Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages"

Transcription

1 Modifiction simultnée de plusieurs crctéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de clcul de l vrition de bien-être des ménges Trvers Muriel * Version provisoire Résumé : De nombreuses situtions environnementles ou urbines peuvent se crctériser pr des chngements simultnés de plusieurs ménités. L construction d une industrie pollunte (rffinerie, usine d incinértion, etc. dns une one jusque là préservée peut, en effet, engendrer pour certins ménges, non seulement une dégrdtion de l qulité de l ir, mis ussi une dégrdtion de leur pysge. Il convient lors de définir les procédures permettnt, dns le cs de modifictions multiples, de mesurer les vritions de bien-être grâce à l méthode des prix hédoniques. L première procédure consiste à clculer l vrition de prix de mrché d une mison donnée suite ux vritions non mrginles des différentes ménités (Prsons et Wu, 1991, procédure ssimilnt le ménge résident à un producteur mximisnt son profit. L seconde procédure consiste à clculer l vrition de surplus totle des ménges selon l pproche séquentielle proposée pr Freemn (1995. Cependnt, reposnt sur l neutrlité de l ordre des chngements d ménités, son ppliction à des demndes non compensées pose problème. Nous proposons lors une nouvelle procédure contournnt cette difficulté. Nous ppliquons ces trois modes de clcul à l sitution fictive d un durcissement de l loi Littorl, réglementtion qui impliquerit une exproprition et donc le piement d une indemnistion monétire des ménges hbitnt sur l bnde côtière. * CEDEM, Université de Bretgne Occidentle, 12, rue de Kergot, CS 93837, Brest Cedex. e-mil : tel : +33 ( , fx : +33 (

2 Introduction L méthode des prix hédoniques permet de mesurer ex nte des vritions de bien-être consécutives u chngement non mrginl d un ttribut résidentiel donné. Cependnt, de nombreuses situtions environnementles ou urbines se crctérisent pr l modifiction simultnée de plusieurs ménités. Ainsi, l construction d une industrie pollunte dns une one jusque là préservée peut engendrer pour certins ménges, non seulement une dégrdtion de l qulité de l ir, mis ussi une dégrdtion du pysge. De même, une politique publique visnt à protéger et resturer une prtie du littorl, en interdisnt toute construction à moins d une certine distnce de l mer, peut générer simultnément un éloignement à l côte et une perte de vue sur l mer pour certins ménges expropriés et relogés dns une one plus éloignée. Or, fce à ces chngements multiples, l littérture économique ne donne que peu d indictions sur l procédure à suivre pour clculer les vritions de surplus qui en résultent. L objet de cet rticle est donc de présenter, tout d bord, de mnière théorique les différentes procédures envisgebles permettnt de mesurer les vritions de bien-être en présence de l modifiction simultnée de plusieurs ttributs et ce, à prtir de l méthode des prix hédoniques. L première procédure consiste à clculer l vrition de prix de mrché d une mison donnée suite à des vritions non mrginles des différentes ménités (Prsons et Wu, 1991, procédure ssimilnt le ménge résident à un producteur mximisnt son profit. L seconde solution consiste à clculer l vrition de surplus de consommtion de ces ménges selon l procédure séquentielle développée à prtir des indictions de Freemn. Cependnt, reposnt sur l neutrlité de l ordre des chngements d ménités, son ppliction à des demndes non compensées pose problème. Nous proposons lors une troisième procédure définie églement à prtir du concept de vrition de surplus des consommteurs et pouvnt s ppliquer à des demndes mrshlliennes. Nous ppliquerons, dns un second temps, ces trois procédures u cs du littorl finistérien en clculnt le montnt d indemnistion optimle ttribuble ux ménges expropriés des bords du littorl suite à l mise en plce d une réglementtion interdisnt toute construction près de l côte. 2

3 1. Clcul ex nte d une vrition de bien-être consécutive à l modifiction non mrginle de plusieurs ttributs dns le cdre de l méthode des prix hédoniques Avnt d border l question du clcul ex nte de surplus à prtir de l méthode des prix hédoniques, nous rppelons brièvement les principes de cette méthode et plus prticulièrement l procédure en deux étpes proposée pr Rosen ( Principes de l méthode des prix hédoniques L méthode des prix hédoniques pour objet de révéler les prix implicites des différents ttributs d un bien hétérogène à prtir de son prix globl. Les trvux de Lncster (1966 ont permis de poser les fondements théoriques de cette méthode en émettnt l hypothèse que les consommteurs tirent leur utilité non ps des biens eux-mêmes mis des crctéristiques qui composent ces derniers. Le prix globl d un bien est donc le résultt d une vloristion implicite de chcun des ttributs qui le compose. Il est lors possible de déterminer une fonction de demnde pour chcun des ttributs. Cette identifiction explicite de ces derniers permet insi de comprer des biens mlgré leur hétérogénéité. A prtir de ces trvux, Rosen (1974 formlise le fonctionnement concurrentiel du mrché du logement. Il décrit insi les logements comme un produit différencié composé de K ttributs notés Z = ( 1,, k,, K indissocibles et vendus «en bloc». Chque ménge choisit l propriété dns lquelle il v résider de telle mnière à mximiser l utilité 1 qu il retire du flux de services offert pr cette propriété. Son progrmme priml de mximistion s écrit lors : Z,x ( Mx U Z;x;M sous l contrinte budgétire = + ( = + y p. x P Z p. x p. x x k k k= 1 K Où : Z est le vecteur des crctéristiques extrinsèques et intrinsèques de l propriété chetée u prix P( Z, 1 L fonction d utilité est supposée croissnte concve et dérivble en chcun de ses rguments. 3

4 x est l quntité consommée du bien composite représentnt l ensemble des biens et services utres que l propriété cheté u prix p x. Pr l suite, x est considéré comme un bien numérire : le prix p x est lors égl à 1, y est le revenu du ménge cheteur, M est le vecteur des crctéristiques du ménge cheteur, P est le prix du bien immobilier, p k est le prix implicite de l crctéristique k du bien immobilier. Les conditions de premier ordre indiquent que le prix implicite pour chcune des crctéristiques k = 1, K, du logement doit être égl u tux mrginl de substitution entre cette crctéristique k et le bien composite : P(Z U / k = U / x k pk θk [1] où l fonction θk représente l fonction de demnde inverse compensée pour l ttribut k, c est-à-dire celle qui mintient constnt le niveu d utilité initil du demndeur pour différents niveux de prix implicites p k. Afin d identifier cette dernière, Rosen (1974 propose une procédure en deux étpes. L première étpe consiste, tout d bord, à estimer l fonction de prix hédoniques ˆP ( Z à prtir des quntités des différentes crctéristiques du logement. Le consentement à pyer mrginl θ k pour l ttribut k est lors déterminé u trvers de l dérivée 2 de cette fonction pr rpport à l crctéristique k : k k [ ] ˆp = P(Z ˆ / 2 L seconde étpe consiste, ensuite, à obtenir une estimtion de l fonction de demnde inverse pour l crctéristique k. Rosen (1974 indique qu il est possible d estimer les prmètres de cette fonction dès lors que les crctéristiques M des cheteurs (revenus, âge, niveu 2 Ceci dns le cs d une crctéristique continue. Dns le cs d une vrible binire, le consentement à pyer mrginl se clcule comme l différence du prix estimé entre les deux modlités prises pr cette vrible u niveu moyen de l échntillon (Grvel et lii,

5 d éduction, etc sont connus. Il convient lors de régresser le prix implicite de l ttribut k, ˆp k, obtenu à prtir de l éqution hédonique, sur les quntités des différentes crctéristiques du logement insi que celles de l cheteur 3. Nous obtenons insi l fonction de demnde ordinire inverse pˆ k = p ˆ k (Z, C. 1.2 Les différentes procédures de clcul ex nte d une vrition de bien-être consécutive à l modifiction non mrginle de plusieurs ttributs L mise en œuvre de l méthode des prix hédoniques permet insi le clcul de l vrition de bien-être ssocié à l vrition d un ttribut. Ainsi, lorsque les estimtions ont été étblies à prtir des données de vente (et non de loction et lorsque les néo-propriétires occupent effectivement le bien cquis, l vrition de bien-être peut être ppréhendée selon deux types de mesure, eu égrd u double sttut de propriétire ET de loctire de ces ménges 4. - le premier type de mesure est bsé sur le clcul de l vrition de prix de l propriété consécutive u chngement du niveu d ménité, vrition étblie à prtir de l fonction de prix hédoniques initile : b b b b b ( k = = ( k k ( k k VP P P ; Z P ; Z [3] où : b (before correspond à l sitution de déprt et (fter à l sitution finle 5. Le propriétire-résident est donc ppréhendé, dns ce cs, du point de vue de son sttut de propriétire cherchnt à mximiser son profit. Une dégrdtion de l ménité k est lors perçue pr ce dernier, comme une perte en cpitl immobilier (Plmquist, 1991 dns l éventulité d une vente de l propriété. 3 Cette procédure n est utilisble que dns le cs de figure où l offre de l crctéristique k est exogène ux vendeurs (offre inélstique. Cette sitution d offre exogène correspond selon Freemn (1979 u cs le plus fréquent concernnt les ménités environnementles. 4 En effet, du point de vue de l théorie des prix hédoniques, un propriétire est nlysé comme un ménge se lount à lui-même l propriété. 5 Notons que le mintien de l fonction de prix hédoniques P(. à son niveu initil b nécessite que les chngements de niveu des ménités n ffecte qu une one géogrphique restreinte fin que ces derniers ient un impct insignifint sur l demnde et l offre des misons de l ensemble de l one étudiée. Dns le cs contrire, VP = P = P ; Z P b b ; Z b. l vrition de prix de mrché se clcule de l mnière suivnte : ( k ( k k ( k k 5

6 - le second type de mesure est bsé sur le clcul de l vrition de surplus de consommtion, vrition étblie à prtir de l deuxième étpe : k b ( = θ ( VL ;Z d [4] k k k k k b k Le propriétire-résident est donc ppréhendé, dns ce cs, du point de vue de son sttut de résident («loctire» consommnt les services produits pr l propriété qu il occupe. Une dégrdtion de l ménité k est lors perçue comme une diminution de consommtion de service gissnt négtivement sur son niveu d utilité. Ces deux mesures n ont ucune rison priori de coïncider puisque l première est étblie directement à prtir de l fonction de prix hédoniques lors que l seconde est étblie à prtir de l fonction de demnde. Notre objectif est d ppliquer ces deux types de mesures à des situtions où plusieurs ttributs sont modifiés simultnément. Si cette extension ne semble ps poser de difficultés prticulières lorsque l vrition de bien-être est ppréhendée en termes de vrition de prix, il n en v ps de même lorsque cette dernière est ppréhendée en termes de vrition de surplus de consommtion Procédure en termes de vrition de prix hédoniques L mesure ex nte d une vrition de bien-être pr l vrition de prix hédoniques est immédite. Considérons, fin de simplifier les démonstrtions, que les modifictions environnementles ne concernent que deux ttributs k 1 et k 2 de l propriété i. L vrition totle de bien-être suite à l vrition de ces ttributs se clcule lors de l mnière suivnte : b b b b b b ( = = ( (k,k ( (k,k VP ; P P ; ; Z P ; ; Z [5] C est cette procédure qu ont utilisé Prsons et Wu (1991 pour clculer l perte totle de surplus liée à l perte d un «front sur mer», d une perte de l vue sur mer et d un ccroissement de l distnce à l mer, pertes subies pr les ménges suite à l mise en plce de 6

7 l réglementtion «Criticl Are Progrm» limitnt les nouvelles constructions dns l one tmpon des pieds dns l one de l «Chespeke By» (Mrylnd, Etts-Unis. Cependnt, en ssimilnt l cht d une résidence uniquement à un plcement immobilier, cette mesure peut sembler réductrice pour de nombreux ménges qui cquièrent un logement fin de profiter des ménités ccessibles à prtir de ce dernier Procédures bsées sur les vritions de surplus du consommteur A l différence de l procédure précédente, il n existe ps, à notre connissnce, de développements théoriques sur les procédures bsées sur l vrition de surplus du consommteur dns le cs de multiples chngements d ménités, hormis les quelques éléments fournis pr Freemn (1993, 1995, Ce dernier propos, en effet, de générliser l mesure hbituelle VL( k à l sitution d une vrition multiple d ménités en remplçnt l vrible k correspondnt à une seule ménité pr un vecteur Z k correspondnt ux différentes ménités subissnt une vrition : Z k b ( = θ ( VL Z Z ; Z dz [6] k k k k k Z b k Cette proposition ne donne cependnt que peu d indictions concernnt l procédure effective à suivre fin d obtenir in fine l vleur recherchée. L question est, en prticulier, de svoir si l vrition totle de bien-être résultnt d un chngement simultné de deux ttributs peut s écrire comme l simple somme des vritions de surplus «prtiels» ssociés à chcun des ttributs et clculées indépendmment l une de l utre (toutes choses égles pr illeurs, c'est-à-dire : ( ( b b θ ( b b ; ; Z (, θ ; ;Z (, VL ; = d + d [7] b b 7

8 Pr conséquent, dns les deux points suivnts, nous proposons deux procédures de clcul différentes. A notre connissnce, ces procédures, en prticulier l seconde, n ont jmis été développées dns l littérture économique et revêtent donc un crctère novteur Procédure séquentielle dite «de Freemn» Cette pproche découle directement de l éqution proposée pr Freemn (éqution [6] : Z Z k k b ( = θ ( = b ( Z k ;Z k θ VL Z Z ; Z dz dz k k k k k k Z b Z b Zk k k Reprenons le cs d un chngement de deux ttributs k 1 et k 2. Ce dernier peut être décomposé nlytiquement en deux vritions séquentielles, vec dns un premier temps une vrition de l ttribut k 1 puis un chngement de l ttribut k 2. L vrition de surplus ssocié à l vrition se clcule de l mnière suivnte : b ( ( ; ;Z (, b b θ VL ; = d [8] b L vrition ssociée à l vrition, survennt APRES l vrition se clcule, qunt à elle, de l mnière suivnte : ( ( ; ;Z (, k 2 b θ VL ; = d [9] b k 2 L vrition totle de surplus se clcule lors en sommnt ces deux vritions : b ( = ( + ( VL ; VL ; VL ; [10], 8

9 ( ( b b θ ( b ; ; Z (, θ ; ; Z (, VL ; = d + d [11], b b b b b b Remrquons que :, ( = θ( (, θ( (, VL ; ; ; Z ; ; Z [12] L mesure VL ( ; coïncide vec l vrition d enchère θ entre le niveu finl et, le finl des deux ménités : elle constitue bien une mesure excte de l vrition de bien-être et ser ppelée pr l suite procédure dite de «Freemn». Cette procédure indique explicitement que l vrition totle de surplus ne s écrit ps comme l simple somme des vritions de chcune des ménités «toutes choses égles pr illeurs» (éqution [7]. Il convient, en effet, d être ttentif u niveu (b ou de l ménité qui ne vrie ps : lorsque l ménité k 1 vrie, l ménité k 2 est considérée à son niveu initil (b. Lorsque l ménité k 2 vrie, l ménité k 1 est considérée à son niveu finl (. Nous devons vérifier lors que l vrition de surplus est indépendnte du chemin d intégrtion : ( ( b θ ( b b ; ; Z (, θ ; ; Z (, VL ; = d + d [13], b b b b b ( ( ( b b b b b + θ( ; ; Z (, θ( ; ;Z (, VL ; = θ ; ; Z θ ; ;Z, (, (, b b b b ( ( ( VL, ; = ; ; Z (, ; ;Z θ θ (, cf.[12] Cette procédure de clcul est donc bien indépendnte du chemin d intégrtion choisi. Economiquement, cette propriété signifie que, pour un ménge donné, l ordre de chngement des ttributs n ps d incidence sur s vrition de bien-être. Cependnt, ce constt n est exct que si l on risonne sur des fonctions de demnde compensée : le ménge est lors indifférent à l ordre des chngements puisque son utilité est mintenue constnte lors de ces derniers. Pr contre, si les clculs effectifs sont étblis à prtir de fonctions de demnde 9

10 ordinire, cette indifférence vis-à-vis de l ordre des chngements n est ps nécessirement vérifiée. En effet, l utilité n étnt plus mintenue constnte, l ordre des chngements n est plus forcément neutre, notmment si ces deux chngements sont fortement symétriques Procédure lterntive pr l somme des surplus prtiels corrigée L procédure, que nous proposons mintennt, permet de répondre ux objections évoquées ci-dessus. Pour clculer l vrition de surplus totle VL ssociée à deux chngements non mrginux d ménités, nous pouvons clculer églement l différentielle totle de l fonction d enchère θ( ; ;Z (, 6, schnt que seuls les ttributs k 1 et k 2 vrient : θ θ dθ = d + d = θ d + θ d [14] Intégrons l différentielle totle pr rpport à (l intégrtion pr donner le même résultt finl en prennt comme constnte : θ dθ = d + Cste Rien ne permet de dire priori que cette constnte soit indépendnte de, donc : θ dθ = θ, = d + g ( ( En reportnt le résultt précédent, nous obtenons : θ. d θ dg = + d ( 6 Pour simplifier l démonstrtion suivnte, l fonction d enchère θ ( ; ; Z (, est notée θ 10

11 En supposnt le théorème de Schwr vérifié 7 : θ.d = 2 θ d Il en résulte que : ( 2 θ θ = g d d d D où, en remplçnt g( dns l première expression, nous obtenons : 2 θ θ θ dθ = d + d d d Pr conséquent, si nous considèrons une vrition non mrginle simultnée des deux ttributs (respectivement et, l vrition de surplus du consommteur pour ces vritions non mrginles s écrit lors : ( x2 b x1 b ( ; ; Z (, θ( ; ; Z (, k 2 θ VL ; = d + d s, b b k 2 ( ; ; Z (, k 2 2 b b b k 2 θ d d [15] Il est lors possible de démontrer que cette vrition totle de bien-être est égle à l éqution [12] en prticulier si x1 = x2 = b et : θ θ θ Rppelons que cette théorème est vérifié si : θ = = fonctions 2 2 θ θ et (,, Z (, de Ω. sont définies sur un ouvert Ω de c'est-à-dire lorsque les n R et continues en un point 11

12 ( b b b b ( ; k 2 ; Z (, θ( ; k 2 ; Z (,k 2 k 2 θ VL ; = d + d s,k 2 k 2 k 2 b b k 2 + ( ; k 2 ; Z (,k 2 k 2 2 b b b k 2 θ k 2 d d [16] ( ( ( ( VL ; = VL ; + VL ; + VL 1 2 [17] s b b,k 2 k 2 Où : ( ( ; ; Z (, k 2 2 b θ VL 1 2 = d d b b k 2 L vrition de bien-être résultnt du chngement des deux ménités est donc égle à l somme des vritions de surplus prtiels clculées séprément u niveu initil b, à lquelle s joute un fcteur croisé correspondnt à l effet de l interction entre ces deux chngements d ménité sur l vrition de bien-être. En intégrnt tout d bord pr rpport à k 1 puis pr rpport à k 2, nous vons donc supposé que le chngement touchit tout d bord l ménité k 1 puis l ménité k 2. En supposnt que le théorème de Schwr étit vérifié, nous vons donc fit l hypothèse que l ordre des chngements n influence ps l vrition de bien-être : VL( 1 2 = VL( 2 1. En prtique, il convient donc de s ssurer de l vérifiction de cette hypothèse. Ainsi, nous disposons de deux procédures bsées sur l vrition de surplus du consommteur pour mesurer les vritions totles de bien-être ssociées u chngement conjoint de deux ménités. Si l procédure dite de Freemn est plus simple à mettre en œuvre, l nouvelle procédure l vntge de distinguer d un côté, les effets directs VL et VL et d un utre côté l effet lié à l influence croisée des deux ménités et donc d pprécier l erreur commise lorsque l on réduit l vrition de bien-être à l simple somme des deux effets directs (prtiels. Si l vleur du terme croisé s vère fible, ce dernier peut lors être négligé. De plus, cette deuxième procédure peut s ppliquer u cs des fonctions de demnde ordinire à l différence de l première procédure qui doit être indépendnte du chemin d intégrtion et qui ne peut donc s ppliquer qu à des fonctions de demnde compensée. Nénmoins, cette 12

13 procédure nécessite, pour être pplicble, que l fonction de prix hédoniques soit telle que le théorème de Schwr est vérifié. 2. Clcul des indemnistions monétires compensnt l perte simultnée de deux ménités littorles suite à un durcissement de l législtion 2.1 Présenttion du cs d étude Nous considérons le cs d une politique publique de protection du littorl consistnt à interdire toute hbittion à moins d une distnce se situent à une distnce 0 d i inférieure à l distnce réglementire 1 d de l mer. Les ménges dont les misons 1 d sont lors expropriés et relogés 8 dns des misons se situnt à proximité de l one réglementée. L mise en plce d une telle réglementtion interdisnt toute résidence à proximité de l mer peut conduire à une diminution de l consommtion pr les ménges résidents des ménités liées à l vue sur mer et à l proximité à l mer. Dns le cdre de notre nlyse, nous prenons en considértion deux cs de figure définissnt deux groupes d hbittions selon leur crctéristique initile concernnt l vue sur mer : - Dns un premier groupe, l mison vit initilement une vue sur mer excellente ( v4 0 i 1 = et se situit à une distnce à l mer 0 d i inférieure à d 1. Dns ce cs, le «coût de déplcement résidentiel» doit prendre en compte à l fois l perte de vleur liée à un distnce plus importnte de l mer et à une vue sur mer d une moindre qulité( v4 1 i = 0, - Dns le second groupe, l mison ne disposit ps initilement de vue sur mer excellente( v4 0 i = 0. Dns ce cs, l perte de vleur est seulement liée à une ugmenttion de l distnce à l mer. Le degré de sévérité de l politique de protection du littorl dépend donc de l distnce d 1 définissnt l limite de l one d exclusion. Nous envisgeons lors trois scénrios progressifs 8 Dns des conditions identiques hormis les ménités littorles. 13

14 d exproprition des personnes hbitnt respectivement à moins de 100, 500 et mètres du littorl finistérien. A ces trois distnces, correspondent trois sous-échntillons emboîtés et de tille croissnte. Il s git lors de clculer le montnt d indemnistion nécessire pour contreblncer les pertes de bien-être ssociées à l éloignement du littorl. L vrition de surplus étnt clculée ex nte, il est nécessire que les préférences des ménges ne soient ps modifiées entre le moment effectif de l indemnistion et le moment où l vloristion des ménités est rélisée. De plus, l one littorle concernée pr l réglementtion et pr conséquent ffectée pr les chngements doit être géogrphiquement restreinte : le nombre de résidences sujettes à l exproprition doit voir un effet insignifint sur l demnde et l offre de misons sur l ensemble de l one. Enfin, il convient de supposer que les ménges soient relogés à l identique hormis pour les crctéristiques littorles. Pour mener à bien ce clcul, nous vons utilisé une bse de données composée de 185 misons vendues en 2005 et réprties sur l ensemble du littorl finistérien. Cette bse été étblie à prtir d une enquête uprès d gences immobilières et comporte, à l fois, des informtions sur le prix de vente, les crctéristiques intrinsèques et extrinsèques des misons vendues insi qu un ensemble de crctéristiques des cheteurs (âge, PCS, usge futur de l mison chetée, etc.. A ces informtions obtenues uprès des gences, nous vons djoint d utres éléments crctérisnt l commune des hbittions, éléments obtenus uprès de l Direction Générle des Impôts. Les misons se situnt à moins de 100 mètres de l mer (souséchntillon 1 représentent, 3,6 % de l ensemble des misons de cet échntillon. Les misons se situnt à moins de 500 mètres de l mer (sous-échntillon 2 et à moins de mètres représentent, respectivement, 15,6 % et 19,8% de l échntillon. Les misons se situnt à moins d un kilomètre des côtes finistériennes ont été chetées pour les 3/4 d entre elles pour un usge secondire et pour plus des 2/3 pr des ménges n hbitnt ps en Bretgne (cf. tbleu 1. Afin de pouvoir utiliser l fonction de prix hédoniques pour clculer ex nte ces différentes compenstions monétires, le propriétire de l mison doit y résider occsionnellement ou de fçon permnente. Or, il s vère qu une des misons situées à moins de 100 mètres du littorl 14

15 été chetée à des fins loctives : elle est donc retirée des différents sous-échntillons lors des clculs 9. Tbleu 1 : Crctéristion des misons et de leurs cquéreurs Sous-échntillon 1 Sous-échntillon 2 Sous-échntillon 3 Usge des résidences (en % Résidences principles 0,0 19,2 24,3 Résidences secondires 83,3 77,0 72,7 Résidences à usge loctif 16,7 3,8 3,0 Origine géogrphique des cheteurs (en % Acheteurs originires de Bretgne 33,3 26,9 33,3 Acheteurs originires de Frnce Métropolitine 66,7 61,5 57,6 (hors Bretgne Acheteurs originires de l étrnger + DOM-TOM 0,0 11,5 9,1 L nlyse sttistique de ces échntillons montre églement que les cheteurs des misons proches du littorl (moins d un kilomètre sont, en moyenne, plus âgés (50 ns que ceux de notre échntillon complet (44,5 ns et ceux du Finistère (entre 40 et 43 ns Evlution de l perte de bien-être pr l procédure de vrition de prix Comme indiqué dns l première prtie de cet rticle, cette procédure consiste à clculer, toutes choses égles pr illeurs, l perte bsolue de vleur de l mison i suite à l mise en plce de l réglementtion. Dns le cs présent, cette perte est clculée de l mnière suivnte : ( i i = ( i i i ( i i i i VP d, v4 P d, v4, N,Q - P d, v4, N,Q [18] où : P (. est l fonction de prix hédoniques, 0 Ni est l ensemble des crctéristiques intrinsèques initiles de l mison i, 9 Le sous-échntillon 1 (resp. les sous-échntillons 2 et 3 représente lors 3 % (resp. 15 % et 19,2 % de l ensemble de l échntillon. 10 Pour plus de détils concernnt l ensemble des crctéristiques des différents sous-échntillons étudiés, voir nnexe 1. 15

16 0 d i est l distnce initile linéire à l mer de l mison i, 1 d est l distnce à l mer minimle réglementire, 0 v4i est le niveu de l ttribut «vue sur mer excellente» de l mison i vnt l mise en plce de l réglementtion, 1 v4 i est le niveu de l ttribut «vue sur mer excellente» de l mison i près l mise en plce de l réglementtion, 0 Q i est l ensemble des utres crctéristiques extrinsèques initiles de l mison i. Cette mesure du «coût de déplcement résidentiel» est lors bsée sur l estimtion de l fonction de prix des logements se situnt sur l one du littorl concernée vnt l mise en plce de l réglementtion, estimtion obtenue à prtir de l première étpe de l méthode des prix hédoniques 11. Pour les misons pprtennt u groupe 1, à svoir les misons ynt initilement une vue sur mer excellente, le coût de déplcement résidentiel est clculé de l mnière suivnte: ( = ( = ( = VP ˆ d, v4 P ˆ d, v4 0, N,Q P ˆ d, v4 1, N,Q [19] i i i i i i i i i i Où : ˆP est le prix estimé de l mison i à prtir de l fonction de prix hédoniques. Pour les misons pprtennt u groupe 2, à svoir les misons n ynt ps initilement de vue sur mer excellente, le coût de déplcement résidentiel est clculé de l mnière suivnte : ( = ( = ( = VP ˆ d, v4 P ˆ d, v4 0, N,Q P ˆ d, v4 0, N,Q [20] i i i i i i i i i i Ces coûts de déplcement résidentiels sont lors clculés pour différentes distnces réglementires d 1 pour chque sous-échntillon et pour chque groupe (cf. tbleu Le détil de cette estimtion est proposé en nnexe 2. 16

17 Tbleu 2 : Vrition moyenne du prix liée à l perte d ménités côtières (en Sous - échntillon 1 Sous - échntillon 2 Sous - échntillon 3 d 1 =100 d 1 =500 d 1 =1 000 Groupe Groupe Totl Groupe Groupe Totl Groupe Groupe Totl Nous pouvons églement exprimer ces vritions en pourcentge de l vleur initile de l mison (cf. tbleu 3. Tbleu 3 : Vrition moyenne exprimée en pourcentge de l vleur initile (en % Sous - échntillon 1 Sous - échntillon 2 Sous - échntillon 3 d 1 =100 d 1 =500 d 1 =1 000 Groupe 1-21,5-26,7-29,7 Groupe 2-1,1-6,2-9,3 Totl - 13,4-18,5-21,5 Groupe 1-23,1-26,1 Groupe 2-3,4-7,5 Totl - 8,9-12,7 Groupe 1-26,1 Groupe 2-6,4 Totl - 10,7 Les pertes économiques, dns le cs des misons bénéficint initilement d une vue sur mer excellente et se trouvnt à proximité de l mer (groupe 1, représentent entre 21,5 et 29,7 % de l vleur initile moyenne de ces hbittions selon l distnce réglementire considérée. Les pertes dns le cs des misons ne bénéficint ps initilement de l vue sur mer excellente (groupe 2 représentent, qunt à elles, entre 1,1 % et 9,3 % de l vleur initile. 2.3 Evlution de l perte de bien-être pr l procédure dite de Freemn Dns le cs des pertes d ménités côtières, l vrition totle de surplus VL 1,i correspondnt dns une première phse à une perte de vue sur mer excellente puis dns une seconde phse à une ugmenttion de l distnce à l mer pour le ménge exproprié i (1 er chemin d intégrtion se clcule de l mnière suivnte : 17

18 ( = ( + ( VL d ; v4 ; N ;Q ;M VL d ;v4 ; N ;Q ;M VL d ; v4 ; N ;Q ;M [21] 1,i i i i i i i i i i i i i i i i i où : ( ( i i i i 1 d ˆP d, v4, N,Q VL d ;v4 ; N ;Q ;M,M d d vec d d [22] i i i i i i = i i i < d 0 i di ( ˆP (. / d i, Mi étnt l fonction de demnde inverse à l proximité à l mer estimée, obtenue à prtir de l régression des prix mrginux (eux-mêmes obtenus à prtir du clcul de ˆP ( d 0, v4 0, N 0,Q 0 / d pr rpport ux crctéristiques de l mison i et de i i i i i l ensemble des crctéristiques des prix hédoniques 12. M i du ménge «exproprié» (2 ème étpe de l méthode i ( ˆ i i i i ( 0 1 i = i 0 i 0 ˆ ( 0 i 0 = i 0 i 0 VL d ; v4 ; N ;Q ;M = P d, v4 0, N,Q P d, v4 1, N,Q [23] L vrible «vue sur mer excellente» étnt dichotomique, il est supposé hbituellement que le consentement à pyer (resp. à recevoir moyen du ménge i pour obtenir cette crctéristique est égl à son consentement mrginl pour obtenir (resp. perdre cette dernière (Deronier et Terr, Pr nlogie u clcul précédent, l vrition totle de surplus VL 2,i correspondnt dns une première phse à une ugmenttion de l distnce à l mer puis dns une seconde phse à une perte de vue sur mer excellente pour un ménge exproprié i se clcule de l mnière suivnte : ( = ( + ( VL d ; v4 ; N ;Q ;M VL d ; v4 ; N ;Q ;M VL d ; v4 ; N ;Q ;M [24] 2,i i i i i i i i i i i i i i i i i Nous remrquons que pour un ménge ne subissnt qu un éloignement du littorl (groupe 2, l vrition totle de surplus se réduit uniquement u clcul suivnt : ( ( i i i i 1 d ˆP d, v4, N,Q VL d ; v4 ; N ;Q ;M,M d d vec d d [25] i i i i i i = i i i < d 0 i di 12 Le détil de cette estimtion est proposé en nnexe 2. 18

19 A prtir des deux équtions [21] et [24], nous clculons, pour chcun des deux groupes et selon les deux chemins d intégrtion possibles, l vrition totle moyenne de surplus pour les différents sous-échntillons et distnces réglementires d 1 (cf. tbleu 4. Tbleu 4 : Vrition totle moyenne de surplus liée à l perte d ménités côtières (en Sous - échntillon 1 Sous - échntillon 2 Sous - échntillon 3 Premier chemin d intégrtion Deuxième chemin d intégrtion d 1 =100 d 1 =500 d 1 =1 000 d 1 =100 d 1 = 500 d 1 =1 000 Groupe Groupe Totl Groupe Groupe Totl Groupe Groupe Totl Nous observons lors que le montnt des pertes économiques des ménges du groupe 1 est en moyenne entre 10 à 11 plus élevé que celui des ménges du groupe 2. Nous observons qu il existe églement des écrts non négligebles selon l séquentilité choisie (entre 2,4 et 9,0 %, le fit de «perdre» tout d bord une vue sur mer excellente ffectnt de mnière plus importnte le bien-être des ménges. 2.4 Evlution des vritions de surplus pr l nouvelle procédure Pr conséquent, les résultts obtenus pr l procédure dite de Freemn indiquent que l ordre de chemin d intégrtion n est ps neutre sur le résultt du clcul des indemnistions lorsque l fonction de demnde utilisée étit une fonction de demnde non compensée. Ainsi, fin de contourner cette difficulté, nous clculons mintennt ces indemnistions à prtir de l nouvelle procédure. Dns le cs de l perte des ménités littorles considérées, cette vrition de surplus se clcule de l mnière suivnte : ( = ( + ( i ( i i i i i VL d ; v4 ; N ;Q ;M VL d ; v4 ; N ;Q ;M VL d ; v4 ; N ;Q ;M S i i i i i i i i i i i i i i i i i VL d v4 ; N ;Q ;M [26] 19

20 Où : ( ( i i i i 1 d ˆP d, v4, N,Q VL d ;v4 ; N ;Q ;M,M d d vec d d [27] i i i i i i = i i i < d 0 i di i ( ˆ i i i i ( 0 1 i = i 0 i 0 ˆ ( 0 i 0 = i 0 i 0 VL d ; v4 ; N ;Q ;M = P d, v4 0, N,Q P d, v4 1, N,Q [28] 0 0 ( ( d, v4, N,Q, M ˆp ( d, v4, N,Q, M '' d ˆp v4 i.di i i i i i VLi di v4 i; N i ;Q i ;Mi = d d i [29] ' d i v4 i.di i i i i i ˆp v4.d i i (. étnt l fonction de demnde inverse estimée à prtir des prix mrginux, obtenus à ( P d i 0, v4 1 i 0, N i 0,Q i 0 / di ( Pˆ ( d i 0, v4i 0 1, N i 0,Q i 0 / di prtir du clcul : 13 ˆ ( = =, pr rpport ux crctéristiques de l mison i et de l ensemble des crctéristiques ménge «exproprié» 14. M i du Nous pouvons lors clculer à prtir de cette fonction estimée l vrition de surplus ssociée ux termes croisés VL ( 0 0 i di v4 i; N i ;Q i ;Mi et insi clculer pour les différents échntillons et pour les différentes distnces de réglementtion, l vrition totle de surplus moyenne VL S ( 0 0 i d i; v4 i; N i ;Q i ;Mi pour le groupe 1. Remrquons églement que l vrition de surplus des ménges pprtennt u groupe 2 se clcule de l même mnière que dns le cs de l procédure dite de Freemn puisque l vrition ne porte que sur une seule ménité et est donc indépendnte de l procédure utilisée : ( ( i i i i 1 d ˆP d, v4, N,Q VL d ; v4 ; N ;Q ;M, M d d vec d d i i i i i i = i i i < d 0 i di 13 Ce résultt, près vérifiction, est bien indépendnt de l ordre de dérivtion choisi, ce qui signifie que le théorème de Schwr est vérifié. 14 Le détil de cette estimtion est proposé en nnexe 3. 20

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers Microéconomie de l Incertitude M1 Bnque et Mrchés Finnciers Emmnuel DUGUET Notes de Cours, V1 2 1 Concepts de bse 5 1.1 Les loteries................................ 6 1.2 Le critère d espérnce mthémtique..................

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Choix binaires avec influences sociales : mode d emploi et conséquences économiques

Choix binaires avec influences sociales : mode d emploi et conséquences économiques Choix binires vec influences sociles : mode d emploi et conséquences économiques Denis Phn * * CREM UMR CNRS 6, Université de Rennes /3/5 Résumé : Cette note propose une synthèse de quelques trvux conscrés

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etb=MK2, Timbre=G430, TimbreDnsAdresse=Vri, Version=W2000/Chrte7, VersionTrvil=W2000/Chrte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Déprtement des Comptes Ntionux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL REGLEMET DU CLASSEMET ATIOAL / Les règles indiquées ici sont celles utilisées pour clculer les ttributions de points de l sison -. I. PRICIPES DE BASE Le clssement ntionl de l F.F.B. est le seul uquel

Plus en détail

Menu outils de navigation mennavi.htm

Menu outils de navigation mennavi.htm Pge de lncement index.htm Voici l représenttion schémtique de l structure du site Wllonie, toutes les crtes en mins... Pge d ccueil win.htm nevs générl menwin.htm À propos de l structure des données :

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes coupe feu élégntes Portes coupe feu EI 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes métlliques NovoPort Premio devient l référence dns l protection incendie

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet Le Clcul Intégrl niveu mturité Dniel Frquet Eté 8 Tble des mtières Introduction Intégrle indéfinie 3. Définitions et générlités................................ 3.. Déf. d une primitive..............................

Plus en détail

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER 1. Vous en êtes cpble. 2. C est efficce et vous llez ggner du temps chque jour. 3. Cel fit vendre : vlorisez votre entreprise pr vos documents. 4. C est profitble :

Plus en détail

MATHEMATIQUES GENERALES partim A

MATHEMATIQUES GENERALES partim A Fculté des Sciences MATHEMATIQUES GENERALES prtim A Première nnée de bchelier en Biologie, Chimie, Géogrphie, Géologie, Physique et Informtique, Philosophie Année cdémique 04-05 Frnçoise BASTIN Introduction

Plus en détail

Détermination des épaisseurs Formule générale

Détermination des épaisseurs Formule générale Formule générle Hors le cs des vitrges pour le bâtiment, trité pr l NF DTU 39 P4, on peut clculer à l ide des formules de Timoshenko : - l épisseur minimle à donner ux vitrges plns monolithiques soumis

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver.2 Présenttion de Esy Interctive Tools 3 Crctéristiques Fonction de dessin Vous pouvez utiliser Esy Interctive

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4 Université Pris I, Pnthéon - Sorbonne Licence MASS Cours d Anlyse S4 Jen-Mrc Brdet (Université Pris 1, SAMM) UFR 27 et Equipe SAMM (Sttistique, Anlyse et Modélistion Multidisiplinire) Université Pnthéon-Sorbonne,

Plus en détail

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE FORMULAIRE À RENVOYER PAR RECOMMANDÉ À : ACERTA CAS, BP 24000, 1000 Bruxelles (Centre de Monnie) Cse destinée à Acert Dte de

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE Ch.I Commnde des systèmes logiques ogique comintoire - p1 SYSTEMES OGIQUES OGIQUE COMBINATOIRE I Commnde des systèmes logiques 1. Structure des systèmes utomtisés Reprenons l structure étlie dns le cours

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds Φ (Chpitre 4) 3 L bourse ou l vie ou Comment fire des ronds Imginez que vous possédez un portefeuille de vleurs boursières. Voici le grphe de ses fluctutions en fonction du temps (bscisse, x) et de l rgent

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS

PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS GUIDE PRATIQUE RÉGIONAL À L'ATTENTION DES PARTICULIERS ET ÉLUS POITOU-CHARENTES PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS J'économise m snté et celle

Plus en détail

Evaluation de la performance des barrages poids basée sur la formalisation et l agrégation des connaissances

Evaluation de la performance des barrages poids basée sur la formalisation et l agrégation des connaissances Evlution de l performnce des brrges poids bsée sur l formlistion et l grégtion des connissnces Curt Corinne 1, Perldi Audrey 1, Félix Huguette 1 1 Irste, UR OHAX Ouvrges Hydruliques et Hydrologie, 375

Plus en détail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013 Norme ntionle du Cnd Snté et sécurité psychologiques en milieu de trvil Prévention, promotion et lignes directrices pour une mise en œuvre pr étpes Avilble in English

Plus en détail

Caisse enregistreuse électronique CE-T300 GROCERY DAIRY H.B.A. FROZEN FOOD DELICATESSEN. Mode d emploi. Eu Di U.K.

Caisse enregistreuse électronique CE-T300 GROCERY DAIRY H.B.A. FROZEN FOOD DELICATESSEN. Mode d emploi. Eu Di U.K. Cisse enregistreuse électronique CE-T300 GROCERY DAIRY H.B.A. FROZEN FOOD DELICATESSEN Eu Di U.K. Mode d emploi Introduction et tle des mtières Introduction Toutes nos félicittions pour l cht de cette

Plus en détail

Les formations professionnelles Livret d information des services Application

Les formations professionnelles Livret d information des services Application ² Services "Utilisteur" Confince, Expertise, Performnce Les formtions professionnelles Livret d informtion des services Appliction Answers for Life (*) (*) Des réponses pour l vie Sommire 3 L formtion

Plus en détail

Tableau d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulable Réf. : 322 001 Module deux lignes de mise en sécurité Réf.

Tableau d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulable Réf. : 322 001 Module deux lignes de mise en sécurité Réf. Tleu d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulle Réf. : 00 Module deux lignes de mise en sécurité Réf. : 00 DE MISE EN MISE EN 5 7 8 8 PROGRAM. SYSTEME Fus. F, 5H50V MANUEL DE MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013 L comptbilité Comprez et choisissez votre logiciel L pye Comprez et choisissez votre logiciel TABLEAUX COMPARATIFS Compt Prtic Pour les créteurs et les entrepreneurs novice en Compt Compt Clssic Pour l

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes

Maladies chroniques et traumatismes Mldies chroniques et trumtismes Hospitlistions pour excerbtions de BPCO : comment les identifier à prtir des données du progrmme de médiclistion des systèmes d informtion (PMSI)? Sommire Abrévitions 2

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement.

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement. Fibilité, sécurité et enfichge intégrl éprouvés Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillge ntirrchement. 100% stekerbr Qu est-ce qu une instlltion 100 % enfichble? Mtériel fourni en

Plus en détail

Les règles de Descartes et de Budan Fourier

Les règles de Descartes et de Budan Fourier Ojectifs de ce chpitre Mthémtiques ssistées pr ordinteur Chpitre 4 : Rcines des polynômes réels et complexes Michel Eisermnn Mt49, DLST LS4, Année 8-9 www-fourierujf-grenolefr/ eiserm/cours # mo Document

Plus en détail

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke.

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke. L EUROPE ET L EAU L eu est indispensble à l vie. Elle soutient nos écosystèmes et régule le climt. Agriculture, limenttion, énergie, trnsports : l eu est u cœur de notre existence. Cependnt, elle est inéglement

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

ÉLUE LA MARQUE LA PLUS FIABLE selon un sondage de WhatCar? en Angleterre.

ÉLUE LA MARQUE LA PLUS FIABLE selon un sondage de WhatCar? en Angleterre. 7 Hond : ANNÉES CONSÉCUTIVES ÉLUE LA MARQUE LA PLUS FIABLE selon un sondge de WhtCr? en Angleterre. Rel Time All Wheel Drive CONDITIONS FESTIVAL 2013 CR-V 2.2 i-dtec diesel 150 ch 5,6 l/100 km CR-V 2.2

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

FIG. 1 Module de stockage en position horizontale ; positionnement des jauges de déformation.

FIG. 1 Module de stockage en position horizontale ; positionnement des jauges de déformation. Anlyse thermo-mécnique dun prototype de stockge hybride (solide-gzeux) dhydrogène D. CHAPELLE, O. GILLIA b, M. FELDIC. Institut FEMTO ST, UMR 6174, Déprt. Mécnique Appliquée, 24 rue de l Epitphe, 25000

Plus en détail

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*)

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*) Revue d histoire des mthémtiques, 2 (1996), p. 1 66. AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES Bruno BELHOSTE (*) RÉSUMÉ. Dns cet rticle,

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage...

Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage... Directives COV et lterntive lipochimique : peintures, encres, nettoyge, dégrissge... Alin LEMOR Recherche & Développement, Novnce, BP 20609, Venette, 60206 Compiègne Cedex, Frnce, Fx. +33 (0)3 44 90 70

Plus en détail

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure République Algérienne Démocrtique et Populire Ministère de l enseignement supérieur et de l recherche scientifique Université Mentouri de Constntine Fculté des sciences et sciences de l ingénieur Déprtement

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère Rpport sur l sitution en mtière de développement durble du Conseil générl de l Isère 2013 Sommire > Edito...3 > Les politiques développées pr le Conseil générl de l Isère... 4 > L gestion durble des finnces

Plus en détail

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Jen-Pierre Dedieu, Jen-Pierre Rymond ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Institut de Mthémtiques Université Pul Sbtier 31062 Toulouse cedex 09 jen-pierre.dedieu@mth.univ-toulouse.fr jen-pierre.rymond@mth.univ-toulouse.fr

Plus en détail

Paul Horowitz & Winfield HiIl

Paul Horowitz & Winfield HiIl m m Pul Horowitz & Winfield HiIl I l, m VOLUME 1 TECHNIQUES ANALOGIQUES m m m m m m / l E LE KTO R m m m m TABLE DES MATIÈREiS PRÉFACE XVII 1 LES BASES INTRODUCTION 1 TENSION. COURANT ET RÉSISTANCE 1.1

Plus en détail

Adaptation spatio-temporelle et hypermédia de documents multimédia

Adaptation spatio-temporelle et hypermédia de documents multimédia Adpttion sptio-temporelle et hypermédi de documents multimédi Séstien Lorie Jérôme Euzent Nil Lyïd INRIA Rhône-Alpes - LIG 655 Avenue de l Europe Montonnot - Sint Mrtin 38334 Sint Ismier Cedex {Sestien.Lorie,Jerome.Euzent,Nil.Lyid}@inrilpes.fr

Plus en détail

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013 Dossier pédgogique des Equipes Populires Bimestriel n 154 Jnvier-Février 2013 Belgique - België P.P. - P.B. 5000 - Nmur 1 BC 4854 Interview p.10 Frncis Delpérée Bureu de dépôt : 5000 Nmur mil. N d grétion

Plus en détail

Theorie des mrches Dns ce chpitre, on etudie l'interction de l'ore et de l demnde sur un mrche d'un bien donne. On etudier, en prticulier, l'equilibre du mrche. Etnt donne qu'on s'interesse uniquement

Plus en détail

Régression multiple : principes et exemples d application. Dominique Laffly UMR 5 603 CNRS Université de Pau et des Pays de l Adour Octobre 2006

Régression multiple : principes et exemples d application. Dominique Laffly UMR 5 603 CNRS Université de Pau et des Pays de l Adour Octobre 2006 Régression multiple : principes et eemples d ppliction Dominique Lffly UMR 5 603 CNRS Université de Pu et des Pys de l Adour Octobre 006 Destiné à de futurs thémticiens, notmment géogrphes, le présent

Plus en détail

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte Q U O T I D I E N Crte Mestro Comment voir tous les touts de votre crte bien en min Guide mémo + Notice d Assistnce Octobre 2010 Bloc notes À fire tout de suite Votre crte est strictement personnelle,

Plus en détail

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2 GLMA -4 GLMA - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE - -4 CONTRÔLE CONTINU Durée : h Tout doument ou lultrie est interdit Il ser tenu ompte de l lrté et de l préision de l rédtion Il est importnt de justifier hune

Plus en détail