S2I 1. quartz circuit de commande. Figure 1. Engrenage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S2I 1. quartz circuit de commande. Figure 1. Engrenage"

Transcription

1 TSI 4 heures Calculatrices autorisées 214 S2I 1 L essor de l électronique nomade s accomagne d un besoin accru de sources d énergies miniaturisées. Les contraintes imosées à ces objets nomades sont multiles : libérer l utilisateur des contraintes de charges, offrir une grande durée de fonctionnement, etc. Les réonses à ces défis nécessitent une otimisation de ces sources d énergie miniatures. Cette otimisation imose, en ratique, une solution hybride coulant au système de récuération d énergie, un système de conversion et de stockage de l énergie. Pour illustrer cette roblématique, l objet de l étude est la montre bracelet Autoquartz fabriquée ar la société ETA. Le fonctionnement de cette montre diffère de celui d une montre à quartz traditionnelle ar le fait qu elle utilise le mouvement du orteur comme source d énergie. Le rincie de fonctionnement reose sur la récuération d énergie mécanique accumulée dans un ressort grâce au mouvement d une masselotte, uis, ar l intermédiaire d une génératrice, à la conversion de cette énergie mécanique en énergie électrique. Descrition de la montre Une masselotte transmet son énergie mécanique à une génératrice uis à un élément de stockage (accumulateur Li-Ion) ar l intermédiaire d un ressort siral intégré dans un barillet (figures 1 et 2). 3 (masselotte) 4 4 𝑧1 6 (barillet) 7 (rotor de la génératrice) 5 5 élément de stockage quartz circuit de commande Moteur Lavet Figure 1 Masselotte 3 Roues à cliquets + engrenages Ressort siral Engrenage Génératrice Redresseur Stockage + charge actif Figure 2 L énergie mécanique fournie ar la masselotte est stockée ar l intermédiaire d un système d engrenages à cliquets dans un ressort siral (rerésenté figure 2) dont l une des deux extrémités est solidaire d une roue entrainée en rotation et dont l autre est liée au rotor d une génératrice. Les oscillations de la masselotte ermettent de charger le ressort quel que soit son sens de rotation et l amlitude de ses mouvements. Dès que le coule de rael :6:38 Page 1/12

2 du ressort devient suérieur à l amlitude du coule de détente de la génératrice, il se décharge brusquement entraînant en rotation la génératrice monohasée à aimants. Un redresseur actif à transistors MOS ermet alors de convertir l énergie our charger l élément de stockage qui, comme dans les montres à quartz traditionnelles, redistribue l énergie au circuit de commande et au moteur Lavet assurant la marche des aiguilles. Objectif final et extrait du cahier des charges L objectif final de l étude est la mise en lace d un modèle ermettant la vérification des sécifications extraites du cahier des charges : l énergie moyenne récuérée our une journée doit être au moins 4 mj ; la mise à l heure quotidienne doit être réalisable. I Modélisation du système de récuération d énergie Objectif Déterminer à artir d une analyse structurelle du système Autoquartz l énergie récuérée dans une journée. À cette fin, seront successivement envisagés : l analyse d un modèle cinématique ; l exloitation du modèle cinématique d encliquetage et la détermination des équations de mouvement ; le bilan énergétique de la récuération et de la conversion d énergie. I.A Modélisation structurelle de la liaison masselotte boitier Objectif Mettre en lace un modèle our la liaison masselotte 3 boitier 2. On donne figure 3, un extrait de la rerésentation 2D (limité à une moitié de l axe de la masselotte) définissant l assemblage de la masselotte dans le boitier de la montre. Seule la artie inférieure est rerésentée, l assemblage étant symétrique. z 1 Axe de la masselotte 3 2 Rubis (faible coefficient de frottement) Lame flexible Figure 3 x 2 A 2 B 3 3 C 3 D 2 2 O z 1 Figure 4 Le modèle de la figure 4 est retenu. Seuls sont rerésentés les solides 2 (boitier de la montre) et 3 (masselotte) ainsi que les quatre liaisons en arallèles dont ils font l objet. La flexibilité des tiges n est as rise en comte. Q 1. Donner le degré d hyerstatisme de ce modèle ainsi que la liaison équivalente entre 2 et 3. Quel eut être l intérêt de faire évoluer ce modèle renant en comte la flexibilité des tiges? I.B Étude cinématique de l encliquetage Objectif Montrer d une art, que quel que soit le sens de rotation de la masselotte, le ressort siral est comrimé, et d autre art, évaluer les vitesses angulaires de glissement et en fonction de la rotation instantanée de la masselotte afin de valider ultérieurement le bilan énergétique :6:38 Page 2/12

3 Hyothèses et notations Un ensemble, dit «encliquetage», formé d une art ar 4 et 4 et d autre art 5 et 5, dont la fonction est d entrainer, ar rotation de l une des extrémités du ressort siral, la déformation de ce dernier et ceci, quel que soit le sens de rotation de la masselotte 3. On note Ω ij la rotation instantanée du solide i ar raort au solide j. Les roues 4 et 4 sont liées ar une liaison «cliquet4» définie ainsi : si Ω 42 < alors Ω 44 = (4 et 4 sont en liaison encastrement) ; si Ω 42 > alors Ω 44 (4 et 4 sont en liaison ivot d axe (A 4, z 1 )). De même, les roues 5 et 5 sont liées ar une liaison «cliquet5» définie ainsi : si Ω 52 > alors Ω 55 = (5 et 5 sont en liaison encastrement) ; si Ω 52 < alors Ω 55 (5 et 5 sont en liaison ivot d axe (A 5, z 1 )). z 1 4 y 2 4 z 1 4 y J A K 6 A 4 3 J A K 6 A Ressort siral 7 D C I A 5 génératrice 5 5 Ressort siral 7 C I D A 5 génératrice 2 2 Figure 5 Schémas cinématiques dans les cas où Ω 32 > (Ω 44 = et Ω 55 ) et Ω 32 < (Ω 44 et Ω 55 = ) en ramenant l axe de 3 dans le lan du schéma Roue dentée Rayon rimitif (mm) Nombre de dents Module (mm) 3 1,8 45,8 4 et 5 1,12 28,8 4 et 5 2,2 5,8 6 2,4 6,8 7,48 12,8 On ose k 1 = z 3 z 4 = z 3 z 5 = 1,6 et k 2 = z 6 z 7 = 5, l angle de ression est δ = 2. Figure 6 Deux cas seront distingués selon le signe de Ω 32 et on note ω une quantité ositive. Q 2. Dans le cas où Ω 32 = ω >, montrer que Ω 44 = et Ω 5 2 = k 1 ω. En déduire alors, l exression de Ω 55 en fonction de k 1 et ω. Q 3. Dans le cas où Ω 32 = ω <, montrer que Ω 55 = et Ω 5 2 = k 1 ω. En déduire alors, l exression de Ω 44 en fonction de k 1 et ω. Conclure sur le fonctionnement de l encliquetage. I.C Étude de la quantité d énergie générée Objectif Arès avoir déterminé les équations de mouvement de la masselotte 3, la quantité d énergie générée est évaluée. On se lace dans une hase de charge du ressort our laquelle Ω 32 = ω >, c est-à-dire dans l intervalle de tems [, t 1 ] avec t 1 =,5 s et on envisage la détermination de l équation de mouvement de la masselotte 3 our le mouvement donné du solide 2 : α = ω 1 t 2 avec ω 1 = 9,4 rad s 1. Hyothèses et notations Toutes les liaisons entre solides sont suosées arfaites. 1 est un solide auquel est lié le reère galiléen (O, x 1, y 1, z 1 ) ; avec g = gx 1 (g = 9,81 m s 2 ) :6:38 Page 3/12

4 2 est un solide auquel est lié rigidement le boitier de la montre. Ce solide 2 est suosé en mouvement de rotation ar raort à 1 autour de l axe (O, z 1 ). (Il ourrait être associé au mouvement de rotation du bras autour de l éaule.) Le reère lié à 2 est (O, x 2, y 2, z 1 ) et on ose OA = ax2 avec a =,6 m. la masselotte 3 est mobile en rotation ar raort à 2 autour de (A, z 1 ). Le reère lié à 3 est noté (A, x 3, y 3, z 1 ), AG = r 3 x 3 avec r 3 = 6,2 1 3 m. Sa masse est m 3 = 3, kg. Son moment d inertie ar raort à l axe (A, z 1 ) est C 3 =, kg m 2. les aramètres géométriques sont définis ar les notations données figure 7. O x y 1 A θ 32 x 2 3 G x 3 y 2 z 1 y 1 α x 2 x 1 y 3 y 2 z 1 θ 32 x 3 x 2 Figure 7 un ressort siral, logé à l intérieur d une roue dentée 6 (nommée «barillet»), a l une de ses deux extrémités entrainée en rotation ar 5, et a l autre extrémité solidaire du barillet 6. Cet ensemble a une masse négligeable. au début du mouvement, le ressort est suosé comlètement déchargé et la génératrice ne débite as de courant. On note le torseur des actions du ressort sur 5 : {ressort 5 } = K R (θ 62 θ 5 2) z 1 avec K R = 12,5 1 6 N m rad 1. la génératrice est formée d un stator à griffes et d un rotor à aimants ermanents entrainé en rotation dès que le coule de rael du ressort devient suérieur à la valeur crête du coule de détente de la génératrice (décharge du ressort). On note {emd 7} = (C d (θ 72 ) + C em (θ 72 )) z 1 C le torseur modélisant les coules au niveau de la génératrice, avec C d (θ 72 ) le coule de détente de la génératrice, et C em (θ 72 ) le coule électromagnétique de la génératrice. Le coule électromagnétique C em (θ 72 ) n existe que durant la hase de débit de la génératrice. Le rotor comorte une roue dentée (rayon R 7 ), son moment d inertie ar raort à l axe (D, z 1 ) est C 7 =,3 1 6 kg m 2. Q 4. Donner l exression des torseurs cinématiques {2 1} et {3 2} ar leurs éléments de réductions resectivement aux oints O et A ; en déduire le torseur cinématique {3 1} ar ses éléments de réduction au oint A, et au oint G exrimés sur la base ( x 2, y 2, z 1 ). Q 5. Faire succesivement l inventaire des efforts extérieurs aliqués à 4 uis à 5. En déduire, our θ 62 = que la rojection M(A, 4 3) z 1 = k 1 K R θ 32. Q 6. Faire l inventaire des efforts extérieurs aliqués à 3 et en déduire, ar alication du théorème du moment dynamique en A et en rojection sur z 1, une équation de la forme A 1 θ32 + B 1 sin θ 32 + C 1 θ 32 + D 1 sin(ω 1 t + θ 32 ) = où on déterminera A 1, B 1, C 1 et D 1. La figure 8 donne l évolution de θ 32 et de θ 32 sur l intervalle [, t 1 ]. C θ 32 (rad) tems(ms) θ32 (rad s 1 ) tems(s) Figure 8 Evolution de θ 32 et θ 32 Une identification exérimentale a ermis d une art, l évaluation du coefficient de frottement visqueux dans les cliquets (f vc = 1,2 1 9 N m rad 1 s 1 et d autre art, de montrer le caractère négligeable des ertes ar frottement sec. On envisage our un cycle de charge l évaluation des ertes afin de valider le choix de liaison arfaite effectué récédemment. Q 7. Montrer que la uissance dissiée dans le cliquet fonctionnant en liaison ivot est donnée ar P c = 4f vc k 2 1 ω2 avec Ω 32 = ±ω. Prooser une évaluation numérique de cette uissance :6:38 Page 4/12

5 I.D Étude de la conversion et du stockage de l énergie Objectif Déterminer l énergie récuérée sur une journée. Pour cela, seront envisagés : les déterminations de l énergie de déformation du ressort et de l énergie récuérée lors d une décharge ; l évaluation des ertes de la chaîne d énergie ; la détermination de l énergie récuérée sur une journée. I.D.1) Détermination des équations de mouvement et identification de certains aramètres Pour simlifier l étude, seule la charge du ressort dans le cas Ω 32 = ω > est envisagée. La génératrice utilisée comorte un stator à griffes (voir figure 9). L interaction des aimants en surface du rotor avec la denture statorique génère un coule dit de détente. Ce dernier est fonction de la osition du rotor θ 72 et du nombre de aire de ôles, noté = 7. Le coule de détente est considéré comme un coule résistant vis à vis de l action du ressort. z 1 Figure 9 Génératrice Une simulation ar éléments finis de la génératrice renant en comte les matériaux utilisés, ermet de déduire une exression du coule de détente. Les résultats obtenus sont rerésentés sur la figure Coule de détente 1 Sectre en amlitude du coule de détente 1 8 μn m 5 5 θ 72 μn m rad Figure 1 Coule de détente obtenu ar simulation Q 8. Choisir un modèle du coule de détente C d (θ 72 ), limité à un seul harmonique, à artir des rerésentations sectrales et temorelles. R L action mécanique de 6 sur 7 est rerésentée ar le torseur {6 7} = 67 avec R 67 = R 67 (cos δ x 2 + I sin δ y 2 ). On souhaite déterminer la relation entre la valeur crête du coule de détente et l énergie maximale stockée dans le ressort. Q 9. Par alication du théorème du moment dynamique en C au solide 6 (masse négligeable) dans son mouvement ar raort à 1, donner la relation liant R 67 au coule déveloé ar le ressort. Q 1. Par alication du théorème du moment dynamique en D au solide 7 dans son mouvement ar raort à 1 (hase de charge seule), donner la relation liant R 67 au coule de détente C d (θ 72 ) de la génératrice. À l instant récédent la décharge, l évolution de la osition de la génératrice θ 72 eut être considérée comme quasi-statique. Q 11. Montrer que, dans ce cas, l amlitude du coule de détente notée C d s exrime ar C d = K R(θ 62 θ 5 2) k 2. En déduire, à artir des résultats récédents, la rotation relative des extrémités du ressort conduisant à une décharge. Exérimentalement, la valeur trouvée est de 15. Comarer ces deux résultats :6:38 Page 5/12

6 Afin de déterminer l énergie maximale stockée dans le ressort, on envisage le calcul de uissance déveloée ar le ressort siral monté entre les solides 5 et 6. Q 12. Donner l exression de la uissance déveloée ar le ressort (notée P R ) en fonction de θ 62 θ 5 2, K R et Ω 5 6. En déduire que l énergie de déformation E d (définie ar P R = de d ) du ressort est donnée ar E d = 1 2 K R(θ 62 θ 5 2) 2. Faire l alication numérique et conclure sur l énergie stockée dans le ressort avant une décharge. I.D.2) Quantification de l énergie récuérée, étude de la décharge Lorsque le ressort a emmagasiné suffisamment d énergie, une décharge se roduit et la génératrice débite un courant sur un redresseur actif et sur un élément de stockage de technologie Li-Ion. Le coule électromagnétique de la génératrice est alors non nul et eut être déterminé à artir de l exression du courant débité ar la génératrice, noté i g. i g R g K 1 K 2 i batt e g V R s K 3 K 4 Génératrice Figure 11 Redresseur actif Chaine d énergie côté électrique Stockage, consommation Le redresseur actif est un modulateur AC-DC dont les interruteurs à semi-conducteurs K 1 à K 4 sont des transistors MOS commandés en leine onde. Grâce à la commande, le fonctionnement est le même qu un redresseur à diodes standard et les formes d ondes euvent donc être déterminées de la même manière. Hyothèses et notations le modèle de connaissance de la génératrice est défini ar les équations suivantes : le flux φ(θ 72 ) = φ max sin(θ 72 ), la fém e g (t) = dφ, la uissance électromagnétique em (t) = e(t)i g (t) = c em (t) θ 72 (t), φ max =,7 mwb, le nombre de aires de ôles = 7 ; le coule électromagnétique est défini ar la relation suivante : c em (θ 72 ) = i g (θ 72 ) dφ(θ 72) ; dθ 72 les ertes au niveau de la génératrice sont limitées aux ertes ar effet Joule et aux ertes ar frottements visqueux ; la résistance d induit de la génératrice notée R g vaut 32 Ω, l inductance L g de la génératrice est négligée ; la vitesse de rotation de la génératrice θ 72 est suosée constante our cette étude ; un interruteur (transistor MOS) à l état assant sera modélisé ar une résistance R d = 3 Ω ; our chaque interruteur, les ertes ar commutation sont négligées devant les ertes ar conduction qui corresondent aux ertes ar effet Joule dans la résistance R d ; la tension V de l élément de stockage est suosée constante et égale à 1,5 V durant une décharge. Q 13. Donner le modèle équivalent de l ensemble génératrice+redresseur+stockage lorsque K 1 et K 4 sont assants. En déduire la valeur maximale du courant i g, notée I gmax, en fonction de, φ max, θ 72, R d, R g et V. Une simulation ermet d obtenir une rerésentation du courant débité ar la génératrice. Les résultats obtenus sont rerésentés sur la figure 12. Intensité du courant I gmax I gmax Courant i g débité ar la génératrice Figure θ 72 Amlitude (% I gmax ) Sectre en amlitude du courant i g Courant débité ar la génératrice obtenu ar simulation 8% 4% rad :6:38 Page 6/12

7 Q 14. Choisir le modèle du courant i g (θ 72 ), limité à un seul harmonique, à artir de ses rerésentations sectrales et temorelles. En déduire le modèle du coule électromagnétique, valable lors d une décharge du ressort. Q 15. Déduire des résultats des questions 9, 1 et 14, l équation de mouvement du rotor 7 de la génératrice. I.D.3) Évaluation des ertes dans la chaîne d énergie lors d une décharge La rerésentation de la solution de l équation de mouvement du rotor 7, our un mouvement d entrée tel que α = ω 1 t 2 avec ω 1 = 9,4 rad s 1 est donnée figure 13. L évaluation de l énergie récuérée ar l élément de stockage est réalisée en régime ermanent. Les ertes dans la génératrice et dans le redresseur actif sont alors évaluées à artir des résultats récédents. θ72 (rad s 1 ) Figure 13 Vitesse de rotation de la génératrice tems (s) Une identification exérimentale a ermis d une art, l évaluation du coefficient de frottement visqueux dans la liaison ivot de la génératrice f vg = 1,5 1 9 N m s rad 1 et, d autre art, de montrer le caractère négligeable des ertes ar frottement sec. Une simulation a ermis de déterminer les valeurs moyennes et efficaces des courants our les interruteurs K 1 à K 4 : <i K1 > = <i K2 > = <i K3 > = <i K4 > =,76 ma ; I K1 = I K2 = I K3 = I K4 =,88 ma. Q 16. Donner une exression littérale des uissances dissiées dans la génératrice. Calculer les valeurs numériques en renant en comte les harmoniques de la figure 12. Déterminer les ertes en conduction our l interruteur K 1. En déduire les ertes totales our le redresseur actif uis, justifier ce choix technologique ar raort à un redresseur de tye ont de diodes en s auyant sur une évaluation comarée des ertes. Les diodes seront modélisées à l état assant ar une source de tension V d =, 2 V. Q 17. Conclure sur quel élément il faudrait agir en riorité our améliorer le rendement de la chaine d énergie. Le courant chargeant l élément de stockage est relié au courant de la génératrice ar la fonction de modulation arochée i batt (θ 72 ) = i g (θ 72 ),7 cos(θ 72 ). On suose le courant de décharge de la batterie négligeable devant le courant de charge. Q 18. Déterminer l énergie récuérée dans l élément de stockage our une décharge du ressort sachant qu elle dure environ 4 ms uis, conclure sur l énergie totale récuérée sur une journée moyenne (1 décharges ar jour). II Évaluation de la caacité à mettre à l heure automatiquement Objectif Vérifier que l énergie récuérée en une journée ermet la mise à l heure automatique. La remière étae consiste en l étude de la récuération des signaux horaires, la deuxième en la vérification de la caacité du système à réaliser la mise à l heure automatique. II.A Modélisation de la récuération du signal de mise à l heure Afin d être arfaitement à l heure, la montre utilise les signaux horaires DCF77 qu elle reçoit automatiquement chaque jour à deux heures du matin. Si la récetion des ondes radio est réussie, celle-ci n est as effectuée à trois et quatre heures du matin. La récetion eut aussi être demandée ar l utilisateur. L émetteur de ces signaux horaires est situé en Allemagne à Mainflingen et transmet les signaux horaires de l horloge atomique à jet de césium de l institut fédéral de hysique de Braunschweig. Les signaux horaires de l horloge atomique sont transmis via une modulation d amlitude de fréquence de orteuse f = 77,5 khz. L émetteur a une uissance de 3 kw, sa ortée minimale est de 1 5 km. La structure de la chaîne d information our le signal DCF77 est rerésentée figure 14. Le circuit de commande de la montre traite et comare les informations reçues avec celles de l horloge interne. Si elles diffèrent, la correction est automatique :6:38 Page 7/12

8 Réceteur 77,5 khz Signal DCF77 Antenne Réceteur Signal numérique Décodeur DCF77 Date Heure Figure 14 II.A.1) Récuération du signal transmis La relation entre la uissance reçue ar le réceteur P r (en dbm), la uissance émise P e (en dbm), la distance arcourue ar l onde d (en km) et la fréquence de la orteuse f (en Hz) est : P r = P e 2 log 1 (d) 2 log 1 (f ) + 27,5 La uissance en dbm est définie à artir de la uissance en milliwatt ar la relation suivante : P dbm = 1 log 1 (P mw ) Q 19. Justifier le choix de l utilisation d une modulation d amlitude our transmettre les signaux DCF77 dans toute l Euroe (rayon de 1 5 km autour de l émetteur). Vérifier que les signaux sont détectables en déterminant la distance maximale de récetion si la sensibilité du réceteur de la montre est de 6 dbm. Afin de ouvoir récuérer le signal horaire DCF77, la démodulation est réalisée à l aide d un démodulateur synchrone. Ce dernier ermet de récuérer le signal modulant m(t) en multiliant le signal modulé adaté v e (t) ar un signal sinusoïdal v (t) de même fréquence que la orteuse uis en le filtrant. v in (t) Circuit de récetion v e(t) Récuération de la orteuse v (t) Multilieur v m (t) Filtre asse-bas v mc (t) Figure 15 Démodulation synchrone Hyothèses et notations le signal horaire DCF77 mis en forme est défini ar la relation v e (t) = ˆV e (1 + km(t)) cos(ω t), où m(t) est le signal modulant du DCF77, ω la ulsation de la orteuse du signal DCF77 et ˆV e = 5 V ; le multilieur est défini ar la relation v m (t) = Av e (t)v (t) ; v (t) = ˆV cos(ω t+φ eb ) où φ eb est l erreur de hase due au bruit qui se suerose dans les conditions réelles de transmission ; le filtre asse-bas est défini ar le gabarit de la figure 16. Gain du filtre (db) Fréquence (khz) 8 Figure 16 Gabarit du filtre asse-bas Q 2. Déterminer l exression de la tension en sortie du multilieur v m (t). En déduire l exression de v mc (t) à artir du gabarit du filtre asse-bas uis, déterminer la valeur de l erreur de hase φ eb our laquelle la récuération du signal modulant n est lus ossible. Pour corriger ce roblème, une boucle à verrouillage de hase (BVP) est utilisée our récuérer la orteuse en réalisant un asservissement de hase. La structure de la BVP est rerésentée figure 17. v e (t) Multilieur v m (t) Filtre de boucle v c (t) Oscillateur contrôlé en tension (OCT) v s (t) Figure 17 Structure de la boucle à verrouillage de hase :6:38 Page 8/12

9 Cette boucle à verrouillage de hase est comosée de trois sous-ensembles : un multilieur défini ar v m (t) = K d v e (t)v s (t) avec K d = 5 V rad 1 ; un filtre de boucle asse-bas de gain unitaire, ermettant d atténuer les harmoniques de ulsation suérieure à ω à la sortie du mutlilieur ; un oscillateur contrôlé en tension (OCT) délivrant un signal sinusoïdal d amlitude constante et de ulsation roortionnelle à la tension de sortie du filtre de boucle. Hyothèses et notations la tension d entrée de la BVP est suosée de la forme v e (t) = ˆV e cos(θ e (t)) = ˆV e cos(ω t+φ e (t)) de ulsation instantanée ω e (t) = dθ e(t) = ω + dφ e(t) et de hase φ e (t) ; la tension de sortie de la BVP est suosée de la forme v s (t) = ˆV s sin(θ s (t)) = ˆV s sin(ω t+φ s (t)) de ulsation instantanée ω s (t) = dθ s(t) = ω + dφ s(t) et de hase φ s (t) ; la comosante variable dφ s(t) est roortionnelle à la tension de commande v c (t) ; on ose dφ s(t) = K v c (t) avec K = 21 4 rad V 1 s 1 ; les écarts ar raort à ω des ulsations instantanées de v s (t) et de v e (t) sont très faibles devant ω, soit dφ s(t) ω et dφ e(t) ω. L objectif est d asservir φ s (t) à φ e (t), considérées resectivement comme les grandeurs de sortie et d entrée de l asservissement de hase qui eut être rerésenté ar le schéma-bloc de la figure 18. φ e () + ε() K m V m () H 1 () V c () H 2 () φ s () Figure 18 Schéma-bloc de l asservissement de φ s () à φ e () La BVP est suosée verrouillée, c est à dire que la différence de hase φ e (t) φ s (t) reste roche de. Dans ce cas, les tensions v e (t) et v s (t) sont en quadrature de hase. L écart statique en régime ermanent en réonse à un échelon unitaire de hase doit être nul. II.A.2) Modélisation des constituants de la BVP Q 21. Déterminer la différence de otentiel v m (t) à la sortie du multilieur uis, simlifier l exression obtenue en ne conservant que la comosante basse fréquence non attenuée ar le filtre de boucle. En déduire l exression du gain K m, en linéarisant l exression récédente autour du oint de reos φ e (t) φ s (t). Les diagrammes de Bode du filtre de boucle de fonction de transfert H 1 () sont donnés figure 19. Gain (db) Phase ( ) Figure 19 Pulsation (rad s 1 ) Diagrammes de Bode de H 1 () 1 + τ Q 22. Identifier les aramètres de la fonction de transfert H 1 () = K 1 c du filtre de boucle à artir 1 + τ 2 des diagrammes de Bode ; déterminer la fonction de transfert H 2 () modélisant l oscillateur contrôlé en tension (OCT). En déduire, à l aide de la la figure 18, la fonction de transfert en boucle ouverte notée H BO (). Les diagrammes de Bode de la fonction de transfert en boucle ouverte ainsi corrigée sont rerésentés figure :6:38 Page 9/12

10 Gain (db) Phase ( ) Figure 2 Pulsation (rad s 1 ) Diagrammes de Bode de la fonction de transfert en Boucle ouverte Q 23. Étudier la stabilité de la boucle à verrouillage de hase et déterminer l écart statique en régime ermanent et en réonse à un échelon unitaire de hase. Indiquer si tous les critères ermettant de réaliser une démodulation synchrone sont resectés. II.A.3) Décodage des informations transmises Les signaux horaires DCF77 sont codés en BCD (Décimal Codé Binaire). Un exemle de codage BCD est donné figure 21. Chaque trame est divisée en soixante secondes. Au début de chaque seconde, l amlitude de l onde émise est réduite à environ 15% de l amlitude initiale. La durée de cette réduction définit la valeur du bit transmis, 1 ms our un et 2 ms our un Start 5 3 Parité s 2 ms 1 ms Figure 21 Exemle de trame DCF77 (bits 2 à 28) donnant les minutes (35 ici) Chaque trame donne l heure légale de la minute suivante, le début de la trame suivante agit donc comme le to horaire de l horloge arlante («au to, il sera exactement»). La signification des 59 bits d une trame est donnée ar le tableau ci-dessous. Bits Début de trame (bit à ) Signification 1 14 Contient des données d alerte ou de météorologie transmises ar des tierces arties 15 Bit d alerte our signaler à l oérateur un dysfonctionnement du système 16 Indication d un changement d heure été/hiver au début de l heure suivante Décalage de l heure émise ar raort au tems UTC 1 : UTC+1h (heure d hiver) 1 : UTC+2h (heure d été) 19 Indication d ajout d une seconde intercalaire à la fin de l heure (correction des irrégularités de rotation de la Terre) 2 Bit de start, toujours à 1, marque le début de la transmission des informations horaires Minutes ( à 59) codées en BCD, le oids de chaque bit 21 à 27 est resectivement 1, 2, 4, 8, 1, 2 et 4 28 Bit de arité aire sur les bits 21 à Heure ( à 23) codée en BCD, le oids de chaque bit 29 à 34 est resectivement 1, 2, 4, 8, 1 et 2 35 Bit de arité aire sur les bits 29 à Jour dans le mois (1 à 31) codé en BCD, le oids de chaque bit 36 à 41 est resectivement 1, 2, 4, 8, 1 et Jour de la semaine (1 à 7) codé en BCD, le oids de chaque bit 42 à 44 est resectivement 1, 2 et Numéro du mois (1 à 12) codé en BCD, le oids de chaque bit 45 à 49 est resectivement 1, 2, 4, 8 et :6:38 Page 1/12

11 Bits Signification 5 57 Année dans le siècle ( à 99) codée en BCD, le oids de chaque bit 5 à 57 est resectivement 1, 2, 4, 8, 1, 2, 4 et 8 58 Bit de arité aire sur les bits 36 à 57 Le codage horaire commence véritablement à la seconde 2. Puisque les minutes vont de à 59, le chiffre des dizaines n est jamais suérieur à 5 et donc il eut être codé sur 3 bits seulement. Des raisonnements similaires s aliquent our l heure, le jour du mois et le mois. Il est à noter également que les bits de oids faibles sont transmis en remier. Les jours de la semaine sont codés suivant la norme ISO 861 de 1 (lundi) à 7 (dimanche). Le bit de arité d un groue de bits est à si le nombre de bits à 1 dans le groue est air, à 1 si le nombre de bits à 1 dans le groue est imair. Dans la suite de cette étude, les bits de la trame ourront être notés B i, où i est le numéro du bit de la trame. Un exemle de trame reçue à deux heures du matin lors de la connexion quotidienne (bits 2 à 58 uniquement) est : Q 24. Indiquer l intérêt du contrôle de arité dans la transmission. Prooser un algorithme (ou des fonctions logiques) ermettant de détecter l existence d une erreur dans la transmission des heures. Exliquer alors comment déterminer s il y a eu une erreur dans la transmission de la trame comlète. Q 25. Décoder les informations contenues dans la trame ci-dessus et en déduire l oération de mise à l heure qui sera effectuée. II.B Modélisation du moteur de commande des aiguilles et évaluation de la consommation Le mouvement des aiguilles de la montre est réalisé ar un moteur as à as Lavet à rotor biolaire. Son fonctionnement nécessite des imulsions alternativement ositives et négatives. La durée des imulsions déend de la technologie du moteur et varie de 2 à 2 ms. Afin de déterminer l énergie nécessaire our la mise à l heure, une simulation des modèles du moteur et de sa commande est envisagée dans l étude qui suit. Hyothèses et notations la tension V de l élément de stockage est suosée constante et égale à 1,5 V ; le modèle de connaissance du moteur Lavet est défini ar les équations suivantes : u m (t) = R m i m (t) + di L m (t) m + e(t) ; e(t) = k sin(θ)ω(t) ; c em (t) = k sin(θ)i m (t) ; avec θ(t) et Ω(t) la osition et la vitesse du rotor du moteur Lavet, u m (t) la tension statorique, i m (t) le courant statorique, R m la résistance de l enroulement et L m l inductance rore ; lors d une oération de mise à l heure le moteur Lavet est commandé en leine onde ; Un essai à rotor bloqué avec un échelon de tension de 1 V a ermis d obtenir le relevé du courant i m (t) rerésenté figure 22. i m (t) courant (ma),8,6,4, tems (ms) Figure 22 Évolution du courant du moteur Lavet avec un essai à rotor bloqué Q 26. Dans le cas de l essai à rotor bloqué, simlifier les équations du modèle de connaissance. En déduire, à artir des résultats de la figure 22, le modèle équivalent du stator du moteur Lavet (inductance L m et résistance R m ) à imlanter dans le logiciel de simulation. Lors d une mise à l heure, la tension à imoser aux bornes du moteur est rerésentée figure 23 ainsi que la structure de commande du micromoteur Lavet. Q 27. Indiquer si la règle d association des sources est resectée. Justifier le choix technologique our les interruteurs de uissance ainsi que la structure utilisée our commander le moteur Lavet. Déterminer la loi de commande à aramétrer dans la simulation our obtenir la tension rerésentée figure :6:38 Page 11/12

12 u m i batt (t) T 1 D 1 T 2 D 2 +V V R m L m i m (t) u m (t) e(t) θ V T 3 D 3 T 4 D 4 Figure 23 Structure de commande et tension à aliquer Le modèle imlanté dans un logiciel de simulation multihysique a ermis d obtenir la vitesse angulaire du rotor et le courant débité i batt (t) en régime ermanent ar l élément de stockage lors d une oération de mise à l heure (cf figure 24). vitesse (rad s 1 ) Vitesse du rotor du moteur Lavet tems (s) Figure 24 courant (ma),8 Courant i batt (t) en régime ermanent,7,6,5,4,3,2,1 4 8 tems (ms) Résultats de la simulation our une oération de mise à l heure Q 28. À artir des relevés récédents, évaluer numériquement l énergie nécessaire our effectuer la mise à l heure. Conclure ar raort aux sécifications du cahier des charges données au début du sujet. III Conclusion sur l étude Q 29. Énoncer en quelques lignes, une synthèse des modélisations conduites en récisant à la fois, les limites des résultats obtenus mais aussi, les hyothèses ou choix effectués qui vous araissent devoir être réexaminés. FIN :6:38 Page 12/12

DM 1 : Montre Autoquartz ETA

DM 1 : Montre Autoquartz ETA Lycée Masséna DM 1 : Montre Autoquartz ETA 1 Présentation de la montre L essor de l électronique nomade s accompagne d un besoin accru de sources d énergies miniaturisées. Les contraintes imposées à ces

Plus en détail

Module : réponse d un système linéaire

Module : réponse d un système linéaire BSEL - Physique aliquée Module : réonse d un système linéaire Diaoramas () : diagrammes de Bode, réonse Résumé de cours - Caractérisation d un système hysique - Calcul de la réonse our une entrée donnée

Plus en détail

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques).

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques). CHAINE DE TRANSMISSION Nous avons une information que nous voulons transmettre (signal, images, sons ). Nous avons besoin d une chaîne de transmission comosée de trois éléments rinciaux : 1. L émetteur

Plus en détail

Notions générales d acoustique (Deuxième version)

Notions générales d acoustique (Deuxième version) Coriandre Vilain le 8 mars 1 ICP-INPG 46, av. Felix Viallet 3831 Grenoble cedex 1 tel : 4-76-57-47-13 email : cvilain@ic.ing.fr Notions générales d acoustique (Deuxième version) Notations : Les vecteurs

Plus en détail

ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE 2.

ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE 2. Lycée Louis ARMAND : 45 4 8 8 73 Bd de Strasbourg : 48 73 63 5 ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE. Asservissement de vitesse et de coule d'une machine à courant continu. Objectif Connaître les rincies

Plus en détail

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER 1. Euclide, relation de Bézout, gcd Exercice 1. [DKM94,.14] Montrer que 6 n 3 n our tout entier n ositif. Exercice 2. [DKM94,.15]

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

S2I. La robotique au service du handicap

S2I. La robotique au service du handicap I Introduction S2I PSI 4 heures Calculatrices autorisées La robotique au service du handicap 2010 Les avancées technologiques récentes des actionneurs électriques ont permis le développement du champ d

Plus en détail

Xavier Renoux / Région Picardie. Développement culturel. Règlement d intervention

Xavier Renoux / Région Picardie. Développement culturel. Règlement d intervention Xavier Renoux / Région Picardie Déveloement culturel Règlement d intervention Adoté ar délibération du Conseil régional de Picardie du 29 mars 2013 Sommaire 2 Proos liminaires CONDITIONS GENERALES D INSTRUCTION

Plus en détail

Module 6: Chaînes de Markov à temps discret

Module 6: Chaînes de Markov à temps discret Module 6: Chaînes de Markov à tems discret Patrick Thiran 1 Définition Un rocessus stochastique est dit markovien (d ordre 1) si l évolution future du rocessus ne déend que de sa valeur actuelle et non

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR COMPORTEMENT DYNAMIQUE D UN VEHICULE AUTO-BALANCÉ DE TYPE SEGWAY Partie I - Analyse système Poignée directionnelle Barre d appui Plate-forme Photographies 1 Le support

Plus en détail

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges?

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges? Compétences générales Avoir des piles neuves, ou récentes dans sa machine à calculer. Etre capable de retrouver instantanément une info dans sa machine. Prendre une bouteille d eau. Prendre CNI + convocation.

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

Des familles de deux enfants

Des familles de deux enfants Des familles de deux enfants Claudine Schwartz, IREM de Grenoble Professeur, Université Joseh Fourier Les questions et sont osées dans le dernier numéro de «Pour la Science» (n 336, octobre 2005, article

Plus en détail

Découvrez les bâtiments* modulaires démontables

Découvrez les bâtiments* modulaires démontables Découvrez les bâtiments* modulaires démontables w Industrie w Distribution * le terme «bâtiment» est utilisé our la bonne comréhension de l activité de Locabri. Il s agit de structures modulaires démontables

Plus en détail

S2I 1. Récupération de l énergie de la houle marine : Système SEAREV (Système Électrique Autonome de Récupération de l Énergie des Vagues)

S2I 1. Récupération de l énergie de la houle marine : Système SEAREV (Système Électrique Autonome de Récupération de l Énergie des Vagues) TSI 4 heures Calculatrices autorisées 2011 S2I 1 Récupération de l énergie de la houle marine : Système SEAREV (Système Électrique Autonome de Récupération de l Énergie des Vagues) Les ressources en énergie

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Industrielles pour l Ingénieur Centre d Intérêt 5 : ALIMENTER en énergie RADIOS FREEPLAY : Génération d'énergie électrique pour une radio sans piles dans les pays en voie de développement COURS

Plus en détail

Accès optiques : la nouvelle montée en débit

Accès optiques : la nouvelle montée en débit Internet FTR&D Dossier du mois d'octobre 2005 Accès otiques : la nouvelle montée en débit Dans le domaine du haut débit, les accès en France sont our le moment très majoritairement basés sur les technologies

Plus en détail

H + 0.5O H O + 286860 kj. CH + 2O CO + 2 H O + 892520 kj. 4 2 2 2 vap. 4 2 2 2 liq. CH + 5O 3CO + 4HO + 2224640 kj. 3 8 2 2 2 vap.

H + 0.5O H O + 286860 kj. CH + 2O CO + 2 H O + 892520 kj. 4 2 2 2 vap. 4 2 2 2 liq. CH + 5O 3CO + 4HO + 2224640 kj. 3 8 2 2 2 vap. CHAPIRE III : LES BILANS D'ENERGIE 1. Les chaleurs de réaction La combustion est la réaction exothermique des éléments constituant les combustibles avec de l'oxygène ris dans l'air, dans le but de roduire

Plus en détail

dénombrement, loi binomiale

dénombrement, loi binomiale dénombrement, loi binomiale Table des matières I) Introduction au dénombrement 1 1. Problème ouvert....................................... 2 2. Jeux et dénombrements...................................

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR (X) Quelques aspects de la mesure du temps

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR (X) Quelques aspects de la mesure du temps X Physique et Sciences de l ingénieur MP 2011 Énoncé 1/14 ÉCOLE POLYTECHNIQUE CONCOURS D ADMISSION 2011 FILIÈRE MP COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR (X) (Durée : 4 heures) L utilisation

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

CABLECAM de HYMATOM. Figure 1 : Schéma du système câblecam et détail du moufle vu de dessus.

CABLECAM de HYMATOM. Figure 1 : Schéma du système câblecam et détail du moufle vu de dessus. CABLECAM de HYMATOM La société Hymatom conçoit et fabrique des systèmes de vidéosurveillance. Le système câblecam (figure 1) est composé d un chariot mobile sur quatre roues posé sur deux câbles porteurs

Plus en détail

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier :

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier : SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION Contenu du dossier : 1. PRESENTATION DU SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO....1 1.1. DESCRIPTION DU FABRICANT....1

Plus en détail

Un modèle de composition automatique et distribuée de services web par planification

Un modèle de composition automatique et distribuée de services web par planification Un modèle de comosition automatique et distribuée de services web ar lanification Damien Pellier * Humbert Fiorino ** * Centre de Recherche en Informatique de Paris 5 Université Paris Descartes 45, rue

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.)

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) SESSION 2014 PSISI07 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI " SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

Compression scalable d'images vidéo par ondelettes 2D+t

Compression scalable d'images vidéo par ondelettes 2D+t Comression scalable d'images vidéo ar ondelettes 2D+t Madji Samia, Serir Amina et Ouanane Abdelhak Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene, Laboratoire de traitement d images et

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1 3- LE MONOOLE DISCRIMINANT Le monoole eut vendre ertaines unités de roduit à des rix différents. On arle de disrimination ar les rix. Selon une terminologie due à igou (The Eonomis of Welfare, 1920), on

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

S2I. Analyse sanguine automatisée

S2I. Analyse sanguine automatisée I S2I MP 3 heures Calculatrices autorisées Analyse sanguine automatisée Problématique de l analyse sanguine 2010 L évolution des connaissances associées à l analyse sanguine a conduit à l amélioration

Plus en détail

TRACTEURS PORTE-OUTILS Systèmes de travail polyvalents

TRACTEURS PORTE-OUTILS Systèmes de travail polyvalents Technologie Tre Emme Srl une société du Groue Merlo 3M RANGE - R TRACTEURS ORTE-OUTILS Systèmes de travail olyvalents Constructeur de confiance. orte-outils Série B quand le travail se fait dur. our ceux

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Le sujet comporte les documents suivants :

Le sujet comporte les documents suivants : Le sujet comporte les documents suivants : - le texte du sujet qui comprend 24 pages numérotées de 1/24 à 24/24, - quatre documents annexes numérotés annexe 1, 2, 3 et 4, - quatre documents réponses numérotés

Plus en détail

Moteurs pas à pas Michel ABIGNOLI Clément GOELDEL Principe des moteurs pas à pas Structures et modèles de description Alimentation Commande

Moteurs pas à pas Michel ABIGNOLI Clément GOELDEL Principe des moteurs pas à pas Structures et modèles de description Alimentation Commande Moteurs pas à pas par Michel ABIGNOLI Professeur d Université à l ENSEM (École Nationale Supérieure d Électricité et de Mécanique de Nancy) et Clément GOELDEL Professeur d Université à la Faculté des Sciences

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO»

Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO» ECOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 212 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES INGENIEURS DU CONTROLE DE LA NAVIGATION AERIENNE Epreuve optionnelle obligatoire de SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGENIEUR

Plus en détail

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov 1 MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov Pourquoi motoriser un télescope? 2 Pour compenser le mouvement de la terre (15 /h) Observation visuelle Les

Plus en détail

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1 1 Introduction Un convertisseur statique est un montage utilisant des interrupteurs à semiconducteurs permettant par une commande convenable de ces derniers de régler un transfert d énergie entre une source

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

TP : Outils de simulation. March 13, 2015

TP : Outils de simulation. March 13, 2015 TP : Outils de simulation March 13, 2015 Chater 1 Initialisation Scilab Calculatrice matricielle Exercice 1. Système Unix Créer sous Unix un réertoire de travail outil_simulation dans votre home réertoire.

Plus en détail

Module : filtrage analogique

Module : filtrage analogique BSEL - Physique appliquée Module : filtrage analogique Diaporama : aucun ésumé de cours - Les différents types de filtres - Transmittance en z d un filtre numérique 3- Algorithme de calcul de y n 4- Stabilité

Plus en détail

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6 Réseaux TD n 6 Rappels : Théorème de Nyquist (ligne non bruitée) : Dmax = 2H log 2 V Théorème de Shannon (ligne bruitée) : C = H log 2 (1+ S/B) Relation entre débit binaire et rapidité de modulation :

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information. Juin 2009. «La virtualisation» CNAM Lille. Auditeur BAULE.L 1

NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information. Juin 2009. «La virtualisation» CNAM Lille. Auditeur BAULE.L 1 Juin 2009 NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information CNAM Lille «La virtualisation» Auditeur BAULE.L 1 Plan INTRODUCTION I. PRINCIPES DE LA VIRTUALISATION II. DIFFÉRENTES TECHNIQUES

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

TP filtres électriques

TP filtres électriques P filtres électriques Objectif : Étudier les caractéristiques de gain et de phase de quelques filtres classiques 1 Introduction oute cette partie est informative : la non compréhension de certains paragraphes

Plus en détail

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S FICHE Fiche à destination des enseignants TS 35 Numériser Type d'activité Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences

Plus en détail

MEMOIRES MAGNETIQUES A DISQUES RIGIDES

MEMOIRES MAGNETIQUES A DISQUES RIGIDES MEMOIRES MAGNETIQUES A DISQUES RIGIDES PARTIE ELECTRONIQUE Le schéma complet de FP5 est donnée en annexe. Les questions porterons sur la fonction FP5 dont le schéma fonctionnel de degré 2 est présenté

Plus en détail

Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive. Version 1.0

Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive. Version 1.0 Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive Sommaire - Le Robot M.I.M.I. (Multipode Intelligent à Mobilité Interactive) - Présentation du Système à Enseigner. - Composition

Plus en détail

MOdulateur-DEModulateur (MODEM) FSK

MOdulateur-DEModulateur (MODEM) FSK MOdulateur-DEModulateur (MODEM) FSK La FSK (Frequency Shift Keying pour Saut discret de Fréquences) correspond tout simplement à une modulation de fréquence dont le modulant (information) est un signal

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Les machines électriques Électricité 2 Électrotechnique Christophe Palermo IUT de Montpellier Département Mesures Physiques & Institut d Electronique du Sud Université Montpellier 2 e-mail : Christophe.Palermo@univ-montp2.fr

Plus en détail

Fonctions de la couche physique

Fonctions de la couche physique La Couche physique 01010110 01010110 Couche physique Signal Médium Alain AUBERT alain.aubert@telecom-st-etienne.r 0 Fonctions de la couche physique 1 1 Services assurés par la couche physique Transmettre

Plus en détail

Chaine de transmission

Chaine de transmission Chaine de transmission Chaine de transmission 1. analogiques à l origine 2. convertis en signaux binaires Échantillonnage + quantification + codage 3. brassage des signaux binaires Multiplexage 4. séparation

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Jouets...2 I.Voiture avec volant d'inertie réservoir d'énergie cinétique...2 A.Préliminaire...3 B.Phase 1...3 C.Phase 2...4 D.Phase

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Philippe NERISSON Le 5 février 2009

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Philippe NERISSON Le 5 février 2009 THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré ar l Institut National Polytechnique de Toulouse Disciline ou sécialité : Dynamique des Fluides Présentée et soutenue ar Philie

Plus en détail

Santé et hygiène bucco-dentaire des salariés de la RATP

Santé et hygiène bucco-dentaire des salariés de la RATP Santé et hygiène bucco-dentaire des salariés de la RATP Percetion des salariés et examen clinique du raticien Période 2006-2009 14 juin 2012 Dominique MANE-VALETTE, Docteur en Chirurgie dentaire dominique.mane-valette@rat.fr

Plus en détail

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ Electrotechnique Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ 1 Sommaire 1 ère partie : machines électriques Chapitre 1 Machine à courant continu Chapitre 2 Puissances électriques

Plus en détail

Le DEFI SOLAIRE. Véhicule Solaire

Le DEFI SOLAIRE. Véhicule Solaire Le DEFI SOLAIRE Véhicule Solaire Sommaire : Partie 1 Présentation du projet Introduction La voiture solaire, qu est ce que c est? Notre démarche Présentation du concours Cahier des charges Analyse fonctionnelle

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un enseignement de spécialité autre

Plus en détail

M1107 : Initiation à la mesure du signal. T_MesSig

M1107 : Initiation à la mesure du signal. T_MesSig 1/81 M1107 : Initiation à la mesure du signal T_MesSig Frédéric PAYAN IUT Nice Côte d Azur - Département R&T Université de Nice Sophia Antipolis frederic.payan@unice.fr 15 octobre 2014 2/81 Curriculum

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

Chapitre 13 Numérisation de l information

Chapitre 13 Numérisation de l information DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 septembre 2013 à 17:33 Chapitre 13 Numérisation de l information Table des matières 1 Transmission des informations 2 2 La numérisation 2 2.1 L échantillonage..............................

Plus en détail

Numérisation du signal

Numérisation du signal Chapitre 12 Sciences Physiques - BTS Numérisation du signal 1 Analogique - Numérique. 1.1 Définitions. Signal analogique : un signal analogique s a (t)est un signal continu dont la valeur varie en fonction

Plus en détail

Moyennes de fonctions arithmétiques de formes binaires

Moyennes de fonctions arithmétiques de formes binaires Mathematika 58 2012 290 304 Moyennes de fonctions arithmétiques de formes binaires R de la Bretèche & G Tenenbaum Abstract Extending classical results of Nair and Tenenbaum we rovide general shar uer bounds

Plus en détail

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION.

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. Le lève-personne ORIOR permet de transférer en toute sécurité dans le cadre d un usage domestique une personne à mobilité réduite d un support à un autre, d un lit

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

VOIP. Pr MOUGHIT Mohamed m.moughit@gmail.com. Cours VOIP Pr MOUGHIT Mohamed 1

VOIP. Pr MOUGHIT Mohamed m.moughit@gmail.com. Cours VOIP Pr MOUGHIT Mohamed 1 VOIP Pr MOUGHIT Mohamed m.moughit@gmail.com Cours VOIP Pr MOUGHIT Mohamed 1 Connexion fixe, rédictible Connexion établie avant la numérotation user Centre de commutation La Radio est le suort imrédictible

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electronique Analogique 2ème semestre 3ème partie Damien JACOB 08-09 Le transistor bipolaire I. Description et symboles Effet transistor : effet physique découvert en

Plus en détail

PUBLICATIONS L OBSERVATOIRE D E L É C O N O M I E S O C I A L E E T S O L I D A I R E L Économie Sociale et Solidaire est multiforme,

PUBLICATIONS L OBSERVATOIRE D E L É C O N O M I E S O C I A L E E T S O L I D A I R E L Économie Sociale et Solidaire est multiforme, L Économie Sociale et Solidaire est multiforme, et rofondément ancrée dans son territoire. C est ourquoi le travail réalisé ar le laboratoire Carta, Unité mixte du CNRS et de l Université d Angers a retenu

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

Donner les limites de validité de la relation obtenue.

Donner les limites de validité de la relation obtenue. olutions! ours! - Multiplicateur 0 e s alculer en fonction de. Donner les limites de validité de la relation obtenue. Quelle est la valeur supérieure de? Quel est le rôle de 0? - Multiplicateur e 0 s alculer

Plus en détail

Extrait des Exploitations Pédagogiques

Extrait des Exploitations Pédagogiques Pédagogiques Module : Compétitivité et créativité CI Première : Compétitivité et créativité CI institutionnel : Développement durable et compétitivité des produits Support : Robot - O : Caractériser les

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES SYSTÈME DE LEVAGE À MULTIPLES COLONNES Les sociétés de transports publics des grandes agglomérations gèrent des réseaux comportant des bus et/ou des tramways. Ces sociétés

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Bois. P.21 Bois-béton à Paris. Carrefour du Bois. Saturateurs. Usinage fenêtres. Bardages P.25 P.34 P.31 P.37. La revue de l activité Bois en France

Bois. P.21 Bois-béton à Paris. Carrefour du Bois. Saturateurs. Usinage fenêtres. Bardages P.25 P.34 P.31 P.37. La revue de l activité Bois en France CMP Bois n 19-12 avril - mai 2010 P.25 Carrefour du Bois P.34 cm La revue de l activité Bois en France Bois Saturateurs P.31 Usinage fenêtres P.37 Bardages Tout our l usinage du bois massif. Tout d un

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

Économétrie des Marchés Financiers - Stratégies d'investissement

Économétrie des Marchés Financiers - Stratégies d'investissement Économétrie des Marchés Financiers - Stratégies d'investissement 1 Utilité esérée L'utilité est censée mesurer la satisfaction de l agent, fonction d'un revenu aléatoire Agent risquohobe: réfère un revenu

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale Le SA10 est un appareil portable destiné au test des disjoncteurs moyenne tension et haute tension. Quoiqu il soit conçu pour fonctionner couplé

Plus en détail