L observance Comment la mesurer et l améliorer

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L observance Comment la mesurer et l améliorer"

Transcription

1 L observance Comment la mesurer et l améliorer Catherine Rioufol Pharmacien Plateforme Oncoral - Institut de Cancérologie Hospices Civils de Lyon EMR UFR Lyon Sud, UCBL1

2 Observance médicamenteuse Seulement 50% des patients atteints de pathologies chroniques sont observants avec toutes les pathologies quelle que soit leur sévérité Taux de patients observants - Hypertendus : 51% - Dépressifs : 40-70% - Asthmatiques : 30-58% - VIH : % - Greffés : 1 rejet sur 2 par non observance de l immunosuppresseur Cancérologie : concept récent et peu connu Perception du taux de patients observants 95% 95% Adherence to long-term therapies. Evidence for action, OMS 2003

3 Prévalence de l observance Evidence based medicine % patients Taux de patients observants aux anticancéreux oraux 1 patient sur 3 n est pas observant Taux de patients observants Taux de patients non observants OMS 2003 Pathologies chroniques Cancer sein hormonosensible 3-4,8 LMC 1-2,5 Tumeurs solides Anticancéreux oraux 6-7,9 1 Darkow 2007, 2 Noens 2009, 3 Ziller 2009, 4 Hershman 2010, 5 Marin 2010, 6 Partridge 2010, 7 Mazzeo 2011, 8 Grundmark 2012, 9 Battacharya 2012

4 Déterminants de l observance Déterminants de l observance liés au traitement Nombre de médicaments - polymédication > 5 médicaments : x 2,5 risque de non observance Répartition des prises dans la journée - fréquence - en fonction des repas Schéma d administration complexe - rythme séquentiel - interférences avec la vie quotidienne Durée du traitement - pathologies chroniques Gestion des effets indésirables et autres événements iatrogènes (interactions) - cause d arrêt et d interruption de traitement

5 Anticancéreux oral et iatrogénie médicamenteuse Polymédication 9 médicaments par jour en moyenne Effets indésirables Interactions médicamenteuses Lenalidomide REVLIMID Sorafenib NEXAVAR Erlotinib TARCEVA Phlébites Hypertension artérielle + Ibuprofène Hémorragies Erreurs liées à la complexité du plan de prise Capécitabine XELODA Lapatinib TYVERB Non observance 1 patient sur 3 5

6 Déterminants de l observance Maladie nombre de médicaments répartition des prises schéma complexe durée du traitement effets secondaires Facteurs démographiques et socio-économiques Traitement Patient Entourage Système de soins

7 Evaluation de l observance : pas de gold standard Méthodes directes - Dosage du médicament - Mesure de marqueurs - Observation directe de la prise par un tiers Méthodes indirectes - Décompte des unités thérapeutiques - Systèmes électroniques - Registres des renouvellements d ordonnances en pharmacie - Auto-questionnaires d évaluation de l adhésion (Morisky) Pas de mesure fiable et reproductible Résultats difficiles à interpréter Combiner au moins 2 méthodes

8 Améliorer l observance en cancérologie Symptômes Douleur Fatigue Infections Stress anxiété dépression Thrombose Plan de prise complexe Effets indésirables Anticancéreux oral Effets indésirables Efficacité Toxicité Pathologies associées Médicaments co-prescrits Interactions Observance

9 Oncoral : le suivi ambulatoire ville-hôpital des HCL lettre de liaison au 1 er recours lien ville-hôpital établi Suivi ONCORAL Plan de prise - Observance Effets indésirables Interactions Information pharmacien de ville et disponibilité du médicament

10 Oncoral : le suivi ambulatoire ville-hôpital des HCL lien ville-hôpital interactif partage des connaissances relais de l information du patient Suivi ONCORAL

11 Oncoral : parcours personnalisé selon le risque Score de risque iatrogène Patient âge > 65 ans fragilités et conditions psycho-sociales Traitement anticancéreux oraux > 2 association à une chimiothérapie injectable médicaments associés > 5 ligne de traitement Pathologie et comorbidités tumeur rare pathologies chroniques associées > 2 fonction rénale A la demande de l oncologue médical de l infirmière de consultation du patient Oncoral Un suivi pour tout cancer, tout anticancéreux oral pour les patients à risque iatrogène médicamenteux

12 Oncoral : le suivi ambulatoire ville-hôpital des HCL Plan de prise 4/jour

13 Oncoral : le suivi ambulatoire ville-hôpital des HCL Effets indésirables

14 Oncoral : le suivi ambulatoire ville-hôpital des HCL Mises en situation

15 Oncoral : le suivi ambulatoire ville-hôpital des HCL Interactions

16 Oncoral : le suivi ambulatoire ville-hôpital des HCL Observance Questionnaire de Morisky Taux de renouvellement des ordonnances

17 Oncoral : le suivi ambulatoire ville-hôpital des HCL Population Oncoral : 203 patients la 1ère année Hémopathie maligne (55%) Tumeurs solides (45%) Moyenne d âge : 66,5 10, Exposition médicamenteuse Nombre moyen de médicaments au long cours : 9,2 4, Classes médicamenteuses les plus consommées Antalgiques- Psychotropes - Cardio-vasculaire Recours aux Médecines Alternatives Complémentaires : 2 patients sur 5 Nombre moyen de MAC consommés : 2,3 1,3 1-6 Type de MAC : phytothérapie dans 1 cas sur 4 Attentes des patients Améliorer l état général effets indésirables de l anticancéreux oral

18 Oncoral : gestion des effets indésirables Oncoral améliore la gestion des effets indésirables Etude SCARMET, 39 patients atteints de myélome multiple Neutropénie fébrile Phlébite Embolie pulmonaire Identifier l effet indésirable Gérer l effet indésirable et alerter

19 Oncoral : gestion des interactions médicamenteuses 203 patients la 1 ère année Conséquences évitées Toxicité anticancéreux : 16 (33%) Efficacité anticancéreux : 13 (27%)

20 Oncoral : observance à l anticancéreux oral 203 patients la 1 ère année Oncoral améliore l observance Le comportement des patients vis-à-vis de l observance est modifié significative des patients peu et moyennement observants significative des patients très observants

21 Oncoral : besoins identifiés à 1 an Moyens humains dédiés Programme d ETP en cancérologie et outils validés e-learning ETP qualifiant Des outils sécurisés pour communiquer Evaluation médico-économique

22 Oncoral : juste valorisation des acteurs impliqués Moyens k

23 Oncoral : juste valorisation des acteurs impliqués Moyens k Coût annuel d une thérapie anticancéreuse orale pour l assurance maladie k bithérapie 160 k

24 Oncoral : juste valorisation des acteurs impliqués Moyens k Coût annuel d une thérapie anticancéreuse orale pour l assurance maladie k bithérapie 160 k Quelle valorisation? Valorisation de la consultation pluridisciplinaire avec prescription d anticancéreux oral? Cotation d un GHS spécifique?

25 Take Home Messages Anticancéreux oraux : vraie vie essais cliniques Anticancéreux oral Iatrogénie médicamenteuse Efficacité Toxicité Encourager le développement des programmes de suivi ambulatoire des patients sous anticancéreux oraux

26 Recommandations pour accompagner l essor des chimiothérapies orales tout en garantissant l efficacité et la sécurité des traitements «Prendre le temps d informer et d impliquer le patient dans la conduite du traitement» «Mettre en place une organisation permettant une articulation réelle entre le premier recours et l hôpital et une juste valorisation de l implication de chaque acteur» «Etudier différentes modalités de financement des centres autorisés pour la prescription de chimiothérapie orale et de suivi à distance des patients en articulation avec la ville»

LES CONSULTATIONS DE PRIMO PRESCRIPTION. Loubna DIOURI IDE Recherche clinique Jeudi 23 mars 2017

LES CONSULTATIONS DE PRIMO PRESCRIPTION. Loubna DIOURI IDE Recherche clinique Jeudi 23 mars 2017 LES CONSULTATIONS DE PRIMO PRESCRIPTION Loubna DIOURI IDE Recherche clinique Jeudi 23 mars 2017 Rappel du cadre légal Actions du Plan Cancer ( 2014-2019) afférentes au parcours de soins des patients sous

Plus en détail

Thérapeutiques orales en Hémato-Oncologie : à partir d une enquête menée auprès des pharmaciens de l Isère, Savoie et Haute-Savoie

Thérapeutiques orales en Hémato-Oncologie : à partir d une enquête menée auprès des pharmaciens de l Isère, Savoie et Haute-Savoie Thérapeutiques orales en Hémato-Oncologie : à partir d une enquête menée auprès des pharmaciens de l Isère, Savoie et Haute-Savoie LES INCONTOURNABLES EN CANCEROLOGIE 08/11/2016 Dr Dominique CHARLETY (Grenoble)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

V. Bourcy UCOG Pays de La Loire. D. Déniel - Lagadec UCOG Bretagne Observatoire dédié au cancer B PL

V. Bourcy UCOG Pays de La Loire. D. Déniel - Lagadec UCOG Bretagne Observatoire dédié au cancer B PL Enquête et sensibilisation sur la prise en charge des sujets âgés atteints d un cancer auprès des professionnels de santé des régions Bretagne et Pays de la Loire : focus sur les voies orales V. Bourcy

Plus en détail

VITALink, Suivi des patients sous thérapie orale

VITALink, Suivi des patients sous thérapie orale Barbara POIROT IDE en éducation thérapeutique Centre Paul Strauss bpoirot@strasbourg.unicancer.fr 3 Rue de la Porte de l Hôpital 67065 STRASBOURG CEDEX 03 88 25 24 24 Le 19 novembre 1923, le Centre Régional

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIE ORALE

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIE ORALE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIE ORALE 1 Partage d expérience Pharmacien Hospitalier Pascale Garnier Clinique Pasteur Evreux Anaïs Breteau- OMEDIT Haute Normandie CONTEXTE Balbutiements

Plus en détail

Coordination du parcours du patient cancéreux sous thérapie orale : place du pharmacien hospitalier

Coordination du parcours du patient cancéreux sous thérapie orale : place du pharmacien hospitalier Coordination du parcours du patient cancéreux sous thérapie orale : place du pharmacien hospitalier Danielle PREBAY Pharmacien URPS 23 mars 2017 Analyse de Risques du parcours - patient sous Prescription

Plus en détail

GUIBAUD Séléna (IDE coordinatrice) FLANZY Véronique (pharmacien) 22 septembre 2016

GUIBAUD Séléna (IDE coordinatrice) FLANZY Véronique (pharmacien) 22 septembre 2016 SUIVI A DOMICILE DES THERAPIES CIBLEES ORALES GUIBAUD Séléna (IDE coordinatrice) FLANZY Véronique (pharmacien) 22 septembre 2016 DE PLUS EN PLUS DE PATIENTS TRAITES EN VILLE Les progrès à la fois pharmacologiques

Plus en détail

L ETP EN CANCEROLOGIE

L ETP EN CANCEROLOGIE Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - L ETP EN CANCEROLOGIE Isabelle VAN PRAAGH-DOREAU Régine CHEVRIER Sommaire Définition et cadre ETP ETP aplasies

Plus en détail

OBSERVANCE DES THERAPEUTIQUES ORALES CHEZ LE SUJET AGE

OBSERVANCE DES THERAPEUTIQUES ORALES CHEZ LE SUJET AGE OBSERVANCE DES THERAPEUTIQUES ORALES CHEZ LE SUJET AGE SOFOG 19 SEPTEMBRE 2014 Dr Régine Chevrier Pharmacien CRLCC Clermont Fd OBSERVANCE EN ONCOLOGIE Avant 2000: L observance n est pas un problème en

Plus en détail

PLACE DU PHARMACIEN DANS LA GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES THERAPIES CIBLEES ET DES CHIMIOTHERAPIES ORALES

PLACE DU PHARMACIEN DANS LA GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES THERAPIES CIBLEES ET DES CHIMIOTHERAPIES ORALES PLACE DU PHARMACIEN DANS LA GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES THERAPIES CIBLEES ET DES CHIMIOTHERAPIES ORALES - ATTENTES RECIPROQUES ONCOLOGUES/PHARMACIENS 8 novembre 2016 INCONTOURNABLES EN CANCEROLOGIE

Plus en détail

Prise en charge des patientes sous anticancéreux oraux au centre des maladies du sein. Centre des Maladies du Sein Nadja Sondarjee

Prise en charge des patientes sous anticancéreux oraux au centre des maladies du sein. Centre des Maladies du Sein Nadja Sondarjee Prise en charge des patientes sous anticancéreux oraux au centre des maladies du sein Centre des Maladies du Sein Nadja Sondarjee 1 Evolution de la prise en charge des cancers du sein métastatiques La

Plus en détail

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Docteur Laurence Vanlemmens, oncologue, Centre Oscar Lambret Sophie PERES, cadre de santé, Santélys Journée Régionale Santé A Domicile Santélys

Plus en détail

Relations pharmaceutiques ville hôpital : généralités

Relations pharmaceutiques ville hôpital : généralités Relations pharmaceutiques ville hôpital : généralités Dr F Pinguet CRLC Val d Aurelle Montpellier Le cancer en France 332 000 nouveaux cancers en 2008 contre 160 000 en 1980 145 000 personnes meurent chaque

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA CHIMIOTHERAPIE ORALE COMMENT S ORGANISER POUR UNE BONNE OBSERVANCE? EXPERIENCE DES UCOG

OPTIMISATION DE LA CHIMIOTHERAPIE ORALE COMMENT S ORGANISER POUR UNE BONNE OBSERVANCE? EXPERIENCE DES UCOG OPTIMISATION DE LA CHIMIOTHERAPIE ORALE COMMENT S ORGANISER POUR UNE BONNE OBSERVANCE? EXPERIENCE DES UCOG Photo CHLS Pr Claire FALANDRY Unité d Oncogériatrie, Service de Gériatrie Centre Hospitalier Lyon

Plus en détail

Fédérer vers de nouvelles organisations. Recherche proposée par le CHU à la région Normandie

Fédérer vers de nouvelles organisations. Recherche proposée par le CHU à la région Normandie Programme RESOCAN Un lien Ville-Hôpital en Cancérologie pour l accompagnement des patients traités par anticancéreux per os PREPS : Programme de recherche sur la performance du système des soins Enjeu

Plus en détail

ANNEXES. Cadre référentiel ETP PAERPA. Polypathologie / polymédication «OMAGE»

ANNEXES. Cadre référentiel ETP PAERPA. Polypathologie / polymédication «OMAGE» ANNEXES Cadre référentiel ETP PAERPA Polypathologie / polymédication «OMAGE» La conception technique et les illustrations du jeu de cartes et des planches («savoir réagir») ont été réalisées en collaboration

Plus en détail

Anti cancéreux oraux, une nouvelle compétence

Anti cancéreux oraux, une nouvelle compétence Anti cancéreux oraux, une nouvelle compétence Consultation Infirmière de Suivi thérapeutique ZYTIGA, AFINITOR, SUTENT, INLYTA, XELODA, LAPATINIB, ENDOXAN,NAVELBINE Législation et projet d établissement

Plus en détail

DISPENSATIONS DES CHIMIOTHERAPIES ORALES : LIEN VILLE-HOPITAL. Missions et difficultés du pharmacien d officine

DISPENSATIONS DES CHIMIOTHERAPIES ORALES : LIEN VILLE-HOPITAL. Missions et difficultés du pharmacien d officine DISPENSATIONS DES CHIMIOTHERAPIES ORALES : LIEN VILLE-HOPITAL Missions et difficultés du pharmacien d officine 12 e Biennale Monégasque de Cancérologie, 4 février 2016 A L ORIGINE PLAN Enquête auprès de

Plus en détail

Optimisation de la Prise en charge médicamenteuse chez la Personne Agée lors de son séjour en centre de SSR

Optimisation de la Prise en charge médicamenteuse chez la Personne Agée lors de son séjour en centre de SSR Optimisation de la Prise en charge médicamenteuse chez la Personne Agée lors de son séjour en centre de SSR 1 A S S O C I A T I O N H O S P I T A L I E R E S A I N T - J O S E P H ( 4 3 ) : C E N T R E

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

Rôle du pharmacien dans la prise. orales : l expérience du réseau du marsan. MP.Brechet, B.Gosselin

Rôle du pharmacien dans la prise. orales : l expérience du réseau du marsan. MP.Brechet, B.Gosselin Rôle du pharmacien dans la prise en charge des chimiothérapies orales : l expérience du réseau du marsan MP.Brechet, B.Gosselin CONTEXTE Contexte réglementaire : Décret «rétrocession» du 15 juin 2004 Décret

Plus en détail

Thérapies orales en oncologie Quelles attentes des patients? et quel rôle du pharmacien?

Thérapies orales en oncologie Quelles attentes des patients? et quel rôle du pharmacien? Thérapies orales en oncologie Quelles attentes des patients? et quel rôle du pharmacien? C. REY 1,2, A. RIGNON 1, B. ALLENET 1, M. MOUSSEAU 2 1 Pôle pharmacie, 2 pôle hémato-cancérologie CHU Grenoble Atelier

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

Hématologie : Effets indésirables des anticancéreux par voie orale. Résultats de l enquête conduite auprès des associations de patients

Hématologie : Effets indésirables des anticancéreux par voie orale. Résultats de l enquête conduite auprès des associations de patients Hématologie : Effets indésirables des anticancéreux par voie orale Résultats de l enquête conduite auprès des associations de patients Septembre 2014 Contexte Dans le cadre du Plan cancer 2014-2019, l'institut

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PVVIH

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PVVIH ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PVVIH FORMATION DE LA S.F.L.S. Françoise SIOCHE (Maladies Infectieuses CHU site sud) Les formations Formation de base (démarche pédagogique) Acquérir et développer des connaissances

Plus en détail

Programme d Education Thérapeutique pour la prévention et le traitement de la Maladie Thrombo-Embolique Veineuse chez les patients atteints de cancer

Programme d Education Thérapeutique pour la prévention et le traitement de la Maladie Thrombo-Embolique Veineuse chez les patients atteints de cancer Programme d Education Thérapeutique pour la prévention et le traitement de la Maladie Thrombo-Embolique Veineuse chez les patients atteints de cancer Unité de Médecine Interne et Pathologie Vasculaire,

Plus en détail

TÉLÉMEDECINE : EXPERIENCE DE TERRAIN Programme Infirmier de Télé Suivi à domicile du Sujet âgé sous thérapie orale.

TÉLÉMEDECINE : EXPERIENCE DE TERRAIN Programme Infirmier de Télé Suivi à domicile du Sujet âgé sous thérapie orale. TÉLÉMEDECINE : EXPERIENCE DE TERRAIN Programme Infirmier de Télé Suivi à domicile du Sujet âgé sous thérapie orale. Monsieur Eric CINI Infirmier Coordinateur Institut Paoli-Calmettes Marseille Le contexte

Plus en détail

Feuille de route régionale. Plan Cancer III

Feuille de route régionale. Plan Cancer III Feuille de route régionale Plan Cancer III 9 ème colloque Inter 3C des 3C 9 et 10 Marseille 6 novembre 2015 Action 2.1 : Garantir aux patients, avec l appui du médecin généraliste ou de l équipe de premier

Plus en détail

Formation-Action-Cancer-Education (FACE)

Formation-Action-Cancer-Education (FACE) Appel à projet INCa Education Thérapeutique du Patient et chimiothérapies per os Formation-Action-Cancer-Education (FACE) V. Noirez - Pharmacien CHR Mercy N. Fabié Pharmacien RRC Oncolor AAP - ETP (juin

Plus en détail

Besoins Educatifs en Cancérologie

Besoins Educatifs en Cancérologie Besoins Educatifs en Cancérologie DU SCSC 19 mai 2017 PLAN Travail en groupe 10 + restitution 10 ETP Définition Contexte Déroulement d un programme Partage d expérience / outil éducatif / IPA en Cancérologie

Plus en détail

CONTRIBUTION DU GROUPE PHARMACIEN DU RESEAU ONCAUVERGNE A L INFORMATION DES ACTEURS DU RESEAU. Régine CHEVRIER Nancy

CONTRIBUTION DU GROUPE PHARMACIEN DU RESEAU ONCAUVERGNE A L INFORMATION DES ACTEURS DU RESEAU. Régine CHEVRIER Nancy CONTRIBUTION DU GROUPE PHARMACIEN DU RESEAU ONCAUVERGNE A L INFORMATION DES ACTEURS DU RESEAU Régine CHEVRIER Nancy 21-09-06 Réseau Oncauvergne: Groupe Pharmacien Création du groupe en 2002 Prise en compte

Plus en détail

Dr Jean-Baptiste REY - PharmD, PhD

Dr Jean-Baptiste REY - PharmD, PhD Dr Jean-Baptiste REY - PharmD, PhD Institut Jean Godinot - Département de Pharmacie Faculté de Pharmacie de Reims - Pharmacie Clinique TAO - samedi 23 novembre 2013 (HEGP - Paris) Le pharmacien hospitalier

Plus en détail

Enquêtes sur la prise en charge des sujets âgés atteints d un cancer auprès des professionnels de santé de Bretagne et Pays de la Loire :

Enquêtes sur la prise en charge des sujets âgés atteints d un cancer auprès des professionnels de santé de Bretagne et Pays de la Loire : Enquêtes sur la prise en charge des sujets âgés atteints d un cancer auprès des professionnels de santé de Bretagne et Pays de la Loire : Pratiques, difficultés rencontrées et besoins SHS 22 05 2015 Patient

Plus en détail

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE TRAVAUX des réseaux d Ile-de-France 3 e Congrès National des Réseaux de Cancérologie CONSTELLATION, ENSEMBLE, GYNECOMED, ONCORIF, ONCOVAL,

Plus en détail

Demandez conseil à votre pharmacien. A. Spinewine, F. Van Bambeke Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire UCL, Bruxelles

Demandez conseil à votre pharmacien. A. Spinewine, F. Van Bambeke Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire UCL, Bruxelles Demandez conseil à votre pharmacien. A. Spinewine, F. Van Bambeke Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire UCL, Bruxelles Les acteurs du traitement médicamenteux PATIENT MEDECIN PHARMACIEN La pharmacothérapie,

Plus en détail

Prise en charge des patients sous chimiothérapie orale. MikaëlDAOUPHARS, Valentin JORET 4 novembre 2014, Rouen

Prise en charge des patients sous chimiothérapie orale. MikaëlDAOUPHARS, Valentin JORET 4 novembre 2014, Rouen Volet Médicament : Prise en charge des patients sous chimiothérapie orale MikaëlDAOUPHARS, Valentin JORET 4 novembre 2014, Rouen Partage d expérience : un pharmacien d officine Par Valentin JORET, pharmacien

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail

IPIOPA. UCOGpl/URPS pays de la Loire Prix marguerite/teva Véronique Bourcy Pr Laure de Decker

IPIOPA. UCOGpl/URPS pays de la Loire Prix marguerite/teva Véronique Bourcy Pr Laure de Decker IPIOPA UCOGpl/URPS pays de la Loire Prix marguerite/teva Véronique Bourcy Pr Laure de Decker Les chimiothérapies orales Avenir de la pharmacologie anticancéreuse : thérapies ciblées. Une voix d administration

Plus en détail

ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011

ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011 ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011 ACTIONS EN ETABLISSEMENT DE SANTE POUR AMELIORER LE BON USAGE DES AVK Contexte : En France au moins 600

Plus en détail

ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR

ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR A partir d un travail réalisé en pluridisciplinarité et présenté en formation par un gériatre hospitalier et un pharmacien

Plus en détail

Journée régionale ETP Pays de la Loire Décembre 2016 Construire un référentiel de compétences

Journée régionale ETP Pays de la Loire Décembre 2016 Construire un référentiel de compétences Journée régionale ETP Pays de la Loire Décembre 2016 Construire un référentiel de compétences Dr D.Feldman pharmacien CHU de Nantes F.Quinio, Infirmière-Ingénieure ETP, Paris Liens d intérêt Liens d intérêt

Plus en détail

«Projet d organisation du lien ville-hôpital en Midi-Pyrénées»

«Projet d organisation du lien ville-hôpital en Midi-Pyrénées» «Projet d organisation du lien ville-hôpital en Midi-Pyrénées» Point de vue du pharmacien d établissement Dr. Bernard Delmas C.H. Val d Ariège Réunion du 2/06/2014 Le cancer aujourd hui De plus en plus

Plus en détail

Les ANTICANCEREUX oraux : Prise en charge du patient à l officine

Les ANTICANCEREUX oraux : Prise en charge du patient à l officine Les ANTICANCEREUX oraux : Prise en charge du patient à l officine 2- Etat des lieux a. Dernières données sur le cancer en France b. Le plan cancer (2014-2019) 3- L oncogenèse a. Les différents processus

Plus en détail

Chimiothérapies voie orale

Chimiothérapies voie orale Chimiothérapies voie orale Généralités Interactions médicamenteuses Observance Education thérapeutique Circulaire frontière Chimiothérapies voie orale En préambule : «Chronicisation» du cancer : TRT ambulatoires

Plus en détail

Surveillance du médicament en France

Surveillance du médicament en France Surveillance du médicament en France Marion SASSIER Pharmacien Assistant CRPV Caen DESC PHARMACOLOGIE Novembre 2014 2 Pharmacovigilance Surveillance du médicament en France Pharmacoépidémiologie Suivi

Plus en détail

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Dr Audinet cardiologue, Dr Quélennec pharmacien Centre Hospitalier

Plus en détail

CIRCUIT DU MEDICAMENT ERREURS MEDICAMENTEUSES ET IATROGENESE.

CIRCUIT DU MEDICAMENT ERREURS MEDICAMENTEUSES ET IATROGENESE. CIRCUIT DU MEDICAMENT ERREURS MEDICAMENTEUSES ET IATROGENESE. INTRODUCTION Le circuit du médicament en milieu hospitalier. (photo) De façon schématique Beaucoup d intervenants, et de phases différentes

Plus en détail

Introduction à la santé publique

Introduction à la santé publique Introduction à la santé publique Pr Pascal Astagneau Département de Santé publique Santé publique : définition - OMS 1952 «La science et l art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et d améliorer

Plus en détail

PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT DES ANTICANCÉREUX

PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT DES ANTICANCÉREUX Atelier Pharmacologie DESC PCET - Paris le 18 mai 2015 PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT DES ANTICANCÉREUX J.J. Kiladjian Centre d Investigations Cliniques Hôpital Saint Louis, Université Paris Diderot Nombre

Plus en détail

Cancer du côlon. 1ères rencontres auvergnates en oncogeriatrie-1 er mars 2016 Sophie Trevis-Pharmacien

Cancer du côlon. 1ères rencontres auvergnates en oncogeriatrie-1 er mars 2016 Sophie Trevis-Pharmacien Cancer du côlon 1ères rencontres auvergnates en oncogeriatrie-1 er mars 2016 Sophie Trevis-Pharmacien Patient de 76 ans, opéré d un cancer du colon (FOLFOX en adjuvant) en récidive avec métastases hépatiques

Plus en détail

Prescription. K Martin-Latry Université Bordeaux Segalen Cours ifsi universitaire UE 2.11 semestre 1

Prescription. K Martin-Latry Université Bordeaux Segalen Cours ifsi universitaire UE 2.11 semestre 1 Prescription K Martin-Latry Université Bordeaux Segalen Cours ifsi universitaire UE 2.11 semestre 1 Cours en lien avec le cours en DVD «typologie des médicaments» du semestre 1 2 Plan Généralités et définitions

Plus en détail

IATROGENIE MEDICAMENTEUSE

IATROGENIE MEDICAMENTEUSE Effets indésirables Erreurs dans le circuit du médicament Inefficacité thérapeutique Michel BIOUR Septembre 2016 1 Effets indésirables Erreurs dans le circuit du médicament Inefficacité thérapeutique 2

Plus en détail

OMEDIT Aquitaine et thérapies ciblées

OMEDIT Aquitaine et thérapies ciblées OMEDIT Aquitaine et thérapies ciblées B. LOULIERE A. BROUILLAUD OMEDIT Aquitaine Journée régionale RCA 16 novembre 2012 OMEDIT Aquitaine et thérapies ciblées Qualité/sécurité/efficience de la prise en

Plus en détail

DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE

DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE 1 4 M A R S 2 0 1 7 CHU P O N T C H A I L L O U EXPÉRIMENTATION EN COURS Dans le cadre du deuxième plan cancer, première phase d expérimentation du dispositif

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT

ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT ONCOGÉRIATRIQUE PAR LES RÉSEAUX GÉRONTOLOGIQUES DU DÉPARTEMENT DE LA VIENNE COORDINATION DE LA PRISE EN CHARGE EN ONCOGERIATRIE CNRC J-L PEFFERKORN - 2 octobre 2014 LES RESEAUX

Plus en détail

Comment diminuer la iatrogénie à l hôpital

Comment diminuer la iatrogénie à l hôpital Comment diminuer la iatrogénie à l hôpital Définitions Evènement iatrogène médicamenteux: adverse drug event Soit du fait d une erreur médicamenteuse Soit du fait d un effet indésirable Effet indésirable

Plus en détail

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS Trouble bipolaire module 2 Toulouse 2008 Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé 75014 PARIS Partie 1 Les programmes TCC spécifiques au trouble bipolaire TABLEAU COMPARATIF

Plus en détail

Le préparateur hospitalier auprès du patient : de l éducation thérapeutique à l entretien pharmaceutique.

Le préparateur hospitalier auprès du patient : de l éducation thérapeutique à l entretien pharmaceutique. Le préparateur hospitalier auprès du patient : de l éducation thérapeutique à l entretien pharmaceutique. Dr Cyril BORONAD Pharmacien Centre Hospitalier de CANNES 1 Le préparateur hospitalier auprès du

Plus en détail

Mémoire présenté en vue de l obtention de l UE2 du DES de Pharmacie Jessica LIEHN 7 ème semestre Le 14 Novembre 2012

Mémoire présenté en vue de l obtention de l UE2 du DES de Pharmacie Jessica LIEHN 7 ème semestre Le 14 Novembre 2012 Évaluation du risque potentiel d'évènement indésirable médicamenteux chez le sujet âgé : étude dans les unités de soins de longue durée et EHPAD d'un Centre Hospitalier Spécialisé Mémoire présenté en vue

Plus en détail

DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE

DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE 10 MARS 2017 CHU Pontchaillou - RENNES Expérimentation en cours Dans le cadre du deuxième plan cancer, première phase d expérimentation du dispositif des infirmiers

Plus en détail

Projet ETOILE. L Education Thérapeutique du Patient (ETP) en Oncologie-thoracique. Laurence BIGAY-GAME. Christelle RUDZKY. Education.

Projet ETOILE. L Education Thérapeutique du Patient (ETP) en Oncologie-thoracique. Laurence BIGAY-GAME. Christelle RUDZKY. Education. L Education Thérapeutique du Patient (ETP) en Oncologie-thoracique Projet ETOILE Education Thérapeutique Onco-thoracique Laurence BIGAY-GAME Christelle RUDZKY ToulousE Individualisée Larrey Sommaire Présentation

Plus en détail

Point méthodologique sur la recherche en éducation thérapeutique du patient. Laetitia Gambotti Unité de Recherche Clinique Pitié Charles Foix, Paris

Point méthodologique sur la recherche en éducation thérapeutique du patient. Laetitia Gambotti Unité de Recherche Clinique Pitié Charles Foix, Paris Point méthodologique sur la recherche en éducation thérapeutique du patient Laetitia Gambotti Unité de Recherche Clinique Pitié Charles Foix, Paris IRESP 13 juin 2012 1 Un programme d ETP Identification

Plus en détail

Les ANTICANCEREUX oraux : Prise en charge du patient à l officine

Les ANTICANCEREUX oraux : Prise en charge du patient à l officine Les ANTICANCEREUX oraux : Prise en charge du patient à l officine Evaluation des pratiques professionnelles Analyse de cas cliniques avec échanges et DU oncologie 2- Etat des lieux a. Dernières données

Plus en détail

La coordination territoriale de l ETP par la Plateforme Santé Douaisis

La coordination territoriale de l ETP par la Plateforme Santé Douaisis La coordination territoriale de l ETP par la Plateforme Santé Douaisis Le 29/06/2011 Franck LAUREYNS Directeur Sommaire 1. Présentation générale de la Plateforme 2. Programmes d ETP autorisés 3. Parcours

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL

6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL 6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre 2014 Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL Etat des lieux HAD en Haute Normandie (1) HAD en Haute Normandie (2) Développement de l HAD relativement récent:

Plus en détail

Programme de DPC N

Programme de DPC N Programme de DPC N 3501150000 Prise en charge à domicile des patients atteints de cancer Objectif(s) du programme : Le programme de DPC vise à actualiser les connaissances en soins dans le domaine de la

Plus en détail

Conciliation médicamenteuse : en pratique

Conciliation médicamenteuse : en pratique Conciliation médicamenteuse : en pratique Karine Mangerel Pharmacien CH Auban- Moët Epernay et CH Remy Petit Lemercier Montmirail karine.mangerel@ch-epernay.fr 28-11-2012 Quoi? Conciliation des traitements

Plus en détail

Dédiée aux parcours complexes Christelle VIALE

Dédiée aux parcours complexes Christelle VIALE Dédiée aux parcours complexes Christelle VIALE OBJECTIF 7: assurer des prises en charge globales et personnalisées évoluer vers un accompagnement prenant en considération l ensemble des besoins de la personne

Plus en détail

IDE en OncoGériatrie. Priscille LE BON CLCC Baclesse, IDE coordinatrice UCOG BN. 2 ème Journées d Actualités en OncoGériatrie 11 Octobre 2014

IDE en OncoGériatrie. Priscille LE BON CLCC Baclesse, IDE coordinatrice UCOG BN. 2 ème Journées d Actualités en OncoGériatrie 11 Octobre 2014 IDE en OncoGériatrie Priscille LE BON CLCC Baclesse, IDE coordinatrice UCOG BN 2 ème Journées d Actualités en OncoGériatrie 11 Octobre 2014 1. Présentation 2. IDE en Consultation d OncoGériatrie 3. IDE

Plus en détail

L Institut de Cancérologie des Hospices Civils de Lyon. Une prise en charge en pleine évolution. Novembre 2014

L Institut de Cancérologie des Hospices Civils de Lyon. Une prise en charge en pleine évolution. Novembre 2014 L Institut de Cancérologie des Hospices Civils de Lyon Novembre 2014 Une prise en charge en pleine évolution Entre 1980 et 2012, le nombre de cancers en France a augmenté dans des proportions importantes

Plus en détail

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Intervenants : Dr Jean-Etienne Touze, cardiologue, réadaptation cardiaque, hôpital privé Clairval (Marseille)

Plus en détail

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre 2013 18 septembre 2013 1 Axes de la stratégie nationale sur les parcours de soins des patients Fluidifier les parcours

Plus en détail

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE Valérie MORVAN Tiphaine RICARD Laurianne JAMES PLAN Présentation du service d hématologie et des Idecs Ide de programmation en hospitalisation:

Plus en détail

Leur mission première est l organisation de

Leur mission première est l organisation de Missions des 3C Leur mission première est l organisation de Réunions de Concertation Pluridisciplinaire Dispositif dannonce d annonce Plan Personnalisé de Soins Promotionde la recherche clinique Soins

Plus en détail

Loi HPST: Impact pour le Pharmacien

Loi HPST: Impact pour le Pharmacien Loi HPST: Impact pour le Pharmacien Rémy COLLOMP Pharmacien gérant Hôpital Archet CHU Nice JNI 2010 - HPST & Pharmacien - R COLLOMP 1 Au nom de la Loi Renforcer l efficacité et l efficience du système

Plus en détail

GESTION DES RISQUES A DOMICILE Contexte réglementaire et organisation du dispositif en France

GESTION DES RISQUES A DOMICILE Contexte réglementaire et organisation du dispositif en France GESTION DES RISQUES A DOMICILE Contexte réglementaire et organisation du dispositif en France Marie SAUVAGE Gestionnaire de risques, Structures médico-sociales et Soins en ville STARAQS m-sauvage@staraqs.com

Plus en détail

IATROGENIE MEDICAMENTEUSE

IATROGENIE MEDICAMENTEUSE Effets indésirables Erreurs dans le circuit du médicament Inefficacité thérapeutique Michel BIOUR Septembre 2014 1 Effets indésirables Erreurs dans le circuit du médicament Inefficacité thérapeutique 2

Plus en détail

Thalidomide - Point d information après quinze mois de commercialisation

Thalidomide - Point d information après quinze mois de commercialisation Thalidomide - Point d information après quinze mois de commercialisation Quinze mois après la commercialisation de THALIDOMIDE CELGENE en France, l Afssaps présente les données de l observatoire des prescriptions

Plus en détail

PROJET OBJECTIFS CONSTATS

PROJET OBJECTIFS CONSTATS Dispositif d information et de suivi des patients traités par Anticancéreux Voie ORale au CHR d Orléans (AVOR) Présentation du projet pluridisciplinaire Véronique PRIOU, Pharmacien Danielle BOSQUET, Psychologue

Plus en détail

Rôle de l infirmière en rhumatologie Et Education Thérapeutique du Patient (ETP)

Rôle de l infirmière en rhumatologie Et Education Thérapeutique du Patient (ETP) L ARTHRITE : QUELLE QUALITE DE VIE EN 2014 Approche interdisciplinaire de la polyarthrite rhumatoïde Rôle de l infirmière en rhumatologie Et Education Thérapeutique du Patient (ETP) Avramovska Aleksandra

Plus en détail

Suivi téléphonique des patients en Oncogériatrie. Guillaume BONNET IDE UCOG de Picardie

Suivi téléphonique des patients en Oncogériatrie. Guillaume BONNET IDE UCOG de Picardie Suivi téléphonique des patients en Oncogériatrie Guillaume BONNET IDE UCOG de Picardie UCOG de Picardie 15 septembre 2013 Equipe de coordination Suivi téléphonique des patients en Oncogériatrie 2 ème plan

Plus en détail

LES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX INAPPROPRIES exemple de l outil STOPP-START

LES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX INAPPROPRIES exemple de l outil STOPP-START LES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX INAPPROPRIES exemple de l outil STOPP-START Vichy 31 mai 2013 Dr BAUDENON Thomas Courts séjour gériatrique GérontoPôle CHU Clermont Ferrand IATROGENIE ET GERIATRIE 16 % de

Plus en détail

Activité de soins de traitement du cancer. Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie

Activité de soins de traitement du cancer. Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie Activité de soins de traitement du cancer Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie Préambule : L activité de soins «Traitement du cancer» par chimiothérapie est soumise à autorisation,

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS SUD 11 FACULTE DE PHARMACIE DE CHATENAY-MALABRY ANNEE 2011 / 2012

UNIVERSITE PARIS SUD 11 FACULTE DE PHARMACIE DE CHATENAY-MALABRY ANNEE 2011 / 2012 UNIVERSITE PARIS SUD 11 FACULTE DE PHARMACIE DE CHATENAY-MALABRY ANNEE 2011 / 2012 EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT. IMPLICATION DU PHARMACIEN DANS LA PREVENTION ET LA PRISE EN CHARGE DES MALADIES CHRONIQUES

Plus en détail

De la prescription à la surveillance en gériatrie : quels outils?

De la prescription à la surveillance en gériatrie : quels outils? De la prescription à la surveillance en gériatrie : quels outils? Dr Lefebvre-Caussin Marie, OMEDIT HN Dr Monzat Doreya, OMEDIT HN Dr Bouglé Céline, OMEDIT BN L OMEDIT, ses rôles et ses missions Qu est-ce

Plus en détail

Clotilde Allavena Nantes. Conflits d intérêt : MSD, BMS, Gilead, Tibotec, Boehringer Ingelheim

Clotilde Allavena Nantes. Conflits d intérêt : MSD, BMS, Gilead, Tibotec, Boehringer Ingelheim Clotilde Allavena Nantes Conflits d intérêt : MSD, BMS, Gilead, Tibotec, Boehringer Ingelheim C'est la perception qu'a un individu de sa place dans l'existence, dans le contexte de la culture et du système

Plus en détail

Evolution des traitements en cancérologie Adaptation des hôpitaux de jour

Evolution des traitements en cancérologie Adaptation des hôpitaux de jour Evolution des traitements en cancérologie Adaptation des hôpitaux de jour Docteur Nuria Kotecki 27 mai 2016 EVOLUTION DES TRAITEMENTS EN CANCEROLOGIE EPIDEMIOLOGIE - Estimation nationale de l incidence

Plus en détail

Enquête Régionale «Accès à l information aux Soins Oncologiques de Support (SOS)» Nord Pas-de-Calais 2015

Enquête Régionale «Accès à l information aux Soins Oncologiques de Support (SOS)» Nord Pas-de-Calais 2015 Enquête Régionale «Accès à l information aux Soins Oncologiques de Support (SOS)» Nord Pas-de-Calais 2015 Contexte : Contexte national «élargir l approche du soin en accordant une place systématique aux

Plus en détail

Mettre en œuvre des thérapeutiques et des actes à visée diagnostique conformément aux bonnes pratiques

Mettre en œuvre des thérapeutiques et des actes à visée diagnostique conformément aux bonnes pratiques DISCIPLINE : Sciences et techniques infirmières intervention Compétence : n 4 : mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique UE 4.4 S5 : Thérapeutiques et contribution au diagnostic

Plus en détail

Interaction de l UCOG-SUD-CRÉTEIL avec la plateforme CALIPSSO

Interaction de l UCOG-SUD-CRÉTEIL avec la plateforme CALIPSSO Interaction de l UCOG-SUD-CRÉTEIL avec la plateforme CALIPSSO 1 Claire QUEVAL cadre de santé Monaco Age Oncologie 19/20 mars 2015 CALIPSSO - 3C Hôpital Henri Mondor 2 Des problèmes fréquents Fréquence

Plus en détail

Hématologie et sujet âgé : les enjeux

Hématologie et sujet âgé : les enjeux Hématologie et sujet âgé : les enjeux DIU 2011 Sujet âgé? Point de vue des gériatres: Caractéristiques sujet âgé * Modifications physiologiques liées au vieillissement -état de base / stress * Polypathologie;

Plus en détail

Agir sur les déterminants en médecine générale, cadre des exercices regroupés ou individuels

Agir sur les déterminants en médecine générale, cadre des exercices regroupés ou individuels Agir sur les déterminants en médecine générale, cadre des exercices regroupés ou individuels Docteur Eric DRAHI Médecin de Famille Saint Jean de Braye Liens d intérêt Aucun 10/12/2015 Collège de la Médecine

Plus en détail

Education thérapeutique et VHC en milieu carcéral: l expérience du pharmacien

Education thérapeutique et VHC en milieu carcéral: l expérience du pharmacien Education thérapeutique et VHC en milieu carcéral: l expérience du pharmacien Nicolas TERRAIL Pharmacien US de VLM 1 27/10/2015 Le pharmacien Ne prescrit pas Ne fait pas de soins N a pas été bien formé

Plus en détail

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/2011 1 4ème Journée Régionale de cancérologie

Plus en détail

Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire, Gustave Roussy Réseau ONCO94

Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire, Gustave Roussy Réseau ONCO94 Parcours de soins - Coordination Les enjeux des immunothérapies innovantes en cancérologie Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire, Gustave Roussy Réseau ONCO94 mario.dipalma@gustaveroussy.fr Séminaire

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

La Pharmacie clinique. Introduction.

La Pharmacie clinique. Introduction. La Pharmacie clinique. Introduction. Enseignement post-universitaire PHARMALOUVAIN 15 novembre 2008 Sneyers Barbara Pharmacie Clinique Clinique universitaires St Luc Qu est-ce que la pharmacie clinique?

Plus en détail