MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES"

Transcription

1 Un Peuple - Un But Une Fo MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de traval N 03 GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET FINANCEMENT DES ECONOMIES DE L UEMOA Aout 2007

2 Geston du rsque de crédt et fnancement des économes de l UEMOA Août 2007 Fatou DIANE Mouhamadou B. DIOP 1 RESUME Il est ben connu dans lttérature que le partage de l nformaton amélore les condtons d accès au crédt en rédusant les problèmes de sélecton adverse et d aléa moral. Ce paper a ms en exergue le rôle détermnant du dspostf de partage de l nformaton et le respect des normes nternatonales d audt dans la réducton des dffcultés d accès au crédt. D autre part, les estmatons ont également montré que les banques commercales devraent plus renforcer l explotaton des nformatons sur les détenteurs de comptes complées par la Banque Centrale. Classfcaton JEL: D82, G21, G28. Mots Clés: Dffuson de l nformaton, marché du crédt, geston du rsque. ABSTRACT Theory predcts that nformaton sharng among lenders contrbutes to the elmnaton of adverse selecton and moral hazard phenomena and can therefore ncrease lendng and reduce default rates. Among others factors, ths paper ponts out the role of sharng nformaton and the respect of nternatonal accountng standards (external audtors) to overcome the dffcultes of credt access n West Afrcan Economc and Monetary Unon. Moreover, commercal banks must explot more the compled nformaton n publc regster. JEL Classfcaton: D82, G21, G28. Keywords: Informaton sharng, credt market, rsk management. 1 Drecton de la Prévson et des Etudes Economques (DPEE). Nous tenons à remercer Sushmtha NARSIAH et Mamadou NDIONE pour le souten qu ls nous ont apporté dans la collecte des données ans que certans lecteurs anonymes. Les erreurs et mprécsons ans que les ponts de vue sont les nôtres et n engagent en aucun cas la DPEE 2

3 SOMMAIRE TABLES DES ILLUSTRATIONS... 4 INTRODUCTION... 5 Secton 1 : Fats stylsés et aperçu du système fnancer dans les pays de l UEMOA Le système bancare de l UEMOA La geston de l nformaton par la Banque Centrale Secton 2 : Cadre théorque et emprque de la geston du rsque Eléments théorques Etudes emprques Secton 3 : La Modélsaton Présentaton du modèle Descrpton des varables explcatves a Varables mesurées au nveau du pays b Varables ndvduelles Secton 4 : Résultats Résultats de la Modélsaton de la varable Acces par les deux méthodes retenues Résultats de la Modélsaton de la varable Coût par les deux méthodes retenues CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS REFERENCES ANNEXE

4 TABLES DES ILLUSTRATIONS Tableau 1 : Utlsatons des crédts déclarées à la Centrale des rsques en Décembre : UEMOA... 9 Tableau 2 : Utlsatons des crédts déclarées à la Centrale des rsques en Décembre : Côte d Ivore... 9 Tableau 3 : Utlsatons des crédts déclarées à la Centrale des rsques en Décembre : Sénégal Tableau 4 : Taux de couverture (% d adultes) Tableau 5 : Accès au fnancement (Probt ordonné) Tableau 6 : Accès au fnancement (Modèle bnare) Tableau 7 : Coût du fnancement (Probt ordonné) Tableau 8 : Coût du fnancement ( Probt bnare) Tableau 9 : Régresson smple avec 4 varables explcatves Tableau 10 : Introducton des varables talle, PROP et GDP Tableau 11 : Varable talle scndée en deux : MEDIUM ET LARGE Tableau 12 : Introducton des varables crosées : AUDIT*IS et AGE*IS Tableau 13 : Régresson smple avec 7 varables Tableau 14 : Regroupement de MEDIUM ET LARGE en une varable TAILLE Tableau 15 : Introducton de la varable nflaton (INFL) Tableau 16 : Varable dépendante : ACCESS Tableau 17 : Varable dépendante : COST

5 INTRODUCTION Le fnancement des entreprses dans les pays en voe de développement est devenu, de nos jours, prmordal au regard des dffcultés que rencontrent les états à assurer une crossance soutenue et durable. Depus quelques années, les chercheurs et balleurs de fonds s ntéressent à cette source de développement économque. De ces nvestgatons, l ressort le constat d une nsuffsance de fnancement des entreprses locales par le système bancare. En partculer dans la sous-régon, le clmat des affares est caractérsé par le fnancement des projets des entreprses sous fonds propres et un comportement d auto-ratonnement. Ans, les fonds propres fnancent les nvestssements et les besons en fonds de roulement à plus de 50% dans presque tous les pays de l UEMOA, en rason du fable accès des entreprses au système bancare. En effet, au Sénégal, 64% des entreprses ont accès au crédt, 38% des entreprses manufacturères bénnoses déclarent avor accès à des fnancements bancares tands qu au Mal, ce chffre s établt à 55%. Cette contrante dépend, entre autre, de la talle de l entreprse ; les grandes entreprses éprouvent mons de dffculté d accès au crédt car elles sont aptes à fournr des nformatons fnancères aux prêteurs d où la relaton complexe qu prévaut entre prêteurs et emprunteurs. Dès lors, l est mportant d évoquer qu une large parte de la lttérature économque s est ntéressée aux problèmes d asymétre d nformaton qu exstent entre ces deux partes, problèmes qu aboutssent généralement à un ratonnement du crédt d où le recours à d autres sources de fnancement par les entreprses. Ce ratonnement ans que les taux d ntérêt élevés découlent de l ncapacté des banques à obtenr les bonnes nformatons mas également à contrôler les actons des emprunteurs après octro du crédt. Pour reméder à ces problèmes nformatonnels, les travaux théorques et emprques ont opposé le mécansme de partage de l nformaton. Ce système d échange est sot contrôlé par les banques centrales sous forme de regstres publcs, sot par le prvé et dans ce cas l est géré par les bureaux prvés de crédt qu opèrent pour le compte des nsttutons fnancères. Ans, l objet de ce paper est de détermner les prncpaux facteurs explcatfs des contrantes d accès au crédt des entreprses de la sous-régon mas également de tester l hypothèse d une améloraton du fnancement des entreprses va une bonne explotaton du dspostf de partage de l nformaton. 5

6 Le reste de l artcle s organse comme sut. Dans la secton 1, les fats stylsés ans qu un état des leux du marché de crédt dans la zone UEMOA sont présentés. La secton 2 expose les cadres théorque et emprque de la geston du rsque de crédt. La secton 3 fat une Descrpton des varables utlsées dans la modélsaton. La modélsaton proprement dte est tratée dans la secton 4. La secton 5 analyse les résultats. Enfn les recommandatons ssues des recherches ans que la concluson sont contenues dans la secton 6. 6

7 Secton 1 : Fats stylsés et aperçu du système fnancer dans les pays de l UEMOA Cette premère secton du traval décrt les condtons de fnancement bancare de l économe des pays de l UEMOA et a pour prncpal objectf de fournr un cadre aux dfférents acteurs ntervenant dans le secteur fnancer, leur permettant de fare l état des leux du fnancement bancare de l économe dans les pays de l UEMOA et de rechercher des solutons approprées aux dffcultés d accès des agents économques au crédt bancare. A cet égard, les réflexons devaent permettre de : - cerner les causes essentelles de l nsuffsance et du coût jugé élevé du fnancement bancare de l économe dans les Etats membres de l UEMOA, au regard notamment des condtons d accès des agents économques, en partculer des PME/PMI, au crédt bancare. L analyse crtque de ces causes devrat porter, entre autres, sur l examen de l envronnement soco-économque et judcare dans lequel évoluent les banques et établssements fnancers de l Unon ans que les autres agents économques; - examner également les pratques bancares en vgueur dans l Unon, dont la rgdté, en partculer les crtères de sélecton des dossers de fnancement ou de la clentèle, et le coût relatvement élevé des nterventons, excluent des servces bancares, une frange mportante de la populaton (noton de sélecton adverse). - aborder ans les questons relatves à la bonne gouvernance (entreprses réglementées encore domnées par le secteur nformel), au bon fonctonnement de l admnstraton judcare (drots des créancers), etc. - formuler des recommandatons précses concernant les actons à envsager à court, moyen et long termes, afn de favorser un fnancement bancare accru des agents économques de l Unon, compatble avec la soldté du système bancare. - Enfn, cette évaluaton devrat déboucher sur des propostons ou recommandatons pertnentes, vsant notamment à amélorer l envronnement du système bancare, en renforçant la confance entre le système bancare et les agents économques, afn de leur faclter l accès aux fnancements bancares à des condtons approprées. 7

8 1.1 Le système bancare de l UEMOA L'évoluton du système bancare de l'unon a été marquée au cours des années 80 par une crse fnancère aguë, qu s'est tradute notamment par la dsparton de près du quart de l'effectf des banques et établssements fnancers. Aujourd'hu, globalement assan au prx d'une vgoureuse poltque de restructuraton, le réseau bancare de l'uemoa est consttué de 79 banques et 19 établssements fnancers en actvté en fn 2005 dont le captal est contrôlé à hauteur de 38.5% par des ntérêts natonaux et à 61.5% par des nvestsseurs étrangers. Les succursales et flales de banques étrangères jouent un rôle relatvement mportant dans l'ntermédaton bancare ; en partculer sept prncpaux groupes domnent le système bancare de l'unon. Il s'agt du groupe BNP/Parbas, de la Socété Générale, du Crédt Lyonnas, de la Belgolase, de Ctbank-NA, d'ecobank et de Bank of Afrca, qu contrôlent la plupart des établssements de crédt et détennent plus de la moté des parts du marché, à fn décembre L objectf vsé par cette poltque d mplantaton de nouvelles banques est de relever le nveau de bancarsaton de l économe de la sous-régon, d amélorer l accès des populatons aux servces fnancers, de lutter contre la pauvreté et de promouvor la crossance par l améloraton du fnancement des actvtés économques. L'actvté bancare est exercée à travers quelque 768 guchets, sot un rato de couverture géographque d'envron 1 guchet pour habtants. Par alleurs, avec un total de détenteurs de comptes bancares à fn décembre 2005, à comparer avec une populaton totale de 79.9 mllons d'habtants 2, l'unon affche un fable taux de bancarsaton de sa populaton, sot mons de 4%. Au vu de la nature de leurs actvtés, envron 87.9% de l'effectf des banques sont à vocaton unverselle avec 698 guchets contre 12.1% pour les banques spécalsées dans le fnancement de l'agrculture, de l'ndustre ou de l'habtat sot 70 guchets ouverts. Au 31 décembre 2005, les ressources collectées par les banques et établssements fnancers de l'umoa sont étables à mllards de FCFA, dont 82.34% de dépôts et emprunts et 2 Sources : Commsson de l UEMOA, Comté de Convergence et BCEAO, avrl

9 17.36% de fonds propres et autres ressources. Les emplos, quant à eux, se sont chffrés à mllards, sot 80% de crédts à la clentèle. L'analyse sectorelle des utlsatons de crédt fat toujours apparaître une part relatvement fable des fnancements en faveur du secteur prmare, envron 4% des crédts totaux à l économe en fn 2004, alors que ce secteur contrbue à la formaton du PIB à concurrence de 14,5% et concentre plus des deux ters de la populaton actve. Les prncpaux secteurs bénéfcares des crédts restent le commerce qu absorbe 37% des fnancements, les ndustres manufacturères avec 22%, et les servces dvers avec 14%. Tableau 1 : Utlsatons des crédts déclarées à la Centrale des rsques en Décembre : UEMOA Secteurs d actvté Agrculture, sylvculture et pêche 7% 6% 4% 4% Industres extractves 1% 1% 1% 1% Industres manufacturères 23% 24% 22% 22% Electrcté, gaz, eau 3% 3% 4% 4% Bâtments, travaux publcs 4% 4% 4% 4% Commerces, restaurants, hôtels 36% 33% 37% 38% Transports, entrepôts et communcatons 7% 8% 9% 10% Assurances, mmoblers, servces aux entreprses 5% 5% 5% 6% Servces dvers 14% 16% 14% 11% TOTAL 100% 100% 100% 100% Source : BCEAO 3 Tableau 2 : Utlsatons des crédts déclarées à la Centrale des rsques en Décembre : Côte d Ivore Secteurs d actvté Agrculture, sylvculture et pêche 3% 4% 5% 4% Industres extractves Industres manufacturères 29% 28% 28% 28% Electrcté, gaz, eau 2% 3% 3% 3% Bâtments, travaux publcs 1% 2% 2% 2% Commerces, restaurants, hôtels 37% 31% 32% 41% 3 Extrat du Rapport annuel de 2005 de la Commsson Bancare de l UMOA 9

10 Transports, entrepôts et communcatons 9% 11% 11% 13% Assurances, mmoblers, servces aux entreprses 4% 3% 4% 4% Servces dvers 15% 18% 14% 4% TOTAL 100% 100% 100% 100% Source : BCEAO 4 Tableau 3 : Utlsatons des crédts déclarées à la Centrale des rsques en Décembre : Sénégal Secteurs d actvté Agrculture, sylvculture et pêche 3% 3% 3% 3% Industres extractves 1% 1% 0% 0% Industres manufacturères 29% 38% 29% 30% Electrcté, gaz, eau 4% 4% 4% 4% Bâtments, travaux publcs 6% 5% 5% 6% Commerces, restaurants, hôtels 29% 23% 27% 25% Transports, entrepôts et communcatons 7% 7% 7% 7% Assurances, mmoblers, servces aux entreprses 7% 6% 7% 7% Servces dvers 14% 13% 18% 18% TOTAL 100% 100% 100% 100% Source : BCEAO Le système bancare a contrbué sgnfcatvement à l économe de l unon au cours des 5 dernères années du fat d une hausse du volume du crédt qu est passé de 639,6 mllards de FCFA en 2000 à mllards de FCFA en décembre Les crédts à court terme demeurent la forme la plus fréquente des concours bancares accordés. Ils s établssent à mllards en 2005 représentant 61,6% des crédts ordnares contre 26,8% pour les crédts à moyen et long terme 5. La structuraton des crédts à l économe a, dans presque tous les pays de l unon, fat peser de fortes nquétudes sur le souten aux nvestsseurs du secteur bancare. Au total en fn 2005, le secteur bancare fnance le PIB de l'unon à concurrence seulement de 18%. Ce constat de sous-fnancement des actvtés économques, contraste avec les excédents 4 Extrat du Rapport annuel de 2005 de la Commsson Bancare de l UMOA 5 En plus des crédts long, moyen et cout terme, les crédts dvers consttuent un autre poste dans le classement publé par la Banque Centrale et concernant les lgnes octroyées. 10

11 de trésorere de 818 mllards affchés par les banques et établssements fnancers au 31 décembre Plus généralement, c'est l'ensemble des opérateurs économques de l'unon, et tout partculèrement les pettes et mcro entreprses, qu déplorent pérodquement les dffcultés de fnancement auprès du secteur fnancer classque. Cette stuaton est corroborée par les dfférentes enquêtes réalsées dans le cadre de l évaluaton du clmat des nvestssements (ICA Survey). En effet, les résultats de ces enquêtes dans les pays de la sous régon montrent que la plupart des entreprses fnancent leurs nvestssements et leurs fonds de roulement à partr de fonds propres. La part des ressources propres dans les nvestssements et fonds de roulement s élèvent à plus de 80% (entre 82% et 89%) au Mal, plus de 70% au Sénégal et à plus 60% Bénn alors qu elle se stue à 30% en Inde 54% au Ngéra et 45% au Kenya. Cette stuaton explque le fable accès des entreprses au système bancare. En effet, au Sénégal, 64% des entreprses ont accès au crédt, 38% des entreprses manufacturères bénnoses déclarent avor accès à des fnancements bancares tands qu au Mal, ce chffre s établt 55%. Cette contrante dépend, en effet, de la talle de l entreprse ; les grandes entreprses éprouvent mons de dffculté d accès au crédt car elles sont aptes à fournr des nformatons fnancères aux prêteurs. 1.2 La geston de l nformaton par la Banque Centrale Elle consttue, après le respect des ratos de solvablté, la seconde composante de la geston du rsque. Sa mse en œuvre passe par la créaton de deux structures. Les regstres publcs consttuent le premer pler ; ls sont gérés par une entté supra bancare (Banque Centrale). Le bureau prvé de crédt consttue la seconde structure; ce bureau peut être créé par les nsttutons de crédt qu décdent de partager mutuellement les nformatons de leurs clents pour mnmser les problèmes d asymétre d nformaton. Dans le cas partculer des pays de l UEMOA, se trouve au sen de la Banque Centrale des Etats de l Afrque de l Ouest (BCEAO), un servce qu se charge de la centralsaton de tous les rsques lés à l octro de crédt. Ans, à travers une centralsaton de toutes les nformatons relatves aux engagements bancares des entreprses et des partculers, la Centrale des Rsques regroupe chaque mos les encours de crédts de chaque nsttuton de crédt dans un «lvret vert» qu elle met à la dsposton de chaque banque et établssement fnancer. Ce «lvret vert» qu repose sur le dspostf des accords de classements, présente les dfférents clents avec leurs dfférents crédts consents. Ans, ce document permet, entre 11

12 autres, de comparer le nombre de crédts bénéfcant d accords de classement et l encours total de crédts dstrbué par chaque banque, de classer les dfférents crédts par secteur d actvté mas également de fare ressortr la dverson selon la nature des crédts (court, moyen et long terme). A cet égard, chaque banque est tenue de répondre à un questonnare de la banque centrale et de façon régulère. A noter également que la Centrale des Rsques procède à une note qu elle puble à la fn de chaque année vsant à fournr les nformatons nécessares ; ce qu consttue pour le système bancare un outl de suv qualtatf du portefeulle de crédts. Cette note prend en compte la qualté de l entreprse, le système d nformaton comptable utlsé conformément aux dspostons du SYSCOA, la talle de l entreprse selon le chffre d affares et les ncdents enregstrés au cours de l année. En tant qu outl d ade à la décson, le système d nformaton ans ms en place par la Centrale des Rsques permet aux banques de rédure le rsque de crédt dû aux asymétres d nformaton. Ans, l nformaton nécessare mse à la dsposton des nsttutons de crédt va permettre une melleure apprécaton des rsques encourus. Outre la centrale des rsques, la BCEAO compte un autre servce appelé Centrale des Incdents de Paements (CIP). Ce servce a pour vocaton de collecter et de dffuser les ncdents de paements concernant l émsson des chèques, bllets à ordre et cartes bancares. Dans le contexte de restaurer la confance du publc face aux moyens de paements scrpturaux notamment par chèque, bllet à ordre, lettre de change et carte bancare, la CIP veut contrbuer à la promoton de l utlsaton de cette forme de monnae. Apres déclaraton des ouvertures de compte et des nterdctons bancares prononcées sute à des ncdents de paements, les établssements fnancers sont tenus avant toute émsson d un chéquer de se conformer à la réponse de la BCEAO quant à la régularté du clent au sen du système bancare. Ce système permet de sécurser l atmosphère bancare en assurant un envronnement propce à l assanssement des transactons courantes et commercales, mas également de conforter la foncton d ntermédaton fnancère en offrant aux banques un système d dentfcaton des personnes physques et morales recensées et détenteurs de comptes. Cette centralsaton nformatve des ncdents de paements et des rsques au nveau de la Banque Centrale combnée aux efforts consents par les gouvernements dans le cadre de 12

13 l applcaton des drectves du 19 Septembre 2002 de l UEMOA portant sur les mesures de promoton du taux de bancarsaton de la zone et de l utlsaton des moyens de paements scrpturaux, montrent en effet la sensblté des gouvernants au rôle mportant que joue l nformaton fnancère dans le secteur bancare. Les taux de couverture calculés et publés dans les Rapports Dong Busness montrent que les pays dont la légslaton est d orgne anglo-saxonne prvlégent plutôt les bureaux prvés de crédt alors que ceux pour lesquels l obédence est romane ont des regstres publcs même s dans ce domane les pays d Amérque Latne mélangent les deux mécansmes. Concernant l UEMOA, seul le Bénn a attent les 10% en 2006 en termes de couverture des regstres publcs s approchant ans de la France (12.3%) et très lon derrère l Argentne et le Chl. En ce qu concerne la couverture des bureaux prvés de crédt, on peut noter l absence totale de ces structures dans les pays francophones. Ce constat révèle qu l y a des efforts à fare dans le domane de la dffuson de l nformaton dans les pays de l UEMOA pour garantr un marché de crédt vable et stable. Tableau 4 : Taux de couverture (% d adultes) Pays regstres publcs bureaux prvés Sénégal Bénn Burkna Faso Cote d Ivore Mal Togo Gunée Bssau Nger France Maroc Argentne Chl Colombe Etats-Uns Chne Source : Rapport Dong Busness 2005, 2006,

14 Secton 2 : Cadre théorque et emprque de la geston du rsque 2.1 Eléments théorques Il est connu que l échange d nformaton entre établssement fnancers a quatre effets. Il partcpe à l améloraton de la connassance des caractérstques des emprunteurs, à la réducton des rentes nformatonnelles (en renforçant la concurrence entre les banques). D autre part, la dffuson de l nformaton dscplne les emprunteurs et rédut leur propenson au surendettement. Ce rôle détermnant joué par l nformaton dans les marchés de crédt a suscté un ntérêt depus les travaux théorques de Jaffee et Russell (1976), Stgltz et Wess (1981). En effet, une bonne parte de la lttérature a montré que ces problèmes d asymétre d nformaton entre prêteurs et emprunteurs aboutssent à une allocaton neffcace du crédt [ratonnement du crédt et/ou des taux d ntérêt élevés]. En réalté, ces types de problèmes apparassent à deux nveaux dfférents dans la relaton entre prêteurs et emprunteurs. D abord, la premère forme d asymétre arrve lorsque le prêteur gnore certanes nformatons mportantes sur l emprunteur ; face à une telle stuaton, l allocaton des crédts devent neffcace et condut surtout à des problèmes de ratonnement du crédt ou à des taux d ntérêt élevés. En réalté, lorsque le prêteur veut charger un taux d ntérêt élevé, seuls les mauvas payeurs se font sélectonner. Sam et Delorme (2004) ont fat un survol des problèmes d asymétre d nformaton dans les pays émergents et affrment que les banques en présence de sélecton adverse ratonnent le crédt ou demandent aux emprunteurs des contrepartes que peu d entreprses sont capables de fournr s l on consdère que la plupart des entreprses de la zone sont, sot de l nformel, sot de talle pette. Le second problème apparaît après l octro du prêt. Pluseurs stuatons d asymétre d nformaton peuvent se présenter ; elles peuvent être résumées comme sut : - sot l emprunteur dssmule ses efforts au prêteur ou décde de déployer les fonds vers d autres projets non dentfés lors du montage fnancer ; - sot l emprunteur cache ses résultats à la banque. Dans tous ces cas, on parle d aléa moral. 14

15 Au début des années 80, la lttérature s est massvement développée mas la premère démarche rgoureuse permettant la possblté de rédure les problèmes de sélecton adverse va le mécansme d échange d nformaton revent à Pagano et Jappell (1993). Selon ces derners, le partage d nformaton partcpe à l améloraton de la sélecton des emprunteurs, donne une ndcaton de leurs rsques de défaut, basse le taux d ntérêt et renforce la compétton entre prêteurs en lmtant les rentes nformatonnelles. Dans leur modèle, chaque banque détent une nformaton prvée sur ses clents et aucune donnée sur ceux des autres vlles. Ans, elles font face à une stuaton de sélecton adverse. Ans lorsque les banques échangent des nformatons sur leurs clents, elles dmnuent les problèmes de sélecton adverse qu se posaent jads. Il découle de ce clmat d échange la basse du taux de défaut. D autre part, ces mêmes auteurs montrent que l mpact sur les crédts est assez ambgu en ce sens que la hausse des prêts pour les bons payeurs serat compensée par une basse des prêts accordés aux mauvas emprunteurs. Pour ce qu est de l aléa moral, les travaux de Padlla et Pagano (2000) révèlent que la dffuson de l nformaton entre prêteurs a un rôle dscplnant. En effet, lorsqu un emprunteur fat défaut alors l envoe un sgnal de mauvase réputaton et ses demandes de prêts futurs sont sot refusées sot obtenues à un coût très élevé. Un tel dspostf rédut les rsques de défaut et augmente le volume de crédt. Récemment, Jappell et Pagano (2005) ont prouvé que la dffuson d nformaton partcpe à la réducton des problèmes de sélecton adverse sur deux aspects. D abord, elle amélore la connassance des caractérstques des clents et rédut l endettement des emprunteurs. Un autre aspect mportant de la dffuson de l nformaton, ms en exergue par Padlla et Pagano (1997), est la lmtaton du phénomène de hold up [rente nformatonnelle]. En effet, lorsque la banque entretent d ancennes relatons avec un emprunteur, elle en tre une nformaton prvlégée et exerce un certan pouvor de marché. Ces auteurs montrent que la dffuson de l nformaton permet de renforcer la concurrence entre banques et lmte le monopole de la banque. Ans, le taux d ntérêt basse ans que les probabltés de défaut et on obtent des prêts plus élevés qu en stuaton d absence de partage d nformaton. Cependant, l est ntéressant de sgnaler que ce mécansme peut être lmté lorsqu une banque 15

16 ne coopère pas dans la dffuson de l nformaton 6 [free rder] en voulant conserver la rente nformatonnelle d où l mportance de la régulaton publque. 2.2 Etudes emprques Depus les travaux de Pagano et Jappell (1993) et Padlla et Pagano (2000), un nombre élevé d études ont été réalsées pour tester l hypothèse de la dffuson de l nformaton. En effet, ces études peuvent être regroupées en deux approches. La premère catégore utlse des données ndvduelles et la seconde a recours aux données macroéconomques. Chandler et Parker (1989), Barron et Staten (2003), Kallberg et Udell(2003), Powell et al. (2004), Luoto et al. (2004) ont montré que l explotaton des nformatons centralsées par les bureaux prvés de crédt permet une melleure prévson des rsques défaut des emprunteurs. En testant une relaton postve entre partage de l nformaton et faclté d accès au fnancement sur 43 pays, Jappell et Pagano (2002) ont prouvé que le marché de crédt est plus performant dans les pays où la dffuson de l nformaton état ben étable ; de surcroît, dans ces mêmes pays, les taux de défaut étaent les plus fables. Dans ce même sllage, Brown et al. (2006) ont révélé que l échange d nformaton permet un melleur accès aux crédts des frmes ans qu une réducton des coûts de crédt dans les pays communstes (Europe de l Est et ancennes républques sovétques). Les travaux de Galndo et Mller (2001) s nscrvent dans le même sens. Au plan macroéconomque, Djankov et al. (2006), réalsant une étude sur les détermnants du crédt prvé dans 129 pays consttués auss ben de pays pauvres et de pays rches, ont montré que la dffuson de l nformaton en est un facteur clé. 6 Lorsque le marché n est pas segmenté où qu l n y a pas de lmtaton à l entrée, les banques peuvent avor des atttudes à ne pas partcper à la dffuson d nformaton. 16

17 Secton 3 : La Modélsaton Les dfférentes approches proposées dans cette parte s nspre de Brown et al. (2006), Jappell et Pagano (2002) et Jappell et Pagano (2005). Elles relent les problèmes d accès au crédt et les coûts de fnancement aux caractérstques de la frme telles que sa talle, son secteur d orgne, le respect des normes nternatonales de geston etc., l envronnement macroéconomque (nflaton), PIB par tête et la varable d ntérêt qu est c le partage de l nformaton. En effet, deux types de modèles sont proposés. D abord, le modèle polytomque est analysé pus l est queston du modèle bnare obtenu après regroupement de la varable endogène. Dès lors, elle prend 1 s l y a contrante d accès ou de coût au fnancement et zéro snon Présentaton du modèle Cas du modèle polytomque ordonné Ce modèle est une varante des modèles ordonnés qu sont utlsés lorsque les valeurs prses par la varable multnomale correspondent à des ntervalles dans lesquels va se trouver une seule varable latente nobservée contnue. Ans, la varable dépendante y prend m modaltés ordonnées les unes par rapport aux autres. Dans un premer temps, nous allons explquer les contrantes d Accès au fnancement bancare représenté c par la varable observée y qu est la manfestaton d une varable latente nobservée y *. Dans un second temps, les contrantes lées au Coût sont explquées par la varable z selon la même spécfcaton que y. La varable y prend la valeur 1 s l y a des obstacles majeurs, 2 lorsque les obstacles sont modérés, 3 en présence de problèmes mneurs et 4 s l n y a aucune dffculté. Dès lors, les varables latente et observée sont relées par la transformaton suvante : y 1 s y c 2 s c y c = 3 s c 3 y c 4 s c 4 y 17

18 Par alleurs, on a : y = X β + σ ε et c1 = et c5 = + ε est une erreur dont la dstrbuton F est supposée connue et X est le vecteur de varables explcatves dont la descrpton est réservée dans la secton suvante. c j+ 1 x β c j x β Rappelons que P y = j X = x = P c j y c j X = x = F F σ σ Ans, la log-vrasemblance s écrt comme sut : l N c y x β c y x β c,, = ln F F = 1 σ σ + 1 ( β σ ) Cas de la varable endogène bnare Dans cette parte, un regroupement de la varable endogène est opéré. Dans cette étude, avec la modélsaton des contrantes lées à l accès au fnancement bancare (respectvement aux coûts), la varable y (respectvement z ) prend la valeur untare s l y a contrante d accès au crédt (respectvement de coût de fnancement élevé) et zéro snon. Sot un échantllon d observatons de N pars de varables (, ) où { 0,1} y et y X, =1,., N, K X R est un vecteur de varables explcatves. Ans, on a : 1 s y 0 y = 1{ y 0} = avec y = X β + ε 0 s y 0 * y : Varable latente généralement nobservée. β : Vecteur de paramètres à estmer X : Vecteur de varables explcatves Dès lors, on peut calculer la log-vrasemblance va le calcul des probabltés d occurrence des événements : ( ) P y = 1 X = x = F xβ N ( ) = 1 Et l ( β ) = y F ( x β ) + ( 1 y ) 1 F ( x β ) Les technques classques postulent que la dstrbuton des erreurs est sot gaussenne et on parle de modèle probt, sot logstque et on parle dans ce cas de modèle logt. Cependant, une 18

19 telle hypothèse peut aboutr à une mauvase spécfcaton d où le recours aux méthodes non et sem paramétrques. On a : = 1 ( ) N ˆ β = arg max y Fˆ x β + 1 y 1 Fˆ x β β ( ) ( ) ( ) 3.2. Descrpton des varables explcatves Dans cette secton, l est queston de défnr les varables utlsés dans nos travaux emprques. En effet, deux varables sont à explquer : Acces et Cost (se conférer à la spécfcaton). Quant aux varables explcatves, elles sont de deux types ; une premère catégore mesurée au nveau du pays et une seconde qu relève des ndvdus. 3.2.a Varables mesurées au nveau du pays Cette catégore de varables est composée de l ndce du partage de l nformaton qu est la varable clé de l étude et des varables captant la stuaton macroéconomque (nflaton, PIB par tête). L ndce du partage de l nformaton est mesuré dans la plupart des études rencontrées par une varable bnare (Djankov et al. (2006)) ou polytomque (Brown et al. (2006)). Par contre, dans cette étude, elle est mesurée par le taux de couverture des regstres publcs calculé dans le cadre des enquêtes Dong Busness de la Banque Mondale. Ce chox s appue sur deux rasons. D abord, dans les pays étudés, l unque forme de dffuson d nformaton recensée est le regstre publc et la seconde rason est plutôt d ordre technque; en effet, une façon de mesurer le partage de l nformaton est le recours aux varables bnares qu, dans certanes crconstances, pose des problèmes de mult-colnéarté. Selon l enquête Dong Busness, le taux de couverture des regstres publcs, qu est la varable «IS» est défn comme étant le nombre d ndvdus au sens large (entreprses en personnes) dont on a les nformatons sur leurs emprunts et l hstorque du paement de leurs dettes ; l ensemble de ces ndvdus est lsté sur un regstre publc géré par la Banque Centrale. Ce taux est calculé par rapport à la populaton adulte. Il donne une bonne ndcaton sur le système de dffuson de l nformaton d un pays. La revue de la lttérature théorque et en partculer les travaux de Pagano et Jappell (2000) a montré que la dffuson de l nformaton permet de rédure les problèmes d asymétre de l nformaton rencontrés dans le marché du crédt et elle rédut par conséquent les contrantes d accès au fnancement. 19

20 Par alleurs, l est ntrodut dans cette famlle de varables des ndcateurs au plan natonal pour contrôler les dfférences de performance macroéconomque. En effet, plus la stuaton macroéconomque est favorable («GDP»), plus les entreprses ont des facltés d accès au crédt tands que l nflaton («INFL») a plutôt un effet négatf sur l accès au fnancement. Ces varables macroéconomques ont été trées de World Development Indcators de b Varables ndvduelles Les autres composantes du vecteur de varables utlsé dans notre spécfcaton relèvent des caractérstques des entreprses. Ces varables et les contrantes d accès au fnancement pour contrôler les varatons de rsque de crédt à travers les entreprses. En effet, l s agt de l âge de la frme, de sa talle mas également de la fablté des comptes de l entreprse par une vérfcaton de ces comptes par un cabnet d audt et du secteur d actvté. La talle est mesurée par tros varables bnares défnes par le nombre d employés que compte l entreprse. Pour ce qu est de la premère mesure, l entreprse est qualfée de pette talle («SMALL») lorsqu elle a entre 1 et 49 employés, moyenne («MEDIUM») pour une populaton de 50 à 249 travalleurs et fnalement elle est consdérée comme une grande entreprse («LARGE») s elle a plus de 250 employés. Cette répartton s nspre des travaux de Brown et al. (2006). D autre part, l âge («AGE») de l entreprse est calculé par la dfférence entre la date d exécuton de l enquête et la date d établssement de l entreprse. Ces deux varables partcpent à la réducton des contrantes de fnancement de l entreprse. En effet, plus l entreprse est grande, plus elle a des facltés de crédt surtout dans nos économes ; dans ce même sllage, l ancenneté de l entreprse lu permet de jour d une bonne notorété auprès des établssements de crédts. Par alleurs, une autre varable qu donne une vsblté de l entreprse auprès du système fnancer est la varable «AUDIT». Bnare, elle ndque s l entreprse a fat audter ses comptes par un cabnet ou non. L audt des comptes d une entreprse permet d obtenr une nformaton fnancère plus sure et devrat partcper à la réducton des problèmes d asymétre de l nformaton. Et enfn, cette secton s achève par la présentaton des varables qu tratent du nveau d nstructon du proprétare («ETUDE») et de la nature de l actonnarat («PROP»). La varable «ETUDE» permet de tester s le nveau d nstructon du proprétare. Elle consttue un sgnal qu permet aux structures fnancères de faclter l accès 20

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA Décembre 2011 Volume 6, No.2 (pp. 115-131) Zouher Abda Revue Congolase d Econome Intégraton fnancère et crossance économque : évdence emprque dans la régon MENA Zouher ABIDA * Résumé: L objectf de cet

Plus en détail

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb Global Journal of Management and Busness Research Volume Issue Verson.0 November 20 Type: Double Blnd Peer Revewed Internatonal Research Journal Publsher: Global Journals Inc. (USA) Onlne ISSN: 2249-4588

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (empa) Maur t an a Mar s2011 LeeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Républ quedu Sénégal Ma2010 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement Scorng sur données d entreprses : nstrument de dagnostc ndvduel et outl d analyse de portefeulle d une clentèle Mrelle Bardos Ancen chef de servce de l Observatore des entreprses de la Banque de France

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes Étranglement du crédt, prêts bancares et poltque monétare : un modèle d ntermédaton fnancère à projets hétérogènes Mngwe Yuan et Chrstan Zmmermann Introducton et objet de l étude Par étranglement du crédt

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires HEC Montréal Afflée à l Unversté de Montréal La Quantfcaton du Rsque Opératonnel des Insttutons Bancares par Hela Dahen Département Fnance Thèse présentée à la Faculté des études supéreures en vue d obtenton

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

22 environnement technico-professionnel

22 environnement technico-professionnel 22 envronnement technco-professonnel CYRIL SABATIÉ Drecteur du servce jurdque FNAIM Ouverture du ma IMMOBILIER, OÙ 1 Artcle paru également dans la Revue des Loyers, jullet à septembre 2007, n 879, p. 314

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le frut d'un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l'ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

GATE Groupe d Analyse et de Théorie Économique DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24. Préférences temporelles et recherche d emploi

GATE Groupe d Analyse et de Théorie Économique DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24. Préférences temporelles et recherche d emploi GATE Groupe d Analyse et de Théore Économque UMR 5824 du CNRS DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24 Préférences temporelles et recherche d emplo «Applcatons économétrques sur le panel Européen

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION?

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Anne PERRAUD (CRÉDOC) Phlppe MOATI (CRÉDOC Unversté Pars) Nadège COUVERT (ENSAE) INTRODUCTION Au cours des dernères années, de nombreux

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE - 1 - ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE 5453F QC FR-2010/01 Taux fxe Le. Devant M e, notare soussgné pour la provnce de Québec, exerçant à. ONT COMPARU : ET : (C-après parfos appelé dans le présent Acte l «emprunteur»

Plus en détail

Méthodologie version 1, juillet 2006

Méthodologie version 1, juillet 2006 Méthodologe verson, ullet 2006 Tendances Carbone résente chaque mos sx groues d ndcateurs :. Synthèse du mos 2. Clmat 3. Actvté économque. Energe 5. Envronnement nsttutonnel 6. Tableau de bord Ce document

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES Gude destné au mleu muncpal québécos NOVEMBRE 2013 Coordnaton : Martn Cormer,

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT

OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT Etudes en Econoe Islaque, Vol. 6, Nos. & (-7) Mouharra, Raab 434H (Novebre 0, Ma 03) OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT ALIM BELEK Résué Le ratonneent

Plus en détail

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr.

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr. Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt Sameh Borg To cte ths verson: Sameh Borg. Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt. Economes

Plus en détail

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs Documents de traval «La taxe Tobn : une synthèse des travaux basés sur la théore des jeux et l économétre» Auteurs Francs Bsmans, Olver Damette Document de Traval n 2012-09 Jullet 2012 Faculté des scences

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public.

Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public. Ver sunenouvel l ecul t ur emanagér al e:mét hodol og e dem seenpl aced unsyst èmedecont r ôl edegest on dansunét abl ssementpubl c Casd uneacadém er ég onal ed éducat onetde f or mat on. Aut eur s:dr

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ELEVAGE B-P, 12091 NIAMEY NIGER Té1 : 7320-58 Drecton de Promoton des Organsatons Rurales et de la Geston de l'espace Rural (DPOR/GER) NIAMEY Té1

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

Créer ou reprendre une entreprise, Guide de la création et de la reprise d entreprise 1er semestre 2009

Créer ou reprendre une entreprise, Guide de la création et de la reprise d entreprise 1er semestre 2009 Créer ou reprendre une entreprse, Ou, mas comment? Gude de la créaton 1 er semestre 2009 et de la reprse d entreprse Futurs entrepreneurs, venez nous rencontrer! Chambre de Commerce et d Industre de Rennes

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE entrée 2014 Objectf master Unversté d Auvergne - Unversté Blase ascal Certans masters sont cohabltés avec d autres établssements d ensegnement supéreur mnstère de l éducaton natonale, de l ensegnement

Plus en détail

Version provisoire Ne pas citer sans l accord des auteurs

Version provisoire Ne pas citer sans l accord des auteurs Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs Les détermnants du beson d ade non satsfat des personnes âgées vvant à domcle : un modèle probt bvaré avec sélecton d échantllon Bérengère Davn 1,2,

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

CATALOGUE EXCLUSIF TOUCH MEDIA CATALOGUE DE SITES FORMATS GLOSSAIRE. Notre sélection de supports en représentation exclusive au Maroc

CATALOGUE EXCLUSIF TOUCH MEDIA CATALOGUE DE SITES FORMATS GLOSSAIRE. Notre sélection de supports en représentation exclusive au Maroc CATALOGUE EXCLUSIF Notre sélecton de supports en représentaton exclusve au Maroc CATALOGUE DE SITES FORMATS A PROPOS DE NOUS Make ordnary, Extraordnary Phlosophe Équpe Réactvté est la rége publctare web

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

Qualité de service 7. Ordonnanceurs de paquets. Contexte. Intégration de services. Plan. Multiplexage. FIFO/DropTail. Priorités

Qualité de service 7. Ordonnanceurs de paquets. Contexte. Intégration de services. Plan. Multiplexage. FIFO/DropTail. Priorités NE52 éseaux avancés Qualté de servce hrstophe Deleuze ESISA/INPG LIS 7 déc 24/3 jan 25 ontexte commutaton de crcuts partage statque solaton complète ex : vox gaspllage de la bande passante commutaton de

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

Pauvreté et fécondité au Congo

Pauvreté et fécondité au Congo BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES DT 14/2007 Pauvreté et fécondté au Congo Samuel AMBAPOUR Armel MOUSSANA HYLOD BAMSSII BAMSI B.P. 13734 Brazzavlle DT 14/2007 Pauvreté et

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE L ÉVOLUTION DES EFFECTIFS D ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC À UN NIVEAU LOCAL. Choisir une commune

TABLEAU DE BORD DE L ÉVOLUTION DES EFFECTIFS D ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC À UN NIVEAU LOCAL. Choisir une commune Servce de la recherche en éducaton / DIP, Genève - Prévsons localsées d effectfs de l ensegnement prmare TABLEAU DE BORD DE L ÉVOLUTION DES EFFECTIFS D ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC À UN NIVEAU

Plus en détail

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO)

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO) Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech To cte ths verson: Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech. Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO. CORESA 12: COmpresson

Plus en détail

- Acquisition de signaux en sismologie large bande. - Acquisition de signaux lents, magnétisme, MT.

- Acquisition de signaux en sismologie large bande. - Acquisition de signaux lents, magnétisme, MT. 87 DUCAPTEURAUXEANQUESDEDONNEES. TECHNQUES D'NSTRUMENTATON EN GEOPEY8QUE. J:M. CANTN Unversté Lous Pasteur (Strasbourg 1) nsttut de Physque du Globe de Strasbourg Ecole et Observatore de Physque du Globe.

Plus en détail

Pour avoir les idées plus claires...

Pour avoir les idées plus claires... ARNET PRATIQUE Pour avor les dées plus clares...... lorsque vous développez un projet d ntérêt général. Outl produt avec le souten du rédt Mutuel accuel SOMMaRe «Je ne connas pas d entrepreneur qu n at

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Elayeb Bilel Le 26 juin 2009

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Elayeb Bilel Le 26 juin 2009 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par Insttut Natonal Polytechnque de Toulouse (INPT) Dscplne ou spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Elayeb Blel Le

Plus en détail

Analyse des Performances et Modélisation d un Serveur Web

Analyse des Performances et Modélisation d un Serveur Web SETIT 2009 5 th Internatonal Conference: Scences of Electronc, Technologes of Informaton and Telecommuncatons March 22-26, 2009 TUNISIA Analyse des Performances et Modélsaton d un Serveur Web Fontane RAFAMANTANANTSOA*,

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU DAPPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton à l analyse des données Samuel AMBAPOUR BAMSSI I BAMSI B.P. 13734 Brazzavlle BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991 Ggaset SX353 / französsch / A31008-X353-P100-1-7719 / cover_0_hedelberg.fm / 03.12.2003 s Be nspred www.onedrect.fr www.onedrect.es www.onedrect.t www.onedrect.pt 0 800 72 4000 902 30 32 32 02 365 22 990

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance.

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance. Réseau RRFR pour la survellance dynamue : applcaton en e-mantenance. RYAD ZEMOURI, DANIEL RACOCEANU, NOUREDDINE ZERHOUNI Laboratore Unverstare de Recherche en Producton Automatsée (LURPA) 6, avenue du

Plus en détail

Captez les profits de la publicité sur mobile avec ces 2 valeurs. Évaluez votre couverture contre le risque dollar. Les Lettons élisent l austérité

Captez les profits de la publicité sur mobile avec ces 2 valeurs. Évaluez votre couverture contre le risque dollar. Les Lettons élisent l austérité DU 11 AU 17 NOVEMBRE 2010 NO 106 l 3 www.moneyweek.fr Captez les profts de la publcté sur moble avec ces 2 valeurs Évaluez votre couverture contre le rsque dollar Les Lettons élsent l austérté Hértage

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

Ecole Polytechnique de Montréal C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal (QC), Canada H3C3A7 lucas.greze@polymtl.ca robert.pellerin@polymtl.

Ecole Polytechnique de Montréal C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal (QC), Canada H3C3A7 lucas.greze@polymtl.ca robert.pellerin@polymtl. CIGI 2011 Processus d accélératon de proets sous contrantes de ressources avec odes de chevaucheent LUCAS GREZE 1, ROBERT PELLERIN 1, PATRICE LECLAIRE 2 1 CHAIRE DE RECHERCHE JARISLOWSKY/SNC-LAVALIN EN

Plus en détail

SYNTH~SE. Rapport -1 -

SYNTH~SE. Rapport -1 - SYNTH~SE. La msson de l'inspecton Générale des Fnances a procédé à ('aname écoqomjgue du fonctonnement de 37 professjons et actyltés ré&j.ementées. Elles ont été sélectonnées sur la base de leur pods dans

Plus en détail

Pratique de la statistique avec SPSS

Pratique de la statistique avec SPSS Pratque de la statstque avec SPSS SUPPORT Transparents ultéreurement amélorés et ms à jour sur le ste du SMCS LIENS UTILES Ste du SMCS (Support en Méthodologe et Calcul Statstque) : http://www.stat.ucl.ac.be/smcs/

Plus en détail