Évolution de l'abondance des oiseaux communs (STOC-EPS)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évolution de l'abondance des oiseaux communs (STOC-EPS)"

Transcription

1 Biodiversité Évolution de l'abondance des oiseaux communs (STOC-EPS) Chiffres clés espèces contactées dont 91 communes aux 4 années de suivi ; - effectif total estimé moyen d environ individus ; - 51 espèces à valeur patrimoniale Les oiseaux font partie de la nature visible par tout un chacun. De plus, ils se situent en haut de la chaine alimentaire, se nourrissant d insectes, de micromammifères, de graines... Étudier les oiseaux sur le long terme apporte des informations sur la qualité des milieux et sur leur évolution et peut à ce titre fournir des indicateurs de biodiversité : on peut alors considérer les oiseaux comme des espèces parapluies. En ce sens, les oiseaux ont également un rôle d'alerte : l exemple du faucon pèlerin, dont la disparition a été liée à l usage de pesticides, est, à ce titre, emblématique. Le programme STOC-EPS (Suivi Temporel des Oiseaux Communs par Échantillonnage Ponctuel Simple) existe depuis Le protocole actuel a été mis en place en 2002, coordonné au niveau national par le Muséum National d Histoire Naturelle (MNHN). Ce suivi scientifique, basé sur des points d écoute, est conçu pour évaluer les variations spatiales et temporelles de l abondance des populations nicheuses d oiseaux communs. Le programme STOC-EPS entre dans le cadre du programme Vigie Nature qui a pour objectif de suivre l évolution de la biodiversité en France. En 2012, l Observatoire de la Biodiversité de Haute-Normandie a rejoint le programme STOC-EPS pour évaluer les variations de l abondance des populations nicheuses d oiseaux communs. Le présent document établit la synthèse des données recueillies sur la période , 2012 étant l année de référence de ce suivi pluriannuel. 1

2 Biodiversité Richesse spécifique et abondance * * Les chiffres clés correspondent à toutes les espèces y compris les Laridés et les Pigeons bizet qui ont été exclus pour les analyses suivantes Richesse spécifique totale et abondance totale des quatre premières années du suivi STOC-EPS en Haute-Normandie Total Diversité totale Effectif total brut Effectif total estimé Tableau 1 : Diversité et abondance sur la période Un oiseau contacté lors du passage 1 peut être à nouveau contacté lors du passage 2. Il est alors compté 2 fois. Pour prendre en compte ce possible double comptage et obtenir un effectif plus proche de la réalité, nous différencions l effectif total brut (qui est le cumul du nombre total de contacts obtenus lors des 2 passages) de l effectif total estimé (qui est le cumul du nombre maximal de contacts d une même espèce obtenu sur l un ou l autre des 2 passages). Sur la période , 140 espèces ont été contactées. Parmi elles, 91 sont communes aux quatre années de suivis, 8 ont été contactées trois années sur quatre, 16 l ont été deux années sur quatre et 25 une seule année. Parmi ces dernières, une partie non négligeable est constituée d espèces hivernantes ou migratrices qui ne se reproduisent pas en Normandie et dont la rencontre est probablement dues aux dates particulièrement précoces des suivis 2012 et Figure 1 : Evolution de la diversité et de l abondance totale estimée de 2012 à 2015 La diversité et les effectifs totaux sont globalement stables. Richesse spécifique moyenne et abondance moyenne RS moyenne 41,1 42,5 41,2 44,2 RS minimale RS maximale Tableau 2 : Richesse spécifique (RS) moyenne par carré échantillon sur la période Effectif moyen 346,9 361,7 329,9 334,5 Effectif minimal Effectif maximal Tableau 3 : Abondance estimée moyenne par carré échantillon sur la période RS moyenne 14,5 14,4 14,5 16,2 RS minimale RS maximale Tableau 4 : Richesse spécifique (RS) moyenne par point sur la période sur deux passages Effectif moyen 34,7 36,2 33,0 33,5 Effectif minimal Effectif maximal Tableau 5 : Abondance estimée moyenne par point sur la période La richesse spécifique moyenne par carré échantillon et l effectif estimé moyen sont globalement stables sur la période Elle présente néanmoins une légère hausse en Sur la période , la richesse spécifique moyenne par point est globalement stable avec une légère augmentation en fin de période. L effectif moyen par point est quant à lui globalement stable. 2

3 Biodiversité Fréquence des espèces Parmi les 20 espèces les plus fréquentes en 2015, Huit présentent une fréquence de 100 % (Figure 3), contre 9 en 2014, c est-à-dire qu elles ont été observées sur tous les carrés échantillons. Il s agit de la Corneille noire, de la Fauvette à tête noire, de la Grive musicienne, du Merle noir, du Pigeon ramier, du Pinson des arbres, du Pouillot véloce et du Troglodyte mignon. Ce cortège de 20 espèces les plus fréquentes est sensiblement le même de 2012 à En effet, sur cette période 22 espèces sont apparues dans ce cortège des 20 espèces les plus fréquentes, le Bruant jaune ayant cédé sa place au Pic vert en 2013, Pic vert lui même remplacé par la Fauvette grisette en En 2015, l Alouette des champs quitte le cortège au profit du Bruant jaune qui y retrouve sa place. Par ailleurs, 21 espèces sont présentes sur plus de 80 % des carrés échantillons. Figure 2 : Espèces les plus fréquentes en 2015 Répartition des oiseaux Figure 3 : Richesse spécifique moyenne Figure 4 : Abondance moyenne En terme de richesse spécifique moyenne, un secteur apparaît comme plus riche que les autres : le Sud des Pays ouest de l Eure. Le Nord-Ouest du Vexin normand, le littoral et la vallée de la Seine au niveau de la boucle d Anneville-Ambourville présentent eux aussi une richesse spécifique intéressante. En termes d abondance moyenne, une partie du Petit Caux apparaît comme étant la plus riche alors qu elle présente une diversité ornithologique plutôt pauvre. Le plateau de l Eure semble être le territoire le plus pauvre en nombre d individus. 3

4 Biodiversité Figure 5 : Variation de la richesse spécifique moyenne et de l abondance moyenne entre grands ensembles paysagers Globalement, le plateau de l Eure apparaît comme l ensemble paysager le moins riche, le Pays de Bray, le pays de Caux et la vallée de la Seine comme étant les plus riches (figure 5). En terme de richesse spécifique, le pays de Bray et entre Caux et Vexin et le pays de Caux sont les ensembles les plus riches, le Petit Caux étant le moins diversifié,. En terme d abondance, le Petit Caux et le Vexin Normand sont les plus riches tandis que le plateau de l Eure et le pays de Bray et entre Caux et Vexin sont les moins exploités par les oiseaux. 4

5 Biodiversité Indice de variation d abondance des espèces sur la période Le calcul de cet indice a été réalisé pour les espèces présentant un effectif total moyen par an d au moins 25 individus. Cette première sélection est ensuite corrigée en retirant les espèces pour lesquelles le protocole STOC-EPS n est pas adapté (cela concerne essentiellement les Laridés et le Pigeon biset car il s agit essentiellement d oiseaux marins et urbains se nourrissant ponctuellement dans les champs en groupe parfois très importants et n ayant que très peu de rapport avec les milieux échantillonnés, introduisant un biais dans les analyses). Les analyses ont ainsi été réalisées pour 50 espèces. Espèce* % de variation des effectifs Tendance régionale Tendance nationale Sur les 10 dernières années (MNHN) Fauvette des jardins 184,57 Fauvette grisette 108,42 TPS Buse variable 103,79 Ø Faisan de Colchide 72,48 Bergeronnette printanière 71,50 TPS Poule d'eau 56,55 Ø Canard colvert 49,98 Ø Grive draine 45,24 Ø Hirondelle rustique 43,46 TPS Faucon crécerelle 40,44 Ø Chardonneret élégant 35,88 Ø Hirondelle de fenêtre 33,30 Ø Corbeau freux 32,14 Ø Mésange à longue queue 32,14 Ø Fauvette à tête noire 20,26 Roitelet à triple bandeau 20,19 Ø = Troglodyte mignon 18,79 TPS Choucas des tours 18,22 Ø Tourterelle turque 14,83 Ø Pie bavarde 12,04 Ø Rougegorge familier 11,40 TPS Merle noir 9,35 Ø Roitelet huppé 6,98 Ø Grimpereau des jardins 5,83 Ø Pic vert 4,95 TPS Ø Grive musicienne 2,34 TPS Ø Coucou gris 1,76 TPS Pigeon ramier -1,01 TPS Pouillot véloce -2,34 TPS Moineau domestique -2,52 TPS Bergeronnette grise -3,45 Ø Mésange charbonnière -4,60 Ø Ø Pic épeiche -5,11 Ø Ø Corneille noire -9,97 Ø = Pinson des arbres -10,51 TPS Bruant proyer -13,02 Ø Ø Accenteur mouchet -13,52 Ø Perdrix grise -13,93 Ø Geai des chênes -14,19 TPS Hypolaïs polyglotte -15,06 Ø Verdier d'europe -18,58 Ø Alouette des champs -18,67 Mésange bleue -20,94 TPS Ø Rougequeue noir -25,16 TPS Ø Linotte mélodieuse -25,90 Ø Sittelle torchepot -30,98 TPS Ø Bruant jaune -31,13 Martinet noir -54,15 TPS Étourneau sansonnet -56,87 Pipit farlouse -70,69 TPS Tableau 6 : Indice de variation d abondance ( ) La tendance est significative pour huit des 50 espèces (16 %). Sur les quatre dernières années, cinq espèces sont en augmentation significative : Fauvette des jardins, Buse variable, Faisan de Colchide, Grive draine et Fauvette à tête noire. La tendance régionale de deux de ces cinq espèces rejoint la tendance nationale (MNHN, 2015) : Faisan de Colchide et Fauvette à tête noire. Sur la même période, trois espèces sont en diminution significative : Alouette des champs, Bruant jaune et Etourneau sansonnet. Ces 3 espèces présentent une tendance similaire à la tendance nationale. Définition et légende des termes employés pour décrire la tendance : Nom d espèce en gras : tendance significative Nom d espèce souligné : tendance linéaire présentant une forte variation mais un effet «année» significatif, rendant cette tendance peu fiable Nom d espèce maigre : tendance linéaire non significative (Ø), pouvant présenter une forte variation annuelle (TPS) : Diminution : tendance linéaire négative significative (p <0.05) sur le moyen terme : Augmentation : tendance linéaire positive significative (p <0.05) sur le long ou le moyen terme = : Stable : tendance linéaire non significative et pas de variations interannuelles significatives TPS : Effet année = variation interannuelle significative (p >0.05) rendant peu fiable les variations de la tendance linéaire : Non significatif : tendance linéaire non significative (p >0.05) 5

6 Biodiversité Indicateur des oiseaux spécialistes d habitats Au niveau régional, nous disposons de données exploitables pour 43 espèces (12 espèces généralistes, 11 des milieux agricoles, 10 forestières et 10 des milieux bâtis). La figure 5 présente l évolution des indices annuels de variation d abondance des groupes d espèces par type d habitats sur la période Sur cette période, les quatre indicateurs calculés au niveau régional ne permettent pas de dégager une tendance quelle qu elle soit. Une tendance significative de ces indicateurs ne peut s obtenir que sur le long terme. Les tendances qui semblaient se dessiner précédemment (à la baisse pour les groupes forestier, agricole et généraliste et à la hausse pour le groupe milieux bâtis) ont été contrebalancées cette année de manière parfois importante. Figure 6 : Variation de l indice Habitats sur la période Au niveau national, sur la période , les espèces généralistes présentent une tendance à la hausse tandis que les trois autres groupes diminuent. Indicateur de l impact du changement climatique Au niveau régional, les données concernent cinq espèces pour les maximums thermiques élevés et six espèces pour les maximums thermiques faibles. Figure 7 : Variation de l indice de l impact du réchauffement climatique sur la période En analysant d'une part la tendance linéaire des espèces nichant à des maximums thermiques élevés et d'autre part celle nichant à des maximums thermiques faibles, il est possible de construire un indicateur synthétisant le devenir des espèces sensibles au réchauffement climatique. Ces deux groupes comportant des espèces spécialistes d'habitats également en évolution, l évolution de l'indice de variation ne peut être attribuée uniquement au réchauffement climatique. Pour mesurer l'effet de l'impact de ce dernier, nous pouvons utiliser la différence entre les indices de variations des espèces nichant aux températures élevées et celles nichant à des températures plus faibles. Si cette différence augmente, les espèces nichant aux températures faibles subissent les effets du réchauffement climatique. Cependant, sur la période étudiée, les indicateurs calculés au niveau régional ne permettent pas de dégager une tendance quelle qu elle soit (les tendances qui semblaient se dessiner sur les trois premières années sont annulées par les indicateurs calculés en 2015). Une tendance significative de ces indicateurs ne peut s obtenir que sur le long terme. 6

7 Biodiversité Répartition des espèces à valeur patrimoniale Figures 8 & 9 : Nombre d espèces à valeur patrimoniale par carré échantillon 51 espèces à valeur patrimoniale ont été contactées au moins une fois en Haute-Normandie entre 2012 et 2015 : 17 de l Annexe 1 de la Directive Oiseaux, 21 de la liste rouge des oiseaux nicheurs de France et 28 de la liste rouge régionale des nicheurs. 14 sont inscrites sur deux ou trois listes. Tous les carrés prospectés accueillent au moins une espèce patrimoniale. Le département de l Eure accueille un nombre plus important d espèces de l Annexe 1 tandis que la Seine-Maritime accueille un nombre plus important d espèces de la liste rouge des nicheurs français. Commentaire général En 2015, individus concernant 114 espèces ont été contactés sur l ensemble des points d écoute. En comparant avec les années précédentes, les résultats globaux montrent que la diversité, les effectifs et la fréquence des espèces sont globalement stables sur la période De plus, les indicateurs de variation d abondance, d habitat ou d impact du réchauffement climatique ne peuvent être interprétés. Pour cela, il est nécessaire de poursuivre et pérenniser le programme STOC-EPS car, à ce jour, nous ne disposons que de trop peu d informations pour que les résultats puissent être interprétés. Nous ne pouvons pas exclure, par exemple, que les augmentations ou diminutions observées ne soient liées qu à des évènements interannuels (hiver rigoureux, très doux ou tardif pouvant toucher les populations d oiseaux d une année sur l autre). A cela s ajoute que les dates particulièrement précoces (passage 1) et tardives (passage 2) des campagnes 2012 et 2013 ainsi que les dates très tardives du passage 1 en 2014 ont elles aussi un impact sur les résultats ne facilitant pas leur interprétation. Ces premières campagnes ont cependant permis de jeter les bases d un suivi pluriannuel d un réseau de points STOC-EPS dont la pérennisation permettra à moyen terme de fiabiliser et d affiner les tendances observées qui serviront à une meilleure prise en compte des dynamiques de certaines espèces dans les politiques de préservation de la biodiversité et d aménagement du territoire. 7

8 Évolution de l abondance des oiseaux communs Protocole STOC-EPS Fiche métadonnées et méthodes Contexte dans lequel s inscrit l indicateur Thème Sous-thème Axe Nature de l'indicateur Indices État et évolution des composantes de la biodiversité État et évolution des oiseaux communs nicheurs Biodiversité État et évolution Richesse spécifique Abondance des espèces Fréquence des espèces Répartition des oiseaux : Carte d abondance relative des espèces Indice de diversité Indice de variation d effectifs par espèce Indice de variation par groupe d espèces spécialisées «habitat» Indice de variation par groupe d espèces spécialisées «climat» Répartition des espèces à valeur patrimoniale Objectif Origine Relation avec d autres indicateurs Échelle de restitution Évaluation de l évolution des populations d oiseaux communs nicheurs OBHN Évolution de l occupation des sols Région Producteur indicateur 8

9 Fiche métadonnées et méthodes Données utilisées Suivi STOC-EPS de l OBHN Niveau d accessibilité de Publique la donnée Source (s) OBHN, Groupe Ornithologique Normand, Ligue de Protection des Oiseaux Description Sur un carré échantillon STOC-EPS (2 km x 2 km), 10 points d écoute plus ou moins équidistants sont placés de manière à ce que les habitats soient échantillonnés dans des proportions proches de la réalité. Sur chaque point d écoute, l observateur recense durant exactement 5 minutes tous les oiseaux entendus et/ou vus, posés ou en vol. Chaque point d écoute est effectué deux fois en période de reproduction. Un premier passage, pour recenser les nicheurs précoces, est réalisé entre le 1 er avril et le 8 mai et un second passage, pour recenser les nicheurs tardifs, a lieu entre le 9 mai et le 15 juin. Il est recommandé d effectuer les 2 passages à 4 à 6 semaines d intervalle. Sur la base de notre expérience, et afin d optimiser ce suivi, nous conseillons de réaliser le premier passage autour du 15 avril et le second dans la deuxième quinzaine de mai. Le réseau STOC-EPS de l OBHN comprend 40 carrés STOC-EPS définis selon un tirage aléatoire orienté en fonction de l occupation des sols et des Grands Ensembles Paysagers. Figure 1 : Localisation des carrés STOC-EPS Format Tableur Excel (.xls) au standard régional d échange et de livraison des données Étendue temporelle Généalogie (méthode Réalisation de points d écoute avec observations visuelles et auditives d acquisition) Emprise Région Haute-Normandie Résolution spatiale (cas SIG) / Fréquence d actualisation de la donnée Annuelle 9

10 Fiche métadonnées et méthodes Méthodologie de création de l indicateur Le réseau OBHN compte 40 carrés. Cependant, suite à une erreur lors du tirage aléatoire de ces échantillons, un carré prospecté en 2012 et 2013 a été remplacé, en 2014, par un nouveau carré. Pour limiter les biais liés à une différence de carrés échantillons étudiés d une année à l autre, nous avons choisi de ne travailler que sur les 39 carrés qui ont été prospectés tous les ans de 2012 à Le 40 e carré pourra être inclus dans les analyses en 2016 avec une influence sur les résultats réelle mais limitée. Richesse spécifique : - richesse spécifique totale : nombre d espèces contactées sur l ensemble des carrés échantillons ; - richesse spécifique moyenne : moyenne de la richesse spécifique tous passages confondus par carré. Abondance des espèces : - effectif total (en nombre d individus) : somme des individus contactés sur l ensemble des carrés échantillons ; - effectif moyen (en nombre d individus par carré) : rapport entre l effectif total et le nombre de carrés. Méthode de calcul Fréquence des espèces : - rapport entre le nombre de carrés échantillons où l espèce a été notée sur le nombre total de carrés échantillons prospectés exprimé en pourcentage. Répartition des oiseaux : Carte d abondance relative par espèces - Estimation des effectifs : les effectifs annuels de chaque espèce sont estimés en faisant la somme des contacts par passage, puis en gardant le maximum obtenu sur l un des deux passages, pour chaque point. Nous supposons ainsi que les 2 passages étant en période de nidification, les individus contactés sont potentiellement redondants d un passage à l autre. L effectif par carré est obtenu en sommant l effectif maximum retenu par point. - Interpolation spatiale : la couverture relativement homogène de la région et la standardisation de recueil des données (même durée d écoute sur 10 points distincts) permettent l étude des variations spatiales de l abondance relative des espèces communes. À partir des effectifs par carré, nous utilisons des outils de statistiques spatiales pour interpoler l abondance relative d une espèce à l ensemble du territoire régional (interpolation spatiale par la méthode IDW Inverse Distance Weighted). Cette méthode permet notamment de tenir compte de l hétérogénéité de densité de carrés STOC suivis. La variation de l abondance relative par espèce est représentée par des cartes de coloration continue, du clair au foncé. La coloration la plus claire n implique pas une absence de l espèce, mais une abondance relative négligeable par rapport à celle mesurée sur l ensemble des carrés EPS ailleurs en France 10

11 Fiche métadonnées et méthodes Indice de variation d abondance des espèces : - Les effectifs annuels par espèces sont utilisés pour calculer les indices annuels de variation d effectif, grâce au logiciel de statistique néerlandais TRIM. Ces derniers nous permettront par la suite de calculer la variation en % des effectifs sur la période de 4 ans considérée ici. Indice de variation par groupe d espèces spécialisées «habitat» : - Quatre groupes d espèces spécialistes d habitat ont été définis par le Muséum (espèces «généralistes» : accenteur mouchet, corneille noire, coucou gris, fauvette à tête noire, geai des chênes, hypolaïs polyglotte, merle noir, mésange bleue, mésange charbonnière, pic vert, pigeon ramier, pinson des arbres ; «agricoles» : alouette des champs, bergeronnette printanière, bruant jaune, bruant proyer, buse variable, corbeau freux, faucon crécerelle, linotte mélodieuse, perdrix grise, pipit farlouse ; «forestières» : grimpereau des jardins, grive draine, grive musicienne, pic épeiche, pouillot véloce, roitelet à triple bandeau, roitelet huppé, rougegorge familier, sittelle torchepot, troglodyte mignon et «urbaines» : chardonneret élégant, choucas des tours, hirondelle de cheminée, hirondelle de fenêtre, martinet noir, moineau domestique, pie bavarde, rougequeue noir, tourterelle turque, verdier d'europe). Les taux de variation de ces groupes sont analysés et permettent d obtenir un indice de biodiversité et une tendance par grand type d habitat. Cet indicateur permet d évaluer l évolution de la qualité des habitats. - Certaines espèces peuvent être spécialistes d un habitat au niveau national mais pas au niveau régional, ou inversement. Toutefois, les groupes d espèces définis au niveau national ont été conservés pour construire les indicateurs afin de faire des comparaisons plus aisément. - La valeur de l indicateur une année donnée est calculée en faisant la moyenne géométrique des indices annuels de variation d effectif des espèces concernées pour l année concernée. Méthode de calcul Indice de variation par groupe d espèces spécialisé «climat» : - Cet indicateur permet d évaluer l impact du réchauffement climatique sur les espèces à maximum thermique faible (espèces septentrionales : accenteur mouchet, bruant jaune, corbeau freux, fauvette des jardins, pipit farlouse, roitelet huppé) et à maximum thermique élevé (espèces méridionales : bruant proyer, chardonneret élégant, grimpereau des jardins, hypolaïs polyglotte, linotte mélodieuse). Répartition des espèces à valeur patrimoniale : - L évaluation patrimoniale des carrés échantillons est réalisée en calculant le nombre d espèces de l Annexe 1 de la Directive Oiseaux et des listes rouges régionales et nationales par carré. Les résultats sont représentés sur des cartes. Pour les espèces inscrites sur la liste rouge nationale, ont été retenues les espèces présentant les critères CR, EN, VU et NT. Pour les espèces inscrites sur la liste rouge régionale, ont été retenues les espèces présentant les critères CR, EN et VU. Sur un pas de temps aussi court (4 ans), les indicateurs doivent être interprétés avec prudence. Il n est pas à exclure, par exemple, que les augmentations ou diminutions observées ne soient liées qu à des évènements interannuels (hiver rigoureux, très doux ou tardif pouvant toucher les populations d oiseaux d une année sur l autre). Par ailleurs, lorsqu une espèce montre d importantes fluctuations d une année sur l autre, il est nécessaire de tenir compte du fait que potentiellement, une très bonne année ou une très mauvaise année peut changer la tendance observée significative et ceci même si Limites de l indicateur cette tendance n est l effet que d une seule année et que sur le long terme la tendance restera inchangée. Les modèles proposés par le logiciel TRIM permettent de mettre en avant ces changements de tendance liés aux effets «année». De plus, entre les quatre années de suivi, les carrés n ont pas été prospectés aux mêmes dates (particulièrement précoces et peu adaptées à la région en 2012 et 2013 et tardives en 2014 pour cause de retard dans la notification du marché). Les comparaisons des tendances régionales avec les tendances nationales ont été réalisées sur la base des résultats produits par le Muséum d Histoire Naturelles de Paris. Date de création Septembre

12 Fiche métadonnées et méthodes Date de diffusion Référent (s) technique/scientifique (validateur) Fréquence d actualisation de l indicateur Contact Bibliographie GONm, CSRPN, MNHN Annuelle gonm.org et Jiguet F (2010). Les résultats nationaux du programme STOC de 1989 à www2.mnhn.fr/vigie-nature Annexe 1 de la directive 2009/147/CE Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Oiseaux de France métropolitaine. Paris, France / UICN France, MNHN, LPO, SEOF & ONCFS Liste rouge des oiseaux nicheurs de Haute-Normandie - CSRPN

Compte rendu de la réunion annuelle des observateurs bruxellois

Compte rendu de la réunion annuelle des observateurs bruxellois Compte rendu de la réunion annuelle des observateurs bruxellois Vendredi 8 mars 4-9h Local Aves : 87 de la rue Marie-Thérèse Bruxelles En raison de l absence de Anne Weiserbs, Dido Gosse s occupe de la

Plus en détail

Opération Oiseaux des Jardins

Opération Oiseaux des Jardins Opération Oiseaux des Jardins Résultats des 28 et 29 Janvier 2012 dans le Finistère Mésange bleue Photo : Yves Le Bail Par : Laura Faisnel et Guillaume Gélinaud. Le nombre d habitants augmente en Bretagne

Plus en détail

Suivis Oiseaux à Bruxelles Soirée annuelle 2015

Suivis Oiseaux à Bruxelles Soirée annuelle 2015 Suivis Oiseaux à Bruxelles Soirée annuelle 2015 6 mars 2015 Dido Gosse Plan de la soirée Intro Suivi Pics Points d écoute Perruches GT Hirondelles Oiseaux d eau Hivernants Elisabeth Oiseaux d eau Nicheurs

Plus en détail

Épiez les oiseaux de vos cours et de vos jardins! Dossier du participant OISEAUX DES JARDINS

Épiez les oiseaux de vos cours et de vos jardins! Dossier du participant OISEAUX DES JARDINS Dossier du participant OISEAUX DES JARDINS Shutterstock 32910574? Épiez les oiseaux de vos cours et de vos jardins! Oiseaux des jardins est un observatoire de sciences participatives co-fondé avec la Ligue

Plus en détail

Avifaune et milieu urbain : bilan et perspectives de trois années d inventaires en quartiers denses et moins denses à.

Avifaune et milieu urbain : bilan et perspectives de trois années d inventaires en quartiers denses et moins denses à. Avifaune et milieu urbain : bilan et perspectives de trois années d inventaires en quartiers denses et moins denses à Lyon Villeurbanne Cyrille FREY (LPO Rhône) La densification, censée constituer un remède

Plus en détail

LA BERRA 2010. Captures, généralités : Analyse sommaire des résultats :

LA BERRA 2010. Captures, généralités : Analyse sommaire des résultats : LA BERRA 2010 Captures, généralités : La station a été ouverte 28 jours répartis sur 10 week-ends, soit du 28 août au 1er novembre. La semaine de permanence s est déroulée entre le 2 et le 10 octobre.

Plus en détail

Oiseaux communs de Bruxelles

Oiseaux communs de Bruxelles Oiseaux communs de Bruxelles Oiseaux de Bruxelles n o 1 Evolution 1992-2008 René Dumoulin 1 Sommaire René Dumoulin Le suivi de l avifaune commune par points d écoute Composition de l avifaune régionale

Plus en détail

STAGE ORNITHOLOGIQUE 2012

STAGE ORNITHOLOGIQUE 2012 STAGE ORNITHOLOGIQUE 2012 Les dates du stage 2012 ont été fixées lors de la réunion annuelle du groupe Ornis, début février. C est, comme d habitude, la dernière semaine du mois d août qui a été retenue,

Plus en détail

Note 2015 sur le projet «Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC & SHOC)»

Note 2015 sur le projet «Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC & SHOC)» Note 2015 sur le projet «Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC & SHOC)» Réalisation : LPO Franche-Comté Février 2016. 1 Note 2015 sur le projet «Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC & SHOC)» Etude

Plus en détail

Bilan de la diversité ornithologique observée en Haute-Normandie sur la période 1970-2013

Bilan de la diversité ornithologique observée en Haute-Normandie sur la période 1970-2013 Biodiversité Fiche métadonnées et méthodes N 32 Bilan de la diversité ornithologique observée en Haute-Normandie sur la période 1970-2013 Contexte dans lequel s inscrit l indicateur Thème Sous-thème Axe

Plus en détail

Les oiseaux du parc. Recensement

Les oiseaux du parc. Recensement Les oiseaux du parc Recensement 75 e anniversaire section Ville de Luxembourg de la LNVL Avec environ 13 000 membres au niveau national, la Lëtzebuerger Natur- a Vulleschutzliga est une des associations

Plus en détail

Observatoire Régional des Oiseaux Communs d'île-de-france Rapport d'activités 2009

Observatoire Régional des Oiseaux Communs d'île-de-france Rapport d'activités 2009 Observatoire Régional des Oiseaux Communs d'île-de-france Rapport d'activités 2009 Septembre 2010 Observatoire Régional des Oiseaux Communs d Île-de-France Rapport d activités 2009 Auteur : ANGLADE Irène

Plus en détail

Jeunes chouettes effraies

Jeunes chouettes effraies Jeunes chouettes effraies 1 Sommaire Préambule... p.3 Le mot des oiseaux... p.4 Bilan des oiseaux... p.5 Les espèces d'oiseaux recueillis... p.5 Les différentes catégories d oiseaux... p.7 L'évolution

Plus en détail

Etat du peuplement des criquets et sauterelles

Etat du peuplement des criquets et sauterelles Biodiversité Fiche métadonnées et méthodes N X Etat du peuplement des criquets et sauterelles Contexte dans lequel s inscrit l indicateur Thème Sous-thème Axe Nature de l indicateur Etat Etat et évolution

Plus en détail

Centre Régional de Sauvegarde pour Oiseaux Sauvages

Centre Régional de Sauvegarde pour Oiseaux Sauvages Centre Régional de Sauvegarde pour Oiseaux Sauvages Rapport d activités - Année 2014 Milan royal LPO Auvergne 1 Sommaire Zoom sur le busard cendré : pour un programme régional (p.4) Prendre en charge les

Plus en détail

2010, année internationale de la biodiversité Paris lance son plan pour la préservation et le renforcement de la biodiversité

2010, année internationale de la biodiversité Paris lance son plan pour la préservation et le renforcement de la biodiversité 2010, année internationale de la biodiversité Paris lance son plan pour la préservation et le renforcement de la biodiversité Dossier de presse Contact presse Clarisse Guyonnet : 01 42 76 49 61 1 Sommaire

Plus en détail

CLE Groupe «Biodiversité»

CLE Groupe «Biodiversité» CLE Groupe «Biodiversité» AUTEUR/ÉMETTEUR COMPTE RENDU DE RÉUNION DATE DE LA RÉUNION Mission Développement Durable 17/01/2011 PARTICIPANTS Ville d Angers/ Angers Loire Métropole/ groupe projet (en interne)

Plus en détail

Que deviennent nos hirondelles?

Que deviennent nos hirondelles? Que deviennent nos hirondelles? Grande enquête régionale Que deviennent nos hirondelles? Demain les hirondelles feront-elles toujours le printemps? Nos enfants verront-ils les martinets se poursuivre bruyamment

Plus en détail

Liste des espèces de la région

Liste des espèces de la région Recherche Liste des espèces de la région Ce tableau présente la liste complète des espèces d'oiseaux de la région en ordre alphabétique. Il permet de retrouver facilement une espèce précise, ainsi que

Plus en détail

Inventaire de l avifaune

Inventaire de l avifaune Inventaire de l avifaune Ceinture verte Châteauguay Léry [ Club des ornithologues de Châteauguay ] Juillet 2009 Table des matières Introduction et objectifs...3 Méthodologie...4 Ceinture verte Châteauguay

Plus en détail

Dossier pédagogique collège : Module 4 - La biodiversité Atelier «Méthode de suivi de la biodiversité de la réserve»

Dossier pédagogique collège : Module 4 - La biodiversité Atelier «Méthode de suivi de la biodiversité de la réserve» Gorges de la Loire Dossier pédagogique collège : Module 4 - La biodiversité Atelier «Méthode de suivi de la biodiversité de la réserve» Yv es T hon néri eux : asar ine cou ché e, h ê trai e- Mic ka ël

Plus en détail

Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles

Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles Festival du développement durable juin 2009 Le parc Navazza et ses richesses naturelles Localisation de la visite Le parc Navazza peut grossièrement

Plus en détail

Bulletin de liaison de Grumpy Nature

Bulletin de liaison de Grumpy Nature Bulletin de liaison de Grumpy Nature Numéro 4, Janvier 2010 Edito Une nouvelle année de suivi vient de s achever et Grumpy Nature n a pas ménagé ses efforts. Nous revoil{ pour vous faire partager les moments

Plus en détail

Les oiseaux et leurs plantes préférées. Pierre Lambelin Etterbeek 31 mars 2009

Les oiseaux et leurs plantes préférées. Pierre Lambelin Etterbeek 31 mars 2009 Les oiseaux et leurs plantes préférées Pierre Lambelin Etterbeek 31 mars 2009 Relations oiseaux-plantes: ressource alimentaire Utilisation directe des plantes comme ressource alimentaire: granivores et

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

Albi, au service de la biodiversité

Albi, au service de la biodiversité Albi, au service de la biodiversité ÉDITO Si Albi est reconnue à travers le monde pour son patrimoine exceptionnel façonné par des siècles d histoire, la biodiversité de notre territoire est également

Plus en détail

Suivi des populations nicheuses (1996 et hivernantes (2000 (2000-2012) 2012) Réseau National d Observation. des Oiseaux de passage

Suivi des populations nicheuses (1996 et hivernantes (2000 (2000-2012) 2012) Réseau National d Observation. des Oiseaux de passage Réseau National d Observation des Oiseaux de passage Suivi des populations nicheuses (1996 et hivernantes (2000 (1996-) (2000-) ) 1 Réseau national d observation des oiseaux de passage - Suivi des populations

Plus en détail

Le programme STOC-EPS en région PACA : bilan de 2001 à 2010

Le programme STOC-EPS en région PACA : bilan de 2001 à 2010 Le programme STOC-EPS en région PACA : bilan de 2001 à 2010 Nicolas Vincent-Martin 1 1 CEN PACA, Ecomusée de la Crau, 13310 Saint Martin de Crau tel : 04 90 47 93 93 nicolas.vincent-martin@cen-paca.org

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

NICHOIRS ET MANGEOIRES EN BOIS.

NICHOIRS ET MANGEOIRES EN BOIS. NICHOIRS ET MANGEOIRES EN BOIS. Édition 2010/2011 Les agents communaux de la commune de Saint Pierre de Frugie confectionnent des nichoirs 100% écologiques, fabriqués à base de bois de récupération (sapin

Plus en détail

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine?

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? Frédéric Madre et Alan Vergnes Museum National d Histoire Naturelle Département d Ecologie et Gestion de la Biodiversité, UMR 7204 CERSP 55

Plus en détail

De la maille au bâti : avantages et inconvénients pour l analyse infra urbaine

De la maille au bâti : avantages et inconvénients pour l analyse infra urbaine De la maille au bâti : avantages et inconvénients pour l analyse infra urbaine Contexte d étude et méthode Évaluation de la qualité de vie quotidienne Échelle du quartier, prise en compte du déplacement

Plus en détail

LES MIGRATIONS DE DEMAIN : que peut-on objectivement et statistiquement espérer?

LES MIGRATIONS DE DEMAIN : que peut-on objectivement et statistiquement espérer? LES MIGRATIONS DE DEMAIN : que peut-on objectivement et statistiquement espérer? Désormais les médias ont largement vulgarisé ce qu il est commun d appeler «le changement climatique». Sans entrer dans

Plus en détail

Matrice 2.3.10. 1. Les images (que les enfants peuvent colorier) De Boeck 2008. Math & Sens Mobiliser les opérations

Matrice 2.3.10. 1. Les images (que les enfants peuvent colorier) De Boeck 2008. Math & Sens Mobiliser les opérations Matrice 2.3.. 1. Les images (que les enfants peuvent colorier) (Les enfants peuvent inventer des collections d objets et leur composition) 2. Les mots (Les enfants peuvent trouver d autres mots encore.)

Plus en détail

Préambule : Sous le patronage de :

Préambule : Sous le patronage de : Sous le patronage de : Association reconnue d utilité publique Université Paris VI Laboratoire d Anatomie comparée 2 place Jussieu 75005 PARIS http://www.societeherpetologiquedefrance.com Préambule : L

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE Etude d incidence Natura 2000_V3 71/99 4.1 PREAMBULE Un projet peut présenter deux types d impacts : des impacts

Plus en détail

Statistiques, crowdsourcing et biodiversité

Statistiques, crowdsourcing et biodiversité Statistiques, crowdsourcing et biodiversité Romain Julliard, Emmanuelle Porcher, MNHN-CNRS, Vincent Bretagnolle, David Pinaud, CNRS Chizé, Olivier Gimenez, CEFE-CNRS Montpellier, Christophe Giraud, Camille

Plus en détail

SEJOUR ORNITHOLOGIQUE SUR L ILE DE TEXEL PAYS-BAS DU 6 AU 13 OCTOBRE 2006

SEJOUR ORNITHOLOGIQUE SUR L ILE DE TEXEL PAYS-BAS DU 6 AU 13 OCTOBRE 2006 SEJOUR ORNITHOLOGIQUE SUR L ILE DE TEXEL PAYS-BAS DU 6 AU 13 OCTOBRE 2006 L île de Texel L île se situe au nord de la Hollande septentrionale, province des Pays-Bas. Elle fait partie d une longue suite

Plus en détail

Guide Des Oiseaux Dans Vos Cours

Guide Des Oiseaux Dans Vos Cours Guide Des Oiseaux Dans Vos Cours Mésange à Tête Noire Description: Les traits distinctifs sont la calotte noire, la joue blanche et la bavette noire. Le dos est d une couleur grisâtre avec des flancs beiges.

Plus en détail

Suivi des Hirondelles de fenêtre en Côtes-d Armor en 2013

Suivi des Hirondelles de fenêtre en Côtes-d Armor en 2013 Yann Février Suivi des Hirondelles de fenêtre en Côtes-d Armor en 2013 Sandy Garandeau La situation de l Hirondelle de fenêtre est aujourd hui complexe avec un véritable changement de statut qui s opère

Plus en détail

ADDITIF RÈGLEMENT INTÉRIEUR SAISON 2015-2016

ADDITIF RÈGLEMENT INTÉRIEUR SAISON 2015-2016 ADDITIF RÈGLEMENT INTÉRIEUR Siège Social 44, rue Henri TOMASI 13009 Marseille Tél. 06 18 77 57 20 Site Web: http://spcr.fr SAISON 2015-2016 Ouverture Générale le 13 septembre 2015 Fermeture le 10 janvier

Plus en détail

Etat d avancement de BIOS Environnement, Impact mer et Levesque Birding Enterprise : février 2011.

Etat d avancement de BIOS Environnement, Impact mer et Levesque Birding Enterprise : février 2011. Développement de programmes de recherches spécifiques, v5. : Structure des peuplements de l'avifaune en fonction des différents habitats forestiers des zones humides de Guadeloupe et de Martinique. Etat

Plus en détail

Ville de Fegersheim DIAGNOSTIC ECOLOGIQUE DES BATIMENTS MUNICIPAUX DE LA VILLE DE FEGERSHEIM

Ville de Fegersheim DIAGNOSTIC ECOLOGIQUE DES BATIMENTS MUNICIPAUX DE LA VILLE DE FEGERSHEIM Ville de Fegersheim DIAGNOSTIC ECOLOGIQUE DES BATIMENTS MUNICIPAUX DE LA VILLE DE FEGERSHEIM Ligue pour la Protection des Oiseaux Délégation Alsace Juin 2011 LPO Alsace Juin 2011 - p1 SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

Le STERF en questions

Le STERF en questions Le STERF en questions Définition du STERF Le STERF, ou Suivi Temporel des Rhopalocères de France, est un programme conjoint entre le Département Ecologie et Gestion de la Biodiversité du Muséum National

Plus en détail

«Application locale du programme national Vigie-Nature»

«Application locale du programme national Vigie-Nature» «Application locale du programme national Vigie-Nature» Anne-Laure Gourmand et Anne Dozière Vigie-Nature est un programme national de science participative dont l objectif scientifique est de suivre à

Plus en détail

Prochaine réunion : 27 Février 2015 20 H 30 Enva à Moulins

Prochaine réunion : 27 Février 2015 20 H 30 Enva à Moulins COMPTE RENDU REUNION DU 30 JANVIER 2015 Présents (es) : Josette Sandrine Jean-Paul Sylvie Étaient excusés(es) : Guillaume Caroline Roger Marie-Agnès Absents (es) : Nicole Monique Hervé 1/- Organisation

Plus en détail

CONCEPTION GRAPHIQUE POUR NOS MEMBRES & LE RÉSEAU DES CPIE

CONCEPTION GRAPHIQUE POUR NOS MEMBRES & LE RÉSEAU DES CPIE CONCEPTION GRAPHIQUE POUR NOS MEMBRES & LE RÉSEAU DES CPIE Mission : Concevoir et partager les ressources Le CPIE Bassin de Thau réalise des supports de communication en interne pour ses projets mais aussi

Plus en détail

Etat des populations de macreuses en Europe, en France et en Basse-Normandie et analyse des principaux facteurs de distribution.

Etat des populations de macreuses en Europe, en France et en Basse-Normandie et analyse des principaux facteurs de distribution. Etat des populations de macreuses en Europe, en France et en Basse-Normandie et analyse des principaux facteurs de distribution. Vincent TOLON Maison de l Estuaire Sous la direction scientifique de Vincent

Plus en détail

ANNEXE 3. "Préservation d'arbres-habitat" Service des forêts, de la faune et de la nature. Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt

ANNEXE 3. Préservation d'arbres-habitat Service des forêts, de la faune et de la nature. Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt Service des forêts, de la faune et de la nature Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt Chemin de la Vulliette 4 1014 Lausanne Directive N : IFOR-BIODIV-ARB.HAB-2012 ANNEXE 3 "" Date de création

Plus en détail

Appels téléphoniques pour des oiseaux blessés

Appels téléphoniques pour des oiseaux blessés Nombre OISEAUX EN DÉTRESSE Bilan 2014 de la LPO Ile-de-France En 2014, l antenne LPO Ile-de-France conserve son nombre d appels réservés à la thématique des oiseaux en détresse : 643 contre 641 l an dernier.

Plus en détail

Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB) et suivi des Effets Non-Intentionnels (ENI)

Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB) et suivi des Effets Non-Intentionnels (ENI) Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB) et suivi des Effets Non-Intentionnels (ENI) Séminaire Open Data en Agriculture 7 janvier 2015 Rose-Line Preud Homme & Camila Andrade Contexte Protocoles Outils

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Lois Grenelle Consommation d'espace

Lois Grenelle Consommation d'espace CRAIG Atelier observatoire du foncier Lois Grenelle Consommation d'espace DDT du Puy-de-Dôme Service Aménagement Prospective Risques Mireille FAUCON 16 octobre 2012 Le droit de l'urbanisme intègre de nouveaux

Plus en détail

Indicateurs phénologie. Isabelle Chuine et al. Novembre 2013

Indicateurs phénologie. Isabelle Chuine et al. Novembre 2013 Indicateurs phénologie Isabelle Chuine et al. Novembre 2013 4 indicateurs Date de feuillaison surtout feuillus. Quid des résineux? Date de floraison certains suivis sont très anciens, Date de coloration

Plus en détail

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles V. Noble 06 novembre 2014 Plan de la présentation Le Conservatoire

Plus en détail

RALLYE LECTURE 2014/2015 CIRCONSCRIPTION 15C CYCLE 2 L'Afrique de Zigomar, Philippe Corentin Corrigé et résultats Classe de CP de l école DOMBASLE

RALLYE LECTURE 2014/2015 CIRCONSCRIPTION 15C CYCLE 2 L'Afrique de Zigomar, Philippe Corentin Corrigé et résultats Classe de CP de l école DOMBASLE RALLYE LECTURE 2014/2015 CIRCONSCRIPTION 15C CYCLE 2 L'Afrique de Zigomar, Philippe Corentin Corrigé et résultats Classe de CP de l école DOMBASLE Chers lecteurs, chers élèves, Vous avez brillamment participé

Plus en détail

Nourrir les oiseaux en hiver

Nourrir les oiseaux en hiver les oiseaux en hiv Nourrir les oiseaux en hiver Sommaire : Pourquoi les nourrir...page 1 Comment les nourrir...page1 Quels ravitaillement pour quel oiseaux?...page2 Recette «pain de graisse»...page 3 Les

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

SCANDINAVIE. Frédéric Malvaud 19 Bd d Orléans 76100 Rouen 02.35.03.95.70 frederic.malvaud@wanadoo.fr. Du 2 au 31 juillet 2004

SCANDINAVIE. Frédéric Malvaud 19 Bd d Orléans 76100 Rouen 02.35.03.95.70 frederic.malvaud@wanadoo.fr. Du 2 au 31 juillet 2004 SCANDINAVIE Du 2 au 31 juillet 2004 Frédéric Malvaud 19 Bd d Orléans 76100 Rouen 02.35.03.95.70 frederic.malvaud@wanadoo.fr et Famille Dieu, Yvon, Benoît Lécuyer, David Gibouin et Maïté Vicré, Vladimir

Plus en détail

- BEAUCOURT ANALYSE DE LA CONSOMMATION DES ESPACES NATURELS, AGRICOLES ET FORESTIERS

- BEAUCOURT ANALYSE DE LA CONSOMMATION DES ESPACES NATURELS, AGRICOLES ET FORESTIERS - BEAUCOURT ANALYSE DE LA CONSOMMATION DES ESPACES NATURELS, AGRICOLES ET FORESTIERS 1. Évolution de la tache urbaine Cette analyse est basée sur le travail réalisé par la Direction Régionale de l Environnement,

Plus en détail

Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA

Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA 20 juin 2011 Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA Annabelle Jaeger, Conseillère régionale déléguée à la Biodiversité 24 novembre 2011 Eléments de contexte Le constat : au rythme actuel,

Plus en détail

BILAN. Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1

BILAN. Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1 BILAN Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1 Présentation de la démarche Faire de la prospective paysagère avec les habitants Dans le cadre du plan Paysage et Biodiversité de la plaine

Plus en détail

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD)

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) LE PADD : projet d aménagement et de développement durable Il définit les orientations d urbanisme

Plus en détail

Geai des Chênes. Le Pic épeiche. Carte d identité des oiseaux. Carte d identité des oiseaux

Geai des Chênes. Le Pic épeiche. Carte d identité des oiseaux. Carte d identité des oiseaux Geai des Chênes Nom latin : Garrulus glandarius Famille : Corvidés Taille : 34/36 cm Envergure : 52/58 cm Nidification : mars à août. Une nichée de 4 à 6 oeufs. Habitat : milieux boisés. Caractéristiques

Plus en détail

ESPÈCES ANIMALES PROTÉGÉES

ESPÈCES ANIMALES PROTÉGÉES Je favorise la nature ESPÈCES ANIMALES PROTÉGÉES HABITER DURABLE - Edition n 0 1 - septembre 2014 (nouvelle collection) Je m informe DÉFINITIONS Arthropode Groupe d espèces invertébrées aux membres articulés

Plus en détail

FAUNE,FLORE, MILIEUX

FAUNE,FLORE, MILIEUX FAUNE,FLORE, MILIEUX LA NATURE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE UNE REGLE LA DIVERSITE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE S APPRECIE A TROIS NIVEAUX INDIVIDUS (Diversité génétique) ESPECES ECOSYSTEMES UN PATRIMOINE UNE RESSOURCE

Plus en détail

GRILLE STANDARDISEE POUR L EVALUATION SCIENTIFIQUE DES INDICATEURS DE BIODIVERSITE. B. Livoreil, P. Zagatti, B. Herbinet et contributeurs

GRILLE STANDARDISEE POUR L EVALUATION SCIENTIFIQUE DES INDICATEURS DE BIODIVERSITE. B. Livoreil, P. Zagatti, B. Herbinet et contributeurs GRILLE STANDARDISEE POUR L EVALUATION SCIENTIFIQUE DES INDICATEURS DE BIODIVERSITE B. Livoreil, P. Zagatti, B. Herbinet et contributeurs Information générale Réponses / Commentaires Nom de l'indicateur

Plus en détail

LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES Des outils et des idées pour enrichir vos cours de géographie

LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES Des outils et des idées pour enrichir vos cours de géographie LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES Des outils et des idées pour enrichir vos cours de géographie Académie de Corse Ajaccio et sa périphérie Reconnu d Intérêt Pédagogique Introduction générale L apprentissage des

Plus en détail

COMPTE-RENDU VOYAGE DANS LE SUD MAROCAIN AVRIL 2013

COMPTE-RENDU VOYAGE DANS LE SUD MAROCAIN AVRIL 2013 COMPTE-RENDU VOYAGE DANS LE SUD MAROCAIN AVRIL 2013 Dates : 11 au 22 avril 2013 Observateur : Vincent REY (contact : stagnatile@hotmail.com) Logistique : vol Paris-Agadir puis déplacements en taxis collectifs.

Plus en détail

Inventaire et suivi des reptiles

Inventaire et suivi des reptiles Inventaire et suivi des reptiles Ils sont réalisés par Simon Birckel de l Office national des forêts. Point bibliographique Documents de référence Les documents de référence sont : le dossier d enquête

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

5.4.5. Synthèse de l échantillon de visites interannuelles ciblées sur les inventaires de la petit faune

5.4.5. Synthèse de l échantillon de visites interannuelles ciblées sur les inventaires de la petit faune 5.4.5. Synthèse de l échantillon de visites interannuelles ciblées sur les inventaires de la petit faune Pour synthétiser la pertinence de l échantillon de visites de terrain ciblées sur la petite faune,

Plus en détail

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances Abdellah Belkhaouad, INRH - Casablanca (Maroc) Marc Taconet, FAO Rome (Italie)

Plus en détail

ROUBAIX CORRIDOR ÉCOLOGIQUE Cf. plan

ROUBAIX CORRIDOR ÉCOLOGIQUE Cf. plan ROUBAIX CORRIDOR ÉCOLOGIQUE Cf. plan L ensemble de ces orientations s applique sur le périmètre repris ci-dessous, défini selon une distance de 100 mètres de part et d autre de la voie ferrée (servitude

Plus en détail

Continuités écologiques dans le département des Hauts-de-Seine

Continuités écologiques dans le département des Hauts-de-Seine Continuités écologiques dans le département des Hauts-de-Seine Club idées 92 Ludivine DOYEN ldoyen@biotope.fr Continuités écologiques Les objectifs de l étude Les étapes Les continuités écologiques Les

Plus en détail

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Méthodes d étude et projections Serge Planton Météo-France, CNRM/GAME Projections climatiques à l échelle planétaire Projections climatiques

Plus en détail

D une végétation quasi absente, à une végétation éparse, à une végétation continue

D une végétation quasi absente, à une végétation éparse, à une végétation continue D une végétation quasi absente, à une végétation éparse, à une végétation continue D un habitat isolé, à un habitat diffus, à un habitat groupé Figure 4 : Neuf types d interface habitat-forêt 3. Méthodologie

Plus en détail

NATURA 2000 Directive «Oiseaux» ZONE DE PROTECTION SPECIALE

NATURA 2000 Directive «Oiseaux» ZONE DE PROTECTION SPECIALE Nom du site Numéro du site Surface NATURA 2000 Directive «Oiseaux» ZONE DE PROTECTION SPECIALE : ETANGS DE SOLOGNE : FR2410013 : 29 624 hectares Intérêt : La Sologne présente une vaste étendue forestière

Plus en détail

Note Planif. Capacité de densification et de mutation au service du projet de territoire. Cas pratique : proposition d une méthode d analyse

Note Planif. Capacité de densification et de mutation au service du projet de territoire. Cas pratique : proposition d une méthode d analyse N 7 annexe / Septembre 2015 Note Planif Capacité de densification et de mutation au service du projet de territoire Cas pratique : proposition d une méthode d analyse Afin de mener à bien cette étude une

Plus en détail

Suivi des populations d amphibiens de France

Suivi des populations d amphibiens de France Suivi des populations d amphibiens de C. MIAUD, Professeur à l'université de Savoie Atlas : répartition Gestion espaces et espèces : nécessité de nouveaux outils (N 2000; plans d action, etc.) Personnels

Plus en détail

LES HOMMES SUR LA TERRE

LES HOMMES SUR LA TERRE Géographie thème 2. LES HOMMES SUR LA TERRE Comment les hommes sont-ils répartis sur la planète? I - ÉTUDE DE CAS : L'EUROPE NOTRE FOYER DE PEUPLEMENT. Comment se répartit la population en Europe? Pourquoi?

Plus en détail

EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS

EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS MARTIN S. *, DELAHAYE F. ** Bureau d études E3C 2 rue Léon Patoux CS 50001 51664 REIMS CEDEX * Mr Stéphane MARTIN, Directeur

Plus en détail

Variation annuelle (en%) -2-4 100 = 2012 T4. 1 L indice du 1 er trimestre 2014 (109.0) a été remplacé par la moyenne de

Variation annuelle (en%) -2-4 100 = 2012 T4. 1 L indice du 1 er trimestre 2014 (109.0) a été remplacé par la moyenne de Numéro 3 Octobre 2015 Le logement en chiffres est une publication commune du STATEC et de l Observatoire de l habitat (service du ministère du Logement dont les travaux sont réalisés en collaboration avec

Plus en détail

Premiers résultats 2006-2009

Premiers résultats 2006-2009 Suivi ornithologique et chiroptérologique des parcs éoliens de Beauce Premiers résultats 2006-2009 Quelques repères Durée du projet : 2006 2010 Prestataires : Loiret Nature Environnement (LNE) Eure et

Plus en détail

Livret d exploration de la faune et la flore du CESM

Livret d exploration de la faune et la flore du CESM Livret d exploration de la faune et la flore du CESM Guide d observation simplifié pour accompagner une promenade sur la voie polyvalente du Complexe environnemental de Saint-Michel Ce guide a été créé

Plus en détail

PAS DE PRINTEMPS SANS AILES

PAS DE PRINTEMPS SANS AILES Collection des études 2014 PAS DE PRINTEMPS SANS AILES Inventaire participatif des populations d hirondelles et de martinets en Pays de la Loire Synthèse des prospections de l année 2013 et comparaison

Plus en détail

Une typologie des paysages socio-sanitaires en France

Une typologie des paysages socio-sanitaires en France notes et documents n 1 - avril 1998 Une typologie des paysages socio-sanitaires en France Présentation synthétique des résultats concernant la Bourgogne Source : Étude CREDES n 1220 avril 1998 U notes

Plus en détail

Comparaison des données SIG des SRCE PACA et Rhône-Alpes: Les conclusions. Lucille BILLON - Ateliers Géothématiques CEREMA - 16/06/15 1

Comparaison des données SIG des SRCE PACA et Rhône-Alpes: Les conclusions. Lucille BILLON - Ateliers Géothématiques CEREMA - 16/06/15 1 Comparaison des données SIG des SRCE PACA et Rhône-Alpes: Les conclusions Lucille BILLON - Ateliers Géothématiques CEREMA - 16/06/15 1 Rappels sur la TVB TVB: Réseau de continuités écologiques identifié

Plus en détail

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay,

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay, FICHE DE SYNTHESE Contexte : Les zones humides sont des milieux rares à l échelon national (4% du territoire) et fortement menacés par les activités anthropiques. La publication, en France en 1994, de

Plus en détail

Tableau récapitulatif des dimensions des nichoirs propres à chaque espèce :

Tableau récapitulatif des dimensions des nichoirs propres à chaque espèce : Quelques aménagements simples pour transformer un espace en refuge naturel CONSTRUCTION D UN NICHOIR A OISEAUX L origine des nichoirs est complètement différente de celle que l on connaît aujourd hui.

Plus en détail

BAGUAGE 2009 RAPPORT D ACTIVITES

BAGUAGE 2009 RAPPORT D ACTIVITES Groupe Ornis Station Ornithologique de l'au (STOA) Délégation Alsace du Centre de Recherches par le Baguage des Populations d'oiseaux (CRBPO) CNRS - Muséum National d'histoire Naturelle Paris Recherche

Plus en détail

La Tienne : Rapport annuel 2012

La Tienne : Rapport annuel 2012 SOCIETE des NATURALISTES et ARCHEOLOGUES de l'ain Maison des Associations 5 bis Avenue des Belges 01000 Bourg-en-Bresse Tél : 04 74 23 24 45 (répondeur) Mél : naturalistes-ain@wanadoo.fr Site internet

Plus en détail

Séminaire du groupe général du 12 mars 2009 PROJET TRAME VERTE ET BLEUE PACA

Séminaire du groupe général du 12 mars 2009 PROJET TRAME VERTE ET BLEUE PACA Séminaire du groupe général du 12 mars 2009 PROJET TRAME VERTE ET BLEUE PACA 1 Rappel des objectifs du projet de trame verte et bleue Préciser la vision d une trame verte et bleue dans la Région PACA Appréhender

Plus en détail

Intervention une voirie pour tous

Intervention une voirie pour tous SCoT du Pays entre Seine & Bray Intervention une voirie pour tous Pays entre Seine & Bray Sommaire Le Pays et le SCoT en quelques mots Les enjeux de mobilité Des enjeux au SCoT Le Pays et le SCoT en quelques

Plus en détail

Tableaux personnalisés

Tableaux personnalisés Tableaux personnalisés Documentation d aide http://inventaire-forestier.ign.fr/spip/spip.php?rubrique18 2 SOMMAIRE 1. Choix des résultats à calculer...4 Principe général... 4 Étape 1 : choix d un domaine

Plus en détail

RAPPORT de MISSION SUIVI NATURALISTE DE L ARCHIPEL DE ZEMBRA (TUNISIE) Avril-Mai 2011. Par Ridha OUNI & Awatef ABIADH.

RAPPORT de MISSION SUIVI NATURALISTE DE L ARCHIPEL DE ZEMBRA (TUNISIE) Avril-Mai 2011. Par Ridha OUNI & Awatef ABIADH. RAPPORT de MISSION Avril-Mai 2011 Avec le soutien : SUIVI NATURALISTE DE L ARCHIPEL DE ZEMBRA (TUNISIE) Par Ridha OUNI & Awatef ABIADH Mission/rapport réalisés en partenariat avec : Résumé Dans le cadre

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

D OBSERVATION ORNITHOLOGIQUE

D OBSERVATION ORNITHOLOGIQUE Guide des sites D OBSERVATION ORNITHOLOGIQUE Le temps est bon. 2 e édition www.tourismecentreduquebec.com/oiseaux HÔTEL LE VICTORIN Forfait Ornithologie À partir de 88 $ 1 nuitée 1 cocktail servi au bar

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail