Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel"

Transcription

1 Inégraon fnancère en Ase de l Es : l appor des ess de saonnaré e de conégraon en panel Cyrac GUILLAUMIN 1 Documen de raval CEPN 19/2008 Résumé : L objecf de ce paper es de mesurer le degré d négraon fnancère enre cerans pays d Ase de l Es enre 1988 e Cee recherche es effecuée afn de meux comprendre les orenaons en erme de régmes de change pour ces pays. Cee queson es abordée car () les polques de change des pays d Ase de l Es, noammen celle de la Chne, suscen, à l heure acuelle, oues les aenons e () l aspec fnancer du chox du régme de change apparaî prmordal à l heure où les aux de change son essenellemen déermnés par les mouvemens de capaux. Pour mesurer le degré d négraon fnancère, nous adopons l approche développée par Feldsen e Horoka (1980). Touefos, l esmaon d une relaon enre l épargne e l nvesssemen elle que celle ssue de l arcle ponner de Feldsen e Horoka n es aujourd hu plus possble car elle susce un ceran nombre de débas enre les économses. C es pourquo nous nous appuyons sur l économére des données de panel non saonnares pour esmer le degré d négraon fnancère enre cerans pays d Ase de l Es. A cee fn, nous menons des ess de saonnaré e de conégraon en panel avan d esmer la de relaon selon ros modélsaons : Poolng, Beween, Whn. Nous procédons égalemen à des ess de sablé pour mesurer l hypohèse d accéléraon/décéléraon de l négraon fnancère après la crse fnancère de Mos-clefs : aux de change, négraon fnancère, paradoxe de Feldsen e Horoka, données de panel non saonnares, conégraon en panel, Ase de l Es. Classfcaon JEL : C33, F32, F36, F41. 1 CEPN, Unversé Pars 13, 99 avenue Jean-Bapse Clémen, Vlleaneuse. Tel/Fax : / Courrel : Je remerce Claude Chambon e Vrgne Couder pour leurs remarques e suggesons. Je sus égalemen redevable envers Samouel Béj. Je remerce égalemen les parcpans du lunch semnar du CEPN e ceux de la 18 ème conférence ACAES Asan Economc Inegraon n a Global Conex. Je rese seul responsable des erreurs e oubls. 1

2 1. Inroducon Dans leur arcle ponner, Feldsen e Horoka (1980) mesuren le degré d négraon fnancère à ravers la corrélaon enre le aux d épargne naonal e le aux d nvesssemen domesque. Leur résula monre une corrélaon fore enre ces deux grandeurs sur la pérode Ce résula apparaî en conradcon avec les fas observés de l époque. En effe, l semble acqus que la moblé des capaux so crossane depus le débu des années 1960 e surou 1970 (Flandreau e Rvère, 1998 ; Beone e al, 2006). Dès lors, ce qu l es convenu d appeler le paradoxe ou l éngme de Feldsen e Horoka a suscé un grand nombre de débas e de recherches enre les économses. Ces débas se son développés à ravers deux grands axes. L un sasque, l aure économque. Le premer éude les perurbaons sasques pouvan explquer la fore corrélaon enre les aux d épargne e d nvesssemen. Le second s néresse davanage aux rasons économque, hsorque, vore géographque, qu peuven explquer ce paradoxe. L objecf de ce paper es de s appuyer sur les recherches du premer axe pour mesurer le degré d négraon fnancère enre cerans pays d Ase de l Es enre 1988 e Pour ce fare, nous ulsons l économére des données de panel non saonnares pour mesurer la relaon enre les aux d épargne e d nvesssemen. S les éudes de Ho (2002), Km e al (2005) vore Béreau (2007) commencen à négrer les avancées sur l économére des données de panel non saonnares, oues ne son pas dédées aux pays d Ase de l Es (Ho, 2002 ; Béreau, 2007) e, lorsque c es le cas (Km e al, 2005), la pérode d éude n nègre pas la dernère décenne pouran rche en ensegnemens. Par alleurs, aucune de ces éudes n ulse les ess de racne unare de seconde généraon reposan sur l hypohèse de dépendance enre les ndvdus du panel. Nous menons ans des ess de racne unare de premère (Levn e Ln, 1992, Im e al, 2003 ; Maddala e Wu, 1999 ; Hadr, 2000) e de seconde (Pesaran, 2003) généraons, pus nous esons la présence d une relaon de long erme enre les aux d épargne e d nvesssemen selon la procédure proposée par Pédron (1997, 1999). Enfn, nous esmons la de relaon en enan compe des ensegnemens des ess menonnés c-dessus. L esmaon s effecue selon ros modélsaons : Poolng, Beween e Whn. Nous éudons égalemen l effe de la crse fnancère de 1997 sur l négraon fnancère enre ces pays. Dans un premer emps, nous vérfons va l nroducon d effes emporels que l année Pour une synhèse des ravaux du second axe, se reporer, par exemple, à Dooley e al (1987), Bayoum (1990), Bayoum e Rose (1993), Flandreau e Rvère (1998), Km (2001), van Wncoop (2001), Hércour (2005) e Hércour e Maurel (2005). 2

3 marque un choc en elle-même dans la relaon épargne/nvesssemen pus, dans un second emps, nous esons l hypohèse d accéléraon/décéléraon de l négraon fnancère dans cee régon. Nore arcle s organse de la manère suvane : la secon 2 présene les ndces de l éngme de Feldsen e Horoka e les ravaux menés pour ener de la résoudre selon l axe sasque. La secon 3 présene la méhodologe employée. La secon 4 fa un rapde éa des leux sur l négraon fnancère en Ase de l Es. La secon 5 présene les résulas e, enfn, la secon 6 conclu. 2. L éngme de Feldsen e Horoka : vers une résoluon sasque? 2.1. La nassance du paradoxe Dans leur arcle ponner, Feldsen e Horoka (1980) spulen que s le capal es parfaemen moble, l devra se déplacer là où son rendemen es le plus élevé. Il ne devra alors pas exser de corrélaon enre l nvesssemen e l épargne domesques. Ils proposen d esmer, en coupe ransversale, l équaon suvane : où I Y, S = α + β + ε Y I / Y représene le rao de l nvesssemen sur le PIB (le aux d nvesssemen), S / Y représenan le rao de l épargne sur le PIB (le aux d épargne). Les ndces e représenen respecvemen le pays e l année consdérés. Le erme,, (1) ε, représene les aures faceurs déermnans de l nvesssemen. Ce erme do êre un erme d erreur aléaore, de moyenne nulle ( ( ε ) = 0) E e de varance 2 σ. Dans le bu d éver un bas d esmaon du fa d évenuels co-mouvemens cyclques des aux d nvesssemen e d épargne, Feldsen e Horoka ravallen sur des valeurs moyennes : I Y S = α + β + ε Y (1 ) avec I Y = T I Y = 1960, S e Y = T S Y = 1960, La valeur du coeffcen β do ndquer le degré d négraon fnancère : en cas d négraon fnancère fable, β do endre vers 1 e vers 0 en cas d négraon fnancère fore.. 3

4 Feldsen e Horoka (1980) esen l équaon (1 ) pour 16 pays de l OCDE, sur la pérode , e aboussen à un coeffcen β égal à 0,88. Ils en dédusen une moblé des capaux nulle. Ce résula apparaî en conradcon avec les cerudes e les fas de l époque. En effe, l semble acqus que la moblé des capaux so crossane depus les années 1960 e surou 1970 (Flandreau e Rvère, 1998 ; Beone e al, 2006). S, enre 1860 e aujourd hu, nous pouvons découper l analyse des mouvemens de capaux en quare pérodes (Obsfeld e Taylor, 2002), la moblé des capaux es crossane e connue depus la fn des années S l es dffcle de donner un ordre de grandeur, pluseurs éudes (Davanne, 1998 ; Aglea, 2001 ; Obsfeld e Taylor, 2002) ndquen que le volume des ransacons fnancères journalères aegna, en 1999, 1500 mllards de dollars, so près de 50 fos le monan quoden du commerce mondal de bens e servces. Dans les années 1970, ce chffre n éa que de 10 à 20 mllards de dollars. Ces chffres s explquen essenellemen par le fa qu enre la fn des années 1970 e le débu des années 1980, les économes on connu la désnermédaon bancare e qu elles son désormas dans une opque d économes de marchés fnancers. La capalsaon boursère dans le monde es passée de 1400 mllards de dollars en 1975 à mllards de dollars en 1995 (Problèmes économques, 1997). Depus, les enaves de résoluon de ce qu l es convenu d appeler l éngme de Feldsen e Horoka se son développées à ravers deux axes de recherches, so d ordre sasque, so d ordre économque Les enaves de résoluon Les argumens économques reposen sur une mse en perspecve des événemens hsorques qu on nfluencé l hsore des mouvemens de capaux (Flandreau e Rvère, 1998 ; Obsfeld e Taylor, 2002). Dès lors, l négraon fnancère peu êre plus ou mons élevée selon les pérodes éudées e qu reflèen des mouvemens de lbéralsaon fnancère plus ou mons fors. Par alleurs, ce axe cherche à explquer le paradoxe de Feldsen e Horoka par les relaons qu peuven exser enre nvesssemen e épargne, par les varables suscepbles de les nfluencer ans que par l envronnemen monéare qu prévau dans la zone éudée. Ce second axe a égalemen fa l obje de nombreuses recherches parm lesquelles celles de Bayoum (1989), Frankel (1992), Armsrong e al (1996) ou Coakley e al (1996). La plupar de ces éudes rejee l hypohèse de parfae moblé des capaux. Bayoum (1989) explque la fore relaon enre épargne e nvesssemen par les polques fscales e/ou monéares menées par le gouvernemen. Par exemple, en cas d nsuffsance d épargne sue à 4

5 un défc de la balance des ransacons couranes, le gouvernemen peu opérer une modfcaon de sa polque fscale (basse des prélèvemens sur l épargne ou augmenaon de la rémunéraon de cee dernère) e recréer un len enre épargne e nvesssemen. Par alleurs, l effe alle peu égalemen nerférer dans la relaon enre l épargne e l nvesssemen : un pays suffsammen grand, économquemen parlan, peu nfluer sur le aux d nérê mondal. Ans, une augmenaon de l épargne domesque enraînera une dmnuon du aux d nérê e donc une augmenaon de l nvesssemen. Par alleurs, Bayoum (1989) souen l dée, comme par exemple Summers (1989), que, comme l épargne e l nvesssemen son deux varables pro-cyclques, leur corrélaon peu êre due à une réponse commune à des chocs perssans. Enfn, la prse en compe de varables économques pernenes sur l négraon fnancère comme le aux d nérê ou la prme de rsque peu égalemen explquer les résulas souven conradcores comme le propose Frankel (1992). Pour corrger ces bas, l approche régonale es alors prvlégée à l approche naonale. Ans, Snn (1992), Bayoum e Rose (1993), Armsrong e al (1996), Iwamoo (2000) e van Wncoop (2001) 3 ulsen cee approche. Elle vse à éuder des régons de pays qu son négrées sur le plan monéare. L axe sasque repose, quan à lu, sur les quesons relaves aux propréés sasques des séres ulsées pour la régresson (1). S les varables d épargne e d nvesssemen ne son pas saonnares, e non conégrées, l esmaon de l équaon (1) es une régresson fallaceuse. L nerpréaon économque du coeffcen β es alors dénuée de ou sens. L éude d une possble relaon de long erme enre l épargne e l nvesssemen es reprs par Coakley e al (1996) qu esen l exsence d une elle relaon enre les varables. La présence d une elle relaon peu explquer les résulas ambgus de Feldsen e Horoka (1980) pusque s l exse une relaon de long erme enre l épargne e l nvesssemen, auremen d s elles évoluen dans le même sens, l esmaon du paramère β do révéler un chffre proche de 1. Touefos, cee esmaon ne sgnfe pas pour auan l absence d négraon fnancère. Ans, l approche de Coakley e al (1996) monre que la relaon de conégraon empêche, d une cerane manère, une mesure correce du degré d négraon fnancère. 3 Se reporer à Hércour (2005) ou Hércour e Maurel (2005) pour une synhèse. 5

6 Pour corrger ces problèmes, our à our, l économére des données de panel pus des séres emporelles on proposé des soluons. Des éudes on même avancé une réconclaon enre ces deux approches (Banerjee e Zangher, 2003, par exemple) 4. Economére des séres emporelles Snn (1992), le premer, pus, par exemple, Jansen (1996), on ulsé les séres emporelles pour ener de résoudre l éngme de Feldsen e Horoka. Cee ulsaon permea la prse en compe de la non saonnaré des varables mas auss de l évenuelle relaon de long erme enre l épargne e l nvesssemen. Pour cela, ces aueurs nrodusaen la varable compe couran (CA). D un pon de vue économque, l exsence d une relaon de conégraon enre l épargne e l nvesssemen mplque l exsence d une conrane de solvablé de long erme du compe couran. Par défnon, le compe couran représene la dfférence enre l épargne naonale e l nvesssemen domesque ( CA S I ) =. La conrane de solvablé de long erme sgnfe que, en moyenne, le compe couran es équlbré. Ans, E ( CA) = 0, avec E l opéraeur espérance. Cee condon, qu es égalemen une condon de saonnaré d un pon de vue économérque, sgnfe que l épargne e l nvesssemen son conégrés. L ulsaon de modèle VAR ou VECM (en cas de conégraon) mesure ans le degré d négraon fnancère de manère juse. Ces approches vennen dès lors s opposer à celle de Coakley e al (1996) où l exsence d une relaon de conégraon base le résula obenu. Economére des données de panel Les données de panel, don Krol (1996) es le ou premer à les ulser, von égalemen permere de répondre à ce paradoxe soulevé par Feldsen e Horoka. Krol (1996) propose d analyser conjonemen les dmensons ndvduelle e emporelle des séres d épargne e d nvesssemen. Par alleurs, l usage des données de panel va permere l nroducon d effes fxe e emporel. C es ans que les éudes de Coeux e Olver (2000), Corbn (2001) e Jansen (2000) on proposé des mesures de l négraon fnancère suvan la méhodologe de Krol (1996) en essayan d y négrer des nouveaués. Voc donc l équaon que cerans aueurs comme Krol (1996) proposen d esmer en données de panel : I Y, S = µ + β + u, (2) Y, 4 Se reporer à Béreau (2007) pour une synhèse. 6

7 avec u, α + λ + ε, =, où α es l effe ndvduel (fxe ou aléaore), λ l effe emporel (commun à ous les ndvdus du panel) e 2 varance σ. ε, un erme aléaore de moyenne nulle e de Cependan, l économére des données de panel n apparaî plus suffsane pour non seulemen éuder le degré d négraon fnancère mas auss pour éuder des phénomènes macroéconomques en général (Araujo e al, 2004 ; Hurln e Mgnon, 2005). Il nous fau prendre en consdéraon les évoluons récenes des données de panel noammen en maère de saonnaré e de conégraon des données. Economére des données de panel non saonnares Nous chosssons d aborder le degré d négraon fnancère va l éngme de Feldsen e Horoka (1980) sous l angle sasque à l ade des données de panel non saonnares. Ce chox peu se jusfer de pluseurs manères. L éude de l axe économque a fa l obje de nombreuses recherches e publcaons e a ms à jour un ceran nombre de mécansmes. S les éudes de Bayoum e Rose (1993), Armsrong e al (1996), van Wncoop (2001) ou Iwamoo e van Wncoop (2000) son une nvesgaon néressane, son applcaon aux pays de nore échanllon peu s avérer dffcle. En effe, ben que les données compables régonales se soen amélorées depus une qunzane d années, elles son dffcles à obenr par rappor à des données naonales. Cee dffculé résde, essenellemen, dans la défnon de l épargne e de l nvesssemen au nveau régonal e dans leur collece. Par alleurs, une grande pare de l axe économque ne repose plus, en pare, sur la relaon nvesssemen/épargne car elle reme en cause sa légmé. Chosssan l axe sasque, nous aurons pu adoper une démarche propre à l économére des séres emporelles. Cependan, l économére des données de panel présene un double avanage 5. Premer avanage, les données de panel possèden deux dmensons, emporelle e ndvduelle. Cee double dmenson perme dès lors d éuder smulanémen la dynamque e l héérogénéé des comporemens des agens 6. Second avanage, découlan du premer, la double dmenson emporelle e ndvduelle va permere de paller une dffculé propre aux 5 Balag e al (1995), Hsao (2003) ou Araujo e al (2004). 6 L avanage de l héérogénéé sera, en pare, un nconvénen pour cerans ess de racnes unares, sur lequel nous revendrons supra. 7

8 séres emporelles : la fable pussance des ess d négraon e de conégraon sur des échanllons de pee dmenson Méhodologe L obje de la secon 3 es de présener la méhodologe des données de panel non saonnares que nous ulsons. Nous présenons successvemen les ess de racnes unares (1 ère e 2 ème généraons) e les ess de conégraon Les ess de racne unare en panel Pour présener de manère brève les ess de racnes unares, nous prenons appu sur Banerjee e Zangher (2003), Araujo e al (2004) e Hurln e Mgnon (2005). Dans nore éude, nous proposons des ess de 1 ère e 2 ème généraons. Les ess de racne unare en panel son nsprés des ess ADF en séres emporelles. Les ess de premère généraon L hypohèse cenrale de ces ess repose sur la noon d ndépendance enre les ndvdus du panel. Nous présenons les ess de Levn e Ln (1992), Im, Pesaran e Shn (2003), Maddala e Wu (1999) ans que le es de Hadr (2000) don la spécfcé repose sur l hypohèse nulle de saonnaré. Consdérons une sére x composée de N ndvdus sur T pérodes. Nous supposons que la sére x, avec = 1,..., N e = 1,..., T, repose sur une représenaon générale du ype ADF : Les ermes d erreurs x = α + β + ρ x 1 + ε (3) ε son censés êre ndépendans dans la dmenson ndvduelle. représene la spécfcé ndvduelle consane dans le emps qu es c capée par un effe fxe e β représene les endances déermnses propres à chaque ndvdu. Cee représenaon équvau au modèle 3 des ess ADF. Il exse, comme pour les séres emporelles, un modèle 2 (sans endance mas avec consane) e un modèle 1 (sans endance n consane). L hypohèse nulle de non saonnaré ( H 0 ) s exprme comme : α H 0 : ρ = 0, (4) Mas c es l hypohèse alernave ( H ) qu va dfférer selon le es ulsé. a 7 Se reporer à Salané (1999) pour une dscusson sur ce suje. 8 Pour une synhèse complèe, se reporer à Banerjee (1999) ou à Hurln e Mgnon (2005) pour les ess de racnes unares e à Hurln e Mgnon (2007) pour les ess de conégraon. 8

9 Levn e Ln (1992) consdèren que les ermes ρ son homogènes enre les ndvdus. Ans : H a : ρ = ρ < 0, (5) Ils supposen ans que oue l héérogénéé ner-ndvduelle es capée par les effes fxes. Im, Pesaran e Shn (2003) remeen en cause cee hypohèse d homogénéé de la racne auorégressve qu semble peu pernene noammen pour les éudes sur données macroéconomques 9. Ans, Im, Pesaran e Shn abandonnen l hypohèse d homogénéé de la racne auorégressve en posulan l hypohèse alernave suvane : H : ρ < 0, 1,..., N1 e ρ = 0, = N + 1 1,..., N (6) a = Dans ce es cohaben deux ypes d ndvdus : les ndvdus = 1,..., N1 pour lesquels la varable non saonnare. x es saonnare e les ndvdus = N1 + 1,..., N pour lesquels la varable x es Dès lors, le es de Im, Pesaran e Shn (2003) se présene comme une combnason de ess ndépendans de racne unare (Araujo e al, 2004). La sasque du es IPS (Im, Pesaran e Shn) es une moyenne de sasque ADF de chaque ndvdu du panel. Elle se défn comme : 1 = N Où es la sasque de Suden assocée à l ndvdu. N S le es IPS es une avancée par rappor à celu de Levn e Ln (1992), l a cependan deux prncpales lmes : le panel do êre cylndré e le nombre de reards pour admnsrer chaque es ADF ne do pas dfférer enre les séres. C es pourquo, Maddala e Wu (1999) von proposer un es non paramérque de Fscher (1932) basé sur la combnason des p-values. Le prncpal avanage es qu l peu êre admnsré sur des panels non cylndrés. Au leu de sommer des sasques de Suden, Maddala e Wu proposen d addonner des seuls de sgnfcavé. La sasque MW se défn comme : 1 (7) MW N = 1 ( ) = 2 ln (8) p Où p représene la p-value (le seul de sgnfcavé) du es ADF de l ndvdu. Le es MW, comme celu de IPS, reen l hypohèse de racne auorégressve héérogène. 9 L hypohèse d homogénéé de la racne auorégressve du panel supposera mplcemen que la sére éudée a la même dynamque pour l ensemble des ndvdus. 9

10 Enfn, le es de Hadr (2000) repose sur l hypohèse nulle de saonnaré du panel. Il consue une exenson du es KPSS 10 en séres emporelles. Il s ag d un es du mulplcaeur de Lagrange. Le modèle de la sére x s écr désormas : x = r + β + ε (9) Où r es une marche aléaore qu s écr : Où alors : r = r 1 + u (10) 2 u es un bru blanc de moyenne nulle e de varance σ u. L hypohèse nulle s écr 2 H : σ 0 (11) 0 u = Les ess de deuxème généraon S les ess de premère généraon reposaen sur la noon d ndépendance enre les ndvdus du panel, cee hypohèse n apparaî pas crédble, noammen, lorsque les éudes concernen les séres macroéconomques. Cee hypohèse suppose, pour meux dérver les los asympoques des ess, qu l n y a aucune corrélaon enre les ndvdus du panel. Cee hypohèse n apparaî pas rès robuse lorsqu l s ag d éuder des séres de PIB ou de aux de change, par exemple. Les ess de seconde généraon von alors posuler une nerdépendance enre les ndvdus. Cee noon d nerdépendance ne va pas êre consdérée comme un handcap mas pluô comme un aou supplémenare pour meux éuder les propréés du panel. Les ess de racne unare de seconde généraon son nombreux : Phllps e Sul (2003), Cho (2002), Pesaran (2003) La plupar de ces ess repose sur le es ms en place par Ba e Ng (2001, 2004) basé sur des modèles à faceurs communs. Ce es consdère deux ess séparés de racne unare sur les composanes commune e ndvduelle de la sére. Les aures ess reposen sur un es unque de la racne unare de la sére. C es alors la méhode de décomposon de la sére qu dffère selon les approches. Nous chosssons de ne présener que le es de Pesaran (2003). Ce es repose sur l éude de la sére brue x corrgée de la moyenne ndvduelle de x 1 e des dfférences premères x 1. Pesaran (2003) oben alors un modèle CADF (Cross Seconally Augmened Dckey-Fuller). Le modèle de base s nspre du es de Im, Pesaran e Shn (2003) e s écr : x = α + ρ x 1 + ε (12) 10 Kwakowsk, Phllps, Schmd e Shn. 10

11 Où ε s écr ε = γ θ + u. θ es un faceur commun e u es un bru blanc. Le modèle CADF s écr alors, en l absence d auocorrélaon des ermes u : x = + ρ x + c x 1 + d x 1 + α v (13) La sasque de Pesaran (2003), CIPS (Cross-Seconally Augmened IPS) s écr alors : CIPS ( N, T ) ( N T ) N 1 =, (14) N Où représene les sasques ssues de chaque modèle CADF admnsré à chacun des ndvdus du panel. = Les ess de conégraon en panel Comme pour les ess de racne unare, l exse dfférens ess de conégraon qu dffèren en premer sur l hypohèse nulle : absence ou non de conégraon. La seconde dfférence en à la pussance de chacun des ess, quelle que so l hypohèse nulle, même s peu de ravaux proposen une comparason (Hurln e Mgnon, 2007). Nous chosssons d effecuer le es de conégraon proposé par Pedron (1997, 1999). Pedron (1997, 1999) propose d esmer la relaon de long erme suvane : Où = 1,..., N, = 1,..., T e m = 1,..., M. y = α + β + β x + x x β 2 2 β M M ε (15) Par alleurs, pour meux prendre en compe le degré d héérogénéé du panel, Pedron (1997, 1999) propose sep ess : quare son basés sur la dmenson nra-ndvduelle e ros sur la dmenson ner-ndvduelle. Les deux caégores de ess reposen sur l hypohèse nulle d absence de conégraon els que : ρ = 1,, ρ désgnan le erme auorégressf des résdus esmés ˆ ε ˆ + u (16) = ρε 1 La dsncon enre les dmensons nra e ner-ndvduelles s effecue au nveau de la formulaon de l hypohèse alernave. Les ess basés sur la dmenson nra-ndvduelle formulen l hypohèse alernave l hypohèse alernave s écr H a H a : ρ = ρ < 1,. Pour la dmenson ner-ndvduelle, : ρ < 1,. Comme pour les ess de racne unare de premère généraon, la dsncon enre les deux dmensons en à la présence ou non d héérogénéé au sen du panel. 11

12 La mse en œuvre du es repose sur une procédure en cnq éapes. A l ssue de ces cnq éapes, l es possble de consrure les sasques propres à chacun des sep ess. Dans cee opque, Ho (2002) e Km e al (2005) on soums des mesures de l négraon fnancère proposan ces nouvelles méhodologes. L éude de Ho (2002) concerne une révson de l esmaon effecuée par Krol (1996) don les résulas semblaen dépendre de l absence du Luxembourg dans l échanllon (Jansen, 1996). L éude de Krol (1996) pora sur la mesure du degré d négraon fnancère, pour les mêmes pays de l OCDE que ceux éudés par Feldsen e Horoka (1980), à ravers les données de panel. Ses résulas monren une parfae moblé des capaux. Touefos, Jansen (1996) conese ces résulas de par la présence du Luxembourg dans son échanllon 11. Ho (2002), reprenan la echnque des doubles mondres carrés ordnares e des mondres carrés modfés proposée par Kao e Chang (2001), monre que la présence ou non du Luxembourg n affeca par les résulas. Km e al (2005) éuden le degré de moblé des capaux dans les économes asaques, enre 1960 e 1998, parm lesquelles la Corée du Sud, l Inde, l Indonése, le Japon, la Malase, Myanmar, le Paksan, les Phlppnes, Sngapour, le Sr Lanka e la Thaïlande. Leurs résulas monren que l négraon fnancère es plus fable duran la pérode que sur la pérode La progresson de l négraon fnancère s explquera par le mouvemen de lbéralsaon fnancère de ces économes qu s es produ duran les années 1980 e Inégraon fnancère en Ase de l Es : où en es-on? Le pods de l Ase dans le commerce mondal ne cesse de croîre depus une qunzane d années (Guérn e Sa, 2006). Ce renforcemen s effecue noammen de manère nrarégonale (Bajou e al, 2006 ; Gullaumn, 2008). Par conre, les lens fnancers on plus de mal à se sser même s ls connassen un développemen plus rapde depus la crse fnancère de 1997 (Gullaumn, 2008). Depus ce événemen, le modèle de fnancemen de la crossance des années 1990 a oalemen éé rems en cause (Echengreen, 2004(b)). Les prncpales réponses apporées après la crse fnancère de 1997 on concerné le rôle des banques e noammen leur exposon au rsque de créd. Depus 1997, le développemen des marchés fnancers, noammen oblgaares, a éé une des prorés (Gynelberg e al, 2006), mas l es jugé nsuffsan (Echengreen, 2004(a), 2004(b)) e les pays les plus duremen 11 Se reporer à Béreau (2007) pour plus de déals sur le cas du Luxembourg. 12

13 ouchés par la crse furen ceux don l nermédaon bancare éa la plus fore (Corée e Thaïlande). Les banques permeen une mons bonne allocaon des ressources, souffren d un manque d nformaons lors de l ocro de prês mulplan ans les rsques de crse 12. De plus, la plupar des banques asaques son l obje d neracons famlale e polque e les sysèmes de gouvernance son défallans 13. Deux naves on ans éé prses afn de favorser l émergence d un vérable marché oblgaare régonal : l Asan Bond Marke Inave e l Asan Bond Funds. L Asan Bond Marke Inave (ABMI) de l Asean+3 es desné à souenr l offre d oblgaons lbellées en monnaes locales par des aceurs prvés ou publcs ands que l Asan Bond Funds (ABF) de l Execuves Meeng of Eas Asa and Pacfc (EMEAP) es chargé de souenr la demande par la créaon de fonds oblgaares en devses érangères e en monnaes locales almenés par les membres (Guérn e Sa, 2006). Par alleurs, les ressources moblsées pour les naves Asan Bond Marke Inave e Asan Bond Funds son consdérables mas nsuffsanes (Guérn e Sa, 2006 ; Takeuch, 2006). Inalemen, l Asan Bond Funds dsposa de 1 bllon de dollars qu l a nves dans un paner d oblgaons émses en dollar par les pays asaques aures que le Japon, l Ausrale e la Nouvelle- Zélande. Ce paner es géré conjonemen par la Banque des règlemens nernaonaux e un comé de l Execuves Meeng of Eas Asa and Pacfc. Selon Echengreen (2004(a), (b)), le len développemen de ces deux naves peu êre explqué selon quare causes : - les caracérsques régonales fon ressorr des pays assez pes sans réelles nsuons fnancères ; - la qualé de la supervson es fable e la concurrence enre les banques es quasnexsane. L absence d nvessseurs nernaonaux, d agences de noaons e de sysème de compensaon avec règlemen/lvrason des res es égalemen un handcap ; - les polques macroéconomques ne proposen pas un envronnemen sable : fore volalé des aux d nérê e des aux de change don les rsques respecfs ne peuven êre couvers par des marchés à erme. 12 Ben Gamra e Plhon (2007) monren que la fable qualé des nsuons, dans le cas des pays émergens, accroî la probablé d une crse bancare. 13 Menkhoff e Suwanaporn (2007) rappellen qu un ceran nombre de réformes a éé engagé noammen en Thaïlande sur les noons de régulaon e de supervson du sysème bancare. Même s la Thaïlande peu encore êre placée dans les économes des d endeemen, les marchés fnancers prennen une place crossane. 13

14 Takeush (2006) monre que s la alle des marchés fnancers locaux a doublé depus 1998, l exse de rès grandes dsparés enre les pays. Ces dsparés concernen les conrôles de capaux, la fscalé des placemens, la lqudé e l anmaon des marchés e l organsaon générale d un marché fnancer. De plus, les faceurs nsuonnels vennen parfos aggraver la suaon ou l empêchen de s amélorer. Comme le monren Echengreen e Luengnaruemcha (2004) e Bae e al (2006), le développemen fnancer es subordonné au développemen nsuonnel. Le manque d ncaons e de garanes vs-à-vs des nvessseurs nernaonaux frene le développemen de ces marchés fnancers. Parallèlemen à ceux-c, c es-à-dre concernan auss ben le comparmen acons ou oblgaons (prvées), nous consaons le développemen des marchés des oblgaons publques (Gynelberg e al, 2006 ; Sundaresan, 2006). S, en Europe, le développemen d un el marché n a pas empêché l expanson des marchés de res prvés (Nerop, 2006), l semblera que ce so le cas en Ase. L essor des marchés des res publcs bloquera le processus de développemen des marchés des res prvés car ls offrraen plus de garanes e de sablé malgré quelques défaus, noammen sur les noes arbuées par les agences de noaon e les devses ulsées pour ces émssons de res (Keller, 2006 ; Ksselev e Packer, 2006). Dans ce bu, Park e Rhee (2006) proposen d harmonser les dfférenes règles des agences de noaon e la créaon d agences de noaon asaques qu devraen noer les empruns éms. 5. Résulas 5.1. Présenaon des données Nore éude concerne les 9 pays d Ase de l Es suvans : la Chne, la Corée du Sud (la Corée par la sue), Hong Kong, l Indonése, le Japon, la Malase, les Phlppnes, Sngapour e la Thaïlande. Ce chox es jusfé par les lens économques (Gullaumn, 2008) e commercaux (Kwan, 2005 ; Bajou e al, 2006) e les dfférenes naves fnancères enreprses ces dernères années (cf. nfra). Tawan a éé volonaremen écaré de l échanllon éan donné son sau polque parculer e les quesons sur son devenr. Des pays comme le Venam, le Laos, Myanmar (ancennemen la Brmane) e le Cambodge on éé supprmés de l échanllon pour des quesons relaves à la dsponblé e à la fablé des données. L nroducon de ces pays aura enraîné un panel non cylndré. Nous esmons par alleurs qu une elle suppresson ne crée pas un bas de cylndrage éan donné leurs fables ouverures vs-à-vs de leur vosn, de la régon e du monde, an du pon de vue commercal que fnancer. 14

15 Les données concernées son celles des aux d nvesssemen e d épargne domesques en pourcenage du PIB. Elles son annuelles, de 1988 à 2006, e provennen des World Developmen Indcaors de la Banque mondale. Nous chosssons de démarrer l éude en 1988 car le processus de lbéralsaon fnancère es nervenu dans ces pays enre 1983 e 1986 mas l année 1988 es généralemen reenue comme dae à parr de laquelle elle es effecve (Fukasaku e Marneau, 1999). Cerans aueurs on effecué des ravaux avec cee mesure à la Feldsen-Horoka, que ce so sur des données emporelles (Snha, 2002 ; Km e al, 2007) ou sur des données de panel (Isaksson, 2001 ; Km e al, 2005). Mas ces éudes couvraen un espace emporel conséquen, débuan noammen largemen avan la décenne Même s des souspérodes on éé éudées, les années 1960 e 1970, vore une pare des années 1980, apporen mons d nformaons en erme d négraon fnancère que les années 1990 e Par alleurs, horms, en pare, les éudes de Km e al (2005) e Km e al (2007), ces éudes ne concernaen pas les pays d Ase de l Es. Le ableau 1 présene quelques sasques relaves aux aux d nvesssemen e d épargne pour ces pays. Tableau 1 : raos d nvesssemen e d épargne en % du PIB Moyenne sur la pérode Pays I / Y S / Y S I Y Chne 32,56 38,58 6,01 Corée du Sud 33,37 35,33 1,96 Hong Kong 26,64 32,30 5,66 Indonése 24,55 29,92 5,37 Japon 28,23 29,97 1,74 Malase 31,34 40,75 9,41 Phlppnes 20,61 17,07-3,54 Sngapour 32,25 46,44 14,19 Thaïlande 31,94 33,67 1,73 Ase de l Es e Pacfque 30,91 35,75 4,84 UEM 20,85 22,26 1,41 Éas-Uns 18,04 16,36-1,68 Noe : l Ase de l Es e Pacfque es composée des pays suvans : Ausrale, Brune, Cambodge, Chne, Fdj, Polynése françase, Guam, Hong Kong, Indonése, Japon, Krba, Corée du Nord, Corée du Sud, Laos, Macao, Malase, îles Marshall, Mcronése, Mongole, Myanmar, Nouvelle-Calédone, Nouvelle-Zélande, Samoa amércanes, îles Marna du Nord, Palau, Papouase Nouvelle Gunée, Phlppnes, Samoa, Sngapour, îles Salomon, Thaïlande, Tmor, Tonga, Vanuau e Venam. Source : World Developmen Indcaors, Banque mondale. 14 Vor, par exemple, Bausa e Maveyraud-Trcore (2008) pour une synhèse. 15

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

Émissions d obligations rachetables :

Émissions d obligations rachetables : Émssons d oblgaons racheables : movaons e rendemens oblgaares mplqués Maxme DEBON Franck MORAUX Parck NAVATTE Unversé d Evry Unversé de Rennes Unversé de Rennes & LAREM & CREM & CREM Ocobre 2 Absrac Après

Plus en détail

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête N o -00-XIF au caalogue echnques d'enquêe 005 Commen obenr d aures rensegnemens oue demande de rensegnemens au suje du présen produ ou au suje de sasques ou de serces connexes do êre adressée à : Dson

Plus en détail

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM) Modèles de Rsques e Solvablé en assurance Ve Kalwasser errne Le Mone erre Auoré de Conrôle des Assurances e des Muuelles (ACAM 6, rue abou 75436 ARIS CEDEX 9 él. : + 33 55 5 43 5 fax : + 33 55 5 4 5 perrne.kalwasser@acam-france.fr

Plus en détail

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18 Deparmen of Fnance Mnsère des Fnances Workng Paper Documen de raval Conrôle des émssons de GES à l ade d un sysème de perms échangeables avec allocaon basée sur la producon Une analyse en équlbre général

Plus en détail

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules»

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules» Arcle «Modèle Baésen de arcaon de l assurance des loes de véhcules» Jean-Franços Angers, Dense Desardns e Georges Donne L'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004, p. 53-303. Pour cer ce arcle, ulser l'normaon

Plus en détail

0707 70 70 Lot-sizing Résumé :

0707 70 70 Lot-sizing Résumé : 77 7 7 2 Lo-szng Résumé : L améloraon de la qualé des servces logsques es la garane essenelle pour la réalsaon de l avanage de ces servces, l augmenaon du nveau de sasfacon des clens e l améloraon de la

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application Regonal Wnd Speed Evoluon Idenfcaon and Longerm Correlaon Applcaon Idenfcaon de l évoluon régonale de la vesse du ven e applcaon à la corrélaon long erme B. Buffard, Theola France, Monpeller Exernal Arcle

Plus en détail

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans Dares Analyses décembre 13 N 79 publcaon de la drecon de l'anmaon de la recherche, des éudes e des sasques La réparon des hommes e des femmes par méers Une basse de la ségrégaon depus 3 ans Les femmes

Plus en détail

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE ours hème VIII.3 ONVSION SAIQU D'ÉNGI 3- Famlles de conversseurs saques Suvan le ype de machne à commander e suvan la naure de la source de pussance, on dsngue pluseurs famlles de conversseurs saques (schéma

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

L intégration intra-régionale des marchés boursiers de l Europe du sudest : une analyse multivariée

L intégration intra-régionale des marchés boursiers de l Europe du sudest : une analyse multivariée Busness School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Wokng Pape 24-29 L négaon na-égonale des machés bouses de l Euope du sudes : une analyse mulvaée Khaled Guesm Duc Khuong Nguyen hp://www.pag.f/f/accuel/la-echeche/publcaons-wp.hml

Plus en détail

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique 4 Snhèse mxe H /H par reor d éa saqe SLH SLH, ENS RZELER Laboraore d nalse e commandes des ssèmes, LS-EN amps nversare, P 37 Le belvédère ns - nse Laboraore d nalse e rchecre des Ssèmes, LS-NRS 7 vene

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAYS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAYS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA Unvesé de Monéal Faculé des As e des Scences Dépaemen des Scences Economques ANALSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA Rappo de echeche pésené pa :

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE ANNEE I TRANSFORMEE DE LAPLACE Perre-Smon Lalace, mahémacen franças 749-87. Lalace enra à l unversé de Caen a 6 ans. Très ve l s néressa aux mahémaques e fu remarqué ar d Alember. En analyse, l nrodus

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA Décembre 2011 Volume 6, No.2 (pp. 115-131) Zouher Abda Revue Congolase d Econome Intégraton fnancère et crossance économque : évdence emprque dans la régon MENA Zouher ABIDA * Résumé: L objectf de cet

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou LCTICIT Analys ds sgnaux ds crcus élcrqus Mchl Pou Chapr 13 égms ransors ds crcus C L don 14/3/214 Tabl ds maèrs 1 POUQUOI T COMMNT?...1 2 GIMS TANSITOIS DS CICUITS C T L....2 2.1 xponnll décrossan....2

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement.

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement. Choix d ives i s s eme e cer iude 1 Chapire 1 Choix d ivesissemes e ceriude. Défiiio L es décisios d ivesissemes fo parie des décisios sraégiques de l erepris e. Le choix ere différes projes d ivesisseme

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb Global Journal of Management and Busness Research Volume Issue Verson.0 November 20 Type: Double Blnd Peer Revewed Internatonal Research Journal Publsher: Global Journals Inc. (USA) Onlne ISSN: 2249-4588

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs Documents de traval «La taxe Tobn : une synthèse des travaux basés sur la théore des jeux et l économétre» Auteurs Francs Bsmans, Olver Damette Document de Traval n 2012-09 Jullet 2012 Faculté des scences

Plus en détail

COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE

COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE Por ne ommnaon responsable Toe ampagne de ommnaon a n réel mpa sr l envronnemen : onsommaon d énerge e de ressores, prodon de déhes, pollons ndrees. L éo-ommnaon a por b

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB RECRUTEMENT D UN CONSULTANT INDIVIDUEL POUR LA REALISATION DE L ETUDE SUR LA PORTABILITE SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS EN REPUBLIQUE DU CONGO

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Ecole des JDMACS, Angers, 19-21 Mars 2009 Commande prédictive : interaction optimisation commande

Ecole des JDMACS, Angers, 19-21 Mars 2009 Commande prédictive : interaction optimisation commande Par : Inrodcon à la ommand Prédcv Ecol ds JDMAS, Angrs, 9- Mars 009 ommand prédcv : nracon opmsaon command Plan d la présnaon. Inrodcon. Qls rpèrs. Phlosoph. s concps d la ommand Prédcv. Prncps d bas.

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

Le document unique : Évaluation des risques pour la Santé et la Sécurité des travailleurs.

Le document unique : Évaluation des risques pour la Santé et la Sécurité des travailleurs. GETION DE RIQUE Le domen nqe : Évalaon des rsqes por la ané e la éré des ravallers. L Employer do respeer ses oblgaons en maère de sané e de séré a raval. Conformémen ax prnpes générax de prévenon nsrs

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain Global Journal of Managemen and Business Research : c Finance Volume 14 Issue 1 Version 1.0 Year 2014 Type: Double Blind Peer Reviewed Inernaional Research Journal Publisher: Global Journals Inc. (USA)

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Le développement de l assurance des catastrophes naturelles: facteur de développement économique

Le développement de l assurance des catastrophes naturelles: facteur de développement économique ARTICLES ARTICLES PROFESSIONNELS ACADÉMIQUES PROFESSIONAL ACADEMIC ARTICLES ARTICLES Assurances e gesion des risques, vol. 79(1-2), avril-juille 2011, 1-30 Insurance and Risk Managemen, vol. 79(1-2), April-July

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un But Une Fo MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de traval N 03 GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET FINANCEMENT DES ECONOMIES DE

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

Consumer Price Index (December 2005 = 100) Methodological foundations

Consumer Price Index (December 2005 = 100) Methodological foundations Consumer Prce Index (December 25 = 1) Mehodologcal foundaons Neuchâel, 28 The Swss Sascs seres publshed by he Federal Sascal Offce (FSO) covers he followng felds: Sascal Base and Overvews 1 Populaon 2

Plus en détail

Fonction dont la variable est borne d intégration

Fonction dont la variable est borne d intégration [hp://mp.cpgedpydelome.fr] édié le 1 jille 14 Enoncés 1 Foncion don la variable es borne d inégraion Eercice 1 [ 1987 ] [correcion] Soi f : R R ne foncion conine. Jsifier qe les foncions g : R R sivanes

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Le «Scoring» LOGISTIQUE

Le «Scoring» LOGISTIQUE Le «Scorng» LOGISTIQUE Clre eler Acure ISFA 996 Le 7//009 _clre@yhoo.fr Dns leur qus olé, les nques e orgnsmes fnncers ulsen l nlyse our rédre s un emruneur fer défu ou non e rendre ensue l décson rorée

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail