3- Les taux d'intérêt

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3- Les taux d'intérêt"

Transcription

1 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents instruments de crédit (qui diffèrent pr les flux de piements) pr l vleur ctulisée 1.1- L vleur ctulisée 1 ujourd'hui moins de vleur que 1 dns un n... cr il peut être plcé... Exemple : prêt simple (l'emprunteur reçoit un montnt, le principl, qu'il doit rembourser à l dte dite d'échénce, ugmenté d'un intérêt) tux d ' intérêt intérêt principl intérêt simple Vleur future de 100 dns 1 n u tux i : 100(1+i) Vleur future de 100 dns n n u tux i : 100(1+i) n Vleur ctuelle de 100 dns 1 n u tux i : 100/(1+i) Vleur ctuelle de 100 dns n n u tux i : 100/(1+i) n VA VF 1i n exemple : le ggnnt du loto ggne 20 M pyés à rison de 1 M pr n pendnt 20 ns. Si le tux d'intérêt est de 10%, l somme ctulisée des piements vut 9,4 M Qutre instruments de crédit se distinguent pr l mnière dont les flux de piements se réprtissent dns le temps 1- le prêt simple : prêt d'un principl, remboursé à l'échénce d'un intérêt (cf. l cigle et l fourmi). 2- le crédit à versements constnts (à mensulités, ou nnuité, fixes) : des montnts constnts inclunt à l fois le remboursement du principl et les intérêts, sont versés pr l'emprunteur. Exemple : 1000 remboursés en 25 nnuités de

2 3- l'obligtion clssique : piement nnuel d'un intérêt jusqu'à l mturité du prêt, dte à lquelle est effectué le remboursement. Vleur fcile ou nominle (le pir) = montnt de l dette nominle Coupon = piement nnuel Tux nominl, ou tux du coupon = coupon/vleur fcile en % Prime de remboursement = différence entre montnt pyé à mturité et vleur fcile Prime d'émission = différence entre vleur fcile et montnt effectivement versé à l'emprunteur u moment de l'émission. 3 informtions identifient l'obligtion : l'émetteur, l dte d'échénce, le tux nominl emprunts à MLT des entreprises et collectivités 4- l'obligtion zéro-coupon : émise à un prix inférieur à l vleur fcile, ne verse ps de coupon, et est remboursée à l'échénce à s vleur fcile. Bons du Trésor à CT, obligtions à LT pour tous ces instruments : piements à des moments différents comprer en construisnt un tux d'intérêt vlble pour tous ces instruments (le tux cturiel) 1.3- Le tux cturiel Tux d'intérêt cturiel = tux de rendement cturiel = tux de rentbilité cturiel (titre finncier) = tux de rendement interne (investissement industriel) = tux d'intérêt qui église l VA des flux de piements futurs imposés pr un instrument finncier et s vleur cournte = tux d'ctulistion qui nnule l VA 1- le prêt simple : dns ce cs tux cturiel = tux nominl exemple : prêt simple de 100 remboursé pr un versement de 110 à l'échénce tux cturiel = r tel que soit 10% 1r tux nominl = i = soit 10% le crédit à versements constnts : Exemple : 1000 remboursés en 25 nnuités de 126. tux cturiel = r tel que r soit 12%. 1r 1r 1r 25 de l forme : V 1r V 1r 2 V 1r 3... V 1r i1 V 1r i 2

3 or : 1x x i xx 2...x n x 2...x n1 x x n1 x1 x n i1 d'où : x i x 1xn i1 1x soit, vec x = 1/(1+r) : i1 1 1r r i r n (Utiliser l fonction TAUX() dns MS Excel ou OpenOffice). 3- l'obligtion clssique : Le prix d'une obligtion clssique est P C 1r C 1r 2... C 1r V 1r vec P le prix, C le coupon d'intérêt nnuel, le nombre d'nnées vnt l dte de mturité et V l vleur de remboursement. Exemple : obligtion de vleur nominle 1000, u coupon de 100, à 10 ns de mturité, remboursble u pir (1000 ) prix de l'obligtion tux cturiel 7,13% 8,48% 10,00% 11,75% 13,81% (Utiliser l fonction TAUX() dns MS Excel ou OpenOffice). Trois observtions (pour toute obligtion clssique) : Si prix ctuel = remboursement finl = vleur nominle, lors tux cturiel = tux nominl Prix ctuel et rendement cturiel vrient en sens inverse tux cturiel > tux nominl qund prix ctuel < vleur fcile Cs prticulier des obligtions perpétuelles (émises surtout u XIX e siècle pr les gouvernements, connues en Frnce sous le nom de rentes perpétuelles) : mturité infinie, ps de remboursement. Prix de l rente : P C 1r C 1r 2... C 1r 1 or : i1 1r i1 d'où : P = C/r. r Tux cturiel : r = C/P. L'Ett émet une «rente 4%» dont le coupon est de 1 frnc cours = 25 frncs L'Ett émet une «rente 5%» le cours de l rente 4% psse à 20 frncs 4- l'obligtion zéro-coupon : exemple : obligtion zéro-coupon remboursble 1000 dns 1 n, u prix cournt de 900 tux cturiel = r tel que r soit r ,11%

4 obligtion zéro-coupon remboursble F dns nnées, u prix cournt de P : tux cturiel = r tel que P F 1 1 1r soit r F P expliction des tux d'intérêt négtifs u Jpon à l fin des nnées 1998 (les tux sur les Bons du Trésor à 6 mois sont devenus négtifs à 0,004% en novembre 1998). tux d'intérêt très bs à cuse de l «dépression» économique préférence pour l détention de liquidités sous forme de BT plutôt qu'voir en dépôts dns les bnques (à cuse du risque de fillite des bnques) : P > F Tux d'intérêt pprent Tux cturiel = meilleure mesure (mesure l plus cohérente) du tux d'intérêt u sens économique. Problème : difficile à clculer Autre mesure du tux d'intérêt : tux d ' intérêt pprent couponnnuel prix soit i = C / P. pour les rentes perpétuelles : tux pprent = tux cturiel pour obligtions très éloignées de l'échénce (20 ns) perpétuelles : tux pprent tux cturiel pour obligtions proches du pir (si pir = vleur de remboursement, ce qui est générlement le cs) : tux cturiel tux nominl tux pprent B : tux pprent et tux cturiel vrient en sens inverse du prix Tux cturiel et choix d'investissement Critère de décision d'cht ou vente Tux de rentbilité cturiel du titre > tux de rentbilité exigé cheter le titre Tux de rentbilité cturiel du titre < tux de rentbilité exigé vendre le titre A l'équilibre, tux de rentbilité cturiel du titre = tux de rentbilité exigé = tux de mrché (VA = 0). Limite du tux de rentbilité cturiel (TRA) : VA et TRA même critère de décision d'cht ou vente conclusions éventuellement différentes dns l comprison entre opportunités 2- Tux d'intérêt et tux de rendement 2.1- le tux de rendement rendement = revenus versés + gin en cpitl 4

5 exemple : détention d'une obligtion tux de rendement = résultt posteriori du plcement tux cturiel = résultt priori d'une détention jusqu'à échénce tux de rendement résultnt de l détention d'un ctif de t à t+1 : R C P t1p t P t soit : R C P P t1 t i P g t P t i = tux d'intérêt pprent g = tux de gin en cpitle ou plus-vlue (en %) le rendement peut différer du tux d'intérêt (pprent ou cturiel) si des vritions du prix (dues pr exemple à des vritions des tux d'intérêt de mrché) produisent des gins (ou pertes) en cpitl. Quelques remrques : en cs de husse du tux cturiel une obligtion peut produire un rendement négtif même si le tux pprent est élevé plus l mturité est longue (échénce éloignée), plus l sensibilité du prix de l'obligtion u tux d'intérêt (cturiel) est élevée plus l mturité est longue (échénce éloignée), plus le rendement, sur une période de détention donnée où lieu une husse du tux d'intérêt, est fible. On peut éviter de réliser les pertes en cpitl en conservnt l'obligtion jusqu'à l mturité (mis on les subit qund même, comprtivement à une détention de dépôts bncires sns risque de perte en cpitl) Mturité et voltilité du prix des obligtions Conséquence de ce qui précède : l voltilité des cours des obligtions à LT est plus élevées que celle des titres à plus court terme les obligtions à LT sont soumises à un risque de tux d'intérêt (fortes pertes en cpitl en cs de husse des tux d'intérêt), plcements risqués pour des périodes brèves. les obligtions à CT ont peu de risque de tux (les obligtions zéro-coupon dont l durée de détention est égles à l mturité n'en comportent ucun ; les obligtion versnt un coupon sont soumises à un risque de tux sur le coupon versé) MAIS il existe un risque de réinvestissement si l'éprgne est plcée en titres à CT (mturité inférieure à l durée du plcement) : le tux uquel le plcement ser effectué à l période suivnte n'est ps encore connu Tux équivlent et tux proportionnel Clculer des tux d'intérêt sur des périodes infr-nnuelles tux proportionnel : considère que les intérêts ne se cpitlisent ps u sein de l'nnée nombre de jours de l période tux proportionneltux nnuel nombre de jours dnsl ' nnée i n 365 5

6 tux équivlent : considère que les intérêts se cpitlisent u sein de l'nnée 1tux équivlent 1tux nnuel n 365 Deux tux se rpportnt à des périodes différentes sont dits «équivlents» si l vleur future à une même dte d'une même somme est l même vec chcun des deux tux. Si le tux pprent i implique des versements fois dns l'nnée, le tux cturiel équivlent r e s'obtient en cpitlisnt fois ce tux pprent : 1r e 1 i où i / est le tux proportionnel sur 1/-ième d'nnée. Tux composé en continu : tend vers l'infini 2.4- Conclusion rendement tux d'intérêt lim 1 i e i prendre en compte l'infltion définir le tux d'intérêt réel : 1i r 1i n 1 infltion nticipée = tux des OAT non indexées tux des OAT indexées (émises prendre en compte l fisclité tux d'intérêt net d'impôts et prélèvements sociux (CRDS et CSG)... pour une entreprise, les intérêts sont déductibles du résultt imposble : une entreprise bénéficiire endettée pye moins d'impôts (sur les bénéfices) qu'une entreprise bénéficiire non endettées. On toujours une reltion inverse entre cours des obligtions et tux d'intérêt (ou de rendement). Vrition des quntités offertes ou demndées => vrition des cours => vrition des tux 6

7 3- L structure pr risque des tux d'intérêt Il existe des différences entre les tux d'intérêt cturiels des obligtions de même mturité émises pr des emprunteurs de ctégories différentes : risque de défut, liquidité, fisclité Risque de défut défut l'emprunteur ne peut ps pyer les intérêts et/ou rembourser le principl Générlement, les BT sont considérées comme «sns risque de défut»... le gouvernement peut toujours pyer en crént de l monnie... obligtions sns risque, tux sns risque prime de risque = écrt entre tux des obligtions à risque de défut et tux des obligtions sns risque (spred de tux) Exemple : choix de prêter 1 u gouvernement u tux r f ou à une entreprise qui «réussit» vec une probbilité P et rembourse le prêt u tux convenu r e, ou «échoue» vec une probbilité 1 P et rembourse 1 + r d (r d < 0, éventuellement r d = 1). rentbilité exigée (en cs de neutrlité u risque) : r f rentbilité moyenne du prêt à l'entreprise : P r e + (1 P) r d rbitrge r e r f 1P1r f r d Rôle des gences de nottion (de rting) : Moody's, Stndrd & Poor's, Fitch obligtion «à hut rendement» = junk bond (obligtion pourrie) 3.2- Liquidité Actif liquide = ctif possible à convertir en monnie (instrument de piement) rpidement et à fible coût. L liquidité provient : de l quntité de titres disponible ( obligtions d'étt + liquides que obligtions privées.), de l'ctivité du mrché (sur certins mrchés finnciers, l liquidité est orgnisée pr les mrket mkers) Plus un ctif est liquide, plus il est désirble toutes choses égles pr illeurs. son tux d'intérêt est plus bs que celui d'un titre moins liquide (qui comprend une prime d'illiquidité). On peut considérer que l «prime de risque» qui explique l'écrt entre tux des obligtions privées et tux des obligtions d'étt est une prime de risque et de liquidité (de risque et d'illiquidité). 7

8 3.3- Fisclité Pour un éprgnnt, c'est le revenu d'intérêt net d'impôt qui compte. Les intérêts pyés pr certines obligtions sont exemptés d'impôts sur le revenu (les municipl bonds ux USA pr exemple). ceteris pribus (défut, liquidité, échénce) leur demnde est plus élevée (cours plus élevé) et le tux d'intérêt plus bs. 4- L structure pr terme des tux d'intérêt 4.1- L courbe des tux l représenttion des tux d'intérêt de diverses obligtions en fonction de leur mturité (ceteris pribus, pr exemple pour une ctégorie donnée, typiquement obligtions d'étt). courbe des tux «croissnte» : tux longs > tux courts (structure hbituelle, normle) courbe des tux «plte» : tux longs = tux courts courbe des tux «décroissnte» ou «inversée» : tux longs < tux courts. Expliquer l forme, l vrition conjointe des tux d'intérêt dns le temps, l structure hbituellement croissnte (d'utnt plus probble que les tux courts sont bs) L théories explique-telle le fit stylisé observé? théorie des nticiptions théorie des mrchés segmentés théorie de l prime de liquidité vrition conjointe des tux d'intérêt dns le temps courbe des tux hbituellement croissnte structure croissnte plus probble qund les tux courts sont bs oui non oui non oui non oui oui oui 4.2- L théorie des nticiptions Théorie des nticiptions : «tux d'intérêt à LT = moyenne des tux courts futurs nticipés» Hypothèse : prfite substitubilité des obligtions de mturité différentes indifférence de l'cheteur à l mturité neutrlité u risque de réinvestissement Exemple : plcer à deux ns option 1 : cheter des obligtions à deux (tux nnuel r 2,t ) option 2 : cheter des obligtions à un n (tux nnuel r 1,t ) et plcer les cpitl et les intérêts à nouveu pendnt 1 n (tux nnuel nticipé r 1,t1 ) 8

9 A l'équilibre, les deux options doivent être équivlentes, donc donner le même rendement nticipé : 1r 2,t 2 1r 1,t 1r 1,t1 soit 1r 2,t 1r 1, t 1 2 1r 1,t r 2,t est l moyenne géométrique de 1 + r 1,t et 1 + r 1,t1 pproximtion logrithmique : r 2,t 1 2 r 1,t 1 2 r 1,t1 r 2,t est l moyenne rithmétique de r 1,t et r 1,t1 Plus générlement : r n, t 1 n i1 n r 1,t r 1,t1...r 1,tn1.. Expliction... des formes de l courbe des tux : croissnte si nticiption de husse des tux, inversée si nticiption de bisse, plte si nticiption de stbilité... des chngements conjoints des tux de mturités différentes : une husse des tux courts entrîne celle des tux longs à nticiptions inchngées d'une structure croissnte plus probble qund les tux courts sont bs : tux bs nticiption de husse tux longs > tux courts. (nticiption de retour vers l moyenne). Remrque : les tux longs étnt une «moyenne» de tux courts sont moins voltils (que les tux courts). n r n, t 1 n i1 r 1,t r 1,t1...r 1,tn1 Vrr n,t 2 n 2 Mis cette théorie n'explique l courbe des tux hbituellement croissnte L théorie des mrchés segmentés Théorie des mrchés segmentés : «les mrchés obligtires sont segmentés selon l mturité, les prix et les tux d'intérêt sont déterminés pr les offres et les demndes sur chque segment». les obligtions de mturités différentes ne sont ps substitubles ( théorie des nticiptions), les tux d'intérêts sont déterminés indépendmment les uns des utres, pr les conditions d'offre et de demnde sur chque segment. Si les emprunteurs ont besoin de finncements à long terme, les éprgnnts de plcements à court terme, lors l courbe des tux est croissnte. Mis ps d'expliction des chngements conjoints des tux de mturités différentes, ni d'une structure croissnte plus probble qund les tux courts sont bs Les théories de l prime de liquidité et de l'hbitt préféré Théorie de l prime de liquidité : «tux d'intérêt à LT = moyenne des tux courts futurs nticipés + prime de liquidité» L prime de liquidité dépend des conditions d'offre et de demnde de l'obligtion. 9

10 les obligtions de mturités différentes sont imprfitement substitubles (risque de tux d'intérêt sur les obligtions à long terme devnt être compensé pr prime). Théorie de l'hbitt préféré : «les investisseurs ont une préférence pour pour des obligtions d'une certine mturité (leur hbitt préféré)» ils n'cceptent de détenir des mturités différentes (générlement plus longues) si leur rendement nticipé est supérieur. Expliction: deux théories voisines qui expliquent formes de l courbe des tux : croissnte si nticiption de husse des tux, inversée si nticiption de bisse, plte si nticiption de stbilité (comme l théorie des nticiptions)... courbe hbituellement croissnte : à cuse de l prime de liquidité (et de l'hbitt préféré). des chngements conjoints des tux de mturités différentes : une husse des tux courts entrîne celle des tux longs à nticiptions inchngées (comme l théorie des nticiptions)... d'une structure croissnte plus probble qund les tux courts sont bs (comme l théorie des nticiptions) Observtions empiriques de l structure pr terme des tux d'intérêt Etudes sttistiques méricines des nnées Le spred tux long-tux court permet-il de prédire l'évolution des tux courts? des informtions sur l'évolution à court terme (quelques mois) et à long terme (quelques nnées) indictions peu fibles de l'évolution à moyen terme (1 à 3 ns) Appliction : L courbe des tux européenne... méricine, nglise... Voir les sites des bnques centrles

11 11

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Theorie des mrches Dns ce chpitre, on etudie l'interction de l'ore et de l demnde sur un mrche d'un bien donne. On etudier, en prticulier, l'equilibre du mrche. Etnt donne qu'on s'interesse uniquement

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

Chapitre 8 L évaluation des obligations. Plan

Chapitre 8 L évaluation des obligations. Plan Chapitre 8 L évaluation des obligations Plan Actualiser un titre à revenus fixes Obligations zéro coupon Obligations ordinaires A échéance identique, rendements identiques? Évolution du cours des obligations

Plus en détail

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation.

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation. Guide de référence rpide Commencer Avnt d utiliser l ppreil, lisez ce Guide de référence rpide pour connître l procédure de configurtion et d instlltion. NE rccordez PAS le câle d interfce mintennt. 1

Plus en détail

Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages

Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages Modifiction simultnée de plusieurs crctéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de clcul de l vrition de bien-être des ménges Trvers Muriel * Version provisoire Résumé : De nombreuses situtions

Plus en détail

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver.2 Présenttion de Esy Interctive Tools 3 Crctéristiques Fonction de dessin Vous pouvez utiliser Esy Interctive

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4 Université Pris I, Pnthéon - Sorbonne Licence MASS Cours d Anlyse S4 Jen-Mrc Brdet (Université Pris 1, SAMM) UFR 27 et Equipe SAMM (Sttistique, Anlyse et Modélistion Multidisiplinire) Université Pnthéon-Sorbonne,

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Fiche mathématiques financières

Fiche mathématiques financières Fiche mathématiques financières Thème 1 : Les taux d'intérêts simples et composés Taux d'intérêts simples : Les taux d'intérêts simples sont appliqués dans le cas d'emprunts dont la durée est inférieure

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11 Electrovnne double Dimension nominle 3/8 - DMV-D/11 DMV-DLE/11 7.30 M Edition 11.13 Nr. 223 926 1 6 Technique L électrovnne double DUNGS DMV intère deux électrovnnes dns un même bloc compct : - vnnes d

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE DE TAUX SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE

Plus en détail

Compte rendu de la validation d'un observateur cascade pour la MAS sans capteurs mécaniques sur la plate-forme d'essai de l'irccyn

Compte rendu de la validation d'un observateur cascade pour la MAS sans capteurs mécaniques sur la plate-forme d'essai de l'irccyn Compte rendu de l vlidtion d'un oservteur cscde pour l MAS sns cpteurs mécniques sur l plte-forme d'essi de l'irccyn Mlek GHANES, Alin GLUMINEAU et Roert BOISLIVEAU Le 1 vril IRCCyN: Institut de Recherche

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Jen-Pierre Dedieu, Jen-Pierre Rymond ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Institut de Mthémtiques Université Pul Sbtier 31062 Toulouse cedex 09 jen-pierre.dedieu@mth.univ-toulouse.fr jen-pierre.rymond@mth.univ-toulouse.fr

Plus en détail

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte Q U O T I D I E N Crte Mestro Comment voir tous les touts de votre crte bien en min Guide mémo + Notice d Assistnce Octobre 2010 Bloc notes À fire tout de suite Votre crte est strictement personnelle,

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE reglement > > instlltion E ETECTON NCENE NSTALLATON E ETECTON NCENE Une instlltion de détection incendie pour objectif de déceler et signler, le plus tôt possible, d une mnière fible, l nissnce d un incendie,

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

Taux d intérêts simples

Taux d intérêts simples Taux d intérêts simples Les caractéristiques : - < à 1 ans - Rémunération calculée uniquement sur investissement initial. Période de préférence = période sur laquelle on définit le taux de l opération

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure République Algérienne Démocrtique et Populire Ministère de l enseignement supérieur et de l recherche scientifique Université Mentouri de Constntine Fculté des sciences et sciences de l ingénieur Déprtement

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 3 : Les taux d intérêt Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Février 2012 Préambule «Le taux d intérêt est la rémunération de l

Plus en détail

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013 L comptbilité Comprez et choisissez votre logiciel L pye Comprez et choisissez votre logiciel TABLEAUX COMPARATIFS Compt Prtic Pour les créteurs et les entrepreneurs novice en Compt Compt Clssic Pour l

Plus en détail

Imposition partielle des rendements provenant de participations détenues dans la fortune privée et limitation de la déduction des intérêts passifs

Imposition partielle des rendements provenant de participations détenues dans la fortune privée et limitation de la déduction des intérêts passifs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l'impôt fédéral direct, de l'impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Berne, 16

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Kénitra Mathématiques financières Enseignant: Mr. Bouasabah Mohammed ) بوعصابة محمد ( ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION -KENITRA- Année universitaire:

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*)

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*) Revue d histoire des mthémtiques, 2 (1996), p. 1 66. AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES Bruno BELHOSTE (*) RÉSUMÉ. Dns cet rticle,

Plus en détail

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction 2e semestre 2/ UE 4 U : Abrégé de cours Anlyse 3: fonctions nlytiques Les notes suivntes, disponibles à l dresse http://www.iecn.u-nncy.fr/ bertrm/, contiennent les définitions et les résultts principux

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows

Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows Plan Actualisation et capitalisation Calculs sur le taux d intérêt et la période Modalités de calcul des taux d intérêts

Plus en détail

LES PEE ET PERCO AG2R LA MONDIALE

LES PEE ET PERCO AG2R LA MONDIALE LES PEE ET PERCO AG2R LA MONDIALE sont accessibles à tous les salariés L épargne salariale offre à toutes les entreprises l opportunité de motiver et fidéliser leurs collaborateurs avec des dispositifs

Plus en détail

Sciences Industrielles Précision des systèmes asservis Papanicola Robert Lycée Jacques Amyot

Sciences Industrielles Précision des systèmes asservis Papanicola Robert Lycée Jacques Amyot Scence Indutrelle Précon de ytème erv Pncol Robert Lycée Jcque Amyot I - PRECISION DES SYSTEMES ASSERVIS A. Poton du roblème 1. Préentton On vu que le rôle d un ytème erv et de fre uvre à l orte (t) une

Plus en détail

VIBRATIONS COUPLEES AVEC LE VENT

VIBRATIONS COUPLEES AVEC LE VENT VIBRATIONS OPLEES AVE LE VENT Pscl Hémon Lbortoire d Hydrodynmique, LdHyX Ecole Polytechnique, Pliseu Octobre 00 Vibrtions couplées vec le vent Si vous pense que j i révélé des secrets, je m en ecuse.

Plus en détail

Introduction à la modélisation et à la vérication p. 1/8

Introduction à la modélisation et à la vérication p. 1/8 Introduction à l modélistion et à l vériction Appliction ux systèmes temporisés Ptrici Bouyer LSV CNRS & ENS de Cchn Introduction à l modélistion et à l vériction p. 1/8 Modélistion & Vériction Introduction

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Magister en : Génie Mécanique

Magister en : Génie Mécanique الجمهورية الجزاي رية الديمقراطية الشعبية République Algérienne Démocrtique et Populire وزارة التعليم العالي و البحث العلمي Ministère de l enseignement supérieur et de l recherche scientifique Université

Plus en détail

Guide de l'utilisateur

Guide de l'utilisateur Guide de l'utilisteur Symboles Utilisés Dns ce Guide Indictions de sécurité L documenttion et le projecteur utilisent des symboles grphiques qui indiquent comment utiliser l ppreil en toute sécurité. Veillez

Plus en détail

Demande de logement social Article R. 441-2-2 du code de la construction et de l habitation

Demande de logement social Article R. 441-2-2 du code de la construction et de l habitation Ministère chargé du logement Cadre réservé au service Demande de logement social rticle R. 44-2-2 du code de la construction et de l habitation Numéro de dossier : N 4069*0 demande de logement locatif

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison)

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) Université de Lorraine Faculté des Sciences et Technologies MASTER 2 IMOI, parcours AD et MF Année 2013/2014 Ecole des Mines de Nancy LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) 2.1 Un particulier place 500 euros

Plus en détail

Livret de l étudiant 2015-2016

Livret de l étudiant 2015-2016 Livret de l étudint 2015-2016 Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes. L'IUT ccueille chque nnée 3000 étudints, sur le site de l'venue de Versilles et, depuis cette nnée, sur le site

Plus en détail

COURS Nº7 : LES OBLIGATIONS

COURS Nº7 : LES OBLIGATIONS COURS Nº7 : LES OBLIGAIONS DÉFINIION E CARACÉRISIQUES LES PRINCIPALES CLAUSES DU CONRA DU PRÊ ÉVALUAION DES OBLIGAIONS LES OBLIGAIONS ZÉRO-COUPON E LES COUPONS DÉACHÉS : CONSÉQUENCES FISCALES LES MESURES

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Session : Coût du capital

Session : Coût du capital Session : Coût du capital 1 Objectifs Signification du coût du capital Mesure du coût du capital Exemple illustratif de calcul du coût du capital. 2 Capital fourni par les actionnaires ou les banques L

Plus en détail

APPENDICE. Schémas conceptuels

APPENDICE. Schémas conceptuels APPENDICE Schém conceptuel 1. MARCHÉS 1.1. Climt u mrché bourier 1.2. Dénomintion e mrché finncier 1.3. Architecture e mrché finncier 1.4. Fonctionnement e mrché bourier 1.5. Cottion et cour 1.6. Inice

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 9 et 10. Politique de financement Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 9 & 10. Financement Printemps 2011 1 / 62 Plan I Introduction II La structure financière

Plus en détail

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013 Dossier pédgogique des Equipes Populires Bimestriel n 154 Jnvier-Février 2013 Belgique - België P.P. - P.B. 5000 - Nmur 1 BC 4854 Interview p.10 Frncis Delpérée Bureu de dépôt : 5000 Nmur mil. N d grétion

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations

Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations Objectifs de la session. Comprendre les calculs de Valeur Actuelle (VA, Present Value, PV) Formule générale, facteur d actualisation (discount

Plus en détail

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke.

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke. L EUROPE ET L EAU L eu est indispensble à l vie. Elle soutient nos écosystèmes et régule le climt. Agriculture, limenttion, énergie, trnsports : l eu est u cœur de notre existence. Cependnt, elle est inéglement

Plus en détail

La plateforme Next Generation Mini guide

La plateforme Next Generation Mini guide L plteforme Next Genertion Mini guie Ce guie onis été réé pour vous permettre e vous fmiliriser rpiement ve les nomreuses fontionnlités et outils isponiles sur l plteforme Next Genertion. Apprenez où trouver

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Comparer des offres de prêts

Comparer des offres de prêts Comparer des offres de prêts Prêts immobiliers : les critères de choix Nom de l établissement contact et n de téléphone Montant du prêt proposé Type de prêt taux fixe ou variable S agit-il d un prêt modulable?

Plus en détail

Les placements des organismes d assurance à fin 2012

Les placements des organismes d assurance à fin 2012 Les placements des organismes d assurance à fin 212 Gaël HAUTON Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Direction des Études Omar BIROUK et Alain Nicolas BOULOUX Direction

Plus en détail

Systèmes de plafonds

Systèmes de plafonds Systèmes de plfonds Sommire Une connissnce ultime des systèmes 4 2 Présenttion 5 Types de plfonds Gyproc 5 Applictions et vntes 6 Choix de l structure du plfond 7 Choix de l plque de revêtement 8 Pose

Plus en détail

Régression multiple : principes et exemples d application. Dominique Laffly UMR 5 603 CNRS Université de Pau et des Pays de l Adour Octobre 2006

Régression multiple : principes et exemples d application. Dominique Laffly UMR 5 603 CNRS Université de Pau et des Pays de l Adour Octobre 2006 Régression multiple : principes et eemples d ppliction Dominique Lffly UMR 5 603 CNRS Université de Pu et des Pys de l Adour Octobre 006 Destiné à de futurs thémticiens, notmment géogrphes, le présent

Plus en détail

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Il existe trois mécanismes d épargne salariale : La Participation : La participation des salariés aux résultats de

Plus en détail

Journées d étude n 2 et n 3. Actualisation, VAN, TRI, Emprunts, Emprunts obligataires

Journées d étude n 2 et n 3. Actualisation, VAN, TRI, Emprunts, Emprunts obligataires Journées d étude n 2 et n 3 1/22 Actualisation, VAN, TRI, Emprunts, Emprunts obligataires Chapitre 2 : L actualisation et VAN d un investissement. I L actualisation (Rappels) A L actualisation d un capital

Plus en détail