physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction"

Transcription

1 ministère de l éduation nationale physique - himie 3e Livret de orrigés Rédation Wilfrid Férial Jean Jandaly Ce ours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à e ours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants droit respetifs. Tous es éléments font l objet d une protetion par les dispositions du ode français de la propriété intelletuelle ainsi que par les onventions internationales en vigueur. Ces ontenus ne peuvent être utilisés qu à des fins stritement personnelles. Toute reprodution, utilisation olletive à quelque titre que e soit, tout usage ommerial, ou toute mise à disposition de tiers d un ours ou d une œuvre intégrée à eux-i sont stritement interdits. Cned 2009 Direteur de la publiation Mihel Leroy Ahevé d imprimer le 30 juin 2011 Dépôt légal 3e trimestre , rue Maroni Mont-Saint-Aignan

2 Séquene 1 SÉQUENCE 1 Séane 1 Exerie 1 1- Notre système solaire ompte 8 planètes. 2- Le Soleil est notre étoile. 3- L ordre des planètes à mesure que l on s éloigne du Soleil est : Merure Vénus Terre Mars Jupiter Saturne Uranus Neptune 4- L éliptique est le plan de l espae balayé par le rayon Soleil-Terre pendant la révolution de la Terre autour du Soleil. 5- Le sens de révolution des planètes autres que la Terre est identique à elui de la Terre. 6- Pluton n est pas une planète ar sa révolution autour du Soleil s éarte suffisamment du plan éliptique pour penser qu elle subit l influene d un autre objet éleste. 7- Elle appartient à la famille des planètes naines. 8- Les planètes faites de rohes et prohes de la Terre sont dites telluriques. Exemple : Mars. 9- Les autres planètes sont nommées : les «géantes gazeuses». On les nomme ainsi ar elles sont onstituées en majorité de gaz. Exemple : Neptune. 10- Le satellite naturel de la Terre est la Lune. 11- Il faut exprimer les durées de propagation de la lumière dans la même unité (la seonde). Exprimons la durée en seonde (s) mise par la lumière provenant du Soleil pour arriver sur Terre : 8 min 20 s donnent en seonde : = = 500 soit 500 s. La durée mise par la lumière provenant de la Lune pour arriver sur Terre est 1,3 s. Calulons le rapport des durées de propagation : 500 1,3 384,6 soit environ 400 La lumière du Soleil met environ 400 fois plus de temps que elle de la Lune à parvenir sur Terre. La distane est à l origine de ette onlusion, ar la lumière ne se propage pas de façon instantanée entre deux endroits de l Univers. Sa propagation s effetue à la vitesse kilomètres par seonde dans le vide ( = m/s). 2 Cned, Physique - himie 3e

3 Séquene 1 Exerie 2 1- Dates et noms de quelques savants qui ont partiipé à la onstrution des onnaissanes sur le système solaire : Newton L expression «vision géoentrique» est l idée d un système astronomique où la Terre est plaée au entre de l Univers. 3- C est Coperni qui a affirmé dans son traité (publié après sa mort) que le Soleil est plaé au entre du système solaire. 4- Galilée a pu observer les planètes et montrer qu elles «flottaient» dans l espae grâe à une lunette astronomique. 5- C est Newton qui a établi la loi de gravitation universelle vers 1687 à partir des travaux de Kepler. Séane 2 exerie et 4 sont les situations orrespondant à un rapprohement des deux aimants A et B. 2- En présentant les pôles opposés (nord et sud) de deux aimants, il y a une interation qui s établit et qui peut provoquer un déplaement d un aimant vers l autre. Exerie 4 1- Cette balane est dite «de torsion» ar elle repose sur le prinipe d un mine ruban qui se «tord» suspendu au fléau. La rotation du fléau sur lui-même entraîne la torsion du ruban. 2- L élément où sont arohées les deux petites billes se nomme le fléau ; il peut tourner sur lui-même ar il est suspendu au ruban en son entre. 3- Le boîtier étanhe a pour but de protéger la balane des ourants d air qui pourraient perturber les mesures. 4- Les boules se nomment aussi «masses attratives». 5- Elles peuvent se déplaer en se rapprohant ou en s éloignant l une de l autre dans une diretion parallèle au boîtier étanhe. Cned, Physique - himie 3e 3

4 Séquene 1 6- Une photographie légendée de la balane de Cavendish Les shémas légendés : 7- En rapprohant les masses attratives B 1, B 2 des billes b 1, b 2, le fléau suspendu au ruban a tourné sur lui-même. Sa diretion fait un angle α ave elle de la situation de départ. Exerie 5 1- En diminuant la valeur des masses attratives, l angle de rotation du fléau diminue. 2- Plus la valeur de la masse attrative (B 1 ou B 2 ) diminue, plus l effet de la gravitation diminue. 3- En éloignant les masses attratives B 1 et B 2 des billes b 1 et b 2, l angle de rotation du fléau diminue. 4 Cned, Physique - himie 3e

5 Séquene 1 4- Plus la distane entre les deux masses en interation augmente, plus l effet de la gravitation diminue. Exerie 6 1- La balane de Cavendish est-elle un exemple d ation attrative? 2- La balane de Cavendish est le siège d une ation attrative ; est-elle appelée la préipitation? 3- L interation qui s exere entre deux orps qui ont une masse se nomme-t-elle la gravitation? 4- Pour que la gravitation s établisse, est-e que les deux orps doivent avoir une masse? 5- Peut-on dire que le vide interplanétaire subit une ation attrative du Soleil? 6- Notre Galaxie est-elle omposée du Soleil et de huit planètes? Oui Non 7- La Lune est-elle en interation ave la Terre? 8- La gravitation est-elle une ation attrative à distane? 9- Peut-on dire que la gravitation ne dépend pas de la distane entre les objets en interation qui ont une masse? 10- Peut-on dire que si la Terre exere une ation à distane sur la Station Spatiale Internationale (ISS), alors l ISS n exere pas d ation sur la Terre? 11- Est-e que est la masse attrative qui impose à l objet de plus petite masse un mouvement de révolution dans un plan? Exerie 7 1- Le bras et la main agissent omme une masse attrative don omme le Soleil, et la pierre joue le rôle d une planète en révolution autour du Soleil. La trajetoire de la pierre se rapprohe de elles des planètes autour du Soleil, pratiquement irulaire. 2- Quand le manipulateur lâhe un laet, la pierre ne subit plus l ation de la main par l intermédiaire du laet, la pierre esse de tourner, son mouvement se poursuit en ligne droite au moment du lâher. Cned, Physique - himie 3e 5

6 Séquene 1 3- La main n exere pas d ation à distane sur la pierre alors que le Soleil exere une ation à distane sur la planète. Après avoir lâhé le laet, la pierre subit alors l attration terrestre ; de e fait son mouvement ne se poursuit plus en ligne droite. La figure 8 du ours présente une situation omparable ; elle onerne le mouvement de la Lune ave ou «sans» la Terre. Exerie 8 1- La Terre a un mouvement de rotation autour d un axe qui définit l axe pôle nord-pôle sud. Elle fait un tour omplet sur elle-même en environ 24 h. Ce mouvement est appelé mouvement diurne. 2- Pour rester géostationnaire, la trajetoire du satellite doit être irulaire. 3- Le satellite parourt sa trajetoire, omme la Terre, en 24 h ; ainsi vu de la Terre, il paraît immobile. 4- Le satellite géostationnaire est attiré par la Terre (masse attrative). Dans sa révolution autour de la Terre, il est attiré à haque instant par la Terre, d où le mouvement de révolution (même effet qu ave la Lune). Exerie 9 1- C est l ation attrative de la Lune sur les masses d eau des oéans qui est la ause des marées. 2- Les grandes marées ont lieu lorsque la Lune et le Soleil onjuguent leurs effets attratifs, aux moments de la pleine lune et de la nouvelle lune. Le Soleil, la Lune et la Terre appartiennent alors au même plan. 3- Les mots qui s appliquent à la gravitation sont : ation attrative et ation à distane. La gravitation est une ation attrative à distane. Elle agit aussi sur l eau. L eau des oéans, «plaquée» à la surfae de la Terre, est un des effets de la gravitation. 4- Les ressoures naturelles sont onstituées en majorité d énergies fossiles. Cette usine de prodution d életriité n utilise pas e type d énergie. Elle préserve don les ressoures naturelles de la Terre. 5- Cet aménagement est artifiiel et entièrement orhestré par l Homme. La faune et la flore subissent de plein fouet de tels aménagements du fait d une modifiation de l éosystème. 6- À l adresse i-dessous, tu trouveras une photo et des informations onernant l usine marémotrie de la Rane : Séane 3 Exerie La masse d un objet dépend de la quantité de matière. 2- Un même objet posé sur la Terre puis sur la Lune aura la même masse, ar la masse d un objet est indépendante de l endroit où il se trouve (Le nombre d atomes n a pas hangé). 6 Cned, Physique - himie 3e

7 Séquene 1 Exerie Le poids maximal pouvant être mesuré par e dynamomètre est de 5 N. 2- L intervalle de graduation orrespond à un poids de 0,1 N. 3- Le résultat de ette mesure est : P = 2,2 N. Exerie Dans es deux expérienes, la masse attrative prinipale est la Terre. 2- La surfae libre d un liquide au repos est une surfae plane et horizontale. 3- L équerre montre que la diretion du fil est perpendiulaire à la surfae horizontale. Cette diretion fixe la vertiale. Le fil se tend suivant une diretion vertiale. Exerie L unité de masse du système international est-il le gramme? 2- L unité de poids est-il le newton? 3- Le symbole du newton est-il n? 4- L ation du poids d un objet s exere-t-elle selon la vertiale du lieu? 5- Peut-on dire que la masse se mesure ave une balane et s exprime en newton? 6- Est-e qu on peut affirmer que la masse est liée à la quantité de matière et ne dépend pas du lieu où elle se trouve? 7- Peut-on dire que le poids se mesure ave un dynamomètre et s exprime en newton (N)? 8- Peut-on dire que le poids d un objet est dû à la gravitation est-àdire à l attration exerée par la Terre sur et objet, et qu il dépend des valeurs des masses présentes et aussi de la distane qui les sépare? 9- Peut-on affirmer que la masse d un objet ne dépend pas de son nombre d atomes? 10- Le poids d un objet est-il l ation à distane exerée par la Terre sur et objet? Oui Non 11- Est-e que le mouvement de hute est la seule manifestation du poids? 12-Est-e que le poids est une ation qui s exere dans la diretion d une surfae plane et horizontale? 13- Peut-on dire que la diretion du poids est horizontale et son sens est de haut en bas? Cned, Physique - himie 3e 7

8 Séquene 1 Exerie Les pommes subissent la gravitation de fait de leur masse, est-à-dire l ation attrative de la Terre appelée poids. 2- Si la queue de la pomme ède, ela entraînera une mise en mouvement de la pomme appelée «hute libre». 3- Le poids s établit suivant une diretion vertiale et de haut en bas (sens). Voii quatre positions différentes de la pomme en hute libre au voisinage de la Terre. Observe bien les lignes pointillées ; elles fixent la diretion vertiale de haque lieu (dans le prolongement du rayon de la Terre). Les flèhes, quant à elles, fixent le sens (de haut en bas). Un déplaement vers le «bas» se définit omme un rapprohement vers le entre de la Terre (o). Un déplaement vers le «haut» se définit omme étant un éloignement du entre de la Terre (o). Exerie L instrument de mesure s appelle un dynamomètre. 2- La grandeur mesurée est le poids exprimé en newton (N). 3- P 1 = 2,5 N P 2 = 4,5 N P 3 = 2,25 N P 4 = 3,5 N 4- Pour ommener, je fixe les notations et les notions. Avant ajout de la masse m : L 1 : longueur du dynamomètre å L 2 : longueur du dynamomètre ç Après ajout de la masse m : L 1 : longueur du dynamomètre å L 2 : longueur du dynamomètre ç L étirement d un ressort orrespond à l augmentation de longueur après ajout de la masse. Il se traduit par la relation : L - L (longueur finale longueur initiale) Pour les ressorts 1 et 2, les étirements orrespondants sont : L 1 - L 1 et L 2 - L 2 Étant donné que est la même masse qui a été ajoutée à deux dynamomètres identiques, on en déduit que les étirements sont égaux soit L 1 - L 1 = L 2 - L 2 8 Cned, Physique - himie 3e

9 Séquene 1 5- Pour ommener la résolution, je fixe les notations : Avant ajout des masses : L 3 : longueur du dynamomètre é L 4 : longueur du dynamomètre è Et on a : L 4 > L 3 (d après l énoné) Après ajout des masses M 3 et M 4 L 3 : longueur du dynamomètre é L 4 : longueur du dynamomètre è Et on a : L 3 = L 4 = L (Je hoisis de noter L ette longueur ar est la même pour les deux dynamomètres). On veut omparer L 4 L 4 et L 3 L 3 D après l énoné on a : L 3 < L 4 En multipliant les deux membres de l inégalité par le nombre négatif -1 on hange le sens de l inégalité et on obtient : L 3 > L 4 En ajoutant le même nombre à haun des deux membres de l inégalité, on obtient : L L 3 > L L 4 Comme L = L 4 = L 3 on peut érire : L 3 L 3 > L 4 L 4 L étirement du dynamomètre é (L 3 L 3 ) est plus important que elui du dynamomètre è (L 4 - L 4 ) après ajout des masses M 3 et M 4. Cned, Physique - himie 3e 9

10 Séquene 1 La variation de longueur du dynamomètre é orrespondant à l ajout de la masse M 3 est don plus importante que elle du dynamomètre è orrespondant à l ajout de la masse M 4. La masse M 3 est don supérieure à elle de M 4. Séane 4 Existe-t-il une relation entre le poids et la masse? Exerie Le dynamomètre mesure le poids. 2- Conversions en kg des masses marquées. m 1 = 50 g = 0,05 kg m 2 = 100 g = 0,1 kg m 3 = 200 g = 0,2 k m 4 = 300 g = 0,3 kg m 5 = 350 g = 0,35 kg m 6 = 500 g = 0,5 kg 3- Position des points A 0 à A 6 sur le papier millimétré. P (N) 5 A 6 4 A 5 3 A 4 2 A 3 1 A 2 A 0 A 1 m (kg) 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 10 Cned, Physique - himie 3e

11 Séquene 1 Exerie Les points A 0 à A 6 sont pratiquement alignés les uns par rapport aux autres. 2- Traé de la représentation graphique. P (N) 5 Évolution du poids en fontion de la masse pour plusieurs objets A 6 4 A 5 3 A 4 2 A 3 1 A 2 A 1 A 0 m (kg) 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 3- La représentation graphique est une droite qui passe par l origine du repère, ela signifie que les grandeurs physiques mesurées, portées en absisse et en ordonnée sont proportionnelles. 4- Le alul du rapport P m pour haque point A 1 à A 6 donne : Masse (kg) 0 0,05 0,10 0,20 0,30 0,35 0,50 Poids (N) 0 0,5 1,00 1,95 2,90 3,40 4,90 A 0 A 1 A 2 A 3 A 4 A 5 A 6 P m ,8 9,7 9,7 9,8 5- Les rapports P sont pratiquement égaux (environ 10). m Cned, Physique - himie 3e 11

12 Séquene 1 Exerie Pour mesurer un poids, utilise-t-on une balane? 2- La représentation graphique du poids P en fontion de la masse m est-elle une droite quelonque? 3- L unité de l intensité de la pesanteur est-elle le kilogramme par newton? Oui Non 4- L ériture «N/kg» se lit-elle «newton par kilogramme»? 5- La valeur approhée de l intensité de la pesanteur sur Terre est-elle 10? 6- Le rapport m P est-il appelé intensité de la pesanteur? 7- Pour différents objets P m reste-t-il onstant? 8- Deux grandeurs physiques proportionnelles admettentelles pour représentation graphique une droite passant par l origine des axes? 9- Pour un objet donné, la relation liant son poids P, sa masse m, et l intensité de la pesanteur g est-elle : m = P x g? 10- Dans la relation P = m x g, m est-elle en gramme (g)? Exerie 19 Pour la résolution, il faut utiliser la relation P = m x g ou sous la forme m = P/g. Bien onvertir les masses en kilogramme. poids masse Intensité de la pesanteur N (N/kg) ou kg Est-e sur Terre? N 47 : 10 soit 4,7 kg 10 oui 750 N 75 kg 750 : 75 = 10 oui 25 x 10 soit 250 N 55 x 10 soit 550 N 55 x 1,6 soit 88 N Exerie 20 Cned, Physique - himie 3e 25 x 10 3 g 10 oui 55 kg 10 oui 55 kg 1,6 Non, est la Lune 1- Seul le traé n 3 remplit les deux onditions d une représentation graphique de la proportionnalité : être une droite passer par l origine des axes Le traé n 1 est une droite, mais qui ne passe pas par l origine des axes. Le traé n 2 est un simple traé (absene de droite). Le traé n 4 est une droite, mais qui ne passe pas par l origine des axes.

13 Séquene 1 2- La orretion est donnée par le point A. Le poids orrespondant à une masse de 15 kg vaut 150 N. 3- La orretion est donnée par le point B (ourbe i-dessus). La masse orrespondant à un poids de 300 N vaut 30 kg. 4- La valeur obtenue (300 N au point B) est le double de elle d une masse de 15 kg (point A). En doublant la masse, on double aussi le poids. Il s agit là aussi d un effet de la proportionnalité entre le poids et la masse. En doublant une grandeur, on double l autre aussi! 5- D après le ours : Exerie g est appelé «intensité de la pesanteur». 2- P pôle Sud = m g pôle Sud ave g = 9,83 N/kg au pôle Sud. P = 1 9,83 = 9,83 N Le poids d un objet de 1 kg situé au pôle Sud vaut P = 9,83 N Cned, Physique - himie 3e 13

14 Séquene 1 3- Non, ar la valeur de g n est pas la même. D après P = m g lieu, le poids d un objet est différent s il se trouve à Paris ou à l équateur. 4- P Paris = m g Paris = 1 9,81 = 9,81 N Le poids d un objet de 1 kg situé à Paris vaut P Paris = 9,81 N P équateur = m g équateur = 1 9,78 = 9,78 N Le poids d un objet de 1 kg situé à l équateur vaut P équateur = 9,78 N 5- Un objet exere une ation attrative, à distane, sur un autre objet du fait de leurs masses et réiproquement : les deux objets sont en interation, est la gravitation. La pesanteur dépend de la distane entre les deux objets en interation. L effet attratif diminue à mesure que les objets s éloignent. Sur Terre, le rayon à l équateur est plus grand que elui aux pôles. L intensité de la pesanteur est don plus faible au niveau de l équateur vu que les deux masses en interation sont plus éloignées qu au niveau des pôles. L intensité de la pesanteur «g» est don plus faible à mesure que l on se rapprohe de l équateur. E N O ON < OE Exerie Le poids est l ation attrative exerée par une planète sur un objet situé à son voisinage. 2- P = m g ave P en newton (N) m en kilogramme (kg) g (intensité de la pesanteur) en newton par kilogramme (N/kg) 3- La relation P = m g doit être appliquée ave le «g» orrespondant à elui de la planète. P Terre = m g Terre = 50 9,8 = 490 N P Mars = m g Mars = 50 3,7 = 185 N P Jupiter = m g Jupiter = 50 24,8 = N 4- P Saturne = m g Saturne don m = P Saturne / g Saturne m = ,4 = 48 La masse d un objet dont le poids est de 500 N sur Saturne vaut 48 kg. 5- P Vénus = m g Vénus don g Vénus = P Vénus / m g Vénus = = 8,8 La valeur de «g» sur la planète Vénus est 8,8 N/kg 14 Cned, Physique - himie 3e

15 Séquene 2 SÉQUENCE 2 Séane 1 Exerie 1 1- C est la gravitation qui est à l origine de la hute de l eau sur les pales du moulin. 2- C est la hauteur de la hute (distane bouteille / moulin) qui a hangé entre les deux photos. Elle est plus importante sur la photo de la figure Les pales du moulin tournent plus vite sur la figure 2 que sur la figure a) La vitesse de l eau au ontat du moulin est plus importante sur la photo de la figure 2 que sur la photo de la figure 1. b) La vitesse de l eau augmente au ours de sa hute. 5- Plus la hauteur de hute est importante, plus la distane parourue augmente, et plus la vitesse de l eau au niveau des pales augmente. L énergie inétique augmente don ave la vitesse de l eau laquelle dépend de la hauteur de hute. Exerie 2 1- La différene d altitude entre la surfae libre de l eau du la de retenue et la turbine est de 150 m. 2- L eau du la s éoule dans la onduite forée inlinée ar elle subit la gravitation. 3- C est l énergie inétique, issue du mouvement de l eau, qui est à l origine du mouvement de rotation de la turbine. 4- L autre forme d énergie qui apparaît au niveau du la de retenue est l énergie de position, elle est notée E p. 5- Si la différene d altitude était de 200 m, la turbine tournerait plus vite. L énergie inétique E de l eau arrivant à son ontat serait plus importante du fait d une hauteur de hute plus grande. 6- C est une énergie de position ar elle dépend de la hauteur de la masse d eau du la par rapport à la turbine qui va reevoir l eau en mouvement. Plus la hauteur d eau est importante plus son énergie de position E p est grande. Cned, Physique - himie 3e 15

16 Séquene 2 Exerie 3 1- Un objet en mouvement possède-t-il de l énergie inétique? 2- L énergie inétique est-elle différente de l énergie de mouvement? 3- Est-e que est le poids d un objet qui est responsable de son mouvement de hute? 4- Peut-on dire que plus la masse d un objet est importante plus son énergie inétique augmente en as de hute? Oui Non 5- L énergie de mouvement se note-t-elle E m? 6- L énergie inétique augmente-t-elle au ours d une hute? 7- L énergie de position se note-t-elle E p? 8- L énergie de position dépend-elle de la vitesse? 9- L énergie de position augmente-t-elle ave la hauteur de hute? 10- Un objet posé sur le sol possède-t-il de l énergie de position? 11- Lorsqu une goutte de pluie tombe, est-e que sa vitesse augmente et son altitude diminue? 12- Lorsqu une goutte de pluie tombe, est-e que son énergie de position E p augmente et son énergie inétique E diminue? Exerie 4 Pour ette orretion, il est utile d avoir sous les yeux, l illustration de la partie B du ours. 1- C est une ation attrative à distane que produit la Terre sur l eau d un barrage. Il s agit de la gravitation, elle maintient les masses d eau plaquées à la surfae de la Terre. 2- C est l énergie de position E p qui varie à mesure que le niveau de l eau du la augmente. L énergie de position E p augmente ar la hauteur augmente. 3- C est de l énergie inétique E qui a été transmise à la turbine par l eau au moment de son ontat. 4- Pour produire plus d énergie au niveau de la turbine, la vitesse de l eau doit augmenter au niveau du ontat eau - turbine. 5- Pour obtenir une vitesse de l eau plus importante au niveau de la turbine, il faut augmenter la hauteur de la hute d eau (ou de la onduite forée). 6- Pour améliorer les performanes d un barrage hydraulique, il suffit d augmenter la hauteur de la hute d eau. C est en onstruisant des barrages dans des environnements en altitude (montagnes), que l on parvient à atteindre d importantes dénivellations (différene d altitude entre le la et la turbine). 16 Cned, Physique - himie 3e

17 Séquene 2 7- Un barrage est un édifie qui stoke de l énergie de position E p par l intermédiaire de la masse d eau retenue en altitude. Au ours de sa hute dans la onduite forée, l eau aquiert de la vitesse, e qui ontribue à élever son énergie inétique E. Cette énergie inétique est alors transférée à la turbine, ouplée à un alternateur, pour produire de l énergie életrique. Dans un barrage, plus la hauteur de hute est élevée, plus l énergie de position E p est importante, plus la vitesse de l eau augmente au ontat de la turbine, plus l énergie inétique E augmente aussi. Cela peut se résumer shématiquement par les évolutions suivantes : Séane 2 Exerie 5 1- L expression mathématique de l énergie inétique ave les unités est : 2- Un objet peut posséder de l énergie inétique à la ondition d être en mouvement. 3- D après l expression mathématique de l énergie inétique, les énergies inétiques des deux véhiules sont : véhiule 1, de masse m 1 E 1 = 20 3,6 m 1 v2 véhiule 2, de masse m 2 E 2 = 20 3,6 m 2 v2 or E 1 = E 2 Soit 20 3,6 m 1 v2 = 20 3,6 m 2 v2, puis on simplifie à droite et à gauhe de l égalité par 20 3,6 v2. Cned, Physique - himie 3e 17

18 Séquene 2 D où m 1 = m 2 Deux véhiules roulant à la même vitesse v auront la même énergie inétique (E 1 = E 2 ) s ils ont la même masse (m 1 = m 2 ). 4- D après l expression mathématique de l énergie inétique et m 2 = 2 m 1 E 1 = E 2 = 20 3,6 m 1 v2 20 3,6 m 2 v2 = 20 3,6 (2 m ) 1 v2 = 2 ( 20 3,6 m 1 v2 ) = 2 E 1 En doublant la masse, on double la valeur de l énergie inétique. Exerie 6 Voii les onstrutions graphiques aompagnant la orretion pour haque question. Énergie inétique (kj) 900 Véhiule de 2400 kg C + A D B Véhiule de 1000 kg + + Vitesse (km/h) Évolution de l énergie inétique en fontion de la vitesse pour deux véhiules de masse 2400 kg et 1000 kg. 18 Cned, Physique - himie 3e

19 Séquene 2 1- Les vitesses lues sur le graphique sont : å v = 30 km /h ç v = 50 km /h é v = 90 km /h è v = 110 km /h ê v = 130 km /h 2- Pour un véhiule de masse kg (traé rouge) : roulant à la vitesse de 50 km/h, l énergie inétique vaut E 1 = 95 kj (Traé du point A ave les flèhes vertes) roulant à la vitesse de 100 km/h, l énergie inétique vaut E 2 = 385 kj (Traé du point B). 3- Pour le véhiule de masse kg (traé rouge) : On onstate que 2 x E 1 = 190 kj, est une valeur très inférieure à E 2 = 385 kj En doublant la vitesse, l énergie inétique E n est pas doublée mais elle est, d après e graphique, pratiquement multipliée par 4! 4- Sur le graphique, l énergie inétique s exprime en kilojoule de symbole kj. 5-1 kj = J = 10 3 J 1 MJ = J = 10 6 J 6- Pour le véhiule de masse kg roulant à la vitesse de 50 km/h, son énergie inétique vaut : E = 230 kj (Traé du point C ave les doubles flèhes) 7- Pour atteindre l énergie inétique obtenue à la question préédente (E = 230 kj), pour le véhiule de masse kg, il suffit de suivre la onstrution graphique ave les doubles flèhes et les triples flèhes. L absisse du point D fournit la valeur de la vitesse ( v = 77,5 km/h). Résumons : Pour le véhiule de masse kg, si v 2400 kg = 50 km/h alors E = 230 kj ; on a ette énergie inétique pour le véhiule de kg lorsque sa vitesse est : v 1000 kg = 77,5 km/h. On onstate que la vitesse et la masse ont une influene signifiative sur l énergie inétique. Cned, Physique - himie 3e 19

20 Séquene 2 Exerie 7 1- L énergie inétique est-elle proportionnelle à la masse? Oui 2- E est-il le symbole de l énergie inématique? 3- Un objet au repos possède-t-il de l énergie inétique? 4- L énergie inétique d un objet s obtient-elle par les produits d un demi, par la masse, et par le arré de la vitesse? 5- Dans l expression mathématique de l énergie inétique, la vitesse s exprime-t-elle en km/h? 6- Dans l expression mathématique de l énergie inétique, la masse s exprime-t-elle en gramme? 7- En doublant la vitesse, est-e qu on quadruple l énergie inétique d un objet en mouvement? 8- L unité de l énergie inétique est-elle le joule? 9- Le symbole du joule est-il j? 10- Est-e que J = 1 mj? L énergie inétique est-elle donnée par E = 2 m 2 v? 12- Un objet de 1 kg se déplaçant à la vitesse de 1 m/s possède-t-il une énergie de 0,5 joule? Pour la question 7, tu peux revoir l exerie 6 question 3. Non Pour la question 12 : on a E = 1 2 x 1 x 1 soit 0,5 J. Exerie 8 1- L expression mathématique de l énergie inétique E d un véhiule en mouvement en fontion de sa masse m, de sa vitesse v est : 20 Cned, Physique - himie 3e

21 Séquene 2 2- Conversion de 50 km/h en m/s suivant la méthode proposée. 1 m 3- E = m 2v 2 v 2. Il faut exprimer les grandeurs physiques dans les bonnes unités. m = 1 t = kg 1 m 50 km/h = 2m/s (Question 2) 2 v 1 m 1 m D où E = 2 2 m v v2 = 2 v = J ou 96,451 kj 3,6 Exerie 9 1- v = 20 3,6 5,56 m/s 2- L expression mathématique de l énergie inétique donne : 1 m E = m 2v 2 v 2 La masse en mouvement orrespond à elle du vélo et de l élève : m = m élève + m vélo = = 70 kg 1 m 1 m E = 2 2 m v v2 = 2 v J soit environ 1 kj 3,6 Cned, Physique - himie 3e 21

22 Séquene 2 Séane 3 Exerie L expression «sans vitesse initiale» signifie que la bille est lâhée sans être lanée. Sa vitesse au moment du lâher est don nulle (v = 0 m/s). L expression «intervalles de temps réguliers» signifie que la durée séparant deux images onséutives de la bille est identique. 2- Les mesures des longueurs L 1-2 à L 8-9 (en m) donnent : L 1-2 L 2-3 L 3-4 L 4-5 L 5-6 L 6-7 L 7-8 L ,1 1,4 1,7 1,9 2,2 2,4 2,8 3- La distane parourue par la bille pendant deux intervalles de temps suessifs, augmente à mesure qu elle se rapprohe du sol. 4- La vitesse de la bille augmente à mesure qu elle se rapprohe du sol ar pour une même durée entre deux positions onséutives, la distane parourue devient de plus en plus grande. 5- C est la position n 9 qui orrespond à une énergie inétique la plus grande ar la vitesse de la bille est alors la plus élevée. 6- C est la position n 1 qui orrespond à une énergie inétique la plus petite ar la vitesse de la bille est alors la plus faible ; elle est même nulle ar la vitesse initiale est nulle (v = 0 m/s). 7- C est la position n 1 qui orrespond à une énergie de position la plus grande ar la position de la bille est la plus haute. 8- C est la position n 9 qui orrespond à une énergie de position la plus petite ar la bille est située à sa hauteur la plus faible (au sol). 9- Quand l énergie de position est maximale, l énergie inétique est alors minimale (ou nulle si v = 0 m/s). La bille est alors plaée à une altitude la plus élevée. Quand l énergie inétique est maximale, l énergie de position est alors minimale. La bille atteint sa vitesse la plus grande. Exerie 11 E p 1 1- Ep = m g h d où m = = g h 9,81 1 = 0,102 kg (environ 100 g) 2- a) v = (2 g h ) = (2 9,81 1) = 4,43 m/s b) Pour obtenir la vitesse en km/h, il faut multiplier la vitesse en m/s par 3,6. soit v = 4,43 x 3,6 = 15,95 km /h (environ 16 km/h). 1 m 3- E = m 2v² = 0,5 0,102 4,43² = 1 J 2 v 22 Cned, Physique - himie 3e

23 Séquene On retrouve l idée déjà évoquée (les flèhes oranges indiquent les évolutions des énergies) : Quand l énergie de position est maximale, l énergie inétique est alors minimale (ou nulle si v = 0 m/s). La bille est alors plaée à l altitude la plus élevée. Quand l énergie inétique est maximale, l énergie de position est alors minimale. La bille atteint sa vitesse la plus grande. 6- Ep = m x g x h = 0,102 x 9,81 x 0,5 = 0,5 J où v = 2 g h = 2 9,81 0,5 = 3,13 m/s 7-1 m d où E = m 2v² = 0,5 0,102 9,81 = 0,5 J 2 v E p E E p + E Bille en haut 1 J 0 J 1 J au milieu 0,5 J 0,5 J 1 J en bas 0 J 1 J 1 J 8- Conernant Ep + E : La somme Ep + E reste onstante et égale à 1 J quelle que soit la position de la bille au ours de sa hute. Ep étant en joule, E aussi (on ne peut additionner que des valeurs de grandeurs physiques identiques), le résultat est don aussi en joule. Ep + E est en joule. Le titre fournit l expression «énergie méanique». La somme Ep + E onstitue l énergie méanique de la bille. 9- Définition d une énergie de 1 J : Par l énergie de position Ep : Un joule, est l énergie de position que possède une bille dont la masse vaut 100 g environ, plaée à une hauteur d un mètre. Par l énergie inétique E : Un joule, est l énergie inétique que possède une bille de masse 100 g environ hutant d une hauteur d un mètre. Cned, Physique - himie 3e 23

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation Mathématiques e Livret de orrigés Rédation : Niole Cantelou Sophie Huvey Hélène Leoq Fabienne Meille Françoise Raynier Philippe Nadeau Jean-Denis Poignet Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable

Plus en détail

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet ( P P B P C bjectifs distinguer le poids et la masse d un objet utiliser la relation de proportionnalité entre le poids et la masse énoncer et utiliser la condition d équilibre d un solide soumis à deux

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

1 Introduction à l effet Doppler.

1 Introduction à l effet Doppler. Introdution à l effet Doppler Ph. Ribière ribierep@orange.fr Merredi 9 Novembre 2011 1 Introdution à l effet Doppler. Vous avez tous fait l expériene de l effet Doppler dans la rue, lorsqu une ambulane,

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault 1 I. Introdution...3 II. Généralités...3 Caratéristiques ommunes aux deux phénomènes...3 La différene entre la phosphoresene et la

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension Juin 2001 La protetion différentielle dans les installations életriques basse tension Ce guide tehnique a pour objetif de mettre en évidene les prinipes de fontionnement des protetions différentielles

Plus en détail

Séquence 3. Les métaux et la conduction électrique. 1 Quatre métaux très utilisés : le fer, le cuivre, le zinc et l aluminium 2 L or et l argent

Séquence 3. Les métaux et la conduction électrique. 1 Quatre métaux très utilisés : le fer, le cuivre, le zinc et l aluminium 2 L or et l argent Sommaire Les métaux et la conduction électrique Séance 1 Quels métaux y a-t-il dans les objets de la vie quotidienne? 1 Quatre métaux très utilisés : le fer, le cuivre, le zinc et l aluminium 2 L or et

Plus en détail

Équilibres de phases de mélanges

Équilibres de phases de mélanges Équilibres de phases de mélanges Paternité - Pas d'utilisation Commeriale - Partage des Conditions Initiales à l'identique : http://reativeommons.org/lienses/by-n-sa/2.0/fr/ Table des matières Table des

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Forces et Interactions

Forces et Interactions Février 2013 Cours de physique sur les Forces et les Interactions page 1 1 Objectifs Forces et Interactions Le but de ce cours est d'introduire la notion de force et d'étudier la statique, c'est-à-dire

Plus en détail

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU Mesures Interprétations - Appliations Doument rédigé par des ingénieurs géotehniiens de GINGER CEBTP sous la diretion de : Mihel KHATIB Comité de releture : Claude-Jaques

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION - Février 2003 - ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION Centre d Information du Cuivre 30, avenue Messine 75008 Paris HOLISUD Ingénierie 21,

Plus en détail

La charge électrique C6. La charge électrique

La charge électrique C6. La charge électrique Fiche ACTIVIT UM 8. / UM 8. / 8. La charge électrique 8. La charge électrique C6 Manuel, p. 74 à 79 Manuel, p. 74 à 79 Synergie UM S8 Corrigé Démonstration La charge par induction. Comment un électroscope

Plus en détail

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés NCCI : Calul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés Ce NCCI fournit les règles relatives au alul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés. Ces règles se ontentent de ouvrir la oneption et le alul

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement valables onernant ma vie, mes périodes de souffrane, les derniers moments de mon existene et ma mort Institut interdisiplinaire

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas!

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas! X-infos L ATUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014 Édito Tous a vos agendas! La soiété SPL-Xdemat s apprête à vivre pour la première fois de sa jeune existene, les életions muniipales. Et ompte tenu du

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

QUESTIONS. Questions de test diffusées, 2015. Test de mathématiques, 9 e année Cours appliqué. Lis les instructions qui suivent.

QUESTIONS. Questions de test diffusées, 2015. Test de mathématiques, 9 e année Cours appliqué. Lis les instructions qui suivent. Questions e test iffusées, 15 QUESTIONS Test e mathématiques, 9 e année Cours appliqué Lis les instrutions qui suivent. Assure-toi avoir les eux ahiers (Questions et Réponses) et la Feuille e formules.

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

Tension continue et tension alternative périodique

Tension continue et tension alternative périodique Sommaire de la séquence 9 Tension continue et tension alternative périodique t Séance 1 Différentes tensions électriques et variations d une tension électrique Les générateurs électriques fournissent-ils

Plus en détail

Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99)

Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99) Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99) Visualisation de maillages 2D et 3D et de surfaes 3D sous X François JOUVE 1 1 Introdution xd3d est un outil graphique apable de visualiser des maillages bi et tridimensionnels,

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique?

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique? Défi 1 Qu estce que l électricité statique? Frotte un ballon de baudruche contre la laine ou tes cheveux et approchele des morceaux de papier. Décris ce que tu constates : Fiche professeur Après avoir

Plus en détail

Électricité. 1 Interaction électrique et modèle de l atome

Électricité. 1 Interaction électrique et modèle de l atome 4 e - AL Électricité 1 Électricité 1 Interaction électrique et modèle de l atome 1.1 Électrisation par frottement Expérience 1.1 Une baguette en matière plastique est frottée avec un chiffon de laine.

Plus en détail

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences Grilles des ompétenes Compétenes à développer de 8 à ans COMPÉTENCES DE 8 À ANS Les ompétenes en «aratères droits» sont à ertifier. (symbole en fin de ligne) Les ompétenes en «aratères italiques» sont

Plus en détail

Séquence 4. Les liquides et la conduction électrique. 1 Qu est-ce qu une «solution aqueuse»? 2 Tous les liquides ne sont pas des solutions aqueuses.

Séquence 4. Les liquides et la conduction électrique. 1 Qu est-ce qu une «solution aqueuse»? 2 Tous les liquides ne sont pas des solutions aqueuses. Sommaire Les liquides et la conduction électrique Séance 1 Quels liquides utilisons-nous dans la vie quotidienne? 1 Qu est-ce qu une «solution aqueuse»? 2 Tous les liquides ne sont pas des solutions aqueuses.

Plus en détail

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie Cours d électricité Introduction Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Le terme électricité provient du grec ἤλεκτρον

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Exemples de solutions acoustiques

Exemples de solutions acoustiques Exemples de solutions aoustiques RÉGLEMENTATON ACOUSTQUE 2000 Janvier 2014 solement aux bruits aériens intérieurs et niveau de bruit de ho Traitement aoustique des parties ommunes Bruits d équipements

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

Module 3 : L électricité

Module 3 : L électricité Sciences 9 e année Nom : Classe : Module 3 : L électricité Partie 1 : Électricité statique et courant électrique (chapitre 7 et début du chapitre 8) 1. L électrostatique a. Les charges et les décharges

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Sommaire. Séquence 2. La pression des gaz. Séance 1. Séance 2. Séance 3 Peut-on comprimer de l eau? Séance 4 Je fais le point sur la séquence 2

Sommaire. Séquence 2. La pression des gaz. Séance 1. Séance 2. Séance 3 Peut-on comprimer de l eau? Séance 4 Je fais le point sur la séquence 2 Sommaire La pression des gaz Séance 1 Comprimer de l air Séance 2 Mesurer la pression d un gaz Séance 3 Peut-on comprimer de l eau? Séance 4 Je fais le point sur la séquence 2 24 Cned, Physique - Chimie

Plus en détail

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile?

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? LA PUISSANCE DES MOTEURS Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? Chaque modèle y est décliné en plusieurs versions, les différences portant essentiellement sur la puissance

Plus en détail

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ]

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ] Les moments de force Les submersibles Mir peuvent plonger à 6 000 mètres, rester en immersion une vingtaine d heures et abriter 3 personnes (le pilote et deux observateurs), dans une sphère pressurisée

Plus en détail

Revue des Sciences et de la Technologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 2014

Revue des Sciences et de la Technologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 2014 Revue des Sienes et de la Tehnologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 214 L impat d une Charge Fortement Capaitive Sur la Qualité du Filtrage d un FAP Contrôlé Par un Filtre Multi-Variable Hautement Séletif

Plus en détail

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES DÉFINITION DE L ÉNERGIE FORMES D ÉNERGIE LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉNERGIE DÉCLINAISONS DE L ÉNERGIE RENDEMENT ET EFFICACITÉ DÉFINITION DE L ÉNERGIE L énergie (du grec : force en action) est ce qui permet

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Exprime sur ce document, toutes les idées qui te passent par la tête lorsque tu entends le mot force.

Exprime sur ce document, toutes les idées qui te passent par la tête lorsque tu entends le mot force. Chapitre 1 : Rappel sur la notion de force 1) Mes représentations Exprime sur ce document, toutes les idées qui te passent par la tête lorsque tu entends le mot force. Constatation La perception du mot

Plus en détail

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées Guide pratique L emploi des personnes handiapées Sommaire Guide pour les salariés p. 3 L'aès et le maintien dans l'emploi... 4 Les établissements et servies d aide par le travail (ÉSAT)... 10 Les entreprises

Plus en détail

Chapitre 7 : CHARGES, COURANT, TENSION S 3 F

Chapitre 7 : CHARGES, COURANT, TENSION S 3 F Chapitre 7 : CHARGES, COURANT, TENSION S 3 F I) Electrostatique : 1) Les charges électriques : On étudie l électricité statique qui apparaît par frottement sur un barreau d ébonite puis sur un barreau

Plus en détail

Le circuit électrique

Le circuit électrique BULLETIN SPÉCIAL N 2 Le circuit électrique Théorie un peu de réflexion Intro L électricité est une source d énergie. Une énergie que l on peut facilement transformer en mouvement, lumière ou chaleur. L

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Parcours Astronomie. Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions :

Parcours Astronomie. Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions : Parcours Astronomie Dossier pédagogique pour les enseignants Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions : Explore les expositions «Objectifs Terre» et «le Grand

Plus en détail

LA FORCE DE FREINAGE ou les lois physiques du freinage

LA FORCE DE FREINAGE ou les lois physiques du freinage LA FORCE DE FREINAGE ou les lois physiques du freinage Du point de vue de la conduite automobile, le freinage d urgence est sans doute le geste technique le plus difficile à réaliser. C est pourtant un

Plus en détail

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale NCCI : Modèle de alul pour les pieds de poteaux artiulés Poteaux en I en Ce NCCI présente les règles permettant de déterminer soit la résistane de alul, soit les dimensions requises des plaques d'assise

Plus en détail

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE)

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) Pierre Chastenay astronome Planétarium de Montréal Source : nia.ecsu.edu/onr/ocean/teampages/rs/daynight.jpg

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

VOITURE A REACTION. Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson)

VOITURE A REACTION. Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson) VOITURE A REACTION Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson) 1 Introduction BUT DE L ACTIVITE Fabriquer une voiture à réaction originale et sans danger Jouer avec et essayer plein

Plus en détail

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma TP THÈME LUMIÈRES ARTIFICIELLES 1STD2A CHAP.VI. INSTALLATION D ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE SÉCURISÉE I. RISQUES D UNE ÉLECTROCUTION TP M 02 C PAGE 1 / 4 Courant Effets électriques 0,5 ma Seuil de perception -

Plus en détail

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieu Sommaire LE CONTRAT DE TRAVAIL...3 LA REMUNERATION : PAIEMENT AU CACHET, PAIEMENT

Plus en détail

Choix multiples : Inscrire la lettre correspondant à la bonne réponse sur le tiret. (10 pts)

Choix multiples : Inscrire la lettre correspondant à la bonne réponse sur le tiret. (10 pts) SNC1D test d électricité Nom : Connaissance et Habiletés de la pensée compréhension (CC) (HP) Communication (Com) Mise en application (MA) 35 % 30 % 15 % 20 % /42 /31 grille /19 Dans tout le test, les

Plus en détail

L expérience de Cavendish

L expérience de Cavendish L expérience de Cavendish II- Les expériences de Henry Cavendish et de Sir Charles Vernon Boys. Marie-Laurence Spagnol Observatoire de Lyon Résumé : Suite au premier article paru dans les cahiers Clairaut

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

PRODUCTION DE L ENERGIE ELECTRIQUE

PRODUCTION DE L ENERGIE ELECTRIQUE PRODUCTION DE L ENERGIE ELECTRIQUE Fiche Élève i Objectifs Connaître le principe de production de l électricité par une génératrice de vélo. Savoir quelle est la partie commune à toutes les centrales électriques.

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Sommaire de la séquence 10

Sommaire de la séquence 10 Sommaire de la séquence 10 Séance 1................................................................................................... 305 Je calcule la longueur d un cercle.......................................................................

Plus en détail

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près Néessité de prendre en ompte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 P. Teyssandier Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR 8630UPMC P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité

Plus en détail

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE Titulaire : A. Rauw 5h/semaine 1) MÉCANIQUE a) Cinématique ii) Référentiel Relativité des notions de repos et mouvement Relativité de la notion de trajectoire Référentiel

Plus en détail

Un petit rien... qui peut tout changer! Octobre 2014

Un petit rien... qui peut tout changer! Octobre 2014 Un petit rien... qui peut tout changer! Octobre 2014 Présentation de l outil Présentation de l outil Vous êtes : 1 enseignant au collège. 2 enseignant au lycée. 3 les deux. 4 aucune des réponses précédentes.

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

Mesure de la dépense énergétique

Mesure de la dépense énergétique Mesure de la dépense énergétique Bioénergétique L énergie existe sous différentes formes : calorifique, mécanique, électrique, chimique, rayonnante, nucléaire. La bioénergétique est la branche de la biologie

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent?

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent? CAHIER D EXPERIENCES 1 ere Experience : Quand deux billes se rencontrent? Matériel : Le pendule de Newton Webcam + ordinateur Eclairage Expérience : 1. lâcher de la bille 1, film de l expérience 2. lâcher

Plus en détail

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats f est une fonction définie sur ] 2 ; + [ par : 4 points f (x)=3+ 1 x+ 2. On note f sa fonction dérivée et (C ) la représentation

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

L électricité et le magnétisme

L électricité et le magnétisme L électricité et le magnétisme Verdicts et diagnostics Verdict CHAPITRE 5 STE Questions 1 à 26, A à D. 1 QU EST-CE QUE L ÉLECTRICITÉ? (p. 140-144) 1. Vanessa constate qu un objet est chargé positivement.

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

Circuit comportant plusieurs boucles

Circuit comportant plusieurs boucles Sommaire de la séquence 3 Séance 1 Qu est-ce qu un circuit comportant des dérivations? A Les acquis du primaire B Activités expérimentales C Exercices d application Séance 2 Court-circuit dans un circuit

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT LA MESURE DU VENT Réalisation : Laurent Chevallier La Cinquième, Hachette, Tout l univers, Cité des sciences et de l industrie de La Villette, Les Films d ici, 1995 Durée : 02 min

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE 4. LES PUISSANCES LA NOTION DE PUISSANCE 88 CHAPITRE 4 Rien ne se perd, rien ne se crée. Mais alors que consomme un appareil électrique si ce n est les électrons? La puissance pardi. Objectifs de ce chapitre

Plus en détail

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A la Fin de cette activité, je saurai -Identifier les grandes familles

Plus en détail

Informatique III: Programmation en C++

Informatique III: Programmation en C++ Informatique III: Programmation en C++ Listes haînées Lundi 9 Janvier 2006 1 2 Introdution Les listes hainées permettent de stoker un nombre d objets qui n a pas besoin d être spéifié a priori. Rajouter

Plus en détail

La gravitation universelle

La gravitation universelle La gravitation universelle Pourquoi les planètes du système solaire restent-elles en orbite autour du Soleil? 1) Qu'est-ce que la gravitation universelle? activité : Attraction universelle La cohésion

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail