Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan"

Transcription

1 Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi, la qualité des instruments de mesure (verrerie, appareil de mesures) ou le rôle de l opérateur (gestes tehniques). Évaluer l inertitude sur une mesure est un domaine omplexe qui fait l objet d une branhe omplète : la métrologie. L inertitude assoiée à un résultat de mesure permet de fournir une indiation quantitative sur la qualité de e résultat. Plan 1. Quelques définitions 2. Comment évaluer la qualité d un résultat? 3. Evaluation de l inertitude type A 4. Evaluation de l inertitude de type B 5. Eriture d un résultat, les hiffres signifiatifs 6. Exemple d un extrait de sujet 0 du baalauréat 2013 sur l utilisation de l inertitude 7. Compétenes du BO de terminale S sur «mesures et inertitudes «8. Douments sur le traitement des mesures. 1. Quelques définitions.. Mesurage Ensemble d opérations ayant pour but de déterminer une valeur d une grandeur. Mesure Résultat du mesurage. La mesure d une grandeur peut être : direte: omme une simple pesée. Indirete : détermination d une onentration à partir d une ourbe de dosage, mesure d une tension à partir de la formule U = R.I (R et I sont mesurés) Mesurande Grandeur partiulière soumise à mesurage. Quand on mesure la valeur de la résistane R d un dipôle passif linéaire, le mesurande est la résistane R de e dipôle et le mesurage est effetué, par exemple, ave un ohmmètre. La valeur vraie du mesurande est la valeur que l on obtiendrait si le mesurage était parfait. Un mesurage n étant jamais parfait, ette valeur est toujours inonnue. Fidélité Étroitesse de l aord entre des résultats indépendants. La fidélité est en général exprimée numériquement sous forme d éart-type, de variane ou de oeffiient de variation. Répétabilité Fidélité sous des onditions de répétabilité. Conditions où les résultats de mesures indépendantes sont obtenus par la même méthode, par le même opérateur utilisant le même équipement et pendant un ourt intervalle de temps (par exemple TP), à la différene de la reprodutibilité où, au moins, un des paramètres hange.

2 Justesse (et non plus préision) Étroitesse de l aord entre la valeur MOYENNE obtenue à partir d une large série de résultats de mesures et une valeur de référene aeptée : La valeur vraie. Exatitude de mesure Étroitesse de l aord entre UNE valeur mesurée et une valeur vraie du mesurande. Il est important de ne pas onfondre les onepts d exatitude et de justesse. Erreur de mesure :. L erreur de mesure est la différene entre la valeur mesurée d'une grandeur m et une valeur de référene (valeur vraie). C est la somme de l erreur systématique (erreur de justesse) et de l erreur aléatoire (défaut de fidélité). Lors de mesures répétées nous obtenons généralement une dispersion des résultats ; si les erreurs de mesure sont aléatoires un traitement statistique permet de onnaître la valeur la plus probable de la grandeur mesurée et de fixer les limites de l'inertitude. L'erreur systématique se superpose aux erreurs aléatoires. Elle est provoquée par un mauvais réglage ou un mauvais étalonnage. Elle devient importante dans le as ou les instruments sont mal utilisés. La justesse d un instrument de mesure est son aptitude à donner des indiations exemptes d erreur systématique. Si la valeur de référene est la valeur vraie du mesurande, l erreur est inonnue. biais erreur systématique (justesse) erreur sur une mesure (exatitude) infidélité erreur aléatoire (répétabilité ou reprodutibilité) valeur de référene (valeur onventionnellement vraie) résultat d'un mesurage : x moyenne Au final, on peut don avoir pour une série de mesures : une mesure non fidèle mais juste : fig 1 Les erreurs systématiques sont réduites mais les erreurs aléatoires sont importantes. ou une mesure fidèle et fausse : fig 2 Les erreurs systématiques sont importantes mais les erreurs aléatoires sont faibles. ou une mesure fidèle mais juste : fig 3 Les erreurs systématiques et aléatoires sont faibles ou une mesure non fidèle et fausse :fig 4 Les erreurs systématiques et aléatoires sont importantes Inertitude de mesure. L inertitude tient ompte de toutes les erreurs non maîtrisées. L inertitude est assoiée au résultat d un mesurage, elle aratérise la dispersion des valeurs qui pourraient raisonnablement être attribuées au mesurande. Il ne faut pas onfondre inertitude et erreur. L inertitude traduit le DOUTE sur la valeur attribuée au mesurande.

3 2. Comment réaliser la meilleure mesure? Le sientifique suit 3 étapes : 1) herher les soures d inertitude à onsidérer 2) en déduire le protoole expérimental définitif 3) Evaluer l inertitude du résultat de sa mesure Les 2 premières étapes sont primordiales! Le physiien (ou le himiste) effetue la mesure en observant e qu il fait. Il en déduit les soures d inertitude à prendre en ompte. Celles-i influenent le protoole expérimental et permettent de le orriger. Le sientifique peut don maintenant réfléhir à son protoole expérimental définitif. Une fois e protoole exéuté, vient le alul mathématique de l inertitude. Deux méthodes d évaluation des inertitudes sont possibles : -Lorsque les inertitudes sont évaluées par des méthodes statistiques, l évaluation est dite de type A. -Quand la détermination statistique n est pas possible, on dit que l évaluation est de type B. On peut aussi utiliser un mixte des deux méthodes A et B pour évaluer l inertitude des résultats d une expériene. 3 L évaluation de l inertitude de type A : 3.1 Conditions d utilisation Cette méthode est bien adaptée aux séries de mesures de différents groupes de TP. Elle est appliable dans ertaines onditions : - les auses qui influent sur la valeur d'une mesure doivent être nombreuses et d importane omparables ( est le as de la majorité des TP de physique et himie). -les mesures doivent être indépendantes les unes des autres. Par exemple : La masse et la le poids d un objet sont des grandeurs indépendantes. Leur mesure fait appel à des instruments de mesure différents, une balane et un dynamomètre ou un apteur de fore par exemple. Les mesures de es 2 grandeurs sont don indépendantes. Mais si la balane est pilotée par un ordinateur et que la mesure du poids se fait ave un apteur piloté par le même ordinateur et le même logiiel, alors les mesures de la masse et de la longueur sont orrélées. Elles sont dans et exemple probablement faiblement orrélées. Dans la plupart des TP, les mesures sont indépendantes Si es deux onditions sont vérifiées, alors, on peut onsidérer que la distribution des mesures obéit à la élèbre ourbe de Gauss (en lohe). Cette méthode d évaluation de l inertitude a été développée de façon très détaillée dans un le doument du ndp : La pluridisiplinarité dans les enseignements sientifiques - Tome 2 : La plae de l'expériene auteur : R Moreau. Ce doument est assoié à un fihier Exel «Inertitudes de mesure»qui permet de vérifier si une série de mesures peut être onsidérée omme Gaussienne. Vous pourrez trouver dans e doument les justifiations détaillées des ritères utilisés dans e doument pour évaluer l inertitude d une série de mesures. Il faut aussi noter que les statistiques sont au programme de mathématiques de 1S.Ce programme aborde l éart type, la variane, la ourbe de Gauss (loi binomiale) et l intervalle ou niveau de onfiane.

4 3.2 Prinipe de ette méthode : On suppose que la série de mesures suit une loi gaussienne. La mesure â d une grandeur a de valeur exate A omporte généralement une erreur E= â A, que elle-i soit due aux appareils, au manipulateur ou à la méthode employée ; ela se traduit par une inertitude "multifatorielle" Δa sur les mesures individuelles obtenue en lasse et onduit à l ériture a = â Δa. Sahant que l intervalle [â Δa, â + Δa] doit avoir une probabilité P de ontenir A. Cette probabilité est en général de 95 %, et pour simplifier l étude statistique en lyée, on peut poser Δa = 2xσ, σ représente l éart type. Remarque : dans tout le doument l éart type sera noté σ et représente σ n-1 L'erreur E est inévitable ; sa valeur absolue est, en général, nettement inférieure à Δa, puisque l inégalité E > Δa n est réalisée que dans 5 % des as seulement. Le plus important, dans la distribution de Gauss, qui est elle de la répartition de la majorité des erreurs aléatoires, est qu elle est déroissante de part et d autre de sa valeur moyenne X (inonnue) qui en l absene d erreur systématique, est ensée représentée la valeur vraie herhée. Autrement dit, les petites erreurs sont plus probables (et plus don plus fréquentes) que les grandes. C est ette notion qui est à la base de la méthode d évaluation des inertitudes On démontre que si une variable aléatoire (mesure) x suit une loi de Gauss d espérane mathématique (ou moyenne alulée à partir d un grand nombre d éhantillons) X et d éart-type σ, la moyenne m de n mesures indépendantes de x suit aussi une loi de Gauss de même espérane mathématique X et d éart-type réduit : = 3.3 Eart à la normalité et valeurs aberrantes Si ertaines mesures s éartent sensiblement des autres valeurs, on peut alors se demander si es valeurs ne doivent pas être éartées afin de onserver une population de mesures de type Gaussienne. L hypothèse de non normalité Gaussienne peut être rejetée pour plusieurs raisons : 1) pare que la population mère n est pas normale (ou gaussienne) 2) pare que l éhantillon ontient des valeurs aberrantes. - On a déjà vu que la série de mesures sera une population de type Gaussienne si les mesures sont indépendantes et si les auses qui influent sur la valeur d'une mesure sont nombreuses et d importane omparables. - Le test de l éart à la moyenne fournit un ritère quantitatif pour éliminer les valeurs aberrantes. On éarte toutes les valeurs qui ont une valeur (v max x ) supérieur à la moyenne. v max dépend du nombre de mesures n. Pour n= 9 (un groupe de TP ) v max = 2, 2. On peut aussi éarter une valeur par une analyse qualitative. 3.4 Utilisation de ette méthode statistique en lasse. On peut utiliser ette méthode d évaluation de l inertitude pour présenter le résultat final d un TP. On mutualise alors les différents résultats des groupes. Le résultat des différentes mesures du TP est alors exprimé sous la forme X = 2 Ave = Ce résultat peut être aompagné d une véritable réflexion de l élève sur les soures d inertitude. Le tableau suivant a été distribué pendant un TP de dosage spetrophotométrique en 1S, les élèves doivent réaliser une dissolution, des dilutions, traer une ourbe d étalonnage.

5 Tableau réapitulatif des prinipales soures d inertitude Ce qu on réalise Soures d inertitudes dues au matériel Soures d inertitudes dues au manipulateur Comment on minimise les inertitudes? Balane au g Il transvase le solide : possibilité de perte de matière On pèse une masse très supérieure à 1 g Préparation de la solution mère S o Fiole jaugée de 1000 ml à +/- 0,04 ml sur la balane même si on ne le voit pas. Il règle le niveau du liquide au trait de jauge Tehniques performantes : rinçages, agitation, plae des yeux, utilisation de la pipette simple Pipette jaugée Préparation des solutions diluées Il règle le niveau du liquide au trait de jauge Tehniques performantes : rinçages, agitation, plae des yeux, utilisation de la pipette simple Fiole jaugée 50ml +/- 0,06 ml Mesure de l absorbane Colorimètre à 0,001 unité d absorbane Il règle le zéro et il mesure l absorbane de solutions : qualité des uves On hoisit la longueur d onde pour avoir le maximum d absorbane On réalise manuellement la ourbe d étalonnage Graduation du papier millimétré au mm Il plae les points Il trae la droite moyenne Il dose par étalonnage : il note la mesure d absorbane et en déduit la onentration inonnue Choix des éhelles : grandeurs sur le papier très supérieures à 1 mm, éhelles simples Utilisation d un rayon très fin Cette méthode statistique peut être réinvestie pendant une séane d évaluation. L élève fait une mesure d'une grandeur X en effetuant une ou deux mesures individuelles et se demande si la valeur moyenne qu il trouve,, diffère signifiativement de la valeur vraie. On peut alors lui demander un peu plus qu un éart relatif.et de réinvestir ses onnaissanes sur l inertitude d une mesure. Si la valeur de l éart type réduit est déjà onnue, on peut appliquer la règle des "rejets à 2- sigma". Si dans le alul d'une moyenne, une valeur s'éarte de la moyenne de plus de 2 fois la valeur de, ette valeur est douteuse et doit être rejetée. Il faut alors reommener d autres mesures. L élève doit alors s interroger sur la qualité de sa mesure, les soures d inertitudes. On n est pas exatement en situation de répétabilité ou reprodutibilité ar les mesures qui ont permis la mesure de n ont pas été faites par le même opérateur et dans un laps de temps ourt. Cela néessite numéroter les instruments et de onserver les mesures des TP des différentes années pour le alul de l éart type réduit.

6 4 L évaluation de l inertitude de type B. Cette méthode s applique quand il est impossible (as d une mesure unique ), voire diffiile de faire un méthode statistique type A. L opérateur doit répertorier les soures d erreurs et évaluer les inertitudes types. Il doit tenir ompte de la relation qui permet de mesurer la grandeur. exemple: mesure d une onentration à l aide d une relation équivalente ou mesure d une vitesse à partir des mesures d une longueur et d un temps. L évaluation de l inertitude se fait en deux temps : - Calul des inertitudes-type dues à haque soure d inertitude -Calul de l inertitude élargie. L'évaluation d une inertitude de type B néessite la onnaissane des «inertitudes types «et le plus souvent la loi qui permet de déterminer la grandeur reherhée. Si ette loi est une somme ou une soustration ; l étude peut être simple mais si elle -i est un quotient ou un produit alors ette méthode peut demander une bonne onnaissane du ours de mathématiques portant sur les dérivées On peut aussi donner la formule de alul aux élèves. 4.1 Liste des prinipales inertitudes types u Pour haque soure d inertitude, le sientifique alule e qu on appelle «l inertitude-type» u: elle possède la même unité que la grandeur à mesurer. Les inertitudes-types sont des intermédiaires de alul qui n ont pas diretement de sens. On doit par la suite les «omposer» pour en déduire «inertitude élargie». Voii une liste non exhaustive des prinipales inertitudes type u de nos TP. lasse et tolérane d un instrument de mesure Si vous disposez de la notie d un instrument de mesure, ou d informations le onernant, vous onnaissez la lasse de l instrument et sa tolérane t (notée ± t). Exemple : tolérane d une burette graduée de lasse A, de 25 ml : ± 0,030 ml. L inertitude-type u (X) sur la mesurande X due à un instrument de mesure de lasse onnue et de tolérane est égale à par : u (X) = Cette expression provient des mathématiques statistiques. - défauts de fidélité d un instrument de mesure Ils sont à prendre en ompte si vous ne disposez pas de sa lasse, don de sa tolérane, et si et instrument est très sensible, ou vétuste ar alors il est peu fidèle. Il faut alors réaliser une étude statistique de l inertitude de et appareil en respetant les onditions de répétéabilité et évaluer l inertitude ave une méthode de type A - Estimation de l inertitude-type liée à la résolution de l'instrument: C est l inertitude-type due à la leture de l affihage. Si vous onnaissez la lasse de l instrument, elle n est pas à prendre en ompte. La détermination de ette omposante de l inertitude-type ne néessite pas d effetuer plusieurs mesures. Soit dx la variation du mesurande X qui orrespond à la variation d une unité du dernier hiffre affihé (don par exemple 0,1 mg pour une balane à 0,1 mg près, une graduation pour un réglet).

7 La norme donne alors pour l inertitude-type u(x) sur le mesurande X due à la leture de l affihage u (X)= Cette expression provient des mathématiques statistiques. Estimation de l inertitude-type liée à l étalonnage de l instrument L instrument de mesure a été étalonné ave des étalons, de valeurs x étalon. Ces valeurs sont mesurées et don onnues ave une ertaine inertitude, plus faible que elle souhaitée pour le mesurande X. Soit x étalon le résultat de la mesure de l étalon le plus prohe de x. Soit u(x étalon ) l inertitude-type sur x étalon. Alors l inertitude-type u E (x) sur le mesurande X, due à l étalonnage de l instrument de mesure est tout simplement égale à l inertitude-type sur x étalon Calul de l inertitude type omposée * l inertitude type omposée : C est l inertitude-type d un mesurage lorsque le résultat y est obtenu à partir des valeurs x n d autres grandeurs indépendantes : y = f(x 1,x 2,,xn). Par exemple : I = I 1 + I 2 ou g = En mathématiques statistiques, si les mesures sont indépendantes, e sont les varianes qui s ajoutent. Ii, e sont don les inertitudes-type au arré qui s ajoutent. Mais dans la plupart des TP en physique ou himie, la mesure est indirete et on doit alors tenir omte de la relation entre la valeur reherhée et les grandeurs mesurées. Il faut alors appliquer une autre formule qui néessite une bonne maitrise de la dérivée partielle. Pour estimer l inertitude-type u(y) sur y, il faut «omposer» les inertitudes-type u ( x i ). Pour ela, on applique le théorème de propagation des inertitudes-types : Exemples : Si I = I 1 + I 2, On a alors u 2 (I) = u(i 1 ) 2 + u(i 2 ) 2 Si g = on a alors u 2 (g) = + g 2 x On peut aussi retrouver ette relation à partir des dérivées logarithmiques. On obtient la même relation sous une autre forme = + si on élève au arré les inertitudes relatives. 4.3 Inertitude type élargie C est l inertitude du sientifique et on l appelle aussi «inertitude» tout ourt! La norme introduit les notions de niveau de onfiane et d intervalle de onfiane en utilisant un fateur multipliatif, ou fateur d élargissement omme suit : U (X) = K u(x) u (X) inertitude-type omposée sur X U (X) inertitude élargie (ou inertitude sur X) K fateur d élargissement, pour les TP on prendra k = 2 Cei veut dire que, si x est le résultat de la mesure, alors la valeur vraie, a 95 % de hanes de se trouver dans l intervalle de onfiane. 4.4 Utilisation de ette méthode en lasse Le début de la séane ommene par deux questions pour réviser la notion de poids : 1 kg de plume est-il plus léger qu un kg de plomb? En l'absene des frottements de l'atmosphère, une plume et un marteau lâhés simultanément d'une même hauteur touheront-ils le sol au même moment? La vérifiation des réponses s est faite à l aide de l artile suivant sur l atualité sientifique :

8 La deuxième partie de la séane a permis la mesure de l intensité de pesanteur g ave une seule mesure à l aide d un objet, d un dynamomètre : La onsigne donnée à l élève est de proposer un protoole pour mesurer l intensité de pesanteur à l aide d un dynamomètre. L élève peut prendre un objet personnel et il a le hoix entre différents dynamomètres de préisions différentes. Après la réalisation de la mesure, il doit ompéter le tableau suivant pour réfléhir aux inertitudes. Ensuite on alule ave l élève l inertitude sur la mesure de g. L élève doit ensuite noté son résultat sous le forme d un enadrement. la formule de alul d inertitude est fournie à l élève. On disute en lasse sur la ohérene du résultat. En as d inohérene l élève peut orriger son protoole et refaire la mesure. Ce qu on réalise inertitudes dues au matériel inertitudes dues au manipulateur Comment on minimise les inertitudes? on mesure la valeur du poids Dynamomètres : Graduation 0,5N ou 0,1N. Leture de la position du repère Réglage du zéro On utilise une masse qui permet une variation importante du dynamomètre. On plae son œil bien en fae du repère pour faire le zéro et la mesure Préision de la masse Vérifiation de la tare Penser à la tare on mesure de la masse utilisée Balane : à 0,01g près On pèse une masse très supérieure à 1 g La mesure de g est indirete, son alul néessite une bonne maitrise de la dérivée : u 2 (g) = + g 2 x représente l inertitude type sur la mesure de P, représente l inertitude type sur la mesure de m Pour simplifier le alul de l intensité de pesanteur on néglige l inertitude de la mesure de m par rapport à la mesure de P. Il suffit de onstater que l inertitude relative est dix fois plus forte que l inertitude relative. Voii la formule proposée à l élève de seonde. U (g) représente l inertitude élargie sur la mesure de g Calul de l inertitude élargie : =2x ave Δ (P)= 5 Eriture des résultats ; hiffres signifiatifs L ériture du résultat du mesurage M doit intégrer l inertitude-type u ou l éart type réduit, la moyenne m, et doit s érire ave les unités appropriées : M = m U unité Ou M = m unité La préision sur le résultat du mesurage sera aratérisée par ou Cette préision est souvent exprimée en %. Plus le résultat est petit, plus le mesurage est préis. Pour l inertitude, obtenir une préision plus petite que 10% orrespond à des onditions de mesure très ontraignantes et oûteuses. Dans la très grande majorité des as, il faut don limiter le plus souvent le nombre de hiffres signifiatifs de l inertitude à un seul hiffre signifiatif. Exemple On mesure r= 100, Ω ave une inertitude U= 0, Ω. On érit alors le résultat sous la forme R = (100,3 0,8) Ω.

9 7. Extrait d un sujet 0 du baalauréat 2013 sur l utilisation de l inertitude. - Dans le sujet proposé, on demande à l élève de vérifier à l aide d un titrage une onentration attendue A = (2,22 ± 0,05) 10 2 mol.l 1. - L élève doit aluler une onentration à l aide d une relation d équivalene. (Question 4.1). - Ensuite il doit évaluer l inertitude de la mesure. (Question et 4.2.2). L énoné indique les inertitudes sur la onentration de la solution titrante C B notée Δ(C B ), le volume prélevé V A notée Δ(V A ), le volume équivalent notée Δ(V E ) Pour simplifier le alul de l inertitude sur la mesure de C A, l élève doit montrer que les inertitudes sur la onentration C B, et le volume V A sont négligeables devant l inertitude sur le volume équivalent V E. Pour ela il ompare les inertitudes relatives. Puis il note le résultat de son alul et l évaluation de l inertitude sous la forme d un enadrement Aexp = (1,5 ± 0,05) 10-2 mol.l -1 - Enfin il doit vérifier si la ohérene de son résultat pour valider sa mesure en omparant l enadrement de la onentration expérimentale et l enadrement de la onentration attendue. Si les enadrements ne se superposent pas, il doit onlure que les valeurs ne sont pas ohérentes. (Question 4.2.3) -Dans la dernière question il doit indiquer la raison(s) qui pourrai(en)t expliquer un éart éventuel entre l enadrement attendu et l enadrement expérimental? (Question 4.2.4) 4. Extrait de la orretion d un sujet 0 sur la préision d un titrage 4.1. À l équivalene, les réatifs ont été introduits dans les proportions stoehiométriques et sont entièrement onsommés. é mol.l 0,50 Dosage par titrage diret, équivalene dans un titrage Pratiquer une démarhe expérimentale pour déterminer la onentration d une espèe himique par titrage dans le domaine du ontrôle de la qualité Don les inertitudes relatives sur V A et B sont négligeables devant elle sur V E. et 0,50 0,25 Inertitudes et notions assoiées. Évaluer, à l aide d une formule fournie, l inertitude d une mesure obtenue lors de la réalisation d un protoole dans lequel interviennent plusieurs soures d erreurs d où 5 Les inertitudes relatives sur V A et B ayant été négligées, on retient A exp = mol.l -1. A exp = (1,5 ± 0,05) 10-2 mol.l -1 Il faut noter que le sujet ne tient pas ompte de l inertitude type élargie, ela double l inertitude. Cependant la onlusion de la question n est pas modifiée. 0,5 Inertitudes et notions assoiées. Expression et aeptabilité du résultat Évaluer, à l aide d une formule fournie, l inertitude d une mesure obtenue lors de la réalisation d un protoole dans lequel interviennent plusieurs soures d erreurs. Maîtriser l usage des hiffres signifiatifs et l ériture sientifique A = (2,22 ± 0,05) 10 2 mol.l 1 Aexp = (1,5 ± 0,05) 10-2 mol.l -1 L enadrement de la onentration expérimentale et l enadrement de la onentration attendue ne se superposent pas don les valeurs ne sont pas ohérentes. 0,25 Expression et aeptabilité du résultat Commenter le résultat d une opération de mesure en le omparant à une valeur de référene L élève n a pas déterminé orretement le volume équivalent (erreur de leture, erreur dans la préparation de la burette, erreur de repérage de la teinte sensible de l indiateur oloré).l élève n a pas prélevé orretement le volume de la solution d aide latique à titrer.la onentration de la solution titrante n est pas elle indiquée. La onentration attendue de l aide latique est erronée. 0,5 Inertitudes et notions assoiées. Expression et aeptabilité du résultat Identifier les différentes soures d erreur (de limites à la préision) lors d une mesure : variabilités du phénomène et de l ate de mesure (fateurs liés à l opérateur, aux instruments, ).

10 8. Compétenes du B.O sur «Mesures et inertitudes» 9. Douments Quelques douments sur le traitement des mesures Nombres, mesures et inertitudes en sienes physiques et himiques. Groupe des Sienes physiques et himiques de l IGEN Mesures, erreurs et inertitudes en physique-himie René Moreau, Inspeteur général de l éduation nationale

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation Mathématiques e Livret de orrigés Rédation : Niole Cantelou Sophie Huvey Hélène Leoq Fabienne Meille Françoise Raynier Philippe Nadeau Jean-Denis Poignet Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

Équilibres de phases de mélanges

Équilibres de phases de mélanges Équilibres de phases de mélanges Paternité - Pas d'utilisation Commeriale - Partage des Conditions Initiales à l'identique : http://reativeommons.org/lienses/by-n-sa/2.0/fr/ Table des matières Table des

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences Grilles des ompétenes Compétenes à développer de 8 à ans COMPÉTENCES DE 8 À ANS Les ompétenes en «aratères droits» sont à ertifier. (symbole en fin de ligne) Les ompétenes en «aratères italiques» sont

Plus en détail

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault 1 I. Introdution...3 II. Généralités...3 Caratéristiques ommunes aux deux phénomènes...3 La différene entre la phosphoresene et la

Plus en détail

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieu Sommaire LE CONTRAT DE TRAVAIL...3 LA REMUNERATION : PAIEMENT AU CACHET, PAIEMENT

Plus en détail

1 Introduction à l effet Doppler.

1 Introduction à l effet Doppler. Introdution à l effet Doppler Ph. Ribière ribierep@orange.fr Merredi 9 Novembre 2011 1 Introdution à l effet Doppler. Vous avez tous fait l expériene de l effet Doppler dans la rue, lorsqu une ambulane,

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas!

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas! X-infos L ATUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014 Édito Tous a vos agendas! La soiété SPL-Xdemat s apprête à vivre pour la première fois de sa jeune existene, les életions muniipales. Et ompte tenu du

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale NCCI : Modèle de alul pour les pieds de poteaux artiulés Poteaux en I en Ce NCCI présente les règles permettant de déterminer soit la résistane de alul, soit les dimensions requises des plaques d'assise

Plus en détail

physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction

physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction ministère de l éduation nationale physique - himie 3e Livret de orrigés Rédation Wilfrid Férial Jean Jandaly Ce ours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à e ours sont la propriété de

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement valables onernant ma vie, mes périodes de souffrane, les derniers moments de mon existene et ma mort Institut interdisiplinaire

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

C2 - DOSAGE ACIDE FAIBLE - BASE FORTE

C2 - DOSAGE ACIDE FAIBLE - BASE FORTE Fiche professeur himie 2 - DOSAGE AIDE FAIBLE - BASE FORTE Mots-clés : dosage, ph-métrie, acide faible, base forte, neutralisation, concentration. 1. Type d activité ette expérience permet aux élèves de

Plus en détail

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. .

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. . MESURE ET PRECISIO La détermination de la valeur d une grandeur G à partir des mesures expérimentales de grandeurs a et b dont elle dépend n a vraiment de sens que si elle est accompagnée de la précision

Plus en détail

Votre dossier d adhésion

Votre dossier d adhésion MSH INTERNATIONAL pour le ompte Votre dossier d adhésion Vous avez besoin d aide pour ompléter votre dossier d adhésion? Contatez-nous au +33 (0)1 44 20 48 77. Adhérent Bulletin d adhésion Titre : Mademoiselle

Plus en détail

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée)

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée) 1 Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Date de réation : Possédez-vous

Plus en détail

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés NCCI : Calul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés Ce NCCI fournit les règles relatives au alul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés. Ces règles se ontentent de ouvrir la oneption et le alul

Plus en détail

Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99)

Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99) Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99) Visualisation de maillages 2D et 3D et de surfaes 3D sous X François JOUVE 1 1 Introdution xd3d est un outil graphique apable de visualiser des maillages bi et tridimensionnels,

Plus en détail

La RFID et les quarante voleurs

La RFID et les quarante voleurs Gildas Avoine, Massahusetts Institute of Tehnology, Cambridge, MA, USA, avoine@mit.edu La tehnologie en un lin d oeil L identifiation par radiofréquene (RFID) fait aujourd hui ouler beauoup d enre... et

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Mesurage en continu des flux polluants en MES et DCO en réseau d assainissement

Mesurage en continu des flux polluants en MES et DCO en réseau d assainissement MESURAGE EN CONTINU DES FLU POLLUANTS EN MES ET DCO EN RESEAU D ASSAINISSEMENT (M. LEPOT, 0) N d ordre 0ISAL0086 Année 0 Mesurage en ontinu des flux polluants en MES et DCO en réseau d assainissement Présenté

Plus en détail

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Nom ou raison soiale Adresse Code postal Ville

Plus en détail

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU Mesures Interprétations - Appliations Doument rédigé par des ingénieurs géotehniiens de GINGER CEBTP sous la diretion de : Mihel KHATIB Comité de releture : Claude-Jaques

Plus en détail

Le compte satellite des institutions sans but lucratif

Le compte satellite des institutions sans but lucratif Institut des omptes nationaux Le ompte satellite des institutions sans ut luratif 2000-2001 Contenu de la puliation Le ompte satellite des institutions sans ut luratif (ISBL) est élaoré d après les définitions

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

RESULTATS de MESURES et PRECISION

RESULTATS de MESURES et PRECISION Licence de physique, parcours Physique appliquée aux Sciences de la Vie et de la Planète Année 2005-2006 RESULTATS de MESURES et PRECISION Fascicule à lire avant de commencer les Travaux Pratiques Sommaire

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation THEME du programme : mesures et incertitudes de mesures Sous-thème : métrologie, incertitudes Extrait du BOEN NOTIONS ET CONTENUS Mesures et

Plus en détail

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Administration des Laboratoires Procédure DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Date de mise en application

Plus en détail

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées Guide pratique L emploi des personnes handiapées Sommaire Guide pour les salariés p. 3 L'aès et le maintien dans l'emploi... 4 Les établissements et servies d aide par le travail (ÉSAT)... 10 Les entreprises

Plus en détail

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION - Février 2003 - ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION Centre d Information du Cuivre 30, avenue Messine 75008 Paris HOLISUD Ingénierie 21,

Plus en détail

Revue des Sciences et de la Technologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 2014

Revue des Sciences et de la Technologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 2014 Revue des Sienes et de la Tehnologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 214 L impat d une Charge Fortement Capaitive Sur la Qualité du Filtrage d un FAP Contrôlé Par un Filtre Multi-Variable Hautement Séletif

Plus en détail

Chapitre. Calculs financiers

Chapitre. Calculs financiers Chapitre Caluls finaniers 19 19-1 Avant d'effetuer des aluls finaniers 19-2 Caluls d'intérêts simples 19-3 Caluls d'intérêts omposés 19-4 Evaluation d'un investissement 19-5 Amortissement d'un emprunt

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension Juin 2001 La protetion différentielle dans les installations életriques basse tension Ce guide tehnique a pour objetif de mettre en évidene les prinipes de fontionnement des protetions différentielles

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Équations différentielles et systèmes dynamiques. M. Jean-Christophe Yoccoz, membre de l'institut (Académie des Sciences), professeur

Équations différentielles et systèmes dynamiques. M. Jean-Christophe Yoccoz, membre de l'institut (Académie des Sciences), professeur Équations différentielles et systèmes dynamiques M. Jean-Christophe Yooz, membre de l'institut (Aadémie des Sienes), professeur La leçon inaugurale de la haire a eu lieu le 28 avril 1997. Le ours a ensuite

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 RC Professionnelle by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Exemples de solutions acoustiques

Exemples de solutions acoustiques Exemples de solutions aoustiques RÉGLEMENTATON ACOUSTQUE 2000 Janvier 2014 solement aux bruits aériens intérieurs et niveau de bruit de ho Traitement aoustique des parties ommunes Bruits d équipements

Plus en détail

Incertitudes expérimentales

Incertitudes expérimentales Incertitudes expérimentales F.-X. Bally et J.-M. Berroir Février 2013 Table des matières Introduction 4 1 Erreur et incertitude 4 1.1 Erreurs............................................. 4 1.1.1 Définition

Plus en détail

LE COLLEGE BRUZ COLLÈGE. LYCÉE ST JOSEPH. Formation Education Activité Informatique

LE COLLEGE BRUZ COLLÈGE. LYCÉE ST JOSEPH. Formation Education Activité Informatique 2010 Formation Eduation Ativité Informatique?. saintjoseph LE COLLEGE BRUZ COLLÈGE. LYCÉE ST JOSEPH BP 77118-35171 BRUZ edex tél. 02 99 05 01 01 - fax 02 99 05 01 09 stjoseph@stjoseph-bruz.org www.stjoseph-bruz.org

Plus en détail

OFDM. Ce document est une brève introduction aux principes de l OFDM (Orthogonal Frequency Division Multiplexing) Mérouane Debbah*

OFDM. Ce document est une brève introduction aux principes de l OFDM (Orthogonal Frequency Division Multiplexing) Mérouane Debbah* FD Ce doument est une brève introdution aux prinipes de l FD rthogonal Frequeny Division ultiplexing érouane Debbah* *Chaire Alatel-uent en radio flexible, SUPEEC, 3 rue Joliot-Curie 992 GIF SUR YVETTE

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

Figure 1 : représentation des différents écarts

Figure 1 : représentation des différents écarts ulletin officiel spécial n 9 du 30 septembre 2010 Annexe SIENES DE L INGÉNIEUR YLE TERMINAL DE LA SÉRIE SIENTIFIQUE I - Objectifs généraux Notre société devra relever de nombreux défis dans les prochaines

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près Néessité de prendre en ompte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 P. Teyssandier Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR 8630UPMC P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Portage Salarial pour les métiers du Conseil by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms

Plus en détail

Histoire - Géographie Éducation civique 3 e

Histoire - Géographie Éducation civique 3 e Histoire - Géographie Éduation ivique 3 e Livret de orrigés Rédation : Olivier Cernigoj (Histoire) Gaëlle Marion-Saussay (Éduation Civique) Niolas Prévost (Géographie) Lise Loureiro (Géographie) Validation

Plus en détail

Le calendrier des inscripti

Le calendrier des inscripti ÉTUDES SUP TOP DÉPART Vous venez d entrer en terminale. Au œur de vos préoupations : obtenir le ba. Néanmoins, vous devrez aussi vous souier des poursuites d études, ar les insriptions dans le supérieur

Plus en détail

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE P1S2 Chimie ACTIVITE n 5 DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE Le colorant «bleu brillant FCF», ou E133, est un colorant artificiel (de formule C 37 H 34 N 2 Na 2 O 9 S 3 ) qui a longtemps

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

V6R: 2-way valve with female thread, PN 16 (el.)

V6R: 2-way valve with female thread, PN 16 (el.) Produt data sheet 56.460 V6R: 2-way valve with female thread, PN 16 (el.) How energy effiieny is improved Effiieny means preise and reliable ontrol Features Regulating valve free of silione grease with

Plus en détail

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure Introduction CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - La mesure d une résistance s effectue à l aide d un multimètre. Utilisé en mode ohmmètre, il permet une mesure directe de résistances hors

Plus en détail

BILAN COOPÉRATIF ET RSE

BILAN COOPÉRATIF ET RSE 2012 BANQUE & ASSURANCE LA BRED BANQUE POPULAIRE au 31 déembre 2012 1 UNE SOLIDE ASSISE FINANCIÈRE Produit net banaire : 903,20 M Bénéfie net onsolidé part du groupe : 179,90 M Fonds propres prudentiels

Plus en détail

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2 GLMA -4 GLMA - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE - -4 CONTRÔLE CONTINU Durée : h Tout doument ou lultrie est interdit Il ser tenu ompte de l lrté et de l préision de l rédtion Il est importnt de justifier hune

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1 3- LE MONOOLE DISCRIMINANT Le monoole eut vendre ertaines unités de roduit à des rix différents. On arle de disrimination ar les rix. Selon une terminologie due à igou (The Eonomis of Welfare, 1920), on

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

#DSAA. Marseille. u Lycée Denis Diderot {Lycée Marie Curie é Lycée Jean Perrin. Lycée Saint Exupéry

#DSAA. Marseille. u Lycée Denis Diderot {Lycée Marie Curie é Lycée Jean Perrin. Lycée Saint Exupéry # Marseille u Lyée Denis Diderot {Lyée Marie Curie é Lyée Jean Perrin Lyée Saint Exupéry #sommaire_ Introdution Diplôme Supérieur d Arts Appliqués spéialité Design / Marseille 4 Projet pédagogique global

Plus en détail

Informatique III: Programmation en C++

Informatique III: Programmation en C++ Informatique III: Programmation en C++ Listes haînées Lundi 9 Janvier 2006 1 2 Introdution Les listes hainées permettent de stoker un nombre d objets qui n a pas besoin d être spéifié a priori. Rajouter

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

2 Traitements logiques de l incertitude et de l incohérence

2 Traitements logiques de l incertitude et de l incohérence Logique quasi-possibiliste et mesures de onflit - Quasi-possibilisti logi and measures of onflit Didier Dubois Sébastien Koniezny Henri Prade Institut de Reherhe en Informatique de Toulouse Université

Plus en détail

Séquence 7. Séance 1 Histoire Regards sur l Afrique. Un empire africain, l empire du Ghana (VIII e -XII e siècle)

Séquence 7. Séance 1 Histoire Regards sur l Afrique. Un empire africain, l empire du Ghana (VIII e -XII e siècle) Séquene 7 Séquene 7 Séane 1 Histoire Regards sur l Afrique Un empire afriain, l empire du Ghana (VIII e -XII e sièle) A Un Empire présent sur un vaste territoire Exerie 1 : Loaliser l Empire du Ghana en

Plus en détail

QUESTIONS. Questions de test diffusées, 2015. Test de mathématiques, 9 e année Cours appliqué. Lis les instructions qui suivent.

QUESTIONS. Questions de test diffusées, 2015. Test de mathématiques, 9 e année Cours appliqué. Lis les instructions qui suivent. Questions e test iffusées, 15 QUESTIONS Test e mathématiques, 9 e année Cours appliqué Lis les instrutions qui suivent. Assure-toi avoir les eux ahiers (Questions et Réponses) et la Feuille e formules.

Plus en détail

Professionnels de l art by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Professionnels de l art by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Professionnels de l art by Hisox Questionnaire préalable d assurane Votre interlouteur: Buzz Assurane Servie lients - BP 105 83061 Toulon Cedex prodution@buzzassurane.om La ommunauté des olletionneurs

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

g conditions actuelles de la répression du blanchiment de fraude fiscale et sur ses conséquences.

g conditions actuelles de la répression du blanchiment de fraude fiscale et sur ses conséquences. Le délit de blanhiment, un horizon pénal qui ne esse de s'élargir... 4- t ru Q) ' Le blanhiment de fraude fisale ru :::::: Le ontexte de la réflexion sur la lutte ontre la fraude fisale invite à s'interger

Plus en détail

Solutions - Concentrations

Solutions - Concentrations Solutions - Concentrations Table des matières I - Solutions et concentrations 3 1. Exercice : Dilution... 3 2. Exercice : Dilution... 3 3. Exercice : Dilutions multiples... 3 4. Exercice : Dose journalière

Plus en détail

Cette année, notre traditionnel

Cette année, notre traditionnel abinets de onseil ont aepté de répondre à notre questionnaire. Notre panel s'enrihit don d'année en année. Nous espérons ainsi vous aider au mieux dans vos reherhes de abinets de onseil en SCM (Supply

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire BACCALAURÉAT SÉRIE S Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Évaluation des compétences expérimentales Sommaire I. DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS... 2 II. LISTE DE MATÉRIEL DESTINÉE AUX PROFESSEURS ET

Plus en détail

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation TP Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation Règles de sécurité Blouse, lunettes de protection, pas de lentilles de contact, cheveux longs attachés. Toutes les solutions aqueuses seront jetées

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE BAALAURÉAT GÉNÉRAL SESSIN 2015 PYSIQUE-IMIE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 oefficient : 6 L usage de la calculatrice est autorisé e sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Le sujet

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Contribution à la modélisation dynamique des systèmes articulés. Bases mathématiques et outils informatiques

Contribution à la modélisation dynamique des systèmes articulés. Bases mathématiques et outils informatiques Contribution à la modélisation dynamique des systèmes artiulés. Bases mathématiques et outils informatiques Ali Hamlili To ite this version: Ali Hamlili. Contribution à la modélisation dynamique des systèmes

Plus en détail

Cours de Métrologie & Assurance qualité

Cours de Métrologie & Assurance qualité UNIVERSITE MOHAMMED V-AGDAL FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE CHIMIE RABAT Cours de Métrologie & Assurance qualité Licence Professionnelle Génie Analytique (chimie) Pr R. BCHITOU 1 La métrologie existe

Plus en détail