CONTEXTE...i MANIFESTATIONS DE LA MALNUTRITION...1 UTILISATION ET EXPLOITATION DES INFORMATIONS NUTRITIONNELLES EXISTANTES...3

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTEXTE...i MANIFESTATIONS DE LA MALNUTRITION...1 UTILISATION ET EXPLOITATION DES INFORMATIONS NUTRITIONNELLES EXISTANTES...3"

Transcription

1 Alerte précoce de nutrition et sécurité alimentaire au Niger Recommandations au Réseau des Systèmes d'alerte Précoce contre la Famine (FEWS NET) et ses partenaires en ce qui concerne la surveillance et le traitement des lacunes au niveau des informations au Niger Juin 2006 La présente publication a été rédigée par Caroline Grobler-Tanner sous contrat en quantité indéterminée AFP-I pour le Réseau des systèmes d'alerte précoce contre la famine (FEWS NET) de l'agence américaine pour le développement international (USAID), géré par Chemonics International. Le financement de ce rapport provient du Surge Fund de FEWS NET fourni par les Bureaux USAID Food for Peace et Foreign Disaster Assistance.

2 Alerte précoce de nutrition et sécurité alimentaire au Niger Recommandations au Réseau des Systèmes d'alerte Précoce contre la Famine (FEWS NET) et ses partenaires en ce qui concerne la surveillance et le traitement des lacunes au niveau des informations au Niger DÉCHARGE DE RESPONSABILITÉ Les opinions de l'auteur exprimées dans la présente publication ne reflètent pas nécessairement l'avis de l'agence américaine pour le développement international ni celui du Gouvernement des États-Unis. 1

3 TABLE DES MATIERES CONTEXTE...i MANIFESTATIONS DE LA MALNUTRITION...1 MALNUTRITION AIGUË...1 MALNUTRITION CHRONIQUE...2 NUTRIANTS DE TYPE I ET DE TYPE II...2 UTILISATION ET EXPLOITATION DES INFORMATIONS NUTRITIONNELLES EXISTANTES...3 ENQUETES ET EVALUATIONS DE NUTRITION...3 SURVEILLANCE DE LA NUTRITION...3 LACUNES EN MATIERE D'INFORMATION ET D'INTERPRETATION...6 MODES DE DISPONIBILITE ET DE CONSOMMATION DES ALIMENTS DANS LES FOYERS...6 COLLECTE ET TRIANGULATION DES DONNEES ET RECOURS AUX SEUILS...6 DONNEES ET INFORMATIONS NUTRITIONNELLES : CE QUE L'ON DOIT SURVEILLER AU NIGER...8 TRIANGULATION DES DONNEES ET DEFINITIONS...10 TABLEAU 1 : DEFINITIONS (MALNUTRITION AIGUË)...10 ANNEXE 1 : DEFINITIONS ET MANIFESTATIONS DE LA MALNUTRITION...0 ANNEXE 2 : ÉLEMENTS METABOLIQUES DES NUTRIANTS DE TYPE I ET DE TYPE II ET CONSEQUENCES DES CARENCES...12 ANNEXE 3 : FACTEURS AFFECTANT LA NUTRITION DANS DES SITUATIONS CHOISIES...13 ANNEXE 4 : DEMARCHE DE PRISE DE DECISION POUR LA MISE EN ŒUVRE DE PROGRAMMES ALIMENTAIRES SELECTIFS

4 CONTEXTE L'urgence nutritionnelle au Niger en 2004/2005 a mis en évidence la nécessité de mieux comprendre le fardeau sous-jacent persistant de la malnutrition au Niger et d'étendre la capacité de FEWS NET et de ses institutions partenaires à surveiller, analyser et interpréter les indicateurs de malnutrition et autres indicateurs pertinents pour une alerte précoce en cas de crises nutritionnelles à l'avenir. Pour répondre à ce besoin, FEWS NET a commandé deux rapports spéciaux interdépendants, dans le cadre de son effort accru d'intervention en faveur du Niger. 1. Un rapport spécial qui examine les causes sous-jacentes d'une médiocre nutrition et leur pertinence quant aux crises de sécurité alimentaire au Niger. 2. Le présent rapport spécial qui présente des directives sur la surveillance de la nutrition et le traitement des lacunes de sécurité alimentaire ayant trait à la nutrition au Niger. Le présent rapport spécial a pour objectif d'orienter FEWS NET et ses institutions partenaires, en particulier : 1. En donnant un aperçu des manifestations les plus communes de malnutrition dans les pays à faible revenu et en remarquant leur pertinence quant à la collecte, à l'analyse et à l'interprétation des données nutritionnelles ; 2. En identifiant les domaines clés où les informations existantes pourraient être mieux utilisées et exploitées par FEWS NET et ses partenaires ; et 3. En identifiant les lacunes au niveau des informations ayant trait à la nutrition que FEWS NET et/ou ses partenaires pourraient combler afin de créer une meilleure compréhension globale de la situation de la nutrition au Niger, et d'incorporer plus efficacement la surveillance de la nutrition dans le système d'alerte précoce de sécurité alimentaire. 0

5 MANIFESTATIONS DE LA MALNUTRITION Afin d'identifier les lacunes d'information et de suivi au Niger, il est important de donner tout d'abord un aperçu des notions élémentaires que nous connaissons au sujet de la malnutrition. En théorie, les facteurs de base qui sont la cause qui conduit à la malnutrition infantile sont assez bien compris (insécurité alimentaire, soins et pratiques alimentaires médiocres ou inadéquats et défaut d'accès à une santé publique de qualité). Toutefois, le cheminement précis et les manifestations cliniques ultérieures (effets physiques visibles) de la malnutrition ne sont pas encore entièrement clairs. Seront exposés dans cette partie les principaux types de malnutrition, la façon dont ils sont mesurés et la raison pour laquelle ils sont importants, tout particulièrement dans le cadre d'un pays à faible revenu. À la suite de cette vue d'ensemble, on abordera les enquêtes nutritionnelles et la surveillance. Alimentation sélective : Terme général utilisé pour décrire tous les programmes d'alimentation complémentaire et thérapeutique pour les enfants atteints de malnutrition aiguë ALIMENTATION COMPLEMENTAIRE Réadaptation pour les enfants atteints d'une malnutrition aiguë modérée. La plupart des programmes d'alimentation complémentaire fonctionnent une semaine sur deux en soins ambulatoires et comprennent une ration à emporter chez soi (aliments composés et huile végétale) et un traitement de base. ALIMENTATION THERAPEUTIQUE Réadaptation pour les enfants atteints d'une malnutrition aiguë grave. Il existe divers types d'alimentation thérapeutique. Soins hospitaliers pour enfants atteints de malnutrition grave avec complications. Une fois stabilisés, les enfants les plus atteints de malnutrition grave sont traités dans des programmes de traitement en soins ambulatoires (OTP). La majorité des enfants peuvent être traités directement en OTP sans qu'un traitement hospitalier soit nécessaire. MALNUTRITION AIGUË Le terme «malnutrition aiguë» se définit comme la combinaison d'une malnutrition débilitante et oedémateuse (gonflement des pieds et parfois des membres inférieurs). En cas d'urgence, la prévalence de la malnutrition aiguë sert d'indicateur de la gravité de la crise et aide à déterminer quels types d'interventions peuvent être (le cas échéant) nécessaires. La mesure de la malnutrition aiguë sert également pour l'aiguillage vers et l'admission dans des programmes d'alimentation sélective. L'objectif de la mesure de la malnutrition aiguë (évaluation de la prévalence dans une population, filtrage ou aiguillage et admission d'enfants dans des programmes alimentaires) déterminera comment est mesurée la malnutrition aiguë. Lorsque la prévalence de la malnutrition aiguë est évaluée au niveau de la population, elle est définie comme le rapport poids-taille de <-2 scores z et/ou oedème. Ceci est également connu comme le taux de malnutrition aiguë global (GAM) et comprend à la fois la malnutrition aiguë modérée (MAM <-2 et >-3 scores z) et la malnutrition aiguë grave (SAM<-3 scores z et/ou oedème). Les taux GAM, MAM et SAM apparaissent habituellement séparément. Le taux MAM sert à déterminer le besoin de programmes d'alimentation complémentaire. De la même façon, le taux SAM sert à déterminer le besoin de programmes d'alimentation thérapeutique. La prévalence de l'oedème figure dans le cadre du taux SAM et figure séparément (voir Annexe 1). Une autre mesure de la malnutrition aiguë, le tour de l'avant-bras (MUAC), est un indicateur à haute sensibilité du risque de mortalité chez les jeunes enfants 1. Il est simple également à utiliser et à comprendre et sert à présent de plus en plus pour identifier, aiguiller et admettre les enfants atteints de malnutrition dans des programmes d'alimentation thérapeutique et complémentaire. Le MUAC et/ou l'oedème sont souvent utilisés lors d'évaluations rapides pour juger rapidement de l'étendue de la malnutrition aiguë aux stades initiaux d'une 1 Myatt, M et coll. A review of methods to detect cases of severe malnourished children in the community for admission to Community Therapeutic Care. WHO Consultation on community-based management of severe malnutrition [Examen des méthodes permettant de détecter les cas d'enfants atteints de malnutrition grave dans la communauté avant admission aux Soins thérapeutiques communautaires. Consultation OMS sur la gestion de la malnutrition grave au niveau communautaire], novembre

6 crise et/ou lorsque des zones auparavant inaccessibles s'ouvrent avant que puisse être effectuée une enquête au niveau de la population (en se servant du rapport poids-taille) (voir Annexe 1). Pouvoir évaluer la malnutrition aiguë en cas d'urgence est essentiel en partie parce que la malnutrition aiguë grave est associée à un risque de mortalité et requiert par conséquent une action immédiate pour prévenir une surmortalité. MALNUTRITION CHRONIQUE «Malnutrition chronique» ou arrêt de croissance (rapport taille-âge <- 2 scores z) commence peu après la naissance et continue jusqu'au cours de la troisième année 2.La raison pour laquelle la malnutrition chronique n'est pas surveillée au cours d'une intervention d'urgence est que ses causes sous-jacentes sont liées à des causes soi-disant insolubles (c'est-à-dire la pauvreté) et que cela prend longtemps pour avoir un impact sur les taux d'arrêt de croissance. NUTRIANTS DE TYPE I ET DE TYPE II Les relevés anthropométriques (c'est-à-dire mesures du corps) ne nous disent rien sur la manière dont se produit la malnutrition. Il est bien connu que les indicateurs et les «limites» utilisés pour classer la malnutrition aiguë et chronique sont le résultat final (c'est-à-dire le stade tardif) d'une médiocre nutrition cumulative. Dans certains cas, notamment en ce qui concerne la malnutrition oedémateuse, les premiers signes peuvent apparaître très rapidement si bien que l'enfant peut sembler en bonne santé un jour et nettement dénutri quelques jours plus tard. Toutefois, le résultat final est généralement dû à un régime alimentaire très déficitaire au fil du temps. Il est à présent assez bien admis qu'il y a deux groupes de carence en nutriants : Nutriants de type I («nutriants fonctionnels») et de type II («nutriants de croissance») (Annexe 2) 3. Les nutriants de type I sont nécessaires pour des fonctions métaboliques données. Avec un régime alimentaire déficient, la personne continue à grandir normalement mais lorsque les réserves du corps sont épuisées, les symptômes cliniques sont généralement reconnaissables (par exemple une carence en fer conduira à une anémie et une déficience en iode conduira à un goitre). Les carences en nutriants de type II ont pour résultat une croissance médiocre, un arrêt de la croissance et un état émacié. Une personne peut facilement avoir une carence de type II qui reste sans être corrigée. Il ne s'agit pas là d'un problème de traitement car des régimes alimentaires conçus spécialement doivent contenir des quantités suffisantes de nutriants de type II d'une manière équilibrée. C'est toutefois un problème de prévention. Il est probable que les enfants les plus atteints de malnutrition aiguë (émaciés) au Niger ont également un arrêt de croissance. La plupart des nutritionnistes n'emploient plus le terme de malnutrition protéo-calorique (MPE) car il est clair que l'état émacié et l'arrêt de croissance ne sont pas dus à une absence en soi de protéines ou de calories mais beaucoup plus vraisemblablement à de multiples carences en nutriants. Lorsqu'on assure le suivi et l'analyse de données et d'informations nutritionnelles, il est utile de garder cela à l'esprit. 2 Shrimpton, R. et coll. Worldwide timing of growth faltering : Implications for nutritional interventions. [[Étude mondiale des temps de faiblesse de croissance : Répercussions pour les interventions nutritionnelles] Paediatrics, mai 2001,107 (5). 3 Action contre la faim (ACF) Évaluation et traitement de la malnutrition 2

7 UTILISATION ET EXPLOITATION DES INFORMATIONS NUTRITIONNELLES EXISTANTES ENQUETES ET EVALUATIONS DE NUTRITION Les informations nutritionnelles obtenues au cours d'une enquête devraient servir à confirmer la gravité d'une crise. Il y a un accord assez large au sujet des bonnes pratiques en matière de collecte et d'analyse des données anthropométriques pour l'estimation du taux de prévalence de la malnutrition aiguë. Le modèle de démarche causale de l'unicef a été largement adopté comme base pour les évaluations en matière de nutrition. Il est recommandé de se servir du modèle de démarche causale de l'unicef comme base pour mener, analyser et interpréter des enquêtes nutritionnelles 4. Les données et les informations provenant d'enquêtes nutritionnelles au Niger ne sont pas compilées ni analysées correctement. La plupart des enquêtes nutritionnelles sont effectuées de façon ponctuelle pour répondre aux besoins des objectifs de diverses agences (habituellement des programmes alimentaires sélectifs). En tant que telles, ces informations ne sont pas très utiles pour juger de la situation dans son ensemble. À ce jour au Niger une enquête conjointe du Gouvernement, de l'unicef et des Centers for Disease Control (septembre 2005) est la seule enquête sur la nutrition et la mortalité menée à l'échelle nationale en période de crise. Il est beaucoup plus utile d'avoir plusieurs enquêtes et évaluations régionales ou nationales qui soient très bien analysées qu'une pléthore d'enquêtes locales mal conçues et mal analysées, ce qui arrive beaucoup trop fréquemment. Il est recommandé que FEWS NET, ses partenaires et bailleurs de fonds (comme par exemple OFDA, GoN, UNICEF) commandent des évaluations périodiques sur la nutrition, la mortalité et la sécurité alimentaire au niveau de la région tout entière 5. La relation entre la sécurité alimentaire et l'état nutritionnel varie au Niger entre les différents groupes. Par conséquent il conviendrait d'inclure dans l'analyse des groupes à moyens de subsistance différents et différents paramètres géographiques. Les données et les informations peuvent être comparées à d'autres situations en se servant d'un simple tableau d'analyse causale ou de risque (Annexe 3). SURVEILLANCE DE LA NUTRITION La surveillance de la nutrition fait souvent partie d'un système d'alerte précoce. Ce système a pour objectif de surveiller les tendances plutôt que les niveaux absolus de malnutrition. Ceci permet d'interpréter les taux de prévalence en les comparant à ce qui est «normal» pour l'époque de l'année. La surveillance de la nutrition n'est pas très robuste au Niger. Il est recommandé d'établir au Niger une base de référence en matière de nutrition, de mortalité et de sécurité alimentaire afin de pouvoir assurer le suivi des tendances. Ceci peut varier selon les régions au sein du Niger. Dans le cadre du système de surveillance de la nutrition, il convient de suivre les données et informations suivantes : Prévalence de la malnutrition aiguë Le taux de malnutrition aiguë globale (GAM) doit être enregistré en se servant des données disponibles et étudié en le comparant à la norme saisonnière. Des taux de prévalence élevés hors de la norme saisonnière sont une cause particulière d'inquiétude et ceci devrait être clairement mis en évidence. Prévalence des oedèmes 4 La liste de contrôle nutritionnel reprise dans le manuel SPHERE (Appendice 4) est utile à cet égard. Le projet Sphère Charte humanitaire et normes minimales pour les interventions lors de catastrophes, Par exemple, dans le Darfur deux évaluations ont été effectuées sur la nutrition et la sécurité alimentaire au niveau de toute la région (septembre 2004 et septembre 2005). 3

8 La prévalence des oedèmes devrait faire l'objet d'un état séparé et ceci parce que la voie causale de la malnutrition oedémateuse est différente de celle conduisant à l'état émacié. La malnutrition oedémateuse peut suivre des infections graves (comme les flambées de rougeole) ; en outre, des taux élevés d'oedèmes indiquent souvent une carence généralisée en nutriants de type I dans la population et suggèrent qu'il est nécessaire de s'occuper d'urgence de la qualité du régime alimentaire y compris des rations d'aide alimentaire. Au Niger, l'oedème est relativement occasionnel. Pourcentage de la malnutrition aiguë grave (SAM) par rapport à la malnutrition aiguë globale (GAM) Il convient de communiquer le pourcentage de SAM par rapport à GAM. Si le taux GAM est élevé (hors de la pointe saisonnière) et que le taux SAM est relativement faible, ceci peut indiquer que les gens sont au maximum de leurs capacités mais sont en mesure d'écarter l'état émacié par le biais de stratégies de réponse, comme la vente de biens ou la modification du mode de consommation alimentaire. Si le taux SAM est relativement élevé (généralement >3 %), ceci indique généralement une situation très grave qui coïncidera probablement avec un taux accru d'admission dans les centres de ravitaillement. Si le taux de prévalence VIH/SIDA est élevé, les taux SAM peuvent être particulièrement élevés par rapport aux taux GAM. Il est recommandé que FEWS NET, en collaboration avec l'unicef, fasse état des taux GAM comparés à la norme saisonnière. Il faudrait attacher une attention particulière aux taux d'oedème communiqués séparément et au suivi, à la communication et à l'analyse des taux SAM par rapport aux taux GAM. Admissions dans les programmes d'alimentation thérapeutique Il faudrait connaître les chiffres des admissions dans les programmes d'alimentation thérapeutique (soins hospitaliers et ambulatoires). Ceci est actuellement effectué au Niger par l'unicef. Toutefois l'analyse est faible. Les chiffres d'admission devraient être indiqués en fonction des normes saisonnières. L'augmentation des admissions avant la saison de pointe (utilisée dans son contexte) peut être un bon indicateur d'une crise nutritionnelle imminente. Il faudrait également faire état des admissions d'enfants de moins de six mois atteints de malnutrition. Les enfants de moins de six mois n'apparaissent pas dans les enquêtes. Par suite de cela, il est possible qu'il y ait une sous-déclaration du véritable nombre de cas de malnutrition aiguë grave dans la population des enfants âgés de moins de six mois. Au Niger, le nombre de cas d'enfants de moins de six mois atteints de malnutrition dans les centres MSF d'alimentation thérapeutique en hôpitaux est élevé. Ces enfants ont un risque élevé de mortalité. Il est recommandé que FEWS NET, en collaboration avec l'unicef, MSF et ACF, suive les chiffres d'admission dans les centres d'alimentation thérapeutique. Une augmentation des admissions avant la pointe saisonnière doit être déclarée et notée. Les admissions d'enfants atteints de malnutrition devraient également être communiquées. Indicateurs de résultat du programme et couverture Les indicateurs de résultat du programme devraient être comparés aux normes SPHERE. C'est ce que fait déjà l'unicef. Toutefois, il y a très vraisemblablement des vices de forme dans les rapports fournis par les agences de mise en œuvre à l'unicef et par conséquent des vices de forme dans la compilation des données et leur analyse. La couverture doit être incluse en tant qu'indicateur de l'accès au programme et de son impact. La couverture est également un bon indicateur substitutif de l'étendue de la participation (et de la compréhension) communautaire à un programme. Au Niger, la couverture du programme d'alimentation sélective s'est avérée être très faible, si bien qu'un grand nombre d'enfants atteints de malnutrition n'ont pas accès au traitement. Il est impératif que l'unicef assure le suivi et la surveillance de la couverture. L'UNICEF doit surveiller efficacement les programmes d'alimentation sélective pour s'assurer que les données et les déclarations sont fiables et que par conséquent la compilation et l'analyse sont exactes. FEWS NET, en collaboration avec l'unicef, devrait assurer le suivi et faire état de la couverture du programme. 4

9 Épidémies et poussées épidémiques saisonnières Il devrait être fait état des poussées épidémiques (comme la rougeole et le choléra) car elles peuvent avoir une incidence sur les taux de mortalité. Il faudrait enquêter sur les pointes saisonnières des maladies diarrhéiques, du paludisme et des infections respiratoires aiguës (IRA) et en prendre note. Lorsque le taux de prévalence de malnutrition est déjà élevé, une prévalence élevée simultanée de paludisme va vraisemblablement augmenter le nombre de cas de malnutrition avec complications et par voie de conséquence, le nombre des admissions en traitement thérapeutique hospitalier. Il faudrait faire état des schémas saisonniers des maladies et de leur rapport avec les données nutritionnelles. Ceci inclut le paludisme, la diarrhée et les IRA. Il faudrait également prendre bonne note des principales flambées de rougeole, de méningite et de choléra. 5

10 LACUNES EN MATIERE D'INFORMATION ET D'INTERPRETATION MODES DE DISPONIBILITE ET DE CONSOMMATION DES ALIMENTS DANS LES FOYERS Au Niger, le régime alimentaire de la plupart des enfants est extrêmement monotone, il consiste habituellement de porridge à base de millet, même lorsqu'il y a divers types d'aliments dans le foyer et que le régime alimentaire des autres membres plus âgés peut être plus varié. Le régime alimentaire monotone conduit à des carences en nutriants et souvent à l'anorexie (manque d'appétit) et à une perte de poids simultanée. Une consommation inadéquate de nutriants précède souvent la perte de poids et les variations anthropométriques dont nous nous servons pour définir la malnutrition. La mesure de la variété du régime alimentaire devrait par conséquent être un élément important de l'analyse nutritionnelle. Un suivi consciencieux des modes de consommation alimentaires, tout particulièrement pour les mères et les enfants, est essentiel. La surveillance de la qualité, de la quantité et de l'utilisation des rations d'aide alimentaire générale - en particulier là où la dépendance vis-à-vis de l'aide alimentaire est connue comme étant très élevée et où les produits complémentaires tels que légumes et fruits sont rares - est également très importante. Il est recommandé d'assurer le suivi et de documenter les modes de consommation alimentaire des ménages y compris l'utilisation des aliments, la variété diététique, l'affectation des aliments au sein du foyer et les tabous culturels. Ce type d'informations viendrait en complément des informations de Connaissances, attitudes et pratiques (CAP) que recueillent certaines agences. La vente des produits d'aide alimentaire utilisés dans les programmes d'alimentation sélective a été observée au Niger et devrait faire l'objet de surveillance et d'analyse. La vente à grande échelle de produits alimentaires conçus spécialement tels que le «Plumpynut» indique une médiocre couverture des programmes et/ou une conception et une mise en œuvre médiocres des programmes et mérite une enquête plus poussée de la part des partenaires assurant la mise en œuvre et de l'unicef. Le PAM a fourni une «ration de protection» aux foyers d'enfants atteints de malnutrition grave au Niger afin de réduire le partage et d'améliorer la disponibilité globale d'aliments au sein du foyer (notamment pour les autres enfants du foyer) par le biais de la fourniture d'aliments composés. Il faudrait que ceci soit surveillé. COLLECTE ET TRIANGULATION DES DONNEES ET RECOURS AUX SEUILS La triangulation des données et des informations disponibles est essentielle. Ceci comprend les données de sécurité alimentaire, de mortalité et de morbidité, les enquêtes nutritionnelles, les informations sur les taux de prévalence saisonnière et les admissions dans les centres d'alimentation thérapeutique (Figure 1). Devraient également y être incluses des informations sur la disponibilité et l'utilisation des aliments locaux recueillis par le biais de débats en groupes de consultation et de visites dans les foyers (comme ceux menés par des travailleurs et des bénévoles de vulgarisation dans le cadre des programmes de Soins thérapeutiques communautaires (STC)) 6. Le rapport mutuel entre la malnutrition et la mortalité varie. La nature de ce rapport mutuel est essentielle tant pour prédire que pour diagnostiquer les crises. Il y a actuellement un manque de cohérence entre les causes de la malnutrition et les démarches de prise de décision concernant les programmes d'alimentation sélective (c'est-à-dire la réponse appropriée). Le fait de se fier à ces démarches fondées sur des seuils (fréquemment cités dans les rapports sur le Niger) omet souvent de tenir compte de façon adéquate des fluctuations saisonnières, des niveaux de pré-urgence, des tendances et des causes sousjacentes (voir Annexe 4). Les informations nutritionnelles et de sécurité alimentaire devraient être recueillies auprès de tous les groupes de la population affectée d'une manière acceptable sur le plan culturel. Au Niger cela signifie d'inclure les femmes dans les évaluations, les enquêtes et la collecte des informations. La plus grande partie de la collecte et de l'interprétation des données et la plupart des programmes de nutrition sont dirigés par des hommes. 6 Il existe un groupe de travail STC au Niger. Il pourrait être demandé à ce groupe de recueillir et de documenter des informations appropriées sur la nutrition et sur le mode de consommation et d'utilisation des aliments dans les foyers. 6

11 C'est au Niger un obstacle non négligeable qui doit être réglé. Les informations devraient être continuellement partagées au sein des secteurs et entre eux. Il est recommandé que FEWS NET, en collaboration avec le PAM et l'unicef, essaie d'effectuer la triangulation efficace des données et des informations. Il est recommandé que FEWS NET ne se fie pas simplement aux seuils de l'oms pour déterminer la gravité d'une crise ou pour décider du besoin d'une réponse mais que les données soient interprétées efficacement dans leur contexte (comme par exemple en prenant en considération l'accès aux aliments, les pratiques de soin, les informations de santé publique ainsi que la répartition et les tendances de la malnutrition dans l'espace et dans le temps). Il est recommandé que les femmes soient incluses dans les évaluations et dans la collecte des informations sur la sécurité alimentaire et la nutrition dans les foyers. Ceci est essentiel pour pouvoir avoir accès à des informations pertinentes utiles. Les informations devraient être continuellement partagées au sein des secteurs et entre eux. 7

12 DONNEES ET INFORMATIONS NUTRITIONNELLES : CE QUE L'ON DOIT SURVEILLER AU NIGER Type de données/informations Évaluations sur la nutrition, la sécurité alimentaire et la mortalité Période Évaluation initiale Tous les 6 mois Enquêtes nutritionnelles Peuvent être effectuées tous les 3 à 6 mois par des agences individuelles dans un but de planification de programme et pour déterminer leur impact Considérations de déclaration et d'interprétation Évaluations et enquêtes nutritionnelles La démarche causale devrait servir de base à l'obtention, l'analyse et l'interprétation des informations. 7 Des évaluations au niveau des régions sont préférables à de nombreuses enquêtes nutritionnelles ponctuelles L'analyse devrait inclure des groupes à moyens de subsistance différents (comme par exemple pastoral, agropastoral et agricole) Les taux de prévalence de la malnutrition aiguë doivent toujours être comparés à la norme saisonnière Les enquêtes nutritionnelles effectuées par diverses agences doivent être interprétées avec prudence. Elles ne représentent souvent qu'une partie d'une zone ou d'une région. Les données ne doivent pas être extrapolées hors du contexte. Utilisation en combinaison avec d'autres informations (voir Figure 1) Surveillance de la nutrition (tendances en matière de surveillance) Établissement d'une base de référence * Il faut établir au Niger une base de référence (selon la saison) qui servira pour surveiller les tendances. Ceci peut varier selon les régions. Prévalence de la malnutrition aiguë Continu Le taux de malnutrition aiguë globale (GAM) doit être pris en compte en se servant des données disponibles (généralement des enquêtes). Faire état de la comparaison avec la base de référence et la norme saisonnière. Prévalence des oedèmes nutritionnels Continu Il doit être fait état des oedèmes séparément. Des taux élevés d'oedème peuvent indiquer une situation grave et nécessiter un complément d'enquête. Les oedèmes ne sont pas communs au Niger Pourcentage de la malnutrition aiguë globale (GAM) par rapport à la malnutrition aiguë grave (SAM) Admissions dans les centres d'alimentation thérapeutique Utile pour l'évaluation initiale Si le taux GAM est élevé (hors de la pointe saisonnière), ceci peut indiquer que les gens sont au maximum de leurs capacités mais sont en mesure d'écarter l émaciation aiguë par le biais de stratégies d'adaptation et/ou de détresse. Si le Continu taux SAM est élevé (habituellement >3 %), ceci indique qu'il s'agit d'une situation grave. Dans les zones à prévalence VIH/SIDA élevée, le taux SAM peut être élevé par rapport au taux GAM quelle que soit la saison. Ce n'est pas le cas au Niger. Continu Les admissions dans les centres d'alimentation thérapeutiques devraient être suivies en fonction des normes saisonnières L'augmentation des admissions avant la saison de pointe (utilisée dans son contexte) peut être un indicateur utile d'une crise imminente (besoin de réponse). Il faudrait noter les admissions des enfants âgés < 6 mois. C'est un groupe à haut risque avec des taux de mortalité élevés. Les enfants âgés < 6 mois n'apparaissent pas dans les données des enquêtes. Couverture du programme Continu Les indicateurs de résultats des programmes sont en règle générale communiqués par l'unicef. La couverture doit être incluse en tant qu'indicateur important de l'accès au programme et de son impact.. 8 La couverture devrait être > 50 % (Sphere) 7 Voir la liste des évaluations nutritionnelles SPHERE, Appendice 4, page La couverture est un indicateur SPHERE clé (>50 % dans les zones rurales et >70 % dans les zones urbaines) 8

13 Épidémies et poussées épidémiques saisonnières Continu * Il conviendrait d'enquêter sur les schémas saisonniers des maladies par région géographique (diarrhée, infection respiratoire aiguë et paludisme) Il conviendrait de faire état des schémas saisonniers des maladies par rapport aux données de nutrition et de mortalité Modes de disponibilité et de **La quantification de la monotonie diététique est un élément important de l'analyse nutritionnelle. Il consommation des aliments dans les conviendrait d'enquêter, de surveiller et d'établir un rapport sur l'utilisation des aliments, la variété ménages diététique, l'affectation des aliments au sein du foyer et les habitudes et tabous culturels. Ces informations devraient inclure la disponibilité des aliments dans les foyers et leur utilisation pour les enfants et les mères (tout particulièrement les mères qui allaitent) * Le bleu correspond aux données ou aux informations qui ne sont pas actuellement disponibles ou ne sont pas encore surveillées 9

14 TRIANGULATION DES DONNEES ET DEFINITIONS La triangulation des données et des informations disponibles est essentielle. Ceci comprend les données de sécurité alimentaire, de mortalité et de morbidité, les enquêtes nutritionnelles, les informations sur les taux de prévalence saisonnière et les admissions dans les centres d'alimentation thérapeutique (Figure 1). Devraient également y être incluses des informations sur la disponibilité et l'utilisation des aliments locaux recueillis par le biais de débats en groupes de consultation et de visites dans les foyers (comme ceux menés par des travailleurs et des bénévoles de vulgarisation dans le cadre des programmes de Soins thérapeutiques communautaires. Le rapport mutuel entre la malnutrition et la mortalité varie. La nature de ce rapport mutuel est essentielle tant pour prédire que pour diagnostiquer les crises. Figure 1 : Triangulation des données Anthropométrie Taux de prévalence Rapport poids-taille MUAC Oedèmes Admissions dans les centres d'alimentation thérapeutique (Soins hospitaliers et ambulatoires) Admission des enfants < 6 mois Couverture du programme Surveillance Incidence de la diarrhée, de la rougeole et de l'ira Tendances (selon la norme saisonnière) Taux de mortalité Analyse contextuelle Normes et schémas saisonniers Informations sur la sécurité alimentaire Schémas de disponibilité et de consommation des aliments dans les ménages Analyse fondée sur une démarche causale Taille et structure de la population et différences régionales/géographiques TABLEAU 1 : DEFINITIONS (MALNUTRITION AIGUË) Malnutrition aiguë globale (GAM) Définitions Rapport poids-taille (WHZ) <-2 score z et/ou oedème Manifestations visibles/cliniques Maigreur/émaciation ou œdème bipède Malnutrition aiguë modérée (MAM) Relevés de population La MAM pour l'aiguillage vers et l'admission dans des programmes d'alimentation complémentaire (SFP) Malnutrition aiguë grave (SAM) Relevés de population SAM pour l'aiguillage vers et l'admission à TFC/traitement thérapeutique en soins ambulatoires (OTP) SAM pour l'aiguillage vers et l'admission à traitement thérapeutique en soins hospitaliers WHZ <-2 score z WHM < 80 % ou < 125 MUAC sans complications WHZ < -3 et /ou oedème WHM < 70 % ou oedème +/++ ou MUAC < 110 Appétit et pas de complications WHM < 80 % ou oedème +++ou MUAC < 110 Anorexie et l'un des symptômes suivants : infection TRL, fièvre élevée, grave déshydratation, grave anémie, non éveillé Maigreur/ émaciation Marasme Malnutrition oedémateuse également nommée Kwashiorkor 10

15 ANNEXE 1 : DEFINITIONS ET MANIFESTATIONS DE LA MALNUTRITION Malnutrition aiguë globale (de 6 à 59 mois) GAM Malnutrition aiguë modérée MAM (relevés de population) Définitions Rapport poids-taille (WHZ) <-2 score z et/ou oedème WHZ < -2 score z Manifestations visibles/cliniques Maigreur/émaciation MAM pour aiguillage vers et admission à SFP (CRENAM) Malnutrition aiguë grave SAM (relevés de population) SAM pour l'aiguillage vers et l'admission à TFC/traitement thérapeutique en soins ambulatoires (OTP) SAM pour l'aiguillage vers et l'admission à traitement thérapeutique en soins hospitaliers WHM < 80 % sans complications ou < 125 MUAC WHZ < -3 et /ou oedème WHM < 70 % ou oedème +/++ ou MUAC <110 (de 6 à 59 mois) ET de l'appétit et pas de complications WHM < 80 % ou oedème +++ ou MUAC < 110 ET anorexie (pas d'appétit et/ou l'une des complications suivantes : infection TRL, fièvre élevée, grave déshydratation, grave anémie, non éveillé Marasme Malnutrition oedémateuse également nommée Kwashiorkor Malnutrition chronique Malnutrition chronique grave Insuffisance pondérale Insuffisance pondérale grave Rapport taille-âge (HFA) < -2 Z HFA <- 3 Z Rapport poids-âge<- 2 Z WFA >-3 Z Arrêt de croissance (petit pour son âge) Très petit pour son âge Retard de croissance Composite état émaciation/arrêt de croissance Rapport poids-taille en se servant d'un écart type ou score z(whz) Rapport poids-taille en se servant d'un pourcentage de médiane (WHM) Tour de l'avant-bras (MUAC) Kwashiorkor est défini comme un œdème des pieds qui prend le godet (membres inférieurs++ visage +++) Insuffisance pondérale (poids trop bas pour son âge) sert à surveiller la croissance 11

16 ANNEXE 2 : ÉLEMENTS METABOLIQUES DES NUTRIANTS DE TYPE I ET DE TYPE II ET LES CONSEQUENCES DES DEFICIENCES Nutriants de type I Nutriants de type II Sélénium, Iode, Fer, Cuivre, Calcium, Manganèse, Thiamine, Riboflavine, Acide ascorbique (vitamine C), Rétinol (vitamine A), Tocophérol (vitamine E), Calciférol (vitamine D), Acide folique, Vitamine B12, Pyrodoxine (vitamine B6) Azote, Soufre, Acides aminés essentiels, Potassium, Sodium, Magnésium, Zinc, Phosphore, Eau Métabolisme Utilisé dans des voies spécifiques Utilisé dans tous les tissus Nutriants fonctionnant indépendamment l'un de l'autre Équilibre nécessaire entre les différents nutriants du groupe Concentration tissulaire variable Concentration tissulaire fixe Faible contrôle sur l'excrétion Contrôle de précision sur le niveau d'excrétion Réserves du corps Pas de réserves Carence Diminution de la concentration tissulaire Pas de diminution de la concentration tissulaire -la diminution survient en raison de la réduction tissulaire elle--même Symptômes cliniques caractéristiques Pas de symptômes cliniques spécifiques Carences apparaissant après un certain temps Carences dépendant de l'apport quotidien Source : ACF, Évaluation et traitement de la malnutrition 12

17 ANNEXE 3 : FACTEURS AFFECTANT LA NUTRITION DANS DES SITUATIONS CHOISIES SCN/Informations nutritionnelles en situation de crise(nics) Ces catégories sont des récapitulatifs des causes de malnutrition et de la réponse humanitaire mais elles ne devraient pas être utilisées de façon isolée pour prescrire la réponse nécessaire. Les situations de ce tableau sont classées en cinq catégories relatives à la prévalence et/ou au risque de malnutrition : I: Risque/prévalence très élevé lorsque la population est actuellement en situation critique (soit risque très élevé de malnutrition fondé sur des causes sous-jacentes) ou prévalence très élevée de malnutrition et/ou taux de mortalité élevés II: Risque élevé d'être atteint de malnutrition ou déjà à des taux de prévalence élevés III: Risque modéré de malnutrition ou taux de prévalence modérément élevés. Peut-être des poches de malnutrition élevée IV: Pas de risque élevé de risque nutritionnel V: Le risque n'est pas connu. 13

18 ANNEXE 4 : DEMARCHE DE PRISE DE DECISION POUR LA MISE EN ŒUVRE DE PROGRAMMES ALIMENTAIRES SELECTIFS Source : OMS, Gestion de la nutrition en cas d'urgence grave Problèmes quant à l'utilisation d'une démarche arbre de décision et seuils 1. La démarche renforce la culture «alimentation d'abord» des interventions en cas d'urgence. L'approche fondée sur l'alimentation reste la réponse humanitaire dominante malgré les efforts visant à élargir l'analyse et la réponse pour tenir compte d'une sécurité alimentaire plus large, de la santé maternelle et infantile, des questions d'environnement et de santé publique. 2. Le recours à deux ou trois «facteurs aggravants» pour interpréter la prévalence de la malnutrition n'est pas cohérent avec le recours à la démarche conceptuelle qui, outre la maladie et l'apport alimentaire, donne des causes de base et sous-jacentes qui contribuent à la malnutrition. La santé maternelle et infantile en tant que cause sous-jacente n'est pas couverte par de nombreuses démarches de prise de décision. 3. Il y a de vastes différences régionales globales dans les niveaux de malnutrition aiguë et des différences au sein des pays. Selon les seuils de l'oms ci-dessus, de nombreux pays sont constamment en état de crise. 4. De nombreux pays connaissent des changements saisonniers normaux de leur état nutritionnel. Des changements saisonniers peuvent être dus à une baisse de la prévalence de la malnutrition aiguë qui peut atteindre 20 % en l'espace de trois mois. 14

19

20 U.S Agency for International Development 1300 Pennsylvania Avenue, NW Washington, DC Téléphone : (202) Télécopieur : (202)

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments Direction de la Nutrition PLAN Les causes de la malnutrition Les différents types de malnutrition Les déficiences en micronutriments

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Les indices anthropométriques

Les indices anthropométriques Les indices anthropométriques Construction, enjeux et analyse statistique Gilles CAPON UR 106 - «Nutrition, Alimentation, Sociétés» Institut de recherche pour le développement Plan Concepts Calcul des

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

CONSOLIDATED RESULTS REPORT. Country : COMOROS Programme Cycle : 2008 to 2014

CONSOLIDATED RESULTS REPORT. Country : COMOROS Programme Cycle : 2008 to 2014 CONSOLIDATED RESULTS REPORT Country : COMOROS Programme Cycle : 2008 to 2014 1. Key Results Expected (restate, 1.1 Réduction du taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans de 71 à 40 pour 1 000 (conformément

Plus en détail

Introduction. Une démarche par étape a été adoptée en vue d atteindre cet objectif :

Introduction. Une démarche par étape a été adoptée en vue d atteindre cet objectif : Élaborer un régime d assurance-médicaments pour les Néo-Brunswickois non assurés Introduction Au cours des importantes consultations publiques réalisées pendant les premières phases du projet Ensemble

Plus en détail

Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition»

Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition» Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Le défi de la sécurité alimentaire et de la malnutrition Ces deux dernières décennies,

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS)

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Exposé succinct I. Introduction II. Objet de la gestion des données du secteur des transports III. Efforts passés et présents par le SSATP

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince et Gonaïves Enjeux, enseignements et perspectives PROGRAMME SECURITE ALIMENTAIRE Atelier Coupons Alimentaires

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Ecole nationale supérieure du tourisme. La méthode HACCP. Module : nutrition. Etudiante : ABOUTITE Yasmine

Ecole nationale supérieure du tourisme. La méthode HACCP. Module : nutrition. Etudiante : ABOUTITE Yasmine Ecole nationale supérieure du tourisme La méthode HACCP Module : nutrition Etudiante : ABOUTITE Yasmine 2009 Sommaire : I/ définition de l abréviation HACCP II/ la signification du HACCP III/ l historique

Plus en détail

Ce document décrit le Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration.

Ce document décrit le Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration. Page 1 sur 5 Description de service : Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration Ce document décrit le

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) Adoptée par le Conseil d'administration le 14 février 1985

Plus en détail

Correction des systèmes d exploitation et des applications Bulletin de sécurité des TI à l intention du gouvernement du Canada

Correction des systèmes d exploitation et des applications Bulletin de sécurité des TI à l intention du gouvernement du Canada Correction des systèmes d exploitation et des applications Bulletin de sécurité des TI à l intention du gouvernement du Canada ITSB-96 Dernière mise à jour : mars 2015 1 Introduction La correction des

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION POUR LA SANCTION ET LA RECONNAISSANCE. Cours Arithmétique appliquée aux finances personnelles MAT-P101-4

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION POUR LA SANCTION ET LA RECONNAISSANCE. Cours Arithmétique appliquée aux finances personnelles MAT-P101-4 DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION POUR LA SANCTION ET LA RECONNAISSANCE Cours Arithmétique appliquée aux finances personnelles MAT-P101-4 Programme d études de la formation de base commune Mathématique

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn.

Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn. Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn. 1. Il faut donner une information appropriée et actualisée à toute personne qui souhaite un DIAGNOSTIC

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé» CSSSS/13/042 DÉLIBÉRATION N 09/017 DU 17 MARS 2009, DERNIÈREMENT MODIFIÉE LE 22 JANVIER 2013, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Procé duré sur lé suivi dés contacts d'un patiént attéint d'uné fié vré hé morragiqué viralé

Procé duré sur lé suivi dés contacts d'un patiént attéint d'uné fié vré hé morragiqué viralé Procé duré sur lé suivi dés contacts d'un patiént attéint d'uné fié vré hé morragiqué viralé Validé par le RMG le 18 / 12 / 2014 Table des matières Table des matières...2 Objectif...3 Rédaction d une liste

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-5 Détermination de la nécessité de recourir à un expert... 6-7 Compétence et objectivité de l'expert...

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

Rapport de recommandations

Rapport de recommandations Comment s assurer que les personnes souffrant d ostéo-arthrite et d arthrite rhumatoïde reçoivent des soins optimaux de par l Europe: recommandations EUMUSC.NET En partenariat avec EULAR et 22 centres

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Un reporting intégré en tant qu'aide à la gestion

Un reporting intégré en tant qu'aide à la gestion Un reporting intégré en tant qu'aide à la gestion Suivi d'un reporting basé sur les indicateurs pour atteindre les objectifs Tilia Umwelt GmbH Sommaire 1. Que signifie gestion? 2. Que signifie gestion

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN ANNEXE LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN Dans le cadre de son mandat pour 2001, le Comité de protection social (CPS) a présenté un rapport recommandant une série initiale de dix indicateurs primaires et

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Page 1 of 10 SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

Présentation du manuel

Présentation du manuel Présentation du manuel > COMMENT UTILISER LE MANUEL Le manuel est divisé en trois chapitres : Chapitre 1 : Introduction Le chapitre présente le SIS. Il indique l'objectif de la collecte de données, le

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

1. Objet et champ d application de l avis

1. Objet et champ d application de l avis Avis n 2012 04 du 3 juillet 2012 sur la comptabilisation des dettes financières et des instruments dérivés des entités à comptabilité publique relevant du code général des collectivités territoriales,

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

PROGRAMME DE PRODUCTION DE PLANS D INTERVENTION

PROGRAMME DE PRODUCTION DE PLANS D INTERVENTION PROGRAMME DE PRODUCTION DE PLANS D INTERVENTION Janvier 2014 AVANT-PROPOS Un plan d'intervention est l'un des outils les plus précieux pour aider le personnel d'intervention à maîtriser efficacement une

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN RESTAURATION ET SERVICE HOSPITALIER. A - Règlement général de la formation. B - Règlement d'examen.

CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN RESTAURATION ET SERVICE HOSPITALIER. A - Règlement général de la formation. B - Règlement d'examen. CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN RESTAURATION ET SERVICE HOSPITALIER A - Règlement général de la formation B - Règlement d'examen Annexe C - Directive du travail de projet A - Règlement général du certificat

Plus en détail

Plan d Action sur la Gouvernance d Entreprise

Plan d Action sur la Gouvernance d Entreprise Plan d Action sur la Gouvernance d Entreprise 3 mars La Salle de Conférence Centre Panafricain Ecobank 2365 Boulevard du Mono Lomé Togo 3443_GRP_EX_AGM_NOTICE_275x190mm_FR.indd 2 11/02/ 10:04 Proposition

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES F Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES RÉSIDUS DE PESTICIDES Trente-sixième session New Delhi (Inde), 19 24 avril

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Directives nationales sur le classement et la progression en formation linguistique

Directives nationales sur le classement et la progression en formation linguistique Directives nationales sur le classement et la progression en formation linguistique Août 2013 Août 2013 Directives nationales sur le classement et la progression en formation linguistique 1 OBJECTIF DE

Plus en détail

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 2

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 2 IFT3913 Qualité du logiciel et métriques Chapitre 2 Qualité du produit logiciel Plan du cours Introduction Qualité du logiciel Théorie de la mesure Mesure de la qualité du logiciel Études empiriques Mesure

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Manger bien et bouger mieux

Manger bien et bouger mieux Être actif, Manger bien et bouger mieux Être actif, c est la santé! MANGER BIEN ET BOUGER MIEUX Les données et statistiques qui suivent sont tirées du document de l Assembléedes Premières Nations, Les

Plus en détail

Que fait MSF? Evaluation de la situation. Evaluation de la situation

Que fait MSF? Evaluation de la situation. Evaluation de la situation Que fait MSF? La malnutrition Lorsqu une population se trouve confrontée à une crise alimentaire ou à une famine¹, il est primordial pour les équipes de Médecins Sans Frontières (MSF) d agir vite et bien.

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé

Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé N ONATAL Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé Un dépistage PréCoCe favorise Un TraiTemenT rapide En tant que nouveau ou futur parent, vous avez à cœur

Plus en détail

DIRECTIVE 96/8/CE DE LA COMMISSION

DIRECTIVE 96/8/CE DE LA COMMISSION 1996L0008 FR 20.06.2007 001.001 1 Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions B DIRECTIVE 96/8/CE DE LA COMMISSION du 26 février 1996 relatives aux

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE L OMS POUR LA PRÉVENTION ET LE TRAITEMENT DE LA PRÉÉCLAMPSIE ET DE L ÉCLAMPSIE Implications et actions

RECOMMANDATIONS DE L OMS POUR LA PRÉVENTION ET LE TRAITEMENT DE LA PRÉÉCLAMPSIE ET DE L ÉCLAMPSIE Implications et actions RECOMMANDATIONS DE L OMS POUR LA PRÉVENTION ET LE TRAITEMENT DE LA PRÉÉCLAMPSIE ET DE L ÉCLAMPSIE Implications et actions Introduction En Afrique et en Asie, près d un dixième des décès maternels sont

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

POLITIQUE DU COMITÉ PARITAIRE DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN (SCFP 1365) DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA BAIE-JAMES

POLITIQUE DU COMITÉ PARITAIRE DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN (SCFP 1365) DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA BAIE-JAMES POLITIQUE DU COMITÉ PARITAIRE DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN (SCFP 1365) DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA BAIE-JAMES Modifiée le 7 mai 2014 1 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE -

Plus en détail

Anémie, carence en vitamines B12 et B9

Anémie, carence en vitamines B12 et B9 Anémie, carence en vitamines B12 et B9 Introduction Le sang contient trois types de cellules différents. Les globules blancs défendent le corps contre les infections, les globules rouges transportent l'oxygène

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Evaluation des systèmes de guidage alimentaire existants. Anne-Laure BEQUET-LEFEBVRE

Evaluation des systèmes de guidage alimentaire existants. Anne-Laure BEQUET-LEFEBVRE Evaluation des systèmes de guidage alimentaire existants Anne-Laure BEQUET-LEFEBVRE Contexte et objectifs du projet Contexte Information nutritionnelle pour les consommateurs véhiculée grâce au PNNS :

Plus en détail

Atelier 1: Comment utiliser les feuilles de Moringa dans un cadre nutritionnel et mädical?

Atelier 1: Comment utiliser les feuilles de Moringa dans un cadre nutritionnel et mädical? Atelier 1: Comment utiliser les feuilles de Moringa dans un cadre nutritionnel et mädical? Restitution des travaux de groupe 1 RÄsultats attendus 2 Ätablissement de normes avec une gamme de variation acceptable

Plus en détail