à l acquéreur», et que «l obligation de délivrer une chose comprend ses accessoires et tout ce qui est destiné à son usage perpétuel». Notons que dans cette étude, il pourra être fait usage indifféremment des termes de conformité, de livraison conforme ou encore de délivrance conforme, toutes ces formules ayant pour nous le même sens. De même, la non-conformité ou le manquement à l obligation de délivrance conforme, auront pour nous la même signification juridique. 9. Ainsi, le vendeur doit satisfaire son acheteur, en lui délivrant une chose conforme, en tout point à ce qui a été prévu dans l accord de volontés 10. Il ne peut en substituer une autre sans l accord de l acheteur (articles 1243 à 1246 du Code civil), faute de quoi, il engage sa responsabilité pour 9 Sur la délivrance conforme : C. ATIAS, L obligation de délivrance conforme, D chron. p C. ATIAS, La distinction du vice caché et de la non-conformité, D. 1993, chron. p A. BENABENT, Conformité et vices cachés dans la vente : l éclaircie, D. 1994, chron. p C. BOULLEZ, La garantie des vices : la part maudite de la jurisprudence, Gaz. Pal doctr., p R. FAMILY, Erreur, non-conformité, vice caché : état des questions à l heure de la transposition de la directive du 25 mai 1999 Contrats conc. consom. 2002, chron. n 7. - P. JOURDAIN, Gaz. Pal doctr. 826 (vices cachés et sécurité). - L. MERCIE, Petites Affiches 7 mars 2000 (vente automobile). - Ph. LE TOURNEAU, Conformités et garanties dans la vente d objets mobiliers corporels, RTD com. 1980, p O. TOURNAFOND, Les prétendus concours d actions et le contrat de vente, D. 1989, chron. p Cass. 1 ère civ., 20 mars 1989 : Bull. civ. I, n 140 ; D. 1989, IR. p. 178 ; D. 1997, n 34 p. 297, note Ch. ATIAS. 14

11 inexécution du contrat 11. Cette inexécution est sanctionnée par référence au droit commun des articles 1147 et 1184 du Code civil, à défaut de dispositions spéciales. La sanction réside donc, dans l allocation de dommagesintérêts à l acheteur et/ou dans la résolution du contrat selon la gravité de l inexécution. Notons toutefois, que si la non-conformité résulte de la délivrance d une contenance ou d une quantité de la chose différente de ce qui a été promis au contrat, alors le Code civil aménage un régime particulier dont les modalités sont détaillées en matière de vente d immeubles (articles 1616 et s.). Il y a non-conformité lorsque la chose livrée n est pas très précisément celle qui a été convenue dans le contrat 12. Il doit en aller de même lorsque la chose n est pas conforme aux normes administratives (de sécurité, sanitaires, administratives, etc.). Un bien en état d usage doit en effet être conforme aux normes imposées 13. En outre, lorsque le bien livré n est pas conforme à la destination que l acheteur compte lui donner, si cette destination particulière est entrée dans le champ contractuel, cela revient à une nonconformité au contrat 14. De façon consensuelle, le domaine de la non-conformité est d autant plus étendu que le contrat de vente désigne la chose et indique ce que l acheteur attend avec précision. Chaque fois que se révèle une différence entre la 11 Cass. 3 ème civ., 17 avr : Bull civ. III, n 145 ; JCP éd. G. 1974, IV, p. 200 (attribution à l acquéreur d un lot autre que celui correspondant à ses parts). - Cass. 1 ère civ. 26 nov : Bull. civ. I, n 310 ; D. 1981, IR. p. 439, obs. Ch. LARROUMET ; RTD civ. 1981, p. 647, obs. G. CORNU (délivrance d un livre portant un numéro de tirage différent de celui indiqué dans le contrat). - Cass. 1 ère civ., 1 er déc. 1987, 2 ème esp. : Bull. civ. I, n 324 ; JCP éd. E. 1988, I, ; D. 1988, IR. p. 262 ; Defrénois 1988, art , p. 199, rapp. SARGOS ; RTD civ. 1988, p. 368, obs. Ph. REMY ; RTD com. 1988, p. 671, obs. B. BOULOC (livraison de meubles munis de ferrures différentes de celles du modèle commandé, et d une autre série de référence). 12 Cass. 1 ère civ., 1 er déc. 1987, 1 ère esp. : Bull. civ. I, n 325 ; JCP éd. E. 1988, I, ; Defrénois 1988, art , p. 199, rapp. SARGOS ; RTD civ. 1988, p. 370, obs. Ph. RÉMY ; RTD com. 1988, p. 671, obs. B. BOULOC ; Rapp. ann. Cour cass., p. 220 (livraison d une voiture neuve, conforme au type demandé, mais de couleur différente). - Cass. 1 ère civ., 13 oct : Bull. civ. I, n 287 ; A. BENABENT, D chron. p. 211 ; A. BENABENT, Conformité et vices cachés dans la vente : l éclaircie, préc. ; JCP éd. G. 1994, I, 3757, n 6, obs. M. BILLIAU. - Cass. 1 ère civ., 18 juill : Bull. civ. I, n Cass. 3 ème civ., 17 janv : Bull. civ. III, n 26 ; D. 1991, som. p. 166, obs. O. TOURNAFOND (lotissement). - Cass. com., 21 janv : Bull. civ. IV, n 33 (hôtel restaurant non conforme aux normes d installations électriques). 14 Cass. 3 ème civ., 24 mars 1993 : D. 1993, IR. p. 96 (vente d un terrain à bâtir par une commune ; glissement de terrain). 15

12 chose et les indications expresses ou implicites dans le contrat, l acheteur est en principe en droit d invoquer l inexécution de l obligation de délivrance. Cette différence peut être d ordre quantitatif ou qualitatif 15. Elle peut même être d ordre esthétique 16. Il en résulte qu il importe peu en principe, que le bien livré présente certains avantages sur le bien commandé 17. La conformité ainsi définie, il importe de préciser un point important au sujet du défaut de sécurité de la chose vendue. 10. Il convient en effet, de mettre de côté un problème voisin mais distinct qui est celui du défaut de sécurité. Pour reprendre la formule d un auteur 18, si un appareil de télévision ne fournit pas des images de bonne qualité, on dira que l appareil n est pas conforme à l attente légitime des utilisateurs ; s il implose sans raison apparente, on dira qu il ne présente pas la sécurité à laquelle on peut légitimement s attendre. La distinction entre conformité et sécurité peut être faite, mutatis mutandis, pour toutes sortes de produits et de services mis sur le marché : voitures automobiles, denrées alimentaires, médicaments, produits cosmétiques, transport de personnes, services hôteliers, spectacles publics, etc. La conformité, c est l aptitude à l emploi ; la sécurité, c est l absence de danger. Les produits et les services mis sur le marché doivent répondre à cette double attente des consommateurs : ils doivent être conformes et ils doivent être sûrs. Pour que ce double but soit atteint, des règles préventives mettent des obligations à la charge des professionnels ; s il n est pas atteint, d autres règles organisent la réparation des dommages causés. 11. Jusqu à ces dernières années, le droit français considérait la sécurité comme un simple aspect de la conformité. Pour qu un produit soit conforme à l attente légitime des consommateurs, il faut entre autres qualités, qu il 15 Cass. 3 ème civ., 17 juill : Bull. civ. III, n 174 (en faisant figurer sur le plan de masse et le plan de commercialisation la mention d espaces verts situés en bordure de la parcelle acquise par les demandeurs, sur un terrain dont il avait la maîtrise, le vendeur a souscrit un engagement, dont le non respect peut justifier l octroi de dommages-intérêts). 16 Cass. 1 ère civ., 1 er déc : préc. 17 Il en va différemment si ces avantages ne sont qu accessoires et portent sur des éléments qui ne sont pas entrés dans le champ contractuel : v. CA Paris, 22 janv : D. 1991, som. p obs. O. TOURNAFOND (vente d une automobile livrée avec un pot catalytique non commandé spécialement : délivrance conforme). 18 V. J. CALAIS-AULOY, Ne mélangeons plus conformité et sécurité, D. 1993, chron. p.130 ; De la garantie des vices cachés à la garantie de conformité, Mélanges C. Mouly, Litec 1998, t. 2, p

13 présente un certain niveau de sécurité. La conformité, prise de manière large, englobe la sécurité. Mais les récentes années ont été marquées par la tendance générale à détacher ces deux obligations. La loi n du 19 mai crée les articles à du Code civil et instaure une responsabilité du fait des produits défectueux. Elle transpose en cela, la directive européenne n 85/374 du Conseil du 25 juillet relative au rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives des Etats membres, en matière de responsabilité du fait des produits défectueux. Les enjeux de sécurité et de santé des personnes sont distingués des intérêts économiques. Il est vrai que ce système n abolit pas les systèmes antérieurs, l article du Code civil disposant en effet que «les dispositions du présent titre ne portent pas atteinte aux droits dont la victime d un dommage peut se prévaloir au titre du droit de la responsabilité contractuelle ou extracontractuelle ou au titre d un régime spécial de responsabilité». Néanmoins, il nous apparaît clairement, que cette question est véritablement distincte de celle de la conformité et de la garantie des vices cachés dans le contrat de vente. Elle ne sera donc pas étudiée en elle-même dans cette étude. Cette précision étant apportée, il convient d appréhender la notion de garantie des vices cachés. Mais au préalable, une explication concernant la garantie contre l éviction se doit d être apportée. 12. Le contrat de vente a pour objet le transfert de propriété de la chose vendue. Il importe donc, que l acquéreur puisse jouir paisiblement de celleci sans être troublé dans sa possession. A cet égard, la simple obligation de délivrance ne suffit pas, c est pourquoi elle se double d une obligation de garantie d éviction par laquelle le vendeur est tenu, non seulement de ne pas 19 Commentaire de la loi du 19 mai 1998 : J. GHESTIN, JCP éd. G. 1998, I, 148 ; J. HUET, D. Aff p ; P. JOURDAIN, JCP éd. E. 1998, p. 821, Actualité ; ibid ; G. RAYMOND, Contrats conc. consom. 1998, chron. n 7 ; J. RAYNARD, chron. lég. RTD civ. 1998, p Directive (CE) n 85/374 : BERG, JCP éd. G. 1996, I, 3945 (risque de développement) ; FAGNART, Cah. Dr. Eur ; J. GHESTIN, D. 1986, chron. p Transposition de la directive en droit français : CARTOU, Petites Affiches 11 avr ; J. GHESTIN, RJ com ; HUGLO, JCP éd. E. 1990, II, ; Rev. aff. eur. 1991, n 2.23 ; P. JOURDAIN, RTD civ ; KARILA, Gaz. Pal doctr. 208 ; LEVEL, Gaz. Pal doctr. 492 ; PIZZIO, Dr. Et patrimoine, juin 1997, p

14 porter lui-même atteinte à la paisible jouissance du bien par l acquéreur, mais encore à défendre l acquéreur contre les troubles émanant de tiers. 13. Il existe un lien très étroit entre la garantie du fait personnel et l obligation de délivrance. Le vendeur ne peut donner d une main et reprendre de l autre. C est pourquoi, selon les termes de l article 1625 du Code civil, le vendeur doit garantir «la possession paisible de la chose vendue». En réalité, la garantie ne porte pas seulement sur la possession proprement dite. Elle vise aussi à empêcher les atteintes à la propriété et à la détention que l acheteur peut être amené à subir du fait du vendeur. La garantie est due non seulement par le vendeur, mais aussi par ses ayants cause universels 21. Cette garantie induit l existence d une obligation de ne pas faire transmissible et de plus, indivisible 22. Le vendeur ne doit occasionner ni troubles de droit ni troubles de fait à la possession ou à la propriété de l acheteur. La garantie est objective, elle est due même par un vendeur de bonne foi. 14. Le vendeur doit garantie lorsqu un tiers exprime la prétention d un droit sur la chose vendue. A la différence du trouble causé par le vendeur lui-même, que l on peut le plus souvent réparer en nature, la garantie du fait d un tiers donne généralement lieu à un système complexe d indemnisation, dès lors que le droit invoqué par le tiers ne peut être méconnu. Ce régime, détaillé par le Code civil, est assez largement favorable à l acheteur victime. C est qu en effet, le trouble correspond à une faute objective commise par le vendeur. Cependant, la rigueur de cette garantie ne va pas jusqu à interdire, à la différence du fait personnel, les clauses limitatives ou élusives de responsabilité du vendeur. Le Code civil limite toutefois les effets de telles clauses. 15. De manière générale, si cette obligation de garantie contre l éviction est d application fréquente en matière de vente immobilière, elle joue moins souvent dans les ventes mobilières car l article 2279 du Code civil en disposant : «en fait de meuble, la possession vaut titre» met, en 21 Cass. 1 ère civ., 5 mai 1987 : Bull. civ. I, n Chacun des héritiers du vendeur est tenu pour le tout à la garantie due par son auteur (Cass. 1 ère civ., 6 janv : Gaz. Pal., ). Mais si la sanction consiste dans l indemnisation de l acheteur, elle se divise entre les héritiers puisque son objet - paiement d une somme d argent - devient divisible. 18

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

MODE D EMPLOI Pour une prise en main rapide et efficace de vos Codes. Codes Dalloz Mode d emploi

MODE D EMPLOI Pour une prise en main rapide et efficace de vos Codes. Codes Dalloz Mode d emploi MODE D EMPLOI Pour une prise en main rapide et efficace de vos Codes 1 Organisation générale des Codes Les Codes Dalloz suivent la codification officielle des matières traitées, et sont rigoureusement

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes

Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes 2009 Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes 1. Fondement du régime des responsabilités a. Le régime général des responsabilités des acteurs de

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

Leçon 1. Le cautionnement

Leçon 1. Le cautionnement Objectifs : Connaître les différents types de cautionnement, le formalisme requis, les différentes obligations d information incombant au prêteur. Savoir la signification de la disproportion dans le cas

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : Réception des travaux 7 1. Nature juridique de la réception 10 2. Conditions de la réception 12 3. Effets de la réception 15 CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement 15 1.

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Gaschignard, SCP Le Bret-Desaché, SCP de Nervo et Poupet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Gaschignard, SCP Le Bret-Desaché, SCP de Nervo et Poupet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 28 janvier 2015 N de pourvoi: 13-19945 13-27050 ECLI:FR:CCASS:2015:C300108 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président

Plus en détail

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Actualité juridique publié le 24/03/2014, vu 1446 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à l hypothèse, oh combien classique,

Plus en détail

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion 1. Les faits Il est éventuellement envisagé d installer un magasin d occasion pour appareils électroniques dans

Plus en détail

Les règles con ictuelles en droit social international

Les règles con ictuelles en droit social international Chapitre 1 Les règles con ictuelles en droit social international Quand le contrat de travail présente un élément d extranéité (nationalité du salarié ou lieu de travail ou nationalité de l employeur ),

Plus en détail

L Essentiel des modalités de passation de la commande publique

L Essentiel des modalités de passation de la commande publique Alban Alexandre Coulibaly L Essentiel des modalités de passation de la commande publique Ou comment faire son marché Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Quant à l effet d une clause exonératoire dans un contrat de vente :

Quant à l effet d une clause exonératoire dans un contrat de vente : VENTE D UN IMMEUBLE INDIVIS AFFECTE D UN VICE CACHE Pierre ROUSSEAUX/S.N.P. ARTICLES PR6279-20120207-1100-SE ARTICLE De Pierre ROUSSEAUX, avocat, Président S.N.P. CHARLEROI (www.snp-charleroi.be) PHOTO

Plus en détail

TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry. Rapp. D. Duval-Arnould. Séance du 14 mars 2016

TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry. Rapp. D. Duval-Arnould. Séance du 14 mars 2016 1 TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry Rapp. D. Duval-Arnould Séance du 14 mars 2016 La question que vous a renvoyée le Conseil d Etat porte sur l ordre de juridiction compétent pour connaître du

Plus en détail

PIGNARRE Louis-Frédéric

PIGNARRE Louis-Frédéric PIGNARRE Louis-Frédéric Laboratoire de droit privé 14, rue Cardinal de Cabrières 34 060 Montpellier Louis-frederic.pignarre@univ-montp1.fr Fonctions et responsabilités universitaires - Professeur de droit

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

DROIT DE LA CONSTRUCTION

DROIT DE LA CONSTRUCTION DROIT DE LA CONSTRUCTION QUALIFICATION JURIDIQUE DES TROUBLES SUBIS PAR L ACQUEREUR Christophe DEGACHE Octobre 2011 La Cour de Cassation, dans un arrêt de censure du 21 septembre 2011 annulant partiellement

Plus en détail

Le Guide de l officine de pharmacie

Le Guide de l officine de pharmacie Cédric Charlas Le Guide de l officine de pharmacie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

CURRICULUM VITAE - Nicolas ÉRÉSÉO. MCF HDR en droit des contrats, de la concurrence et de la consommation

CURRICULUM VITAE - Nicolas ÉRÉSÉO. MCF HDR en droit des contrats, de la concurrence et de la consommation CURRICULUM VITAE - Nicolas ÉRÉSÉO MCF HDR en droit des contrats, de la concurrence et de la consommation Né le 13/01/1973 à Pau (64) 3, rue des Frères, 67000 Strasbourg Tel : 06-65-74-74-65 // 03-69-74-81-64

Plus en détail

DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette. Introduction

DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette. Introduction DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette Introduction 1) Notion d obligation 2) Typologie des obligations - La distinction des obligations selon leurs

Plus en détail

COURS. Introduction au droit. collection. Cours Mémento Lexique Méthodologie des travaux dirigés. Collection dirigée par Bernard Beignier

COURS. Introduction au droit. collection. Cours Mémento Lexique Méthodologie des travaux dirigés. Collection dirigée par Bernard Beignier Collection dirigée par Bernard Beignier LMD 1 er Semestre de L1 collection COURS Introduction au droit Cours Mémento Lexique Méthodologie des travaux dirigés Bernard BEIGNIER Corinne BLÉRY Anne-Laure THOMAT-RAYNAUD

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

PROPRIETE INTELLECTUELLE

PROPRIETE INTELLECTUELLE PROPRIETE INTELLECTUELLE CONFIRMATION PAR LA COUR DE CASSATION DE L EXCEPTION A LA NOTION D EPUISEMENT DES DROITS DU TITULAIRE D UNE MARQUE Stéphanie YAVORDIOS Septembre 2011 La Cour de cassation a, dans

Plus en détail

«DROIT CIVIL : Contrats spéciaux»

«DROIT CIVIL : Contrats spéciaux» Année universitaire 2014-2015 «DROIT CIVIL : Contrats spéciaux» Licence e 3 Semestre 6 Eva MOUIAL BASSILANA, Professeur Introduction générale au droit des contrats spéciaux A lire : - P. Puig, Pour un

Plus en détail

Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse

Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse Actualité juridique publié le 06/04/2014, vu 642 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat L affaire SUN WATER France et le jugement du Tribunal

Plus en détail

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles Fiche 1 La définition et les sources du droit commercial Les objectifs de la fiche Définir le champ d application du droit commercial Comprendre les particularités du droit commercial par rapport au droit

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les conditions générales de la SA EvoBus Belgium, ci-après dénommée «EvoBus», sont d application à la présente convention à l exclusion de toutes

Plus en détail

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES 24/11/2014 Le vendeur doit à l acheteur la garantie que le bien vendu est exempt de vices le rendant impropre à l usage auquel il est destiné ou diminuant tellement

Plus en détail

BAUX COMMERCIAUX. Avocat au Barreau de Paris

BAUX COMMERCIAUX. Avocat au Barreau de Paris BAUX COMMERCIAUX ACTUALITÉ 2011 2012 IMMATRICULATION DU PRENEUR Décisions i de la Cour de cassation 3è ch. Civ. : 15 sept. 2010 n 09 68521 23 nov. 2010 n 09 68685 18 janv. 2011 n 10 11583 3 mai 2011 n

Plus en détail

Il est également précisé :

Il est également précisé : Il est également précisé : Article 11.22. du CCAG- Travaux de 1976. «dans le cas d application d un prix forfaitaire, le prix est dû dès lors que l ouvrage, la partie d ouvrage ou l ensemble des prestations

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes

Conditions Générales de Ventes Conditions Générales de Ventes Les présentes conditions générales sont relatives à l utilisation du Site web www.izzyworld.eu et à la vente des produits de la société à responsabilité limitée CTC Craft,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

VENTE D UNE CHOSE VICIÉE DANS LES CONTRATS FRANCO-ALLEMANDS : QUEL DROIT EST LE PLUS FAVORABLE?

VENTE D UNE CHOSE VICIÉE DANS LES CONTRATS FRANCO-ALLEMANDS : QUEL DROIT EST LE PLUS FAVORABLE? VENTE D UNE CHOSE VICIÉE DANS LES CONTRATS FRANCO-ALLEMANDS : QUEL DROIT EST LE PLUS FAVORABLE? A l heure où les échanges internationaux des marchandises sont monnaie courante, il n est plus rare que les

Plus en détail

LES CRÉDITS PAR MOBILISATION

LES CRÉDITS PAR MOBILISATION LES CRÉDITS PAR MOBILISATION Les crédits par mobilisation peuvent concerner la cession Dailly, et les crédits d'exploitation tels l'escompte et l'affacturage 1. Ces derniers ayant fait l'objet de nos développements,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Décision n 2010-60 QPC 12 novembre 2010. M. Pierre B.

Décision n 2010-60 QPC 12 novembre 2010. M. Pierre B. Les Nouveaux cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-60 QPC 12 novembre 2010 M. Pierre B. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 15 septembre 2010 par la Cour de cassation d une

Plus en détail

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur...

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur... 1 Les droits de l acheteur confronté à un défaut de la chose vendue................ 7 Julie DEWEZ assistante à l U.C.L., collaboratrice notariale CHAPITRE 1 L obligation légale de délivrance d un bien

Plus en détail

La surveillance du salarié : les régimes applicables

La surveillance du salarié : les régimes applicables La surveillance du salarié : les régimes applicables Actualité juridique publié le 06/12/2014, vu 779 fois, Auteur : Xavier Berjot OCEAN Avocats 1. La surveillance interne Dans l arrêt du 5 novembre 2014,

Plus en détail

La Responsabilité pour fait normal

La Responsabilité pour fait normal Laurent Kaczmarek La Responsabilité pour fait normal Étude critique sur son originalité en matière civile extracontractuelle Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

La Bibliothèque. Méthodologie Recherche Juridique Lundi 27 septembre 2010

La Bibliothèque. Méthodologie Recherche Juridique Lundi 27 septembre 2010 La Bibliothèque Méthodologie Recherche Juridique Lundi 27 septembre 2010 Bibliothèque /lt/27septembre 2010 1 Sommaire 1. Vos besoins, Nos solutions 2. Je recherche un ouvrage depuis le Catalogue Aide Mémoire

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ARTICLE 1 CHAMP D APPLICATION ET OBJET Les présentes conditions générales de vente à distance (ci-après «CGV») régissent la relation contractuelle entre d une part, «Alphonse

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

La Révision comptable

La Révision comptable Jean-Marc Bénard La Révision comptable Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

Introduction 5. larcier 347

Introduction 5. larcier 347 TABLE DES MATIÈRES Introduction 5 Chapitre I L accès à la profession : l autorisation d établissement 7 Section 1. Le champ d application de la loi d établissement 8 A. Les personnes nécessitant une autorisation

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Absence de convocation de l épouse commune en biens

Absence de convocation de l épouse commune en biens CONVOCATIONS AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES Absence de convocation de l épouse commune en biens 1ère chambre D, 24 mars 2015, RG 13/05969 La convocation à une assemblée générale concernant des époux propriétaires

Plus en détail

Le patrimoine et les biens

Le patrimoine et les biens Le patrimoine et les biens Fiche 1 I. L existence du patrimoine II. La présence de biens Définitions Le patrimoine est un ensemble de biens et d obligations à valeur pécuniaire dont est titulaire un individu.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. DEFINITION L est un organisme de formation professionnelle qui développe et dispense des formations en présentiel intra-entreprise et interentreprises. L est rattaché à

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

Etude de cas N 1- Cours de DROIT des CONTRATS : Auteur G.Zara Res Homini Consulting

Etude de cas N 1- Cours de DROIT des CONTRATS : Auteur G.Zara Res Homini Consulting LE CONTRAT DE VENTE I. DÉFINITION DU CONTRAT DE VENTE II. QUELLES SONT LES PARTICULARITÉS / LES CARACTÈRES DU CONTRAT DE VENTE? A. Contrat consensuel B. Contrat synallagmatique C. Contrat à titre onéreux

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS INTRODUCTION la responsabilité médicale,c est l obligation morale ou juridique

Plus en détail

Vente en ligne, CGV et clauses abusives

Vente en ligne, CGV et clauses abusives Vente en ligne, CGV et clauses abusives L examen de sites de vente aux consommateurs (B-to-C) fait apparaître de manière récurrente des clauses contractuelles dans les conditions générales de vente (CGV)

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Universign Universign Version: 1.2 DIFFUSION PUBLIQUE Les présentes conditions de vente s appliquent entre d une part la société Cryptolog International au capital de 275

Plus en détail

Paragraphe premier L'OBLIGATION D'INFORMATION, DE RENSEIGNEMENT OU DE CONSEIL

Paragraphe premier L'OBLIGATION D'INFORMATION, DE RENSEIGNEMENT OU DE CONSEIL LES OBLIGATIONS DU VENDEUR Recensement. Aux termes de l'article 1603 du Code civil, le vendeur assume deux types d'obligations principales, celle de délivrer la chose vendue (II) et celle de garantir cette

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

FEVRIER 2013 EDITORIAL : LOYAUTE ET TRANSPARENCE

FEVRIER 2013 EDITORIAL : LOYAUTE ET TRANSPARENCE LETTRE DU DEPARTEMENT SOCIETES DROIT DES SOCIETES, FUSIONS-ACQUISITIONS, FINANCEMENT FEVRIER 2013 EDITORIAL : LOYAUTE ET TRANSPARENCE Depuis un certain temps déjà, la jurisprudence met l accent sur le

Plus en détail

DES MEUBLES CORPORELS

DES MEUBLES CORPORELS Un bien meuble corporel est un bien qui a une existence matérielle et qui peut être déplacé (ex : un téléviseur, une voiture). Les procédures civiles d exécution, et notamment les saisies de meubles corporels,

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

Les difficultés d application de la loi Carrez du 18 décembre 1996 étaient prévisibles.

Les difficultés d application de la loi Carrez du 18 décembre 1996 étaient prévisibles. VENTE D UN APPARTEMENT EVOLUTION DE LA JURISPRUDENCE EN CE QUI CONCERNE LOI CARREZ Les difficultés d application de la loi Carrez du 18 décembre 1996 étaient prévisibles. Aux termes de ce texte : «Le bien

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement de la société FRUTELIA & Letellier GmbH

Conditions générales de livraison et de paiement de la société FRUTELIA & Letellier GmbH Conditions générales de livraison et de paiement de la société FRUTELIA & Letellier GmbH I. Domaine d application 1. Les conditions de vente telle que figurant ci-après sont applicables à tous les contrats

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 C-3-07 N 69 du 14 MAI 2007 IMPOT SUR LE REVENU. ABROGATION DU DISPOSITIF DE DEDUCTION DU REVENU NET GLOBAL DES PERTES SUR TITRES DE SOCIETES

Plus en détail

LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS. Cadre de l intervention-résumé. Introduction

LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS. Cadre de l intervention-résumé. Introduction ADEF/26 mai 2000 LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS DANS LES BILANS DES SOCIETES Cadre de l intervention-résumé Introduction Toutes les méthodes et techniques et qui vous ont été exposées

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 Novembre 2011 Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 La réglementation sur l amiante a fait l objet depuis de nombreuses années de plusieurs

Plus en détail

Document de vente en automobile

Document de vente en automobile Document de vente en automobile Introduction Le guide de la réparation automobile signé avec le ministère de la consommation le 21/01/1993 a défini plusieurs points qui sont des devoirs du réparateur.

Plus en détail

I. LES CONDITIONS DU DROIT DE RETENTION II. LE REGIME DU DROIT DE RETENTION

I. LES CONDITIONS DU DROIT DE RETENTION II. LE REGIME DU DROIT DE RETENTION DROIT DE 08/09/2014 Le droit de rétention est le droit pour la personne qui détient une chose appartenant à son débiteur de conserver cette chose par de vers elle en attendant le règlement intégral de

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Renaud TURC

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Renaud TURC Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Renaud TURC LA COPROPRIÉTÉ Éditions d Organisation, 1998, 2000, 2002 De Particulier à Particulier, 1998, 2000, 2002 ISBN : 2-7081-2793-4 Le règlement

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES SOMMAIRE I. Le contrat de travail II. Le bail à loyer III. Le contrat de prestation de services IV. Le recouvrement de créances V. La protection du contenu d

Plus en détail

Class action en droit français

Class action en droit français Class action en droit français Commission juridique de la Chambre Franco- Allemande de Commerce et d Industrie Paris, le 12 mai 2013 Christian Connor Avocat au Barreau de Paris cconnor@lmtavocats.com Introduction

Plus en détail

ARRET PROMPT C. FRANCE (req. n 30936/12), le 3 décembre 2015

ARRET PROMPT C. FRANCE (req. n 30936/12), le 3 décembre 2015 LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET PROMPT C. FRANCE (req. n 30936/12), le 3 décembre 2015 http://hudoc.echr.coe.int/fre?i=001-158965 ARTICLE 10 Liberté d expression

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Réalisé par: BENNANI Mohammed Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Introduction LOGO Notion et les éléments du fonds de commerce La vente du FdC L apport du FdC Le nantissement du FdC Le contrat de

Plus en détail

Entre : Ci-après dénommé (e) "l Auteur" D une part, Et : Ci-après dénommé (e) "l Editeur" D autre part, En présence du :

Entre : Ci-après dénommé (e) l Auteur D une part, Et : Ci-après dénommé (e) l Editeur D autre part, En présence du : CONTRAT DE CESSION DES DROITS D EDITION MUSICALE Entre : Ci-après dénommé (e) "l Auteur" D une part, Et : Ci-après dénommé (e) "l Editeur" En présence du : D autre part, Bureau Burkinabé du Droit d Auteur,

Plus en détail

Table des matières. Les éléments constitutifs de la donation. La donation atypique Le don manuel La donation indirecte

Table des matières. Les éléments constitutifs de la donation. La donation atypique Le don manuel La donation indirecte Table des matières Le contrat de donation Philippe DE PAGE Section 1. Section 4. Section 5. Section 6. Section 7. Section 8. Section 9. Le donateur Le donataire Les éléments constitutifs de la donation

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 5 Avril 2006 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy L Obligation de conformité à la lumière du droit communautaire L ordonnance du 17 février 2005 relative à la garantie

Plus en détail

Les délais de livraison

Les délais de livraison Les délais de livraison I-Délai de livraison en cas de vente directe en magasin On distingue selon que le bien ou la prestation de service à un coût inférieur, égal ou supérieur à 500. A-Prix supérieur

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 SEPTEMBRE OCTOBRE NO VEMBRE 2014 Flash Dans ce numéro Baux 1-3 Vente immobilière 3-4 Diagnostic technique 4-5 Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 Flash d information Immobilier Le décret d application

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Le point de vue de l'assureur

Le point de vue de l'assureur L'attestation acoustique... Pourquoi? Comment? Avec qui? Odile VIDAL & Vincent PAYEN, Montmirail Groupe VERSPIEREN Le point de vue de l'assureur 4 juillet 2013 Toulouse Attestation acoustique Contrôle

Plus en détail