6.1. Approches juridique et économique de la structure des ressources du régime général

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "6.1. Approches juridique et économique de la structure des ressources du régime général"

Transcription

1 6.1. Approches juridique et économique de la structure des ressources du régime général Le financement du régime général, traditionnellement assuré par des cotisations de sécurité sociale (salariales et patronales), repose de plus en plus sur des ressources de nature fiscale et, dans une moindre mesure, sur des contributions publiques et des transferts. Le poids des cotisations sociales dans le financement du régime général est ainsi passé de plus de 9 au début des années 1980 à 6 aujourd hui (cf. graphique 1). Les cotisations sociales restent néanmoins la source principale de financement du régime général devant la CSG (2), les autres impôts et taxes affectés (11%), les transferts (6%) et les prélèvements sociaux hors CSG (prélèvement «au fil de l eau» sur les supports en euros, prélèvement sur les revenus du capital et du patrimoine, forfait social, contribution sur les stock-options soit 1,2%). Toutefois, la structure des ressources classées par assiette économique ne s en est trouvée que modestement déformée, le financement restant assis pour 84% sur les revenus du travail. Les évolutions législatives ont globalement abouti à réduire la part des cotisations de sécurité sociale dans le financement du régime général Depuis 1980, la part des cotisations de sécurité sociale dans le financement du régime général s est réduite en dépit de plusieurs hausses de taux et du déplafonnement progressif de leur assiette opéré dans les années 1980 et au début des années (cf. encadré 1 et graphique 1). Ce phénomène s explique tout d abord par la création de la CSG, le relèvement progressif de ses taux (correspondant pour l essentiel à la substitution de la CSG à des cotisations sociales) et l élargissement de son assiette (cf. encadré 2). Le poids de la CSG dans le financement du régime général est ainsi passé de 3,2% en 1991, année de sa création, à 20,5% en Ensuite, les allègements de cotisations sociales décidés au titre de la politique de l emploi se sont non seulement traduits par une réduction des cotisations sociales effectivement perçues mais également par de nouvelles recettes fiscales dans le cadre des mécanismes de compensation par l Etat : - dans le cadre de la compensation des allègements généraux de cotisations sur les bas salaires : taxe sur les salaires, taxes sur le tabac (droits de consommation, TVA brute, droit de licence sur les débitants de tabacs), TVA brute sur les produits pharmaceutiques, taxes sur les contributions de prévoyance, taxes sur les primes d assurance automobile, - dans le cadre des allègements de cotisations sur les heures supplémentaires : TVA brute sur les producteurs d alcools et contribution sociale sur les bénéfices des sociétés principalement. Enfin, concernant les exemptions d assiettes, des prélèvements sociaux ont été mis en œuvre afin de pallier le manque à gagner en termes de cotisations sociales sur les compléments de rémunération (forfait social sur la participation, l intéressement, les contributions patronales aux régimes de retraite supplémentaire, les abondements employeurs aux PEE et PERCO ; contributions sur le financement et les rentes des «retraites chapeaux», contribution sur les stock-options notamment) et sur les revenus du capital (prélèvement social de 5,4%).

2 50BECLAIRAGES RECETTES 69 Graphique 1 Evolution de la structure des recettes du régime général, par type de recettes Cotisations sociales CSG Recettes fiscales Transferts Prélèvements sociaux Autres produits Source : DSS/SDEPF/6A Graphique 2 Prélèvements pesant sur les différentes assiettes économiques Revenus d'activité Consommation Revenus de remplacement Revenus du capital Source : DSS/SDEPF/6A

3 70 COMMISSION DES COMPTES DE LA SECURITE SOCIALE JUILLET 2012 Ces évolutions ont eu un impact relativement limité sur les assiettes économiques assujetties Ces évolutions de la nature des ressources se sont traduites par une hausse de la contribution d assiettes économiques alternatives comme la consommation, les revenus de remplacement et les revenus du capital (cf. graphique 2). La contribution de ces trois assiettes au financement de la sécurité sociale est proche de 16% en 2011 (6,7% pour la consommation, 5,2% pour les revenus de remplacement et 4,3% pour les revenus du capital) alors qu elle était inférieure à 6% au début des années 1980 (3,4% pour la consommation, 0,2% pour les revenus de remplacement et 2% pour les revenus du capital). Toutefois, le financement de la sécurité sociale reste encore très largement assis sur les revenus du travail. En particulier, la CSG, qui s est partiellement substituée aux cotisations sociales, est assise à près de 7 sur les revenus d activité. Encadré 1 Les évolutions juridiques des barèmes de cotisations de sécurité sociale Les déplafonnements ont constitué une première modalité d élargissement de l assiette du financement de la protection sociale. S agissant des cotisations patronales, le déplafonnement total des cotisations maladie est intervenu en ; celui des cotisations famille en 1989 et et celui des cotisations d accidents du travail en A cette date, une cotisation vieillesse déplafonnée (1,6%) vient toutefois s ajouter à la cotisation vieillesse plafonnée (8,2%). A partir de 1991, le plafond ne subsiste donc plus que pour les cotisations d assurance vieillesse. Ces déplafonnements ont été justifiés à la fois par le besoin de recettes nouvelles et par le souci de mettre fin à la dégressivité des cotisations qui résultait de l existence d un plafond (les cotisations étaient proportionnellement plus élevées sur les bas salaires ce qui renchérissait leur coût). Ces opérations se sont accompagnées de baisses de taux pour les salaires sous plafond, le supplément de recettes apporté par les déplafonnements étant en partie restitué de cette façon. Les allègements généraux de cotisations mis en place à partir de 1993 ont prolongé les déplafonnements de cotisations patronales en continuant de réduire les cotisations sur les bas salaires. Dans le même temps, les cotisations salariales ont été affectées par différentes hausses de taux (cf. graphiques 3). Les salariés ont ainsi vu leurs cotisations vieillesse et maladie passer respectivement de 4,7% à 7,6% (-1989) et de 5,5% à 6,8% ( ), soit au total un relèvement de plus de 4 points sur la part plafonnée et de plus de 1 point sur la part déplafonnée en l espace de sept ans. Les cotisations patronales maladie ont quant à elles connu une augmentation de 0,2 point (passage de 12,6% à 12,8% en ). Plus récemment, en, les cotisations vieillesse sous plafond ont été augmentées de 0,2 point (0,1 point à charge des employeurs et 0,1 point à charge des salariés). L instauration de la CSG, s est toutefois traduite par une réduction des cotisations salariales d assurance vieillesse (-1,05 point en 1991) 1 et, surtout, d assurance maladie (-6,05 points au total entre 1997 et ). Encadré 2 Les évolutions juridiques relatives à la CSG La contribution sociale généralisée (CSG) a été instituée par la loi de finances pour 1991 sur la quasitotalité des revenus et des plus-values. Initialement assise sur les revenus d activité, de remplacement, de patrimoine et de placement, la CSG a vu son assiette élargie en 1997 à la plupart des produits d épargne exonérés d impôt ainsi qu aux gains aux jeux. La CSG sur les revenus d activité repose par ailleurs sur une assiette plus large que celle des cotisations sociales (98,25% des revenus d activité). Calculée à l origine au taux de 1,1%, la CSG a fait l objet d augmentations régulières et différenciées motivées par la volonté de diversifier le financement de la Sécurité sociale tout en réduisant les inégalités de traitement entre les citoyens selon l origine de leurs revenus. Elle s applique aujourd hui aux taux de 7,5% sur les revenus d activité, 6,2% ou 6,6% sur les revenus de remplacement 1, 8,2% sur les revenus de placement et du patrimoine et 9,5% ou 12% sur les sommes engagées et les produits réalisés à l'occasion des jeux ,6 point de cotisations patronales a parallèlement été transféré de la branche famille à la branche vieillesse du fait de l affectation de la CSG au financement des prestations familiales.

4 50BECLAIRAGES RECETTES 71 CSG sur les revenus d'activité de remplacement de patrimoine et taux normal taux réduit de placement des jeux février ,1 1,1-1,1 - juillet ,4 2,4-2,4 - janvier ,4 3,4 1 3,4 3,4 janvier 7,5 6,2 3,8 7,5 7,5 janvier ,5 6,2 / 6,6 1 3,8 8,2 9,5 / 12 mai 7,5 6,2 / 6,6 1 3,8 8,2 9,5 / 12 / 6, ,2 % sur les allocations de chômage et les IJ, 6,6 % sur les pensions de retraite et d'invalidité. 2 6,9 % pour les jeux exploités de la Française des jeux, 9,5 % ou 12 % pour les casinos. Encadré 3 - Conventions retenues pour répartir les recettes entre quatre catégories d assiettes économiques (revenus d activité, de remplacement, du capital, consommation) Les cotisations des salariés et des employeurs pèsent directement sur les revenus d activité, celles des retraités et des chômeurs sur les revenus de remplacement. Les produits de la CSG assis sur les revenus d activité, de remplacement et du capital sont prélevés sur chaque assiette correspondante. Celui assis sur les revenus des jeux est prélevé sur la consommation. Concernant les autres impôts et taxes affectés : - les droits de consommation sur les tabacs et les alcools et la taxe sur les primes d assurance automobile sont supposés peser sur la consommation totale des ménages, - le prélèvement social sur les revenus du capital et du patrimoine, le prélèvement «au fil de l eau» sur les supports en euros et la taxe exceptionnelle sur la réserve de capitalisation sont prélevés sur le capital, - la taxe sur les salaires, la taxe sur les contributions à la prévoyance, la TSCA (taxe spéciale sur les contrats d assurance maladie), les prélèvements sur les stock-options et les attributions gratuites d actions et le forfait social sont assimilés à des prélèvements sur les revenus d activité. Sont également pris en compte les droits de licence sur la rémunération des débitants de tabacs, la contribution sociale sur les bénéfices, les taxes médicaments. Les contributions publiques ont été ventilées en fonction de la structure des recettes de l Etat. Celle-ci a été estimée en ne considérant que les quatre prélèvements principaux de l Etat que sont la taxe sur la valeur ajoutée, la taxe intérieure sur les produits pétroliers, l impôt sur le revenu et l impôt sur les sociétés. La TVA et la TIPP sont donc prélevées sur la consommation, l IS est assis sur le capital, le rendement de l IR étant pour sa part supposé provenir à 7 des revenus d activité, à 2 des revenus de remplacement et à 1 des revenus du capital. Par convention, les recettes reçues par le régime général en provenance du FSV, du FOREC et de la CNSA ont été réparties selon la structure de financement de ces fonds. Enfin, les transferts en provenance d autres régimes et fonds sont supposés reproduire, dans ses grandes lignes, la structure du régime général.

5 72 COMMISSION DES COMPTES DE LA SECURITE SOCIALE JUILLET 2012 Graphique 3 Evolutions des barèmes de cotisations patronales et salariales de sécurité sociale 3-a Cotisations patronales 3-b Cotisations salariales et CSG-CRDS 35% 3 Viellesse (déplafonnée) 18% 16% CRDS 25% AT/MP (plafonnée) Vieillesse (plafonnée) 14% 12% CSG (autres affectataires) 2 15% 1 5% Famille (plafonnée) Maladie (plafonnée) AT/MP (déplafonnée, taux moy en) Famille (déplafonnée) Maladie (déplafonnée) 1 8% 6% 4% 2% Maladie (déplafonnée) Veuv age (déplafonnée) : 0,1% CSG (régimes maladie) Viellesse (plafonnée) Vieillesse (déplafonnée) : 0,1% Source : DSS/SDEPF/6C

PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016

PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016 Infos flash PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016 Le plafond de sécurité sociale applicable aux rémunérations versées du 1 er janvier au 31 décembre 2016 a été fixé par l arrêté du 17 décembre

Plus en détail

Les passerelles temps PERCO

Les passerelles temps PERCO Les passerelles temps PERCO Vos salariés peuvent monétiser dans leur PERCO des jours de congés non pris ou stockés dans un CET, sans impact sur leur budgetetce,enexonérationd impôtsurle revenu et de certaines

Plus en détail

Financement de la protection sociale. Muriel Roger Régulation de la protection sociale Master 2 COSS & EVSAN Université Paris 1&5 2016/2017

Financement de la protection sociale. Muriel Roger Régulation de la protection sociale Master 2 COSS & EVSAN Université Paris 1&5 2016/2017 Financement de la protection sociale Muriel Roger Régulation de la protection sociale Master 2 COSS & EVSAN Université Paris 1&5 2016/2017 Ressources Les ressources de la PS se répartissent en 3 catégories

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 04.16 Du 22/01/2016 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2016 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 04.17 Du 11/01/17 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2017 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

LETTRE SOCIALE. Point de vue d experts N 22 JANVIER Ce numéro spécial est dédié à la Loi de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS) pour 2012.

LETTRE SOCIALE. Point de vue d experts N 22 JANVIER Ce numéro spécial est dédié à la Loi de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS) pour 2012. Point de vue d experts LETTRE SOCIALE N 22 JANVIER 2012 Ce numéro spécial est dédié à la Loi de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS) pour 2012. Nous vous commentons ses principales mesures : - La

Plus en détail

13) Les cotisations sociales

13) Les cotisations sociales 1 FIPECO, le 23.09.2016 Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 13) Les cotisations sociales Les prélèvements obligatoires (44,7 % du PIB en 2015) recouvrent les impôts (27,9 % du

Plus en détail

Contribution sociale généralisée (CSG) et Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS)

Contribution sociale généralisée (CSG) et Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) 1 / 5 Contribution sociale généralisée (CSG) et Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) 19/05/2016 La CSG est un prélèvement de nature fiscale mais dont l objet est social, il s est substitué,

Plus en détail

2011S é c u r i t é s o c i a l e

2011S é c u r i t é s o c i a l e 2011S é c u r i t é s o c i a l e Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - plfss annexe 4 Recettes des régimes par catégorie et par branche www.travail-solidarite.gouv.fr www.sante-sports.gouv.fr

Plus en détail

RÉPARTITION SALAIRE / DIVIDENDES

RÉPARTITION SALAIRE / DIVIDENDES RÉPARTITION SALAIRE / DIVIDENDES Paramètres de la répartition Répartition du bénéfice ditribuable Incidence sur l I.R Revenu net immédiat Incidence sur la retraite Incidence sur la prévoyance Synthèse

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 I-5-05 N 209 du 26 DECEMBRE 2005 AUGMENTATION DU TAUX DE LA CONTRIBUTION SOCIALE GENERALISEE (CSG) SUR LES REVENUS DU PATRIMOINE ET SUR LES

Plus en détail

Les prélèvements obligatoires en France et en Allemagne

Les prélèvements obligatoires en France et en Allemagne 1 FIPECO le 15.12.2016 Les commentaires de l actualité Les prélèvements obligatoires en et en François ECALLE A la demande du Président de la République, la Cour des comptes a publié en mars 2011 un rapport

Plus en détail

Quelle fiscalité pour les entreprises en 2017? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises

Quelle fiscalité pour les entreprises en 2017? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises Quelle fiscalité pour les entreprises en 2017? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises Les versements de l entreprise Un taux de forfait social différencié Participation - Intéressement - Abondement

Plus en détail

LE RÔLE DU COMITÉ D ENTREPRISE DANS LA MISE EN PLACE D UN RÉGIME DE PROTECTION SOCIALE ET PATRIMONIALE

LE RÔLE DU COMITÉ D ENTREPRISE DANS LA MISE EN PLACE D UN RÉGIME DE PROTECTION SOCIALE ET PATRIMONIALE Fiche Pratique LE RÔLE DU COMITÉ D ENTREPRISE DANS LA MISE EN PLACE D UN RÉGIME DE PROTECTION SOCIALE ET PATRIMONIALE L ESSENTIEL La Loi reconnaît au Comité d Entre prise un rôle important pour toutes

Plus en détail

Quelle fiscalité pour les entreprises en 2016? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises

Quelle fiscalité pour les entreprises en 2016? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises Quelle fiscalité pour les entreprises en 2016? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises Les évolutions fiscales de la loi Macron La loi «Macron» pour la croissance, l activité et l égalité des

Plus en détail

NOTE SUR LES COTISATIONS SOCIALES 2015

NOTE SUR LES COTISATIONS SOCIALES 2015 Cabinet Pybourdin Brûlé & Associés Société d Expertise Comptable inscrite au Tableau de l Ordre des Experts Comptables de Paris 7, rue Delerue 92120 MONTROUGE - : 01.42.53.59.59 Fax : 01.42.53.87.34 Mail

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2014 Circulaire AS N 06.14 23/01/2014 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N PARIS, le 11/01/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-007 OBJET : Augmentation du taux des cotisations de retraite complémentaire sur la T2 pour

Plus en détail

Commission des comptes de la sécurité sociale 2016

Commission des comptes de la sécurité sociale 2016 Commission des comptes de la sécurité sociale 2016 1- Les ressources de la Sécurité sociale Elles se répartissent en six catégories : cotisations sociales (64 % des ressources totales en 2014 ; 194,8 millions

Plus en détail

Conseil des prélèvements obligatoires. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 octobre h 30 «Niveau de vie des retraités»

Conseil des prélèvements obligatoires. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 octobre h 30 «Niveau de vie des retraités» CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 octobre 2009 9 h 30 «Niveau de vie des retraités» Document N 7 Document de travail, n engage pas le Conseil Les prélèvements obligatoires opèrent

Plus en détail

Rapport de la mission d étude

Rapport de la mission d étude Rapport de la mission d étude sur les préretraites d' ANNEXE 7 : COMPARAISON DES FLUX FINANCIERS (REVENUS, RECETTES, COÛTS) GENERES PAR UN SENIOR SELON SON POSITIONNEMENT OU LE DISPOSITIF SOCIAL APPLIQUE

Plus en détail

DOSSIER COMMISSION DES COMPTES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DU 9 JUIN 2011

DOSSIER COMMISSION DES COMPTES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DU 9 JUIN 2011 Lundi 11 juillet 2011 Supplément au n 81 DOSSIER COMMISSION DES COMPTES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DU 9 JUIN 2011 Ce dossier présente la synthèse du rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE POUR 2011 ACCORD GPEC : SUPPRESSION DE L EXONÉRATION DES INDEMNITÉS DE DÉPART VOLONTAIRE

PROJET DE LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE POUR 2011 ACCORD GPEC : SUPPRESSION DE L EXONÉRATION DES INDEMNITÉS DE DÉPART VOLONTAIRE N-Nour NOVEMBRE 2010 PROJET DE LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE POUR 2011 Le PLFSS (Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale pour 2011) a été adopté par l Assemblée nationale le 2 novembre

Plus en détail

Memento Version Janvier Salariés Régime Général

Memento Version Janvier Salariés Régime Général Memento 2008 Version Janvier 2008 Salariés Régime Général CHARGES SOCIALES SUR SALAIRE (Taux au 01/01/2008, en %) TAXES DIVERSES PRÉV. RETRAITES COMPLÉMENTAIRES ASSEDIC SÉCURITÉ SOCIALE / URSSAF Employeur

Plus en détail

PLFSS 2013 Les députés adoptent définitivement le budget de la sécurité sociale pour 2013

PLFSS 2013 Les députés adoptent définitivement le budget de la sécurité sociale pour 2013 Diane Patrimoine PLFSS 2013 Les députés adoptent définitivement le budget de la sécurité sociale pour 2013 Lors de sa réunion du lundi 3 décembre 2012, la Commission des affaires sociales a adopté, en

Plus en détail

ANNEXE 4 RECETTES ET DÉPENSES DES RÉGIMES PAR CATÉGORIE ET PAR BRANCHE

ANNEXE 4 RECETTES ET DÉPENSES DES RÉGIMES PAR CATÉGORIE ET PAR BRANCHE ANNEXE 4 RECETTES ET DÉPENSES DES RÉGIMES PAR CATÉGORIE ET PAR BRANCHE PLFSS 2015 SOMMAIRE PLFSS 2015 - Annexe 4 1. Les catégories de recettes... 4 2. Les catégories de dépenses... 16 3. La construction

Plus en détail

ABATTEMENT DE LA CSG ET DE LA CRDS AU TITRE DES FRAIS PROFESSIONNELS

ABATTEMENT DE LA CSG ET DE LA CRDS AU TITRE DES FRAIS PROFESSIONNELS DSI CENTRALE CENTRE DE SOLUTIONS RH PPR - AJR Destinataires Tous services Contact NGUYEN CELINE Tél : 01 58 35 37 18 Fax : E-mail : Date de validité Du 01/01/2012 ABATTEMENT DE LA CSG ET DE LA CRDS AU

Plus en détail

Charges sociales sur les salaires ,84 0,75 13,59 12,84 2,25 15,09. -plafonnée 8,55 6,90 15,45 A de 0 à 3218

Charges sociales sur les salaires ,84 0,75 13,59 12,84 2,25 15,09. -plafonnée 8,55 6,90 15,45 A de 0 à 3218 2015 N 5 Charges sociales sur les salaires 2016 Charges sociales Taux au 1 er janvier 2016 (en %) Assiette mensuelle de cotisations pour 2016 (en ) Employeur Salarié Total Tranche Montant Cotisations de

Plus en détail

Annexe I : Modèles de bulletins de paie

Annexe I : Modèles de bulletins de paie Annexe I : Modèles de bulletins de paie A3 1 - Bulletin de paie simplifié n 3-1... A3.102 - Horaire collectif de travail de 35 heures - Paiement sous forme monétaire des heures supplémentaires accomplies

Plus en détail

LE RÔLE DU COMITÉ D ENTREPRISE DANS LA MISE EN PLACE D UN RÉGIME DE PROTECTION SOCIALE ET PATRIMONIALE

LE RÔLE DU COMITÉ D ENTREPRISE DANS LA MISE EN PLACE D UN RÉGIME DE PROTECTION SOCIALE ET PATRIMONIALE FICHE PRATIQUE LE RÔLE DU COMITÉ D ENTREPRISE DANS LA MISE EN PLACE D UN RÉGIME DE PROTECTION SOCIALE ET PATRIMONIALE L ESSENTIEL La Loi reconnaît au Comité d Entre prise un rôle important pour toutes

Plus en détail

2013S é c u r i t é s o c i a l e

2013S é c u r i t é s o c i a l e 2013S é c u r i t é s o c i a l e Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - plfss annexe 4 Recettes des régimes par catégorie et par branche www.economie.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Annexe

Plus en détail

L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération. Janvier 2011

L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération. Janvier 2011 L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération Janvier 2011 Sommaire Les dispositifs d épargne salariale et leurs principaux avantages Présentation de DEBORY-ERES ERES

Plus en détail

Chiffres usuels Les modifications pour 2012

Chiffres usuels Les modifications pour 2012 Chiffres usuels Les modifications pour 2012 SMIC et minimum garanti Le SMIC passe de 9,19 /heure au 1 er décembre 2011, à 9,22 au 1 er janvier 2012, soit un montant mensuel brut base 151,67 de 1398,40

Plus en détail

Intéressement épargné ou versé

Intéressement épargné ou versé Pégase 3 Intéressement épargné ou versé Dernière révision le 24/02/2014 http://www.adpmicromegas.fr Suivi de la notice 05/02/2014 Création de la notice 24/02/2014 Insertion du paragraphe 1.2.2 concernant

Plus en détail

LE COMPTE DE LA PROTECTION SOCIALE EN 2002

LE COMPTE DE LA PROTECTION SOCIALE EN 2002 CHAPITRE 2 LE COMPTE DE LA PROTECTION SOCIALE EN 2002 Le Compte de la protection sociale décrit les flux annuels de dépenses et recettes des régimes de protection sociale tels qu ils sont définis dans

Plus en détail

Tableau des cotisations sociales appliquées aux salaires. Année 2016

Tableau des cotisations sociales appliquées aux salaires. Année 2016 Tableau des cotisations sociales appliquées aux salaires Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex Dernière vérification de la fiche : 31/03/2016 Dernière mise à jour de la fiche : 31/03/2016 Tableau

Plus en détail

Comment ne pas perdre ses jours de repos? Offrez de la souplesse à vos salariés avec les passerelles temps

Comment ne pas perdre ses jours de repos? Offrez de la souplesse à vos salariés avec les passerelles temps Comment ne pas perdre ses jours de repos? Offrez de la souplesse à vos salariés avec les passerelles temps Mise à jour 26/07/2016 Comprendre les passerelles Temps PERCO Vos salariés peuvent monétiser dans

Plus en détail

NICHES SOCIALES COUR DES COMPTES

NICHES SOCIALES COUR DES COMPTES Annexe n VI NICHES SOCIALES COUR DES COMPTES AVERTISSEMENT : Cette fiche n est que la reprise du document de la Cour des Comptes (sans «sélection ni tri» des différents postes). Financement : L assiette

Plus en détail

PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2013 ET CHARGES SOCIALES 2013 L essentiel

PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2013 ET CHARGES SOCIALES 2013 L essentiel N 6 SOCIAL n 1 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 janvier 2013 ISSN 1769-4000 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2013 ET CHARGES SOCIALES 2013 L essentiel Un arrêté du 12 décembre 2012,

Plus en détail

6-4 LES PRELEVEMENTS SUR LES REVENUS DE PATRIMOINE ET DE PLACEMENT

6-4 LES PRELEVEMENTS SUR LES REVENUS DE PATRIMOINE ET DE PLACEMENT 6-4 LES PRELEVEMENTS SUR LES REVENUS DE PATRIMOINE ET DE PLACEMENT Encadré 1 : Descriptif des prélèvements assis sur les revenus de patrimoine et placement Les prélèvements sociaux sur les revenus du capital,

Plus en détail

LES CHIFFRES DE LA PAIE AU 1 er JANVIER 2012

LES CHIFFRES DE LA PAIE AU 1 er JANVIER 2012 Réf : CDG INFOS 2012-1/ ME Date : le 12 Janvier 2012 LES CHIFFRES DE LA PAIE AU 1 er JANVIER 2012 REFERENCES JURIDIQUES Arrêté du 30 décembre 2011 fixant le plafond de la Sécurité sociale Décret n 2011-1926

Plus en détail

LFSS 2011 : les mesures impactant la gestion de votre personnel du BTP

LFSS 2011 : les mesures impactant la gestion de votre personnel du BTP Dossier de synthèse Décembre 2010 LFSS 2011 : les mesures impactant la gestion de votre personnel du BTP Livre blanc Auteur : Audrey Debonnel www.editions-tissot.fr Editions Tissot SOMMAIRE Financement

Plus en détail

Un impact indirect de l inflation sur les recettes du régime général

Un impact indirect de l inflation sur les recettes du régime général 3.1 Inflation et sécurité sociale La crise financière de 2008 s est accompagnée d un fort rebond de l inflation suivi d un reflux encore plus significatif en 2009, année de quasi stabilité des prix à la

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale EPARGNE ENTREPRISE DISPOSITIF LÉGAL La Fiscalité de l Épargne Salariale LE CADRE FISCAL ET SOCIAL POUR L ENTREPRISE A - Les versements dans les dispositifs Nature du versement Charges sociales et taxes

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N Montreuil, le 16/02/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-025 OBJET : Modalités de mise en œuvre de la prime exceptionnelle «plafonnée à 1500

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Janvier 2017 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise France métropolitaine, Départements et Régions d Outre-Mer BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ 2016

DOSSIER DE PRESSE LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ 2016 LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ 2016 10 mai 2016 Communiqué de presse : les recettes de la journée de solidarité 2016 Infographie sur la journée de solidarité, p.6 Historique et mode d emploi, p.7 Quelle utilisation

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N PARIS, le 18/03/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-039 OBJET : Loi n 2008-111 du 8 février 2008 pour le pouvoir d'achat TEXTE A ANNOTER

Plus en détail

Evolutions du cadre juridique des régimes à prestations définies. à droits aléatoires (ou «retraites chapeau») DSS

Evolutions du cadre juridique des régimes à prestations définies. à droits aléatoires (ou «retraites chapeau») DSS CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 4 Bis Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Profiter de l épargne salariale

Profiter de l épargne salariale Profiter de l épargne salariale L épargne salariale regroupe un ensemble de dispositions (participation, intéressement ) en faveur des salariés dont certaines remontent au début de la V ème République.

Plus en détail

Salle LIPARI de 9h00 à 10h00

Salle LIPARI de 9h00 à 10h00 15 JUIN 2017 Salle LIPARI de 9h00 à 10h00 Consommer, épargner, se protéger : qu attendent vos salariés? Johan GERMON Avec la participation de... Nicolas DENIS Philippe ORAIN PLAN DE NOTRE INTERVENTION

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Janvier 2016 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise France métropolitaine, Départements et Régions d Outre-Mer BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS

Plus en détail

Tableau des cotisations sociales appliquées aux salaires. Année 2017

Tableau des cotisations sociales appliquées aux salaires. Année 2017 Tableau des cotisations sociales appliquées aux salaires Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex Dernière vérification de la fiche : 24/01/2017 Dernière mise à jour de la fiche : 24/01/2017 Tableau

Plus en détail

CONTRIBUTION DE SOLIDARITE

CONTRIBUTION DE SOLIDARITE Rémunération N 10 14 mars 2017 Références CONTRIBUTION DE SOLIDARITE Loi n 82-939 du 4 novembre 1982 Loi n 97-1239 du 29 décembre 1997 Décret n 82-1001 du 25 novembre 1982 Décret n 2005-31 du 15 janvier

Plus en détail

LA RETRAITE SURCOMPLEMENTAIRE DES DIRIGEANTS

LA RETRAITE SURCOMPLEMENTAIRE DES DIRIGEANTS LA RETRAITE SURCOMPLEMENTAIRE DES DIRIGEANTS 1 LA RETRAITE Objectif Permettre au bénéficiaire de préserver un niveau de vie pas trop décalé par rapport à la période d' activité Limites des régimes obligatoires

Plus en détail

Amundi Epargne Entreprise. Dossier spécial. Juridique et Fiscalité. Avec le PERCO, transformez les jours de congés en épargne retraite.

Amundi Epargne Entreprise. Dossier spécial. Juridique et Fiscalité. Avec le PERCO, transformez les jours de congés en épargne retraite. Amundi Epargne Dossier spécial Juridique et Fiscalité Avec le PERCO, transformez les jours de congés en épargne retraite Novembre 2013 Le PERCO, transformer du temps en argent pour préparer sa retraite

Plus en détail

L Observatoire Economique et Social

L Observatoire Economique et Social Synthèses Juin 2015 L Observatoire Economique et Social Les prestations légales et les cotisations sociales du régime des non-salariés agricoles en Au cours de l année, les populations de bénéficiaires

Plus en détail

NOTE D'INFORMATIONS I - MODIFICATIONS SOCIALES Augmentation du SMIC horaire brut : 9,67 A compter du 1 er Janvier 2016

NOTE D'INFORMATIONS I - MODIFICATIONS SOCIALES Augmentation du SMIC horaire brut : 9,67 A compter du 1 er Janvier 2016 NOTE D'INFORMATIONS I - MODIFICATIONS SOCIALES 2016 Augmentation du SMIC horaire brut : 9,67 A compter du 1 er Janvier 2016 Les nouvelles modalités de calcul de la réduction Fillon AU 01/01/2016 Un décret

Plus en détail

Aide mémoire des cotisations sociales

Aide mémoire des cotisations sociales Aide mémoire des cotisations sociales Livre blanc Auteur : Audrey Debonnel www.editions-tissot.fr Editions Tissot - 1 - Aide mémoire des cotisations sociales Les cotisations sociales sont des prélèvements

Plus en détail

Avantages pour les entreprises : réduction de la cotisation d allocations familiales, bénéfice du crédit impôt compétitivité

Avantages pour les entreprises : réduction de la cotisation d allocations familiales, bénéfice du crédit impôt compétitivité L ESSENTIEL A RETENIR Un taux d inflation annuel à 0,9% La TVA passe de 19,6 % à 20% au 1 er janvier 2014 (le taux intermédiaire : de 7% à 10%) Le taux horaire du SMIC fixé à 9,53 Augmentation des charges

Plus en détail

LE DIRIGEANT ET L'ENTREPRISE

LE DIRIGEANT ET L'ENTREPRISE LE DIRIGEANT ET L'ENTREPRISE RÉPARTITION SALAIRE / DIVIDENDES Paramètres de la répartition Répartition du bénéfice ditribuable Incidence sur l'i.r Revenu net immédiat Incidence sur la retraite Incidence

Plus en détail

Effet des prestations sociales Xxxx et du système fiscal sur la réduction de la pauvreté monétaire

Effet des prestations sociales Xxxx et du système fiscal sur la réduction de la pauvreté monétaire 00 02 Effet des prestations sociales Xxxx et du système fiscal sur la réduction de la pauvreté monétaire En 2013, les transferts sociaux et fiscaux diminuent le taux de pauvreté monétaire de 7,9 points.

Plus en détail

PLAFOND DE LA SÉCURITÉ SOCIALE POUR 2017 ET CHARGES SOCIALES 2017

PLAFOND DE LA SÉCURITÉ SOCIALE POUR 2017 ET CHARGES SOCIALES 2017 ISSN 1769-4000 N 18 - FORMATION n 5 Sur www.fntp.fr le 12 janvier 2017 Abonnez-vous PLAFOND DE LA SÉCURITÉ SOCIALE POUR 2017 ET CHARGES SOCIALES 2017 L essentiel Un arrêté du 5 décembre 2016, publié au

Plus en détail

Taux de cotisations au 1 er janvier Tableaux n 1 : taux de droit commun

Taux de cotisations au 1 er janvier Tableaux n 1 : taux de droit commun de cotisations au 1 er janvier 2017 sociales légales Tableaux n 1 : taux de droit commun de sécurité sociale Assurances sociales agricoles 1 Vieillesse 2 Total - Total - 12,89% 0,75% 3 13,64% - - - 1,90%

Plus en détail

Copyright DGAFP /06/ :12:32

Copyright DGAFP /06/ :12:32 Circulaire du 20 décembre 2007 relative aux modalités de mise en œuvre de la réduction de cotisations salariales de sécurité sociale prévue à l article 3 du décret n 2007-1430 du 4 octobre 2007 portant

Plus en détail

[ Entreprise & administration ] La CSG. et la CRDS sur les salaires A JOUR AU

[ Entreprise & administration ] La CSG. et la CRDS sur les salaires A JOUR AU [ Entreprise & administration ] La CSG et la CRDS sur les salaires A JOUR AU 1 er janvier 2009 La contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) sont

Plus en détail

CIRCULAIRE SG/SAFSL/SDTPS/C Date: 19 janvier 2009

CIRCULAIRE SG/SAFSL/SDTPS/C Date: 19 janvier 2009 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Secrétariat Général Service des affaires financières, sociales et logistiques Sous-Direction du travail et de la protection sociale Bureau de l'assujettissement

Plus en détail

L épargne salariale dans le BTP

L épargne salariale dans le BTP AFFAIRES SOCIALES Emploi - Protection sociale L épargne salariale dans le BTP En très bref FEVRIER 2016 Usage interne L épargne salariale dans le BTP 2 SOMMAIRE 1 - L intéressement... 3 2 - Le plan d épargne

Plus en détail

Syndicat National des Ingénieurs de l'agriculture et de l'environnement COMMENT LIRE SA FEUILLE DE PAYE

Syndicat National des Ingénieurs de l'agriculture et de l'environnement COMMENT LIRE SA FEUILLE DE PAYE Syndicat National des Ingénieurs de l'agriculture et de l'environnement COMMENT LIRE SA FEUILLE DE PAYE Mois de février 2016 : Mois de référence du paiement N d ordre : Numéro d ordre dans l édition du

Plus en détail

Cinq situations, cinq scénarios pour préparer sa retraite

Cinq situations, cinq scénarios pour préparer sa retraite Cinq situations, cinq scénarios pour préparer sa retraite Cadre dirigeant, entrepreneur, profession libérale, artisan... Les problématiques diffèrent ; les solutions aussi. Pour chacun, les pistes pour

Plus en détail

CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL PLAN FILLON. Principales mesures intéressant le patrimoine

CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL PLAN FILLON. Principales mesures intéressant le patrimoine CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL PLAN FILLON Principales mesures intéressant le patrimoine Source : extrait du communiqué de presse PRINCIPALES MESURES DETAILLEES CI-APRES Contribution exceptionnelle

Plus en détail

Chapitre 8. Les salaires

Chapitre 8. Les salaires Chapitre 8. Les salaires I ) Le composition du salaire brut Paragraphe 1. Le salaire de base Paragraphe 2. Le taux horaire et les heures supplémentaires Paragraphe 3. Les autres éléments du salaire brut

Plus en détail

Le régime des cotisations

Le régime des cotisations Le régime des cotisations 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 25 janvier 2016 Sommaire La contribution sociale

Plus en détail

Dispositions de la loi de finances rectificative pour 2012 du 16 aout 2012 n (publiée au Journal officiel du 17 aout 2012).

Dispositions de la loi de finances rectificative pour 2012 du 16 aout 2012 n (publiée au Journal officiel du 17 aout 2012). Dispositions de la loi de finances rectificative pour 2012 du 16 aout 2012 n 2012-958 (publiée au Journal officiel du 17 aout 2012). SOMMAIRE 1. Abrogation du dispositif de TVA dite «sociale»... 2 2. Suppression

Plus en détail

SOCIAL/EMPLOI/ FORMATION

SOCIAL/EMPLOI/ FORMATION Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie SOCIAL/EMPLOI/ FORMATION Date : 22/01/07 N : 04.07 LES PRINCIPAUX CHANGEMENTS AU 1 ER JANVIER 2007 1) Plafond annuel de sécurité sociale Rappel : le

Plus en détail

Financement solidaire de la santé, quelles pistes pour l avenir? Salle Sorbonne

Financement solidaire de la santé, quelles pistes pour l avenir? Salle Sorbonne Financement solidaire de la santé, Salle Sorbonne Financement solidaire de la santé, Ouverture Léonora TREHEL, présidente de la Mutualité française Ile-de-France Table ronde Joël CHENET, FSU Michel FROGER,

Plus en détail

Loi de Financement de la Sécurité sociale pour / Cotisations et contributions

Loi de Financement de la Sécurité sociale pour / Cotisations et contributions Loi de Financement de la Sécurité sociale pour 2012 1/ Cotisations et contributions 2/ Les dispositions relatives aux dépenses d assurance maladie. 3/ Les dispositions relatives aux travailleurs indépendants.

Plus en détail

Le nouveau régime est applicable à partir du 1 er janvier 2013 avec un régime transitoire pour l année 2012.

Le nouveau régime est applicable à partir du 1 er janvier 2013 avec un régime transitoire pour l année 2012. SOCIAL J u i n 2012 C I R C U L A I R E REGIME SOCIAL DES INDEMNITES DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL ET DU MANDAT SOCIAL Alors que les limites d exonération sociale en matière d'indemnités de rupture

Plus en détail

TEXTES APPLICABLES. Textes codifiés ENTREPRISES ASSUJETTIES. Généralités Liste des entreprises publiques soumises au régime légal de la participation

TEXTES APPLICABLES. Textes codifiés ENTREPRISES ASSUJETTIES. Généralités Liste des entreprises publiques soumises au régime légal de la participation I MAJ.05-2016 SOMMAIRE A - PARTICIPATION TEXTES APPLICABLES Textes codifiés A10 A10 ENTREPRISES ASSUJETTIES Liste des entreprises publiques soumises au régime légal de la participation A20 A20 A21 MODE

Plus en détail

Mesures fiscales du pacte de responsabilité et de solidarité

Mesures fiscales du pacte de responsabilité et de solidarité Mesures fiscales du pacte de responsabilité et de solidarité 1 Réduction exceptionnelle d IR en faveur des ménages modestes... 2 2 Allègement de la C3S... 3 3 Prorogation d un an de la contribution exceptionnelle

Plus en détail

Pégase 3. Le forfait social. Dernière révision le 12/03/

Pégase 3. Le forfait social. Dernière révision le 12/03/ Pégase 3 Le forfait social Dernière révision le 12/03/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...4 Définition du forfait social...4 Recouvrement...5 Taux de cotisation...5

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. La fiscalité des entreprises. 1 Le champ d application 19

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. La fiscalité des entreprises. 1 Le champ d application 19 Présentation 3 PARTIE 1 La fiscalité des entreprises Chapitre 1 La TVA 19 1 Le champ d application 19 Les assujettis et les redevables 19 Les opérations imposables 19 Les opérations exonérées 20 2 La territorialité

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1. La fiscalité des entreprises

SOMMAIRE PARTIE 1. La fiscalité des entreprises Présentation 3 PARTIE 1 La fiscalité des entreprises Chapitre 1 La fiscalité sur les actes juridiques des entreprises 19 1 Généralités sur les actes 19 2 Le coût de l enregistrement 20 Chapitre 2 Les impôts

Plus en détail

Analyse des rubriques Simplification des bulletins de paie

Analyse des rubriques Simplification des bulletins de paie Analyse des rubriques A partir du 1 er janvier 2018, le bulletin de paie remis au salarié doit respecter un nouveau modèle. Cette obligation est applicable à compter du 1 er janvier 2017 pour les employeurs

Plus en détail

LA RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

LA RETRAITE SUPPLEMENTAIRE LA RETRAITE SUPPLEMENTAIRE 1 LA RETRAITE SUPPLEMENTAIRE des O. P. A. Régime actuel : 1,24% Qui est concerné? En complément de leur régime de retraite complémentaire obligatoire par répartition, l ensemble

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N Montreuil, le 29/03/2011 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SECURISATION JURIDIQUE Référence de classement : 1. 010.04; 1.010.10;

Plus en détail

PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2011 ET CHARGES SOCIALES 2011 L essentiel

PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2011 ET CHARGES SOCIALES 2011 L essentiel N 01 SOCIAL n 01 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 janvier 2011 ISSN 1769-4000 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2011 ET CHARGES SOCIALES 2011 L essentiel Un arrêté du 26 novembre 2010,

Plus en détail

Les concours budgétaires et fiscaux au système de retraite. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les concours budgétaires et fiscaux au système de retraite. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 29 mars 2017 à 9 h 30 «Architecture du système de retraite et liens financiers entre régimes» Document N 3 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

1. Les modalités de fixation du contingent annuel

1. Les modalités de fixation du contingent annuel LOI DE MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL (20 AOUT 2008) La loi 2008-789 du 20 août 2008 assouplit le régime des heures supplémentaires ou le mécanisme d aménagement du temps de travail mais deux constantes

Plus en détail

Financement des dispositifs de solidarité au régime général. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Financement des dispositifs de solidarité au régime général. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 octobre 2012 à 14 h 30 Groupe de Travail - Séance du 17 octobre 2012-15 h «Réflexions actualisées sur les dispositifs de solidarité en matière

Plus en détail

Formation Gestion salariale. Le Bulletin de Paie

Formation Gestion salariale. Le Bulletin de Paie Formation Gestion salariale Le Bulletin de Paie Samedi 07 janvier 2017 Introduction L établissement du bulletin de paie est régi par le code du travail Articles L3243-1 / L3243-2 / L3243-3 / L3243-4 et

Plus en détail

Qu est-ce que la retraite complémentaire?

Qu est-ce que la retraite complémentaire? Chapitre 1 Qu est-ce que la retraite complémentaire? Le régime de base de la Sécurité sociale verse une retraite dont le montant est plafonné. Pour maintenir un niveau de revenu plus proche du revenu d

Plus en détail

Infos Protection Sociale

Infos Protection Sociale towerswatson.com Infos Protection Sociale Numéro 2 Août 2012 Edito 1800 milliards : telle est l estimation du déficit de la France! Les montants en jeu dépassent le sens commun et il est bon de les rappeler.

Plus en détail

ANNEXE 1 : LES EVOLUTIONS DU FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE ET SES ENJEUX ECONOMIQUES

ANNEXE 1 : LES EVOLUTIONS DU FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE ET SES ENJEUX ECONOMIQUES ANNEXE 1 : LES EVOLUTIONS DU FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE ET SES ENJEUX ECONOMIQUES I. L ÉLARGISSEMENT ET LA DIVERSIFICATION DE L ASSIETTE... 3 1.1 LA LOGIQUE BISMARCKIENNE D ORIGINE... 3 1.1.1 Un

Plus en détail

Le montant de la retraite, du brut au net

Le montant de la retraite, du brut au net https://www.lafinancepourtous.com/vie-professionnelle-et-retraite/retraite/preparer-son-depart-a-la-retraite/le Le montant de la retraite, du brut au net Le montant de la pension perçue à la retraite est

Plus en détail

PEE PERCO. Objectif : Système d épargne collectif permettant aux salariés de se constituer une épargne avec l aide financière de l entreprise.

PEE PERCO. Objectif : Système d épargne collectif permettant aux salariés de se constituer une épargne avec l aide financière de l entreprise. PEE PERCO Le plan d épargne entreprise (PEE) et le plan d épargne pour la retraite collective (PERCO) offrent la possibilité aux salariés de se constituer un portefeuille de valeurs mobilières (celles

Plus en détail

Paie Macintosh Mise en place du plafonnement de la contribution CSG/CRDS en 2012

Paie Macintosh Mise en place du plafonnement de la contribution CSG/CRDS en 2012 Le : Mercredi 4 janvier 2012 De : Sage Assistance Objet : Contribution CSG/CRDS en 2012 Paie Macintosh Mise en place du plafonnement de la contribution CSG/CRDS en 2012 Plafonnement abattement de 3 % CSG/CRDS

Plus en détail

FICHE de SYNTHESE Les sommes isolées au 1 er janvier 2009

FICHE de SYNTHESE Les sommes isolées au 1 er janvier 2009 L FICHE de SYNTHESE Les sommes isolées au 1 er janvier 2009 Depuis le 1 er janvier 2009, les sommes isolées concerne les non-cadres Les sommes isolées apparaissent, en pratique, au moment de remettre au

Plus en détail

SOCIAL: CE QUI CHANGE EN 2012

SOCIAL: CE QUI CHANGE EN 2012 SOCIAL: CE QUI CHANGE EN 2012 Voici, sous forme de «liste à la Prévert» les principales nouveautés à appréhender dès le début de l année. 1. Salaires, cotisations et contributions sociales Plafond de sécurité

Plus en détail