Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation d un test diagnostique - Concordance"

Transcription

1 Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins

2 Plan 1 Introduction 2 Evaluation d un test diagnostique 3 Concordance Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

3 Introduction Motivations 1 Evaluation d un nouveau test : Référence (Gold Standard) binaire Malade (M) / Non malade ( M) Nouveau test M / M Quantifier le pouvoir diagnostic du nouveau test 2 Variable numérique (ex : dosage biologique) On désire utiliser cette variable pour séparer les M des M Déterminer un seuil optimal Quantifier le pouvoir discriminant de X 3 2 tests destinés à classer les patients (M et M) Evaluation de la concordance = similitude entre les 2 tests Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

4 Définitions Définitions 1 On cherche à séparer les malades (M) des non-malades ( M) 2 On dispose d une référence qui permet de les classer de manière certaine (Gold Standard) Considérons un test : T + : test positif en faveur de M T : test négatif en faveur de M Considérons N patients N M : nombre de malades (référence) N M N T + N T : nombre de non-malades (référence) : nombre de tests positifs : nombre de tests négatifs M M T + vp fp N T + T fn vn N T N M N M N vp : vrai-positifs vn : vrai-négatifs fp : faux-positifs fn : faux négatifs Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

5 Définitions Définitions - Validité intrinsèque du test (Probabilités pré-test) Le pourcentage de bien classés défini par vp+vn N ne reflète pas les 2 types d erreurs qui peuvent avoir des conséquence très 1 Dire que le patient est non-malade à tort (fn) 2 Dire que le patient est malade à tort (fp) Ces 2 types d erreur sont quantifiés par Sensibilité (Se) Pourcentage de vrai-positifs (vp) chez les malades : vp N M = P(T + /M) Spécificité (Sp) Pourcentage de vrai-négatifs (vn) chez les non-malades : vn N M = P(T / M) Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

6 Définitions Un test est caractérisé par ces deux paramètres (Se,Sp) Remarque 1 Les tests très sensibles sont utiles pour s assurer que la maladie n est pas présente (peu de faux négatifs) La maladie est grave et ne doit pas être ignorée Les tests très spécifiques sont utiles pour s assurer que la maladie est bien présente (peu de faux positifs) Maladie incurable, traitement lourd Remarque 2 Ces 2 paramètres sont indépendants de la prévalence de la maladie pas besoin de respecter la prévalence de la population (échantillon représentatif) En général, on trouve 100 M et 100 M Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

7 Définitions Définitions - Validité extrinsèque du test (Probabilités post-test) Valeur Prédictive Positive (VPP) Probabilité qu un individu soit réellement malade sachant que le test est positif : Valeur Prédictive Négative (VPN) P(M/T + ) = vp N T + Probabilité qu un individu soit réellement non-malade sachant que le test est négatif : P( M/T ) = vn N T Très important en situation clinique car on ignore très souvent le diagnostic de référence Ces formules sont utilisables lorsque l échantillon est représentatif de la population!! Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

8 Définitions Remarque 1 Une VPP faible examens supplémentaires lourds chez des non-malades Une VPN faible rassurer des patients à tort Indice de fiabilité du test Remarque 2 Ces deux paramètres dépendent de l échantillon étudié (prévalence de la maladie) Donc si l échantillon n est pas représentatif (prévalence) : Calcul de VPP et VPN en utilisant une formule faisant intervenir Se, Sp et prévalence de la maladie (Formule de Bayes) Un prévalence importante va améliorer la VPP mais diminuer la VPN Un prévalence faible va diminuer la VPP mais améliorer la VPN Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

9 Définitions Exemple : Se = 08 et Sp = 09 Echantillon 1 M M T T Echantillon 2 M M T T VPP = VPN = VPP = VPN = Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

10 Définitions En situation clinique, on ne dispose pas du diagnostic de référence mais on dispose de Sensibilité et Spécificité du test La prévalence de la maladie dans la population (P(M) = p) On souhaite calculer la VPP et la VPN en utilisant ces informations : VPP = P(M/T + ) = P(T + /M)P(M) P(T + ) VPP = = P(T + /M)P(M) P(T + /M)P(M) + P(T + / M)P( M) Sep Sep + (1 Sp)(1 p) VPN = P( M/T ) = P(T / M)P( M) P(T ) VPN = = P(T / M)P( M) P(T / M)P( M) + P(T /M)P(M) Sp(1 p) Sp(1 p) + (1 Se)p Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

11 Analyse ROC Problématique On dispose d une variable quantitative X (ex : dosage biologique) On souhaite : Déterminer le seuil optimal (pour séparer les M des M) Quantifier le pouvoir diagnostic de X Le seuil optimal est celui qui sépare au mieux les M des M en respectant les deux types de risques (fp,fn) max(se, Sp) Problème : les deux paramètres varient en sens contraire!! Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

12 Analyse ROC Exemple - 2 cas extrêmes vp pour s 1 M M vn pour s 1 s 1 fp pour s 1 X Seuil s 1 : Si X < s 1 alors M (pas de fn) Si X s 1 alors M et M (bcp de fp) Se = 1 mais Sp mauvaise M M T + (X s 1) vp fp T (X < s 1 ) 0 vn Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

13 Analyse ROC Exemple - 2 cas extrêmes fn pour s 2 M M vp pour s 2 Seuil s 2 : vn pour s 2 Si X < s 2 alors M et M (bcp de fn) Mais si X s 2 alors M (pas de fp) Sp = 1 mais Se mauvaise X s 2 M M T + (X s 2 ) vp 0 T (X < s 2 ) fn vn Nécessité de trouver un compromis!! Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

14 Analyse ROC Courbe ROC (Receiver Operating Characteristic) Se Point idéal (0,1) s2 s Objectif : déterminer le seuil s qui sépare au mieux les M des M 1 Sp Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

15 Analyse ROC Courbe ROC (Receiver Operating Characteristic) Se Point idéal (0,1) s2 Seuil s optimal s Sp Solution : déterminer le seuil s qui minimise la distance euclidienne du point (0, 1) d((0, 1), s) = (0 x s ) 2 + (1 y s ) 2 Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

16 Analyse ROC Courbe ROC (Receiver Operating Characteristic) La courbe ROC présente 2 intérêts : Choix du meilleur seuil Permet de visualiser puis quantifier le pouvoir discriminant de X Calcul de l aire sous la courbe ROC (AUC) Se Sp Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

17 Analyse ROC Courbe ROC (Receiver Operating Characteristic) Se Se Se Sp Sp Sp Discrimination 05 AUC 1 Discrim parfaite Se = 1, Sp = 1 AUC = 1 Discrimination AUC = 05 Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

18 Analyse ROC Courbe ROC (Receiver Operating Characteristic) Remarques : AUC Discrimination 05 Nulle Acceptable Excellente > 09 Exceptionnelle Si AUC = 05 alors on classe de manière complètement aléatoire les observations Si AUC > 09 le classement est très bon, voire trop bon, il faut évaluer s il y a overfitting Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

19 Concordance Introduction Objectif Evaluer la concordance (accord, similitude, ) entre 2 techniques 2 jugements 2 tests par rapport à un critère quantitatif Mesure biologique faite avec 2 appareils différents qualitatif Tests vivant/décès Cette notion inclue celle de reproductibilité (ex : p mesures avec le même appareil validation de l appareil) Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

20 Concordance Introduction Différence entre concordance et liaison Exemple : Accord entre 2 radiologues R 1 et R 2 sur une même série de radiographies R 1 \R 2 Malade Non-Malade Malade 95 8 Non-Malade 5 92 Pour évaluer la concordance entre R 1 et R 2 un test du χ 2 n est pas suffisant car : L existence d une liaison entre R 1 et R 2 n implique pas forcément la concordance entre eux R 1 \R 2 Malade Non-Malade Malade Non-Malade En revanche, une concordance importante un liaison significative Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

21 Concordance Coefficient kappa Concordance entre 2 jugements catégoriels : Coefficient Kappa Considérons 2 tests A et B effectués un échantillon de N individus A\B T + T T + a b n A + T c d n A n B + n B N Idée : La concordance entre A et B peut être décomposée en 1 Une concordance aléatoire (liée au hasard) 2 Une concordance réelle La concordance observée est définie par p o = a + d N Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

22 Concordance Coefficient kappa Concordance entre 2 jugements catégoriels : Coefficient Kappa Sous l hypothèse d indépendance des tests, on peut reconstituer le tableau des effectifs théoriques : A\B T + T T + n A + n B + N T n A n B + N n A + n B N n A + n A n B N n A n B + n B N Et ainsi en déduire la concordance due au hasard : n A + n B + N + n A n B N p c = N Il faut corriger la concordance observée (p o ) en tenant compte de celle qui serait due au hasard (p c ) Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

23 Concordance Coefficient kappa Concordance entre 2 jugements catégoriels : Coefficient Kappa On définit ainsi le coefficient kappa k : k = p o p c 1 p c Interprétation en termes de concordance : k 02 Négligeable 02 < k 04 Faible 04 < k 06 Moyenne 06 < k 08 Bonne 08 < k 1 Excellente On montre que E[K] = κ V[K] = p o(1 p o ) N(1 p c ) 2 Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

24 Concordance Coefficient kappa Concordance entre 2 jugements catégoriels : Coefficient Kappa Exemple Effectifs observés A\B T + T T T Effectifs théoriques A\B T + T T T p o = = 08 p c = k = p o p c = = 06 1 p c = 05 Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

25 Concordance Test de significativité du coefficient Test de significativité du coefficient kappa Condition d application : N 30 Les hypothèses de test sont les suivantes : { H 0 : κ = 0 Concordance aléatoire p o = p c H 1 : κ > 0 Concordance non aléatoire p o > p c Sous H 0, E[K] = 0 et p o = p c donc V[K] = p o(1 p o ) N(1 p c ) 2 = p c(1 p c ) N(1 p c ) 2 = p c N(1 p c ) Sous H 0, pour N 30, la statistique de test est Z = K E[K] = K N (0, 1) V[K] V[K] Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

26 Concordance Test de significativité du coefficient Test de significativité du coefficient kappa Retour à l exemple : p c = 05 s 2 k = = 01 z = k s k = = 6 Donc rejet de H 0 concordance statistiquement significative Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

27 Concordance Intervalle de confiance du coefficient Intervalle de confiance du coefficient kappa Si test est NS STOP Sinon nous devons donner une estimation de la vraie valeur κ IC L intervalle de confiance de κ au niveau de confiance 1 α est donné par : ] IC 1 α p o (1 p o ) κ = [k ± z 1 α/2 N(1 p c ) 2 Retour à l exemple : p o = 08, p c = 05, N = 100, k = 06 [ ] IC 95% κ = 06 ± (1 05) 2 IC 95% κ = [04432; 07568] Michaël Genin (Université de Lille 2) Evaluation d un test diagnostique - Concordance Version - 8 avril / 35

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant FACULTE DE MEDECINE D ANGERS Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant Année scolaire 2007-2008 SANTE PUBLIQUE ET MEDECINE SOCIALE Responsable

Plus en détail

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques Evaluation des procédures diagnostiques Objectifs pédagogiques Evaluer un signe, un examen, une décision médicale en calculant leur sensibilité et leur spécificité, leurs valeurs prédictives positives

Plus en détail

Le Diagnostic. Marqueurs, Stratégies, Evaluation

Le Diagnostic. Marqueurs, Stratégies, Evaluation Le Diagnostic Marqueurs, Stratégies, Evaluation Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr/

Plus en détail

Principe d évaluation des tests diagnostiques

Principe d évaluation des tests diagnostiques Principe d évaluation des tests diagnostiques Dr Sandra DAVID TCHOUDA Cellule d évaluation médico-économique des innovation, CHUG sdavidtchouda@chu-grenoble.fr Plan Objectif et contexte de ces études visant

Plus en détail

Chapitre 1 Evaluation des caractéristiques d un test diagnostique. José LABARERE

Chapitre 1 Evaluation des caractéristiques d un test diagnostique. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 1 Evaluation des caractéristiques d un test diagnostique José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. lan I.

Plus en détail

Principes des études diagnostiques

Principes des études diagnostiques Contexte Principes des études diagnostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker symptômes 1 2 Démarche diagnostique Objectifs d une étude diagnostique Symptômes, histoire de la maladie, ATCD,

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Les statistiques pour les «Nuls» en 2008. Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart

Les statistiques pour les «Nuls» en 2008. Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart Les statistiques pour les «Nuls» en 2008 Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt Chen MS Ann Surg 2006;243:321-328 Critéres d inclusion

Plus en détail

Cours n 4. Marqueur diagnostique

Cours n 4. Marqueur diagnostique UE11 Biomédecine Quantitative Cours du Jeudi 21/02/13 Jérome Lambert Ronéotypeur: Vincent Marmouset Ronéolectrice: Charlotte Maestracci Cours n 4 Marqueur diagnostique Ronéo 5 Biomédecine Quantitative

Plus en détail

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL La régression logistique Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL Introduction La régression logistique s applique au cas où: Y est qualitative à 2 modalités Xk qualitatives ou quantitatives Le plus souvent

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Valeur informationnelle d un signe : Sensibilité, spécificité, valeurs prédictives

Valeur informationnelle d un signe : Sensibilité, spécificité, valeurs prédictives I. Introduction Valeur informationnelle d un signe : A. La démarche diagnostique La démarche pour aboutir à un diagnostic est la suivante : Le médecin accueille dans son cabinet un patient qui se plaint

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites La problématique des tests Cours V 7 mars 8 Test d hypothèses [Section 6.1] Soit un modèle statistique P θ ; θ Θ} et des hypothèses H : θ Θ H 1 : θ Θ 1 = Θ \ Θ Un test (pur) est une statistique à valeur

Plus en détail

Évaluation d'une procédure de diagnostic et de dépistage. Julien Mancini Master EISIS Mars 2006

Évaluation d'une procédure de diagnostic et de dépistage. Julien Mancini Master EISIS Mars 2006 Évaluation d'une procédure de diagnostic et de dépistage Julien Mancini Master EISIS Mars 2006 Test diagnostique? Anamnèse Signe clinique Examen complémentaire : biologique, radiologique Test diagnostique

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1 EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC Vray M Institut Pasteur 1 Plan de la présentation Introduction Définition Dépistage, Diagnostique Les ¾ phases de développement d un test Phases 1, 2, 3 et 4 Les indices

Plus en détail

Les tests diagnostiques : ce dont on parle.

Les tests diagnostiques : ce dont on parle. Les tests diagnostiques : ce dont on parle. Claudine Schwartz Le dépistage de nombreuses pathologies repose en partie, mais en partie seulement, sur les résultats d un ou plusieurs tests. Dans un monde

Plus en détail

1 - Probabilités et probabilités conditionnelles. PAES Faculté de Médecine P. et M. Curie V. Morice

1 - Probabilités et probabilités conditionnelles. PAES Faculté de Médecine P. et M. Curie V. Morice Probabilités et Biostatistique 1 - Probabilités et probabilités conditionnelles Evaluation ation d'un test diagnostique PAES Faculté de Médecine P. et M. Curie V. Morice Pourquoi la biostatistique : la

Plus en détail

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1 EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC Vray M Institut Pasteur 1 Plan de la présentation Introduction Définition Dépistage, D Diagnostique Les ¾ phases de développement d d un d test Phases 1, 2, 3 et 4 Les

Plus en détail

Cours n 4 Marqueur diagnostique

Cours n 4 Marqueur diagnostique UE11 Biomédecine Quantitative Jeudi 20 Février 2014 de 13h30 à 15h30 Pr Lambert Ronéotypeur : Mathilde Berti Ronéolecteur : Elsa Manzi Cours n 4 Marqueur diagnostique Introduction La reproductibilité La

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data I. Répétition de tests et inflation du risque alpha II. Significativité ou taille de l effet? 2012-12-03 Biomédecine quantitative 36

Plus en détail

Estimation et tests statistiques, TD 5. Solutions

Estimation et tests statistiques, TD 5. Solutions ISTIL, Tronc commun de première année Introduction aux méthodes probabilistes et statistiques, 2008 2009 Estimation et tests statistiques, TD 5. Solutions Exercice 1 Dans un centre avicole, des études

Plus en détail

Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines

Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines Laboratoire de Statistique et Probabilités UMR 5583 CNRS-UPS www.lsp.ups-tlse.fr/gadat Douzième partie XII Algorithmes de Support Vector Machines Principe

Plus en détail

Les statistiques descriptives et les intervalles de confiance

Les statistiques descriptives et les intervalles de confiance Les statistiques et les intervalles de Yohann.Foucher@univ-nantes.fr Equipe d Accueil 4275 "Biostatistique, recherche clinique et mesures subjectives en santé", Université de Nantes Master 2 - Cours #2

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

Sensibilité, spécificité, courbe ROC etc.

Sensibilité, spécificité, courbe ROC etc. Sensibilité, spécificité, courbe ROC etc. Gilbert Saporta Conservatoire National des Arts et Métiers Gilbert.saporta@cnam.fr http://cedric.cnam.fr/~saporta octobre 2012 1 1. Dépistage, diagnostic et tests

Plus en détail

Evalua&on tests diagnos&ques. Arnaud Fontanet

Evalua&on tests diagnos&ques. Arnaud Fontanet Evalua&on tests diagnos&ques Arnaud Fontanet Résultats d un test diagnos&que Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 2 Résultats

Plus en détail

Évaluation Diagnostique. Cours P2 Ph. Ravaud

Évaluation Diagnostique. Cours P2 Ph. Ravaud Évaluation Diagnostique Cours P2 Ph. Ravaud Test diagnostic Ce peut être : Un signe clinique subjectif (caractéristiques cliniques d une céphalée) ou objectif (aspect clinique d une éruption). Un test

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr

Plus en détail

Evaluation des outils pronostiques

Evaluation des outils pronostiques Evaluation des outils pronostiques Combescure Christophe Centre de recherche clinique, Université de Genève Service d épidémiologie clinique, HUG 1 Evaluation des outils diagnostiques Particularité des

Plus en détail

Les limites des tests usuels dans les analyses diagnostiques

Les limites des tests usuels dans les analyses diagnostiques Les limites des tests usuels dans les analyses diagnostiques Yohann.Foucher@univ-nantes.fr Equipe d Accueil 4275 "Biostatistique, recherche clinique et mesures subjectives en santé", Université de Nantes

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Indicateurs : définitions et estimations

Indicateurs : définitions et estimations Indicateurs : définitions et estimations Dr Julien MANCINI Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 Arbres binaires Hélène Milhem Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 H. Milhem (IMT, INSA Toulouse) Arbres binaires IUP SID 2011-2012 1 / 35 PLAN Introduction Construction

Plus en détail

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 Lot Quality Assurance Sampling LQAS Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 1 LQAS Une question d efficacité? LQAS et santé Méthode et Fondements théoriques Détermination du couple (n,d n,d) Conclusion

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Chapitre 4. Évaluation des méthodes de diagnostic. 16/01/2006 Claude Saegerman 1

Chapitre 4. Évaluation des méthodes de diagnostic. 16/01/2006 Claude Saegerman 1 Chapitre 4 Évaluation des méthodes de diagnostic 16/01/2006 Claude Saegerman 1 Attentes de l utilisateur (vétérinaire) concernant les résultats d analyse Estimation la plus proche possible de la réalité

Plus en détail

Analyse et quantification de la myélémie par le Sysmex XE 2100

Analyse et quantification de la myélémie par le Sysmex XE 2100 H E M A T O L O G I E Analyse et quantification de la myélémie par le Sysmex XE 2100 G. Goedert, D. Morel, P. Felman Laboratoire central d hématologie, C.H. Lyon-Sud, Pierre Bénite 9 INTRODUCTION L analyseur

Plus en détail

46 e journées de statistique

46 e journées de statistique 46 e journées de statistique Le 5 juin 2014 à Rennes Construction et estimation des capacités d un score pronostique : intérêts de la pénalisation de LASSO et de l estimateur bootstrap 0.632+ appliqués

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Sélection- validation de modèles

Sélection- validation de modèles Sélection- validation de modèles L. Rouvière laurent.rouviere@univ-rennes2.fr JANVIER 2015 L. Rouvière (Rennes 2) 1 / 77 1 Quelques jeux de données 2 Sélection-choix de modèles Critères de choix de modèles

Plus en détail

Value at Risk - étude de cas

Value at Risk - étude de cas Value at Risk - étude de cas Daniel Herlemont 17 juin 2011 Table des matières 1 Introduction 1 2 La Value at Risk 1 2.1 La VaR historique................................. 2 2.2 La VaR normale..................................

Plus en détail

Chapitre 6 Test de comparaison de pourcentages χ². José LABARERE

Chapitre 6 Test de comparaison de pourcentages χ². José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 6 Test de comparaison de pourcentages χ² José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Nature des variables

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre.

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre. Université de Nantes Année 2013-2014 L3 Maths-Eco Feuille 6 : Tests Exercice 1 On cherche à connaître la température d ébullition µ, en degrés Celsius, d un certain liquide. On effectue 16 expériences

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

Introduction aux méthodes de détermination de la validité d un examen diagnostique

Introduction aux méthodes de détermination de la validité d un examen diagnostique 13 ETUDE DE LA VALIDITE D UN TEST CLINIQUE : LES COURBES R.O.C. Introduction aux méthodes de détermination de la validité d un examen diagnostique Avant d évaluer la valeur diagnostique d un symptome,

Plus en détail

Dyspnée Aiguë Au SAU. Echographie Cardio Thoracique

Dyspnée Aiguë Au SAU. Echographie Cardio Thoracique Dyspnée Aiguë Au SAU Echographie Cardio Thoracique Dr Jean-Philippe REDONNET Pôle Anesthésie Urgences Réanimation CH LOURDES INTRODUCTION Motif de recours aux urgences fréquent Diagnostic étiologique difficile

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

«Cours Statistique et logiciel R»

«Cours Statistique et logiciel R» «Cours Statistique et logiciel R» Rémy Drouilhet (1), Adeline Leclercq-Samson (1), Frédérique Letué (1), Laurence Viry (2) (1) Laboratoire Jean Kuntzmann, Dép. Probabilites et Statistique, (2) Laboratoire

Plus en détail

Baccalauréat ES Nouvelle-Calédonie 2 mars 2015

Baccalauréat ES Nouvelle-Calédonie 2 mars 2015 Baccalauréat ES Nouvelle-Calédonie mars 015 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats On considère la fonction f définie pour tout réel x de l intervalle [1,5 ; 6] par : f (x)=(5x 3)e x. On

Plus en détail

Première partie MOTS-CLÉS UTILISABLES DANS TOUT DOSSIER

Première partie MOTS-CLÉS UTILISABLES DANS TOUT DOSSIER Première partie MOTS-CLÉS UTILISABLES DANS TOUT DOSSIER ITEM X. (Y) ou X est le numéro de l item pour le programme ECN et (Y) la correspondance iecn, et (-) pas de correspondance formelle avec le programme

Plus en détail

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon PACES - APEMK UE 4 Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie

Plus en détail

Élaboration de propositions pour la construction d indicateurs évalués à partir de résultats d inspections visuelles

Élaboration de propositions pour la construction d indicateurs évalués à partir de résultats d inspections visuelles Unité de Recherche Génie civil (URGC) Noyau: conception et gestion des infrastructures (CGI) Élaboration de propositions pour la construction d indicateurs évalués à partir de résultats d inspections visuelles

Plus en détail

Indications et interprétation d un test de diagnostic rapide chez l enfant A. MARTINOT 1, I. PRUVOST 1, F. DUBOS 1

Indications et interprétation d un test de diagnostic rapide chez l enfant A. MARTINOT 1, I. PRUVOST 1, F. DUBOS 1 Chapitre 13 Indications et interprétation d un test de diagnostic rapide chez l enfant A. MARTINOT 1, I. PRUVOST 1, F. DUBOS 1 Points essentiels Les tests de diagnostic rapide (TDR) sont des examens complémentaires

Plus en détail

Tutorat du 22 0ctobre 2011

Tutorat du 22 0ctobre 2011 Tutorat du 22 0ctobre 2011 UE 4 : Evaluation des Méthodes d Analyses Appliquées aux Sciences de la Vie et de la Santé Durée : 1h Cette épreuve comprend 19 QCM : - 10 QCM à réponses multiples : il s agit

Plus en détail

Méthodes d apprentissage :

Méthodes d apprentissage : Méthodes d apprentissage : application au tri de complexes protéines-protéines Jérôme Azé Apprentissage: tâches Apprentissage non supervisé (Eisen, ) Apprentissage supervisé (arbres de décision, k-ppv,

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Outils Statistiques du Data Mining

Outils Statistiques du Data Mining Outils Statistiques du Data Mining Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives

Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives Analyse des données - Méthodes explicatives (STA102) Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives Giorgio Russolillo giorgio.russolillo@cnam.fr Infos et support du cours Slide

Plus en détail

PARTIE I GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES

PARTIE I GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES PARTIE I GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES Module 1 ITEM 4. Évaluation des examens complémentaires dans la démarche médicale Éléments entrant en jeu dans le choix d un examen complémentaire

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

Tests de dépistage biologiques : Sensibilité, spécificité, valeur prédictive

Tests de dépistage biologiques : Sensibilité, spécificité, valeur prédictive Tests de dépistage biologiques : Sensibilité, spécificité, valeur prédictive Le test de dépistage Un bon test de dépistage doit : être fiable et reproductible être facile à appliquer et à accepter par

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Cartes de contrôle aux mesures

Cartes de contrôle aux mesures Cartes de contrôle aux mesures 1 Une introduction à la maîtrise statistique des processus Deux objets ne sont jamais rigoureusement identiques. Quelles que soient les techniques utilisées pour fabriquer

Plus en détail

Glossaire des termes utiles à la lecture. critique d un article médical

Glossaire des termes utiles à la lecture. critique d un article médical Glossaire des termes utiles à la lecture critique d un article médical Ajustement... 4 Analyse de sous-groupe... 5 Analyse de survie... 5 Analyse en intention de traiter... 6 Analyse en per-protocole...

Plus en détail

Les variables indépendantes catégorielles

Les variables indépendantes catégorielles Les variables indépendantes catégorielles Jean-François Bickel Statistique II SP08 Jusqu à maintenant, nous avons considéré comme variables indépendantes uniquement des variables intervalles (âge) ou traitées

Plus en détail

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN ÉVALUATION CRITIQUE

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN ÉVALUATION CRITIQUE PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN ÉVALUATION CRITIQUE 11 questions pour interpréter les règles de prédiction clinique Comment utiliser cet outil d évaluation Lorsqu on évalue une étude, quelle

Plus en détail

Séance 8 : Régression Logistique

Séance 8 : Régression Logistique Séance 8 : Régression Logistique Sommaire Proc LOGISTIC : Régression logistique... 2 Exemple commenté : Achat en (t+1) à partir du sexe et du chiffre d affaires de la période précédente. 4 La régression

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

Principe d évaluation des tests diagnostiques

Principe d évaluation des tests diagnostiques Principe d évaluation des tests diagnostiques Dr Sandra DAVID TCHOUDA Cellule d évaluation médico-économique des innovations, CHUG sdavidtchouda@chu-grenoble.fr Plan Rappel LCA / Objectif et contexte de

Plus en détail

La chute à domicile. Protocole d évaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute du marché

La chute à domicile. Protocole d évaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute du marché Evaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute Bien vivre à domicile!... Pour la détection et l alerte en cas de chute Protocole La chute à domicile Protocole d évaluation expérimentale

Plus en détail

Essai. à la Faculté des études supérieures de l Université Laval pour l obtention du grade de maître ès sciences (M. Sc.)

Essai. à la Faculté des études supérieures de l Université Laval pour l obtention du grade de maître ès sciences (M. Sc.) Jean-Marc Daigle L utilisation des courbes ROC dans l évaluation des tests diagnostiques de laboratoire clinique : Application à l étude de la pneumonite d hypersensibilité Essai présenté à la Faculté

Plus en détail

Le bootstrap expliqué par l exemple

Le bootstrap expliqué par l exemple Le bootstrap expliqué par l exemple 1 Le bootstrap expliqué par l exemple 1. Les concepts du bootstrap 2. Des variantes adaptées au contexte 3. Comparaison des différentes méthodes 4. Les cas sensibles

Plus en détail

Master 1 Informatique Éléments de statistique inférentielle

Master 1 Informatique Éléments de statistique inférentielle Master 1 Informatique Éléments de statistique inférentielle Faicel Chamroukhi Maître de Conférences UTLN, LSIS UMR CNRS 7296 email: chamroukhi@univ-tln.fr web: chamroukhi.univ-tln.fr 2014/2015 Faicel Chamroukhi

Plus en détail

UE ADP1 Durée de l'épreuve : 1 heure 30 mn. Aucun document n'est autorisé. Seule la calculette (sans sa documentation) est autorisée.

UE ADP1 Durée de l'épreuve : 1 heure 30 mn. Aucun document n'est autorisé. Seule la calculette (sans sa documentation) est autorisée. Université René Descartes- Paris V Licence de Psychologie Année L1, Semestre S1-2005 /2006 Page 1/5 UE ADP1 Durée de l'épreuve : 1 heure 30 mn. Aucun document n'est autorisé. Seule la calculette (sans

Plus en détail

Module 1 Apprentissage de l exercice médical

Module 1 Apprentissage de l exercice médical Module 1 Apprentissage de l exercice médical ITEM 1. La relation médecin-malade. L annonce d une maladie grave. La formation du patient atteint de maladie chronique. La personnalisation de la prise en

Plus en détail

Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique

Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique Épidémiologie d'intervention À partir de l'édition Arnette 1992, épuisée François DABIS Jacques DRUCKER Alain MOREN Chapitre VI Dépistage Sauf

Plus en détail

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé **

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Ces quatre exercices sont issus du livre d exercices de François Husson et de Jérôme Pagès intitulé Statistiques générales pour utilisateurs,

Plus en détail

Introduction à l'analyse statistique des données

Introduction à l'analyse statistique des données INTRODUCTION À L'ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES CONCEPTS DE BASE Un certain nombre de concepts, préalables indispensables à la compréhension des analyses présentées, sont définis ici. De même pour quelques

Plus en détail

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique»

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» M1_presentation_generale_4juil05.doc 1/11 MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» La mention s articule autour de 6 spécialités : Recherche en éthique : Pr Christian HERVE (herve@necker.fr)

Plus en détail

Baccalauréat ES Centres étrangers 12 juin 2014 - Corrigé

Baccalauréat ES Centres étrangers 12 juin 2014 - Corrigé Baccalauréat ES Centres étrangers 1 juin 14 - Corrigé A. P. M. E. P. Exercice 1 5 points Commun à tous les candidats 1. On prend un candidat au hasard et on note : l évènement «le candidat a un dossier

Plus en détail

Chapitre 3. Les distributions à deux variables

Chapitre 3. Les distributions à deux variables Chapitre 3. Les distributions à deux variables Jean-François Coeurjolly http://www-ljk.imag.fr/membres/jean-francois.coeurjolly/ Laboratoire Jean Kuntzmann (LJK), Grenoble University 1 Distributions conditionnelles

Plus en détail

2 Probabilités conditionnelles. Événements indépendants

2 Probabilités conditionnelles. Événements indépendants 2 Probabilités conditionnelles. Événements indépendants 2.1 Probabilité conditionnelle Soient A et B deux événements tels que P(B) > 0. Soit alors P(A B), la probabilité que A se réalise, B étant réalisé.

Plus en détail

Statistiques et essais cliniques

Statistiques et essais cliniques Hegel Vol. 3 N 1 2013 DOI : 10.4267/2042/49204 21 Statistiques et essais cliniques François Kohler Laboratoire SPI-EAO, Faculté de Médecine, Vandœuvre-les-Nancy francois.kohler@univ-lorraine.fr Introduction

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Dossier P116092 - Document DE/1 - Page 1/17 RAPPORT D ÉTUDE. MicroPHAZIR

Dossier P116092 - Document DE/1 - Page 1/17 RAPPORT D ÉTUDE. MicroPHAZIR Dossier P116092 - Document DE/1 - Page 1/17 RAPPORT D ÉTUDE Demandeur : FONDIS ELECTRONIC Quartier de l Europe 4, rue Galilée 78285 GUYANCOURT CEDEX France Date et référence de la commande : Commande n

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail