Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse :"

Transcription

1 Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Sensibilité, limite de détection faible ( fento mole dans certaines conditions ) Variétés des applications : analyses chimiques quantitative et qualitative réaction ions molécule, cinétique des réactions. Progrès technologique rapide 1

2 Spectrométrie de masse Introduction -Principes - Un spectromètre comprend : - Système d introduction ( GC, LC, sas d intro direct, ) - Source d ionisation - Analyseur ( un ou plusieurs ) - Détecteur pour compter les ions - Système de traitement de donnée Introduction, GC, LC Ionisation, EI, CI ESI, APCI FAB, Analyseur SQ D,TQD, EB, TOF Détecteur Logiciel 2

3 Spectrométrie de masse Introduction -Principes Principes de la MS : 1er étape : Produire des ions La quantité de fragments produit dépend de la «force» de l ionisation Les ions sont ensuite séparés d après leur masse et leur charge dans le système dispersif Ils sont ensuite détectés. Introduction, GC, LC Ionisation, EI, CI ESI, APCI FAB, Analyseur SQ D,TQD, EB, TOF Détecteur Logiciel 3

4 Spectrométrie de masse Analyse de Biomolécules - Electrospray (ESI) 4

5 Ion moléculaire ou pseudo-moléculaire Electrospray Ion pseudo-moléculaire : En mode positif : ajout d un proton sur M : (M+H) + (masse : M+1, charge+1) En mode négatif : perte d un proton : (M-H) - (masse : M-1, charge -1)

6 1. Massifs isotopiques Isotopes : atomes d un même élément qui contiennent un nombre identique de protons mais un nombre différent de neutrons Abondance isotopique = pourcentage des isotopes d un élément dans la nature Masse moyenne pondérée (MM) = Masse atomique apparaissant sur le tableau périodique et qui tient compte des isotopes et de leur abondance Exemple : nbre de nbre de protons : nucléons : nbre nbre de nbre masse abondance abondance atomique masse neutrons isotopique en % (1) relative (2) Chlore = 18 34,97 75,8% 100 Chlore = 20 36,97 24,2% 32,5 Masse moyenne pondérée du chlore = (0,758 * 34,97 uma) + (0,242 * 36,97 uma) = 35,454 uma (1) = nombre moyen d isotope cité pour 100 atomes de l élément (2) = nombre moyen d isotope cité pour 100 isotopes majoritaires 6

7 Principaux isotopes en chimie organique Elément isotope % Masse isotopique isotope % Masse isotopique isotope % Masse isotopique Masse moyenne C 12 C C H 1 H H N 14 N N O 16 O O O S 32 S S S F 19 F Cl 35 Cl Cl Br 79 Br Br

8 Calcul de masses exactes Soit la molécule d eicosane C 20 H 42 : nbre masse masse A isotopique moyenne Hydrogène Hydrogène Carbone Carbone Masse exacte M : ( 12 C 1 20 H 42 ) (20 * ) + (42 * ) = 282,33 Masse exacte M+1 avec un 13 C : (19 * ) + (1 * ) + (42 * ) = 283,33 Masse exacte M+1 avec un 2 H : (20 * ) + (41 * ) + (1 * ) = 283,33 Masse moyenne : (20 * ) + (42 * ) = 282,55 La différence entre masse exacte M et masse moyenne MM augmente avec la taille de la molécule : entre MM et M = ± 1 Da / 1500 Da

9 Calcul de l abondance relative des satellites isotopiques M+1, M+2 pour des petites molécules Type d élément Caractéristiques Exemple Abondance relative du 2 ème isotope* 1! Isotope ou F - Q plusieurs isotopes I - dont un est majoritaire P - (A > 99,9%) H 0,015 Q+1 Isotope M+1 C 1,08 non négligeable N 0,37 * Abondance de l isotope majoritaire = 100 O 0,2 Q+2 Isotope M+2 S 4,43 non négligeable Cl 31,98 Br 97,28 Satellite M+1 : M+1 (1,08. Nombre de C) + ( 0,37. Nombre de N ) M 100 Satellite M+2 : M+2 (31,98. Nombre de Cl) + ( 4,43. Nombre de S ) + M 100 analyse de spectres de masse 9

10 Massifs isotopiques complexes Exemple : Allure du massif isotopique de molécules contenant 2 Cl, 3 Cl, 4 Cl

11 En Conclusion : Chaque formule brute est associée à un massif isotopique qui lui est propre Pour des molécules de masse < 500 Da : L abondance des pics «M+1» renseigne sur le nombre d éléments Q+1 : M+1/M (1,08. Nombre de C) + ( 0,37. Nombre de N ) /100 L abondance des pics «M+2» et suivants renseigne sur la présence d éléments Q+2 (S, Si, Se, Cl, Br) ainsi que le nombre de ces atomes : analyse de spectres de masse 11

12 ! Le nombre de formules brutes dont la masse est comprise entre deux valeurs données augmente avec la masse de l entité Formules brutes* contenant 12 C, 1 H, H, N et O entre et : Formules brutes* contenant Oentre 12 C, 1 H, 14 N et et : CO : N 2 : CH 2 N : * C 2 H 4 : La capacité d un spectromètre à distinguer une masse x d une masse y dépend de la résolution

13 Résolution = m / m m = différence de masse correspondant à deux pics adjacents tout juste séparés m = masse du premier pic (ou moyenne des masses des deux pics) Dès lors, un spectromètre dont la résolution est de 2000 peut séparer des pics situés à des valeurs m/z de 2000 et 2001 (ou de 200 et 200,1 ou de 20,00 et 20,01) Si la résolution est suffisante, on peut alors associer une masse donnée à une seule formule brute Deux pics sont séparés si la profondeur de la vallée qui les sépare ne dépasse pas une fraction donnée de la hauteur du pic le moins intense (généralement 10% pour la haute résolution et 50% pour la basse résolution) Autre définition (pour un pic isolé) = résolution FWHM : m = largeur à mi-hauteur. Définition plus flatteuse : résolution FWHM / résolution à 10% = 2,2 Remarque : Un autre paramètre important de l analyseur est l exactitude en masse càd la précision, ou plus exactement la justesse des rapports m/z mesurés. Elle dépend de la stabilité et du pouvoir de résolution de l analyseur. analyse de spectres de masse 13

14 Résolution = m / m Remarque : Un autre paramètre important de l analyseur est l exactitude en masse càd la précision, ou plus exactement la justesse des rapports m/z mesurés. Elle dépend de la stabilité et du pouvoir de résolution de l analyseur. analyse de spectres de masse 14

15 Basse Résolution et Haute Résolution Entités identiques dont l une contient un 13 C Formule Brute : Masse exacte M m R = m/ m 12 C 1 H 4 16, C 1, H 4 17, C 2571 H N O 32 * 77 S ,6377 1, C 12 C 2561 H N O 32 * 77 S ,6401 Spectromètre HR ou BR? BR HR 14 N 2 28, C 1 2 H 4 28,0312 0, BR Entités mais de masses très proches 12 C 14 9 N 16 4 O 180, C 1 11 H 14 2 N 16 O 2 180,0085 0, HR 12 C 2571 H N O 32 * 77 S , C 2591 H N O S ,6390 0, Impossible à séparer Les spectromètres commerciaux actuels peuvent avoir une résolution allant jusque HR = haute résolution : R de l ordre de BR = Basse résolution : R de l ordre de 10 3 * Insuline analyse de spectres de masse 15

16 En Conclusion : La résolution détermine la capacité d un spectromètre de masse à différencier deux masses : R = m / m Pour des molécules de masse < 1000 Da : Les spectromètres à haute résolution permettent d associer une masse donnée à une formule brute Pour des molécules de masse > 1000 Da Ce n est plus le cas. A haute résolution et selon la taille de la molécule, on peut parfois distinguer les satellites isotopiques ( m = 1) NB : N oubliez pas que l analyse des massifs isotopiques est une aide précieuse dans l attribution d une formule brute

17 Spectrométrie de masse Quantification La sensibilité = recherche de la limite de détection(lod) et Quantification (LOQ). En analyse Qualitative, la LOD est la quantité minimal d échantillon nécessaire à l obtention d un spectre de masse de qualité. En analyse Quantitative la LOD est la quantité minimal détectable d une molécule par rapport au bruit de fond. LOD = 3 S/N LOQ = 10 S/N Plusieurs paramètres conditionnent la LOQ : - Paramètre de source du spectromètre de masse - La technique d ionisation - les solvants et tampon en ESI 17

18 Spectrométrie de masse Analyse de Biomolécules 18 MRM, des limitations 1. La molécule doit s ioniser, surtout en ESI 2. La molécule doit fragmenter, mais pas trop 3. Linéarité de 4 ordres de grandeurs ( TOF) jusqu à 6 (TQD ) 4. Précision des mesures : 10% 5. LOD, LOQ variable en fonction des molécules, des appareils ( 20 pg pour la carnitine sur TQD Waters de 2000), inférieur sur une Maxis Q-TOF de Répétabilité des aires : mauvais d un jour à l autre 1. lié à l encrassement 2. Effet matrice en ESI ( pas en EI ). On préfère toujours la solution de l étalon interne à la courbe de calibration externe Idéalement, l étalon interne est la molécule marqué iso topiquement ( Testostérone D3, Carnitine D3.

19 Spectrométrie de masse Quantification La spectrométrie de masse apporte : - Spécificité - La sensibilité La spécificité est obtenu par : - La préparation de l échantillon pour séparer la molécule cyble des interférences. - Le spectromètre de masse en lui même La sensibilité est obtenu par : - La technologie employée - Les modes du spectromètre de masse 19

20 Spectrométrie de masse La spécificité est obtenu par : - La purification de l échantillon Quantification - Extraction ( liquide liquide ) - SPE / MIP - La dérivatisation : augmentation du poids de la molécule d intêret et ciblage d ion caractéristique de masse supérieur. - Le spectromètre de masse. - Augmenter la résolution - R= 2000 TQD - R= Q-TOF - - mode SRM ( Single Reaction Monitoring ). 20

21 Quantitatif 1. Etablir une courbe de calibration avec toujours la même quantité d étalon interne. 2. Concentré l échantillon avec la même quantité d étalon interne que pour la calibration 3. Comparer le rapport A Atrazine / A IS pour obtenir la quantité d étalon interne.

22 Quantitatif Cpd # Formula RT Mass [M+H]+ DEDIA C3H4N5Cl DIA C5H8N5Cl DEA C6H10N5Cl ATRAZINE C8H14N5Cl ATRAZINE-D5 C8H9D5N5Cl

23 Qualitatif 1. Définir les paramètres optimaux de sources. 2. Réaliser la Courbe de calibration 1. Toujours la même quantité d étalon interne dans les 200µl 2. Faire varier la quantité d atrazine de 20ng ( limite haute de la réglementation) ng ng 5. 5 ng 6. 1 ng ng pg pg 3. Comparer le rapport de l aire de l atrazine / Aire de l atrazine D5 après extraction en HR-MS

24 Spectre Produit de l Atrazine à Ce =5, 19,33,47 ev

25 Spectre Produit de l Atrazine-D5 à Ce =5, 19,33,47 ev

26 Transition M.R.M pour l ATRAZINE et son étalon interne MRM Compound Name ISTD? Precursor Ion MS1 Res Product Ion MS2 Res Dwell Fragmentor Collision Energy Cell Accelerator Voltage Polarity ATRAZINE-D5 True Unit Unit Positive ATRAZINE-D5 True Unit 69.1 Unit Positive ATRAZINE False Unit Unit Positive ATRAZINE False Unit 104 Unit Positive

27 HPLC : colonne type C x 100 mm, 2.6µm Debit 300µl/min Temps B% Débit Solvant A H2O 5mM Acétatate d'ammonium µl/min Solvant B Méthanol µl/min µl/min µl/min µl/min µl/min QQQ. Vcap 3500 V GAS Temp 350 C Drying gaz 12 L/min Nebuliseur 45 psi Fragmenteur 120 V ESI Positif

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse :

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Sensibilité, limite de détection faible ( fento mole dans certaines conditions ) Variétés des applications : analyses chimiques

Plus en détail

Analysis of Triazine Pesticides in Drinking Water Using LC-MS/MS (EPA Method 536.0)

Analysis of Triazine Pesticides in Drinking Water Using LC-MS/MS (EPA Method 536.0) Application Note: 434 Analysis of Triazine Pesticides in Drinking Water Using LC-MS/MS (EPA Method 536.0) Jonathan Beck, Thermo Fisher Scientific, San Jose, CA, USA Key Words Drinking Water Analysis Herbicides

Plus en détail

Spectrométrie de masse. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectrométrie de masse. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectrométrie de masse Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectrométrie de masse I. Généralités. Technique analytique permettant de séparer

Plus en détail

Informations pour la présentation des données expérimentales

Informations pour la présentation des données expérimentales Informations pour la présentation des données expérimentales Sommaire 1. SPECTROMÉTRIE DE RMN... 1 2. SPECTROMÉTRIE DE MASSE... 1 2.1. Instrument... 1 2.1.1. VARIAN MAT 311 - Source impact électronique

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Cyril BARSU Laboratoire de Chimie Département des sciences de la matière Spectrométrie de masse - Actuellement, le secteur le plus dynamique

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse ENCPB, 2012 1 Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques du néon 20 et 22 (gaz). (Prix Nobel en 1906) 1938 : Premier spectre de masse d'une molécule

Plus en détail

Ionisation Chimique à Pression Atmosphérique

Ionisation Chimique à Pression Atmosphérique UNIVERSITE D ANGERS Institut Supérieur de la Santé et des Bioproduits d Angers 16, Bd Daviers, 49045 ANGERS Cedex L2 Ingénierie et Management de la Santé Spectrométrie de masse Ionisation Chimique à Pression

Plus en détail

Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse

Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse DOSSIER D APPELS D OFFRES Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse Laboratoire Biomolécules et Biotechnologies Végétales Faculté

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse Principe Ionisation-Séparation-Détection Analyse d un échantillon pur : chromatographie préalable puis : Vide Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques

Plus en détail

La masse atomique. il est impossible de peser un seul atome, mais on peut facilement établir la masse relative d un atome par rapport à un autre

La masse atomique. il est impossible de peser un seul atome, mais on peut facilement établir la masse relative d un atome par rapport à un autre La stoechiométrie La masse atomique il est impossible de peser un seul atome, mais on peut facilement établir la masse relative d un atome par rapport à un autre on doit établir un étalon: un atome de

Plus en détail

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques Plan du cours 1. Généralités sur l analyse chimique 2. Préparation de l échantillon 3. Analyse des métaux 4. Analyse des polluants inorganiques 5. Analyse des polluants organiques 6. Assurance qualité

Plus en détail

PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales

PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales Structuralis est agréé Crédit Impôt Recherche pour l ensemble des prestations décrites. 1-Prestations RMN Les prestations ci-après sont considérées

Plus en détail

Responsable de la formation :

Responsable de la formation : La faculté des Sciences Pharmaceutiques de Toulouse propose la formation suivante : DU «TECHNIQUES CHROMATOGRAPHIQUES APPLIQUEES A LA BIOLOGIE HUMAINE» Année 2015-2016 Lieu : TOULOUSE Responsable de la

Plus en détail

Recherche large spectre de pesticides dans les denrées alimentaires

Recherche large spectre de pesticides dans les denrées alimentaires Recherche large spectre de pesticides dans les denrées alimentaires SEP 2007 20-22 Mars 2007 - Grenoble Patrick EDDER - Didier RTELLI Emmanuelle CGARD spco@etat.ge.ch 0.07.2007 - Page 1 (R)évolution des

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Composés perfluorés PFCs Méthode d analyse dans les biotes

Composés perfluorés PFCs Méthode d analyse dans les biotes Composés perfluorés PFCs Méthode d analyse dans les biotes Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Fernandez-Sanjuan M., Meyer J., Damasio J., Faria M., Barata

Plus en détail

Métrologie de l environnement

Métrologie de l environnement Métrologie de l environnement Méthodes d analyse de l arsenic au laboratoire Patrick Thomas Département Eaux & Environnement Institut Pasteur de Lille L arsenic L arsenic appartient au groupe Va de la

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

Université Joseph Fourier. Département Licence Sciences & Technologie RAPPORT DE STAGE

Université Joseph Fourier. Département Licence Sciences & Technologie RAPPORT DE STAGE Université Joseph Fourier Département Licence Sciences & Technologie RAPPORT DE STAGE «Analyses de molécules de natures variées par spectrométrie de masse» LECOCQ Chloé Laboratoire d accueil : ICMG Directeur

Plus en détail

Spectrométrie de masse

Spectrométrie de masse 1 Principe Technique fondée sur la mesure du rapport masse sur charge d ions en phase gazeuse obtenus à partir d un analyte. m z (avec z 1) Les ions (+ ou -) formés dans la source de l appareil sont accélérés,

Plus en détail

Notions de spectrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C

Notions de spectrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Préparation à l agrégation de Chimie Cyril Barsu ENS Lyon 2005/2006 Notions de spectrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C I Spectrométrie de masse 1 Principe a Le spectromètre de masse b Principe

Plus en détail

SMC5 / Méthodes Spectroscopiques d Analyse Evaluation 2 / Durée : 1 h 30

SMC5 / Méthodes Spectroscopiques d Analyse Evaluation 2 / Durée : 1 h 30 UNIVERSITE MOHAMMED V Année 2014 / 2015 FACULTE DES SCIENCES Session normale SMC5 / Méthodes Spectroscopiques d Analyse Evaluation 2 / Durée : 1 h 30 Document permis : Tables RMN 1 H Barême : I : 5 pts

Plus en détail

CHAPITRE V SPECTROMETRIE DE MASSE

CHAPITRE V SPECTROMETRIE DE MASSE CHAPITRE V SPECTROMETRIE DE MASSE I -INTRODUCTION Spectrométrie de masse : technique d'analyse Détecter et identifier des molécules par mesure de leur masse Caractériser la structure chimique des molécules

Plus en détail

Analyse des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)

Analyse des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) Mon carnet analytique Analyse des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) Chromatographie en phase liquide (SPE en ligne) Chromatographie en phase gazeuse SPE en ligne : optimisez la préparation

Plus en détail

SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages?

SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages? 30 e colloque ACORATA 15 mai 2014 SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages? Diane Dufour Pr Guilloteau, Dr Collet, Pr Emond Laboratoire Médecine Nucléaire In-Vitro CHRU Tours

Plus en détail

Dossier de validation de l analyse multiélémentaire dans les liquides de migration suite au contact avec des ustensiles métalliques (CoE)

Dossier de validation de l analyse multiélémentaire dans les liquides de migration suite au contact avec des ustensiles métalliques (CoE) P. : 1/11 Table des matières 1 Processus de validation...1 2 Validation...2 2.1 Exactitude...2 2.1.1 Critère d acceptation :...2 2.1.2 Résultats :...2 2.1.3 Conclusion :...5 2.2 Fidélité...5 2.2.1 Critère

Plus en détail

Méthodologie pour l identification de composés organiques dans les échantillons environnementaux par UPLC-Qtof : du monitoring ciblé au screening

Méthodologie pour l identification de composés organiques dans les échantillons environnementaux par UPLC-Qtof : du monitoring ciblé au screening Méthodologie pour l identification de composés organiques dans les échantillons environnementaux par UPLC-Qtof : du monitoring ciblé au screening Soulier Coralie, Togola Anne Contexte > De nombreux composés

Plus en détail

Désolvatation et ionisation de molécules biologiques par électronébullisation

Désolvatation et ionisation de molécules biologiques par électronébullisation Désolvatation et ionisation de molécules biologiques par électronébullisation Guillaume van der Rest Equipe «Spectrométrie de masse analytique» DCMR Ecole Polytechnique 91128 Palaiseau Cedex Plan Un peu

Plus en détail

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires SIMS Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires La Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires (SIMS) est une technique d analyse physico-chimique de l'extrême surface des matériaux. Elle est basée sur la

Plus en détail

Table des matières. 1 Objet et domaine d application...3. 2 Définitions et abréviations...3. 3 Principe de la méthode...3. 4 Sécurité...

Table des matières. 1 Objet et domaine d application...3. 2 Définitions et abréviations...3. 3 Principe de la méthode...3. 4 Sécurité... cuisine en polyamide P. : 1/10 Table des matières 1 Objet et domaine d application...3 2 Définitions et abréviations...3 3 Principe de la méthode...3 4 Sécurité...3 5 Prélèvement, réception, circulation,

Plus en détail

IDENTIFICATION DES PHOTOPRODUITS DU TRI-

IDENTIFICATION DES PHOTOPRODUITS DU TRI- CHAPITRE II IDETIFICATIO DES PHOTOPRODUITS DU TRI- FLUSULFURO-METHYLE PAR COUPLAGE HPLC/MS Introduction La connaissance du devenir métabolique et les processus de dégradation des xénobiotiques revêt une

Plus en détail

Les gaz: caractéristiques

Les gaz: caractéristiques Les gaz Les gaz: caractéristiques les gaz épousent le volume et la forme de leurs contenants les gaz sont compressibles alors que les liquides et les solides le sont très peu des gaz déversés dans un même

Plus en détail

Méthode de dosage de phtalates dans les vins par couplage en chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse (Résolution Oeno 477/2013)

Méthode de dosage de phtalates dans les vins par couplage en chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse (Résolution Oeno 477/2013) Méthode OIV-MA-AS323-10 Méthode Type IV (Résolution Oeno 477/2013) 1. DOMAINE D'APPLICATION Cette méthode s applique à la recherche et au dosage de phtalates dans les vins. 2. PRINCIPE L échantillon est

Plus en détail

Analyse HPLC-ESI-MS/MS du glyphosate et de l AMPA dans les eaux de surface (phase dissoute)

Analyse HPLC-ESI-MS/MS du glyphosate et de l AMPA dans les eaux de surface (phase dissoute) Analyse HPLC-ESI-MS/MS du glyphosate et de l AMPA dans les eaux de surface (phase dissoute) Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Development of purification

Plus en détail

Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques

Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques SéminaireBIOENERGIESUD Capteurs gaz pour la mesure et le contrôle des procédés Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques Ghislaine VOLLE CIRAD Unité

Plus en détail

Développement du couplage LC-MALDI-MS/MS pour l analyse des toxines d origine phytoplanctonique

Développement du couplage LC-MALDI-MS/MS pour l analyse des toxines d origine phytoplanctonique Développement du couplage LC-MALDI-MS/MS pour l analyse des toxines d origine phytoplanctonique Christelle DELEUZE Licenciée en Sciences Chimiques Laboratoire de Spectrométrie de Masse Service du Professeur

Plus en détail

Peu de peptides (petite protéine) Pas de hit en MS Mais signal suffisant pour fragmenter et donc identification MSMS

Peu de peptides (petite protéine) Pas de hit en MS Mais signal suffisant pour fragmenter et donc identification MSMS Séquence epérimentale d analyse MALDI Robot digester Digestion enzymatique «in gel» Dépôt sur cible MALDI : PAC acquisition MS Spectre de masse des peptides Recherche Mascot PMF Dépôt sur PAC acquisition

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

EXAMEN D'ADMISSION EN 2 ème

EXAMEN D'ADMISSION EN 2 ème REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'instruction publique, de la culture et du sport Enseignement secondaire II Direction générale Collège de Genève EXAMEN D'ADMISSION EN 2 ème ANNÉE Nom :...

Plus en détail

ESI-MS/MS POUR L ANALYSE DES RESIDUS DE MEDICAMENTS VETERINAIRES

ESI-MS/MS POUR L ANALYSE DES RESIDUS DE MEDICAMENTS VETERINAIRES POTENTIEL DE LA LC-ESI ESI-MS/MS POUR L ANALYSE DES RESIDUS DE MEDICAMENTS VETERINAIRES Assemblée annuelle de la SSCAE Berne, 12 septembre 2003 Patrick Edder, Didier Ortelli, Claude Corvi Service de protection

Plus en détail

Les Techniques Chromatographiques :

Les Techniques Chromatographiques : Conférence Eurocopter 1 er Juin 2006 Les Techniques Chromatographiques : RIENTÉES SUR LES MATÉRIAUX CMPSITES Lionel PANAIVA Responsable Analytique - CATALYSE CATALYSE, Master Park Lot 25, 116 Boulevard

Plus en détail

NOM : 26 septembre 2016 Prénom : 2 nde.. La calculatrice est interdite. 1 point / bonne réponse ; - 0,5 point / mauvaise réponse.

NOM : 26 septembre 2016 Prénom : 2 nde.. La calculatrice est interdite. 1 point / bonne réponse ; - 0,5 point / mauvaise réponse. NOM : 26 septembre 2016 Prénom : 2 nde.. Test n 2 L atome et l élément chimique Sujet A /10 La calculatrice est interdite. 1 point / bonne réponse ; - 0,5 point / mauvaise réponse. 1. Parmi ces affirmations

Plus en détail

Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor

Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor Laboratoire de Développement et d Analyses de Côtes d Armor LDA22 C.Prodhomme 19 mars 2008 WWW.LDA22.com

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES INRA Centre de Recherche ANGERS - NANTES SERVICES DECONCENTRES D APPUI A LA RECHERCHE Service des Marchés Rue de la Géraudière Bâtiment Erdre BP 71627

Plus en détail

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Grégory Genta Jouve Spectrométrie de masse appliquée aux Substances Naturelles Sommaire Introduction Homogénéisation Les différents types d extraction

Plus en détail

PLATEFORME D ANALYSE ET DE CARACTÉRISATION (P.A.C. BALARD)

PLATEFORME D ANALYSE ET DE CARACTÉRISATION (P.A.C. BALARD) A quoi sert la Spectrométrie de Masse Haute Résolution couplée à la Mobilité Ionique? Pr. Enjalbal enjalbal@univ-montp2.fr 04 67 14 38 19 Programme Nacelles spectrométrie de masse et analyse élémentaire

Plus en détail

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille:

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: 1. Introduction échelle macroscopique échelle moléculaire La chimie est la science des propriétés et des transformations de la matière. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: Demokrit

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Analyse des produits naturels par les techniques couplées Chromatographie- Spectroscopie

Analyse des produits naturels par les techniques couplées Chromatographie- Spectroscopie Doctorat de Chimie : Analyse physicochimique et réactivité des espèces moléculaire Analyse des produits naturels par les techniques couplées Chromatographie- Spectroscopie D. DEHAK K. (dehak-ka@univ-ouargla.dz)

Plus en détail

Analyse qualitative et quantitative par spectrométrie de masse des éthers couronnes issus des résines Sr

Analyse qualitative et quantitative par spectrométrie de masse des éthers couronnes issus des résines Sr Analyse qualitative et quantitative par spectrométrie de masse des éthers couronnes issus des résines Sr M. Dupleichs, C. Alliot, M. Mokili, S. Happel et S. Huclier I - Contexte Production du 82 Sr pour

Plus en détail

Spectrométrie de Masse: introduction à l instrumentation utile en analyse protéomique

Spectrométrie de Masse: introduction à l instrumentation utile en analyse protéomique Spectrométrie de Masse: introduction à l instrumentation utile en analyse protéomique -Ionisation: - électronébulisation - MALDI -Analyseurs de masse: - Quadripôles et pièges à ions - Analyseurs à temps

Plus en détail

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification E-II-1.2.2V1 DOSAGE DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACES DANS LES EAUX MÉTHODE PAR SPECTROMÉTRIE DE MASSE AVEC PLASMA INDUIT PAR HAUTE FRÉQUENCE (ICP-MS) 1. Objet : Dosage des éléments suivants dans l'eau

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Session 2014 PHYSIQUE-CHIMIE Série S Enseignement de Spécialité Durée de l épreuve : 3 heures 30 Coefficient : 8 L usage des calculatrices est autorisé. Ce sujet ne nécessite pas de

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Modules d'enseignements de Chimie M3303 : Techniques Spectroscopiques (Johan Alauzun S3) M4104 : Analyses Électrochimiques (Olivier Fontaine fin S3) et

Plus en détail

Plateforme d Analyse et de Caractérisation P.A.C. Balard

Plateforme d Analyse et de Caractérisation P.A.C. Balard Plateforme d Analyse et de Caractérisation P.A.C. Balard Fédération de Recherche Chimie Balard - FR3105 http://www.fed-chimiebalard.cnrs.fr Dr. Jean-Claude JUMAS jean-claude.jumas@univ-montp2.fr Tél. :

Plus en détail

La chromatographie aspects généraux

La chromatographie aspects généraux La chromatographie aspects généraux Méthode de séparation et de quantification de composés présents dans une phase homogène liquide ou gazeuse. Le principe est basé sur les équilibres successifs des composés

Plus en détail

Fiche de validation de méthode analytique

Fiche de validation de méthode analytique Page : 1/8 Cellule Contaminants Analyte (ou groupe d analytes) PCDD/Fs et DL-PCBs Matrice (ou groupe de matrices) Huile végétale à destination animale Date de création Décembre 2013 Auteur GE, GS Page

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie TSC II Analyse par Courants Thermostimulés L excellence en analyse thermique et en calorimétrie 2 TSC1I applications... Introduction Cette méthode particulière d Analyse Thermique utilise la MOBILITE MOLECULAIRE

Plus en détail

Structure de la présentation

Structure de la présentation Importance de l Orbitrap pour l analyse protéomique Laurent Geiser 14 ème journées scientifiques du cccta Les Diab lerets, 16 septembre 2010 MS n et masse exacte: l outil incontournable du XXI ème siècle?

Plus en détail

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et

Plus en détail

Mise au point d une méthode multirésidus de dosage des médicaments vétérinaires et humains dans l eau par LCMS/MS

Mise au point d une méthode multirésidus de dosage des médicaments vétérinaires et humains dans l eau par LCMS/MS Mise au point d une méthode multirésidus de dosage des médicaments vétérinaires et humains dans l eau par LCMS/MS Sanders P, Kadar H, Hurtaud-Pessel D, Verdon E Objectif de la méthode Plan national d'études

Plus en détail

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange Expérience # 7 1. But Le but de l expérience consiste à isoler chacun des composés d un mélange par les techniques de purification connues, à prouver la pureté de chacun et à déterminer la nature des composés

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail

Mise en fonction : 24/03/2014

Mise en fonction : 24/03/2014 DOSSIER VALIDATION/ANA91 v04 Détection, identification et quantification des avermectines et autres anthelmintiques Mise en fonction : 24/03/2014 Pages : 6 Annexes : 1 Rédaction : Nom, fonction Date Signature

Plus en détail

Cours Spectrométrie de Masse. Introduction

Cours Spectrométrie de Masse. Introduction Cours Spectrométrie de Masse Introduction Sarah SANGLIER Laboratoire de Spectrométrie de Masse BioOrganique UMR 7512 (Dir : Alain Van Dorsselaer) CNRS - Université Louis Pasteur Strasbourg Tel: 03 90 24

Plus en détail

Données de validation

Données de validation Données de validation Données de validation principales Généralités Substance Existe-t-il une VLEP? VLEP 8h Méthyldiglycol oui 50 mg/m3 Choix du domaine de validation : Le domaine de validation a été choisi

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG)

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M S2 VRV) I) Introduction L eugénol (ou 4-allyl-2-méthoxyphénol) est une molécule naturelle trouvée en

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Dosage des Pesticides au Laboratoire Départemental de Martinique

Dosage des Pesticides au Laboratoire Départemental de Martinique Dosage des Pesticides au Laboratoire Départemental de Martinique 1 L Unité des micropolluants Organiques Recrutement du personnel en 28 3 personnes Une ingénieur Deux techniciennes 1 Matériel de l UMPO

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE EN PHASE GAZEUSE

CHROMATOGRAPHIE EN PHASE GAZEUSE CHROMATOGRAPHIE EN PHASE GAZEUSE Tranchant J., 1995, Manuel pratique de chromatographie en phase gazeuse, Masson, Paris, 700 pages. Grob K., 1986, Classical split and splitless injection in capillary GC,

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

DETERMINATION QUANTITATIVE DE LA TENEUR EN ACRYLAMIDE DANS LES ALIMENTS PAR UPLC- MS/MS. Version 02 Date d application 2013-12-02

DETERMINATION QUANTITATIVE DE LA TENEUR EN ACRYLAMIDE DANS LES ALIMENTS PAR UPLC- MS/MS. Version 02 Date d application 2013-12-02 Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Laboratoire de Liège MET-LFSAL- 139 DETERMINATION QUANTITATIVE DE LA TENEUR EN ACRYLAMIDE DANS LES ALIMENTS PAR UPLC- MS/MS Version 02 Date d application

Plus en détail

Détection de la testostérone par IRMS

Détection de la testostérone par IRMS Détection de la testostérone par IRMS Département des analyses de l Agence française de lutte contre le dopage (Laboratoire de Châtenay-Malabry) I. Présentation du laboratoire et réglementation Le département

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Journée plate-forme CORSAIRE, Rennes, 22 Novembre 2010 La plate-forme de métabolomique de la Station Biologique de Roscoff

Journée plate-forme CORSAIRE, Rennes, 22 Novembre 2010 La plate-forme de métabolomique de la Station Biologique de Roscoff , Rennes, 22 Novembre 2010 La plate-forme de métabolomique de la Station Biologique de Roscoff Sophie Goulitquer Présentation de la Plateforme de Spectrométrie de Masse Service Informatique et génomique,

Plus en détail

Introduction. La Spectroscopie. de RMN (Résonance Magnétique Nucléaire) Le Spin Nucléaire. Le Spin Nucléaire

Introduction. La Spectroscopie. de RMN (Résonance Magnétique Nucléaire) Le Spin Nucléaire. Le Spin Nucléaire La Spectroscopie de RMN (Résonance Magnétique Nucléaire) Introduction RMN est encore aujourd hui l outil le plus utilisé pour déterminer les structures moléculaires. Eric MARCHIONI Laboratoire de Chimie

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

Catalogue des équipements. Analytique

Catalogue des équipements. Analytique Catalogue des équipements Analytique Table des matières Équipement analytique... 3 Laboratoire analytique... 3 Calorimétrie différentielle à balayage (DSC)... 3 Analyse thermogravimétrique (TGA)... 4 GC-MS

Plus en détail

Famille de PBDE Méthode d analyse dans les boues et sédiments

Famille de PBDE Méthode d analyse dans les boues et sédiments Famille de PBDE Méthode d analyse dans les boues et sédiments Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Norme dont est tirée la méthode Niveau de validation selon

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

Nom de la famille de substances Nom des substances individuelles. composés pharmaceutiques : psychotropes et anti-inflammatoires

Nom de la famille de substances Nom des substances individuelles. composés pharmaceutiques : psychotropes et anti-inflammatoires MA56 Familles des composés pharmaceutiques : psychotropes et anti inflammatoires non stéroïdien Méthode d analyse dans eau -phase dissoute (

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

H.S.2.2.E Les grandeurs caractéristiques pour établir la composition d une solution.

H.S.2.2.E Les grandeurs caractéristiques pour établir la composition d une solution. H.S.2.2.E Les grandeurs caractéristiques pour établir la composition d une solution. I) La mole : Pour pouvoir manipuler des éléments chimiques (quelques grammes), il faudrait en utiliser un très grand

Plus en détail

Biochromatographie. Bioline

Biochromatographie. Bioline Biochromatographie Bioline Une base solide Les systèmes KNAUER LC de bio-chromatographie utilisent des instruments et des logiciels sophistiqués pour obtenir en permanence des séparations efficaces. Le

Plus en détail

CAN 306 Techniques de séparation Séance de laboratoire virtuel : Simulation d une séparation par chromatographie liquide en phase inverse

CAN 306 Techniques de séparation Séance de laboratoire virtuel : Simulation d une séparation par chromatographie liquide en phase inverse Introduction On vous demande de développer une méthode de séparation du benzène et ses dérivés. Dans votre laboratoire, vous disposez de : -Méthanol -Acétonitrile -Mélange #1 : contient phénol, benzène

Plus en détail

Masse atomique (relative)

Masse atomique (relative) Stœchiométrie 1 La masse moléculaire et la masse formulaire La stœchiométrie (gr. : stœchios = élément, metros = mesure) est l'étude des proportions suivant lesquelles les corps se combinent entre eux.

Plus en détail

APPEL D OFFRES RELATIF A LA FOURNITURE ET A LA MISE EN SERVICE D UN LC-MS/MS (CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE COUPLEE A LA SPECTROMETRIE DE MASSE EN TANDEM)

APPEL D OFFRES RELATIF A LA FOURNITURE ET A LA MISE EN SERVICE D UN LC-MS/MS (CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE COUPLEE A LA SPECTROMETRIE DE MASSE EN TANDEM) Réf 15/5210432 CAHIER DES CHARGES APPEL D OFFRES RELATIF A LA FOURNITURE ET A LA MISE EN SERVICE D UN LC-MS/MS (CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE COUPLEE A LA SPECTROMETRIE DE MASSE EN TANDEM) Sommaire PARTIE I

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

Détermination quantitative de la migration du 2,4- TDA, de l aniline et de la 4,4 MDA par UPLC-MS/MS. Date d application 2013-03-06

Détermination quantitative de la migration du 2,4- TDA, de l aniline et de la 4,4 MDA par UPLC-MS/MS. Date d application 2013-03-06 Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Administration des Laboratoires MET-LFSAL-120A Détermination quantitative de la migration du 2,4- Version V04 Date d application 2013-03-06 Rédaction

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme Travaux Pratique Chimie Analytique Semestre d hiver 1999 Julien Hutin Laurent Beget Alexandre Myalou Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

10 Cycles frigorifiques

10 Cycles frigorifiques 14 mars 2003 Introduction 277 10 10.1 Introduction Dans la section 9.1, on a considéré des machines thermiques constituées de quatre processus distincts, mettant en œuvre soit des dispositifs à circulation

Plus en détail