prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1"

Transcription

1 3- LE MONOOLE DISCRIMINANT Le monoole eut vendre ertaines unités de roduit à des rix différents. On arle de disrimination ar les rix. Selon une terminologie due à igou (The Eonomis of Welfare, 1920), on distingue trois tyes ou degrés de disrimination : rix ar onsommateur identiques différents rix ar identiques lassique 3 unité différents La disrimination au remier degré orresond à la disrimination arfaite : haque unité est vendue à un rix différent. Les rix sont différents à la fois selon les unités et selon les onsommateurs. - La disrimination au seond degré orresond au as où les différentes unités sont vendues à des rix différents, haque aheteur ayant la même somme our la même quantité. Il s agit ar exemle du système de remises quantitatives, ou enore du tarif binôme ou «non linéaire», omrenant une artie fixe (abonnement, droit d entrée) et une artie variable, roortionnelle à la onsommation. - La disrimination au troisième degré orresond à la segmentation du marhé selon le tye de lientèle : haque unité est vendue au même rix au même tye d aheteur, le rix variant selon le tye d aheteur. Exemles : rédutions aordées aux étudiants, ersonnes âgées, et., tarif jour/nuit de l életriité, alendrier «voyageurs» des transorts ferroviaires ou aériens. Les onditions qui ermettent au monoole de ratiquer une tarifiation disriminante sont les suivantes : imossibilité our un aheteur de revendre le bien («non transférabilité» des roduits), sinon les onsommateurs disosant des rix les lus bas ourraient onurrener le monoole dans l arovisionnement des autres ; information adéquate (f. tableau 1). Tableau 1 : disrimination et struture d information. disrimination struture d information... au remier degré - les demandes individuelles sont toutes onnues ; - le monoole eut attribuer à haque lient sa fontion de demande.... au deuxième degré - l existene de différentes demandes individuelles et leur formes sont onnues ; - le monoole ne eut attribuer à un lient sa fontion de demande (information asymétrique).... au troisième degré - le monoole eut segmenter le marhé ; - le monoole ne onnaît que les demandes globales des segments (et les demandes individuelles moyennes) ; - les demandes individuelles ne sont as onnues. Le monoole lassique ne disose d auune information ermettant de disriminer : il ne onnaît que la demande globale (éventuellement, moyenne) du marhé. L intérêt de la disrimination est qu elle ermet au roduteur d aroître son rofit en atant une artie du surlus des onsommateurs. 1- La segmentation du marhé : disrimination au troisième degré On suose que le monoole eut segmenter son marhé sur la base d informations exogènes (âge, sexe, statut étudiant/ersonne âgée/..., loalisation, iruit de distribution grande surfae/etit ommere/distributeur automatique). Il onnaît les demandes totales (ou moyennes) des segments, mais il ne onnaît as les demandes des individus. Le monoole maximise son rofit en fixant un rix adaté à haque segment. On suose, sans erte de généralité, qu il y a deux segments. On note D i () la demande du segment i, et C(Y) le oût total de rodution. Le roblème du monoole s érit : Max D + D C D + D 1, 2 ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

2 1.1- Rem : Il s agit d un as artiulier de monoole multiroduit, Ave des demandes indéendantes, et des quantités additives. On eut onsidérer la segmentation de deux oints de vue. 1. Soit on onsidère que le monoole vend deux biens différents (le bien vendu au segment 1 est différent du bien vendu au segment 2) : on onsidère le roblème omme elui d un monoole multiroduit. 2. Soit on onsidère que le monoole vend un bien, sur deux marhés différents : il y a segmentation et disrimination. our fixer les idées, renons le as de la segmentation géograhique : une entrerise vend un bien en deux endroits différents. On eut onsidérer le marhé du bien «sortie d usine» : deux fontions de demande s exriment, le monoole disrimine. On eut aussi onsidérer les biens «loalisés» : le monoole roduits deux biens, les biens disonibles en tel lieu, les biens disonibles en l autre lieu Mise en œuvre de la segmentation : deux résultats. our le monoole qui a segmenté son marhé, le oût marginal de rodution ne déend as du segment sur lequel la dernière unité est vendue : est la reette marginale qui déend du segment. Le monoole va don ommener ar vendre au segment qui lui roure la reette marginale la lus élevée. Les reettes marginales étant déroissantes, à artir d un ertain niveau de rodution, les reettes marginales sont devenues égales sur les deux segments. Le monoole est alors indifférent entre vendre au segment 1 et vendre au segment 2 : il va vendre de façon à onserver égales entre elles les reettes marginales des deux segments, jusqu'à e que leur niveau soit égal au oût marginal. D où les deux résultats : 1- Le monoole disriminant au troisième degré égalise entre elles les reettes marginales des segments. 2- Le monoole disriminant au troisième degré égalise les reettes marginales des segments au oût marginal de rodution. Ces deux résultats se démontrent de la façon suivante : On eut réérire le roblème du monoole en inversant les fontions de demande : Y1, Y2 ( ) + ( ) ( + ) Max Y Y Y Y C Y Y Les onditions de remier ordre ar raort à Y 1 et Y 2 donnent : d Y Y dy C ' Y + Y = 0 et d Y Y dy C ' Y + Y = 0 [ ( ) ] ( ) ( ) soit : Rm 1 = m = Rm 2. [ ] ( ) Le rôle des élastiités-rix : un troisième résultat. Comme le monoole lassique, le monoole disriminant fixe, sur haque segment, un rix d autant lus élevé que l élastiité rix est faible en valeur absolue : le rix sera lus élevé sur le segment où les onsommateurs sont le moins «sensible» au rix. Rmi = ( 1 1 ε Di ) i i = 1 + Cm Rmi = Cm 1 Di 1 (f. haitre sur le monoole lassique). ε Rem : l élément ruial our l intérêt de la disrimination au troisième degré, est l élastiité-rix des demandes des segments. Si les segments identifiés ar le monoole ont des demandes ayant les mêmes élastiités-rix, les rix seront égaux sur les segments, e qui rend la disrimination inutile (on retrouve le rix du monoole lassique). Le monoole doit don trouver une information qui isole des segments demandes ayant des élastiités-rix différentes. 2

3 1.4- Rerésentation grahique : 1- On rerésente les demandes et reettes marginales des segments, sur les deux remiers grahiques. 2- On onstruit la ourbe des reettes marginales égalisées : ette ourbe indique ave quel niveau de rodution l entrerise eut atteindre un niveau donné de reette marginale. Une reette marginale 1 est atteinte en vendant une unité sur le segment 1. Des niveaux de reette marginale omris entre 1 et ne euvent être atteints qu en vendant sur le segment 1 : la ourbe de reettes marginales égalisées orresond à Rm 1. Des niveaux de reette marginale lus faibles, inférieurs à, tels que Rm*, euvent être atteint en vendant simultanément sur les deux segments : la ourbe de reettes marginales égalisées montre ainsi la somme des ventes sur haque segment. 3- On rerésente le oût marginal sur le troisième grahique. La rodution otimale égalise le oût marginal aux reettes marginales égalisées, en un niveau égal à Rm*. 4- On reorte sur haun des segments e niveau de reette marginale, our en déduire la rodution vendue sur le segment, ainsi que le rix de vente. La demande du segment 1 est moins sensible au rix que elle du segment 2 : le rix y est lus élevé * Rm* * Rm* Rm 1 Rm 2 Y 1 Rm* Y 2 Rm 1 m Reettes marginales égalisées Y Segment 1 Segment 2 marhé Monoole disriminant au 3 ème degré : la segmentation 1 N.B. : la ourbe des «reettes marginales égalisées» n est as la même que la ourbe de «reette marginale totale», déduite de la demande totale obtenue en additionnant les demandes des segments. RmT Demande totale DT = + Le grahique i-ontre montre la demande totale et la reette marginale orresondante, obtenue sous les mêmes hyothèses que le grahique réédent. La ourbe de demande totale est «oudée» : la reette marginale totale est disontinue. Rm 1 Y Y 1 «Reette marginale totale» du monoole 1.5- Faut-il imoser un rix unique au monoole disriminant? Les ouvoirs ublis euvent rendre le ontrôle du monoole... Ou simlement interdire la disrimination. Alors, le monoole se omorte omme un monoole lassique. Deux éléments de réonse : 1- Il est lair que la disrimination a des effets redistributifs. En effet, un rix unique serait un rix moyen. La disrimination avantage ertains onsommateurs (eux qui ont une forte élastiité-rix, uisque le rix disriminatoire est lus faible), et désavantage les autres. Ceux qui réfèrent le rix unique sont don eux qui ont une faible élastiité-rix. 2- Les effets redistributifs euvent aller dans le sens de lus d égalité, si les «auvres» ont une élastiité-rix suérieure à elle des «rihes». Dans e as, les «auvres» bénéfiient du rix le lus bas. 3

4 2- Les demandes individuelles sont onnues : disrimination arfaite et disrimination au seond degré 2.1- La disrimination arfaite : On suose que le monoole onnaît les fontions de demande individuelles. Il eut vendre haque unité au rix maximum qu un onsommateur est rêt à ayer, qui orresond à la disosition marginale à ayer. Le monoole roduit la quantité qui égalise le oût marginal à la reette marginale. Or la reette marginale est égale à la disosition marginale à ayer, don au «rix de demande». C est la différene riniale ave le monoole lassique, dont la reette marginale est inférieure (elle est rerésentée ar la droite RmC sur la figure). Contrairement au monoole lassique, le monoole disriminant arfaitement vend une unité sulémentaire à un rix différent de toutes les autres, il n a as besoin de baisser le rix de toutes les unités vendues our en éouler une de lus. Ainsi, le monoole disriminant arfaitement roduit la quantité qui égalise le oût marginal au rix (oint D sur la figure). rix, oûts max gamme des rix min C Y C RmC m rix de demande quantité Equilibre du marhé en monoole : disrimination arfaite Y Le monoole disriminant arfaitement roduit don la même quantité que des entrerises en onurrene arfaite ayant le même oût marginal agrégé. La différene fondamentale est qu en onurrene arfaite, il n y a qu un seul rix d équilibre : toutes les «unités» roduites sont vendues au même rix. Le monoole disriminant arfaitement vend haque unité à un rix différent : la gamme des rix s étend du rix maximum que les onsommateurs sont rêts à ayer au rix minimum, égal au oût marginal (rix d équilibre en onurrene arfaite). Il en résulte que le monoole s arorie tout le surlus des onsommateurs Le tarif binôme : a- résentation : Le tarif binôme omrend une artie fixe, A, et une artie variable, roortionnelle à la onsommation, Y. Les deux aratéristiques du tarif sont don A et. C est un tarif individuel, aquitté ar haque onsommateur : désigne le rix «marginal» d une unité, Y désigne la quantité onsommée ar un onsommateur. La artie fixe, A, n est ayée ar le onsommateur que s il déide d entrer sur le marhé. On note T(Y) la déense totale. Chaque onsommateur aie don : T(Y) = A + Y si Y > 0 T(0) = 0. our qu un onsommateur aete de onsommer une quantité ositive, la déense doit être inférieure ou égal à sa disosition totale à ayer. Le onsommateur onsomme la quantité qui égalise sa disosition marginale à ayer au rix marginal. Alors, A doit être inférieur ou égal au surlus du onsommateur. Il est don indisensable, our déterminer un tarif binôme, de onnaître les fontions de demande individuelles. Le tarif binôme est un as simle de tarif non-linéaire (NB : il est affine, alors que, ar exemle, le tarif roosé ar le monoole lassique, Y, est linéaire). On eut l interréter de lusieurs façons, ar exemle : La artie fixe rerésente un abonnement, un droit d entrée, la artie variable onstitue la faturation à la quantité onsommée (f. fature de téléhone, d életriité, abonnement à un inéma donnant droit à des laes à tarif réduit,...). Le tarif binôme onstitue un tarif dégressif, un système de remises quantitatives. En effet, le rix unitaire T Y Y = + A Y. Il déroît ave la quantité onsommée. effetif est : ( ) b- L utilisation d un tarif binôme our la disrimination arfaite : On suose qu il y a n onsommateurs otentiels. On note D i () la demande individuelle (réiroque de la disosition marginale à ayer). Le monoole eut s arorier le surlus des onsommateurs au moyen d un tarif binôme. our qu ils aetent de onsommer, la artie fixe du tarif doit être au lus égale au surlus individuel, noté S i (). 4

5 Le monoole maximise son rofit : Π = T i (Y i ) C(Y i ) sous les ontraintes : Y i = D i ( i ) et A i S i ( i ). ave : T i (Y i ) = A i + i Y i hoix des A i : à rix donnés, le rofit augmente ave A i, don le monoole doit fixer les A i au niveau le lus élevé ossible : A i = S i ( i ). La artie fixe du tarif ermet au monoole de s arorier le surlus de haque onsommateur hoix des i : omme le monoole s arorie tout le surlus des onsommateurs, il obtient un surlus égal au surlus olletif. our le maximiser, il doit don fixer un rix marginal égal au oût marginal. La ondition de dsi remier ordre ar raort au rix donne : + D i i'( i ) + Di ( i ) C' Di '( i ) = 0. Or : ds i /d i = D i ( i ), et C di désigne le oût marginal (m). En divisant ar D i ( i ), on obtient : i = m. rix, oûts max *=m A* Y* m rix de demande quantité Disrimination arfaite ave tarif binôme Le monoole roduit don une quantité telle que la disosition marginale à ayer,, est égale au oût marginal. C est la même quantité qu à l équilibre de onurrene arfaite. Ainsi le surlus olletif est maximum. Mais grâe à la artie fixe du tarif, le monoole disriminant arfaitement s arorie la totalité du surlus des onsommateurs. Conlusion : un monoole qui eut disriminer arfaitement, are qu il disose de l information adéquate, ate le surlus total des onsommateurs. Un tarif binôme eut être utilisé à ette fin. Le rix marginal est le même our tous les onsommateurs, égal au oût marginal ; le forfait est adaté à haque lient, égal à son surlus La disrimination au seond degré : onsommateurs hétérogènes et information asymétrique our ouvoir aliquer un tarif binôme, le monoole doit onnaître la forme des demandes individuelles (sinon, il ne ourrait as déterminer A). Dans le as où le monoole eut en outre attribuer les demandes individuelles aux individus ('est-à-dire segmenter arfaitement, de façon à garder un seul lient ar segment), il eut disriminer arfaitement, au moyen d un tarif binôme. On suose maintenant que le monoole onnaît les fontions de demande individuelles, MAIS qu il ne eut as différenier a riori les onsommateurs (il ne eut as segmenter). Le monoole roose alors différents tarifs, qui doivent initer les onsommateurs à révéler leurs aratéristiques. a- Un seul tarif : tarifiation ave exlusion ou sans exlusion de ertains onsommateurs. Le tarif binôme a un aratère séletif : il ermet d éarter du marhé les onsommateurs ayant un surlus inférieur à A. Suosons qu il existe deux tyes de onsommateurs : les «gros» onsommateurs (tye 1) et les «etits onsommateurs» (tye 2), les remiers ayant une demande suérieure à elle des deuxième (d où les dénominations!) :, () (). On suose que le monoole onnaît le nombre de onsommateurs de haque tye, n 1 et n 2, et la demande individuelle de haque tye de onsommateurs, mais qu il lui est imossible de les distinguer a riori. Suosons en outre que le monoole alique à haque individu i le même tarif binôme : T(Y i ) = A + Y i. En effet, le manque d information emêhe le monoole d individualiser les tarifs. S il roose les deux tarifs (A 1, ) et (A 2, ) où est égal au oût marginal, qui seraient otimaux en as de disrimination arfaite, alors, ii, tous les onsommateurs hoisissent le tarif (A 2, ) qui omorte la artie fixe la lus faible. Le monoole alique don le même tarif à tous. A quels niveaux fixer A et? Le monoole eut hoisir la artie fixe de façon à laisser tout le monde entrer sur le marhé, ou de façon à exlure une artie des onsommateurs : tarifiation sans exlusion : le droit d entrée A est fixé au niveau du surlus des etits onsommateurs, de sorte que tous aetent de le ayer. tarifiation ave exlusion : le droit d entrée A est fixé au niveau du surlus des gros onsommateurs, de sorte que les etits refusent de le ayer, et sont exlus du marhé. A riori, il est diffiile de déterminer s il est lus rofitable d exlure ou non. Le résultat déend à la fois du nombre de onsommateurs de haque tye, et de la différene entre les fontions de demande individuelle. ar exemle, si les gros onsommateurs sont à la fois beauou lus nombreux et beauou lus gros que les etits onsommateurs, il eut être 5

6 rentable d exlure es derniers : le droit d entrée sera lus élevé, e qui omensera la erte d un ertain nombre, au demeurant eu élevé, de lients. Inversement, si les etits onsommateurs sont très nombreux, mieux vaut ne as les exlure mieux vaut d autant moins les exlure que les gros ne sont as beauou lus gros. our simlifier l étude de la mise en œuvre du tarif, on suose que le oût unitaire est onstant et vaut. La tarifiation ave exlusion imlique que le monoole n a lus qu un seul tye de lients. Son rofit s érit : Π = n T Y n Y n S + D. On retrouve alors le as de disrimination arfaite : le rix otimal est ( ) [ ]. = ( ) ( ) ( ) égal au oût marginal,. A l otimum, le rofit rovient uniquement des droits d entrée, au travers desquels le Π* = n S monoole s arorie les surlus des onsommateurs : ( ) 1 1. La tarifiation sans exlusion donne lieu à un rix otimal * suérieur au oût marginal. En effet, le rofit du Π = n T Y + n T Y n Y + n Y n + n S + n D + n D. La ondition de [ ] monoole s érit : 1 ( 1) 2 ( 2 ) ( ) = ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) remier ordre, ar raort à donne : ( ) ( ) ( ) ( ) ( )[ ( ) ( ) ] [ D1 ( ) D2 ( ) ] dπ d = 0 n + n D + n D + n D + n D ' + n D ' = 0. D où : = + n2 1 D n 2 D ' + 1 '. Le seond terme est ositif, don >. Le rix otimal est d autant lus élevé au-dessus du oût marginal que : la roortion de etits onsommateurs est faible : n 2 /n 1 la différene entre gros et etits est grande : K 2 1 H 2 H 1 B 2 B 1 y 2 y 1 etit onsommateur Gros onsommateur Disrimination au seond degré ave tarif binôme K 2 H 2 K 1 La figure i-ontre illustre l intérêt our le monoole de ratiquer un rix suérieur au oût marginal. (f. W. Oi, A Disneyland dilemma : two-art tariffs for a Mikey Mouse Monooly, QJE 85-1, February 1971). Si =, le rofit du monoole rovient uniquement des droits d entrée. our haque onsommateur, etit ou gros, le rofit réalisé est rerésenté ar l aire du triangle H 2. Le monoole s arorie tout le surlus du etit onsommateur, mais laisse au gros onsommateur une artie de surlus rerésentée ar l aire du quadrilatère H 2 H 1 1. En fixant >, le monoole diminue le droit d entrée à un montant rerésenté ar le triangle K 2. Ainsi, le rofit réalisé sur droits d entrée diminue. Mais le rofit sur les quantités vendues augmente, de ar unité, soit d un montant rerésenté ar le retangle K 2 B 2 our le etit onsommateur, et K 1 B 1 our le gros onsommateur. Globalement, le rofit réalisé grâe au etit onsommateur diminue d un montant rerésenté ar la surfae du triangle hahuré K 2 B 2 H 2, tandis que le rofit réalisé grâe au gros onsommateur augmente d un montant rerésenté ar la surfae du traèze hahuré K 2 H 2 B 1 K 1. etit onsommateur gros onsommateur = > = > droits d entrée H 2 K 2 H 2 K 2 ventes - K 2 B 2 - K 1 B 1 total H 2 K 2 B 2 H 2 K 2 K 1 B 1 Variation du rofit K 2 B 2 H 2 + K 2 H 2 B 1 K 1 L intérêt de fixer > déend du nombre de onsommateurs de haque tye. S il existe un onsommateur de haque tye, le rofit est lus élevé ave >, uisque la surfae du triangle hahuré est inférieure à la surfae du traèze hahuré. Il faut fixer le rix au niveau qui maximise la différene entre les surfaes. Si les onsommateurs de haque tye sont en nombres différents, il faut ondérer les surfaes ar le nombre de onsommateurs. A nombre de 6

7 onsommateurs donné, le monoole fixe un rix d autant lus élevé au-dessus oût marginal que les gros onsommateurs sont gros relativement aux etits. b- Tarifs otionnels et autoséletion des onsommateurs. Contrairement à e qui a été suosé dans le aragrahe réédent, le monoole eut affiher lusieurs tarifs et laisser les onsommateurs hoisir elui qu ils réfèrent. déense A 3 A 1 T 3 T 1 T 2 Le monoole roose trois tarifs, (A 1, 1 ), (A 2, ), (A 3, 3 ) tels que : A 3 > A 1 > A 2 1 < < 3 Le tarif 2 est elui qui revient le moins her our les onsommateurs qui onsomment relativement eu. Le tarif 1 est hoisi ar les relativement gros onsommateurs. Le tarif 3 n est jamais hoisi. A 2 Y Tarifs otionnels Suosons, omme réédemment, qu il existe deux tyes de onsommateurs, les «gros» onsommateurs (tye 1) et les «etits onsommateurs» (tye 2) :, () (). Le monoole affihe deux tarifs, (A 1, 1 ) et (A 2, ). our que es tarifs soient hoisis resetivement ar les onsommateurs de tye 1 et les onsommateurs de tye 2, ils doivent vérifier : S i ( i ) A i 0 (ontrainte «de artiiation», ou «de rationalité individuelle) :le surlus net des onsommateurs doit être ositif s ils hoisissent «leur» tarif ; S i ( i ) A i S i ( h ) A h (ontrainte «d autoséletion») : le surlus net des onsommateurs doit être lus élevé quand ils hoisissent «leur» tarif lutôt que l autre. 1 S 2 ( ) S 1 ( ) A 2 A 1 1 Choix des forfaits On a bien A 1 > A 2 et 1 <. Y Choisir A 1 et A 2 à rix donnés. A rix donnés, le monoole hoisit A 1 et A 2 les lus élevés ossible (sahant que > 1 et A 1 < A 2 ) A donné, rendre A 2 = S 2 ( ). Le monoole ate tout le surlus des etits onsommateurs. 1 < (f. grahique i-dessus) : hoisir A 1 tel que les ontraintes d autoséletion soient vérifiées : i. emêher les etits de hoisir T 1 : S 2 ( ) A 2 S 2 ( 1 ) A 1 soit A 1 > S 2 ( 1 ). ii. initer les gros à hoisir T 1 : S 1 ( 1 ) A 1 S 1 ( ) A 2 soit, à la limite, A 1 = S 1 ( 1 ) S 1 ( ) + A 2 (noter que la ontrainte de artiiation est automatiquement vérifiée : S 1 ( ) A 2 = S 1 ( ) S 2 ( ) > 0 S 1 ( 1 ) A 1 > 0). Choisir 1 et. Maximiser le rofit : ( ) ( ) ( ) [ ] ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) Π = n S S + S + n S + n D + n D =. Le monoole a intérêt à fixer un rix marginal le lus bas ossible our les onsommateurs de tye 1, uisque tout aroissement de surlus de es onsommateurs est réuéré via le forfait. n [ D ( ) D ( ) ] 2 = +. Le rix marginal des etits onsommateurs est suérieur à. (NB : il se n D ' 2 2 eut que e rix soit suérieur à ; alors une tarifiation ave exlusion est référable au tarif otionnel). 7

8 - Que hoisir : tarif ave exlusion, tarif sans exlusion ou tarifs otionnels? Le rofit du monoole, our haque tye de onsommateur, est rerésenté ar les surfaes à hahures vertiales. 1 A SE A SE ( ( SE )Y 1 SE )Y 2 ot ot SE SE y 2 y 1 etit onsommateur Gros onsommateur tarifiation sans exlusion 1 A 2 ( ot )Y 2 A 1 Dans la mesure où ot > SE >, le tarif otionnel ermet un aroissement du rofit grâe au gros onsommateur, mais imlique une baisse du rofit sur les déenses du etit onsommateur. ot ot SE SE y 2 y 1 etit onsommateur Gros onsommateur Tarifs otionnels : (A 2, ot ) ou (A 1, 0) 1 A 1 ot ot SE SE y 2 y 1 etit onsommateur Gros onsommateur Tarifiation ave exlusion Selon la différene entre les onsommateurs des deux tyes et selon le nombre de onsommateurs : tarifs otionnels tarifiation sans exlusion tarifiation ave exlusion. tarifiation ave exlusion tarifs otionnels tarifiation sans exlusion. 8

9 Conlusion sur la disrimination au deuxième degré : La situation du monoole que nous avons étudiée ii est artiulière en e sens que l information y est asymétrique. En effet, le monoole ignore le tye de onsommateur auquel il fait fae, tandis que le onsommateur onnaît son tye. Le tarif binôme que nous avons résenté ermet de résoudre e roblème : est un méanisme qui, si la artie fixe est suffisamment élevée, inite les onsommateurs à révéler leur tye (ii : etit ou gros) ; en résentant deux tarifs otionnels, le monoole a réussi à séarer les onsommateurs de haque tye (on dit que l équilibre est «séarateur» ; si le monoole ne réussit as, on dit que l équilibre est «mélangeant»). L asymétrie d information est un hénomène réandu, qui eut oser au roduteur le roblème de la onetion d un tarif adaté à haque tye de lient (théorie des ontrats). Imaginons une omagnie d assurane automobile, et deux tyes d assurés otentiels : les «fous du volant», qui ont un risque d aident élevé (qualifiés de mauvais risques), et les «rudents» qui ont un risque d aident faible (qualifiés de bons risques). Il se ose à la omagnie d assurane un roblème d antiséletion («adverse seletion») : si les ontrats d assurane sont fondés sur le taux moyen d aident, les bons risques ne s assureront as (rimes tro élevées ar exemle), seuls les mauvais risques s assureront. La omagnie d assurane fera raidement faillite. Elle eut résoudre e roblème en basant les ontrats sur des signaux exogènes (uissane du véhiule, âge du ermis de onduire, région géograhique, kilométrage arouru...), qui ermettent éventuellement de sérier les risques. Elle eut également tenter de onevoir des tarifs qui initent les assurés à révéler leur tye (franhises, bonus/malus). Le tarif binôme ermet au monoole de ater une artie du surlus des onsommateurs quand la disrimination arfaite est imossible. L hyothèse de «non tranférabilité» des roduits est imortante. Si un onsommateur eut revendre des biens à tous les autres, il est le seul à ayer la artie fixe du tarif... et ela fore le roduteur à adoter un tarif linéaire. 3- Conlusion : quelle tarifiation un monoole adote-t-il? Le monoole onnaît les fontions de demande individuelles oui Le monoole eut segmenter le marhé oui non non Disrimination arfaite un tarif binôme ar onsommateur Le monoole eut segmenter le marhé oui non Disrimination au 2 ème degré tarif binôme ave ou sans exlusion tarifs binômes otionnels Monoole lassique Disrimination au 3 ème degré un rix (uniforme) ar segment Le monoole onnaît les fontions Le monoole eut segmenter le marhé de demande individuelles oui non oui Disrimination arfaite un tarif binôme ar onsommateur Disrimination au 2 ème degré tarif binôme ave ou sans exlusion tarifs binômes otionnels non Disrimination au 3 ème degré un rix (uniforme) ar segment Monoole lassique Les situations de monoole au sens strit sont rares, mais de nombreuses entrerises disosent d un ertain ouvoir de marhé, are qu elles roosent un roduit relativement singulier. Dès lors, la disrimination ar les rix devient ossible. 9

Des familles de deux enfants

Des familles de deux enfants Des familles de deux enfants Claudine Schwartz, IREM de Grenoble Professeur, Université Joseh Fourier Les questions et sont osées dans le dernier numéro de «Pour la Science» (n 336, octobre 2005, article

Plus en détail

Module : réponse d un système linéaire

Module : réponse d un système linéaire BSEL - Physique aliquée Module : réonse d un système linéaire Diaoramas () : diagrammes de Bode, réonse Résumé de cours - Caractérisation d un système hysique - Calcul de la réonse our une entrée donnée

Plus en détail

Accès optiques : la nouvelle montée en débit

Accès optiques : la nouvelle montée en débit Internet FTR&D Dossier du mois d'octobre 2005 Accès otiques : la nouvelle montée en débit Dans le domaine du haut débit, les accès en France sont our le moment très majoritairement basés sur les technologies

Plus en détail

dénombrement, loi binomiale

dénombrement, loi binomiale dénombrement, loi binomiale Table des matières I) Introduction au dénombrement 1 1. Problème ouvert....................................... 2 2. Jeux et dénombrements...................................

Plus en détail

Bois. P.21 Bois-béton à Paris. Carrefour du Bois. Saturateurs. Usinage fenêtres. Bardages P.25 P.34 P.31 P.37. La revue de l activité Bois en France

Bois. P.21 Bois-béton à Paris. Carrefour du Bois. Saturateurs. Usinage fenêtres. Bardages P.25 P.34 P.31 P.37. La revue de l activité Bois en France CMP Bois n 19-12 avril - mai 2010 P.25 Carrefour du Bois P.34 cm La revue de l activité Bois en France Bois Saturateurs P.31 Usinage fenêtres P.37 Bardages Tout our l usinage du bois massif. Tout d un

Plus en détail

Module 6: Chaînes de Markov à temps discret

Module 6: Chaînes de Markov à temps discret Module 6: Chaînes de Markov à tems discret Patrick Thiran 1 Définition Un rocessus stochastique est dit markovien (d ordre 1) si l évolution future du rocessus ne déend que de sa valeur actuelle et non

Plus en détail

S2I 1. quartz circuit de commande. Figure 1. Engrenage

S2I 1. quartz circuit de commande. Figure 1. Engrenage TSI 4 heures Calculatrices autorisées 214 S2I 1 L essor de l électronique nomade s accomagne d un besoin accru de sources d énergies miniaturisées. Les contraintes imosées à ces objets nomades sont multiles

Plus en détail

H + 0.5O H O + 286860 kj. CH + 2O CO + 2 H O + 892520 kj. 4 2 2 2 vap. 4 2 2 2 liq. CH + 5O 3CO + 4HO + 2224640 kj. 3 8 2 2 2 vap.

H + 0.5O H O + 286860 kj. CH + 2O CO + 2 H O + 892520 kj. 4 2 2 2 vap. 4 2 2 2 liq. CH + 5O 3CO + 4HO + 2224640 kj. 3 8 2 2 2 vap. CHAPIRE III : LES BILANS D'ENERGIE 1. Les chaleurs de réaction La combustion est la réaction exothermique des éléments constituant les combustibles avec de l'oxygène ris dans l'air, dans le but de roduire

Plus en détail

Sous le feu des questions

Sous le feu des questions ARTICLE PRINCIPAL Assureurs Protection juridique Sous le feu des questions Comment les assureurs Protection juridique vont-ils désormais romouvoir leurs roduits? Seraient-ils artisans d une assurance Protection

Plus en détail

Notions générales d acoustique (Deuxième version)

Notions générales d acoustique (Deuxième version) Coriandre Vilain le 8 mars 1 ICP-INPG 46, av. Felix Viallet 3831 Grenoble cedex 1 tel : 4-76-57-47-13 email : cvilain@ic.ing.fr Notions générales d acoustique (Deuxième version) Notations : Les vecteurs

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation Mathématiques e Livret de orrigés Rédation : Niole Cantelou Sophie Huvey Hélène Leoq Fabienne Meille Françoise Raynier Philippe Nadeau Jean-Denis Poignet Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER 1. Euclide, relation de Bézout, gcd Exercice 1. [DKM94,.14] Montrer que 6 n 3 n our tout entier n ositif. Exercice 2. [DKM94,.15]

Plus en détail

Y A T-IL UN SACRIFICE À ÊTRE ÉTHIQUE? UNE ÉTUDE DE PERFORMANCE DES FONDS SOCIALEMENT RESPONSABLES AMÉRICAINS

Y A T-IL UN SACRIFICE À ÊTRE ÉTHIQUE? UNE ÉTUDE DE PERFORMANCE DES FONDS SOCIALEMENT RESPONSABLES AMÉRICAINS Y A T-IL UN SACRIFICE À ÊTRE ÉTHIQUE? UNE ÉTUDE DE PERFORMANCE DES FONDS SOCIALEMENT RESPONSABLES AMÉRICAINS Radu Burlacu, Isabelle Girerd-Potin, Denis Duré ESA CERAG Université Grenoble 2 Mars 2003 Résumé

Plus en détail

Les marchés du crédit dans les PVD

Les marchés du crédit dans les PVD Les marchés du crédit dans les PVD 1. Introduction Partout, les marchés du crédit sont au centre de la caacité des économies à croître, uisqu ils financent l investissement. Le Taleau 1 montre ar exemle

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Un modèle de composition automatique et distribuée de services web par planification

Un modèle de composition automatique et distribuée de services web par planification Un modèle de comosition automatique et distribuée de services web ar lanification Damien Pellier * Humbert Fiorino ** * Centre de Recherche en Informatique de Paris 5 Université Paris Descartes 45, rue

Plus en détail

Santé et hygiène bucco-dentaire des salariés de la RATP

Santé et hygiène bucco-dentaire des salariés de la RATP Santé et hygiène bucco-dentaire des salariés de la RATP Percetion des salariés et examen clinique du raticien Période 2006-2009 14 juin 2012 Dominique MANE-VALETTE, Docteur en Chirurgie dentaire dominique.mane-valette@rat.fr

Plus en détail

DIVERSIFICATION DES ACTIVITES ET PRIVATISATION DES ENTREPRISES DE CHEMIN DE FER : ENSEIGNEMENTS DES EXEMPLES JAPONAIS

DIVERSIFICATION DES ACTIVITES ET PRIVATISATION DES ENTREPRISES DE CHEMIN DE FER : ENSEIGNEMENTS DES EXEMPLES JAPONAIS Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Laboratoire Paris-Jourdan Sciences Economiques DIVERSIFICATION DES ACTIVITES ET PRIVATISATION DES ENTREPRISES DE CHEMIN DE FER : ENSEIGNEMENTS DES EXEMPLES JAPONAIS

Plus en détail

ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE 2.

ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE 2. Lycée Louis ARMAND : 45 4 8 8 73 Bd de Strasbourg : 48 73 63 5 ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE. Asservissement de vitesse et de coule d'une machine à courant continu. Objectif Connaître les rincies

Plus en détail

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques).

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques). CHAINE DE TRANSMISSION Nous avons une information que nous voulons transmettre (signal, images, sons ). Nous avons besoin d une chaîne de transmission comosée de trois éléments rinciaux : 1. L émetteur

Plus en détail

Moyennes de fonctions arithmétiques de formes binaires

Moyennes de fonctions arithmétiques de formes binaires Mathematika 58 2012 290 304 Moyennes de fonctions arithmétiques de formes binaires R de la Bretèche & G Tenenbaum Abstract Extending classical results of Nair and Tenenbaum we rovide general shar uer bounds

Plus en détail

Découvrez les bâtiments* modulaires démontables

Découvrez les bâtiments* modulaires démontables Découvrez les bâtiments* modulaires démontables w Industrie w Distribution * le terme «bâtiment» est utilisé our la bonne comréhension de l activité de Locabri. Il s agit de structures modulaires démontables

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

PUBLICATIONS L OBSERVATOIRE D E L É C O N O M I E S O C I A L E E T S O L I D A I R E L Économie Sociale et Solidaire est multiforme,

PUBLICATIONS L OBSERVATOIRE D E L É C O N O M I E S O C I A L E E T S O L I D A I R E L Économie Sociale et Solidaire est multiforme, L Économie Sociale et Solidaire est multiforme, et rofondément ancrée dans son territoire. C est ourquoi le travail réalisé ar le laboratoire Carta, Unité mixte du CNRS et de l Université d Angers a retenu

Plus en détail

Existe-t-il un univers de benchmarks pour les Hedge Funds? Kamel. Cahier du FARGO n 1110701 Juillet 2011

Existe-t-il un univers de benchmarks pour les Hedge Funds? Kamel. Cahier du FARGO n 1110701 Juillet 2011 Existe-t-il un univers de benchmarks our les Hedge Funds? Kamel LAARADH Maître de conférences en sciences de gestion Université de Bourgogne FARGO - Centre de recherche en Finance, ARchitecture et Gouvernance

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

Économétrie des Marchés Financiers - Stratégies d'investissement

Économétrie des Marchés Financiers - Stratégies d'investissement Économétrie des Marchés Financiers - Stratégies d'investissement 1 Utilité esérée L'utilité est censée mesurer la satisfaction de l agent, fonction d'un revenu aléatoire Agent risquohobe: réfère un revenu

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas!

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas! X-infos L ATUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014 Édito Tous a vos agendas! La soiété SPL-Xdemat s apprête à vivre pour la première fois de sa jeune existene, les életions muniipales. Et ompte tenu du

Plus en détail

Xavier Renoux / Région Picardie. Développement culturel. Règlement d intervention

Xavier Renoux / Région Picardie. Développement culturel. Règlement d intervention Xavier Renoux / Région Picardie Déveloement culturel Règlement d intervention Adoté ar délibération du Conseil régional de Picardie du 29 mars 2013 Sommaire 2 Proos liminaires CONDITIONS GENERALES D INSTRUCTION

Plus en détail

NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information. Juin 2009. «La virtualisation» CNAM Lille. Auditeur BAULE.L 1

NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information. Juin 2009. «La virtualisation» CNAM Lille. Auditeur BAULE.L 1 Juin 2009 NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information CNAM Lille «La virtualisation» Auditeur BAULE.L 1 Plan INTRODUCTION I. PRINCIPES DE LA VIRTUALISATION II. DIFFÉRENTES TECHNIQUES

Plus en détail

REGIE DES EAUX DU CANAL BELLETRUD. Demande d'installation ou de Réhabilitation d'un dispositif d'assainissement Non Collectif

REGIE DES EAUX DU CANAL BELLETRUD. Demande d'installation ou de Réhabilitation d'un dispositif d'assainissement Non Collectif Demande d'installation ou de Réhabilitation d'un disositif d'assainissement Non Collectif Les renseignements demandés dans ce document ermettront au Service Public d'assainissement Non Collectif de donner

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

TRACTEURS PORTE-OUTILS Systèmes de travail polyvalents

TRACTEURS PORTE-OUTILS Systèmes de travail polyvalents Technologie Tre Emme Srl une société du Groue Merlo 3M RANGE - R TRACTEURS ORTE-OUTILS Systèmes de travail olyvalents Constructeur de confiance. orte-outils Série B quand le travail se fait dur. our ceux

Plus en détail

TP : Outils de simulation. March 13, 2015

TP : Outils de simulation. March 13, 2015 TP : Outils de simulation March 13, 2015 Chater 1 Initialisation Scilab Calculatrice matricielle Exercice 1. Système Unix Créer sous Unix un réertoire de travail outil_simulation dans votre home réertoire.

Plus en détail

Équilibres de phases de mélanges

Équilibres de phases de mélanges Équilibres de phases de mélanges Paternité - Pas d'utilisation Commeriale - Partage des Conditions Initiales à l'identique : http://reativeommons.org/lienses/by-n-sa/2.0/fr/ Table des matières Table des

Plus en détail

Procès - Verbal du Conseil Municipal Du lundi 15 décembre 2014

Procès - Verbal du Conseil Municipal Du lundi 15 décembre 2014 Procès - Verbal du Conseil Municial Du lundi 15 décembre 2014 Nombre de membres comosant le Conseil Municial : 15 Nombre de membres en exercice : 15 Nombre de Conseillers résents : 14 Nombre de Conseillers

Plus en détail

.NET remoting. Plan. Principes de.net Remoting

.NET remoting. Plan. Principes de.net Remoting Plan.NET remoting Clémentine Nebut LIRMM / Université de Montellier 2 de.net Remoting côté serveur côté client.net Remoting en ratique Les canaux de communication L'activation L'invocation Les aramètres

Plus en détail

Chambre Régionale de Métiers et de l Artisanat. Région Auvergne. Région Auvergne

Chambre Régionale de Métiers et de l Artisanat. Région Auvergne. Région Auvergne Chambre Régionale de Métiers et de l Artisanat L Artisanat en Auvergne, l Energie du Déveloement Région Auvergne Région Auvergne Edito Edito Valoriser la formation des jeunes et des actifs : un enjeu

Plus en détail

Compression scalable d'images vidéo par ondelettes 2D+t

Compression scalable d'images vidéo par ondelettes 2D+t Comression scalable d'images vidéo ar ondelettes 2D+t Madji Samia, Serir Amina et Ouanane Abdelhak Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene, Laboratoire de traitement d images et

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

«INVESTIR SUR LE MARCHE INERNATIONAL DES ACTIONS A-T-IL PLUS D EFFET SUR LA PERSISTANCE DE LA PERFORMANCE DES FONDS? ILLUSTRATION BRITANNIQUE»

«INVESTIR SUR LE MARCHE INERNATIONAL DES ACTIONS A-T-IL PLUS D EFFET SUR LA PERSISTANCE DE LA PERFORMANCE DES FONDS? ILLUSTRATION BRITANNIQUE» Manuscrit auteur, ublié dans "«COMPTABILITE ET ENVIRONNEMENT», France (007)" «INVESTIR SUR LE MARCHE INERNATIONAL DES ACTIONS A-T-IL PLUS D EFFET SUR LA PERSISTANCE DE LA PERFORMANCE DES FONDS? ILLUSTRATION

Plus en détail

VOIP. Pr MOUGHIT Mohamed m.moughit@gmail.com. Cours VOIP Pr MOUGHIT Mohamed 1

VOIP. Pr MOUGHIT Mohamed m.moughit@gmail.com. Cours VOIP Pr MOUGHIT Mohamed 1 VOIP Pr MOUGHIT Mohamed m.moughit@gmail.com Cours VOIP Pr MOUGHIT Mohamed 1 Connexion fixe, rédictible Connexion établie avant la numérotation user Centre de commutation La Radio est le suort imrédictible

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Philippe NERISSON Le 5 février 2009

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Philippe NERISSON Le 5 février 2009 THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré ar l Institut National Polytechnique de Toulouse Disciline ou sécialité : Dynamique des Fluides Présentée et soutenue ar Philie

Plus en détail

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieu Sommaire LE CONTRAT DE TRAVAIL...3 LA REMUNERATION : PAIEMENT AU CACHET, PAIEMENT

Plus en détail

CATALOGUE 2. Chaine avec attachements

CATALOGUE 2. Chaine avec attachements CAALGUE 2 Chaine avec attachements SUBAKI LES CAIES 2010 CAALGUE 2 CAIE AVEC AACEMES Anti-corrosion Classification Sériés de ye de SUBAKI Caractéristiques RUER BS Performance suérieure Général Chaînes

Plus en détail

LA CERTIFICATION DES ARMATURES

LA CERTIFICATION DES ARMATURES LA CERTIFICATION DES ARMATURES NF - Aciers our béton armé NF - Armatures AFCAB - Disositifs de raboutage ou d ancrage des armatures du béton AFCAB - Pose des armatures du béton LE CYCLE DES ARMATURES :

Plus en détail

Vous êtes un prestataire touristique dans les Monts de Guéret? L Office de Tourisme du Grand Guéret peut vous accompagner!

Vous êtes un prestataire touristique dans les Monts de Guéret? L Office de Tourisme du Grand Guéret peut vous accompagner! Le guide 2015 e u q i t s i r u o t e r i du artena Vous êtes un restataire touristique dans les Monts de Guéret? L Office de Tourisme du Grand Guéret eut vous accomagner! Qui sommes nous? 2 Edito Nouveau

Plus en détail

Commande prédictive des systèmes non linéaires dynamiques

Commande prédictive des systèmes non linéaires dynamiques Rébliqe Algérienne Démocratiqe et olaire Ministère de l Enseignement Sérier et de la Recherche Scientifiqe Université Molod Mammeri de Tizi-Ozo Faclté de Génie Electriqe et Informatiqe Déartement Atomatiqe

Plus en détail

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés NCCI : Calul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés Ce NCCI fournit les règles relatives au alul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés. Ces règles se ontentent de ouvrir la oneption et le alul

Plus en détail

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION - Février 2003 - ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION Centre d Information du Cuivre 30, avenue Messine 75008 Paris HOLISUD Ingénierie 21,

Plus en détail

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences Grilles des ompétenes Compétenes à développer de 8 à ans COMPÉTENCES DE 8 À ANS Les ompétenes en «aratères droits» sont à ertifier. (symbole en fin de ligne) Les ompétenes en «aratères italiques» sont

Plus en détail

Équations différentielles et systèmes dynamiques. M. Jean-Christophe Yoccoz, membre de l'institut (Académie des Sciences), professeur

Équations différentielles et systèmes dynamiques. M. Jean-Christophe Yoccoz, membre de l'institut (Académie des Sciences), professeur Équations différentielles et systèmes dynamiques M. Jean-Christophe Yooz, membre de l'institut (Aadémie des Sienes), professeur La leçon inaugurale de la haire a eu lieu le 28 avril 1997. Le ours a ensuite

Plus en détail

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale NCCI : Modèle de alul pour les pieds de poteaux artiulés Poteaux en I en Ce NCCI présente les règles permettant de déterminer soit la résistane de alul, soit les dimensions requises des plaques d'assise

Plus en détail

Catalogue 3 Chaine sur Mesure

Catalogue 3 Chaine sur Mesure Catalogue 3 Chaine sur Mesure SUBAKI Les Chaines 2009 CAALGUE 3 Classification chaine sur mesure sériés de chaîne ye de chaîne subaki Caractéristiques RUNNER BS Performance suérieure Général Chaînes à

Plus en détail

par R. de la Bretèche & T.D. Browning

par R. de la Bretèche & T.D. Browning LE PROBLÈME DES DIVISEURS POUR DES FORMES BINAIRES DE DEGRÉ 4 ar R. de la Bretèche & T.D. Browning À la mémoire affectueuse de George Greaves Résumé. Nous étudions l ordre moyen du nombre de diviseurs

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

Guide d utilisation (Version canadienne) Téléphone sans fil DECT 6.0/ avec répondeur et afficheur/ afficheur de l appel en attente CL83101/CL83201/

Guide d utilisation (Version canadienne) Téléphone sans fil DECT 6.0/ avec répondeur et afficheur/ afficheur de l appel en attente CL83101/CL83201/ Guide d utilisation (Version canadienne) Téléhone sans fil DECT 6.0/ avec réondeur et afficheur/ afficheur de l ael en attente CL83101/CL83201/ CL83301/CL83351/ CL83401/CL83451 Félicitations our votre

Plus en détail

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées Guide pratique L emploi des personnes handiapées Sommaire Guide pour les salariés p. 3 L'aès et le maintien dans l'emploi... 4 Les établissements et servies d aide par le travail (ÉSAT)... 10 Les entreprises

Plus en détail

Pollution et régulation économique : essai de modélisation d un marché de droits à polluer pour la maîtrise des émissions des ménages

Pollution et régulation économique : essai de modélisation d un marché de droits à polluer pour la maîtrise des émissions des ménages Colloqu intrnational franohon «dévlomnt durabl : débats t ontrovrss» 1 t 16 démbr 11 nivrsité Blais Pasal Clrmont-Frrand. Pollution t régulation éonomiqu : ssai d modélisation d un marhé d droits à ollur

Plus en détail

Votre dossier d adhésion

Votre dossier d adhésion MSH INTERNATIONAL pour le ompte Votre dossier d adhésion Vous avez besoin d aide pour ompléter votre dossier d adhésion? Contatez-nous au +33 (0)1 44 20 48 77. Adhérent Bulletin d adhésion Titre : Mademoiselle

Plus en détail

Manuel de l'utilisateur

Manuel de l'utilisateur 0 Manuel de l'utilisateur Mise en route... 4 Votre Rider 0... 4 Réinitialiser le Rider 0... 5 Accessoires... 5 Icônes d'état... 5 Connexion, synchro et chargement... 6 Allumer/éteindre le Rider 0... 6

Plus en détail

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension Juin 2001 La protetion différentielle dans les installations életriques basse tension Ce guide tehnique a pour objetif de mettre en évidene les prinipes de fontionnement des protetions différentielles

Plus en détail

ort L ORT, premier groupe juif d enseignement supérieur Éducation et formation REVUE ANNUELLE D ORT FRANCE ORT FRANCE DOSSIERS DE L ANNÉE ORT MONDIAL

ort L ORT, premier groupe juif d enseignement supérieur Éducation et formation REVUE ANNUELLE D ORT FRANCE ORT FRANCE DOSSIERS DE L ANNÉE ORT MONDIAL ort NUMÉRO 5 / ANNÉE 2007-2008 Éducation et formation REVUE ANNUELLE D ORT FRANCE ORT FRANCE L Éditorial de Marcel Bénichou, Président d Ort France «L intégration asse ar l éducation», un entretien avec

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

1 Introduction à l effet Doppler.

1 Introduction à l effet Doppler. Introdution à l effet Doppler Ph. Ribière ribierep@orange.fr Merredi 9 Novembre 2011 1 Introdution à l effet Doppler. Vous avez tous fait l expériene de l effet Doppler dans la rue, lorsqu une ambulane,

Plus en détail

physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction

physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction ministère de l éduation nationale physique - himie 3e Livret de orrigés Rédation Wilfrid Férial Jean Jandaly Ce ours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à e ours sont la propriété de

Plus en détail

Exemples de solutions acoustiques

Exemples de solutions acoustiques Exemples de solutions aoustiques RÉGLEMENTATON ACOUSTQUE 2000 Janvier 2014 solement aux bruits aériens intérieurs et niveau de bruit de ho Traitement aoustique des parties ommunes Bruits d équipements

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Multi cotations, information et concurrence entre marchés boursiers. Sarah Draus *

Multi cotations, information et concurrence entre marchés boursiers. Sarah Draus * ulti otations information et onurrene entre marhés boursiers Sarah Draus Septembre 007 Première version RESUE Ce papier présente un moèle où eu marhés boursiers ayant ifférents aès à l information otent

Plus en détail

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault 1 I. Introdution...3 II. Généralités...3 Caratéristiques ommunes aux deux phénomènes...3 La différene entre la phosphoresene et la

Plus en détail

«Nous vous aidons à actualiser vos compétences et à prévenir les litiges»

«Nous vous aidons à actualiser vos compétences et à prévenir les litiges» Formations Formations Formations Formations droit droit droit droit immobilier immobilier immobilier immobilier «Nous vous aidons à actualiser vos cométences et à révenir les litiges» Renseignements www.alveaformation-ifac.com

Plus en détail

PRÉSENTATION DU GROUPE TF1

PRÉSENTATION DU GROUPE TF1 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2008 SOMMAIRE 1 2 3 PRÉSENTATION DU GROUPE TF1 3 1.1 Attestation du resonsable du Document de référence 4 1.2 L équie dirigeante 5 1.3 Organigramme simlifi é 6 1.4 Faits marquants

Plus en détail

Documents et lieux de mémoire de la persécution et de la déportation des Juifs à Nîmes. Pistes d'intervention auprès des classes de 3e et de 1ère.

Documents et lieux de mémoire de la persécution et de la déportation des Juifs à Nîmes. Pistes d'intervention auprès des classes de 3e et de 1ère. Documents et lieux de mémoire de la ersécution et de la déortation des Juifs à Nîmes. Pistes d'intervention aurès des classes de 3e et de 1ère. L'enseignement du génocide des Juifs est inscrite à trois

Plus en détail

OFDM. Ce document est une brève introduction aux principes de l OFDM (Orthogonal Frequency Division Multiplexing) Mérouane Debbah*

OFDM. Ce document est une brève introduction aux principes de l OFDM (Orthogonal Frequency Division Multiplexing) Mérouane Debbah* FD Ce doument est une brève introdution aux prinipes de l FD rthogonal Frequeny Division ultiplexing érouane Debbah* *Chaire Alatel-uent en radio flexible, SUPEEC, 3 rue Joliot-Curie 992 GIF SUR YVETTE

Plus en détail

Séquence 7. Séance 1 Histoire Regards sur l Afrique. Un empire africain, l empire du Ghana (VIII e -XII e siècle)

Séquence 7. Séance 1 Histoire Regards sur l Afrique. Un empire africain, l empire du Ghana (VIII e -XII e siècle) Séquene 7 Séquene 7 Séane 1 Histoire Regards sur l Afrique Un empire afriain, l empire du Ghana (VIII e -XII e sièle) A Un Empire présent sur un vaste territoire Exerie 1 : Loaliser l Empire du Ghana en

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement valables onernant ma vie, mes périodes de souffrane, les derniers moments de mon existene et ma mort Institut interdisiplinaire

Plus en détail

Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99)

Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99) Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99) Visualisation de maillages 2D et 3D et de surfaes 3D sous X François JOUVE 1 1 Introdution xd3d est un outil graphique apable de visualiser des maillages bi et tridimensionnels,

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Nom ou raison soiale Adresse Code postal Ville

Plus en détail

demande! Bureaux de la CSST Vous désirez faire une Critères d exclusion Indemnisation des victimes d actes criminels

demande! Bureaux de la CSST Vous désirez faire une Critères d exclusion Indemnisation des victimes d actes criminels Ne eut être indemnisée ar le régime la ersonne qui : a contribué ar sa faute lourde (rovocation, négligence grossière, articiation à des activités illégales, c.) à ses blessures ou à son décès; donnant

Plus en détail

Revue des Sciences et de la Technologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 2014

Revue des Sciences et de la Technologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 2014 Revue des Sienes et de la Tehnologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 214 L impat d une Charge Fortement Capaitive Sur la Qualité du Filtrage d un FAP Contrôlé Par un Filtre Multi-Variable Hautement Séletif

Plus en détail

... toujours le bon outil pour votre machine! ENERGY SAVING. LE NOUVEL ACCESSOIRE DE kwb POUR LES MACHINES SANS FIL et filaires

... toujours le bon outil pour votre machine! ENERGY SAVING. LE NOUVEL ACCESSOIRE DE kwb POUR LES MACHINES SANS FIL et filaires ... toujours le bon outil our votre machine! LE NOUVEL ACCESSOIRE DE kwb POUR LES MACHINES SANS FIL et filaires ... toujours le bon outil our votre machine! LE NOUVEL ACCESSOIRE DE kwb POUR LES MACHINES

Plus en détail

4G2. Triangles et parallèles

4G2. Triangles et parallèles 4G2 Triangles et parallèles ST- QU TU T SOUVINS? 1) On te donne une droite (d) et un point n'appartenant pas à cette droite. vec une équerre et une règle non graduée, sais-tu construire la parallèle à

Plus en détail

P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1

P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1 Les instruments de la politique commerciale - tarifs: source de revenu et protection des industries nationales -pécifiques : montant fixe par unité de bien importé (exemple: 100 par voiture) -Ad-valorem:

Plus en détail

Intérêts. Administration Économique et Sociale. Mathématiques XA100M

Intérêts. Administration Économique et Sociale. Mathématiques XA100M Intérêts Administration Économique et Sociale Mathématiques XA100M 1. LA NOTION D INTÉRÊT 1.1. Définition. Définition 1. L intérêt est la rémunération d un prêt d argent effectué par un agent économique

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 RC Professionnelle by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Chapitre. Calculs financiers

Chapitre. Calculs financiers Chapitre Caluls finaniers 19 19-1 Avant d'effetuer des aluls finaniers 19-2 Caluls d'intérêts simples 19-3 Caluls d'intérêts omposés 19-4 Evaluation d'un investissement 19-5 Amortissement d'un emprunt

Plus en détail

Histoire - Géographie Éducation civique 3 e

Histoire - Géographie Éducation civique 3 e Histoire - Géographie Éduation ivique 3 e Livret de orrigés Rédation : Olivier Cernigoj (Histoire) Gaëlle Marion-Saussay (Éduation Civique) Niolas Prévost (Géographie) Lise Loureiro (Géographie) Validation

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Portage Salarial pour les métiers du Conseil by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms

Plus en détail

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU Mesures Interprétations - Appliations Doument rédigé par des ingénieurs géotehniiens de GINGER CEBTP sous la diretion de : Mihel KHATIB Comité de releture : Claude-Jaques

Plus en détail

BILAN COOPÉRATIF ET RSE

BILAN COOPÉRATIF ET RSE 2012 BANQUE & ASSURANCE LA BRED BANQUE POPULAIRE au 31 déembre 2012 1 UNE SOLIDE ASSISE FINANCIÈRE Produit net banaire : 903,20 M Bénéfie net onsolidé part du groupe : 179,90 M Fonds propres prudentiels

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

La RFID et les quarante voleurs

La RFID et les quarante voleurs Gildas Avoine, Massahusetts Institute of Tehnology, Cambridge, MA, USA, avoine@mit.edu La tehnologie en un lin d oeil L identifiation par radiofréquene (RFID) fait aujourd hui ouler beauoup d enre... et

Plus en détail

Objectifs. Clustering. Principe. Applications. Applications. Cartes de crédits. Remarques. Biologie, Génomique

Objectifs. Clustering. Principe. Applications. Applications. Cartes de crédits. Remarques. Biologie, Génomique Objectifs Clustering On ne sait pas ce qu on veut trouver : on laisse l algorithme nous proposer un modèle. On pense qu il existe des similarités entre les exemples. Qui se ressemble s assemble p. /55

Plus en détail

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée)

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée) 1 Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Date de réation : Possédez-vous

Plus en détail

Le compte satellite des institutions sans but lucratif

Le compte satellite des institutions sans but lucratif Institut des omptes nationaux Le ompte satellite des institutions sans ut luratif 2000-2001 Contenu de la puliation Le ompte satellite des institutions sans ut luratif (ISBL) est élaoré d après les définitions

Plus en détail