LE PAVÉ, MOTEUR DE DÉVELOPPEMENT URBAIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE PAVÉ, MOTEUR DE DÉVELOPPEMENT URBAIN"

Transcription

1 Réflexions LE PAVÉ, MOTEUR DE DÉVELOPPEMENT URBAIN Juillet 2013 / n 001 Le projet Pavage au Burundi Le projet de «Développement économique et social via les chantiers de pavage» (projet Pavage) est géré par le gouvernement burundais et l'agence belge de développement (CTB). Doté d un budget de 16 millions d euros, le projet est prévu pour une durée de cinq ans ( ) et est financé par la Belgique et le PNUD. Le projet Pavage consiste en la construction de près de 30 kilomètres de routes pavées dans le cadre de chantiers-écoles situés dans les communes de Kinama, Kamenge et Cibitoke, au nord de Bujumbura. Ces chantiers appliquent la méthode à haute intensité de main d œuvre (HIMO). Le projet Pavage a déjà permis de fournir des emplois à environ 3000 habitants et habitantes de ces communes pendant une période de six à neuf mois. Un soutien technique et organisationnel a également été fourni aux tailleurs de pavés qui travaillent dans des carrières qui ont conclu un partenariat avec le projet. Au-delà de la rénovation des infrastructures, le projet Pavage a pour but de contribuer au développement et à la redynamisation économique et sociale de ces communes, qui ont été gravement atteintes par la guerre de Les apprenants des chantiers-écoles bénéficient en effet non seulement d une formation aux métiers du pavage, mais également de toute une série de formations destinées à favoriser leur réinsertion sociale et professionnelle ultérieure. Ils ont en outre droit à une formation en éveil entrepreneurial. À la fin de leur cycle d apprentissage, ils reçoivent une bourse d installation qui leur permet de se lancer dans leur propre activité génératrice de revenus. Ils peuvent ensuite bénéficier d un coaching personnalisé et suivre des formations complémentaires pour apprendre à créer et à gérer au mieux leur entreprise. La haute intensité de main-d œuvre : valorisation locale des ressources humaines Pierre-Yves Dubois Points-clés Le pavage (et l amélioration de l assainissement qui en découle) est une méthode de revêtement qui se réalise en haute intensité de main-d œuvre (HIMO) et permet de créer une dynamique de développement urbain plus importante que d autres méthodes. L impact sur le sentiment d appropriation des ouvrages réalisés est donc plus important. Le Projet Pavage a développé le nouveau concept d HIMO social : il s agit d un chantier HIMO tout au long duquel (et même après) les travailleurs bénéficient d un accompagnement social grâce à des formations humaines et professionnelles. Le pavage est une solution plus durable que le goudronnage (30 à 40 ans par rapport à 15 ans). Il permet en outre de modifier ou de rectifier plus facilement les routes. Si on compare méthode HIMO et méthode HIEQ (Haute Intensité d équipement), la méthode HIMO - est environ 10 à 30 % moins chère, - réduit les besoins en devises de 50 à 60 %, - crée, pour le même volume d investissement, de 2 à 5 fois plus d emplois. La méthode HIMO social peut être transposée à d autres secteurs tels que l agriculture, l approvisionnement en eau potable et l assainissement, l aménagement de pistes rurales, la construction de petites infrastructures Il est important de sensibiliser les décideurs politiques et financiers pour qu ils prennent en compte cette méthode. CTB / Rosalie Colfs

2 Le pavé, moteur de développement urbain Faire les travaux avec les équipements modernes, qui remplacent beaucoup de gens, c est bon pour les quartiers aisés où il n y a pas beaucoup de main-d œuvre. Mais dans les quartiers où il y a beaucoup de gens qui ne font rien, c est bien mieux la méthode HIMO parce que l argent rentre dans les ménages, et à la fin on a le même résultat au niveau de la route. La méthode avec les machines, c est une entreprise, et seul le directeur de l entreprise gagne de l argent. Léonard Ntandikiye Directeur en charge des administrations provinciales et communales, ministère de l Intérieur du Burundi Options techniques pour la réalisation de routes en zone urbaine Les routes urbaines sont généralement situées dans les zones à forte densité de population. En mairie de Bujumbura, et en particulier dans les quartiers populaires, on peut observer des densités de population allant jusqu à 500 habitants par hectare, avec un taux d accroissement annuel de l ordre de 4 %. Ces densités élevées entraînent un trafic important. Une technologie adéquate est donc indiquée pour construire des routes durables. Le drainage de la route et des parcelles avoisinantes, la gestion des eaux pluviales, le trafic et le poids des véhicules nécessitent un revêtement en dur. La construction de routes en dur amène des avantages non négligeables dans toute une série de secteurs. Du point de vue des transports, un trafic fluidifié et une circulation plus aisée favorisent le développement économique en améliorant l accès aux micro-entreprises locales. Il crée aussi des emplois temporaires au moment de la construction. Les travaux de ce type entraînent toute une série de bénéfices en termes de santé publique et d assainissement : la quantité de poussière diminue et les eaux ne stagnent plus, ce qui provoque une baisse des cas de maladies hydriques. Le drainage des eaux de pluie réduit les risques d inondations. La construction de routes fait partie intégrante du développement urbain. Le revêtement en dur d une route urbaine est donc une décision importante. Il y a différents types de revêtement : béton, goudron et pavés naturels ou en béton. Graphique 1 : Comparaison entre différents types de revêtement (pavés, goudron, béton). Les routes bétonnées présentent l avantage d une durabilité maximale. Les routes bétonnées et goudronnées présentent l avantage de la rapidité d exécution, mais les désavantages d un coût élevé, d une mise en œuvre mécanique et de complications lorsqu il s agit d effectuer des modifications (pose de conduites) et/ou des réparations. Pourquoi des routes pavées? Les routes pavées présentent les avantages de la durabilité, de l utilisation efficace de la main-d œuvre, d un coût relativement faible et de l aisance des modifications et des réparations, mais le désavantage d une lenteur parfois significative dans leur mise en œuvre. Au contraire des deux autres types de routes, les routes pavées nécessitent très peu d engins mécanisés. À part le compactage, toutes les autres activités peuvent être réalisées par une main-d œuvre peu ou pas qualifiée, qui est amplement disponible dans la zone d action. La présence de carrières à proximité, comme dans le cas de Bujumbura, permet de réduire considérablement le coût des matières premières. L utilisation de pavés naturels produits sur place a l avantage supplémentaire de stimuler l économie locale sans recours à l importation de matériaux contre des devises. Une route pavée est facile à ouvrir (puis à refermer) pour poser de nouvelles conduites (eau, électricité, téléphone, fibres optiques), ce qui est particulièrement utile dans une ville en pleine expansion et en plein développement comme Bujumbura, où l installation d infrastructures d assainissement ou d alimentation en eau et en électricité reste souvent à faire. Les réparations peuvent s effectuer très rapidement, avec un minimum d investissement, avec une main-d œuvre peu qualifiée et peu coûteuse. Ce n est pas le cas pour les routes bétonnées ou goudronnées, dont la réparation requiert des matériaux coûteux et une technicité élevée. Or si ces réparations ne sont pas correctement effectuées, cela affecte la durée de vie des routes. Les routes pavées sont très durables, même avec un minimum d entretien : environ 30 à 40 ans par rapport à 15 ans pour les routes goudronnées. Le pavage présente aussi l avantage d être plus perméable que le goudronnage et le bétonnage, ce qui réduit le ruissellement. En outre, le recours minimum aux énergies fossiles est un aspect environnemental à prendre en compte. 2

3 Les routes pavées empêchent les vitesses excessives et protègent donc implicitement les usagers de la route les plus vulnérables, comme les enfants, les piétons et les cyclistes. Cette protection peut encore être renforcée grâce à la mise en place de ralentisseurs de vitesse. Le tableau ci-dessous présente les avantages et les inconvénients des deux méthodes, qui peuvent parfois être utilisées ensemble sur un même chantier : Tableau 1 : Avantages (+) et inconvénients (-) de HIMO et de HIEQ. Mais le facteur décisif pour le choix des pavés pour les routes de Bujumbura est sans conteste le fait que le pavage est une méthode de revêtement qui se réalise en haute intensité de main-d'œuvre (HIMO). Le pavage, l amélioration de l assainissement et le développement des quartiers permettent de créer une dynamique de développement urbain plus importante que dans le cas de simples travaux routiers. L impact sur le sentiment d appropriation des ouvrages réalisés est donc plus important. Haute intensité de main-d œuvre (HIMO) et haute intensité d équipement (HIEQ) HIMO Haute intensité de main-d œuvre + Réduction des coûts + Création d emplois (main d œuvre peu qualifiée) + Meilleure appropriation des ouvrages + Economie de devises + Impact sur l environnement Qualité de la main d œuvre Lenteur d exécution Organisation et suivi plus important HIEQ Haute intensité d'équipement + Exécution rapide + Qualité des ouvrages + Organisation et planification du travail plus aisée + Suivi moins important Coût plus élevé Faible impact sur le développement économique et social de la zone d action Faible appropriation du secteur public et privé HIMO (haute intensité de main-d œuvre) : désigne les méthodes qui associent des équipements légers avec de la main-d œuvre en une combinaison optimale afin d'assurer la qualité en même temps qu'un coût minimum. HIEQ (haute intensité d'équipement) : désigne les méthodes où l'essentiel des travaux s effectue avec un équipement lourd, une main-d œuvre très limitée et beaucoup d'équipements mécanisés (Olivier, 1998). La méthode HIMO consiste à employer un maximum de maind œuvre locale pour réaliser les travaux d infrastructure, au lieu d utiliser les méthodes HIEQ importées des pays développés et qui utilisent des machines pour la plupart des tâches. Cela ne signifie pourtant pas que les travaux HIMO n utilisent pas de machines. La méthode HIMO vise à combiner de manière optimale l utilisation de main-d'œuvre et d équipement en donnant la priorité à la main-d'œuvre, mais en la complétant le cas échéant par du matériel léger pour des raisons de qualité et de rentabilité. Le recours à la main-d œuvre, souvent locale, permet de construire des infrastructures dans des endroits inaccessibles aux machines, réduisant ainsi l impact négatif des chantiers sur l environnement. La méthode HIMO peut être mise en œuvre localement par des petites et moyennes entreprises supervisées par des bureaux d'étude et contribuer ainsi au développement du secteur privé. L exécution et le suivi des travaux par le secteur privé libère le gouvernement d un certain nombre de tâches et lui permet de se consacrer à des missions plus importantes (BIT, 2002, pp ). Notons cependant que la faible capacité de gestion des entreprises et des bureaux d études locaux peut parfois constituer un obstacle. Au sens large, la méthode HIMO consiste à utiliser d une manière rationnelle des ressources locales, notamment la maind œuvre, mais aussi les matériaux et les capacités des entreprises et des autorités municipales ou communales (Olivier, 1998, pp. 2-3). Les possibilités d application de la méthode HIMO dépendent de facteurs techniques, économiques, sociaux et institutionnels spécifiques à chaque pays (Tajgman, 2000, p. 13). Cependant, des études comparatives menées dans des pays aussi différents que le Cambodge, le Ghana, le Lesotho, Madagascar, le Rwanda, la Thaïlande et le Zimbabwe montrent que l option HIMO : est d environ 10 à 30 % moins chère que l option HIEQ ; réduit les besoins en devises de 50 à 60 % ; crée, pour le même volume d investissement, de deux à cinq fois plus d emplois. L option HIMO au Burundi On ne dispose pas d indicateurs précis de comparaison entre les deux méthodes à Bujumbura car la méthode HIMO y a été utilisée pour une grande partie des tâches de pavage. À titre d exemple, la Chaussée de l Agriculture (une route goudronnée en mairie de Bujumbura, d une largeur de 6 mètres), réalisée en 2008 avec le financement de l Union européenne dans le cadre du projet «Voirie urbaine», a coûté sans la moindre infrastructure d assainissement environ euros par kilomètre. L ordre de grandeur est nettement supérieur à celui d une route pavée, qui peut coûter, selon les modalités de mise en œuvre, de à euros par kilomètre. L argent économisé peut être investi dans l amélioration de l assainissement des eaux pluviales et/ou dans la formation. 3

4 Le pavé, moteur de développement urbain La main-d œuvre n est pas difficile à trouver ; on rencontre surtout des difficultés au niveau de l encadrement. Il n y a pas assez de techniciens de niveau intermédiaire (c est-à-dire les chefs d équipe, les chefs de chantier) qui sont outillés point de vue technique pour encadrer la main-d œuvre. Souvent, ils manquent de formation, et ceux qui sont formés ne sont pas bien payés, ce qui ne les encourage pas à faire correctement leur travail. Balthazar Entrepreneur «routier» Il faut cependant pour la méthode HIMO des compétences précises pour effectuer un suivi de la mise en œuvre des activités. Pour gérer une main-d œuvre nombreuse et souvent peu qualifiée, il faut en effet disposer d un appui logistique plus important (suivi du matériel de chantier) et de spécialistes en gestion des ressources humaines (contrôle de la présence, salaires, formation). Ces compétences spécifiques sont souvent difficiles à trouver et contraignent l autorité contractante à consacrer du temps et de l énergie à former des cadres locaux. Le pavage HIMO à l entreprise et le pavage HIMO en régie de travaux Tableau 2 : Avantages (+) et inconvénients (-) de HIMO à l'entreprise et en régie de travaux. HIMO à l entreprise + Exécution plus rapide + Qualité des ouvrages + Organisation et planification du travail plus aisée HIMO en régie de travaux + Réduction des coûts + Utilisation de main-d œuvre locale + Meilleure appropriation des ouvrages + Temps pour la formation professionnelle HIMO à l entreprise : Le pavage est confié, via un dossier d appel d offres, à une entreprise qui effectuera les travaux en utilisant soit de la main-d œuvre, soit des équipements, soit les deux en fonction de critères purement financiers. L entreprise est supervisée par un bureau d étude, sélectionné via un dossier d appel d offres, ou par un délégué à pied d œuvre (DPO), désigné par l autorité contractante. HIMO en régie de travaux : Le maître d œuvre ou le projet se comporte comme une véritable entreprise qui met en œuvre et supervise directement les travaux en utilisant ses propres employés et en utilisant de la main-d œuvre locale, qui bénéficie souvent directement des travaux effectués. Il est important de préciser que ces deux concepts, même s ils semblent relativement similaires, requièrent des moyens financiers et humains fort différents. De plus, le suivi par les gestionnaires de projet n est pas du tout le même. La régie de travaux permet de réduire les coûts tout en valorisant la main-d œuvre locale, ce qui renforce le sentiment d appropriation des ouvrages construits au sein de la population. La lenteur d exécution et la demande plus importante en suivi peuvent cependant parfois entraver le recours à cette méthode. L HIMO en régie de travaux permet une plus grande flexibilité dans la mise en œuvre et laisse donc plus de temps pour la formation professionnelle de la main-d œuvre. Coût souvent plus élevé Peu de temps consacré à la formation Plus faible appropriation des ouvrages Qualité de la main-d œuvre Lenteur d exécution Organisation et suivi plus important Le recours à une entreprise, sélectionnée sur appel d offres, permet d effectuer un travail de qualité dans des délais souvent plus courts. Un coût plus élevé et une appropriation plus faible des ouvrages sont ici les deux inconvénients principaux. Le pavage HIMO au Burundi L utilisation simultanée des deux méthodes a permis de les comparer et d améliorer la mise en œuvre de chantier de pavage. Sur la base des connaissances actuelles et en tenant compte de l aspect formation de la main-d œuvre des chantiersécoles, une route pavée réalisée en régie de travaux coûterait environ euros par kilomètre. Ce montant ne correspond cependant pas entièrement aux dépenses réelles. Il n est pas tenu compte, entre autres, de l amortissement des engins de chantier, ni de l ensemble du personnel du projet (notamment les services administratifs et financiers) ; mais les aspects sociaux du programme sont pris en compte. Le coût de la main-d œuvre, principalement non qualifiée et habitant les communes d intervention, est estimé à euros par kilomètre, soit environ 40 % du coût de la route pavée. 4

5 Environ 20 % du temps de présence de la main-d œuvre est consacré à la formation professionnelle et humaine. Certaines constructions connexes, comme les ponts sur passage busé, la protection des berges des rivières par gabionnage et plantations antiérosives, les caniveaux supplémentaires de collecte d eau, ont été pris en compte dans le coût du kilomètre de route. Les différentes techniques et méthodes de mise en œuvre Le graphique ci-dessous compare les différentes techniques et méthodes de mise en œuvre de chantiers routiers en fonction de trois critères principaux : équipement nécessaire, main-d œuvre requise et besoins en formation. On dispose donc d un ordre de grandeur fiable pour comparer les deux méthodes, comme l indique le tableau ci-dessous. Tableau 3 : Comparaison entre pavage en régie de travaux et pavage à l'entreprise. Pavage à l entreprise Pavage en régie de travaux Nombre d hommes/jours par kilomètre réalisé / Estimation du prix par kilomètre (en euros) (2008) (2011) Le pavage en régie de travaux présente, en plus de son coût moins élevé, de nombreux avantages, surtout lorsque l on est confronté à des contraintes techniques imprévisibles (comme les conditions climatiques). Le fait de ne pas être lié à une entreprise par un contrat formel donne plus de flexibilité et une plus forte réactivité aux décideurs techniques en cas d urgence (notamment les contraintes liées aux eaux pluviales). L expérience en régie de travaux à Bujumbura, conçue pour tester des techniques de mise en œuvre différentes, a permis d améliorer la qualité des spécifications techniques des dossiers d appels d offres. Cette amélioration a permis de réduire de l ordre de 10 % le prix du kilomètre de route pavée. La régie de travaux a en outre permis une plus grande flexibilité au niveau de l utilisation de la main-d œuvre. En consacrant plus de temps à la formation de la main-d œuvre, le projet a développé un nouveau concept, l HIMO social. Ce nouveau concept peut être défini comme un chantier HIMO au cours duquel les travailleurs bénéficient d un accompagnement social grâce à des formations humaines et professionnelles pendant et/ou après le chantier. Le but est de maximiser l impact de la réalisation de travaux d infrastructures sur le développement économique et social d une zone donnée. Graphique 2 : Comparaison des différentes techniques de mise en œuvre en fonction des besoins d'équipement, de main-d'œuvre et de formation. On remarque ici les différences fondamentales entre les techniques de construction. Les routes goudronnées et bétonnées exigent beaucoup d équipements spécifiques et donc une main-d œuvre relativement spécialisée nécessitant un minimum de formation supplémentaire. Pour les routes pavées, il faut plus de main-d œuvre et plus de temps consacré à la formation, mais moins d équipements. Transposition à d autres domaines La plupart des investissements publics des pays en développement sont consacrés à des projets d infrastructure ou liés à l agriculture et à la sécurité alimentaire. Lorsqu il s agit d améliorer les infrastructures et de contribuer à une meilleure qualité de vie et à la sécurité alimentaire, on compte notamment parmi les projets prioritaires les routes rurales, les réseaux d'alimentation, CTB / Rosalie Colfs 5

6 Le pavé, moteur de développement urbain La méthode HIMO n est pas citée dans le Plan National d Investissement Agricole (PNIA) du Burundi. Cela veut dire qu elle n est pas intégrée dans les stratégies nationales, alors qu elle possède un intérêt non négligeable dans un contexte postconflit. Il faudrait faire passer cela dans les appuis à la maîtrise d ouvrage. Un atelier en génie rural en juin 2013 avait pour but d aider le ministère de l agriculture à mettre sur pied un plan d action pour piloter l action des différents bailleurs actifs dans le génie rural et pour encadrer la maîtrise d ouvrage. La possibilité d appliquer l HIMO dans ce contexte y a été soulevée, car 45 % des investissements prévus dans le PNIA sont consacrés à l aménagement des bassins versants, aménagements pouvant souvent être réalisés en utilisant la méthode HIMO. On pourrait faire passer cela dans les marchés publics : quand le ministère de l agriculture lance un marché, dire quand dans telle ou telle situation cela doit se faire en HIMO. François Luthéreau Programme d'appui Institutionnel et Opérationnel au Secteur Agricole (PAIOSA) les ouvrages d'irrigation et de lutte contre les inondations et l érosion, les installations de stockage. La plupart des projets qui ont une influence immédiate sur l'économie rurale sont des ouvrages de petite envergure, géographiquement dispersés, que l on peut réaliser avec des techniques relativement simples. Ce type de projet présente des caractéristiques où l utilisation de la méthode de l HIMO social s avère judicieuse puisqu elle allie réalisations concrètes, accès à l emploi et à la formation, et impact sur l économie locale. Pistes de transposition éventuelles Agriculture : aménagement, réhabilitation et maintenance de périmètres irrigués, canaux d irrigation, aménagement des bassins versants, lutte antiérosive. Approvisionnement en eau potable et assainissement Aménagement, réhabilitation et maintenance des pistes rurales de désenclavement Construction de routes pavées, y compris gestion des eaux pluviales Petites infrastructures communautaires (entrepôts de stockage, dispensaires, salles de classe, logements). Intégration de la méthode HIMO dans les dossiers d appels d offres Les programmes bien conçus et bien mis en œuvre qui appliquent la méthode HIMO présentent des avantages spécifiques pour les partenaires sociaux (gouvernements, employeurs et travailleurs) puisqu ils facilitent l accès aux marchés publics, ont des effets positifs pour l emploi et améliorent la rentabilité des investissements. Ces programmes offrent également de meilleures perspectives pour les petits entrepreneurs qui veulent s établir sur le marché intérieur des travaux publics, marché qui dans la plupart des pays en développement est dominé par les grandes entreprises étrangères. Les procédures liées aux marchés publics permettent de pousser les entreprises à utiliser une approche HIMO lors de la mise en œuvre des chantiers. Il faut cependant, lorsque l on a recours à la méthode HIMO, rester réaliste pour ce qui est des délais d exécution et des spécifications techniques exigées. Eléments essentiels pour un environnement favorable à la passation de contrats de travaux publics HIMO Flexibilité dans les délais d exécution Rationalisation des procédures de décaissement Rôle d encadrement de la mission de contrôle Planification/alternance travail-formation Procédures d attribution simplifiées (flexibilité) Renforcement des capacités des entrepreneurs Spécifications techniques et allotissement adaptés Modes d exécution adaptés Il est fondamental pour les programmes HIMO que les entrepreneurs soient payés régulièrement par l'organisme contractant. En raison du grand nombre de travailleurs temporaires qu'ils emploient, les entrepreneurs HIMO sont particulièrement vulnérables aux retards de paiement. 6

7 CTB / Rosalie Colfs Un environnement favorable signifie notamment la garantie d'un flux de financement régulier pour les travaux, la rationalisation des procédures administratives et de décaissement, l'accès pour les entrepreneurs à des facilités de crédit et aux équipements, une charge de travail raisonnable et soutenue et une réelle capacité de l'organisme contractant à gérer les contrats. L'organisme contractant doit veiller à ce que les documents contractuels soient appropriés et que les procédures pour l'attribution des contrats, la certification et le paiement soient simplifiées et si possible décentralisées. Ces travaux permettent de mener de nombreuses actions, par exemple le nettoyage des caniveaux le long des routes, la maintenance de pistes rurales ou encore la construction de bâtiments communautaires. Il existe donc au Burundi un terreau favorable à la généralisation de la méthode HIMO, à condition qu il y ait une vraie volonté politique. Malgré le fait que la méthode HIMO soit encore récente au Burundi, de nombreux entrepreneurs et plusieurs associations connaissent ce type d approche. Ils y ont déjà recouru, notamment lors de la réalisation de routes pavées, de pistes rurales, de petits aménagements agricoles et de travaux communautaires qui sont effectués par les populations essentiellement rurales tous les samedis matins. Pour pouvoir augmenter le nombre de travaux réalisés en HIMO au Burundi, il faut une volonté politique. Il faut que l État comprenne la méthode HIMO pour la vulgariser au niveau des différents concessionnaires de réseau, par exemple, de façon à ce que quand il faut réaliser un certain type de travail, on fait appel à la population. C est un outil de développement intégré. Mais le problème, c est que ça se heurte aux politiques. Il faut une large sensibilisation au sommet de l État. Avec l expérience de notre projet, les politiques commencent tout doucement à comprendre. Léonard Ntandikiye Directeur en charge des administrations provinciales et communales, ministère de l Intérieur du Burundi 7

8 Pérennisation des infrastructures mises en œuvre avec la méthode HIMO La méthode HIMO permet généralement une meilleure appropriation des infrastructures par la population locale et devrait donc en garantir une meilleure durabilité. Cependant les administrations communales en charge de l entretien du réseau routier burundais ne possèdent généralement pas les compétences techniques et les moyens financiers nécessaires et sont donc souvent incapables d appuyer la population riveraine lorsqu il s agit de l entretien. Il est donc important, dans un premier temps, d appuyer et de structurer les administrations locales (grâce à la mise en place d un service technique communal, par exemple) pour qu elles soient à même de prendre en charge l entretien du réseau routier, avec la population, éventuellement par le biais de travaux communautaires. On pourrait ensuite imaginer que les administrations communales mettent en œuvre elles-mêmes des chantiers HIMO pour la réalisation de routes pavées et d infrastructures communautaires. Il faudra opter pour différents mécanismes de financement (public ou privé) ou de mise en œuvre (maîtrise d ouvrage, maîtrise d ouvrage déléguée, maîtrise d ouvrage assistée), en fonction du contexte local. Il est important de sensibiliser les décideurs, qu ils soient politiques ou financiers, à prendre en compte la méthode HIMO lors de la mise en œuvre des infrastructures. La méthode de l HIMO social doit être encouragée tout particulièrement dans les pays qui sortent d une période de conflit et dans les pays à taux de chômage élevé. La CTB, l agence belge de développement, appuie et encadre des programmes de développement pour le compte de l État belge et d autres donneurs d'ordre. Rue Haute Bruxelles, Belgique T + 32 (0) F + 32 (0) Sources Bureau international du Travail, Programmes HIMO : Cours de formation à l usage des PME, des bureaux d étude et des ingénieurs de l état. Thème BTI. Les bâtiments. Généralités. Module BM I.1 L'approche HIMO dans le bâtiment. Genève : Bureau international du Travail, pp Olivier, F. et Bynens, E., L approche HIMO et les investissements routiers. Perspectives pour la création d'emplois et l'économie de devises à Madagascar. Genève : Bureau International du Travail, pp Tajgman, D. et de Veen, J., Programmes d Infrastructures à Haute Intensité de Main-d Œuvre HIMO : Politiques et pratiques du travail. Genève : Bureau International du Travail, p. 13. Ont contribué à cette publication Cariton Nibashikire, Stéphanie Hocq, Faustin Mateso, Olivier Chanoine, Fabrice Nkurunziza, Yvonne Habonimana, Bonaventure Niyonizigiye, Gérard Baltissen (KIT), Sabine Citron Lien internet Cette note est publiée sous Licence Creative Commons «by/nc/nd» Éditeur responsable : Carl Michiels, rue Haute 147, 1000 Bruxelles

La haute intensité de main-d œuvre : valorisation locale des ressources humaines

La haute intensité de main-d œuvre : valorisation locale des ressources humaines La haute intensité de main-d œuvre : valorisation locale des ressources humaines Points-clés Le pavage, une solution durable. Le pavage est une solution plus durable que le goudronnage (30 à 40 ans par

Plus en détail

Les chantiers-écoles : développement des compétences des adultes

Les chantiers-écoles : développement des compétences des adultes Les chantiers-écoles : développement des compétences des adultes Points-clés L accès aux chantiers-écoles est ouvert à tout le monde. Il suffit d être âgé de 18 à 45 ans, d avoir des papiers d identité

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

La formation en alternance pour une meilleure réinsertion socio-professionnelle

La formation en alternance pour une meilleure réinsertion socio-professionnelle La formation en alternance pour une meilleure réinsertion socio-professionnelle Points-clés Statut rémunéré des apprenants. Les apprenants ont un statut qui permet de bénéficier d une rémunération tout

Plus en détail

www.centralfirm-btp.com Bâtiments Génie Civil & Environnement Travaux Hydrauliques Voiries & Réseaux Divers Promotion Immobilière SIEGE SOCIAL

www.centralfirm-btp.com Bâtiments Génie Civil & Environnement Travaux Hydrauliques Voiries & Réseaux Divers Promotion Immobilière SIEGE SOCIAL SIEGE SOCIAL Hamdallaye, Commune de Ratoma BP : 6070 Conakry (Guinée) Tél : +224 62 99 99 19 E-mail: info@centralfirm-btp.com Site web: www.centralfirm-btp.com www.centralfirm-btp.com Bâtiments Génie Civil

Plus en détail

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014 Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Direction de la Planification et de l Equipement Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Quelles applications pour ABUTIP?

Quelles applications pour ABUTIP? MÉTHODES HIMO ET TRAVAIL DÉCENT Quelles applications pour ABUTIP? Anselme HABONIMANA Directeur Général ABUTIP Financé par : Gouvernement du Burundi AVANT PROPOS Il a été démontré que les constructions

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

Pour un Plan d Investissement Communal plus Participatif

Pour un Plan d Investissement Communal plus Participatif MINISTERE DE L INTERIEUR CAISSE DES PRETS ET DE SOUTIEN DES COLLECTIVITES LOCALES 9, rue de l assistance Cité El Khadhra -1003 Tunis Pour un Plan d Investissement Communal plus Participatif Ines SALLEM

Plus en détail

Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar

Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar Lima Bogota (avant) I-1 Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar Lagos Dar es Salaam Impacts profonds du Transport I-2 Le transport touche presque chaque aspect de la vie urbaine Économique, développement

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

La Région soutient le bâtiment et les travaux publics

La Région soutient le bâtiment et les travaux publics Plan de soutien BTP Région Franche-Comté La Région soutient le bâtiment et les travaux publics aides aux collectivités et entreprises de franche-comté www.franche-comte.fr Ce livret, que j ai souhaité

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Notions de puissance et bâtiment durable

Notions de puissance et bâtiment durable Notions de puissance et bâtiment durable La gestion de la puissance électrique La notion de puissance en physique représente une quantité d énergie par unité de temps. La puissance électrique se mesure

Plus en détail

Routes bien entretenues Financement assuré

Routes bien entretenues Financement assuré Routes bien entretenues Financement assuré Mr. Leon Ramaromanana, Coordinator, Madagascar SOMMAIRE 1.ORIGINE / CREATION DU FER 2. CADRE INSTITUTIONNEL 3. CADRE OPERATIONNEL 4.TERMINOLOGIE 5. MECANISME

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Pratiques de ciblage au Burundi

Pratiques de ciblage au Burundi Insérez une photo de votre projet/programme Pratiques de ciblage au Burundi Souraya HASSAN, Spécialiste des Politiques sociales UNICEF Financé par : Gouvernement du Burundi La Revue des Filets Sociaux,

Plus en détail

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 Cadre Stratégique Intégré des Nations Unies en Haïti (ISF) Le Cadre Stratégique Intégré

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Soutien du pouvoir d'achat par des mesures ciblées Impact de la mesure en 009 en mio Adaptation du barème d impôt à l inflation

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

AGENT DE VOIRIE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS

AGENT DE VOIRIE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS Direction des Ressources humaines AGENT DE VOIRIE DANS UN CENTRE D EXPLOITATION DÉPARTEMENTAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Routes Service : Centre Technique Départemental

Plus en détail

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale La problématique de l impact économique du vélo est complexe tant elle touche à des domaines variés parfois difficiles à délimiter.

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage

Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage 1. Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage Bordeaux, le 8 juin 2010 OBJET La réalisation d une ligne nouvelle entraine l interception ou le voisinage avec des réseaux

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL Pays : Nom de la personne de contact au sein de la mairie Nom de la Ville Fonction : Superficie de la Téléphone commune : Nb d habitants Email 1. Personnel de votre commune 1.1) Nb de conseillers municipaux?

Plus en détail

L organisation d un projet de Construction et les différents acteurs

L organisation d un projet de Construction et les différents acteurs L organisation d un projet de Construction et les différents acteurs L organisation d un projet de construction et les acteurs Dans un projet de bâtiment ou de travaux publics, la construction est le fait

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

La participation du Burundi aux sommets internationaux sur l HIMO

La participation du Burundi aux sommets internationaux sur l HIMO Insérez une photo de votre projet/programme La participation du Burundi aux sommets Pascal Midende, Directeur Secrétariat Technique PTPGU Financé par : Gouvernement du Burundi Contexte de ces rencontres

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013 DOSSIER THÉMATIQUE crédit photo : Prod. Numérik - Fotolia octobre 2013 LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION Pour un investissement à longue durée de vie comme un bâtiment, l approche en coût global est

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL

BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL A. PRÉSENTATION : BEST ENTREPRISE SARL est une société de droit sénégalais qui intervient dans les Bâtiments/Travaux Publics, le

Plus en détail

Réunion avec les directeurs de CROUS. sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté. Lundi 13 décembre à 14 h 30

Réunion avec les directeurs de CROUS. sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté. Lundi 13 décembre à 14 h 30 Réunion avec les directeurs de CROUS sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté Lundi 13 décembre à 14 h 30 Généraliser les mesures d accueil d urgence Les 28 CROUS répartis

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Structure organisationnelle de la maintenance

Structure organisationnelle de la maintenance Structure organisationnelle de la maintenance La mission et les objectifs d un département de maintenance Contexte: Peu d attention au département de maintenance par la direction Visibilité accrue lors

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Les instruments financiers cofinancés par le Fonds Social Européen sont des outils durables et efficaces pour investir dans la croissance

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

OBJET : Mémoire présenté dans le cadre des consultations prébudgétaires

OBJET : Mémoire présenté dans le cadre des consultations prébudgétaires 6 août 2014 M me Christine Lafrance Greffière du Comité permanent des finances Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6 FINA@parl.gc.ca OBJET : Mémoire présenté dans le cadre des consultations prébudgétaires

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs I. Principes directeurs : Soins infirmiers directs 1. Perspectives du patient et de la famille

Plus en détail

Développement des capacités administrative

Développement des capacités administrative Développement des capacités administrative Exigences en matière de bonne gestion des programmes de l UE Actions pour résoudre les éléments de blocage Formation pour les Autorités de gestion, automne 2014,

Plus en détail

LES FICHES DE POSTES PERSONNEL PERMANENT

LES FICHES DE POSTES PERSONNEL PERMANENT LES FICHES DE POSTES PERSONNEL PERMANENT CONDUCTEUR DE TRAVAUX - Organisation de la production - Développement commercial de l entreprise - Etude et analyse de marchés - Supervision des chantiers - Encadrement

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Rapport financier trimestriel pour le trimestre terminé. le 30 juin 2015. Rapport financier trimestriel pour l exercice terminé le 30 juin 2014

Rapport financier trimestriel pour le trimestre terminé. le 30 juin 2015. Rapport financier trimestriel pour l exercice terminé le 30 juin 2014 Rapport financier trimestriel pour l exercice terminé le 30 juin 2014 Rapport financier trimestriel pour le trimestre terminé le 30 juin 2015 TITRE DU RAPPORT 1 PUBLIÉ PAR Agence de développement économique

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

10 PROPOSITIONS POUR L ECONOMIE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE. Synthèse de la contribution de la CCIP au «Grenelle de l environnement»

10 PROPOSITIONS POUR L ECONOMIE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE. Synthèse de la contribution de la CCIP au «Grenelle de l environnement» 10 PROPOSITIONS POUR L ECONOMIE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le 24 septembre 2007 Synthèse de la contribution de la CCIP au «Grenelle de l environnement» A travers les différentes missions qui sont les

Plus en détail

Ordonnance sur le cautionnement de prêts pour financer des navires suisses de haute mer

Ordonnance sur le cautionnement de prêts pour financer des navires suisses de haute mer Ordonnance sur le cautionnement de prêts pour financer des navires suisses de haute mer 531.44 du 14 juin 2002 (Etat le 1 er juillet 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 22, al. 1, et 52 de la

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

Jeannette LeBlanc. Séminaire centre affilié universitaire, CSSS-IUGS 25 novembre 2009

Jeannette LeBlanc. Séminaire centre affilié universitaire, CSSS-IUGS 25 novembre 2009 Opérationnalisation du modèle de Duraiappah 2002 : application au processus de travaux majeurs entrepris par l Office municipal d habitation de Montréal Séminaire centre affilié universitaire, CSSS-IUGS

Plus en détail

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Dossier de presse Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Avec plus de 700 entreprises partenaires et un

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Nouveau Centre de service de MAN Truck & Bus Deutschland GmbH Mannheim basée à Hirschberg (Allemagne) Un gain de volume de plus de 1 100 m³

Nouveau Centre de service de MAN Truck & Bus Deutschland GmbH Mannheim basée à Hirschberg (Allemagne) Un gain de volume de plus de 1 100 m³ SSI SCHAEFER LOCATION STORE MANAGEMENT (LSM) Nouveau Centre de service de MAN Truck & Bus Deutschland GmbH Mannheim basée à Hirschberg (Allemagne) Un gain de volume de plus de 1 100 m³ Nouvel entrepôt

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

En marche pour la rénovation BBC des logements en Lorraine

En marche pour la rénovation BBC des logements en Lorraine En marche pour la rénovation BBC des logements en Lorraine Contrat Climat Energie Plateformes Locales et Opérations Collectives de Rénovation Energétique de l Habitat AMI «Rénover BBC» SRCAE Objectifs

Plus en détail

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES PRINCIPE : L utilisation des cartes de crédit professionnelles devrait renforcer l efficacité en simplifiant l acquisition, la réception et le paiement

Plus en détail

Plan Marshall 2006-2009

Plan Marshall 2006-2009 Plan Marshall 2006-2009 1,2 milliards sur 5 axes les plus porteurs du développement : La mise en œuvre de pôles de compétitivité; La stimulation de la création d activité; L allègement de la fiscalité

Plus en détail

TRAVAIL SOCIAL COMMUNAUTAIRE LOGEMENT PUBLIC

TRAVAIL SOCIAL COMMUNAUTAIRE LOGEMENT PUBLIC TRAVAIL SOCIAL COMMUNAUTAIRE ET LOGEMENT PUBLIC 8 points de repère pour l action communautaire* Concerner un réseau Habitants, professionnels, élus, institutions. Se définit autour d un espace géographique,

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA ALIMA (the Alliance For International Medical Action) fête ses 4 ans d existence en 2013. Depuis sa création, l association a su se développer

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail