Les usages des circuits courts par les producteurs : analyses des composantes du métier et des impacts sur le territoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les usages des circuits courts par les producteurs : analyses des composantes du métier et des impacts sur le territoire"

Transcription

1 Fédération Régionale des Civam Rhône-Alpes Université Lumière Lyon 2 CFPPA «Le Valentin» 86 rue Pasteur Bourg lès Valence LYON Cedex Les usages des circuits courts par les producteurs : analyses des composantes du métier et des impacts sur le territoire Mémoire présenté par Elisa Tabet Diplôme de Master 2 de Sociologie Appliquée au Développement Local Maitre de stage : Jean-Yves Morgantini Directrice de mémoire : Béatrice Maurines Mémoire soutenu le 15 septembre 2009

2 Remerciements Avant d ouvrir ce mémoire, je tiens à exprimer ma gratitude envers tous ceux qui ont grandement contribué à son élaboration. En premier lieu j adresse un grand merci à Béatrice Maurines, ma référente universitaire et directrice du master SADL qui m a permis d être impliquée dans le projet de recherche LIPROCO et qui m a apporté tout au long de ce stage un précieux soutien. Je remercie sincèrement mes référents de stage, Jean-Yves Morgantini et Réjane Morgantini, pour leur accueil et leur convivialité, des valeurs chères aux Civam. Je tiens également à remercier les personnes qui composent le comité de pilotage pour leur écoute et leurs suggestions. Merci aussi à Anne Carton, directrice du CRDR pour son appui méthodologique. Merci aux chercheuses du projet LIPROCO et plus spécialement à Emilie Lanciano avec qui j ai réalisé mes premières enquêtes dans le Vercors. Je remercie aussi très spécialement tous ces hommes et ces femmes, agriculteurs(trices) et paysan(ne)s qui m ont ouvert la porte de leurs fermes avec chaleur et qui m ont livré des morceaux de leurs vies. Enfin des remerciements très personnels à Thomas pour ces merveilleux moments d échanges au CFPPA, notre maison de stage, à Joseph avec qui je découvre le monde agricole au quotidien et à Claire pour son soutien inconditionnel et ses précieux conseils. 2

3 Sommaire Remerciements 2 Sommaire.3 Résumé. 5 Partie introductive. 6 Introduction Contexte et questionnements à l origine de la commande Méthodologie et technique d enquête Questionnements sociologiques.. 13 Partie I. Les usages des circuits courts par les producteurs L agriculture dans la Drôme et la valorisation de ses produits : données de cadrage Mise en perspective des pratiques professionnelles et sociales des producteurs en circuits courts Les pratiques agricoles diversifiées L agriculture biologique et les producteurs en circuits courts Des petites exploitations diversifiées Des pratiques économiques dans un métier pluriel L emploi pour les producteurs en circuits courts Emploi et activité : de la création au maintien Un métier pluriel au regard de la viabilité économique La qualité de vie des producteurs en circuits courts La qualité au centre des pratiques sociales et professionnelle La recherche de liberté et d autonomie Qualité, autonomie et recherche de sens Qualité et reconnaissance identitaire Conclusion Une Typologie des producteurs en circuits courts Précis méthodologique pour la construction de la typologie Présentation des 4 typologies de producteurs en circuits courts Conclusion 70 3

4 Partie II. Le développement des circuits courts sur un territoire : un enjeu de développement local durable Pratiques agricoles en circuit court et durabilité Les pratiques sociales et professionnelles des producteurs en circuits courts au regard de l agriculture durable Les circuits courts comme outil d une de l'agriculture alternative L agriculture alternative à l épreuve de l évaluation Le marché local des circuits courts : le déploiement de dynamiques économiques plurielles Les circuits courts dans une perspective d économie solidaire Le rôle de l économie solidaire dans le développement des circuits courts Des valeurs propres à l'économie solidaire au sein du marché des circuits courts La confiance au cœur de l échange marchand Des stratégies économiques alternatives Concurrence et stratégies de différenciation par la diversité Stratégies d alliance Le risque de récupération des valeurs alternatives des circuits courts L encastrement des pratiques sociales et professionnelles des producteurs sur un territoire La notion d encastrement La sociologie appliquée à l étude de l économie plurielle L encastrement des liens Liens entres producteurs et consommateurs Liens entre producteurs Lien social et autonomie.. 92 Conclusion. 93 Partie III. Vers un espace partenarial autour de l accompagnement des producteurs commercialisant en circuits courts Les circuits courts de commercialisation : un sujet de recherche et un objet politique Un sujet de recherche : le projet LIPROCO Un objet politique : le Plan Barnier Recommandations sur l observatoire des circuits courts 99 Conclusion générale.106 Index des sigles /. 107 Bibliographie..108 Sommaires des Annexes

5 Résumé La FR Civam Rhône-Alpes a le projet de créer un observatoire territorial des circuits courts dans la Drôme. Il s agit d un dispositif partenarial pour des échanges de savoirs et d expériences à deux niveaux : horizontaux, entre les organismes de développement agricoles et ruraux du département et transversaux entre producteurs en circuits courts et organismes. L objectif est d observer les producteurs en circuits courts pour mieux développer ces filières sur le territoire. Dans le cadre du stage, une première enquête auprès d un échantillon de producteurs vise à effectuer un «débroussaillage» du complexe paysage des circuits courts sur le territoire drômois. Nous sommes partis de l hypothèse que les pratiques des producteurs en circuits courts sont non-conventionnelles et qu elles créent des dynamiques de développement durable sur le territoire. A travers les données de terrain et des regards sociologiques en particulier, mais aussi agronomiques et économiques, nous proposons de répondre à cette problématique. Dans un premier temps, il s agit de mettre en perspective les données empiriques afin de mieux cerner ces acteurs et comprendre comment ils utilisent les circuits courts dans leur métier. Dans un deuxième temps, à partir des concepts d agriculture durable, d économie solidaire et d encastrement, nous proposons une analyse théorique des circuits courts comme vecteurs de développement local durable. Enfin l analyse de quelques points du contexte institutionnel et les éléments dégagés dans les parties précédentes, donnent lieu à des recommandations pour la mise en œuvre effective du projet d observatoire de la FR Civam Rhône-Alpes. Mots clés : producteurs, circuits courts, diversité, autonomie, durabilité, agriculture durable, économie solidaire, liens sociaux. 5

6 Partie Introductive Cette étude est réalisée dans le cadre du diplôme de fin d étude du master 2 sociologie appliquée au développement local (SADL) à l université de Bron à Lyon 2. Elle est commandée par la FR Civam Rhône Alpes situé à Bourg lès Valence dans la Drôme. 6

7 Introduction On observe depuis une quinzaine d'années, un essor des démarches de commercialisation agro-alimentaires qui se structurent, se nourrissent et se développent sur le terreau des ressources «locales». Ces dynamiques se veulent alternatives aux démarches homogénéisantes de l'industrie agro-alimentaire conventionnelle. Au sein des territoires, la palette des acteurs qui co-produisent ces démarches agricoles innovantes est large : il s agit des producteurs, des consommateurs mais aussi des entreprises, de commerçants, sans oublier les organismes de développement et les collectivités territoriales qui s'intéressent de plus en plus à ces filières émergeantes. Le panel de ces démarches est très large : du traditionnel marché de producteurs fermiers, à la vente à la ferme jusqu'au plus innovant point de vente collectif ou AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne). Aussi diversifiée qu'elles paraissent, ces démarches de valorisation des produits agricoles sont définies par la notion unitaire de circuits-courts. Elles touchent aussi à des enjeux territoriaux très divers : renforcer et revaloriser le métier de paysan, légitimer une agriculture durable, paysanne, respectueuse de l'environnement et de l'humain, créer de nouveaux réseaux de solidarité, apporter une meilleure réponse aux attentes des consommateurs en matière d alimentation... Bref toutes ces démarches recèlent en elles des réponses locales à des enjeux sociétaux. Ces démarches de circuits courts font florès en France, dans les territoires ruraux et périurbains. Ce développement a conduit d une part, les organismes de développement agricole locaux, à s y intéresser de plus près pour mener des actions sur leur territoire, d autre part, le monde de la recherche à s'en saisir pour en faire un objet d'étude, d'investigation et d'analyse. C est justement à l intersection du développement agricole local et de la recherche en sciences sociales que se situe ce mémoire sur le développement des circuits courts. Pour ce faire, l entrée analytique choisie est le premier maillon qui forme ces circuits courts : le producteur. Ainsi, à la croisée des regards sociologiques en particulier, mais aussi agronomiques et économiques, nous nous proposons d analyser vingt et une expériences de producteurs qui commercialisent en circuits courts. Des expériences professionnelles et sociales qui seront analysées à l échelle micro de l exploitation et à l échelle méso du territoire en terme de développement local durable. 7

8 1. Contexte et questionnements à l origine de la commande La structure de stage : la FR Civam Rhône-Alpes La Fédération Régionale des Civam Rhône-Alpes (FR Civam R-A), est une association qui développe des projets agri-ruraux. Bien qu elle soit la tête de réseau en région, le mouvement CIVAM en Rhône- Alpes n'a pas un maillage homogène sur la région mais concentre ses actions dans les départements de la Drôme et de l'ardèche. Cette association s inscrit dans un vaste réseau associatif constitué par le mouvement Civam. Il se décline à l'échelon national, régional, départemental, et micro-local (le groupement Civam, constitués d agriculteurs et de ruraux). La mission générale du mouvement Civam consiste à «accompagner les initiatives des agriculteurs et des ruraux pour des campagnes vivantes, et progresser vers une plus grande durabilité, en plaçant les valeurs de solidarité, de respect et de solidarité au centre de l action». J ai choisi de faire les 5 mois de stage prévus par le master professionnalisant SADL à la FR Civam R- A, car je souhaitais connaitre une expérience de développement local en milieu rural dans le champ agricole. La problématique de l agriculture comme levier de dynamique territoriale m a fortement intéressée. De sucroit ce stage se déroulait dans la Drôme, mon territoire de vie auquel je suis très attachée. Dans le cadre de mon stage, la FR Civam R-A souhaitait mieux cerner une catégorie d agriculteurs : ceux qui valorisent leurs produits en circuits courts sur le territoire drômois. Le paysage des circuits courts en Drôme est dense et relativement opaque sur certains aspects, pour la FR Civam R-A et plus généralement pour les organismes de développement agricole et rural. De ce fait, la FR Civam R-A, en partenariat avec la Chambre d agriculture e la Drôme et le conseil général a monté un projet d «Observatoire des circuits courts dans la Drôme» 1. Parallèlement à cela, la FR Civam R-A s est impliquée comme partenaire socio-technique, dans un projet de recherche au niveau rhônalpin, nommé «Lien Producteurs Consommateur» (LIPROCO) 2. Ce projet cherche entre autre, à étudier le développement des circuits courts et leurs impacts sur le territoire. C est dans l articulation de ces deux projets que nous avons défini ma mission de stage avec mon référant, le directeur de la FR Civam R-A. En terme très général, ma mission de stage visait à faire une enquête auprès de producteurs drômois destinée à créer l'observatoire des circuits courts en Drôme puis à mutualiser les données empiriques et théoriques avec les chercheurs du projet LIPROCO. 1 Le descriptif du projet est présenté en Partie III du mémoire, p 94 2 Idem, le descriptif du projet LIPROCO est approfondi en Partie III p 95 8

9 La commande de stage La commande initiale portait sur deux niveaux : d une part comprendre comment les agriculteurs organisent l ensemble de leur métier pour commercialiser en filières courtes. D autre part, mettre en lumière la structuration sur le territoire des initiatives de commercialisation en circuits courts. Une commande qui peut être mise sous forme de questionnement comme suit : - Comment et pourquoi les agriculteurs intègrent-ils les circuits courts dans leur projet agricole? - Comment et pourquoi les circuits courts se développent dans la Drôme? Pour répondre à cette double commande nous avons élaboré une méthodologie d enquête de terrain. L objectif général de l enquête était d apporter des éléments d analyse sur les producteurs en circuits courts et sur le développement de ces démarches au niveau du territoire, afin de fournir les premiers matériaux au futur observatoire. Des objectifs spécifiques ont ensuite été définis : - Etablir un état des lieux du poids des différentes démarches en circuits courts dans le Drôme. - Rendre plus lisible les actions portant sur les circuits courts des diverses structures de développement agricole et rural. - Etablir un diagnostic de l usage des circuits courts par les producteurs en Drôme. Une synthèse de la méthodologie opérée est présentée en Annexe 1. Pour chacun de ces 3 objectifs, sont présentés les enjeux, les moyens à mettre en œuvre et les ressources à rechercher. Au niveau du dispositif «humain» de cette enquête, il faut ajouter qu un autre stagiaire en agronomie a été impliqué. Un comité de pilotage a aussi été constitué pour orienter cette méthodologie et définir plus finement les objectifs du projet d observatoire. J étais chargée de présenter les avancées de l enquête de terrain et d animer ce comité de pilotage qui a été réuni quatre fois au cours du stage. 2. Méthodologie et technique d enquête Les étapes méthodologiques Le travail d étude s est articulé autour de trois grandes phases durant le stage : 1. Phase de définition : définir les circuits courts, spécifier la commande et organiser des premières réunions de concertation en comité de pilotage sur les objectifs d une coordination départementale pour accompagner les porteurs de projets en circuits courts. 2. Phase exploratoire : faire des entretiens avec des personnes-ressources. Il s agissait de chargés de missions des structures de développement agricole. Ces échanges recouvraient deux objectifs. Premièrement, mieux cerner leurs missions et rôles dans le développement des 9

10 circuits courts et obtenir des informations sur les producteurs en circuits courts. Deuxièmement, diffuser le projet d observatoire auprès de ces structures et déterminer leur implication potentielle. De nombreuses références à ces structures rencontrées viendront étayer les analyses. 3. Phase d enquête de terrain : faire des entretiens auprès d un échantillon de producteurs, retranscrire et traiter les données. L objectif était d identifier et de qualifier les pratiques des producteurs en circuits courts. Il faut ajouter une démarche transversale à ces phases successives via le suivi des réunions du projet LIPROCO. Les concepts et hypothèses ainsi que certains outils méthodologiques ont été co-produit avec les chercheurs. Les outils d enquête Pour le déroulement de ces phases d enquête, nous avons construit une série d outils méthodologiques qui ont ensuite été validé par le comité de pilotage. Les principaux outils sont explicités ci-dessous. Commençons par la définition des circuits courts, qui loin d être arrêtée, impliquait une réflexion collective sur la qualification de ceux qui rentraient dans le champ de l enquête. Définition des circuits courts étudiés L'expression «circuit court» ne dispose pas d'une définition stricte. Ainsi, «la notion de circuits longs ou de circuits courts ne renvoie pas à la distance physique entre le producteur et le consommateur, mais au nombre d'intermédiaires entre la production et la consommation» (François et al., 2000: ANDA, 2001) Un circuit court est ainsi généralement admis comme un système de vente mobilisant au maximum un intermédiaire» 3 Au-delà d un intermédiaire, on parle de circuits longs. Au sein des circuits courts il faut bien faire la distinction entre la «vente directe» qui concerne les produits vendus sans intermédiaire et la «vente indirecte» qui est un circuit avec un intermédiaire. Nous utilisons dans ce mémoire le terme de modalité pour designer un type de circuit court. Pour clarifier notre propos, un tableau définissant toutes les modalités de circuits courts étudiées est présenté en Annexe 2. Inventaire et échantillon Dans le cadre des entretiens avec les structures il s agissait entre autre d obtenir leurs différentes bases de données. L objectif était de recenser le plus grand nombre de producteurs en circuits courts. Cependant cette opération d inventaire à rapidement trouvé sa limite dans l impossibilité d être exhaustive, tant les producteurs en circuits courts non référencés sont nombreux. Nous avons constitué 3 L. Chaffote, Y. Chiffoleau,, Vente directe et circuits courts : évaluations, définition et typologie. Les cahiers de l'observatoire CROC, février 2007, n 1, 8 p. 10

11 un inventaire non-exhaustif de 454 producteurs qui présente diverses informations (coordonnés, types de circuits courts utilisés, type de produits, label). Cela nous a néanmoins permis de sélectionner notre échantillon de producteurs pour réaliser la phase d enquête de terrain. Il faut donc préciser que les producteurs interrogés adhèrent tous au moins à un réseau associatif 4, ce qui est un premier biais à la représentativité de l échantillon. Pour identifier et qualifier les pratiques des producteurs en circuits courts, l hétérogénéité des profils était recherchée. Voici les critères d hétérogénéité utilisés dans la sélection de notre échantillon : Modes et lieux de commercialisation. Pluralité des modes de commercialisation en circuits courts et articulation de circuits courts et de circuits longs. Démarches de commercialisation individuelle et collective. Variété des productions (viticole, apicole, maraichère, laitière, céréalière, élevage) Variétés des opérations de transformation (par un tiers, dans des ateliers de transformation collectif ou privé) Equilibre entre pratiques culturales certifiées en agricultures biologiques et non-certifiées Variété des contextes de l expérience (périurbain, rural profond, zone touristique ). Représentation des cinq entités du département de la Drôme (Drôme des collines, Drôme Provençale, Vercors drômois, Vallée de la Drôme, Diois) Trame d entretien La phase principale qui constitue la substance de ce mémoire est bien la phase d enquête auprès des producteurs via des entretiens semi-directifs. Cinq grands thèmes constituent la grille d entretien auprès des producteurs : parcours avant l installation, description de l activité, mode de commercialisation, relations avec les consommateurs, inscription dans des réseaux professionnels ou institutionnels. La trame d entretien en Annexe n 3 présente de façon détaillée chacun des axes. Il y a un «cheminement», dans les questions posées : des plus objectives (pratiques agricoles) au plus subjectives (les pratiques sociales). Il s agit là d une trame, servant, de relance ou d invitation à poursuivre la présentation sur des aspects qui n auraient pas été abordés. Dans les faits, la chronologie n est pas toujours respectée puisque les personnes rencontrées évoluent librement dans la présentation de leurs pratiques. Les entretiens durent en moyenne 1H 15. Nous 4 Civam, Agribiodrôme, Accueil paysan, Bienvenue à la ferme, Association producteurs du parc du Vercors (APAP). 11

12 avons fait le choix d en faire des retranscriptions partielles afin de gagner du temps et d avoir un matériau relativement synthétique pour l analyse. Ceci nous conduit à justifier le choix de l entretien semi-directif. Justification méthodologique Pour comprendre les pratiques sociales et professionnelles des producteurs en circuits courts, nous avions le choix entre deux techniques d enquête sociologique : le questionnaire et l entretien. Or, «questionnaire et entretien s inscrivent dans des démarches méthodologiques différentes. Chaque technique représente une situation interlocutoire particulière qui produit des données différentes : le questionnaire provoque une réponse, l entretien fait construire un discours» 5. Nous avons choisi de procéder par entretiens semi-directifs pour les raisons suivantes. Il s agissait de privilégier le point de vue des producteurs et le sens qu ils donnent à leur propre expérience. C est à dire, faire du producteur le principal générateur d information et d analyse. Ce mode d investigation nous paraissant être le plus adapté à une étude large n ayant pas d objectifs arrêtés sur certains points particuliers : «connaitre l ensemble des pratiques d acteurs». Limites de l enquête Trois limites à ce dispositif d enquête peuvent être développées. Leur évocation permettra au lecteur de comprendre certaines faiblesses de ce mémoire. Il y a peu d éléments qui traitent des diverses modalités de circuits courts, bien que cet angle d analyse soit compris dans la commande de stage. Deux raisons à cela : il fallait circonscrire l objet d étude, et dans le cadre d un mémoire de sociologie, le choix opéré a été de privilégier l analyse en terme de pratiques d acteurs. L enquête a révélé qu un producteur utilise systématiquement plusieurs modalités de circuits courts, cette imbrication rendant l analyse par modalité profondément complexe. Il y a aussi peu d éléments sur le contexte territorial. Les analyses mises en perspectives, ne sont pas systématiquement mises en lien avec les spécificités du territoire. Ce travail n est donc pas un diagnostic territorial des circuits courts dans le Drôme. Enfin, un sentiment plus personnel relatif au fait que nous étions deux stagiaires. Nous avons dû travailler en partenariat et construire ensemble la méthodologie d enquête afin de mutualiser nos données et rendre compte de manière cohérente au comité de pilotage de nos avancées et questionnements. Nous sommes de formation disciplinaire différente et avons des contraintes 5 A. Blanchet, A. Gotman, sous la direction de F. De Singly, L enquête et ses méthodes : l entretien, sociologie 128, Nathan Université, Nathan, Paris, 1992, p

13 universitaires et des questionnements personnels aussi très différents. Des compromis ont été faits, des deux cotés et (à mon sens), cela nous a conduit à rassembler énormément d informations éparses. Je trouve que des données plus «sociales» (sur l identité, les liens sociaux, l ancrage sur le territoire) auraient pu être plus finement approfondies et auraient enrichi ce présent travail. 3. Questionnements sociologiques La problématisation Pour répondre à la commande opérationnelle de départ, il s agit de porter l analyse sur un double niveau : - au niveau micro des acteurs pour comprendre leurs pratiques socio-économiques. - au niveau méso du territoire pour analyser l impact de ces pratiques. De ce double niveau d enquête, découle une problématique de développement local : En quoi les producteurs qui commercialisent en circuits courts construisent-ils des pratiques professionnelles et sociales non-conventionnelles? Dans quelle mesure ces pratiques professionnelles et sociales sont-elles vectrices de développement local durable sur un territoire? Les hypothèses de recherche Un corps d hypothèses de recherche cadre cette problématique et constitue l architecture de ce mémoire en trois parties. - Les pratiques des producteurs en circuits courts sont alternatives au modèle agricole conventionnel Le postulat est que les producteurs construisent des pratiques professionnelles mais aussi sociales qui sont en ruptures (non en opposition) avec le modèle agricole conventionnel. Trois points de rupture apparaissent : technique (au niveau des pratiques culturales), professionnel (au niveau des compétences) et éthique (au niveau du sens attribué). C est l alternativité des pratiques qui confère à ces projets agricoles leur efficacité sociale et économique. - Les pratiques des producteurs en circuits courts engendrent des dynamiques de développement durable sur le territoire. Cette hypothèse sous-tend que ces pratiques socio-professionnelles ont des répercutions sur les sphères sociétales d un territoire (environnementale, économique et sociale). Plus précisément, le caractère alternatif de ces pratiques va dans le sens des préceptes du développement durable. 13

14 - Pour renforcer les dynamiques territoriales engendrées par les circuits courts, il faut renforcer les pratiques des producteurs. Cette dernière hypothèse s oriente sur la direction à donner aux projets de développement des circuits courts. Le postulat ici est que les producteurs sont au cœur des dynamiques en circuits courts qui constituent un levier de développement durable. Ces acteurs ont besoin d être accompagnés et soutenus par les institutions et les structures de développement local pour améliorer l efficacité économique et sociale de leurs pratiques. La posture de recherche Ce travail de recherche en sociologie appliquée au développement local se structure comme suit. La première partie de ce travail se situe dans une démarche compréhensive à travers la mise en perspective des données empiriques sur les pratiques issues des entretiens avec les acteurs. La seconde partie est analytique car il s agit d analyser théoriquement les impacts des pratiques déclinées précédemment en terme de développement durable. Le corpus théorique de cette partie est constitué de concepts sociologiques tels que l encastrement, l hybridation, issus du courant de la nouvelle sociologie économique. La troisième partie plus descriptive met en relief les composantes du projet de la FR Civam Rhône- Alpes, d «observatoire des circuits courts dans la Drôme». Le contexte institutionnel et les éléments dégagés dans les parties précédentes donnent lieu à des recommandations pour la mise en œuvre effective de ce projet. Pour clore cette partie introductive, je souhaite spécifier que ce travail se nourrit de trois types de savoirs : le savoir sensible des agriculteurs 6, le savoir technique et théorique des chargés de missions rencontrés et des chercheurs côtoyés. Je précise donc que ce mémoire s adresse également à ces trois types d acteurs. Certaines parties sont plus orientées vers l analyse opérationnelle et d autres plutôt axées sur de la théorie, mais je me suis attachée à allier tout au long de ce mémoire : - Des analyses issues de l enquête de terrain visant à apporter des clés de réflexion opérationnelles pour le projet de la FR Civam Rhône-Alpes. - Des données spécifiques issues du contexte drômois faisant écho à une perspective plus large de développement durable local des circuits courts. - Des théories sociologiques et d autres disciplines (économie et agronomie) qui viennent étayer les dires des acteurs et apporter une épaisseur théorique à l enquête de terrain. A la demande du comité de pilotage, des encarts synthétiques viennent clore les diverses parties et les notions clés sont en caractères gras. Cela permet une lecture transversale plus rapide. 6 Un savoir de la praxis au sens d'hannah Arendt, La crise de la culture, Folio, Paris, 1972 (1954), 357p. 14

15 Partie I. Les usages des circuits courts par les producteurs Dans ce chapitre, il s agit de soumettre à l analyse les usages que font les producteurs des circuits courts. Si nous parlons des usages c est parce il s agit pas dans ce travail de mettre en exergue une multitude de clés de réflexion permettant de comprendre «comment et pourquoi des producteurs intègrent les circuits courts dans leur projet agricole et dans leur projet de vie». En premier lieu, il s agit d apporter aux lecteurs quelques éléments du contexte agricole du territoire d enquête. Ces données de cadrage permettent de dresser un état des lieux des circuits courts dans le Drôme et d apporter des éléments de compréhension aux deux parties suivantes. En première partie, nous mettrons en perspective des pratiques sociales et professionnelles de producteurs en circuits courts. Ces analyses sont issues d entretiens réalisés auprès d échantillon de 21 agriculteurs drômois qui commercialisent leurs produits en circuits courts. L objet de cette partie est de soumettre à l analyse leurs pratiques agricoles, économiques et sociales dont découlent : des savoirs, des valeurs, des réflexions, des motivations, des compétences, des stratégies, des relations Bref, des savoirs-faire et des savoirs-être qui sont alternatifs vis-à-vis du modèle agricole conventionnel. En second lieu, une typologie des producteurs rencontrés sera présentée. Cette modélisation recouvre un objectif double : synthétiser les diverses pratiques mises en lumière en première partie et rendre compte de l hétérogénéité de la population, en proposant quatre trajectoires particulières. 15

16 L agriculture dans la Drôme et la valorisation de ses produits : éléments de cadrage Des productions très diversifiées En Drôme, les productions sont très diversifiées, tant sur le plan des produits que des pratiques et des revendications aux différentes familles de l agriculture (conventionnelles, raisonnées, fermières, paysannes, biologique). La majorité des productions françaises y sont représentées 7. Cette diversité s est maintenue par la pression des composantes pédo-climatiques, topologiques, mais se sont aussi construites par les savoir-faire des femmes et des hommes des différents territoires. Les types de structures présentes dans le département vont des exploitations extensives de l arrière pays au relief escarpé, aux exploitations intensives de plaine, souvent petites en taille et à des productions spécialisées. Les activités dominantes sont la production fruitière, la viticulture qui tient une place majeure avec plus de 83 % du vignoble en Appellation d Origine Contrôlée (AOC) ainsi que les grandes cultures (oléagineux et céréales). Structure des productions agricoles des exploitations de la Drôme en % 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Données AGRESTE Drôme Autres animaux Lait Volailles et œufs Autres végétaux Maraîchage et horticulture Céréales et plantes industrielles Vins Fruits 7 Source enquête de l agreste sur les exploitations agricoles, Les sources du paragraphe suivant sont issues de ce même mémento, ainsi que du Mémento agricole et rural d Agreste Drôme

17 La Drôme se compose de 5 entités territoriales diversifiées, d où cette diversité de production. L'agriculture constitue une activité essentielle dans le département. Sa production, de l'ordre de 630 millions d euros, la place au tout premier rang de la Région Rhône-Alpes. A titre de comparaison il y a deux fois plus d emplois dans le secteur agricole dans la Drôme qu en Rhône-Alpes (2,3% d emploi dans l agriculture sur l emploi total). La surface agricole utilisée (SAU) de la Drôme est conséquente. Elle correspond à 26% de l ensemble de la surface du territoire mais reste en deçà du pourcentage régional qui est de 37% de SAU. Par contre en nombre d exploitations, la Drôme est le département qui de loin, regroupe le plus d exploitations (7 113 exploitations en 2007). L'agriculture drômoise est donc composée de petites exploitations en surface (moyenne de 33 hectares contre 54 hectares au niveau national) qui se sont maintenues, alliant souvent la polyculture avec des productions spécialisées telles que l'aviculture, les fruits et légumes, les vins, les semences, les plantes aromatiques, l'élevage... La Drôme a connu une régression moins importante (- 20 %) qu au niveau régional (- 27 %) ou national (- 24 %) du nombre d exploitations entre 2000 et Les démarches qualités Les producteurs du département jouent la carte de la qualité à travers un éventail important de certifications. La Drôme possède 51 AOC 8 et 4 IGP 9 sur son territoire. En 2007, 27% des producteurs ont des produits AOC, alors que la moyenne est de 3% en Rhône-Alpes et 5% sur le territoire national. Le département est aussi le premier de France en Agriculture Biologique (AB). Le recensement agricole de 2008, comptabilisait 4600 structures professionnelles en Drôme dont 615 en agriculture biologique, soit 13, 4 % des exploitations professionnelles. La surface agricole utile (SAU) biologique de la Drôme est de 10,7 %, soit 5 fois plus que la moyenne nationale qui est de 2 %. Mais si l on comptabilise les exploitations non professionnelles on arrive à plus de 20 % de la production en AB, ce qui place la Drôme, au premier rang national tant par sa surface cultivée en AB que par le nombre de ses exploitations (à la deuxième place vient le Gard avec 367 exploitations certifiées AB). Symbole de la force de l AB au niveau agricole, un périmètre phare dans le développement local de l AB, nommée la «Biovallée» a été défini par un zonage créé sur une partie de la région du Diois. Anciennement Pôle d excellence rurale, cette zone est désormais un «grand projet de développement Rhône-Alpes», bénéficiant de subventions régionales et servant de vitrine à la politique agricole mise en place par le départementale pour promouvoir l agriculture biologique. 8 AOC : Appellation d origine contrôlée 9 IGP : Indication Géographique Protégée 17

18 Les structures de transformation L agriculture dans la Drôme est aussi fortement marquée par les nombreux savoir-faire de transformation qui sont liés à ses produits. Que ce soit en transformation fermière, collective ou industrielle, le territoire offre beaucoup de produits élaborés, en regard à sa production de matières brutes. Ainsi, la transformation fromagère, la vinification, la distillation (huiles essentielles), la fabrication de l huile d olive, la biscuiterie, la fabrication de nougat sont des transformations très ancrées sur le territoire. Cependant, pour certaines productions, notamment pour les fruits, les ateliers de transformation collectifs se trouvent à l extérieur du territoire, (alors qu il y a trois ateliers de presse en Ardèche). La transformation dans les fermes est une réponse à ce déficit, mais elle nécessite une organisation car c est une activité chronophage nécessitant de multiples manipulations, une formation adéquate et surtout, de lourds investissements et des réglementations contraignantes. La transformation au sein même des fermes est pourtant un enjeu fort qui permet aux producteurs de commercialiser eux-mêmes leurs produits finis directement au consommateur ou à un intermédiaire. Les deux projets d atelier de transformation collectifs recensés (à Nyons et à Die) montrent bien que le déficit de l existant est réel. Notons enfin que les coopératives assurent une grande partie de la transformation dans certaines filières (olive, vin, lait ). Or dans certains systèmes coopératifs, le principe du «tout venant», oblige les producteurs à donner la totalité, du moins une très grande partie de leur production. Ce principe s avère être un frein à la commercialisation en filières courtes pour les producteurs souhaitant utiliser les deux systèmes. Une part importante de commercialisation en vente directe 30,0% Agriculteurs ayant une activité de vente directe sur l'exploitation 25,0% 20,0% 15,0% 10,0% Source : Agreste 2000, 2005, 2007 Drôme Rhône- Alpes France Selon la statistique agricole nationale, la proportion d agriculteurs drômois se déclarant avoir une activité de vente directe entre 2000 et 2007 est passée de 21% à 27%. Il faut toutefois prendre ces chiffres du recensement agricole avec réserve car : 18

19 - ces statistiques peuvent englober à la fois des producteurs qui vivent uniquement de ce mode de commercialisation et des producteurs qui vendent accessoirement un produit par an, - ces statistiques ne comptabilisent pas les exploitations non-professionnelles ayant très souvent recours aux circuits courts de commercialisation, - de surcroît les statistiques de 2005 et 2007 sont issues d enquêtes partielles. Ces chiffres sont donc peu pertinents en valeur absolue et ne reflètent pas la réalité du paysage drômois des producteurs en circuits courts. Mais on peut néanmoins en conclure que l activité de vente directe est très supérieure à la moyenne nationale (près du double), et que la tendance est très nettement à la hausse dans le département entre 2005 et

20 1. Mise en perspective des pratiques professionnelles et sociales des producteurs en circuits courts 1.1 Des pratiques agricoles et organisationnelles diversifiées Les analyses de cette partie sur les pratiques agricole sont issues des données d enquête de terrain. Le tableau page suivante «Tableau synthétique des caractéristiques des exploitations visitées», rend compte de ces résultats. Il comporte 4 types de données : les grands types de production, les pratiques de transformation, les surfaces associées (en colonnes) et les pratiques en agriculture biologique (en couleurs de caractères). 20

21 LEGENDE des couleurs PRODUCTE URS Cédric maraichè re arboricole apicol e NATURE DE LA PRODUCTION animale (élevage) X (0,3 ha parc à truites) laitière céréalièr e vinicole Autre Atelier (professionnel) TRANSFORMATION cuisine du lieu de vie Brice X (1,2) 1,2 ha X (12 ha oliviers, presse à huile d'olive + nectar Paul abricotiers) tapenade 12 ha Marc et Christine Stéphane Hubert X (2 ha) X( 10 ha abricotiers, pêchers, cerisiers) X (truites et escargots) X( 0,8 parc à lapins angoras) X (12 ha céréales) abattoir et produits dérivés atelier de tissage et confection confiture ailleurs nectar groupemen t pour la transformat ion de la laine Julien X (volailles) X tuerie, découpe 35 ha Nicolas GAEC La grange Elisabeth et Claude Christelle et Fabien Marie et Frédéric Joelle et René Dany Francine Magalie et Serge Christèle Emmanuelle Cécile Lilianna et Luc X (0,3 ha) X ( 8 ha noyers, pêchers, abricotiers) X ( 1 ha noyers) X (1 ha abricotiers) X (8 ha noyers) X (20 ha tilleuls et noyers) X (3,5 ha) X (0,2 ha) X (4 ha) X (volailles) X (volailles) X (moutons, volailles) X (chèvres angoras) X (1 ha parc escargots) Label AB En conversion Pas le label AB aaaa X (moutons) X (40 ha prairie pour les vaches) X (50 ha prairieva ches) X (chèvres) X (vaches) X 12 ha X (accue il à la ferme) X (accue il à la ferme) X (accue il à la ferme) Aline et Jean- Luc TOTALE PAR FILIERE DE PRODUCTIO N fromagerie fromagerie cave de vinification fromagerie Gite atelier de tissage et confection + gîte miellerie abattoir, surgelation et crème miellerie miellerie Gîte confiture repas pour la table d'hôte repas pour la table d'hôte produits dérivés du miel produits dérivés du miel produits dérivés du miel bocaux épicerie fine repas pour la table d'hôte * La surface totale ne correspond pas à la surface agricole utile mais aux surfaces possédées par les agriculteurs. Par contre pour chaque production il s'agit de la SAU donc leur addition est souvent en deçà de la surface globale. abattoir abattoir groupemen t pour la transformat ion de la laine abattoir SURFAC E GLOBAL E * 3000 m carré 24 ha inconnu 0,8 ha 12 ha 42 ha 80 ha 14 ha 1, 5 ha 8 ha 12 ha 6 ha 12 ha 2 ha 0, 2 ha 7 ha 3000 mètres carrés 70 ha Moyenne des surfaces globales : 16,5 ha 21

22 1.1.1 Les producteurs en circuits courts et l agriculture biologique La corrélation entre production bio et vente en circuits courts ne peut être établie à priori car ici encore les données officielles manquent ou restent imprécises. D après le recensement d Agribiodrôme, 550 producteurs sont en bio ou en conversion et parmi eux, 283 agriculteurs labellisés AB 10 valorisent leurs produits en vente directe. Il faut bien noter que ce chiffre ne tient donc pas compte de la vente indirecte. Nous pouvons avancer le fait qu au moins la moitié des exploitations en agriculture biologique drômoise commercialisent en filières courtes (Plus de 283 sur 615 exploitations). Dans les entretiens menés aussi bien avec les structures de développement agricole qu avec les producteurs, transparaissent les complexes relations qui se nouent entre production AB et locale. Il s agit dans cette première partie de tracer les contours des convergences, divergences de l agriculture bio/local, qui est un sujet de recherche en soit et un enjeu socio-économique et politique de taille. Le Grenelle de l environnement a fixé des chiffres très ambitieux pour développer l AB : à l horizon 2012, un objectif de 20 % de produits biologiques, dans la restauration collective publique 11.Et la part de la surface agricole consacrée à l agriculture biologique doit atteindre 20 % d ici L exemple des injonctions du Grenelle de l environnement met en lumière le fait que le label AB comme tout processus de labellisation, porte en lui le sceau de l exclusion. Ainsi le risque que court l agriculture fermière de proximité non certifiée AB est d être concurrencé par des exportations de produits biologiques européens à prix concurrentiels. C est pourquoi est née «Bio et Local, c est l idéal», une campagne que menée depuis trois année consécutives, par Corabio, 12 pour développer l agriculture biologique locale en Rhône-Alpes et sensibiliser sur ces enjeux bio/local avec les collectivités territoriales, de plus en plus nombreuses à inscrire leur action politique dans une perspective de développement durable Les agriculteurs certifiés AB Dans les enquêtes faites auprès des agriculteurs en circuits courts, l adoption ou non de la certification AB est analysée comme un moyen au service de fins de nature très diverses. Voici quelques uns des usages de l AB par les producteurs en circuits courts rencontrés. Parmi les 21 agriculteurs interrogés pour l enquête, 6 ont le label AB et 2 sont en conversion, donc 48% des exploitations interrogées sont certifiées (ou en voie de l être). 10 Source : base de données d Agrobiodrôme 11 Circulaire signée par le premier ministre en 2008 Grenelle de l environnement. 12 Corabio est la coordination Rhône-Alpes de l'agriculture biologique. 22

23 D après le tableau précédent, parmi les 8 producteurs en agriculture biologique, toutes les filières de production sont représentées hormis les céréales. Dans tous les cas, la motivation premièrement évoquée est la volonté d apporter une preuve de la qualité de leur produit aux consommateurs. Etayons cette motivation première par les arguments évoqués par les producteurs interrogés. Une seule agricultrice répond que c est uniquement par conviction éthique et/ou militante. En effet elle déclare ne trouver aucune plus-value à être certifiée AB et nature & Progrès au niveau financier et technique, et ce, tant au niveau de la production que de la commercialisation. Pour elle, ces labels constituent avant tout, un symbole d appartenance à une autre manière de concevoir les pratiques culturales, le rapport à la terre et à la nature. Dans ce cadre (unique parmi les agriculteurs interrogés), on peut avancer le fait que c est essentiellement un choix guidé par des valeurs éthiques. Les 7 autres agriculteurs répondent de manière beaucoup plus pragmatique. Certes, les valeurs sont systématiquement invoquées mais elles ne sont qu une composante du choix parmi d autres, de nature plus stratégique. Cette question de stratégie induit un calcul coût/avantage donc une certaine rationalité économique. On peut relever cinq facteurs stratégiques principaux: le partage des valeurs l opportunité, la demande des consommateurs, la demande des intermédiaires, une différenciation sur le marché des circuits courts. Voici deux exemples d installation en certification bio où ces facteurs stratégiques sont hybridés. Un maraicher a fait de le choix de la conversion du fait de la conjonction de 3 facteurs : il partage les valeurs de la bio, il a eu l opportunité de racheter une terre déjà exploitée en bio et dans son projet c était un moyen de vendre plus facilement ses produits. «Mon prédécesseur était en bio et il m a aidé dans l installation la première année. Je n avais jamais semé une graine, donc je ne me voyais pas démarrer en utilisant des produits chimiques, autant démarrer comme un jardinier c est à dire, naturellement. Et puis ça permettait aussi, même si je n en suis pas si sûr aujourd hui, de vendre plus facilement». (Brice, 35 ans, maraicher dans la vallée de la Drôme) Un pisciculteur s est installé en bio d une part parce qu il défend les valeurs de la bio, d autre part parce que les gens ont besoin d une certification, surtout pour le poisson, car «la pisciculture est très décriée [ ], les gens sont anti-poisson d élevage, il faut regagner la confiance des gens». (Stéphane, 29 ans, pisciculteur et héliciculteur dans le Vercors). Et enfin, il avait remarqué qu on trouvait peu de poissons bio à des prix abordables et s est placé sur ce créneau pour approvisionner les PVC 13 et les magasins bio. C est pour se démarquer de ces confrères 14 et déjouer la concurrence locale, qu il a choisi de différencier sa production de poissons via le label AB. 13 PVC : point de vente collective 14 Sur 7 pisciculteurs commercialisant en circuits courts, dans la Drôme, 5 sont situés dans le Vercors drômois. 23

24 Le facteur de la demande des consommateurs ou d un intermédiaire est déterminant pour les agriculteurs qui se convertissent. Dans les 3 cas suivants, il est important de préciser qu avant la conversion, les pratiques culturales étaient très proches des critères de l agriculture biologique. Des viticulteurs ont des pratiques «bio» depuis l installation voici 15 ans, mais ils ne commencent la conversion qu actuellement et uniquement pour une partie du domaine car il y a un changement dans la demande des consommateurs, «actuellement, les gens veulent du label et des preuves, nous avons donc cru bon d officialiser nos pratiques». (Christelle et Fabien, viticulteurs dans le crestois). On retrouve le même schéma pour un arboriculteur en agriculture raisonnée en conversion «Quand on est en contact avec les gens, ils n arrêtent pas de nous demander [de passer en bio]». Nicolas, 38 ans, éleveur et arboriculteur dans le Diois Un GAEC 15 dans le Vercors a été incité par la laiterie qui voulait créer une gamme de lait bio. C était une opportunité pour le GAEC car la laiterie a aidé financièrement à la conversion et elle proposait un prix d achat plus élevé. De ce fait, la partie de fromage en vente indirecte est passée en bio elle aussi, ce qui a plu aux intermédiaires en circuits courts (restaurateurs et supermarchés) avec lesquels ils travaillent. «On a été motivé au début. Et puis sur nos produits les gens trouvent que c est un plus. Ca marche bien en ce moment le côté eh bio, bio-mode».( Nanou, 47 ans, partie commerciale d un GAEC laitier dans le Vercors.) Pout les producteurs en circuits courts, l installation et la conversion en certification AB est motivée par des valeurs éthiques mais aussi par une conjonction de facteurs stratégiques tels que : la faisabilité technique, une différenciation sur le marché des CC, l effet de mode, la demande des consommateurs et/ou des intermédiaires en vente indirecte Certification AB et commercialisation en filières courtes Les deux exemples suivants illustrent la congruence entre production AB et commercialisation en filières courtes. Un oléiculteur certifié AB ne trouvait pas de filières de commercialisation en circuits longs pour valoriser financièrement ses produits certifiés. «Donc j y suis venu par sauts successifs (aux circuits courts) et il y a eu le virage du bio qui m a poussé à commercialiser en direct». (Paul, 55 ans, oléiculteur et arboriculteur en Drôme Provençale). Cette interrelation se comprend par le fait que les filières biologiques sont peu structurées au regard de l industrie l agro-alimentaire conventionnelle. La vente en filière courte est donc une alternative pour vendre à un meilleur prix une production certifiée AB. On retrouve cette logique chez des éleveurs d agneaux commercialisant une petite partie de leur viande certifiée AB en direct par «réseau de connaissances». Ils arrivent à répercuter sur le prix de vente la qualité AB. «Ca nous fait plaisir de 15 GAEC : Groupement Agricole d'exploitation en Commun 24

25 les vendre un peu plus cher parce que nous en bio on n a aucune revalorisation sur le produit qu on donne à la SICA 16 des agneaux des Alpes». (Aline et Jean-Luc, 43 et 44 ans, éleveurs et arboriculteurs dans la vallée de la Drôme). Outre une meilleure valorisation de la qualité biologique d un produit par un prix plus élevé, la corrélation entre bio et filière directe se vérifie par la circulation de plus de volume de produits biologiques que dans la filière conventionnelle. D après l exemple de la filière fruits et légumes étudiée par l observatoire CROC 17, au niveau national, 39 % des légumes biologiques en volume sont achetés sur les marchés de détail contre seulement 17% pour les légumes non biologiques. 18 Les circuits courts de commercialisation s avèrent plus adaptés à la valorisation de productions agricoles en agriculture biologique que les circuits conventionnels Les producteurs non certifiés AB Les 13 autres producteurs interrogés ne sont pas certifiés AB. Voici les divers arguments mis en avant dans le choix de ne pas se convertir. 2 agricultrices refusent le label car certains agriculteurs biologiques qui le défendent vont exclure les autres formes d agricultures (et d agriculteurs). «Le logo AB est aussi pour une catégorie de gens qui sont malheureusement intégristes, c'est-à-dire qu ils ne vont même pas écouter quelqu un qui travaille de la même façon et qui n a pas le label. Ces gens là sont bornés, ils ont des œillères.» (Christèle, 40 ans, hélicicultrice dans la vallée de la Drôme) Il faut ajouter que les agriculteurs certifiés critiquent aussi cet effet pervers de l exclusion engendré par le label et par certains agriculteurs qui l adoptent «C est bien le bio mais il y aussi beaucoup de produits naturels qui ne sont pas bio mais presque et qui se retrouvent à l écart, c est embêtant». (Aline et Jean-Luc, 43 et 44 ans, éleveurs et arboriculteurs dans la vallée de la Drôme) 3 autres évoquent l aspect contraignant et voient le label comme une injonction à devoir se justifier. Voici le point de vu d une apicultrice, «le miel est le produit le plus «naturel» qui soit. Le label est une contrainte (financière et administrative) et je ne cautionne pas le fait de justifier d un produit qui est en soit naturel.» (Cécile, 42 ans, apicultrice dans le Vercors) 16 SICA : société d'intérêt collectif agricole, dans ce cas là c est une coopérative d éleveurs. 17 L Observatoire CROC-COXINEL étudie le développement des circuits courts par des enquêtes de terrain en Languedoc-Roussillon et des recherche en sociologie et agronomie. Voir p Source : Interfelbio 25

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 22 DECEMBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/08.824 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale AGIR pour les filières AGIR pour

Plus en détail

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT Numéro 117 - Février 2012 Île-de-France Recensement agricole 2010 : les circuits-courts en Île-de-France. DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

La Bio en France : repères

La Bio en France : repères La Bio en France : repères Plus d un million d hectares engagés en bio fin 25 467 producteurs engagés en bio en et plus de 26 211 au 30 juin 2014 12 577 transformateurs, distributeurs et importateurs Evolution

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Soutenir une agriculture locale de qualité. Mettre en œuvre des points de vente pour les producteurs locaux et développer les circuits courts

Soutenir une agriculture locale de qualité. Mettre en œuvre des points de vente pour les producteurs locaux et développer les circuits courts Soutenir une agriculture locale de qualité Mettre en œuvre des points de vente pour les producteurs locaux et développer les circuits courts Plan 1- Présentation du Pays «Une autre Provence» 2- La problématique

Plus en détail

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon Par Florence FOREST, DRAAF Cindy SCHULTZ, Conseil Régional L-R En termes de bilan sur l année 2010, les interventions

Plus en détail

Ordre du jour. - Rappel du contexte de l étude - Présentation des résultats de l enquête - Propositions et choix des actions à conduire

Ordre du jour. - Rappel du contexte de l étude - Présentation des résultats de l enquête - Propositions et choix des actions à conduire Comité de Pilotage Etude sur le développement de l agriculture biologique et des circuits courts sur le territoire du Pays Page 1 Ordre du jour - Rappel du contexte de l étude - Présentation des résultats

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Marchés publics, restauration collective et circuits courts

Marchés publics, restauration collective et circuits courts Marchés publics, restauration collective et circuits courts Réponse à l appel à propositions d actions de transfert des projets financés dans le cadre du Réseau rural français Intitulé du projet Marchés

Plus en détail

Observer les circuits courts à l'échelle d'un Pays Cas du Pays de Rennes Sophie Lorant Duault Blaise Berger FR CIVAM Bretagne

Observer les circuits courts à l'échelle d'un Pays Cas du Pays de Rennes Sophie Lorant Duault Blaise Berger FR CIVAM Bretagne Observer les circuits courts à l'échelle d'un Pays Cas du Pays de Rennes Sophie Lorant Duault Blaise Berger FR CIVAM Bretagne 1 1 Point de vente collectif Une démarche systémique Vente organisée à l'avance

Plus en détail

La Maison du Fromage - Vallée de Munster, Un espace vivant, authentique, ludique, ouvert à tous

La Maison du Fromage - Vallée de Munster, Un espace vivant, authentique, ludique, ouvert à tous 1 2 La Maison du Fromage - Vallée de Munster, Un espace vivant, authentique, ludique, ouvert à tous Connue au-delà des frontières pour son illustre fromage, la vallée de Munster entend bien le mettre à

Plus en détail

Plan de développement de l agriculture biologique en Nord-Pas de Calais 2O14-2O2O

Plan de développement de l agriculture biologique en Nord-Pas de Calais 2O14-2O2O Plan de développement de l agriculture biologique en Nord-Pas de Calais 2O14-2O2O SOMMAIRE Contexte national 04 Contexte régional 05 Diagnostic de l agriculture biologique en Nord-Pas de Calais 06 Programme

Plus en détail

Compte rendu par atelier : forum de la transition

Compte rendu par atelier : forum de la transition Compte rendu par atelier : forum de la transition Chaque restitution est détaillée de façon à respecter la fiche cadre remplie lors de la journée. L intérêt de ce compte rendu est de permettre à tous les

Plus en détail

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 La présente note établit le bilan pour l année 2012 de la convention entre la Région et la Safer Rhône- Alpes. S agissant de la première année d application,

Plus en détail

Marque et label : quelles différences, comment s y retrouver?

Marque et label : quelles différences, comment s y retrouver? Marque et label : quelles différences, comment s y retrouver? Bonjour, je me présente, Anne-Laure Blaise, je suis étudiante en Géographie de l alimentation à l Université de la Sorbonne à Paris, actuellement

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Vente directe et circuits courts : état des lieux et promotion dans la Province de Namur (Belgique)

Vente directe et circuits courts : état des lieux et promotion dans la Province de Namur (Belgique) Vente directe et circuits courts : état des lieux et promotion dans la Province de Namur (Belgique) M. DE FAYS Observatoire de la Consommation Alimentaire Gembloux Agro-Bio Tech/ULg Mars 2013 1. Introduction

Plus en détail

CASDAR Développement et transfert en Agriculture

CASDAR Développement et transfert en Agriculture Titre : Mise en place et structuration d une filière de produits agricoles de proximité pour la restauration hors domicile. GAL : Pays du Mans Région : Pays de Loire Priorité ciblée : Prise en compte des

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé FEDERATION INTERPROFESSIONNELLE CAPRINE ET OVINE WALLONNE. chaussée de Namur, 47 5030 Gembloux Tél. : 081/627 447 Fax :081/60 04 46 E-mail : fiow@swing.be TABLE DES MATIERES 1. Contexte général... 2 2.

Plus en détail

Les circuits courts. Sont-il durables?

Les circuits courts. Sont-il durables? Les circuits courts Sont-il durables? Petit rappel instructif Par définition officielle, un circuit court est une modalité de vente qui comporte au maximum UN intermédiaire entre le producteur et le consommateur

Plus en détail

Réunion de secteurs Etat des lieux

Réunion de secteurs Etat des lieux Chambre d'agriculture de la Drome Etude préalable à la mise en œuvre du PSADER de la Drôme des Collines Réunion de secteurs Etat des lieux AOUT 2011 PHASES DE TRAVAIL / METHODOLOGIE PHASE 1 PHASE 2 PHASE

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Genèse du projet Les diagnostics Le premier groupe de travail s est réuni à la suite de la restitution d un diagnostic social réalisé sur le quartier Amiraux

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Vers une politique alimentaire locale à l échelle de la Vienne

Vers une politique alimentaire locale à l échelle de la Vienne Vienne novembre 2012 Avis de la Coordination des Conseils de développement de la Vers une politique alimentaire locale à l échelle de la Vienne Version intermédiaire ( octobre 2012) Sommaire LE DIAGNOSTIC

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Evaluation de l impact des MAEt sur les pratiques et systèmes agricoles en région Pays de la Loire

Evaluation de l impact des MAEt sur les pratiques et systèmes agricoles en région Pays de la Loire Evaluation de l impact des MAET sur les pratiques et systèmes agricoles en région Pays de la Loire Restitution en territoires à enjeu eau Layon Aubance 16 avril 2014 Evaluation de l impact des MAEt sur

Plus en détail

Disparités d accès au conseil

Disparités d accès au conseil Numéro 81 - juin 2005-3,20 Soutien technique à l agriculture en Rhône-Alpes Disparités d accès au conseil Le conseil est une ressource importante pour les agriculteurs. Il leur permet, dans un contexte

Plus en détail

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine Organisme Certificateur Associatif la qualité a une origine Présentation de CERTIPAQ - Association Loi 1901, à but non lucratif, créée en 1997 - Spécialisée dans les filières agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l opération 213 Développement de l accompagnement en matière de stratégie d entreprise et de l approche globale des systèmes d exploitations au service de la multiperformance Chef de projet Joel LORILLOU

Plus en détail

Acquisition de références techniques, économiques et commerciales. Filière 3 : L élevage de volailles biologiques

Acquisition de références techniques, économiques et commerciales. Filière 3 : L élevage de volailles biologiques Acquisition de références techniques, économiques et commerciales Filière 3 : L élevage de volailles biologiques Connaissances typologiques des systèmes d élevage de volailles biologiques en région Provence-Alpes-

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Acteur du territoire varois depuis 1946 VITICULTURE HORTICULTURE MARAICHAGE PAYSAGE MOTOCULTURE GRAND PUBLIC

DOSSIER DE PRESSE. Acteur du territoire varois depuis 1946 VITICULTURE HORTICULTURE MARAICHAGE PAYSAGE MOTOCULTURE GRAND PUBLIC Acteur du territoire varois depuis 1946 VITICULTURE HORTICULTURE MARAICHAGE PAYSAGE MOTOCULTURE GRAND PUBLIC CONTACT PRESSE Manon FERNAND 07.82.50.27.14 communication@jardica.com SOMMAIRE NOTRE HISTOIRE.

Plus en détail

Références technico économiques sur les points de vente collectifs. INRA Paris, 24 septembre 2009

Références technico économiques sur les points de vente collectifs. INRA Paris, 24 septembre 2009 Références technico économiques sur les points de vente collectifs INRA Paris, 24 septembre 2009 1. Contexte et objectifs CONTEXTE OBJECTIFS Aucune référence existante sur les PVC Une concurrence accrue

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Vins et commerce de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

Observatoire régional des Circuits courts en PACA

Observatoire régional des Circuits courts en PACA Comité Régionale de l Alimentation 08 juillet 2015 Observatoire régional des Circuits courts en PACA Groupe «Restauration Hors Domicile de proximité» Historique Constats partagés autour de la thématique

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA GESTION DES ACTIFS IMMATÉRIELS PUBLICS : SYNTHÈSE

ENQUÊTE SUR LA GESTION DES ACTIFS IMMATÉRIELS PUBLICS : SYNTHÈSE ENQUÊTE SUR LA GESTION DES ACTIFS IMMATÉRIELS PUBLICS : SYNTHÈSE LE CONTEXTE L Agence du patrimoine immatériel de l État (APIE) promeut depuis sa création en 2007 une meilleure prise en compte du patrimoine

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES Notice d accompagnement Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre demande de validation des acquis de l'expérience pour le diplôme

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

Introduction... 2. Offre... 3 FORCES... 3 FAIBLESSES... 3 ATOUTS... 3 OPPORTUNITES... 3 MENACES ET CONTRAINTES EXTERNES... 3

Introduction... 2. Offre... 3 FORCES... 3 FAIBLESSES... 3 ATOUTS... 3 OPPORTUNITES... 3 MENACES ET CONTRAINTES EXTERNES... 3 Sommaire Introduction... 2 Offre... 3 FORCES... 3 FAIBLESSES... 3... 3 OPPORTUNITES... 3... 3 Organisation du secteur... 4... 4 FAIBLESSES... 4... 4 Demande... 4... 4 OPPORTUNITES... 4... 5 Promotion et

Plus en détail

A M E N A G E M E N T D U TERRITOIRE

A M E N A G E M E N T D U TERRITOIRE U n i v e r s i t é d e l a M é d i t e r r a n é e F a c u l t é d e s S c i e n c e s E c o n o m i q u e s e t d e G e s t i o n M a s t e r E c o n o m i e, P o l i t i q u e e t G e s t i o n P u

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Responsable commercial vins et réseaux de distribution de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Atlas agricole de l Auvergne

Atlas agricole de l Auvergne Atlas agricole de l Auvergne 5 ème assemblée des utilisateurs CRAIG 4 décembre 2012 Seán HEALY Nicolas VENY DRAAF Auvergne Service Régional de l'information Statistique et Economique (S.R.I.S.E.) PLAN

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Cinéma, documentaire, médias de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Réalité des installations en agriculture paysanne en France et besoins financiers

Réalité des installations en agriculture paysanne en France et besoins financiers Réalité des installations en agriculture paysanne en France et besoins financiers L'agriculture paysanne «L agriculture paysanne doit permettre à un maximum de paysans répartis sur tout le territoire de

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Le Marché des Vins bio. 27 janvier 2015 Millésime Bio

Le Marché des Vins bio. 27 janvier 2015 Millésime Bio 7 e Rencontres professionnelles de la viticulture biologique Le Marché des Vins bio Elisabeth Mercier Agence BIO Panorama de la viticulture bio en France et dans le Monde 27 janvier 2015 Millésime Bio

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de la qualité : Industrie, services, santé de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague E 2015-2019

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Illustrer l innovation sociale

Illustrer l innovation sociale Les mercredi de l INET 22 mai 2013 Illustrer l innovation sociale Phrase obligatoire mentions date etc Une définition «L innovation sociale consiste à élaborer des réponses nouvelles à des besoins sociaux

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective»

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» «Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» Compte rendu de l initiative publique du 21 mars 2012 1 e - Rappel du contexte de l initiative, des objectifs de l

Plus en détail

Carnet d acteurs d A PRO BIO

Carnet d acteurs d A PRO BIO Carnet d acteurs d A PRO BIO 4 rue de Dormagen 59350 Saint-André-lez-Lille Tél. : 03.20.31.57.97 - Fax : 03.20.12.09.91 www.aprobio.fr - www.labio-presdechezmoi.fr contact@aprobio.fr A PRO BIO, Pôle de

Plus en détail

AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012

AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 GRAND CONSEIL D ORIENTATION DE L AGENCE BIO 12 SEPTEMBRE 2007 ALLOCUTION DE MICHEL BARNIER AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 I) INTRODUCTION Je suis très heureux d être parmi vous pour ce Grand conseil

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole. Comité de pilotage du 11 octobre 2013

Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole. Comité de pilotage du 11 octobre 2013 Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole Comité de pilotage du 11 octobre 2013 2 Objectifs et méthodologie Objectifs de l étude A la demande du SGMAP et de Roland Berger Strategy Consultants, en

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Programme Observatoire ESSpace

Programme Observatoire ESSpace Programme Observatoire ESSpace Observatoire ESSpace est un projet interrégional conduit par les 4 Chambres régionales de l économie sociale et solidaire (ESS) des régions de Franche-Comté et Rhône-Alpes

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) MASTER Spécialité MANAGEMENT DU SPORT Autorité responsable de la certification (cadre 2) Qualité du(es) signataire(s) de la certification

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

Profil d enseignement

Profil d enseignement Profil d enseignement Catégorie Agronomique Bachelier en Agronomie Spécialisation Secteur 3. Sciences et techniques Domaine 18. Sciences agronomiques et ingénierie Biologique Niveau CFC Bachelier professionnalisant,

Plus en détail

Un projet de développement durable des AMAP en Sud Alsace. AMAP : Association pour le Maintien d une Agriculture Paysanne

Un projet de développement durable des AMAP en Sud Alsace. AMAP : Association pour le Maintien d une Agriculture Paysanne Un projet de développement durable des AMAP en Sud Alsace 1 Vous avez dit AMAP? En bref, une AMAP c est quoi? AMAP : Association pour le Maintien d une Agriculture Paysanne Une AMAP est un système écologique,

Plus en détail

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires PRESENTATION DU PROJET Coup de Pousse est une agence de Conseil orientée vers les petites et moyennes organisations agissant dans le secteur

Plus en détail

Pour un développement. local. durable. Développement

Pour un développement. local. durable. Développement Développement local Pour un développement local durable durable Le développement local vise à améliorer la vie quotidienne des habitants d un territoire en renforçant toutes les formes d attractivité de

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Une nouvelle approche du Conseil en développement du conseil en levée de fonds & de l investissement...

Une nouvelle approche du Conseil en développement du conseil en levée de fonds & de l investissement... Une nouvelle approche du Conseil en développement du conseil en levée de fonds & de l investissement... Un engagement Voyez cette brochure comme une invitation à nous rencontrer physiquement afin de discuter

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master Communication et Commerce Spécialité «Ingénierie de l information et de la communication» Autorité responsable de la certification

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

Phase 1: Elaboration du diagnostic

Phase 1: Elaboration du diagnostic Élaboration du SCOT du Pays Santerre Haute Somme Phase 1: Elaboration du diagnostic Fiche N 3: Economie et commerce 1. Les grandes caractéristiques socio-économiques de la population La population active

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail