LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014"

Transcription

1 Département Finances Dossier suivi par Nathalie BRODIN, Claire GEKAS, Soraya HAMRIOUI 15 janvier 2014 LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Les dispositions de la loi de finances rectificative pour 2013 et de la loi de finances pour 2014 impactent les budgets locaux de 2014 : - en fonctionnement - en investissement. I. FONCTIONNEMENT A. Le taux de revalorisation des valeurs locatives pour 2014 est de 0,9 %. B. DGF 2014 : quelques éléments d information pour l estimation de la baisse de dotation Les collectivités locales sont appelées à contribuer à l effort de redressement des comptes publics, à travers un prélèvement de 1,5 milliard d euros, imputé sur la DGF. Le bloc communal (communes + EPCI) en prend à sa charge 840 M (soit 56 % de la contribution totale), qui sont répartis entre les communes (588 M ) et les EPCI à fiscalité propre (252 M ). Définition de la base de calcul de la contribution Pour chaque commune et EPCI, le calcul de la contribution se fait au prorata des recettes réelles de fonctionnement (RRF) de son seul budget principal, minorées : - des atténuations de produits, - et, pour les communes EPCI concernés, du produit des mises à disposition de personnel facturées dans le cadre de mutualisation de services entre l EPCI et ses communes membres. Document de référence utilisé : Les chiffres pris en compte pour ces différents montants sont ceux constatés dans les comptes de gestion Atténuations de produits Comptablement, les atténuations de produits comprennent les comptes qui sont regroupés dans le chapitre globalisé de dépenses 014, «Atténuation de produits». Il s agit des comptes , 70389, 70619, , 739, 7419, , et Sont visés les transferts de fiscalité entre communes et EPCI (attributions de compensation, dotation de solidarité communautaire) et les prélèvements effectués sur les recettes fiscales (prélèvements FNGIR, FSRIF, FPIC, prélèvement au titre de l'article 55 de la loi SRU notamment).

2 Produit des mises à disposition de personnel facturées dans le cadre de mutualisation de services au sein d un EPCI Pour les EPCI concernés par la mutualisation de personnel, il s agit des remboursements perçus, selon le cas : - par une commune (généralement la commune-centre) au titre de la mise à disposition de personnel au profit de l EPCI ; les recettes correspondantes sont imputées au compte Mise à disposition de personnel facturée au GFP de rattachement (GFP : groupement à fiscalité propre), - par l EPCI au titre de la mise à disposition de personnel au profit d une ou plusieurs communes membres ; recettes imputées au compte Mise à disposition de personnel facturée aux communes membres du GFP. Etapes de calcul de la contribution La contribution sera prélevée, pour les communes, sur leur dotation forfaitaire et pour les EPCI, sur leur dotation d intercommunalité. pour chaque commune et EPCI sera établi le montant de RRF servant de base de calcul, au regard du compte de gestion 2012 : montant de RRF servant de base de calcul = RRF du budget principal montant du chapitre 014 compte pour les communes ou compte pour les EPCI un pourcentage sera appliqué au montant obtenu pour calculer le montant de contribution individuelle. Le pourcentage sera identique pour toutes les communes. Pour les EPCI, un autre pourcentage (différent de celui des communes, mais identique pour tous les EPCI) sera appliqué. Ainsi, pour chaque commune et chaque EPCI, le montant de la contribution se calcule de la manière suivante : Montant prélevé = montant de RRF servant de base de calcul x pourcentage Le montant de ces deux pourcentages (communes / EPCI), calculé par les services de l Etat, n est pas encore connu. Un décret en cours de préparation doit effet définir les différents éléments de calcul pris en compte. Les pourcentages seront établis après la publication du décret et des circulaires d application. Afin de permettre aux communes et aux EPCI d estimer dès à présent le montant de leur contribution, on peut considérer que ce pourcentage s établira vraisemblablement entre 0,74 % et 0,8 % pour les communes ; pour les EPCI, il devrait être légèrement supérieur et pourrait approcher 1 %. Attention : Il s agit ici d une estimation donnée à titre indicatif, qui ne préjuge ni du montant exact de la contribution de chaque commune et EPCI, ni du montant de dotation forfaitaire ou de dotation d intercommunalité qui leur sera notifié pour En effet : - le pourcentage qui sera réellement appliqué n est pas encore connu, - le montant de la contribution sera imputé sur la dotation forfaitaire 2014 pour les communes et sur la dotation d intercommunalité 2014 pour les EPCI ; or, ces dotations seront calculées selon les règles habituelles, avant imputation de la contribution. Celle-ci ne s appliquera donc pas au montant de dotation perçu en 2013, mais au montant «théorique» qui aurait été perçu en 2014 en l absence de contribution.

3 Pour les communes, le montant obtenu sera imputé sur la dotation forfaitaire Si la dotation forfaitaire est insuffisante, le solde sera prélevé sur les compensations d exonération de fiscalité locale perçues par la commune et, à défaut, sur ses avances de fiscalité. Les montants de dotation forfaitaire devraient être mis en ligne sur le site de la DGCL vers la fin du mois de février. De la même manière pour les EPCI, le montant obtenu sera imputé sur la dotation d intercommunalité Si la dotation d intercommunalité est insuffisante, le solde sera prélevé sur les compensations d exonération de fiscalité locale perçues par l EPCI et, à défaut, sur ses avances de fiscalité. Les montants de dotation d intercommunalité devraient être mis en ligne sur le site de la DGCL vers la mi-mars. C. Le FPIC (Fonds de péréquation intercommunal et communal) L article 134 de la loi de finances pour 2014 a vocation à ajuster les modalités de répartition des deux fonds de péréquation horizontale du secteur communal : - le fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales (FPIC), - et le fonds de solidarité des communes de la région Ile de France (FSRIF).» L objet de ces fonds est de redistribuer une partie des ressources fiscales des communes et intercommunalités en prélevant des ressources aux collectivités disposant d un niveau de ressources supérieur à la moyenne pour abonder le budget des collectivités moins favorisées. Mis en place par l article 144 de la loi de finances pour 2012, le FPIC a vocation à monter en charge. Réformé par l article 145 de la loi de finances pour 2012, le FSRIF progresse également. Ainsi, conformément aux orientations du Pacte de Confiance et de Responsabilité établi le 16 juillet dernier : - le montant du FPIC, établi à 360 M en 2013, continuera sa progression à hauteur de 570 M en 2014, 780 M en 2015 puis 2 % des recettes fiscales du bloc communal, soit environ 1 Milliard en le montant du FSRIF passera de 230 M en 2013 à 250 M en En ce qui concerne le prélèvement : - la prise en compte à l intérieur de l indice synthétique du potentiel financier à hauteur de 75 % (et non plus 80 %), et du revenu par habitant à hauteur de 25 % (au lieu de 20 %), - le relèvement du plafonnement du prélèvement à 13 % (au lieu de 11%). En ce qui concerne le reversement : - un effort fiscal supérieur à 0,80 en 2014 et à 0,90 en 2015 sera nécessaire pour être éligible au reversement du FPIC (article L du CGCT). Prélèvement FPIC = indice synthétique x Pop DGF x valeur de point de prélèvement Indice synthétique = 75% ( l écart à 90% de la moyenne nat du PFiA/hab de l EI*) de prélèvement + 25% ( l écart à la moyenne nat du revenu/hab de l EI)

4 Versement FPIC = indice synthétique x Pop DGF x valeur de point de versement Indice synthétique = 20% (PfiA moy par hab national /PfiA de l EI par hab) + 60% (revenu moy par hab national/ revenu moy par hab de l EI) + 20% (Effort Fiscal agrégé de l EI/ Effort Fiscal moy nat) NB: les bénéficiaires ont un effort fiscal > 0,80 *EI: Ensemble intercommunal D. La CFE Minimum Suite à la décision du Conseil Constitutionnel, dans sa décision n DC du 29 décembre 2013, les bornes spécifiques aux BNC sont donc supprimées. Régime antérieur de la CFE minimum Montant du chiffre d affaires Montant de la base minimum Inférieur à 100 K entre 206 et de 100K à 250 K entre 206 et Plus de 250 K entre 206 et La LF 2014 et la CFE minimum Montant du chiffre d affaires Montant de la base minimum Inférieur ou égal à 10 K Entre 210 et 500 Plus de 10 K et jusqu à 32,6K Entre 210 et Plus de 32,6 K et jusqu à 100 K Entre 210 et Plus de 100 K et jusqu à 250 K Entre 210 et Plus de 250 K et jusqu à 500 K Entre 210 et Plus de 500 K Entre 210 et 6 500

5 1. Auto-entrepreneurs - Article II-C de la LF pour 2014, et article 55 de la LFR pour Exonération en 2014 Le II-C de l article 76 de la loi de finances pour 2014 prévoit que les auto-entrepreneurs ayant créé leur activité en 2012 et ayant bénéficié de leur première année d exonération en 2013, demeureront exonérés de CFE au titre de l année De surcroît, l article 55 de la LFR pour 2013 prévoit une nouvelle prorogation d un an de l exonération de CFE au titre de 2013 pour les auto-entrepreneurs : - qui ont été exonérés au titre de 2011 et 2012, - qui ont débuté leur activité en Prise en charge de 50% de l exonération par l Etat Compte tenu de la prorogation de l exonération des auto-entrepreneurs sur 2014, le manque à gagner pour les collectivités locales a été évalué à 120 M par les services de l Etat. Cette exonération est cependant prise en charge à 50% par l Etat, soit un manque à gagner de 60 M pour les collectivités locales. Rappel : l an dernier l Etat avait pris en charge 100% de l exonération, soit 40 M 2. Ecrêtement de la cotisation totale de CFE Article 56 de la LFR 2013 Limitation à 500 du montant de la CFE et de ses taxes annexes dues au titre de 2013 pour les contribuables relevant du régime «micro» et imposés sur la base minimum, dont le montant du chiffre d affaires est inférieur à Validité des délibérations La cotisation minimum de CFE est égale au produit de la base minimum par le taux global de CFE. L établissement de la CFE minimum relève ainsi de deux délibérations prises par l organe délibérant : - une délibération déterminant l assiette, - une délibération déterminant le taux. La question de la validité des délibérations portent sur les délibérations déterminant l assiette. Les délibérations déterminant le taux restent valables tant qu elles n ont pas été rapportées Pour les collectivités locales qui ont délibéré l an dernier, les délibérations prises continuent de s appliquer. Les délibérations de l an dernier relatives à la fixation des assiettes continuent de s appliquer en 2014 sous réserve du respect des nouveaux plafonds pour les contribuables des 3 tranches inférieures ou égales à Exemple1 : si une collectivité a délibéré sur un barème de base fixé à 2000 l an dernier pour les redevables réalisant moins de de chiffres d affaires, ce barème est ramené par l article 76 à: pour les redevables réalisant moins de de chiffre d affaires, pour les redevables réalisant plus de et moins de de chiffre d affaires, mais reste fixé à pour les redevables réalisant plus de et jusqu à de chiffres d affaires puisque le nouveau plafond pour cette tranche de chiffre d affaires s élève à Exemple 2 : si une collectivité a délibéré sur une assiette fixée à 4000 l an dernier pour les entreprises réalisant de à de chiffre d affaires, ce barème reste en vigueur en 2014 même si le nouveau dispositif fixe un maximum de

6 Les délibérations relatives aux exonérations prises l an dernier continuent de s appliquer Sous réserve du respect des plafonds du nouveau barème, les délibérations prises pour les assujettis n exerçant leur activité professionnelle qu à temps partiel ou pendant moins de neuf mois de l année et pour les assujettis dont le montant hors taxes des recettes ou du chiffre d affaires au cours de la période de référence est inférieur à continuent à s appliquer Pour les collectivités locales qui n avaient pas délibéré l an dernier et qui décident de ne pas délibérer cette année, le nouveau barème s applique En l absence de délibération l an dernier et cette année, si le montant de la base minimum s appliquant aux redevables excède la limite supérieure applicable à la tranche correspondant, il est ramené à cette limite, et ce pour toutes les tranches de chiffres d affaires Prise en charge par les collectivités des augmentations de CFE : le dispositif est reconduit Un arrêté ministériel déterminera les modalités comptables de cette prise en charge. E. La répartition de la CVAE Les effectifs et la valeur locative des établissements industriels sont affectés d un coefficient de 5 au lieu de 2. Le produit CVAE pour 2014 sera en baisse de 4,5% par rapport à 2013 au niveau national. Baisse de produit de la CVAE attendu en 2014 Les derniers chiffres communiqués font état d une perte globale de 4,5 % sur le produit total de la CVAE. Pour le bloc communal, le produit CVAE total s élèverait à 4 130,9 M en 2014, soit une baisse de 4,5 % correspondant à une perte de produit de 194,4 M par rapport à Cette baisse globale ne reflète pas les réductions enregistrées pouvant aller jusqu à 80 % pour certaines collectivités. L AMF, dans un communiqué de presse du 26 novembre 2013, a demandé la mise en place d un meilleur suivi de l évolution de la taxe par les collectivités avec communication des versements effectués par les entreprises en temps réel, et non, comme c est le cas actuellement un an après les premiers versements et sans distinction des différents acomptes. En effet, après une hausse de + 7,5 % en 2013, les collectivités locales sont confrontées à une baisse qu elles n ont pu prévoir, faute d informations suffisantes. La DGFiP réfléchit à la possibilité de fournir les premiers montants de CVAE encaissés cette année, dès le mois de juillet, au titre de : - la régularisation de l exercice précédent versé en mai, - le 1 er acompte versé en juin. Pour cette année, la DGFiP, a indiqué que des explications détaillées devront être fournies par les DDFiP sur demande des collectivités. De même, la DGCL a demandé aux préfectures de fournir des explications suffisantes aux collectivités concernées. Les explications de la DGPIF quant aux variations erratiques du produit de la CVAE sont jointes en annexe : il est indiqué que la variation est due à : - un effet de rattrapage en 2013, l augmentation du produit de la taxe étant de 5,8% sur 3 ans, soit une augmentation moyenne de 1,9% par an, - des baisses enregistrées sur le secteur banques et assurances allant jusqu à 20% du produit de la CVAE au niveau national. Ces baisses ne sont pas dues à des effets d optimisation fiscale mais à la réduction du chiffre d affaires notamment pour les assurances. En effet, la réduction des assurances vie notamment, la fiscalisation attendue de ces activités ont conduit les compagnies d assurances à augmenter leurs provisions.

7 Par ailleurs, une mission de l Inspection Générale des finances devrait communiquer sur l inexistence des effets groupes sur le produit de la CVAE : la DGFIP indique en effet que de telles variations sur la valeur ajoutée relèveraient de la notion d actes anormaux de gestion. F. Taxes foncières - La majoration obligatoire de la valeur cadastrale des terrains constructibles en zone tendue qui devait intervenir au 1 er janvier 2014, est reportée au 1 er janvier 2015 ; - Pour les propriétaires de locaux vacants qui s engagent dans un dispositif de résidence temporaire, les collectivités locales peuvent délibérer sur un abattement de 25 % de la valeur locative des locaux dès cette année, les délibérations pouvant être prises jusqu au 21 janvier 2014 ; - Abattement de taxe foncière sur les propriétés bâties en faveur du logement social : les propriétaires de certains logements sociaux continuent de bénéficier d un abattement de 30% sur la base d imposition à la TFPB ; - Terrains de golf : imposition à la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) à partir de Pour 2014, par délibération prise avant le 21 janvier 2014, communes et EPCI à fiscalité propre pourront exonérer les terrains de golf de TFPB à concurrence de 50 % ou de 75 % ; - Valeur locative des ports de plaisance : reporte d un an l application de la nouvelle méthode d évaluation, qui s appliquera à compter de 2015 ; - L IFER est étendu aux canalisations transportant des produits chimiques ; - L exonération fiscal en faveur des jeunes entreprises innovantes créé jusqu au 31 décembre 2013, est prorogé jusqu au 31 décembre 2016 ; - Les communes isolées au 1 er janvier 2011 qui se rattachent à un EPCI à fiscalité additionnelle peuvent supprimer, si elles le souhaitent, dès l année de rattachement ou le cas échéant en 2014, la double prise en compte d une fraction du taux départemental de taxe d habitation (31 janvier 2014). 4 délibérations peuvent être prises dès janvier 2014 : - Délibération sur le nouveau barème de CFE (21 janvier) ; - Délibération sur un abattement de 25% de la valeur locative des logements vacants devenus résidences temporaires (21 janvier) ; - Délibération sur une exonération des terrains de golf de TFPB à concurrence de 50 % ou de 75 %(21 janvier) ; - Délibération supprimant, si elles le souhaitent, dès l année de rattachement ou le cas échéant en 2014, la double prise en compte d une fraction du taux départemental de taxe d habitation (31 janvier). G. Tarifs Pour les collectivités qui établissent les grilles de tarifs en fonction du quotient familial, la loi de finances pour 2014 revalorise de 4% le revenu fiscal de référence. Calcul du quotient familial (QF) : QF = Revenu fiscal de référence nombre de parts

8 H. Rythmes scolaires RECETTES DES COMMUNES ELIGIBLES Pour les dotations du fonds, la part forfaitaire a été fixée à 50 euros par élève et la part majorée à 40 euros par élève pour l'année , puis 45 euros pour l'année I. Dépenses de personnel Suppression du jour de carence II. INVESTISSEMENT La loi de finances pour 2014 répercute dans le taux de calcul du FCTVA la hausse du taux normal de TVA, relevé de 19,6 % à 20 % au 1er janvier Ainsi, le taux de compensation forfaitaire du FCTVA est fixé à 15,761 % pour les dépenses éligibles réalisées à compter du 1er janvier 2014 ; il était jusqu à présent égal à 15,482 %. Attention - En 2014, seules les collectivités bénéficiant du FCTVA l'année même de la dépense (notamment les communautés de communes et d agglomération) percevront des attributions de FCTVA calculées avec le nouveau taux, sur la base de dépenses grevées d un taux de TVA de 20 %. - Pour les collectivités percevant le FCTVA avec une ou deux années de décalage, le FCTVA versé en 2014 restera calculé à 15,482 %, puisqu il concernera des dépenses effectuées en 2012 ou 2013 grevées du taux de TVA de 19,6 %. En revanche, pour les dépenses que ces collectivités réalisent en 2014, le FCTVA qui leur sera versé en 2015 ou 2016 selon le cas sera calculé au nouveau taux de 15,761 %.

Supplément à l analyse des lois de finances

Supplément à l analyse des lois de finances Février 2012 Supplément à l analyse des lois de finances Précisions concernant le FPIC Suite à l adoption de la loi de finances pour 2012, le Comité des finances locales a examiné mardi 7 février un projet

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LES DISPOSITIONS EN MATIERE FISCALE GENERALITES - Barème de l impôt sur le revenu 2016 La note sur la fiscalisation

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

Fonds de péréquation intercommunale et communale FPIC. Jeudi 17 janvier 2013

Fonds de péréquation intercommunale et communale FPIC. Jeudi 17 janvier 2013 Fonds de péréquation intercommunale et communale FPIC Jeudi 17 janvier 2013 Le Fonds de Péréquation des ressources Intercommunales et Communales (FPIC) CADRE GÉNÉRAL Principes fixés en LFI 2010 / Opérationnel

Plus en détail

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI le 9 avril 2010 LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI Le présent document a pour objet de proposer les aménagements nécessaires

Plus en détail

LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES

LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES Réunion d information à destination des élus des communes lundi 30 mars 2015 à Avranches mars 2015 1 LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES : Dotation Globale de Fonctionnement

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE III Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. DIFFERENTS PRINCIPES DIRECTEURS ONT GUIDE LA MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME

Plus en détail

Présentation de la réforme de la taxe professionnelle. (Loi de finances pour 2010)

Présentation de la réforme de la taxe professionnelle. (Loi de finances pour 2010) Présentation de la réforme de la taxe professionnelle (Loi de finances pour 2010) I. Economie générale La réforme de la taxe professionnelle a pour vocation de lutter contre une source de déséquilibre

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1 Eco-Fiche Avril 2011 LA FISCALITE LOCALE 1 La fiscalité locale constitue la catégorie de ressources des collectivités territoriales la plus significative. Souvent jugée inégale, injuste ou encore complexe,

Plus en détail

NOR/INT/B/00/00315/C le 28 décembre 2000

NOR/INT/B/00/00315/C le 28 décembre 2000 Ministère de l intérieur Direction générale des collectivités locales Ministère de l économie, des finances et de l industrie Direction générale de la comptabilité publique NOR/INT/B/00/00315/C le 28 décembre

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

LES PRINCIPALES DISPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2015

LES PRINCIPALES DISPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2015 LES PRINCIPALES DISPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2015 Les dispositions des dernières lois de finances impactent les budgets locaux 2015 en fonctionnement et en investissement.

Plus en détail

Analyser. janvier 2010. La réforme de la taxe professionnelle. La CFE, cotisation foncière des entreprises. Fiche technique

Analyser. janvier 2010. La réforme de la taxe professionnelle. La CFE, cotisation foncière des entreprises. Fiche technique La réforme de la taxe professionnelle janvier 2010 Fiche technique La réforme de la taxe professionnelle a été adoptée en loi de finances pour 2010. Le texte comporte, d une part, un volet «entreprises»

Plus en détail

Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe)

Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe) Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe) L esquisse du budget 2016 de la MGP présente un montant d épargne brute de 65 M. * * * Cet autofinancement est dégagé grâce à un

Plus en détail

Le projet de loi de finances pour 2015 avant discussion en séance publique

Le projet de loi de finances pour 2015 avant discussion en séance publique Département Finances Dossier suivi par Nathalie BRODIN, Claire GEKAS Lundi 13 octobre 2014 Le projet de loi de finances pour 2015 avant discussion en séance publique SOMMAIRE OBJECTIF DE REDUCTION DU DEFICIT

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

6. Les contributions de l État

6. Les contributions de l État 6. Les contributions de l État En conséquence des allègements d'impôt décidés, l'état est amené à contribuer lui-même aux recettes fiscales des collectivités locales pour ne pas porter atteinte à leurs

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2016 PRINCIPALES DISPOSITIONS POUR LE BLOC COMMUNAL

LOI DE FINANCES POUR 2016 PRINCIPALES DISPOSITIONS POUR LE BLOC COMMUNAL LOI DE FINANCES POUR 2016 PRINCIPALES DISPOSITIONS POUR LE BLOC COMMUNAL Cette note a pour objet de présenter les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2016 impactant le bloc communal

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Les finances locales en 2014 : actualité, enjeux et perspectives. 9 janvier 2014

Les finances locales en 2014 : actualité, enjeux et perspectives. 9 janvier 2014 Les finances locales en 2014 : actualité, enjeux et perspectives 9 janvier 2014 Le casse-tête chinois Baisse des dotations Péréquation Volatilité de l assiette fiscale Dépenses contraintes Renouvellement

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AU PROJET DE LOI DE FINANCES 2014 ASSOCIATION DES PETITES VILLES DE FRANCE

DISPOSITIONS RELATIVES AU PROJET DE LOI DE FINANCES 2014 ASSOCIATION DES PETITES VILLES DE FRANCE DISPOSITIONS RELATIVES AU PROJET DE LOI DE FINANCES 2014 ASSOCIATION DES PETITES VILLES DE FRANCE Paris, le 22 octobre 2013 Présentation animée par Jean-Pierre COBLENTZ Support réalisé par l équipe de

Plus en détail

Les collectivités territoriales d'outre-mer

Les collectivités territoriales d'outre-mer Annexe 3 Les collectivités territoriales d'outre-mer Les collectivités territoriales outre-mer sont regroupées en deux catégories : les et les COM, la Nouvelle-Calédonie, quant à elle, n est pas considérée

Plus en détail

Loi de finances initiale pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013. 20 janvier 2014

Loi de finances initiale pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013. 20 janvier 2014 JANVIER 2014 Loi de finances initiale pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 20 janvier 2014 LES PRINCIPALES DISPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES (LFI 2014 ET LFR 2013) CONCERNANT LES COMMUNAUTES

Plus en détail

Colloque national ADGCF Comment dégager de nouvelles marges de manoeuvres?

Colloque national ADGCF Comment dégager de nouvelles marges de manoeuvres? Colloque national ADGCF Comment dégager de nouvelles marges de manoeuvres? Les lois de finances 2016 et lois de finances rectificatives 2015 à la loupe Le 21 janvier 2016 Ordre du jour 1. Les finances

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

ETAT DE NOTIFICATION DES TAUX D'IMPOSITION DES TAXES DIRECTES LOCALES POUR 2012

ETAT DE NOTIFICATION DES TAUX D'IMPOSITION DES TAXES DIRECTES LOCALES POUR 2012 COMMUNE : 010 BONDY N 1259 COM (1) ARRONDISSEMENT : TRESORERIE SPL : 93 BOBIGNY TRESORERIE DE BONDY ETAT DE NOTIFICATION DES TAUX D'IMPOSITION DES TAXES DIRECTES LOCALES POUR 2012 TAUX FDL 2012 I RESSOURCES

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 Conférence de presse 8 octobre 2013 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

Ministère de la décentralisation et de la fonction publique

Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Rapport du Gouvernement relatif au fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales (FPIC) en application de l article 112 de la loi de finances pour 2015 Octobre 2015 Sommaire

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

La fiscalité en Ehpad

La fiscalité en Ehpad La fiscalité en Ehpad Etat des lieux Réunion Groupe de travail Ehpad Mardi 24 mars 2015 1 SOMMAIRE 1. L offre en Ehpad Des formes juridiques très hétérogènes Une forte croissance de l offre du secteur

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire Sommaire Les finances des communes en 215......................... p. 3 Les finances des groupements à fiscalité propre en 215........... p. 6 Quelles projections financières sur le mandat 214-219?..........

Plus en détail

La réforme de la taxe professionnelle : comprendre le texte adopté

La réforme de la taxe professionnelle : comprendre le texte adopté La réforme de la taxe professionnelle : comprendre le texte adopté Entrée des bailleurs de locaux nus à usage professionnel dans le champ d application de la nouvelle C.E.T Cathy GOARANT-MORAGLIA Avocat

Plus en détail

Loi de Finances 2016 et Loi de Finances rectificatives pour 2015 Conformément à la LPFP 2014-2019. Janvier 2016

Loi de Finances 2016 et Loi de Finances rectificatives pour 2015 Conformément à la LPFP 2014-2019. Janvier 2016 Loi de Finances 2016 et Loi de Finances rectificatives pour 2015 Conformément à la LPFP 2014-2019 Janvier 2016 Document préparé par le cabinet Fidelia Consulting 36, rue Julienne David 44850 Saint-Mars

Plus en détail

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire L article 67 de la loi de finances pour 2015 procède à une refonte d ampleur de la taxe de séjour et de la

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 06.15 du 15/01/15 Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2015 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

N 2010 / 034 14/10/2010. Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite

N 2010 / 034 14/10/2010. Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite N 2010 / 034 14/10/2010 Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite Contact : Laurent Périé laurent.perie@le-rsi.fr A : Mesdames et Messieurs les Directeurs des caisses RSI Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

COMITE LOCAL DES USAGERS PROFESSIONNELS 4 MARS 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE

COMITE LOCAL DES USAGERS PROFESSIONNELS 4 MARS 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE LA HAUTE-NORMANDIE ET DE LA SEINE-MARITIME COMITE LOCAL DES USAGERS PROFESSIONNELS 4 MARS 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE En l'état des informations

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Cette lettre fiscale porte sur des mesures votées dans la 3 ème Loi de Finances Rectificative pour 2012 applicables à compter du 1er janvier 2014 prochain. Elle porte sur les nouvelles

Plus en détail

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE 1 Département : Yvelines Poste : 785 Instruction comptable : M14 N INSEE : 575 Population avec double comptes

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2011. Examen des articles non rattachés de la deuxième partie Mardi 30 novembre 2010

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2011. Examen des articles non rattachés de la deuxième partie Mardi 30 novembre 2010 1 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2011 Examen des articles non rattachés de la deuxième partie Mardi 30 novembre 2010 MOYENS DES POLITIQUES PUBLIQUES ET DISPOSITIONS SPÉCIALES TITRE I ER : AUTORISATIONS

Plus en détail

Les finances locales en 2015 : actualité, enjeux et perspectives. Montceau-les-Mines Samedi 21 février 2015

Les finances locales en 2015 : actualité, enjeux et perspectives. Montceau-les-Mines Samedi 21 février 2015 Les finances locales en 2015 : actualité, enjeux et perspectives Montceau-les-Mines Samedi 21 février 2015 Sommaire I. Contexte économique et budgétaire de l État et des collectivités territoriales Page

Plus en détail

Note de la DGFIP relative aux inscriptions budgétaires des attributions de compensation

Note de la DGFIP relative aux inscriptions budgétaires des attributions de compensation Note de la DGFIP relative aux inscriptions budgétaires des attributions de compensation OBJET: ANNEXE : Fiabilisation des comptes de gestion 2013 pour le recensement des attributions de compensation (comptes

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

Les concours financiers de l État aux collectivités territoriales

Les concours financiers de l État aux collectivités territoriales Annexe 9 Les concours financiers de l État aux collectivités territoriales Les transferts financiers de l État vers les collectivités territoriales 1, tels que définis par l article 108 de la loi de finances

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Première partie : dispositions relatives aux ressources

Première partie : dispositions relatives aux ressources 8 décembre 2014 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 APRES EXAMEN PAR LE SENAT Examen de la première partie du 20 au 26 novembre 2014. Examen de la seconde partie du 27 novembre au 8 décembre 2014. Explications

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2

Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2 Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2 1 LOI DE FINANCES POUR 2012 & LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

POINT D INFORMATION SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT AU 13 DECEMBRE 2012

POINT D INFORMATION SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT AU 13 DECEMBRE 2012 POINT D INFORMATION SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT AU 13 DECEMBRE 2012 Philippe BOUCHARDEAU Nelly ARGOUD Adjoint de direction Adil 26 Stagiaire Elève avocate Adil 26 1 Rappels sur L ADIL 26 Les trois missions

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance. Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.com I. Impôts, crédits d impôt et taxes II. Immobilier

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Droit du web 2.0 Droit des assurances Droit des sociétés Droit du travail Droit de l immobilier La

Plus en détail

Informations fiscales utiles à la préparation des budgets primitifs locaux pour 2014. Sommaire

Informations fiscales utiles à la préparation des budgets primitifs locaux pour 2014. Sommaire Informations fiscales utiles à la préparation des budgets primitifs locaux pour 2014 Sommaire 1 DISPOSITIONS GENERALES RELATIVES A LA FISCALITE DIRECTE LOCALE... 4 1.1 Date limite d adoption des budgets

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Le 18 novembre 2014 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Départements Finances / Intercommunalité et territoires Claire GEKAS & Alexandre HUOT

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE) Avril 2013

Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE) Avril 2013 Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE) Avril 2013 Crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) 2 S O M M A I R E PAGES Présentation du CICE 3 Modalités de calcul 4 Les obligations déclaratives 6 La comptabilisation

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Département Finances Département Intercommunalité et territoires 14 février 2013 Dossier suivi par Alain ROBY, Claire GEKAS et Soraya HAMRIOUI

Département Finances Département Intercommunalité et territoires 14 février 2013 Dossier suivi par Alain ROBY, Claire GEKAS et Soraya HAMRIOUI Département Finances Département Intercommunalité et territoires 14 février 2013 Dossier suivi par Alain ROBY, Claire GEKAS et Soraya HAMRIOUI LES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES COMMUNES, LES COMMUNAUTÉS

Plus en détail

Retour à l'article. [1] Mais les mauvaises nouvelles s accumulent aussi

Retour à l'article. [1] Mais les mauvaises nouvelles s accumulent aussi Retour à l'article Imprimer DOSSIER : PLF 2014 : l'heure de la décroissance des dotations a sonné Dossier publié à l'adresse http://www.lagazettedescommunes.com/214055/decryptage-des-dispositions-relatives-aux-collectivites/

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Intervention de Pascal LABET Comité Directeur Confédéral 14 septembre 2011 Un effort de consolidation budgétaire qui passe par

Plus en détail

Entreprises. Jean ZAMOUR ZAMOUR & ASSOCIES Avocat-Associé Conseil fiscal de la FPI JOURNEES D ETUDES PROFESSIONNELLES (JEP)

Entreprises. Jean ZAMOUR ZAMOUR & ASSOCIES Avocat-Associé Conseil fiscal de la FPI JOURNEES D ETUDES PROFESSIONNELLES (JEP) Lois de Finances - Entreprises Jean ZAMOUR ZAMOUR & ASSOCIES Avocat-Associé Conseil fiscal de la FPI JOURNEES D ETUDES PROFESSIONNELLES (JEP) 1) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ DE L EMPLOI (CICE)

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 3 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 18 juillet 2002 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2002

Plus en détail

Universités des maires et des présidents de communautés de France. Intercommunalité

Universités des maires et des présidents de communautés de France. Intercommunalité Universités des maires et des présidents de communautés de France Intercommunalité Gard - 24 avril 2014 Marie-Cécile GEORGES, responsable du département «Intercommunalité» - AMF Alexandre HUOT, conseiller

Plus en détail

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Massy 06 51 65 38 80 Eléments importants de la loi de

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

Loi Chevènement du 12 juillet 1999

Loi Chevènement du 12 juillet 1999 Loi Chevènement du 12 juillet 1999 2. Aspects financiers et fiscaux 2.1 Les ressources locales et de l'état La Taxe Professionnelle La Dotation Globale de Fonctionnement 2.2 Les reversements Les ressources

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail