Techniques d analyse de circuits

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Techniques d analyse de circuits"

Transcription

1 Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre es iruits ve les lois de Kirhhoff, on souvent euoup d équtions à solutionner. On présente don dns e hpitre deux tehniques très puissntes pour résoudre des iruits, soit l méthode des tensions de noeud, et elle des ournts de mille. Ces méthodes permettent de réduire le nomre d équtions à résoudre. On présenter ussi deux utres tehniques d nlyse, soit les équivlents Thévenin et Norton qui permettent de simplifier les iruits vnt d en fire l nlyse. Les équivlents Thévenin et Norton vont ussi servir à présenter le onept de trnsfert mximum de puissne : on herhe à s ssurer que l puissne délivrée à une hrge pr une soure est mximle. On verr ussi l méthode de superposition pour fire l nlyse de iruits ynt plusieurs soures. 3.1 Trnsformtion de soure L première méthode qu on verr dns e hpitre est l trnsformtion de soure. Cette méthode permet de trnsformer une soure de tension ynt une résistne en série à une soure de ournt ynt une résistne en prllèle. L trnsformtion de soure est donnée à l figure 3.1. Pour que les deux iruits soient équivlents, il fut qu un voltmètre mesure l même tension entre les ornes et, et qu un mpèremètre mesure le même ournt qui sort de l orne (pour entrer dns l orne ). Si on ple un voltmètre ux ornes du iruit de guhe, l tension mesurée ser v s. 1

2 R v s i s R Figure 3.1 Trnsformtion de soure Un mpèremètre plé entre et git omme un ourt-iruit, et don un ournt ynt une vleur de i = v s (3.1) R Pour que le iruit de droit soit équivlent, il fut que l tension et le ournt mesurés soient les mêmes. Si on ple un voltmètre entre les ornes et du iruit de droite, l tension mesurée est v = i s R. Pour que e soit équivlent, il fut que i s = v s R (3.2) Cette dernière éqution permet de trnsformer une soure de tension en une soure de ournt, et vie-vers. L résistne R est l même dns les deux s. Exemple 1 Cluler l puissne dns l soure de 6V du iruit suivnt. d 5Ω 6V 30Ω 20Ω 40V 10Ω L seule hose qui nous intéresse, est l soure de 6V et le ournt qui y sort (entre), pre qu on veut luler l puissne. On herhe don à trnsformer l soure de 40V et tout simplifier le plus possile vers l soure de 6V. On peut trnsformer l soure de 40V en une soure de ournt. Cei permettr d voir une résistne en prllèle ve l résistne de 20Ω. On effetue l trnsformtion : Griel Cormier 2 GELE2112

3 d 5Ω Trnsformtion de soure 6V 30Ω 20Ω 40V 5Ω 8A 10Ω L soure de ournt une vleur de 40/5 = 8A. On peut ontinuer à simplifier le iruit. L résistne de 5Ω est en prllèle ve l résistne de 20Ω. L résistne équivlente en prllèle est : Trnsformtion de soure d 6V 30Ω 20Ω 5Ω 8A 10Ω R eq = (20)(5) 20 5 = 4 On peut ontinuer l simplifition en effetunt une utre trnsformtion de soure. d d 6V 30Ω 8A Trnsformtion de soure 32V 10Ω L soure de tension ur une vleur de (8)(4) = 32V. Ave ette trnsformtion, on mintennt 3 résistnes en série. Griel Cormier 3 GELE2112

4 On simplifie à nouveu le iruit. En série 20Ω 6V 30Ω 32V 32V 10Ω Après ette simplifition, on peut effetuer une utre trnsformtion de soure. 20Ω Trnsformtion de soure 6V 30Ω 20Ω 32V 1.6A Et enore une fois, on deux résistnes en prllèle, puis on effetue une trnsformtion de soure. En prllèle, puis trnsformtion de soure 12Ω 6V 30Ω 20Ω 1.6A 19.2V Griel Cormier 4 GELE2112

5 On otient finlement : i 12Ω v 1 v 2 6V 19.2V On peut mintennt fire l nlyse de e iruit. On pplique l loi de Kirhhoff des tensions pour l oule, ve les onventions hituelles : 6 (4 12)i 19.2 = 0 e qui donne i = 0.825A. L puissne de l soure de 6V est : L soure onsomme 4.95W. p = vi = (6)( 0.825) = 4.95 W Plusieurs des simplifitions montrées urient pu être effetuées en une étpe u lieu de 2 ou 3. Elles ont été démontrées ii pour ider à ien omprendre l méthode, et le flot d idées utilisé pour résoudre e iruit Cs prtiulier Il existe deux s prtiuliers lorsqu on fit des trnsformtions de soure. Pour le premier s, on une résistne en prllèle ve l soure de tension. On peut ignorer ette résistne prllèle, omme à l figure 3.2. R R v s R p v s Figure 3.2 Trnsformtion de soure : s prtiulier 1 Griel Cormier 5 GELE2112

6 Pour le deuxième s, il s git d une résistne en série ve l soure de ournt. On peut ignorer l résistne série, omme à l figure 3.3. R s i s R i s R Figure 3.3 Trnsformtion de soure : s prtiulier 2 Pour les deux s prtiuliers, un voltmètre plé entre et mesurer l même tension, et un mpèremètre plé entre et mesurer le même ournt. 3.2 Méthode des tensions de noeuds On démontrer l méthode des tensions de noeuds à l ide d un exemple, en utilisnt le iruit de l figure Ω 2Ω 10V 5Ω 10Ω 2A Figure 3.4 Ciruit pour exemple L méthode est l suivnte : 1. Identifier les noeuds essentiels (les noeuds où il y 3 éléments ou plus de rnhés ensemles). Dns e s, e sont les noeuds,, et. 2. Choisir une référene. Le plus souvent, l référene est le noeud du s, qui est le noeud dns e s-i. Ou, on utilise le noeud où il y le plus d éléments de rnhés. 3. On herhe à dérire l tension entre les utres noeuds ( et ) pr rpport u noeud de référene. On ppelle es tensions les tensions de noeud. Griel Cormier 6 GELE2112

7 4. On érit le ournt qui sort de hque noeud ( et dns e s-i) en fontion de l tension des noeuds. Les tensions entre les noeuds sont données à l figure 3.5. L tension v 1 est l tension u noeud moins l tension u noeud, tndis que l tension v 2 est l tension u noeud moins l tension u noeud. 1Ω 2Ω 10V v 1 5Ω v 2 10Ω 2A Figure 3.5 Ciruit pour exemple, ve tensions de noeuds Il fut mintennt fire l somme des ournts qui sortent de hque noeud, et érire es équtions en fontion des tensions des noeuds. Si on sépre les différentes rnhes pour le noeud, on otient les iruits de l figure Ω i 1 i 3 2Ω i 2 10V v 1 v 1 5Ω v 1 v 2 Figure 3.6 Ciruit pour exemple, ournts du noeud L éqution des ournts qui sortent du noeud est : v v 1 5 v 1 v 2 = 0 (3.3) 2 On tout simplement ppliqué l loi d Ohm dns hque rnhe. Dns hque s, le ournt est l différene de potentiel ux ornes de l résistne (i = v/r). On proède lors u deuxième noeud, et on sépre les rnhes. Dns e s-i, le noeud ussi trois rnhes. L une de es rnhes est ommune ve le noeud. Les trois rnhes sont montrées à l figure 3.7. Remrquer que le ournt i 3 pour e noeud est Griel Cormier 7 GELE2112

8 2Ω i 1 i 2 i 3 v 1 v 2 v 2 10Ω v 2 2A Figure 3.7 Ciruit pour exemple, ournts du noeud tout simplement l soure de ournt (négtif, puisque l soure est dns le sens ontrire de i 3 ). L éqution des ournts qui sortent du noeud est : v 2 v 1 2 v = 0 (3.4) On mintennt un système à deux équtions, deux inonnues. Il est file de résoudre e système dns Mthd, ou Mtl. Si on érit les équtions de fçon mtriielle, on otient : [ ] [ ] [ ] 1.7v 1 0.5v 2 = v 1 0.6v 2 = 2 = v1 10 = (3.5) On solutionne pour trouver v 1 = 9.09V et v 2 = 10.91V. Given v v 2 v 1 2 v 1 5 Find( v 1, v 2 )flot, 4 v 1 v 2 = 0 2 v 2 2= Figure 3.8 Solution de l exemple ve Mthd v Cs prtiulier Un s prtiulier de l méthode des tensions de noeud, est lorsqu une soure de tension est le seul élément dns une rnhe. Cei réduit le nomre d équtions à résoudre, pre que l soure de tension donne diretement l tension d un noeud. Un exemple est montré à l figure 3.9. Griel Cormier 8 GELE2112

9 10Ω 100V v 1 25Ω v 2 50Ω 5A Figure 3.9 Cs prtiulier de l méthode des tensions de noeuds Dns e s-i, l tension v 1 = 100V ; on don seulement esoin d érire l éqution du noeud. Au noeud, l éqution est : v 2 v 1 10 v = 0 (3.6) et puisque v 1 = 100, on peut filement solutionner pour trouver v 2 = 125V. 3.3 Cournts de mille L tehnique des ournts de mille est une utre méthode puissnte pour fire l nlyse de iruits. Ave l tehnique des tensions de noeud, e sont les deux tehniques les plus puissntes pour résoudre des iruits. Il fut définition vnt de proéder : une mille est une oule qui n ps d utre oule à l intérieur. Pour démontrer l méthode, on ommene en premier ve un iruit simple dont on fit l nlyse ve les lois de Kirhhoff. On verr ensuite l méthode des ournts de mille, pour omprer et voir omment ette méthode permet de simplifier l nlyse. Soit le iruit de l figure On herhe les ournts i 1, i 2 et i 3. On pplique l loi des ournts de Kirhhoff u noeud : i 1 i 3 i 2 = 0 (3.7) Pour otenir deux utres équtions, on pplique l loi de Kirhhoff des tensions ux milles et d : Mille : v 1 R 1 i i R 3 i 3 = 0 (3.8) Mille d : R 2 i 2 v 2 R 3 i 3 = 0 (3.9) Griel Cormier 9 GELE2112

10 R 1 R 2 d v 1 i 1 i 2 i 3 R 3 v 2 Figure 3.10 Exemple pour ournts de mille On remple ensuite l éqution 3.7 dns les équtions 3.8 et 3.9. Ce qui donne finlement : v 1 R 1 i 1 R 3 (i 1 i 2 ) = 0 v 1 (R 1 R 3 )i 1 R 3 i 2 = 0 (3.10) v 2 R 2 i 2 R 3 (i 1 i 3 ) = 0 v 2 (R 2 R 3 )i 2 R 3 i 1 = 0 (3.11) On mintennt 2 équtions, 2 inonnues. v 1 = (R 1 R 3 )i 1 R 3 i 2 (3.12) v 2 = R 3 i 1 (R 2 R 3 )i 2 (3.13) Pour l méthode des ournts de mille, on définit un ournt qui irule dns l mille, dns le sens horire. R 1 R 2 d v 1 v 1 v 2 i v 3 R 3 i v 2 Figure 3.11 Exemple pour ournts de mille On v ensuite suivre le sens des ournts, pour érire l éqution de l tension dns l mille (selon l loi de Kirhhoff). Le ournt dns l résistne R 3 est l différene entre les deux ournts : i i. Mille v 1 R 1 i R 3 (i i ) = 0 (3.14) Mille R 2 i v 2 R 3 (i i ) = 0 (3.15) Griel Cormier 10 GELE2112

11 En simplifint les équtions, on otient : v 1 = (R 1 R 3 )i R 3 i (3.16) v 2 = R 3 i (R 2 R 3 )i (3.17) Si i = i 1, et i = i 2, e sont les même équtions qu uprvnt, ve l méthode plus longue. Noter que le ournt i 3 = i i. Exemple 2 Soit le iruit de l figure suivnte. 2Ω 40V v o 8Ω 20V Cluler : 1. L puissne dns les deux soures, 2. L tension de sortie v o On trois milles dns e iruit, don il fut utiliser trois ournts de mille. On ple les ournts dns l mille, omme à l figure suivnte. 2Ω 40V i v o 8Ω i i 20V On pplique l loi de Kirhhoff des tensions ux trois milles : 40 2i 8(i i ) = 0 6i 6(i i ) 8(i i ) = 0 4i 20 6(i i ) = 0 Griel Cormier 11 GELE2112

12 On trois équtions, et trois inonnues. On peut résoudre e système d équtions ve Mthd, et don i = 5.6A, i = 2.0A et i = 0.8A. Given 40 6i 2i 8 i i = 0 ( ) 6 i i 8 i i = 0 ( ) ( ) 4i 20 6 i i = 0 ( ) Find( i, i, i )flot, L puissne dns les soures est : p 40V = vi = (40)(5.6) = 224W (fournit) p 20V = vi = (20)( 0.8) = 16W (fournit) Les deux soures fournissent de l puissne. Un iln de puissne permet de vérifier es luls. Pour l deuxième question, il est file de trouver v o : v o = 8(i i ) = 8(3.6) = 28.8 V Cs prtiulier De fçon similire à l méthode des tensions de noeuds, s il y une soure de ournt dns une rnhe, il y moins d équtions à résoudre. 3.4 Équivlents Thévenin et Norton Les équivlents Thévenin et Norton sont une utre méthode pour simplifier l nlyse de iruits. On se sert de ette méthode lorsqu on est intéressé pr l tension et le ournt à une seule rnhe du iruit. On n est ps intéressé pr e qui se psse dns le reste du iruit ; on herhe juste à voir l impt du iruit ux ornes qui nous intéressent. Griel Cormier 12 GELE2112

13 Ciruit Équivlent Thévenin v TH R TH Figure 3.12 Ciruit générl et son équivlent Thévenin Soit un iruit quelonque, tel que donné à l figure Ce qui nous intéresse, est l impt du iruit ux ornes et. On herhe à rempler le iruit quelonque pr un iruit équivlent représenté pr une soure de tension v T H et une résistne série R T H. Pour que le iruit Thévenin soit équivlent u iruit générl, il fut qu un voltmètre plé ux ornes et mesure l même tension dns les deux s, et il fut qu un mpèremètre plé entre et mesure le même ournt dns les deux s. L tension Thévenin, v T H, est l tension otenue en plçnt un voltmètre entre les ornes et. C est l tension otenue lorsqu il y un iruit ouvert entre et, soit v o. Pour otenir l résistne Thévenin, il fut premièrement mesurer le ournt entre les ornes et. Si on ple un mpèremètre entre et, est l équivlent de pler un ourt-iruit. On mesure (ou lul) don le ournt de ourt-iruit, i. L résistne Thévenin est tout simplement le rpport entre l tension de iruit ouvert et le ournt de ourt-iruit : R T H = v o i (3.18) Exemple 3 Pour le iruit suivnt, luler l équivlent Thévenin entre les ornes et. 5Ω 25V v 1 20Ω 3A L première hose à luler est l tension de iruit ouvert, v o. C est l tension ux ornes de et. Griel Cormier 13 GELE2112

14 En exminnt le iruit, on remrque qu il y deux noeuds essentiels. L méthode des tensions de noeuds ne néessiter qu une seule éqution. Le noeud de référene est le noeud du s. En ppliqunt l méthode, on otient l éqution suivnte : v qu on solutionne pour trouver v 1 = 32V. v = 0 L tension v 1 est l tension ux ornes de l soure de ournt. Et puisqu il y un iruit ouvert entre et, uun ournt irule dns l résistne de, et don l tension ux ornes de l soure de ournt est l tension entre les noeuds et, e qui donne v,o = 32V = v T H. Pour luler i,, il fut ppliquer un ourt iruit entre et, e qui donne le iruit suivnt. 5Ω 25V 20Ω v 2 3A i, Comme dns le lul de v,o, il y deux noeuds essentiels. L méthode des tensions de noeud ne néessiter qu une seule éqution : v v v 2 4 = 0 e qui donne v 2 = 16V. Le ournt de ourt-iruit est simplement l tension v 2 divisée pr l résistne de, i, = v 2 4 = 16 4 = 4 A L résistne Thévenin est : R T H = v T H i = 32 4 = 8Ω Le iruit équivlent est : Cei veut dire que peu importe e qu on rnhe entre les noeuds et, ç ne fit ps de différene si on utilise le iruit originl ou l équivlent Thévenin : l effet sur l hrge est le même. Griel Cormier 14 GELE2112

15 8Ω 32V Note : On urit otenu le même résultt si on urit fit des trnsformtions de soure Équivlent Norton L équivlent Norton est juste une trnsformtion de soure de l équivlent Thévenin : est une soure de ournt en prllèle ve une résistne. On otient don l équivlent Norton en fisnt une trnsformtion de soure de l équivlent Thévenin. Dns l exemple préédent, l équivlent Norton serit une soure de ournt de 4A en prllèle ve une résistne de 8Ω Utilistion des trnsformtions de soure On peut fire des trnsformtions de soure pour otenir l équivlent Thévenin si le iruit ne ontient ps de soures dépendntes. Si le iruit ontient des soures dépendntes, il fut utiliser les méthodes hituelles. Exemple 4 Pour le iruit suivnt, luler l équivlent Thévenin entre les ornes et. i 2kΩ 5V 3v 20i v 25Ω i x Griel Cormier 15 GELE2112

16 Puisque le iruit ontient une soure dépendnte, il fut fire un peu plus ttention lorsqu on résout e iruit. L première étpe est de réliser qu il n y ps de ournt qui psse entre les deux soures ontrôlées (i x = 0). Il n y ps de hemin de retour pour que le ournt i x puisse ompléter une oule. L tension Thévenin v,o est l tension ux ornes de l résistne de 25Ω. L tension ux ornes de l résistne de 25Ω est : v = Ri = (25)(20i) = 500i Il fut don trouver une éqution pour le ournt i. Ce ournt est otenu en ppliqunt l loi de Kirhhoff utour de l oule de guhe, où l tension de ontrôle v est l tension v,o : i 3v,o = 0 On deux équtions, et deux inonnues, qu on résout pour trouver : v,o = 5 V Pour luler le ournt de ourt-iruit, i,, il fut ourt-iruiter les ornes et. Cependnt, en ourt-iruitnt les ornes et, l tension de ontrôle v = 0. On don remplé l soure de tension ontrôlée pr un ourt-iruit, omme à l figure suivnte. 2kΩ i 5V 20i v 25Ω i, Selon le iruit préédent, le ournt de ourt-iruit i, est le ournt de l soure ontrôlée, puisqu uun ournt ir dns l résistne de 25Ω. i, = 20i Pour trouver le ournt i, on pplique l loi de Kirhhoff utour de l oule de guhe : i = 0 et don i = 2.5mA. Griel Cormier 16 GELE2112

17 Le ournt de ourt-iruit est : i, = 20i = 20(0.0025) = 50 ma On lule finlement l résistne Thévenin : R T H = v T H i = = 100Ω Cs prtiulier 1 : uune soure dépendnte S il n y ps de soures dépendntes dns le iruit, on peut luler R T H en mettnt un ourt-iruit ux soures de tension et un iruit ouvert ux soures de ournt. L résistne équivlente entre les ornes et est l résistne Thévenin. Exemple 5 Cluler l résistne Thévenin entre les ornes et du iruit suivnt. 5Ω 25V 20Ω 3A Il s git du même iruit que l exemple 3. Puisque e iruit ne ontient ps de soures dépendntes, on peut utiliser l méthode simplifiée pour luler R T H. On ple un ourtiruit pour l soure de tension, et un iruit ouvert pour l soure de ournt. On otient le iruit suivnt : L résistne équivlente entre les ornes et est file à luler : R eq = = (20)(5) = 8Ω e qui est l même réponse que elle otenue à l exemple 3. Griel Cormier 17 GELE2112

18 5Ω 20Ω Cette méthode est en générle euoup plus rpide que le lul du ournt de ourt-iruit. Bien qu il fut qund même luler V T H si on herhe à fire l équivlent Thévenin, l méthode simplifiée est plus rpide, puisqu il s git seulement de luler des résistnes en série et en prllèle Cs prtiulier 2 : seulement des soures dépendntes S il y seulement des soures dépendntes dns le iruit, on ne peut ps utiliser les méthodes hituelles pour luler l résistne Thévenin. Il fut ppliquer une soure de tension v x ux ornes et, puis luler le ournt i x qui sort de l soure. Le rpport v x /i x donne l résistne Thévenin. Cette méthode peut ussi être utilisée s il y des soures indépendntes. Il fut ependnt déstiver les soures indépendntes (ourt-iruit pour les soures de tension, iruit ouvert pour les soures de ournt). Exemple 6 Cluler l résistne Thévenin entre les ornes et du iruit suivnt. i 2kΩ 3v 20i v 25Ω C est presque le même iruit que dns un utre exemple. On pplique une soure de tension v x ux ornes et, omme à l figure suivnte. Il fut mintennt luler le ournt i x en fontion de l tension v x. Si on fit l somme Griel Cormier 18 GELE2112

19 2kΩ i i x 3v 20i v 25Ω v x des ournts u noeud, on otient : i x = 20i v x 25 Le ournt i est otenu en ppliqunt l loi de Kirhhoff des tensions utour de l oule de guhe : 2000i 3v x = 0 ou, i = 3v x 2000 On omine les équtions pour voir une seule éqution en fontion de i x et v x : et don : Ce qui donne : i x = 20 3v x 2000 v x 25 i x = 20 3 v x = 0.01 R T H = v x i x = 100Ω 3.5 Superposition Puisque les soures et éléments dns les iruits sont linéires, ils oéissent ux lois des systèmes linéires, soit l superposition. On peut nlyser un iruit une soure à l fois, et l réponse finle (tension ou ournt) est l somme des réponses individuelles. Lorsqu on nlyse un iruit pr superposition, il fut déstiver toutes les soures suf une. On remple une soure de tension indépendnte pr un ourt-iruit, et une soure de ournt pr un iruit ouvert. Griel Cormier 19 GELE2112

20 Exemple 7 Cluler le ournt i du iruit suivnt. 2Ω i 120V 3Ω 12A On doit déstiver l une des deux soures (pour utiliser l méthode de superposition). On déstive l soure de ournt : on l remple pr un iruit ouvert, e qui donne le iruit de l figure suivnte. 2Ω i 120V v 1 3Ω Puisqu il n y qu un noeud essentiel, on utilise l méthode des tensions de noeud pour résoudre e prolème. L éqution est : v v 1 3 v = 0 e qui donne v 1 = 30V (l résistne de 2Ω et elle de sont en série). Le ournt est don : i 2 = v 1 6 = 30 6 = 5 A On doit mintennt nlyser le iruit ve l deuxième soure. On ple un ourtiruit à l endroit de l soure de tension, e qui donne le iruit suivnt. Griel Cormier 20 GELE2112

21 2Ω R eq i 3Ω 12A On peut simplifier l prtie de guhe du iruit, en ominnt les résistnes prllèles et en série. R eq = = (6)(3) = e qui donne le iruit suivnt, un diviseur de ournt. i 12A Le ournt est don : i 2 = = 6 A Le ournt totl est l somme des deux ournts : i 2 = i 2 i 2 = 5 6 = 11 A Bien que l superposition soit une méthode vlide pour résoudre des iruits, elle néessite souvent de résoudre plus d équtions que d utres méthodes, puisqu on doit nlyser 2 iruits ou plus u lieu d un seul. Note : on ne peut ps déstiver des soures dépendntes. 3.6 Trnsfert mximl de puissne Souvent, l nlyse de iruits est néessire pour déterminer l puissne fournie à une hrge (ntenne, hut-prleur, et). On herhe mintennt à mximiser l puissne Griel Cormier 21 GELE2112

22 trnsmise à une hrge. Plus le rendement (du trnsfert de puissne) est élevé, moins on perd de puissne en hleur. On ommene ve un iruit quelonque, ontennt des soures (tension ou ournt) et des résistnes, qu on modélise de fçon générle pr un iruit équivlent Thévenin (voir figure 3.13). Une hrge R L est rnhée à e iruit. Ciruit quelonque ve des soures R L Modélisé pr v TH R TH R L Figure 3.13 Ciruit générl pour trnsfert mximum de puissne L puissne onsommée pr l hrge est : ( p = vi = R L i 2 = R L v T H R T H R L ) 2 (3.19) Pour e iruit, V T H et R T H sont fixes. On herhe l vleur de R L qui permet de mximiser l puissne. Pour mximiser une fontion, il fut dériver et mettre égl à zéro : dp dr L = V 2 T H [ (RT H R L ) 2 ] 2R L (R T H R L ) (R T H R L ) 4 = 0 (3.20) On solutionne pour otenir : R L = R T H (3.21) Il y trnsfert mximum de puissne lorsque l hrge est l même hose que l résistne équivlente de l soure. L puissne trnsférée à l hrge est lors : p mx = R T H ( v T H R T H R T H ) 2 = v2 T H 4R L (3.22) Griel Cormier 22 GELE2112

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

Chapitre 3 Intégrale double

Chapitre 3 Intégrale double Chpitre 3 Intégrle oule Nous llons supposer le pln usuel muni un repère orthonormé (O,i,j). 3. Aperçu e l éfinition formelle e l intégrle oule Soit =[, [, (

Plus en détail

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2 GLMA -4 GLMA - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE - -4 CONTRÔLE CONTINU Durée : h Tout doument ou lultrie est interdit Il ser tenu ompte de l lrté et de l préision de l rédtion Il est importnt de justifier hune

Plus en détail

distance parcourue temps mis pour la parcourir

distance parcourue temps mis pour la parcourir CH IV VITESSE - DEBIT - MASSE VOLUMIQUE - DENSITE RAPPELS DE COURS QUESTION 26 Conversion de m/s en km/h : il fut à l fois onvertir les mètres en kilomètres et les seondes en heures. On : 1 m = 0, 001

Plus en détail

3.2 Succession d intégrales simples - Théorème de Fubini

3.2 Succession d intégrales simples - Théorème de Fubini 8 Intégrle oule. Suession intégrles simples - Théorème e Fuini Soit R = [, [, (

Plus en détail

LES CONIQUES. 1) Différentes approches des «coniques». page 2. 2) Equation focale d une conique.. page 4

LES CONIQUES. 1) Différentes approches des «coniques». page 2. 2) Equation focale d une conique.. page 4 LES CONIQUES Tle des mtières COURS ) Différentes pprohes des «oniques». pge ) Eqution fole d une onique.. pge 4 3) Axe fol de Γ. pge 6 4) Sommets de Γ. pge 6 5) Equtions rtésiennes réduites d une prole.

Plus en détail

TD : Arbres Binaires de Recherche (A.B.R.)

TD : Arbres Binaires de Recherche (A.B.R.) TD : Arres Binires de eherhe (A.B..) Olivier ynud rynud@isim.fr http ://www.isim.fr/rynud ésumé Dns e Td nous proposons trois exeries. Le premier est onsré à l implémenttion du T.D.A. Ensemles dynmiques

Plus en détail

Intégrale et primitives

Intégrale et primitives Chpitre 5 Intégrle et primitives 5. Ojetif On herhe dns e hpitre à onstruire l opérteur réiproue de l opérteur de dérivtion. Les deux uestions suivntes sont lors nturelles. Question : Soit f une pplition

Plus en détail

NCCI : Conception et calcul initial de poutres mixtes

NCCI : Conception et calcul initial de poutres mixtes NCCI : Coneption et lul initil e poutres mixtes SN022-FR-EU NCCI : Coneption et lul initil e poutres mixtes Ce oument fournit es reommntions reltives à l séletion e poutres mixtes priniples et seonires

Plus en détail

Exercices Mathématiques Discrètes : Relations

Exercices Mathématiques Discrètes : Relations Exeries Mthémtiques Disrètes : Reltions Reltions inires R1 Soient A = {0, 1, 2, 3, 4} et B = {0, 1, 2, 3} deux ensemles. Erire expliitement les ouples (, ) R où (, ) R si et seulement si : =, + = 4,

Plus en détail

Automates finis. porte

Automates finis. porte utomtes finis Il s git d un modèle très souple, qui s dpte à des domines très différents en informtique. D une fçon générle, il sert à représenter les divers étts d un système (mécnique, électronique ou

Plus en détail

4. Logique séquentielle asynchrone

4. Logique séquentielle asynchrone Liene d Informtique MARSEILLELUMINY. Logique séquentielle synhrone. Introdution.. Représenttion de fontionnement : les étts.. Équivlene et pseudoéquivlene d étts.. Rédution du système.. Attriution de vriles

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Cours de «concepts avancés de compilation» Travaux pratiques. Auteur : F. Védrine

Cours de «concepts avancés de compilation» Travaux pratiques. Auteur : F. Védrine Cours de «onepts vnés de ompiltion» Trvux prtiques Auteur : F. Védrine Les utomtes et les expressions régulières Les utomtes sont onstitués d étts et de trnsitions. Un étt définit l vnée dns l reonnissne

Plus en détail

CH.1 Automates finis

CH.1 Automates finis CH.1 Automtes finis 1.1 Les utomtes finis déterministes 1.2 Les utomtes finis non déterministes 1. Les utomtes vec -trnsitions 1.4 Les expressions régulières 1.5 L'équivlence des modèles Automtes ch1 1

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Mathématiques discrètes Chapitre 4 : relations binaires

Mathématiques discrètes Chapitre 4 : relations binaires U.P.S. I.U.T. A, Déprtement Informtique Année 2009-2010 Mthémtiques isrètes Chpitre 4 : reltions inires 1. Générlités Définition Soient E 1, E 2,...E n es ensemles. Une reltion n-ire est l onnée un sous-ensemle

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Automates et langages

Automates et langages Automtes et lngges L exmen corrigé RICM 9 jnvier 22 Grmmire Automte Expression On considère l grmmire régulière G =(Γ,Σ,S,Π) vec Γ = {S,P,R}, Σ={,} et Π={S P,P R,P S,R,R P }.. Construire un utomte A cceptnt

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

1ère partie «COMMISSARIAT A L'ENERGIE ATOMIQUE DEFINITIONS ET TRAITEMENTS DES FONCTIONS BINAIRES. René-Louis VALLEE

1ère partie «COMMISSARIAT A L'ENERGIE ATOMIQUE DEFINITIONS ET TRAITEMENTS DES FONCTIONS BINAIRES. René-Louis VALLEE O '.v.v.v.v..v.v.v.v. «' V.V.V.V _ _ - -' """ ^ " " REMIER MINISTRE «OMMISSRIT L'ENERGIE TOMIQUE IU (J E -R. 3534 (I) 9. NLYSE INIRE ère prtie EINITIONS ET TRITEMENTS ES ONTIONS INIRES pr René-Louis VLLEE

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

Fonctions de référence

Fonctions de référence Chpitre 7 Clsse de Seconde Fonctions de référence Ce que dit le progrmme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Fonctions de référence Fonctions linéires et fonctions ffines Vritions de l fonction

Plus en détail

Questionnaire de législation Permis d animer

Questionnaire de législation Permis d animer Questionnire de législtion Permis d nimer Un jeu réé pr l équipe du entre de loisirs de Lnnilis Vous trouverez dns ette fihe : - L règle du jeu - Les questions et les réponses (ve explitions) - Le ontenu

Plus en détail

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8 ère S Thème : Couleurs et imges TP n 6 Chimie Avncement d une réction chimique Chp.8 Notions et contenus Réction chimique réctif limitnt stœchiométrie notion d vncement Compétences eigiles Identifier le

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

Calculs d incertitudes

Calculs d incertitudes Cluls d inertitudes Déinitions - Erreur solue - Inertitude solue Soit l vleur doptée près mesure de l grndeur A. On ppelle erreur solue l diérene entre l vleur vrie n et l vleur mesurée : Erreur solue

Plus en détail

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV LEGTHP Sint Nicols STAV Promotion 8 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV Fiches de cours S. FLOQUET Septemre 9 Lycée Sint Nicols Igny Promotion 8 SOMMAIRE STAV PARTIE : RESUMES DE COURS Équtions de droites

Plus en détail

United Nations Educational Scientific and Cultural Organization and International Atomic Energy Agency

United Nations Educational Scientific and Cultural Organization and International Atomic Energy Agency XA0101357 IC/IR/2001/8 INTERNAL REPORT (Limite Distriution) Unite Ntions Eutionl Sientifi n Culturl Orgniztion n Interntionl Atomi Energy Ageny THE ABDUS SALAM INTERNATIONAL CENTRE FOR THEORETICAL PHYSICS

Plus en détail

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)?

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)? IN 02 6 mrs 2009 Rttrpge NOM : Prénom : ucun document n est utorisé. ce QCM outit à une note sur 42 points. L note finle sur 20 ser otenue simplement en divisnt l note sur 42 pr 2. Il suffit donc de donner

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Aspect comptable de l affectation du résultat d une société en non collectif :

Aspect comptable de l affectation du résultat d une société en non collectif : Aspet omptle de l ffettion du résultt d une soiété en non olletif : Pour ppréhender l spet omptle de l ffettion du résultt d une soiété en non olletif, on v proéder à détérminer les éritures omptles de

Plus en détail

Option informatique :

Option informatique : Option formtique : l deuxième nnée Lurent Chéno été 1996 Lycée Louis-le-Grnd, Pris Tle des mtières I Arres 13 1 Arres ires 15 1.1 Défitions et nottions... 15 1.1.1 Défition formelle d un rre ire... 15

Plus en détail

SOMMAIRE. Objectifs de la séance :

SOMMAIRE. Objectifs de la séance : Ojetifs de l séne : d'nlyser le fontionnement d'un système simple de définir le onept de logique progrmmée de iter les rtéristiques fontionnelles d'un système séquentiel de déoder le shém de rordement

Plus en détail

La plateforme Next Generation Mini guide

La plateforme Next Generation Mini guide L plteforme Next Genertion Mini guie Ce guie onis été réé pour vous permettre e vous fmiliriser rpiement ve les nomreuses fontionnlités et outils isponiles sur l plteforme Next Genertion. Apprenez où trouver

Plus en détail

Adiameris. Stratégie d investissement

Adiameris. Stratégie d investissement Aimeris Strtégie investissement B Aimeris Formulire e sousription n Strtégie investissement (à ompléter pr Privte Estte Life) Nom u gestionnire 1. Profil investisseur Les informtions i-essous permettront

Plus en détail

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët Université de Mrseille Licence de Mthémtiques, ere nnée, Anlyse (limites, continuité, dérivées, intégrtion) T. Gllouët July 29, 205 Tble des mtières Limites 3. Définition et propriétés......................................

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Zelio Logic 2 Interface de communication SR2COM01 Aide à l'utilisation du Dossier d'exploitation 11/2005

Zelio Logic 2 Interface de communication SR2COM01 Aide à l'utilisation du Dossier d'exploitation 11/2005 Zelio Logi 2 Interfe de ommunition SR2COM01 Aide à l'utilistion du Dossier d'exploittion 11/2005 1606327 Aide à l'utilistion du Dossier d'exploittion Aperçu Introdution Le Dossier d'exploittion est un

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

638604 CTC Generic 815446 LITHO FLEXO. PANTONE 000 05a mm/dd/yy xxxxxx. PANTONE 000 06a mm/dd/yy xxxxxx PANTONE 000. 07a mm/dd/yy xxxxxx.

638604 CTC Generic 815446 LITHO FLEXO. PANTONE 000 05a mm/dd/yy xxxxxx. PANTONE 000 06a mm/dd/yy xxxxxx PANTONE 000. 07a mm/dd/yy xxxxxx. Trez un erle de po (5, mm) de dimètre u entre du ord de l porte. " /" 9/6" /8" 5 5 0 5 POUR DISTANCE D ENTRÉE de /8 po (60 mm) Pliez e grit sur l ligne pointillée et plez elle-i sur l ngle de l porte POUR

Plus en détail

Cours d informatique théorique de M. Arfi. FMdKdD fmdkdd [à] free.fr

Cours d informatique théorique de M. Arfi. FMdKdD fmdkdd [à] free.fr Cours d informtique théorique de M. Arfi FMdKdD fmdkdd [à] free.fr Université du Hvre Année 2009 2010 Tle des mtières 1 Reltions et lois de composition internes 2 1.1 Reltions.....................................

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

Exemples de questions HERMES 5.1 Advanced

Exemples de questions HERMES 5.1 Advanced Exemples e questions HERMES 5.1 Avne Tle es mtières 2 Introution 3 Exmen HERMES est un stnr ouvert e l ministrtion féérle suisse. L Conféértion suisse, représentée pr l unité e pilotge informtique e l

Plus en détail

2. Formules d addition.

2. Formules d addition. IX. Trigonométrie 1. Rppels 1.1 Définitions : Dns le cercle trigonométrique C ( O, 1 ), si nous fixons un point P correspondnt à un ngle d mplitude nous vons défini : = bscisse du point P sin = ordonnée

Plus en détail

Chapitre 2 Les automates finis

Chapitre 2 Les automates finis Chpitre 2 Les utomtes finis 28 2.1 Introduction Automtes finis : première modélistion de l notion de procédure effective.(ont ussi d utres pplictions). Dérivtion de l notion d utomte fini de celle de progrmme

Plus en détail

Convention-cadre du Conseil de l'europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société

Convention-cadre du Conseil de l'europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société 200 er Beilgen XXV. GP - Sttsvertrg - Rhmenüereinkommen in frnzösisher Sprhfssung (Normtiver Teil) 1 von 10 Prémule Convention-re u Conseil e l'europe sur l vleur u ptrimoine ulturel pour l soiété Les

Plus en détail

Le manuel d utilisation du jeu Rody & Mastico II

Le manuel d utilisation du jeu Rody & Mastico II Le mnuel d utilistion du jeu Rody & Mstico II Mnuel rélisé pr : Fredo_L Site web : http://www.lnkhor.net E-mil : fred@lnkhor.net Remrque : les erreurs du mnuel d origine ont volontirement étient reproduites

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

Une gamme de formes et de coloris

Une gamme de formes et de coloris Une gmme de formes et de oloris 8 oloris Brun Flmmé Rouge Flmmé Vert Flmmé Rouge Noir Ardoisé Gris Lihen Terre Cuite MASTER 4 oloris Gris Pierre Brun Noyer Ardoisé Brun Liège QUEUE DE CASTOR 4 oloris Ardoisé

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

Série des traités européens - n 108 CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES À L'ÉGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ DES DONNÉES À CARACTERE PERSONNEL

Série des traités européens - n 108 CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES À L'ÉGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ DES DONNÉES À CARACTERE PERSONNEL Série des trités européens - n 108 CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES À L'ÉGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ DES DONNÉES À CARACTERE PERSONNEL Strsourg, 28.I.1981 STE 108 Tritement utomtisé des données

Plus en détail

Séquence 7. Intégration. Sommaire

Séquence 7. Intégration. Sommaire Séquence 7 Intégrtion Sommire. Prérequis. Aire et intégrle d une fonction continue et positive sur [ ; ]. Primitives 4. Primitives et intégrles d une fonction continue 5. Synthèse de l séquence Dns ce

Plus en détail

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE POUR LES SERRURES D ENTRÉE À CLÉ EXTÉRIEURES VERROUILLABLES, À POIGNÉE DE BRINKS HOME SECURITY. POUR LES PORTES DE

Plus en détail

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES Primitives et intégrles Cours CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES. Primitives d une fonction Définition Soit f une fonction définie sur un intervlle I. Une fonction F est une primitive de f sur I, si

Plus en détail

ANALYSE APPROFONDIES II MT242

ANALYSE APPROFONDIES II MT242 ALGÈBRE ET ANALYSE APPROFONDIES II MT242 Année 1998-1999 Chpitre 0. Introduction générle Dns cette introduction nous llons commenter les principles notions contenues dns le cours du second semestre, leurs

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

SQUARE VERTICAL NOUVELLE VERSION Radiateur entièrement réalisé en aluminium

SQUARE VERTICAL NOUVELLE VERSION Radiateur entièrement réalisé en aluminium SQUARE VERTICA NOUVEE VERSION Rditeur entièrement rélisé en luminium W EXEMPE DE COMMANDE Pour psser orretement l ommnde de e modèle suivre l exemple i-dessous : PRODUIT SQV2#IDR200056 9010 R12 SQV2#IDR200056

Plus en détail

TD CHAPITRE 5 : STEREOCHIMIE DES MOLECULES ORGANIQUES

TD CHAPITRE 5 : STEREOCHIMIE DES MOLECULES ORGANIQUES Lefèvre 0-05 CAPITRE 5 : STERECIMIE DES MLECULES RGANIQUES PARTIE / DESCRIPTEURS STERECIMIQUES Ce qu il fut svoir : Notion e hirlité Stéréoisomérie e onfigurtion : énntiomérie et istéréoisomérie Ce qu

Plus en détail

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE Ch.I Commnde des systèmes logiques ogique comintoire - p1 SYSTEMES OGIQUES OGIQUE COMBINATOIRE I Commnde des systèmes logiques 1. Structure des systèmes utomtisés Reprenons l structure étlie dns le cours

Plus en détail

Continuité - Limites Asymptotes à une courbe

Continuité - Limites Asymptotes à une courbe Continuité - Limites Asymptotes à une cre Continuité - Théorème des vleurs intermédiires Notion de continuité Grphiquement, on peut reconnître une fonction continue sur un intervlle I pr le fit que le

Plus en détail

Analyse statique et domaines abstraits symboliques

Analyse statique et domaines abstraits symboliques Anlyse sttique et domines strits symoliques Mémoire d hilittion à diriger des recherches Lurent Muorgne Hilittion soutenue le 12 février 2007 à l Université Pris-Duphine Jury : Ptrick Cousot (rpporteur)

Plus en détail

DÉCLARATION CE DE CONFORMITÉ PRÉCAUTIONS POUR L INSTALLATEUR

DÉCLARATION CE DE CONFORMITÉ PRÉCAUTIONS POUR L INSTALLATEUR DÉCLRTION CE DE CONFORMITÉ Frint: resse: Délre que: FC S.p.. Vi Benini, 1-40069 Zol Preos BOLOGN - ITLIE L opérteur mo. TM 58 M est onforme ux exigenes essentielles es iretives CEE suivntes: - 73/23/CEE

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Test et QCM JAVA. 2. Quelle est la visibilité d'une classe publique, quelle est la visibilité par défaut?

Test et QCM JAVA. 2. Quelle est la visibilité d'une classe publique, quelle est la visibilité par défaut? Auteur Agnès Guerrz Dte : Otore 2006 Module : TC2 Test et QCM JAVA Instrutions pour le QCM : Ce Test / QCM sert à vérifier vos onnissnes du lngge jv. Cohez le ou les réponses prmi les hoix proposés, vous

Plus en détail

Pondération : 1 2 3 4 5 6 7 Total 30 10 30 30 10 10 10 130

Pondération : 1 2 3 4 5 6 7 Total 30 10 30 30 10 10 10 130 Université e Sherrooe, Déprtement inormtique IGL50 : Méthoes ormelles en génie logiiel, Exmen inl Proesseur : Mr Frppier, Luni 6 éemre 0, 9h00 à h00, lol D-0 Doumenttion permise. Appreil életronique interit.

Plus en détail

Les règles de Descartes et de Budan Fourier

Les règles de Descartes et de Budan Fourier Ojectifs de ce chpitre Mthémtiques ssistées pr ordinteur Chpitre 4 : Rcines des polynômes réels et complexes Michel Eisermnn Mt49, DLST LS4, Année 8-9 www-fourierujf-grenolefr/ eiserm/cours # mo Document

Plus en détail

Développements limités. Motivation. Exo7

Développements limités. Motivation. Exo7 Eo7 Développements limités Vidéo prtie. Formules de Tlor Vidéo prtie 2. Développements limités u voisinge d'un point Vidéo prtie 3. Opértions sur les DL Vidéo prtie 4. Applictions Eercices Développements

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

spécialistes de L enveloppe des bâtiments

spécialistes de L enveloppe des bâtiments spécilistes de L enveloppe des bâtiments Le concept d enveloppe de bâtiments Spécialiste reconnu de la façade et de l évaluation énergétique, IFF développe des projets avec une conception globale pour

Plus en détail

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche.

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche. Estimtion de l incertitude de l mesure : Appliction à l incertitude sur le clcul de l concentrtion d EDTA lors de l détermintion de l dureté d une eu nturelle Pour cette démrche, nous nous ppuierons sur

Plus en détail

McAfee Firewall Enterprise Control Center

McAfee Firewall Enterprise Control Center Guie e émrrge rpie Révision A MAfee Firewll Enterprise Control Center version 5.3.1 Ce guie e émrrge rpie fournit es instrutions générles sur l onfigurtion e MAfee Firewll Enterprise Control Center. 1

Plus en détail

Cours Mathématiques Discrètes IUT Belfort Montbéliard. Pierre-Cyrille HEAM

Cours Mathématiques Discrètes IUT Belfort Montbéliard. Pierre-Cyrille HEAM Cours Mthémtiques Discrètes IUT Belfort Montélird Pierre-Cyrille HEAM 23 septemre 2014 Chpitre 1 Grphes finis orientés 1.1 Premières définitions Un grphe fini orienté est un couple (V, E) où V est un ensemle

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

Urban Dance Crew. r b a n. c e. Centre de formation parascolaire. street art studio // gg academy 2015-2016

Urban Dance Crew. r b a n. c e. Centre de formation parascolaire. street art studio // gg academy 2015-2016 r b n D n e C on ep t Centre de formtion prsolire PRé-PROFESSIONNEL privé street rt studio // gg demy Street Art Studio Art * Culture * Event * Sport 69 Ple Alphonse Fvresse, 1310 L Hulpe rtlife@streetrtstudio.be

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Automates temporisés

Automates temporisés Automtes temporisés introdution pr un néophyte Prtie I / II Mots et utomtes temporisés Merredi 30 otore 20002 ÉNS Lyon Jérôme DURAND-LOSE jerome.durnd-lose@ens-lyon.fr MC2 LIP - ÉNS Lyon Automtes temporisés

Plus en détail

Outils de calcul pour la 3 ème

Outils de calcul pour la 3 ème Chpitre I Outils de clcul pour l Ce que nous connissons déjà :! Opértions sur les décimux, les reltifs et les quotients. Puissnces de dix. Nottions scientifiques. Clcul littérl simple. Objectifs de ce

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

Les langages de programmations.

Les langages de programmations. Communiction technique: L utomte progrmmle industriel (les lngges) Leçon Les lngges de progrmmtions. Introduction : L écriture d un progrmme consiste à créer une liste d instructions permettnt l exécution

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

UNE NOUVELLE GÉNÉRATION QUI COMBINE EFFICACITÉ ET FLEXIBILITÉ

UNE NOUVELLE GÉNÉRATION QUI COMBINE EFFICACITÉ ET FLEXIBILITÉ UNE NOUVELLE GÉNÉRATION QUI COMINE EFFICACITÉ ET FLEXIILITÉ Une nouvelle génértion Une utre vision des hoses ÉMISSION CALORIFIQUE OPTIMALE Chez Rdson, nous investissons ontinuellement pour méliorer sns

Plus en détail

3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE

3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE 3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE. DEFINITIONS Un trinôme du seond degré est une fontion de la forme trois réels donnés ave a a + + a où a, et sont Résoudre l'équation a + + = ( ave a ), 'est trouver

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution .8 Aperçu de l intégrle.8 APERÇU DE L INTÉGRALE Estimtion de l ire d une région curviligne Erreur d pproimtion Aire ecte d une région curviligne 4 Intégrle définie 5 Intégrle définie négtive 6 Propriétés

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail