FORWARD FOCUS. Conjoncture et marchés FEVRIER 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FORWARD FOCUS. Conjoncture et marchés FEVRIER 2015"

Transcription

1 FORWARD FOCUS Conjoncture et marchés FEVRIER 2015 Achevé de rédiger le 04/03/2015

2 Nawal Robinet Alexandre Taieb

3 DECRYPTAGE Que faire sur les actions européennes après la hausse rapide de ce début d année? Aujourd hui les mêmes qui entouraient de précautions leur optimisme pour l année 2015, semblent tout d un coup saisis de panique à l idée de rater la hausse et se montrent enclins à monter à bord des actions européennes alors qu une hausse rapide de 15% a déjà eu lieu. Ont-ils raison? Une première réponse, facile, est de dire que partant des niveaux actuels les investisseurs en actions ne peuvent qu avoir raison sur le plan stratégique du moment que l horizon de placement est pluriannuel. Partant de bénéfices en bas de cycle et de valorisations raisonnables, le marché actions européen a de beaux jours devant lui dans un contexte de reprise économique même modérée. A ce point de l exposé, notre interlocuteur nous presse plutôt de savoir si c est une bonne idée à court terme d entrer sur les actions à ce niveau-là, c est-à-dire avec en point de mire la fin de l exercice Pour répondre, la recherche de Forward Finance utilise son modèle tactique qui consiste à définir un scénario préétabli, à anticiper l évolution des cours comme résultant d une conjonction de facteurs qu il convient de décomposer, et à voir à quel point le déroulement de la réalité s avère meilleure ou pire que le scénario. Les facteurs fondamentaux seuls justifient une appréciation de 20% des actions européennes en 2015 (10% pour le facteur valorisation et 10% pour le facteur économie). Du fait du QE BCE qui a dépassé nos attentes, les facteurs liquidités et flux ont un impact positif revu à la hausse le 22 janvier à +7% contre +1.5% en début d année. Mais le facteur de politique européenne et les facteurs exogènes (géopolitiques) pèsent ensemble négativement à hauteur de 15%. Au final, la somme des facteurs fait ressortir une progression de 11% des actions européennes en 2015, dépassée à ce stade. Pour donner raison au marché à court terme et même aller plus loin, il faudrait donc : 1) que la croissance européenne accélère au-delà des +1.2% assignés en 2015 et qu en conséquence les bénéfices par actions augmentent davantage que les +10% de notre scénario central. Et/ou 2) que le déroulement des nombreuses élections prévues en Europe cette année montre que la tentation des extrêmes qui risque de déstabiliser le logiciel européen, ne se matérialise pas. Les élections générales ont eu lieu en février en Grèce et auront lieu en mai au Royaume Uni, au Portugal en septembre/octobre et en Espagne en décembre. Et/ou 3) que les menaces exogènes s estompent, notamment le conflit avec la Russie. Pour ce qui est d une embellie encore plus significative que prévue de l économie européenne, celle-ci est loin d être exclue et nous voyons d ailleurs les économistes réviser les uns après les autres leurs prévisions de PIB pour 2015 vers les +1.5%. Dans ce cas de figure, les actions progresseraient de 3% supplémentaires. 3

4 Pour ce qui est du 2e point, la tentation des extrêmes, l épisode qui vient de se dérouler avec Syriza est plutôt encourageant. Les pays européens ont su faire preuve de fermeté et cohésion pour endiguer toute politique économique trop démagogique et ont obligé le parti d extrême gauche à édulcorer fortement ses propositions. On peut espérer qu il en soit de même pour l Espagne, si Podemos gagnait les élections. Certains considèrent d ailleurs que les électeurs sont davantage attirés par l aspect anticorruption que par la crédibilité économique du programme de Podemos. Au moment des élections les effets bénéfiques de la reprise et des créations d emploi seront ressenties depuis 2 ans donc les électeurs espagnols seront a priori moins attirés par les recettes radicales que les Grecs. Certains imaginent que Podemos pourrait évoluer vers un isolement à la Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo, qui le mettrait hors-jeu. Dans un autre cas de figure, Podemos pourrait s allier avec le Parti Socialiste traditionnel pour influencer sur le plan de la lutte anticorruption une politique économique classique de centre gauche. En ce qui concerne les élections britanniques, leur enjeu est l éventuelle sortie de l Union Européenne qui serait un véritable séisme. Les élections n ont jamais été aussi entourées d incertitudes, aucun des deux grands partis traditionnels n ayant la perspective de détenir une majorité stable à l Assemblée. Notons cependant que les travaillistes et les libéraux n ont jamais envisagé de quitter l Union Européenne. Le problème se pose si les Conservateurs sont reconduits au pouvoir car, pour endiguer la concurrence que leur fait le parti populiste UKIP, ils ont promis d organiser un référendum sur le maintien au sein de l Europe dès l année prochaine. Il est cependant rassurant qu à ce stade, selon le sondage Yougov, les partisans d un maintien du Royaume Uni au sein de l Union Européenne progressent et ont 8 points d avance, la plus forte avance enregistrée depuis le lancement de l enquête en septembre Pour ce qui concerne le 3e point, les perspectives d une évolution favorable du conflit avec la Russie aux frontières de l Union Européennes sont minces, et la situation menace de devenir hors de contrôle pour les européens. Vladimir Poutine impose son agenda diplomatique et militaire et la diplomatie européenne fait pâle figure. La politique européenne de sanctions économiques est efficace pour faire plonger l économie russe qui est effectivement en pleine déliquescence mais n empêchera pas le maitre du Kremlin de continuer ses provocations, la tolérance du peuple russe aux privations étant réputée élevée. Dans ces conditions, il semblerait que le mieux qu on puisse espérer à court terme (2015) est l enlisement dans un conflit durable de basse intensité. Au pire, il n est pas exclu que la Russie étende sa stratégie de provocation/déstabilisation aux pays baltes, membres de l Otan. Au final, en prenant en considération, ce qui reste au stade de la supputation, un scénario favorable pour le facteur politique (marginalisation des extrêmes) et un scénario central pour le facteur 4

5 exogène (enlisement), la progression des actions européennes impulsée par notre modèle tactique est à +18.4%, ce qui est 3% au-dessus du niveau actuel. MACRO L économie américaine ralentit temporairement en raison de la vague de froid. Comme l année dernière à la même époque, une vague de froid intense a ralenti l activité dans le Nord Est du pays, bloquant notamment les ports et la chaine d approvisionnement. De ce fait, les niveaux d activité de janvier concernant la production industrielle, les ventes au détail, la construction, ont surpris défavorablement. Le secteur manufacturier comme le secteur des services restent néanmoins fermement arrimés en zone d expansion. Les conditions climatiques défavorables n ont pas empêché l économie américaine de créer plus de emplois en janvier, un onzième mois d affilée. Le nombre d employés à plein temps a grimpé au-dessus de 120 millions pour la première fois depuis juillet 2008, et leur salaire a augmenté de 2,2% en rythme annualisé. De plus, certaines statistiques concernant janvier prêtent à l optimisme pour l orientation future : les commandes de biens durables rebondissent après le creux du T4 et le rythme d expansion du secteur des services renoue avec ses plus hauts niveaux. Mieux encore, en situation de quasi plein emploi, la transmission de la croissance économique sur la dynamique des salaires est en train de s amorcer. Ainsi, plusieurs employeurs privés, emblématiques pour la dureté de leur politique salariale, tels que Wall Mart (1er employeur privé du pays), Gap et Starbucks, ont-ils annoncé des hausses significatives de salaires, signe que l économie américaine fonctionne à un régime tel que les candidats potentiels aux emplois mal payés se font plus rares. Si ce phénomène de hausse des salaires se confirmait au cours des prochains mois, il s agirait là de l ultime élément du scénario de reprise pleine et entière, et cela justifierait que la Fed quitte le régime des taux zéro en place depuis 6 ans. Faisant suite à un bond exceptionnel de 5% sur le trimestre précédent, la croissance du PIB au T a ralenti à +2.2% en 2e estimation, ce qui porte le taux de croissance de l économie à 2.3% sur l ensemble de l année Au cours du dernier trimestre, l accélération de la consommation des ménages et un investissement résidentiel légèrement plus soutenu ont contribué positivement. En revanche, trois composantes ont contribué négativement : les exportations (pénalisées par la hausse du dollar), les investissements des entreprises en biens d équipement (coupes opérées par le secteur pétrolier suite à la baisse des prix de l énergie), et les dépenses publiques (recul des dépenses de défense). L embellie conjoncturelle prend corps en zone euro. L embellie conjoncturelle en zone euro est en train de se confirmer, incitant les économistes à relever leurs prévisions de croissance 2015 par petites touches. La Commission européenne, qui vient de livrer son 5

6 propre scénario, reste parmi les plus mesurés avec une croissance estimée à +1.3% pour l année 2015 et +1.9% pour l année suivante. Après une récession qui a duré 2 ans, 2014 se termine par une croissance de 0.9% pour la zone euro. La sortie de crise fut lente, puisque ce n est qu aujourd hui que le PIB de la zone euro est revenu à ce qu il était fin 2010, avant l impact de la mise en place des politiques d austérité sur fond de crise des dettes souveraines. Avec +0.3% sur le T4, l année 2014 s est terminée par un regain de croissance qui a profité à tous les pays même si les niveaux restent hétérogènes. On exclura du propos la Grèce, où la reprise a été interrompue par l attentisme lié aux élections. De façon générale, la consommation en zone euro a connu une forte impulsion grâce à la baisse du prix de l essence qui a redonné du pouvoir d achat aux ménages. Ainsi, la progression des ventes au détail au dernier trimestre fut la plus importante enregistrée depuis 2006 dans toute la zone. L Espagne, le Portugal, l Irlande ont confirmé qu ils étaient sur la voie d une reprise significative. L Espagne partage avec l Allemagne le haut du podium avec une croissance séquentielle de +0.7% au T Les Pays-Bas sont en train de graduellement renouer avec la croissance. La France (+0.1%) et plus encore l Italie (-0.1%) restent en queue de peloton. Le frémissement positif de la conjoncture en zone euro se confirme sur les statistiques les plus récentes publiées en février. Les indicateurs de confiance repartent franchement à la hausse. L indice Markit des entreprises remonte à son niveau le plus élevé depuis juin 2011 et celui des consommateurs à son niveau le plus élevé depuis septembre Le moral des investisseurs remonté au plus haut niveau depuis 9 mois, n a pas été entamé par le bras de fer grec et l aggravation des tensions en Ukraine. L allure des carnets de commandes devrait être un facteur de soutien de la production industrielle pour les mois à venir. La force d un ensemble se teste par celle de son maillon le plus faible. Il est donc très important que l Italie semble sur le point de sortir de sa catatonie prolongée grâce aux efforts de la BCE et du gouvernement italien pour améliorer les conditions de financement des entreprises dans la péninsule. Les conditions de crédit se sont récemment améliorées de façon spectaculaire en Italie, ce qui peut être décisif pour la confiance d une économie constituée surtout de PME. Notons qu en février le moral des chefs d entreprises italiens est repassé au-dessus de sa moyenne de long terme et que la production industrielle italienne a surpris positivement pour le 2e mois consécutif. En France, on ne constate pas encore de redressement significatif du moral des entreprises ni des intentions d investissement, ce qui montre à quel point le choc fiscal et le choc de complexité de la première partie du quinquennat ont laissé des traces. L espoir est néanmoins permis du fait de meilleures perspectives cycliques dans la consommation et l export. Le fait que le gouvernement ait dû utiliser l arme du 49-3 pour faire passer les réformes de la loi Macron n inquiète pas les marchés outre mesure. Les marchés s accommodent à la perspective que les réformes en France suivront un processus très 6

7 graduel et sont rassurés par la Commission Européenne qui veille discrètement mais fermement à la crédibilité des engagements budgétaires du pays. L Allemagne continue de dérouler, avec toute la fiabilité qui la caractérise, le rééquilibrage de son modèle de croissance en faveur de la consommation interne, ce qui est un facteur important pour la viabilité économique de la zone euro. Après avoir longtemps érigé la compétitivité en cheval de bataille, l Allemagne lâche du lest sur les salaires et permet aux autres pays européens de regagner en compétitivité en recourant moins à la déflation interne. Ainsi, alors que le salaire minimum adopté en 2013 a déjà eu pour effet de faire remonter les plus bas salaires, le syndicat IG Metall et le patronat se sont mis d accord pour une généreuse augmentation de 3.4% des employés de la métallurgie pour la 2e année consécutive, ce qui en général donne le ton pour le reste du secteur privé. L économie britannique devrait continuer de briller en L économie britannique a crû de 2.7% en 2014, elle a connu la croissance la plus élevée de tous les grands pays développés et son meilleur niveau depuis 7 ans. Certes, en raison du recul de l investissement dans le secteur pétrolier avec la chute du prix du baril, il y a eu un tassement de la croissance au second semestre, et le dernier trimestre a vu la croissance ralentir à 2,4% si on annualise ses +0.6%. Mais depuis, des signes sont apparus indiquant qu une réaccélération de la croissance à +3% en 2015 était plausible. Un groupe de réflexion a ainsi estimé que l économie britannique devrait connaitre sa plus forte croissance en près de 10 ans en En ce début d année, le rythme d expansion du secteur des services comme du secteur manufacturier, à respectivement 57 et 53 en janvier, sont robustes et reprennent de l altitude, tout en restant de trois points inférieurs à leurs points hauts atteints au 1er semestre Mais bien d autres indicateurs surprennent positivement. L indice de confiance des ménages renoue avec ses meilleurs niveaux d il y a un an. On sait le marché de l emploi britannique ultra flexible, néanmoins les économistes sont impressionnés par les très vigoureuses créations d emploi qui font reculer le chômage mois après mois depuis 3 ans à 5.7% selon le dernier étiage (6.9% il y a un an). De plus, la rémunération hebdomadaire moyenne (y compris les primes) accélère à +2.4% sur un an à fin décembre. Il s agit du 4e mois de croissance des salaires supérieure à l inflation, mettant fin à une période de 5 ans de «serrage de ceinture» où l inverse prévalait. La décision de relever de 3% le smic horaire, préconisée par un panel d économistes, en général suivi par le gouvernement, va dans le même sens, alors qu il n avait pas bougé depuis Du fait de l amélioration des revenus tant des entreprises que des ménages, les recettes fiscales progressent et le mois de janvier a vu se matérialiser le meilleur solde budgétaire depuis 7 ans, crédibilisant les projections budgétaires du gouvernement. Le Royaume uni traversera une période de fortes incertitudes politiques dans les mois qui viennent 7

8 avec la tenue des élections législatives en mai. La BOE devrait laisser sa politique inchangée pendant cette période, s abstenant ainsi d alimenter la volatilité des marchés. L économie japonaise sur la voie d une reprise molle. Le dernier trimestre 2014 s est conclu par une progression de 0.6% du PIB qui met fin à la récession de 6 mois qui a suivi la hausse de la TVA le 1er avril. Sur l ensemble de 2014, cette première tentative sérieuse d élargir l assiette des recettes fiscales et donc d assainir les finances publiques a tout de même fait rechuter la croissance qui s établit à -0.5% fin décembre sur 12 mois glissants. La croissance est redevenue positive mais modérée, car, pour le moment, seul l appareil productif japonais répond de façon franchement positive aux impulsions monétaires et budgétaires, tandis que les consommateurs nippons, eux, restent sur la réserve. Tirée par les exportations et la compétitivité du yen, la production industrielle japonaise connait un véritable élan, elle est en bonne voie pour dépasser ses trois précédentes tentatives de reprise depuis 2008, avortées en 2011 (tsunami), 2012 (crise Europe), 2014 (TVA). Le point noir reste la consommation : les ménages ne semblent pas à ce stade avoir envie de dépenser le gain de pouvoir d achat dégagé par la baisse de la facture énergétique et les ventes au détail sont loin d accélérer, contrairement aux autres pays développés. Le marché de l emploi qui est de plus en plus favorable aux salariés avec un ratio d emplois disponibles par salarié au plus haut depuis 1992, devrait cependant finir par se concrétiser par des hausses de salaires, qui pourraient changer la donne. On notera dans le chapitre positif une première réforme structurelle imposée par Shinzo Abe. Il a initié le démantèlement de JA-Zenshu, le lobby agricole du pays, devenu au fil des décennies un lobby opposé à toute libéralisation du marché agricole japonais. Cet évènement renforce la perspective d une adhésion du Japon au traité de libre-échange «Partenariat Transpacifique», promu par les Etats Unis, et qui augmenterait le potentiel de croissance du Japon. Nouvelle détérioration du cycle économique chez les émergents. On reparle d atterrissage brutal en Chine. La croissance de la Chine a ralenti à 7,4% en 2014, la plus faible en 24 ans, contre 7,7% en Mais le ralentissement risque d être encore plus substantiel cette année et l année prochaine. La fragilité de l économie chinoise exposée à travers les statistiques les plus récentes conduit certains à considérer comme inévitable une décélération à 6% en 2015 puis 5% en Au global, cela conforterait le scénario du FMI qui veut que le ralentissement de l économie chinoise sera tout juste compensé par l amélioration des pays développés et que la croissance mondiale n accélèrera pas vraiment. L'économie chinoise restera confrontée à de sévères difficultés cette année, auxquelles s ajoutent de nouvelles. Nous avions bien identifié dans nos numéros précédents le défi que posaient le marasme persistant du 8

9 marché immobilier, le dérapage des finances publiques régionales, l'endettement excessif des entreprises, les fuites de capitaux. Dans ce tableau morose nous distinguions 3 facteurs susceptibles de conjurer le spectre d un atterrissage brutal : bonne tenue de la consommation des ménages, des exportations, marché de l emploi restant correct grâce à la hausse des services. Or deux de ces trois facteurs de soutien donnent à leur tour des signes de faiblesse. Il faut cependant se garder d interprétations hâtives car la période du nouvel an chinois perturbe souvent la lecture des statistiques. En février, l indice des commandes à l export a connu son plus fort repli depuis 20 mois et a perdu d un coup 3 points à Et l importation de voitures a baissé de 10% en janvier par rapport à janvier Tirée vers le bas par l énergie et les prix alimentaires, l inflation qui a plongé en dessous de 1% n a jamais été aussi basse si on exclut la parenthèse de Par ailleurs, les prix à la production en chute libre de 4.3% sur 12 mois glissants, corroborent l image d une demande très faible adressée à l industrie avec un indice PMI manufacturier qui tutoie la zone de contraction depuis 4 mois. Dans ce contexte, le gouvernement chinois n a pas d autre choix que d activer à nouveau des mesures d assouplissement monétaire (voir chapitre banque centrale) et des soutiens budgétaires ciblés. Le Brésil s enlise dans les difficultés. L économie brésilienne ralentit depuis des années faute de s être suffisamment diversifiée et restructurée pour prendre le relais du boom des matières premières dont le pays est un gros exportateur. Réélue de justesse à l automne dernier, Dilma Rousseff s est résolue dans la foulée à nommer un ministre des finances compétent pour tailler dans les gabegies étatiques et rétablir la confiance des milieux d affaires. Les réformes structurelles et sociales envisagées pour dynamiser le secteur privé et contenir le dérapage des finances publiques nécessitent une majorité soudée que la Présidente n a pas nécessairement, d autant que son autorité est laminée par le scandale de corruption Petrobras. Le programme d austérité envisagé est susceptible de déboucher sur une récession de 1% en 2015 après une stagnation en De surcroit, la diminution des dépenses d investissement du géant pétrolier Petrobras, devient inévitable et risque de peser encore davantage sur la croissance brésilienne. La révolution réformatrice attendue en Inde n a pas eu lieu à ce stade. D après les chiffres officiels, la croissance s est accélérée à +7.5% en glissement annuel en 2014, faisant de l Inde le grand pays le plus dynamique au plan mondial, devant la Chine. L année 2013 s achevant en mars 2014 a été également révisée en hausse à +6.9% au lieu des +4.7% précédemment annoncés. La confusion règne sur l interprétation de ces chiffres, un changement de méthodologie ayant rehaussé la croissance de 2%. Beaucoup, y compris au gouvernement, considèrent que l économie indienne est en phase de convalescence plutôt que d accélération. Il y a fort à faire pour 9

10 relancer l investissement privé en panne sans oublier la formation (2% seulement de la population reçoit une formation) pour que le marché du travail réussisse à absorber chaque année les 10 millions de nouveaux entrants. L informatique, à haute valeur ajoutée, n emploie que 3.5 millions au total. Au cours de ses premiers mois de pouvoir, le Premier Ministre Modi a avancé par petites touches, et n a annoncé aucune réforme d envergure pour libéraliser le marché du travail ou débloquer les projets d investissements en infrastructure dont une quantité astronomique (7% du PIB) reste bloquée par les procédures bureaucratiques. Quoi qu il en soit, le Premier Ministre a raté, avec la présentation du budget ce mois-ci, l opportunité que lui offre le plongeon des prix du pétrole pour éliminer définitivement les coûteuses subventions à l énergie qui absorbent une trop grande partie des dépenses publiques. L Indonésie, elle, a saisi cette opportunité ce mois-ci. Inflation De manière globale, le risque de déflation s estompe. Une double lecture de l inflation est nécessaire. Le ralentissement de l inflation s est fait assez brutalement avec la chute des prix du pétrole, mais d un point de vue plus long terme les intervenants ne semblent pas croire à la spirale déflationniste. On observe d ailleurs les prémices d un arrêt de la chute vers la déflation en zone euro et aux Etats-Unis. La baisse des prix du pétrole a des explications essentiellement politiques. Cette baisse des prix permet d apporter un coup d accélérateur bienvenu à des économies développées en ralentissement. Cependant, il s agit d un événement ponctuel. La tendance long terme prend une direction différente du ralentissement soudain de l inflation. En zone Euro, les consommateurs ne diffèrent pas leurs achats, ce qui est un comportement synonyme d anticipation de stabilisation de l inflation (ou de ré accélération), mais pas de déflation à venir. Le chiffre d inflation en février est d ailleurs meilleur qu attendu. Si les prix ont poursuivi leur ralentissement, celui-ci est moins important qu en janvier (-0,3% contre -0,6% en janvier). Surtout, c est la première fois depuis plusieurs mois que le chiffre d inflation surprend à la hausse, ce qui pourrait marquer le début d un redémarrage de l inflation, même si l inflation sousjacente reste stable à un niveau bas (+0,6%) et que la baisse des prix du pétrole ne s est pas encore transmise aux autres secteurs. L inflation américaine est bien supérieure à celle de la zone euro. En regardant l inflation sous-jacente (non impactée par la baisse ponctuelle du prix du pétrole), on s aperçoit qu elle reste stable à un niveau inférieur à l objectif de la FED, mais tout de même relativement satisfaisant de +1,3%. La baisse du prix du baril donne d ailleurs un énième sursis à la FED pour remonter ses taux, puisqu elle a un impact sur le niveau facial de l inflation. La bonne surprise réside surtout dans le fait que les salaires commencent à être revus à la 10

11 hausse. Il s agit de la pièce manquante à une durabilité de l inflation aux Etats-Unis, celle qui pourrait justifier la première hausse de taux de la FED. Walmart a augmenté le salaire d un demi-million de ses employés de 7,5$ de l heure à 9$, avant de passer à 10$ en février Cela suit la dernière mesure de Barack Obama qui vise à revaloriser le salaire minimum de 7,25$ actuellement à 10,10$ dans trois ans. Cela devrait alimenter le retour de l inflation aux Etats-Unis dans les mois et les années à venir. Le Japon a encore des difficultés à faire redémarrer son inflation, mais la banque centrale n hésitera pas à intervenir à nouveau si elle estime cela nécessaire. L inflation japonaise continue de ralentir en janvier et tombe à son plus bas niveau depuis mai Les Abenomics et la politique monétaire accommodante de la BoJ ne suffisent toujours pas à faire redémarrer l inflation nippone. Les prix ont augmenté de 2,4% sur un an, ou de 2,2% hors produits périssables soit +0,2% sur un an en enlevant l impact de la hausse de la TVA. La banque d Angleterre a revu à la baisse ses prévisions d inflation pour 2015 à 0,5% contre 1% auparavant. La BoE n écarte pas une période de déflation en Angleterre mais a annoncé qu elle userait des moyens nécessaires pour éviter une période de baisse des prix prolongée. Elle serait notamment prête à baisser les taux si cela était nécessaire. Mis à part les pays essentiellement exportateurs de pétrole dont l économie n est plus efficace face au goulot d étranglement actuel, les pays émergents profitent de la baisse de l inflation, qui leur laisse plus de marge pour piloter leurs devises par exemple. En Chine, après avoir progressé de 1,5% en décembre et de 1,4% en novembre (plus bas niveau de progression depuis 5 ans), les prix à la consommation n ont progressé que de 0,8% en janvier, un plus bas depuis novembre Le chiffre est inférieur au consensus qui s attendait à 1%. Même si la banque centrale de Chine s inquiète du risque de déflation, la Chine semble encore être loin d une spirale déflationniste. D abord, parce que la banque centrale interviendra avant. Deuxièmement, parce que ce ralentissement inattendu de l inflation est dû à des facteurs saisonniers, notamment sur les prix de l alimentaire s ajoutant à la baisse du prix du pétrole. Le gouvernement indien et la banque centrale indienne ont signé un accord qui fixe un objectif d inflation pour l exercice de 4%. L inflation pourra évoluer dans un range de plus ou moins deux points par rapport à cet objectif (2% ; 6%). L inflation est actuellement dans la fourchette définie par l accord, à 5,1% en janvier sur un an. Au Brésil, on aurait pu croire à un début de fléchissement de l inflation en décembre, le chiffre étant tombé à 6,4% après 6,6% en novembre. Il n en est rien, l inflation est toujours en forte hausse et ressort à 7,1% en janvier sur un an (+1,24% en janvier progression la plus forte sur un mois depuis février 2003), bien au-dessus 11

12 des 4,5%, objectif fixé par la banque centrale du Brésil. Selon l institut de statistiques brésilien (IBGE) 85% du taux de janvier est dû aux aliments, au logement et aux transports. Le marché anticipe une hausse des prix de 7% au Brésil en 2015, avec une croissance zéro. Avec un taux d inflation de plus de 15% sur un an, l économie russe souffre. Les supermarchés et les pharmacies ont décidé de geler certains prix (sur les produits de première nécessité) face à cette inflation. En Australie, l inflation devrait poursuivre son ralentissement en janvier après une décélération en décembre. Après avoir baissé ses taux, les observateurs attendent la prochaine intervention de la RBA la première semaine de mars pour savoir si elle opère une seconde baisse de ses taux directeurs, afin de combattre le ralentissement de l inflation. BANQUES CENTRALES Les banques centrales sont, dans l ensemble, toujours plus accommodantes. En attendant le début de son Quantitative Easing, la BCE a contribué (avec les institutions politiques de la zone euro) à parvenir à un accord avec la Grèce. Le discours de la FED n a pas durci le ton et a été plutôt bien accueilli par le marché. La Banque centrale chinoise est de plus en plus accommodante pour soutenir son économie. Il est important de rappeler à quel point le QE de la BCE fait entrer la zone euro dans une nouvelle dimension. Tant pour son ampleur, que pour sa durée et sa non conditionnalité, le programme de la BCE a été salué par tous et élève l institution de Francfort au rang d égal avec les plus grandes banques centrales du monde, notamment la FED. Le programme d achat d actifs de la BCE débutera début mars. Avec les mesures déjà prises par la BCE, conventionnelles (baisse de taux) et non conventionnelles (TLTRO), la zone euro connait un redémarrage du crédit. La masse monétaire en circulation augmente et les prêts aux ménages et aux entreprises ont également accéléré. La BCE a, avant même le début de son programme, réussit à recréer une transmission entre ses mesures et l économie réelle, via l offre de crédit. Sur le mois, la BCE a soufflé le chaud et le froid face aux réticences 12

13 grecques à négocier de manière constructive avec ses partenaires européens. Ainsi, en début de mois, la BCE annonce refuser désormais les titres d Etat grec en garantie de ses opérations de refinancement, coupant ainsi un canal de financement majeur pour les banques grecques. Seule possibilité de financement pour les banques grecques désormais, une ligne de crédit d urgence de 60 milliards d euros offerte par la banque centrale grecque, avec l autorisation préalable de la BCE. Cette ligne de crédit d urgence, ELA (emergency liquidity assistance), sera revue fréquemment en fonction de l avancée des négociations. Cette ligne de crédit a été remontée à 65 milliards d euros puis à 68 milliards. La Federal Reserve repousse à demimot sa première remontée de taux directeur. Malgré l abandon du mot «patiente», la FED devrait continuer de se montrer patiente pour commencer à remonter ses taux d intérêt. Les membres de la FED sont toujours inquiets de l impact qu une remontée des taux pourrait avoir sur la reprise américaine et sur l économie mondiale. L augmentation des salaires récente, qui semblait être la pièce manquante à une remontée de taux ne suffira pas à ce que la FED resserre sa politique monétaire dans l immédiat. La FED a annoncé qu elle considèrerait l opportunité d une remontée de taux à chaque réunion de politique monétaire, mais a affirmé qu un durcissement de la politique monétaire avait «fort peu de chances de se produire» lors des toutes prochaines réunions. La FED ne devrait pas remonter ses taux avant d être totalement certaine que cela n aura pas d impact trop négatif sur la reprise américaine. Les éléments empêchant la remontée des taux changent sans cesse et semblent être de «fausses excuses» pour se laisser plus de temps : taux de chômage à 6,5%, dynamisme du marché de l emploi, reprise de l immobilier, inflation, salaires Les banques d Europe du Nord continuent leur mouvement vers des politiques monétaires plus accommodantes. Même si la situation économique des pays d Europe du nord est moins dégradée qu en zone euro, les banques centrales nordiques sont contraintes de suivre la direction accommodante de la politique monétaire de la BCE, afin de ne pas abandonner l ancrage de leurs devises à l euro. La banque centrale danoise innove contre la spéculation en décidant d arrêter son programme d émission de dette. Ainsi, en stoppant l émission de dette, l institution réduit l offre et fait baisser les taux longs de 0,35% à 0,18% sur le 10 ans danois. Dans le même temps, elle stoppe provisoirement la spéculation à la hausse de la couronne danoise qui s est stabilisée à 7,44 contre 1 euro. La banque centrale de Suède a fait passer son principal taux en négatif : taux de refinancement à -0,1% contre 0% auparavant afin de ramener l inflation à des niveaux supérieurs, malgré «la situation à l étranger». La politique ultra-accommodante de la banque du Japon peine à faire remonter l inflation. Cela augmente la pression qui pèse sur la banque du Japon. Lors de sa dernière déclaration 13

14 le gouverneur Kuroda a dit que la banque centrale «ne s imposait aucune limite» quant à l extension de son bilan. Depuis le début de l année, au niveau mondial, 16 banques centrales ont annoncé une baisse de taux. Cela ne concerne ni la BCE, ni la FED, ni la BoJ (les taux directeurs étant à 0). Mises à part les banques d Europe du Nord, cela concerne essentiellement les banques centrales des pays émergents et des économies matières premières. La banque de Chine baisse ses taux directeurs pour la seconde fois en trois mois. Toujours dans un but de soutien à la croissance d une économie en ralentissement la Banque de Chine a décidé de baisser son taux directeur de 25pb à 5,35%, et son taux de dépôt de 25pb à 2,5%. Selon la PBOC, «l objectif de cette baisse est de maintenir les taux réels à des niveaux compatibles avec les tendances de fond de la croissance, des prix et de l emploi.» «Cela ne représente pas un changement de direction de la politique monétaire.» L évocation des taux réels montre que le ralentissement de l inflation a été un facteur déterminant dans cette décision, l inflation étant à son rythme le moins élevé depuis 5 ans. La PBOC a avoué dans son journal être inquiète concernant le risque de déflation en Chine. 14

15 MARCHES L effet «pré-qe» de la BCE se poursuit sur les obligations souveraines. Tous les taux souverains européens poursuivent leur détente (sauf la Grèce), certains pays affichant des records à la baisse, notamment les pays périphériques. Les premiers achats de la BCE (44 milliards de souverains par mois) devraient venir appuyer ce mouvement. Le rendement des taux core comme celui des taux périphériques a poursuivi sa baisse en février, les marchés anticipant le quantitative easing de la BCE à venir. Le rendement du 10 ans allemand est ainsi resté stable au plus bas à 0,31% (est passé sous 0,3% en fin de mois), et le rendement du 10 ans français s est légèrement détendu de 4pb à 0,53%. Les taux core sont trop bas pour attirer des flux supplémentaires. Ils devraient cependant poursuivre leur baisse avec les achats de la BCE qui débutent en mars. Les flux se déversent davantage sur les taux périphériques qui présentent un rendement plus important que celui des taux core. Le 10 ans italien affiche désormais un rendement de 1,34% contre 1,67% fin janvier et le taux espagnol 10 ans passe de 1,46% à 1,22%, ce qui représente des records absolus à la baisse pour les deux pays. En Irlande et au Portugal également, on observe de nouveaux records à la baisse : 0,88% pour le 10 ans irlandais et 1,83% pour le 10 ans portugais. Le Portugal a d ailleurs annoncé vouloir rembourser par anticipation les 14 milliards d euros de prêts encore dus au FMI sur les deux prochaines années, afin de se démarquer encore plus franchement de la situation grecque aux yeux du marché. Les taux longs de la Grèce (10 ans) se sont tout de même détendus de 126pb en février après l accord conclu avec ses partenaires européens. Les spreads entre les taux périphériques (excepté la Grèce) et le taux allemand sont désormais à leur plus bas d avant crise de la dette souveraine. En termes d émissions, on note une émission 2020 pour la France à 0%, Allemagne 5 ans à -0,08% et Portugal 10 ans à 2,04%, trois niveaux jamais atteints pour ces pays et qui rencontrent une demande importante. Au final, les pays de la zone euro anciennement en crise comme le Portugal ou l Irlande (mais aussi l Italie et l Espagne) se financent moins cher que les Etats-Unis. Les taux américains se sont tendus en février après la forte détente de janvier sur toutes les échéances. La tension sur les taux américains et le fait que le supplément de rendement par rapport à l Allemagne soit sur un plus haut historique s expliquent par plusieurs éléments. Le cycle économique américain est actuellement très décorrélé du cycle économique européen. Les Etats-Unis ont environ 3 ans d avance sur la zone euro en termes de cycle économique, alors qu habituellement les cycles sont en décalage de 6 mois. En outre, la stabilisation du prix du pétrole écarte le scénario déflationniste et appuie le scénario d une remontée de taux en 2015, peut-être dès juin. Les taux japonais sont en relative tension ce mois-ci. Le taux deux ans 15

16 est repassé en positif, le 10 ans nippon a doublé à 0,37% et passe ainsi pour la première fois au-dessus du rendement du Bund. Cela serait surtout dû aux flux, les investisseurs craignant des risques résiduels après le choc provoqué par la BNS mijanvier. Les transactions sur les obligations souveraines japonaises ont reculé à milliards de yens en janvier, contre Mds yens en décembre. Après de nombreuses semaines de flux négatifs sur les obligations émergentes (libellées en dollars), la recherche de rendement a entrainé un petit retour des flux acheteurs sur les émergents, malgré quelques pays en grande difficulté, sur les deux dernières semaines de février. Le rendement affiché par ces obligations souveraines a fini par attirer l attention des investisseurs dans cet environnement de chasse au rendement. Après S&P, Moody s relègue également la dette russe en catégorie spéculative (BB+). L impact de la crise en Ukraine, l effondrement du pétrole et la faiblesse du rouble ont été évoquées comme raisons à cette dégradation. La Russie devrait être en récession en 2015 avec une inflation galopante. Le taux 10 ans russe culmine toujours à des sommets : après avoir baissé de 13,9% à 12% en début de mois il est remonté à 13,6%. Petrobras fait face à un scandale de corruption, n a pas réussi à publier ses comptes et souffre de l effondrement des cours du brut. Trois raisons qui ont suffi à Moody s pour dégrader la société contrôlée par l Etat brésilien en catégorie spéculative à Ba2 (BB). Les observateurs craignent désormais pour la note souveraine du Brésil, les déboires de la compagnie pétrolière pouvant coûter jusqu à 5 points de croissance au pays dans le scénario extrême où l Etat serait obligé de renflouer la société. Le marché du crédit investment grade évolue peu ou prou comme le marché des obligations souveraines. Les entreprises émettent toujours plus long à des taux toujours plus bas. La demande des investisseurs semble repartir, certains arbitrant les souverains pour le crédit qui présente un (léger) supplément de rendement. Il y a des acheteurs qui se positionnent et des rachats de shorts pour couper certaines pertes. Le high yield est actif sur le secondaire avec des spreads qui se compriment encore davantage. A l inverse le marché HY primaire est resté atone ce mois-ci. Sur le marché IG, les spreads se sont encore détendus en février, mouvement qui prévaut depuis plusieurs mois maintenant. Du côté des émissions, le marché IG est actif avec des émissions de plus en plus favorable aux émetteurs (taux plus bas, échéance plus longue), et qui intéressent encore les investisseurs. Ainsi, Statoil et BP ont émis respectivement 1 milliard et 1,5 milliard d euros sur des maturités 2035 et 2027 offrant 1,6% et 1,5% de coupon. Roche a émis à maturité 2025 avec 1% de coupon et Telioasonera a émis 500M à maturité 2035 avec un coupon de 1,625%. En outre, certains noms américains profitent des caractéristiques de la courbe européenne pour émettre en euros. 16

17 Les américains sont d ailleurs les premiers émetteurs en euros depuis le début de l année. Les entreprises américaines ont levé au total plus d un quart des montants en euros (19,4 milliards / 73 milliards d euros). Cette part de marché a plus que doublé par rapport à Coca-Cola a émis 8,5 milliards d euros. Cet engouement pour les émissions en euros s explique par les écarts de rendement entre la zone euro et les USA : cela coûte deux fois moins cher d émettre en zone euro qu aux Etats- Unis. Du côté des notations, le marché investment grade compte un nouveau membre : EDP (Elec Portugal). Moody s a relevé la note du groupe électrique portugais à Baa3 (BBB-) assortie d une perspective stable, mettant en avant sa capacité à se désendetter malgré des conditions économiques encore fragiles au Portugal. Sur le marché du high yield européen, la saison des résultats s est poursuivie sans aucun incident de crédit, excepté un bris de covenant de Tereos dont la baisse de la rentabilité a fait augmenter sensiblement le levier. Le marché du high yield se retrouve dans un environnement extrêmement favorable. Sur le deuxième semestre 2014, le tapering couplé à l effondrement du prix du pétrole avait fait se tendre les spreads HY de 100 à 200pb. Actuellement, l environnement de marché est quasi opposé : avec le QE de la BCE couplé à la stabilisation des prix du pétrole, le spread HY a refait une bonne partie du chemin perdu au second semestre 2014 (reste encore 35pb de détente sur le spread). La bonne progression du marché high yield est à attribuer au retour des flux. Les flux étaient relativement atones depuis l automne 2014 sur le HY, ce qui n est plus le cas depuis le début de l année avec un véritable redémarrage des inflows. Les spreads sur le crossover se sont ainsi détendus d une cinquantaine de points de base en février à 258pb (après une détente de 30pb environ en janvier), soit un retour des spreads au niveau précédant la forte tension de l automne Dans le détail, le simple B a vu ses spreads se compresser fortement par rapport aux BB (-92pb contre -46pb pour le BB). Le CCC a profité d une certaine euphorie sur le marché secondaire HY et voit également ses spreads se resserrer de 85pb. L annonce de la BCE a bénéficié aux fonds et ETF d obligations à haut rendement européennes qui collectent près de 2Mds d euros et aux obligations haut rendement américaines qui collectent 10 milliards de dollars sur les 4 semaines suivant l annonce. Du côté des émissions, on note deux hybrides : TDC (Télécom danois) qui émet 750 M avec un coupon de 3,5% et Total en deux tranches (un call 2021 et un call 2026) avec un coupon de 2,625%. Pour le reste le marché primaire est resté très calme. Enfin, nous notons un défaut, sans conséquence sur le marché obligataire : Martinsa-Fadesa, promoteur immobilier espagnol victime de la bulle immobilière 2008 et en cessation de paiement depuis cette année, n a pas obtenu l accord de ses créanciers pour poursuivre son activité. La 17

18 société n avait pas d obligation en circulation sur le marché. L ensemble des marchés actions a progressé en février. «L alignement des planètes» se poursuit en zone euro, elle a permis au marché actions européen de signer sa meilleure progression de début d année depuis Les premiers signes de stabilisation du cours du pétrole permettent aux actions américaines de reprendre des couleurs tandis que les marchés actions émergents, malgré un contexte cyclique défavorable, bénéficient de l assouplissement monétaire généralisé en leur sein. Tous les facteurs se conjuguent pour soutenir les actions européennes qui ont progressé de 15% en l espace de 2 mois, avec une régularité impressionnante depuis la mi-janvier: non seulement l embellie conjoncturelle avec la thérapie de choc taux-devise de la BCE + baisse du pétrole, et le retour massif des investisseurs à la recherche d un peu de rendement, mais aussi les résultats des entreprises, qui, comme espéré, enclenchent un solide mouvement de remontée. Les publications concernant le dernier trimestre 2014 sont globalement meilleures que prévues sous l effet bénéfique de la baisse de l euro qui fait gagner des parts de marché et progresser les chiffres d affaires des sociétés européennes. Ce retournement haussier historique des profits des entreprises européennes, qui était guetté en vain depuis 2 ans, devrait se prolonger et s amplifier en L allure du consensus bénéficiaire 2015 est la plus robuste qu on ait connue depuis longtemps puisque le consensus a été relevé pour tous les secteurs à l exception de l énergie. Les prévisions de croissance des bénéfices semblent de ce fait fermement installées au-dessus de 10%. Le regain de confiance dans la reprise européenne s est traduit par une nette surperformance des secteurs cycliques sur les secteurs défensifs ce mois-ci. En progression de 6.4% sur février et de 8% depuis le début de l année, les actions japonaises bénéficient d un cocktail positif similaire à celui des entreprises européennes : espoir de reprise cyclique, publications de résultats bien orientés, flux acheteurs soutenus les injections monétaires et par le basculement en actions du fonds de pension public. Il convient d ajouter à cela un facteur structurel favorable qui se manifeste de mois en mois à travers le redéploiement beaucoup plus offensif des capitaux des entreprises nipponnes, se traduisant par des restructurations domestiques et des acquisitions en vue de gagner en rentabilité et/ou en parts de marchés. La culture financière au Japon est en train de changer et la stratégie des entreprises est de plus en plus clairement tournée vers la rentabilité pour l actionnaire. Les actions américaines reprennent quelques couleurs en février. Le SP 500 a progressé de 5.5% et le Nasdaq de 7.1%, ce qui permis aux actions américaines de corriger la trajectoire baissière du mois précédent. Ce rattrapage s est effectué grâce aux résultats trimestriels des valeurs technologiques qui ont dépassé les attentes et au rebond des valeurs pétrolières qui ont interrompu leur 18

19 chute à la faveur de la stabilisation du prix de l or noir sur les dernières semaines. Mais sur l ensemble des autres secteurs la tendance a généralement été la révision à la baisse des perspectives de profit et chiffres d affaires, pour les raisons inverses à l Europe : la force du dollar US pénalise les chiffres d affaires et les profits réalisés à l étranger. Ainsi même si l économie est robuste et que les secteurs tournés vers la consommation domestique bénéficient d un regain d intérêt, les actions américaines restent vulnérables. Après 5 années de rally continu leur valorisation est élevée et pourrait pâtir du début de normalisation monétaire qui se profile maintenant que la hausse des salaires est venue apporter la touche finale au tableau d une reprise économique complète. La tendance générale d assouplissement monétaire dans les pays émergents a compensé aux yeux des opérateurs l influence néfaste du ralentissement économique. Après plusieurs années de dégradation du sentiment, les actions émergentes sont également relativement protégées contre une forte dépréciation supplémentaire par leur valorisation basse. Les actions émergentes ont ainsi progressé dans l ensemble en février, même si ces gains, une fois convertis en euros se réduisent à peu de chose étant donnée la tendance observée de dépréciation des devises émergentes. On notera que le meilleur parcours depuis le début de l année est celui de la bourse russe dominée par le secteur pétrolier, qui fait un comeback à la faveur de la stabilisation du prix du pétrole, mais après une descente aux enfers en Concernant les devises, l Euro, après avoir baissé de manière significative en 2014 (-12%) et en janvier (-7,5%), s est stabilisé face au dollar la majeure partie du mois de février. La pause dans la dépréciation est liée notamment au flou de la partie américaine conséquence de l incertitude sur le prochain mouvement de la FED et son timing. Le dollar avait progressé contre la majorité des devises en janvier. Ce n est plus le cas en février. L euro, quant à lui, s est une nouvelle fois déprécier contre la majorité des devises mais dans une moindre mesure. Les déclarations très prudentes de Janet Yellen concernant une éventuelle hausse des taux ont joué avec les nerfs des traders du forex. Affichant des résultats en termes d emploi et d inflation conformes aux attentes, l économie américaine doit maintenir le rythme sur la durée pour que la présidente de la FED envisage une manœuvre de politique monétaire qui aura probablement pour effet une appréciation du dollar. Les devises émergentes restent dans une certaine faiblesse. Elles continuent de s effriter de manière régulière. Cette mise sous pression relative des devises émergentes est liée au ralentissement de ces économies et en même temps cette faiblesse des devises est de plus en plus assumée, voire voulue de la part des banques centrales. Avec le ralentissement de l inflation, les banques centrales émergentes peuvent piloter la devise afin que 19

20 leurs économies soient plus compétitives. Ainsi, le marché a reçu 5/5 l inflexion dans le discours de la banque centrale brésilienne et le Real s est déprécié de 8% en février. Comme dans d autres économies émergentes, cette dépréciation est en partie liée au ralentissement de l économie et subie par le Brésil et en partie voulue pour relancer la compétitivité du pays. En chine, le Yuan est tombé lundi 2 mars à son plus bas niveau face au dollar depuis octobre 2012, après la baisse des taux annoncée samedi par la banque centrale. La dépréciation reste cependant très contenue depuis le début de l année (-1% face au dollar). La Banque Populaire de Chine qui veut faire du yuan une monnaie internationale s empêche d utiliser l arme d une dépréciation importante du change. Avec l accord obtenu à Minsk et la stabilisation du prix de baril de pétrole aux environs de 60$, le rouble a repris des couleurs ce mois-ci face à l euro et face au dollar (EUR/Rouble = 69,2 et USD/Rouble = 61,53). Après avoir décidé d abandonner le plancher de 1,20 CHF, le franc suisse avait décollé à la hausse en janvier. Ce mouvement s est interrompu et le CHF a baissé face à l euro et face au dollar ce mois-ci. Sur le marché des matières premières, concernant le pétrole, la stabilisation du prix est enfin solide, autour de 60 dollars le baril. La stabilisation du prix est due à l espoir que la réduction de l offre (due à la baisse du prix et de la rentabilité) finisse par stabiliser les cours. Le prix de l once d or recule en février à cause de l allègement de positions longues de spéculateurs. Pour preuve de la réduction de l offre, le nombre de foreuses en activité aux Etats-Unis recule chaque semaine (de 1609 en octobre à 1056 actuellement) avec la baisse du prix, de plus en plus de champ n étant plus rentable. Cependant, l abondance de l offre est toujours de mise. Le démarrage de champs offshore dans le golfe du Mexique compense l arrêt des foreuses terrestres. On pourrait cependant assister à une réduction de la production américaine dans la seconde partie de l année (en prenant l hypothèse d une stabilisation des champs offshore et une réduction continue des foreuses terrestres), ce qui contribuerait à (au moins) stabiliser le prix du baril. Depuis le début de l année le WTI est en baisse de 7,8% alors que le Brent est en hausse de 7,1%. La grêve de certains raffineurs américains a perturbé la demande alors que la production continuait de croître. Au chapitre des tendances long terme, BP prévoit une croissance annuelle de la demande de pétrole de 0,8% par an à horizon 2035, grâce à l augmentation de la demande des émergents qui ferait plus que compenser le déclin de la demande des pays OCDE. La rationalisation de l offre couplée à une augmentation régulière de la demande devrait donc faire augmenter de nouveau le prix du baril. 20

21 L exposition en or des spéculateurs a reculé de 22,8M fin janvier à 19M au dernier comptage. Cependant, la poursuite généralisée de politiques monétaires accommodantes devrait servir de soutien au prix de l once d or. L or n arrive pas à s apprécier dans le contexte actuel : le métal jaune abandonne en février ce qu il a gagné en janvier. 21

22 CONTACT Direction commerciale : Eléonore Niccolai 63 rue La Boétie Paris Tel : Forward Finance est immatriculé auprès de l ORIAS Registre Unique des Intermédiaires en Assurance, Banque et Finance en qualité de CIF (Conseil en Investissement Financier) sous le n Enregistré auprès de l AMF et membre de l Association Nationale des Conseils Financiers

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO?

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? PRIX À LA CONSOMMATION 5 Indice général et inflation sous-jacente variation sur 12 mois en % 4 3 Indice général 2 1 Indice hors alimentation et énergie

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UN REPLI SENSIBLE DU PRIX DU BARIL DEPUIS QUELQUES MOIS Le cours du baril de Brent a chuté à partir de l été

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

GEMAST OBLIG COURT TERME

GEMAST OBLIG COURT TERME Fonds commun de placement GEMAST OBLIG COURT TERME Exercice du 01/07/2014 au 30/06/2015 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion Cet OPCVM

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group

2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group ONMEDIA Dossier Décembre 2011 2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group 2011-2012 : croissance mondiale au ralenti Dans son rapport publié en septembre dernier, le FMI prédit

Plus en détail

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale ŒKONOMIA Analyse du 8 septembre 2015 Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale Depuis le début de l année, on parle beaucoup de l exceptionnel alignement des planètes

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

Zone euro : panorama conjoncturel

Zone euro : panorama conjoncturel Prévisions Mensuel n 1/1 27 janvier 21 Zone euro : panorama conjoncturel Le cycle des économies avancées s est renforcé en fin d année 214 et la production industrielle dans la zone euro est annoncée en

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14 ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14 1/ Contexte : En Europe, les marchés actions sont toujours aussi peu directionnels. L économie européenne et les risques géopolitiques soulèvent quelques

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

L industrie d exportation affronte des vents contraires

L industrie d exportation affronte des vents contraires Conjoncture économique - 2 e trimestre 215 L industrie d exportation affronte des vents contraires PIB USA JPN EUR PIB et Baromètre Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail