MEMOIRE DE FIN D ETUDE : MASTER 2: ORGANISATION ET DEVELOPPEMENT : Diagnostic et Intervention en Entreprise (D.I.E) :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MEMOIRE DE FIN D ETUDE : MASTER 2: ORGANISATION ET DEVELOPPEMENT : Diagnostic et Intervention en Entreprise (D.I.E) :"

Transcription

1 MEMOIRE DE FIN D ETUDE : MASTER 2: ORGANISATION ET DEVELOPPEMENT : Diagnostic et Intervention en Entreprise (D.I.E) : LA COMMUNICATION PUBLIQUE TERRITORIALE AU SERVICE DE LA GOUVERNANCE LOCALE : Diagnostic et préconisations appliqués à la ville de Pont de l Arche. Présenté par Aliou BA Année universitaire 2009/2010 Directrice : Nicole Spodek Maître de stage : Christophe Hardy

2 SOMMAIRE INTRODUCTION 1. METHODOLOGIE Chapitre I 2. CONTEXTE SOCIOPOLITIQUE DE LA COMMUNE DE PONT DE L ARCHE 2.1 Contexte et objectif du stage : Diagnostic et recommandations Chapitre II 3. LES ENJEUX DE LA COMMUNICATION INTERNE TERRITORIALE 3.1 Organisation de la structure Présentation du service communication de la mairie Les enjeux de la communication territoriale La communication territoriale : un outil de management public La communication un vecteur de la stratégie de la politique publique locale Recommandation Chapitre III 4. UNE APPROCHE DE LA COMMUNICATION EXTERNE 4.1 La prise en compte des aspects sociodémographiques dans le processus de communication L adéquation des supports et de leur efficacité au niveau du public : le cas de la ville de Pont de l Arche Le rapport entre le public et les services centraux de la mairie La communication territoriale comme vecteur de démocratie participative La communication interne et externe : deux axes complémentaires L analyse SWOT de la communication municipale de la mairie de Pont de l Arche CONCLUSION Annexes Bibliographie

3 Remerciements Je remercie toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin à ce mémoire. Je tiens à remercier particulièrement ma directrice d étude Madame Nicole Spodek Lefèvre pour son encadrement, sa disponibilité, ses critiques et ses remarques pertinentes. Son encadrement fût d un apport considérable pour la réalisation de ce mémoire. Son encadrement, ses orientations m ont permis d avoir une approche objective de mon sujet d étude. Je tenais aussi à remercier mon maître de stage, Mr Christophe Hardy (Directeur général des services), pour son encadrement, sa disponibilité. Sa connaissance assez fine des collectivités territoriales m a permis de saisir la profondeur des questions liées au fonctionnement des organisations publiques en particuliers celle des communes. J adresse mes remerciements aux agents du service de communication de la ville de Pont de l Arche. Je pense naturellement à Mr Armand Launay et à Mme Isabelle Delamare. Ils ont été indispensables pour moi pendant toute la durée de cette étude. Leur connaissance du service communication de la mairie et leur implication pendant tout le processus de ce travail de recherche fût d une utilité considérable pour moi. Je n oublie pas Monsieur Richard Jacquet Maire de Pont de l Arche et l ensemble de l équipe municipale de la ville qui ont manifesté un intérêt particulier à ma démarche. Grâce à leur disponibilité, j ai pu réaliser des entretiens qui ont servi de support quantitatif à ce mémoire. Je dédie ce travail à mes parents qui sans eux, rien ne serait possible aujourd hui.

4 Introduction Les nouvelles technologies de l information et de la communication constituent aujourd hui des outils centraux dans les relations humaines. Ce sont des outils indispensables d échange social, économique, politique et culturel. La société moderne est devenue de plus en plus exigeante en matière d informations tant en termes de qualité que de quantité. En effet, dans cet univers où le développement des échanges d informations est facilité par une diversité de ses flux, la place de la communication dans les organisations a atteint un degré d importance jusque-là jamais égalé. En effet, la communication est sans doute le symbole de la société contemporaine, «société de communication». A cet égard, la communication territoriale occupe une place considérable dans les communes en France. Celle-ci est d autant plus prééminente à l heure où la décentralisation est devenue une grande préoccupation nationale. Depuis la loi Defferre du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, département et régions, la politique de décentralisation a connu de grandes évolutions jusqu à la récente loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales et qui est entrée en vigueur depuis le 1 er janvier pour la plupart des collectivités. Cette dernière a permis de définir une nouvelle répartition des compétences entre l'état et les collectivités territoriales et favorisé le transfert de celles-ci. En effet, «la décentralisation a besoin de communication à l heure où elle est conspuée dans la rue, lieu d expression de certains corporatismes qui lui intentent un procès en diabolisation. Mais la décentralisation est aussi une occasion nouvelle d améliorer la communication, c est- à-dire le dialogue entre les citoyens et les décideurs» 1 Les villes, qu elles soient grandes, moyennes, ou petites, évoluent toutes dans une logique de conquête d image, de valorisation, de compétition et d association. Elles travaillent pour favoriser l accueil de nouveaux résidents, inciter à l implantation de nouvelles entreprises, développer les secteurs culturels et touristiques en misant sur la spécificité historique, culturelle, identitaire de leurs localités. Dans cette floraison de campagnes de marketing des villes, les services de communication jouent un rôle prépondérant dans la construction de cette l image et de la mise en valeur de leurs régions, départements, communes etc. C est ainsi qu ils favorisent l attractivité des sites touristiques, développent de grandes campagnes pour attirer les investisseurs. D une manière générale, elles sont une partie intégrante du processus de développement des territoires. Ainsi, elles contribuent de plus en plus à l élaboration d un processus de marketing à la manière des structures industrielles ou commerciales. 1 Colloque organisé sous le haut patronage de M. Christian PONCELET «La communication territoriale à l heure de la décentralisation» 23 juin 2003

5 En outre, leur regroupement en associations intercommunales permet de mettre en place de véritables projets de développement économique, d aménagement ou d urbanisme. C est à travers ces programmes de développement que l on a vu apparaître tout un arsenal de campagnes de publicité mettant ainsi les villes en concurrence. Celles-ci font l objet de récupération par les médias qui procèdent à l attribution de palmarès aux villes en «exhibant» leurs innovations, la réussite de leurs politiques sociales, économiques, culturelles ou encore dans le domaine de l écologie. En effet, on assiste à la fabrication des images de marque des territoires à travers de ce qu on appelle aujourd hui «city-branding», le marketing territorial et d autres opérations de visibilité. La communication territoriale devient de plus en plus indispensable pour maintenir une collectivité dans le champ compétitif. Ainsi, elle va permettre de se situer et de se positionner dans son environnement, vendre l image qu elle a construite pour sa commune. De ce fait, elle est désormais au cœur des organisations publiques. Par conséquent, au niveau de l administration publique tout comme dans le secteur privé, nous distinguons deux types de communication: la communication interne et la communication externe. La communication interne consiste à une structuration des relations interpersonnelles, interprofessionnelle d une organisation. C est la composante d un système global de relations qui peuvent y exister. Elle est aussi liée à un contexte qui est le cadre dans lequel s élabore la construction du sens. Celui-ci est porteur de représentations, normes, règles, modèles, rituels, etc. Chacun y intervient du point de vue de son statut, de sa place, dans un type de relations donnée. L étude de la communication interne et externe a pour objectif de montrer la place et la fonction de toutes les formes de communication dans une organisation: information, implication du personnel, cohésion, renforcement de l image de l organisation, affirmation d une identité. La communication, aussi bien interne qu externe, a une dimension stratégique considérable. Ainsi, l objectif d une communication territoriale consiste à mettre en place une stratégie qui lui permettra d apporter une cohérence de sa politique publique globale. Autrement dit, la mobilisation de tous les acteurs de la collectivité autour des valeurs communes et des objectifs collectifs tels que l offre du service public aux habitants et d opportunités aux partenaires publics et privées de la commune. Cela n est possible qu à partir d une stratégie de communication claire et bien définie. On parlera alors de la communication externe territoriale. De ce fait, la communication territoriale a cette spécificité de jongler sur deux caractéristiques souvent difficilement conciliables que sont : une partie politique et une autre technico-pratique. Il s agit de la capacité d expliquer le projet politique, «vendre» la

6 personnalité du leader, de celui, ou celle, qui incarne l exécutif (Maire, Président du Conseil Général ou Président du Conseil Régional). Le but étant de permettre la suite de sa carrière en politique d une part, de contribuer à la bonne gestion du service public et à l attractivité de la localité aux entreprises et aux touristes d autre part. En outre, la démocratie participative est devenue le maître mot des politiques depuis quelques années. Les équipes municipales ont de plus en plus tendance à se rapprocher des citoyens pour nouer le contact entre les habitants et les élus. Néanmoins, la communication est une notion qui est souvent réduite à son seul caractère informatif. En effet, cela est d autant plus visible dans le cadre de la communication territoriale qui se satisfait d informer les habitants sur les projets politiques, les travaux d aménagement, les différents événements qui ont lieu dans la municipalité. A ce sujet, il y a du travail à effectuer, car au regard de la réticence des citoyens français vis-à-vis de la politique, le contact est encore difficile entre les politiques et les citoyens-électeurs. A ce propos, les services de communication pourraient faciliter le rapprochement en procédant par la distinction entre communication et information. En effet, information et communication sont deux notions étroitement liées mais cependant distinctes: l information prend une signification, pour un acteur donné, au travers d une communication. Elle consiste à une transmission d un message, c est-à-dire qu elle n a qu un but purement informatif. Dans les organisations, elle est souvent unilatérale et descendante dans la majeure partie des cas (partant du haut niveau hiérarchique vers les salariés). Cependant la communication est un processus interactif de construction du sens. Elle est donc un processus concerté, un lieu d interaction entre l individu ou le groupe émetteur et l individu ou groupe récepteur. Ainsi, communiquer n est pas uniquement une transmission d un message informatif, mais avant tout une mise en commun de significations, quel que soit le type de communication étudié. Les théoriciens de l information et de la communication ont développé plusieurs types de modèles communicationnels qui sont complémentaires les uns des autres. Le modèle le plus commun consiste à voir en elle le moyen privilégié pour véhiculer de l information. Il est fortement influencé d une part, par les premiers travaux sur la transmission de signaux entre émetteur et récepteur (téléphonie, télécommunications, ) et de l autre, par les théories linguistiques. Ce modèle a mis l accent sur l information (sa structure, son code) et considéré la communication comme le moyen de sa transmission. Celles-ci ont été fortement influencées par le modèle télégraphique qui se limite au transfert de l information entre la source de l information et une cible qui la reçoit. Elle est souvent présentée comme un système linéaire et mécanique sans ancrage social. Ce modèle «télégraphique» a mis en

7 lumière l existence du «bruit» comme phénomène perturbant la transmission du message. Cependant, il demeure simpliste et ne peut pas s appliquer à toutes les situations de communication. Les théories dites «pragmatiques» ont centré l attention des chercheurs sur l interaction mise en place par la communication. Pour ceux-ci, une communication est toujours un acte (fait de paroles, d attitudes, de comportements, ) adressé par quelqu un à quelqu un d autre (singulier : un autre individu ou pluriel : un public, une collectivité). Cet acte consiste essentiellement «à instaurer une relation entre les partenaires de l échange et ceux-ci sont donc bien plus que des encodeurs/décodeurs de message : ce sont des sujets se constituant l un l autre et jouant jusqu à leur image dans la communication. Parler, échanger sont ainsi des activités relationnelles que l on peut décrire de différentes manières : elles peuvent être créatrices de droits et de devoirs pour les partenaires de l échange, elles peuvent impliquer des rôles sociaux spécifiques (notamment hiérarchiques), attribuer des places particulières, elles peuvent également mettre en jeu la face respective (c est-à-dire l image de soi) de chacun des interlocuteurs» 2. En définissant la communication comme un processus d échange, il était donc nécessaire de déterminer les caractéristiques de cet échange. En effet, il fut utile de dépasser la simple transmission de message pour intégrer d autres champs qui se manifestent à travers l interaction qui a lieu à partir de cet échange. Lasswell considère la communication est un processus d influence et de persuasion. L intérêt de son approche est de la voir comme un processus dynamique avec des étapes qui se suivent et ayant chacune une importance, une spécificité. Il postule, en effet, sur la finalité de la communication. Son modèle reste tout de même simpliste car il ne se limite qu à la dimension persuasive de la communication. Elle est conçue comme une relation autoritaire. Ce qui empêche toute possibilité de rétroaction. De nouveaux concepts plus élaborés ont été développés par Riley. Son modèle prend en compte des caractéristiques sociales, car il considère que les individus appartiennent à des groupes sociaux dans lesquels ils ont des rôles et des statuts. Le groupe social joue un rôle considérable sur les manières de penser, d être et d agir des individus. Il contribue à leur manière de juger et de voir les choses. L élargissement des paramètres communicationnels aux dimensions sociologiques a permis de voir la communication comme un processus interactif et a favorisé l apparition de nouveaux concepts comme le Feed-back. Le Feed-back consiste à voir la communication comme un processus circulaire non comme un phénomène linéaire. L apport des chercheurs comme Wiener et Jakobson a intégré les 2 Verhaegen. P: La communication publique: de l'information aux attitudes ; Universite catholique de Louvain

8 représentations sociales c est-à-dire la dimension sociologique de la communication dans leurs démarches. Une communication s inscrit alors dans un lieu interactif en cohérence avec l évolution de l environnement politique, économique et social dans lequel elle s applique. Ainsi, les organisations doivent sans cesse prendre en compte cette évolution. En effet, elles évoluent dans un univers qui est traversé sans cesse par de nombreux changements tant comportementaux, idéologiques, qu institutionnels. A cet égard, la problématique fondamentale nous semble être aujourd hui l accompagnement du changement. Comme toutes les institutions, les collectivités locales évoluent dans un environnement qui change en permanence. Elles ont sans cesse à remettre en question les modes de fonctionnement de leurs services et de repenser leurs relations avec le citoyen-usager, dont les exigences sont de plus en plus importantes tant en termes de qualité de service que de transparence de l action politique. Sur ce point, les services de communication des communes ont un rôle indispensable à jouer tant à l interne (organisation) qu en externe (population et partenaires économiques et sociaux). Ces deux objectifs correspondent au découpage souvent utilisé par les services de communication des villes : la communication interne cible les habitants de la ville tandis que la communication externe, aussi appelée extraterritoriale, cible ceux susceptibles de venir vivre, consommer ou investir sur le territoire (les entrepreneurs, les investisseurs, les touristes...). Par conséquent, la communication territoriale se définit comme l ensemble des messages émis par les institutions gouvernementales comme la ville pour se mettre en scène, se donner une image favorable auprès de leur propre société et de l extérieur (Rosemberg, 2003). En effet, c est en cela que la place et les attributions du service de communication dans les collectivités prennent des dimensions considérables. Il est l interface entre l administration territoriale et les habitants d une part, le promoteur de la ville au niveau extraterritoriale d autre part. Ainsi, «les chargés de communication sont aujourd hui davantage orientés vers des missions de mobilisation de la population locale et d animation du territoire. Avec l affirmation de deux valeurs sociales que sont la démocratie participative et le développement durable), les communicants sont en mesure de sensibiliser la population locale en essayant de la faire réagir et de l impliquer dans le développement urbain» 3. Partant de ce fait, notre travail sera d effectuer un diagnostic des outils de communication existant au niveau de la Mairie de Pont-de-L arche. Il s agit de montrer «comment les outils 3 Houllier-Guibert. C-E: Quand la communication territoriale s empare du développement durable: l exemple de Rennes ; Université de Rennes ; 2009

9 sont perçus par les habitants? Répondent-ils aux attentes de la population? 4». Pour apporter des éléments de réponse à ces interrogations, il est nécessaire de comprendre comment fonctionne la communication entre les différents services. C est ce regard sur le circuit de l information entre les différents services de la municipalité qui permettra de déterminer la réceptivité de l information au niveau des habitants. Il s agit en effet, de comprendre l interdépendance entre la communication interne et externe à travers la relation hiérarchique, le circuit de l information et les supports utilisés. Cette interdépendance sera déterminante pour une meilleure définition de la stratégie de communication à la mairie de Pont de l Arche. En effet, il s agit d appréhender comment la cohérence entre la communication interne et externe municipale peut favoriser la mise en œuvre des actions collectives pour une réelle réponse à la demande de l offre de service publique aux citoyens-usagers. En d autres termes de quelle manière peut-elle permettre une coordination des actions collectives pour une meilleure gouvernance territoriale? 4 Il s agissait de trouver des éléments de réponse par rapport à ces questions que la mairie s était posée et qui étaient la mission qui m était confiée pour réaliser une enquête sociologique à la ville de Pont de l Arche.

10 I ) Méthodologie Depuis les années 80, on assiste à de grands changements dans les institutions. En effet, la poussée de la concurrence et l émergence de nouvelles technologies ont entrainé d importantes modifications dans les méthodes de gestion et de travail des équipes. Ces transformations se sont accompagné de fortes instabilités environnementales dans lesquelles évoluent les organisations. De surcroit, celles-ci ont une influence directe sur les pratiques et l organisation du travail dans les entreprises privées ou publiques, ce qui conduit à des changements organisationnels dans les entreprises. De fait, l ancien monopole de la bureaucratie taylorienne qui est caractérisée par une forte standardisation, une spécialisation et une supervision des tâches va connaître une rupture par rapport aux nouvelles méthodes managériales. «Ces changements organisationnels se caractérisent le plus souvent par une décentralisation importante des décisions et par l introduction de nouvelles pratiques comme le travail en équipe autonome, la rotation des tâches, le management de qualité ou encore la production en flux tendus. Des pratiques qui pour la plupart décloisonnent les activités productives et conduisent à un enrichissement des compétences et à une autonomie accrue des travailleurs» 5. L environnement dans lequel évoluent les collectivités locales est en permanence en évolution. Que ce soit des changements économiques, sociaux, ou politiques, les communes, départements, ou régions, connaissent de grands changements structurels. Ainsi, ces derniers sont déterminants dans la manière dont on veut conduire un programme politique. Pour comprendre la place de la communication de la collectivité locale de Pont de l Arche, nous allons nous intéresser à l environnement dans lequel la commune évolue. Pour cela nous adopterons une posture méthodologique qui est celle de la théorie de la contingence structurelle. La théorie de la contingence met en avant la structure de l environnement dans lequel évoluent les organisations. Les auteurs comme Tom Burns et Georges Stalker considèrent qu il n y a pas de «one best way» du moment que les entreprises adaptent leur structure aux contingences extérieures. Ils posent un lien de causalité entre les performances de l entreprise et son environnement (la nature du marché, le rythme du changement technologique). En étudiant une vingtaine d entreprises, ils repèrent ainsi deux types idéaux d organisation. Ainsi, lorsque l environnement est stable, lorsqu il y a peu d innovation, la firme tend à mettre en œuvre un modèle mécanique: l organisation est basée sur le formalisme, les lignes 5 Benhamou. S ; Le Garrec. G : Organisation de l entreprise et complexité de l environnement : une estimation sur données françaises ; OFCE ; N Septembre 2005

11 hiérarchiques sont claires, la coordination des tâches est précise, le pouvoir appartient au sommet. En revanche, lorsque l environnement est incertain, le modèle tend à devenir organique : la communication est peu structurée, le pouvoir réel est plus informel, les rôles sont moins définis, la structure est plus souple. En outre, Lawrence (1922) et Lorch (1932) ont développé les travaux de Woodward et ont créé les bases de la théorie de la contingence. Selon les deux auteurs, la structure de l organisation dépend de l environnement. Ils s efforcent de répondre à la question de savoir quelle sorte de structure est nécessaire pour faire face aux différents environnements. Ainsi, ils ont analysé l incertitude de l environnement d une organisation et sa structure interne : «plus fort est le degré de certitude d'un sous environnement, plus formalisée devra être la structure». D une façon générale, la différence entre les sous environnements génère des structures différentes. Pour que l organisation dans son ensemble se familiarise avec son milieu externe, il faut que toutes ses unités puissent s adapter respectivement à l environnement auquel elles font directement face. L intérêt de cette approche c est qu elle nous permettra de comprendre l évolution socioculturelle de la commune et les déterminants politiques (tous les phénomènes contingents extérieurs propres à la sociologie de la commune). Celle-ci nous permet aussi d analyser les rapports hiérarchiques, les relations interpersonnelles et les facteurs organisationnels du travail à l intérieur de la structure communale. La compréhension de ces différents éléments constitue pour nous des facteurs essentiels pour une bonne conduite de la communication sur l offre de service public. Ainsi, notre travail consistera à apporter un regard sociologique sur la communication locale au sein de la commune de Pont de l Arche. Il est donc nécessaire pour nous d adopter une position extérieure afin de pouvoir étudier les interactions entre les différents agents qui travaillent pour le service public municipal. Ainsi, nous espérons comprendre les enjeux sociaux, les relations de pouvoir, les rapports hiérarchiques et les contraintes organisationnelles de la municipalité. En outre, pour bien saisir les enjeux d une communication publique comme une ville de Pont-de-l Arche, nous prendrons en compte l évolution sociale de la population et les attentes des habitants en matière d offre du service public. C est en adoptant cette posture que nous envisageons de soulever les enjeux et les perspectives de la communication en ce qui concerne l offre et la demande en matière d informations sur le service public municipal notamment à la ville de Pont-de-L arche. Pour mener à bien ce projet qui nous a été soumis et répondre aux interrogations que l équipe municipale s est posées, il a fallu établir une démarche méthodologique. Celle-ci consiste à

12 l élaboration de deux types de questionnaires dont l un est destiné à l ensemble des employés de la mairie et un autre destiné à l échantillon représentatif de la population. Ces deux questionnaires sont directement liés à la mission qui nous a été confiée. Elle consiste à voir si «les outils de communication (site internet, magazine, panneaux lumineux) répondent aux attentes de la population? Quelles sont les faiblesses du travail de la communication? Proviennent-elles de la nature des informations transmises ou de la forme des outils de communication?» 6 Ainsi, un nombre de 80 questionnaires comprenant des thématiques qui mettent en relief les relations inter-services, le traitement de l information, le caractère de l information et la manière dont celle-ci est transmise au niveau de la population a été soumis aux agents. Celui-ci mesure aussi l efficacité des supports de communication utilisés. Il aborde essentiellement l état de la communication interne. Cette procédure m a permis de dessiner le tableau des relations de pouvoir, les relations hiérarchiques, les outils privilégiés par les communicants, et les circuits de l information à l intérieur de la mairie de Pont de l Arche. Ensuite, une démarche similaire a été faite au niveau externe c est-à-dire auprès de la population. A ce sujet, nous avons procédé à l identification des différentes voix qui existent la commune. C est à partir de cette base que nous avons élaboré notre démarche d enquête. Les entretiens par questionnaire se sont déroulés au domicile des habitants. Il y a eu 5 questionnaires par rue en moyenne. Dans l ensemble de la commune, un nombre total de 150 questionnaires ont été réalisé. Ce questionnaire reprend l ensemble des outils et les supports de communication de la mairie. L objectif de cette procédure était de voir comment les supports sont perçus par les habitants? Comment les informations sont reçues et quels sont les moyens d informations individuelles et collectives utilisés par les habitants pour s informer de l actualité de leur ville? Ensuite, nous avons répertorié les services centraux de la commune et nous les avons intégré dans notre questionnaire afin de mesure le niveau de connaissance des habitants sur ces services. L échantillonnage de la population n a pas été déterminée à l avance car il s agissait recueillir le maximum d avis sur les outils et l état de l offre et la demande en matière d information sur le service public. Ainsi, ce travail de terrain a duré un mois ce qui m a permis de rencontrer les habitants de tout âge, de sexes et de catégories socioprofessionnelles différents. Outre les réponses apportées aux questions qui figurent sur le questionnaire, cette démarche était l occasion d échanger avec les habitants, d effectuer des relances sur les questions fermées et d expliquer les questions qui était mal comprises. 6 Ce sont les questions liées à la mission de mon stage à la mairie de Pont de l Arche.

13 2. CONTEXTE SOCIOPOLITIQUE DE LA COMMUNE DE PONT DE L ARCHE. Depuis 1792, la commune de Pont de l Arche n a pas cessé de connaitre une succession d alternances politiques. Ce phénomène n est pas anodin au regard de la composition des groupements politiques qui s activent à l intérieur ainsi qu à l extérieur de la ville. Historiquement, la ville de Pont de Pont de l Arche fût un lieu géostratégique pendant l ancien régime entre Richard Cœur de Lion duc de Normandie et Philippe II roi d Angleterre. Ainsi, lors de la guerre de cents Ans, la ville de Pont de l Arche fût un enjeu de lutte et de conquête entre les rois lors de leurs différentes aventures militaires et politiques. Sa position géographique devint un enjeu stratégique de grande envergure. En effet, «dans les luttes entre les deux monarques, le château du Vaudreuil fut rasé ce qui, lorsque le roi de France reprit possession de la Normandie, facilita le choix de Pont-de-l'Arche comme chef-lieu militaire local. En effet, Philippe Auguste fit de Pont-de-l Arche son principal lieu de résidence en Normandie. Il fit fortifier la ville par des remparts en pierre de taille de Vernon encore visibles de nos jours. Il en fit de même pour le Fort de Limaie, situé de l autre côté du pont, rive droite, dont il bloquait l accès, telle une barbacane. Ce fort était doté d une tour philipienne qui constituait un observatoire idéal sur la circulation fluviale et le halage des bateaux. Les atouts géographiques, alliés aux atouts militaires, firent que la ville devint le siège d un bailliage secondaire de Rouen». En effet, depuis 1792 la ville a connu 31 Maires sous différentes couleurs politiques (voir tableau suivant).

14

15 Période Identité Étiquette Qualité 2008 en cours Richard Jacquet PS Responsable de service jeunesse-animation (M.) Dominique Jachimiak DV Agent comptable Paulette Lecureux PS Enseignante Paulette Lecureux PS Enseignante Roger Leroux PCF Agent d'assurances Roger Leroux PCF Agent d'assurances Rolland Levillain DVD Exploitant de scierie et carrière Alix Duchemin Parti re publicain, radical et radicalsocialiste Didier Simon DVD Assureur Charles Morel DVD Industriel de la chaussure André Benet PCF Raymond Rohée Socialiste indépendant Ingénieur des ponts des chaussées août 1944 décembre 1944 Roger Tardy [président du Conseil d administration Parti re publicain, radical et radicalsocialiste Ingénieur des ponts des chaussées Raoul Sergent URD (droite) Clerc de notaire Charles Morel URD (droite) Industriel de la chaussure août1930 octobre 1930 Henri Girard républicain modéré droite Maurice Delamare républicain de gauche, voire radical Anthime Ferrandier républicain modéré droite Maurice Delamare républicain de gauche, voire radical Industriel en produits pharmaceutiques Directeur de la Caisse d'e pargne de Louviers Industriel en produits pharmaceutiques Henry Prieur républicain de gauche Industriel du chausson Jules Fromont républicain de gauche Léon Bataille républicain de gauche Eugène Ferrand républicain de gauche Adolphe Thomas Henry Prieur républicain de gauche Industriel du chausson Achille Fumierre Jules Lequeux républicain de gauche Pharmacien Félix Romain Alfred Houzard de la Potterie Royaliste Rentier Prosper Morel-Dubosc bonapartiste Joseph Alexandre de la Fleurière Républicain Rentier

16 Depuis les trente dernières années, la commune est sous la gouvernance des partis de gauche. Ainsi, dee Roger Leroux à l actuel maire Richard Jacquet, la ville de Pont de l Arche est principalement sous la direction des maires socialistes et communistes. En effet, le parti communiste (PC) joue le rôle d arbitre entre les deux principales formations politiques (la droite et les socialistes). Cela explique en partie la présence répétée du parti socialiste au pouvoir dans cette commune ces trente dernières années. Cependant, l opposition cherche à se faire entendre à chaque fois que l occasion se présente en particulier lors des conseils municipaux. Le principal parti de l opposition dirigé par Dominique Jachimiak (ancien maire ) battu aux dernières élections municipales entend jouer son rôle d opposant sur tous les plans. Souvent ses critiques et ses remarques ne manquent pas de faire l objet de commentaires au sien de l équipe municipale. En outre, celui-ci ne manque pas l occasion de s affirmer à travers les supports de communication municipaux en particulier le magazine dans les pages réservées aux partis politiques de la commune. Ainsi, celui-ci comme tout parti dans l opposition, mène une campagne de résistance et traque la moindre erreur politique pour tenter de déstabiliser ou de désinformer les citoyens au sujet de l actualité politique locale. En dehors des médias municipaux, l ensemble des partis représentés au conseil municipal tiennent chacun un blog pour défendre ou informer de ses actions et de commenter ou critiquer celles des autres partis. Dans ces conditions, la place des élus et des chargés de communication est indispensable. Il est alors nécessaire de dépasser la simple lutte partisane et de se concentrer sur les réelles questions socio-économiques qui intéressent plus les citoyens. Les questions économiques et sociales constituent les principaux domaines d intervention des chargés de communication et de l ensemble des agents municipaux de la ville afin d apporter des réponses aux interrogations des habitants. Cela sera une occasion de dépasser les rivalités partisanes pour offrir un service public de qualité aux citoyens. Sur le plan économique et social, la ville de Pont fût au cœur d un développement industriel remarquable. Axé sur le travail des chaussons et de la chaussure, la ville joua un rôle primordial dans le développement industriel de la région normande. Le travail de chaussons fait aujourd hui partie de l histoire du patrimoine historique et industriel de la commune de Pont de l Arche. Ainsi, «entre 1860 et 1900, le travail à domicile a laissé place aux manufactures. D une seule fabrique déclarée en 1856(Ouin), Pont de l Arche accueillait une

17 vingtaine de manufactures en Presque tous les travailleurs étaient devenus des ouvriers spécialisés prenant place dans l atelier. Ceci eut d énormes impacts» 7. L entreprise «Marco» principale usine de fabrication de chaussures dans la ville qui a pu résister à la concurrence internationale, connait aujourd hui l impact et les effets de la mondialisation. Celle-ci était en liquidation judiciaire depuis quelque mois. En effet, la valorisation du patrimoine industriel est une partie intégrante des domaines de compétence des communicants de la ville (élus et l ensemble des acteurs de la commune). Ainsi, la communication publique qui serait le vecteur d une identité commune à travers une histoire collective ne peut guère s appliquer durablement au détriment de l histoire culturelle, sociale et industrielle de la ville. C est ainsi que la valorisation du patrimoine industriel constitue un axe indispensable de la sociologie de la ville. La valorisation de cette dimension patrimoniale serait un vecteur de lien social entre les habitants de la ville et un facteur d appartenance à une même histoire locale. Au même titre que le patrimoine industriel, les monuments historiques appartiennent à ce qui constitue les vecteurs d appartenance sociale, culturelle à la commune. Le patrimoine historique de la ville de Pont de l Arche offre à la commune une spécificité particulière qui lui attribue une place particulière au sien de l intercommunalité de l Eure (voir tableau ci-après) Edifice maison en pans de bois rue Haute (abattue) Classé MH (1) Site (2) ISMH inscrit Site classé En totalité abbaye de Bonport X X église Notre Dame des Arts ancien bailliage en totalité ancien manoir Remparts X (1) monument historique X X Partiel Murs clôture X X X (2) inscription à l'inventaire des monuments historiques. X X Desc. (3) 7 Launay. A : Pont-de-l Arche, cité de la chaussure : étude sur le patrimoine industriel normand depuis le XVIIIe siècle, Maire de Pont-de-l Arche, 2009.

18 Cette spécificité historique est une source d information pour les communicants. Elle permet de redynamiser l identité de la commune, valoriser le patrimoine historique pour attirer les touristes et tous ceux qui veulent s y implanter pour partager l histoire collective des Archépontains. Quelques données récentes de la situation économique et sociodémographique de la ville de Pont de l Arche Informations sur l'emploi et la formation Zone emploi : Mission PAIO : Agence locale d'emploi : Zone d'emploi et de formation : Rouen PAIO Louviers Louviers Louviers Superficie Données géographiques 935 ha Voiries M Population municipale 4044 Archépontains Région Haute Normandie Département Eure Administration municipale Mairie de Pont-de-l'Arche 75 personnes Maire Richard JACQUET Adjoints au maire Mme. Angélique Chassy, M. Guy Murvil Directeur général des services Christophe HARDY Intercommunalité Communauté d'agglomération Seine-Eure

19 Chiffres clés (CASE) habitants depuis 1999 (11.1% d'augmentation) ménages soit 2.4 personnes par ménage 28% des archépontains ont moins de 20 ans (24.6% au niveau national) Enfants scolarisés (123 pour 1000 habitants) contre 151 au niveau national Logement social : 17.74% (moyenne nationale : 15.2%) Revenu annuel par ménage (supérieur de 4.08% à la moyenne nationale) Taux de chômage 11.3% (7.3% dans l'eure) Magasins 51 dont 47 commerces de proximité Établissements "employeurs" : BRIOT (150 personnes) et MARCO (50 personnes)

20 2.1 Contexte et objectif du stage: Diagnostic et recommandations. L objet de cette étude s inscrit dans le cadre d un stage de fin d étude autour d une mission de d audit des supports de communication externe de la municipalité de Pont de l Arche. En effet, c était pour moi une opportunité d intégrer une structure me permettant d appliquer mes acquis universitaires, de les approfondir et d apprendre les réalités du monde professionnel. En termes de contenu, cette démarche m a permis de réaliser une étude approfondie de diagnostic et de conseil. Ainsi, j ai eu l occasion de participer à l amélioration des supports de communication. Il s agissait pour moi d apporter une expertise sociologique à la communication territoriale. Ma mission était principalement axée sur le diagnostic concernant la réceptivité du contenu des supports et de l adéquation de ceux-ci avec les attentes du public auquel ils sont destinés. Les résultats des deux enquêtes (interne et externe) que j ai conduites, ont servi de sources et d orientations aux communicants de la ville en terme de transmission des informations, le choix des supports et des thèmes. Cette mission s est déroulée en deux temps : premièrement l étude de la communication interne. Dans ce premier temps, j ai administré un questionnaire me permettant de balayer l ensemble du circuit des informations en interne. Il s agissait de comprendre comment les employés de la mairie se transmettent l information et comment s effectue la construction des messages transmis vers le public archépontain. Cela m a permis de comprendre la manière dont s opèrent les choix des messages. En effet, les informations à caractère politiques sont construites par les élus et celles d ordre pratique concernant le service public par le directeur général des services, le chef de service concerné avec la participation du service communication. Ainsi, dans l élaboration des informations, le service communication se constitue en tant qu appui et offre un soutien technique à l ensemble des services. C est en effet, l une des principales fonctions qu il occupe dans l organisation municipale de la mairie. Ce mémoire consiste à mettre en relief la place de la communication publique au cœur de la gestion du service public et de la question politique. Il s agit pour nous de révéler les enjeux de la communication publique au service de la gouvernance locale. Cette approche nous offre la possibilité de saisir autant d aspects de la communication en particulier son instrumentalisation à des fins électoralistes. En se focalisant sur les interactions entre les différents services, nous avons pu déterminer des enjeux de pouvoir, des influences politiques, les règles du jeu entre les élus et des fonctionnaires territoriaux. Cela m a permis d établir le lien entre les statuts et pouvoirs des

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

«Les RH face aux nouveaux enjeux des collectivités», le 3 février 2010, à l IAE de Lille.

«Les RH face aux nouveaux enjeux des collectivités», le 3 février 2010, à l IAE de Lille. «Les RH face aux nouveaux enjeux des collectivités», le 3 février 2010, à l IAE de Lille. Conférence réalisée par le Master 2 Management Public Territorial. Intervenants : - Monsieur Jean Louis BAJU, Directeur

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne. I ) Relations interservices.

Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne. I ) Relations interservices. Questionnaire sur la communication interne Mairie de Pont de l Arche. Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne Dénomination du service : Domaine d intervention : I

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Définir une stratégie de communication. Adapter la communication au territoire et à la collectivité

Définir une stratégie de communication. Adapter la communication au territoire et à la collectivité détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Définir une stratégie de communication Définir et partager une politique de communication Cerner les enjeux de la communication publique territoriale...2662 Établir

Plus en détail

Communication publique, communication politique

Communication publique, communication politique Master Retic Master CPI Communication publique, communication politique B. Lafon, 2013-2014 1. La consubstantialité communication politique 2. Les sources des pratiques professionnelles en communication

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

SÉMINAIRES DE DÉMARRAGE POUR LES NOUVEAUX ÉLUS

SÉMINAIRES DE DÉMARRAGE POUR LES NOUVEAUX ÉLUS SÉMINAIRES DE DÉMARRAGE POUR LES NOUVEAUX ÉLUS Le nouvel élu arrive avec des connaissances diverses selon son parcours personnel. D une manière générale, son rôle durant tout son mandat a deux facettes

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION Pour une communication efficace, une politique de communication 2 Politique de communication 3 Mission de la Direction des communications 3 Rôle

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Catholique de Louvain (UCL) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS,

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités Département Administration et gestion communale JM/JR/MK Note n 78 Affaire suivie par : Judith MWENDO (tél. 01 44 18 13 60) et Julie ROUSSEL (tél. 01 44 18 51 95) Paris, le 8 août 2013 Qui peut être élu

Plus en détail

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 + La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 Présentation Cheikh Sow (Anthropologue au CLAP Sud-Ouest) et Mehdi Hazgui (Sociologue- Consultant)

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15 Compte rendu n 25 Audition, ouverte à la presse, de M. Patrice BÉGAY,

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Partie 2 : Des leçons pour l entrepreneur

Partie 2 : Des leçons pour l entrepreneur Partie 2 : Des leçons pour l entrepreneur 5.6 De nouveaux métiers Le développement des communautés et des univers virtuels a favorisé la création de nouveaux métiers «online», spécifiques à la gestion

Plus en détail

Filière «Politiques et Sociétés» 2015/2016

Filière «Politiques et Sociétés» 2015/2016 Filière «Politiques et Sociétés» 2015/2016 1. Présentation de la filière Politiques et Sociétés Objectifs généraux La filière «Politiques et Sociétés» permet aux étudiants d enrichir leur socle de connaissances

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

FORMALISATION ET CAPITALISATION DES

FORMALISATION ET CAPITALISATION DES FORMALISATION ET CAPITALISATION DES CONNAISSANCES DANS L ECOSYSTEME DE L INNOVATION 1 Le constat 1.1 L apparition des écosystèmes Depuis une trentaine d années, des écosystèmes dédiés à l innovation se

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY 17/10/2013 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale Rédacteur territorial principal de

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Mutualisation (ou partage) des services et personnels. Novembre 2013

Mutualisation (ou partage) des services et personnels. Novembre 2013 Mutualisation (ou partage) des services et personnels Novembre 2013 1 Cadrage général et principes Une définition : la mutualisation, au-delàdes différentes formes juridiques qu elle peut revêtir, est

Plus en détail

PROCESSUS INTERFACE «BUSINESS FRANCE» (COSPE)

PROCESSUS INTERFACE «BUSINESS FRANCE» (COSPE) Données d entrée du processus : Fiches projet business France, conf /call nationale hebdomadaire PROCESSUS INTERFACE «BUSINESS FRANCE» (COSPE) 1 2 3 Etude des fiches projets «Business France», avec pré-analyse

Plus en détail

«Les Relations Publiques»

«Les Relations Publiques» 46 ème session de formation Club de presse Ooredoo «Les Relations Publiques» 27 mars 2014 Présentée par M hamed BITOURI Docteur en psychologie Expert international 1 Les relations publiques (une fonction

Plus en détail

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA V Stratégie RTS 2013-2014 ous trouverez dans ce document un résumé de la stratégie RTS pour 2013-2014. Les principaux objectifs qui y figurent seront

Plus en détail

Les outils classiques de diagnostic stratégique

Les outils classiques de diagnostic stratégique Chapitre I Les outils classiques de diagnostic stratégique Ce chapitre présentera les principaux outils de diagnostic stratégique dans l optique d aider le lecteur à la compréhension et à la manipulation

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général 26 et 27 mai 2015 Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général Mesdames, Messieurs, Lors de mes propos introductifs à ces débats, je vous ai dit que le développement social, comme le développement

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

STRUCTURES ET ORGANISATION DE L ENTREPRISE. 23 mars 2006 Eric GODELIER HSS2

STRUCTURES ET ORGANISATION DE L ENTREPRISE. 23 mars 2006 Eric GODELIER HSS2 STRUCTURES ET ORGANISATION DE L ENTREPRISE 23 mars 2006 Eric GODELIER HSS2 INTRODUCTION «L organisation» et la «structure» : des notions mobilisées par de nombreuses sciences (Sciences de la vie et de

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance Et si on rapprochait l Homme de l Entreprise! Mondialisation Nouvelles technologies Guerre des talents Course à la performance Cadre réglementaire Génération Y Nathalie LELONG Directrice du cabinet CO

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Atelier du Comité 21 Parties Prenantes : les entreprises aux abonnés absents? Mercredi 11 avril 2013

Atelier du Comité 21 Parties Prenantes : les entreprises aux abonnés absents? Mercredi 11 avril 2013 Atelier du Comité 21 Parties Prenantes : les entreprises aux abonnés absents? Mercredi 11 avril 2013 Le langage des entreprises Performance Attractivité Développement Emploi Stakeholders Innovation «Compétitivité

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Andréas Boes et Thomas Lühr Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Pour les salariés allemands les plus qualifiés, l effacement des limites entre temps professionnel et

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

AGENDA 21 de Morne-à-l eau

AGENDA 21 de Morne-à-l eau AGENDA 21 de Morne-à-l eau Compte-rendu du COPIL 2 Vendredi 12 juillet 2013 Introduction M. Edmond Marcel : Bonjour mesdames et messieurs, ce comité de pilotage est un comité de préparation du Forum 21

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université de Liège (ULg) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank PEETERS,

Plus en détail

Développer une culture d efficience

Développer une culture d efficience point de vue services financiers Développer une culture d efficience dans les Back Offices Hughes ROY Partner au sein de l'équipe Services Financiers de Sopra Consulting, Hughes Roy est porteur de l offre

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

COMPTE RENDU : Programme Leader 2007-2013 -Bilan et évaluation

COMPTE RENDU : Programme Leader 2007-2013 -Bilan et évaluation COMPTE RENDU : Programme Leader 2007-2013 -Bilan et évaluation Lieu : Salle des fêtes de Rosnay Date : le 27 juin 2013 Présents M. DARNAULT (Commune de Rivarennes) Mme GUILLEMOT (Ecomusée) M. BURDIN (CPIE)

Plus en détail