Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages"

Transcription

1 Modifiction simultnée de plusieurs crctéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de clcul de l vrition de bien-être des ménges Trvers Muriel * Version provisoire Résumé : De nombreuses situtions environnementles ou urbines peuvent se crctériser pr des chngements simultnés de plusieurs ménités. L construction d une industrie pollunte (rffinerie, usine d incinértion, etc. dns une one jusque là préservée peut, en effet, engendrer pour certins ménges, non seulement une dégrdtion de l qulité de l ir, mis ussi une dégrdtion de leur pysge. Il convient lors de définir les procédures permettnt, dns le cs de modifictions multiples, de mesurer les vritions de bien-être grâce à l méthode des prix hédoniques. L première procédure consiste à clculer l vrition de prix de mrché d une mison donnée suite ux vritions non mrginles des différentes ménités (Prsons et Wu, 1991, procédure ssimilnt le ménge résident à un producteur mximisnt son profit. L seconde procédure consiste à clculer l vrition de surplus totle des ménges selon l pproche séquentielle proposée pr Freemn (1995. Cependnt, reposnt sur l neutrlité de l ordre des chngements d ménités, son ppliction à des demndes non compensées pose problème. Nous proposons lors une nouvelle procédure contournnt cette difficulté. Nous ppliquons ces trois modes de clcul à l sitution fictive d un durcissement de l loi Littorl, réglementtion qui impliquerit une exproprition et donc le piement d une indemnistion monétire des ménges hbitnt sur l bnde côtière. * CEDEM, Université de Bretgne Occidentle, 12, rue de Kergot, CS 93837, Brest Cedex. e-mil : tel : +33 ( , fx : +33 (

2 Introduction L méthode des prix hédoniques permet de mesurer ex nte des vritions de bien-être consécutives u chngement non mrginl d un ttribut résidentiel donné. Cependnt, de nombreuses situtions environnementles ou urbines se crctérisent pr l modifiction simultnée de plusieurs ménités. Ainsi, l construction d une industrie pollunte dns une one jusque là préservée peut engendrer pour certins ménges, non seulement une dégrdtion de l qulité de l ir, mis ussi une dégrdtion du pysge. De même, une politique publique visnt à protéger et resturer une prtie du littorl, en interdisnt toute construction à moins d une certine distnce de l mer, peut générer simultnément un éloignement à l côte et une perte de vue sur l mer pour certins ménges expropriés et relogés dns une one plus éloignée. Or, fce à ces chngements multiples, l littérture économique ne donne que peu d indictions sur l procédure à suivre pour clculer les vritions de surplus qui en résultent. L objet de cet rticle est donc de présenter, tout d bord, de mnière théorique les différentes procédures envisgebles permettnt de mesurer les vritions de bien-être en présence de l modifiction simultnée de plusieurs ttributs et ce, à prtir de l méthode des prix hédoniques. L première procédure consiste à clculer l vrition de prix de mrché d une mison donnée suite à des vritions non mrginles des différentes ménités (Prsons et Wu, 1991, procédure ssimilnt le ménge résident à un producteur mximisnt son profit. L seconde solution consiste à clculer l vrition de surplus de consommtion de ces ménges selon l procédure séquentielle développée à prtir des indictions de Freemn. Cependnt, reposnt sur l neutrlité de l ordre des chngements d ménités, son ppliction à des demndes non compensées pose problème. Nous proposons lors une troisième procédure définie églement à prtir du concept de vrition de surplus des consommteurs et pouvnt s ppliquer à des demndes mrshlliennes. Nous ppliquerons, dns un second temps, ces trois procédures u cs du littorl finistérien en clculnt le montnt d indemnistion optimle ttribuble ux ménges expropriés des bords du littorl suite à l mise en plce d une réglementtion interdisnt toute construction près de l côte. 2

3 1. Clcul ex nte d une vrition de bien-être consécutive à l modifiction non mrginle de plusieurs ttributs dns le cdre de l méthode des prix hédoniques Avnt d border l question du clcul ex nte de surplus à prtir de l méthode des prix hédoniques, nous rppelons brièvement les principes de cette méthode et plus prticulièrement l procédure en deux étpes proposée pr Rosen ( Principes de l méthode des prix hédoniques L méthode des prix hédoniques pour objet de révéler les prix implicites des différents ttributs d un bien hétérogène à prtir de son prix globl. Les trvux de Lncster (1966 ont permis de poser les fondements théoriques de cette méthode en émettnt l hypothèse que les consommteurs tirent leur utilité non ps des biens eux-mêmes mis des crctéristiques qui composent ces derniers. Le prix globl d un bien est donc le résultt d une vloristion implicite de chcun des ttributs qui le compose. Il est lors possible de déterminer une fonction de demnde pour chcun des ttributs. Cette identifiction explicite de ces derniers permet insi de comprer des biens mlgré leur hétérogénéité. A prtir de ces trvux, Rosen (1974 formlise le fonctionnement concurrentiel du mrché du logement. Il décrit insi les logements comme un produit différencié composé de K ttributs notés Z = ( 1,, k,, K indissocibles et vendus «en bloc». Chque ménge choisit l propriété dns lquelle il v résider de telle mnière à mximiser l utilité 1 qu il retire du flux de services offert pr cette propriété. Son progrmme priml de mximistion s écrit lors : Z,x ( Mx U Z;x;M sous l contrinte budgétire = + ( = + y p. x P Z p. x p. x x k k k= 1 K Où : Z est le vecteur des crctéristiques extrinsèques et intrinsèques de l propriété chetée u prix P( Z, 1 L fonction d utilité est supposée croissnte concve et dérivble en chcun de ses rguments. 3

4 x est l quntité consommée du bien composite représentnt l ensemble des biens et services utres que l propriété cheté u prix p x. Pr l suite, x est considéré comme un bien numérire : le prix p x est lors égl à 1, y est le revenu du ménge cheteur, M est le vecteur des crctéristiques du ménge cheteur, P est le prix du bien immobilier, p k est le prix implicite de l crctéristique k du bien immobilier. Les conditions de premier ordre indiquent que le prix implicite pour chcune des crctéristiques k = 1, K, du logement doit être égl u tux mrginl de substitution entre cette crctéristique k et le bien composite : P(Z U / k = U / x k pk θk [1] où l fonction θk représente l fonction de demnde inverse compensée pour l ttribut k, c est-à-dire celle qui mintient constnt le niveu d utilité initil du demndeur pour différents niveux de prix implicites p k. Afin d identifier cette dernière, Rosen (1974 propose une procédure en deux étpes. L première étpe consiste, tout d bord, à estimer l fonction de prix hédoniques ˆP ( Z à prtir des quntités des différentes crctéristiques du logement. Le consentement à pyer mrginl θ k pour l ttribut k est lors déterminé u trvers de l dérivée 2 de cette fonction pr rpport à l crctéristique k : k k [ ] ˆp = P(Z ˆ / 2 L seconde étpe consiste, ensuite, à obtenir une estimtion de l fonction de demnde inverse pour l crctéristique k. Rosen (1974 indique qu il est possible d estimer les prmètres de cette fonction dès lors que les crctéristiques M des cheteurs (revenus, âge, niveu 2 Ceci dns le cs d une crctéristique continue. Dns le cs d une vrible binire, le consentement à pyer mrginl se clcule comme l différence du prix estimé entre les deux modlités prises pr cette vrible u niveu moyen de l échntillon (Grvel et lii,

5 d éduction, etc sont connus. Il convient lors de régresser le prix implicite de l ttribut k, ˆp k, obtenu à prtir de l éqution hédonique, sur les quntités des différentes crctéristiques du logement insi que celles de l cheteur 3. Nous obtenons insi l fonction de demnde ordinire inverse pˆ k = p ˆ k (Z, C. 1.2 Les différentes procédures de clcul ex nte d une vrition de bien-être consécutive à l modifiction non mrginle de plusieurs ttributs L mise en œuvre de l méthode des prix hédoniques permet insi le clcul de l vrition de bien-être ssocié à l vrition d un ttribut. Ainsi, lorsque les estimtions ont été étblies à prtir des données de vente (et non de loction et lorsque les néo-propriétires occupent effectivement le bien cquis, l vrition de bien-être peut être ppréhendée selon deux types de mesure, eu égrd u double sttut de propriétire ET de loctire de ces ménges 4. - le premier type de mesure est bsé sur le clcul de l vrition de prix de l propriété consécutive u chngement du niveu d ménité, vrition étblie à prtir de l fonction de prix hédoniques initile : b b b b b ( k = = ( k k ( k k VP P P ; Z P ; Z [3] où : b (before correspond à l sitution de déprt et (fter à l sitution finle 5. Le propriétire-résident est donc ppréhendé, dns ce cs, du point de vue de son sttut de propriétire cherchnt à mximiser son profit. Une dégrdtion de l ménité k est lors perçue pr ce dernier, comme une perte en cpitl immobilier (Plmquist, 1991 dns l éventulité d une vente de l propriété. 3 Cette procédure n est utilisble que dns le cs de figure où l offre de l crctéristique k est exogène ux vendeurs (offre inélstique. Cette sitution d offre exogène correspond selon Freemn (1979 u cs le plus fréquent concernnt les ménités environnementles. 4 En effet, du point de vue de l théorie des prix hédoniques, un propriétire est nlysé comme un ménge se lount à lui-même l propriété. 5 Notons que le mintien de l fonction de prix hédoniques P(. à son niveu initil b nécessite que les chngements de niveu des ménités n ffecte qu une one géogrphique restreinte fin que ces derniers ient un impct insignifint sur l demnde et l offre des misons de l ensemble de l one étudiée. Dns le cs contrire, VP = P = P ; Z P b b ; Z b. l vrition de prix de mrché se clcule de l mnière suivnte : ( k ( k k ( k k 5

6 - le second type de mesure est bsé sur le clcul de l vrition de surplus de consommtion, vrition étblie à prtir de l deuxième étpe : k b ( = θ ( VL ;Z d [4] k k k k k b k Le propriétire-résident est donc ppréhendé, dns ce cs, du point de vue de son sttut de résident («loctire» consommnt les services produits pr l propriété qu il occupe. Une dégrdtion de l ménité k est lors perçue comme une diminution de consommtion de service gissnt négtivement sur son niveu d utilité. Ces deux mesures n ont ucune rison priori de coïncider puisque l première est étblie directement à prtir de l fonction de prix hédoniques lors que l seconde est étblie à prtir de l fonction de demnde. Notre objectif est d ppliquer ces deux types de mesures à des situtions où plusieurs ttributs sont modifiés simultnément. Si cette extension ne semble ps poser de difficultés prticulières lorsque l vrition de bien-être est ppréhendée en termes de vrition de prix, il n en v ps de même lorsque cette dernière est ppréhendée en termes de vrition de surplus de consommtion Procédure en termes de vrition de prix hédoniques L mesure ex nte d une vrition de bien-être pr l vrition de prix hédoniques est immédite. Considérons, fin de simplifier les démonstrtions, que les modifictions environnementles ne concernent que deux ttributs k 1 et k 2 de l propriété i. L vrition totle de bien-être suite à l vrition de ces ttributs se clcule lors de l mnière suivnte : b b b b b b ( = = ( (k,k ( (k,k VP ; P P ; ; Z P ; ; Z [5] C est cette procédure qu ont utilisé Prsons et Wu (1991 pour clculer l perte totle de surplus liée à l perte d un «front sur mer», d une perte de l vue sur mer et d un ccroissement de l distnce à l mer, pertes subies pr les ménges suite à l mise en plce de 6

7 l réglementtion «Criticl Are Progrm» limitnt les nouvelles constructions dns l one tmpon des pieds dns l one de l «Chespeke By» (Mrylnd, Etts-Unis. Cependnt, en ssimilnt l cht d une résidence uniquement à un plcement immobilier, cette mesure peut sembler réductrice pour de nombreux ménges qui cquièrent un logement fin de profiter des ménités ccessibles à prtir de ce dernier Procédures bsées sur les vritions de surplus du consommteur A l différence de l procédure précédente, il n existe ps, à notre connissnce, de développements théoriques sur les procédures bsées sur l vrition de surplus du consommteur dns le cs de multiples chngements d ménités, hormis les quelques éléments fournis pr Freemn (1993, 1995, Ce dernier propos, en effet, de générliser l mesure hbituelle VL( k à l sitution d une vrition multiple d ménités en remplçnt l vrible k correspondnt à une seule ménité pr un vecteur Z k correspondnt ux différentes ménités subissnt une vrition : Z k b ( = θ ( VL Z Z ; Z dz [6] k k k k k Z b k Cette proposition ne donne cependnt que peu d indictions concernnt l procédure effective à suivre fin d obtenir in fine l vleur recherchée. L question est, en prticulier, de svoir si l vrition totle de bien-être résultnt d un chngement simultné de deux ttributs peut s écrire comme l simple somme des vritions de surplus «prtiels» ssociés à chcun des ttributs et clculées indépendmment l une de l utre (toutes choses égles pr illeurs, c'est-à-dire : ( ( b b θ ( b b ; ; Z (, θ ; ;Z (, VL ; = d + d [7] b b 7

8 Pr conséquent, dns les deux points suivnts, nous proposons deux procédures de clcul différentes. A notre connissnce, ces procédures, en prticulier l seconde, n ont jmis été développées dns l littérture économique et revêtent donc un crctère novteur Procédure séquentielle dite «de Freemn» Cette pproche découle directement de l éqution proposée pr Freemn (éqution [6] : Z Z k k b ( = θ ( = b ( Z k ;Z k θ VL Z Z ; Z dz dz k k k k k k Z b Z b Zk k k Reprenons le cs d un chngement de deux ttributs k 1 et k 2. Ce dernier peut être décomposé nlytiquement en deux vritions séquentielles, vec dns un premier temps une vrition de l ttribut k 1 puis un chngement de l ttribut k 2. L vrition de surplus ssocié à l vrition se clcule de l mnière suivnte : b ( ( ; ;Z (, b b θ VL ; = d [8] b L vrition ssociée à l vrition, survennt APRES l vrition se clcule, qunt à elle, de l mnière suivnte : ( ( ; ;Z (, k 2 b θ VL ; = d [9] b k 2 L vrition totle de surplus se clcule lors en sommnt ces deux vritions : b ( = ( + ( VL ; VL ; VL ; [10], 8

9 ( ( b b θ ( b ; ; Z (, θ ; ; Z (, VL ; = d + d [11], b b b b b b Remrquons que :, ( = θ( (, θ( (, VL ; ; ; Z ; ; Z [12] L mesure VL ( ; coïncide vec l vrition d enchère θ entre le niveu finl et, le finl des deux ménités : elle constitue bien une mesure excte de l vrition de bien-être et ser ppelée pr l suite procédure dite de «Freemn». Cette procédure indique explicitement que l vrition totle de surplus ne s écrit ps comme l simple somme des vritions de chcune des ménités «toutes choses égles pr illeurs» (éqution [7]. Il convient, en effet, d être ttentif u niveu (b ou de l ménité qui ne vrie ps : lorsque l ménité k 1 vrie, l ménité k 2 est considérée à son niveu initil (b. Lorsque l ménité k 2 vrie, l ménité k 1 est considérée à son niveu finl (. Nous devons vérifier lors que l vrition de surplus est indépendnte du chemin d intégrtion : ( ( b θ ( b b ; ; Z (, θ ; ; Z (, VL ; = d + d [13], b b b b b ( ( ( b b b b b + θ( ; ; Z (, θ( ; ;Z (, VL ; = θ ; ; Z θ ; ;Z, (, (, b b b b ( ( ( VL, ; = ; ; Z (, ; ;Z θ θ (, cf.[12] Cette procédure de clcul est donc bien indépendnte du chemin d intégrtion choisi. Economiquement, cette propriété signifie que, pour un ménge donné, l ordre de chngement des ttributs n ps d incidence sur s vrition de bien-être. Cependnt, ce constt n est exct que si l on risonne sur des fonctions de demnde compensée : le ménge est lors indifférent à l ordre des chngements puisque son utilité est mintenue constnte lors de ces derniers. Pr contre, si les clculs effectifs sont étblis à prtir de fonctions de demnde 9

10 ordinire, cette indifférence vis-à-vis de l ordre des chngements n est ps nécessirement vérifiée. En effet, l utilité n étnt plus mintenue constnte, l ordre des chngements n est plus forcément neutre, notmment si ces deux chngements sont fortement symétriques Procédure lterntive pr l somme des surplus prtiels corrigée L procédure, que nous proposons mintennt, permet de répondre ux objections évoquées ci-dessus. Pour clculer l vrition de surplus totle VL ssociée à deux chngements non mrginux d ménités, nous pouvons clculer églement l différentielle totle de l fonction d enchère θ( ; ;Z (, 6, schnt que seuls les ttributs k 1 et k 2 vrient : θ θ dθ = d + d = θ d + θ d [14] Intégrons l différentielle totle pr rpport à (l intégrtion pr donner le même résultt finl en prennt comme constnte : θ dθ = d + Cste Rien ne permet de dire priori que cette constnte soit indépendnte de, donc : θ dθ = θ, = d + g ( ( En reportnt le résultt précédent, nous obtenons : θ. d θ dg = + d ( 6 Pour simplifier l démonstrtion suivnte, l fonction d enchère θ ( ; ; Z (, est notée θ 10

11 En supposnt le théorème de Schwr vérifié 7 : θ.d = 2 θ d Il en résulte que : ( 2 θ θ = g d d d D où, en remplçnt g( dns l première expression, nous obtenons : 2 θ θ θ dθ = d + d d d Pr conséquent, si nous considèrons une vrition non mrginle simultnée des deux ttributs (respectivement et, l vrition de surplus du consommteur pour ces vritions non mrginles s écrit lors : ( x2 b x1 b ( ; ; Z (, θ( ; ; Z (, k 2 θ VL ; = d + d s, b b k 2 ( ; ; Z (, k 2 2 b b b k 2 θ d d [15] Il est lors possible de démontrer que cette vrition totle de bien-être est égle à l éqution [12] en prticulier si x1 = x2 = b et : θ θ θ Rppelons que cette théorème est vérifié si : θ = = fonctions 2 2 θ θ et (,, Z (, de Ω. sont définies sur un ouvert Ω de c'est-à-dire lorsque les n R et continues en un point 11

12 ( b b b b ( ; k 2 ; Z (, θ( ; k 2 ; Z (,k 2 k 2 θ VL ; = d + d s,k 2 k 2 k 2 b b k 2 + ( ; k 2 ; Z (,k 2 k 2 2 b b b k 2 θ k 2 d d [16] ( ( ( ( VL ; = VL ; + VL ; + VL 1 2 [17] s b b,k 2 k 2 Où : ( ( ; ; Z (, k 2 2 b θ VL 1 2 = d d b b k 2 L vrition de bien-être résultnt du chngement des deux ménités est donc égle à l somme des vritions de surplus prtiels clculées séprément u niveu initil b, à lquelle s joute un fcteur croisé correspondnt à l effet de l interction entre ces deux chngements d ménité sur l vrition de bien-être. En intégrnt tout d bord pr rpport à k 1 puis pr rpport à k 2, nous vons donc supposé que le chngement touchit tout d bord l ménité k 1 puis l ménité k 2. En supposnt que le théorème de Schwr étit vérifié, nous vons donc fit l hypothèse que l ordre des chngements n influence ps l vrition de bien-être : VL( 1 2 = VL( 2 1. En prtique, il convient donc de s ssurer de l vérifiction de cette hypothèse. Ainsi, nous disposons de deux procédures bsées sur l vrition de surplus du consommteur pour mesurer les vritions totles de bien-être ssociées u chngement conjoint de deux ménités. Si l procédure dite de Freemn est plus simple à mettre en œuvre, l nouvelle procédure l vntge de distinguer d un côté, les effets directs VL et VL et d un utre côté l effet lié à l influence croisée des deux ménités et donc d pprécier l erreur commise lorsque l on réduit l vrition de bien-être à l simple somme des deux effets directs (prtiels. Si l vleur du terme croisé s vère fible, ce dernier peut lors être négligé. De plus, cette deuxième procédure peut s ppliquer u cs des fonctions de demnde ordinire à l différence de l première procédure qui doit être indépendnte du chemin d intégrtion et qui ne peut donc s ppliquer qu à des fonctions de demnde compensée. Nénmoins, cette 12

13 procédure nécessite, pour être pplicble, que l fonction de prix hédoniques soit telle que le théorème de Schwr est vérifié. 2. Clcul des indemnistions monétires compensnt l perte simultnée de deux ménités littorles suite à un durcissement de l législtion 2.1 Présenttion du cs d étude Nous considérons le cs d une politique publique de protection du littorl consistnt à interdire toute hbittion à moins d une distnce se situent à une distnce 0 d i inférieure à l distnce réglementire 1 d de l mer. Les ménges dont les misons 1 d sont lors expropriés et relogés 8 dns des misons se situnt à proximité de l one réglementée. L mise en plce d une telle réglementtion interdisnt toute résidence à proximité de l mer peut conduire à une diminution de l consommtion pr les ménges résidents des ménités liées à l vue sur mer et à l proximité à l mer. Dns le cdre de notre nlyse, nous prenons en considértion deux cs de figure définissnt deux groupes d hbittions selon leur crctéristique initile concernnt l vue sur mer : - Dns un premier groupe, l mison vit initilement une vue sur mer excellente ( v4 0 i 1 = et se situit à une distnce à l mer 0 d i inférieure à d 1. Dns ce cs, le «coût de déplcement résidentiel» doit prendre en compte à l fois l perte de vleur liée à un distnce plus importnte de l mer et à une vue sur mer d une moindre qulité( v4 1 i = 0, - Dns le second groupe, l mison ne disposit ps initilement de vue sur mer excellente( v4 0 i = 0. Dns ce cs, l perte de vleur est seulement liée à une ugmenttion de l distnce à l mer. Le degré de sévérité de l politique de protection du littorl dépend donc de l distnce d 1 définissnt l limite de l one d exclusion. Nous envisgeons lors trois scénrios progressifs 8 Dns des conditions identiques hormis les ménités littorles. 13

14 d exproprition des personnes hbitnt respectivement à moins de 100, 500 et mètres du littorl finistérien. A ces trois distnces, correspondent trois sous-échntillons emboîtés et de tille croissnte. Il s git lors de clculer le montnt d indemnistion nécessire pour contreblncer les pertes de bien-être ssociées à l éloignement du littorl. L vrition de surplus étnt clculée ex nte, il est nécessire que les préférences des ménges ne soient ps modifiées entre le moment effectif de l indemnistion et le moment où l vloristion des ménités est rélisée. De plus, l one littorle concernée pr l réglementtion et pr conséquent ffectée pr les chngements doit être géogrphiquement restreinte : le nombre de résidences sujettes à l exproprition doit voir un effet insignifint sur l demnde et l offre de misons sur l ensemble de l one. Enfin, il convient de supposer que les ménges soient relogés à l identique hormis pour les crctéristiques littorles. Pour mener à bien ce clcul, nous vons utilisé une bse de données composée de 185 misons vendues en 2005 et réprties sur l ensemble du littorl finistérien. Cette bse été étblie à prtir d une enquête uprès d gences immobilières et comporte, à l fois, des informtions sur le prix de vente, les crctéristiques intrinsèques et extrinsèques des misons vendues insi qu un ensemble de crctéristiques des cheteurs (âge, PCS, usge futur de l mison chetée, etc.. A ces informtions obtenues uprès des gences, nous vons djoint d utres éléments crctérisnt l commune des hbittions, éléments obtenus uprès de l Direction Générle des Impôts. Les misons se situnt à moins de 100 mètres de l mer (souséchntillon 1 représentent, 3,6 % de l ensemble des misons de cet échntillon. Les misons se situnt à moins de 500 mètres de l mer (sous-échntillon 2 et à moins de mètres représentent, respectivement, 15,6 % et 19,8% de l échntillon. Les misons se situnt à moins d un kilomètre des côtes finistériennes ont été chetées pour les 3/4 d entre elles pour un usge secondire et pour plus des 2/3 pr des ménges n hbitnt ps en Bretgne (cf. tbleu 1. Afin de pouvoir utiliser l fonction de prix hédoniques pour clculer ex nte ces différentes compenstions monétires, le propriétire de l mison doit y résider occsionnellement ou de fçon permnente. Or, il s vère qu une des misons situées à moins de 100 mètres du littorl 14

15 été chetée à des fins loctives : elle est donc retirée des différents sous-échntillons lors des clculs 9. Tbleu 1 : Crctéristion des misons et de leurs cquéreurs Sous-échntillon 1 Sous-échntillon 2 Sous-échntillon 3 Usge des résidences (en % Résidences principles 0,0 19,2 24,3 Résidences secondires 83,3 77,0 72,7 Résidences à usge loctif 16,7 3,8 3,0 Origine géogrphique des cheteurs (en % Acheteurs originires de Bretgne 33,3 26,9 33,3 Acheteurs originires de Frnce Métropolitine 66,7 61,5 57,6 (hors Bretgne Acheteurs originires de l étrnger + DOM-TOM 0,0 11,5 9,1 L nlyse sttistique de ces échntillons montre églement que les cheteurs des misons proches du littorl (moins d un kilomètre sont, en moyenne, plus âgés (50 ns que ceux de notre échntillon complet (44,5 ns et ceux du Finistère (entre 40 et 43 ns Evlution de l perte de bien-être pr l procédure de vrition de prix Comme indiqué dns l première prtie de cet rticle, cette procédure consiste à clculer, toutes choses égles pr illeurs, l perte bsolue de vleur de l mison i suite à l mise en plce de l réglementtion. Dns le cs présent, cette perte est clculée de l mnière suivnte : ( i i = ( i i i ( i i i i VP d, v4 P d, v4, N,Q - P d, v4, N,Q [18] où : P (. est l fonction de prix hédoniques, 0 Ni est l ensemble des crctéristiques intrinsèques initiles de l mison i, 9 Le sous-échntillon 1 (resp. les sous-échntillons 2 et 3 représente lors 3 % (resp. 15 % et 19,2 % de l ensemble de l échntillon. 10 Pour plus de détils concernnt l ensemble des crctéristiques des différents sous-échntillons étudiés, voir nnexe 1. 15

16 0 d i est l distnce initile linéire à l mer de l mison i, 1 d est l distnce à l mer minimle réglementire, 0 v4i est le niveu de l ttribut «vue sur mer excellente» de l mison i vnt l mise en plce de l réglementtion, 1 v4 i est le niveu de l ttribut «vue sur mer excellente» de l mison i près l mise en plce de l réglementtion, 0 Q i est l ensemble des utres crctéristiques extrinsèques initiles de l mison i. Cette mesure du «coût de déplcement résidentiel» est lors bsée sur l estimtion de l fonction de prix des logements se situnt sur l one du littorl concernée vnt l mise en plce de l réglementtion, estimtion obtenue à prtir de l première étpe de l méthode des prix hédoniques 11. Pour les misons pprtennt u groupe 1, à svoir les misons ynt initilement une vue sur mer excellente, le coût de déplcement résidentiel est clculé de l mnière suivnte: ( = ( = ( = VP ˆ d, v4 P ˆ d, v4 0, N,Q P ˆ d, v4 1, N,Q [19] i i i i i i i i i i Où : ˆP est le prix estimé de l mison i à prtir de l fonction de prix hédoniques. Pour les misons pprtennt u groupe 2, à svoir les misons n ynt ps initilement de vue sur mer excellente, le coût de déplcement résidentiel est clculé de l mnière suivnte : ( = ( = ( = VP ˆ d, v4 P ˆ d, v4 0, N,Q P ˆ d, v4 0, N,Q [20] i i i i i i i i i i Ces coûts de déplcement résidentiels sont lors clculés pour différentes distnces réglementires d 1 pour chque sous-échntillon et pour chque groupe (cf. tbleu Le détil de cette estimtion est proposé en nnexe 2. 16

17 Tbleu 2 : Vrition moyenne du prix liée à l perte d ménités côtières (en Sous - échntillon 1 Sous - échntillon 2 Sous - échntillon 3 d 1 =100 d 1 =500 d 1 =1 000 Groupe Groupe Totl Groupe Groupe Totl Groupe Groupe Totl Nous pouvons églement exprimer ces vritions en pourcentge de l vleur initile de l mison (cf. tbleu 3. Tbleu 3 : Vrition moyenne exprimée en pourcentge de l vleur initile (en % Sous - échntillon 1 Sous - échntillon 2 Sous - échntillon 3 d 1 =100 d 1 =500 d 1 =1 000 Groupe 1-21,5-26,7-29,7 Groupe 2-1,1-6,2-9,3 Totl - 13,4-18,5-21,5 Groupe 1-23,1-26,1 Groupe 2-3,4-7,5 Totl - 8,9-12,7 Groupe 1-26,1 Groupe 2-6,4 Totl - 10,7 Les pertes économiques, dns le cs des misons bénéficint initilement d une vue sur mer excellente et se trouvnt à proximité de l mer (groupe 1, représentent entre 21,5 et 29,7 % de l vleur initile moyenne de ces hbittions selon l distnce réglementire considérée. Les pertes dns le cs des misons ne bénéficint ps initilement de l vue sur mer excellente (groupe 2 représentent, qunt à elles, entre 1,1 % et 9,3 % de l vleur initile. 2.3 Evlution de l perte de bien-être pr l procédure dite de Freemn Dns le cs des pertes d ménités côtières, l vrition totle de surplus VL 1,i correspondnt dns une première phse à une perte de vue sur mer excellente puis dns une seconde phse à une ugmenttion de l distnce à l mer pour le ménge exproprié i (1 er chemin d intégrtion se clcule de l mnière suivnte : 17

18 ( = ( + ( VL d ; v4 ; N ;Q ;M VL d ;v4 ; N ;Q ;M VL d ; v4 ; N ;Q ;M [21] 1,i i i i i i i i i i i i i i i i i où : ( ( i i i i 1 d ˆP d, v4, N,Q VL d ;v4 ; N ;Q ;M,M d d vec d d [22] i i i i i i = i i i < d 0 i di ( ˆP (. / d i, Mi étnt l fonction de demnde inverse à l proximité à l mer estimée, obtenue à prtir de l régression des prix mrginux (eux-mêmes obtenus à prtir du clcul de ˆP ( d 0, v4 0, N 0,Q 0 / d pr rpport ux crctéristiques de l mison i et de i i i i i l ensemble des crctéristiques des prix hédoniques 12. M i du ménge «exproprié» (2 ème étpe de l méthode i ( ˆ i i i i ( 0 1 i = i 0 i 0 ˆ ( 0 i 0 = i 0 i 0 VL d ; v4 ; N ;Q ;M = P d, v4 0, N,Q P d, v4 1, N,Q [23] L vrible «vue sur mer excellente» étnt dichotomique, il est supposé hbituellement que le consentement à pyer (resp. à recevoir moyen du ménge i pour obtenir cette crctéristique est égl à son consentement mrginl pour obtenir (resp. perdre cette dernière (Deronier et Terr, Pr nlogie u clcul précédent, l vrition totle de surplus VL 2,i correspondnt dns une première phse à une ugmenttion de l distnce à l mer puis dns une seconde phse à une perte de vue sur mer excellente pour un ménge exproprié i se clcule de l mnière suivnte : ( = ( + ( VL d ; v4 ; N ;Q ;M VL d ; v4 ; N ;Q ;M VL d ; v4 ; N ;Q ;M [24] 2,i i i i i i i i i i i i i i i i i Nous remrquons que pour un ménge ne subissnt qu un éloignement du littorl (groupe 2, l vrition totle de surplus se réduit uniquement u clcul suivnt : ( ( i i i i 1 d ˆP d, v4, N,Q VL d ; v4 ; N ;Q ;M,M d d vec d d [25] i i i i i i = i i i < d 0 i di 12 Le détil de cette estimtion est proposé en nnexe 2. 18

19 A prtir des deux équtions [21] et [24], nous clculons, pour chcun des deux groupes et selon les deux chemins d intégrtion possibles, l vrition totle moyenne de surplus pour les différents sous-échntillons et distnces réglementires d 1 (cf. tbleu 4. Tbleu 4 : Vrition totle moyenne de surplus liée à l perte d ménités côtières (en Sous - échntillon 1 Sous - échntillon 2 Sous - échntillon 3 Premier chemin d intégrtion Deuxième chemin d intégrtion d 1 =100 d 1 =500 d 1 =1 000 d 1 =100 d 1 = 500 d 1 =1 000 Groupe Groupe Totl Groupe Groupe Totl Groupe Groupe Totl Nous observons lors que le montnt des pertes économiques des ménges du groupe 1 est en moyenne entre 10 à 11 plus élevé que celui des ménges du groupe 2. Nous observons qu il existe églement des écrts non négligebles selon l séquentilité choisie (entre 2,4 et 9,0 %, le fit de «perdre» tout d bord une vue sur mer excellente ffectnt de mnière plus importnte le bien-être des ménges. 2.4 Evlution des vritions de surplus pr l nouvelle procédure Pr conséquent, les résultts obtenus pr l procédure dite de Freemn indiquent que l ordre de chemin d intégrtion n est ps neutre sur le résultt du clcul des indemnistions lorsque l fonction de demnde utilisée étit une fonction de demnde non compensée. Ainsi, fin de contourner cette difficulté, nous clculons mintennt ces indemnistions à prtir de l nouvelle procédure. Dns le cs de l perte des ménités littorles considérées, cette vrition de surplus se clcule de l mnière suivnte : ( = ( + ( i ( i i i i i VL d ; v4 ; N ;Q ;M VL d ; v4 ; N ;Q ;M VL d ; v4 ; N ;Q ;M S i i i i i i i i i i i i i i i i i VL d v4 ; N ;Q ;M [26] 19

20 Où : ( ( i i i i 1 d ˆP d, v4, N,Q VL d ;v4 ; N ;Q ;M,M d d vec d d [27] i i i i i i = i i i < d 0 i di i ( ˆ i i i i ( 0 1 i = i 0 i 0 ˆ ( 0 i 0 = i 0 i 0 VL d ; v4 ; N ;Q ;M = P d, v4 0, N,Q P d, v4 1, N,Q [28] 0 0 ( ( d, v4, N,Q, M ˆp ( d, v4, N,Q, M '' d ˆp v4 i.di i i i i i VLi di v4 i; N i ;Q i ;Mi = d d i [29] ' d i v4 i.di i i i i i ˆp v4.d i i (. étnt l fonction de demnde inverse estimée à prtir des prix mrginux, obtenus à ( P d i 0, v4 1 i 0, N i 0,Q i 0 / di ( Pˆ ( d i 0, v4i 0 1, N i 0,Q i 0 / di prtir du clcul : 13 ˆ ( = =, pr rpport ux crctéristiques de l mison i et de l ensemble des crctéristiques ménge «exproprié» 14. M i du Nous pouvons lors clculer à prtir de cette fonction estimée l vrition de surplus ssociée ux termes croisés VL ( 0 0 i di v4 i; N i ;Q i ;Mi et insi clculer pour les différents échntillons et pour les différentes distnces de réglementtion, l vrition totle de surplus moyenne VL S ( 0 0 i d i; v4 i; N i ;Q i ;Mi pour le groupe 1. Remrquons églement que l vrition de surplus des ménges pprtennt u groupe 2 se clcule de l même mnière que dns le cs de l procédure dite de Freemn puisque l vrition ne porte que sur une seule ménité et est donc indépendnte de l procédure utilisée : ( ( i i i i 1 d ˆP d, v4, N,Q VL d ; v4 ; N ;Q ;M, M d d vec d d i i i i i i = i i i < d 0 i di 13 Ce résultt, près vérifiction, est bien indépendnt de l ordre de dérivtion choisi, ce qui signifie que le théorème de Schwr est vérifié. 14 Le détil de cette estimtion est proposé en nnexe 3. 20

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4 Université Pris I, Pnthéon - Sorbonne Licence MASS Cours d Anlyse S4 Jen-Mrc Brdet (Université Pris 1, SAMM) UFR 27 et Equipe SAMM (Sttistique, Anlyse et Modélistion Multidisiplinire) Université Pnthéon-Sorbonne,

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver.2 Présenttion de Esy Interctive Tools 3 Crctéristiques Fonction de dessin Vous pouvez utiliser Esy Interctive

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013 Norme ntionle du Cnd Snté et sécurité psychologiques en milieu de trvil Prévention, promotion et lignes directrices pour une mise en œuvre pr étpes Avilble in English

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013 L comptbilité Comprez et choisissez votre logiciel L pye Comprez et choisissez votre logiciel TABLEAUX COMPARATIFS Compt Prtic Pour les créteurs et les entrepreneurs novice en Compt Compt Clssic Pour l

Plus en détail

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke.

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke. L EUROPE ET L EAU L eu est indispensble à l vie. Elle soutient nos écosystèmes et régule le climt. Agriculture, limenttion, énergie, trnsports : l eu est u cœur de notre existence. Cependnt, elle est inéglement

Plus en détail

FIG. 1 Module de stockage en position horizontale ; positionnement des jauges de déformation.

FIG. 1 Module de stockage en position horizontale ; positionnement des jauges de déformation. Anlyse thermo-mécnique dun prototype de stockge hybride (solide-gzeux) dhydrogène D. CHAPELLE, O. GILLIA b, M. FELDIC. Institut FEMTO ST, UMR 6174, Déprt. Mécnique Appliquée, 24 rue de l Epitphe, 25000

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*)

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*) Revue d histoire des mthémtiques, 2 (1996), p. 1 66. AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES Bruno BELHOSTE (*) RÉSUMÉ. Dns cet rticle,

Plus en détail

Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage...

Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage... Directives COV et lterntive lipochimique : peintures, encres, nettoyge, dégrissge... Alin LEMOR Recherche & Développement, Novnce, BP 20609, Venette, 60206 Compiègne Cedex, Frnce, Fx. +33 (0)3 44 90 70

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

Theorie des mrches Dns ce chpitre, on etudie l'interction de l'ore et de l demnde sur un mrche d'un bien donne. On etudier, en prticulier, l'equilibre du mrche. Etnt donne qu'on s'interesse uniquement

Plus en détail

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013 Dossier pédgogique des Equipes Populires Bimestriel n 154 Jnvier-Février 2013 Belgique - België P.P. - P.B. 5000 - Nmur 1 BC 4854 Interview p.10 Frncis Delpérée Bureu de dépôt : 5000 Nmur mil. N d grétion

Plus en détail

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure République Algérienne Démocrtique et Populire Ministère de l enseignement supérieur et de l recherche scientifique Université Mentouri de Constntine Fculté des sciences et sciences de l ingénieur Déprtement

Plus en détail

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Jen-Pierre Dedieu, Jen-Pierre Rymond ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Institut de Mthémtiques Université Pul Sbtier 31062 Toulouse cedex 09 jen-pierre.dedieu@mth.univ-toulouse.fr jen-pierre.rymond@mth.univ-toulouse.fr

Plus en détail

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte Q U O T I D I E N Crte Mestro Comment voir tous les touts de votre crte bien en min Guide mémo + Notice d Assistnce Octobre 2010 Bloc notes À fire tout de suite Votre crte est strictement personnelle,

Plus en détail

Régression multiple : principes et exemples d application. Dominique Laffly UMR 5 603 CNRS Université de Pau et des Pays de l Adour Octobre 2006

Régression multiple : principes et exemples d application. Dominique Laffly UMR 5 603 CNRS Université de Pau et des Pays de l Adour Octobre 2006 Régression multiple : principes et eemples d ppliction Dominique Lffly UMR 5 603 CNRS Université de Pu et des Pys de l Adour Octobre 006 Destiné à de futurs thémticiens, notmment géogrphes, le présent

Plus en détail

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002 EVALUATION FINALE PROJET D APPUI A LA GESTION DES ZONES HUMIDES DANS LE DELTA INTERIEUR DU FLEUVE NIGER RAPPORT FINAL Meg Gwler Bréhim Béridogo ARTEMIS Services pour l conservtion de l nture et le développement

Plus en détail

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction 2e semestre 2/ UE 4 U : Abrégé de cours Anlyse 3: fonctions nlytiques Les notes suivntes, disponibles à l dresse http://www.iecn.u-nncy.fr/ bertrm/, contiennent les définitions et les résultts principux

Plus en détail

TRam «Gestion de la Toxicité en zone Ramsar» Toxicity management in Ramsar area

TRam «Gestion de la Toxicité en zone Ramsar» Toxicity management in Ramsar area TRm «Gestion de l Toxicité en zone Rmsr» Toxicity mngement in Rmsr re Progrmme Evlution et réduction des risques liés à l utilistion des Pesticides Rpport finl- Juillet_2014 CIHEAM-IAMM 3191 Route de Mende

Plus en détail

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE reglement > > instlltion E ETECTON NCENE NSTALLATON E ETECTON NCENE Une instlltion de détection incendie pour objectif de déceler et signler, le plus tôt possible, d une mnière fible, l nissnce d un incendie,

Plus en détail

Introduction à la modélisation et à la vérication p. 1/8

Introduction à la modélisation et à la vérication p. 1/8 Introduction à l modélistion et à l vériction Appliction ux systèmes temporisés Ptrici Bouyer LSV CNRS & ENS de Cchn Introduction à l modélistion et à l vériction p. 1/8 Modélistion & Vériction Introduction

Plus en détail

La pratique institutionnelle «à plusieurs»

La pratique institutionnelle «à plusieurs» L prtique institutionnelle «à plusieurs» mury Cullrd Février 2013 Nicols, inquiet: «Qund je suis seul vec quelqu un, il se psse des choses» Vlentin, à propos de l institution : «Ici, y beucoup de gens,

Plus en détail

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE Le vdemecum de l pprentissge dns l fonction publique territorile SERVICES À LA PERSONNE 1 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur disponibilité et l richesse de nos échnges toutes les personnes

Plus en détail

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé Bcclurét S Asie 9 jui 24 Corrigé A. P. M. E. P. Exercice Commu à tous les cdidts 4 poits Questio - c. O peut élimier rpidemet les réposes. et d. cr les vecteurs directeurs des droites proposées e sot ps

Plus en détail

Magister en : Génie Mécanique

Magister en : Génie Mécanique الجمهورية الجزاي رية الديمقراطية الشعبية République Algérienne Démocrtique et Populire وزارة التعليم العالي و البحث العلمي Ministère de l enseignement supérieur et de l recherche scientifique Université

Plus en détail

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11 Electrovnne double Dimension nominle 3/8 - DMV-D/11 DMV-DLE/11 7.30 M Edition 11.13 Nr. 223 926 1 6 Technique L électrovnne double DUNGS DMV intère deux électrovnnes dns un même bloc compct : - vnnes d

Plus en détail

La réforme des soins de santé mentale en Belgique

La réforme des soins de santé mentale en Belgique 1 L réforme des soins de snté mentle en Belgique Isbel MOENS Cbinet de l Vice Première-Ministre Ministre des Affires sociles et de l Snté publique En prtenrit vec: Kristel KARLER Cbinet de l Ministre de

Plus en détail

Titrages acidobasiques de mélanges contenant une espèce forte et une espèce faible : successifs ou simultanés?

Titrages acidobasiques de mélanges contenant une espèce forte et une espèce faible : successifs ou simultanés? Titrgs cidobsiqus d mélngs contnnt un spèc fort t un spèc fibl : succssifs ou simultnés? Introduction. L'étud d titrgs cidobsiqus d mélngs d dux ou plusiurs cids (ou bss) st un xrcic cournt [-]. Ls solutions

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

La plateforme Next Generation Mini guide

La plateforme Next Generation Mini guide L plteforme Next Genertion Mini guie Ce guie onis été réé pour vous permettre e vous fmiliriser rpiement ve les nomreuses fontionnlités et outils isponiles sur l plteforme Next Genertion. Apprenez où trouver

Plus en détail

Guide de l'utilisateur

Guide de l'utilisateur Guide de l'utilisteur Symboles Utilisés Dns ce Guide Indictions de sécurité L documenttion et le projecteur utilisent des symboles grphiques qui indiquent comment utiliser l ppreil en toute sécurité. Veillez

Plus en détail

1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 2. 2.1.

1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 2. 2.1. T/TR 01-01 Pge 3 r+ 1. EQUIPMENT CONCERNE L interconnexion numerique interntionl pour le service visiophonique et de visioconf&ence necessite l stndrdistion des principux prmttres num&iques tels que d~it,

Plus en détail

Systèmes de plafonds

Systèmes de plafonds Systèmes de plfonds Sommire Une connissnce ultime des systèmes 4 2 Présenttion 5 Types de plfonds Gyproc 5 Applictions et vntes 6 Choix de l structure du plfond 7 Choix de l plque de revêtement 8 Pose

Plus en détail

INFORMATIONS TECHNIQUES

INFORMATIONS TECHNIQUES 0 INFORMATIONS TECHNIQUES tle des mtieres 06 Alimenttions et ccessoires 08 Postes extérieurs Sfer Postes extérieurs minisfer 9 Postes internes Accessoires d instlltion Centrux téléphoniques PABX Cmérs

Plus en détail

Commencer DCP-7055W / DCP-7057W /

Commencer DCP-7055W / DCP-7057W / Guide d instlltion rpide Commencer DCP-7055W / DCP-7057W / DCP-7070DW Veuillez lire ttentivement le livret Sécurité et réglementtion vnt d'effectuer les réglges de votre ppreil. Consultez ensuite le Guide

Plus en détail

Livret de l étudiant 2015-2016

Livret de l étudiant 2015-2016 Livret de l étudint 2015-2016 Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes. L'IUT ccueille chque nnée 3000 étudints, sur le site de l'venue de Versilles et, depuis cette nnée, sur le site

Plus en détail

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation.

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation. Guide de référence rpide Commencer Avnt d utiliser l ppreil, lisez ce Guide de référence rpide pour connître l procédure de configurtion et d instlltion. NE rccordez PAS le câle d interfce mintennt. 1

Plus en détail

VIBRATIONS COUPLEES AVEC LE VENT

VIBRATIONS COUPLEES AVEC LE VENT VIBRATIONS OPLEES AVE LE VENT Pscl Hémon Lbortoire d Hydrodynmique, LdHyX Ecole Polytechnique, Pliseu Octobre 00 Vibrtions couplées vec le vent Si vous pense que j i révélé des secrets, je m en ecuse.

Plus en détail

Réglementation de l'epa (agence américaine de protection de l'environnement) relative aux émissions

Réglementation de l'epa (agence américaine de protection de l'environnement) relative aux émissions Merci d'voir choisi l'un des meilleurs moteurs hors-bord disponibles sur le mrché. C'est un investissement judicieux dns l nvigtion de plisnce. Votre moteur hors-bord été fbriqué pr Mercury Mrine, l'un

Plus en détail

Solutions IHM. Gammes Graphite et G3 Outils pour l'usine connectée

Solutions IHM. Gammes Graphite et G3 Outils pour l'usine connectée Solutions IHM Gmmes Grphite et G3 Outils pour l'usine connectée Des IHM ux fonctions étendues : > Conversion de plus de 250 protocoles > Serveur Web intégré > Enregistreur de données sécurisées > Modules

Plus en détail

Bilan pédagogique / Projet ipad Contexte

Bilan pédagogique / Projet ipad Contexte t e j n r i t P t n e m i r é d p x d e es ip e d s s l c en gie. l chn, p s e g iss rent p p es ur l s é r cent t e j n pr Bil g g éd n p l2 vri, e iqu U d ps égrtin m t L sch en in tin duc en De gique

Plus en détail

Demande de logement social Article R. 441-2-2 du code de la construction et de l habitation

Demande de logement social Article R. 441-2-2 du code de la construction et de l habitation Ministère chargé du logement Cadre réservé au service Demande de logement social rticle R. 44-2-2 du code de la construction et de l habitation Numéro de dossier : N 4069*0 demande de logement locatif

Plus en détail

Intégrale et primitives

Intégrale et primitives Chpitre 5 Intégrle et primitives 5. Ojetif On herhe dns e hpitre à onstruire l opérteur réiproue de l opérteur de dérivtion. Les deux uestions suivntes sont lors nturelles. Question : Soit f une pplition

Plus en détail

Compte rendu de la validation d'un observateur cascade pour la MAS sans capteurs mécaniques sur la plate-forme d'essai de l'irccyn

Compte rendu de la validation d'un observateur cascade pour la MAS sans capteurs mécaniques sur la plate-forme d'essai de l'irccyn Compte rendu de l vlidtion d'un oservteur cscde pour l MAS sns cpteurs mécniques sur l plte-forme d'essi de l'irccyn Mlek GHANES, Alin GLUMINEAU et Roert BOISLIVEAU Le 1 vril IRCCyN: Institut de Recherche

Plus en détail

INTENTION LES PROCESSUS MATHÉMATIQUES

INTENTION LES PROCESSUS MATHÉMATIQUES INTENTION Adpttios u Cdre commu des progrmmes d études de mthémtiques M-9 telles que reflétées ds le documet Mthémtiques M-9 : Progrmme d études de l Albert (2007) Le coteu du documet Mthémtiques M-9 :

Plus en détail

Déroulement de l épreuve de mathématiques

Déroulement de l épreuve de mathématiques Dérouleet de l épreuve de thétiques MATHÉMATIQUES Extrit de l ote de service 2012-029 du 24 février 2012 (BOEN 13 du 29-3-2012) Durée de l épreuve : 2 heures Nture de l épreuve : écrite pr le socle cou

Plus en détail

Clients légers IGEL et bureaux virtuels : synergie idéale et coût minimal

Clients légers IGEL et bureaux virtuels : synergie idéale et coût minimal Clients légers IGEL et bureux virtuels : synergie idéle et coût miniml Infrstructure de bureux virtuels vec clients légers IGEL Universl Desktop : Une plus grnde liberté de conception pour vos postes de

Plus en détail

SOCIÉTÉ LINNÉENNE DE LYO N FONDEE EN 182 2

SOCIÉTÉ LINNÉENNE DE LYO N FONDEE EN 182 2 39 nnée N 6 Juin 197 0 BULLETIN MENSUE L DE LA SOCIÉTÉ LINNÉENNE DE LYO N FONDEE EN 182 2 RECONNUE D'UTILITE PUBLIQUE PAR DECRET DU 9 AOUT 193 7 des SOCIETES BOTANIQUE DE LYON, D'ANTHROPOLOGIE ET DE BIOLOGIE

Plus en détail

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE POUR LES SERRURES D ENTRÉE À CLÉ EXTÉRIEURES VERROUILLABLES, À POIGNÉE DE BRINKS HOME SECURITY. POUR LES PORTES DE

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

Conditions Générales d Assurances Edition 2012.10

Conditions Générales d Assurances Edition 2012.10 Assurne ménge Etudints Conditions Générles d Assurnes Edition 2012.10 Index Pge Art. A Couverture de se...... 2 Choses ssurées, risques ssurles... 2 Presttions et sommes d ssurne....... 4 Art. B Couverture

Plus en détail

Casino : LES JEUX SONT FAITS! P. 6 & 7. > Page 4. > Pages 3

Casino : LES JEUX SONT FAITS! P. 6 & 7. > Page 4. > Pages 3 MERS-Les-Bins Mer et lumières JOURNAL MUNICIPAL - PRINTEMPS 2012 - N 40 S T A T I O N B A L N É A I R E E T D E T O U R I S M E S TA T I ON V ER TE D E VA C A NCE S Urbi &Orbi Architecture Csino : LES

Plus en détail

Le règlement de service de la collecte des déchets ménagers. règlement

Le règlement de service de la collecte des déchets ménagers. règlement Le règlement service l collecte s déchets méngers règlement 1 sommire Article 1 extes réglementires référence............................................ 7 Article 2 ispositions générles.......................................................

Plus en détail

Portiers audio et vidéo ABB-Welcome et ABB-Welcome M

Portiers audio et vidéo ABB-Welcome et ABB-Welcome M Portiers udio et vidéo ABB-Welcome et ABB-Welcome M Connectivité Votre regrd vers l'extérieur et ce, où que vous soyez Flexiilité Des esoins les plus simples ux instlltions les plus complexes Gmmes ABB-Welcome

Plus en détail

Demande de logement social

Demande de logement social Ministère chargé du logement Cadre réservé au service Demande de logement social rticle R. 44-2-2 du code de la construction et de l habitation Numéro de dossier : N 4069*0 vez-vous déjà déposé une demande

Plus en détail

Développement de l imagerie RMN par agents CEST : application à un modèle rongeur de tumeur cérébrale

Développement de l imagerie RMN par agents CEST : application à un modèle rongeur de tumeur cérébrale Développement de l imgerie RMN pr gents CEST : ppliction à un modèle rongeur de tumeur cérérle Julien Flment To cite this version: Julien Flment. Développement de l imgerie RMN pr gents CEST : ppliction

Plus en détail

APPENDICE. Schémas conceptuels

APPENDICE. Schémas conceptuels APPENDICE Schém conceptuel 1. MARCHÉS 1.1. Climt u mrché bourier 1.2. Dénomintion e mrché finncier 1.3. Architecture e mrché finncier 1.4. Fonctionnement e mrché bourier 1.5. Cottion et cour 1.6. Inice

Plus en détail

bienvenue dans un environnement naturellement plus frais contact climespace OPÉRA PALAIS DE TOKYO LES HALLES 42 MW LA TOUR MAUBOURG 17 MW CANADA

bienvenue dans un environnement naturellement plus frais contact climespace OPÉRA PALAIS DE TOKYO LES HALLES 42 MW LA TOUR MAUBOURG 17 MW CANADA 16 contct 02 - centrle cnd p r i s 02 - iceberg n t r c t i q u e contct climespce CLIMESPACE &- b 185, rue de Bercy - 752 Pris Tél. : 44 74 89 40 - Fx : 44 73 92 93 www.climespce.fr &, b Y #GVee dj kv

Plus en détail