Projet «Typologie des systèmes d exploitation agricole»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet «Typologie des systèmes d exploitation agricole»"

Transcription

1 Projet «Typologie des systèmes d exploitation agricole» Le projet mutualisé "Références systèmes", conduit dans le cadre des chantiers "Terres d'avenir", a prévu d'amplifier la mutualisation dans le domaine de la production, la capitalisation et la valorisation de références systèmes au sein du groupe Chambres. Les propositions du Comité de pilotage du projet en matière de constitution progressive d observatoires régionaux des systèmes d exploitation (INOSYS) ont été adoptées à l'unanimité lors de la session des 14 et 15 décembre L'année 2011 constitue une année charnière pour la mise en oeuvre du dispositif INOSYS à travers la réalisation de typologies régionales des systèmes d exploitation agricole couvrant l ensemble des productions agricoles et mobilisant les données du recensement agricole. Ces typologies permettront d obtenir une représentation de la diversité des systèmes d exploitation sur leur territoire, de déterminer les principales caractéristiques des systèmes d exploitation et d appréhender le poids économique ou numéraire de chacun d entre eux. Il est proposé un cadre national afin d harmoniser les approches entre Chambres, prendre appui sur les méthodes existantes au sein du groupe et bénéficier d un travail en réseau. Alors que le recensement agricole 2010 apportera un certain nombre d éléments sur les exploitations agricoles, il importe de fédérer les démarches des Chambres en matière de typologie des systèmes dans un projet «groupe Chambres» pour aboutir à une cartographie nationale des systèmes d exploitation agricole dans toute la France. Il est ainsi proposé de réaliser des typologies régionales des systèmes d exploitation dès ) Objectifs du projet «Typologie des systèmes d exploitation agricole». Réaliser dans chaque région une typologie des systèmes d exploitation agricole (toutes filières confondues) mobilisant l expertise des agents sur le terrain et quantifiée à l aide des données du recensement agricole. Faciliter la réalisation de typologies régionales en bâtissant un cadre national. Ce dernier doit favoriser une cohérence des approches au sein du groupe Chambres et avec d autres partenaires (Instituts techniques) et permettre une mutualisation des expériences existantes. Permettre une agrégation des typologies au niveau national afin de posséder une grille de lecture partagée de la diversité des systèmes entre régions et une cartographie des systèmes d exploitation sur l ensemble du territoire. 2) Définitions et concepts méthodologiques 1. Une typologie est le résultat d une démarche construite de classification d objets d intérêt pour représenter une réalité complexe. Une typologie des systèmes d exploitation apporte une cadre d analyse des particularismes observés au niveau des systèmes d exploitation en identifiant un certain nombre de types de systèmes présents dans une région donnée. Chaque type de système est identifié sur la base d une sélection de critères discriminants. 1 La suite du document fait référence, dans une large mesure, à des éléments discutés au sein du groupe de travail «typologie des systèmes d exploitation», constitué en 2010 dans le cadre du projet «Références Systèmes» (rassemblant J-M Blanvillain (CRA Centre) J-P Hopquin (CRA Picardie), F. Lauer (CRA Lorraine), C. Goscianski (CRA Pays de Loire), Cécile Fèvre (APCA), avec la participation de C. Montgobert (CRA Midi- Pyrénées). Les propositions de ce groupe de travail ont été actualisées et enrichies pour tenir compte des échéances du projet et du positionnement des différents partenaires

2 Les approches pour réaliser les typologies diffèrent en fonction des objectifs recherchés, de la nature des informations ou données mobilisables et des critères discriminants retenus pour caractériser les systèmes d exploitation. Dans le cas présent, on s appuiera sur les particularités des exploitations agricoles et de leur fonctionnement pour définir les types. La caractérisation des systèmes sur le seul examen des productions est insuffisante. La typologie doit renseigner sur la logique de fonctionnement des systèmes d exploitation. Une typologie construite «à dire d experts» s appuie, par opposition aux typologies élaborées à partir d enquêtes directes d exploitation, sur les connaissances des experts de terrain pour définir les types d exploitation et les caractériser au moyen de quelques variables significatives. Ces experts ont une expérience significative sur le terrain, des contacts réguliers et directs avec les exploitations agricoles. Cette approche présente plusieurs avantages. A l inverse de celle construite par enquêtes directes, coûteuse en temps et moyens humains, elle repose sur les connaissances d un collectif d experts (internes et extérieurs aux Chambres). Impliquant les conseillers des Chambres, elle favorise l appropriation de la typologie par ces mêmes contributeurs. A partir de la typologie construite à dires d expert, il est intéressant de déterminer l importance relative des types identifiés en évaluant leur poids numéraire voire économique. Cette opération, en ayant recours à des bases de données sur les exploitations agricoles, permet d obtenir un ordre de grandeur du poids de chaque type en matière, par exemple, d occupation du territoire, de nombre d exploitations et de volume de production. On retiendra le terme de quantification de la typologie pour qualifier cette étape. Dans le cas présent, il est proposé d avoir recours aux données du RA 2010 pour quantifier la typologie. La construction d une typologie implique d identifier une clé typologique pour classer les types de systèmes. On pourra distinguer les critères discriminants relevant de la structure des exploitations (ex : orientations productives et moyens de production) et de son fonctionnement. Ces derniers permettent de caractériser les processus de production et l enchaînement de prises de décision de l agriculteur, analysées au regard de ses objectifs, des atouts et contraintes pesant sur l exploitation. En fait, cette dichotomie (structure et fonctionnement) est artificielle. Dans le cadre d une approche globale et systémique des exploitations agricoles, on considère que les combinaisons des productions et les caractéristiques de l appareil de production découlent des choix stratégiques des agriculteurs réalisés dans un contexte et un environnement donnés et de leur histoire. Le choix des critères reste tributaire des données disponibles dans la base qui sera utilisée pour le dénombrement des exploitations agricoles. A ce titre, les critères de structure sont en général plus facilement accessibles au sein des bases de données. En confrontant avis d experts et sources statistiques, il conviendra de s assurer de la convergence entre les variables disponibles dans base et les critères sélectionnés par experts pour caractériser au mieux le fonctionnement des systèmes. La clé typologique permet de définir des types qui caractérisent des groupes d exploitations agricoles sensiblement homogènes au regard d une sélection de critères définissant un système d exploitation. On ne pourra s affranchir d une certaine hétérogénéité interne aux types du fait des difficultés à approcher certains éléments de fonctionnement (sans approfondissement par enquête d exploitation) et imposée par un effort de représentation et de modélisation de la réalité agricole. Il convient en effet de limiter le nombre de types identifiés, une trop grande atomisation risquant de «brouiller» la lecture du paysage agricole et le suivi général des évolutions. Le degré de finesse et de précision retenu à l échelle régionale influera sur le niveau de segmentation des types

3 La typologie doit embrasser la quasi-totalité du champ des systèmes d exploitation agricole, l attention étant portée à la représentation de la diversité des systèmes d exploitation. Si l objectif est de tendre vers l exhaustivité, au cours de la construction de la typologie, un certain nombre d exploitations ne sont pas classées à l issue du processus. L analyse de ce résidu reste néanmoins indispensable afin de préciser le domaine de validité de la typologie, d apprécier la représentation qu elle offre, d être attentif aux évolutions ultérieures de la typologie. SYNTHESE : Principes pour construire la typologie des systèmes d exploitation La typologie des systèmes d exploitation est une représentation de la diversité des systèmes d exploitation reposant sur la distinction des types d exploitations à partir de critères structurels, fonctionnels et de performance. La construction de la typologie s inscrit dans une démarche d approche globale et systémique des exploitations agricoles. L ambition est de décrire les types de systèmes d exploitation pour en comprendre le fonctionnement. La typologie est réalisée à l échelle régionale selon une méthode d identification des types à dires d experts. La typologie est ensuite quantifiée en faisant appel à des bases de données (recensement agricole 2010). Dans un souci de cohérence interrégionale, les typologies régionales s intègrent dans un cadre national structuré autour d une approche et de méthodes harmonisées ainsi que d une expertise existante en matière de construction de typologies. 3) Construction de typologies régionales dans un cadre national harmonisé. a) Etapes de construction de typologies régionales. Le schéma ci-après présente les différentes étapes de construction de typologie. Les étapes numérotées de 1 à 5 sur le schéma sont explicitées à la suite

4 Etapes de construction de la typologie 1 Niveau régional Inventaire travaux typologiques régionaux et départementaux existants. Compilation ressources bibliographiques Entretiens auprès d experts en contact avec les exploitations agricoles. Niveau national Cadre national typologies existantes consolidées à l échelle nationale Prise en compte des variables disponibles dans le RA Formation des chefs de projet 2 Formalisation des connaissances dans une première ébauche de typologie. Identification de critères pertinents de segmentation des types. Restitution au groupe d experts sollicités Restitution auprès comité de bassin / comité régional Réunion de suivi / concertation Entretiens et enquêtes complémentaires Réunion de suivi / concertation Réunion de suivi / concertation 4 Identification des types et clé 3 typologique associée Restitution 2 (experts et comités bassin / régional) Traitement des données du recensement Dénombrement des exploitations agricoles. Réunion de suivi / concertation Réunion de suivi / concertation Réunion de suivi / concertation Typologie quantifiée Restitution 3 (experts et comités bassin / régional) 5 Valorisation Description des types de systèmes d exploitaiton d exploitation Séminaire national de valorisation - 4 -

5 Description des étapes-clés Au cours de l étape -1- sont réalisées des entretiens auprès d experts connaissant bien la réalité agricole locale. Elle doit permettre d appréhender les principaux types de fonctionnement, les critères discriminants les types et d avoir un ordre de grandeur des seuils associés à ces variables. Ces connaissances seront formalisées dans une première ébauche de la typologie (étape -2-). Cette phase implique la recherche d un compromis entre le nombre total de types retenus, la prise en compte des spécificités locales et la démarche d agrégation régionale de l information. Ce premier travail typologique devra être restitué aux experts concertés ainsi qu aux différents organes des Chambres qui supervisent l opération. En outre, le choix des variables de la clé typologique doit tenir compte de l étape ultérieure de traitement de la base de données (Recensement Agricole) mobilisée pour la quantification de la typologie. Cela nécessite de traduire les critères de segmentation des types en variables mesurables. Cela peut impliquer de privilégier certaines variables disponibles dans cette base (ou construites à partir des variables de la base). Celles inaccessibles dans la base pourront être conservées pour décrire les types mais ne pourront pas être utilisées pour le recouvrement de la typologie. En tout état de cause, les experts devront disposer du contenu et de la description de la base de données qui sera utilisée pour la quantification. L étape -4- concerne la quantification de la typologie régionale. Elle consiste à éprouver la typologie définie à dires d experts en mobilisant la base de données du recensement agricole. Cette dernière est donc traitée analytiquement en utilisant les critères de la clé typologique identifiés régionalement. Plusieurs méthodes existent pour réaliser le traitement des données du recensement (cf paragraphe 3d)). Comme le suggèrent les étapes -3- et -4-, la construction d une typologie est un processus itératif. Elles se traduisent concrètement par différents allers retours entre experts et opérateur de la base de données afin d affiner critères et seuils en fonction des premiers tests effectués sur la base (qui vont renseigner sur la pertinence des critères et seuils choisis en terme de discrimination des classes de systèmes, l intérêt de sélectionner d autres critères ou d ajuster les seuils, ). L étape -5- concerne la valorisation et la diffusion du travail de typologie. Consistant à formaliser et synthétiser les connaissances sur les types de systèmes en une cartographie des systèmes, cette étape apporte les éléments quantitatifs et qualitatifs permettant la description des types et un éclairage sur certaines thématiques régionales (cf partie 4)). b) Cohérence interrégionale et agrégation des typologies régionales Il est proposé aux régions d inscrire leur démarche de construction de typologie dans un cadre national harmonisé. Ce dernier précise : - l architecture de la typologie, - l emboîtement des différents niveaux d analyse, - le mode de choix des critères pour identifier les types, Il convient également de mettre en regard la typologie construite par les Chambres avec les systèmes de classification développées par d autres organismes, en particulier les pouvoirs publics. A ce titre, la nomenclature harmonisée au niveau européen fondée sur les OTEX (orientations technico

6 économiques) 2 est largement utilisée dans les statistiques et bases de données sur les exploitations agricoles. Aussi, il est envisagé de déterminer une clé typologique adossée aux OTEX mais déclinée plus finement pour s inscrire dans une approche globale et systémique de l exploitation agricole. L ambition est bien d élaborer une typologie mobilisant des critères de référence connus (largement utilisés dans les statistiques publiques) mais présentant une valeur ajoutée par rapport aux autres classifications : la typologie permet d affiner la connaissance des systèmes d exploitation (ce qui n est pas fait dans une classification reposant sur les seules OTEX et la dimension économique). c) Architecture de la typologie. Typologie arborescente à plusieurs niveaux : L architecture de la typologie se présente sous forme arborescente, traduisant un emboîtement successif des classes de systèmes d exploitation en grandes familles de systèmes, familles puis types et «sous-types». Une lecture descendante de la typologie depuis les grandes familles de systèmes jusqu aux différents types (voire sous-types) rend compte d une description de plus en plus précise des systèmes d exploitation pour aboutir à la caractérisation des différents types de fonctionnement. Le schéma ci-après illustre de manière plus concrète l architecture de la typologie (sous forme de typologie arborescente à plusieurs niveaux): 2 A partir de 2010 seront mises en œuvre des modifications quant au mode d identification des OTEX, qui s il était fondé jusqu à présent sur le calcul de la marge brute standard (MBS) devrait être fonction du produit brut standard (PBS). Trois types d OTEX devraient être retenus : OTEX spécialisées, mixte, résiduelle si l activité principale représente respectivement plus des 2/3 du PBS, entre 1/3 et 2/3, <1/3. On retrouverait les OTEX suivantes : 1) Grandes cultures, 2) Maraîchage, horticulture, 3) cultures permanentes, 4) élevages d herbivores, 5) élevages de granivores, 6) polyculture, 7) poly-élevages, 8) Culture élevage, 9) non classé. Les statistiques publiques retenaient également 10 classes de dimension économique (mesurées en Unités de dimension Economique). En 2010, ne seront retenus que 3 classes de dimension (petites, moyennes et grande exploitation), exprimées en euros (< de PBS, , > ). Seules les moyennes et grandes exploitations seront retenues dans le RICA (Réseau d information comptable agricole)

7 Grandes familles et familles de systèmes TYPOLOGIES REGIONALES Types et sous-types Syst. D'exploitation avec cultures pérennes Syst d'exploitation dominante viticulture Syst mixtes arbo-viti Typologie nationale Rosace Viticulture : discrimination en fonction du mode de commercialisation et du mode de valorisation de la production. + critères régionaux Syst. D'exploitation maraîchage / horticulture Syst. D'exploitation en grandes cultures Syst. D'exploitation d'élevage et polyculteurséleveurs Syst. D'exploitation avec élevage hors-sol Syst. D'exploitation dominante arboriculture Syst d'exploitation dominante bovins viande Syst d'exploitation dominante bovins lait.. Syst spécialisées COP Syst spécialisées COP et betterave Syst spécialisées cultures diversifiées Syst Lait spécialisé Syst Lait et cultures Syst Bovins lait et Bovins viande Typologie nationale Rosace Grandes Cultures : discrimination en fonction du potentiel agronomique de la zone de production, l irrigation, la main d œuvre/gamme de surface Typologie nationale réseaux d élevage : discrimination en fonction de la zone géographique de production, le système, fourrager et la combinaison d ateliers + critères régionaux + critères régionaux - 7 -

8 Comme figuré sur le schéma précédent, plusieurs niveaux sont distingués : 1. Classification des exploitations agricoles en grandes familles (exemples, cf schéma : systèmes d exploitation en grandes cultures, systèmes d exploitation d élevage et polyculteurséleveurs). Cette segmentation est adossée à la classification par OTEX. 2. Ces grandes familles se décomposent elles-mêmes en familles de systèmes (exemples, cf schéma : systèmes spécialisés à dominante viticulture, système lait et culture). 3. Classification en types. 4. En fonction de thématiques particulières, la typologie peut être affinée (construction de «sous-types») au regard d une volonté de réaliser une typologie opérationnelle et capable de répondre à de multiples questions (Exemples de thématiques : AB, Energie, ) Les types et sous-types sont définis régionalement. Cette segmentation répond au besoin éventuel d ajouter des facteurs discriminants complémentaires afin de mieux représenter une situation locale. Les «branches de l arbre typologique» sont déterminées par une combinaison de critères. On distingue : 1. des critères harmonisés à l échelle nationale permettant une discrimination en grandes familles, familles, voire types, 2. et des critères définis régionalement. Typologie arborescente à plusieurs niveaux et clés typologiques Grandes familles et familles de systèmes Types et «sous-types» Grande famille A Type B1- i 3 Grande famille B Famille B1 Famille B2 Type B1- ii Type B1- iii Grande famille C 2 TYPOLOGIE REGIONALE Clé typologique harmonisée au niveau national. - Définition de critères 1 Clé typologique définie régionalement. - Pour certains systèmes, critères harmonisés à l échelle nationale. Les régions peuvent compléter ce cadre. - Les régions définissent les seuils associés aux critères

9 Synthèse : le choix des critères. - La typologie est adossée à celle fondée sur les OTEX (pour le premier niveau : grandes familles de systèmes). - Le choix de critères doit être compatible avec l objectif d appréhender le fonctionnement global de l exploitation pour les niveaux plus fins de la typologie. - Un certain nombre de critères sont harmonisés à l échelle nationale. Il revient à la région de déterminer les seuils et bornes de validité des critères. Autrement dit, un ensemble de critères peuvent être communs aux différentes régions mais les seuils sont déterminés à l échelle régionale. - Proposition : il conviendrait de se pencher sur certaines thématiques au regard des évolutions des activités des ménages agricoles : diversification de activités, activités non agricoles dominantes (chefs d exploitation et conjoint), âge du chef d exploitation et transmissibilité de l exploitation. Approche commune entre Chambres et agrégation des typologies. Une harmonisation nationale des critères définissant les types régionaux est facilitée, pour certaines filières, par l existence de typologies éprouvées et déjà utilisées dans différentes régions (cf clé typologique des systèmes d élevage des réseaux d élevage, Rosace Grandes cultures, Rosace viticulture). De plus, différentes réunions nationales, réunissant les chargés de typologie régionales jalonneront le projet. Elles permettront d actualiser les typologies déjà existantes et proposer des critères communs pour les productions non couvertes. Pour ce faire, les travaux conduits sur le terrain (ébauches et premières formalisation de typologies) seront exposés et relayés auprès des autres régions. La sélection de critères pourra être débattue avec l objectif de s accorder sur un certain nombre d entre eux. Une attention toute particulière sera portée, lors de ces réunions, à la description des systèmes mixtes et l articulation entre les typologies existantes (qui privilégient bien souvent une entrée filière). Le projet de typologie des systèmes d exploitation est articulé avec celui des Instituts techniques qui souhaitent couvrir les typologies des systèmes d élevage. Nombre de types identifiés par région : Plusieurs exemples repères : - En Val de Loire (recouvrant les zones viticoles du Centre et des Pays de Loire), identification de 15 types de systèmes viticoles (intégrant la famille des systèmes viticoles à dominante viticulture). - En Lorraine, Identification de 8 familles de systèmes se déclinant en 27 types de systèmes (en élevage de ruminants et grandes cultures). d) Traitement de la base de données du recensement : classification et quantification. Dans le cas du projet Chambres, l identification des variables est réalisée à dires d expert (cf ciavant). Les connaissances sur les types sont traduites en un certain nombre de variables quantitatives ou qualitatives. Les experts ont également explicité les seuils associés aux variables - 9 -

10 quantitatives et les modalités des variables qualitatives. Le traitement de la base de données consiste donc à trier les données à partir de cette sélection établie par les experts. Pour arriver à un bon résultat, le travail de construction de typologie implique une mise en regard régulière entre le travail à dires d expert et des phases de test de la clé typologique sur la base de données (cf étapes 3 et 4 de la construction de la typologie) 3. Méthodes de classification. On retiendra deux démarches possibles : le tri à plat qui consiste à trier graduellement la base en fonction de combinaisons de critères (construction de «phrases» de tri) et la classification par «agrégation autour de pôles» (mesure de la ressemblance des individus par rapport à des pôles aux caractéristiques décidés par l opérateur 4 ). La première, qui implique la formulation de phrases de tests utilisant les opérateurs logiques (Si, Et, ou), est plus simple à mettre en œuvre que la seconde. L intérêt de la seconde méthode réside dans l indépendance des cases typologiques finales (notamment pas d effet de tri de seuil). Il provient également de la méthode mobilisée, à savoir le calcul de coefficients de ressemblance des exploitations agricoles par rapport à une combinaison pondérée de variables. Accès aux données du recensement agricole. Cette étape de traitement des données sous-tend l accès à la base de données individuelles du recensement. Il est prévu de négocier cet accès auprès des services de la statistique du Ministère de l agriculture. Plusieurs rencontres entre l APCA et les services de la statistiques (au niveau central) ont eu lieu pour présenter le projet des Chambres. Les services de la statistiques se sont montrés intéressés par la démarche du groupe Chambre et entrevoient la possibilité de nouer des partenariats. A la suite des premières discussions, il s avère que les données individuelles du recensement seront disponibles à partir de janvier En plus des questionnaires, les bases de données sont alimentées ou croisées avec d'autres bases (type aides PAC, BDNI, etc), d où cette échéance. Pour l'accès aux données, une convention devrait être passée entre chaque région CRA/SRISE sur la base d'une convention type élaborée au niveau national entre l APCA et le SSP (au cours du 2ème semestre 2011). Les SRISE ne devraient pas transmettre de données mais recevoir des agents chambre dans leurs locaux pour réaliser des extractions et le traitement de données. La prochaine rencontre avec le SSP et le réseau SRISE aura lieu le 16 mars. Les différentes étapes clés : 1. Choix de la méthode de classification : tri à plat ou par agrégation de pôles. 2. Traduction de la clé typologique établie à dires d experts en clé de tri adaptée au traitement des données et validation. 3. Quantification des différentes grandes familles et familles de systèmes, types, sous-types. 4. Sondage de la base sur des thématiques spécifiques (AB, transmission, ). 5. Croisement avec d autres types de données (interprofession, CER, etc ) NB : Processus itératif à partir de l étape 2 3 Remarque : il pourrait être intéressant de confronter la typologie établie à dires experts et les résultats de la mise en œuvre de méthodes statistiques consistant à étudier les relations entre variables (analyse multivariée) et discriminer la population étudiée. L apport d un regard statistique est intéressant pour conforter la mise en place de typologies. Elle ne saurait se substituer à l étape de construction à dires d experts qui est le fondement du projet de typologie proposé aux Chambres. Le Département de Biométrie et Informatique et du Lamsad de l ESITPA a été sollicité sur les questions de traitement et d analyse des données. Il pourrait apporter son concours au projet de construction et quantification de la typologie. 4 Cette méthode est utilisée par le logiciel Genetyp (développé par l IE)

11 e) Périodicité d actualisation de la typologie. La typologie doit être actualisée tous les 5 ans environ afin d appréhender les évolutions des systèmes et de ne pas figer la typologie dans le temps. Cette proposition implique de confronter périodiquement la typologie et la base de départ (RA 2010) avec d autres sources de données (enquêtes structures, fichier PAC, données de fonctionnement). Cette étape de mise à jour de la typologie soulève deux remarques : - Elle nécessite un traitement des autres bases de données disponibles pour s assurer d une correspondance / emboîtement des différentes bases. - Comparativement aux données du recensement agricole, ces autres sources de données sont bien souvent moins exhaustives. 4) Valorisation de la typologie. a) Utilisations et valorisations possibles de la typologie. Représentation de la diversité des systèmes sur un territoire pour les Elus et Conseillers : photographie à un instant t de l agriculture régionale et apport d éléments de diagnostic pour comprendre la diversité actuelle et entrevoir les évolutions possibles des systèmes. Localisation des systèmes et répartition sur le territoire. Outil de mesure pour appréhender le poids relatif de chaque système. Mobilisation de la typologie pour structurer les références, les actions de conseil et programmes d intervention. Référentiel mobilisé dans le cadre d études thématiques pour apporter des éléments de contexte sur l agriculture régionale ou territoriale (ex : avenir d un bassin de collecte d une laiterie). Intérêt d une typologie pour l évaluation ou la mise en œuvre de politiques publiques (estimation à l échelle d une région de l incidence des mesures de politiques agricoles à partir de l évaluation de son impact sur chaque système et la quantification du poids de chaque système au sein d un territoire). Première étape dans la mise en place de dispositifs d élaboration de références systèmes pour orienter le choix des systèmes qui feront l objet d enquêtes approfondies et de collecte de références. b) Formalisation de la description des systèmes identifiés au sein de la typologie Typologie. Formalisation de la description du système : principales caractéristiques et données quantitatives

12 Il est suggéré d apporter les éléments suivants pour décrire les systèmes : Caractérisation des systèmes : - Caractéristiques principales (rappel des critères d identification des systèmes et seuils associés). - Analyse qualitative : Localisation préférentielle au sein du territoire, contexte socio-économique des territoires concernés Eléments caractéristiques de fonctionnement et de stratégie (concernant les conduites animales et végétales, la production, la commercialisation, les investissements). - Cartographie de la localisation des systèmes. Eléments de diagnostic : - Atouts/contraintes des ces systèmes, - Enjeux prioritaires à court et moyen terme pour ces systèmes et scénarios d évolution. Données quantitatives sur les systèmes. Mobilisées à partir des bases de données utilisées pour la quantification. - Données à l échelle régionale : Par exemple, % de la SAU occupée, du cheptel régional, des soles cultivées pour les différentes cultures, main d œuvre concernée (nombre d UTA, ). - Données à l échelle des exploitations : Par exemple, gamme de surface, rendement moyen (laitier, cultures, etc ). Valorisation possible de données technico-économiques (de sources variées : CER, interprofession, ) 5 : Par exemple : chiffre d affaires, niveau de charges,. En phase de croisière de l observatoire, il convient d enrichir les cases typologiques faisant l objet d un suivi d exploitations des références systèmes ainsi obtenues (et en particulier de la caractérisation des performances en matière de durabilité). Si l on devait proposer la maquette d un document de valorisation de la typologie, on pourrait suggérer : (1) Un éclairage sur l agriculture régionale, l environnement économique, les évolutions touchant les structures d exploitation révélées à partir des recensements et enquêtes agricoles successifs. (2) Une présentation de la typologie (démarche adoptée et objectifs, encart sur la clé typologique identifiée). (3) La description des différents systèmes sous forme de «fiche système» (cf ci-avant) et leurs évolutions. (4) Repères cartographiés. Exemples : Répartition de l effectif d exploitations selon les systèmes, répartition des systèmes par secteur géographique (petite région agricole, cantons, ), cartographie des «profils agricoles» (systèmes dominants) des différents secteurs géographiques,... 5 La valorisation de données technico-économiques (type CER) implique de rattacher les exploitations des banques de données aux types. Elle implique une étape de croisement des données des différentes bases et retraitement pour certaines d entre elles (ex : données fiscales des comptabilités d exploitation, effet année, analyse pluriannuelle sur échantillon constant)

13 5) Mise en œuvre du projet : missions des Chefs de projet et calendrier. a) Missions régionales et nationales. Le projet de typologie implique des personnes ressources au niveau régional (1 personne par région avec l appui éventuel d un stagiaire, soit 0,3 0,5 ETP sur 1 an) et national (1 personne). L appui du niveau national est jugé fondamental pour s imprégner des expériences régionales existantes, coordonner le dispositif, appuyer les régions dans leurs démarches et apporter certains éléments structurants (méthodes, outils), gages d efficacité et de réalisation d économies d échelle. Il serait souhaitable de favoriser une approche par bassin ou grande zone de production pour définir les grandes familles de systèmes et pour s assurer d une unité d approche dans des régions présentant des conditions de production assez proches. Le travail se réaliserait en région, ponctué d étapes de validation au niveau du bassin (dans le cadre par exemple d un groupe de travail regroupant les différents opérateurs régionaux). Cette coordination au sein d un bassin ne doit néanmoins pas être un frein aux travaux de typologie régionale, si les différentes régions d un bassin ne s engagent pas au même rythme. Le schéma ci-après répertorie les missions des différents opérateurs impliqués dans le dispositif : Personne ressource / chargé de projet national APCA. Missions : - Appui méthodologique aux régions et accompagnement de la phase de construction de typologie. - Négociation accès aux données du recensement. - Animation des réunions nationales - Appui pour la quantification de la typologie. - Favoriser l harmonisation des pratiques régionales et travail en partenariat. - Garant du cadre national Chargé de projet régional Chargé de projet régional Coordination par bassin à envisager Missions : - Animation du collectif d experts (régionaux et départementaux). - Construction de la typologie régionale. - Quantification de la typologie régionale (dans l hypothèse d un accès régional aux données). - Description des systèmes et valorisation de la typologie régionale - Diffusion et communication - Relation avec les autres OPA régionales. Evaluations moyens : 1 ETP Evaluations des moyens: 0,3 0,5 ETP pendant 1 an Appui stagiaire

14 b. Proposition de calendrier janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre janvier février mars avril mai Mise en place du projet 1ères étapes de construction des typologies régionales 2èmes étapes de construction, quantification à l'aide des données du RA Finalisation des travaux et valorisation Poursuite positionnement des régions, désignation d'un animateur régional En région : 18 mars : réunion des animateurs régionaux - lancement du projet formation des animateurs régionaux réunions nationales (suivi, concertation) Entretiens auprès d experts en contact avec les exploitations agricoles. Séminaire national restitution Formalisation des connaissances - Construction d'une ébauche de typologie Identification de critères pertinents de segmentation des types Quantification de la typologie Finalisation travaux Projet typologie des systèmes d'élevage? Articulation et travaux commun avec le projet TYPOEL (piloté IE et partenariat Instituts, groupes chambres)

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l opération 213 Développement de l accompagnement en matière de stratégie d entreprise et de l approche globale des systèmes d exploitations au service de la multiperformance Chef de projet Joel LORILLOU

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole. Comité de pilotage du 11 octobre 2013

Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole. Comité de pilotage du 11 octobre 2013 Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole Comité de pilotage du 11 octobre 2013 2 Objectifs et méthodologie Objectifs de l étude A la demande du SGMAP et de Roland Berger Strategy Consultants, en

Plus en détail

Cahier des charges de l appel d offres n 2013-03-EC

Cahier des charges de l appel d offres n 2013-03-EC Cahier des charges de l appel d offres n 2013-03- Baromètre des PME régionales innovantes 2013 Appui à la réalisation du terrain de l enquête et accompagnement pour le traitement statistique des données.

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité des exploitations agricoles

Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité des exploitations agricoles 10ème COLLOQUE International de SIFFE «Évaluation environnementale et développement d une agriculture durable» Angers, 20-24 juin 2005 Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité

Plus en détail

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures»

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures» Direction Départementale des Territoires de l'aisne En application du décret du relatif à la mise en œuvre du plan de professionnalisation personnalisé prévus par les articles R 3434 et R 3435 du code

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Texte Référent du Plan Régional d Action

Texte Référent du Plan Régional d Action L'Education à l'environnement vers un Développement Durable : une démarche partagée Ce texte est entendu comme référent éthique pour les acteurs de l EEDD en Pays de la Loire. Il donne les grandes lignes

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l action 122 Améliorer la professionnalisation des élevages pour une meilleure rentabilité, une meilleure gestion des risques et un maintien des activités d élevages et de polycultureélevages en région

Plus en détail

Convention Agriculture en zones humides

Convention Agriculture en zones humides Convention Agriculture en zones humides Programme d actions territoriaux 07/04/11 Stéphanie GILARD, en charge de l animation de la convention Contexte et objectif Première convention signée entre le MEDDTL

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Références technico économiques sur les points de vente collectifs. INRA Paris, 24 septembre 2009

Références technico économiques sur les points de vente collectifs. INRA Paris, 24 septembre 2009 Références technico économiques sur les points de vente collectifs INRA Paris, 24 septembre 2009 1. Contexte et objectifs CONTEXTE OBJECTIFS Aucune référence existante sur les PVC Une concurrence accrue

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

APPEL d OFFRE AUDIT DU DISPOSITIF CHARTE DES BONNES PRATIQUES D ELEVAGE

APPEL d OFFRE AUDIT DU DISPOSITIF CHARTE DES BONNES PRATIQUES D ELEVAGE Confédération Nationale de l Elevage 149, Rue de Bercy 75 595 PARIS CEDEX 12 Tél. 01.40.04.51.10 Fax. 01.40.04.51.22 c.allo@cne.asso.fr delphine.neumeister@idele.fr simon.fourdin@idele.fr APPEL d OFFRE

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Les cotisants solidaires : des agriculteurs non reconnus

Les cotisants solidaires : des agriculteurs non reconnus Les cotisants solidaires : des agriculteurs non reconnus 351 Les cotisants solidaires : des agriculteurs non reconnus par Madame Magali Aubert Ingénieur d études à l Institut national de recherche agronomique

Plus en détail

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française Les 5 à 7 du SYRPA Photographie et évolution de la population Quels enseignements en tirer pour vos actions de communication? Christophe SEMONT 1. Hyltel en quelques mots 2. Les concepts du recensement

Plus en détail

1 CONTEXTE ET DEFINITION

1 CONTEXTE ET DEFINITION Consultation des cabinets conseils référencés «Diagnostic RH et Formation PME 2015» en Languedoc Roussillon pour la réalisation de prestations d Evaluation de dispositifs de formation interne Cahier des

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

MAAF - DGPAAT. Evaluation du PRDAR de Provence-Alpes-Côte d Azur. Synthèse du rapport d évaluation

MAAF - DGPAAT. Evaluation du PRDAR de Provence-Alpes-Côte d Azur. Synthèse du rapport d évaluation MAAF - DGPAAT Evaluation du PRDAR de Provence-Alpes-Côte d Azur Synthèse du rapport d évaluation Octobre 2013 L évaluation d un programme régional de développement agricole et rural financé par le CASDAR

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

«collèges numériques et innovation pédagogique»

«collèges numériques et innovation pédagogique» 1 Appel à projets «collèges numériques et innovation pédagogique» Appel à projets 1 opéré dans le cadre de l'action "plan numérique pour l'école" du Programme d'investissement d'avenir 1 Version soumise

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

Préparation des programmes européens 2007-2013

Préparation des programmes européens 2007-2013 Préparation des programmes européens 2007-2013 Présentation AGILE 9h30-10h30 8 Préparation des programmes européens 2007-2013 Le contexte La méthode de travail État d avancement des travaux : bilan, diagnostic

Plus en détail

INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne

INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne octobre 2008 Aujourd hui, la CCI Seine-et-Marne, fortement impliquée dans l observation des entreprises et du développement économique de

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Recommandations pour la collecte et le traitement de données

Recommandations pour la collecte et le traitement de données Recommandations pour la collecte et le traitement de données Sommaire Contexte, objectif et démarche 1 1 Identification du besoin 2 2 Conception et définition du processus de la collecte de données 3 3

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille

Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille Direction du réseau Paris, le 21 février 2014 Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille INC du 13 mars 2014 1 1. Contexte Les Prm ont été créés en 2002 et trouvent leur fondement dans

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3054 Convention collective nationale IDCC : 925. DISTRIBUTION ET COMMERCE

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Document d accompagnement du référentiel de formation

Document d accompagnement du référentiel de formation Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA DARC Module : M 53 Gestion économique et financière de l entreprise agricole Objectif général

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés L IFN vient de mettre en ligne une nouvelle version de son site Internet contenant encore plus d informations, disponibles en téléchargement gratuit. Nouveautés Le site Internet de l IFN : une mine de

Plus en détail

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS Contexte général de lancement de l expérimentation Pour des raisons indépendantes de notre volonté et de notre implication, la convention avec le Ministère a été signée à la fin du mois de décembre 2010.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018 La contractualisation Caf / Collectivités territoriales Le Renouvellement des Cej 2015-2018 Sommaire 1. La contractualisation avec la Caf : > les principes Rappel : Cej Une nouveauté : la Ctg La gouvernance

Plus en détail

La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences. L expérience du CHRU de Lille

La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences. L expérience du CHRU de Lille ATELIER DE RETOUR D EXPÉRIENCES La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences L expérience du CHRU de Lille La définition de la GPMC Prévisionnelle : Prévoir,

Plus en détail

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Réseau rural de Basse-Normandie Groupe de travail thématique : «Bien gérer l'espace en milieu

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône»

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» APPEL A PROJETS «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» PROJET BENEFICIANT DU CONCOURS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Préalable L appel à projets décrit ci-après

Plus en détail

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Débat sur la transition ENERGETIQUE Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Cette démarche s inscrit dans le cadre du débat national

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

Présentation de la base de

Présentation de la base de ALPES - MARITIMES CONSEIL GENERAL Présentation de la base de données OCSOL PACA Présentation de l OCSOL-PACA - CRIGE PACA 10 mai 2010 Plan de l exposé Contexte régional Pourquoi un fichier d occupation

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

ANNEXE. 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP)

ANNEXE. 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP) ANNEXE 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP) La mise en accessibilité des Etablissements Recevant du Public (ERP) de l'état passe par le lancement de différentes actions,

Plus en détail

Séminaire évaluation des Parcs du grand quart nord-est de la France

Séminaire évaluation des Parcs du grand quart nord-est de la France Séminaire évaluation des Parcs du grand quart nord-est de la France Synthèse des ateliers Jardin des Rosiers 3 avenue de Castelnau 34090 Montpellier Tél : 04-67-02-29-02 roudier@edater.fr carrillo@edater.fr

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Méthodes et outils pour l analyse dynamique des quartiers

Méthodes et outils pour l analyse dynamique des quartiers Méthodes et outils pour l analyse dynamique des quartiers séminaire de l observatoire urbaine jeudi 13 novembre 2008 14/11/2008 Présentation et réalisation - Ville de Nantes - COMPAS-TIS 1 Contexte de

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Programme Observatoire ESSpace

Programme Observatoire ESSpace Programme Observatoire ESSpace Observatoire ESSpace est un projet interrégional conduit par les 4 Chambres régionales de l économie sociale et solidaire (ESS) des régions de Franche-Comté et Rhône-Alpes

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Travaux publics et environnement de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques UM2 Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 La présente note établit le bilan pour l année 2012 de la convention entre la Région et la Safer Rhône- Alpes. S agissant de la première année d application,

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011 Groupe de travail Vers une cartographie interactive des métiers et des compétences Réunion 4 8 décembre 2011 Partenaires présents D.Anglaret DireccteIledeFrance P.Henry DireccteIledeFrance F.Suarez MDEMVS

Plus en détail

DGAFP 16/11/2006. Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines.

DGAFP 16/11/2006. Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines. DGAFP 16/11/2006 Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines. DGAFP - 2 - Annexe 1 Éléments constitutifs du dossier de conférence de gestion prévisionnelle

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail