Sports de nature et secteur touristique dans le Doubs : Des enjeux croisés de développement?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sports de nature et secteur touristique dans le Doubs : Des enjeux croisés de développement?"

Transcription

1 Cédric BALSSA Sports de nature et secteur touristique dans le Doubs : Des enjeux croisés de développement? Mémoire de Master 1 Géographie Université de Franche-Comté Sous la direction de : Alexandre Moine : Professeur à l Université de Franche-Comté Maître de stage, Gérard Karsenty : Direction Régionale et Départementale Jeunesse et Sports de Franche-Comté Juin 2006

2 Remerciements : Je tiens à remercier toutes les personnes que j ai pu rencontrer et qui m ont accordé de leur temps ainsi que toutes les personnes avec qui j ai pu converser dans le cadre de ce sujet de mémoire. Je leur transmets de sincères remerciements, j ai particulièrement apprécié ces relations humaines et ces discussions passionnées. Je remercie également les services de la Direction Régionale et Départementale de Jeunesse et Sports à Besançon et son Directeur Régional Adjoint Bernard Rubi de m avoir accueilli pour mon stage. Une pensée pour les personnes qui m ont aidé dans mon travail, Yves Bénézet pour le coté informatique, mon collègue de bureau André Simonet et mes responsables de stage Gérard Karsenty et Thierry Moyse. Je remercie Elodie Belle, doctorante à l université de Franche Comté, pour son partage d expérience et Alexandre Moine, professeur, pour le suivi de mon travail, ses observations et ses conseils. Enfin je remercie ma famille pour son soutien permanent et dédicace ce travail à tous ceux qui comme moi prennent des chemins détournés, la ligne droite est le plus court chemin mais l enrichissement personnel est sûrement dans les virages et les recoins. 1

3 Sommaire Introduction : 1. Une problématique 2. Mise en garde face au traitement et à l angle d attaque choisi concernant l emploi dans les sports de nature. 3. Le Doubs : un département propice aux activités de nature Partie 1 : Les sports de nature dans le Doubs 1. Le débat sémantique sur les diverses appellations des sports de nature 2. La liste des sports de nature 3. Les acteurs des sports de nature dans le Doubs 4. La notion de risque dans les sports de nature 5. D une pratique sportive à l emploi Partie 2 : L emploi dans les sports de nature dans le Doubs 1. Situation générale de l emploi dans le département du Doubs 2. La formation pour les éducateurs de sports de nature 3. Les acteurs de l emploi 4. Le traitement de l enquête sur les établissements d activités physiques et sportives 5. Les travailleurs indépendants 6. Une diversification à trouver dans la relation avec le tourisme Partie 3 : Le lien entre tourisme et sport de nature dans le département 1. Présentation du lien tourisme-sports de nature 2. Les acteurs du tourisme 3. Exemples de la place des sports de nature dans le développement touristique 4. Des interactions qui fonctionnent 5. Des pistes à explorer Conclusion 2

4 Introduction 1. Une problématique Partant du constat que les zones rurales doivent lutter pour conserver leurs populations et en attirer de nouvelles, une entrée possible voire majeure dans cette perspective concerne l emploi. Comment un département, tel que le Doubs riche de sites et lieux de pratique de sports de nature, peut s en servir comme d un atout économique et touristique pour développer et créer des emplois? En s intéressant aux moyens de créer des emplois, de développer et valoriser des filières et d améliorer les conditions de vie on fait de l aménagement du territoire ; ceci passe par des processus de prise de décisions en faveur de secteurs bien identifiés. Ce travail demande de la concertation, de la coordination et donc une aide à la décision La prise en compte des réseaux d acteurs intervenant dans chaque secteur est donc primordiale, la connaissance des systèmes d intervention en matière de politique générale et de l emploi en particulier doit aider à structurer la progression et la gestion de ce type d activités. Il s agit d identifier et d exploiter les retombées emploi d une filière sport de nature, d en expliquer les modes de fonctionnement, de cerner les moyens d action et d intervention dont elle dispose et de l associer au développement du tourisme dans le département du Doubs. Il sera nécessaire de mettre en perspective et faire le lien entre cette filière et la mise en place de la Commission Départementale des Espaces, Sites et Itinéraires (CDESI), le considérer comme un élément à prendre en compte pour le développement et la gestion des sports de nature. Notre travail s articulera autour de trois parties : la présentation des sports de nature dans le Doubs, la présentation d une enquête qui rend compte des perspectives d emploi salarié et indépendant dans les sports de nature, le lien entre tourisme et sport de nature comme facteur de développement économique. Pour cela la méthode de recueil et de traitement des données s appuie sur 3 phases : 1) Des entretiens directs avec des personnes ressources Pour récolter des données et les orientations prises pour le département du Doubs, synthèse d entretiens avec des personnes partie prenantes du triptyque sports de nature/emploi/tourisme. Identification des réseaux d acteurs : o Acteurs intervenant dans le secteur de l emploi : ANPE, employeurs, l association Profession Sport 25 o Acteurs en charge des sports de nature : services de l Etat, Conseil Général, collectivités territoriales, acteurs sportifs : fédérations, clubs, pratiquants 3

5 o Acteurs du tourisme : offices de tourisme, comité départemental du tourisme, tours opérateurs, centrales de réservations indépendantes (Gîtes de France, Clévacances) Des données de cadrage en ont été extraites et mettent en avant le positionnement des acteurs de la filière, les articulations que cela suppose mais aussi comment fonctionnent les communications entre chacun des réseaux précités. A un niveau plus global, étude des mécanismes pour : - Structurer la filière des sports de nature. - Faire le lien entre sports de nature et tourisme. 2) Le traitement d une enquête réalisée par la Direction Régionale et Départementale Jeunesse et Sports de Franche-Comté (DRDJS) Exploitation de l enquête sur les travailleurs salariés dans les sports de nature déjà réalisée par les services DRDJS. Des recherches complémentaires sur les travailleurs indépendants, complétée en fonction de la disponibilité des données. 3) La représentation géographique Le lien géographique sera le fil conducteur de ces développements prenant en compte les lieux de pratique, les territoires ayant du potentiel de développement et le Doubs dans son ensemble comme terrain d accueil des sports de nature. Une représentation cartographique des phénomènes viendra illustrer les problématiques. 2. Mise en garde face au traitement et à l angle d attaque choisi concernant l emploi dans les sports de nature. Notre propos, à travers cette étude, est de mesurer la potentialité de développement de l encadrement des sports de nature comme effet induit de retombées touristiques. Nous n oublierons pas que ce qui se fait de manière purement sportive peut être assez éloigné des préoccupations de professionnels souhaitant vivre d une pratique «consumériste». Dans le prolongement de cette idée, les intérêts entre les pratiquants sportifs et de loisirs sont parfois contradictoires, ce qui est bon pour certains est considéré comme néfaste pour d autres. Les initiés voient parfois d un mauvais œil arriver de nouveaux pratiquants peu aguerris aux techniques, venant de milieux urbains, sans connaissance du territoire local, marquant ainsi une forme de rapport conflictuel entre citadins et ruraux. Au-delà de clivages réducteurs il apparaît que la gestion des sites constitue un domaine sensible. L engouement et l augmentation de la pratique des sports de nature nous conduisent à mener des recherches pour connaître le poids économique mais aussi communicatif de ces activités. Le fait que nous cherchions à connaître la portée économique des sports de nature ne doit pas faire oublier la volonté des pratiquants individuels ou de clubs qui souhaitent garder un accès aisé, le plus souvent gratuit à leurs terrains de pratique. 4

6 Nous traiterons volontairement de la quantification des volumes de prestations encadrées payantes en évoquant cependant au fil des pages la pratique «sportive». La dimension géographique, spatiale et même territoriale ne sera pas oubliée et nous constaterons que deux mondes se côtoient au quotidien sur les sites naturels. Nos entretiens ont montré que l accès à la nature reste le point de ralliement des pratiquants. Son accessibilité est au centre des préoccupations surtout pour les professionnels qui en font un outil de travail. Les effets induits par la venue de pratiquants locaux réguliers ne seront pas ici mesurés, les services touristiques bénéficient d indicateurs globaux qui ne prennent pas en compte de manière assez fine cette part d activité. On le comprend, tout ce qui touche aux sports de nature renvoie aussi à la liberté des pratiquants plus peut-être que tout autre activité sportive. Le contexte actuel de retour à la nature en favorise l essor mais contraint aussi à une gestion plus globale du phénomène dans la mesure où il se densifie. Le Doubs suit cette tendance. 3. Le Doubs : un département propice aux activités de nature Carte 1 : Situation du Doubs L organisation Administrative : Source CG du Doubs On compte environ habitants en 2004 dont une grande partie est regroupée en deux agglomérations relativement peuplées (Besançon (CAGB) hab. et Montbéliard (CAPM) hab. au dernier recensement de 2004) toute deux constituées en aires urbaines (au sens de l INSEE). 5

7 Les autres polarités se répartissent dans des communes périphériques de ces agglomérations et dans des centres plus modestes : Pontarlier ( hab.), Morteau (6375 hab.), Baume les Dames (5384hab), Pont de Roide (4781 hab.) Valdahon (4027 hab.), Ornans (4037 hab.) Maiche (3978 hab.), L Isle sur le Doubs (3305 hab.) Son organisation territoriale se répartit autour de 7 pays et 594 communes. Carte 2 : En dehors de ces pôles urbanisés, les espaces agricoles et naturels sont la composante majeure des paysages. La structuration géographique : Le Doubs est un département de 5234 km², parcouru de rivières, recouvert à plus de 40% de forêts. Le relief s élève progressivement en plateaux puis en véritable moyenne montagne dans la chaîne jurassienne. 6

8 Département bénéficiant d un relief marqué depuis la vallée de l Ognon au Nord à 200m d altitude jusqu à la chaîne montagneuse jurassienne culminant au Mont d Or à 1463m le Doubs présente des atouts dans la diversité de ses paysages ha de lacs, dont le Lac St Point (3 ème lac naturel français) km de rivières (Doubs, Ognon, Loue, Lison, Dessoubre, Drugeon pour les principales) km de voies navigables (tourisme fluvial sur le Doubs) km de sentiers de grande randonnée (GR) km de sentiers VTT balisés (dont 5 sites labellisés par la Fédération Française de Cyclisme (FFC)) Avec des paysages encore préservés, compte tenu de sa surface et de ses densités (95hab/km²), le Doubs est un département vert propice aux activités de nature. Carte 3 : Source CG du Doubs 7

9 Le Doubs se place à l interface entre la plaine d Alsace et la vallée du Rhône, lui procurant une accessibilité aisée sur le piémont du massif jurassien. On peut en présenter les accès : Routiers : Le département est traversé dans sa partie Nord par un axe Est/Ouest, l autoroute A39 qui relie Mulhouse à Dole. Les routes Nord-Sud relient Besançon à Lausanne en passant par Pontarlier, Neuchâtel via Morteau. Le bénéfice du maillage autoroutier porte les grandes villes de l Est de la France à portée raisonnable de voiture ou autocar. Ferroviaires : Desservi par des lignes TGV Besançon est à 2H30 de Paris, 1H20 de Lausanne, 2H25 de Lyon, 3H35 de Genève. Aériens : les trois grands aéroports internationaux à proximité du département sont : Genève, Lyon Saint Exupéry, et Bâle Mulhouse. Navigables : le Doubs est navigable et se connecte au canal de la Saône présentant un intérêt touristique majeur pour la plaisance. 8

10 PARTIE 1 : Les sports de nature dans le Doubs, de quoi parle-ton? 9

11 1. Le débat sémantique sur les diverses appellations des sports de nature. On retrouve au fil des ouvrages, articles scientifiques, revues, brochures touristiques et autres supports d informations plusieurs définitions ou appellations concernant les sports de nature. Je vais m appuyer sur un article d Olivier Bessy et Michel Mouton 1 différentes appellations et le sens qu elles peuvent porter. pour éclaircir les - Dans le langage officiel provenant des services de Jeunesse et Sports les noms associent souvent le mot «sport» étant donnée la mission de ce ministère. On parle alors de Sport de Nature (SN) ou parfois de l ancienne appellation de Sport de Pleine Nature (SPN). - Dans le langage commercial ou touristique on évoque plus volontiers les activités en milieu naturel, les activités de plein air, les activités de pleine nature, les loisirs de nature ou encore les loisirs sportifs. - D autre part on peut rencontrer le terme d APPN Activités Physiques de Pleine Nature. Il faut revenir sur un historique des pratiques pour remarquer l évolution des termes employés. Le «plein air» et autres «activités de plein air» ont marqué le début d un rapport «sportif» à la nature dans les années , il s agissait en fait de notions hygiénistes où des personnes issues d une élite sociale pratiquaient des exercices physiques en milieu naturel. Longtemps cette pratique est restée confidentielle. Les valeurs véhiculées constituaient les prémisses et préfiguraient ce que nous connaissons aujourd hui : liberté, grand air, nature Les pratiques de plein air se sont alors structurées sous l appellation d Activités Physiques de Pleine Nature (APPN) au début des années Une notion d aventure pour tous c est alors développée : on pratiquait dans une nature vierge, hostile, qu il fallait dompter. Ce terme recouvrait aussi un classification administrative en usage dans les services de l Education Nationale et de Jeunesse et Sports pour parler d une certaine catégorie d APS (Activités Physiques et Sportives) Cette caractérisation s est estompée avec l arrivée de nouveaux sportifs venant des milieux urbains, les paysages et territoires de pratique ont alors évolué, se sont vu aménager, domestiquer pour permettre un accès aisé au plus grand nombre. Les activités de nature ont alors modifié la relation à l environnement et l approche qu en avait les premiers «explorateurs». La consommation d espace à des fins récréatives est entrée dans le monde rural. Reste que le terme «pleine nature» renvoyait à quelque chose de plutôt sauvage, entier, massif, difficilement pénétrable. La réalité des pratiques reflétait quelque chose de plus diffus. D un côté on retrouvait une recherche d extrême dans la pratique et dans les lieux (Raids multisports très éprouvants en milieu difficile, prise de risques) et de l autre une pratique plus cadrée dans des espaces aménagés, fléchés qui engendrent des flux réguliers de pratiquants. 1 Olivier Bessy, Michel Mouton, «Du plein air au sport de nature : nouvelles pratiques, nouveaux enjeux» 10

12 Il n y a qu à se promener aux abords des grandes villes pour constater le dimanche la prise d assaut des domaines «naturels». Les meilleurs exemples sont certainement le bois de Boulogne, ou le parc de Vincennes à Paris et plus près de nous la forêt de Chailluz à Besançon. Les APPN semblaient correspondre à une forme de pratique des années 1990 mêlant encadrement dans des milieux de découverte (milieu scolaire) et pratique par des «pionniers» de la pleine nature. Aujourd hui on retrouve plus couramment les appellations : sports de nature ou activités de nature. Les pratiques sociales et les représentations que l on s en fait guident souvent le choix de la dénomination. Schéma 1 : On peut dès lors établir une distinction entre sport et activité. Les professionnels de l encadrement nécessairement diplômés du ministère Jeunesse et Sports sont des éducateurs sportifs qui pratiquent un sport. Leurs fonctions leur permettent de faire découvrir des sports à leurs clients dans un contexte de loisir. Les sports de nature s entendent au sens d une activité reconnue comme faisant partie des pratiques olympiques au sens du CIO (Comité International Olympique) ou reconnues par les instances sportives internationales. Le sport et une pratique sportive peuvent être associés à la compétition et à des réglementations de pratique strictes. A l opposé, le terme «activité» renvoie plutôt à une pratique loisir, ludique, dénuée de connotation de compétition visant parfois même à enfreindre les règles. On mesure alors l écart entre ces deux expressions qui en terme de réglementation peuvent être porteuse de sens. 11

13 Dans notre étude de cas un débat préalable a été mené pour arrêter une classification des types d activités entrant dans la catégorie des sports de nature. Le débat sur sport et activité ne semble pas réellement poser problème dans le langage courant utilisant l un puis l autre. D un point de vue institutionnel ce sont finalement les sports de nature qui ont été retenus et inscrits dans la loi. Dans un cadre juridique on trouve la définition suivante: D après l'article 50 de la loi no du 16 juillet 1984, modifiée en 2000, il est inséré un article 50-1 ainsi rédigé : «Art Les sports de nature s'exercent dans des espaces ou sur des sites et itinéraires qui peuvent comprendre des voies, des terrains et des souterrains du domaine public ou privé des collectivités publiques ou appartenant à des propriétaires privés, ainsi que des cours d'eau domaniaux ou non domaniaux.» La façon de pratiquer et l esprit de cette pratique guident plus volontiers l appellation adéquate de ce que l on est en train de faire. Des éléments rassemblent cependant tout le monde : un cadre extérieur et une dépense physique. Le débat entre activité et sport peut aussi se prolonger sur nature et milieu naturel. Des divergences idéologiques ou d intérêts amènent parfois à des conflits sur les aménagements à réaliser ou pas afin de pratiquer des activités de nature. Le débat entre pratique sportive - pratique loisir prend du sens dans la mesure où les attentes de chaque parti ne sont pas les mêmes. Les termes de pleine nature ou de milieu naturel peuvent alors poser problème. Dans la mesure ou l homme intervient pour réguler, tracer, entretenir des équipements (sentiers, berges, accès à l eau, falaises, aire d envol, etc.) il est logique de prendre du recul face à la notion de nature. Le fait de laisser des «traces» de l activité humaine rend moins naturelle la nature. Une sanctuarisation totale sous-entendrait aussi que plus personne n accède aux espaces naturels et que toute la gestion serait autorégulée. La pratique en milieu naturel renvoie à une intrusion de l homme dans un écosystème. Il convient de se poser la question dans une optique de développement durable de l impact réel ou supposé des actions anthropiques. Un suréquipement de certains lieux de pratique a été constaté à la fin des années 1990, or à l heure actuelle la situation serait stabilisée. A l occasion de réaménagements ou de modernisations on déséquipe des secteurs afin d éviter des surfréquentations et rendre ainsi à la nature une part de l espace perdu. Le débat sur les équipements renvoie à une gestion concertée des territoires et aux opportunités que l on veut créer pour recevoir du public. C est donc une action d aménagement du territoire et de prospective aux enjeux importants. 12

14 Prenons un exemple concret : le ski alpin comme pratique sportive. Jusqu où peut-on considérer le ski alpin comme un sport de nature dans la mesure ou de multiples interventions humaines interagissent : - Le choix d un site naturel répondant à des critères de pente, d enneigement, d accessibilité etc. - La transformation et l aménagement à l aide de machines, bulldozer, niveleuses de cet espace. - La possibilité en cas de déficit de cultiver de la neige pour permettre de recouvrir les pistes. - L aménagement de remontées mécaniques pour pallier les contraintes naturelles. Si tous ces aménagements sont transposables dans un dôme artificiel comme cela se fait dans plusieurs pays du monde, les personnes se rendant au ski ont toutefois le sentiment d aller pratiquer leur sport dans un espace naturel, grâce à la présence du relief, d éléments végétaux (forêts, plantes) et minéraux (roches) de l air libre et des changements météorologiques «incontrôlables» (température, brouillard, vent, neige, pluie ) L artificialisation ou le rapatriement à l intérieur d autres disciplines comme l escalade, le dry tooling, les champs de bosses couverts propose certes une alternative mais ne remplace cependant en rien la pratique en extérieur. 13

15 2. La liste des sports de Nature : Les services de Jeunesse et Sports utilisent une liste des sports de nature. C est un outil de référencement et de traitement des données. Apparaissent dans la catégorie des sports de nature les activités suivantes : Activités terrestres : - Randonnée - Spéléologie - Escalade, via ferrata - Char à Voile - Canyonisme - Cyclisme, VTT - Course d orientation - Activités équestres - Ski alpin - Ski de fond - Motocyclisme - Sport automobile (randonnée 4X4, raids ) Activités nautiques : - Aviron - Canoë-kayak et disciplines associées (raft, nage en eaux vives) - Plongée subaquatique - Ski nautique - Surf - Voile - Pêche de loisir - Jet-ski Activités aériennes : - Parachutisme - ULM - Vol à voile - Vol libre (parapente, deltaplane, kitesurf) Activités parfois retenues : - Golf - Tir à l arc Nous l avons constaté, il est difficile d obtenir une homogénéité dans le détail des pratiques. En revanche cette liste prend en compte toutes les activités possibles et les classe dans de grandes familles. 14

16 Schéma 2 : Un territoire dispose d aménités naturelles renforcées par la présence et l action de l homme qui lui laissent entrevoir un potentiel de développement. Cette logique peut s appliquer de même dans le contexte d une pratique de sports de nature. 15

17 3. Les acteurs des sports de nature 3.1 La mise en place d un réseau sports de nature au sein du Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative (MJSVA) Plusieurs actions ont été menées afin de créer un réseau de référence relatif aux sports de nature dans les services du ministère. Le site Internet du Ministère Jeunesse et Sports 2 mentionne ces éléments : - Création d un poste de chargé de mission sur les sports de nature et le développement durable au cabinet du ministre - Création d une cellule sports de nature et développement durable - Nomination de référents régionaux dans les directions régionales. - Mise en place d un pôle ressources national des sports de nature La loi n du 6 juillet 2000 modifiant la loi n du 16 juillet 1984 sur l organisation et la promotion des activités physiques et sportives (J.O. du 8 juillet 2000) prévoit plusieurs points : Une reconnaissance de la spécificité des sports de nature La loi prévoit les dispositions suivantes : La mise en place du Conseil National des Activités Physiques et Sportives (CNAPS), organe de consultation, prospective et évaluation. Installé le 13 juin 2001 par Madame Marie Georges Buffet ministre de la jeunesse et des Sports, le CNAPS a engagé dès cette date ses missions consultatives, prospectives et d'évaluation des politiques publiques pour lequel il a été conçu par le législateur (art.33 de la loi du 6 juillet 2000). Sa composition interministérielle, la réunion de l'ensemble des acteurs de la société civile intéressés par les activités physiques et sportives sont autant d'atouts pour instaurer un climat de concertation et de confiance entre ses membres. La création d un Comité National des Espaces, Sites et Itinéraires relatifs aux sports de nature au sein du CNAPS et la représentation du comité dans des organismes nationaux ayant pour objet l aménagement, la gestion ou la protection du patrimoine. La création d une Commission Départementale des Espaces, Sites et Itinéraires (CDESI) relative aux sports de nature chargée de proposer un Plan Départemental des Espaces, Sites et Itinéraires (PDESI) relatifs aux sports de nature. En cas de travaux susceptibles de porter atteinte à ces espaces, sites ou itinéraires, des mesures spécifiques d accompagnement doivent être prévues

18 Une organisation fonctionnelle Dans sa formation plénière, le CNAPS comprend 104 membres répartis en huit collèges représentant l'etat, les élus locaux, les associations intéressées par les activités physiques et sportives, les organisations syndicales et patronales, les entreprises intervenant dans le sport, les éducateurs sportifs et les enseignants, les groupements concernés par les sports de nature et des personnalités qualifiées. Il comprend 2 comités : - Le comité national de la recherche et de la technologie en activités physiques et sportives qui comprend, outre son président, 16 membres. - le comité national des espaces, sites et itinéraires relatifs aux sports de nature qui compte, outre son président, 37 membres. Les membres du CNAPS et les deux comités sont nommés par arrêté du ministre chargé des sports. Le CNAPS a créé également la commission de suivi de l'observatoire des activités physiques, des pratiques et des métiers du sport 3 qui s est réunie pour la première fois en septembre Des missions étendues Cet organisme est consulté sur les projets de loi et de décrets relatifs aux activités physiques et sportives, avant leur examen par le Conseil d'etat. Son rôle consultatif porte également sur les conditions d'application des normes des équipements sportifs requises pour la participation aux compétitions sportives et sur les projets de loi et de décret relatifs aux activités physiques et sportives de nature. Sur ce dernier point, on peut noter le travail de concertation mené par le CNESI autour de la mise en place des commissions départementales des espaces, sites et itinéraires. Le CNAPS apporte son concours à l'évaluation des politiques publiques dans le domaine du sport. Dans ce cadre, il est tenu de remettre chaque année au Parlement et au Gouvernement un rapport sur le développement des activités physiques et sportives. Par ailleurs, le CNAPS est aussi chargé de veiller à la mise en oeuvre effective des mesures destinées à favoriser l'égal accès des femmes et des hommes aux pratiques, aux fonctions et aux responsabilités dans le domaine sportif. La Mise en Place des Cellules Régionales La directive nationale d'orientation du mois de janvier 2004 prévoit la nomination d un personnel «technique et pédagogique» référent en matière de sports de nature dans chaque région. Son rôle est de piloter une cellule régionale de coordination des sports de nature et de renforcer les liens avec les correspondants départementaux des sports de nature, les personnels des établissements nationaux et surtout les conseillers techniques sportifs placés auprès des fédérations sportives de nature. 3 Edition d un rapport du CNAPS «décentraliser, moderniser, professionnaliser les formations liées à l emploi sportif» août

19 La coopération avec les agents des autres administrations concernées par la thématique des sports de nature est aussi systématiquement recherchée. La cellule régionale de Franche-Comté répond à cette directive avec une organisation comme suit : - Un référent régional - Des référents départementaux : dans le Jura, en Haute Saône et dans le Territoire de Belfort - Un membre du CREPS de Franche-Comté Les directeurs régionaux et les directeurs départementaux de la jeunesse et des sports (dans les DRDJS et DDJS) contribuent à la construction d'une approche stratégique des conditions d'organisation et de développement des sports de nature. Cette approche stratégique comprend notamment : le recensement des espaces et sites de pratique, l'observation et l'analyse des situations, la professionnalisation de l'encadrement, le conseil aux acteurs locaux. Ils facilitent une meilleure coordination des interventions publiques à l'échelon régional par le renforcement de la concertation entre acteurs. Leur approche est fondée sur une analyse de l'état des lieux des sports de nature en région, réalisé avec le concours des réseaux d'observatoires et des centres ressources existants dans les domaines du sport, du tourisme et de l'environnement. La cellule régionale se doit de réaliser une veille sur les questions relatives aux sports de nature afin d être force de proposition lors de rencontre avec ses partenaires Les DRDJS, les DDJS et les établissements nationaux du MJSVA apportent leur soutien aux départements dans la mise en place des outils de concertation, de planification et de gestion prévus par la loi n du 16 juillet 1984 modifiée relative à l'organisation et à la promotion des activités physiques et sportives : CDESI et PDESI Cette organisation vise à assurer un maillage territorial cohérent des compétences et des missions du MJSVA au service d'un développement maîtrisé des sports de nature. La mise en place du pôle ressources national sports de nature L'instruction n JS du 12 août 2004 officialise la mise en place d'un pôle ressources national sur les sports de nature, implanté au CREPS Rhône-Alpes à Vallon Pont d'arc. Il rassemble et met en relation toutes les données disponibles pour le personnel et le grand public concernant les sports de nature, anime une liste de diffusion et représente un outil appréciable pour toutes les personnes concernées par ces thématiques. Un site Internet lui est dévolu : Au niveau national une réorganisation récente (janvier 2006) à créer une Sous Direction de l Action Territoriale (SDAT) au sein même de la direction des sports. Elle comprend un bureau des fédérations multisports mais surtout un bureau dédié aux activités sportives de nature et aux pôles ressources. 18

20 3.2 La Direction Régionale de l Environnement (DIREN) 4 Elle intervient sur les activités de nature dans un rôle de préservation et de régulation des milieux naturels. A ce titre plusieurs dispositifs existent. Les arrêtés de protection de biotope dans le Doubs : Sur un total de 281 arrêtés de protection de biotope concernant la région Franche-Comté diffusé au 29/03/2005 par la DIREN, 142 concernent le département du Doubs. Une même commune peut être mentionnée dans différents arrêtés sur son territoire visant plusieurs espaces naturels. La grande majorité concerne des zones de falaises, cavités ou de milieu aquatique : cours d eau, plan d eau, marais, tourbières. Les conséquences pour les sports de nature touchent les activités qui utilisent habituellement ce type de sites : l escalade, la spéléologie, le canyonime, la raquette à neige. Ces arrêtés ne ferment pas définitivement l accès aux zones mentionnées mais peuvent le limiter à des périodes précises durant l année. On peut s interroger sur l intérêt de maintenir certains arrêtés qui n ont pas été mis à jour en tenant compte des évolutions de certains territoires. Le réseau européen Natura 2000 Un autre dispositif concerne le zonage Natura 2000 qui délimite des espaces à protéger. Natura 2000 est un ensemble de sites naturels, à travers toute l'europe, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales et de leurs habitats. C est un programme européen qui comprend une directive habitat et une directive oiseaux dans laquelle sont mentionnés des espèces d intérêt communautaire à protéger. On peut lire à propos du réseau européen : «Natura 2000 rompt avec la tradition française de protection stricte et figée des espaces et des espèces. L'approche proposée privilégie la recherche, en général collective, d'une gestion équilibrée et durable qui tient compte des préoccupations économiques et sociales. C'est reconnaître que l'état de la nature est indissociable de l'évolution des activités économiques et plus largement, de l'organisation de la société». Dans le Doubs on distingue: Quatre zones de Protection Spéciale (ZPS) : - Lac de Remoray - Bassin du Drugeon - Massif du Mont d Or, du Noirmont et du Risol - Massif du Risoux 4 19

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Organisation du monde sportif

Organisation du monde sportif Organisation du monde sportif Pratique sportive au cours de l année Les Sportifs licenciés Français Organisation du sport en France Problèmes de compétences ETAT Mouvement (para)olympique Fédérations

Plus en détail

Date limite de dépôt des candidatures : Lundi 2 novembre 2015, à 12 : 00

Date limite de dépôt des candidatures : Lundi 2 novembre 2015, à 12 : 00 Cahier des charges de l Appel à Projets communautaire 2015 «Actions d animations sportives» Le présent cahier des charges porte à la connaissance des porteurs de projets les conditions de sélection des

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Adhésion Licence Assurance

Adhésion Licence Assurance Adhésion Licence Assurance Toute association, a besoin, pour pérenniser son activité, d adhérents. Ø La relation entre les deux s établit par une adhésion. Il y a deux façons d adhérer : à titre individuel

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Le plan/schéma vélo pour un usage utilitaire. Réunion des agents de développement des Pays et PNR - 18 septembre 2008 -

Le plan/schéma vélo pour un usage utilitaire. Réunion des agents de développement des Pays et PNR - 18 septembre 2008 - Le plan/schéma vélo pour un usage utilitaire Réunion des agents de développement des Pays et PNR - 18 septembre 2008 - Contexte général La part modale de la voiture augmente malgré une progression des

Plus en détail

Etude Sports de nature. en Midi-Pyrénées. Poids socio-économique, emplois et développement des territoires. www.impactsportnature-midipyrenees.

Etude Sports de nature. en Midi-Pyrénées. Poids socio-économique, emplois et développement des territoires. www.impactsportnature-midipyrenees. Les sports d eaux-vives en Vallée des Gaves (Hautes-Pyrénées) - Enquête sur sites auprès des pratiquants eaux-vives en saison estivale 2007 Si l on s intéresse plus particulièrement aux séjours sportifs

Plus en détail

Objet : Projet départemental «Objectif Rando»

Objet : Projet départemental «Objectif Rando» Evreux, le 20 octobre 2011 L Inspecteur d Académie Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale de l Eure à Mesdames et Messieurs les Directeurs des écoles maternelles et élémentaires

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Charte de la concertation territoriale

Charte de la concertation territoriale LIGNE A GRANDE VITESSE POITIERS-LIMOGES Charte de la concertation territoriale La présente charte constitue le cadre de la démarche de la concertation territoriale conduite par Réseau ferré de France Elle

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com DOSSIER DE PRESSE La Ville d ANGERS, Angers Loire Métropole, Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès et la Chambre de Commerce et d Industrie de Maine et Loire ont décidé de créer à ANGERS un BUREAU

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Décembre 2014 Observatoire Régional du Tourisme

Décembre 2014 Observatoire Régional du Tourisme Objectifs et principes méthodologiques de l étude 3 L offre d hébergements 5 La fréquentation des hébergements 6 La consommation touristique 7 La production des entreprises touristiques 8 L emploi lié

Plus en détail

Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD

Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD 1 Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD FINALITES «Permettre d encadrer à titre professionnel, de façon occasionnelle, des enfants et des adolescents en centres de vacances

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Ces différents titres excluent toute activité d entraînement ou d approfondissement d une discipline sportive. DEUG STAPS

Ces différents titres excluent toute activité d entraînement ou d approfondissement d une discipline sportive. DEUG STAPS 0. Vie associative Equivalences et autorisations accordées aux diplômés "STAPS" Les diplômes ouvrant droit à l encadrement des A.P.S, dans la mesure où son détenteur a procédé à la déclaration obligatoire

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Manifestations sportives de nature Enquête volumétrique

Manifestations sportives de nature Enquête volumétrique Manifestations sportives de nature Enquête volumétrique PICUIRA Marie 5 e Journée Technique du réseau national des sports de nature, INSEP le 19 septembre 2013. Méthode Les données recueillies proviennent

Plus en détail

Stage Nouveaux directeurs 2012-2013 décembre 2012. Organisation des sorties scolaires à l école primaire

Stage Nouveaux directeurs 2012-2013 décembre 2012. Organisation des sorties scolaires à l école primaire Stage Nouveaux directeurs 2012-2013 décembre 2012 Organisation des sorties scolaires à l école primaire 1 1. Les textes officiels. Circulaire n 99-136 du 21 septembre 1999 parue au BO hors série n 7 du

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Convention. entre. la Fédération Française et la Fédération Française

Convention. entre. la Fédération Française et la Fédération Française Convention entre la Fédération Française et la Fédération Française de Football du Sport Adapté (FFF) (FFSA) Saint-Denis, le 17 avril 2002 Convention entre la Fédération Française de Football et la Fédération

Plus en détail

Dossier de demande ravitaillement OFFICE DE TOURISME DU CANTON DE SALIGNAC 24590 SALIGNAC

Dossier de demande ravitaillement OFFICE DE TOURISME DU CANTON DE SALIGNAC 24590 SALIGNAC Dossier de demande ravitaillement OFFICE DE TOURISME DU CANTON DE SALIGNAC 24590 SALIGNAC PARTENAIRES IMPLIQUES DANS LE PROJET Les organisateurs à l initiative du projet ont souhaité que celui-ci fédère

Plus en détail

SIGNALE. Le ministre de l intérieur. Mesdames et messieurs les préfets Secrétariat général NOR/INT/A/02/00126/C

SIGNALE. Le ministre de l intérieur. Mesdames et messieurs les préfets Secrétariat général NOR/INT/A/02/00126/C DIRECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION DIRECTION DES PERSONNELS, DE LA FORMATION ET DE L ACTION SOCIALE SOUS-DIRECTION DES PERSONNELS BUREAU DES PERSONNELS DE PREFECTURE SECTION C AFFAIRE SUIVIE PAR :

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

LICENCE AMENAGEMENT, URBANISME ET DEVELOPPEMENT TERRITORIAL

LICENCE AMENAGEMENT, URBANISME ET DEVELOPPEMENT TERRITORIAL LICENCE AMENAGEMENT, URBANISME ET DEVELOPPEMENT TERRITORIAL Mention : Géographie et aménagement skin.:program_main_bloc_presentation_label Dans la mesure où il n existe pas de mention de licence aménagement

Plus en détail

Programme Observatoire ESSpace

Programme Observatoire ESSpace Programme Observatoire ESSpace Observatoire ESSpace est un projet interrégional conduit par les 4 Chambres régionales de l économie sociale et solidaire (ESS) des régions de Franche-Comté et Rhône-Alpes

Plus en détail

CAHIER des CRITERES QUALITE de L ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE à la VALIDATION des ACQUIS de L EXPERIENCE (VAE)

CAHIER des CRITERES QUALITE de L ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE à la VALIDATION des ACQUIS de L EXPERIENCE (VAE) CAHIER des CRITERES QUALITE de L ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE à la VALIDATION des ACQUIS de L EXPERIENCE (VAE) Préambule La loi de Modernisation sociale du 17 janvier 2002 permet à tout individu disposant

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) MASTER Spécialité MANAGEMENT DU SPORT Autorité responsable de la certification (cadre 2) Qualité du(es) signataire(s) de la certification

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE ORIENTATIONS STRATEGIQUES N 10 : Animer et développer la production touristique : produits, équipements et hébergements N 11 : Favoriser la professionnalisation

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Organisation administrative des services de santé au travail

Organisation administrative des services de santé au travail Plan Organisation administrative des services de santé au JDV Nancy juillet 2006 Complément de cours Contexte réglementaire évolutif Les différents types de services de santé au conditionnés par leurs

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

CLÉS. pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche

CLÉS. pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche E 7 CLÉS pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche 1 Défi nir «votre» localisation géographique idéale Choisir un emplacement adapté, c est tout d abord définir le barycentre de votre future

Plus en détail

FILIERE TECHNIQUE CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT DE 1 ERE CLASSE

FILIERE TECHNIQUE CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT DE 1 ERE CLASSE A D M I N I S T R A T I V E FILIERE TECHNIQUE CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT DE 1 ERE CLASSE I Catégorie et composition.... 2 II - Les fonctions......2 III -

Plus en détail

PLAN DE FORMATION BPJEPS

PLAN DE FORMATION BPJEPS PLAN DE FORMATION BPJEPS Technique de l Information et de la Communication LE METIER L animateur réalise des prestations d animation, d initiation, d accompagnement ou de médiation. Pour cela, il s appuie

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic SauveterredeGuyenne Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire PLU Phase 1 diagnostic Agglomération bordelaise Libourne CastillonlaBataille SteFoylaGrande Bergerac SauveterredeGuyenne

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES - BAC+5 - MRH Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association à but non

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

ACCORD DE PARTENARIAT. «Un chemin, une école» RENAZE

ACCORD DE PARTENARIAT. «Un chemin, une école» RENAZE ACCORD DE PARTENARIAT «Un chemin, une école» RENAZE Article Préambule : L éducation nationale, l USEP et la Fédération Française de Randonnée pédestre par une convention nationale affirment : La nécessité

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE PROTOCOLE D ACCORD ETAT- REGION BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE LE 20 MARS 2007 PROTOCOLE D ACCORD ETAT-

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE DU METIER DE SAUVETEUR EN MONTAGNE CISA IKAR 2006 KRANJKA GORA

LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE DU METIER DE SAUVETEUR EN MONTAGNE CISA IKAR 2006 KRANJKA GORA LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE DU METIER DE SAUVETEUR EN MONTAGNE CISA IKAR 2006 KRANJKA GORA INTRODUCTION CETTE DEMARCHE DE CERTIFICATION PROFESSIONNELLE A EU POUR BUT LA RECONNAISSANCE PAR L ETAT DE

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône»

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» APPEL A PROJETS «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» PROJET BENEFICIANT DU CONCOURS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Préalable L appel à projets décrit ci-après

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

Enjeu 1 Transport des personnes et des marchandises

Enjeu 1 Transport des personnes et des marchandises Enjeu 1 Transport des personnes et des marchandises 1.1) Offre de transport collectif et actif 1.1.1) Amélioration de l offre de transport collectif et actif 1.1.1.1) Faire les représentations nécessaires

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

GT 14 personnels d orientation

GT 14 personnels d orientation GT 14 personnels d orientation Fiche 4 Recrutement et formation des psychologues de l éducation nationale Les deux catégories de professionnels chargés, chacun en ce qui les concerne, de mobiliser leur

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

FICHE DE PROFIL DE POSTE

FICHE DE PROFIL DE POSTE FICHE DE PROFIL DE POSTE POSTE : Agent de développement sportif et/ou socio-sportif de secteur ou de bassin d activité CONVENTION COLLECTIVE : CCNS GROUPE : 1 METIER : Agent de développement Comité STRUCTURE

Plus en détail

Commission départementale des espaces, sites et itinéraires. Jeudi 10 novembre 2011

Commission départementale des espaces, sites et itinéraires. Jeudi 10 novembre 2011 Commission départementale des espaces, sites et itinéraires Jeudi 10 novembre 2011 Volet communication Signalétique Marché signalétique attribué par le CG38 Livraison des premiers panneaux début 2012 (rédaction

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Pour une population plus active. Le milieu municipal peut faire la différence

Pour une population plus active. Le milieu municipal peut faire la différence Pour une population plus active Le milieu municipal peut faire la différence Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question

Plus en détail

Le comité de programme

Le comité de programme Le comité de programme U n des concepts fondamentaux qui a servi au Renouveau de l enseignement collégial est ce qu il est convenu d appeler l approche programme. Le renouvellement de la convention collective

Plus en détail