Programme du Math1. Chapitre 1. 22/09/2013 بالتوفيق. Math1 L1 Semestre 1 SM ST. Bibliographie: 1. Notions de Logique. 2. Ensembles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme du Math1. Chapitre 1. 22/09/2013 بالتوفيق. Math1 L1 Semestre 1 SM ST. Bibliographie: 1. Notions de Logique. 2. Ensembles"

Transcription

1 /09/013 Programme du Math1 Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene Faculté de Mathématiques Math1 L1 Semestre 1 SM ST Dr M ZIDANI-BOUMEDIEN 1 Ensembles, Relations, Applications Structures Algébriques fondamentales 3 Suites numériques 4 Fonctions d une variable réelle: Calcul différentiel et intégral 5 Algèbre Linéaire Bibliographie: 1) Nikolaï Piskounov «CALCUL DIFFÉRENTIEL ET INTÉGRAL», Tome 1 et Editions Mir, MOSCOU 1980 ou Ed Ellipses 1993 ) B Démidovitch «RECUEIL D EXERCICES ET DE PROBLÈMES D ANALYSE MATHÉMATIQUE» Editions Mir, MOSCOU ) James STEWART «Analyse : concepts et contextes ol 1 Fonctions d'une variable» Editeur DE BOECK, 011 4) exo7emathfr 5) 6) 4) et 5) pour vous exercer mais ne vous dispersez pas avec trop de lectures sur le web! 3 Avant-propos Le programme de ce cours est bien chargé, n est-ce pas? Oui, et c est pour cette raison qu un support de cours adapté à ce programme est absolument indispensable et c est aussi pour cette raison que nous insisterons sur la compréhension des concepts nouveaux de ce cours en tenant compte de ce que vous avez déjà appris au lycée Nous traiterons chaque concept, autant que possible, selon différentes représentations: symbolique, numérique, visuel et verbal Une fois ces concepts de base bien assimilés, vous n aurez aucun mal dans la suite de votre cursus, à vous approprier les techniques associées à chaque concept selon votre spécialité u que les filières SM et ST s intéressent essentiellement aux mathématiques appliquées, dans ce cours, les démonstrations purement formelles ne seront pas prioritaires 4 Avant-propos Évidemment, pour réussir ce cours de base, il faut au moins: Lire et Relire le cours, Faire les exercices proposés, Poser des questions et Persévérer! Les chapitres 1 et sont particulièrement nouveaux pour vous mais le cours sera mis sur la page web de la faculté de mathématiques, par chapitre Certains chapitres sont déjà prêts, d autres restent à faire Comme nul n est infaillible, des erreurs pourraient se glisser dans cette première contribution malgré mes multiples vérifications Les remarques et/ou questions, sont les bienvenues de la part de mes collègues ou même des étudiants à qui nous disons: بالتوفيق Chapitre 1 4 Application, injection, surjection, bijection 5 6 1

2 /09/013 Considérons la situation suivante: Deux étudiants Salim et Rachid veulent travailler ensemble à la bibliothèque le lendemain de leur rencontre Rachid dit à Salim: «s il pleut, je ne viendrai pas» Salim lui répond: «Ok» Il n a pas plu mais Rachid n est pas venu, donc Salim s est fâché, considérant que Rachid a manqué à sa parole Rachid, a-t-il vraiment manqué à sa parole? Cette situation est une des ambiguïtés du langage courant (qui crée d énormes problèmes entre les gens!) que la logique par son langage rigoureux permet d éviter D autre part, si une question se pose, donner une réponse, n avance à rien si celle-ci n est pas justifiée C est par une démarche logique, un raisonnement ou une démonstration, que la réponse est jugée vraie (juste) ou fausse C est donc par les moyens que donne la logique, qu il est possible de construire un raisonnement mathématique rigoureux 7 1) Mots Mathématiques En plus des termes primitifs, ou mots du langage courant avec le sens courant, il existe des mots spécifiques aux mathématiques: Une assertion est un énoncé qui prend une seule des valeurs logiques: soit vrai, soit faux «1=0» est une assertion fausse; " e x 0, pour tout x réel " est une assertion vraie; " x " n est pas une assertion Un axiome est un énoncé qu on ne peut pas démontrer parce qu ils sont les premiers, ils sont vrais par convention Exemple, les axiomes d Euclide Les énoncés qui se démontrent, sont classés selon leur importance: un théorème est une assertion vraie déduite d autres assertions déjà connus en utilisant les seules règles de la logique au moyen d une démonstration Il s agit en général d un résultat important à retenir ; un lemme est un résultat préalable utile pour démontrer un théorème; un corollaire est une conséquence importante d un théorème ; une proposition est une assertion jugée vraie ou fausse sans ambiguïté, par une démonstration facile Une proposition est moins importante qu un théorème 8 ) Symboles mathématiques de base A Le quantificateur universel et le quantificateur existentiel : Si, pour toute valeur de la variable x d un ensemble E, la proposition P est vraie (vérifiée), on écrira: x, P vraie S il existe au moins une valeur de la variable telle que la proposition P soit vérifiée, on écrira: x, P vraie Soit les propositions suivantes contenant la variable x réelle: A(x): x 1 0; B(x): x x x(x 1); C(x): x 1 x Pour dire si ces propositions sont vraies ou fausse en utilisant les quantificateurs, on écrira: x -1, 1 tel que A(x) ou x -1, 1 A(x) vraie x, B(x) vraie ou simplement x,b(x); x, C(x) fausse B Égalité «=»: «a = b» veut dire «a désigne le même élément que b» Par abus de langage, on dit «a égal b» vraie 9 3) Connecteurs (ou opérateurs) logiques Connecteurs logiques opérations entre propositions formalisme mathématique A Négation: La négation de P, notée P ou «non P» ou P, est la proposition qui est vraie si P est fausse et fausse si P est vraie P: «x est pair», P: «x impair»; Q: «a = b», non Q: «a b» H: «x, P vraie», non H: «x, P non vraie» B Conjonction «et»: «P et Q» veut dire P est vraie et Q est vraie en même temps Notation de «et» : C Disjonction «ou»: «P ou Q» indique que l une au moins, des deux propositions est vraie, (mais, P et Q faux en même temps: impossible) donc le sens cumulatif du «ou»se traduit par l une des expressions: 1) P vraie, Q faux; ) Q vraie, P faux; 3) P et Q vraies On peut aussi résumer avec un tableau de vérité: valeurs de «P ou Q» en vert P/Q F F F 10 3) Connecteurs (ou opérateurs) logiques (suite) D Implication: une relation entre deux propositions (ou entre deux ensembles de propositions): «P et Q», qui veut dire «si P est vraie, alors Q est vraie» On note P Q; on dit: P implique Q ou P entraine Q L énoncé verbal d une implication constitue un théorème: P hypothèse et Q conclusion; on peut aussi énoncer: Pour que P soit vraie, il faut que Q soit vraie; Q est une condition nécessaire de P Pour que Q soit vraie, il suffit que P soit vraie; P est une condition suffisante de Q L implication est transitive ie Si P, Q et A sont trois propositions, les hypothèses P Q et Q A entrainent P A L implication n est pas tjs symétrique ie P Q n entraine pas tjs Q P 11 3) Connecteurs (ou opérateurs) logiques (suite) E Équivalence: Si P Q et Q P, on a une équivalence logique On note: et on énonce : P est équivalente à Q On peut aussi énoncer: Pour que P soit vraie, il faut et il suffit que Q soit vraie; P est vraie si et seulement si Q soit vraie; Le symbole s utilise aussi dans le cas d une définition, on note cette def équivalence verbale: 4) Méthodes de raisonnement ou de démonstration opérations logiques méthodes de raisonnement ou de démonstration But: Montrer l implication H C A Démonstration directe: déduire logiquement C de H, en se basant sur la transitivité de l implication (raisonnement déductif) B Substitution par une ou des propositions équivalentes C Cas par cas Exemple: Montrez que x 1, 3, x 1 1

3 /09/013 4) Méthodes de raisonnement ou de démonstration (suite) C Démonstration par l absurde: H C équivalente à H C, donc on suppose que H C vraie et on montre qu on aboutit alors à une impossibilité (absurdité) Ce qui entraine que H Cest fausse d où H C est vraie Exemple: Montrez que est irrationnel D Démonstration par la contraposée: montrer C H (car H C équivalente à C H) Exemple: Montrez que n² est pair n pair E Démonstration par contre-exemple: on trouve une ou des valeurs de x pour lesquels H (x) est vraie et C (x) est fausse F Démonstration par récurrence: pour montrer une proposition P portant sur un sous-ensemble F de l ensemble des entiers naturels N On vérifie la proposition pour le premier élément (le plus petit) de F, ensuite on suppose que la proposition est vraie jusqu au rang n, et on démontre que la proposition P est vraie pour le rang suivant n+1 on conclut alors que la proposition est vraie pour tout n dans F 13 Un ensemble est un objet mathématique représentant une collection d'objets, appelés éléments de l'ensemble Ensembles déjà connus: ensembles de nombres (entiers, relatifs, réels, complexes) 1) Notations et vocabulaire A Appartenance: Symbole d'appartenance On écrit: a A, on lit «l'élément a appartient à l'ensemble A» ou «a est un élément de l'ensemble A» Pour indiquer qu'un élément a n'appartient pas à un ensemble A, on écrit a A B Cardinal: Card A ou A Le cardinal (ou taille) d'un ensemble A: nombre d'éléments dans l'ensemble A 14 1) Notations et vocabulaire (suite) C Représentations d un ensemble: a) Graphique: Les éléments de l'ensemble sont placés dans une zone délimitée par une courbe fermée(ellipse sur l exemple): Exemple: Cet ensemble A Diagramme de enn contient trois éléments a, b et c b) En extension: tous les éléments que l ensemble fini contient, sont énumérés entre accolades { } Exemple: A= a,b,c c) En compréhension: l ensemble est défini à partir des éléments d'un autre ensemble E qui satisfont une certaine propriété P Forme générale: A x E P x, ie A contient tous les éléments x de E, qui vérifient la propriété P d) Autre notation: symbole pour les ensembles infinis en extension Exemple: 01,,, 3, e) Ensemble vide: noté, ensemble unique, ne contient aucun élément f) Singleton: noté, un ensemble qui ne contient qu un seul élément 15 ) Comparaison d ensembles A Égalité: Définition : Deux ensembles A et B sont égaux si et seulement si ils sont composés des mêmes éléments En d autres mots, si tous les éléments de A se trouvent également dans B et réciproquement On écrit: A B ssi x, x A x B Exemple: Si A 01,,, 3, 4, 5, 6, 7 ; B x N 0 x 7 alors A B B Inclusion; Sous-ensemble ou partie d un ensemble Définition L ensemble A est inclus dans l'ensemble B si et seulement si tous les éléments de A sont des éléments de B mais tous les éléments de B ne sont pas nécessairement dans A On note A B ssi x A x B ; on lit: «A est inclus ou égal à B» On dit aussi que A est un sous-ensemble ou une partie de B Inclusion stricte: A B ssi A B et A B Autre définition de l égalité de deux ensembles A et B: A B ssi A B et B A 16 3) Opérations sur les ensembles Opérations sur des ensembles un nouvel ensemble A Intersection: Symbole Définition: L'intersection de deux ensembles A et B, notée A B, est un ensemble contenant les éléments appartenant à A et à B : A B = { x x A et x B } Exemple: A={a, b, c} et B={c, d, e} A B ={c} Définition: Deux ensembles A et B sont dits disjoints lorsque leur intersection est vide On note : A B Propriétés L'opération d'intersection est commutative et associative et on a donc : A B = B A et A (B C) = (A B) C L'intersection de deux ensembles est toujours un sous-ensemble des deux ensembles originaux: A B A et A B B 17 3) Opérations sur les ensembles (suite) B Union: Symbole Définition: L union de deux ensembles A et B est un ensemble contenant les éléments appartenant à A ou à B : A B = { x x A ou x B } Exemple: A={a, b, c} et B={c, d, e} A B={a, b, c, d, e} Propriétés L'opération d union est commutative et associative: A B B A et A B C A B C L'intersection de deux ensembles est toujours un sous-ensemble des deux ensembles originaux: A A B et B A B C Ensemble des parties: P() Définition: L'ensemble des parties d'un ensemble E, noté P(E), est un ensemble qui contient tous les parties (ou sous-ensembles) de E : P ( E ) = { S S Card E E } et Card P (E) = Exemple: A={a, b, c}, P(A)={{a}, {b}, {c}, {a,b}, {a,c}, {b,c}, {a,b,c}, } (Card P(A)= ³ = 8) 18 3

4 /09/013 3) Opérations sur les ensembles (suite) D Différence Complémentarité: Symbole / Définition La différence de deux ensembles A et B, notée A / B, est un ensemble contenant les éléments appartenant à A, mais n'appartenant pas à B : A / B = { x x A et x B } La différence A/B est appelée complémentaire de B par rapport à A On note alors A/B = C A B (ou B) Exemple: A={a, b, c} et B={c, d, e} A/B= C A B a,b Propriétés En général, cette opération n est ni commutative, ni associative On a toujours: A/B A E Opérations sur les complémentaires: Le complémentaire de l'union de deux ensembles est l'intersection de leurs complémentaires : A B A B Le complémentaire de l'intersection de deux ensembles est l'union de leurs complémentaires : A B A B 19 3) Opérations sur les ensembles (suite) F Produit Cartésien: Symbole Définition: Le produit cartésien de deux ensembles A et B, noté A B, est un ensemble contenant des paires (ou couples) d'éléments provenant des ensembles A et B : A B = { (x,y) x A, y B } Si Card A= m et Card B=n, alors Card A B=mn Exemple: A={a, b, c} et B={c, d, e} A B= { (a,c), (a,d), (a,e), (b,c), (b,d), (b,e) } Les deux ensembles A et B sont représentés par des segments de droite, les points en rouge sont les éléments du produit cartésien, ils sont entourés par le rectangle qui représente l ensemble produit cartésien 0 1) Qu est-ce qu une Relation? Terme primitif: relation ou correspondance Compare entre les éléments de deux ensembles E et F Représentée par un ensemble de paires ordonnées 1) considérons les sections de L1 (USTHB) et les enseignants de math L1 On a par exemple: B et H sont l enseignant de la section ST11 (math1 et math), Z est l enseignant de la section ST31, A est l enseignant de la section ST1, C est l enseignant de la section SM1, ; on a donc des paires ordonnées (enseignant, section) Notons L l ensemble de ces paires: L = { (B, ST11), (Z, ST31), (A, ST1), (C, SM4), (C, ST5), (H, ST11), } Cet ensemble définit la relation est l enseignant de entre ensembles: l ensemble des enseignants et l ensemble des sections du L1(USTHB) ) Considérons les ensembles A={ -,0,1,, 3,4} et B={ -1, 0, 1, 6, 8, 9} La relation D «est le double de» est représentée par { (-,-1),(0,0),(,1)} 1 ) Représentation visuelle d une Relation Reprenons l exemple précédent sur les nombres Considérons les ensembles A={ -,0,1,, 3,4} et B={ -1, 0, 1, 6, 8, 9} La relation T: «est le double de» est représentée par: { (-,-1),(0,0),(,1)} A B Trois représentations visuelles d une relation binaire: Diagramme à flèches Tableau Graphe x 1 A B A: ensemble de départ ou Domaine de T; B: ensemble d arrivée ou image y ) Image, antécédent d un élément Image d un élément: - A, B, H, Z ont chacun une seule image - C a deux images - D, N, T n ont pas d image Antécédent d un élément: - 1, 4, 5, 31 ont chacun un seul antécédent - 11 a deux antécédents A B - 3, n ont pas d antécédent Maintenant, formalisons! En fait, on a définit la relation par trois ensembles: 1) L ensemble de départ (des flèches) ) L ensemble d arrivée (des flèches) 3) L ensemble des flèches chaque flèche montre les éléments liés par la relation donc un couple Exemple: (B, 11), (Z, 31),etc 3 3) Définitions formelles A Relation binaire Définition: Soient E et F deux ensembles, on appelle relation binaire R de E vers F toute proposition définie sur le produit cartésien E F Le graphe G de la relation est l ensemble des couples pour lesquels la proposition est vraie Si (x, y) G, on note par exemple xr y G E F Exemple: La relation d égalité x = y est une relation binaire B Domaine et Image: Domaine: DR x E y F, xr y Image: ImR y F x E, xr y Exemple: Donnez la relation représentée par le diagramme suivant en mots, puis en ensemble de paires ordonnées Quel est son domaine et son Image?

5 /09/013 4) Propriétés des relations Définition: Soit une relation R sur E On dit que R est : Réflexive si x E, x R x ; symétrique si (x, y), x R y y R x ; antisymétrique si (x, y) E, x R y et y R x x = y ; transitive si (x, y, z) E 3, x R y et y R z x R z Exemple: Soit l ensemble A= { -1, 1,,3,4} et R la relation R Réflexive: oui car x E, x R x ; R symétrique: non car si (x, y), x R y y R x ; R antisymétrique: oui car si (x, y) E, x R y et y R x x = y ; R transitive: oui car si (x, y, z) E 3, x R y et y R z x R z Qu en est-il alors de la relation C définie par < dans A? Exercice: Étudiez ces propriétés pour les exemples des sections 31 et 3 5 5) Relations particulières A Relation d ordre: Définition: Soit une relation R sur E On dit que R est une relation d ordre si R est une relation réflexive, antisymétrique et transitive La relation d ordre la plus commune: la relation supérieure ou égale (resp inférieur ou égal ) sur l ensemble R des nombres réels Cette relation se note (resp ) Soit E un ensemble La relation A B est une relation d ordre sur les parties d un ensemble E (ou P(E)) La relation A B n est pas une relation d ordre sur les parties d un ensemble E (ou P(E)) (pas réflexive) La relation n divise m est une relation d ordre sur N La relation < sur N n est pas d ordre (pas réflexive) 6 5) Relations particulières (suite) B Relation d équivalence: Définition: Soit une relation R sur E On dit que R est une relation d équivalence, si R est réflexive, symétrique et transitive Deux éléments sont équivalents s ils sont liés par une relation d équivalence L'égalité sur tout ensemble quelconque de nombres est une relation d'équivalence Le parallélisme sur un ensemble de droites (dans un plan) est une relation d'équivalence La relation sur N n est pas d équivalence (réflexive et transitive mais pas symétrique) La relation xy 0 sur N, n est pas d équivalence sur N (symétrique et transitive mais pas réflexive) 7 4 Applications 1) Fonction A Relation versus Fonction: Une relation met en couples les éléments de deux ensembles E et F si ces deux éléments sont liés par une loi donnée, sans conditions Définition: Une fonction de E vers F est un cas particulier de relation, telle que chaque élément de E possède au plus une image La relation de l exemple de la section 31 précédente est une fonction La relation de l exemple 1 n en est pas une car l élément C de E a deux images dans F Notations: f : E F veut dire que f est une fonction, E est son ensemble de départ et F son ensemble d arrivée y= f(x) veut dire que y est l image de x par f, x E (ensemble de départ de f ) et y F (ensemble d arrivée de f ) 8 4 Applications B Domaine de définition d une fonction Le domaine de définition d une fonction f : E F est le sous-ensemble D f de E ne contenant que les éléments qui ont une image ) Application Définitions: Une application est une relation, telle que: chaque élément de E possède exactement une image Une application est un cas particulier de fonctions Pour une fonction f : E F, si E =, alors f est une application D f La relation de l exemple de la section précédente n est pas une application car par exemple, l élément 1 de E n a pas d image La relation de l exemple 1 n en est pas une car l élément C de E a deux images dans F: sections 4 et 5 f : R R, x x est une application 9 4 Applications Exercice: Dire si les relations suivantes sont une relation, fonction ou application: f: R R, x x ; g: R R, x x ; h: R R, x Log(x), y: R R telle que x y 1, (y=y(x)); u: R [-1, 1] tq u(x)= cos x 3) Propriétés des Applications Mise en situation: Prenons l exemple classique d'une station de vacances où un groupe de touristes doit être logé dans un hôtel Chaque façon de répartir ces touristes dans les chambres de l'hôtel peut être représentée par une application de l'ensemble des touristes, X, vers l'ensemble des chambres, Y (à chaque touriste est associée une chambre): R: X Y t c 30 5

6 /09/013 4 Applications On définit en mots, A Injectivité Une fonction f de E vers F est injective si et seulement si tout élément de F possède au plus un antécédent dans E B Surjectivité Une fonction f de E vers F est surjective si et seulement si tout élément de F possède au moins un antécédent dans E C Bijectivité Une fonction f de E vers F est bijective si et seulement si tout élément de F possède exactement un antécédent dans E (ce qui équivaut à dire que f est à la fois injective et surjective) 4 Applications On visualise: Applications On formalise: A Injectivité Une fonction f de E vers F est injective si et seulement si: x,x E E, f ( x ) f ( x x x 1 1 ) 1 B Surjectivité Une fonction f de E vers F est surjective si et seulement si: y F, x E tq y f ( x) C Bijectivité Une fonction f de E vers F est bijective si et seulement si: y F,! x E tq y f ( x) 33 On s exerce: Trouvez si les fonctions ou applications suivantes sont injectives, surjectives ou bijectives Faites les corrections nécessaires pour que la fonction ait l une des propriétés: f : R R, f(x) = x - 1, g : R R, g(x) = x, h : R R, h(x)= Log x, u : R R, u(x)= 3x, x 1 v : R R, v(x)= x ~~~ Fin du Chapitre 1 ~~~ 34 6

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

B03. Ensembles, applications, relations, groupes

B03. Ensembles, applications, relations, groupes B03. Ensembles, applications, relations, groupes Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 6 janvier 2006 Table des matières 1 Calcul propositionnel 2 2 Ensembles 5 3 Relations 7 4 Fonctions, applications

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique :

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique : Université Bordeaux 1 Licence de Sciences, Technologies, Santé Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et Ingénierie M1MI1002 Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique Fondamentaux

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Exo7 Logique et raisonnements Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Quelques motivations Il est important d avoir un langage rigoureux. La langue

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Langage mathématique

Langage mathématique Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 1 e année Langage mathématique Eric Dumas, Emmanuel Peyre et Bernard Ycart

Plus en détail

Cours fonctions, expressions algébriques

Cours fonctions, expressions algébriques I. Expressions algébriques, équations a) Développement factorisation Développer Développer un produit, c est l écrire sous forme d une somme. Réduire une somme, c est l écrire avec le moins de termes possibles.

Plus en détail

Leçon 1: les entiers

Leçon 1: les entiers Leçon 1: les entiers L ensemble N des entiers naturels Compter, dresser des listes, classer et comparer des objets interviennent dans de multiples activités humaines. Les nombres entiers naturels sont

Plus en détail

Exercices à savoir faire

Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2014 2015 Algèbre et Arithmétique 1 Feuille n o 2 Théorie des ensembles, applications Exercices à savoir faire Théorie des ensembles Exercice 1 Soit F l ensemble des femmes. Qu

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Cours d algebre pour la licence et le Capes

Cours d algebre pour la licence et le Capes Cours d algebre pour la licence et le Capes Jean-Étienne ROMBALDI 6 juillet 007 ii Table des matières Avant-propos Notation v vii 1 Éléments de logique et de théorie des ensembles 1 11 Quelques notions

Plus en détail

Mathématiques pour l'informatique? Au programme. Objectif du semestre

Mathématiques pour l'informatique? Au programme. Objectif du semestre Mathématiques pour l'informatique? Calcul des Ensembles David Teller 09/02/2007 Q L'informatique, au juste, c'est quoi? A L'informatique, c'est : de l'électronique de la théorie des processus de la linguistique

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30 Table des matières 1 Généralités 3 1.1 Un peu de logique................................. 3 1.1.1 Vocabulaire................................ 3 1.1.2 Opérations logiques............................ 4 1.1.3

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 Université Paris 7 U3MI36 CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 4.1 Formes normales Définitions : 1) Une formule F est sous forme normale disjonctive si et seulement si il existe

Plus en détail

Eléments de logique et de raisonnement dans les nouveaux programmes de mathématiques

Eléments de logique et de raisonnement dans les nouveaux programmes de mathématiques Eléments de logique et de raisonnement dans les nouveaux programmes de mathématiques Les programmes de collège Utilisation des propriétés et définitions Propriétés caractéristiques Équivalence (théorème

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab Cours d algèbre Maths1 LMD Sciences et Techniques Par M. Mechab 2 Avant Propos Ceci est un avant projet d un manuel de la partie Algèbre du cours de Mathématiques de premières années LMD Sciences et techniques

Plus en détail

Éléments de logique et de théorie des ensembles

Éléments de logique et de théorie des ensembles 1 Éléments de logique et de théorie des ensembles Pour les exemples et exercices traités dans ce chapitre les ensembles usuels de nombres entiers, rationnels réels et complexes sont supposés connus, au

Plus en détail

Mathématiques et Philosophie en classe de seconde

Mathématiques et Philosophie en classe de seconde Mathématiques et Philosophie en classe de seconde Intervention du Professeur de mathématiques. Effectif de la classe : 34 élèves. Intervention : quinze heures en alternance avec le cours de Philosophie.

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel Master ICA Spécialité IHS Année 2007/2008 Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel I) Relations binaires 1. Généralités Définition 1 : Une relation binaire d un ensemble E vers

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé Jusqu'à présent Nous avons déjà abordé Vers l'inni David Teller 23/01/2007 Les ensembles Le regroupement de valeurs caractérisées par des critères. Informatique Types. Physique Unités. Logique Domaines.

Plus en détail

(3.22) Interchangeabilité mutuelle : p q r p q r

(3.22) Interchangeabilité mutuelle : p q r p q r Préséance (priorité) des opérateurs (1) [x := e] (substitution textuelle) (prioritéélevée) (2). (application de fonction) (3) + P (opérateurs unaires préfixes) (4) / mod pgcd (5) + (opérateurs binaires)

Plus en détail

Partiel - 12 mars 2014

Partiel - 12 mars 2014 Licence STS, semestre 4 013 14 Mathématiques pour l Informatique (Info 9) 1 mars 014 http://www.lri.fr/~paulin/mathinfo Partiel - 1 mars 014 L examen dure heures. L énoncé est composé de 5 pages. Toutes

Plus en détail

Concours 2015 Épreuve d Informatique Filière : MP Durée de l épreuve : 3 heures. L utilisation d une calculatrice est autorisée.

Concours 2015 Épreuve d Informatique Filière : MP Durée de l épreuve : 3 heures. L utilisation d une calculatrice est autorisée. A 2015 INFO. MP École des Ponts ParisTech, SUPAERO (ISAE), ENSTA ParisTech, Télécom ParisTech, Mines ParisTech, Mines de Saint-étienne, Mines Nancy, Télécom Bretagne, ENSAE ParisTech (filière MP), École

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Mathématiques Pour l Informatique I : Théorie des Ensembles et Relations. Serge Iovleff

Mathématiques Pour l Informatique I : Théorie des Ensembles et Relations. Serge Iovleff Mathématiques Pour l Informatique I : Théorie des Ensembles et Relations Serge Iovleff 13 septembre 2004 Quelques références Ma Page http ://www.iut-info.univ-lille1.fr/ iovleff Un Cours réalisé par des

Plus en détail

Université Sultan Moulay Slimane

Université Sultan Moulay Slimane Université Sultan Moulay Slimane Faculté des sciences et techniques de Beni Mellal Année universitaire : 2012/2013 Cours du Module Algèbre I Abdesselam BOUARICH Deuxième version : 14/01/2013 Table des

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Relations binaires Relations d équivalence Exercice 1 [ 02643 ] [Correction] Soit R une relation binaire sur un ensemble E à la fois réflexive

Plus en détail

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 MPSI 1 Feuille d exercices Manipulation des relations d ordre. Relation d ordre Exercice 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation

Plus en détail

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels.

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. Lycée Louis le grand Année scolaire 2007/2008 Mathématiques Supérieure MPSI Semaine 12 11 mai 2009 1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. On note K le corps R ou C. 1.1 Axiomes d espace vectoriel.

Plus en détail

VIII Relations d ordre

VIII Relations d ordre VIII Relations d ordre 20 février 2015 Dans tout ce chapitre, E est un ensemble. 1. Relations binaires Définition 1.0.1. On appelle relation binaire sur E tout triplet R = (E, E, Γ) où Γ est une partie

Plus en détail

Produit scalaire dans l Espace

Produit scalaire dans l Espace Produit scalaire dans l Espace Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 014/015 Table des matières 1 Produit scalaire du plan 1.1 Différentes expressions du produit scalaire............................... 1.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété

Plus en détail

Cours de Probabilités et de Statistique

Cours de Probabilités et de Statistique Cours de Probabilités et de Statistique Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université Paris-Est Cours de Proba-Stat 2 L1.2 Science-Éco Chapitre Notions de théorie des ensembles 1 1.1 Ensembles

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Ensembles et applications. Motivations. Exo7

Ensembles et applications. Motivations. Exo7 o7 nsembles et applications Vidéo partie 1. nsembles Vidéo partie 2. Applications Vidéo partie 3. Injection, surjection, bijection Vidéo partie 4. nsembles finis Vidéo partie 5. Relation d'équivalence

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES I. Logique. II. Ensemble. III. Relation, fonction, application. IV. Composition, réciprocité. V. Relation d

Plus en détail

Chapitre 1. Ensembles et sous-ensembles

Chapitre 1. Ensembles et sous-ensembles Chapitre 1 Ensembles et sous-ensembles 1. Notion d ensemble - Elément d un ensemble Un ensemble est une collection d objets satisfaisant un certain nombre de propriétés et chacun de ces objets est appelé

Plus en détail

Relations binaires. 1 Produits cartésiens et graphes. 2 Relations binaires. 1.1 Produit cartésien E F. 1.2 Graphe dans E F. 2.

Relations binaires. 1 Produits cartésiens et graphes. 2 Relations binaires. 1.1 Produit cartésien E F. 1.2 Graphe dans E F. 2. Relations binaires 1 Produits cartésiens et graphes 1.1 Produit cartésien E F Soient E et F deux ensembles non vides. E F = {(x; y) / x E et y F } Si E = F, E F = E 2 (carré cartésien) Soit (a; b) E F.

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Relations binaires sur un ensemble.

Relations binaires sur un ensemble. Math122 Relations binaires sur un ensemble. TABLE DES MATIÈRES Relations binaires sur un ensemble. Relations d équivalence, relation d ordre. Table des matières 0.1 Définition et exemples...................................

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

TD: Ensembles, applications, dénombrement

TD: Ensembles, applications, dénombrement Université de Provence Année 011/1 Licence Math Info ème année S3 Fondements de l Informatique 1 Ensembles et fonctions TD: Ensembles, applications, dénombrement 1. On suppose que l ensemble de tous les

Plus en détail

Relations Binaires Relations d équivalence sur un ensemble

Relations Binaires Relations d équivalence sur un ensemble Relations Binaires Relations d équivalence sur un ensemble MPSI 2 1 Généralités Soit E un ensemble non vide. Définition 1..1 On appelle relation binaire sur E le couple (E, G où G est un graphe de E dans

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Formules d inclusion-exclusion

Formules d inclusion-exclusion Université de Rouen L1 M.I.EEA 2011 2012 Mathématiques discrètes Formules d inclusion-exclusion Je présente ici une correction détaillée de l Exercice 5 de la Feuille d exercices 1, en reprenant le problème

Plus en détail

Les mots de Sturm. Fathi BEN ARIBI 20 décembre 2008

Les mots de Sturm. Fathi BEN ARIBI 20 décembre 2008 Les mots de Sturm Fathi BEN ARIBI 20 décembre 2008 1 Objectifs Dans cette présentation, nous donnerons quelques résultats de combinatoire des mots. Avant tout, il est nécessaire d introduire quelques notations

Plus en détail

Logique informatique 2013-2014. Examen

Logique informatique 2013-2014. Examen Logique informatique 2013-2014. Examen 30 mai 2013. Durée 3h. Tous les documents sont autorisés. Seuls les résultats du cours peuvent être utilisés sans démonstration. Le barême et la longueur des solutions

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

6. Les différents types de démonstrations

6. Les différents types de démonstrations LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉMONSTRATIONS 33 6. Les différents types de démonstrations 6.1. Un peu de logique En mathématiques, une démonstration est un raisonnement qui permet, à partir de certains axiomes,

Plus en détail

CHAPITRE 6 Les vecteurs

CHAPITRE 6 Les vecteurs A/ Vecteurs Cours de Mathématiques Classe de Seconde Chapitre 6 Les Vecteurs CHAPITRE 6 Les vecteurs 1) Définition et exemples a) Définition Soient deux points A et B. On appelle vecteur AB "la flèche"

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Relation binaire. 2. Relations, fonctions et ordres. Exemples. Représentation d une relation binaire. Un couple est une paire ordonnée d éléments.

Relation binaire. 2. Relations, fonctions et ordres. Exemples. Représentation d une relation binaire. Un couple est une paire ordonnée d éléments. Relation binaire Un couple est une paire ordonnée d éléments. ex: les points (x,y) du plan de IN 2 ou de IR 2, les nom et prix d un produit, les instances d un objet en Java (à 2 attributs). 2. Relations,

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

COURS MPSI A.1.IV.NOTIONS DE BASE : RELATIONS R. FERRÉOL 13/14

COURS MPSI A.1.IV.NOTIONS DE BASE : RELATIONS R. FERRÉOL 13/14 IV) RELATIONS. 1) Définition. DEF : une relationrest définie par la donnée d unensemblededépart E, d unensembled arrivée F et d un ensemble G de couples(x,y) avecxdanse ety dansf (autrement dit, G est

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS.

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître différents procédés pour établir une divisibilité : utilisation de la définition, utilisation d identités remarquables, disjonction des cas,

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

MATHÉMATIQUES LIAISON 3 ème / 2 nde. Lycée Notre Dame des Minimes Année scolaire 2015-2016 LIVRET DE VACANCES

MATHÉMATIQUES LIAISON 3 ème / 2 nde. Lycée Notre Dame des Minimes Année scolaire 2015-2016 LIVRET DE VACANCES MATHÉMATIQUES LIAISON ème / 2 nde Lycée Notre Dame des Minimes Année scolaire 205-206 LIVRET DE VACANCES L objet du présent livret de vacances est d aborder le programme de mathématiques de seconde générale

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

2010/2011. Espaces vectoriels

2010/2011. Espaces vectoriels Université Paris-Est Marne-la-Vallée 010/011 M1 enseignement CD/Préparation au CAPES Espaces vectoriels Dans toute la suite on considèrera des espaces vectoriels sur un corps commutatif K de caractéristique

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500 ABRAHAM BROER References [R] Kenneth H. Rosen, Mathématiques discrètes, Édition révisée Chenelière McGraw-Hill, 2002. 1. But

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Chapitre 11. 2ème partie Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES 2ème partie Produit scalaire Produit scalaire

Plus en détail

(ii) pour tout x X, on a e x = x.

(ii) pour tout x X, on a e x = x. COURS DE LICENCE 2014/15 4 Groupes agissant sur un ensemble Définition 4.1. Soit G un groupe, X un ensemble non vide, S(X) le groupe des bijections de X. Une action de G sur X ou une opération de G sur

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Ensembles-Applications

Ensembles-Applications Ensembles-Applications Exercice 1 : Soient A = {1,2,3} et B = {0,1,2,3}. Décrire les ensembles A B, A B et A B. Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Soient A = [1,3] et B = [2,4]. Déterminer

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail