Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002"

Transcription

1 EVALUATION FINALE PROJET D APPUI A LA GESTION DES ZONES HUMIDES DANS LE DELTA INTERIEUR DU FLEUVE NIGER RAPPORT FINAL Meg Gwler Bréhim Béridogo ARTEMIS Services pour l conservtion de l nture et le développement humin E-mil: Site web:

2

3 i RESUME Du 04 u 18 février 2002 eu lieu l évlution finle du Projet d ppui à l gestion des zones humides dns le delt intérieur du fleuve Niger. Cette évlution vit comme objectif générl d pprécier et de décrire l impct de l mise en oeuvre du projet sur les plns environnementl, socio-économique et institutionnel. Les objectifs spécifiques de l évlution étient d nlyser l pertinence, l efficcité, l efficience, l impct et l durbilité du projet. L équipe d évlution, composée de Meg Gwler, écologue et de Bréhim Béridogo, nthropologue, procédé pr une étude des documents, des entretiens, des visites sur le terrin et une comprison des résultts ttendus vec les résultts obtenus. Au terme de cette démrche, il pprît que : Sur le pln de l pertinence, le projet s inscrit dns l mise en œuvre des conventions interntionles signées pr le Mli (Convention de Rmsr et utres). Il est ussi conforme à l politique ntionle environnementle, à celle reltive u développement rurl et ussi à celle de lutte contre l puvreté. Il répond églement ux besoins locux de gestion des ressources nturelles et de mise en œuvre de l décentrlistion. Sur le pln de l efficcité, les objectifs spécifiques en grnde prtie ont été tteints : développement des inititives locles en mtière de gestion des ressources nturelles, développement des ctivités génértrices de revenu, développement des cpcités locles des popultions et des services techniques, élbortion des plns de gestion des terroirs, etc. Le prtenrit été développé et les popultions ont été impliquées dns l exécution du projet. Mis le suivi-évlution en cours d exécution lissé à désirer pour ne ps dire qu il été bsent. En ce qui concerne l efficience, le projet réussi à fire beucoup vec les moyens mis à s disposition. Mis il y eu des problèmes de circultion des fonds, une sous-estimtion des coûts opértionnels durnt les deux premières nnées du projet et de muvises réprtitions de ces fonds entre les lignes budgétires. Qunt à l impct, il se remrque à cinq niveux : écologique, socil, gestion des ressources nturelles, lutte contre l puvreté, insi que certins impcts inttendus. Les forêts inondbles, qui ont des répercussions positives sur le pln de l biodiversité, sont resturées. Les ressources nturelles sont gérées pr des codes élborés et cceptés pr les popultions. Le projet pris à brs le corps l lutte contre l puvreté pr l crétion de cisses villgeoises de crédit, le développement de l élevge et du mrîchge, l méliortion des méthodes de trnsformtion du poisson, etc. Le projet pris en compte le genre et mis en prtenrit les différentes composntes de l société. Des vies humines ont sns doute étient suvées pr l résolution des conflits entre les utilisteurs des ressources nturelles, grâce ux conventions locles. En ce qui concerne l durbilité, les ctivités initiées ont toutes les chnces de perdurer, surtout prce qu elles ont été entreprises collégilement pr l UICN, les services techniques et les popultions. L poursuite du mrîchge suscite nénmoins quelques inquiétudes à cuse de plintes exprimées pr certines femmes. Comme points forts on peut estimer que l UICN pu entrîner l pproprition du projet pr les popultions et pu tnt bien que ml tteindre les objectifs qu il s étit fixés. Des points fibles existent cependnt u niveu : de l qulité technique des plns de gestion, du mnque de trductions sur cssettes en lngues locles et de l insuffisnce de collbortion vec Wetlnds Interntionl. Le projet besoin d une petite rllonge pour lui permettre : de trduire les plns de gestion et les conventions locles en peuhl, sonroï et bozo ; de développer des crtes pour les plns de gestion et les conventions ; de tenir un telier de vlidtion des plns de gestion et de fire l demnde de reconnissnce de ces instruments de plnifiction.

4 ii REMERCIEMENTS L'équipe des consultnts remercie chleureusement : le personnel de l UICN-Mli le personnel du Service de l Conservtion de l Nture du Mli, u niveu ntionl, régionl et locl le personnel des différents services techniques et de l'dministrtion de Mopti et de Youwrou les piroguiers et le chuffeur de l'uicn les popultions de Youwrou, Akk et Dentk et tous ceux qui de loin ou de près ont contribué à l'exécution de cette évlution.

5 iii TABLE DES MATIERES Résumé Remerciements Tble des mtières Liste de crtes, cdres et tbleux Acronymes et brévitions Pge i ii iii iv iv 1. But de l évlution 1 2. Méthodologie 1 3. Composition de l équipe d évlution 2 4. Contexte 2 5. Description du projet 4 6. Pertinence 5 7. Anlyse de l conception du projet 6 8. Efficcité 7 - Plns de gestion 7 - Inititives locles 10 - Renforcement des cpcités 10 - Conventions locles Efficience Système de suivi du projet Prtenrit Impliction des popultions Impct 16 - Impct écologique 17 - Impcts dns l gestion des ressources nturelles 17 - Impcts dns l lutte contre l puvreté 18 - Impcts sociux 18 - Impcts inttendus Durbilité Effets multiplicteurs Leçons Conclusions 20 - Points forts 20 - Points fibles Orienttions 22 - Orienttions proposées pour le projet ctuel 22 - Zonge et pln de gestion pour l ensemble du site Rmsr «Lc Wldo Débo» 22 - Approche bssin-versnt 22 Annexes : A. Termes de référence de l évlution 23 B. Mtrice méthodologique de l évlution 28 C. Protocole d entretien 31 D. Clendrier de l mission 35 E. Liste de personnes rencontrées 36 F. Liste de documents consultés 39 G. Cdre logique du projet 41 H. Auto-évlution pr le Coordinteur du projet 44 I. Cittions 48 J. Brèves biogrphies des évluteurs 49

6 iv LISTE DE CARTES, CADRES et TABLEAUX Crte 1. L ire du projet 3 Pge Cdre 1. Résumé des lignes directrices pour les plns de gestion des sites Rmsr 8 Cdre 2. Pln de gestion intégrée du terroir de Youwrou-Akk 9 Cdre 3. Convention locle de gestion de l forêt de Dentk 11 Tbleu 1. Indicteurs pour mesurer l prticiption des popultions locles 15 ACRONYMES ET ABREVIATIONS AAAC APSLD BRAO CARESTE CLG CSLP DNCN GEPIS MARP NEEMA ONG PGT PNAE PNUD SAT SLACAER SCN SNLP UICN Assocition d Appui à l Autopromotion Communutire Assocition pour l Promotion et l Suvegrde du Lc Débo Bureu Régionl de l Afrique de l Ouest de l UICN Utilistion des cpcités et réseux scientifiques et techniques en tnt qu'outils d'ide à l décision Comité Locl de Gestion Cdre Strtégique intérimire de Lutte contre l Puvreté Direction Ntionle de l Conservtion de l Nture Groupe d Experts sur les Plines d Inondtion Shéliennes Méthode Active de Recherche Prticiptive Assocition pour l Protection et l Promotion de l Forêt de Dentk Orgnistion Non-Gouvernementle Pln de Gestion intégrée du Terroir Pln Ntionl d Action Environnementle Progrmme des Ntions Unies pour le Développement Schém d'améngement du Territoire Service Locl d Appui-Conseil et de l Equipement Rurl Service de l Conservtion de l Nture Strtégie Ntionle de Lutte contre l Puvreté Union mondile pour l nture

7 1 EVALUATION FINALE PROJET D APPUI A LA GESTION DES ZONES HUMIDES DANS LE DELTA INTERIEUR DU FLEUVE NIGER 1. BUT DE L EVALUATION En novembre 1998, l Ambssde des Pys-Bs à Bmko signé, vec le Bureu de l UICN u Mli, l Convention de Finncement du Projet d Appui à l Gestion des Zones Humides dns le Delt Intérieur du Niger, pour une durée de trois ns. L convention de finncement prévoit l orgnistion d une évlution finle du projet u terme des ctivités de terrin. L objectif générl de cette évlution est d pprécier et de décrire l impct de l mise en œuvre du projet sur les plns environnementl, socioéconomique et institutionnel. L UICN entreprend les évlutions pour deux risons principles : L UICN est responsble devnt ses membres, ses prtenires et ses donteurs qunt u bon fonctionnement de ses projets. Le processus d une évlution externe s inscrit dns l enggement de l UICN à fvoriser l trnsprence et l responsbilité. Une évlution présente une occsion pour l UICN et ses prtenires d pprendre, de mnière crétive, comment méliorer le trvil et comment rendre les projets et progrmmes plus efficces. Le but de l évlution est d méliorer les connissnces en ce qui concerne les meilleures prtiques en mtière de conservtion et développement. Les objectifs spécifiques de l mission étient les suivnts : Pertinence : Déterminer l pertinence des ctions du projet, en reltion vec les besoins du Mli et des bénéficiires en mtière de conservtion et d utilistion durble de l biodiversité. Efficcité : Evluer l efficcité des ctivités mises en œuvre et leur déqution ux objectifs du projet et à l convention de finncement. Efficience : Estimer si et à quel point le projet utilisé ses ressources de mnière rentble. Impct : Répertorier, nlyser et évluer les résultts tteints et leurs impcts sur le milieu et sur l sitution socio-économique des popultions bénéficiires. Durbilité : Identifier les domines et les ctivités spécifiques qui pourrient fire l objet d une cpitlistion pr les bénéficiires, les cteurs et les prtenires. Les termes de référence de l évlution sont ci-joints en Annexe A. 2. METHODOLOGIE L méthodologie de collecte des informtions et des données requises pour l évlution comportit plusieurs étpes : recherche documentire échnge vec les différentes utorités et services techniques impliqués dns l mise en œuvre du projet (Bureu de l UICN-Mli, Direction Ntionle de l Conservtion de l Nture, Ambssde des Pys-Bs, Hut Commissrit du gouvernement, etc.) préprtion d une mtrice méthodologique de l évlution (voir Annexe B) constitution d un échntillon pour les entretiens préprtion de l méthodologie du terrin : un protocole d entretien semi-structuré, dpté ux différentes composntes de l échntillon (Annexe C) enquête sur le terrin : entretiens vec les prties prenntes et visite des principles rélistions du projet

8 2 deux réunions à Youwrou et à Bmko pour solliciter les réctions des personnes concernées, y compris les bénéficiires, dns l restitution des premières conclusions de l évlution nlyse et synthèse des données recueillies dns l documenttion et sur le terrin rédction d un rpport provisoire incorportion de commentires du Bureu de l UICN-Mli et de l Ambssde des Pys-Bs et rédction du rpport finl. L'échntillon se composit du personnel de l UICN, de celui de l mbssde des Pys-Bs, des ONG ntionles et interntionles, de l Direction Ntionle de l Conservtion de l Nture, des directions régionles des services techniques à Mopti, des services techniques u niveu du cercle de Youwrou et des popultions bénéficiires à plusieurs niveux. L enquête sur le terrin s est trduite pr un entretien vec les différentes composntes de l échntillon, insi que pr une observtion des rélistions et domines d intervention du projet en compgnie des popultions bénéficiires. L méthode souffert de l'insuffisnce du temps pour mieux nlyser les documents et mieux observer les groupes cibles sur le terrin. Il fut dire que l mission d évlution n étit ps orgnisée dns les meilleures conditions. Bien qu il it été convenu que l documenttion serit remise ux deux évluteurs u moins une semine vnt le déprt de l mission, l équipe n eu les documents clés qu à l dernière minute, vec comme résultt que l mission n it ps pu s imprégner suffismment vnt de se rendre sur le terrin, ce qui quelque peu compromis l préprtion des entretiens. (Ce même problème ussi été signlé dns l évlution du projet DGIS/UICN «Renforcement des cpcités institutionnelles pour l gestion des ressources des zones humides en Afrique de l Ouest» (Coulibly et l. 1999)). En plus de l mtrice méthodologique et du protocole d entretien, se trouvent en Annexe : le clendrier de l mission, l liste des personnes rencontrées et l liste des documents consultés (Annexes D, E et F respectivement). 3. COMPOSITION DE L EQUIPE D EVALUATION L équipe des évluteurs étit composée de deux experts externes : une experte interntionle (Mme Meg Gwler), spéciliste en conservtion et gestion des zones humides et dotée d une longue expérience en évlution de projets (Chef d équipe) et un expert ntionl nthropologue (Dr Bréhim Béridogo), ynt une connissnce pprofondie des rélités socio-économiques du Mli. Ce dernier pportit églement une expérience dns l évlution, dns l nlyse des projets et dns le renforcement des cpcités locles en vue de l pérennistion des ctions menées. Les deux consultnts vient déjà une expérience dns les questions ynt trit u genre. Une brève biogrphie de chcun des évluteurs se trouve en Annexe J. 4. CONTEXTE Le delt intérieur du Niger (Crte 1) est inondé chque nnée pr l crue du fleuve Niger et de son principl ffluent, le Bni et de ce fit se crctérise pr une productivité élevée des sols, des pâturges et des ressources hlieutiques. Il sert ussi de zone de repos et de nidifiction à des centines de milliers d'oiseux : 350 espèces, dont 118 migrtrices (Rpport nnuel du projet 1999) et est l un des derniers hbitts du lmntin fricin (Trichechus seneglensis).

9 3 Crte 1. L ire du projet

10 4 En 1987 le gouvernement du Mli rtifié l Convention de Rmsr en inscrivnt trois sites, y compris l ensemble du Lc Wldo Débo ( h ; 15º15 N 004º15 W), dns lequel se déroulent les ctivités du projet. Le Lc Wldo Débo est en fit un élrgissement du fleuve Niger, qui s étend et se contrcte vec le niveu des eux. Il comporte des étendues d eu libre et de vstes priries hydrophiles d herbcées, vec une prédominnce du «bourgou» (Echinoclo stgnin), très pprécié en tnt que pâturge. Le delt contribue à 84% de l pêche du pys et 36% des débrquements à Mopti proviennent de Youwrou (communiction personnelle, Opértion Pêche). De plus, le delt reçoit chque nnée et un qurt du cheptel mlien (communiction personnelle, M. Tiéro). Les chngements climtiques, écologiques et socio-économiques de ces dernières décennies ont entrîné un chngement profond des systèmes d exploittion. Les pports du Niger et du Bni sont pssés de 80 km 3 dns les nnées 1950 à 31 km 3 dns les nnées 1980 (Dikité et l. 2000). Les sécheresses successives ont sérieusement compromis les équilibres nturels du delt (bissement de l nppe phrétique, diminution des zones de fryère, disprition d'espèces de poisson, dégrdtion des pâturges). Prllèlement, l densité de l popultion humine sur le terroir ugmenté fortement. Avec l évolution démogrphique et les nnées consécutives de sécheresse des nnées 1970 et 1980, l équilibre trditionnel dns le delt intérieur entre l élevge, l pêche et l griculture se trouve en profonde muttion voire compromis. Le projet opère sur deux communes Déboye et Youwrou et trville vec trois villges (Ouro, Homboloré et Akk) des 45 villges que comptent les deux communes. Historique de l UICN u Mli C est en 1984 que l UICN commencé à intervenir u Mli, à Youwrou. Dns s première phse ( ), elle entrepris des inventires des ressources nturelles, des recherches sur l flore, les ressources piscicoles, l'vifune, l'impct de l sécheresse sur l'évolution des rbres, etc. Pr illeurs, à prtir des critères interntionux et ntionux retenus, c est cette phse qui ppuyé l Ett dns l définition des sites prioritires à inscrire dns l liste de l Convention de Rmsr. L deuxième phse ( ) visit l rélistion d'un schém d'méngement du territoire (SAT) conçu en tnt qu'outil d'méliortion des systèmes de production. Les ctivités techniques de cette deuxième phse du projet étient reltives à l écologie, les ctions forestières, les ctions techniques et les sites de Rmsr. L troisième phse ( ), dénommé CARESTE (utilistion des cpcités et réseux scientifiques et techniques en tnt qu'outils d'ide à l décision), s'étit, surtout, fixé des objectifs de recherche. L qutrième phse ( ) est celle qui est en cours d évlution : le Projet d'ppui à l gestion des zones humides du delt intérieur du fleuve Niger. Dns le cdre de ce rpport, le mot «projet» fit référence uniquement à cette qutrième phse du trvil de l UICN dns le delt, menée vec le finncement de l Ambssde des Pys-Bs. 5. DESCRIPTION DU PROJET Le contrt de finncement, signé en novembre 1998, prévoyit une contribution finncière de FCFA 190'000'000 pour une durée de trois ns. Le document de projet fit prtie intégrle du contrt de finncement. Démrré de fcto en vril 1999, le projet visit l revloristion des cquis des projets ntérieurs et une mise en œuvre rpide des ctivités de gestion prticiptive.

11 5 Le projet, dns s conception, tente de concilier l conservtion et l gestion des ressources nturelles en y impliqunt fortement les communutés locles concernées, dns le but de créer des conditions écologiques et socio-économiques fvorbles u développement locl. L définition et l mise en œuvre d un pln de gestion des sites constituent le fondement même du projet. Les études rélisées sur ces sites ont révélé des contrintes, des potentilités, des propositions et des possibilités de mesure de vloristion des ressources. Objectifs L objectif générl du projet est de finliser et de rendre opértionnels les Plns de Gestion des Sites d Akk-Goun et de Dentk, situés dns le Cercle de Youwrou. Dns cette perspective, trois objectifs spécifiques ont été définis dns le document de projet : 1. Développer les inititives locles en mtière de conservtion des ressources locles. 2. Renforcer les cpcités des popultions, des services techniques et des orgnistions non gouvernementles ux techniques de conservtion et d exploittion des ressources hlieutiques, végétles et funiques. 3. Amener les institutions locles à mettre en plce des dispositions juridiques et des mécnismes indispensbles à l mise en œuvre des principes de gestion locle des ressources nturelles. Bénéficiires et Prtenires du Projet L popultion est composée essentiellement de Peuhl, Bozo, Somono, Sonrhï et secondirement de Bmbr, Mrk et Arbe. Les ctivités économiques sont l'élevge, l pêche, l'griculture, le commerce et l'rtisnt. Le cercle de Youwrou est très enclvé et puvre en infrstructures et équipements communutires. 6. PERTINENCE Le projet s inscrit dns le cdre des conventions interntionles signées pr le Mli, dont l Convention sur l Biodiversité et l Convention de Rmsr sur les zones humides. Le projet s intéresse à l un des trois sites Rmsr du Mli et de ce fit, ppuie l Ett à mettre en œuvre et à s cquitter de certines exigences liées à l signture de l Convention Rmsr. Cependnt, considérnt que les Prties contrctntes s enggent à mettre u point des mesures de zonge et à étblir des plns de gestion pour chque site inscrit à l Convention de Rmsr et considérnt que le projet ne s est limité qu ux inititives locles à Youwrou, on peut conclure qu il n fit qu un premier ps vers un zonge et un pln de gestion pour une prtie du site du Lc Wldo Débo. Sur le pln ntionl il contribue à l mise en œuvre de différentes politiques ntionles de développement dont celles reltives u «Pln Ntionl d Action Environnementle» (PNAE) et à l lutte contre l puvreté. En ce qui concerne le PNAE et l politique de développement rurl, le projet procédé à l mise en prtique de l «Chrte pstorle» en réglementnt l élevge sur le pln locl à trvers l élbortion des différentes conventions. Il été ussi l occsion de fire connître et ppliquer pr les popultions l loi 95-32, qui régit les rpports entre les mliens et leurs ressources nturelles.

12 6 Au Mli, 70% de l popultion vit en dessous du seuil de puvreté, c est-à-dire vec moins de FCFA pr n 1. L lutte contre l puvreté est devenue un objectif explicite du gouvernement mlien à prtir de C est dns cette optique que le Mli s est doté d une Strtégie Ntionle de Lutte contre l Puvreté. Les huit xes de cette strtégie ntionle et le processus itértif mis en plce entre elle et les strtégies sectorielles serviront de toile de fond pour l élbortion du Cdre Strtégique intérimire de Lutte contre l Puvreté, puis du cdre strtégique définitif, ctuellement en cours d élbortion. Conformément à cette politique ntionle de lutte contre l puvreté, le projet s est intéressé sur le pln locl à l viculture pr l vccintion de l volille, à l piculture, u mrîchge, à l initition de cisses d éprgne et de crédit des groupements féminins, à l vloristion des ressources nturelles pr l méliortion des techniques de conservtion du poisson, à l méliortion des pâturges, etc. L régénértion des forêts inondbles d'akkgoun et de Dentg permis ux popultions de disposer de ressources ligneuses et non ligneuses et ussi d'méliorer l production hlieutique. C'est à ce niveu que l'on voit l reltion entre l conservtion de l nture et l stisfction des besoins socioéconomiques des popultions. Ce qui est ussi intéressnt à ce niveu, est que les popultions ont elles-mêmes perçu et mentionné, u moment de l'évlution que l régénértion des forêts permis ux oiseux de revenir, d'utiliser l forêt comme dortoir et nichoir et de fournir pr leurs déjections une source limentire ux poissons. Ces derniers en conséquence se sont multipliés u grnd bonheur des pêcheurs et des popultions qui ont vu leur limenttion s'méliorer et leurs revenus s'ccroître. Sur le pln locl, le projet répond ux besoins des popultions et demeure le seul projet en cours d exécution dns tout le cercle de Youwrou. En visnt l bonne gestion des ressources nturelles, le projet contribue u développement durble de Youwrou. Le delt centrl du Niger est ussi une zone de conflits. Il est crctérisé pr une irrégulrité géoclimtique dns le temps et l'espce, ce qui pour conséquence une irrégulrité dns l disponibilité des ressources nturelles. L dynmique sociologique qui en résulté est une compétition foncière sur une bse d'inéglité d'ccès ux ressources nturelles. L dynmique foncière conjugue les réglementtions pré-coloniles, coloniles et post-coloniles. Le potentiel conflictuel est donc énorme du fit de l diminution progressive des ressources disponibles liée à l péjortion climtique et à l forte pression sur les ressources résultnt de l croissnce démogrphique. En mettnt en plce des dispositions juridiques et des mécnismes indispensbles à l mise en œuvre des principes de gestion locle des ressources (conventions locles), le projet semble voir morcé une solution à ces conflits, prfois meurtriers. Pr illeurs, le projet répondit ux besoins locux de l politique de décentrlistion. Il insi contribué à l mise en œuvre de l décentrlistion pr l élbortion des plns de gestion et des conventions locles et pr l formtion des élus locux. Il leur pporté son ppui dns l orgnistion d un forum pour élborer un progrmme de développement. Il ussi prticipé à l élbortion du pln triennl et du progrmme nnuel de développement du Conseil de cercle. L pertinence du projet est telle qu u niveu du cercle, on du ml à fire l différence entre le Comité de suivi du projet et le Comité locl de développement du cercle. 7. ANALYSE DE LA CONCEPTION DU PROJET L UICN bien tiré les leçons des phses précédentes, qui souffrient sns doute de trop de moyens. L phse ctuelle est bsée sur le principe «Smll is beutiful» qui été bien ccueilli pr les 1 Observtoire du développement humin durble : Rpport 2000, Bmko

13 7 popultions. Le point le plus fort de l conception de cette phse est d voir ciblé les vries priorités des popultions et d voir cherché des solutions dns le svoir trditionnel des hbitnts. De plus, le projet renforcé l utorité des popultions en crént un comité de suivi locl du projet. Bien que le cœur du projet soit bien ciblé, quelques lcunes importntes demeurent dns l conception du projet, pr exemple : Mnque d un volet de recherche pour déterminer l cpcité de chrge des écosystèmes pr rpport à l utilistion des ressources nturelles et l explosion démogrphique des popultions (3,1 % pr n u Mli). Sns ceci, le projet est sns véritble bse scientifique pour l venir des sites. Mnque d un volet de suivi écologique et socio-économique pour mesurer l impct du projet et les effets de l gestion des ressources nturelles. Mnque de procédures systémtiques de suivi interne du projet. Mnque d un volet de formtion des pysns en suivi écologique en rpport vec leurs besoins en ressources nturelles. Le projet insi perdu une occsion d ccroître l responsbilistion des popultions. Insuffisnce de ressources humines ffectées u projet : le document de projet ne prévoit ps suffismment d ppui u Coordinteur en mtière d dministrtion et nimtion. Insuffisnce de moyens prévus pour l supervision du projet et pour son ppui à Bmko. Le projet le mérite d voir un cdre logique (Annexe G), mis celui-ci mnque de rigueur : les résultts ne sont ps liés ux objectifs spécifiques et les ctivités ne sont ps liées ux résultts. De plus, l pluprt des indicteurs sont ml réfléchis, surtout sur le pln qulittif. 8. EFFICACITE Plns de Gestion L objectif générl du projet est de finliser et de rendre opértionnels les plns de gestion des sites d Akk-Goun et de Dentk, situés dns le Cercle de Youwrou. C est u début de l mission d évlution que les deux Plns de Gestion intégrée du Terroir (PGT) ont été finlisés. Ils sont disponibles en frnçis, mis n ont ps été trduits en lngues locles (peuhl, sonri et bozo). Les Plns de gestion ne sont ps encore tout à fit opértionnels puisqu il n y ps encore d ctes dministrtifs et judiciires qui les rendrient officiels, ni de finncement. Nénmoins, ils fonctionnent de fçon informelle. Ces PGT ne sont ps des plns de gestion dns le sens clssique du terme. Ce sont en effet des documents de projet sur trois ns élborés pr les communutés vec l ppui de l UICN. Ils comportent une description du milieu physique, biologique, humin et socio-économique et un inventire des problèmes de gestion. Pr contre, les spects suivnts ne sont nulle prt dévdloppés dns les plns de gestion : l évlution des principles crctéristiques du site, les fcteurs influençnt l rélistion des objectifs à long terme, le zonge des sites (vec une crte), le schém d méngement et les modes et règles de gestion préconisés. Les lignes directrices pour les plns de gestion des sites Rmsr sont résumées dns le Cdre 1.

14 8 Cdre 1. RESUME DES LIGNES DIRECTRICES POUR LES PLANS DE GESTION DES SITES RAMSAR Le processus d élbortion des plns de gestion fournit le cdre et l ccord entre les diverses prties intéressées nécessire pour mintenir l diversité biologique et l productivité du site ; il permet l utilistion rtionnelle à long terme de ces ressources pr l homme. Le pln de gestion consiste en cinq prties principles : 1. Prémbule Une déclrtion de principe concise, exposnt les politiques des utorités suprntionles, ntionles et locles, qui rppèle les trois obligtions mjeures de Rmsr : mintenir les crctéristiques écologiques des sites inscrits en fire une utilistion rtionnelle créer des réserves nturelles dns les zones humides. 2. Description L description générle du site servir de bse ux progrmmes de surveillnce continue, qui ont pour objet d identifier toute modifiction subie pr le site. 3. Evlution Une évlution des principles crctéristiques du site selon, pr exemple : - étendue et sitution dns l unité écologique - diversité biologique - étt nturel - rreté des espèces, biocénoses, biotopes, formes de relief ou pysges - frgilité nturelle ou induite pr des ctivités humines - spécificité (meilleurs exemples d un biotope prticulier) - histoire rchéologique ou pléo-environnementle - potentiel d méliortion - vleur esthétique, culturelle ou religieuse - vleur socio-économique - potentiel en mtière d éduction à l environnement - loisirs - recherche / études. 4. Objectifs Objectifs à long terme une déclrtion d intention concise, issue du processus d évlution Fcteurs influençnt l rélistion des objectifs de gestion à long terme, p.ex. : - fcteurs nturels d origine interne (p.ex., l succession nturelle) - fcteurs nthropiques d origine interne (invsion d espèces exotiques, pollution, etc.) - fcteurs nturels d origine externe (chngement climtique, etc.) - fcteurs nthropiques d origine externe (détournement des eux, sédimenttion, etc.) - fcteurs inhérents à l législtion ou ux trditions (droits coutumiers, etc.) - conditions d ordre physique telles que l inccessibilité - ressources disponibles pour les tâches d méngement - un résumé des fcteurs précédents conduisnt logiquement à l identifiction des objectifs opértionnels. 5. Pln d ction Pour les sites complexes un pln-cdre doit être étbli en concerttion vec l ensemble des utilisteurs. Un zonge peut se révéler utile pour réglementer les ctivités dns différentes prties du site. Les options de gestion sont l gestion des hbitts, des espèces, l utilistion, l ccès, l éduction/communiction et l recherche. Le pln d ction est ensuite détillé pr projet et les progrmmes de trvil révisés nnuellement.

15 9 Les PGT visent le développement socio-économique des terroirs à trvers l utilistion durble des ressources nturelles. Ils sont présentés en forme de cdres logiques vec cinq objectifs spécifiques. Les cdres logiques précisent, pour chque objectif, les ctivités à entreprendre, leurs produits, le temps nécessire insi que les ressources finncières requises. Le budget pour le PGT de Youwrou- Akk s élève à FCFA 204'025'000 et celui de Dentk à FCFA 176'985'000. Ni l prticiption en nture des bénéficiires, ni l prticiption des collectivités et de l Ett ne sont précisées dns le budget. Les finncements pr des prtenires de développement ne sont ps encore cquis. Il est prévu que les règles de gestion des sites soient élborées pr les Conventions locles de gestion. Un bref résumé du fonctionnement du Pln de gestion de Youwrou-Akk est présenté dns le Cdre 2. Cdre 2. Pln de Gestion Intégrée du Terroir de Youwrou-Akk Le Pln de Gestion Intégrée du Terroir de Youwrou-Akk officilise et précise l composition, les ttributions, les sous-comités et le mode de fonctionnement du Comité Locl de Gestion (CLG). Le CLG est constitué, outre les personnes ressources, d griculteurs, d éleveurs, de pêcheurs, d orgnistions féminines et de mouvements de jeunesse (qui ont chcun trois représentnts), du Conseil Communl, du Comité de Développement Locl de Youwrou et des services techniques (qui, eux, n ont qu un représentnt) et enfin du Chef du villge. Le CLG élit son bureu exécutif et se subdivise en trois sous-comités : 1) forêts, pêche et piculture, 2) griculture et élevge, 3) infrstructures, commerce, rtisnt et tourisme. Le CLG se réunit en ssemblée générle une fois pr n et le bureu tous les trimestres. Le CLG est chrgé de : contribuer à l progrmmtion nnuelle de l mise en œuvre du pln identifier les blocges éventuels et proposer des solutions ider à coordonner les ctions des différents intervennts servir de relis entre les popultions, les prtenires et les utorités locles pour tout ce qui concerne le pln coordonner les ctivités des sous-comités plcés sous s supervision. Le Sous-comité forêt, pêche et piculture prend en chrge : l régénértion du bourgou et utres espèces en collbortion vec le Sous-comité griculture et élevge l surveillnce de l forêt inondble, notmment de l fune et de l flore l supervision des ctions de reboisement et lutte contre le feu de brousse le suivi du respect des textes et conventions réglementnt l utilistion des ressources. Le rôle principl du Sous-comité griculture et élevge est le contrôle de l espce gricole, l réglementtion de l ccès ux bourgoutières et le règlement des conflits éventuels entre griculteurs et éleveurs. Le Sous-comité infrstructure, commerce, rtisnt et tourisme veille à l promotion et l rélistion de ces ctivités prévues dns le Pln et à l mobilistion des popultions pour ces rélistions. Le PGT prévoit une rencontre nnuelle entre le CLG et le Comité de Développement de Cercle, qui est l orgne de coordintion officielle des ctions à l échelle du Cercle de Youwrou.

16 10 L élbortion des plns de gestion est l boutissement d un long processus d études, de recherches, de renforcement des cpcités et d ppui ux inititives locles. Ce processus d impliction des popultions sns ucun doute été tout ussi importnt que son résultt. A trvers ces plns, les popultions et les utorités disposent d un outil de négocition et de progrmmtion de leurs propres ctions, rticulées utour de priorités et d objectifs communs. Inititives locles Le 1 er objectif spécifique du projet est de développer les inititives locles en mtière de conservtion et d utilistion durble des ressources nturelles. Ces inititives ont porté sur : l régénértion du bourgou (230 h régénérés) l destruction du Mimos pigr, plnte envhissnte dns les bourgoutières (sur 450 h) les fours «Chorkor», qui trnsforment plus de poisson, plus rpidement, vec une meilleure qulité et en utilisnt moins de bois l surveillnce des forêts de Dentk et d Akk-Goun. Le projet n ynt ps de volet suivi écologique et socio-économique, il n étit ps possible pour l mission d évlution de quntifier le pourcentge des superficies resturées, ni le pourcentge de l popultion qui bénéficié des inititives locles. Renforcement des cpcités Le 2 e objectif spécifique du projet est de renforcer les cpcités des popultions, des services techniques et des orgnistions non gouvernementles ux techniques de conservtion et d exploittion des ressources hlieutiques, végétles et funiques. Au niveu des popultions, le projet ciblé le renforcement des cpcités à trvers : l éveil des consciences et l mobilistion des gens pr les cuseries-débts et les émissions rdio et télévisées sur les conventions interntionles, les conventions locles, le pln de gestion, etc. l éduction environnementle à trvers les ctivités de l ONG «Wli» les formtions en: - élbortion de plns de gestion et de conventions locles - gestion et l régénértion du bourgou - gestion de l forêt - gestion du crédit/éprgne pour les femmes - trnsformtion du poisson pr les fours Chorkor - mrîchge, piculture, élevge de volille et trnsformtion des céréles. L UICN ppuyé les services techniques, d bord dns leurs contcts vec les popultions rurles. Le projet démrré u même moment où l Direction des Eux et Forêts est devenue le Service de l Conservtion de l Nture. Ce service technique étit souvent ml vu à cuse de son ncien mndt de répression ; il étit motivé à chnger cel et l UICN l ppuyé dns ce sens. Les gents des services techniques ont bénéficié d un ppui institutionnel et ont reçu une formtion sur les spects socio-économiques des zones humides en Afrique occidentle, les micro-crédits, l gestion des bourgoutières, etc. Les ONG ne sont ps très développées à Youwrou, mis l Assocition pour l Promotion et l Suvegrde du Lc Débo (APSLD) et l Assocition d Appui à l Autopromotion Communutire ont bénéficiées des formtions de l UICN, surtout dns l gestion du terroir.

17 11 Un voyge d étude pour 23 personnes u Sénégl et en Muritnie pour échnger les connissnces sur les enjeux de l gestion des ressources nturelles des zones humides inclu les élus locux, les popultions (y compris les femmes), les services techniques et les ONG. Cdre 3. Convention Locle de Gestion de l Forêt de Dentk L forêt de Dentk est située sur l rive guche du Wldo Débo entre le villge de Dinkkoré et le cmpement pêcheur de Dentk. Elle une superficie de 308 h et constitue une zone d ccueil exceptionnelle pour les oiseux d eu. Les concerttions en telier qui ont été enggées pr les popultions riverines de l forêt, l structure d ppui (UICN), les services dministrtifs et techniques, les élus et l société civile ont débouché sur cette convention. Les thèmes débttus étient le sttut de l forêt, les structures de gestion de l forêt, l étt des ressources forestières et funiques et leur évolution, les mences sur l forêt et les dispositions concrètes à prendre pour une gestion durble de l forêt. Le but de l convention est de contribuer à l resturtion du clme nécessire à l nidifiction et u repos des oiseux d eu dns l forêt. L pproche prticiptive développée pr l UICN et les Services techniques en 1986 bouti à l crétion du comité de gestion de l forêt Dentk, composé d hommes et de femmes, en Les ctivités de reconstitution et de conservtion des ressources de Dentk vec les popultions ont porté sur : - l régénértion de l forêt, notmment pr l Acci kirkii - l orgnistion du pâturge - l protection des ressources forestières et funiques - l informtion, l sensibilistion et l formtion des popultions ux ctions de resturtion des ressources nturelles. L Assocition pour l Protection et l Promotion de l Forêt de Dentk (NEEMA) été créée en jnvier 2001 et pour objet de resturer et de conserver l forêt de Dentk et d utiliser les ressources rtionnellement et de fçon durble. Les orgnes de l ssocition comprennent : l ssemblée générle, le conseil d dministrtion (l orgne d exécution des décisions prises en ssemblée générle) et le comité de surveillnce, qui est l orgne de contrôle de l ssocition. Il existe une brigde de surveillnce. Une structure de suivi de l convention églement été créée pour ssurer l ppliction correcte de l convention. L convention rentre dns le cdre des dispositions et lois en vigueur en République du Mli. Sont interdits : l exploittion, le trnsport et le commerce du bois de l forêt les défrichements non utorisés les feux de brousse l chsse des oiseux les séjours non utorisés d nimux les visites non utorisées. L Acci kirkii, l rbre principl de cette forêt, et qui est endémique u delt du Niger, demeure intégrlement protégé. L période et les conditions d ccès ux ressources pstorles de l forêt, insi que l effectif du cheptel sont déterminés et communiqués pr l Assocition chque nnée.

18 12 Conventions Locles Le 3 e objectif spécifique du projet est d mener les institutions locles à mettre en plce des dispositions juridiques et des mécnismes indispensbles à l mise en œuvre des principes de gestion locle des ressources nturelles. L convention locle est un cte consensuel de tous les cteurs dns un endroit donné. Au Mli l loi donne de l importnce ux conventions locles et leurs confère une légitimité certine. Le but des conventions locles est d éviter et de régler les conflits. Le projet idé les popultions à en produire qutre : Règles de gestion des pêcheries de Youwrou (février 2001) Convention locle de gestion de l forêt à Akk-Goun (juin 2001). Convention locle de gestion de l forêt à Dentk (juin 2001). Règles de gestion des bourgoutières de Débré et Akk-Goun (septembre 2001). Les conventions locles étient en fit prtiquées pr ccord orl vnt l rrivé de l UICN. L UICN idé à préciser, méliorer et formliser ce qui existit déjà, bsé sur le svoir trditionnel et les coutumes de gestion des ressources nturelles. Pr exemple, en ce qui concerne l pêche, les pêcheurs svent que certins engins ne sont ps permis dns une zone définie ; il y ussi des zones qui sont formellement interdites pendnt certins mois de l nnée. Cependnt, comme ci-dessus mentionné (chpitre 6), l exploittion des ressources ntionles ne v ps sns conflits violents. Les conventions fournissent une bse de trvil entre les pêcheurs utochtones et les pêcheurs étrngers, ce qui permet d éviter les conflits ou de les tténuer. Pour les éleveurs, l convention est bsée sur le «hrim», une zone déterminée, mtérilisée et réservée, qui pprtient u villge. Dns l trdition locle, chque villge droit à son hrim et les étrngers pient pour le privilège de fire pître leur cheptel. Le Cdre 3 présente, à titre d exemple, une description de l Convention Locle de Gestion de l Forêt de Dentk. Auto-évlution pr le Coordinteur du projet Dns le Annexe H le Coordinteur du projet noté les rélistions du projet, insi que certins problèmes rencontrés, pr rpport u cdre logique originl. 9. EFFICIENCE L nlyse de l efficience se penche sur le rpport entre l utilistion des ressources et les résultts, c est à dire l impct du projet pr rpport à son coût. De mnière générle, le projet réussi à fire beucoup vec les moyens à s disposition. Nénmoins, il n ps pu utiliser son budget de fçon totlement efficce. Sur les trois nnées, le projet dépensé respectivement 71%, 55% et 88% de son budget nnuel. En 1999 les retrds dns les ctivités (indiqués pr les lignes budgétires peu dépensées) concernent : les visites d échnges inter-villgeois l réunion de concerttion, comité communl le pln de gestion pour le deuxième site l resturtion des pâturges dégrdés

19 13 l lutte contre le Mimos pigr le développement des filières de prélèvement vifune et l méliortion de l conservtion du poisson. Pr contre, il y eu plus d effort que prévu dns l formtion pour l élbortion des plns de gestion, dns l régénértion du bourgou, l piculture et l viculture. En 2000 les retrds touchent : l formtion des conseillers communux, en gestion et en pproche prticiptive les études sur les structures locles l régénértion du bourgou le mrîchge et comme l nnée précédente : o le pln de gestion pour le deuxième site o l resturtion des pâturges dégrdés o l lutte contre le Mimos pigr o le développement des filières de prélèvement vifune et o l méliortion de l conservtion du poisson. Pour les deux premières nnées du projet, les coûts opértionnels (crburnt, mintennce, communictions) ont été sous évlués. Ils n ont ps pris en compte l logistique exigée pr les difficultés d ccès u site du projet. Pour l nnée 2001, le budget été révisé pour mieux l ccommoder ux besoins réels du projet. Le projet n vit ps trop d rgent, mis les fonds étient ml réprtis entre les lignes budgétires. Il y vit prfois de sérieux problèmes qunt ux trnsferts de fonds, soit pr l Ambssde vers le bureu de l UICN, soit u Coordinteur du projet pr le bureu de l UICN. Le projet urit pu fire dvntge vec : une gestion dpttive, y compris plus de souplesse pour l réprtition des fonds entre les lignes budgétires un meilleur soutien dministrtif de l prt des bureux de l UICN à Bmko et à Ougdougou. 10. SYSTEME DE SUIVI DU PROJET Comme nous l vons évoqué dns le chpitre sur l conception du projet, il y vit de sérieuses lcunes dns le suivi écologique et socio-économique, ce qui empêché de mesurer l impct du projet. Il est églement regrettble que les pysns n ient ps eu de formtion en suivi écologique en rpport vec leurs besoins en ressources nturelles. De plus, il y vit une pnne institutionnelle u niveu de l UICN-Mli, qui s est soldé pr l fermeture du bureu pendnt dix mois. Le Coordinteur se trouvit effectivement seul jusqu en septembre A prt les rpports semestriels et nnuels, il n y vit ps de mécnisme systémtique prévu pour le suivi interne du projet. Pr contre, une innovtion très pertinente eu lieu dns cette phse : l UICN signé un protocole vec le Comité de suivi locl, ce qui permet à ce dernier de suivre toutes les ctivités du projet qui ont un rpport vec le développement rurl. Cette procédure ugmenté l utorité des popultions, des services techniques et des ONG, insi que leur impliction dns le projet.

20 PARTENARIAT D une mnière générle, l UICN su étblir les bses pour de bonnes collbortions vec l grnde mjorité de ses prtenires, p. ex. : l Direction de l Conservtion de l Nture ux niveux ntionl et régionl ; le Conseil du Cercle de Youwrou, les élus locux et les responsbles régionux ; l Opértion Pêche et le Secteur Pèche ; les quelques ONG locles. L UICN fvorisé ces collbortions en signnt des protocoles écrits vec l pluprt de ses prtenires. Deux collbortions semblent moins bien fonctionner : l coopértion vec Wetlnds Interntionl et vec le Service de l Conservtion de l Nture à Youwrou. 12. IMPLICATION DES POPULATIONS Comme les ctions prioritires du projet ont ciblé les priorités des popultions, il n est ps étonnnt de constter une forte impliction de celles-ci dns tous les volets du projet. Le projet porté une ttention prticulière à l impliction des femmes et leur développement, notmment pr : l impliction des femmes dns les structures communutires et les comités de suivi ; les formtions ; les fours Chorkor et les hngrs à poisson, ce qui visent le trvil de femmes ; les cisses de crédit/éprgne ; les périmètres mrîchers. Neuf ssocitions des femmes ont été prrinées pr le projet, mis encore plus d ssocitions féminines urient souhité être soutenues. En plus des entretiens, nous nous sommes ppuyés sur l liste d indicteurs étblie pr les Prties de l Convention de Rmsr pour mesurer l étendue de l prticiption des popultions locles à l gestion des zones humides (Bureu de l Convention de Rmsr 2000). D près le Tbleu 1, l très grnde mjorité de ces indicteurs sont positifs pour le projet, les fiblesses se situnt utour : des limites géogrphiques clires des ccords de gestion du mnque de systèmes et de méthodes d évlution d une source de finncement à long terme de l intégrtion entre les zones humides en question et leur bssin versnt. Le temps disponible pour cette évlution n ps permis un véritble sondge uprès des popultions. Nénmoins, l évlution questionné quelques riverins u hsrd : tous ignorient le projet et les enjeux de gestion durble. Cet échntillon étit bien trop petit pour en tirer des conclusions. On peut dire que les popultions vec qui le projet trvillé sont lrgement impliquées et même enthousistes, mis nous ignorons quelle frction de l popultion générle été impliquée dns le projet et pu en bénéficier.

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013 Norme ntionle du Cnd Snté et sécurité psychologiques en milieu de trvil Prévention, promotion et lignes directrices pour une mise en œuvre pr étpes Avilble in English

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke.

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke. L EUROPE ET L EAU L eu est indispensble à l vie. Elle soutient nos écosystèmes et régule le climt. Agriculture, limenttion, énergie, trnsports : l eu est u cœur de notre existence. Cependnt, elle est inéglement

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

Livret de l étudiant 2015-2016

Livret de l étudiant 2015-2016 Livret de l étudint 2015-2016 Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes. L'IUT ccueille chque nnée 3000 étudints, sur le site de l'venue de Versilles et, depuis cette nnée, sur le site

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

TRam «Gestion de la Toxicité en zone Ramsar» Toxicity management in Ramsar area

TRam «Gestion de la Toxicité en zone Ramsar» Toxicity management in Ramsar area TRm «Gestion de l Toxicité en zone Rmsr» Toxicity mngement in Rmsr re Progrmme Evlution et réduction des risques liés à l utilistion des Pesticides Rpport finl- Juillet_2014 CIHEAM-IAMM 3191 Route de Mende

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte Q U O T I D I E N Crte Mestro Comment voir tous les touts de votre crte bien en min Guide mémo + Notice d Assistnce Octobre 2010 Bloc notes À fire tout de suite Votre crte est strictement personnelle,

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

www.oseades.com Du 12 au 23 novembre 2012 Les acteurs Oséades

www.oseades.com Du 12 au 23 novembre 2012 Les acteurs Oséades Les cteurs Osédes 70 intervennts, spécilistes de l crétion d entreprise, prtgent vec vous leur expertise et bonnes prtiques. Retrouvez les cteurs Osedes sur : www.osedes.com Du 12 u 23 novembre 2012 www.osedes.com

Plus en détail

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013 Dossier pédgogique des Equipes Populires Bimestriel n 154 Jnvier-Février 2013 Belgique - België P.P. - P.B. 5000 - Nmur 1 BC 4854 Interview p.10 Frncis Delpérée Bureu de dépôt : 5000 Nmur mil. N d grétion

Plus en détail

La réforme des soins de santé mentale en Belgique

La réforme des soins de santé mentale en Belgique 1 L réforme des soins de snté mentle en Belgique Isbel MOENS Cbinet de l Vice Première-Ministre Ministre des Affires sociles et de l Snté publique En prtenrit vec: Kristel KARLER Cbinet de l Ministre de

Plus en détail

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE Le vdemecum de l pprentissge dns l fonction publique territorile SERVICES À LA PERSONNE 1 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur disponibilité et l richesse de nos échnges toutes les personnes

Plus en détail

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver.2 Présenttion de Esy Interctive Tools 3 Crctéristiques Fonction de dessin Vous pouvez utiliser Esy Interctive

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013 L comptbilité Comprez et choisissez votre logiciel L pye Comprez et choisissez votre logiciel TABLEAUX COMPARATIFS Compt Prtic Pour les créteurs et les entrepreneurs novice en Compt Compt Clssic Pour l

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

La pratique institutionnelle «à plusieurs»

La pratique institutionnelle «à plusieurs» L prtique institutionnelle «à plusieurs» mury Cullrd Février 2013 Nicols, inquiet: «Qund je suis seul vec quelqu un, il se psse des choses» Vlentin, à propos de l institution : «Ici, y beucoup de gens,

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation.

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation. Guide de référence rpide Commencer Avnt d utiliser l ppreil, lisez ce Guide de référence rpide pour connître l procédure de configurtion et d instlltion. NE rccordez PAS le câle d interfce mintennt. 1

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

Commencer DCP-7055W / DCP-7057W /

Commencer DCP-7055W / DCP-7057W / Guide d instlltion rpide Commencer DCP-7055W / DCP-7057W / DCP-7070DW Veuillez lire ttentivement le livret Sécurité et réglementtion vnt d'effectuer les réglges de votre ppreil. Consultez ensuite le Guide

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Guide de l'utilisateur

Guide de l'utilisateur Guide de l'utilisteur Symboles Utilisés Dns ce Guide Indictions de sécurité L documenttion et le projecteur utilisent des symboles grphiques qui indiquent comment utiliser l ppreil en toute sécurité. Veillez

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure République Algérienne Démocrtique et Populire Ministère de l enseignement supérieur et de l recherche scientifique Université Mentouri de Constntine Fculté des sciences et sciences de l ingénieur Déprtement

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 2. 2.1.

1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 2. 2.1. T/TR 01-01 Pge 3 r+ 1. EQUIPMENT CONCERNE L interconnexion numerique interntionl pour le service visiophonique et de visioconf&ence necessite l stndrdistion des principux prmttres num&iques tels que d~it,

Plus en détail

Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages

Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages Modifiction simultnée de plusieurs crctéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de clcul de l vrition de bien-être des ménges Trvers Muriel * Version provisoire Résumé : De nombreuses situtions

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Clients légers IGEL et bureaux virtuels : synergie idéale et coût minimal

Clients légers IGEL et bureaux virtuels : synergie idéale et coût minimal Clients légers IGEL et bureux virtuels : synergie idéle et coût miniml Infrstructure de bureux virtuels vec clients légers IGEL Universl Desktop : Une plus grnde liberté de conception pour vos postes de

Plus en détail

Bilan pédagogique / Projet ipad Contexte

Bilan pédagogique / Projet ipad Contexte t e j n r i t P t n e m i r é d p x d e es ip e d s s l c en gie. l chn, p s e g iss rent p p es ur l s é r cent t e j n pr Bil g g éd n p l2 vri, e iqu U d ps égrtin m t L sch en in tin duc en De gique

Plus en détail

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE reglement > > instlltion E ETECTON NCENE NSTALLATON E ETECTON NCENE Une instlltion de détection incendie pour objectif de déceler et signler, le plus tôt possible, d une mnière fible, l nissnce d un incendie,

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

Plan de formation Employée/Employé de commerce CFC du 26 septembre 2011 pour la formation initiale en entreprise. Tables des matières

Plan de formation Employée/Employé de commerce CFC du 26 septembre 2011 pour la formation initiale en entreprise. Tables des matières Plan de formation Employée/ du 26 septembre 2011 pour la formation Tables des matières LISTE DES BRÉVITIONS... 3 INTRODUCTION... 4 1. IMPORTNCE DE L FORMTION COMMERCILE POUR L ÉCONOMIE ET L SOCIÉTÉ...

Plus en détail

bienvenue dans un environnement naturellement plus frais contact climespace OPÉRA PALAIS DE TOKYO LES HALLES 42 MW LA TOUR MAUBOURG 17 MW CANADA

bienvenue dans un environnement naturellement plus frais contact climespace OPÉRA PALAIS DE TOKYO LES HALLES 42 MW LA TOUR MAUBOURG 17 MW CANADA 16 contct 02 - centrle cnd p r i s 02 - iceberg n t r c t i q u e contct climespce CLIMESPACE &- b 185, rue de Bercy - 752 Pris Tél. : 44 74 89 40 - Fx : 44 73 92 93 www.climespce.fr &, b Y #GVee dj kv

Plus en détail

Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage...

Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage... Directives COV et lterntive lipochimique : peintures, encres, nettoyge, dégrissge... Alin LEMOR Recherche & Développement, Novnce, BP 20609, Venette, 60206 Compiègne Cedex, Frnce, Fx. +33 (0)3 44 90 70

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

Jean-François Vian. To cite this version: HAL Id: pastel-00005158 https://pastel.archives-ouvertes.fr/pastel-00005158

Jean-François Vian. To cite this version: HAL Id: pastel-00005158 https://pastel.archives-ouvertes.fr/pastel-00005158 Comprison of different tillge systems in orgnic frming : effect of soil structure nd orgnic mtter reprtition on soil micro-orgnisms nd their ctivities of cron nd nitrogen minerliztion Jen-Frnçois Vin To

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

MINIMUM DE DONNÉES STANDARDISÉES (MDS) POUR L ÉVALUATION DU RÉSIDANT EN INSTITUTION EN VUE D UN PLAN DE SOINS

MINIMUM DE DONNÉES STANDARDISÉES (MDS) POUR L ÉVALUATION DU RÉSIDANT EN INSTITUTION EN VUE D UN PLAN DE SOINS MINIMUM DE DONNÉES STANDARDISÉES (MDS) POUR L ÉVALUATION DU RÉSIDANT EN INSTITUTION EN VUE D UN PLAN DE SOINS ÉTAT DURANT LES SEPT DERNIERS JOURS (SAUF AUTRE INDICATION) 1/9 SECTION A IDENTIFICATION ET

Plus en détail

Introduction à la modélisation et à la vérication p. 1/8

Introduction à la modélisation et à la vérication p. 1/8 Introduction à l modélistion et à l vériction Appliction ux systèmes temporisés Ptrici Bouyer LSV CNRS & ENS de Cchn Introduction à l modélistion et à l vériction p. 1/8 Modélistion & Vériction Introduction

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

dans Supply Chain sortir ERP commencent à de leur carcan prise de décision en temps réel au niveau des ateliers. La nouvelle génération de solutions

dans Supply Chain sortir ERP commencent à de leur carcan prise de décision en temps réel au niveau des ateliers. La nouvelle génération de solutions dvntge informtique Suppl commct Suppl tit sortir s i Ces N dte prution : 27-01/09/2008 Périodicité : Msuel Pge : 56 SupplCh3_27_57_337pdf T : 95 % Site Web : wwwsupplchinmgzinefr Le dns invite Suppl Chin

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4 Université Pris I, Pnthéon - Sorbonne Licence MASS Cours d Anlyse S4 Jen-Mrc Brdet (Université Pris 1, SAMM) UFR 27 et Equipe SAMM (Sttistique, Anlyse et Modélistion Multidisiplinire) Université Pnthéon-Sorbonne,

Plus en détail

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*)

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*) Revue d histoire des mthémtiques, 2 (1996), p. 1 66. AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES Bruno BELHOSTE (*) RÉSUMÉ. Dns cet rticle,

Plus en détail

Casino : LES JEUX SONT FAITS! P. 6 & 7. > Page 4. > Pages 3

Casino : LES JEUX SONT FAITS! P. 6 & 7. > Page 4. > Pages 3 MERS-Les-Bins Mer et lumières JOURNAL MUNICIPAL - PRINTEMPS 2012 - N 40 S T A T I O N B A L N É A I R E E T D E T O U R I S M E S TA T I ON V ER TE D E VA C A NCE S Urbi &Orbi Architecture Csino : LES

Plus en détail

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11 Electrovnne double Dimension nominle 3/8 - DMV-D/11 DMV-DLE/11 7.30 M Edition 11.13 Nr. 223 926 1 6 Technique L électrovnne double DUNGS DMV intère deux électrovnnes dns un même bloc compct : - vnnes d

Plus en détail

Solutions IHM. Gammes Graphite et G3 Outils pour l'usine connectée

Solutions IHM. Gammes Graphite et G3 Outils pour l'usine connectée Solutions IHM Gmmes Grphite et G3 Outils pour l'usine connectée Des IHM ux fonctions étendues : > Conversion de plus de 250 protocoles > Serveur Web intégré > Enregistreur de données sécurisées > Modules

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

Magister en : Génie Mécanique

Magister en : Génie Mécanique الجمهورية الجزاي رية الديمقراطية الشعبية République Algérienne Démocrtique et Populire وزارة التعليم العالي و البحث العلمي Ministère de l enseignement supérieur et de l recherche scientifique Université

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

essais dossier Oser s équi Prothèses auditives

essais dossier Oser s équi Prothèses auditives essis dossier u LES AUDIOPROTHÉSISTES AU BANC D ESSAI p. 46 u UN APPAREIL ADAPTÉ À VOS BESOINS p. 50 u FAIRE BAISSER LA FACTURE? PAS SI SIMPLE p. 52 Prothèses uditives Oser s équi AUDIOPROTHÉSISTES Fe

Plus en détail

Systèmes de plafonds

Systèmes de plafonds Systèmes de plfonds Sommire Une connissnce ultime des systèmes 4 2 Présenttion 5 Types de plfonds Gyproc 5 Applictions et vntes 6 Choix de l structure du plfond 7 Choix de l plque de revêtement 8 Pose

Plus en détail

Réglementation de l'epa (agence américaine de protection de l'environnement) relative aux émissions

Réglementation de l'epa (agence américaine de protection de l'environnement) relative aux émissions Merci d'voir choisi l'un des meilleurs moteurs hors-bord disponibles sur le mrché. C'est un investissement judicieux dns l nvigtion de plisnce. Votre moteur hors-bord été fbriqué pr Mercury Mrine, l'un

Plus en détail

CARDIOLOGIE. Conférences scientifiques

CARDIOLOGIE. Conférences scientifiques www.crdiologieconferences.c 0 4 v o l u m e X V, n u m é r o CARDIOLOGIE MD Conférences scientifiques Guide prtique sur l usge des nouveux nticogulnts pour prévenir l ccident vsculire cérébrl dns l fibrilltion

Plus en détail

Theorie des mrches Dns ce chpitre, on etudie l'interction de l'ore et de l demnde sur un mrche d'un bien donne. On etudier, en prticulier, l'equilibre du mrche. Etnt donne qu'on s'interesse uniquement

Plus en détail

Régression multiple : principes et exemples d application. Dominique Laffly UMR 5 603 CNRS Université de Pau et des Pays de l Adour Octobre 2006

Régression multiple : principes et exemples d application. Dominique Laffly UMR 5 603 CNRS Université de Pau et des Pays de l Adour Octobre 2006 Régression multiple : principes et eemples d ppliction Dominique Lffly UMR 5 603 CNRS Université de Pu et des Pys de l Adour Octobre 006 Destiné à de futurs thémticiens, notmment géogrphes, le présent

Plus en détail

Titrages acidobasiques de mélanges contenant une espèce forte et une espèce faible : successifs ou simultanés?

Titrages acidobasiques de mélanges contenant une espèce forte et une espèce faible : successifs ou simultanés? Titrgs cidobsiqus d mélngs contnnt un spèc fort t un spèc fibl : succssifs ou simultnés? Introduction. L'étud d titrgs cidobsiqus d mélngs d dux ou plusiurs cids (ou bss) st un xrcic cournt [-]. Ls solutions

Plus en détail

La plateforme Next Generation Mini guide

La plateforme Next Generation Mini guide L plteforme Next Genertion Mini guie Ce guie onis été réé pour vous permettre e vous fmiliriser rpiement ve les nomreuses fontionnlités et outils isponiles sur l plteforme Next Genertion. Apprenez où trouver

Plus en détail

FIG. 1 Module de stockage en position horizontale ; positionnement des jauges de déformation.

FIG. 1 Module de stockage en position horizontale ; positionnement des jauges de déformation. Anlyse thermo-mécnique dun prototype de stockge hybride (solide-gzeux) dhydrogène D. CHAPELLE, O. GILLIA b, M. FELDIC. Institut FEMTO ST, UMR 6174, Déprt. Mécnique Appliquée, 24 rue de l Epitphe, 25000

Plus en détail

INTENTION LES PROCESSUS MATHÉMATIQUES

INTENTION LES PROCESSUS MATHÉMATIQUES INTENTION Adpttios u Cdre commu des progrmmes d études de mthémtiques M-9 telles que reflétées ds le documet Mthémtiques M-9 : Progrmme d études de l Albert (2007) Le coteu du documet Mthémtiques M-9 :

Plus en détail

Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire

Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire 2014, 89, 389-400 No. 36 Weekly epidemiologicl record Relevé épidémiologique hebdomdire 5 SEPTEMBER 2014, 89th yer / 5 SEPTEMBRE 2014, 89 e nnée No. 36, 2014, 89, 389-400 http://www.who.int/wer Contents

Plus en détail

L éditorial. rapport d activité 2010-2012. Francis Daumas. décembre 2014 éditorial

L éditorial. rapport d activité 2010-2012. Francis Daumas. décembre 2014 éditorial déemre 2014 éditoril L éditoril Frnis Dums Direteur Conernnt l onservtion à long terme des Un premier oup d œil dns le rétroviseur nous L onstrution du nouveu «pôle énergie» données numériques, à ôté des

Plus en détail

INFORMATIONS TECHNIQUES

INFORMATIONS TECHNIQUES 0 INFORMATIONS TECHNIQUES tle des mtieres 06 Alimenttions et ccessoires 08 Postes extérieurs Sfer Postes extérieurs minisfer 9 Postes internes Accessoires d instlltion Centrux téléphoniques PABX Cmérs

Plus en détail

Déroulement de l épreuve de mathématiques

Déroulement de l épreuve de mathématiques Dérouleet de l épreuve de thétiques MATHÉMATIQUES Extrit de l ote de service 2012-029 du 24 février 2012 (BOEN 13 du 29-3-2012) Durée de l épreuve : 2 heures Nture de l épreuve : écrite pr le socle cou

Plus en détail

Portiers audio et vidéo ABB-Welcome et ABB-Welcome M

Portiers audio et vidéo ABB-Welcome et ABB-Welcome M Portiers udio et vidéo ABB-Welcome et ABB-Welcome M Connectivité Votre regrd vers l'extérieur et ce, où que vous soyez Flexiilité Des esoins les plus simples ux instlltions les plus complexes Gmmes ABB-Welcome

Plus en détail

Inclure la vidéo comme levier de sa stratégie marketing

Inclure la vidéo comme levier de sa stratégie marketing Inclur l vidéo comm lvir d s strtégi mrkting 2motion.com Stphni Prot, Dirctric Adjoint, 2motion sprot@2motion.com Strtégi mrkting Un strtégi mrkting s définit comm un pln d ctions coordonnés miss n ouvr

Plus en détail

Wieland-Werke AG, 89070 Ulm, Allemagne Février 2012

Wieland-Werke AG, 89070 Ulm, Allemagne Février 2012 Wieln-Werke AG, 89070 Ulm, Allemgne Février 2012 Conitions générles e livrison 1. Conitions ontrtuelles, roit pplile Nous livrons et fournissons es presttions onformément à notre onfirmtion e ommne érite

Plus en détail

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction 2e semestre 2/ UE 4 U : Abrégé de cours Anlyse 3: fonctions nlytiques Les notes suivntes, disponibles à l dresse http://www.iecn.u-nncy.fr/ bertrm/, contiennent les définitions et les résultts principux

Plus en détail

COACHER VOS COLLABORATEURS

COACHER VOS COLLABORATEURS 59000 LILLE COCHER VOS COLLBORTEURS Pourquoi POUR coacher LE MONDE vos UTO collaborateurs? 1. Le coaching : de quoi s agit-il? 2. SOLUTIONS Quel RH déroulement pour une action de coaching? 3. Quels comportements

Plus en détail

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Jen-Pierre Dedieu, Jen-Pierre Rymond ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Institut de Mthémtiques Université Pul Sbtier 31062 Toulouse cedex 09 jen-pierre.dedieu@mth.univ-toulouse.fr jen-pierre.rymond@mth.univ-toulouse.fr

Plus en détail

Exprimer ses goûts, son opinion

Exprimer ses goûts, son opinion Exprimer ses goûts, son opinion O B J E C T I F S Svoir-fire linguistiques : Exprimer ses goûts. Exprimer une opinion. Énoncer un jugement de vleur. Nuncer l expression d une opinion, d un jugement. Comprer.

Plus en détail