MACHINES THERMIQUES (THERMO2)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MACHINES THERMIQUES (THERMO2)"

Transcription

1 École Nationale d Ingénieurs de Tarbes MACHINES THERMIQUES (THERMO2) 1 ère année Semestre 2/2* EXERCICES - Rendement - Cycles Thermodynamiques - Écoulement en régime permanent Vous devez vous munir de votre calculette à chaque cours Année scolaire

2 Thermodynamique Exercices Première Partie RENDEMENT ET CYCLES THERMODYNAMIQUES Exercice 1 : Cycle réalisable? Un inventeur décrit le fonctionnement cyclique d une machine au cours duquel le fluide reçoit une quantité de chaleur Q f de la source froide et fournit une quantité de chaleur Q c à la source chaude ainsi qu une quantité de travail W au milieu extérieur. Une telle machine peut-elle fonctionner? Exercice 2 : Moteur réversible ou irréversible Au cours d un cycle, le fluide thermique d un moteur ditherme reçoit 420 J d une source chaude à 200 C. La source froide est à 17 C. Le travail fourni par le moteur est de 120 J. 1) Calculez le rendement de ce moteur thermique. 2) Le fonctionnement est-il réversible? Réponses : 1) 0,286 ; 2) Fonctionnement irréversible Exercice 3 : Moteur thermique Un moteur thermique supposé réversible, reçoit une quantité de chaleur de 1000 J d un thermostat à 100 C et cède une quantité de chaleur Q f à la source froide (thermostat à θ f = 0 C). 1) Représentez par un schéma, les échanges réalisés entre la machine et les sources de chaleur d une part et la machine et le milieu extérieur d autre part. 2) Déterminez la quantité de chaleur cédée à la source froide et le travail fourni au milieu extérieur. 3) Calculez le rendement de cette machine motrice. Réponses : 1) J ; 2) J ; 3) 0,27 Exercice 4 : Machine frigorifique Une machine frigorifique fonctionne avec une source froide de température θ f = -30 C et une source chaude de température θ c = 25 C. La quantité de chaleur échangée par le fluide moteur avec la source chaude est Q c = J et celle échangée avec la source froide est Q f = J. a) Déterminez si ce cycle est réalisé de façon réversible ou irréversible. 1

3 b) Représentez par un schéma, les échanges réalisés entre la machine et les sources de chaleur d une part et la machine et le milieu extérieur d autre part. Calculez le travail échangé entre le fluide et le milieu extérieur. c) Calculez le coefficient de performance β de cette machine et le comparer à celui d un cycle de Carnot fonctionnant entre les mêmes sources. Exercice 5 : Pompe à chaleur ou chauffage direct Une pièce est maintenue à 20 C par chauffage, l atmosphère extérieure étant à 4 C. En régime permanent, les pertes thermiques sont de 4 kj par seconde. 1) Quelle serait la puissance nécessaire à un radiateur électrique pour ce chauffage? 2) Quelle serait la puissance, fournie à une pompe à chaleur réversible, qui amènerait au même résultat? Exercice 6 : Chauffage et refroidissement d'une maison Un récepteur thermique est utilisé pour assurer le chauffage (l'hiver) et le refroidissement (l'été) d'une maison. Donc, ce récepteur thermique joue le rôle d'une pompe à chaleur l'hiver et celui d'un climatiseur l'été. Le fluide moteur est du fréon. Il parcourt un circuit dans lequel, étant sous forme de vapeur, il est comprimé par un compresseur C et se condense dans un liquéfacteur L (aussi appelé condenseur). Puis il subit une détente au niveau d'une valve V et finit de se vaporiser dans l'évaporateur E avant de retourner dans le compresseur. C E L V Schéma de principe de l'installation 1) Dans un récepteur thermique, lequel des deux organes L ou E faut-il mettre en contact avec la source chaude et la source froide respectivement? 2) En hiver la température extérieure moyenne est de 0 C et la température intérieure est maintenue à 20 C. a) Calculez la quantité de chaleur maximale qui peut être fournie à la maison au bout d une heure si la puissance du compresseur électrique est de 4000 watts. b) En déduire le coefficient de performance maximal du récepteur thermique. 3) En été, la température extérieure moyenne est de 35 C et la température intérieure est maintenue à 20 C. Quel est le coefficient de performance maximal du récepteur thermique? NB : On rappelle qu un watt est égal à un joule par seconde. Réponses : 2.a) kj ; 2.b) 14,65 ; 3) 19,5 2

4 Exercice 7 : Moteur thermique avec une source de température variable On fait fonctionner un moteur thermique entre l atmosphère, source froide à la température T f = 288 K, et une masse d eau de capacité thermique C = 10 kj.k -1 et de température variable T c. La température initiale de l eau est T c,0 = 350 K. 1) Calculez le travail maximal que ce moteur est capable de fournir. 2) Déterminez le rendement d un tel moteur. Exercice 8 : Fonctionnement d un moteur entre deux masses d eau Un moteur thermique réversible fonctionne entre deux masse d eau (capacité thermique massique, c = 4185 J.kg -1.K -1 ) : - une masse d eau m c = 500 kg, source chaude à la température initiale T c,0 = 360 K ; - une masse d eau m f = 800 kg, source froide à la température initiale T f,0 = 288 K. 1) Calculez la température finale, T, atteinte lorsque le moteur cesse de fonctionner. 2) Déterminez les énergies échangées pendant la durée du fonctionnement du moteur, c est-àdire : a) le transfert thermique Q c reçu de la part de la source chaude ; b) le transfert thermique Q f fourni à la source froide ; c) le travail fourni par ce moteur. Exercice 9 : Pompe à chaleur et source de température variable Une pompe à chaleur fonctionne de manière réversible entre les deux sources suivantes : - un réservoir d eau, source chaude de capacité thermique C = 20 kj.k -1 ; l eau est initialement à la température T c,0 = 288 K ; - l atmosphère, source froide à la température T f,0 = 288 K, supposée constante. 1) À l aide de la pompe à chaleur, on porte l eau à la température T = 320 K. Exprimez le travail fourni à la pompe à chaleur en fonction de C, T, T c,0 et T f,0, puis calculez sa valeur. 2) Exprimez l efficacité de cette pompe à chaleur en fonction de T, T c,0 et T f,0, puis calculez cette efficacité : Exercice 10 : Cycle triangulaire P 2Po Po C B A On considère le cycle réversible suivant décrit par un gaz parfait. a ) Dans quel sens ce cycle doit-il être parcouru pour que le fonctionnement soit de type moteur? b ) Calculer le rendement. Application numérique γ = 1.4. Vo 2Vo V Réponse : b) 0,055 3

5 Exercice 11 : Cycle d'otto On considère un cycle d'otto décrit par un gaz parfait représenté figure ci -dessous. Le cycle est réversible et décrit dans le sens moteur. La transformation AB est une compression isentropique du gaz parfait. La transformation BC est une transformation isochore du gaz parfait. La transformation CD est une détente isentropique du gaz parfait. La transformation DA est une transformation isochore du gaz parfait. La pression, le volume et la température pour les points A, B, C, D, sont respectivement (P A, V A, T A ), (P B, V B, T B ), (P C, V C, T C ), (P D, V D, T D ). P C B Figure 2 D A Pour le gaz, γ est constant ainsi que c M,V qui est la capacité thermique molaire du gaz parfait à volume constant. V De plus, on pose a = 2 V1 où a représente le taux de compression. V 1 V 2 V B C D A 1) a) Donner les expressions littérales des quantités de chaleur Q A, QB, QC, Q D, pour une mole de gaz parfait, des transformations respectives AB, BC, CD et DA. b) Préciser le signe de ces quantités de chaleur. c) En déduire que le cycle d'otto est un cycle moteur ditherme. 2) a) Calculer le rendement du cycle moteur d'otto en fonction de T A, T B, T C, T D. b) Calculer le rendement du cycle moteur d'otto en fonction de a et de γ. c) Application numérique : Combien vaut le rendement pour a = 8 et γ = 1,4? NB : On rappelle qu'entre deux états d'équilibre 1 et 2, le premier principe s'écrit : ΔU W Q i 1 2 i= 1 = + avec m, le nombre de transformations qui permettent de passer de l'état 1 à l'état 2 ; Q i, la chaleur échangée entre le système et le milieu extérieur durant la transformation i ; W, le travail échangé entre le système et le milieu extérieur pendant la transformation totale qui fait passer le système de l'état 1 à l'état 2. On rappelle que, pour une transformation adiabatique, la température T et le volume V sont reliés par la relation : TV γ 1 = constante. Réponses : 2.b) (1-a 1- γ ) ; 2.c) 0,565 m 4

6 Exercice 12 : Cycle Beau de Rochas Le moteur d un véhicule automobile à essence est un moteur atmosphérique à explosion commandée fonctionnant en quatre temps. Il est représenté par le cycle théorique suivant : 1 er temps (admission A 0 A 1 ) : ouverture de la soupape d admission est aspiration dans le cylindre à pression constante (pression atmosphérique), d un mélange d air et d essence venant du carburateur, par la descente du piston entraîné par le vilebrequin (isobare A 0 A 1 ). 2 e temps (compression A 1 A 2 A 3 ) : le mélange est comprimé par la remontée du piston (compression adiabatique A 1 A 2 ) puis explose à l allumage de la bougie (compression isochore A 2 A 3 ). 3 e temps (détente A 3 A 4 ) : le piston est repoussé vers le bas (temps moteur) et entraîne le vilebrequin (détente adiabatique A 3 A 4 ). 4 e temps (échappement A 4 A 1 A 0 ) : les gaz brûlés se détendent à l ouverture de la soupape d échappement (détente isochore A 4 A 1 ) puis sont chassés du cylindre à pression constante (pression atmosphérique) par la remontée du piston (isobare A 1 A 0 ). On admettra que le gaz qui subit le cycle peut être supposé comme de l air seul 1 (considéré comme un gaz parfait de capacité thermique massique c V = 0,717 kj.kg -1.K -1 avec γ = 1,4) tout au long du cycle. De même on considérera toutes les transformations comme réversibles. Le taux de compression du moteur correspond à a = V 1 /V 2 = 8. a) Au début de la compression (point A 1 ), le mélange air + essence est à la pression P 1 = 1 bar et la température T 1 = 290 K (17 C). Déterminer la pression P 2 et la température T 2 au point A 2. b) Sachant que la quantité de chaleur massique reçue par l air lors de la combustion de l essence pendant l étape A 2 A 3 est q 1 = 800 kj.kg -1, déterminer la température T 3 au point A 3. En déduire la pression P 3 au point A 3. c) Déterminer la pression P 4 et la température T 4 au point A 4. En déduire la quantité de chaleur q 2 échangée par kilogramme de gaz pendant l étape A 4 A 1. Cette quantité de chaleur est-elle perdue ou gagnée par le gaz? 1 La quantité d essence dans le mélange air / essence est faible et la combustion de l essence ne modifie pas fondamentalement la quantité de matière dans le cylindre. 5

7 d) Calculer le travail w par kilogramme de gaz fourni par ce moteur. En déduire le rendement de ce moteur. e) Montrer que le rendement peut se mettre sous la forme η = 1 - a 1- γ et qu il ne dépend donc que du taux de compression a. Exercice 13 : Cycle Diesel Le moteur d un véhicule automobile au gazole est un moteur atmosphérique qui fonctionne par autoallumage (sans bougie) du carburant (inflammation spontanée du gazole finement pulvérisé injecté dans de l air fortement comprimé et chaud). Le fonctionnement de ce moteur est représenté par le cycle théorique idéal de Diesel qui suit les quatre temps suivants : 1 er temps (admission A 0 A 1 ) : ouverture de la soupape d admission et aspiration d air (seul) dans le cylindre à pression constante (pression atmosphérique) par la descente du piston entraîné par le vilebrequin. 2 e temps (compression A 1 A 2 ) : compression adiabatique de l air par la remontée du piston (A 1 A 2 ). 3 e temps (détente A 2 A 3 A 4, temps moteur) : injection progressive du gazole pulvérisé en fines gouttelettes provoquant l inflammation spontanée du mélange air / gazole. Cette combustion se produit à pression relativement constante (isobare A 2 A 3 ). Les gaz se détendent ensuite en poussant le piston vers le bas et entraîne le vilebrequin (détente adiabatique A 3 A 4 ). 4 e temps (échappement A 4 A 1 A 0 ) : ouverture de la soupape d échappement ramenant les gaz brûlés instantanément à la pression initiale (isochore A 4 A 1 ). Les gaz sont alors refoulés par la remontée du piston (isobare A 1 A 0 ). On considèrera que : Toutes les transformations sont supposées quasi statiques. L air est assimilé à un gaz parfait de masse molaire M = 29 g.mol -1, de capacité thermique massique à pression constante c P = 1 kj.kg -1.K -1 avec γ = c P /c V = 1,4 et R = 8,31 J.mol -1.K -1. La quantité de carburant injectée est faible devant la quantité d air et que la combustion du carburant ne modifie pas cette quantité d air, autrement dit le gaz circulant dans ce moteur sera considéré comme une même quantité d air seul tout au long du cycle. 1. Étude générale du cycle En début de compression (point A 1 ), l air admis dans le moteur est à la pression P 1 = 1 bar et à la température T 1 = 293 K (20 C). Le taux de compression (rapport volumétriquev 1 /V 2 ) est a = 15 et le taux de détente (rapport volumétriquev 1 /V 3 ) est b = 5. 6

8 a) Déterminer la pression P 2 et la température T 2 en fin de compression (point A 2 ). b) Calculer les températures T 3 et T 4 en début et en fin de détente (points A 3 et A 4 ) et la pression P 4. c) Déterminer les quantités de chaleur massiques q 1 et q 2 (kj.kg -1 ) échangées entre l air et le milieu extérieur lors des transformations A 2 A 3 et A 4 A 1. d) Calculer le travail massique w (kj.kg -1 ) fourni par ce moteur lors d un cycle. En déduire le rendement de ce moteur. 2. Étude de la combustion a) La cylindrée du moteur (volume total maximum des cylindres du moteur) est V 1 = 2 litres. Déterminer la masse d air impliquée dans chaque cycle et en déduire la quantité de chaleur Q 1 (J) échangée pendant cette phase de combustion (A 2 A 3 ). b) La quantité de chaleur apportée par le carburant lors de sa combustion (A 2 A 3 ) est de q = 46, kj.kg -1. En déduire la masse de carburant injectée à chaque cycle. c) A une vitesse de 130 km.h -1, le vilebrequin tourne à 3000 tr.min -1. Sachant qu un cycle correspond à deux aller-retour du piston, c est-à-dire deux tours de vilebrequin, déterminer la durée d un cycle et la distance parcourue par le véhicule pendant ce cycle. d) En déduire la consommation c (en litres aux 100 km) de ce véhicule à 130 km.h -1 (la masse volumique du gazole est ρ = 0,8 kg.l -1 ). e) Connaissant le rendement du cycle, déterminer le travail W fourni par ce moteur lors d un cycle et en déduire la puissance du véhicule. 7

9 Thermodynamique Exercices Deuxième Partie ECOULEMENT EN REGIME PERMANENT Exercice 14 : Puissance d une turbine Le débit massique à l entrée d une turbine à vapeur est de 1,5 kg/s et la puissance thermique cédée par la turbine est de 8,5 kw. Le tableau suivant regroupe les données connues pour la vapeur d eau à l entrée et à la sortie de la turbine (on prendra g = 9,81 m.s -2 ) : Entrée de la turbine Sortie de la turbine Pression (MPa) 2,0 0,1 Température ( C) 350 Titre 100 % Vitesse (m/s) Élévation au-dessus d un plan de référence (mètre) 6 3 Calculez la puissance fournie par la turbine. Exercice 15 : Compresseur d air Le compresseur d air centrifuge d une turbine à gaz reçoit l air de l atmosphère ambiante où la pression est de 1 bar et la température de 300 K. A la sortie du compresseur, la pression est de 4 bars, la température de 480 K et la vitesse de 100 m/s. Le débit massique de l air à l entrée du compresseur est de 15 kg/s. On suppose que l air se comporte comme un gaz parfait et que le compresseur est calorifugé. La capacité thermique du gaz parfait est de 1,0035 kj/(kg.k). Calculez la puissance Exercice 16 : Mélangeur W nécessaire pour entraîner le compresseur. Un dispositif mélange continûment de la vapeur d eau saturée à 3,5 bars avec un courant d eau (liquide saturé) à 15 C pour produire de l eau chaude (liquide saturé) à 80 C avec un débit de 4 kg/s. Note : on néglige les variations d énergies cinétique et potentielle et on suppose que le dispositif est calorifugé. Quel doit être le débit d admission m 1 de la vapeur? 8

10 Exercice 17 : Tuyère Soit une tuyère calorifugée. Elle est traversée par de la vapeur d eau qui, à l entrée, a une pression de 0,6 MPa, une température de 200 C et une vitesse de 50 ms -1. Elle en sort à la pression de 0,15 MPa et à la vitesse de 600 ms -1. Déterminez la température finale de la vapeur d eau si elle est surchauffée à l état final ou le titre si on a un mélange liquide - vapeur. Exercice 18 : Compresseur de réfrigération Un inventeur prétend avoir mis au point un compresseur de réfrigération qui reçoit de la vapeur saturée de fréon 12 à 20 C et la rejette à 1 MPa et 50 C. La compression est adiabatique. Déterminez si le compresseur peut fonctionner suivant les caractéristiques décrites par l inventeur. Exercice 19 : Pompe Dans un système de pompage, l eau est portée de 100 kpa et 30 C à 5 MPa. Calculez le travail par kilogramme que l on doit fournir à cette eau dans la pompe, si l on considère que l évolution est isentropique. Exercice 20 : Turbine à vapeur Une turbine à vapeur reçoit de la vapeur d eau à une pression de 1 MPa et une température de 300 C. La vapeur sort de la turbine à une pression de 15 kpa. On mesure le travail à la sortie de la turbine et l on constate qu il est égal à 600 kj/kg de vapeur circulant dans la turbine. Calculez le rendement isentropique de la turbine. Exercice 21 : Vitesse à la sortie d une tuyère Soit le cas idéal d un écoulement adiabatique et réversible de vapeur d eau dans une tuyère. La vapeur entre dans une tuyère à 1 MPa et 300 C, avec une vitesse de 30 m/s. La pression de la vapeur à la sortie est de 0,3 MPa. a) Quelles sont les hypothèses simplificatrices liées à un écoulement ERP et leurs conséquences. En déduire les expressions du 1 er principe et du 2 ième principe de la thermodynamique dans le cas d'un écoulement ERP. b) Calculer la vitesse de la vapeur à la sortie de la tuyère, en supposant que l écoulement s effectue en régime permanent (on négligera la variation d'énergie potentielle). c) En réalité, l écoulement de la vapeur dans la tuyère n est pas isentropique et son rendement est de 85 %. Calculer la vitesse de la vapeur d eau à la sortie de la tuyère dans le cas réel. Exercice 22 : Cycle de Rankine Dans une installation motrice à vapeur, l eau décrit le cycle suivant : - détente isentropique de la pression P 1 à la pression P 2, dans une turbine. La vapeur est sèche à l'entrée de la turbine, représentée par le point 1 sur le diagramme entropique joint; - condensation dans le condenseur à la pression P 2 et à la température T 2 constantes, jusqu'à l'état liquide saturant; 9

11 - compression isentropique de l eau liquide de P 2 à P 1 dans une pompe ; - chauffage à pression constante P 1, puis vaporisation à cette même pression dans la chaudière. À la sortie de la chaudière, le fluide se situe au point 1 et sa température est T 1 = 350 C. Données : Valeurs numériques des isobares : P 1 = 3 MPa et P 2 = 0,075 MPa. Variables thermodynamiques de l'eau dans l'état liquide comprimé à P = P 1 P (MPa) h (kj.kg -1 ) 3 387,42 De plus, on négligera les variations d énergies cinétique et potentielle. DIAGRAMME ENTROPIQUE T ( C) P 1 1 P 2 s (kj.kg -1.K -1 ) 1) a) Représenter le schéma de principe de cette installation motrice à vapeur, en indiquant le sens de parcours du fluide et en numérotant la position du fluide aux entrées et sorties des différents éléments (chaudière, condenseur, pompe, turbine). b) Donner l allure du cycle sur le diagramme entropique (coordonnée T - s) joint, en numérotant la position du fluide par rapport au schéma de principe. 2) En utilisant les données des tables thermodynamiques de l'eau, déterminer l enthalpie massique du fluide à la sortie de la turbine. 10

12 3) a) Calculer la quantité de chaleur q ' échangée dans la chaudière entre le milieu extérieur et 1 kg d eau. b) Calculer la quantité de chaleur q'' échangée dans le condenseur entre le milieu extérieur et 1 kg d eau. c) Calculer le rendement thermique du cycle. Exercice 23 : Centrale thermique élémentaire Considérons le fonctionnement d une centrale thermique élémentaire dont le schéma de principe est rappelé ci-dessous. Cette installation est parcourue par de l eau dont les caractéristiques aux différents points sont regroupées dans le tableau suivant : Situation dans l'installation Pression Température ou titre Sortie de la chaudière (1) 2,0 MPa 300 C Entrée de la turbine (2) 1,8 MPa 290 C Sortie de la turbine, entrée du condenseur (3) 15 kpa x = 90 % Sortie du condenseur, entrée de la pompe (4) liquide saturé 45 C Le fonctionnement de la pompe peut être décrit par une évolution isentropique. Le travail massique fourni à la pompe est w p = 4 kj/kg. En revanche, le fonctionnement de la turbine s'éloigne de cette évolution idéale : la turbine est caractérisée par un rendement isentropique de 85 %. Pour l'ensemble du problème, on pourra négliger les variations d énergies cinétique et potentielle du fluide qui s écoule en régime permanent. 1) Précisez, en le justifiant, l'état du fluide à la sortie de la chaudière (1) et à l'entrée de la turbine (2). Déterminez l enthalpie massique du fluide à l entrée de la chaudière h 5 et calculer la quantité de chaleur massique q c reçue par l eau dans la chaudière. 2) Déterminez les pertes thermiques q perte dans la canalisation reliant la chaudière (1) à la turbine (2) et la quantité de chaleur massique q f échangée dans le condenseur. 3) Calculez le travail massique réel w turbine délivré par le fluide dans la turbine. 4) En déduire le rendement thermique de ce cycle. 11

13 Exercice 24 : Cycle de puissance à vapeur Le cycle moteur de Carnot est celui qui permet d'obtenir, entre deux températures données (températures des sources chaude et froide), le rendement thermique maximum. Cependant un tel cycle n'est pas réalisable. Néanmoins, ce cycle peut être aménagé, et dans la pratique les cycles de Rankine et de Hirn ainsi que les cycles qui en dérivent lui sont préférés. Ainsi, le cycle idéal correspondant à une centrale thermique élémentaire à vapeur d'eau (dont le schéma de principe est rappelé dans la figure 1.a) est représenté par le cycle de Rankine illustré dans le diagramme entropique sur la figure 1.b). Dans cette installation motrice à vapeur, l eau décrit le cycle suivant: - détente isentropique de la pression P 1 à la pression P 2, dans une turbine. La vapeur est sèche à l'entrée de la turbine, représentée par le point 1 sur le diagramme entropique (figure 1.b); - condensation dans le condenseur à la pression P 2 et à la température T 2 constantes, jusqu'à l'état liquide saturant; - compression isentropique de l eau liquide de P 2 à P 1 dans une pompe; - chauffage à pression constante P 1, puis vaporisation à cette même pression dans la chaudière. À la sortie de la chaudière, le fluide se situe au point 1 et sa température est T 1 = 600 C. a) b) Figure 1 : a) Schéma de principe d'une une centrale thermique élémentaire à vapeur d'eau ; b) Représentation du cycle de Rankine dans le diagramme entropique. Données : Valeurs numériques des isobares : P 1 = 150 bars et P 2 = 0,10 bar. On négligera les variations d énergies cinétique et potentielle du fluide au cours des différentes évolutions. Les valeurs des grandeurs sont à rechercher dans les tables de variables thermodynamiques de l eau, et pour l'état liquide comprimé les enthalpies massiques de l'eau sont regroupées dans le tableau suivant : PARTIE A P (bars) h (kj.kg -1 ) 193,03 814,77 a) Déterminer le titre en vapeur et l enthalpie massique du mélange liquide-vapeur à la sortie de la turbine (point 2). b) Déterminer le travail massique w turbine fournit par l'eau à la turbine. 12

14 c) En réalité, cette turbine ne fonctionne pas de façon idéale, c'est-à-dire de façon adiabatique ω réversible. Son rendement isentropique est de 0,9 (η turbine = réel ). ω isentropique Quel travail récupère-t-on? d) Exprimer le rendement du cycle de Carnot qui fonctionnerait entre les deux températures extrêmes T 1 et T 2. Calculer ce rendement. PARTIE B Comparé au cycle de Carnot fonctionnant entre les deux mêmes température extrêmes, le rendement thermique du cycle de Rankine est d'autant meilleur que l'apport thermique est réalisé à une température (moyenne) élevée. Or la température moyenne sur le réchauffage 4-4' du liquide (figure 1.b) est faible. Pour améliorer cette situation, l'idée consiste à soutirer de la turbine une fraction y de la vapeur, lorsque la température de celle-ci est encore élevée (point 5 sur la figure 2), et à mélanger cette vapeur au liquide sortant de la pompe 1 (point 4). Le débit soutiré est réglé de façon que le fluide sortant du mélangeur soit saturé (point 6 sur la figure 3). Une deuxième pompe porte le liquide à la pression de la chaudière. Figure 2 : Cycle avec soutirage de vapeur et mélangeur : y représente la fraction de vapeur soutirée. Figure 3 : Diagramme entropique du cycle avec soutirage, où y représente la fraction de vapeur soutirée. Dans le cas présent, la fraction y de vapeur est soutirée à la pression P' 1 = 12 bars pour être mélangée à l'eau sortant de la pompe 1. Nous considèrerons pour cette étude un fonctionnement idéal entre les isobares P 1 et P 2 précédemment définis, c'est-à-dire (figure 3) : - une évolution isentropique de l'eau dans la turbine et les pompes 1 et 2 ; - une évolution isobare dans la chaudière, le condenseur et le mélangeur. 13

15 a) En considérant que le mélangeur est calorifugé et qu il n y a aucun travail mécanique échangé : expliciter le principe de conservation de l énergie. Exprimer la relation obtenue en fonction de la fraction y de vapeur soutirée, sachant que : - la fraction y de vapeur peut s'exprimer sous la forme : y = m 5 ; m 1 - la fraction (1-y) peut s'exprimer sous la forme : 1 y = m 2 - m 2 = m 3 = m 4 et m 1 = m 6 = ; m 1 m 7 puisque l'on à un écoulement ERP. En déduire la fraction y de la vapeur soutirée, b) Calculer : les quantités de travail massique fournie par le fluide à la turbine et reçus par le fluide au niveau des pompes, après avoir exprimé le principe de conservation de l énergie en fonction de y ; la quantité de chaleur massique reçue par le fluide dans la chaudière. c) Déterminer le rendement thermique de cette installation. Exercice 25 : Cycle de réfrigération On étudie, ici, le fonctionnement d un réfrigérateur. Le cycle décrit par le fluide est représenté ci - dessous en diagramme entropique. 14 Les pressions extrêmes sont 1,4 bar et 8 bars. Le débit du réfrigérant est 180 kg/h. La transformation 3 4 est sensiblement isenthalpique. 1) Faites une étude du cycle. 2) Calculez les quantités de chaleur enlevée en une heure à la source froide et restituée en une heure à la source chaude. 3) Calculez la puissance du compresseur 4) Calculez l efficacité du cycle On donne ci-dessous quelques extraits des tables thermodynamiques du réfrigérant utilisé. VAPEUR SÈCHE sous la pression de 8 bars (température d ébullition 32,74 C). T( C) Enthalpie massique (KJ/kg) Entropie massique Kj/(Kg.K)) ,07 0, ,45 0,7253 ÉTAT SATURANT (Equilibre liquide - vapeur). P (bar) Enthalpie massique Entropie massique volume massique T ( C) (Kj/Kg) Kj/Kg.K (m 3 /Kg) liquide saturant vapeur saturante liquide saturant vapeur saturante liquide saturant vapeur saturante ,09 177,87 0,0663 0,7102 0, , , ,30 200,63 0,2487 0,6845 0, , ,74 Réponses : 2) Q froid = 19,9 MJ/h ; Q chaud = -25,44 MJ/h ; 3) 5,54 MJ/h ; 4) 3,59

16 Exercice 26 - Étude d'une centrale d'aspiration d'air avec soufflantes. Dans une cartonnerie, on doit réaliser l'aspiration d'air dans le caisson T, raccordé aux tables de fabrication, et le caisson P raccordé aux presses. Dans ces deux caissons, les pressions sont différentes. Pour réaliser ces deux aspiration, on utilise deux soufflantes, selon le schéma simplifié ci-dessous, où sont indiqués les indices à utiliser pour les grandeurs caractéristiques du fluide aux divers points du circuit, notés (1), (2), (3), (4) et (5). Moteur B soufflante B Soufflante A Moteur A (5) (4) Mélangeur M (2) Évacuation à la cheminée Presses Caisson P (3) Caisson T (1) Tables de fabrication La soufflante A aspire 550 m 3 par minute d'air dans les conditions de pression et de température P 1 et T 1 du caisson T. La soufflante B aspire simultanément l'air sortant de la soufflante A dans les conditions P 2 et T 2 et 230 m 3 par minute d'air dans le caisson P, dans les conditions P 3 et T 3. Ces deux débits issus de la soufflante A et du caisson P se mélangent, avant l'entrée de la soufflante B, dans le mélangeur M (aucune partie mobile n'est susceptible de fournir du travail à l'air). À la sortie du mélangeur (donc à l'entrée de la soufflante B) ce mélange sera supposé parfaitement homogène dans les conditions P 4 et T 4. L'air s'écoule en régime permanent dans l'ensemble de l'installation. Toutes les machines et tous les circuits sont supposés parfaitement calorifugés. Les variations d'énergie cinétique et d'énergie potentielle sont négligeables. Les caractéristiques de l'air aux divers points du circuit sont données dans le tableau cidessous : (1) (2) (3) (4) (5) Pression (Pa) Température (K) On admet que l'air véhiculé par les soufflantes est de l'air sec, assimilé à un gaz parfait caractérisé par : - une masse molaire : M = 28,96 g.mol -1 ; - une capacité thermique massique à pression constante : c p = 1005 J.kg -1.K -1. On rappelle qu'un gaz parfait obéit aux deux lois de Joules et qu'il est décrit par l'équation d'état suivante : PV = nrt avec R = 8,31 J.mol -1.K -1. On rappelle également l'expression du premier principe dans le cas d un écoulement en régime permanent : 15

17 W * + Q + m e e (h e Ve2 + gz e ) = m s(h s Vs2 + gz s ) 1 - a) Établir l'expression de la masse volumique, ρ, d'un gaz parfait, en fonction de P, M et T. b) Établir la relation entre le débit massique (que l'on notera D ou m ) et le débit volumique (que l'on notera d). Calculer le débit massique d'air extrait des caissons T et P, c'est-à-dire aux points (1) et (3). 2 - a) Calculer le travail effectivement reçu par 1 kg d'air entre (1) et (2), c'est-à-dire dans la soufflante A (où les parties mobiles fournissent du travail à l'air) ; b) En déduire la puissance effectivement reçue par l'air dans la soufflante A. 3- a) Déterminer la température de l'air au point (4), c'est-à-dire après mélange des deux flux d'air; b) Calculer le travail effectivement reçu par 1 kg d'air entre (4) et (5), c'est-à-dire dans la soufflante B (les parties mobiles fournissant du travail à l'air). En déduire la puissance reçue correspondante. Exercice 27 : Étude de la réalisation d'un cycle Une machine thermique (voir schéma ci-dessous) est constituée de quatre composantes parcourues par un fluide, du fréon, dont le sens de parcours est représenté par les flèches. On considère que le fréon subit un écoulement en régime permanent aux bornes des quatre composantes. Chaque composante est reliée à une seule entrée et une seule sortie. s Dans l état A, le fluide est sous forme de vapeur sèche à la pression P A = 8 bars. Dans l état B, le fluide est sous forme de liquide saturant. Dans l état D, le fluide est sous forme de vapeur saturante à T D = -20 C. Aux bornes des composantes 1 et 3, les transformations sont isentropiques. Aux bornes des deux autres composantes 2 et 4, les transformations sont isothermes, et s effectuent à la température T 2 pour la transformation AB et à la température T 4 pour la transformation CD. Lors de la transformation AB, le fluide échange la quantité de chaleur massique q AB avec le milieu extérieur : q AB = - 130,58 kj/kg. Lors de la transformation CD, le fluide échange la quantité de chaleur massique q CD avec le milieu extérieur : q CD = 108,25 kj/kg. Les seuls travaux mis en jeu dans les composantes 2 et 4, sont les travaux des forces de pression liés à l'écoulement du fluide (travaux d'écoulement). On négligera les variations d énergies potentielle et cinétique du fluide entre l'entrée et la sortie des quatre composantes. 16

18 1) Calculez la température T 2 de la transformation aux bornes de la composante 2. Représenter dans un diagramme entropique (T,s) le cycle des transformations subies successivement par le fréon au bornes des 4 composantes de cette machine thermique. 2) Compte tenu des évolutions au sein des composantes 1 et 3 et des états thermodynamiques des points A, B, C et D, précisez si les évolutions au sein des composantes 2 et 4 sont réalisables. Détaillez tous vos raisonnements. En déduire si le cycle est réalisable ou non réalisable. Expliquer? Exercice 28 - Prévision de fonctionnement Un écoulement d ammoniac en régime permanent entre dans un appareil à 100 kpa et 50 C avec un débit massique de m e = 1 kg/s. Deux jets sortent de l appareil avec des débits massiques et m 2 égaux, l un à 200 kpa et 50 C, l autre sous forme de liquide saturé à 10 C. On affirme que cet appareil peut fonctionner dans une pièce à 25 C si on lui fournit une puissance mécanique de 250 kw. 1) Précisez les hypothèses simplificatrices ainsi que les conséquences liées à un écoulement ERP. Exprimez le principe de conservation de la masse ainsi que les 1 er et 2 ième principes de la thermodynamique dans ce cas-là. En déduire les expressions du 1 er et du 2 ième principes en fonction du débit d entrée m e. Q (J/s ou watt) échangée entre la pièce à 25 C et 2) Calculez la puissance thermique l appareil si l'on néglige les variations d'énergies cinétique et potentielle ; 3) La variation du taux d'entropie du système constitué du volume de contrôle, du fluide entrant et du fluide sortant s'écrit, pour une évolution quelconque : Δ S 1 = ΔS vc Δt + m s s s m e s e Exprimez Δ S 1 dans le cas d'un écoulement ERP et calculer sa valeur. 4) Calculez la variation d entropie Δ S 2 de la pièce à 25 C (pièce = source); 5) En déduire si le fonctionnement proposé ci-dessus pour l appareil est possible? m 1 17

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE L expression cycle vient de la thermodynamique. En effet lorsqu une masse de fluide se retrouve après diverses transformations dans le même état (pression, volume, température)

Plus en détail

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques 1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques Pour l'air : r = R / M = 0,871 kj / (kg.k), avec M masse molaire c p =1,005 kj/kg K, c v = 0,718 kj/kg K = 1.93 kg / m 3 à 0 C et à 1013 mbars Pour un

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Les machines thermiques

Les machines thermiques Les machines thermiques II. Les machines thermiques Une machine thermique permet une conversion d'énergie. Pour fonctionner en régime permanent, elles effectuent des cycles. Très souvent, un fluide est

Plus en détail

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Diagramme de Clapeyron (ou diagramme P-v) P : Pression V : Volume Diagramme entropique (ou diagramme T-S) T : Température S : Entropie

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR 4 TEMPS

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR 4 TEMPS PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR 4 TEMPS I:PRINCIPE DE BASE. 1-1:Situation problème. Lorsque nous voulons déplacer un véhicule manuellement, il est plus facile de le déplacer en créant une force sur

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

Chapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PAC)

Chapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PAC) Objectifs Lahrouni, A. hap 4 Thermo 2 FSSM hapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PA) La connaissance du principe de fonctionnement des machines frigorifiques à compression et l application des

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques

Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques Nous arrivons à ce qui a véritablement motivé la fondation de la thermodynamique : l étude des machines

Plus en détail

Cycles frigorifiques

Cycles frigorifiques Cycles frigorifiques BTS Fluides Energies Environnement 2003 Une machine frigorifique à air est schématisée ci-après Elle est destinée à maintenir dans la chambre «froide» une température T 1. La pression

Plus en détail

Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique

Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique Table des matières 1) MISE EN PLACE DU PREMIER PRINCIPE 2 1.1) ENERGIE INTERNE D UN SYSTEME 2 1.2) CADRE DU PROGRAMME 2 1.3) ENONCE DU PREMIER PRINCIPE

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

RESUME DIAGRAMME ENTHALPIQUE ET FORMULAIRE. Construction du diagramme enthalpique ou de diagramme Mollier

RESUME DIAGRAMME ENTHALPIQUE ET FORMULAIRE. Construction du diagramme enthalpique ou de diagramme Mollier RESUME DIAGRAMME ENTHALPIQUE ET FORMULAIRE Construction du diagramme enthalpique ou de diagramme Mollier Un système frigorifique se définit toujours par rapport à ces températures de fonctionnement. La

Plus en détail

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015 IUT de Saint Denis Module THERM3 CORRECTION G.I.M. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 015 1 Chambre froide : 1. Les pressions d'évaporation et de condensation sont données par la table

Plus en détail

COMPRESSEUR ALTERNATIF

COMPRESSEUR ALTERNATIF COMPRESSEUR ALTERNATIF 1. DIAGRAMME D'UN COMPRESSEUR A PISTON 1.1. Compresseur à un étage L'évolution théorique d'un fluide dans le cylindre d'un compresseur à piston est présentée sur la figure 1 en coordonnées

Plus en détail

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques S3 PMCP 2015/2016 D de thermodynamique n 5 Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques 1 Cycle avec une seule source de chaleur. Soit un système pouvant, pendant un

Plus en détail

Thermodynamique des gaz parfaits

Thermodynamique des gaz parfaits Chapitre 24 Sciences Physiques - BTS Thermodynamique des gaz parfaits 1 Le modèle du gaz parfait 1.1 Définition On appelle gaz parfait un ensemble de molécules sans interaction entre elles en dehors des

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée

Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée Thermodynamique 4 Machines thermiques Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée Simulation gtulloue // cycles moteur A savoir - Définir une machine thermique - Bilan énergétiques et entropiques

Plus en détail

11 mars 2003 228. 9 Cycles moteurs

11 mars 2003 228. 9 Cycles moteurs 11 mars 2003 228 9 Certains générateurs de puissance comme la centrale thermique à vapeur opèrent effectivement selon un cycle, c.-à-d. que le fluide actif retourne à son état initial après avoir subi

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * * SESSION 004 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PYSIQUE Durée : 4 heures Les calculatrices sont autorisées. N : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de

Plus en détail

Chapitre 6 Etude des cycles moteurs usuels

Chapitre 6 Etude des cycles moteurs usuels 1 Chapitre 6 Etude des cycles moteurs usuels I Les moteurs à fonctionnement séquentiel A. Propriétés générales Le fluide est l air, l atmosphère est la source froide. On a montré que ρ = (T 1 -T 2 )/T

Plus en détail

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT.

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. TD 1 1: On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. 1) Etablir l'expression du travail reçu par le gaz, au cours d'une compression isotherme réversible

Plus en détail

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT Une entreprise est spécialisée dans le traitement de surface par trempage de pièces métalliques de tailles diverses. Un pont roulant permet de faire progresser

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse III PRODUCION DE FROID, POMPE A CHALEUR Un cycle frigorifique est un système thermodynamique qui permet de transférer de la chaleur d un milieu vers un autre à température plus élevée. D après le second

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

I Hydrocarbures simplifiés

I Hydrocarbures simplifiés Gaz et fioul 1/5 Données communes : Composition volumique de l air est de 21 % de O2 et 79 % de N2. Chaleur latente de vaporisation de l eau : L f = 2 250 kj/kg. Eléments Carbone Hydrogène Oxygène Azote

Plus en détail

1. LE MOTEUR THERMIQUE

1. LE MOTEUR THERMIQUE 1. LE MOTEUR THERMIQUE 1.1 Définition Les moteurs thermiques transforment de la chaleur en travail mécanique destiné à équilibrer le travail résistant d un véhicule qui se déplace. Les machines thermiques

Plus en détail

Étude d une pompe à chaleur

Étude d une pompe à chaleur TP N 15 Étude d une pompe à chaleur - page 89 - - T.P. N 14 - ÉTUDE D'UNE POMPE A CHALEUR 1. FONCTIONNEMENT THÉORIQUE Une pompe à chaleur est une machine thermique dans laquelle le fluide qui subit une

Plus en détail

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2 1 Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2 M. Pons CNRS-LIMSI, Rue J. von Neumann, BP133, 91403 Orsay Cedex http://perso.limsi.fr/mpons 1 Organisation Deuxième partie Notions de

Plus en détail

Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits

Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits Gaz parfaits...3 BTS Fluides énergie environnement épreuve de physique 2001...3 BTS Travaux publics 1990...3 BTS Bâtiment 1994...3 BTS Esthétique et Cosmétique

Plus en détail

Les Machines thermodynamiques

Les Machines thermodynamiques Les achines thermodynamiques Table des matières 1) DEFINITION 2 2) ENTROPIE : SECOND PRINCIPE DE LA THERODYNAIQUE 2 3) ACHINES ONOTHERES 2 4) ACHINES DITHERES 3 41) SCHEA DE PRINCIPE 3 42) INEGALITE DE

Plus en détail

Exercices sur les écoulements compressibles

Exercices sur les écoulements compressibles Exercices sur les écoulements compressibles IUT - GTE - Marseille 2012-13 1 Exercice 1 Calculer la température et la pression d arrêt sur le bord d attaque de l aile d un avion volant à Mach Ma = 0.98

Plus en détail

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION DÉFINITIONS L exergie d un système dans des conditions (T, S, U ) données correspond au travail utile maximal que ce système pourrait fournir en

Plus en détail

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1.

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1. CHALEUR, TRAVAIL & ENERGIE INTERNE DES GAZ PARFAITS LES 4 TRANSFORMATIONS THERMODYNAMIQUES DE BASE EQUATION CARACTERISTIQUE DES GAZ PARFAITS GAZ PARFAITS L'état d'un gaz parfait est décrit par ses trois

Plus en détail

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Exercice106 Une pile de torche de f.é.m. E = 4,5 V de résistance interne r = 1,5 Ω alimente une ampoule dont le filament a une résistance R = 4 Ω dans les

Plus en détail

Le moteur Stirling: une alternative bénéfique pour la conversion énergétique du Bio-gaz. par J.P. Vernet Président d EOSgen-technologies

Le moteur Stirling: une alternative bénéfique pour la conversion énergétique du Bio-gaz. par J.P. Vernet Président d EOSgen-technologies Le moteur Stirling: une alternative bénéfique pour la conversion énergétique du Bio-gaz par J.P. Vernet Président d EOSgen-technologies 3 Activités: Eosgen-technologies Bureau d étude mécanique et ingénierie.

Plus en détail

TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations

TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations Applications de cours Thermodynamique Application 1 : échelles de température Le physicien allemand D.G. Fahrenheit établit en 1724 son échelle de

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

EXEMPLE D'UNE INSTALLATION

EXEMPLE D'UNE INSTALLATION T H E R M O P T I M PRISE EN MAIN EXEMPLE D'UNE INSTALLATION DE CONDITIONNEMENT D'AIR VERSIONS JAVA 1.3 ET SUPERIEURES R. GICQUEL SEPTEMBRE 2013 2 SOMMAIRE PRISE EN MAIN DE THERMOPTIM... 3 INSTALLATION

Plus en détail

U22 - SCIENCES PHYSIQUES

U22 - SCIENCES PHYSIQUES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MOTEURS À COMBUSTION INTERNE SESSION 2014 U22 - SCIENCES PHYSIQUES Durée : 2 heures - Coefficient : 2 SUJET Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il soit complet.

Plus en détail

C4. La pompe à chaleur

C4. La pompe à chaleur C4. La pompe à chaleur I. BUT DE LA MANIPULATION Se familiariser avec le fonctionnement d'une pompe à chaleur et en déterminer le coefficient de performance sous différentes conditions d'utilisation. II.

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE SESSION 2009 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction

Plus en détail

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1 C. Cycle de Stirling. BUT DE LA MANPULATON Etude du cycle thermodynamique de Stirling, relevés des cycles. Mesure du rendement d'un moteur à air chaud pour différents régimes de rotation. Etude des rendements

Plus en détail

10 Cycles frigorifiques

10 Cycles frigorifiques 14 mars 2003 Introduction 277 10 10.1 Introduction Dans la section 9.1, on a considéré des machines thermiques constituées de quatre processus distincts, mettant en œuvre soit des dispositifs à circulation

Plus en détail

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Manipulation 1 Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Consignes de sécurité Soyez prudent en utilisant le gaz naturel. Dans le cas d une odeur de gaz, fermez la

Plus en détail

ETUDE DU RÉFRIGÉRATEUR

ETUDE DU RÉFRIGÉRATEUR TP - L3 Physique-Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble ETUDE DU RÉFRIGÉRATEUR BUT DU T.P. L objet de ce TP, qui comprend deux parties, est de : comprendre le principe de

Plus en détail

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Exercice 1 : Le diagramme binaire isobare du mélange binaire formé par le propan-2-ol (noté 2) et du 2-méthylpropan-2-ol (noté 1) est donné ci-dessous.

Plus en détail

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8 T.P. COMPRESSEUR T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : /8 But du T.P. : Tester les performances d un compresseur à piston bi-étagé à refroidissement intermédiaire. Introduction : Les compresseurs

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

Table des matières. Partie 1. Approche et découverte de l automobile... 1. Avant-propos... Avant-propos de l inspecteur...

Table des matières. Partie 1. Approche et découverte de l automobile... 1. Avant-propos... Avant-propos de l inspecteur... Table des matières Avant-propos... Avant-propos de l inspecteur... L étude technologique dans la démarche de maintenance... IX XI XII Partie 1 Approche et découverte de l automobile... 1 V Chapitre 1 :

Plus en détail

UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011

UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011 UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011 Contrôle Continu du 03/11/2010. Durée: 2h00mn Exercice 1 : On suppose que l atmosphère est un gaz réel en équilibre dans le champ de pesanteur. L équation d état de

Plus en détail

PRÉSENTATION TRANSFERTS THERMIQUES

PRÉSENTATION TRANSFERTS THERMIQUES FICHE 1 Titre Type d'activité Objectifs de l activité Références par rapport au programme PRÉSENTATION TRANSFERTS THERMIQUES Exercices / Evaluation Connaître les différents modes de transferts Evaluer

Plus en détail

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit.

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit. 135 Epreuve de Physique B - Thermodynamique Durée 2 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part il le signale au chef de salle, d autre part il

Plus en détail

LN 2 - 1 - Raymond Le Diouron. Consommation LN 2 en l/heure pour 1 kwh d énergie. Cout en par kwh d énergie (prix LN2: 0,20 / kg)

LN 2 - 1 - Raymond Le Diouron. Consommation LN 2 en l/heure pour 1 kwh d énergie. Cout en par kwh d énergie (prix LN2: 0,20 / kg) IMPACT ENERGETIQUE cryogénie en simulation spatiale 25 20 5 0 5 0 Consommation en l/heure pour kwh d énergie P LN2 = 3 bara -00 Consommation en kg/heure pour kwh d énergie -200 O C -60-20 -80-40 0 40 80

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Systèmes de chauffage thermodynamique

Systèmes de chauffage thermodynamique Systèmes de chauffage thermodynamique Un chauffage confortable respectueux de l environnement Le principe Un principe simple, bien pensé et performant Comparable au principe d'un réfrigérateur, le fonctionnement

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES - La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l appréciation des copies. - Conformément au dispositions

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE SESSION 2012 BREVET DE TECHNICIEN, SUPERIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée (pas obligatoire). La

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com LA POMPE A CHALEUR Les pompes à chaleur ou PAC sont capables d'assurer seules, c'est-à-dire sans autre générateur d'appoint, la totalité du chauffage et de la production d'eau chaude d'un bâtiment. Elles

Plus en détail

Baccalauréat STI2D Epreuve de physique chimie. Corrigé. Session de juin 2013 Antilles Guyane. 10/07/2013 www.udppc.asso.fr

Baccalauréat STI2D Epreuve de physique chimie. Corrigé. Session de juin 2013 Antilles Guyane. 10/07/2013 www.udppc.asso.fr Baccalauréat STID Epreuve de physique chimie Session de juin 013 Antilles Guyane Corrigé 10/07/013 www.udppc.asso.fr PARTIE A : ENERGIE MECANIQUE DES VEHICULES A-1 ÉTUDE MECANIQUE DU MOUVEMENT. Un véhicule

Plus en détail

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Chez Mr Y Chez Mr Z Chez Mr T Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Schémas vus chez les installateurs : Doc 2 Schémas vus chez les installateurs : Doc 3 1. Présentation générale 2. Présentation de

Plus en détail

L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E

L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E Introduction : utilisation de l énergie thermique dans l hôtellerie et la restauration : Appareils producteurs de chaleur : Grill, Fours, Brûleurs, Radiateur, Chauffe-eau

Plus en détail

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Etude des machines thermiques. Olivier GRANIER

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Etude des machines thermiques. Olivier GRANIER PCSI - Physique Lycée Clemenceau PCSI (O.Granier) Etude des machines thermiques PCSI - Physique I Le moteur à explosion à 4 temps (Cycle de eau de Rochas, 86) Simulation java PCSI - Physique PCSI - Physique

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Diagramme psychrométrique. Utilisation

Diagramme psychrométrique. Utilisation Diagramme psychrométrique Utilisation AFPA DEAT Froid et climatisation Ressources formatives Diagramme Psychrométrique F. Cabeza - Mai 2002 --- Diagramme psychrométrique Utilisation 2/41 CARACTERISTIQUES

Plus en détail

BTS AVA 2009 : sciences physiques

BTS AVA 2009 : sciences physiques BTS AVA 2009 : sciences physiques On souhaite montrer que dans l état actuel des technologies, il n est pas réaliste de concevoir un véhicule électrique ayant la même autonomie qu un véhicule à essence.

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES la liaison étant supposée parfaite. Le rouleau n est entraîné en rotation par un moteur extérieur non figuré, sa vitesse de rotation est ω > constante au cours du temps.

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DU MOTEUR

FONCTIONNEMENT DU MOTEUR FONCTIONNEMENT DU MOTEUR 1. Principe de fonctionnement 1.1. Définition du cycle à 4 temps On appelle cycle l ensemble des phases qui se succèdent dans le moteur, dans notre cas le cycle comprend quatre

Plus en détail

cours n 2 : Travail et diagrammes P(V).

cours n 2 : Travail et diagrammes P(V). er cycle universitaire. BT. c.haouy@ac-nancy-metz.fr Cours de Thermodynamique n : travail et diagrammes P(). Mise à jour du 5/4/6. Colonne de gauche = discours fait au élèves, pas forcément écrit au tableau

Plus en détail

Etude d'un monte-charge

Etude d'un monte-charge BTS ELECTROTECHNIQUE Session 1998 3+

Plus en détail

Air humide : corrigé

Air humide : corrigé Air humide : corrigé 1 Prise en mains du diagramme Notations : w = humidité absolue, ψ = humidité relative, P w = pression partielle de vapeur d eau, P s w = pression de saturation de l eau Placer le point

Plus en détail

Thermodynamique. Chapitre 6. Machines thermiques

Thermodynamique. Chapitre 6. Machines thermiques Thermodynamique Chapitre 6 Machines thermiques I Tout ce que nous pouvons dire sans rien savoir (ou presque) Machines thermiques Nous arrivons à ce qui a véritablement motivé la fondation de la thermodynamique

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE des GAZ PARFAITS

THERMODYNAMIQUE des GAZ PARFAITS HERMODYNAMIQUE des GAZ PARFAIS A. GAZ PARFAI 1. Modèle, relation 1/30 «Modèle idéal» : les molécules n exercent aucune action les unes sur les autres. Seuls existent des chocs élastiques. Aucune énergie

Plus en détail

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE mini INTERROS de Prépas & Deug MPSI-PCSI-PTSI SUP-SPÉ Thermodynamique MP-MP*-PC-PC*-PT-PT* Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE pages 1. Introduction à la thermodynamique.......................

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

pour que l on obtienne, en aval du détendeur, un mélange diphasé. 2) Calculer le titre liquide en aval si x (kj.k -1.kg -1 ) s vap (kj.k -1.

pour que l on obtienne, en aval du détendeur, un mélange diphasé. 2) Calculer le titre liquide en aval si x (kj.k -1.kg -1 ) s vap (kj.k -1. FICHE TD 7 MACHINES AVEC CHANGEMENT D ETAT EXERCICE 1 On fait subir à de l eau une détente de Joule Thomson : détente adiabatique, en régime permanent à travers une paroi semi poreuse, sans partie mobile.

Plus en détail

Hydraulique industrielle Correction TD 3

Hydraulique industrielle Correction TD 3 Hydraulique industrielle Correction TD 3 1 Etude d un limiteur de pression 1.1 Identification des fonctions Les différents élements assurant le fonctionnement du composant sont listés ci dessous : - Orifice

Plus en détail

Récupération d énergie

Récupération d énergie Récupération d énergie Le sujet propose d étudier deux dispositifs de récupération d énergie soit thermique (problème 1) soit mécanique (problème 2) afin de produire une énergie électrique. Chaque problème

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

Schéma de principe hydraulique

Schéma de principe hydraulique 1. Schéma de fonctionnement Ces s de fonctionnement sont des solutions préférentielles et éprouvées fonctionnant sans problèmes et permettant une plus haute efficacité de l'installation de pompe à chaleur.

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures ***

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures *** SESSION 003 PCP1006 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures L'utilisation des calculatrices est autorisée. Les deux problèmes sont indépendants Une feuille de papier millimétré devra

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE DU FROID Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail