Chapitre IV- Induction électromagnétique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre IV- Induction électromagnétique"

Transcription

1 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir d un ourant permanent. Cei fut motivé par l expériene de Oersted. A la même époque, le physiien anglais Faraday était préoupé par la question inverse : puisque es deux phénomènes sont liés, omment produire un ourant à partir d un hamp magnétique? Il fit un ertain nombre d expérienes qui éhouèrent ar il essayait de produire un ourant permanent. En fait, il s aperçut bien de ertains effets troublants, mais ils étaient toujours transitoires. Exemple d expériene : on enroule sur un même ylindre deux fils életriques. L un est relié à une pile et possède un interrupteur, l autre est seulement relié à un galvanomètre, permettant ainsi de mesurer tout ourant qui serait engendré dans e seond. En effet, Faraday savait que lorsqu un ourant permanent irule dans le premier, un hamp magnétique serait engendré et il s attendait don à voir apparaître un ourant dans le deuxième. En fait rien de tel n était observé : lorsque l interrupteur était fermé ou ouvert, rien ne se passait. Par ontre, lors de son ouverture ou de sa fermeture, une déviation fugae de l aiguille du galvanomètre pouvait être observée (ela n a pas été perçu immédiatement). Une telle déviation pouvait également s observer lorsque, un ourant irulant dans le premier, on déplaçait le deuxième. Autre expériene : prenons un aimant permanent et plaçons le à proximité d une boule onstituée d un fil onduteur relié à un galvanomètre. Lorsque l aimant est immobile, il n y a pas de ourant mesurable dans le fil. Par ontre, lorsqu on déplae l aimant, on voit apparaître un ourant dont le signe varie selon qu on approhe ou qu on éloigne l aimant. De plus, e ourant est d autant plus important que le déplaement est rapide. Ces deux types d expérienes ont amené Faraday à érire ei : «Quand le flux du hamp magnétique à travers un fermé hange, il apparaît un ourant életrique.» Dans les deux expérienes, si on hange la résistane R du, alors le ourant I apparaissant est également modifié, de telle sorte que e=ri reste onstant. Tous les faits expérimentaux mis en évidene par Faraday peuvent alors se résumer ainsi : Loi de Faraday : la variation temporelle du flux magnétique à travers un fermé y engendre une fém induite d e = Φ (expression ) L indution életromagnétique est don un phénomène qui dépend intrinsèquement du temps et, au sens strit, sort du adre de la magnétostatique (étude des phénomènes magnétiques

2 38 stationnaires). Nous allons toutefois l étudier, l indution étant l équivalent magnétique de l influene életrostatique. IV..- La loi de Faraday Posons-nous la question de Faraday. Comment rée-t-on un ourant? Un ourant est un déplaement de harges dans un matériau onduteur. Ces harges sont mises en mouvement grâe une différene de potentiel (ddp) qui est maintenue par une fore életromotrie ou fém (elle s exprime don en Volts). Une pile, en onvertissant son énergie himique pendant un instant, fournit don une puissane P (travail W par unité de temps) modifiant l énergie inétique des dq porteurs de harge et produisant ainsi un ourant I. Soit P q la puissane néessaire pour ommuniquer une vitesse v à une partiule de harge q. Sahant que dans un onduteur il y a n porteurs de harge par unité de volume, la puissane totale P que doit fournir le générateur (par ex une pile) est P = np dv = dl np ds= dl nf v ds nqv ds F = dl = q F dl = I = Ie q On pose don que la fém d un est V q ( ) setion q F dl q setion se tion P F e = = I q dl se tion ( j ds) où F est la fore qui s exere sur les harges mobiles q. Or, la fore de Coulomb est inapable de produire une fém, puisque la irulation du hamp életrostatique (don le travail) est nulle sur un fermé, e= Es dl = V( A) V( A) = Pour réer un ourant ontinu dans un fermé, il faut don un hamp életromoteur dont la irulation le long du ne soit pas nulle. L expériene de Faraday montre don que est l existene d un hamp magnétique qui permet l apparition d un ourant. Cela signifie que la fore de Lorentz doit être responsable de l apparition d une fém, est à dire e= ( E+ v B) dl (expression ) Reprenons maintenant l expériene qui onsiste à déplaer un fermé ave une vitesse v dans un hamp magnétique B et un hamp életrique E s statiques. Que se passe-t-il pendant un instant?

3 39 ds n dl dr La fore de Lorentz (due à e mouvement d ensemble) agissant sur haque partiule q du onduteur s érit F = q( Es + v B), fournissant ainsi une fém e= ( Es + v B) dl = ( v dl) B = dsn B où dsn est la surfae orientée élémentaire, dérite lors du déplaement v du. On reonnaît alors l expression du flux dr= v oupé à travers ette surfae élémentaire. On a don dφ dφ e = d = = Φ puisque la variation du flux oupé est égale à elle du flux total à travers le (onservation du flux magnétique, f théorème de Maxwell). Attention au sens de dl : il doit être ohérent ave dφ = dφ. Nous venons de démontrer la loi de Faraday dans le as d un rigide, déplaé dans un hamp életromagnétique statique. Nous avons vu apparaître naturellement l expression du flux oupé. En fait, la seule hose qui ompte, est l existene d un mouvement d ensemble du tout ou d une partie du (revoir démonstration pour s en onvainre). Ainsi, l expression de la fém induite d e = Φ (expression 3) reste valable pour un déformé et/ou déplaé dans un hamp magnétique statique. Cette démonstration s est faite à partir de la fore de Lorentz et est don a priori indépendante du référentiel hoisi. Première diffiulté Prenons l expériene de la roue de Barlow. L appareil onsiste en un disque métallique mobile autour d un axe fixe, plongeant dans un hamp magnétique et touhant par son bord extérieur une uve de merure. Un életrique est ainsi établi entre la uve et l axe et on ferme e sur un galvanomètre permettant de mesurer tout ourant. Lorsqu on fait tourner le disque, un ourant életrique est bien déteté, en ohérene ave la formule idessus. Cependant, il n y a pas de variation du flux total à travers la roue! Ce résultat d expérimental semble don ontraditoire ave e = Φ! Comment omprendre ela? Même si, globalement, il n y a pas de variation du flux total, il n en reste pas moins que les harges du disque onduteur se déplaent dans un hamp magnétique. On pourrait don faire fi de l égalité dφ = dφ et utiliser l expression 3 et aluler ainsi une fém non nulle. Cependant, la ause physique fondamentale de son existene réside dans l expression. Il faut don utiliser les expressions et 3 uniquement omme des moyens parfois habiles de aluler ette fém.

4 4 Deuxième diffiulté Si on se plae maintenant dans le référentiel du rigide, on verra un hamp magnétique variable ( est le as, par ex, lorsqu on approhe un aimant d un immobile). Dans e as, le flux oupé est nul et on devrait don avoir une fém nulle, e qui n est pas le as d après l expériene de Faraday. Ce résultat expérimental semble ette fois-i en ontradition ave d e = Φ! Résolution de e paradoxe Puisque, dans e dernier as, le hamp magnétique dépend du temps, il n y a plus de lien diret entre le flux oupé et le flux total à travers le. Si on revient à l expression, on voit que dans le référentiel du la fore «magnétique» est nulle et il ne reste plus que le terme «életrique». Or, nous avons déjà vu que e hamp életrique n est pas simplement onstitué d un hamp életrostatique. Si on rassemble e que nous dit d un oté la théorie et de l autre l expériene, on obtient dφ e = (expériene de Faraday) = E dl (notre théorie) est à dire m dφ d B = B ds = ds = Em dl t Autrement dit, la seule façon de onilier notre théorie ave l expériene, est d admettre qu une variation temporelle du hamp magnétique engendre un hamp életrique. Nous avons ii un nouvel effet physique, totalement indépendant de tout e que nous avons vu jusqu à présent : l indution est un phénomène életromagnétique. Résumé/Bilan Que se passe-t-il si on déplae un (rigide ou non) dans un hamp magnétique variable? Quelle expression faut-il utiliser? En fait, il faut revenir à la fore de Lorentz dans le as général de hamps variables. On aura alors une fém induite e= ( E+ v B) dl = Em dl dφ B = = ds t dφ dφ Le premier terme dérit la irulation non nulle d un hamp életromoteur, assoié à la variation temporelle du hamp magnétique, tandis que le deuxième terme dérit la présene d un flux oupé dû au déplaement du et/ou à sa déformation. Remarque importante : Dans le alul i-dessus, nous n avons pris en ompte que la vitesse ommuniquée au et non la vitesse totale des partiules. En effet, s il existe un ourant, ela signifie que les partiules hargées se déplaent à l intérieur du. En fait, la fore magnétique assoiée à

5 4 ette omposante de la vitesse est, en régime quasi-statique, exatement ompensée par le hamp életrostatique de Hall. IV..3- La loi de Lenz Enoné : l indution produit des effets qui s opposent aux auses qui lui ont donné naissane. Cette loi est, omme la règle du flux maximum, déjà ontenue dans les équations et don n apporte rien de plus, hormis une intuition des phénomènes physiques. En l ourrene, la loi de Lenz n est que l expression du signe ontenu dans la loi de Faraday. Exemple : si on approhe un du pôle nord d un aimant, le flux augmente et don la fém induite est négative. Le ourant induit sera alors négatif et produira lui-même un hamp magnétique induit opposé à elui de l aimant. Deux onséquenes :. L augmentation du flux à travers le est amoindrie.. Il apparaît une fore de Laplae F = I grad Φ négative, s opposant à l approhe de l aimant. Ce signe dans la loi de Faraday (la loi de Lenz) dérit le fait que dans des onditions normales, il n y a pas d emballement possible (ex, ourant ne faisant qu augmenter). Remarque sur la onvention de signe La détermination du sens du ourant induit se fait de la façon suivante :. On se hoisit arbitrairement un sens de irulation le long du.. Ce sens définit, grâe à la règle du bonhomme d Ampère, une normale au. 3. Le signe du flux est alors déterminé en faisant le produit salaire du hamp magnétique par ette normale. 4. En utilisant ensuite la loi de Faraday, on obtient la valeur et le signe de la fém. 5. Enfin, le ourant est obtenu à partir de la loi d Ohm (son signe peut aussi être diretement onnu en utilisant la loi de Lenz). IV.- Indution mutuelle et auto-indution IV..- Indution mutuelle entre deux s fermés Soient deux s fermés, orientés, traversés par des ourants I et I. ds ds I I

6 4 Le premier rée un hamp magnétique B dont on peut aluler le flux Φ à travers le deuxième, Φ = = µ dl PM 3 B ds 4π ds I S S C PM où P est un point quelonque du C (l élément de longueur valant dl = dop) et M un point quelonque de la surfae délimitée par C, à travers laquelle le flux est alulé. De même, on a pour le flux réé par le C sur le C = = µ 4π S Φ B ds S C dl PM ds I PM 3 où P est ette fois-i un point du C et M un point de la surfae délimitée par C, à travers laquelle le flux est alulé. Les termes entre rohets dépendent de la distane entre les deux s et de fateurs uniquement géométriques liés à la forme de haque. Comme, dans le as général, ils sont diffiiles voire impossible à aluler, il est ommode de poser Φ = MI Φ = M I Le signe des oeffiients dépend de l orientation respetive des s et suit la même logique que pour le ourant induit. D après les hoix pris pour le sens de irulation le long de haque (voir figure), les flux sont négatifs pour des ourants I et I positifs. Don les oeffiients sont négatifs. Théorème : Le oeffiient d indution mutuelle ou indutane mutuelle (unités : Henry, H) M = M = M Il met en jeu une énergie potentielle d interation magnétique entre les deux s W = m MII + Constante Il nous faut démontrer que les indutanes sont bien les mêmes pour haque. La raison profonde réside dans le fait qu ils sont en interation, don possèdent haun la même énergie potentielle d interation. Si on déplae C, il faut fournir un travail dw = IdΦ = IIdM Mais e faisant, on engendre une variation du flux à travers C et don un travail dw = IdΦ = IIdM Puisqu ils partagent la même énergie d interation (haque travail orrespond au mouvement relatif de C par rapport à C ), on a dw = dw et don dm = dm M = M + Constante Cette onstante d intégration doit être nulle puisque, si on éloigne les s l un de l autre à l infini, l interation tend vers zéro et don les indutanes s annulent.

7 43 IV..- Auto-indution Si on onsidère un isolé, parouru par un ourant I, on s aperçoit qu on peut produire le même raisonnement que i-dessus. En effet, le ourant I engendre un hamp magnétique dans tout l espae et il existe don un flux de e hamp à travers le lui-même, Φ= = µ dl PM B ds π 3 ds I 4 S S C PM qu on peut simplement érire Φ=LI où L est le oeffiient d auto-indution ou auto-indutane (ou self), exprimé en Henry. Il ne dépend que des propriétés géométriques du et est néessairement positif (alors que le signe de l indutane mutuelle dépend de l orientation d un par rapport à l autre). IV.3- Régimes variables IV.3.- Définition du régime quasi-statique Ave les lois que nous avons énoné jusqu à présent, nous sommes en mesure d étudier ertains régimes variables. En effet, tous les raisonnements basés sur la notion d un hamp (életrique ou magnétique) onstant au ours du temps peuvent aisément être appliqués à des systèmes physiques variables (hamps dépendant du temps), pourvu que ette variabilité s effetue sur des éhelles de temps longues par rapport au temps aratéristique d ajustement du hamp. Voii tout de suite un exemple onret. La plupart des lois de la magnétostatique supposent un ourant permanent, est à dire le même dans le tout le. Lorsqu on ferme un interrupteur, un signal életromagnétique se propage dans tout le et est ainsi que peut s établir un ourant permanent : ela prend un temps de l ordre de l/, où l est la taille du et la vitesse de la lumière. Si l on a maintenant un générateur de tension sinusoïdale de période T, alors on pourra malgré tout utiliser les relations déduites de la magnétostatique si T >> l/ Ainsi, bien que le ourant soit variable, la réation d un hamp magnétique obéira à la loi de Biot et Savart tant que le ritère i-dessus reste satisfait. Ce type de régime variable est également appelé régime quasi-statique. IV.3.- Fores életromotries (fém) induites Considérons tout d abord le as d un isolé rigide (non déformable). Nous avons vu qu une fém induite apparaissait dès lors que le flux variait. D après la loi de Faraday et l expression i-dessus, ette fém vaudra e= L di (L étant onstant pour un rigide). En régime variable, si le ourant diminue, on verra don apparaître une fém positive engendrant un ourant induit qui va s opposer à la

8 44 déroissane du ourant dans le. La self d un tend don à atténuer les variations de ourant. Dans les shémas életriques la self est symbolisée par une bobine. C est en effet la façon la plus ommode de produire une self : plus le nombre de spires est élevé et plus grande sera l auto-indutane L (le ylindre sur lequel on fait l enroulement est d ailleurs onstitué de fer doux, matériau ferromagnétique, pour amplifier le hamp, don L). Cei se omprend aisément. La fém s érit en effet e= ( E + v B) dl= N ( E + v B) dl e qui d ailleurs justifie la règle Φ = N Φ Si l on onsidère maintenant deux s ouplés C et C, alors l expression des flux totaux à travers es s s érit Φ = Φ + Φ = LI + MI Φ = Φ + Φ = LI + MI On aura don en régime variable des fém induites dans haque e e spire spire L di M di = M di L di = Cei peut avoir des onséquenes importantes (parfois désastreuses), omme l apparition soudaine d un ourant dans un fermé non alimenté. En effet, supposons que I soit nul à un instant et qu il y ait à e moment là une variation de ourant I. L indution mutuelle va alors engendrer un ourant I induit, qui va à son tour modifier I. IV.3.3- Retour sur l énergie magnétique Dans le Chapitre III, nous avons vu que l énergie magnétique d un parouru par un ourant permanent I plaé dans un hamp magnétique extérieur B s érit Wm = IΦ. Or, un tel produit un flux Φ=LI à travers lui-même, e qui semblerait impliquer une énergie magnétique négative. Etrange. D autant plus que nous avions interprété ette énergie omme une énergie potentielle d interation entre le et le hamp extérieur. Peut-on parler d énergie d interation du ave lui-même? Manifestement, ela n a pas de sens. Il nous faut raisonner autrement. Tout effet a néessité un travail (hélas) et est don porteur d énergie. Un onduteur portant une harge életrique Q possède une énergie életrostatique W Q = e C où C est la apaité du onduteur. Cette énergie est stokée dans (portée par) le hamp életrostatique. Nous avons alulé ette énergie en évaluant le travail fourni pour onstituer e réservoir de harges. Il nous faut faire un raisonnement similaire ii.

9 45 S il existe un ourant I, est qu un générateur a fourni une puissane P = ei pendant un ertain temps. Cela signifie que le (dérit par une self L) a reçu une puissane P = ei = Li di d m = Li puisque elui-i rée un hamp magnétique (on néglige ii toute dissipation). Partant d un ourant nul à t=, on obtient après un temps t un ourant I et une énergie emmagasinée t Wm = Pm = LI Cette énergie est stokée dans le hamp magnétique qui est réé par un ourant d amplitude I, irulant dans un de self L. Le fateur / provient de l ation du sur lui-même. Si l on prend en ompte la dissipation (voir plus bas), on obtient que l énergie néessaire à la réation d un ourant I (ou la génération du hamp B assoié) doit être supérieure. Si l on plae maintenant e dans un hamp magnétique extérieur B ext, l énergie magnétique totale sera Wm = LI IΦext où l on a supposé impliitement que l existene du ne perturbe pas la soure du hamp B ext (elui-i n est pas affeté par des variations éventuelles du ourant irulant dans le ). En général, de tels as orrespondent à une énergie d interation dominante sur l énergie emmagasinée. Prenons maintenant le as de deux s en interation. Chaun est parouru par un ourant permanent et engendre ainsi un hamp magnétique. L énergie magnétique totale emmagasinée est alors W = ei ei m t t t LI di MI di t = + L I di MI di + + = ( LI + L I )+ MII On voit don que W m W + W les deux s. : il y a un troisième terme, orrespondant à l interation entre IV.3.4- Bilan énergétique d un életrique D après la relation établie en életroinétique, la tension entre deux points A et B d un vaut V V = RI e A B où e est la fém située entre A et B, R la résistane totale et le ourant I irulant de A vers B. Etant parouru par un ourant, e (ou ette branhe du ) va engendrer un hamp

10 46 magnétique, don produire un flux à travers lui-même qui, si le hamp varie, va engendrer une fém (loi de Faraday) et on aura alors V V RI L di A B = + Si le est plaé dans un hamp magnétique extérieur B ext, le hamp total sera la somme du hamp induit et du hamp B ext et l équation sera V V RI L di d A B = + Φ ext Ainsi, un omposé d un générateur délivrant une tension U, d une résistane R, d une bobine de self L et d un ondensateur de apaité C ( RLC) aura pour équation U = RI + L di Q + C dq où I = est le ourant irulant dans le et Q la harge sur l une des armatures du ondensateur. La puissane fournie par le générateur se transmet au qui l utilise alors de la façon suivante : P = UI IRI L di Q d d Q = + + = RI + LI + C C est à dire d P = P W W J + ( m + e) Une partie de la puissane disponible est don onvertie en haleur (dissipation par effet Joule), tandis que le reste sert à produire des variations de l énergie életro-magnétique totale du. Dans un «libre» (où U=), on voit que ette énergie totale diminue au ours du temps, entièrement reonvertie en haleur.

Exercice A : Effet Hall

Exercice A : Effet Hall Université Paris-Diderot - Paris 7 Année 2008-2009 L2-51 EM 4 Eletromagnétisme Corrigé de l examen (deuxième session) du jeudi 25 juin 2009 Exerie A : Effet Hall x z B 0 v a O b y Figure 1: Corrigé 1)

Plus en détail

Mines Ponts, Physique 1 MP

Mines Ponts, Physique 1 MP Mines Ponts, Physique 1 MP Satellites de téléommuniation Conours 7 1 Satellites sur orbite irulaire 1. La relation fondamentale de la dynamique en mouvement uniforme sur une orbite irulaire impose G M

Plus en détail

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle - 1 - Trigonométrie du triangle quelonque 10.1 La mesure de l angle 10. Trigonométrie Les quatre unités prinipales de mesure d'un angle géométrique sont le degré, le radian, le grade et le tour. Le degré

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation Mathématiques e Livret de orrigés Rédation : Niole Cantelou Sophie Huvey Hélène Leoq Fabienne Meille Françoise Raynier Philippe Nadeau Jean-Denis Poignet Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

1 Introduction à l effet Doppler.

1 Introduction à l effet Doppler. Introdution à l effet Doppler Ph. Ribière ribierep@orange.fr Merredi 9 Novembre 2011 1 Introdution à l effet Doppler. Vous avez tous fait l expériene de l effet Doppler dans la rue, lorsqu une ambulane,

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph ème OI Épreuve de séletion 5 PRÉ : étude de solutions tampon de ph I. Préparation. L aide éthanoï que est noté OH. À la température onsidérée, le pk du ouple OH/O est égal à,7. On prépare une solution

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de Notion de courant de particule ; conservation du courant = expression du courant de particules chargées ; charges; j = q k k - cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de v k

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

Centrales Villageoises Photovoltaïques

Centrales Villageoises Photovoltaïques Centrales Villageoises Photovoltaïques Projet Centrales Villageoises Photovoltaïques Optimisation du raordement életrique et gestion du réseau sur le village de : - Les Haies Rédateur Nom Fontion Damien

Plus en détail

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction Statistique Informatique Mathématique appliquées Novembre 3 MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introdution Les artes de ontrôle sont

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

Electromagnétisme. Bipolarité Un champ magnétique possède toujours un pôle nord et un pôle sud. Ils sont indissociables.

Electromagnétisme. Bipolarité Un champ magnétique possède toujours un pôle nord et un pôle sud. Ils sont indissociables. Electromagnétisme Les champs magnétiques Les sources de champs magnétiques existent à l état naturel (Terre, aimant naturel) ou peuvent être crées artificiellement (aimant, électro-aimant). L unité du

Plus en détail

Observation : Le courant induit circule dans le sens opposé.

Observation : Le courant induit circule dans le sens opposé. 2 e BC 3 Induction électromagnétique 21 Chapitre 3: Induction électromagnétique 1. Mise en évidence du phénomène : expériences fondamentales a) Expérience 1 1. Introduisons un aimant dans une bobine connectée

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

CHAPITRE CP1 C Conversion électromagnétique statique

CHAPITRE CP1 C Conversion électromagnétique statique PSI Brizeux Ch. CP1: Conversion électromagnétique statique 1 CHAPITRE CP1 C Conversion électromagnétique statique Les sources d énergie, naturelles ou industrielles, se trouvent sous deux formes : thermique

Plus en détail

Correction du CAPES externe de Physique 2011

Correction du CAPES externe de Physique 2011 Corretion du CAPES externe de Physique 0 On pourra lire ave profit le " Guide du LHC " publié par le CERN à l'adresse : http://dswebernh/reord/6445/files/cern-brohure-009-003-frepdf I Etude générale du

Plus en détail

Revue des Sciences et de la Technologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 2014

Revue des Sciences et de la Technologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 2014 Revue des Sienes et de la Tehnologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 214 L impat d une Charge Fortement Capaitive Sur la Qualité du Filtrage d un FAP Contrôlé Par un Filtre Multi-Variable Hautement Séletif

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation athématiques 6 e Livret de orrigés Rédation : laudine lbin-vuarand Niole antelou arie-jo Quéffele arie-frane Lefèvre ar Le rozler oordination : Jean-enis Poignet, responsable de formation e ours est la

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

Connaître les impacts d une inondation

Connaître les impacts d une inondation ANTICIPER Après vous être informé sur les risques menaçants vos prohes et vos biens, vous devez évaluer les dommages potentiels afin d antiiper la rise et diminuer ses effets. Connaître les impats d une

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux FICHE Fihe à destination des enseignants Type d'atiité TS 7 De la rotation de Saturne à la struture de ses anneaux Atiité expérimentale Notions et ontenus du programme de Terminale S Effet Doppler. Compétenes

Plus en détail

Actionneurs électriques 1. Introduction

Actionneurs électriques 1. Introduction Actionneurs électriques 1. Introduction Master Spécialisé 1 Mécatronique Faculté des Sciences de Tétouan Février-Juin 2014 Jaouad Diouri Projet du cours Contenu Circuits magnétiques, transformateurs, puissance,

Plus en détail

Chapitre 7. Électromagnétisme. 7.1 Magnétisme. 7.1.1 Aimants

Chapitre 7. Électromagnétisme. 7.1 Magnétisme. 7.1.1 Aimants Chapitre 7 Électromagnétisme 7.1 Magnétisme 7.1.1 Aimants Les aimants furent découverts d abord en Chine et puis en Grèce. Les premiers aimants sont des pierres noires qui ont la propriété d attirer des

Plus en détail

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER PROGRAMME 0 Sous la diretion de : Mihel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER Jean-Louis BONNAFET René GAUTHIER Yvette MASSIERA Denis VIEUDRIN Jean-François ZUCCHETTA Sommaire CHAPITRE CHAPITRE CHAPITRE

Plus en détail

Modélisation d'une boucle diphasique à pompage capillaire pour utilisation spatiale

Modélisation d'une boucle diphasique à pompage capillaire pour utilisation spatiale DOSSIER Modélisation d'une boule diphasique à pompage apillaire pour utilisation spatiale The modelling ofa two-phase apillary pumped loop for use zn spae par T. Tjiptahardja, M. Amidieu, B. Moshetti Aerospatiale

Plus en détail

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault 1 I. Introdution...3 II. Généralités...3 Caratéristiques ommunes aux deux phénomènes...3 La différene entre la phosphoresene et la

Plus en détail

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU Mesures Interprétations - Appliations Doument rédigé par des ingénieurs géotehniiens de GINGER CEBTP sous la diretion de : Mihel KHATIB Comité de releture : Claude-Jaques

Plus en détail

La Variation de Vitesse au cœur des applications. industrielles. p.1

La Variation de Vitesse au cœur des applications. industrielles. p.1 Le magazine Shneider Eletri de l'enseignement tehnologique et professionnel Mai 005 p. Historique p. La ommande vetorielle des moteurs asynhrones p.3 La ommande vetorielle dans les appliations industrielles

Plus en détail

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension Juin 2001 La protetion différentielle dans les installations életriques basse tension Ce guide tehnique a pour objetif de mettre en évidene les prinipes de fontionnement des protetions différentielles

Plus en détail

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Sommaire Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0... 1 Contexte... 2 Critères d éligibilité pour l épargne

Plus en détail

physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction

physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction ministère de l éduation nationale physique - himie 3e Livret de orrigés Rédation Wilfrid Férial Jean Jandaly Ce ours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à e ours sont la propriété de

Plus en détail

Thermodynamique Transferts thermiques Support de cours 2007-2008 Préparé par Daniel RICHARD Maître de Conférence CNU35

Thermodynamique Transferts thermiques Support de cours 2007-2008 Préparé par Daniel RICHARD Maître de Conférence CNU35 hermodynamique ransferts thermiques Support de ours 007-008 réparé par Daniel RICARD Maître de Conférene CNU35 En raison des droits d'auteurs de ertaines images dont le onepteur n'a pas enore spéifié la

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

L induction électromagnétique et la loi de Faraday (Tous les cours à partir du cours XIX)

L induction électromagnétique et la loi de Faraday (Tous les cours à partir du cours XIX) L induction électromagnétique et la loi de Faraday (Tous les cours à partir du cours XIX) Le phénomène d induction électromagnétique peut être mis en évidence par les deux expériences simples suivantes.

Plus en détail

Estimation de de micro et etnano force en en régime dynamique à l aide de de dispositifs magnétiques passifs et et actifs

Estimation de de micro et etnano force en en régime dynamique à l aide de de dispositifs magnétiques passifs et et actifs Commande de la P (SH) Estimation de de miro et etnano fore en en régime dnamique à l aide de de dispositifs magnétiques passifs et et atifs Institut EMTO-ST, UMR CNRS 6174 - UC / ENSMM / UTBM, Département

Plus en détail

CHAPITRE XII : L'induction électromagnétique et les inducteurs

CHAPITRE XII : L'induction électromagnétique et les inducteurs CHAPITRE XII : L'induction électromagnétique et les inducteurs XII. 1 Nous avons vu dans le chapitre XI qu'un courant produisait un champ magnétique. A la suite de cette observation, les scientifiques

Plus en détail

Le transfert de chaleur entre deux fluides s effectue à travers un tube d acier de diamètres intérieur/extérieur 18 / 21 mm.

Le transfert de chaleur entre deux fluides s effectue à travers un tube d acier de diamètres intérieur/extérieur 18 / 21 mm. PROBLÈMES CORRIGÉS Il n est pas de problème u une absene de solution ne inisse par résoudre. Aphorisme attribué à Henri QUEUILLE PROBLÈME N : Coeiient d éhange Énoné Le transrt de haleur entre deux luides

Plus en détail

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés NCCI : Calul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés Ce NCCI fournit les règles relatives au alul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés. Ces règles se ontentent de ouvrir la oneption et le alul

Plus en détail

3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE

3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE 3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE. DEFINITIONS Un trinôme du seond degré est une fontion de la forme trois réels donnés ave a a + + a où a, et sont Résoudre l'équation a + + = ( ave a ), 'est trouver

Plus en détail

Assistance à la navigation automobile par temps de brouillard

Assistance à la navigation automobile par temps de brouillard Assistane à la navigation automobile par temps de brouillard Niolas Hautière Rahid Belaroussi Jean-Philippe Tarel Laboratoire Exploitation Pereption Simulateurs et Simulations Université Paris-Est, INRETS-LCPC

Plus en détail

Apprenez comment résoudre ce problème dans ce chapitre. www.copperconsultancy.com/about-us/about-copper/

Apprenez comment résoudre ce problème dans ce chapitre. www.copperconsultancy.com/about-us/about-copper/ Le solénoïde montré sur la figure a une inductance de mh et est traversé par un courant de 1 A. Le fil qui forme le solénoïde a une résistance de,5. Quelle est la différence de potentiel entre les deux

Plus en détail

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE Exemples 4B Caluls de résistane au feu Fihier : L4B-5.do OBJECTIF Familiariser le onepteur à des méthodes simples de alul de résistane au feu et d'épaisseur

Plus en détail

Énergie et pollution. Déroulement. Énergies non renouvelables et pollution

Énergie et pollution. Déroulement. Énergies non renouvelables et pollution Énergie et pollution 9 Objetifs Connaître les onséquenes de l utilisation des soures d énergie non renouvelables sur l environnement. Connaître les avantages et les inonvénients de haque soure d énergie.

Plus en détail

Pour faire le point voici les corrections des activités sur la relativité faites en cours :

Pour faire le point voici les corrections des activités sur la relativité faites en cours : Pour faire le point oii les orretions des atiités sur la relatiité faites en ours : Atiité 1 : (a) On onsidère un TGV qui aane à une itesse = 300 km h 1 = 83,3 m s 1 par rapport au sol. Le passager est

Plus en détail

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau Géométrie dans l Espae Courbes de niveau Christophe ROSSIGNOL Année solaire 008/009 Table des matières 1 Quelques rappels 1.1 Coordonnées d un point, d un veteur................................. 1. Colinéarité

Plus en détail

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite?

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite? Quelles différenes y a-t-il entre oqs d origine et oqs introduits par la suite? Le prolème Pour l élevage-souhe, les reproduteurs de poulet à hair ont fait l ojet d une séletion intensive onernant la vitesse

Plus en détail

4087 fr - 01. 2007 / a CHARGE ACTIVE. Banc d essais de machines tournantes Acquisition de données

4087 fr - 01. 2007 / a CHARGE ACTIVE. Banc d essais de machines tournantes Acquisition de données 4087 fr - 01. 2007 / a CHARGE ACTIVE Ban d essais de mahines tournantes Aquisition de données pour ban d'essais de mahines tournantes Rapproher l'enseignement tehnique des réalités industrielles a toujours

Plus en détail

SELECTIONNER ENTREPRISES

SELECTIONNER ENTREPRISES GUIDE POUR AGIR Comment SELECTIONNER les ENTREPRISES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES Ave le soutien du Fonds soial européen Pourquoi séletionner ertaines entreprises? Toutes les entreprises de votre seteur

Plus en détail

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal 1 Introduction Dans les premiers chapitres d électrocinétique, nous avons travaillé sur les régimes transitoires des circuits comportant conducteur ohmique,

Plus en détail

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012 Cours d électricité Dipôles simples en régime alternatif Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année: 2011-2012 Plan du

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement valables onernant ma vie, mes périodes de souffrane, les derniers moments de mon existene et ma mort Institut interdisiplinaire

Plus en détail

ÉLECTROMAGNÉTISME BLINDAGE ELECTROMAGNETIQUE

ÉLECTROMAGNÉTISME BLINDAGE ELECTROMAGNETIQUE Spé ψ 1-11 Devoir n ÉLECTROMAGNÉTISME LINDAGE ELECTROMAGNETIQUE Ce problème s intéresse à certains aspects du blindage électromagnétique par des conducteurs La section A rassemble quelques rappels destinés

Plus en détail

Estimation Temps Réel des Etats Dynamiques d un Véhicule Automobile

Estimation Temps Réel des Etats Dynamiques d un Véhicule Automobile stimation emps éel des tats Dynamiques d un Véhiule Automobile Sébastien Plane o ite this version: Sébastien Plane. stimation emps éel des tats Dynamiques d un Véhiule Automobile. Automatique obotique.

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99)

Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99) Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99) Visualisation de maillages 2D et 3D et de surfaes 3D sous X François JOUVE 1 1 Introdution xd3d est un outil graphique apable de visualiser des maillages bi et tridimensionnels,

Plus en détail

Cours n 15 : Champ magnétique

Cours n 15 : Champ magnétique Cours n 15 : Champ magnétique 1) Champ magnétique 1.1) Définition et caractérisation 1.1.1) Définition Comme nous l avons fait en électrostatique en introduisant la notion de champ électrique, on introduit

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

pendule pesant pendule élastique liquide dans un tube en U

pendule pesant pendule élastique liquide dans un tube en U Chapitre 2 Oscillateurs 2.1 Systèmes oscillants 2.1.1 Exemples d oscillateurs Les systèmes oscillants sont d une variété impressionnante et rares sont les domaines de la physique dans lesquels ils ne jouent

Plus en détail

Equipe Technique Régionale des Formations d Entraîneurs

Equipe Technique Régionale des Formations d Entraîneurs Equipe Tehnique Régionale des Formations d Entraîneurs Ligue d Athlétisme des Pays de la Loire FORMATIONS DES ENTRAINEURS 2013 / 2014 Chers entraîneurs éduateurs, «Plus que le talent, est l envie qui ompte»

Plus en détail

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas!

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas! X-infos L ATUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014 Édito Tous a vos agendas! La soiété SPL-Xdemat s apprête à vivre pour la première fois de sa jeune existene, les életions muniipales. Et ompte tenu du

Plus en détail

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie Chapitre 7 - ests d hypothèses Lexique anglais - français Constats - terminologie - onepts de base tests ests onernant une moyenne - variane onnue - variane inonnue - ourbe aratéristique - n =? est de

Plus en détail

Charge électrique loi de Coulomb

Charge électrique loi de Coulomb Champ électrique champ magnétique Charge électrique loi de Coulomb 1/ répulsion réciproque de deux charges < r 12 > Q 1 Q 2 Les deux charges Q 1 et Q 2 se repoussent mutuellement avec une force F 12 telle

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

Équilibres de phases de mélanges

Équilibres de phases de mélanges Équilibres de phases de mélanges Paternité - Pas d'utilisation Commeriale - Partage des Conditions Initiales à l'identique : http://reativeommons.org/lienses/by-n-sa/2.0/fr/ Table des matières Table des

Plus en détail

Syllabus d électricité. G. Barmarin

Syllabus d électricité. G. Barmarin Syllabus d électricité G. Barmarin 2012-2013 1 2 3 Table des matières 4 Electrostatique Histoire 5 Expérience : Conclusion : il existe deux types de charges que l on qualifiera de positive et négative

Plus en détail

Chapitre 5 : Condensateurs

Chapitre 5 : Condensateurs 2 e B et C 5 Condensateurs 37 Chapitre 5 : Condensateurs 1. Qu est-ce qu un condensateur? a) Expérience de mise en évidence 1. Un électroscope est chargé négativement au moyen d'un bâton d'ébonite frotté

Plus en détail

PHENOMENES DE PROPAGATION EN RADIOFREQUENCES ELECTRONIQUE RAPIDE COURS

PHENOMENES DE PROPAGATION EN RADIOFREQUENCES ELECTRONIQUE RAPIDE COURS UT Grenoble Dt Génie Eletrique et nformatique ndustrielle PHENOMENES DE PROPAGATON EN RADOFREQUENCES ELECTRONQUE RAPDE COURS Philippe Ferrari - 0 - UT Grenoble Dt Génie Eletrique et nformatique ndustrielle

Plus en détail

Modélisation numérique du glissement de terrain de Super Sauze par voie de photogrammétrie aérienne. Rapport de Stage

Modélisation numérique du glissement de terrain de Super Sauze par voie de photogrammétrie aérienne. Rapport de Stage Eole Nationale Supérieure des Arts et Industries de Strasbourg Modélisation numérique du glissement de terrain de Super Sauze par voie de photogrammétrie aérienne Rapport de Stage Deuxième Année de Formation

Plus en détail

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction Electricité et magnétisme - TD n 1 Induction 1. Inductance mutuelle - transformateur On considère un solénoïde de section circulaire, de rayon R 1, de longueur, et constitué de N 1 spires. A l intérieur

Plus en détail

Induction électromagnétique. Aspects énergétiques. Applications.

Induction électromagnétique. Aspects énergétiques. Applications. Sébastien Bourdreux Agrégation de Physique Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand Induction électromagnétique. Aspects énergétiques. Applications. Novembre 2002 TABLE DES MATIÈRES 2 Table des matières

Plus en détail

Électromagnétisme et Optique Physique

Électromagnétisme et Optique Physique Électromagnétisme et Optique Physique Dr.R.Benallal DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE École Préparatoire en Sciences et Techniques de Tlemcen Physique 4 Fevrier-Juin 2013 Programme du module I Électromagnétisme

Plus en détail

Avis de convocation. Assemblée générale mixte de PagesJaunes Groupe. le 26 avril 2007 à 17 heures à la Maison de la Chimie

Avis de convocation. Assemblée générale mixte de PagesJaunes Groupe. le 26 avril 2007 à 17 heures à la Maison de la Chimie Avis de onvoation Assemblée générale mixte de PagesJaunes Groupe le 26 avril 2007 à 17 heures à la Maison de la Chimie 28 bis, rue Saint-Dominique - 75007 Paris sommaire Comment partiiper à l Assemblée

Plus en détail

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2 .Boukai Optique P Inteférenes non loalisées e eux ones totalement ohérentes Table es matières 1 Interférene entre eux ones lumineuses 1.1 éfinition....................................... 1. uperposition

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère )

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère ) ÉLECTRICITÉ / Travail ( W ) en joule En translation : W = F.d Puissance mécanique ( P ) en watt Champ électrique uniforme ( e ) en volt/mètre Travail de la force électrique ( W ) en joule Champ et potentiel

Plus en détail

ACOUSTIQUE INDUSTRIELLE TRAITEMENTS

ACOUSTIQUE INDUSTRIELLE TRAITEMENTS ACOUSTIQUE INDUSTRIELLE TRAITEMENTS Doument réalisé par : Jean CATALIFAUD METRAVIB RDS Web : www.metravib.r Sommaire AVERTISSEMENT... 4 ISOLATION ACOUSTIQUE... 5 PAROI SIMPLE... 5 Paroi ininiment rigide...

Plus en détail

Chapitre 8 : Relativité restreinte

Chapitre 8 : Relativité restreinte 1 re B et C 8 Relatiité restreinte 9 Chapitre 8 : Relatiité restreinte "Je n'ai auun talent partiulier. Je suis simplement urieux." (Albert Einstein) 1. Les postulats d Einstein «En 1905, Albert Einstein

Plus en détail

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale NCCI : Modèle de alul pour les pieds de poteaux artiulés Poteaux en I en Ce NCCI présente les règles permettant de déterminer soit la résistane de alul, soit les dimensions requises des plaques d'assise

Plus en détail

La volatilité accrue du prix de l électricité pour les ménages belges

La volatilité accrue du prix de l électricité pour les ménages belges La volatilité arue du prix de L'éLetriité pour Les ménages belges La volatilité arue du prix de l életriité pour les ménages belges Une analyse basée sur les aratéristiques spéifiques de la fixation des

Plus en détail

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur 1. PROPRIETES DES MILIEUX FERROMAGNETIQUES La réalisation de transformateurs nécessite l utilisation de matériaux fortement aimantables. Ce sont les ferromagnétiques.

Plus en détail

TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité

TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité PREPARATION (à rédiger avant de venir en TP) Il s agit de trouver une méthode pour mesurer la capacité C d un condensateur, en étudiant

Plus en détail

TPE Alternateur. Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez

TPE Alternateur. Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez TPE Alternateur Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez 1 Thème : Avancées scientifiques et réalisations techniques. Problématique : Comment peut-on transformer de l énergie mécanique

Plus en détail

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ Electrotechnique Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ 1 Sommaire 1 ère partie : machines électriques Chapitre 1 Machine à courant continu Chapitre 2 Puissances électriques

Plus en détail

Chapitre 4 : Etude Energétique

Chapitre 4 : Etude Energétique Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 4 : Energétique SMPC1 Chapitre 4 : Etude Energétique I Travail et Puissance d une force I.1)- Puissance d une force Soit un point matériel M de vitesse!!/!,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. PREAMBULE : Objectif et Motivations. CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

TABLE DES MATIERES. PREAMBULE : Objectif et Motivations. CHAPITRE I : Cinématique du point matériel TABLE DES MATIERES I PREAMBULE : Objectif et Motivations CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I.1 : Introduction I.2 : Cinématique à 1 dimension I.2.1 : Repérage du mobile I.2.2 : La vitesse moyenne

Plus en détail

Propagation des ondes électromagnétiques dans le vide

Propagation des ondes électromagnétiques dans le vide Chapitre 5 Propagation des ondes électromagnétiques dans le vide 5.1 Equations de propagation pour E et B Dans le vide, au voisinage de tout point où les charges et les courants sont nuls, les équations

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

CONTACTER TÉLÉPHONE. Comment. une entreprise, un employeur par GUIDE POUR AGIR JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS

CONTACTER TÉLÉPHONE. Comment. une entreprise, un employeur par GUIDE POUR AGIR JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS GUIDE POUR AGIR Comment CONTACTER une entreprise, un employeur par TÉLÉPHONE JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS Ave le soutien du Fonds soial européen Le téléphone est-il un outil effiae dans

Plus en détail

a Attention aux pesticides, engrais ou a Pensez à rentrer vos meubles de

a Attention aux pesticides, engrais ou a Pensez à rentrer vos meubles de Au moment de l'alerte Malgré le ourt laps de temps qui existe entre le moment de l'alerte et l'évauation, de nombreuses ations peuvent être entreprises pour limiter les dégâts si vous êtes préparés et

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux magnétiques»

Plan du chapitre «Milieux magnétiques» Plan du chapitre «Milieux magnétiques» 1. Sources microscopiques de l aimantation en régime statique 2. Etude macroscopique de l aimantation en régime statique 3. Aimantation en régime variable 4. Les

Plus en détail