Compte rendu du séminaire du Club St Eloi juin 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte rendu du séminaire du Club St Eloi 18-19 juin 2009"

Transcription

1 Compte rendu du séminaire du Club St Eloi juin 2009 Le 5 e séminaire de réflexion stratégique du Club St Eloi avait lieu aux Etangs de Corot de Ville d'avray les 18 et 19 juin dernier. Une quarantaine de fournisseurs et distributeurs se sont retrouvés dans un cadre convivial pour échanger sur les problématiques de notre secteur. Didier Guérin, Président de St Eloi, a accueilli les participants en précisant que la crise mondiale que nous traversons est plus profonde qu'une simple crise économique et qu'elle risque donc de changer profondément les mentalités et peut-être les acteurs de notre filière. C'est pourquoi il lui semble essentiel d'aller plus loin dans les relations fabricants/distributeurs et a encouragé les membres du Club à mieux se comprendre et à travailler en partenariat pour être plus efficace. Le président a ensuite laissé la parole à un chercheur qui ne connaissait pas notre secteur afin d'avoir une vision extérieure et de s'intéresser aux évolutions globales de la société. Pour cela, nous avons accueilli Monsieur François Bellanger, consultant en innovations prospectives et dirigeant d'un programme de réflexions sur les modes de vie. Intervention de François Bellanger François Bellanger a la conviction que les années 2000 marquent la fin d'une histoire, que nous sommes en plein changement de modèle et que toutes les innovations qui ont vu le jour depuis le 19 ème siècle et ont transformé les modes de vie, sont petit à petit remises en cause. Les innovations et les inventions avec lesquelles nous vivons aujourd'hui (la lumière, la voiture, le téléphone, les grands magasins...) datent pour la plupart de la révolution industrielle du 19 e siècle. Ainsi, même s'il y a eu de nombreuses évolutions techniques, il n'y a pas eu de révolution radicale au 20 e siècle. En revanche, il faut s'attendre pour le 21 e siècle, à des mutations en profondeur qui sont déjà amorcées. Depuis quelques mois on parle de la crise mais il est important de rappeler qu'un tiers de la population mondiale vit dans des bidons-villes et que si le monde est de plus en plus riche il est aussi de plus en plus inégal. En effet, il y a de moins en moins de classe moyenne et il n'est pas rare de constater une hyper-richesse ou une hyper-pauvreté dans les pays comme l'inde ou le Brésil. Il est évident que ces évolutions impliquent des mutations économiques pour répondre à la demande. Le marketing de masse est de moins en moins efficace et c'est celui de niche qui se développe. Au-delà du changement économique, il existe aujourd'hui un profond changement "d'imaginaire" lié en partie à la protection de notre planète. L'écologie devient le centre des préoccupations et même la technologie est pensée en rapport avec la nature. Les villes trop polluées comme Pékin remettent déjà la voiture en cause alors que ça ne fait que 15 ans qu'ils en ont. A Paris, aujourd'hui le Vélib est moderne et les 4x4 qui polluent sont "has been". Les tendances s'inversent : En 1975 le Concorde était à la pointe de la modernité et le bateau Le France disparaissait, en 2005 soit 30 ans plus tard, le Concorde est au musée et la France est fière de son nouveau Queen Mary. Ainsi le modèle de croissance est bouleversé et doit s'adapter. Nous arrivons à la fin des modèles connus du commerce et de la mobilité. Les pays qui avaient du retard il y a 25 ans, l'ont maintenant rattrapé et deviennent des pays modernes : c'est le cas de la Chine ou de l'inde. Nous sommes forcés de constater que la modernité ne s'invente plus forcément en Occident et qu'aujourd'hui celle-ci vient essentiellement du Japon (Walkman, téléphone portable...) Le modèle américain où l'espace urbain a doublé en 50 ans et où 80% de la population américaine vit en banlieue (Suburbia) a un système de distribution qui n'a pas évolué depuis des années. En France, nous avons copié ce modèle mais il semble presque dépassé aujourd'hui. Par exemple, les hypermarchés sont de plus en plus délaissés par les ménages qui préfèrent les commerces de proximité et le service.

2 Le service est devenu plus important que le produit à proprement parlé. Par exemple, lorsque vous achetez un téléphone portable vous allez chez un opérateur pour les forfaits et services qu'il propose et ensuite seulement vous choisissez l'objet Nokia, Motorola, Sony Erickson etc. Les priorités des jeunes ne sont plus les mêmes et les grands acteurs de la distribution s'adaptent. C'est le cas de Carrefour qui dans certains pays propose ses propres vélos en libre service ou du suédois Ikea qui propose un bateau pour transporter les New Yorkais entre Manhattan et Brooklyn pour qu'ils accèdent au magasin facilement. Il n'y a plus de segmentation, les distributeurs deviennent transporteurs, les horlogers font des téléphones (Tag Heuer), etc. En France, la proximité est au centre des préoccupations. Les distributeurs se rendent compte qu'il faut offrir un maximum de facilité d'accès, de souplesse et de disponibilité au consommateur. C'est pour cette raison que Monoprix qui a toujours été en centre ville a créé les Daily Monop et Monop ouverts jusqu'à minuit, que Carrefour lance les Carrefour Market et que Géant Casino propose sur son site internet un système de covoiturage pour faire ses courses. Par ailleurs, pour répondre à l'hyper-mobilité des gens, les gares accueillent désormais des centres commerciaux & des parcs et il est fort probable qu'un jour les trains proposent des commerces à bord. L'évolution la plus importante de ces dernières années est ce qu'on appel l'hyper-connexion. En effet, aujourd'hui tout le monde est connecté partout et tout le temps ; Les consommateurs ont accès à tout, tout de suite, grâce à internet via leur téléphone portable (I phone...), leurs ordinateurs (notebook), etc. Il est indispensable de tenir compte de cette mobilité pour être compétitif. Il faut trouver comment attirer les clients vers les magasins alors qu'ils ont accès à tout sur leur iphone. La communication est devenue essentielle, la ville de l'avenir est la ville hyper-communicante qui renvoie aux nouvelles technologies. Le téléphone portable est, au-delà du relais d'information, un véritable canal de distribution et il n'est pas impensable d'avoir un jour une application horlogeriebijouterie sur un i phone ou une montre de la "marque" Google. Ces innovations ont un impact majeur sur les consommateurs de demain qui ne sont autres que les adolescents d'aujourd'hui. Ces jeunes auront certainement une façon de consommer très différente de celle des générations précédentes. On voit bien à travers ces constatations que les "imaginaires" et les "univers" ont radicalement changé et que l'horlogerie-bijouterie doit intégrer ces nouvelles tendances pour rester dans ces imaginaires et dans les désirs futurs des consommateurs. Les bijoux et les montres ne sont pas des produits alternatifs mais des produits cumulatifs, c'est à dire que de la même façon qu'une femme peut porter une veste Chanel avec un vieux jean 501, on peut porter une montre de luxe avec des bijoux fantaisie. Les codes ont changé et la modernité se trouve dans le métissage et le mélange. François Bellanger a attirer l'attention sur l'image, pas toujours positive, que l'or renvoie au grand public et en particulier aux jeunes générations. Les mines d'or et l'orpaillage en Amérique du Sud vont contre les valeurs actuelles de protection de l'homme et de la nature. Les clients occasionnels ne se sentent pas toujours à l'aise dans une bijouterie et ce type de commerce ne renvoie pas à un imaginaire "jeune". L'enjeu des prochaines années sera peut-être de rajeunir l'image de la bijouterie et mettre en avant le côté plaisir. Suite à cette réunion de travail, les participants ont pu profiter de ce lieu paisible et continuer les échanges lors d'une balade autour des étangs. Plus tard, nous nous sommes retrouvés tous ensemble pour le dîner. Le vendredi matin était dédié aux chiffres d'une part puis à l'étude qualitative sur le bijou or, réalisée par St Eloi en mai-juin Analyse des chiffres des dix dernières années Pour débuter la deuxième séance de travail, Christine Boquet a souhaité revenir sur les chiffres des ventes des dix dernières années et livrer une analyse des évolutions marquantes aux membres du Club St Eloi.

3 Ainsi, grâce aux statistiques de la Société 5 et du Comité Francéclat (ex CPDHBJO), nous avons pu constater une désaffection progressive pour les bijoux tout or et pour les pierres précieuses qui s'est accélérée depuis L'étude détaillée réalisée avec la Société 5 est adressée séparément aux souscripteurs du Panel (réservé à la demande d'hubert Lapipe). En 1999, il se vendait presque 20 millions de pièces de bijoux or (empierrés ou non) alors qu'on peine à en vendre 13,5 millions aujourd'hui. A l'inverse, le nombre de bijoux en argent vendu en France n'a cessé de croître depuis 1999 avec une nette progression entre 2003 et 2004, pour approcher les 16 millions d'unités en 2008 Quant au marché de la montre, il est quasi stable en volume à un peu plus de 13 millions de pièces et a progressé de 33% en valeur entre 99 et 2008 (1242 millions d'euros en 2008) ; Cette progression est due à la montée en gamme de l'offre horlogère. Parallèlement, les bijoux argent ont explosé puisque le nombre de produits vendus a plus que doublé en 10 ans, passant de 7,8 millions d'unités à 16,6. C'est en 2005 que les courbes or et argent se sont croisées : il y a désormais plus de bijoux en argent vendus en France que de bijoux or et le chiffre d'affaires a été multiplié par 2,5 en 10 ans. (voir graphique) L'un des phénomènes marquants du début des années 2000 est la progression des bijoux "diamant" qui ont bénéficié du boom de l'an 2000 et de la communication de DTC (De Beers). DTC ne communique plus du tout depuis plus d'un an et cela commence déjà à impacter les ventes. L'analyse des prix moyens montre que les bijoux en or ont augmenté de plus de 30%, avec une hausse brutale depuis 4 ans, ce qui s'explique essentiellement par la hausse du cours de l'or. Tandis que le segment argent voit ses prix croître de 20% pour atteindre 34 euros de prix moyen. Christine Boquet s'est également intéressée à la structure du marché pour voir qui vendait des bijoux et des montres en 1999 et qui les vend en On voit qu il y a eu des petites modifications : les bijouteries en villes et les grands magasins restent toujours leader dans la vente des montres mais leur part de marché a baissé et ce sont les bijouteries de centres commerciaux qui ont profité de cette baisse. Cette baisse en centre ville peut s expliquer par l arrivée des spécialistes montres (essentiellement en centres commerciaux) sur le marché. En revanche on peut noter que les grandes surfaces et la VAD (vente à distance) sont restées stables. Pour les bijoux or, ce sont à peu près les mêmes évolutions : baisse des bijouteries en villes et des grands magasins, augmentation des bijouteries en centres commerciaux et légère baisse des grandes surfaces au profit de la VAD et des artisans. Si l'on compare les différents segments du bijou or, on constate que les produits doigt, cou, poignet, oreilles et à suspendre ont tous chutés fortement en unités sur les 10 années passées, mais que la hausse du prix moyen a permis de relativement se maintenir en valeur. Les segments les plus touchés par ce recul sont les bijoux à suspendre (-42%) et le doigt (-36%). Si l'on fait un focus sur l'alliance tout or on note que le nombre d'unités vendues a diminué de plus de 30% mais que cette baisse a été compensée par la hausse du prix moyen qui a presque doublé. Ainsi, le chiffre d'affaires des alliances tout or a augmenté de 27% en valeur depuis Finalement, après avoir analysé les chiffres "or empierré ou non" produit par produit on se rend compte que ce sont les bijoux or et pierres qui sont les grands perdants. En effet, le produit qui a le plus chuté depuis 1999 est la bague avec pierres précieuses (excepté le diamant). Le prix moyen a doublé mais n'a pas pu compenser le volume qui a été divisé par 5 alors que c était un produit leader. Le chiffre d'affaires "or et pierres" a donc été divisé par 4 et les bagues tout diamant qui ont récupéré une partie des parts de marché n'ont pas pu compenser entièrement la chute, malgré un prix moyen très élevé et en hausse constante depuis 10 ans.

4 Etude St Eloi sur le bijou or Suite à l'analyse de Christine Boquet, le Club St Eloi a pu écouter les résultats de l'étude qualitative sur le bijou or réalisée par Jean-Louis Gonçalves de la société INIT. Cette étude est une initiative du syndicat Saint Eloi pour les membres de son Club. Elle a été réalisée en juin 2009 grâce à des entretiens avec des professionnels et avec deux groupes de consommatrices. Pour commencer, Jean-Louis Gonçalves a rappelé qu'en 2004 l'étude quantitative et qualitative avait montré plusieurs choses : Le bijou précieux était concurrencé par de nombreux autres segments (multimédia, chaussure, loisirs..) Il était fortement challengé, au sein même de son segment, par la fantaisie et l'argent et avait même tendance à "sortir" de l'univers produits de consommation courante, pour se centrer sur le rituel (en repli également) L'étude de 2004 constatait également : Que le processus d achat du bijou précieux était celui d un processus «de parc», préjudiciable au renouvellement et au ré-achat au-delà de 45 ans pour bien des femmes Que la clientèle actuelle des bijouteries/joailleries de centre ville et galeries commerciales était restreinte à 14% du marché seulement, les «beaux bijoux» Que ce segment était déjà ouvert à la mode et à d autres matériaux Que la communication et la politique promotionnelle de la profession n étaient pas forcément en phase avec le comportement d achat (Saint Valentin, bijou porté ) Que le merchandising et l agencement des points de vente était confusant, peu attractif, Que la désaffection tendancielle par rapport au bijou précieux provenait pour partie du manque d association à la mode, aux tendances, d un manque de personnalisation, d accessoirisation et de diversité. Que cette désaffection touchait une part majeure de jeunes femmes de 20 à 35 ans, alors qu elles représentent votre cœur de cible (processus «d équipement»). En 2009 le syndicat Saint Eloi, pour le Club St Eloi, a souhaité conduire une investigation pour comprendre et réagir face à la chute des ventes du bijou or. Pour cela, 2 groupes de 10 femmes ont été constitués : l'un avec des consommatrices occasionnelles (20-35 ans, qui n'ont rien contre les bijoux mais n'achètent pas), l'autre avec des fidèles (30-55 ans, CSP +, clientes régulières). Par ailleurs, Jean-Louis Gonçalves a réalisé 6 entretiens de deux heures avec des bijoutiers. Les évocations En consultant la présentation des résultats de l'étude sur notre site rubrique Club St Eloi / 2009, vous pourrez voir ce qu'évoque le bijou pour les femmes. Ainsi, il ressort que le bijou or est plus considéré pour sa forme (bague, créoles...) et pour sa fonction (mariage, baptême...) que pour son affect. En revanche, le bijou or et pierre est un peu plus sentimental. Il existe donc une contradiction entre l'image de charme et de beauté du bijou au sens large et l'image classique du bijou tout or. D'autre part, les bijoux fantaisie sont perçus comme des accessoires de mode associé au plaisir et la montre est fonctionnelle mais dans l'univers mode Il parait donc important de travailler sur l'élégance et l'univers du bijou or. Les comportements et les perceptions Il n'existe pas de budget planifié pour les bijoux : les femmes fonctionnent au coup de cœur. Les occasions d'achat sont la plupart du temps pour les rituels (anniversaire, Noel,...) mais celles qui achètent de la fantaisie peuvent acheter plusieurs fois par mois. Il faut noter que ce sont les mêmes clientes qui achètent de la fantaisie et de l'or.

5 Toutes les femmes s'accordent à dire que le bijou s'achète dans une bijouterie et que c'est un moment de plaisir où l'on veut du conseil. L'offre ne semble pas assez attractive et l'effet "parure" ressort comme important. L'état de l'offre Chez tous les bijoutiers, on remarque une présence forte du rayon fantaisie, avec ou sans marques, argent surtout, et métal, que ce soit en distribution large ou plus sélective. Présence forte des marques, des montres et de la fantaisie mais aussi des marques de bijouterie en distribution plus sélective : GUESS, D&G, CK, KENZO, TI SENTO, CACHAREL (argent) GUY LAROCHE, LOUIS FERAUD, GAREL Très grande diversité et originalité des gammes fantaisie proposées, effets de volumes, travail sur les couleurs et les formes, parures complètes L essentiel des ventes se fait sur : les montres (montre femme surtout) le diamant sur une gamme large de produits et de prix (à partir de moins de 250 ), «Trilogy» fonctionne toujours On note le recul des pierres de couleur (précieuses et fines) et la stagnation voire le recul des perles en «moyen/haut de gamme», stabilité voire dynamique en distribution plus large. En termes de segments-prix pour les bijoux : relative stabilité du moins de 300 et au-dessus de 1000 le segment le plus difficile est le «...trop cher pour des achats «coup de cœur», les clients préfèrent attendre et «mettre plus» pour une belle pièce» Nous faisons face à une baisse régulière des ventes de bijoux tout or depuis 10 ans au moins et l accroissement du prix de l or accentue le problème. Le rayon «tout or» s est réduit chez tous, il est plutôt en partie arrière de magasin. Certains affirment néanmoins la volonté de maintenir et de continuer à mettre en avant ce rayon, considéré comme le «cœur de métier du bijoutier». Le plaqué or existe mais est en général peu mis en avant ;Quant au 9 carats, il subit des appréciations négatives (sur la base de tests) mais est néanmoins en test chez certains. Tous les bijoutiers interviewés ont une conscience unanime qu il faut élargir et rajeunir la cible car la clientèle historique se réduit. La femme a aujourd hui un comportement de «zapping» et il faut créer du trafic en magasin. Pour cela, il faut capter la femme dès son plus jeune âge (15 ans), la fidéliser et l accompagner dans toutes ses occasions d achat, «de la première bague fantaisie jusqu aux grandes occasions» Il faut la toucher par les messages (beau rêve identitaire statut ) et les supports (internet ) auxquels elle est réceptive. Un constat : le segment «tout or» ne se réduit pas et ne doit pas se réduire qu à de l or. Une certitude : les ventes dépendent de la mise en avant volontariste des produits. Une alerte : attention à la «réduction» de la maille pour rester compétitif, des produits trop fins et qui vont casser («entrainer du SAV») car impact sur l image globale du bijou or! La marque Les femmes disent que «la marque n est pas importante» mais Jean-Louis Gonçavles n'est pas d'accord avec cela et affirme qu'elle le dise mais ne le pense pas. La marque : est un gage de qualité,

6 apporte originalité, diversité, du choix, parure complète (jusqu aux ceintures et lunettes) prix abordables ( à moins de 50/100 ), achat moins culpabilisant Marques = pression de l environnement, comportement d imitation, prescription des enfants-ados Pour les bijoutiers, la marque est fondamentale puisque la femme achète et se projette dans celle-ci. Elle apparait comme la «seule» façon de moderniser/rajeunir l image des magasins, attirer de nouvelles cibles (plus jeunes), compenser ce que le bijou ne propose pas. Malheureusement, c est aussi une contrainte et un danger : conditions commerciales imposées (plusieurs marques, stocks, paiement ), risque de vente en direct. Il faut donc veiller à créer un univers identitaire fort autour du bijou, du rêve et du statut. Mais attention aux marques («loup dans la bergerie») qui risque de faire passer le bijoutier au rang de distributeur, porte ouverte à de nouveaux entrants La montre Pour les femmes, plus qu une fonction («donner l heure»), la montre est un élément de statut, un bijou, un accessoire, un produit «tendance» 1 femme sur 5 ou 6 (environ) n en a pas ou peu, les autres en achètent plusieurs dans une vie, certaines les collectionnent. Pour les professionnels, la montre est une offre indispensable dans le magasin. C'est un vecteur d image (univers de marques), elle crée du trafic, élargit et rajeunit la cible, attire de nouvelles cibles, contribue fortement au CA et est parmi les toutes premières ventes. La montre est fortement mise en avant, elle occupe souvent un mur entier face au rayon diamant/pierres Les atouts de la montre sont les suivants : Permet un ciblage large et précis en termes d âges et de CSP(GUESS, D&G, HERBELIN ) Un concept marketing maitrisé par les fabricants : concept de marque, communication (marque + mise en avant d un produit), présentoir, gamme bien travaillée (look produits, diversité, prix) Innovation & création : formes, matériaux et couleurs des bracelets, travail sur les compositions cadrans/bracelets Dynamique de gamme, nouveautés fréquentes (avec mise en avant com & merchandising) Personnalisation possible et facile, bracelets interchangeables (une attente forte) Fiabilité des produits Le manque de culture et d exigences «techniques» des acheteurs Sécurisation (marque) et déculpabilisation (une fonction) de l achat Diversité des occasions d achat : pour soi ou en cadeau De plus, les acheteurs viennent souvent avec une intention d'achat, c'est donc une vente plus facile et le panier moye n est souvent plus élevé qu'en bijoux. La perception de l'offre par les femmes Des perceptions ancrées dans l imaginaire des femmes Le sentiment général que l offre de bijoux tout or n a pas évolué, tant au niveau des produits que de leur merchandising «on retrouve toujours un peu la même chose dans les vitrines» «toujours les mêmes collections, les mêmes formes, cœurs, fleurs, larmes» «très classique» «toujours la même présentation des bijoux dans les vitrines, beaucoup de choses, fouillis» Une perception accentuée par le manque de communication ressenti sur l or, centrée sur le prix uniquement. Quelques évolutions perçues, néanmoins, et qui plaisent plutôt :

7 l assemblage des couleurs d or : jaune, rose, blanc l assemblage avec d autres matériaux ; la céramique notamment, mais aussi de «petites» pierres ou des perles les pierres semi-précieuses, de couleur les marques, la fantaisie notamment La percept ion de l'offre par les professionnels Les bijoutiers connaissent bien leur marché, ils vont dans le sens des clientes. Difficulté à trouver de l innovation et de la création dans le tout or, en général et plus encore côté fabricants français, abandon du salon français du bijou, etc Surtout chez les «indépendants», pas visités par les fournisseurs (étrangers) L innovation existe à l étranger, Allemagne et Italie par exemple, mais seulement une petite partie correspond au marché français en termes de goûts et de prix. L offre reste donc plutôt classique, avec un faible renouvellement (tous les 2 à 3 ans au mieux) Cela est pourtant possible, de l innovation et de l originalité existent dans certaines enseignes, avec 2 collections par an. Ce qui se vend mal en "tout or" : Les colliers, les bracelets, surtout les «grosses» pièces (à plus de sans pierres : plus facile de vendre de l empierré, la pierre justifie à elle seule le prix Les «grosses» pièces en or blanc seul (confusion avec l argent) Les chaines à maille «classique» (américaine, palmier, anglaise ) L or rose, s il est traité seul ou en tricolore («ça fait toc, pas or» + manque de soutien communication) D une façon générale, le + de 400 en tout or Ce qui se ven d bien en "tout or" : Le rituel, alliances (jaune/blanc ou diamants), le religieux Le segment enfants (une certaine innovation des fabricants) Les créoles, surtout celles avec des formes «plus» originales : ovales, allongées Les choses & bracelets plus fins, plus souples, plus discrets, et qui restent aussi dans des petits prix (moins de ) : les mailles fines, rondes, ouvertes, souples de type oméga, corde, jaseron, Singapour, serpentine Les choses «qui pendouillent» : chaines cravate, chaines avec des charmes ou des lettres/des symboles qui pendent L assemblage à d autres matériaux non-précieux : bracelets et bagues or + pierres (quartz, quartz rose, pierre de lune, calcédoine ), céramique, perles Une certaine personnalisation : rajout d une pierre, d un charme, gravure ou découpe de lettres personnalisées (cf en fantaisie, succès de la gamme PANDORA) Les jeux de couleur : le bicolore surtout, jaune + blanc, jaune + rose. Des formes plus originales, pour pendentifs et BO notamment (imitation de la nature, enlacements ) L effet parure bijoux or + perles, en jouant sur les nuances de couleurs (Tahiti, douce ). perles d eau Les attentes De la nouveauté Pas forcément que de l or, associer aussi d autres matériaux De la discrétion et de l élégance De la personnalisation De l originalité & de la créativité MAIS dans un concept fédérateur et rassurant (besoin de statut et identitaires forts - les cibles ne sont pas les «créatives»» ) Du classique «revisité», modernisé, dans ses formes, couleurs et matériaux La (touche de) personnalisation est une piste

8 Ainsi on constate que le bijou or "souffre" toujours d'un acte d'achat associé avant tout à l'occasion unique d'achat, d'où un phénomène de parc et un ralentissement des achats surtout chez les "occasionnelles" De plus l'offre mais aussi la mise en scène des bijoux tout or sont jugées spontanément peu dynamiques et peu attractifs. Finalement, les femmes trouvent dans la fantaisie ou autre chose ce qu'elle ne trouve plus, ou pas assez dans le bijou or. En consultant la présentation de Jean-Louis Gonçalves sur notre site vous pourrez voir les enjeux du bijou or et les axes de travail qui ressortent de cette étude. Après le déjeuner, les membres du Club St Eloi se sont retrouvés pour travailler ensemble sur les pistes dégagées par l'étude : Le "juste" prix La création Le 9 carats La personnalisation Le marketing La communication Puis quelques fabricants ont présenté leurs différents systèmes pour gérer au mieux les stocks des détaillants et les aider lors de leurs réassorts. Ainsi, Christia n Bernard a expliqué son système de GAO (Gestion Assortiment Optimisé), le (système de reprise pour l'achat du même produit) chez Robbez-Masson, le site professionnel de vente en ligne pour Ponce Or ou encore le système des marges pour Candino (plus on commande, plus la marge accordée est importante) Pour terminer, Alain Bayer (Jomard) a émis l'idée de créer une smartbox proposant des bijoux et des montres. Le coffret cadeau smart box se compose d'un boitier contenant un chèque cadeau qui sert de moyen de paiement et n'a pas d'indication de prix ainsi qu'un guide qui détaille et illustre toutes les prestations ou produits proposés. Ce coffret cadeau permet à son destinataire de choisir une prestation sur une thématique proposée. A ce jour, il n'existe pas de coffret Horlogerie-Bijouterie c'est pourquoi nous allons prendre contact avec la société pour voir si l'on pourrait mener ce projet au sein de Club St Eloi. *********************** La prochaine réunion du Club St Eloi aura lieu le 21 Octobre 2009 à Paris

Etude d'usages et attitudes des consommateurs de bijoux précieux et de montres

Etude d'usages et attitudes des consommateurs de bijoux précieux et de montres Etude d'usages et attitudes des consommateurs de bijoux précieux et de montres 7 ans après l'étude consommateur commandée par Saint Eloi et réalisée par Synovate, nous avons souhaité réactualiser les éléments

Plus en détail

Comité Francéclat - Société 5 GfK. Montres et bijoux précieux Synthèse des ventes France 2009

Comité Francéclat - Société 5 GfK. Montres et bijoux précieux Synthèse des ventes France 2009 Comité Francéclat - Société 5 GfK Montres et bijoux précieux Synthèse des ventes France 2009 Paris le 9 février 2010 Etude Comité Francéclat Toute publication ou diffusion de résultats extraits de cette

Plus en détail

Club Saint Eloi. étude Panel 5 Comité Francéclat

Club Saint Eloi. étude Panel 5 Comité Francéclat Club Saint Eloi étude Panel 5 Comité Francéclat Paris le 26 mars 2013 panel5@club-internet.fr Etude Etude Comité Panel5 Francéclat RAPPEL : LA DEMANDE POUR DES MARQUES Comme nous l'avions présenté lors

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E F É V R I E R 2 0 1 4

CHIFFRES CLÉS H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E F É V R I E R 2 0 1 4 CHIFFRES CLÉS H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E DOSSIER DE PRESSE F É V R I E R 2 0 1 4 Reproduction interdite à des fins commerciales sauf accord exprès du Comité Francéclat.

Plus en détail

Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014

Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014 Ecostat Numéro 142 - Février 2015 Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014 5,08 milliards d euros TTC en 2014 (- 1 % par rapport à 2013) Source : Société 5 A noter que le chiffre d affaires

Plus en détail

BIJOUX. bague céramique et diamants 0,02 ct, taille 54, or jaune et rhodié 1,12 g ÉTÉ 2014

BIJOUX. bague céramique et diamants 0,02 ct, taille 54, or jaune et rhodié 1,12 g ÉTÉ 2014 BIJOUX 115 bague céramique et diamants 0,02 ct, taille 54, or jaune et rhodié 1,12 g ÉTÉ 2014 1 LE MANÈGE À BIJOUX Des modèles uniques issus de créateurs. "Le Manège à Bijoux " cultive la différence, la

Plus en détail

CADEAUX LE NOËL DE NOVEMBRE DU 12 AU 29 NOVEMBRE 2014. boucles cristaux de synthèse, or jaune 0,75 g

CADEAUX LE NOËL DE NOVEMBRE DU 12 AU 29 NOVEMBRE 2014. boucles cristaux de synthèse, or jaune 0,75 g boucles cristaux de synthèse, or jaune 0,75 g 42 CADEAUX DU 12 AU 29 NOVEMBRE 2014 LE NOËL DE NOVEMBRE 21 56,40 2 62,80 1 89,20 20 152,00 19 110,00 5 89,70 3 75,20 64 bague, taille 54, or jaune 1,42 g

Plus en détail

Action vente !! " %& "'()*""'( +,#$ - .(/"( ( 1232425 0,0. Page 1

Action vente !!  %& '()*'( +,#$ - .(/( ( 1232425 0,0. Page 1 !! " #$ %& "'()*""'( %& "'()*""'( +,#$ -.(/"( *" 0,0 0 ( 1232425 25 0((*("(67( 8 0 0(*(* 0(*(6(7( 9 Page 1 I UN CONTEXTE COMMERCIAL TRES AGRESSIF I.1 Contexte général Mon entreprise Orwell située à Vitrolles

Plus en détail

Fête des mères Dimanche 31 mai

Fête des mères Dimanche 31 mai dans votre centre commercial AUCHAN du 22 avril au 30 mai 2015 collection or 375 millièmes 118 1 Des moments à partager Collier + bracelet 29 collection argent 925 millièmes 1. Parure collier + boucles

Plus en détail

Commissaire-priseur - EURL 25 Rue du Général Giraud - ROUEN (Tel. : 02.35.71.13.50) RESULTATS. DIMANCHE 9 DECEMBRE 2012 à 14 H 30

Commissaire-priseur - EURL 25 Rue du Général Giraud - ROUEN (Tel. : 02.35.71.13.50) RESULTATS. DIMANCHE 9 DECEMBRE 2012 à 14 H 30 Commissaire-priseur - EURL 25 Rue du Général Giraud - ROUEN (Tel. : 02.35.71.13.50) RESULTATS DIMANCHE 9 DECEMBRE 2012 à 14 H 30 1à 30 Bijoux fantaisie et divers 32 Bague marguerite ornée d'un diamant

Plus en détail

Collections bijoux automne-hiver

Collections bijoux automne-hiver Collections bijoux automne-hiver Laissez éclater votre féminité! Miroir, miroir, dis-moi qui sera la plus belle pour les fêtes de Noël? Une petite robe noire, un trait de liner sous le regard, et un joli

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-134 du 20 septembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Didier Guérin SAS et Guérin Belle Epine SAS par la Société Anonyme des Galeries Lafayette

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

200 fleurettes Pds 5 g (NP 368/8) 4 47 Bague or jaune ornée d une topaze bleue Pds 3,48 g (NP

200 fleurettes Pds 5 g (NP 368/8) 4 47 Bague or jaune ornée d une topaze bleue Pds 3,48 g (NP N DESIGNATION PRIX DE VENTE MAGASIN 1 359 Bague godronnée or Pds 1,95 g (NP 142/6) 100 2 207 Bague or blanc ornée d une topaze Pds 1,15 g 90 3 11 Paire de boucles d oreilles or jaune style savoyard à décor

Plus en détail

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier Chaire Marques & Valeurs Parole d expert Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs Sophie Rieunier Maître de conférences, IAE de Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne N 2012-07

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Devenez le créateur de votre bijou grâce au site du joaillier Alexandre Rosenberg!

Devenez le créateur de votre bijou grâce au site du joaillier Alexandre Rosenberg! Devenez le créateur de votre bijou grâce au site du joaillier Alexandre Rosenberg! Passionné de pierres précieuses et d informatique, le joaillier Alexandre Rosenberg introduit le concept de la création

Plus en détail

Une première en France

Une première en France DOSSIER DE PRESSE 04/09/2013 LE GOOGLE LOCAL de METZ Lancement Officiel : 01/10/2013 Une première en France Grâce au soutien des collectivités, le commerce messin entre dans l ère du numérique pour redonner

Plus en détail

LES MARCHÉS BELGE ET EUROPÉEN DE L OR

LES MARCHÉS BELGE ET EUROPÉEN DE L OR LES MARCHÉS BELGE ET EUROPÉEN DE L OR Résumé Production, consommation et commerce : faits marquants Prévisions à long terme : le remplacement de l or par les bijoux en or Sur le long terme, l UE devrait

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5

D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5 D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5 GÉANT CASINO FAIT PEAU NEUVE Après une baisse des tarifs sans précédent qui a permis à Géant Casino de devenir leader des prix bas, l enseigne d hypermarchés

Plus en détail

Opérateurs de Transport Public, la fin d une histoire?

Opérateurs de Transport Public, la fin d une histoire? L innovation au service des mobilités Opérateurs de Transport Public, la fin d une histoire?? Quand la crise nous incite à réfléchir différemment moins ou plus du tout de financement rareté des énergies

Plus en détail

Comprendre Sur les marchés matures & émergents

Comprendre Sur les marchés matures & émergents Comprendre Sur les marchés matures & émergents Nobody s Unpredictable This proposal has been made in respect with the ISO 20252 norm Market, opinion and social research service requirements Un outil de

Plus en détail

FABRICATION DE BIJOUX, JOAILLERIE, ORFÈVRERIE

FABRICATION DE BIJOUX, JOAILLERIE, ORFÈVRERIE FABRICATION DE BIJOUX, JOAILLERIE, SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FABRICATION DE BIJOUX, JOAILLERIE,... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FABRICATION DE BIJOUX, JOAILLERIE,... 4 L'ACTIVITÉ DE LA FABRICATION DE BIJOUX,

Plus en détail

11 place R. Coty - 37100 TOURS VENTE D'ÉTÉ. 19 JUIN 2013 à 14h15

11 place R. Coty - 37100 TOURS VENTE D'ÉTÉ. 19 JUIN 2013 à 14h15 11 place R. Coty - 37100 TOURS VENTE D'ÉTÉ 19 JUIN 2013 à 14h15 Vente réalisé par Mtrs FRAISSE B. et JABOT B. Service Gages : Commissaires Priseurs du Crédit Municipal Tours Tél 02 47 05 58 58 Tél 02 47

Plus en détail

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC L industrie française des biens de consommation prend-elle bien

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES SOMMAIRE I - VIVIENNE16 ET L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES... 3 II - METHODOLOGIE... 4 III - LA NOTION D IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES EST PRIORITAIREMENT

Plus en détail

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014 Etre présent sur le Web sans site Web 29 septembre 2014 Présence sur le Web : une absolue nécessité pour le commerce de proximité Le Web-to-Store est un concept déjà bien ancré chez les internautes acheteurs

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne Inter Bio Bretagne vous informe Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne - Synthèse des résultats - Début, Inter Bio Bretagne

Plus en détail

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»:

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Paris, le 11 juin 2014 Les dernières barrières à l achat

Plus en détail

Au niveau des négociants, c est un produit incontournable dans le segment du marché perlier.

Au niveau des négociants, c est un produit incontournable dans le segment du marché perlier. Résumés thématiques Thème 1: Tendance du marché final de la Perle de culture de Tahiti Il est incontestable que l apparition de la Perle de Tahiti a redonné un nouveau souffle à la perle en général. En

Plus en détail

Donnez la possibilité à vos distributeurs les moyens de mieux vendre vos produits. Offrez les outils qui leurs permettront de booster vos ventes.

Donnez la possibilité à vos distributeurs les moyens de mieux vendre vos produits. Offrez les outils qui leurs permettront de booster vos ventes. Donnez la possibilité à vos distributeurs les moyens de mieux vendre vos produits. Offrez les outils qui leurs permettront de booster vos ventes. CRM TO Collaboratif Vous êtes producteurs, vous êtes croisiéristes

Plus en détail

LES SECRETS DE L'OR. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers

LES SECRETS DE L'OR. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers LES SECRETS DE L'OR Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers AVERTISSEMENT INVESTISSEMENT À HAUT RISQUE : Le trading de forex et de contrats de différence (CFDs)

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

GIROUD J-P OBJECTIF MONTRES

GIROUD J-P OBJECTIF MONTRES guess fossil diesel adidas festina lotus calypso casio pierre lannier go certus tekday all black ti sento skagen ice watch GIROUD J-P OBJECTIF MONTRES COLLIER 39 BRACELET 35 BOUCLES D OREILLES 25 MONTRE

Plus en détail

20 ans d expertise dans le domaine de la Direction du Développement Marketing & Commercial d entreprises en France et à l étranger

20 ans d expertise dans le domaine de la Direction du Développement Marketing & Commercial d entreprises en France et à l étranger 1 Michel Amossé 20 ans d expertise dans le domaine de la Direction du Développement Marketing & Commercial d entreprises en France et à l étranger Directeur Commercial & Marketing, de sociétés implantées

Plus en détail

Le vélo en. Ventes, utilisations, tourisme

Le vélo en. Ventes, utilisations, tourisme Le vélo en 2010 Ventes, utilisations, tourisme Le vélo dans le monde Le vélo est encore bien plus répandu de par le monde que l automobile puisqu en 2010, on a produit deux fois plus de bicyclettes (130

Plus en détail

TENDANCES AUTOMNE-HIVER 2014-2015

TENDANCES AUTOMNE-HIVER 2014-2015 Bijoux Or 750/1 000 1 2 3 4 TENDANCES AUTOMNE-HIVER 2014-2015 FÊTES DE FIN D ANNÉE Découvrez toute la collection dans nos bijouteries - www.nouveauxbijoutiers.fr Bijoux Or 750/1 000 SERVICE et CRÉATIONS

Plus en détail

Salon Marketing Point de Vente 2012 : un bilan positif pour HL Display!

Salon Marketing Point de Vente 2012 : un bilan positif pour HL Display! Salon Marketing Point de Vente 2012 : un bilan positif pour HL Display! La dernière édition du salon, qui a eu lieu fin mars, s est clôturée sous le signe du succès pour HL Display. Souhaitant avoir une

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

- 1 pièce de 20 dollars en or, 1904, 33,4 g. - 3 pièces de 20 francs en or, 1913 19,3 g

- 1 pièce de 20 dollars en or, 1904, 33,4 g. - 3 pièces de 20 francs en or, 1913 19,3 g - 1 pièce de 20 dollars en or, 1904, 33,4 g - 3 pièces de 20 francs en or, 1913 19,3 g - 3 pièces de 20 francs en or, 1913 19,3 g - 3 pièces de 20 francs en or, 1913 19,3 g - 2 pièces en or, souverain

Plus en détail

Mythes et Légendes du Social Shopping

Mythes et Légendes du Social Shopping Mythes et Légendes du Social Shopping Agnès Teissier Consultante, Fondatrice Agence Conseil E-Commerce Mars 2012 Facebook et surtout ses boutons J aime, Partager, Commenter ont révolutionné les comportements

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

L or est-il réellement à un plus haut niveau depuis 25 ans?

L or est-il réellement à un plus haut niveau depuis 25 ans? Texte originel de Adam Hamilton (Zeal Intelligence) Publié le 13 janvier 2006 http://www.zealllc.com/essays.htm traduit et résumé par LS L or est-il réellement à un plus haut niveau depuis 25 ans? Les

Plus en détail

Donnez la possibilité à votre entreprise les moyens de mieux vendre. «Boostez vos ventes»

Donnez la possibilité à votre entreprise les moyens de mieux vendre. «Boostez vos ventes» Donnez la possibilité à votre entreprise les moyens de mieux vendre. «Boostez vos ventes» CRM LS Vip Vous êtes une agence de voyages, vous êtes un réseau et vous souhaitez booster vos ventes. Cette offre

Plus en détail

Du Web to Store au Digital in Store

Du Web to Store au Digital in Store Livre blanc Du Web to Store au Digital in Store Quand votre audience online se transforme en acheteurs offline www.kontestapp.com Introduction Le commerce digital et le commerce traditionnel évoluent de

Plus en détail

OUTIL «FICHE DE TRAVAIL : LES BESOINS» VERSION DECEMBRE 2012

OUTIL «FICHE DE TRAVAIL : LES BESOINS» VERSION DECEMBRE 2012 OUTIL «FICHE DE TRAVAIL : LES BESOINS» VERSION DECEMBRE 2012 MODE D UTILISATION : - Cet outil est utilisé pour les entretiens «Du projet au business plan» et l atelier «Marketing mix» - Dans le cadre des

Plus en détail

2) Combien de déplacements professionnels avez-vous fait entre juillet et décembre 2013? : - Moins de 2 : 11 % - De 3 à 4 : 68 % - Plus de 5 : 21 %

2) Combien de déplacements professionnels avez-vous fait entre juillet et décembre 2013? : - Moins de 2 : 11 % - De 3 à 4 : 68 % - Plus de 5 : 21 % Résultats commentés du baromètre Final publié 1) Voyageurs d'affaires : entre juillet et décembre 2013, vous avez : Moins voyagé qu'au 1er semestre 2013 : 17 % Autant voyagé qu'au 1er semestre 2013 : 38%

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Savoir en permanence se réinventer.

Savoir en permanence se réinventer. DOSSIER DE PRESSE 2015 É D I T O Savoir en permanence se réinventer. C est le métier de nos clients. C est l ADN de Gravotech. Gravotech est leader dans la conception, la fabrication et la distribution

Plus en détail

Cette notice dresse un panorama des différents types de campagnes marketing automatisées et de leur mise en œuvre.

Cette notice dresse un panorama des différents types de campagnes marketing automatisées et de leur mise en œuvre. A l image de la chaine de montage d une voiture, les actions marketing tendent à s automatiser afin d optimiser le temps et l argent investis. On appelle «automation marketing» ou marketing automatisé,

Plus en détail

Agathe DANJOU Justine GRAVELINE Clotilde BLAS. Dossier réalisé dans le cadre du cours de Mme Wallart L3 Marketing-Vente 2013-2014

Agathe DANJOU Justine GRAVELINE Clotilde BLAS. Dossier réalisé dans le cadre du cours de Mme Wallart L3 Marketing-Vente 2013-2014 Agathe DANJOU Justine GRAVELINE Clotilde BLAS Dossier réalisé dans le cadre du cours de Mme Wallart L3 Marketing-Vente 2013-2014 P L A I S I R SOPHISTICATION PETITS LUXES Design Personnalisation Customisation

Plus en détail

LA CHAUSSURE DE VILLE HOMME, UN MARCHÉ À FORT POTENTIEL Quelques chiffres et points de repère (source : Fédération Française de la Chaussure)

LA CHAUSSURE DE VILLE HOMME, UN MARCHÉ À FORT POTENTIEL Quelques chiffres et points de repère (source : Fédération Française de la Chaussure) LA CHAUSSURE DE VILLE HOMME, UN MARCHÉ À FORT POTENTIEL Quelques chiffres et points de repère (source : Fédération Française de la Chaussure) Un marché dynamique Le marché général de la chaussure homme

Plus en détail

Etude image / notoriété / marques 2009 Eléments symbolisant Provence-Alpes-Côte d Azur

Etude image / notoriété / marques 2009 Eléments symbolisant Provence-Alpes-Côte d Azur Etude image / notoriété / marques 2009 Eléments symbolisant Provence-Alpes-Côte d Azur Rappel 83% 27% 72% 54% 53% 49% 72% 45% 26% 43% 15% 34% 57% 31% 53% 71% 31% 41% 29% 3% 2 l oenotourisme en PACA un

Plus en détail

Les conseils pour l'achat

Les conseils pour l'achat Les conseils pour l'achat Il est très important d'acheter une pierre précieuse à la lumière du jour, un jour de beau temps et avec une exposition vers le nord. C'est dans ces conditions que la véritable

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

illicado : la carte cadeau multi-enseignes et multi-canal dédiée aux entreprises

illicado : la carte cadeau multi-enseignes et multi-canal dédiée aux entreprises Dossier de presse Décembre 2009 illicado : la carte cadeau multi-enseignes et multi-canal dédiée aux entreprises 1 illicado : la première carte cadeau multi-enseignes et multi canal réservée aux Comités

Plus en détail

France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes

France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes Juin 2014 France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes Pour les commerçants français, American Express et Diners Club doivent être traités de la

Plus en détail

COLLECTIONS 2013-2014

COLLECTIONS 2013-2014 COLLECTIONS 0-0 E D I T O Héritier d une longue tradition de joailliers transmise depuis trois générations, A.Constant célèbre à travers ses deux boutiques, une certaine philosophie du luxe qui repose

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

OUTIL «FICHE DE TRAVAIL : LA CLIENTELE» VERSION FEVRIER 2013

OUTIL «FICHE DE TRAVAIL : LA CLIENTELE» VERSION FEVRIER 2013 OUTIL «FICHE DE TRAVAIL : LA CLIENTELE» VERSION FEVRIER 2013 MODE D UTILISATION : - Cet outil est utilisé pour les entretiens «Du projet au business plan» et pour l atelier «Etude de marché» - Dans le

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

Douze règles pour fidéliser la clientèle.

Douze règles pour fidéliser la clientèle. Douze règles pour fidéliser la clientèle. Il n'y a pas de plus puissante arme marketing que le bouche à oreille (BAO). Pour que vos clients deviennent vos apôtres évangélistes, il faut commencer par les

Plus en détail

Comment l entreprise fixe-t-elle le prix d un produit?

Comment l entreprise fixe-t-elle le prix d un produit? Comment l entreprise fixe-t-elle le prix d un produit? Questions induites : - Existe-t-il une méthode unique de fixation des prix? - Pourquoi un même produit a-t-il différents prix? - Pourquoi certains

Plus en détail

L Oyster Perpetual OYSTER PERPETUAL

L Oyster Perpetual OYSTER PERPETUAL L Oyster Perpetual OYSTER PERPETUAL Oyster, 34 mm, acier DATE 34 Véritables précurseurs, les modèles Oyster Perpetual comptent parmi les plus reconnaissables au sein d'une collection de montres de légende.

Plus en détail

Le profil des acheteurs à distance et en ligne

Le profil des acheteurs à distance et en ligne Le profil des acheteurs à distance et en ligne Étude réalisée pour le compte de La FEVAD, La Poste, Reed Exhibitions, CCI Grand Lille 24 octobre 2012 Synthèse de l étude - 1 LES HABITUDES DE CONSOMMATION

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Comment assurer une bonne relation commerciale? 17 Avril 2015 CCI Christophe Chéneau

Comment assurer une bonne relation commerciale? 17 Avril 2015 CCI Christophe Chéneau Comment assurer une bonne relation commerciale? 17 Avril 2015 CCI Christophe Chéneau Sommaire : Quelques idées reçues à tailler en brèche dès maintenant Le préalable à toute action soignez chaque jour

Plus en détail

Analyse factuelle de BVA

Analyse factuelle de BVA Analyse factuelle de BVA I. Evolution des déplacements 48% des habitants ont diminué au moins un type de déplacements Parmi les types de déplacements testés, ce sont les déplacements en ville et en voiture

Plus en détail

Stratégies marketing. Augmenter sa créativité en période de changement. Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009

Stratégies marketing. Augmenter sa créativité en période de changement. Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009 Stratégies marketing Augmenter sa créativité en période de changement Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009 La présentation Marketing en temps de crise Quelques principes

Plus en détail

Observatoire annuel du marché des communications électroniques en France Marché ENTREPRISE

Observatoire annuel du marché des communications électroniques en France Marché ENTREPRISE 8 janvier 2015 Observatoire annuel du marché des communications électroniques en France Marché ENTREPRISE Année 2013 Résultats définitifs 2 Sommaire 1 Le marché final des communications électroniques...

Plus en détail

N 24 www.rulliere-bernard.fr

N 24 www.rulliere-bernard.fr N 24 www.rulliere-bernard.fr Un soleil printanier vient caresser nos nouvelles collections de bijoux, qui jouent à cache-cache dans les herbes folles. Vous allez découvrir, au fil des pages, les dernières

Plus en détail

Analyse de la carte :

Analyse de la carte : Amorcée au 18eme siècle en Angleterre la révolution industrielle s accélère dans les années 1870 1880 et se diffuse dans toute l Europe et aux USA. Stimulé par de nouvelles inventions comme l électricité,

Plus en détail

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication De nos jours, la force de vente et la communication apparaissent comme des fers de lance de toute entreprise. En effet leur prise en compte engendre des chiffres d affaires notoires. La force de vente

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

Besoin de créer un produit à 697 - Cliquez ici pour le faire en 48 heures... 1

Besoin de créer un produit à 697 - Cliquez ici pour le faire en 48 heures... 1 Besoin de créer un produit à 697 - Cliquez ici pour le faire en 48 heures... 1 Introduction Bienvenue et merci d'avoir pris le temps de télécharger ce rapport gratuit. Voici l'affaire. Après la lecture

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

Devenez expert. en trading d'or. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or

Devenez expert. en trading d'or. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or Devenez expert en trading d'or Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or 01 02 Pourquoi l'or est-il si précieux? Tout le monde sait que l'or est cher, mais pourquoi est-il si prisé partout dans le monde?

Plus en détail

Comment faire plus d'argent cet été!

Comment faire plus d'argent cet été! Comment faire plus d'argent cet été! Je vais prendre ça vraiment cool cet été. Le 23 juin, je me retire à la campagne. Je vais prendre de longues vacances. Des vacances au cours desquelles je ferai du

Plus en détail

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface A. L organisation de la circulation dans le magasin B. L implantation des rayons 1. Les contraintes

Plus en détail

Spécial Mariage PASSEPORT DES MOTS D AMOUR MAROC

Spécial Mariage PASSEPORT DES MOTS D AMOUR MAROC Spécial Mariage PASSEPORT DES MOTS D AMOUR MAROC UN DIAMANT MAUBOUSSIN PASSEPORT PASSEPORT ial Spéc ariage M MAUBOUSSIN Maroc MA Code du pays/ Country code Passeport n / Passport no 01MA1827 Domicile principal

Plus en détail

8 astuces «choisir la bague parfaite»

8 astuces «choisir la bague parfaite» 8 astuces «choisir la bague parfaite» Offerts par : ARGOR-COLMAR Le Marché d Or SARL 4 rue des Serruriers 68000 COLMAR Site : www.argor-colmar.com Courriel : bijouterie@argor-colmar.com Tél : 03 89 23

Plus en détail

IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2. Analyse marketing : BlackBerry Torch

IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2. Analyse marketing : BlackBerry Torch DOMINIQUE IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2 Analyse marketing : BlackBerry Torch 1 Introduction Le marché des téléphones portables est en pleine restructuration depuis l'arrivée de l'iphone

Plus en détail

EXIGEZ L IMPOSSIBLE. Venez Partager, Supporter et Révéler votre véritable nature. Celle qui donne envie de gagner avec vous.

EXIGEZ L IMPOSSIBLE. Venez Partager, Supporter et Révéler votre véritable nature. Celle qui donne envie de gagner avec vous. EXIGEZ L IMPOSSIBLE Dans un contexte économique particulièrement tendu, la compétitivité de votre offre et la pugnacité de votre force de vente ne suffiront plus à garantir votre développement. La qualité

Plus en détail

Les 25, 26 et 27 Novembre 2009. Le Mexique: La porte d entrée des Amériques

Les 25, 26 et 27 Novembre 2009. Le Mexique: La porte d entrée des Amériques Les 25, 26 et 27 Novembre 2009 Le Mexique: La porte d entrée des Amériques SECTEUR BIENS DE CONSOMMATION I/ PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU SECTEUR II/ LES NICHES DE MARCHÉ a. La bijouterie / l horlogerie b.

Plus en détail

ETUDE DE CAS PROJET CRM DU GROUPE PASSION BEAUTE

ETUDE DE CAS PROJET CRM DU GROUPE PASSION BEAUTE Master 2 Marketing Communication et Stratégies Commerciales CRM & E Business - Session octobre 2011 Alexandra Vignolles ETUDE DE CAS PROJET CRM DU GROUPE PASSION BEAUTE Opportunité et complexité de la

Plus en détail

Assurance Tous risques bijoutiers Rassembler les connaissances. Reconnaître les risques. Protéger les valeurs.

Assurance Tous risques bijoutiers Rassembler les connaissances. Reconnaître les risques. Protéger les valeurs. Assurance Tous risques bijoutiers Rassembler les connaissances. Reconnaître les risques. Protéger les valeurs. Les beaux bijoux ne cessent depuis des siècles de fasciner l humanité. Ils sont l expression

Plus en détail

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année (Aucun document autorisé) Février 2010 Epreuve d Economie générale [2 heures] Questions de cours : A partir de vos connaissances de cours, répondez aux questions suivantes

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Les Français et leur relation aux enseignes traditionnelles et aux «pure players»

Les Français et leur relation aux enseignes traditionnelles et aux «pure players» Les Français et leur relation aux enseignes traditionnelles et aux «pure players» Janvier 2013 1 1 La méthodologie 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Bonial Echantillon : Echantillon de 1007 personnes,

Plus en détail

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente)

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente) COURS N 4 : LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION COURS DE MARKETING / Cours n 4 : La politique de distribution --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 --> Introduction --> Les fonctions de la distribution --> Canal

Plus en détail

Votre solution d encaissement

Votre solution d encaissement Votre solution d encaissement Créée en 1994, la société Menlog est spécialisée dans l édition de solutions d encaissement particulièrement adaptées pour la Boulangerie / Pâtisserie. Nous intervenons sur

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

Décrivez le micro-environnement de l entreprise, puis son macro-environnement.

Décrivez le micro-environnement de l entreprise, puis son macro-environnement. THÈME 1 L environnement de l entreprise EXERCICE 1 Environnement et marché Vous êtes un des leaders mondiaux sur le marché du café, vous avez su développer depuis des années de nouveaux produits pour vous

Plus en détail

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile SPEECH/12/329 Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile Conférence sur les paiements

Plus en détail

SUJET N l CORRIGE. Mai 120 30 250 280 160 220. Mai 120 ) 170-170 50 110

SUJET N l CORRIGE. Mai 120 30 250 280 160 220. Mai 120 ) 170-170 50 110 SUJET N l CORRIGE Question 1 : Le candidat doit pouvoir présenter les deux types de coût et leurs origines. STOCK => 2 types de COUTS COUT DE PASSATION est déterminé par l'analyse des charges liées : o

Plus en détail