Zut, une brèche A propos du blood patch

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Zut, une brèche A propos du blood patch"

Transcription

1 Zut, une brèche A propos du blood patch IHA Beaucreux Charlotte - Dr Bocquet-Le Cinq Agnès Hôpital Antoine Béclère

2 A propos d un cas Mme H., 17 ans, primipare Interruption médicale de grossesse à 19 SA+6 jours. Analgésie choisie: péridurale - rachi combinées, aiguille: Tuohy 17 G. L interne se prépare pique et a une perte de résistance franche avec reflux de LCR abondant

3 Que faites-vous?

4 La brèche durale- diagnostic Critères de l International Headache Society Céphalées dans les 15 minutes après passage en orthostatisme, disparaissant dans les 15 minutes après passage en décubitus dorsal, Associées à: nausées, raideur nucale, photophobie, acouphènes, hypoacousie, troubles oculomoteurs Après ponction et effraction de la dure-mère Dans les 5 jours après le geste, le plus souvent dans les premières 24h En obstétrique: > 50% des brèches entrainent des céphalées Il existe des CPBD sans brèche visualisée!

5 Diagnostics différentiels 15% des patientes en post-partum présentent des céphalées Fréquents: Céphalées de tension Migraines Graves: Hypertension artérielle et pré éclampsie Hématome sous-dural Hémorragie méningée Thrombophlébite cérébrale Méningite Rares: Pneumencéphalie

6 Conséquences et risque d une brèche: Inconfort, morbidité Allongement de la durée d hospitalisation Hématome sous-dural Rare: atteinte définitive du VI avec strabisme et diplopie horizontale, nécrose hypophysaire, aphasie,

7 Physiopathologie: les principes Fuite de LCR favorisée par un gradient de pression élevé: 40mmHg «chute» de l encéphale dans la boite crânienne Traction sur les paires crâniennes: céphalées frontales (V), troubles visuels (V, VI), céphalées occipitales (X, IX), nausées Compression des racines cervicales C1 à C3: cervicalgies, douleurs cervico-scapulaires Fuite de LCR: Diminution du contenu intracrânien Loi de Monroe Kellie: Vasodilatation artérioveineuse compensatrice céphalées

8 Amygdales cérébelleuses basses Épaississement des méninges Sinus sagittal dilaté en rapport avec une vasodilatation veineuse Décollements sous-duraux

9 Facteurs de risque Facteur Sexe féminin X 3 Période de garde X 3 Antécédent de CPBD X 3 Nombre de ponctions X 3 Age: ans X 2 Céphalées chroniques 1 X 2 Taille et type d aiguille: aiguille tranchante, traumatique (in)expérience 2 0 IMC >30 0 Distance de l espace péridural SFAR AFAR Khlebtovsky, clinical neurology and neurosurgery, Hollister, IJOA 2012 Risque X 2 Moyenne: 5 cm + 1 cm: 19% de brèche en plus

10 Comment prenez-vous en charge cette brèche?

11 Quelle analgésie pour le travail? Plusieurs options pas de consensus: Nouvelle péridurale à un niveau différent Rachianesthésie continue pour le travail Cathéter intrathécal laissé en place 24h, efficacité discutée Dans tous les cas Pas de contre indication à un nouvel abord péridural Information de la patiente

12 Blood patch principe et réalisation 1970, DiGiovanni: injection de sang autologue dans l espace péri dural: Restauration du régime de pression intra crânien par pression sur le sac dural «colmatage» de la brèche, arrêt de la fuite de LCR («plug»). Réaction méningée (irritation): vasoconstriction locale Efficacité? 60 à 75% des patientes ayant eu une brèche lors d une péridurale (aiguille de gros calibre), vs 95-98% tous patients confondus (SFAR 2001)

13 Blood patch en pratique De manière stérile, au bloc opératoire Ponction durale un niveau en dessous de la première ponction, ou au même niveau Dans le même temps: prélèvement de sang autologue de manière stérile Réinjecté lentement dans l espace péridural

14 Contre indications: Infection systémique: hémoculture systématique Contre-indication à l abord péri dural Refus de la patiente et balance bénéfice-risques non en faveur: brèche peu symptomatique, ENS < 3/10 Effets indésirables et complications: Sub-fébricule dans les heures suivant l injection (38 C); lombalgies fréquentes Compression ou irritation d une racine nerveuse - rare Vertiges, Nausées, céphalées, si injection trop rapide - rare

15 Volume de sang à injecter? Pas de certitudes Etude de 2011: 121 parturientes victimes d une brèche durale, étude randomisée, en aveugle Hypothèse de départ: pas d intérêt supérieur d un des volumes pour le blood patch (15, 20 ou 30 ml) 1- Paech, Anesth Analg 2011

16 Différence statistiquement significative: 15 ml moins efficace que 20 ml, p=0,017 Pas de différence statistiquement significative: 15 ml aussi efficace que 30 ml, p=0,051 - Arrêt lorsque sensation de pesanteur lombaire au point d injection ++ Soulagement partiel (%) - 15 ml - 20 ml - 30 ml Soulagement permanent (%) - 15 ml - 20 ml - 30 ml <48h >48h total

17 Délai de réalisation?

18 Réalisation d emblée Blood patch prophylactique (n=60) Blood patch thérapeutique (n=49) p value céphalées 11 (18%) 39 (80%) <0,0001 Sévérité des céphalées -Mineures -Modérées -Sévères Signes associés: -Nucalgies -Acouphènes ,49 0,004 <0, <0,0001 0,001 Réduction significative du nombre de céphalées modérées et sévères Pas de réduction de la durée d hospitalisation Pas de différence sur le délai d apparition des céphalées Stein, Anesthesia 2014

19 Réalisation d emblée Étude prospective, randomisée, double aveugle 32 patientes dans chaque groupe Incidence de CPBD Intensité des céphalées Jours d incapacité BP thérapeutique Durée médiane des céphalées (j) BP prophylactique BP thérapeutique 56% 56% NS 6/10 7/10 NS 1 1 NS 28% 43% p = 0,08- NS 2 4 p<0,05 Scavone- Anesthesiology 2004

20 Réalisation retardée/ basée sur la clinique Efficacité significativement supérieure en terme d efficacité si réalisation tardive par rapport à l apparition des céphalées: Pas de différence en terme d intensité des céphalées/ symptômes p=0,03 Kokki, IJOA 2013

21 -> Pas de réponse claire!

22 Facteurs de risque d échec de blood patch Facteurs de risque d échec: diamètre de l aiguille <20 G (risque *5) ; délai < 4 j (risque *2) Facteurs de risque d efficacité partielle: diamètre < 20 G, lombalgies (risque *2) Safa-Tisseront - Anesthesiology 2001-

23 Les autres patchs? Cristalloïdes: NaCl 0,9% étudié dans un étude prospective de faible ampleur en 2001, hors femmes enceintes. Efficacité similaire d un patch de NaCl 0,9% 15 ml+ perfusion continue de 20mL pendant 3 h vs Blood patch de 15 ml. Colloïdes (HES/ Voluven): Kakinohana- Journal of anesthesia 2001 case report chez deux patientes pour lesquelles le BP était contre indiqué. Efficacité d un volume de 15 à 30mL, sans effet indésirable. Innocuité intrathécale prouvée récemment chez des rats Vassal IJOA 2013

24 Colle biologique: non testé en obstétrique; seulement en contexte néoplasique lors d une fuite de LCR sans syndrome postbrèche. Injection de 3mL de colle Efficace sans effet indésirable. Ben, Anesthesiology 1999 Bas, Anesth Analg 1997 Morphine péridurale: 2 injections sur 24h de 3mg de morphine péridurale vs NaCl 0,9%: réduction significative des céphalées (12% vs 42% ) et du recours au BP (4 vs 24%) (groupe de 25 patientes), Cathéter en place pendant 24h, surveillance Peu d études, notamment randomisées Al-metwalli, Anesthesia 2008

25 Si ça ne marche pas Blood patch n 1 Échec: - nouvel examen soigné: interrogatoire, examen - +/- imagerie - Blood patch n 2 Échec : - réévaluation - imagerie - Blood patch n 3 Échec: - Avis neurologiq ue - Chirurgie +/- 70% > 90% >95%

26 Inefficaces Caféine Les autres moyens Pourquoi pas/ études en cours Gabapentine (Sauf si allaitement) Efficaces Morphine péridurale Hyperhydratation Ondansetron Bloc du nerf du grand occipital Repos au lit Triptans Morphiniques PO/ IV Anti inflammatoires, Antalgiques de palier 1 Cosyntropine

27 Take home messages (1/3) Le meilleur moyen de prendre en charge: la prévention Céphalées post brèche durale: phénomène fréquent en obstétrique (>50% de brèches à la Tuohy symptomatiques) La brèche durale peut passer inaperçue

28 Take home messages (2/3) Blood patch prophylactique: séduisant mais pas de bénéfice à long terme Blood patch thérapeutique Méthode sûre, peu d effets indésirables et complications Réduction de l intensité des céphalées Efficacité environ 70% Les autres patchs: pas en première intention

29 Take home messages (3/3) Si échec de blood patch: Nouvel examen neurologique soigné En réaliser un deuxième Si nouvel échec: imagerie Troisième blood patch Evaluation neurologique sépacialisée Ne pas oublier les diagnostics différentiels

30 Merci

31

32

33 Echec BP role of surgery for the management of CSF leaks- B Mokri 2008: étude Mayo clinic- 10 patients: 3 : ligation of the meningeal ; 7: packing the epidural space with muscle and gelfoam and in some also fibrin glue. 6/10: site de la brèche non repéré Soulagement durable et total pour tous Autre étude Mayo clinic, Cohen-Gadol et al, 13 patients entre 1994 et A 20,5 mois: 8 soulagés totalement, 3 soulagés partiellement et 2 récidives

34 AFAR 2001 Etude prospective sur PEC des brèches de 1996 à 1999 à R. Debré: nb de brèches, analgésie choisie, suites, réalisation d un blood patch, efficacité Ccl: efficace 90% des cas, 100% des patientes en ont eu un. Ppal effet indésirable de brèche = céphalées.

35 Anesthesia 2014: blood patch préventif vs curatif Prospectif randomisé, > patientes incluses, 116 randomisées Femmes en travail/ cesarienne Inclusion criteria: ans, ASA 1 à 3. Exclusion criteria: HTA pré existante ou HTA gravidique; céphalées avec ttt dans les 6 derniers mois, épilepsie, > 4 cafés/j dans la semaine qui precede Ponction/ brèche: nouvelle ponction un espace au dessus Blood patch préventif: 5h après dernier bolus péridural avant retrait du catheter. Blood patch curatif: avant, ttt à l appreciation du praticien: cefeine, patch de sale, paracetamol; Score d évaluation des céphalées Blood patch: entre 15 et 20 ml, decubitus strict pendant 1h

36 -> blood patch préventif Réduit la fréquence de survenue des céphalées Et en réduit l intensité Mais ne réduit pas la durée d hospitalisation Pas d étude en ce qui concerne la morbidité

37 International Headache Society definition of post-dural puncture headache as a céphalée posturale, avec au moins un des 5 signes associés: rigidité nucale, hypoacousie, acouphènes, photophobie Temps entre brèche et bood patch préventif: médiane 8h Fréquence des céphalées: 18.3% vs 79.6%, p< fréquence diminuée des céphaées moderées et sévères (signif, p = 0,004 et p<0,0002) délai d apparition des céphalées: 37.9 (34.8) h prophylactique//31.5 (24.2) h thérapeutique -> (NS). 36 patientes sur 39 (73.4%) : blood patch ds groupe thérapeutique. 4 of these had the EBP in the Emergency Department on a return trip to hospital. 4 of the 36 (11.1%) ont eu un 2eme blood patch Pas de difference signif ds la durée d hospitalisation: The mean (SD) length of stay in hospital was 71.3 (30.2) h in the prophylactic EBP group // 81.5 (38.8) h in the therapeutic EBP group (p = NS). MS systeme different, séjour à la maternité plus court.

38 SFAR 2012 FdR breche: age, sexe féminin, céphalées chroniques ATCD sd post PL, taille/ type d aiguille Efficacité du blood patch. Pas d étude sur délai de réalisation/ quantité de pdt injecter/ quel pdt Cmt ca marche: restauration de la PIC par hyperpression sur le sac dural. Et clou plaquettaire qui permet de stopper la fuite (ms pas le 1 er mécanisme) Bloc du nerf grand occipital

39 IJOA controverse EBP: pratique courante, réduction des symptômes liés aux céphalées Mais preuves faibles dans des études de bonne qualité Et pas d étude sur la réduction du taux d HSD Céphalées post- breches à 1 an: pas de réduction significative chez les patientes traitées par BP

40 IJOA 2013: influence on BP timing 2 hôpitaux finlandais, mars > juin Recueil rétrospectif sur dossiers 121 patientes -> 151 EBP Moins de récurrence des symptomes si EBP >48h, p<0,003 (Hence, the permanent relief rate was 86% in parturients having EBP after 48 h compared to 65% having EBP at h and 50% having EBP during the first 24 h (P = 0.003).) Taille de l aiguille: FdR Récurrence supérieure des céphalées si brèche après p durale vs rachi ou rachi-péri combinée

41 BJA 2010 prevention of PDPH after accidental Revue systématique, toutes langues, ponction durale accidentelle Exclusion des études sans groupe contrôle 27 études inclues, 12 exclues (pas de groupe contrôle) Morphine péridurale: 1 étude randomisée, 50 patients (morphine/ groupe contrôle) réduit incidence de CPBD de 25%, majoration signif des nausées mais pas de désaturations Blood patch prophylactique: 5 études non randomisées ( volume sang: 5 à 20 ml) -> baisse des CPBD signif; ms 4 études randomisées (volume sang: 15 à 20 ml): non signif. KT intrathécal: pas de différence signif même si laissé plus de 24 h XXXXXXXXXXXXXX NaCl péridural: pas de diminution des CPBD XXXXXXXXXX (Quantité? Délai d injection? ) NaCl intrathécal: pas de réduction des céphalées

42 IJOA 2014 The relationship between body mass index ant post dural puncture headache Recueil rétrospectif, APD/ femmes enceintes entre 2007 et 2012 en Australie accouchements. 125 brèches. Pas de différence signif sur l incidence des brèches chez des patientes IMC > 30 vs < 30. Secondairement: comparaison IMC 40 vs 30: pas de différence signif en terme d incidence de breches

43 American headache society: incidence of post dural puncture headache after in research volunteers

44 IJOA parturientes entre 01/2001 et 12/2010- analgésie péri ou rachi- indépendant AVB ou césar- 142 brèches 8 présentations atypiques: flou visuel, cervicalgies, lombalgies, acouphènes FdR: Migraine antérieure: odds ratio 6.1 (95% CI ), KT posé plus haut/ rachi piquée plus haut, odds ratio 17.2 (95% CI ) Reflux de LCR visualisé: odds ratio 5.5 (95% CI ). En analyse multivariée: reflux de LCR visualisé statistiquement signif

45 Anesthesia Analgesia 2011: The Volume of Blood for Epidural Blood Patch in Obstetrics: A Randomized, Blinded Clinical Trial 121 parturientes victimes d une brèche durale, randomisé en aveugle Hypothèse de départ: pas d interêt supérieur d un des volumes pr le BP 3 groupes: BP 15, 20 ou 30 ml -> meilleure efficacité (statistiquement signif) du BP de 20 ml vs 15, pas de différence entre 15 et 30mL pr réduction des céphalées -> Pas inconfort supérieur en fonction du volume// lombalgies

46 Anesthesia Analgesia 2011: The Volume of Blood for Epidural Blood Patch in Obstetrics

47 Anesthesia Analgesia 2012: Prophylactic Epidural Blood Patch After Unintentional Dural Puncture for the Prevention of Postdural Puncture Headache in Parturients Revue de la littérature: among the 5 nonrandomized controlled trials, PEBP resulted in a significant reduction in the rate of PDPH (RR 0.48, 95% CI ); however, analysis of 4 randomized controlled trials did not show a significant difference (RR 0.32, 95% CI ). Indeed, Boonmak and Boonmak22 performed a quantitative review of PEBP and found insufficient evidence to recommend PEBP after dural puncture. An instance of total spinal anesthesia was reported after PEBP was performed in a patient with a T4 blockade from epidural anesthesia, suggesting it is prudent to perform PEBP after complete resolution of neuraxial blockade.27 An additional benefit to waiting for block regression is the ability to detect whether the patient has pain with injection, which theoretically mitigates the risk of neurologic sequelae. Initial concerns about the inability to provide reliable epidural anesthesia after EBP seem insignificant, both immediately after PEBP and months to years afterward In summary, PEBP does not seem to decrease the incidence of PDPH after UDP in obstetric patients

48 Epidural Anesthesia and Analgesia Are Not Impaired After Dural Puncture With or Without Epidural Blood Patch Étude rétrospective randomisée, Obj: voir si brèche ou BP dans les 12 années précédentes influe sur Facilité d éxecution Anesthésie -> pas de différence -> ATCD de brèche n est pas un FdR de nouvelle brèche ou d abord difficile du rachis ou d inefficacité analgésique

49 Journal of anesthesia 2014 Injection de NaCl 0,9% dans l espace intra thécal en préambule d une rachi anesthésie permet une réduction signif du taux de CPPL.

50 Editorial anesthesia 2015: Timing of epidural blood patch: clearing up the confusion Biais dans l étude de Stein 2014: pas de protocole précis sur le délai de réalisation et le type de ttts à employer (médocs). Sur le délai de réalisation des patchs: études non randomisées sur faibles effectifs Sur le volume à injecter: étude bien menée, volume à injecter à priori >20mL ok => nécessité d études mieux menées/ de plus grande ampleur

51 The management of accidental dural puncture during labour epidural analgesia: a survey of UK practice- Baraz anesthesia 2005 KT laissé en place intrathécal 30% des cas, 41 % re piqué BP prophylactique 26% // 71% qd symptomatique

52 Colle biologique: Epidural fibrin glue injection stops persistent cerebrospinal fluid leak during longterm intrathecal catherization Ben 29 ans, CPBD après RA pour chir genou. BP 1, puis ttt med pdt 3 semaines, puis 2 BP, puis avis neuro-> 3mL de colle biologique, DD strict pendant 24h. Soulagement durable sans EI. Epidural Fibrin Glue Injection Stops Persistent Cerebrospinal Fluid leak During Long-Term lntrathecal Catheterization (Tissucol) - Bas M. Gerritse er cas: fuite de LCR sans CPBD chez une patiente après intrathale de chimio. 2 nd cas: 59 ans, néo avec IT de morphine, fuite de LCR persistante malgré BP -> 4mL fibrin glue 3 ème cas: 63 ans, néo méta- IT- fuite de LCR sans CPBD-> 4mL fibrin glue

53 IJOA2013: patch d HEA- Vassal Sur deux patients pour lesquels le BP était contre indiqué (leucémie aiguë et bactériémie à S. agalactiae) Pas d effet indésirable 1 er : parturiente après pose APD. 2 patchs de Voluven, 30 et 25 ml à 2 espaces inférieurs à la ponction initiale. Pas de séquelle 2 nde : 28 ans, leucémie aiguë, chir ovarienne sous rachi. 3 essais-> échec-> AG. HES 15 ml puis 5mL/h pendant 24h et retrait du KT. Soulagement immédiat et absence de récidive.

54 Injection de sérum salé isotonique: Epidural injection with saline for treatment of postspinal headache: comparison with epidural blood patch Journal of Anesthesia Kakinohana Procédures non obstétricales, sur 2 ans, groupes de 8 Pendant 2 ans, étude randomisée BP vs Saline BP de 15 ml vs 15 ml de Nal 0,9% puis KT en place 3h avec NaCl 20mL/h pdt 3h Soulagement identique à 15 et 24h, mais succès de 75% pr SSI vs 100% pr BP (nécessité de réaliser un BP chez 2/ 16 patientes ds le groupe SSI)- NS + de lombalgies à 24h ds le groupe BP (p=0,04- signif)

55 Colle biologique > 3 essais concluants pour fuite de LCR chez des patients d oncologie après perfusions intra thécale, mais sans céphalées post brèche. Bonne efficacité sans effet indésirable 1999-> 1 cas d injection après échec de 3 BP successifs et traitements médicamenteux après brèche symptomatique/ RA pour chirurgie du genou. Pas d étude sur l inocuité chez les femmes enceintes Pas d étude de grande ampleur L indication, s il en existe une, emble assez limitée au vu de l efficacité connue des injections de NaCl ou HES

56 L étude systématique d Apfel incluant 9 publications, retrouve une réduction de l intensité et de la durée des céphalées chez les parturientes ayant bénéficié d un blood-patch prophylactique [48] Réalisation prophylactique: réduction significative des céphalées (18 vs 79%) mais pas de différence significative en terme de délai d apparition des céphalées (37,9h vs 31,5h) ni de la durée d hospitalisation vs blood patch curatif

57

58 IMS >30 n est pas un facteur de risque de brèche (IJOA 2014) vs IMC <30. IMC <25: FdR dans étude sur volontaires «sains» (pas de femme enceinte) (AHS 2013) Rachi-péri combinée vs rachi seule: pas de différence sur l incidence

59 Rationnel- physiopathologie Brèche -> fuite de LCR -> hypotension du LCR -> baisse de la PIC -> «chute» du cerveau dans la boite crânienne-> compression des paires crâniennes, notamment VI (diplopie, troubles visuels). Loi de Monroe Kellie: somme des volumes intra crâniens = constante -> vasodilatation artérioveineuse cérébrale céphalées dans les suites d une fuite de LCR

60

61 Facteurs de risque de brèche Période: garde (Ann Fr Anesth Réanim 2001) Ponctions multiples Utilisation d un mandrin gazeux (pour les anciens) Terrain: femme Type d aiguille (Tuohy 17 G: 70 à 85% de céphalées ), taille, réinsertion du mandrin, MAPAR 2011

62 Physiopathologie Fuite de LCR du compartiment sous-arachnoïdien vers le compartiment épidural, favorisé par un gradient de pression important en orthostatisme (40mmHg) Diminution du volume de LCR lors du passage en position assise ou en orthostatisme, les structures encéphaliques subissent sous l'effet normal de la pesanteur une attraction vers le bas qui n'est plus amortie par la colonne liquidienne. Conséquences: Traction des structures méningées et des structures vasculaires [11] qu'elles renferment, à l origine d'une activation des récepteurs méningés sensibles à la distension (stretch-sensitive receptors) et de la genèse d'informations nociceptives véhiculées par les nerfs trijumeau (céphalées frontales), glosso-pharyngien et vague (céphalées occipitales) et les trois premières racines cervicales (céphalées nuccales et douleurs cervico-scapulaires Vasodilatation réflexe compensatrice [12] visant à restaurer le volume intracrânien «normal.

63 IJOA 2013// efficacité BP fonction délai

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH)

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH) CEPHALEES POST-BRECHE DURALE Post Dural Puncture Headache (PDPH) G. Buzançais Dr E. Morau 6 Mars 2013 Plan Introduction Physiopathologie Traitements Conclusion Définitions Brèche durale Ponction de dure-mère

Plus en détail

www.urgencemonastir.com Cas clinique

www.urgencemonastir.com Cas clinique Cas clinique Une femme de 56 ans s est présentée au SAU pour des céphalées intenses d installation brutale évoluant depuis 10 jours. Elle s est réveillée avec une douleur vive à l'arrière de son cou se

Plus en détail

Céphalée post-rachis: Mythes et Réalités. Dr Maxime Côté CHUL-CHUQ

Céphalée post-rachis: Mythes et Réalités. Dr Maxime Côté CHUL-CHUQ Céphalée post-rachis: Mythes et Réalités Dr Maxime Côté CHUL-CHUQ Objectifs Connaître mécanisme et les moyens de prévenir la CPPD Connaitre les différents traitements existants Devenir l expert en CPPD

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

L analgésie péridurale pour un retour à domicile!

L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Vendée L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Une expérience partagée Mr AGRES Hugues IADE RD 85925 La Roche sur Yon Journée IRD PL B, 28 janv. 2011- REZE Le patient, La famille, L équipe soignante

Plus en détail

Imagerie de l hypotension intracrânienne. Dr Sandrine Molinier CHU de Bordeaux Service de Neuroimagerie du Pr V. Dousset

Imagerie de l hypotension intracrânienne. Dr Sandrine Molinier CHU de Bordeaux Service de Neuroimagerie du Pr V. Dousset Imagerie de l hypotension l intracrânienne Dr Sandrine Molinier CHU de Bordeaux Service de Neuroimagerie du Pr V. Dousset PHYSIOPATH Fuite de LCS par rupture d éd étanchéité des membranes arachnoïdiennes

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

LES CEPHALEES POST EFFRACTION DURE-MERO-ARACHNOIDIENNE: Mythe ou Réalité?

LES CEPHALEES POST EFFRACTION DURE-MERO-ARACHNOIDIENNE: Mythe ou Réalité? LES CEPHALEES POST EFFRACTION DURE-MERO-ARACHNOIDIENNE: Mythe ou Réalité? M.Mokrani; A.Benyoucef; K.Habchi; S.Atba benatba Service d anesthésie réanimation de l HCA Service de gynéco-obstétrique de l HCA

Plus en détail

French translation OAA leaflet. Maux de tête après péridurale ou rachianesthésie Ce que vous devez savoir

French translation OAA leaflet. Maux de tête après péridurale ou rachianesthésie Ce que vous devez savoir French translation OAA leaflet Maux de tête après péridurale ou rachianesthésie Ce que vous devez savoir Nous avons écrit ce fascicule pour vous donner des informations sur les maux de tête qui peuvent

Plus en détail

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Pecs blocks PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Indications Prothèse mammaire Anesthesia, 2011 The pecs block : a novel technique for providing analgesia after breast surgery: R. Blanco PAC, pacemaker

Plus en détail

CEPHALEES POST-BRECHES MENINGEES

CEPHALEES POST-BRECHES MENINGEES Le Congrès Médecins. Conférence d actualisation 2012 Sfar. Tous droits réservés. CEPHALEES POST-BRECHES MENINGEES Paul. J. Zetlaoui Service d anesthésie-réanimation chirurgicale, hôpital de Bicêtre, 78,

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5 Efficacité et tolérance du linézolide (LZD) versus vancomycine dans le traitement des infections compliquées de la peau et des tissus mous (ICPTM) documentées à SARM KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens,

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Cas Clinique A propos de la Brèche Alexandre Mignon

Cas Clinique A propos de la Brèche Alexandre Mignon Cas Clinique A propos de la Brèche Alexandre Mignon DAR Cochin Port-Royal Maternité Port-Royal AP-HP Université Paris Descartes alexandre.mignon@cch.aphp.fr Le Cas Clinique Madame S, 34 ans Ingénieur (Polytechnicienne)

Plus en détail

Que faire en cas de brèche durale?

Que faire en cas de brèche durale? Que faire en cas de brèche durale? Paul Zetlaoui Service d'anesthésie Réanimation, CHU de Bicêtre, 78 rue du Général Leclerc, 94275 Le Kremlin Bicêtre Introduction La compréhension et la prise en charge

Plus en détail

Gestion des anticoagulants en péripartum

Gestion des anticoagulants en péripartum Gestion des anticoagulants en péripartum Pharmacologie D Chassard Lyon http://www.uptodate.com/contents/anticoagulation-during-pregnancy CFP Nov 2012 Fev 2012 Exemple de cohorte (n=120) HBPM en curatif

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

Challenges en anesthésie obstétricale: Que faire en cas de brèche dure- mérienne en salle de travail?

Challenges en anesthésie obstétricale: Que faire en cas de brèche dure- mérienne en salle de travail? Challenges en anesthésie obstétricale: Que faire en cas de brèche dure- mérienne en salle de travail? Marie- Pierre Bonnet Service d Anesthésie- Réanima8on, Hôpital Cochin, Maternité Port Royal; Unité

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Y a t il des complications particulières des manipulations vertébrales chez la femme enceinte?

Y a t il des complications particulières des manipulations vertébrales chez la femme enceinte? Y a t il des complications particulières des manipulations vertébrales chez la femme enceinte? ME Isner, J Lecocq, P Froehlig, Ph Vautravers Service de Médecine Physique et de Réadaptation CHU Strasbourg-Hautepierre

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

L Hypotension Intracrânienne Spontanée. Alain Viguier, service de Neurologie Vasculaire, Toulouse

L Hypotension Intracrânienne Spontanée. Alain Viguier, service de Neurologie Vasculaire, Toulouse L Hypotension Intracrânienne Spontanée Alain Viguier, service de Neurologie Vasculaire, Toulouse Clinique «typique» Céphalée caractéristique : Critères IHS: «céphalées diffuses ou sourdes s aggravant

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

ALR PAR VOIE SPINALE RACHIANESTHESIE

ALR PAR VOIE SPINALE RACHIANESTHESIE ALR PAR VOIE SPINALE PERIDURALE RACHIANESTHESIE 1 RAPPELS ANATOMIQUES Le Rachis comprend 4 parties Cervical Thoracique Lombaire Sacro-Coccyx Quelques repères osseux: C7 relief cervical T7 pointe de l omoplate

Plus en détail

L anesthésie de l Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) entre 12 et 14 Semaines d Aménorrhée (SA)

L anesthésie de l Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) entre 12 et 14 Semaines d Aménorrhée (SA) L anesthésie de l Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) entre 12 et 14 Semaines d Aménorrhée (SA) A. DRIFFAUD IADE CHI Villeneuve St Georges T. ROUSSEAU IADE CHI Villeneuve St Georges AFISAR NOV 2014

Plus en détail

Les hématomes extra-duraux (HED)

Les hématomes extra-duraux (HED) Les hématomes extra-duraux (HED) L hématome extra-dural Entre la face externe de la dure-mère et la table interne de la voûte crânienne Le plus souvent temporo-pariétal, frontal ou occipital Souvent secondaires

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

Cas-cliniques céphalées

Cas-cliniques céphalées Cas-cliniques céphalées Cas N 1 Un homme de 48 ans sans antécédent, présente brutalement lors d un éternuement, une céphalée diffuse et d emblée très intense, suivie de vomissements Vous le voyez 1 heure

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine in ONE DAY Blocs facettaires Péridurales Lombaires Cervicales

Plus en détail

Les céphalées aux urgences. G Demarquay Hôpital Croix-Rousse Service Neurologie

Les céphalées aux urgences. G Demarquay Hôpital Croix-Rousse Service Neurologie Les céphalées aux urgences G Demarquay Hôpital Croix-Rousse Service Neurologie Céphalées et urgences Pathologie très fréquente dans la population générale ; 5 ième motif de consultation aux urgences (Minen

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

SUIVI ET PRISE EN CHARGE DES SYMPTOMES RELATIFS A UNE HYPOTENSION INTRACRANIENNE SPONTANEE OU IATROGENE BLOOD PATCH

SUIVI ET PRISE EN CHARGE DES SYMPTOMES RELATIFS A UNE HYPOTENSION INTRACRANIENNE SPONTANEE OU IATROGENE BLOOD PATCH CLINIQUE DE NEUROLOGIE, DEPARTEMENT D ANESTHESIE REANIMATION CHIRURGICALE I, SERVICE DES URGENCES CHIRURGICALES CHRU LILLE PROTOCOLE MEDICAL ET DOSSIER PATIENT SUIVI ET PRISE EN CHARGE DES SYMPTOMES RELATIFS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mars 2010 ANTARENE CODEINE 200 mg/30 mg Boîte de 20 comprimés pelliculés (CIP : 397 555.8) ANTARENE CODEINE 400 mg/60 mg Boîte de 10 comprimés pelliculés (CIP : 397

Plus en détail

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique JC Mangin Anesthésiste réanimateur Centre Olympe de Gouges CHU Bretonneau Tours mardi_11_juin_2013 Recommandations formalisées d experts SFAR 2012 Le

Plus en détail

Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire

Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire N. DUFEU (PHAR) Unité de chirurgie ambulatoire

Plus en détail

Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD

Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD 21 ème Forum de Rangueil Jeudi 15 octobre 2009 Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD L étude des comportements thérapeutiques des patients migraineux montre une surconsommation d antalgiques non-spécifiques,

Plus en détail

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Peripheric Inserted Central Catheter PICC-line Cathéter veineux inséré dans une veine périphérique profonde du bras, PICC-line dont

Plus en détail

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte?

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? A. Toumi, C. Loussaïef, H. B. Brahim, F.B. Romdhane, N. Bouzouaia, M. Chakroun. Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS 2013 1 Cas clinique : Item 127, 212, 304 Scénario : UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone Vous êtes praticien hospitalier ophtalmologiste dans un

Plus en détail

INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME»

INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME» INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME» E. GOZLAN, Paris Congrès GIEDA, Bruxelles- déc. 2008 En cas de résultat

Plus en détail

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique Strasbourg 13-15 Octobre 2009 Infiltration cicatricielle continue Chirurgie gynécologique 9CD502-Oct 2009 1/39 Agenda Historique Principes Bénéfices Cas particulier de la chirurgie gynécologique Césarienne

Plus en détail

Réhabilitation et chirurgie abdominothoracique

Réhabilitation et chirurgie abdominothoracique Réhabilitation et chirurgie abdominothoracique Concept Intervention Multimodale, multidisciplinaire Préopératoire Information Préparation Réduction Stress Analgésie Alimentation Mobilisation entérale équipement

Plus en détail

Cas clinique. SAU Thionville

Cas clinique. SAU Thionville Cas clinique SAU Thionville Mme O, 64 ans, pas d ATCD particulier Adressée par MT pour céphalées, cervicalgies et déficit moteur du membre supérieur gauche En fait : céphalée datant d il y a 6 jours A

Plus en détail

traitement et prévention

traitement et prévention Les céphalées post-ponction durale : traitement et prévention L. Lenelle (1), B. Lahaye-Goffart (1), P-Y. Dewandre (2), J-F. Brichant (3) RESUME : Les céphalées post-ponction durale (CPPD) sont une complication

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

La migraine. Dr A. Bahmani Service de neurologie CHU Oran

La migraine. Dr A. Bahmani Service de neurologie CHU Oran La migraine Dr A. Bahmani Service de neurologie CHU Oran plan Introduction Epidémiologie Physiopathologie Clinique Migraine sans aura (MSA) Migraine avec aura (MA) Autres types de migraine Complications

Plus en détail

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE MINEUR MINEUR Césarienne sans facteur de risque ou 1 facteur mineur Age >35 ans ; Obésité (IMC > 30 ou poids > 80kg)

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Lombalgie commune. T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO S. Rochard, Service de réeducation 23 avril 2008

Lombalgie commune. T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO S. Rochard, Service de réeducation 23 avril 2008 Lombalgie commune T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO S. Rochard, Service de réeducation 23 avril 2008 Objectifs Distinguer une lombalgie commune d une lombalgie spécifique Poser l indication

Plus en détail

En raison de leur fréquence élevée chez les

En raison de leur fréquence élevée chez les Neuro-gynécologie Gestion des céphalées pendant la grossesse et le post-partum Management of headaches during pregnancy and postpartum A. Ducros* En raison de leur fréquence élevée chez les femmes en âge

Plus en détail

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES?

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? Marc Marty MD Service rhumatologie Hôpital H Mondor 94 000 Créteil France Section

Plus en détail

Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques MODALITES

Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques MODALITES INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Promotion 2005/2008 1ère année 2005/2006 Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques SITUATION MODULE Maternité

Plus en détail

SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE. H. de Labareyre

SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE. H. de Labareyre SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE H. de Labareyre Définition physiopathologique Etat dans lequel une augmentation de pression dans un espace limité,, compromet la circulation et la fonction des tissus situés

Plus en détail

Place du bloc paravertébral dans la chirurgie du sein. Docteur Clément Brun Anesthésie réanimation Institut Paoli-Calmettes, Marseille

Place du bloc paravertébral dans la chirurgie du sein. Docteur Clément Brun Anesthésie réanimation Institut Paoli-Calmettes, Marseille Place du bloc paravertébral dans la chirurgie du sein Docteur Clément Brun Anesthésie réanimation Institut Paoli-Calmettes, Marseille Chirurgie du sein 100000 opérations en France par an Chirurgie plastique:

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DONNEURS

LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DONNEURS LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DONNEURS Données et réflexions r en 2010 Congrès de la SFH Jeudi 24 novembre 2011 Marion SIMONET Pôle Vigilances / Direction Médicale / EFS Siège www.etablissement-francais-du-sang.fr

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique?

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Bruno Carbonne CEGORIF 6 avril 2013 Maternité Hôpital Trousseau, Paris Pourquoi cette question? 1 ère (arrière) pensée Prise en charge ambulatoire = peu

Plus en détail

Le problème de la première ou nouvelle. céphalée. Il faudra avant tout :

Le problème de la première ou nouvelle. céphalée. Il faudra avant tout : Les céphalées Le problème de la première ou nouvelle Il faudra avant tout : céphalée Rechercher des signes d alarme Rechercher avant tout le caractère secondaire de la céphalée Signes d alarme Début après

Plus en détail

La sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques. La sclérose en plaques. physiopathologie(1) La sclérose en plaques : épidémiologie

La sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques. La sclérose en plaques. physiopathologie(1) La sclérose en plaques : épidémiologie (SEP) Février 2011 La SEP est une affection inflammatoire du système nerveux central (cerveau,tronc cérébral, moelle épinière). Les lésions correspondent à des plaques de démyélinisation au sein de la

Plus en détail

CEPHALEES DU POSTPARTUM

CEPHALEES DU POSTPARTUM Obstétrique 97 CEPHALEES DU POSTPARTUM S. Roger-Christoph, F-J. Mercier, Département d Anesthésie-Réanimation, Hôpital Antoine Béclère, 92141 Clamart, France. INTRODUCTION La survenue de céphalées est

Plus en détail

Migraines, céphalées et statut hormonal

Migraines, céphalées et statut hormonal Migraines, céphalées et statut hormonal Vincent Cahagne, service de neurologie et équipe mobile d accompagnement et de soins palliatifs, Chu Rennes Migraine et puberté Le début de la migraine Le début

Plus en détail

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 K-SAIDANI Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 Constipation : Plainte fréquente au cours de la grossesse et dans la période puerpérale; Elle peut survenir «de novo», aggraver

Plus en détail

HTA et diabète en cours de grossesse

HTA et diabète en cours de grossesse cardiologie-pratique.com http://www.cardiologie-pratique.com/journal/article/0013642-hta-et-diabete-en-cours-de-grossesse HTA et diabète en cours de grossesse F. LANSE, S. BRUN, H. MADAR, A. NITHART, M.-A.

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Validé par le Dr Schinkel Dé nition - Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un lésion

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail