La vérité; le langage; la démonstration (la raison et le réel; le sujet).

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La vérité; le langage; la démonstration (la raison et le réel; le sujet)."

Transcription

1 S U J E T La vérité dépend-elle de nous? C O R R I G É Éléments d analyse NOTIONS EN JEU La vérité; le langage; la démonstration (la raison et le réel; le sujet). REMARQUES ET DIFFICULTÉS m Le sujet du devoir interroge le rapport entre la vérité et la subjectivité, voire l intersubjectivité. En effet, «la vérité dépend de nous» signifie que la vérité est subjective, c est-à-dire produite par le sujet, l individu ou la personne qui pense et exprime cette vérité. Mais le «nous» peut aussi être collectif et ainsi désigner l entente entre plusieurs sujets, l accord des esprits.

2 m Il faut dans ce devoir s interroger sur la définition de la vérité (ce qu elle est), mais aussi sur ses critères (comment la reconnaître). L idée d une «vérité subjective» est étonnante car la vérité doit renvoyer à l objectivité, c est-à-dire à la nécessité et à l universalité. C est l existence d une vérité en soi qui est en jeu. m Le thème de la vérité est lié à celui du langage puisqu il s agit de savoir dans quelle mesure ce que l on dit renvoie exactement à la réalité et n est pas une production du sujet. PRÉSUPPOSÉ La vérité s inscrit dans une relation entre un objet et un sujet de la connaissance. DÉFINITIONS m La vérité désigne dans son sens le plus général le caractère des jugements (et des propositions qui les expriment) capables de fonder un accord entre les esprits. La vérité renvoie à des choses et à ce que l on en dit. Elle désigne ainsi ce qui est, soit un fait (synonyme de réalité), soit une proposition. m «Nous» renvoie au sujet de la connaissance, à l individu qui saisit ou énonce une vérité, mais il peut renvoyer aussi à un «nous» collectif et désigner par là l accord des esprits. m Dépendre établit une relation logique de cause à effet, et renvoie à l idée que le «nous» serait une condition de possibilité de la vérité. L idée de dépendance peut également, dans un sens moins immédiat, renvoyer à l idée d asservissement, d as-sujet-issement. PROBLÈME Ou bien la vérité dépend de nous, elle est subjective, mais alors «la» vérité n existe pas puisqu il y a autant de vérités que de sujets qui l énoncent. Ou bien la vérité est indépendante de nous, elle s impose à nous, mais alors comment la reconnaître? Comment garantir, et selon quels critères, l objectivité de ce qui se présente comme étant la vérité?

3 PLAN Introduction 1 Non, la vérité ne dépend pas de nous A - La vérité n est pas l opinion: réfutation du relativisme de Protagoras B - La vérité n est pas la connaissance: un exemple dans l histoire des sciences 2 Oui, la vérité dépend de nous A - La vérité dépend de la saisie d une chose par l intellect: une définition de la vérité B - La vérité dépend d un «nous» collectif, de l accord des esprits: conventionnalisme et pragmatisme 3 La vérité n est pas un absolu A - La vérité d un phénomène est saisie par la structure a priori du sujet B - La vérité comme valeur Conclusion Corrigé (corrigé complet) Introduction 1 «Cette phrase est fausse» est la formulation la plus simple du paradoxe du menteur. Ou bien la phrase est fausse, mais alors elle est vraie, ou bien elle est vraie, mais alors elle est fausse. Cet exemple souligne le décalage qu il peut y avoir entre un énoncé et la réalité à laquelle il renvoie. La vérité se présente ici comme ce qui est formulé par une personne dans une proposition. Ainsi la vérité dépend de nous. «La vérité dépend de nous» peut signifier tout d abord qu elle dépend de chaque sujet qui l énonce, qu elle est subjective. Or s il y a autant de vérités que d individus, la communication devient impossible car chacun soliloque avec ses affirmations et ses définitions, et la vérité en soi n existe plus. La vérité dépend-elle alors d un accord des esprits, d un «nous» collectif? 1. Les titres en gras servent à guider la lecture et ne doivent pas figurer sur la copie.

4 «La vérité dépend-elle de nous?» pose le problème de la subjectivité: dans quelle mesure la réalité perçue par un sujet n est-elle pas déformée par lui? Qu est-ce qui nous garantit que «la» vérité n est pas «notre» vérité? 1. Non, la vérité ne dépend pas de nous A. La vérité n est pas l opinion: réfutation du relativisme de Protagoras Si la vérité désigne ce à quoi l on donne son assentiment, alors elle dépend de chacun d entre nous. Affirmer que la vérité dépend de nous c est dire, pour reprendre le titre d une pièce de Pirandello, «chacun sa vérité». Une telle conception relativiste est défendue par le sophiste Protagoras dans le Théétète de Platon. «L homme est la mesure de toute chose» signifie qu il n y a pas de vérité absolue mais une multiplicité de points de vue qui varient en fonction des individus, mais aussi en fonction des époques, des lieux ou des états d âme d un même individu. La vérité ne serait donc qu un ensemble d opinions. Mais Socrate démontre l impossibilité logique d une telle idée: en affirmant «à chacun sa vérité», on prétend détenir une vérité et donc, soit c est vrai mais comme ce n est valable que pour celui qui le dit cela ne vaut rien, soit c est faux et donc il existe une vérité universelle. Le simple fait de se parler nécessite que l on désigne la même chose, que l on renvoie à une chose qui existe de manière permanente indépendamment de nous, une essence. De cette manière, il existerait une vérité en soi. B. La vérité n est pas la connaissance: un exemple dans l histoire des sciences Le relativisme confond vérité et opinion. Or, par définition, la vérité ne renvoie pas qu à un simple sentiment, mais à la conformité de l objet avec l idée que l on s en fait: la vérité est signe d objectivité. Elle se distingue de l opinion dans la mesure où la conformité a été justifiée, prouvée ou démontrée. La vérité doit être universelle (valable partout) et nécessaire (valable en tout temps). La science pourrait donc être le lieu privilégié de la vérité. Mais alors, comment comprendre par exemple que la lumière fut d abord expliquée par la théorie corpusculaire de Newton puis par la théorie ondulatoire de Fresnel, pour enfin être, aujourd hui, théorisée sous forme de quanta? L histoire de la connaissance, qui est aussi l histoire de ses erreurs, ne se confond pas avec l histoire de la vérité. En effet, une connaissance qui se trouve infirmée, contredite, n était pas en réalité une vérité, mais une erreur qui pendant un temps a donné l illusion d être une vérité.

5 Conclusion et transition La vérité ne peut pas dépendre de nous car elle ne se confond pas avec les opinions, ni avec l ensemble des connaissances. Elle doit être éternelle et universelle. Cependant, une opinion peut se révéler vraie une fois prouvée, mais ce sera alors un hasard. La vérité est recherchée et approchée à travers la connaissance scientifique, mais elle n est jamais définitivement trouvée. Ainsi la vérité se présente tout d abord comme une exigence, et en ce sens elle «nous» implique aussi. 2. Oui, la vérité dépend de nous A. La vérité dépend de la saisie d une chose par l intellect: une définition de la vérité L idée de conformité se trouve dans la définition classique de la vérité, énoncée par saint Thomas d Aquin comme «adéquation entre l intellect et la chose». La vérité naît d une rencontre entre la chose à connaître et l esprit qui la saisit. Mais comment savoir que cette rencontre est une coïncidence? Une démonstration mathématique est vraie parce qu il existe une certaine cohérence entre les propositions. La loi de la chute des corps est confirmée par l expérience. L affirmation «Je pense donc je suis» est saisie par Descartes grâce à une évidence intellectuelle. Ainsi la vérité peut être matérielle ou logique et les critères pour la reconnaître sont multiples (calcul, évidences sensible ou intellectuelle ). La vérité dépend de nous, de notre intellect, de nos méthodes employées pour l établir et de la nature de la chose elle-même (logique ou matérielle). B. La vérité dépend d un «nous» collectif, de l accord des esprits: conventionnalisme et pragmatisme La vérité se décline selon différents modes et différents critères. Établir une vérité fait donc l objet de méthodes variées. Que l on préfère telle ou telle théorie géométrique pour comprendre l espace (Euclide, Riemann ), telle ou telle conception de la lumière, la vérité désigne finalement le point d accord entre les esprits d une communauté de sujets. La vérité dépend d un «nous» collectif: elle représente alors pour la communauté scientifique un ensemble provisoire de conventions concernant la méthode, l objet d étude ou encore le modèle d explication. Mais ce conventionnalisme renvoie à une conception pragmatique de la vérité : entre deux systèmes d explication, on choisit le plus pratique, celui qui augmente l efficacité de l action (pour faire des prévisions, soigner, être le moins onéreux possible ).

6 Conclusion et transition Établir une vérité relève de différentes méthodes. La vérité dépend de nous personnellement car elle engage notre capacité à pénétrer le réel, mais aussi notre faculté de raisonner, de saisir une évidence. Mais entre différentes méthodes et différents critères la vérité se distingue comme ce qui fait finalement l accord des esprits. La vérité doit aussi dépendre d un «nous» collectif, garant de l intersubjectivité. Cependant, quand ce «nous» ne fait que poser des conventions, c est la valeur même de la vérité qui est remise en cause, puisqu elle n est plus une fin en soi. 3. La vérité n est pas un absolu A. La vérité d un phénomène est saisie par la structure a priori du sujet La vérité construite par le sujet ne se confond pas avec la réalité donnée. En effet, Kant explique dans la Critique de la raison pure que la vérité dépend de la structure a priori de l esprit humain. Une connaissance est une synthèse entre une intuition de la sensibilité et un concept de l entendement qui lui donne une forme. Toute donnée de l expérience est donc saisie par des formes a priori de la sensibilité (l espace et le temps) et des catégories de l entendement. De ce fait, ce qui est appréhendé par la raison n est pas la réalité indépendante du sujet, la chose en soi, mais la réalité en tant qu elle est saisie par l expérience qu en fait l esprit humain. La vérité qui dépend de notre structure ne saisit que les phénomènes des choses. La vérité n est plus un «en soi» connaissable. B. La vérité comme valeur La connaissance avec Kant ne porte plus sur la chose en soi, mais sur le phénomène, l objet en tant qu il est perçu par un sujet. Dès lors, on ne peut plus considérer la vérité comme un absolu à atteindre puisqu elle est relative au sujet de la connaissance. On peut préférer, à la vérité et à l effort de la raison, le plaisir, le pouvoir ou l action, comme le revendique Nietzsche. Mais la valeur de la vérité ne peut se prouver, elle ne peut se baser sur elle-même. La vérité est donc un choix. La vérité dépend de nous car elle relève ainsi de notre liberté et de la définition que l on donne à la dignité humaine. Conclusion Ainsi la vérité peut dépendre de nous sans se dénaturer, sans perdre son objectivité, dans la mesure où elle dépend de la structure a priori de tout sujet. Mais cette vérité n est plus un «en soi» connaissable.

7 En ce sens, on peut soutenir que «la vérité dépend de nous» est un relativisme mais ce relativisme n est pas sceptique comme celui de Protagoras, car la connaissance existe, même si ce n est que celle des phénomènes. N étant plus considérée comme un absolu à atteindre, la vérité dépend de la volonté du sujet d en faire ou non une exigence, de lui donner ou non une valeur. Conclusion La vérité ne dépend pas de nous dans la mesure où elle se distingue des opinions et de l histoire de la connaissance. Cependant, la vérité n est pas la simple réalité. Elle n est pas une donnée qui viendrait s imprimer fidèlement dans l esprit : il y a nécessairement un travail de traduction, de représentation et de formulation. Sans être le pur produit d une invention subjective, la vérité mêle à la fois la réception d une réalité et sa transformation. Si la vérité dépend de nous, ce n est pas dans le sens où elle serait la vérité de chacun, mais c est parce qu elle dépendrait de la structure de tout sujet intelligent et capable de représenter logiquement la réalité. La raison du sujet serait alors le garant de son universalité. Ouvertures LECTURES Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, PUF, coll. «Quadrige». Friedrich Nietzsche, Par-delà le bien et le mal (I re partie), 10/18. Platon, Théétète, Flammarion, coll. «GF». Saint Thomas d Aquin, Somme théologique, Éditions du Cerf.

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Sommaire L IRONIE SOCRATIQUE 17

Sommaire L IRONIE SOCRATIQUE 17 Sommaire INTRODUCTION 13 L IRONIE SOCRATIQUE 17 L ironie est une forme détournée d humour 18 Socrate est le maître de l ironie 19 L ironie comme méthode philosophique 19 L ironie romantique 20 L ironie

Plus en détail

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est une émotion à la fois si commune et si unique que la langue française

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

Guide de conception d une épreuve écrite sous la forme d un questionnaire à choix multiples

Guide de conception d une épreuve écrite sous la forme d un questionnaire à choix multiples Guide de conception d une épreuve écrite sous la forme d un questionnaire à choix multiples Aspects pratiques Aspects pédagogiques Conseils de conception 1 Introduction Terminologie spécifique à l IEP

Plus en détail

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit?

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? - Penser : a) avoir des idées, des opinions b) raisonner,

Plus en détail

Remarques sur la présentation de M. Mehl

Remarques sur la présentation de M. Mehl International Web Meeting Remarques sur la présentation de M. Mehl Murakami Katsuzo Après avoir résumé brièvement la présentation de M. Mehl, je poserai deux questions. Ⅰ.La métaphysique en mal de monde

Plus en détail

GUIDE. Guide du bon. usagedu. La rareté ne réside plus dans la recherche d informations, mais dans la capacité à la traiter Cabinet d études Gartner.

GUIDE. Guide du bon. usagedu. La rareté ne réside plus dans la recherche d informations, mais dans la capacité à la traiter Cabinet d études Gartner. GUIDE usagedu Guide du MAIL bon La rareté ne réside plus dans la recherche d informations, mais dans la capacité à la traiter Cabinet d études Gartner. Un guide pour limiter la perte de temps éviter la

Plus en détail

La quête scientifique

La quête scientifique La quête scientifique François Bourassa - Cégep François-Xavier-Garneau «[C]e qui fait l homme de science, ce n est pas la possession de connaissances, d irréfutables vérités, mais la quête obstinée et

Plus en détail

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Exo7 Logique et raisonnements Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Quelques motivations Il est important d avoir un langage rigoureux. La langue

Plus en détail

Le travail de l Atelier Jade

Le travail de l Atelier Jade Le travail de l Atelier Jade Jacques Devillers Graphiste de l invisible Jacques Devillers naît le 4 septembre 1921 à Amiens dans une famille d architectes. Après une formation en philosophie et un passage

Plus en détail

Série - Utilisation d un rapport d accident automobile

Série - Utilisation d un rapport d accident automobile Série - Utilisation d un rapport d accident automobile La série d activités suivante vise à démontrer comment remplir un rapport d accident de véhicule automobile. Les activités s appliquent, intégralement

Plus en détail

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux 6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux Ce chapitre contient des rappels d optique géométrique et vise à faire le lien entre les notions d ondes étudiées au début du cours et l optique géométrique.

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

LA SOCIETE POLITIQUE

LA SOCIETE POLITIQUE LA SOCIETE POLITIQUE PLAN : I) L Homme est un Animal social II) Définition de la société politique par les 4 causes III) Le but et la fin de la société politique I) L Homme est un Animal social L expérience

Plus en détail

obs.4 Un modèle pour l œil exercices

obs.4 Un modèle pour l œil exercices obs.4 Un modèle pour l œil eercices Savoir son cours Mots manquants Les rayons de lumière en provenance d un objet pénètrent dans l œil, traversent plusieurs milieu transparents et forment l image de l

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL exercices

OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL exercices OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL eercices SAVOIR SON COURS ❶ Mots manquants Les rayons de lumière en provenance d un objet pénètrent dans l œil, traversent plusieurs milieu transparents et forment l image de

Plus en détail

Conseils pour utiliser efficacement PowerPoint lors d une présentation

Conseils pour utiliser efficacement PowerPoint lors d une présentation Fiche_ConseilsPresentationPowerPoint.pdf 1 Conseils pour utiliser efficacement PowerPoint lors d une présentation 1. Le contenu de la présentation Incorporez des images graphiques à vos diapositives, soit,

Plus en détail

Proposition de projet

Proposition de projet PARTIE A - Résumé du projet A.1 Identification du projet Intitulé du projet Acronyme du projet Code du projet Durée du projet (phase d exécution) Projet commencé Priorité du programme Objectif thématique

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

Convention 354.1 relative aux transports de police

Convention 354.1 relative aux transports de police Convention 354.1 relative aux transports de police du 23 juin 1909 Le Département fédéral de justice et police 1) et les directions de police de tous les cantons 2) ont arrêté la convention ci-après concernant

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

La téléphonie mobile se définit à nouveau plus fortement par ses avantages

La téléphonie mobile se définit à nouveau plus fortement par ses avantages La téléphonie mobile se définit à nouveau plus fortement par ses avantages MANAGEMENT SUMMARY RELATIF À L ÉTUDE «MONITEUR DE LA TÉLÉPHONIE MO- BILE 2006» RÉALISÉE POUR LE COMPTE DE FORUM MOBIL EN COLLABORATION

Plus en détail

Lamine Guèye Massa Makan Diabaté «L Union nationale n a pas à être construite, elle existe en fait». Léon Mba Minko Laurent Gbagbo

Lamine Guèye Massa Makan Diabaté «L Union nationale n a pas à être construite, elle existe en fait». Léon Mba Minko Laurent Gbagbo ********* "Un OUI n'a de sens que si celui qui le prononce, a la capacité de dire NON..." Lamine Guèye [1891-1968] Premier Président de l'assemblée nationale de la République du Sénégal ********* «Sourire

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot.

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. 1 Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. Depuis les années 70, les intellectuels font l éloge du droit à la différence. Derrida : «la différance» ; Deleuze : «Différence et répétition»,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : Bamco Custom Woodworking Inc. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 113 Appel n o : GE-13-2374 ENTRE : Bamco Custom Woodworking Inc. Appelant Employeur et

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

RAPPORT DE DÉFINITION DE PROJET. Cette évaluation compte pour 5 points

RAPPORT DE DÉFINITION DE PROJET. Cette évaluation compte pour 5 points RAPPORT DE DÉFINITION DE PROJET Cette évaluation compte pour 5 points 1. Mise en contexte du projet et énoncé de la problématique Aspects techniques et non techniques (environnement, santé sécurité, éthique,

Plus en détail

Lis les deux textes qui suivent et réponds aux questions. TEXTE 1 : Construction: Travailler sur du solide

Lis les deux textes qui suivent et réponds aux questions. TEXTE 1 : Construction: Travailler sur du solide Nom : Foyer : Lis les deux textes qui suivent et réponds aux questions. TEXTE 1 : Construction: Travailler sur du solide Le domaine de la construction se porte toujours bien malgré la crise : à Montréal,

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT?

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? Afin de vous éviter de vains efforts et pour vous épargner de précieuses heures de travail, voici quelques conseils qui guideront votre préparation. Travailler avec régularité

Plus en détail

Exposé des motifs. Les principaux changements par rapport au règlement grand-ducal du 15 mai 2001 sont les suivants :

Exposé des motifs. Les principaux changements par rapport au règlement grand-ducal du 15 mai 2001 sont les suivants : Projet de règlement grand-ducal ayant pour objet 1. de fixer le montant du droit d inscription à payer lors de l admission à un cours d intérêt général organisé par le Service de la formation des adultes

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Elle accompagne les entrepreneurs, les gestionnaires et les équipes pour résoudre les défis liés à leur rôle.

Elle accompagne les entrepreneurs, les gestionnaires et les équipes pour résoudre les défis liés à leur rôle. LES MÉTAPROGRAMMES CARINE BURNOT EST UNE COACH PROFESSIONNELLE CERTIFIÉE PNL* UNE FORMATRICE AGRÉÉE UNE ENSEIGNANTE CERTIFIÉE PNL* DONNER DU SENS Elle accompagne les entrepreneurs, les gestionnaires et

Plus en détail

( ) Exercice 1 : On donne le programme de calcul suivant :

( ) Exercice 1 : On donne le programme de calcul suivant : Exercice : On donne le programme de calcul suivant : ) Montrer que si le nombre choisi au départ est, on obtient comme résultat 8. ) Calculer la valeur exacte du résultat obtenu lorsque : a) Le nombre

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS ET RÉPONSES SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS CONFORMÉMENT AU RÈGLEMENT ADMINISTRATIF 7.

FOIRE AUX QUESTIONS ET RÉPONSES SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS CONFORMÉMENT AU RÈGLEMENT ADMINISTRATIF 7. ANNEXE 1 FOIRE AUX QUESTIONS ET RÉPONSES SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS CONFORMÉMENT AU RÈGLEMENT ADMINISTRATIF 7.1 IDENTIFIER LE CLIENT 1. Dans quelles circonstances

Plus en détail

Partie II les outils, page 38, 31 : Abaque de Devilliers

Partie II les outils, page 38, 31 : Abaque de Devilliers LA PHYSIQUE DANS LES STAGES "PERMIS À POINTS" Les stages permis à points rencontrent un grand succès. Au programme de ces stages, une séquence est obligatoirement consacrée aux lois physiques de l automobile.

Plus en détail

ACHAT D UN TERRAIN Fiche professeur

ACHAT D UN TERRAIN Fiche professeur Fiche professeur NIVEAU Classe de 5 ème MODALITES DE GESTION POSSIBLES Travail individuel ou en binôme 1 ère étape : distribution, lecture et compréhension du sujet 2 ème étape : temps de recherche des

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail

Guide des normes graphiques

Guide des normes graphiques Guide des normes graphiques Table des matières Mot de la directrice générale 1 L identification visuelle page 04 1.1 La sémiologie page 05 1.2 Les composantes page 06 2 L identification officielle page

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

La beauté du geste. Frédéric VENGEON

La beauté du geste. Frédéric VENGEON La beauté du geste Frédéric VENGEON La peinture n'est pas un art de la représentation, où se donne la figuration d'une histoire dont il faut décrypter le sens, mais un art de l'intensification, où s'affirme

Plus en détail

Outil d autoévaluation pour améliorer la qualité d un service de garde en milieu scolaire

Outil d autoévaluation pour améliorer la qualité d un service de garde en milieu scolaire Outil d autoévaluation pour améliorer la qualité d un service de garde en milieu scolaire Matériel disponible et marche à suivre Description des questionnaires Il y a six types de questionnaires d évaluation

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Activités privées de sécurité

Activités privées de sécurité cerfa N 13851*01 Activités privées de sécurité Demande d autorisation préalable afin d accéder à une formation délivrant l aptitude professionnelle d agent privé de sécurité Demande d autorisation provisoire

Plus en détail

TABLEAU SYNTHÈSE DES STRATÉGIES POUR RAISONNER SA LECTURE

TABLEAU SYNTHÈSE DES STRATÉGIES POUR RAISONNER SA LECTURE TABLEAU SYNTHÈSE DES STRATÉGIES POUR RAISONNER SA LECTURE AVANT PLANIFIER SA LECTURE < se donner une intention de lecture < prédire, anticiper < activer ses connaissances antérieures sur la tâche, le type

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

Consolidation de fondamentaux

Consolidation de fondamentaux Consolidation de fondamentaux Introduction aux Sciences de l Information et de la Communication Consolidation - Stéphanie MARTY - 2009/2010 1 Consolidation de fondamentaux Démarche en sciences humaines

Plus en détail

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE Introduction Le concept de condition nécessaire est largement utilisé en philosophie, quelquefois explicitement pour définir d autres concepts importants.

Plus en détail

CV, les clés de la réussite

CV, les clés de la réussite CV, les clés de la réussite Robert Half a recensé les astuces et les méthodes pour rédiger un CV gagnant Premier contact avec le futur recruteur ou employeur (cabinet de recrutement, agence d intérim,

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

Comment revaloriser l enseignement qualifiant?

Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Adam Patrick Charlot Celine Nava Diego Scaramozzino Pauline Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Principes de politique et d organisation scolaire Titulaires : M. Demeuse, N. Friant 3 e Bachelier

Plus en détail

Le kit du chef de projet

Le kit du chef de projet Hugues Marchat Le kit du chef de projet Quatrième édition, 2001, 2003, 2008, 2010. ISBN : 978-2-212-54731-3 CINQUIÈME PARTIE Labellisation du chef de projet Comme indiqué en introduction, il est désormais

Plus en détail

Philosophie Ressources pour les étudiants en classes préparatoires et Licence

Philosophie Ressources pour les étudiants en classes préparatoires et Licence Philosophie Ressources pour les étudiants en classes préparatoires et Licence 2012-2013 - 2 - Table des matières LA PRESSE... 4 VOCABULAIRE ET DICTIONNAIRES... 4 LES ŒUVRES PHILOSOPHIQUES... 5-3 - LA PRESSE

Plus en détail

Plénière 1 / Le retour sur investissement, nouveau paradigme de la communication? Mythes et réalités

Plénière 1 / Le retour sur investissement, nouveau paradigme de la communication? Mythes et réalités Plénière 1 / Le retour sur investissement, nouveau paradigme de la communication? Mythes et réalités Ce document est la synthèse de la conférence, réalisée et diffusée en direct par : Le retour sur investissement,

Plus en détail

La responsabilité dans le cadre des relations précontractuelles

La responsabilité dans le cadre des relations précontractuelles La responsabilité dans le cadre des relations précontractuelles MODÉRATEUR : Eric Simard Fasken Martineau PANÉLISTES : Jean-Louis Baudouin Fasken Martineau Éric Boucher Garda Frédéric Gilbert Fasken Martineau

Plus en détail

La Solidarité, une urgence perpétuelle

La Solidarité, une urgence perpétuelle La Solidarité, une urgence perpétuelle Conférence-débat présentée par la MAIF avec La Solidarité, une urgence perpétuelle L idée que tous les hommes sont engagés dans la même aventure n est pas nouvelle.

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole. et les associations

La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole. et les associations fonda 18, rue de Varenne 75007 Paris tel : 01 45 49 06 58 fax : 01 42 84 04 84 fonda@wanadoo.fr www.fonda.asso.fr La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole et les associations Présentation

Plus en détail

Bienvenue à notre sondage en ligne pour l examen du Code canadien de déontologie professionnelle des psychologues

Bienvenue à notre sondage en ligne pour l examen du Code canadien de déontologie professionnelle des psychologues Bienvenue à notre sondage en ligne pour l examen du Code canadien de déontologie professionnelle des psychologues Conformément à l engagement de la Société canadienne de psychologie (SCP) d effectuer des

Plus en détail

DECLARATION DE SOUS-TRAITANCE 1

DECLARATION DE SOUS-TRAITANCE 1 MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES DC4 DECLARATION DE SOUS-TRAITANCE 1 Le formulaire DC4 est un modèle de déclaration

Plus en détail

L A REDACTION D UN RAPPORT SCIENTIFIQUE

L A REDACTION D UN RAPPORT SCIENTIFIQUE FACULTE POLYTECHNIQUE DE MONS GROUPE MINES Résumé N OTE POUR LES ETUDIANTS Ce document est une compilation de règles et de conseils applicables à la rédaction de documents techniques. L étudiant y trouvera

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec Exemple de sujet de travaux pratiques de physique proposé au concours Centrale- Supélec. La colonne de gauche donne le texte tel qu il est soumis au candidat. En regard, à droite, figurent les savoir-faire

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

CANDIDATURE LICENCE 3 - MASTER 1 - MASTER 2 ANNE UNIVERSITAIRE 2015 2016

CANDIDATURE LICENCE 3 - MASTER 1 - MASTER 2 ANNE UNIVERSITAIRE 2015 2016 1/7 CANDIDATURE LICENCE 3 - MASTER 1 - MASTER 2 ANNE UNIVERSITAIRE 2015 2016 L Institut Universitaire Professionnalisé Couleur Image Design a pour vocation de former des spécialistes des Arts Appliqués

Plus en détail

Sylvie Azoulay-Bismuth ÊTRE UN PRO DE L E-MAIL. 7 étapes pour rédiger des e-mails efficaces. Groupe Eyrolles, 2014 ISBN : 978-2-212-55698-8

Sylvie Azoulay-Bismuth ÊTRE UN PRO DE L E-MAIL. 7 étapes pour rédiger des e-mails efficaces. Groupe Eyrolles, 2014 ISBN : 978-2-212-55698-8 Sylvie Azoulay-Bismuth ÊTRE UN PRO DE L E-MAIL 7 étapes pour rédiger des e-mails efficaces, 2014 ISBN : 978-2-212-55698-8 Sommaire Juste un petit mot... 11 Étape 1 IDENTIFIEZ LES RÈGLES ET LES CODES DE

Plus en détail

1 - Le projet professionnel. de recherche d emploi. d. sa lettre de motivation? 5 - L entretien de recrutement.

1 - Le projet professionnel. de recherche d emploi. d. sa lettre de motivation? 5 - L entretien de recrutement. 1 - Le projet professionnel. 2 - La démarche d de recherche d emploi. d 3 - Comment réaliser r son C.V.? 4 - Comment réaliser r sa lettre de motivation? 5 - L entretien de recrutement. La lettre de motivation

Plus en détail

Culture scientifique et technologique

Culture scientifique et technologique Socle commun de connaissances et de compétences Collège Culture scientifique et technologique - Banque de situations d apprentissage et d évaluation - Ce document peut être utilisé librement dans le cadre

Plus en détail

OPINION DISSIDENTE DE M. ANDERSON

OPINION DISSIDENTE DE M. ANDERSON OPINION DISSIDENTE DE M. ANDERSON [Traduction] Ayant émis une opinion dissidente sur plusieurs points de l arrêt, je voudrais, dans le peu de temps disponible, expliquer les motifs sur lesquels repose

Plus en détail

Opinion des élèves au sujet des absences à l école

Opinion des élèves au sujet des absences à l école Opinion des élèves au sujet des absences à l école Garçon Fille Date Âge Encercle ce qui correspond à ton niveau scolaire. Sec. régulier 1 re sec. 2 e sec. 3 e sec. 4 e sec. 5 e sec. Sec. adapté : CMA

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES SERVICES PERISCOLAIRES

REGLEMENT INTERIEUR DES SERVICES PERISCOLAIRES REGLEMENT INTERIEUR DES SERVICES PERISCOLAIRES RESTAURANTS SCOLAIRES, GARDERIES ET TEMPS D ACTIVITES PERISCOLAIRES Introduction La commune de Bassens organise les services périscolaires : restaurants,

Plus en détail

UE CMP Concepts et Méthodes de la Physique

UE CMP Concepts et Méthodes de la Physique UE CMP Concepts et Méthodes de la Physique Cours 2 EVOLUTION TEMPORELLE (1) 0 Organisation de l UE 0 - Une expérience pendant le cours 1 Introduction : la notion de système 2 Evolution temporelle linéaire

Plus en détail

PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN

PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN LES FONDAMENTAUX PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER SOMMAIRE UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER 03 UNE FAÇON DE FAIRE 04 UNE CULTURE UNIQUE 06

Plus en détail

Nous les transcrivons fidèlement afin qu à votre tour vous puissiez juger du talent des unes et des autres!

Nous les transcrivons fidèlement afin qu à votre tour vous puissiez juger du talent des unes et des autres! Collège International de Cannes. Concours de «La plus belle lettre de l alphabet» 2014 Ah! La lettre! Comme chaque année notre grand jury, composé de Messieurs DICTIONNAIRE, ORTHOGRAPHE et De BEAULANGAGE

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

EXERCICE. 4 Typologie de stratégies. Les décisions stratégiques en marketing THÈME 2

EXERCICE. 4 Typologie de stratégies. Les décisions stratégiques en marketing THÈME 2 THÈME 2 Les décisions stratégiques en marketing EXERCICE 4 Typologie de stratégies L entreprise Belle Pomme commercialise du jus de pomme. Ce sont les meilleures pommes de la région, grâce au partenariat

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

Faut-il tout démontrer?

Faut-il tout démontrer? Faut-il tout démontrer? Introduction et énoncé du problème L acte de démontrer consiste à mettre en ordre logique, à disposer de façon rationnelle et déductive des propositions afin d assurer que la conclusion

Plus en détail

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT Par le Pr Abbé Louis MPALA Mbabula Il n est un secret pour personne que la rédaction du projet de DEA et de THESE pose problème. Voilà pourquoi nous tenterons de donner

Plus en détail

COMMENTAIRES DU CdCF CONCERNANT LA PROPOSITION DU GROUPEMENT DES CARTES BANCAIRES «CB» RELATIVE AU TBTB

COMMENTAIRES DU CdCF CONCERNANT LA PROPOSITION DU GROUPEMENT DES CARTES BANCAIRES «CB» RELATIVE AU TBTB E 22 Juin 2012 COMMENTAIRES DU CdCF CONCERNANT LA PROPOSITION DU GROUPEMENT DES CARTES BANCAIRES «CB» RELATIVE AU TBTB L Autorité de la concurrence dans le cadre de la procédure 09/0017F-10/0008F concernant

Plus en détail

I La conservation des dossiers médicaux répond à un triple intérêt :

I La conservation des dossiers médicaux répond à un triple intérêt : mai 2009 DOSSIERS MEDICAUX CONSERVATION ARCHIVAGE Article 45 (article R.4127-45 du code de la santé publique) «, le médecin doit tenir pour chaque patient une fiche d'observation qui lui est personnelle

Plus en détail

o santé Le secret d une complémentaire moins chère : des garanties essentielles, pas de superflu, 100% en ligne [ Santé ] [ Prévoyance profession

o santé Le secret d une complémentaire moins chère : des garanties essentielles, pas de superflu, 100% en ligne [ Santé ] [ Prévoyance profession PERSONNES [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS [ Santé ] [ Prévoyance profession [ Prévoyance particulier o santé [ Mobilité ] [ Assurance de prêt ] [ Patrimoine ] Le secret d une complémentaire moins

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Le statut juridique de l archivage électronique : questions choisies

Le statut juridique de l archivage électronique : questions choisies Le statut juridique de l archivage électronique : questions choisies 05.06.2014 Brussels London - www.liedekerke.com Bernard VANBRABANT, Counsel Kirsten VAN GOSSUM, Associate Amandine PHILIPPART DE FOY,

Plus en détail

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique Collège des Bernardins, Séminaire sur l Altérité Département Judaïsme et Christianisme Séance du 13 janvier 2011 Intervenant et compte rendu : Sophie NORDMANN Sujet de la séance Le rapport au prochain

Plus en détail