Zut, une brèche A propos du blood patch

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Zut, une brèche A propos du blood patch"

Transcription

1 Zut, une brèche A propos du blood patch IHA Beaucreux Charlotte - Dr Bocquet-Le Cinq Agnès Hôpital Antoine Béclère

2 A propos d un cas Mme H., 17 ans, primipare Interruption médicale de grossesse à 19 SA+6 jours. Analgésie choisie: péridurale - rachi combinées, aiguille: Tuohy 17 G. L interne se prépare pique et a une perte de résistance franche avec reflux de LCR abondant

3 Que faites-vous?

4 La brèche durale- diagnostic Critères de l International Headache Society Céphalées dans les 15 minutes après passage en orthostatisme, disparaissant dans les 15 minutes après passage en décubitus dorsal, Associées à: nausées, raideur nucale, photophobie, acouphènes, hypoacousie, troubles oculomoteurs Après ponction et effraction de la dure-mère Dans les 5 jours après le geste, le plus souvent dans les premières 24h En obstétrique: > 50% des brèches entrainent des céphalées Il existe des CPBD sans brèche visualisée!

5 Diagnostics différentiels 15% des patientes en post-partum présentent des céphalées Fréquents: Céphalées de tension Migraines Graves: Hypertension artérielle et pré éclampsie Hématome sous-dural Hémorragie méningée Thrombophlébite cérébrale Méningite Rares: Pneumencéphalie

6 Conséquences et risque d une brèche: Inconfort, morbidité Allongement de la durée d hospitalisation Hématome sous-dural Rare: atteinte définitive du VI avec strabisme et diplopie horizontale, nécrose hypophysaire, aphasie,

7 Physiopathologie: les principes Fuite de LCR favorisée par un gradient de pression élevé: 40mmHg «chute» de l encéphale dans la boite crânienne Traction sur les paires crâniennes: céphalées frontales (V), troubles visuels (V, VI), céphalées occipitales (X, IX), nausées Compression des racines cervicales C1 à C3: cervicalgies, douleurs cervico-scapulaires Fuite de LCR: Diminution du contenu intracrânien Loi de Monroe Kellie: Vasodilatation artérioveineuse compensatrice céphalées

8 Amygdales cérébelleuses basses Épaississement des méninges Sinus sagittal dilaté en rapport avec une vasodilatation veineuse Décollements sous-duraux

9 Facteurs de risque Facteur Sexe féminin X 3 Période de garde X 3 Antécédent de CPBD X 3 Nombre de ponctions X 3 Age: ans X 2 Céphalées chroniques 1 X 2 Taille et type d aiguille: aiguille tranchante, traumatique (in)expérience 2 0 IMC >30 0 Distance de l espace péridural SFAR AFAR Khlebtovsky, clinical neurology and neurosurgery, Hollister, IJOA 2012 Risque X 2 Moyenne: 5 cm + 1 cm: 19% de brèche en plus

10 Comment prenez-vous en charge cette brèche?

11 Quelle analgésie pour le travail? Plusieurs options pas de consensus: Nouvelle péridurale à un niveau différent Rachianesthésie continue pour le travail Cathéter intrathécal laissé en place 24h, efficacité discutée Dans tous les cas Pas de contre indication à un nouvel abord péridural Information de la patiente

12 Blood patch principe et réalisation 1970, DiGiovanni: injection de sang autologue dans l espace péri dural: Restauration du régime de pression intra crânien par pression sur le sac dural «colmatage» de la brèche, arrêt de la fuite de LCR («plug»). Réaction méningée (irritation): vasoconstriction locale Efficacité? 60 à 75% des patientes ayant eu une brèche lors d une péridurale (aiguille de gros calibre), vs 95-98% tous patients confondus (SFAR 2001)

13 Blood patch en pratique De manière stérile, au bloc opératoire Ponction durale un niveau en dessous de la première ponction, ou au même niveau Dans le même temps: prélèvement de sang autologue de manière stérile Réinjecté lentement dans l espace péridural

14 Contre indications: Infection systémique: hémoculture systématique Contre-indication à l abord péri dural Refus de la patiente et balance bénéfice-risques non en faveur: brèche peu symptomatique, ENS < 3/10 Effets indésirables et complications: Sub-fébricule dans les heures suivant l injection (38 C); lombalgies fréquentes Compression ou irritation d une racine nerveuse - rare Vertiges, Nausées, céphalées, si injection trop rapide - rare

15 Volume de sang à injecter? Pas de certitudes Etude de 2011: 121 parturientes victimes d une brèche durale, étude randomisée, en aveugle Hypothèse de départ: pas d intérêt supérieur d un des volumes pour le blood patch (15, 20 ou 30 ml) 1- Paech, Anesth Analg 2011

16 Différence statistiquement significative: 15 ml moins efficace que 20 ml, p=0,017 Pas de différence statistiquement significative: 15 ml aussi efficace que 30 ml, p=0,051 - Arrêt lorsque sensation de pesanteur lombaire au point d injection ++ Soulagement partiel (%) - 15 ml - 20 ml - 30 ml Soulagement permanent (%) - 15 ml - 20 ml - 30 ml <48h >48h total

17 Délai de réalisation?

18 Réalisation d emblée Blood patch prophylactique (n=60) Blood patch thérapeutique (n=49) p value céphalées 11 (18%) 39 (80%) <0,0001 Sévérité des céphalées -Mineures -Modérées -Sévères Signes associés: -Nucalgies -Acouphènes ,49 0,004 <0, <0,0001 0,001 Réduction significative du nombre de céphalées modérées et sévères Pas de réduction de la durée d hospitalisation Pas de différence sur le délai d apparition des céphalées Stein, Anesthesia 2014

19 Réalisation d emblée Étude prospective, randomisée, double aveugle 32 patientes dans chaque groupe Incidence de CPBD Intensité des céphalées Jours d incapacité BP thérapeutique Durée médiane des céphalées (j) BP prophylactique BP thérapeutique 56% 56% NS 6/10 7/10 NS 1 1 NS 28% 43% p = 0,08- NS 2 4 p<0,05 Scavone- Anesthesiology 2004

20 Réalisation retardée/ basée sur la clinique Efficacité significativement supérieure en terme d efficacité si réalisation tardive par rapport à l apparition des céphalées: Pas de différence en terme d intensité des céphalées/ symptômes p=0,03 Kokki, IJOA 2013

21 -> Pas de réponse claire!

22 Facteurs de risque d échec de blood patch Facteurs de risque d échec: diamètre de l aiguille <20 G (risque *5) ; délai < 4 j (risque *2) Facteurs de risque d efficacité partielle: diamètre < 20 G, lombalgies (risque *2) Safa-Tisseront - Anesthesiology 2001-

23 Les autres patchs? Cristalloïdes: NaCl 0,9% étudié dans un étude prospective de faible ampleur en 2001, hors femmes enceintes. Efficacité similaire d un patch de NaCl 0,9% 15 ml+ perfusion continue de 20mL pendant 3 h vs Blood patch de 15 ml. Colloïdes (HES/ Voluven): Kakinohana- Journal of anesthesia 2001 case report chez deux patientes pour lesquelles le BP était contre indiqué. Efficacité d un volume de 15 à 30mL, sans effet indésirable. Innocuité intrathécale prouvée récemment chez des rats Vassal IJOA 2013

24 Colle biologique: non testé en obstétrique; seulement en contexte néoplasique lors d une fuite de LCR sans syndrome postbrèche. Injection de 3mL de colle Efficace sans effet indésirable. Ben, Anesthesiology 1999 Bas, Anesth Analg 1997 Morphine péridurale: 2 injections sur 24h de 3mg de morphine péridurale vs NaCl 0,9%: réduction significative des céphalées (12% vs 42% ) et du recours au BP (4 vs 24%) (groupe de 25 patientes), Cathéter en place pendant 24h, surveillance Peu d études, notamment randomisées Al-metwalli, Anesthesia 2008

25 Si ça ne marche pas Blood patch n 1 Échec: - nouvel examen soigné: interrogatoire, examen - +/- imagerie - Blood patch n 2 Échec : - réévaluation - imagerie - Blood patch n 3 Échec: - Avis neurologiq ue - Chirurgie +/- 70% > 90% >95%

26 Inefficaces Caféine Les autres moyens Pourquoi pas/ études en cours Gabapentine (Sauf si allaitement) Efficaces Morphine péridurale Hyperhydratation Ondansetron Bloc du nerf du grand occipital Repos au lit Triptans Morphiniques PO/ IV Anti inflammatoires, Antalgiques de palier 1 Cosyntropine

27 Take home messages (1/3) Le meilleur moyen de prendre en charge: la prévention Céphalées post brèche durale: phénomène fréquent en obstétrique (>50% de brèches à la Tuohy symptomatiques) La brèche durale peut passer inaperçue

28 Take home messages (2/3) Blood patch prophylactique: séduisant mais pas de bénéfice à long terme Blood patch thérapeutique Méthode sûre, peu d effets indésirables et complications Réduction de l intensité des céphalées Efficacité environ 70% Les autres patchs: pas en première intention

29 Take home messages (3/3) Si échec de blood patch: Nouvel examen neurologique soigné En réaliser un deuxième Si nouvel échec: imagerie Troisième blood patch Evaluation neurologique sépacialisée Ne pas oublier les diagnostics différentiels

30 Merci

31

32

33 Echec BP role of surgery for the management of CSF leaks- B Mokri 2008: étude Mayo clinic- 10 patients: 3 : ligation of the meningeal ; 7: packing the epidural space with muscle and gelfoam and in some also fibrin glue. 6/10: site de la brèche non repéré Soulagement durable et total pour tous Autre étude Mayo clinic, Cohen-Gadol et al, 13 patients entre 1994 et A 20,5 mois: 8 soulagés totalement, 3 soulagés partiellement et 2 récidives

34 AFAR 2001 Etude prospective sur PEC des brèches de 1996 à 1999 à R. Debré: nb de brèches, analgésie choisie, suites, réalisation d un blood patch, efficacité Ccl: efficace 90% des cas, 100% des patientes en ont eu un. Ppal effet indésirable de brèche = céphalées.

35 Anesthesia 2014: blood patch préventif vs curatif Prospectif randomisé, > patientes incluses, 116 randomisées Femmes en travail/ cesarienne Inclusion criteria: ans, ASA 1 à 3. Exclusion criteria: HTA pré existante ou HTA gravidique; céphalées avec ttt dans les 6 derniers mois, épilepsie, > 4 cafés/j dans la semaine qui precede Ponction/ brèche: nouvelle ponction un espace au dessus Blood patch préventif: 5h après dernier bolus péridural avant retrait du catheter. Blood patch curatif: avant, ttt à l appreciation du praticien: cefeine, patch de sale, paracetamol; Score d évaluation des céphalées Blood patch: entre 15 et 20 ml, decubitus strict pendant 1h

36 -> blood patch préventif Réduit la fréquence de survenue des céphalées Et en réduit l intensité Mais ne réduit pas la durée d hospitalisation Pas d étude en ce qui concerne la morbidité

37 International Headache Society definition of post-dural puncture headache as a céphalée posturale, avec au moins un des 5 signes associés: rigidité nucale, hypoacousie, acouphènes, photophobie Temps entre brèche et bood patch préventif: médiane 8h Fréquence des céphalées: 18.3% vs 79.6%, p< fréquence diminuée des céphaées moderées et sévères (signif, p = 0,004 et p<0,0002) délai d apparition des céphalées: 37.9 (34.8) h prophylactique//31.5 (24.2) h thérapeutique -> (NS). 36 patientes sur 39 (73.4%) : blood patch ds groupe thérapeutique. 4 of these had the EBP in the Emergency Department on a return trip to hospital. 4 of the 36 (11.1%) ont eu un 2eme blood patch Pas de difference signif ds la durée d hospitalisation: The mean (SD) length of stay in hospital was 71.3 (30.2) h in the prophylactic EBP group // 81.5 (38.8) h in the therapeutic EBP group (p = NS). MS systeme different, séjour à la maternité plus court.

38 SFAR 2012 FdR breche: age, sexe féminin, céphalées chroniques ATCD sd post PL, taille/ type d aiguille Efficacité du blood patch. Pas d étude sur délai de réalisation/ quantité de pdt injecter/ quel pdt Cmt ca marche: restauration de la PIC par hyperpression sur le sac dural. Et clou plaquettaire qui permet de stopper la fuite (ms pas le 1 er mécanisme) Bloc du nerf grand occipital

39 IJOA controverse EBP: pratique courante, réduction des symptômes liés aux céphalées Mais preuves faibles dans des études de bonne qualité Et pas d étude sur la réduction du taux d HSD Céphalées post- breches à 1 an: pas de réduction significative chez les patientes traitées par BP

40 IJOA 2013: influence on BP timing 2 hôpitaux finlandais, mars > juin Recueil rétrospectif sur dossiers 121 patientes -> 151 EBP Moins de récurrence des symptomes si EBP >48h, p<0,003 (Hence, the permanent relief rate was 86% in parturients having EBP after 48 h compared to 65% having EBP at h and 50% having EBP during the first 24 h (P = 0.003).) Taille de l aiguille: FdR Récurrence supérieure des céphalées si brèche après p durale vs rachi ou rachi-péri combinée

41 BJA 2010 prevention of PDPH after accidental Revue systématique, toutes langues, ponction durale accidentelle Exclusion des études sans groupe contrôle 27 études inclues, 12 exclues (pas de groupe contrôle) Morphine péridurale: 1 étude randomisée, 50 patients (morphine/ groupe contrôle) réduit incidence de CPBD de 25%, majoration signif des nausées mais pas de désaturations Blood patch prophylactique: 5 études non randomisées ( volume sang: 5 à 20 ml) -> baisse des CPBD signif; ms 4 études randomisées (volume sang: 15 à 20 ml): non signif. KT intrathécal: pas de différence signif même si laissé plus de 24 h XXXXXXXXXXXXXX NaCl péridural: pas de diminution des CPBD XXXXXXXXXX (Quantité? Délai d injection? ) NaCl intrathécal: pas de réduction des céphalées

42 IJOA 2014 The relationship between body mass index ant post dural puncture headache Recueil rétrospectif, APD/ femmes enceintes entre 2007 et 2012 en Australie accouchements. 125 brèches. Pas de différence signif sur l incidence des brèches chez des patientes IMC > 30 vs < 30. Secondairement: comparaison IMC 40 vs 30: pas de différence signif en terme d incidence de breches

43 American headache society: incidence of post dural puncture headache after in research volunteers

44 IJOA parturientes entre 01/2001 et 12/2010- analgésie péri ou rachi- indépendant AVB ou césar- 142 brèches 8 présentations atypiques: flou visuel, cervicalgies, lombalgies, acouphènes FdR: Migraine antérieure: odds ratio 6.1 (95% CI ), KT posé plus haut/ rachi piquée plus haut, odds ratio 17.2 (95% CI ) Reflux de LCR visualisé: odds ratio 5.5 (95% CI ). En analyse multivariée: reflux de LCR visualisé statistiquement signif

45 Anesthesia Analgesia 2011: The Volume of Blood for Epidural Blood Patch in Obstetrics: A Randomized, Blinded Clinical Trial 121 parturientes victimes d une brèche durale, randomisé en aveugle Hypothèse de départ: pas d interêt supérieur d un des volumes pr le BP 3 groupes: BP 15, 20 ou 30 ml -> meilleure efficacité (statistiquement signif) du BP de 20 ml vs 15, pas de différence entre 15 et 30mL pr réduction des céphalées -> Pas inconfort supérieur en fonction du volume// lombalgies

46 Anesthesia Analgesia 2011: The Volume of Blood for Epidural Blood Patch in Obstetrics

47 Anesthesia Analgesia 2012: Prophylactic Epidural Blood Patch After Unintentional Dural Puncture for the Prevention of Postdural Puncture Headache in Parturients Revue de la littérature: among the 5 nonrandomized controlled trials, PEBP resulted in a significant reduction in the rate of PDPH (RR 0.48, 95% CI ); however, analysis of 4 randomized controlled trials did not show a significant difference (RR 0.32, 95% CI ). Indeed, Boonmak and Boonmak22 performed a quantitative review of PEBP and found insufficient evidence to recommend PEBP after dural puncture. An instance of total spinal anesthesia was reported after PEBP was performed in a patient with a T4 blockade from epidural anesthesia, suggesting it is prudent to perform PEBP after complete resolution of neuraxial blockade.27 An additional benefit to waiting for block regression is the ability to detect whether the patient has pain with injection, which theoretically mitigates the risk of neurologic sequelae. Initial concerns about the inability to provide reliable epidural anesthesia after EBP seem insignificant, both immediately after PEBP and months to years afterward In summary, PEBP does not seem to decrease the incidence of PDPH after UDP in obstetric patients

48 Epidural Anesthesia and Analgesia Are Not Impaired After Dural Puncture With or Without Epidural Blood Patch Étude rétrospective randomisée, Obj: voir si brèche ou BP dans les 12 années précédentes influe sur Facilité d éxecution Anesthésie -> pas de différence -> ATCD de brèche n est pas un FdR de nouvelle brèche ou d abord difficile du rachis ou d inefficacité analgésique

49 Journal of anesthesia 2014 Injection de NaCl 0,9% dans l espace intra thécal en préambule d une rachi anesthésie permet une réduction signif du taux de CPPL.

50 Editorial anesthesia 2015: Timing of epidural blood patch: clearing up the confusion Biais dans l étude de Stein 2014: pas de protocole précis sur le délai de réalisation et le type de ttts à employer (médocs). Sur le délai de réalisation des patchs: études non randomisées sur faibles effectifs Sur le volume à injecter: étude bien menée, volume à injecter à priori >20mL ok => nécessité d études mieux menées/ de plus grande ampleur

51 The management of accidental dural puncture during labour epidural analgesia: a survey of UK practice- Baraz anesthesia 2005 KT laissé en place intrathécal 30% des cas, 41 % re piqué BP prophylactique 26% // 71% qd symptomatique

52 Colle biologique: Epidural fibrin glue injection stops persistent cerebrospinal fluid leak during longterm intrathecal catherization Ben 29 ans, CPBD après RA pour chir genou. BP 1, puis ttt med pdt 3 semaines, puis 2 BP, puis avis neuro-> 3mL de colle biologique, DD strict pendant 24h. Soulagement durable sans EI. Epidural Fibrin Glue Injection Stops Persistent Cerebrospinal Fluid leak During Long-Term lntrathecal Catheterization (Tissucol) - Bas M. Gerritse er cas: fuite de LCR sans CPBD chez une patiente après intrathale de chimio. 2 nd cas: 59 ans, néo avec IT de morphine, fuite de LCR persistante malgré BP -> 4mL fibrin glue 3 ème cas: 63 ans, néo méta- IT- fuite de LCR sans CPBD-> 4mL fibrin glue

53 IJOA2013: patch d HEA- Vassal Sur deux patients pour lesquels le BP était contre indiqué (leucémie aiguë et bactériémie à S. agalactiae) Pas d effet indésirable 1 er : parturiente après pose APD. 2 patchs de Voluven, 30 et 25 ml à 2 espaces inférieurs à la ponction initiale. Pas de séquelle 2 nde : 28 ans, leucémie aiguë, chir ovarienne sous rachi. 3 essais-> échec-> AG. HES 15 ml puis 5mL/h pendant 24h et retrait du KT. Soulagement immédiat et absence de récidive.

54 Injection de sérum salé isotonique: Epidural injection with saline for treatment of postspinal headache: comparison with epidural blood patch Journal of Anesthesia Kakinohana Procédures non obstétricales, sur 2 ans, groupes de 8 Pendant 2 ans, étude randomisée BP vs Saline BP de 15 ml vs 15 ml de Nal 0,9% puis KT en place 3h avec NaCl 20mL/h pdt 3h Soulagement identique à 15 et 24h, mais succès de 75% pr SSI vs 100% pr BP (nécessité de réaliser un BP chez 2/ 16 patientes ds le groupe SSI)- NS + de lombalgies à 24h ds le groupe BP (p=0,04- signif)

55 Colle biologique > 3 essais concluants pour fuite de LCR chez des patients d oncologie après perfusions intra thécale, mais sans céphalées post brèche. Bonne efficacité sans effet indésirable 1999-> 1 cas d injection après échec de 3 BP successifs et traitements médicamenteux après brèche symptomatique/ RA pour chirurgie du genou. Pas d étude sur l inocuité chez les femmes enceintes Pas d étude de grande ampleur L indication, s il en existe une, emble assez limitée au vu de l efficacité connue des injections de NaCl ou HES

56 L étude systématique d Apfel incluant 9 publications, retrouve une réduction de l intensité et de la durée des céphalées chez les parturientes ayant bénéficié d un blood-patch prophylactique [48] Réalisation prophylactique: réduction significative des céphalées (18 vs 79%) mais pas de différence significative en terme de délai d apparition des céphalées (37,9h vs 31,5h) ni de la durée d hospitalisation vs blood patch curatif

57

58 IMS >30 n est pas un facteur de risque de brèche (IJOA 2014) vs IMC <30. IMC <25: FdR dans étude sur volontaires «sains» (pas de femme enceinte) (AHS 2013) Rachi-péri combinée vs rachi seule: pas de différence sur l incidence

59 Rationnel- physiopathologie Brèche -> fuite de LCR -> hypotension du LCR -> baisse de la PIC -> «chute» du cerveau dans la boite crânienne-> compression des paires crâniennes, notamment VI (diplopie, troubles visuels). Loi de Monroe Kellie: somme des volumes intra crâniens = constante -> vasodilatation artérioveineuse cérébrale céphalées dans les suites d une fuite de LCR

60

61 Facteurs de risque de brèche Période: garde (Ann Fr Anesth Réanim 2001) Ponctions multiples Utilisation d un mandrin gazeux (pour les anciens) Terrain: femme Type d aiguille (Tuohy 17 G: 70 à 85% de céphalées ), taille, réinsertion du mandrin, MAPAR 2011

62 Physiopathologie Fuite de LCR du compartiment sous-arachnoïdien vers le compartiment épidural, favorisé par un gradient de pression important en orthostatisme (40mmHg) Diminution du volume de LCR lors du passage en position assise ou en orthostatisme, les structures encéphaliques subissent sous l'effet normal de la pesanteur une attraction vers le bas qui n'est plus amortie par la colonne liquidienne. Conséquences: Traction des structures méningées et des structures vasculaires [11] qu'elles renferment, à l origine d'une activation des récepteurs méningés sensibles à la distension (stretch-sensitive receptors) et de la genèse d'informations nociceptives véhiculées par les nerfs trijumeau (céphalées frontales), glosso-pharyngien et vague (céphalées occipitales) et les trois premières racines cervicales (céphalées nuccales et douleurs cervico-scapulaires Vasodilatation réflexe compensatrice [12] visant à restaurer le volume intracrânien «normal.

63 IJOA 2013// efficacité BP fonction délai

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH)

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH) CEPHALEES POST-BRECHE DURALE Post Dural Puncture Headache (PDPH) G. Buzançais Dr E. Morau 6 Mars 2013 Plan Introduction Physiopathologie Traitements Conclusion Définitions Brèche durale Ponction de dure-mère

Plus en détail

Céphalée post-rachis: Mythes et Réalités. Dr Maxime Côté CHUL-CHUQ

Céphalée post-rachis: Mythes et Réalités. Dr Maxime Côté CHUL-CHUQ Céphalée post-rachis: Mythes et Réalités Dr Maxime Côté CHUL-CHUQ Objectifs Connaître mécanisme et les moyens de prévenir la CPPD Connaitre les différents traitements existants Devenir l expert en CPPD

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

Que faire en cas de brèche durale?

Que faire en cas de brèche durale? Que faire en cas de brèche durale? Paul Zetlaoui Service d'anesthésie Réanimation, CHU de Bicêtre, 78 rue du Général Leclerc, 94275 Le Kremlin Bicêtre Introduction La compréhension et la prise en charge

Plus en détail

Les céphalées aux urgences. G Demarquay Hôpital Croix-Rousse Service Neurologie

Les céphalées aux urgences. G Demarquay Hôpital Croix-Rousse Service Neurologie Les céphalées aux urgences G Demarquay Hôpital Croix-Rousse Service Neurologie Céphalées et urgences Pathologie très fréquente dans la population générale ; 5 ième motif de consultation aux urgences (Minen

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Le problème de la première ou nouvelle. céphalée. Il faudra avant tout :

Le problème de la première ou nouvelle. céphalée. Il faudra avant tout : Les céphalées Le problème de la première ou nouvelle Il faudra avant tout : céphalée Rechercher des signes d alarme Rechercher avant tout le caractère secondaire de la céphalée Signes d alarme Début après

Plus en détail

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 avril 2014 BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA DCI Code ATC (2012) Motif de l

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique.

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique. MIGRAINES Diagnostic Critères IHS de la migraine SANS AURA : 5 crises 4-72 heures sans traitement 2 caractéristiques suivantes : Unilatérales Pulsatiles Modérées ou sévères Aggravation par activités physiques

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

mal de tête d installation subite 12/10 Éliminer une céphalée secondaire

mal de tête d installation subite 12/10 Éliminer une céphalée secondaire LES CÉPHALÉES 4 e Forum Département de médecine familiale et de médecine d urgence St-Georges de Beauce le 29 mai 2009 Les céphalées: objectifs Appliquer un algorithme diagnostique des céphalées Reconnaître

Plus en détail

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis JLAR 2008 Dr A. Lafanechère, service d anesthésie neurochirurgicale Pôle d anesthésie réanimation, Hôpital Roger Salengro, CHRU Lille La douleur post

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE

DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE SEPTEMBRE 2009 A. AUTRET, TOURS au moins 5 crises : de MIGRAINE SANS AURA 4 72 heures, 2 des caractères : 1 signe d accompagnement : modérée ou sévère, pulsatile,

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

ROLE IADE EN NEUROANESTHESIE. (C.Muller 2005)

ROLE IADE EN NEUROANESTHESIE. (C.Muller 2005) ROLE IADE EN NEUROANESTHESIE. (C.Muller 2005) PLAN : - Lieux d exercice. - Rappel des notions essentielles à connaître en NeuroAnesthésie. - Rôle IADE. - Cas particulier de l enfant. LIEUX D EXERCICE.

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2 Généralisation 2014 d un recueil d indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de santé de soins de courte durée Consignes de remplissage - Grille

Plus en détail

Migraines, céphalées et statut hormonal

Migraines, céphalées et statut hormonal Migraines, céphalées et statut hormonal Vincent Cahagne, service de neurologie et équipe mobile d accompagnement et de soins palliatifs, Chu Rennes Migraine et puberté Le début de la migraine Le début

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans?

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans? Migraine : traitement de la crise Comment utiliser les triptans? 6 ème congrès national de lutte contre la douleur 19-20 Mars Alger Alain Serrie Service de Médecine de la douleur, médecine palliative et

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

A healthy decision LA DOULEUR

A healthy decision LA DOULEUR A healthy decision Mieux vivre avec LA DOULEUR Tout à propos de la douleur, de ses causes et de ses possibilités de traitement. Parlez-en avec votre médecin ou pharmacien. Contenu Qu est-ce que la douleur

Plus en détail

Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein

Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein Dr Aline Albi-Feldzer Département d anesthésie Hôpital René Huguenin Institut Curie Saint-Cloud Journée CLCC,22/05/2015 Plan 1. Les profils de douleurs

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Classification internationale des céphalées, 2 édition (d après l Internationial Headache Society,

Classification internationale des céphalées, 2 édition (d après l Internationial Headache Society, Dr A.Donnet (1), (2) La céphalée est motif de consultation important. Sa prévalence est estimée à 90% dans les pays occidentaux (1) La plupart sont des céphalées primaires mais 1 à 4% sont des céphalées

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ «Un atelier de deux jours en spécialité EMDR» Présenté par Dr Steven MARCUS,, Ph.D 30 AVRIL & 1er MAI 2011 A PARIS SAMEDI 30 AVRIL : 9H - 16H30 - DIMANCHE 1ER

Plus en détail

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix?

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Pendant que vous vous préparez à la naissance de votre bébé, ce livret répondra à plusieurs questions que vous vous

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE PAR les infirmières libérales Pour un suivi bien orchestré de l hôpital à la ville Prise de conscience par les équipes que tout ne s arrête pas à la porte de l

Plus en détail

L abus médicamenteux Critères IHS : 1. La prise médicamenteuse est régulière et dure depuis plus de 3 mois

L abus médicamenteux Critères IHS : 1. La prise médicamenteuse est régulière et dure depuis plus de 3 mois L abus médicamenteux Critères IHS : 1. La prise médicamenteuse est régulière et dure depuis plus de 3 mois 2. Elle est présente : 15 jours/mois pour les antalgiques non opioïdes (paracétamol, aspirine,

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

PATCH, ANNEAU, IMPLANT LES NOUVELLES CONTRACEPTIONS HORMONALES

PATCH, ANNEAU, IMPLANT LES NOUVELLES CONTRACEPTIONS HORMONALES PATCH, ANNEAU, IMPLANT LES NOUVELLES CONTRACEPTIONS HORMONALES Rémy SCHMIED Mai 2005 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 INTRODUCTION Offres plus ou moins récentes 3 produits disponibles : Patch contraceptif

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

Méthodes de contraception de longue durée : du nouveau? Dr M. Jacot-Guillarmod Prangins, le 28.11.2013

Méthodes de contraception de longue durée : du nouveau? Dr M. Jacot-Guillarmod Prangins, le 28.11.2013 Méthodes de contraception de longue durée : du nouveau? Dr M. Jacot-Guillarmod Prangins, le 28.11.2013 Agenda Méthodes de longue durée «Pour et contre» Pour qui? Quoi de neuf? La contraception Longue durée

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Exemple 1: Entorse cheville. ÉVALUATION INITIALE: entorse cheville

Exemple 1: Entorse cheville. ÉVALUATION INITIALE: entorse cheville DPPS 4.0 RAPPORT EXEMPLES Les rapports que vous trouvez ci-joints ont étés élaborés en utilisant certains protocoles d exemple que vous trouvez dans le dossier C:\Delos\User\Trials\Dossier Général. On

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Migraine et mal de tête : des "casse-tête"

Migraine et mal de tête : des casse-tête Migraine et mal de tête : des "casse-tête" Tous concernés! De quoi s agit-il? Les migraines ne doivent pas être confondues avec les céphalées de tension, communément appelées les "maux de tête". En effet,

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

La migraine chronique

La migraine chronique La migraine chronique - Céphalées chroniques quotidiennes -Abus médicamenteux Avec le soutien des laboratoires Novartis Un concept en évolution 1ère classification IHS 1988 : pas de mention 1982: Mathew

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Dominique MONNIN Anesthésiste Réanimateur Institut BERGONIE CRLCC BORDEAUX

Dominique MONNIN Anesthésiste Réanimateur Institut BERGONIE CRLCC BORDEAUX Dominique MONNIN Anesthésiste Réanimateur Institut BERGONIE CRLCC BORDEAUX Douleurs rebelles en Soins palliatifs Fréquentes Souvent provoquées par des cancers Complexes associant : origine nociceptive

Plus en détail

LA RÉTENTION URINAIRE DU POST-PARTUM

LA RÉTENTION URINAIRE DU POST-PARTUM LA RÉTENTION URINAIRE DU POST-PARTUM Prise en charge au CH de Pau Dr Sophie Rouleaud Service de médecine physique et de réadaptation Samedi 4 octobre 1 2 DEFINITION Définition 2003 Glavind K. et Bjork

Plus en détail

ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE LOURDE DE L ADULTE

ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE LOURDE DE L ADULTE Analgésie postopératoire 265 ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE LOURDE DE L ADULTE F. Singelyn. Service d Anesthésiologie, Cliniques Universitaires St Luc Avenue Hippocrate 10/1821 1200

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

L UACA de l HEGP est ouverte depuis octobre 2001. Elle dispose de 8 places autorisées, permettant de réaliser 8x365=2920 actes par an.

L UACA de l HEGP est ouverte depuis octobre 2001. Elle dispose de 8 places autorisées, permettant de réaliser 8x365=2920 actes par an. ORGANISATION DE L ANESTHESIE AMBULATOIRE A L HOPITAL EUROPEEN GEORGES POMPIDOU Sophie NGUYEN-ROUX Service d Anesthésie-Réanimation - Unité d Anesthésie et de Chirurgie Ambulatoires Hôpital Européen Georges

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Service de Chirurgie orthopédique et Traumatologique Hôpital Beaujon 100, boulevard du général Leclerc 92110 CLICHY Accueil : 01 40 87 52 53 Consultation : 01 40 87 59 22 Feuillet d information complémentaire

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail