Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan"

Transcription

1 Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi, la qualité des instruments de mesure (verrerie, appareil de mesures) ou le rôle de l opérateur (gestes tehniques). Évaluer l inertitude sur une mesure est un domaine omplexe qui fait l objet d une branhe omplète : la métrologie. L inertitude assoiée à un résultat de mesure permet de fournir une indiation quantitative sur la qualité de e résultat. Plan 1. Quelques définitions 2. Comment évaluer la qualité d un résultat? 3. Evaluation de l inertitude type A 4. Evaluation de l inertitude de type B 5. Eriture d un résultat, les hiffres signifiatifs 6. Exemple d un extrait de sujet 0 du baalauréat 2013 sur l utilisation de l inertitude 7. Compétenes du BO de terminale S sur «mesures et inertitudes «8. Douments sur le traitement des mesures. 1. Quelques définitions.. Mesurage Ensemble d opérations ayant pour but de déterminer une valeur d une grandeur. Mesure Résultat du mesurage. La mesure d une grandeur peut être : direte: omme une simple pesée. Indirete : détermination d une onentration à partir d une ourbe de dosage, mesure d une tension à partir de la formule U = R.I (R et I sont mesurés) Mesurande Grandeur partiulière soumise à mesurage. Quand on mesure la valeur de la résistane R d un dipôle passif linéaire, le mesurande est la résistane R de e dipôle et le mesurage est effetué, par exemple, ave un ohmmètre. La valeur vraie du mesurande est la valeur que l on obtiendrait si le mesurage était parfait. Un mesurage n étant jamais parfait, ette valeur est toujours inonnue. Fidélité Étroitesse de l aord entre des résultats indépendants. La fidélité est en général exprimée numériquement sous forme d éart-type, de variane ou de oeffiient de variation. Répétabilité Fidélité sous des onditions de répétabilité. Conditions où les résultats de mesures indépendantes sont obtenus par la même méthode, par le même opérateur utilisant le même équipement et pendant un ourt intervalle de temps (par exemple TP), à la différene de la reprodutibilité où, au moins, un des paramètres hange.

2 Justesse (et non plus préision) Étroitesse de l aord entre la valeur MOYENNE obtenue à partir d une large série de résultats de mesures et une valeur de référene aeptée : La valeur vraie. Exatitude de mesure Étroitesse de l aord entre UNE valeur mesurée et une valeur vraie du mesurande. Il est important de ne pas onfondre les onepts d exatitude et de justesse. Erreur de mesure :. L erreur de mesure est la différene entre la valeur mesurée d'une grandeur m et une valeur de référene (valeur vraie). C est la somme de l erreur systématique (erreur de justesse) et de l erreur aléatoire (défaut de fidélité). Lors de mesures répétées nous obtenons généralement une dispersion des résultats ; si les erreurs de mesure sont aléatoires un traitement statistique permet de onnaître la valeur la plus probable de la grandeur mesurée et de fixer les limites de l'inertitude. L'erreur systématique se superpose aux erreurs aléatoires. Elle est provoquée par un mauvais réglage ou un mauvais étalonnage. Elle devient importante dans le as ou les instruments sont mal utilisés. La justesse d un instrument de mesure est son aptitude à donner des indiations exemptes d erreur systématique. Si la valeur de référene est la valeur vraie du mesurande, l erreur est inonnue. biais erreur systématique (justesse) erreur sur une mesure (exatitude) infidélité erreur aléatoire (répétabilité ou reprodutibilité) valeur de référene (valeur onventionnellement vraie) résultat d'un mesurage : x moyenne Au final, on peut don avoir pour une série de mesures : une mesure non fidèle mais juste : fig 1 Les erreurs systématiques sont réduites mais les erreurs aléatoires sont importantes. ou une mesure fidèle et fausse : fig 2 Les erreurs systématiques sont importantes mais les erreurs aléatoires sont faibles. ou une mesure fidèle mais juste : fig 3 Les erreurs systématiques et aléatoires sont faibles ou une mesure non fidèle et fausse :fig 4 Les erreurs systématiques et aléatoires sont importantes Inertitude de mesure. L inertitude tient ompte de toutes les erreurs non maîtrisées. L inertitude est assoiée au résultat d un mesurage, elle aratérise la dispersion des valeurs qui pourraient raisonnablement être attribuées au mesurande. Il ne faut pas onfondre inertitude et erreur. L inertitude traduit le DOUTE sur la valeur attribuée au mesurande.

3 2. Comment réaliser la meilleure mesure? Le sientifique suit 3 étapes : 1) herher les soures d inertitude à onsidérer 2) en déduire le protoole expérimental définitif 3) Evaluer l inertitude du résultat de sa mesure Les 2 premières étapes sont primordiales! Le physiien (ou le himiste) effetue la mesure en observant e qu il fait. Il en déduit les soures d inertitude à prendre en ompte. Celles-i influenent le protoole expérimental et permettent de le orriger. Le sientifique peut don maintenant réfléhir à son protoole expérimental définitif. Une fois e protoole exéuté, vient le alul mathématique de l inertitude. Deux méthodes d évaluation des inertitudes sont possibles : -Lorsque les inertitudes sont évaluées par des méthodes statistiques, l évaluation est dite de type A. -Quand la détermination statistique n est pas possible, on dit que l évaluation est de type B. On peut aussi utiliser un mixte des deux méthodes A et B pour évaluer l inertitude des résultats d une expériene. 3 L évaluation de l inertitude de type A : 3.1 Conditions d utilisation Cette méthode est bien adaptée aux séries de mesures de différents groupes de TP. Elle est appliable dans ertaines onditions : - les auses qui influent sur la valeur d'une mesure doivent être nombreuses et d importane omparables ( est le as de la majorité des TP de physique et himie). -les mesures doivent être indépendantes les unes des autres. Par exemple : La masse et la le poids d un objet sont des grandeurs indépendantes. Leur mesure fait appel à des instruments de mesure différents, une balane et un dynamomètre ou un apteur de fore par exemple. Les mesures de es 2 grandeurs sont don indépendantes. Mais si la balane est pilotée par un ordinateur et que la mesure du poids se fait ave un apteur piloté par le même ordinateur et le même logiiel, alors les mesures de la masse et de la longueur sont orrélées. Elles sont dans et exemple probablement faiblement orrélées. Dans la plupart des TP, les mesures sont indépendantes Si es deux onditions sont vérifiées, alors, on peut onsidérer que la distribution des mesures obéit à la élèbre ourbe de Gauss (en lohe). Cette méthode d évaluation de l inertitude a été développée de façon très détaillée dans un le doument du ndp : La pluridisiplinarité dans les enseignements sientifiques - Tome 2 : La plae de l'expériene auteur : R Moreau. Ce doument est assoié à un fihier Exel «Inertitudes de mesure»qui permet de vérifier si une série de mesures peut être onsidérée omme Gaussienne. Vous pourrez trouver dans e doument les justifiations détaillées des ritères utilisés dans e doument pour évaluer l inertitude d une série de mesures. Il faut aussi noter que les statistiques sont au programme de mathématiques de 1S.Ce programme aborde l éart type, la variane, la ourbe de Gauss (loi binomiale) et l intervalle ou niveau de onfiane.

4 3.2 Prinipe de ette méthode : On suppose que la série de mesures suit une loi gaussienne. La mesure â d une grandeur a de valeur exate A omporte généralement une erreur E= â A, que elle-i soit due aux appareils, au manipulateur ou à la méthode employée ; ela se traduit par une inertitude "multifatorielle" Δa sur les mesures individuelles obtenue en lasse et onduit à l ériture a = â Δa. Sahant que l intervalle [â Δa, â + Δa] doit avoir une probabilité P de ontenir A. Cette probabilité est en général de 95 %, et pour simplifier l étude statistique en lyée, on peut poser Δa = 2xσ, σ représente l éart type. Remarque : dans tout le doument l éart type sera noté σ et représente σ n-1 L'erreur E est inévitable ; sa valeur absolue est, en général, nettement inférieure à Δa, puisque l inégalité E > Δa n est réalisée que dans 5 % des as seulement. Le plus important, dans la distribution de Gauss, qui est elle de la répartition de la majorité des erreurs aléatoires, est qu elle est déroissante de part et d autre de sa valeur moyenne X (inonnue) qui en l absene d erreur systématique, est ensée représentée la valeur vraie herhée. Autrement dit, les petites erreurs sont plus probables (et plus don plus fréquentes) que les grandes. C est ette notion qui est à la base de la méthode d évaluation des inertitudes On démontre que si une variable aléatoire (mesure) x suit une loi de Gauss d espérane mathématique (ou moyenne alulée à partir d un grand nombre d éhantillons) X et d éart-type σ, la moyenne m de n mesures indépendantes de x suit aussi une loi de Gauss de même espérane mathématique X et d éart-type réduit : = 3.3 Eart à la normalité et valeurs aberrantes Si ertaines mesures s éartent sensiblement des autres valeurs, on peut alors se demander si es valeurs ne doivent pas être éartées afin de onserver une population de mesures de type Gaussienne. L hypothèse de non normalité Gaussienne peut être rejetée pour plusieurs raisons : 1) pare que la population mère n est pas normale (ou gaussienne) 2) pare que l éhantillon ontient des valeurs aberrantes. - On a déjà vu que la série de mesures sera une population de type Gaussienne si les mesures sont indépendantes et si les auses qui influent sur la valeur d'une mesure sont nombreuses et d importane omparables. - Le test de l éart à la moyenne fournit un ritère quantitatif pour éliminer les valeurs aberrantes. On éarte toutes les valeurs qui ont une valeur (v max x ) supérieur à la moyenne. v max dépend du nombre de mesures n. Pour n= 9 (un groupe de TP ) v max = 2, 2. On peut aussi éarter une valeur par une analyse qualitative. 3.4 Utilisation de ette méthode statistique en lasse. On peut utiliser ette méthode d évaluation de l inertitude pour présenter le résultat final d un TP. On mutualise alors les différents résultats des groupes. Le résultat des différentes mesures du TP est alors exprimé sous la forme X = 2 Ave = Ce résultat peut être aompagné d une véritable réflexion de l élève sur les soures d inertitude. Le tableau suivant a été distribué pendant un TP de dosage spetrophotométrique en 1S, les élèves doivent réaliser une dissolution, des dilutions, traer une ourbe d étalonnage.

5 Tableau réapitulatif des prinipales soures d inertitude Ce qu on réalise Soures d inertitudes dues au matériel Soures d inertitudes dues au manipulateur Comment on minimise les inertitudes? Balane au g Il transvase le solide : possibilité de perte de matière On pèse une masse très supérieure à 1 g Préparation de la solution mère S o Fiole jaugée de 1000 ml à +/- 0,04 ml sur la balane même si on ne le voit pas. Il règle le niveau du liquide au trait de jauge Tehniques performantes : rinçages, agitation, plae des yeux, utilisation de la pipette simple Pipette jaugée Préparation des solutions diluées Il règle le niveau du liquide au trait de jauge Tehniques performantes : rinçages, agitation, plae des yeux, utilisation de la pipette simple Fiole jaugée 50ml +/- 0,06 ml Mesure de l absorbane Colorimètre à 0,001 unité d absorbane Il règle le zéro et il mesure l absorbane de solutions : qualité des uves On hoisit la longueur d onde pour avoir le maximum d absorbane On réalise manuellement la ourbe d étalonnage Graduation du papier millimétré au mm Il plae les points Il trae la droite moyenne Il dose par étalonnage : il note la mesure d absorbane et en déduit la onentration inonnue Choix des éhelles : grandeurs sur le papier très supérieures à 1 mm, éhelles simples Utilisation d un rayon très fin Cette méthode statistique peut être réinvestie pendant une séane d évaluation. L élève fait une mesure d'une grandeur X en effetuant une ou deux mesures individuelles et se demande si la valeur moyenne qu il trouve,, diffère signifiativement de la valeur vraie. On peut alors lui demander un peu plus qu un éart relatif.et de réinvestir ses onnaissanes sur l inertitude d une mesure. Si la valeur de l éart type réduit est déjà onnue, on peut appliquer la règle des "rejets à 2- sigma". Si dans le alul d'une moyenne, une valeur s'éarte de la moyenne de plus de 2 fois la valeur de, ette valeur est douteuse et doit être rejetée. Il faut alors reommener d autres mesures. L élève doit alors s interroger sur la qualité de sa mesure, les soures d inertitudes. On n est pas exatement en situation de répétabilité ou reprodutibilité ar les mesures qui ont permis la mesure de n ont pas été faites par le même opérateur et dans un laps de temps ourt. Cela néessite numéroter les instruments et de onserver les mesures des TP des différentes années pour le alul de l éart type réduit.

6 4 L évaluation de l inertitude de type B. Cette méthode s applique quand il est impossible (as d une mesure unique ), voire diffiile de faire un méthode statistique type A. L opérateur doit répertorier les soures d erreurs et évaluer les inertitudes types. Il doit tenir ompte de la relation qui permet de mesurer la grandeur. exemple: mesure d une onentration à l aide d une relation équivalente ou mesure d une vitesse à partir des mesures d une longueur et d un temps. L évaluation de l inertitude se fait en deux temps : - Calul des inertitudes-type dues à haque soure d inertitude -Calul de l inertitude élargie. L'évaluation d une inertitude de type B néessite la onnaissane des «inertitudes types «et le plus souvent la loi qui permet de déterminer la grandeur reherhée. Si ette loi est une somme ou une soustration ; l étude peut être simple mais si elle -i est un quotient ou un produit alors ette méthode peut demander une bonne onnaissane du ours de mathématiques portant sur les dérivées On peut aussi donner la formule de alul aux élèves. 4.1 Liste des prinipales inertitudes types u Pour haque soure d inertitude, le sientifique alule e qu on appelle «l inertitude-type» u: elle possède la même unité que la grandeur à mesurer. Les inertitudes-types sont des intermédiaires de alul qui n ont pas diretement de sens. On doit par la suite les «omposer» pour en déduire «inertitude élargie». Voii une liste non exhaustive des prinipales inertitudes type u de nos TP. lasse et tolérane d un instrument de mesure Si vous disposez de la notie d un instrument de mesure, ou d informations le onernant, vous onnaissez la lasse de l instrument et sa tolérane t (notée ± t). Exemple : tolérane d une burette graduée de lasse A, de 25 ml : ± 0,030 ml. L inertitude-type u (X) sur la mesurande X due à un instrument de mesure de lasse onnue et de tolérane est égale à par : u (X) = Cette expression provient des mathématiques statistiques. - défauts de fidélité d un instrument de mesure Ils sont à prendre en ompte si vous ne disposez pas de sa lasse, don de sa tolérane, et si et instrument est très sensible, ou vétuste ar alors il est peu fidèle. Il faut alors réaliser une étude statistique de l inertitude de et appareil en respetant les onditions de répétéabilité et évaluer l inertitude ave une méthode de type A - Estimation de l inertitude-type liée à la résolution de l'instrument: C est l inertitude-type due à la leture de l affihage. Si vous onnaissez la lasse de l instrument, elle n est pas à prendre en ompte. La détermination de ette omposante de l inertitude-type ne néessite pas d effetuer plusieurs mesures. Soit dx la variation du mesurande X qui orrespond à la variation d une unité du dernier hiffre affihé (don par exemple 0,1 mg pour une balane à 0,1 mg près, une graduation pour un réglet).

7 La norme donne alors pour l inertitude-type u(x) sur le mesurande X due à la leture de l affihage u (X)= Cette expression provient des mathématiques statistiques. Estimation de l inertitude-type liée à l étalonnage de l instrument L instrument de mesure a été étalonné ave des étalons, de valeurs x étalon. Ces valeurs sont mesurées et don onnues ave une ertaine inertitude, plus faible que elle souhaitée pour le mesurande X. Soit x étalon le résultat de la mesure de l étalon le plus prohe de x. Soit u(x étalon ) l inertitude-type sur x étalon. Alors l inertitude-type u E (x) sur le mesurande X, due à l étalonnage de l instrument de mesure est tout simplement égale à l inertitude-type sur x étalon Calul de l inertitude type omposée * l inertitude type omposée : C est l inertitude-type d un mesurage lorsque le résultat y est obtenu à partir des valeurs x n d autres grandeurs indépendantes : y = f(x 1,x 2,,xn). Par exemple : I = I 1 + I 2 ou g = En mathématiques statistiques, si les mesures sont indépendantes, e sont les varianes qui s ajoutent. Ii, e sont don les inertitudes-type au arré qui s ajoutent. Mais dans la plupart des TP en physique ou himie, la mesure est indirete et on doit alors tenir omte de la relation entre la valeur reherhée et les grandeurs mesurées. Il faut alors appliquer une autre formule qui néessite une bonne maitrise de la dérivée partielle. Pour estimer l inertitude-type u(y) sur y, il faut «omposer» les inertitudes-type u ( x i ). Pour ela, on applique le théorème de propagation des inertitudes-types : Exemples : Si I = I 1 + I 2, On a alors u 2 (I) = u(i 1 ) 2 + u(i 2 ) 2 Si g = on a alors u 2 (g) = + g 2 x On peut aussi retrouver ette relation à partir des dérivées logarithmiques. On obtient la même relation sous une autre forme = + si on élève au arré les inertitudes relatives. 4.3 Inertitude type élargie C est l inertitude du sientifique et on l appelle aussi «inertitude» tout ourt! La norme introduit les notions de niveau de onfiane et d intervalle de onfiane en utilisant un fateur multipliatif, ou fateur d élargissement omme suit : U (X) = K u(x) u (X) inertitude-type omposée sur X U (X) inertitude élargie (ou inertitude sur X) K fateur d élargissement, pour les TP on prendra k = 2 Cei veut dire que, si x est le résultat de la mesure, alors la valeur vraie, a 95 % de hanes de se trouver dans l intervalle de onfiane. 4.4 Utilisation de ette méthode en lasse Le début de la séane ommene par deux questions pour réviser la notion de poids : 1 kg de plume est-il plus léger qu un kg de plomb? En l'absene des frottements de l'atmosphère, une plume et un marteau lâhés simultanément d'une même hauteur touheront-ils le sol au même moment? La vérifiation des réponses s est faite à l aide de l artile suivant sur l atualité sientifique :

8 La deuxième partie de la séane a permis la mesure de l intensité de pesanteur g ave une seule mesure à l aide d un objet, d un dynamomètre : La onsigne donnée à l élève est de proposer un protoole pour mesurer l intensité de pesanteur à l aide d un dynamomètre. L élève peut prendre un objet personnel et il a le hoix entre différents dynamomètres de préisions différentes. Après la réalisation de la mesure, il doit ompéter le tableau suivant pour réfléhir aux inertitudes. Ensuite on alule ave l élève l inertitude sur la mesure de g. L élève doit ensuite noté son résultat sous le forme d un enadrement. la formule de alul d inertitude est fournie à l élève. On disute en lasse sur la ohérene du résultat. En as d inohérene l élève peut orriger son protoole et refaire la mesure. Ce qu on réalise inertitudes dues au matériel inertitudes dues au manipulateur Comment on minimise les inertitudes? on mesure la valeur du poids Dynamomètres : Graduation 0,5N ou 0,1N. Leture de la position du repère Réglage du zéro On utilise une masse qui permet une variation importante du dynamomètre. On plae son œil bien en fae du repère pour faire le zéro et la mesure Préision de la masse Vérifiation de la tare Penser à la tare on mesure de la masse utilisée Balane : à 0,01g près On pèse une masse très supérieure à 1 g La mesure de g est indirete, son alul néessite une bonne maitrise de la dérivée : u 2 (g) = + g 2 x représente l inertitude type sur la mesure de P, représente l inertitude type sur la mesure de m Pour simplifier le alul de l intensité de pesanteur on néglige l inertitude de la mesure de m par rapport à la mesure de P. Il suffit de onstater que l inertitude relative est dix fois plus forte que l inertitude relative. Voii la formule proposée à l élève de seonde. U (g) représente l inertitude élargie sur la mesure de g Calul de l inertitude élargie : =2x ave Δ (P)= 5 Eriture des résultats ; hiffres signifiatifs L ériture du résultat du mesurage M doit intégrer l inertitude-type u ou l éart type réduit, la moyenne m, et doit s érire ave les unités appropriées : M = m U unité Ou M = m unité La préision sur le résultat du mesurage sera aratérisée par ou Cette préision est souvent exprimée en %. Plus le résultat est petit, plus le mesurage est préis. Pour l inertitude, obtenir une préision plus petite que 10% orrespond à des onditions de mesure très ontraignantes et oûteuses. Dans la très grande majorité des as, il faut don limiter le plus souvent le nombre de hiffres signifiatifs de l inertitude à un seul hiffre signifiatif. Exemple On mesure r= 100, Ω ave une inertitude U= 0, Ω. On érit alors le résultat sous la forme R = (100,3 0,8) Ω.

9 7. Extrait d un sujet 0 du baalauréat 2013 sur l utilisation de l inertitude. - Dans le sujet proposé, on demande à l élève de vérifier à l aide d un titrage une onentration attendue A = (2,22 ± 0,05) 10 2 mol.l 1. - L élève doit aluler une onentration à l aide d une relation d équivalene. (Question 4.1). - Ensuite il doit évaluer l inertitude de la mesure. (Question et 4.2.2). L énoné indique les inertitudes sur la onentration de la solution titrante C B notée Δ(C B ), le volume prélevé V A notée Δ(V A ), le volume équivalent notée Δ(V E ) Pour simplifier le alul de l inertitude sur la mesure de C A, l élève doit montrer que les inertitudes sur la onentration C B, et le volume V A sont négligeables devant l inertitude sur le volume équivalent V E. Pour ela il ompare les inertitudes relatives. Puis il note le résultat de son alul et l évaluation de l inertitude sous la forme d un enadrement Aexp = (1,5 ± 0,05) 10-2 mol.l -1 - Enfin il doit vérifier si la ohérene de son résultat pour valider sa mesure en omparant l enadrement de la onentration expérimentale et l enadrement de la onentration attendue. Si les enadrements ne se superposent pas, il doit onlure que les valeurs ne sont pas ohérentes. (Question 4.2.3) -Dans la dernière question il doit indiquer la raison(s) qui pourrai(en)t expliquer un éart éventuel entre l enadrement attendu et l enadrement expérimental? (Question 4.2.4) 4. Extrait de la orretion d un sujet 0 sur la préision d un titrage 4.1. À l équivalene, les réatifs ont été introduits dans les proportions stoehiométriques et sont entièrement onsommés. é mol.l 0,50 Dosage par titrage diret, équivalene dans un titrage Pratiquer une démarhe expérimentale pour déterminer la onentration d une espèe himique par titrage dans le domaine du ontrôle de la qualité Don les inertitudes relatives sur V A et B sont négligeables devant elle sur V E. et 0,50 0,25 Inertitudes et notions assoiées. Évaluer, à l aide d une formule fournie, l inertitude d une mesure obtenue lors de la réalisation d un protoole dans lequel interviennent plusieurs soures d erreurs d où 5 Les inertitudes relatives sur V A et B ayant été négligées, on retient A exp = mol.l -1. A exp = (1,5 ± 0,05) 10-2 mol.l -1 Il faut noter que le sujet ne tient pas ompte de l inertitude type élargie, ela double l inertitude. Cependant la onlusion de la question n est pas modifiée. 0,5 Inertitudes et notions assoiées. Expression et aeptabilité du résultat Évaluer, à l aide d une formule fournie, l inertitude d une mesure obtenue lors de la réalisation d un protoole dans lequel interviennent plusieurs soures d erreurs. Maîtriser l usage des hiffres signifiatifs et l ériture sientifique A = (2,22 ± 0,05) 10 2 mol.l 1 Aexp = (1,5 ± 0,05) 10-2 mol.l -1 L enadrement de la onentration expérimentale et l enadrement de la onentration attendue ne se superposent pas don les valeurs ne sont pas ohérentes. 0,25 Expression et aeptabilité du résultat Commenter le résultat d une opération de mesure en le omparant à une valeur de référene L élève n a pas déterminé orretement le volume équivalent (erreur de leture, erreur dans la préparation de la burette, erreur de repérage de la teinte sensible de l indiateur oloré).l élève n a pas prélevé orretement le volume de la solution d aide latique à titrer.la onentration de la solution titrante n est pas elle indiquée. La onentration attendue de l aide latique est erronée. 0,5 Inertitudes et notions assoiées. Expression et aeptabilité du résultat Identifier les différentes soures d erreur (de limites à la préision) lors d une mesure : variabilités du phénomène et de l ate de mesure (fateurs liés à l opérateur, aux instruments, ).

10 8. Compétenes du B.O sur «Mesures et inertitudes» 9. Douments Quelques douments sur le traitement des mesures Nombres, mesures et inertitudes en sienes physiques et himiques. Groupe des Sienes physiques et himiques de l IGEN Mesures, erreurs et inertitudes en physique-himie René Moreau, Inspeteur général de l éduation nationale

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie Chapitre 7 - ests d hypothèses Lexique anglais - français Constats - terminologie - onepts de base tests ests onernant une moyenne - variane onnue - variane inonnue - ourbe aratéristique - n =? est de

Plus en détail

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph ème OI Épreuve de séletion 5 PRÉ : étude de solutions tampon de ph I. Préparation. L aide éthanoï que est noté OH. À la température onsidérée, le pk du ouple OH/O est égal à,7. On prépare une solution

Plus en détail

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction Statistique Informatique Mathématique appliquées Novembre 3 MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introdution Les artes de ontrôle sont

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation Mathématiques e Livret de orrigés Rédation : Niole Cantelou Sophie Huvey Hélène Leoq Fabienne Meille Françoise Raynier Philippe Nadeau Jean-Denis Poignet Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable

Plus en détail

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux FICHE Fihe à destination des enseignants Type d'atiité TS 7 De la rotation de Saturne à la struture de ses anneaux Atiité expérimentale Notions et ontenus du programme de Terminale S Effet Doppler. Compétenes

Plus en détail

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite?

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite? Quelles différenes y a-t-il entre oqs d origine et oqs introduits par la suite? Le prolème Pour l élevage-souhe, les reproduteurs de poulet à hair ont fait l ojet d une séletion intensive onernant la vitesse

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Exercice 1: Câble coaxial et Théorème d'ampère

Exercice 1: Câble coaxial et Théorème d'ampère UTBM PS1 / Examen Final P8 Pour tenir ompte de la longueur de l'énoné, le total des points possibles est 33, mais la note finale sera ramenée à une note sur points Exerie 1: Câble oaxial et Théorème d'ampère

Plus en détail

Plan du document. Introduction. Lexique. Documents utilisés CHAPITRES

Plan du document. Introduction. Lexique. Documents utilisés CHAPITRES Plan du document Introduction Lexique Documents utilisés CHAPITRES Chapitre I : Vocabulaire de la métrologie I - Définitions II - La notion d erreur aléatoire III - La notion d erreur systématique IV -

Plus en détail

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle - 1 - Trigonométrie du triangle quelonque 10.1 La mesure de l angle 10. Trigonométrie Les quatre unités prinipales de mesure d'un angle géométrique sont le degré, le radian, le grade et le tour. Le degré

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Calculons les concentrations de glucose dans les différents échantillons :

Calculons les concentrations de glucose dans les différents échantillons : Exercice : La chaptalisation (7points) = 0,25pt donc 28 1 OH 2 C est un alcool primaire. 3 C 6 H 12 O 6 -> 2C 2 H 6 O + 2CO 2 2. 2.1 La stœchiométrie de l équation de la réaction, nous montre qu un mole

Plus en détail

MODULE 3. Performances-seuils. Les appareils de mesure. Appareils de mesure Choix et utilisation. L élève sera capable

MODULE 3. Performances-seuils. Les appareils de mesure. Appareils de mesure Choix et utilisation. L élève sera capable MODULE 3. Les appareils de mesure. Performances-seuils. L élève sera capable 1. de choisir un appareil de mesure ; 2. d utiliser correctement un appareil de mesure ; 3. de mesurer courant, tension et résistance.

Plus en détail

Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes)

Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes) Travaux Pratiques de Physique vers. septembre 014 Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes) 1) Introduction Le mot "erreur" se réfère à quelque chose de juste ou de vrai. On parle d erreur sur

Plus en détail

3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE

3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE 3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE. DEFINITIONS Un trinôme du seond degré est une fontion de la forme trois réels donnés ave a a + + a où a, et sont Résoudre l'équation a + + = ( ave a ), 'est trouver

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation athématiques 6 e Livret de orrigés Rédation : laudine lbin-vuarand Niole antelou arie-jo Quéffele arie-frane Lefèvre ar Le rozler oordination : Jean-enis Poignet, responsable de formation e ours est la

Plus en détail

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE Exemples 4B Caluls de résistane au feu Fihier : L4B-5.do OBJECTIF Familiariser le onepteur à des méthodes simples de alul de résistane au feu et d'épaisseur

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5 Préfae À ma mère En filigrane de es pages il y a le souvenir de ma mère Nadia Tagrine. Tout e que vous trouverez dans e livre est auprès d elle que je l ai appris. Ave ette méthode j ai voulu rendre hommage

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

VII- Applications, bijections, bijection réciproque

VII- Applications, bijections, bijection réciproque ) Définitions VII- Appliations, bijetions, bijetion réiproque des un Une appliation d un ensemble (de départ) E dans un ensemble (d arrivée) F fait orrespondre à haque élément de E un élément unique (appelé

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

Équilibres de phases de mélanges

Équilibres de phases de mélanges Équilibres de phases de mélanges Paternité - Pas d'utilisation Commeriale - Partage des Conditions Initiales à l'identique : http://reativeommons.org/lienses/by-n-sa/2.0/fr/ Table des matières Table des

Plus en détail

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau Géométrie dans l Espae Courbes de niveau Christophe ROSSIGNOL Année solaire 008/009 Table des matières 1 Quelques rappels 1.1 Coordonnées d un point, d un veteur................................. 1. Colinéarité

Plus en détail

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle 326 Forêts et tempête Comment reonstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostis et inventaires aux niveaux forêt et parelle par Mihel Vallane et Bernard Roman-Amat Offie National des Forêts

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

LA QUALITÉ EN BIOCHIMIE -PRÉCISION ET EXACTITUDE

LA QUALITÉ EN BIOCHIMIE -PRÉCISION ET EXACTITUDE LA QUALITÉ EN BIOCHIMIE -PRÉCISION ET EXACTITUDE I. Incidences d'une mauvaise qualité dans le domaine industriel - Mise en vente de produits de mauvaise qualité. - Mécontentement des clients. - Perte de

Plus en détail

Analyse des données 1: erreurs expérimentales et courbe normale

Analyse des données 1: erreurs expérimentales et courbe normale Analyse des données 1: erreurs expérimentales et courbe normale 1 Incertitude vs. erreur Une mesure expérimentale comporte toujours deux parties: la valeur vraie de la grandeur mesurée et l'erreur sur

Plus en détail

TS Chimie La teinture d hélianthine Exercice résolu

TS Chimie La teinture d hélianthine Exercice résolu Page 1 sur 6 TS Chimie Exerie résolu - Enoné L hélianthine est un solide ristallisé. Un fabriant de produits de laboratoire propose à son atalogue de l hélianthine en teinture, 'est-à-dire une solution

Plus en détail

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER PROGRAMME 0 Sous la diretion de : Mihel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER Jean-Louis BONNAFET René GAUTHIER Yvette MASSIERA Denis VIEUDRIN Jean-François ZUCCHETTA Sommaire CHAPITRE CHAPITRE CHAPITRE

Plus en détail

XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES

XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES page XII- XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES Le but de ce chapitre est de rencontrer quelques-unes des nombreuses associations de lentilles sphériques minces tout en manipulant les connaissances

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

Chapitre VII Molécules conjuguées Méthode de Hückel

Chapitre VII Molécules conjuguées Méthode de Hückel 43 Chapitre VII Moléules onjuguées Méthode de Hükel. Liaisons, liaisons et onjugaison.. Liaisons et orbitales et ous avons défini au hapitre IV les liaisons omme résultant de la formation d une orbitale

Plus en détail

Les indicateurs colorés naturels : de la cuisine à la chimie

Les indicateurs colorés naturels : de la cuisine à la chimie P a g e 1 TS Chimie Enoncé Les indicateurs colorés naturels : de la cuisine à la chimie Exercice résolu La première utilisation d'un indicateur coloré pour les titrages acido-basiques remonte à 1767 par

Plus en détail

TP FOCOMÉTRIE DES LENTILLES MINCES. - Formation d images par une lentille mince dans les conditions de Gauss.

TP FOCOMÉTRIE DES LENTILLES MINCES. - Formation d images par une lentille mince dans les conditions de Gauss. TP FOCOMÉTRIE DES LENTILLES MINCES Prérequis : - Définition et propriétés du centre optique, des foyers principaux et secondaires d une lentille mince. - Distance focale d une lentille mince. - Formation

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

LA MÉTROLOGIE. Lycée professionnel Gaston Barré. Certificat d Aptitude Professionnelle SESSION 2012-2013. Nom : Prénoms :

LA MÉTROLOGIE. Lycée professionnel Gaston Barré. Certificat d Aptitude Professionnelle SESSION 2012-2013. Nom : Prénoms : Lycée professionnel Gaston Barré Certificat d Aptitude Professionnelle Vendeur Magasinier en Pièces de Rechange et Equipements Automobiles SESSION 2012-2013 LA MÉTROLOGIE Nom : Prénoms : LYCEE GASTON BARRÉ

Plus en détail

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure Introduction CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - La mesure d une résistance s effectue à l aide d un multimètre. Utilisé en mode ohmmètre, il permet une mesure directe de résistances hors

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

Nombres en écriture fractionnaire

Nombres en écriture fractionnaire Classe de 4ème Chapitre 3 1. Définitions Nomres en ériture frationnaire 1.1.Quotient exat Définition 1 : Le quotient exat de la division du nomre a par le nomre non nul s érit sous forme frationnaire :

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG)

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M S2 VRV) I) Introduction L eugénol (ou 4-allyl-2-méthoxyphénol) est une molécule naturelle trouvée en

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Sommaire Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0... 1 Contexte... 2 Critères d éligibilité pour l épargne

Plus en détail

TS Physique D Aristote à aujourd hui Exercice résolu

TS Physique D Aristote à aujourd hui Exercice résolu P a g e 1 TS Physique Eercice résolu Enoncé -34 avant JC : Aristote déclare qu une masse d or, de plomb ou de tout autre corps pesant tombe d autant plus vite qu elle est plus grosse et, en particulier,

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE www.suplog.fr Tél. 01 43 13 53 34 ontat@supdelog.fr DOSSIER DE CANDIDATURE ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Collez votre photo NE PAS REMPLIR CE CADRE RÉSERVÉ AU SERVICE DES ADMISSIONS Date de réeption dossier :

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

Optimisation des périodicités d étalonnage

Optimisation des périodicités d étalonnage Optimisation des périodicités d étalonnage C. Eischen Directeur Technique AIB-Vinçotte Luxembourg Sommaire. Problématique 2. Méthodes existantes 3. Pourquoi cette méthode OPPERET? 4. Prérequis de cette

Plus en détail

Classe de 3ème. Définition 1 : Le quotient exact de la division du nombre a par le nombre non nul b s écrit

Classe de 3ème. Définition 1 : Le quotient exact de la division du nombre a par le nombre non nul b s écrit Classe de 3ème Chapitre 1 Caluls numériques Rappels de 4ème 1. Les frations 1.1.Quotient exat Définition 1 : Le quotient exat de la division du nombre a par le nombre non nul b s érit sous forme frationnaire

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE. Mise en application 15/12/2008

Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE. Mise en application 15/12/2008 Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE Mise en application 15/12/2008 Administration compétente Service responsable Destinataires

Plus en détail

Devoir libre de Sciences Physiques n 6 du 25-01-2016

Devoir libre de Sciences Physiques n 6 du 25-01-2016 1 DL6 Sienes Physiques MP 2015-2016 Devoir libre de Sienes Physiques n 6 du 25-01-2016 Problème n o 1 Physique des olloïdes métalliques E3A MP 2007 Les olloïdes sont de petites partiules solides ou liquides,

Plus en détail

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban EXERCICE 1 : 4 Points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Aucune justification n est demandée. Pour chacune des questions, une

Plus en détail

Fiche à destination des enseignants TS 2 CD ou DVD?

Fiche à destination des enseignants TS 2 CD ou DVD? Fiche à destination des enseignants TS 2 CD ou DVD? Type d'activité Activité expérimentale ou évaluation expérimentale, type ECE Objectifs Pré-requis Conditions de mise en œuvre Liste du matériel, par

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET CI. 17

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET CI. 17 CI.17 Page 1/5 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET CI. 17 Ce document comprend : - une fiche descriptive du sujet destinée à l examinateur : Page 2/5 - une

Plus en détail

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points)

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) Pour cet exercice, l'utilisation de la calculatrice est autorisée Trois siècles avant notre ère, le célèbre savant grec Aristote affirmait qu "une masse d or, de

Plus en détail

Travaux Dirigés de Probabilités - Statistiques, TD 4. Lois limites ; estimation.

Travaux Dirigés de Probabilités - Statistiques, TD 4. Lois limites ; estimation. Travaux Dirigés de Probabilités - Statistiques, TD 4 Lois limites ; estimation. Exercice 1. Trois machines, A, B, C fournissent respectivement 50%, 30%, 20% de la production d une usine. Les pourcentages

Plus en détail

Document ressource de métrologie

Document ressource de métrologie éduscol Ressources pour le cycle terminal STL Spécialité biotechnologies Document ressource de métrologie Définitions de base, acceptabilité de valeurs mesurées et expression dʼun résultat de mesure Document

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

ECRICOME 2004. Voie Eco. 1 1 + x. f (x) dx n N, u n = 1. 0 xn f (x) dx

ECRICOME 2004. Voie Eco. 1 1 + x. f (x) dx n N, u n = 1. 0 xn f (x) dx ECRICOME 2004 Voie Eco 1 EXERCICE 1 EXERCICE Soient f la fonction numérique de la variable réelle définie par : x R, f (x = 1 2 et (u n la suite de nombres réels déterminée par : { u 0 = 1 f (x dx 0 n

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail

Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités

Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités Laboratoire de Mathématiques de Toulouse Université Paul Sabatier-IUT GEA Ponsan Module: Stat inférentielles Définition Quelques exemples loi d une v.a

Plus en détail

Centrales Villageoises Photovoltaïques

Centrales Villageoises Photovoltaïques Centrales Villageoises Photovoltaïques Projet Centrales Villageoises Photovoltaïques Optimisation du raordement életrique et gestion du réseau sur le village de : - Les Haies Rédateur Nom Fontion Damien

Plus en détail

1 Introduction à l effet Doppler.

1 Introduction à l effet Doppler. Introdution à l effet Doppler Ph. Ribière ribierep@orange.fr Merredi 9 Novembre 2011 1 Introdution à l effet Doppler. Vous avez tous fait l expériene de l effet Doppler dans la rue, lorsqu une ambulane,

Plus en détail

Incertitudes et présentation des résultats

Incertitudes et présentation des résultats Fiche TP 4 Incertitudes et présentation des résultats D après Techniques expérimentales en chimie - Dunod La mesure d une observable est nécessairement entachée d une erreur, qu elle soit aléatoire (dispersion

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences Grilles des ompétenes Compétenes à développer de 8 à ans COMPÉTENCES DE 8 À ANS Les ompétenes en «aratères droits» sont à ertifier. (symbole en fin de ligne) Les ompétenes en «aratères italiques» sont

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 5.

Devoir de Sciences Physiques n 5. Devoir de Sciences Physiques n 5. EXERCICE I. LES INDICATEURS COLORÉS NATURELS DE LA CUISINE À LA CHIMIE La première utilisation d'un indicateur coloré pour les titrages acidobasiques remonte à 1767 par

Plus en détail

Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV

Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV Raphaël Braunschweig, Stefan Binder Groupe A, Binôme 3 Résultats selon Benjamin Buhr et Lucile Koch-Schlund

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

La volatilité accrue du prix de l électricité pour les ménages belges

La volatilité accrue du prix de l électricité pour les ménages belges La volatilité arue du prix de L'éLetriité pour Les ménages belges La volatilité arue du prix de l életriité pour les ménages belges Une analyse basée sur les aratéristiques spéifiques de la fixation des

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Etude Technique. «Protection Foudre» Dépôts de munitions de Montervilly du camp de Coetquidan Guer (56380)

Etude Technique. «Protection Foudre» Dépôts de munitions de Montervilly du camp de Coetquidan Guer (56380) 17 Marque débat 65200 Cieutat Tél.: 05.62.91.29.38 / Fax : 05.62.91.29.98 Email : d.lejop@foudre-prote.om EURL Capital 7622,45 RCS: Bagnères de Bigorre 399 133 198 Siret: 399 133 198 000 32, APE: 7712B

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

Journées Techniques 2013 Métrologie Casablanca - MAROC - du 22 au 24 avril 2013

Journées Techniques 2013 Métrologie Casablanca - MAROC - du 22 au 24 avril 2013 PROGRAMME GENERAL SESSION : «Incertitudes de mesure - Applications pratiques» : Georges BONNIER Date : Lundi 22 Avril SESSION : «Statistiques pour la mesure : cartes de contrôles, comparaisons interlaboratoires»

Plus en détail

Mines Ponts, Physique 1 MP

Mines Ponts, Physique 1 MP Mines Ponts, Physique 1 MP Satellites de téléommuniation Conours 7 1 Satellites sur orbite irulaire 1. La relation fondamentale de la dynamique en mouvement uniforme sur une orbite irulaire impose G M

Plus en détail

Épreuve de mathématiques Terminale ES 200 minutes

Épreuve de mathématiques Terminale ES 200 minutes Examen 2 Épreuve de mathématiques Terminale ES 200 minutes L usage de la calculatrice programmable est autorisé. La bonne présentation de la copie est de rigueur. Cet examen comporte 7 pages et 5 exercices.

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION - Février 2003 - ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION Centre d Information du Cuivre 30, avenue Messine 75008 Paris HOLISUD Ingénierie 21,

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

COMMENT DOSER UN ACIDE OU UNE BASE?

COMMENT DOSER UN ACIDE OU UNE BASE? COMMENT DOSER UN ACIDE OU UNE BASE? Un dosage se définit d une part par la technique mise en jeu (mesure phmétrique, conductimétrique, spectrophotométrique, etc.), d autre part, par la méthode (par étalonnage,

Plus en détail

Assistance à la navigation automobile par temps de brouillard

Assistance à la navigation automobile par temps de brouillard Assistane à la navigation automobile par temps de brouillard Niolas Hautière Rahid Belaroussi Jean-Philippe Tarel Laboratoire Exploitation Pereption Simulateurs et Simulations Université Paris-Est, INRETS-LCPC

Plus en détail