Compression scalable d'images vidéo par ondelettes 2D+t

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compression scalable d'images vidéo par ondelettes 2D+t"

Transcription

1 Comression scalable d'images vidéo ar ondelettes 2D+t Madji Samia, Serir Amina et Ouanane Abdelhak Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene, Laboratoire de traitement d images et rayonnement (LTIR), aculté d électronique nformatique B.P. 32 El Alia Bab Ezzouar, Alger 6, Algérie Résumé Dans cet article nous résentons deux méthodes de comression scalable utilisant une comensation de mouvement hiérarchique à travers la transformée en ondelettes trois dimensions (TO3D). La remière aroche exloite la TO3D our estimer le mouvement entre des images successives, la seconde ar contre, utilise le même rincie de reconstruction que la TO3D ; le mouvement est estimé entre les différentes décomositions de la TOD. La différence entre les deux méthodes réside dans l exloitation des données de la transformée en ondelettes dans l estimation de mouvement et la reconstruction des images de la séquence vidéo. Ce document décrit un certain nombre de règles tyograhiques à resecter lors de la rédaction des communications our les ateliers TAIMA. L'objectif visé ar ces consignes est de garantir une unité de résentation des actes qui contribuera à la qualité générale des ateliers. Mots clés Estimation de mouvement, Comression vidéo, Transformée en ondelettes, Scalabilité. Introduction La comression d image et de séquence d images constitue un cadre alicatif naturel d un grand nombre de techniques déveloées. De nombreuses études ont orté sur des techniques de comression d images vidéo. D arès [], les remiers schémas roosés dans la littérature aliquent une TO3D séarable sur la séquence vidéo en considérant de la même manière les trois axes de la vidéo [2], [3] et [4]. Dans [5], les auteurs étendent le schéma roosé dans [4] à l'utilisation d'un modèle de comensation en mouvement dans l'étae de transformée temorelle. Dans [6] et [7], les auteurs résentent un schéma de codage vidéo ar transformée en ondelettes 2D+t. Les images de la séquence vidéo sont d'abord alignées sur une grille de référence à l'aide d'une comensation en mouvement global. Les images alignées sont ensuite décomosées à l'aide d'une transformée en ondelettes satiale suivie d'une transformée en ondelettes temorelle. L'utilisation d'un mouvement global limite l'efficacité de la décorrélation ar transformation en ondelettes car il ne rend as en comte les mouvements locaux dans la scène, la transformation temorelle ne décorréle as au mieux les informations. Les schémas roosés resectivement ar Ohm [8] et Choi et Woods [9] alique une transformée temorelle sur les blocs délacés des images, mais l'utilisation d'un mouvement ar blocs fait aaraître des ixels déconnectés ou doublement connectés qui doivent être gérés différemment.

2 2 S. Madji, A. Serir et A. Ouanane Le schéma lifting a été introduit ar Sweldens [0]. Le rincie est le même que our la transformée en ondelettes classique. Elle exloite les redondances du signal our aboutir à un ensemble d'information comacte et réduit l'entroie du signal. Ceendant cela imlique un coût de codage imortant our le mouvement. Une autre aroche a été roosée dans [] utilisant une transformation temorelle basée sur le lifting et un cham de mouvement bidirectionnel. La transformation en ondelettes temorelle est effectuée à l'aide d'un filtre 5/3 tronqué. Cela a ermis de diminuer le nombre de chams de mouvement. Nous roosons dans cet article deux aroches de détection de mouvement à travers la transformée en ondelettes 2D+t. 2 Méthodes roosées Le schéma de base des deux méthodes "3DT" et est illustré en figure. ig.. Schéma de rincie des méthodes "3DT" et our la comression d'une séquence vidéo. Nous aliquons en remier une TO2D à une seule résolution une sur toutes les images du aquet (huit images). Puis nous aliquons une TOD à la résolution trois sur les images aroximées résultant de la TO2D. Le mouvement est estimé à artir des images «détail» résultant de la TOD. L'estimation et la comensation de mouvement se fait ar l'algorithme de "Block Matching Hiérarchique : four stes search" en renant une taille de bloc de 8X8 ixels, une zone de recherche de 24X24 ixels et une récision d'un ixel. La différence entre les deux méthodes "3DT" et réside dans l'exloitation des données de la transformée en ondelettes dans l'estimation de mouvement et la reconstruction des images de la séquence vidéo. 2. Méthode «3DT» Arès l'alication de la TO3D (TO-2D à la résolution et TO-D à la résolution 3) sur un aquet de huit images ( P, P2,..., P8 ) nous obtenons huit images issues de la TO-2D ( I, I 2,..., I 8 ) et quatorze images issues de la T.O-D. Comme le montre la figure 2. Nous aliquons l'algorithme de "Block Matching" hiérarchique sur l'image (D 234,5678 ). Nous obtenons les coordonnées des blocs suscetibles d'avoir eu un mouvement dans les images aroximation A 2,34, A 56,78 et entre les images (I 4 ) et (I 5 ). Avec l'information collectée de l'image (D 234,5678 ) nous traitons: l'image D 2,34 our avoir les coordonnées des blocs qui ont eu un mouvement entre les images A,2 et A 3,4, et l'image D 56,78 our avoir les coordonnées des blocs qui ont eu un mouvement entre l'image A 5,6 et A 7,8.

3 Comression scalable d images vidéo ar ondelettes 2D+t 3 Le traitement des images (D,2 ) et (D 3,4 ), (D 5,6 ) et (D 7,8 ) nous donne les coordonnées des blocs qui ont eux un mouvements entre les images (I ) et (I 2 ), (I 3 ) et (I 4 ), (I 5 ) et (I 6 ) et (I 7 ) et (I 8 ). Cet algorithme nous ermet d'une art l'obtention des vecteurs mouvements entre des transformées en ondelettes I successives et d'accélérer la recherche de ces derniers. j ig. 2. Résultat de l alication d'une TO3D sur un aquet de huit images. 2.2 Schéma 3DT2 Dans la méthode citée ci-dessus, la reconstruction de l'image déend seulement de l'image récédente et des vecteurs mouvements. Ce qui la rend eu robuste. Pour remédier à cela nous roosons une autre aroche qui exloite les différences D k,l Avec k={,3,5,7,{2},{56},{234}} et l={2,4,6,8,{34},{78},{5678}}) our l estimation du mouvement entre I k l, et entre les aroximations A et A. En effet, l'image n'est lus reconstruite à artir de l'image récédente k l uniquement mais à artir d'un ensemble d'images. L algorithme comorte lusieurs étaes : - La remière image du aquet est comressée en mode intra. L image décomressée est notée Î. La seconde Î 2 est déduite ar comensation de mouvement MC. d où ^ ^ ^ ( ( I 2 = I+ MC I ) ). () A ˆ = ( Iˆ + ˆ ) α (2) 2 I 2 avec α : Le coefficient du filtre de Haar ( α = 0,707. ). 2- Estimation du aquet A 34, I 3 4 A ˆ = Aˆ + MC( ˆ ). (3) 34 2 A2 L estimation de I 3 4 ar la rocédure itérative résentée ci-arès. 3- Estimation du aquet A5678 à artir de A 234

4 4 S. Madji, A. Serir et A. Ouanane A ˆ = ( Aˆ + ˆ ) α (4) A34 A ˆ = Aˆ + MC( ˆ ). (5) A Estimation du aquet A 56 et A78 en utilisant la rocédure itérative. 5- Estimation de I 5, I 6, I 7 8 en utilisant la rocédure itérative. Procédure itérative : Soit (k ) rerésentant l image I ou l aroximation de aquet A à l itération k. () Initialisation :, k=. Itérer = ( k ) ( k ) = + MC( + '( k ) + Aˆ = α, + Aˆ, = α ( k ) ( k ) ( k + ) + ( k ) + k=k+.. ). ( k ) '( k ) Jusqu à + < ε. ε étant un seuil fixé. En ratique cette rocédure itérative a donné de bons résultats our k=2. 3 Résultats La figure 3 illustre le PSNR des deux aroches our chaque image des séquences vidéo "Coast Guard" et "Salesman". La dernière image du aquet des séquences vidéo reconstruite ar les deux méthodes est illustrée ar la figure 4. D'arès les résultats, les deux méthodes offrent une bonne qualité d image reconstruite, nous ne constatons resque as de différence de qualité entre les images "Coast Guard" reconstruites ar les deux aroches. Ceendant, la remière aroche est visiblement lus erformante our la séquence vidéo "Salesman". Afin de mesurer la robustesse des deux aroches, nous avons causé des ertes d'information (tous les vecteurs mouvement entre la remière et la deuxième image ainsi que des ertes au niveau des images d'erreur de rédiction) selon un ourcentage de 0%, 20% et 50%. Les PSNR moyen des images reconstruites ar les deux méthodes avec ertes d'information sont résentées en figure 5. La dernière image du remier aquet (huitième image) des deux séquences reconstruite avec 20% de ertes d'information est illustrée ar la figure 6.

5 Comression scalable d images vidéo ar ondelettes 2D+t 5 (a) (b) igure 3: PSNR des images reconstruites des séquences vidéo «Coast Guard»(a) et «Salesman»(b) à un debit de 642 Kbs. "3DT" "3DT" igure 4: Huitième image de la séquence vidéo "Coast Guard" reconstruite ar les deux aroches. Nous avons calculé la variation relative du PSNR moyen (PSNRm) en fonction de la erte d information (P) et l avons résumé dans le tableau. D'arès les résultats obtenus, la méthode est la lus robuste face aux ertes d'information our la séquence vidéo «Coast Guard», mais our celle de «Salesman» la méthode 3DT est sensiblement meilleure.

6 6 S. Madji, A. Serir et A. Ouanane (a) (b) igure 5: PSNR moyen des images reconstruites des séquences vidéo "Coast Guard" (a) et «Salesman» (b) en fonction du ourcentage d erreur. "3DT" "3DT" ig. 6. La dernière image du aquet reconstruite ar les quatre aroches avec erte de 20%. La huitième image "Coast Guard" reconstruite avec une erte d'information de 20% ar l'aroche est de bonne qualité contrairement à celle reconstruite ar l'aroche "3DT". Ceendant, our la séquence vidéo "Salesman", l aroche "3DT" est meilleure.

7 Comression scalable d images vidéo ar ondelettes 2D+t 7 4 Conclusion Dans cet article nous avons résenté deux méthodes scalables basées sur une décomosition en ondelettes 2D+t. Les erformances obtenues our la remière méthode «3DT» sont suérieures à celles de la deuxième méthode «3DT2» our une séquence vidéo ou l arrière lan est fixe. Par contre our une séquence d images ou l arrière lan est mobile, bien que «3DT» donne une meilleure qualité d images reconstruite, elle est moins robuste face aux erreurs de transmission, que «3DT2». Comme ersectives, nous roosons d améliorer nos schémas de comression ar l exloitation des coefficients haute fréquence our une détection de mouvement hiérarchique et adatative selon l imortance des coefficients. Tableau : Variation relative du PSNR moyen en fonction de la erte d information. Sequences Coast Guard Coast Guard Sequences Salesman Salesman P "3TD" "3TD2" P "3TD" "3TD2" Références [] N. Cammas. Codage vidéo scalable ar maillages et ondelettes 2D. Thèse de doctorat, Université de Rennes, Rennes, Novembre [2] C. I. Podilchuk, N.S. Jayant & N. arvadin. Three Dimensional Subband Coding of Video. IEEE Transactions on Image Processing, vol. 4, no. 2, ages 25{39, ebruary 995. [3] G. Karlsson & M. Vetterli. Three Dimensional Subband Coding of Video. In IEEE International Conference on Acoustics, Seech and Signal Processing, ICASSP'88, ages 00{03, 988. [4] B.J. Kim & W.A. Pearlman. An Embedded Wavelet Video Coder Using Three-Dimensional Set Partitioning in Hierarchical Trees (SPIHT). In IEEE Data Comression Conference DCC'97, ages22{260, 997. [5] B-J. Kim, Z. Xiong & W. A. Pearlman. Low Bit-Rate, Scalable Video Coding with 3D Set Partitioning in Hierarchical Trees (3DSPIHT). IEEE Transactions on Circuits and Systems for Video Technology, vol. 0, no. 8, [6] D. Taubman & A. Zakhor. Multirate 3-D Subband Coding of Video. IEEE Transactions on Image Processing, vol. 3, no. 5, ages 572{588, setember 994. [7] A. Wang, Z. Xiong, P.A. Chou & S. Mehrotra. Three-dimensional wavelet coding of video with global motion comensation. In IEEE Intl. Conf. on Data Comression, DCC'99, ages 404{43, March 999. [8] J.R Ohm. Three-Dimensional Subband Coding with Motion Comensation. IEEE Transactions on Image Processing, vol. 3, no. 5, ages 559{57, Setember 994. [9] S-J. Choi & J.W.Woods. Motion- Comensated 3-D Subband Coding of Video. IEEE Transactions on Image Processing, vol. 8, no. 2, ages 55{67, february 999. [0] W. Sweldens. The Lifting Scheme: A Construction of Second Generation Wavelets. Raort technique 995/6, Industrial Mathematics Initiative, Deartment of Mathematics, university of South Carolina, 995. [] L. Luo, J.Li, S.Li, Z.Zhuang & Y-Q.Zhang. Motion-Comensated Lifting Wavelet And Its Alication In Video Coding. In IEEE International Conference on Multimedia and Exo, August 200.

Technique de compression des images médicales 4D

Technique de compression des images médicales 4D Technique de compression des images médicales 4D Leila Belhadef 1 et Zoulikha Mekkakia 1 1 Département d Informatique, USTO-MB, BP 1505 El Mnaouer, Oran, Algérie l.belhadef@gmail.com, mekkakia@univ-usto.dz

Plus en détail

ANALYSE DE DONNEES DE PRECIPITATIONS PAR APPROCHE MARKOVIENNE

ANALYSE DE DONNEES DE PRECIPITATIONS PAR APPROCHE MARKOVIENNE Larhyss Journal, ISSN 1112-3680, n 06, Décembre 2007,. 7-20 2007 Tous droits réservés ANALYSE DE DONNEES DE PRECIPITATIONS PAR APPROCHE MARKOVIENNE LAZRI M. 1, AMEUR S. 1, HADDAD B. 2 1 laboratoire d analyse

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» p SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES

MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» p SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES Table des matières : 1- Mon Esace 2- Mon Comte 3- Mes Actualités 4- Ma Fiche Entrerise 4.1- Imorter votre logo 4.2- Imorter une image

Plus en détail

Boucle à verrouillage de phase

Boucle à verrouillage de phase Chaitre 2 Boucle à verrouillage de hase Introduction La boucle à verrouillage de hase, que l on désignera ar la suite ar l acronyme anglais PLL (Phase Locked Loo), est un disositif largement utilisé dans

Plus en détail

LOGICIEL D AIDE A LA PLANIFICATION POUR L ELECTRIFICATION RURALE (LAPER)

LOGICIEL D AIDE A LA PLANIFICATION POUR L ELECTRIFICATION RURALE (LAPER) LOGICIEL D AIDE A LA PLANIFICATION POUR L ELECTRIFICATION RURALE (LAPER) FRANCE Valérie Lévy Franck Thomas - Rainer Fronius Marc Gratton Electricité de France Recherche et Déveloement Résumé Les bienfaits

Plus en détail

1-p. 1-p. 1-p. 1-p. On se propose d'utiliser ce canal pour transmettre le contenu d'une source binaire S.

1-p. 1-p. 1-p. 1-p. On se propose d'utiliser ce canal pour transmettre le contenu d'une source binaire S. EXERCICES EXERCICE On considère le canal à uatre entrées et cin sorties: A B C D - - - - A B E C D. Montrer ue ce canal est symétriue. 2. Calculer sa caacité. On se roose d'utiliser ce canal our transmettre

Plus en détail

ROBUROC 6 : PLATEFORME D EXPLORATION TOUS TERRAINS

ROBUROC 6 : PLATEFORME D EXPLORATION TOUS TERRAINS PS/MP ROBUROC 6 Lycée Paul Valéry ROBUROC 6 : PLATEFORME D EXPLORATON TOUS TERRANS Le RobuROC 6 (hotograhie ci-dessous) est un robot mobile déveloé ar la société ROBOSOFT. Cette late-forme robotisée a

Plus en détail

Pédaler en danseuse P2 P1

Pédaler en danseuse P2 P1 Pédaler en danseuse Pédaler en danseuse consiste à ne as s asseoir sur la selle et à se dresser sur les édales. Le mouvement de édalage s écarte alors notablement du édalage assis. Notre roos est d analyser

Plus en détail

I/ LES CODEURS OPTIQUES

I/ LES CODEURS OPTIQUES Sciences Industrielles our l Ingénieur Centre d Intérêt 2 : ACQUERIR l'information Cométences : ANALYSER, CONCEVOIR CAPTEURS NUMERIQUES DE POSITION Les codeurs otiques Comment choisir le bon cateur our

Plus en détail

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CHAPITRE 2 MODÉLISATION DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS TRANSFORMÉE DE LAPLACE TRAVAIL DIRIGÉ Robot Ericc Le robot

Plus en détail

Étude thermique du contact glissant pion-disque en situation de freinage automobile

Étude thermique du contact glissant pion-disque en situation de freinage automobile Étude thermique du contact glissant ion-disque en situation de freinage automobile Damien MERESSE,2*, Monica SIROUX,2, Souad HARMAND,2, Michel WATREMEZ,2, Laurent DUBAR,2 Univ Lille Nord de France, F-59000

Plus en détail

This is an author-deposited version published in: http://sam.ensam.eu Handle ID:.http://hdl.handle.net/10985/6615

This is an author-deposited version published in: http://sam.ensam.eu Handle ID:.http://hdl.handle.net/10985/6615 Science Arts & Métiers (SAM) is an oen access reository that collects the work of Arts et Métiers ParisTech researchers and makes it freely available over the web where ossible. This is an author-deosited

Plus en détail

Chapitre 6. La demande d assurance

Chapitre 6. La demande d assurance Chaitre 6 Introduction Réduire le risque Plusieurs manière de réduire le risque: a diversification Une firme eut réduire son risque en diversifiant ses activités dans des domaines eu liés entre eux Ventes

Plus en détail

Etude des capteurs magnétiques

Etude des capteurs magnétiques Etude des cateurs magnétiques A. Effet all...3 1. Effet all dans un échantillon long...3. Constructions des cateurs à effet all...5 3. Imerfections des cateurs à effet all...6 3.1 Limitation en fréquence...7

Plus en détail

35 personnes 40,0% 360 jours 18 jours 150 80. 270 personnes 18,0%

35 personnes 40,0% 360 jours 18 jours 150 80. 270 personnes 18,0% POURCENTAGES Exercice n. Comléter ce tableau, en indiquant dans chaque case l'oération effectuée et son résultat (arrondir à décimale en cas de besoin) Ensemble de référence Part en nombre en ourcentage

Plus en détail

Ondelettes et compression d images

Ondelettes et compression d images Ondelettes et compression d images Marco Cagnazzo Département Traitement du Signal et des Images TELECOM ParisTech 30 Octobre 2012 M. Cagnazzo Ondelettes 1/96 Plan Introduction 1 Introduction 2 Bancs de

Plus en détail

Notions générales d acoustique (Deuxième version)

Notions générales d acoustique (Deuxième version) Coriandre Vilain le 8 mars 1 ICP-INPG 46, av. Felix Viallet 3831 Grenoble cedex 1 tel : 4-76-57-47-13 email : cvilain@ic.ing.fr Notions générales d acoustique (Deuxième version) Notations : Les vecteurs

Plus en détail

Compression des images hyperspectrales et son impact sur la qualité des données

Compression des images hyperspectrales et son impact sur la qualité des données Hyperspectral QI Compression Flexibilité Conclusion Compression des images hyperspectrales et son impact sur la qualité des données Emmanuel CHRISTOPHE Corinne Mailhes, Co-directrice de thèse, TéSA/IRIT

Plus en détail

Codage vidéo par block matching adaptatif

Codage vidéo par block matching adaptatif Traitement et analyse d'images(39) Codage vidéo par block matching adaptatif Abdelhamid Djeffal Département d informatique Université Mohamed Khider BISKRA, ALGERIE Abdelhamid_Djeffal@yahoo.fr Zine Eddine

Plus en détail

L ANALYSE DES CORRESPONDANCES MULTIPLES «À LA HOLLANDAISE» : INTRODUCTION A L ANALYSE D HOMOGENEITE

L ANALYSE DES CORRESPONDANCES MULTIPLES «À LA HOLLANDAISE» : INTRODUCTION A L ANALYSE D HOMOGENEITE L ANALYSE DES CORRESPONDANCES MULTIPLES «À LA HOLLANDAISE» : INTRODUCTION A L ANALYSE D HOMOGENEITE Dominique Desbois INRA-SAE, UMR AgroParisTech Economie ublique- Bureau du RICA, Service Central des Enquêtes

Plus en détail

1 Le marché du travail néoclassique

1 Le marché du travail néoclassique Paris Ouest Nanterre a Défense Année universitaire 2012-2013 icence Economie-Gestion 1 Macroéconomie A Enseignants : Alain Ayong e Kama, Michel Mouillart et Aurélien Saïdi Travaux dirigés n 4 : CORRECTION

Plus en détail

Rôle d un laboratoire national de métrologie en vue d assurer la traçabilité des valeurs assignées issues des essais d aptitudes

Rôle d un laboratoire national de métrologie en vue d assurer la traçabilité des valeurs assignées issues des essais d aptitudes Rôle d un laboratoire national de métrologie en vue d assurer la traçabilité des valeurs assignées issues des essais d atitudes Role of a national metrology institute to ensure the traceability of assigned

Plus en détail

UNE MODELISATION MATHEMATIQUE DU PROBLEME DE LA DECISION DE «FAIRE OU FAIRE-FAIRE»

UNE MODELISATION MATHEMATIQUE DU PROBLEME DE LA DECISION DE «FAIRE OU FAIRE-FAIRE» 3 e Conférence Francohone de Modélisation et SIMulation «Concetion, Analyse et Gestion des Systèmes Industriels» MOSIM 01 - du 25 au 27 avril 200 - Troyes (France) UNE MODELISATION MATHEMATIQUE DU PROBLEME

Plus en détail

Plan du chapitre. La relation de préférence. Chapitre I : Le consommateur et la fonction de demande. L axiomatique des préférences (1/2)

Plan du chapitre. La relation de préférence. Chapitre I : Le consommateur et la fonction de demande. L axiomatique des préférences (1/2) Plan du chaitre Chaitre I : Le consommateur et la fonction de demande Microéconomie - ère année Gif Voie Cours de Sébastien Bréville Suort : S. Bréville D. Namur Les références, les courbes d indifférence,

Plus en détail

Un schéma de compression avec pertes efficace pour les images médicales volumiques

Un schéma de compression avec pertes efficace pour les images médicales volumiques Un schéma de compression avec pertes efficace pour les images médicales volumiques Yann GAUDEAU 1 Jean-Marie MOUREAUX 1 CRAN CNRS (UMR 7039) Nancy-University, Faculté des Sciences et Techniques, BP 239,

Plus en détail

Quatrième Conférence sur le Génie Electrique, le 03-04 Novembre2010, Université de Bechar, Algérie

Quatrième Conférence sur le Génie Electrique, le 03-04 Novembre2010, Université de Bechar, Algérie EVALUATION DES PERFORMANCES DES CODEURS D IMAGES DANS UN CANAL SANS FIL A. Moulay lakhdar 1, Mohammed Beladgham 1, Nasreddine Taleb 2, R. Méliani 2, M. Kandouci 2 1 Université de bechar, rue Kenadza. Béchar

Plus en détail

Compression des images médicales 3D par les ondelettes et la quantification vectorielle algébrique

Compression des images médicales 3D par les ondelettes et la quantification vectorielle algébrique Compression des images médicales 3D par les ondelettes et la quantification vectorielle algébrique Ouddane Samira 1, Benamrane Nacéra 1 1 Université des Sciences et de Technologie d Oran, Mohamed Boudiaf,

Plus en détail

Module 6: Chaînes de Markov à temps discret

Module 6: Chaînes de Markov à temps discret Module 6: Chaînes de Markov à tems discret Patrick Thiran 1 Définition Un rocessus stochastique est dit markovien (d ordre 1) si l évolution future du rocessus ne déend que de sa valeur actuelle et non

Plus en détail

Théorie des ensembles et combinatoire

Théorie des ensembles et combinatoire Théorie des ensembles et combinatoire Valentin Vinoles 24 janvier 2012 Table des matières 1 Introduction 2 2 Théorie des ensembles 3 2.1 Définition............................................ 3 2.2 Aartenance

Plus en détail

Accès optiques : la nouvelle montée en débit

Accès optiques : la nouvelle montée en débit Internet FTR&D Dossier du mois d'octobre 2005 Accès otiques : la nouvelle montée en débit Dans le domaine du haut débit, les accès en France sont our le moment très majoritairement basés sur les technologies

Plus en détail

PROBABILITÉS. I Épreuve de Bernoulli - Loi binomiale. Exemple. Exercice 01 (voir réponses et correction) Exercice 02 (voir réponses et correction)

PROBABILITÉS. I Épreuve de Bernoulli - Loi binomiale. Exemple. Exercice 01 (voir réponses et correction) Exercice 02 (voir réponses et correction) PRBABILITÉ Loi binomiale - Échantillonnage I Éreuve de Bernoulli - Loi binomiale xemle n lance deux fois une ièce de monnaie arfaitement équilibrée. Les deux lancers sont indéendants (c'est-à-dire que

Plus en détail

L2-S4 : 2014-2015. Support de cours. Statistique & Probabilités Chapitre 1 : Analyse combinatoire

L2-S4 : 2014-2015. Support de cours. Statistique & Probabilités Chapitre 1 : Analyse combinatoire L2-S4 : 2014-2015 Suort de cours Statistique & Probabilités Chaitre 1 : Analyse combinatoire R. Abdesselam UFR de Sciences Economiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2, Camus Berges du Rhône Rafik.abdesselam@univ-lyon2.fr

Plus en détail

L ENJEU INDUSTRIEL. des VIBRATIONS. Jean-Pierre HAUET. w.beaconsulting.com. Mai 200

L ENJEU INDUSTRIEL. des VIBRATIONS. Jean-Pierre HAUET. w.beaconsulting.com. Mai 200 L ENJEU INDUSTRIEL des VIBRATIONS Jean-Pierre HAUET w.beaconsulting.com Mai 200 Quelques manifestations usuelles des vibrations Phénomènes de fatigue Bruit Usure Phénomènes sismiques Tests de fiabilité

Plus en détail

Cahier de Vacances: de la Tes à la ece1...

Cahier de Vacances: de la Tes à la ece1... Cahier de Vacances: de la Tes à la ece... Recommandations Vous venez de terminer votre terminale et d obtenir le Baccalauréat (bravo!) et vous avez choisi de oursuivre vos études ar la voie des classes

Plus en détail

Laser hélium néon. Source spectrale lumière blanche

Laser hélium néon. Source spectrale lumière blanche ITERFÉRECE LUMIEUE ETRE ODE MUTUELLEMET COHÉRETE ITRODUCTIO AUX ITERFÉRECE LUMIEUE ETRE ODE MUTUELLEMET COHÉRETE I Raels sur le modèle ondulatoire de la lumière ) Les idées de base du modèle ondulatoire

Plus en détail

Module : réponse d un système linéaire

Module : réponse d un système linéaire BSEL - Physique aliquée Module : réonse d un système linéaire Diaoramas () : diagrammes de Bode, réonse Résumé de cours - Caractérisation d un système hysique - Calcul de la réonse our une entrée donnée

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chaitre 5 : Les lentilles et les instruments d otique E. (a) On a n,33, n 2,0cm et R 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient,33 0 cm + q,33 20 cm q 8,58 cm Le chat voit le oisson à 8,58

Plus en détail

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques).

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques). CHAINE DE TRANSMISSION Nous avons une information que nous voulons transmettre (signal, images, sons ). Nous avons besoin d une chaîne de transmission comosée de trois éléments rinciaux : 1. L émetteur

Plus en détail

Bandelettes pour la compression d images

Bandelettes pour la compression d images Chapitre 3 Bandelettes pour la compression d images Dans ce chapitre, nous appliquons l algorithme de transformée en bandelettes décrite au chapitre 2.3 à la compression d images. Cependant, pour mieux

Plus en détail

LA DEMANDE D'ETUDES MARKETING PAR LES ENTREPRISES DE TRANSPORT ROUTIER

LA DEMANDE D'ETUDES MARKETING PAR LES ENTREPRISES DE TRANSPORT ROUTIER Octobre 1991 LA DEMANDE D'ETUDES MARKETING PAR LES ENTREPRISES DE TRANSPORT ROUTIER Etude réalisée ar Dominique BRUN et Alexis THELEMAQUE Sous la direction de Pierre SELOSSE MINISTERE DE L'EQUIPEMENT,

Plus en détail

S2I 1. quartz circuit de commande. Figure 1. Engrenage

S2I 1. quartz circuit de commande. Figure 1. Engrenage TSI 4 heures Calculatrices autorisées 214 S2I 1 L essor de l électronique nomade s accomagne d un besoin accru de sources d énergies miniaturisées. Les contraintes imosées à ces objets nomades sont multiles

Plus en détail

LES FORUMS DE QUESTIONS MATHÉMATIQUES SUR INTERNET ET

LES FORUMS DE QUESTIONS MATHÉMATIQUES SUR INTERNET ET ABDULKADIR ERDOGAN & ALAIN MERCIER LES FORUMS DE QUESTIONS MATHÉMATIQUES SUR INTERNET ET LES ATTENTES SUR LE TRAVAIL DES ÉLÈVES Abstract. Forums of Mathematical Questions on Internet and Exectations about

Plus en détail

Loi binomiale-cours. La loi binomiale

Loi binomiale-cours. La loi binomiale 1 La loi binomiale Les robabilités en général - et la loi binomiale en articulier - doivent beaucou à la famille Bernoulli. Cette dynastie de scientifiques comte, entre autres, dans ses rangs, Jacob (165-175)

Plus en détail

ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE 2.

ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE 2. Lycée Louis ARMAND : 45 4 8 8 73 Bd de Strasbourg : 48 73 63 5 ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE. Asservissement de vitesse et de coule d'une machine à courant continu. Objectif Connaître les rincies

Plus en détail

PROGRAMME BTS TOURISME

PROGRAMME BTS TOURISME InstItUt supérieur du tourisme PROGRAMME BTS TOURISME Les Matières / Les Contenus 40 ans d excellence 1973-2013 PaRIs - BRUssels - GeneVa - london - BaRcelO na - MOscOW - Be IJInG 2 IST - InstItUt supérieur

Plus en détail

Jms. journées médico-sportives 2015 RENCONTREZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE LA PERFORMANCE SPORTIVE 2 AU 4 OCTOBRE 2015 PLACE BONAVENTURE

Jms. journées médico-sportives 2015 RENCONTREZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE LA PERFORMANCE SPORTIVE 2 AU 4 OCTOBRE 2015 PLACE BONAVENTURE journées médico-sortives Programme / Inscrition des articiants RENCONTREZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE LA PERFORMANCE SPORTIVE 2 AU 4 OCTOBRE PLACE BONAVENTURE Les JMS résentent une série de 7 conférences

Plus en détail

1 Raisonnement. Vocabulaire ensembliste CHAPITRE

1 Raisonnement. Vocabulaire ensembliste CHAPITRE CHAPITRE 1 Raisonnement Vocabulaire ensembliste A. Éléments de logique.......................... 12 1. Construction de roositions....................... 12 2. Quantificateurs.............................

Plus en détail

PUBLICATIONS L OBSERVATOIRE D E L É C O N O M I E S O C I A L E E T S O L I D A I R E L Économie Sociale et Solidaire est multiforme,

PUBLICATIONS L OBSERVATOIRE D E L É C O N O M I E S O C I A L E E T S O L I D A I R E L Économie Sociale et Solidaire est multiforme, L Économie Sociale et Solidaire est multiforme, et rofondément ancrée dans son territoire. C est ourquoi le travail réalisé ar le laboratoire Carta, Unité mixte du CNRS et de l Université d Angers a retenu

Plus en détail

Xavier Renoux / Région Picardie. Développement culturel. Règlement d intervention

Xavier Renoux / Région Picardie. Développement culturel. Règlement d intervention Xavier Renoux / Région Picardie Déveloement culturel Règlement d intervention Adoté ar délibération du Conseil régional de Picardie du 29 mars 2013 Sommaire 2 Proos liminaires CONDITIONS GENERALES D INSTRUCTION

Plus en détail

Commande prédictive des systèmes non linéaires dynamiques

Commande prédictive des systèmes non linéaires dynamiques Rébliqe Algérienne Démocratiqe et olaire Ministère de l Enseignement Sérier et de la Recherche Scientifiqe Université Molod Mammeri de Tizi-Ozo Faclté de Génie Electriqe et Informatiqe Déartement Atomatiqe

Plus en détail

Traitement d'images et Reconnaissance des formes TIRF

Traitement d'images et Reconnaissance des formes TIRF Traitement d'images et Reconnaissance des formes TIRF Jonathan Fabrizio LRDE EPITA Cours 6 Compression Images Vidéos TIRF, Cours 06 Compression J. Fabrizio http://jo.fabrizio.free.fr LRDE EPITA SCIA/CSI

Plus en détail

Modélisation de tiges d arbres à partir de contours actifs

Modélisation de tiges d arbres à partir de contours actifs Journées du Groue de Travail en Modélisation Géométrique 2015, Poitiers Modélisation de tiges d arbres à artir de contours actifs Joris Ravaglia 1,2 et Alexandra Bac 1 et Richard Fournier 2 1 LSIS, Aix-Marseille

Plus en détail

DEVANT L UNIVERSITE DE RENNES 1

DEVANT L UNIVERSITE DE RENNES 1 N o d ordre: 3063 THÈSE présentée DEVANT L UNIVERSITE DE RENNES 1 pour obtenir le grade de : DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE RENNES 1 Mention Informatique par Nathalie CAMMAS Équipe d accueil : France Télécom

Plus en détail

Procès - Verbal du Conseil Municipal Du lundi 12 octobre 2015

Procès - Verbal du Conseil Municipal Du lundi 12 octobre 2015 Procès - Verbal du Conseil Municial Du lundi 12 octobre 2015 Nombre de membres comosant le Conseil Municial : 15 Nombre de membres en exercice : 14 Nombre de Conseillers résents : 11 Nombre de Conseillers

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1. On pose. Vérifier que T est une tribu sur Ω.

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1. On pose. Vérifier que T est une tribu sur Ω. [htt://m.cgeduuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1 Probabilités Tribu Exercice 5 [ 04006 ] [correction] Soit Ω un ensemble infini et une famille de arties de Ω vérifiant n m A m = et = Ω Exercice

Plus en détail

A. Notion d intégrale double

A. Notion d intégrale double UT ORSAY Mesures Physiques ntégrales doubles Calcul d aires et de volumes Cours du ème semestre A Notion d intégrale double A- omaine quarrable On suose que le lan est muni d un reère orthonormé ( O; i;

Plus en détail

BOUCLE A VERROUILLAGE DE PHASE. (P.L.L. = Phase Locked Loop) Pierre Le Bars (avec la collaboration de Francis Gary) lebars@moniut.univ-bpclermont.

BOUCLE A VERROUILLAGE DE PHASE. (P.L.L. = Phase Locked Loop) Pierre Le Bars (avec la collaboration de Francis Gary) lebars@moniut.univ-bpclermont. BOUCL A VRROUILLAG D PHAS (P.L.L. = Phase Locked Loo) Pierre Le Bars (avec la collaboration de rancis Gary) lebars@moniut.univ-bclermont.fr BOUCL A VRROUILLAG D PHAS (P.L.L. = Phase Locked Loo) I/ Introduction

Plus en détail

NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information. Juin 2009. «La virtualisation» CNAM Lille. Auditeur BAULE.L 1

NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information. Juin 2009. «La virtualisation» CNAM Lille. Auditeur BAULE.L 1 Juin 2009 NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information CNAM Lille «La virtualisation» Auditeur BAULE.L 1 Plan INTRODUCTION I. PRINCIPES DE LA VIRTUALISATION II. DIFFÉRENTES TECHNIQUES

Plus en détail

Nom de votre entreprise :... Adresse :... Adresse de facturation si différente :... Tél :... Fax :... E-mail société :... Site internet :...

Nom de votre entreprise :... Adresse :... Adresse de facturation si différente :... Tél :... Fax :... E-mail société :... Site internet :... POLLUTEC LYON 2014 Salon international des équiements, des technologies et des services de l environnement 2 au 5 décembre 2014 dossier d inscrition entrerises Nom de votre entrerise :... Enseigne (nom

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE THESE. pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L'INSAT. Discipline : GENIE MECANIQUE

INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE THESE. pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L'INSAT. Discipline : GENIE MECANIQUE INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE Numéro d'ordre : 89 THESE our obtenir le grade de DOCTEUR DE L'INSAT Disciline : GENIE MECANIQUE résentée et soutenue ubliquement ar Feras ALKATAN

Plus en détail

Codage hiérarchique et multirésolution (JPEG 2000) Codage Vidéo. Représentation de la couleur. Codage canal et codes correcteurs d erreur

Codage hiérarchique et multirésolution (JPEG 2000) Codage Vidéo. Représentation de la couleur. Codage canal et codes correcteurs d erreur Codage hiérarchique et multirésolution (JPEG 000) Codage Vidéo Représentation de la couleur Codage canal et codes correcteurs d erreur Format vectoriel (SVG - Scalable Vector Graphics) Organisation de

Plus en détail

ISO/CEI 11172-3 NORME INTERNATIONALE

ISO/CEI 11172-3 NORME INTERNATIONALE NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 11172-3 Première édition 1993-08-01 Technologies de l information - Codage de l image animée et du son associé pour les supports de stockage numérique jusqu à environ Ii5 Mbit/s

Plus en détail

DATA MINING Arbres de décision

DATA MINING Arbres de décision DATA MINING Arbres de décision Juan Manuel Torres juan-manuel.torres@univ-avignon.fr www.lia.univ-avignon.fr/chercheurs/torres/cours/dm LIA / Université d'avignon Octobre 2006 Généralités Arbres de décision

Plus en détail

Les fonds de pension protègent-ils les investisseurs des évolutions du marché? Fabrice HERVÉ *

Les fonds de pension protègent-ils les investisseurs des évolutions du marché? Fabrice HERVÉ * Les fonds de ension rotègent-ils les investisseurs des évolutions du marché? Fabrice HERVÉ * Cahier du FARGO n 1060101 LEG FARGO (Centre de recherche en Finance, Architecture et Gouvernance des Organisations)

Plus en détail

1. Traduire les données de l'énoncé sur un arbre de probabilité.

1. Traduire les données de l'énoncé sur un arbre de probabilité. Pondichéry Avril 2008 - Exercice Une agence de voyages roose exclusivement trois destinations : la destination A, la destination G et la destination M. 50 % des clients choisissent la destination A. 0

Plus en détail

Y A T-IL UN SACRIFICE À ÊTRE ÉTHIQUE? UNE ÉTUDE DE PERFORMANCE DES FONDS SOCIALEMENT RESPONSABLES AMÉRICAINS

Y A T-IL UN SACRIFICE À ÊTRE ÉTHIQUE? UNE ÉTUDE DE PERFORMANCE DES FONDS SOCIALEMENT RESPONSABLES AMÉRICAINS Y A T-IL UN SACRIFICE À ÊTRE ÉTHIQUE? UNE ÉTUDE DE PERFORMANCE DES FONDS SOCIALEMENT RESPONSABLES AMÉRICAINS Radu Burlacu, Isabelle Girerd-Potin, Denis Duré ESA CERAG Université Grenoble 2 Mars 2003 Résumé

Plus en détail

Découvrez les bâtiments* modulaires démontables

Découvrez les bâtiments* modulaires démontables Découvrez les bâtiments* modulaires démontables w Industrie w Distribution * le terme «bâtiment» est utilisé our la bonne comréhension de l activité de Locabri. Il s agit de structures modulaires démontables

Plus en détail

Corrigé du TD n 1 L'origine de la microéconomie

Corrigé du TD n 1 L'origine de la microéconomie Corrigé du TD n L'origine de la microéconomie Question : Qui était Robert Anne Turgot? Robert Anne Jacques Turgot est né le 0 mai 77 à Paris où il mourra le 0 mars 78. Turgot est d'abord connu comme un

Plus en détail

MICRO-ECONOMIE. Concepteur du cours: Ridha saâdallah. Université Virtuelle de Tunis

MICRO-ECONOMIE. Concepteur du cours: Ridha saâdallah. Université Virtuelle de Tunis MICR-ECNMIE Conceteur du cours: Ridha saâdallah Université Virtuelle de Tunis 006 Introduction Générale Dans l'attente d'une définition formelle et récise à laquelle nous aboutirons à la fin de cette artie

Plus en détail

Moyennes de fonctions arithmétiques de formes binaires

Moyennes de fonctions arithmétiques de formes binaires Mathematika 58 2012 290 304 Moyennes de fonctions arithmétiques de formes binaires R de la Bretèche & G Tenenbaum Abstract Extending classical results of Nair and Tenenbaum we rovide general shar uer bounds

Plus en détail

Session 2010 Examen : BEP Tertiaire 1 Spécialités du Secteur 6 : Métiers de la comptabilité. Durée : 1 heure Epreuve : Mathématiques Page : 1/5

Session 2010 Examen : BEP Tertiaire 1 Spécialités du Secteur 6 : Métiers de la comptabilité. Durée : 1 heure Epreuve : Mathématiques Page : 1/5 SUJET 2010 Examen : BEP Tertiaire 1 Sécialités du Secteur 6 : Métiers de la comtabilité Coeff : Selon sécialité Logistique et commercialisation Vente action marchande Durée : 1 heure Ereuve : Mathématiques

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL. «Traitements de surfaces»

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL. «Traitements de surfaces» BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL «Traitements de surfaces» Éreuve E1B1-U1 SOUS-ÉPREUVE ÉCRITE Sujet Mathématiques et Sciences Physiques Durée : heures Coefficient : 1,5 Le sujet comorte 5 ages numérotées de

Plus en détail

LES BORNES D'IRRIGATION

LES BORNES D'IRRIGATION LA HOUILLE BLANCHE/N 5-966 LES BORNES D'IRRIGATION PAR G. GUYON * Généralités La concetion des réseaux collectifs d'irrigation ar asersion a ris jour, en France, il y a une dizaine d'années. Elle est fondée

Plus en détail

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER 1. Euclide, relation de Bézout, gcd Exercice 1. [DKM94,.14] Montrer que 6 n 3 n our tout entier n ositif. Exercice 2. [DKM94,.15]

Plus en détail

Optimisation des ressources d'un cluster pour le calcul scientifique

Optimisation des ressources d'un cluster pour le calcul scientifique DELHAY Damien ES Raort d'assistant Ingénieur 4ème année du Cycle Ingénieur à Polytech Paris Sud mai au août 04 Tuteur école : François Samouth Mail : francois.samouth@u-sud.fr Otimisation des ressources

Plus en détail

Estimation du mouvement. Marco Cagnazzo 14 mai 2012

Estimation du mouvement. Marco Cagnazzo 14 mai 2012 Estimation du mouvement Marco Cagnazzo 14 mai 2012 Plan Introduction La représentation du mouvement Les différentes techniques Applications et examples 2 Estimation du mouvement Le mouvement dans les images

Plus en détail

TATOUAGE D IMAGES PAR MODIFICATION DU CODE FRACTAL

TATOUAGE D IMAGES PAR MODIFICATION DU CODE FRACTAL TATOUAGE D IMAGES PAR MODIFICATION DU CODE FRACTAL Patrick Bas, Jean-Marc Chassery, Franck Davoine Laboratoire TIMC-IMAG, Institut Albert Bonniot, 38706 LA TRONCHE Cedex France, e-mail: Patrick.Bas, Jean-Marc.Chassery

Plus en détail

DÉTECTION SYNCHRONE / MODULATION ET DÉMODULATION D AMPLITUDE

DÉTECTION SYNCHRONE / MODULATION ET DÉMODULATION D AMPLITUDE TP 9 DÉTECTION SYNCHRONE / MODULATION ET DÉMODULATION D AMPLITUDE Caacités exigibles : Mesurer une réquence ar une détection synchrone éléentaire à l aide d un ultilieur et d un asse-bas sile adaté à la

Plus en détail

Une certaine idée du métier d assureur

Une certaine idée du métier d assureur Une certaine idée du métier d assureur Gérer les risques des clients du Groue En comlément d une gestion active des risques (évoquée dans le chaitre la gestion des risques ), la révention, l innovation

Plus en détail

Exercices Chapitre 1 3-851-84 Microéconomie

Exercices Chapitre 1 3-851-84 Microéconomie Eercices Chaitre 3-85-84 Microéconomie QUESTION Soit trois consommateurs aant les fonctions d'utilité suivantes: 3 4 u (, )= 8 3 u (, )= (, ) = 3 /6 u3 Chacun d'eu disose d'un revenu R et fait face au

Plus en détail

Santé et hygiène bucco-dentaire des salariés de la RATP

Santé et hygiène bucco-dentaire des salariés de la RATP Santé et hygiène bucco-dentaire des salariés de la RATP Percetion des salariés et examen clinique du raticien Période 2006-2009 14 juin 2012 Dominique MANE-VALETTE, Docteur en Chirurgie dentaire dominique.mane-valette@rat.fr

Plus en détail

Chapitre 5 LA COMPRESSION DES IMAGES NUMÉRIQUES

Chapitre 5 LA COMPRESSION DES IMAGES NUMÉRIQUES Chapitre 5 LA COMPRESSION DES IMAGES NUMÉRIQUES 91 PROBLÈMES TRANSMISSION / STOCKAGE Problèmes : Non compressée (c est-à-dire sous forme d un fichier BMP par exemple), une image couleur (en RVB) haute

Plus en détail

Origine et développement d'une méthode de calcul des coûts : la méthode des Unités de Valeur Ajoutée (UVA)

Origine et développement d'une méthode de calcul des coûts : la méthode des Unités de Valeur Ajoutée (UVA) Origine et déveloement d'une méthode de calcul des coûts : la méthode des Unités de Valeur Ajoutée (UVA) Yves Levant, PESOR Faculté Jean Monnet de Sceaux Bâtiment B Bureau 39 54, boulevard Desgranges 92331

Plus en détail

Rapport de TP n 4 Compression Estimation de mouvement

Rapport de TP n 4 Compression Estimation de mouvement Rapport de TP n 4 Compression Estimation de mouvement Master 1 Audiovisuel et Multimédia (ISIS) François Soulier et Romain Laisne Clément Faure-Brac et Clément Follet Professeur : Mme Bacquet 1 mai 008

Plus en détail

On appelle Traitement d'images Numériques (Digital Image Processing) le traitement d'une image bidimensionnelle (2D) par un ordinateur.

On appelle Traitement d'images Numériques (Digital Image Processing) le traitement d'une image bidimensionnelle (2D) par un ordinateur. 1. Introduction On aelle Traitement d'images Numériques (Digital Image Processing) le traitement d'une image bidimensionnelle (2D) ar un ordinateur. Dans le traitement digital de l'image, le système d'acquisition

Plus en détail

Compact Hi-Fi Stereo System

Compact Hi-Fi Stereo System 3-859-538-22(1) Comact Hi-Fi Stereo System Mode d emloi Manual de Instrucciones F ES LBT-XB8AV LBT-XB8AVK 1997 by Sony Cororation AVERTISSEMENT Pour révenir tout risque d incendie ou d électrocution, gardez

Plus en détail

Bois. P.21 Bois-béton à Paris. Carrefour du Bois. Saturateurs. Usinage fenêtres. Bardages P.25 P.34 P.31 P.37. La revue de l activité Bois en France

Bois. P.21 Bois-béton à Paris. Carrefour du Bois. Saturateurs. Usinage fenêtres. Bardages P.25 P.34 P.31 P.37. La revue de l activité Bois en France CMP Bois n 19-12 avril - mai 2010 P.25 Carrefour du Bois P.34 cm La revue de l activité Bois en France Bois Saturateurs P.31 Usinage fenêtres P.37 Bardages Tout our l usinage du bois massif. Tout d un

Plus en détail

Calculatrice vocale basée sur les SVM

Calculatrice vocale basée sur les SVM Calculatrice vocale basée sur les SVM Zaïz Fouzi *, Djeffal Abdelhamid *, Babahenini MohamedChaouki*, Taleb Ahmed Abdelmalik**, * Laboratoire LESIA, Département d Informatique, Université Mohamed Kheider

Plus en détail

Recyclage du verre : Dossier. le sitom fait toute la transparence. des Vallées du Mont-Blanc

Recyclage du verre : Dossier. le sitom fait toute la transparence. des Vallées du Mont-Blanc des Vallées du Mont-Blanc N 24 Hiver 2013 Journal de la collecte et du traitement des déchets ménagers Dossier Recyclage du verre : le sitom fait toute la transarence 3 4 7 8 SOMMAIRE ACTUALITÉ Centre

Plus en détail

H + 0.5O H O + 286860 kj. CH + 2O CO + 2 H O + 892520 kj. 4 2 2 2 vap. 4 2 2 2 liq. CH + 5O 3CO + 4HO + 2224640 kj. 3 8 2 2 2 vap.

H + 0.5O H O + 286860 kj. CH + 2O CO + 2 H O + 892520 kj. 4 2 2 2 vap. 4 2 2 2 liq. CH + 5O 3CO + 4HO + 2224640 kj. 3 8 2 2 2 vap. CHAPIRE III : LES BILANS D'ENERGIE 1. Les chaleurs de réaction La combustion est la réaction exothermique des éléments constituant les combustibles avec de l'oxygène ris dans l'air, dans le but de roduire

Plus en détail

potentiel électrique V

potentiel électrique V Chaitre 3 OSPH Le otentiel électrique 18 3. Le otentiel électrique Le mouvement d'une articule de charge ositive q dans un cham électrique uniforme est analogue au mouvement d'une articule de masse m dans

Plus en détail

Livrable 2.1 Rapport d analyse et de restructuration de code monothread des modules P, T, Q et F de l encodage MPEG-4 AVC

Livrable 2.1 Rapport d analyse et de restructuration de code monothread des modules P, T, Q et F de l encodage MPEG-4 AVC Groupe des Ecoles des Télécommunications Institut National des Télécommunications Département ARTEMIS Advanced Research & TEchniques for Multidimensional Imaging Systems Livrable 2.1 Rapport d analyse

Plus en détail

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1 3- LE MONOOLE DISCRIMINANT Le monoole eut vendre ertaines unités de roduit à des rix différents. On arle de disrimination ar les rix. Selon une terminologie due à igou (The Eonomis of Welfare, 1920), on

Plus en détail

DIVERSIFICATION DES ACTIVITES ET PRIVATISATION DES ENTREPRISES DE CHEMIN DE FER : ENSEIGNEMENTS DES EXEMPLES JAPONAIS

DIVERSIFICATION DES ACTIVITES ET PRIVATISATION DES ENTREPRISES DE CHEMIN DE FER : ENSEIGNEMENTS DES EXEMPLES JAPONAIS Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Laboratoire Paris-Jourdan Sciences Economiques DIVERSIFICATION DES ACTIVITES ET PRIVATISATION DES ENTREPRISES DE CHEMIN DE FER : ENSEIGNEMENTS DES EXEMPLES JAPONAIS

Plus en détail

Introduction à la Synthèse des Filtres Actifs

Introduction à la Synthèse des Filtres Actifs Introduction à la Synthèse des Filtres Actifs Notes de cours Première édition Coyright Faculté Polytechnique de Mons Faculté Polytechnique de Mons Thierry Dutoit Faculté Polytechnique de Mons TCTS Lab

Plus en détail

La compression vidéo avec le standard H.264/AVC

La compression vidéo avec le standard H.264/AVC Nicolas Sertier Emmanuel André Pierre Fritsch Supélec électif Audiovisuel numérique 24 janvier 2005 Plan Présentation générale 1 Présentation générale Origines et historique Caractéristiques 2 50 % de

Plus en détail

Conception innovante d une chaîne de valeur pour le recyclage du verre automobile (Projet ValVer)

Conception innovante d une chaîne de valeur pour le recyclage du verre automobile (Projet ValVer) Concetion innovante d une chaîne de valeur our le recyclage du verre automobile (Projet ValVer) Séminaire des Doctorants 1 ère Année 2010 Laboratoire de Génie Industriel -ECP Présenté ar Fernando TIBAU

Plus en détail

La formation au service des compétences

La formation au service des compétences agir sur les conditions de travail La formation au service des cométences Les enjeux de la réforme de la formation rofessionnelle Des cas d entrerises illustrant la mise en œuvre de la réforme Des fiches

Plus en détail

VOIP. Pr MOUGHIT Mohamed m.moughit@gmail.com. Cours VOIP Pr MOUGHIT Mohamed 1

VOIP. Pr MOUGHIT Mohamed m.moughit@gmail.com. Cours VOIP Pr MOUGHIT Mohamed 1 VOIP Pr MOUGHIT Mohamed m.moughit@gmail.com Cours VOIP Pr MOUGHIT Mohamed 1 Connexion fixe, rédictible Connexion établie avant la numérotation user Centre de commutation La Radio est le suort imrédictible

Plus en détail

Les. aides. du département des. Bouches-du-Rhône. en faveur du. logement. Edition mai 2006

Les. aides. du département des. Bouches-du-Rhône. en faveur du. logement. Edition mai 2006 Les aides du déartement des Bouches-du-Rhône en faveur du logement Edition mai 2006 sommaire h édito Le Déartement dans l exercice d une olitique volontariste Fiche n 1 Fiche n 2 Fiche n 3 Fiche n 4 Fiche

Plus en détail