CARDIOLOGIE. Conférences scientifiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CARDIOLOGIE. Conférences scientifiques"

Transcription

1 0 4 v o l u m e X V, n u m é r o CARDIOLOGIE MD Conférences scientifiques Guide prtique sur l usge des nouveux nticogulnts pour prévenir l ccident vsculire cérébrl dns l fibrilltion uriculire P r PA U L D O R I A N, M. D., M. S c., F R C P C Trois importnts essis cliniques rndomisés ont compré l wrfrine pour prévenir l ccident vsculire cérébrl (A) dns l fibrilltion uriculire (FA) ux nouveux nticogulnts orux (NACO) le dbigtrn, le rivroxbn et l pixbn et un qutrième essi importnt sur l édoxbn 4 été récemment publié. Tous ces NACO sont soit supérieurs à l wrfrine (dbigtrn 50 mg bid et pixbn) soit non inférieurs (rivroxbn, édoxbn et dbigtrn 0 mg bid) pour réduire l prévlence de l A. Ils sont tous ssociés à une réduction significtive des hémorrgies intrcrâniennes comprtivement à l wrfrine à dose justée et sont soit non inférieurs à l wrfrine pour ce qui est des hémorrgies mjeures (dbigtrn 50 mg bid et rivroxbn) soit ils entrînent une réduction significtive des hémorrgies mjeures (dbigtrn 0 mg bid, édoxbn et pixbn). Les lignes directrices cndiennes et interntionles sur l prise en chrge de l FA 5,6 ont incorporé ces gents dns leurs recommndtions et les lignes directrices cndiennes recommndent l un des nouveux gents de préférence à l wrfrine pour l pluprt des ptients tteints de FA présentnt un risque modéré ou élevé d A 5. Bien que ces gents représentent un progrès, ils sont reltivement nouveux et leur incorportion dns l prtique clinique routinière est progressive et incomplète. De nombreux prticiens sont en proie à des incertitudes qunt à l utilistion de ces nouveux gents et se posent de nombreuses questions sur les risques qu ils entrînent, les vntges qu ils offrent et leur utilistion optimle. Le présent numéro de Crdiologie Conférences scientifiques regroupe une petite série de questions fréquemment posées dns le cdre des sénces de formtion médicle continue, des teliers, des symposiums et des converstions sur l prévention des A. À l lumière des données issues d essis à grnde échelle démontrnt l efficcité et l innocuité des nouveux nticogulnts orux (NACO), ces médicments offrent un vntge supplémentire, à svoir leur simplicité d dministrtion comprtivement à l wrfrine : une surveillnce routinière de l effet nticogulnt n est ps nécessire et ils n entrînent ps d interctions vec des liments et peu d interctions phrmcocinétiques vec d utres médicments. Cependnt, les prticiens doivent encore se fmiliriser vec l phrmcologie de ces nouveux médicments et vec les strtégies à dopter pour comprendre et gérer l complexité de leur utilistion. ) Dns quelle mesure les clssifictions doptées pour l prédiction des risques d A sont-elles ppropriées (p. ex. CHADS ou CHA DS -VASc)? Il est essentiel d identifier précisément les ptients présentnt un risque reltivement élevé d A, fin qu une thérpie nticogulnte puisse être dministrée à ceux exposés u risque le plus élevé, tout en évitnt l dministrtion d nticogulnts chez les ptients présentnt un risque miniml. Les lignes directrices de l Société cndienne de crdiologie (SCC) entre utres recommndent une nticogultion systémique pour l mjorité des ptients tteints de fibrilltion uriculire (FA) 5. Le système de strtifiction des risques CHA DS -VASc 7 ttribue un point pour chcun des prmètres suivnts : âge 65 ns, sexe féminin et mldies vsculires en plus des fcteurs de risque CHADS bien connus (insuffisnce crdique congestive, hypertension, âge COMPTE RENDU DES CONFÉRENCES SCIENTIFIQUES DE LA DIVISION DE CARDIOLOGIE, HÔPITAL ST. MICHAEL, UNIVERSITÉ DE TORONTO Division de crdiologie Beth L. Abrmson, M.D. Kmrn Ahmd, M.D. Abdul Al-Hesyen, M.D. Pul Angrn, M.D. Akshy Bgi, M.D. Chris Buller, M.D. Luigi Csell, M.D. Asim Cheem, M.D. Robert J. Chisholm, M.D. Chi-Ming Chow, M.D. Kim Connelly, M.D. Pul Dorin, M.D. Jeremy Edwrds, M.D. Neil Fm, M.D. Dvid H. Fitchett, M.D. (rédcteur-djoint) Michel R. Freemn, M.D. Shun Goodmn, M.D. Anthony F. Grhm, M.D. John J. Grhm, M.D. Robert J. Howrd, M.D. Victori Korley, M.D. Michel Kutryk, M.D. Antoly Lnger, M.D. Howrd Leong-Poi, M.D. (chef) Iqwl Mngt, M.D. Gordon W. Moe, M.D. (rédcteur) Jun C. Monge, M.D. (rédcteur-djoint) Thoms Prker, M.D. Arnold Pinter, M.D. Trevor I. Robinson, M.D. Andrew Yn, M.D. Hôpitl St. Michel 0 Bond St., Suite 7049, Queen Wing Toronto, Ont. M5B W8 Télécopieur: (46) Les opinions exprimées dns cette publiction ne reflètent ps nécessirement celles de l Division de Crdiologie, Hôpitl St. Michel, l Université de Toronto, du commnditire de l subvention à l éduction ou de l éditeur, mis sont celles de l uteur qui se fonde sur l documenttion scientifique existnte. On demndé à l uteur de révéler tout conflit d intérêt potentiel concernnt le contenu de cette publiction. L publiction de Crdiologie Conférences scientifiques est rendue possible grâce à une subvention à l éduction sns restrictions. Leding with Innovtion Serving with Compssion ST.MICHAEL S HOSPITAL A teching hospitl ffilited with the University of Toronto Terrence Donnelly Hert Centre UNIVERSITY OF TORONTO

2 75 ns, dibète et ntécédents d A/d ccident ischémique trnsitoire [ points]) 8. L vste mjorité ( 80 %) des ptients tteints de FA seront âgés de plus de 65 ns l âge est le deuxième strtificteur de risque le plus importnt, près les ntécédents d A ou présenteront fcteur de risque clinique ssocié u risque d A, tels que l hypertension, le dibète, l insuffisnce crdique, les mldies vsculires ou le sexe féminin. Pr conséquent, une pproche simple pour clssifier le risque d A consiste à utiliser l âge tout d bord, étnt donné que presque tous les ptients âgés de plus de 65 ns présentent un risque nnuel d A %. Chez ces ptients, l vntge conféré pr l prévention de l A l emporte sur le risque d une hémorrgie mençnt l vie ou mortelle. Des études récentes ont confirmé que les ptients âgés de 65 à 75 ns présentent un risque d A environ deux fois plus élevé que les ptients âgés de moins de 65 ns. Bien que l vntge bsolu d une réduction du risque d A chez les ptients âgés de 65 à 75 ns puisse être considéré comme étnt reltivement fible, ces ptients plus jeunes présentent un très fible risque d hémorrgie grve lorsqu ils prennent les nouveux nticogulnts systémiques, et l vntge de l nticogultion vec les nouveux nticogulnts orux l emporte encore sur le risque d hémorrgie. Les deux clssifictions du risque, à svoir le score CHADS et le score CHA DS -VASc sont utiles pour clssifier les ptients en leur ttribunt un grdient de risque d A. Plusieurs rticles et études récents ont confirmé que le score CHA DS -VASc est un prédicteur d A plus 9- sensible que le score CHADS. Les uteurs de l étude du registre AFNET (Germn Competence Network on Atril Fibrilltion ; N = 8847) ont constté que plus d un tiers des A et des événements thromboemboliques (45 sur 40 événements) pendnt une période de suivi de cinq ns est survenu chez des ptients dont les scores CHADS étient point; i.e. une nticogultion orle n est ps recommndée de fçon définitive. En utilisnt le système de scores CHA DS -VASc, 54 % de ces ptients ont été reclssifiés [ points], fin que le risque qu ils présentent soient suffismment élevé pour justifier une nticogultion. Les lignes directrices 0 de l SCC 5 notent que le plus grnd vntge du score CHA DS -VASc est l identifiction des ptients tteints de FA présentnt un risque réellement fible 8,5 % des ptients tteints de FA présentent un score CHA DS -VASc de 0 et un risque nnuel moyen d A de 0,5 % 4,5 qui nécessitent rrement un tritement ntithrombotique. Dns une étude de ptients tteints de FA et trités vec des gents ntiplquettires, les ptients sous cide cétylslicylique (AAS) dont les scores CHADS et CHA DS -VASc étient de présentient un très fible risque d A (, %/n), lors que ceux ynt un score CHADS de et un score CHA DS -VASc de présentient un risque plus de deux fois plus élevé (, %/n) 6. Les ptients présentnt un très fible risque ynt un score CHA DS -VASc de (insi qu un score CHADS de ) étient principlement des hommes âgés < 65 ns souffrnt d hypertension (87 %), d insuffisnce crdique (8 %) ou de dibète sucré (4 %) et ceux ynt un score CHA DS - VASc de étient principlement âgés de 65 à 75 ns et étient des femmes ou présentient un utre fcteur de risque. Les prédicteurs significtifs de risque dns cette cohorte présentnt générlement un fible risque étient l âge > 65 ns ou le sexe féminin. ) L vntge bsolu de l nticogultion chez les ptients à reltivement fible risque n est-il ps fible? Bien qu il soit vri que chez de nombreux ptients tteints de FA présentnt un fible risque, le risque nnuel d A est d environ %, comprtivement à un risque moyen d environ 5 % pour tous les ptients tteints de FA, il est importnt de noter que ce risque est cumultif. Il n existe ps d études ppropriées à très long terme qui nlysent des prmètres tels que le risque d A à 0 ns chez des ptients âgés > 65 ns présentnt générlement un fible risque (CHADS = ). Cependnt, on observé que ces ptients présentent un risque cumultif à cinq ns de 0 % s ils sont trités vec de l AAS uniquement. Le dbigtrn, pr exemple, est ssocié à une réduction estimée du risque (extrpolé) de 70 % pr rpport à l AAS chez ces ptients 7. À cel s joute une réduction bsolue estimée de 8 % du tux d A et d embolie systémique pr rpport à l AAS u cours d une période prolongée de cinq ns, et même d un tux supérieur u cours d une plus longue période. Pour l pixbn, on noté une réduction du risque de 55 % d A et d embolie systémique pr rpport à l AAS lorsque les deux médicments étient comprés directement dns l étude AVERROES 8. Des données similires pour le rivroxbn ne sont ps disponibles, mis le clcul devrit concorder vec ses effets comprtivement à l wrfrine. De même, l réduction du risque vec un NACO pr rpport à l wrfrine est probblement cumultive, sns même tenir compte du tux ccru d rrêt de l wrfrine pr rpport ux NACO. Pr exemple, les chercheurs de l étude RE-LY ont étbli que le dbigtrn 50 mg bid réduit de 4 % le risque d A pr rpport à l wrfrine, une réduction bsolue de 0,58 % pr n. Ainsi, en doptnt une perspective à long terme, l réduction bsolue du risque vec les nouveux nticogulnts pr rpport à l wrfrine et en prticulier pr rpport à l AAS ou l bsence d nticogultion, est suffismment importnte pour justifier un tritement. ) Dns quelle sitution devris-je envisger d utiliser un NACO? Le rpport risque-bénéfice d un NACO est probblement le plus élevé chez les ptients présentnt un risque modéré ou élevé d A qui ne reçoivent ps d nticogulnt. En plus des vntges offerts pr les NACO pr rpport à l wrfrine chez tous les ptients, les quelques premiers mois du tritement vec l wrfrine sont ssociés à un risque considérblement plus élevé de complictions hémorrgiques que celui observé chez les ptients sous tritement à long terme 9,0. L initition d un tritement vec l wrfrine n est ps simple et nécessite des nlyses

3 snguines fréquentes et des justements posologiques, et il est dvntge possible que le ptient reçoive une nticogultion insuffisnte ou excessive jusqu à l étblissement d un schém posologique stble. En revnche, les NACO ont un effet presque immédit près l première dose, et l on noté des concentrtions snguines et un effet stbles dns un déli de deux à trois jours. Les ptients qui reçoivent de l wrfrine mis chez qui le mintien d un rpport interntionl normlisé (INR) dns l gmme thérpeutique est difficile représentent une deuxième ctégorie importnte. Des normes rbitrires, mis courmment cceptées, suggèrent que l on obtient une nticogultion optimle vec l wrfrine uniquement lorsque le temps dns l gmme thérpeutique (TTR) est > 65 %. Les ptients peuvent voir des difficultés à se conformer à l nécessité de subir régulièrement des nlyses snguines, d observer un régime limentire vec un pport reltivement stble d liments contennt de l vitmine K ou voir un INR vrible mlgré une surveillnce étroite. Les prticiens devrient suivre étroitement l tendnce de l INR dns le temps et ne ps se fonder uniquement sur l INR le plus récent pour déterminer si l wrfrine un effet optiml chez leurs ptients. Certins ptients uront un INR stble vec un TTR > 65 % et peuvent se conformer sns difficulté à l nécessité d une surveillnce des effets de l wrfrine. Chez ces ptients, on s ccorde à dire que le pssge à un nouvel nticogulnt orl n est ps essentiel, mis peut être envisgé. Il semble risonnble d informer les ptients de l disponibilité des NACO et d orienter s strtégie en fonction des vleurs et des préférences des ptients. 4) Les nouveux gents sont-ils réellement supérieurs à l wrfrine? Tous les NACO offrent des vntges pr rpport à l wrfrine en rison de l une ou de plusieurs des risons suivntes : un risque significtivement réduit d A, un risque réduit d hémorrgie mençnt l vie ou intrcrânienne et l simplicité de son dministrtion, l bsence de risques et l non-nécessité d une surveillnce régulière de l efficcité thérpeutique comme l exige l wrfrine et les fluctutions souvent imprévisibles de son effet thérpeutique (qui se mnifestent pr un INR fluctunt). Certins gents et certines doses offrent des vntges dditionnels prticuliers (Tbleu ), tels qu une réduction significtive spécifiquement de l A ischémique (dbigtrn 50 mg bid), une réduction significtive des hémorrgies mjeures (dbigtrn 0 mg bid et pixbn 5 mg bid), et une réduction sttistiquement significtive de l mortlité toutes cuses (pixbn 5 mg bid). Il est à noter que chque NACO réduit dns l même proportion l mortlité toutes cuses : le dbigtrn 50 mg bid de %, le rivroxbn 0 mg qd de 8 % et l pixbn 5 mg bid de %. Cependnt, seule l dernière réduction étit sttistiquement significtive,. Bien que l on it beucoup prlé de l vntge non rélisé de l wrfrine dns un contexte étroitement contrôlé (p. ex. une clinique des nticogulnts, des systèmes perfectionnés de soins qui permettent le suivi étroit des ptients et une uto-surveillnce des ptients), il existe de nombreuses données indiqunt que l utilistion de l wrfrine dns le «monde réel» est difficile pour les ptients et les fournisseurs de soins, de même que le mintien d un niveu stble et efficce d nticogultion et l persistnce du tritement dns le temps 0-. Il existe de nombreuses données d essis cliniques et d études observtionnelles indiqunt que l wrfrine est reltivement inefficce si l INR ne peut être mintenu dns l gmme thérpeutique pendnt u moins environ 65 % du temps. Dns une sous-étude de l essi ACTIVE W, les ptients ynt un INR bien contrôlé (i.e. TTR > 65 %) présentient un tux d A significtivement moins élevé que les ptients trités vec une ssocition d AAS et de clopidogrel. Inversement, chez les 50 % de ptients chez qui le TTR étit < 65 %, les tux d A étient équivlents vec l wrfrine vs les deux gents ntiplquettires (Figure ). 5) Les NACO ne sont disponibles que depuis une période reltivement courte. Comment puis-je être sûr qu ils sont supérieurs à l wrfrine? Il existe de nouvelles données sur l issue des ptients trités vec les NACO et l wrfrine dns les prtiques communutires, près l publiction des essis cliniques clés mentionnés ci-dessus. En utilisnt le progrmme Mini- Sentinel de l Food nd Drug Administrtion méricine, Southworth et ses collègues 4 ont compré des ptients ynt reçu une récente prescription de dbigtrn ou de wrfrine. Le nombre d événements hémorrgiques gstrointestinux pour jours à risque chez les ptients trités vec l wrfrine étit de,5 comprtivement à,6 vec le dbigtrn; les tux respectifs d hémorrgie intrcrânienne étient de,4 pour jours à risque vec l wrfrine vs 0,8 pour jours à risque vec le dbigtrn. Ces tux d événements sont très similires à ceux observés dns l essi clinique rndomisé sur l wrfrine vs le dbigtrn. Dns une importnte cohorte dnoise composée de ptients suivis u moyen de bses de données dministrtives 5, les résultts obtenus vec l wrfrine et le dbigtrn 50 mg ou 0 mg bid étient similires à ceux observés dns les essis cliniques importnts, vec une réduction des hémorrgies intrcrâniennes ux deux doses, des tux d hémorrgie mjeure légèrement mis non significtivement réduits ux deux doses en ce qui concerne l wrfrine, et une réduction du tux d hospitlistion ux deux doses (toutes les comprisons ont été justées en fonction des comorbidités). Les tux d rrêt du tritement pour l wrfrine étient 50 % un à deux ns près son initition, dns les prtiques communutires 6. Une étude récente menée pr Zlesk et ses collborteurs exminnt les fcteurs ssociés à l rrêt de l wrfrine chez des ptients tteints de FA révélé un tux d rrêt de 44 % pour l wrfrine vs 6 % pour le dbigtrn, chez 775 et 70 ptients ppriés en fonction de leur propension à rrêter leur tritement, respectivement. Les ptients présentnt un risque fible ou CARDIOLOGIE Conférences Scientifiques

4 Tbleu : Résultts des importnts essis cliniques des nouveux nticogulnts orux (NACO) contre l wrfrine chez les ptients tteints de fibrilltion uriculire Réduction de : Étude NACO (%) Wrfrine (%) p A ischémique RE-LY Dbigtrn 0 mg :,4 50 mg : 0,9,0 0,5 0,0 ROCKET AF Rivroxbn 0 mg :,4,4 0,58 ARISTOTLE Apixbn 5 mg bid : 0,97,05 0,4 A hémorrgique RE-LY Dbigtrn 0 mg : 0, 50 mg : 0,0 0,8 <0,00 <0,00 ROCKET AF Rivroxbn 0 mg : 0,6 0,44 0,04 ARISTOTLE Apixbn 5 mg bid : 0,4 0,47 <0,00 Hémorrgie mjeure RE-LY Dbigtrn 0 mg :,7 50 mg :,,6 0,00 0, ROCKET AF Rivroxbn 0 mg :,60,45 0,58 ARISTOTLE Apixbn 5 mg bid :,,09 <0,00 Mortlité RE-LY Dbigtrn 0 mg :,75 50 mg :,64 4, 0, 0,05 ROCKET AF Rivroxbn 0 mg :,87, 0,07 ARISTOTLE Apixbn 5 mg bid :,5,94 0,047 Les tux des résultts sont exprimés pr nnée pour ces études. modéré d A (CHADS < ) étient moins persistnts que les ptients présentnt un risque plus élevé d A pour les deux cohortes de tritement. Il n existe ps de données de phse IV similires pour le rivroxbn ou l pixbn. 6) Lorsqu un ptient est sous wrfrine, je connis exctement l étt de l nticogultion. Comment puis-je être sûr que le NACO est efficce? Les médecins sont préoccupés pr le fit qu il est difficile de déterminer le degré d nticogultion chez les ptients recevnt un NACO. Les données ccumulées provennt d essis cliniques et de l phrmcovigilnce post-mrketing suggèrent que les NACO sont ussi sûrs ou même plus sûrs que l wrfrine bien que dns ces études, l étt de l nticogultion n it ps été cliniquement surveillé. Le rôle de l surveillnce thérpeutique pour les NACO, de préférence vec le test de dosge des inhibiteurs directs de l thrombine HEMOCLOT pour le dbigtrn 7 ou un test de dosge du fcteur X pour l pixbn ou le rivroxbn 6 évolue, mis n est ps encore clir. Pour le dbigtrn, le test du temps de thromboplstine prtielle ctivée (PTT) lrgement disponible est un indicteur pproximtif de l étt de l nticogultion vec le dbigtrn. Si l PTT est proche des vleurs de référence (générlement moins de 7-8 secondes), il est probble qu il n y ps d effet nticogulnt résiduel. Si l PTT est >,0 fois l vleur de référence (i.e. 80 secondes), il est lors probble qu il y un effet nticogulnt excessif. L PTT peut être utile pour évluer l innocuité potentielle d interventions chirurgicles (fin d ssurer qu il n y ps d effet nticogulnt résiduel), ou pour évluer l possibilité d un effet excessif du médicment (dns les cs d hémorrgie mineure). Le consensus ctuel indique que l mesure routinière de l effet nticogulnt des NACO est inutile pour un usge clinique sns dnger. 7) Les NACO n ont ps d ntidote. Dns quelle mesure est-ce un problème? Bien qu en théorie il soit clirement préférble de bénéficier d un gent qui puisse fcilement inverser l effet nticogulnt, dns l prtique il n existe ps de preuve flgrnte que l disponibilité d un «ntidote» puisse réduire l mortlité ou l morbidité sévère due à une hémorrgie mjeure. Dns le cs de l wrfrine, le besoin d une trnsfusion peut être réduit 8. Mlheureusement, dns les cs d hémorrgie mençnt l vie et en prticulier d hémorrgie intrcrânienne, l disponibilité d un «ntidote» spécifique de l wrfrine (i.e. concentré de qutre fcteurs protéines) n ps réduit l morbidité ou l mortlité, probblement en rison du déli nécessire pour dministrer cet gent 9. Un utre fcteur risonnble de risque potentiel ssocié à l bsence d ntidote est l probbilité de décès s il se produit effec- 4

5 Figure : Effet du temps dns l gmme thérpeutique (TTR) sur le risque cumultif d A chez les ptients trités vec l wrfrine ou le clopidogrel et l cide cétylslicylique (C+A) 9 TTR < 65 % TTR 65 % 4 RR =, (0,75-,97) p = 0,4 4 RR =,5 (,45-,49) p = 0,00 Tux d événements (%) C+A wrfrine C+A wrfrine 0 0 0,0 0,5,0,5 Années N bre à risque C+A OAC ,0 0,5,0,5 Années N bre à risque C+A OAC RR = risque reltif Reproduit vec l permission des chercheurs de l étude ACTIVE W. Circultion. 008;8(0): Copyright 008, Americn Hert Assocition. tivement une hémorrgie mjeure. Dns une récente étude, l probbilité de décès à l suite d une hémorrgie mjeure vec le dbigtrn vs l wrfrine été comprée, vec un risque non significtivement plus fible de mortlité u cours des 0 jours suivnt une hémorrgie mjeure vec le dbigtrn comprtivement à l wrfrine 0. Dns une sous-étude de l étude RE-LY, le risque d hémorrgie mjeure chez les ptients nécessitnt une chirurgie en urgence (i.e. dns un déli de 0 jours) étit de 7,8 % vec le dbigtrn 0 mg bid, 7,7 % vec le dbigtrn 50 mg bid et,6 % vec l wrfrine. Dns l étude ARISTOTLE, le risque d hémorrgie mjeure près une intervention invsive étit de,6 % chez les ptients trités vec l pixbn vs,8 % chez les ptients trités vec l wrfrine. Ces résultts suggèrent que des mesures conservtrices stndrds (p. ex. rrêt rpide du médicment dns les cs d hémorrgie ou d interventions chirurgicles imminentes, mesures de soutien, méthodes mécniques de contrôler l hémorrgie et trnsfusions snguines) sont suffisntes pour gérer l hémorrgie dns l vste mjorité des cs, que ce soit vec des NACO ou l wrfrine. Des ntidotes spécifiques des inhibiteurs de l 5 thrombine ou des inhibiteurs du fcteur X sont en cours d évlution et deviendront probblement finlement disponibles. Les lignes directrices de l SCC 5 ccordent moins d importnce à l disponibilité d un ntidote spécifique de l wrfrine insi qu à l expérience ccumulée de son usge clinique et à l disponibilité d un test simple et normlisé mesurnt l effet nticogulnt de l wrfrine qu à l méliortion de l efficcité et/ou de l innocuité des NACO. 8) Quelles mesures prtiques puis-je prendre pour mximiser l efficcité des NACO et réduire le risque qu ils présentent? Il est extrêmement importnt d informer les ptients de l nécessité de prendre leur NACO exctement selon les prescriptions. Étnt donné qu il n existe ps de mesure «plnifiée» d observnce thérpeutique comme cel peut être le cs vec l wrfrine ni de surveillnce de l INR, les ptients doivent être informés et éduqués sur l nécessité d observer strictement l posologie prescrite et d éviter de mnquer des doses. Pour les médicments pris deux fois CARDIOLOGIE Conférences Scientifiques

6 pr jour (dbigtrn, pixbn), il fut inclure des instructions sur l mrche à suivre en cs de doses mnquées (prendre l dose mnquée s il s est écoulé six heures, utrement ttendre l prochine dose prévue) pour le médicment recommndé à posologie uniquotidienne (rivroxbn), souligner le moment recommndé pour l prise du médicment pendnt les reps, de préférence à l heure du dîner. Mnquer une dose d un médicment à posologie uniquotidienne peut entrîner un intervlle de 48 heures entre les doses, et potentiellement une nticogultion insuffisnte. Les ptients devrient être informés de l possibilité d un risque ccru d hémorrgie vec l ssocition d un AAS ou d un nti-inflmmtoire non stéroïdien et d un nticogulnt, et ces médicments doivent être évités à moins qu ils soient bsolument indiqués ou nécessires. En prticulier, l AAS chez les ptients recevnt un NACO doit être réservé à des indictions définies pour l prévention secondire de l coronropthie et n est ps nécessire ni indiqué pour l prévention primire de l coronropthie. 9) M ptiente âgée de 70 ns est en bonne snté, excepté qu elle est tteinte de FA. A-t-elle réellement besoin d un nticogulnt? L AAS est-il suffisnt? De tous les fcteurs qui sont ssociés à un risque ccru d A en présence de FA, l âge est le fcteur de risque le plus importnt. Le risque d A est double chez les ptients âgés de 65 à 75 ns comprtivement ux plus jeunes individus. Les femmes présentent un risque plus élevé que les hommes, même près justement en fonction d utres fcteurs de risque d A. Les lignes directrices de l SCC 5 et de l Société européenne de crdiologie recommndent une nticogultion orle chez les ptients âgés de plus de 65 ns, en prticulier chez les femmes, même s ils ne présentent ps d utres fcteurs de risque d A (p. ex. hypertension, dibète, ntécédents d A ou d ccident ischémique trnsitoire, insuffisnce crdique ou mldie vsculire). L AAS n est ps extrêmement efficce pour prévenir l A et entrîne un risque non négligeble d hémorrgie. 0) Mon ptient semble ne ps souffrir cliniquement de FA et été sous nticogulnt pendnt un certin temps. Doit-on poursuivre le tritement indéfiniment? Les lignes directrices ctuelles recommndent générlement l prise d un nticogulnt indéfiniment chez les ptients tteints de FA n étnt ps due à une cuse réversible, même s ils ont un rythme sinusl stble. Cel s explique pr le fit que l FA récidiver générlement chez l pluprt des ptients présentnt des ntécédents et cel, de fçon prfois imprévisible. Il est importnt de noter que les épisodes symptomtiques de FA sont extrêmement cournts chez les ptients qui semblent ne ps présenter de récidives symptomtiques et qu une surveillnce électrocrdiogrphique régulière et l bsence de symptômes n ssurent ps l élimintion ou l bsence de FA. C est pourquoi, si un nticogulnt été initié pour l prévention à long terme d un A, il est presque toujours indiqué indéfiniment (suf en cs d hémorrgie mjeure ou de nouvelle contre-indiction). Jusqu à ce que d utres données deviennent disponibles, les ptients doivent être informés que l prescription d un nticogulnt pour l prévention d un A dns l FA est générlement à vie et prticulièrement que l bltion de l FA, qui peut être très utile chez certins ptients, ne permet ps d rrêter les nticogulnts indiqués précédemment. Conclusion Notre compréhension des vntges et des risques ssociés ux NACO évolue. L wrfrine demeurer un nticogulnt fréquemment utilisé et utile dns un venir prévisible. L utilistion optimle des NACO exiger de comprendre leur phrmcologie, l éduction détillée et minutieuse des ptients et l connissnce des données de phrmcovigilnce post-mrketing à mesure qu elles deviennent disponibles. L Assocition européenne du rythme crdique publié un guide prtique très utile sur l usge des NACO, et ce guide décrit en détil selon une pproche fondée sur une liste de contrôle simple, les strtégies pour ssurer une utilistion sûre et efficce de ces gents pendnt l période de suivi. Le D r Dorin est Professeur de Médecine, Université de Toronto, et Division de Crdiologie, Hôpitl St Michel, et u Keenn Reserch Centre for Biomedicl Science du Li K Shing Knowledge Institute de l Hôpitl St Michel, Toronto, Ontrio. Références. Connolly SJ, Ezekowitz MD, Yusuf S, et coll; RE-LY Steering Committee nd Investigtors. Dbigtrn versus wrfrin in ptients with tril fibrilltion. N Engl J Med. 009;6():9-5.. Ptel MR, Mhffey KW, Grg J, et coll; ROCKET AF Investigtors. Rivroxbn versus wrfrin in nonvlvulr tril fibrilltion. N Engl J Med. 0;65(0): Grnger CB, Alexnder JH, McMurry JJ, et coll; ARISTOTLE Committees nd Investigtors. Apixbn versus wrfrin in ptients with tril fibrilltion. N Engl J Med. 0;65(): Giuglino RP, Ruff CT, Brunwld E, et coll. Edoxbn vs wrfrin in ptients with tril fibrilltion. N Engl J Med. 0; DOI: 0.56/NEJMo0907. Avilble t: 5. Sknes AC, Heley JS, Cirns JA, et coll; Cndin Crdiovsculr Society Atril Fibrilltion Guidelines Committee. Focused 0 updte of the Cndin Crdiovsculr Society Atril Fibrilltion Guidelines: recommendtions for stroke prevention nd rte/rhythm control. Cn J Crdiol. 0;8(): Cmm AJ, Lip GYH, De Cterin R, et coll. 0 focused updte of the ESC Guidelines for the mngement of tril fibrilltion: n updte of the 00 ESC Guidelines for the mngement of tril fibrilltion. Developed with the specil contribution of the Europen Hert Rhythm Assocition. Eur Hert J. 0;(): Lip GY, Nieuwlt R, Pisters R, Lne DA, Crijns HJ. Refining clinicl risk strtifiction for predicting stroke nd thromboembolism in tril fibrilltion using novel risk fctor-bsed pproch: the euro hert survey on tril fibrilltion. Chest. 00;7(): Gge BF, Wtermn AD, Shnnon W, Boechler M, Rich MW, Rdford MJ. Vlidtion of clinicl clssifiction schemes for predicting stroke: results from the Ntionl Registry of Atril Fibrilltion. JAMA. 00; 85():

7 9. Chen JY, Zhng AD, Lu HY, Guo J, Wng FF, Li ZC. CHADS versus CHADS-VASc score in ssessing the stroke nd thromboembolism risk strtifiction in ptients with tril fibrilltion: systemtic review nd met-nlysis. J Geritr Crdiol. 0;0(): Abrhm JM, Lrson J, Chung MK, et coll. Does CHADS-VASc improve stroke risk strtifiction in postmenopusl women with tril fibrilltion? Am J Med. 0;6():4.. Tu HT, Cmpbell BC, Meretoj A, et coll. Pre-stroke CHADS nd CHADS-VASc scores re useful in strtifying three-month outcomes in ptients with nd without tril fibrilltion. Cerebrovsc Dis. 0; 6(4): Olesen JB, Torp-Pedersen C, Hnsen ML, Lip GY. The vlue of the CHADS-VASc score for refining stroke risk strtifiction in ptients with tril fibrilltion with CHADS score 0-: ntionwide cohort study. Thromb Hemost. 0;07(6): Gerth A, Nbuer M, Oeff M, et coll. Stroke events in ptients with CHADS scores 0 nd in contemporry popultion of ptients with tril fibrilltion: results from the Germn AFNET registry. Presented t the Europen Society of Crdiology Congress 0. Amsterdm (Netherlnds): August September 4, 0. Abstrct Vn St TP, Setkis E, Di Tnn GL, Lne DA, Lip GY. A comprison of risk strtifiction schemes for stroke in 79,884 tril fibrilltion ptients in generl prctice. J Thromb Hemost. 0;9(): Olesen JB, Lip GYH, Hnsen ML, et coll. Vlidtion of risk strtifiction schemes for predicting stroke nd thromboembolism in ptients with tril fibrilltion: ntionwide cohort study. BMJ. 0;4: Coppens M, Eikelboom JW, Hrt RG, et coll. The CHADS-VASc score identifies those ptients with tril fibrilltion nd CHADS score of who re unlikely to benefit from orl nticogulnt therpy. Eur Hert J. 0;4(): Eikelboom JW, Quinln DJ, Connolly SJ, Hrt RG, Yusuf S. Dbigtrn efficcy-sfety ssessment for stroke prevention in ptients with tril fibrilltion. J Thromb Hemost. 0;0(5): Connolly SJ, Eikelboom J, Joyner C, et coll; AVERROES Steering Committee nd Investigtors. Apixbn in ptients with tril fibrilltion. N Engl J Med. 0;64(9): Grci DA, Lopes RD, Hylek EM. New-onset tril fibrilltion nd wrfrin initition: high risk periods nd implictions for new ntithrombotic drugs. Thromb Hemost. 00;04(6): Gomes T, Mmdni MM, Holbrook AM, Pterson JM, Hellings C, Juurlink DN. Rtes of hemorrhge during wrfrin therpy for tril fibrilltion. CMAJ. 0;85:E-E7.. Connolly SJ, Pogue J, Eikelboom J, et coll; ACTIVE W Investigtors. Benefit of orl nticogulnt over ntipltelet therpy in tril fibrilltion depends on the qulity of interntionl normlized rtio control chieved by centers nd countries s mesured by time in therpeutic rnge. Circultion. 008;8(0): Zlesk M, Siu K, Frncis K, et coll. Higher persistence in newly dignosed nonvlvulr tril fibrilltion ptients treted with dbigtrn versus wrfrin. Circ Crdiovsc Qul Outcomes. 0;6(5): Gllgher AM, Rietbrock S, Plumb J, vn St TP. Initition nd persistence of wrfrin or spirin in ptients with chronic tril fibrilltion in generl prctice: do the pproprite ptients receive stroke prophylxis? J Thromb Hemost. 008;6(9): Southworth MR, Reichmn ME, Unger EF. Dbigtrn nd postmrketing reports of bleeding. N Engl J Med. 0;68(4): Lrsen TB, Rsmussen LH, Skjøth F, et coll. Efficcy nd sfety of dbigtrn etexilte nd wrfrin in rel-world ptients with tril fibrilltion: prospective ntionwide cohort study. J Am Coll Crdiol. 0; 6(): Fng MC, Go AS, Chng Y, et coll. Wrfrin discontinution fter strting wrfrin for tril fibrilltion. Circ Crdiovsc Qul Outcomes. 00;(6): vn Ryn J, Stngier J, Hertter S, et coll. Dbigtrn etexilte novel, reversible, orl direct thrombin inhibitor: interprettion of cogultion ssys nd reversl of nticogulnt ctivity. Thromb Hemost. 00; 0(6): Liew A, Eikelboom JW, O Donnell M, Hrt RG. Assessment of nticogultion intensity nd mngement of bleeding with old nd new orl nticogulnts. Cn J Crdiol. 0;9(7 Suppl):S4-S Quinln DJ, Eikelboom JW, Weitz JI. 4-fctor prothrombin complex concentrte for urgent reversl of vitmin K ntgonists in ptients with mjor bleeding (editoril). Circultion. 0;8(): Mjeed A, Hwng HG, Connolly SJ, et coll. Mngement nd outcomes of mjor bleeding during tretment with dbigtrn or wrfrin. Circultion. 0;8():5-.. Heley JS, Eikelboom J, Douketis J, et coll; RE-LY Investigtors. Periprocedurl bleeding nd thromboembolic events with dbigtrn compred with wrfrin: results from the Rndomized Evlution of Long-Term Anticogultion Therpy (RE-LY) rndomized tril. Circultion. 0;6(): Lopes RD, et coll. Efficcy nd sfety of pixbn compred with wrfrin ccording to ge for stroke prevention in tril fibrilltion. Presented t Vsculr 0. Montrel (QC): October 7-0, 0.. Heidbuchel H, Verhmme P, Alings M, et coll. Europen Hert Rhythm Assocition. Europen Hert Rhythm Assocition Prcticl Guide on the use of new orl nticogulnts in ptients with nonvlvulr tril fibrilltion. Europce. 0;5(5): Le D r Dorin reçu des subventions et des honorires de consultnt de Bristol-Myers Squibb, Byer, Boehringer-Ingelheim et Pfizer. Les vis de chngement d dresse et les demndes d bonne ment Crdiologie Conférences Scientifiques doivent être envoyés pr l poste à l dresse B.P. 0, Sttion H, Montrél (Québec) HG K8 ou pr fx u (54) 9-54 ou pr courrier électronique à l dresse com. Veuillez vous référer u bulletin Crdiologie Conférences Scientifiques dns votre correspondence. Les envois non distribubles doivent être envoyés à l dresse ci-dessus. Poste-publictions #4000 L version frnçise été révisée pr le D r Pul Dorin, Toronto, et le D r George Honos, Montrél. L élbortion de cette publiction bénéficié d une subvention à l éduction sns restrictions de Boehringer Ingelheim (Cnd) Ltée 04 Division de Crdiologie, Hôpitl St. Michel, Université de Toronto, seule responsble du contenu de cette publiction. Éditeur : SNELL Communiction Médicle Inc. en collbortion vec l Division de Crdiologie, Hôpitl St. Michel, Université de Toronto. MD Crdiologie Conférences scientifiques est une mrque déposée de SNELL Communiction Médicle Inc. Tous droits réservés. L dministrtion des tritements décrits ou mentionnés dns Crdiologie Conférences scientifiques doit toujours être conforme ux renseignements thérpeutiques pprouvés u Cnd. SNELL Communiction Médicle Inc. se conscre à l vncement de l formtion médicle continue de niveu supérieur F

8 FA en une pge b c b. Risque d A. Symptômes/Qulité de vie (QDV) i. Déterminez le score CHADS de votre ptient : l strtifiction du risque CHADS ne s pplique ps ux ptients tteints de FA et présentnt une sténose mitrle. Ils doivent recevoir un tritement nticogulnt. Déterminez le risque d hémorrgie de votre ptient. Une fçon d y prvenir est le score HAS-BLED : i. Les omniprticiens doivent déterminer l impct de l FA sur l bse de l clsse de l sévérité de l fibrilltion uriculire (SFA) : iii. Informtion sur l posologie des médicments utilisés pour contrôler l fréquence crdique Évluez le type de FA (proxystique, persistnte, permnente) ii. Évluez l FC picle. Si l FC u repos est > 00 ou l clsse de l SFA est >, suivez l strtégie de contrôle de l fréquence crdique préférée ci-dessous : Résumé des tritements disponibles ii. Déterminez le tritement recommndé pour votre ptient : Constttions Points Insuffisnce crdique congestive Hypertension Âge 75 ns Dibète Antécédents d A ou d AIT CHADS = 0, l pluprt nécessite qund même un tritement Risque d A de,9 %/n CHADS, ou plus 65 ns ou combinison de sexe féminin et mldie vsculire Sexe féminin ou mldie vsculire Aucun fcteur de risque dditionnel d A ACO* IM ou ICC Bêt-bloqunt (BB) Ajoutez l digoxine Ajoutez ou supprimez BCC/BB Si les résultts ne sont toujours ps tteints, un contrôle du rythme peut être nécessire. Bloqueurs des cnux clciques (BCC) ou BB Titrer jusqu à ce que l FC picle u repos soit < 00 et que l clsse de l SFA soit 0- En cs d échec Titrer jusqu à ce que l FC picle u repos soit < 00 et que l clsse de l SFA soit 0- En cs d échec Ps d ntécédents d IM ou d ICC AAS* Aucun ntithrombotique Score Tux d A pour 00 Thérpie CHADS ptients nnées (IC à 95 %) recommndée Hypertension TAS Fonction rénle ou Antécédents INR Âge Médicments Score > 60 mm Hg héptique normle A d hémorrgie lbile > 65 ns ou ETOH mximl Un score indique un risque élevé et nécessite de fire preuve de prudence/une évlution régulière du tritement ntithrombotique du ptient. L incidence de l hémorrgie mjeure vec un score HAS-BLED de 0 à est de,0 %/n, vec un score, elle est de,9 %/n, vec un score, elle est de,7 %/n, vec un score 4, elle est de 8,7 %/n, vec un score 5, elle est de,5 %/n. REINS : ESRD ou Cr > 00 µmol/l; FOIE : cirrhose ou bilirubine > x LSN vec AST/ALT/ALP > x LSN. Moins de 60 % des INR dns l gmme thérpeutique ou INRs fréquemment instbles. MÉDICAMENTS : ntiplquettires/ains. Prévention de l A le dbigtrn 50 mg BID est supérieur pour prévenir l A, lors que le dbigtrn 0 mg BID une efficcité similire. le rivroxbn 0 mg une fois pr jour est u moins ussi efficce pour prévenir l A l pixbn 5 mg BID est supérieur pour prévenir l A l AAS (efficcité fondée sur l obtention d un temps dns l gmme thérpeutique [INR -] d u moins 60 % du temps) 0 sur l FA recommndent l pixbn, le dbigtrn ou le rivroxbn de préférence à l Hémorrgie mjeure le dbigtrn 50 mg BID et le rivroxbn 0 mg une fois pr jour sont ssociés à des tux similires d hémorrgie mjeure, mis un tux plus élevé d hémorrgie GI le dbigtrn 0 mg BID est ssocié à un tux moins élevé d hémorrgie mjeure et est l dose préférée pour les ptients âgés de plus de 80 ns ou de plus de 75 ns vec des fcteurs de risque d hémorrgie l pixbn 5 mg BID est ssocié à un tux moins élevé d hémorrgie mjeure rivroxbn sont ssociés à un tux moins élevé d hémorrgie intrcrânienne (HIC) que l Commentires directement les nouveux nticogulnts (pixbn, dbigtrn, rivroxbn) les uns vec les utres n est disponible 0 sur l FA suggèrent que les ptients en dilyse reçoivent systémtiquement un ACO ou de l AAS doivent être évités dns les cs de dysfonction rénle importnte (i.e. ClCr < 5 ml/min). L pixbn doit être évité si l ClCr < 5 ml/min ssocition vec des inhibiteurs/inducteurs de P-gp puissnts. Le rivroxbn et l pixbn sont contre-indiqués en ssocition vec des inhibiteurs puissnts de P-gp et de CYP A4. Se référer à l informtion posologique pour plus de détils Exminer vec le ptient le coût et l protection des nouveux ACO Adpté de Cndin Crdiovsculr Phrmcists Network Stroke Prevention in Atril Fibrilltion (SPAF) Pocket Reference SFA Impct sur l QDV Exemple 0 Asymptomtique Effet miniml sur l QDV Épisode unique de FA sns syncope ou insuffisnce crdique (ICC) Effet mineur sur l QDV Légère conscience des symptômes ou épisodes rres (moins de quelques épisodes pr nnée) Effet modéré sur l QDV Conscience modérée des symptômes l pluprt du temps ou symptômes plus sévères 4 Effet sévère sur l QDV Épisodes extrêmement symptomtiques ou fréquents ou syncope liée à l FA ou ICC Utilisez uniquement un BCC non dihydropyridine pour le contrôle de l fréquence crdique (diltizem, vérpmil) Il fut fire preuve de prudence lorsqu on ssocie un BCC et l digoxine Phrmcologique ou électrique Type Proxystique Persistnte Permnente Définition L FA est utorésolutive en 7 jours L FA n est ps utorésolutive en 7 jours FA de longue dte pour lquelle l décision de ne ps poursuivre le contrôle du rythme sinusl été prise Mesure Éduquer et RASSURER le ptient sur le fit que cel nécessite rrement une crdioversion ou une intervention en urgence. ORIENTEZ le ptient si un contrôle du rythme est nécessire Si les symptômes (SFA > ) persistent mlgré le contrôle de l FC, ORIENTEZ le ptient vers une crdioversion Concentrez-vous sur le CONTRÔLE DE LA FRÉQUENCE CARDIAQUE pour obtenir une FC u repos < 00. Le contrôle du rythme n est ps indiqué. Toutes les recommndtions thérpeutiques sont conformes ux lignes directrices sur l fibrilltion uriculire de l Société cndienne de crdiologie. Journl of Crdiology 0 ;8 :5-6 Cet outil -t-il été utile pour vous? Avez-vous des suggestions pour l méliorer? Veuillez nous envoyer votre réponse pr courriel à l dresse FA en une pge V Risque d A FA en une pge Le 9 jnvier 0 D H V q S Dibète A Hypertension C Constttions Antécédents d A Âge 75 ns Insuffisnce crdique congestive Ils doivent recevoir un tritement ntico ptients tteints de FA et présentnt une sténose mitrle. l strtifiction du risque CHADS Déterminez le score CHADS i.. Risque d A oints Antécédents d A ou d AIT Insuffisnce crdique congestive P Ils doivent recevoir un tritement nticogulnt. t présentnt une sténose mitrle. pplique ps ux ne s tion du risque CHADS de votre ptient : Déterminez le score CHADS b ou c tique normle Moins de 60 % des INR dns l gmme thér cirrhose ou bilirubine ESRD ou Cr > 00 µmol/l; FOIE : REINS : vec un score 4, elle est de,7 %/n, vec un score, L incidence de l hémorrgie mjeure ptient. Un score indique un risque élevé et nécessite de fire preuve de prudence/une évlu hép > 60 mm Hg Fonction rénle ou AS Hypertension TA Résumé des tritements disponibles Déterminez le risque d hémorrgie de votre ptient. ou > 65 ns MÉDICAMENTS : Moins de 60 % des INR dns l gmme thérpeutique ou INRs fréquemment instbles. T/ALP > x LSN. cirrhose ou bilirubine > x LSN vec AST/ALT/ALP elle est de,5 %/n. vec un score 5, elle est de 8,7 %/n, vec un score 4, vec un score, gie mjeure vec un score HAS-BLED de 0 à est de,0 %/n, Un score indique un risque élevé et nécessite de fire preuve de prudence/une évlution régulière du tritement ntithrombotique du lbile d hémorrgie A tique normle Âge INR Antécédents onction rénle ou Résumé des tritements disponibles Une fçon d y prvenir est le score HAS-BLED : Déterminez le risque d hémorrgie de votre ptient. 9 ou mximl ntiplquettires/ains. MÉDICAMENTS : x LSN. elle est de,5 %/n. elle est de,9 %/n, vec un score, tion régulière du tritement ntithrombotique du ou ETOH > 65 ns Score Médicments Âge venir est le score HAS-BLED : Risque ACO* S Risque Sexe féminin vsculire féminin et mldie combinison de sexe ou 65 ns l pluprt nécessite qund même un tritement = 0, CHADS Antécédents d A Déterminez le tritement recommndé pour votre ptient : ii. de,9 %/n de,9 %/n AAS* Aucun ntithrombotique d A risque dditionnel Aucun fcteur de vsculire ou mldie Sexe féminin d A l pluprt nécessite qund même un tritement Antécédents d A ou d AIT Déterminez le tritement recommndé pour votre ptient : l AAS (efficcité fondée sur pour prévenir l A l pixbn 5 mg BID est supérieur prévenir l A jour est u moins ussi efficce pour le rivroxbn 0 mg une fois pr efficcité similire. que le dbigtrn 0 mg BID une lors, supérieur pour prévenir l A, le dbigtrn 50 mg BID est Prévention de l A Commentires évité si l ClCr < 5 ml/min < 5 ml/min). dysfonction rénle importnte (i.e. doivent être évités dns les cs de systém ptients en dilyse reçoivent 0 sur l F n est disponible rivroxbn) les uns ntico directement les nouveux Hémorrgie mjeure de 75 ns vec des fcteurs de âgés de plus de 80 ns ou de plus dose préférée pour les ptients d hémorrgie mjeure et est l ssocié à un tux moins élevé le dbigtrn 0 mg BID est d hémorrgie GI mis un tux plus élevé similires d hémorrgie mjeure, jour sont ssociés à des tux rivroxbn 0 mg une fois pr le dbigtrn 50 mg BID et le Commentires évité si l ClCr < 5 ml/min L pixbn doit être < 5 ml/min). ClCr ysfonction rénle importnte (i.e. doivent être évités dns les cs de systémtiquement un ACO ou de l AAS tients en dilyse reçoivent 0 sur l FA suggèrent que les n est disponible rivroxbn) les uns vec les utres dbigtrn, nticogulnts (pixbn, directement les nouveux tients nnées (IC à 95 %). Symptômes/Qulité de vie (QDV) CHADS p CHADS ux d A Tux d A Score 4.0 (. 5.) 5.9 (4.6 7.).8 (.0.8) recommndée ACO. Symptômes/Qulité de vie (QDV) ACO ou plus tients nnées (IC à 95 %) Thérpie ux d A pour 00 ACO 4.0 (. 5.) ACO* 5.9 (4.6 7.).8 (.0.8) CHADS, pté de Cndin Crdiovsculr Phrmcists Network Stroke Prevention in Adpté de Cndin Crdiovsculr Phrmcists Network Stroke Prevention in rivroxbn de préférence à l le dbigtrn ou le l pixbn, 0 sur l FA recommndent d u moins 60 % du temps) gmme thérpeutique [INR -] l obtention d un temps dns l l AAS (efficcité fondée sur ibrill pté de Cndin Crdiovsculr Phrmcists Network Stroke Prevention in Atril Fibrill protection des nouveux Exminer posologique pour plus de détils CYP A4. des inhibiteurs puissnts de P-gp et de contre-indiqués en ssoci rivroxbn et l teurs de P-gp puissnts. ssoci évité si l ClCr < 5 ml/min intrcrânienne (HIC) que l tux moins élevé d hémorrgie rivroxbn sont ssociés à un mjeure un tux moins élevé d hémorrgie l pixbn 5 mg BID est ssocié à risque d hémorrgie ocket Reference AF) Pocket Reference ibrilltion (SPAF) P protection des nouveux ACO Exminer vec le ptient le coût et l posologique pour plus de détils Se référer à l informtion CYP A4. des inhibiteurs puissnts de P-gp et de contre-indiqués en ssocition vec rivroxbn et l pixbn sont Le teurs de P-gp puissnts. ssocition vec des inhibiteurs/induc- évité si l ClCr < 5 ml/min Effet miniml sur l QDV Effet modéré sur l QDV Impct sur l QDV Effet mineur sur l QDV 0 Asymptomtique A SFA clsse de l sévérité de l fibrilltion uriculire (SF Les omniprticiens doivent déterminer l impct de l F i. temps ou symptômes plus sévères insuffisnce crdique (ICC) Exemple Conscience modérée des symptômes l pluprt du Effet modéré sur l QDV rres (moins de quelques épisodes pr nnée) Légère conscience des symptômes ou épisodes Effet mineur sur l QDV A sns syncope ou Épisode unique de FA sns syncope ou Effet miniml sur l QDV lsse de l sévérité de l fibrilltion uriculire (SFA) : Les omniprticiens doivent déterminer l impct de l FA sur l bse de l ICC Médicment A sns syncope ou Conscience modérée des symptômes l pluprt du Digitle érpmil SR bloqunt Bêt- Digoxine V Diltizem CD Aténolol Métoprolol Bisoprolol Clsse rres (moins de quelques épisodes pr nnée) Légère conscience des symptômes ou épisodes l fréquence crdique iii. Informtion sur l posologie des médicments utilisés pour contrôler A sur l bse de l 0-40 mg BID Gmme hbituelle 0,5-0.5 mg 0-60 mg 0 mg BID mg 5-50 mg BID.5-0 mg 0,065-0,5 mg 0 mg érpmil SR 5-50 mg,5-5 mg BID,5-5 mg Digoxine Diltizem CD Aténolol Métoprolol Bisoprolol Dose de déprt Médicment l fréquence crdique Informtion sur l posologie des médicments utilisés pour contrôler 0-40 mg BID Gmme hbituelle 0,5-0.5 mg 0-60 mg mg 5-50 mg BID.5-0 mg Informtion sur l posologie des médicments utilisés pour contrôler Bêt-bloqunt (BB) IM ou ICC Effet sévère sur l QDV 4 En cs d échec clsse de l SFA soit 0- u repos soit < 00 et que l Titrer jusqu à ce que l FC picle suivez l strtégie de contrôle de l fréquence crdique préférée ci-dessous : Si l FC u repos est > 00 ou l c Évluez l FC picle. ii. Év Bloqueurs des cnux clciques (BCC) ou BB s d ntécédents d IM ou d ICC A ou fréquents ou syncope liée à l FA ou ICC Épisodes extrêmement symptomtiques ou Effet sévère sur l QDV P En cs d échec A soit 0- clsse de l SFA soit 0- u repos soit < 00 et que l Titrer jusqu à ce que l FC picle picle suivez l strtégie de contrôle de l fréquence crdique préférée ci-dessous : Si l FC u repos est > 00 ou l clsse de l SF b Bloqueurs des cnux clciques (BCC) ou BB Définition en 7 jours s d ntécédents d IM ou d ICC L F ersistnte jours L F ype P Proxystique Type Il fut fire preuve de prudence lorsqu on ssocie un BCC et l digoxine Digoxine A ou ICC tiques ou picle suivez l strtégie de contrôle de l fréquence crdique préférée ci-dessous : A est >, lsse de l SF luez le type de F Év contrôle de l FC, en 7 jours tient si un contrôle du r Définition Mesure Si les symptômes (SF p une intervention en urgence. cel nécessite rrement une crdioversion ou Éduquer et RASSURER L FA n est ps utorésolutive jours L FA est utorésolutive en 7 Il fut fire preuve de prudence lorsqu on ssocie un BCC et l digoxine persistnte, pe luez le type de FA (proxystique, tient vers une ythme est nécessire ORIENTEZ le p contrôle de l FC, Si les symptômes (SFA > ) persistent mlgré le tient si un contrôle du r ORIENTEZ le vention en urgence. cel nécessite rrement une crdioversion ou RASSURER le ptient sur le fit que permnente) Ajoutez l digoxine Cet outil -t-il été utile pour vous? tions th outes les recommndtions thér Toutes les recommnd Utilisez uniquement un BCC non dihydropyridine pour le contrôle de l fréquence crdique (diltizem, Si les résultts ne sont toujours ps tteints, supprimez BCC/BB Cet outil -t-il été utile pour vous? Avez-vous des suggestions pour l méliorer? tions thérpeutiques sont conformes ux lignes directrices sur l fibrill Utilisez uniquement un BCC non dihydropyridine pour le contrôle de l fréquence crdique (diltizem, un contrôle du rythme peut être nécessire. Si les résultts ne sont toujours ps tteints, Ajoutez ou yer votre réponse pr courriel à l dresse euillez nous envoyer votre réponse pr courriel à l dresse Avez-vous des suggestions pour l méliorer? Veuillez nous envo tion uriculire de l So rectrices sur l fibrillt rythme sinusl été prise poursuivre le contrôle du l décision de ne ps FA de longue d Permnente Phrmcologique ou électrique vérpmil) crdioversion ps indiqué. yer votre réponse pr courriel à l dresse Journl of Crdiolog tion uriculire de l Société cndienne de crdiologie. u repos < 00. FRÉQUENCE CARDIAQUE Concentrez-vous sur le ythme sinusl été prise poursuivre le contrôle du l décision de ne ps A de longue dte pour lquelle Phrmcologique ou électrique ythme n est Journl of Crdiology 0 ;8 :5-6 Le contrôle du r u repos < 00. ARDIAQUE pour obtenir une FC Concentrez-vous sur le CONTRÔLE DE LA

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

INFORMATION IMPORTANTE DE PHARMACOVIGILANCE

INFORMATION IMPORTANTE DE PHARMACOVIGILANCE INFORMATION IMPORTANTE DE PHARMACOVIGILANCE Assocition non pprouvée de Avstin et du mlte de sunitinib Neuilly, Juillet 2008 Mdme, Monsieur, Cher Confrère, Résumé En ccord vec l Agence Frnçise de Sécurité

Plus en détail

L insécurité alimentaire dans les ménages québécois : mise à jour et évolution de 2005 à 2012

L insécurité alimentaire dans les ménages québécois : mise à jour et évolution de 2005 à 2012 institut ntional de snté publique du québec SURVEILLANCE DES hbitudes de vie Numéro 4 L insécurité limentire dns les ménges québécois : mise à jour et évolution de 2005 à 2012 Fits sillnts Au Québec, en

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche.

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche. Estimtion de l incertitude de l mesure : Appliction à l incertitude sur le clcul de l concentrtion d EDTA lors de l détermintion de l dureté d une eu nturelle Pour cette démrche, nous nous ppuierons sur

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : 1518. Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, B.Sc Luc Brodeur, agr. Compagnie de recherche Phytodata inc.

NUMÉRO DU PROJET : 1518. Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, B.Sc Luc Brodeur, agr. Compagnie de recherche Phytodata inc. Rpport finl rélisé dns le cdre du progrmme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à l Strtégie phytosnitire québécoise en griculture TITRE : IMPLANTATION D UN RÉSEAU LOCAL DE DÉTECTION HÂTIVE DE PHYTOPHTHORA

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module Logiciel Anti-Spywre Enterprise Module version 8.0 Guide Qu est-ce qu Anti-Spywre Enterprise Module? McAfee Anti-Spywre Enterprise Module est un module d extension qui permet d étendre les cpcités de détection

Plus en détail

Calcul de la rugosité surfacique

Calcul de la rugosité surfacique VI èmes Journées d Etudes Techniques 200 The Interntionl congress for pplied mechnics L mécnique et les mtériux, moteurs du développement durble du 05 u 07 mi 200, Mrrkech Mroc Clcul de l rugosité surfcique

Plus en détail

Inégalités socio-économiques et mortalité de l enfant : comparaison dans neuf pays en développement Adam Wagstaff 1

Inégalités socio-économiques et mortalité de l enfant : comparaison dans neuf pays en développement Adam Wagstaff 1 Thème spécil Inéglités de snté Dossiers thémtiques Inéglités socio-économiques et mortlité de l enfnt : comprison dns neuf pys en développement Adm Wgstff 1 Cet rticle est le résultt d une enquête et de

Plus en détail

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ...

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ... Mon Coordinomètre Nom.................................................................................................................................................... Régionle..........................................................................

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le Snté & trvil en GROUPEMENT REGIONAL DE SANTE PUBLIQUE DE PICARDIE Le constt -3 à trvers l enquête décennle snté Avec l loi reltive à l politique de snté publique d oût 4, l problémtique de l snté u trvil

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE n 2 - octobre 2013 Comptge des fibres d minte dns un prélèvement d ir DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE Votre rpport décrypté ÉDITO Vous ccompgner Comment respecter une

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS. Chlorhydrate trihydraté d irinotécan pour injection Antinéoplasique RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS. Chlorhydrate trihydraté d irinotécan pour injection Antinéoplasique RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT MISES EN GARDE E PRÉCAUIONS 7220131328 juin 2011 d irinotécn pour injection Antinéoplsique RENSEIGNEMENS SOMMAIRES SUR LE PRODUI Voie d dministrtion Intrveineuse Forme posologique/ eneur Solution/ 20 mg/ml

Plus en détail

Résumé. Introduction. N. D. Riediger, M. Sc. (1); S. G. Bruce, Ph. D. (1); T. K. Young, M.D., Ph. D. (2)

Résumé. Introduction. N. D. Riediger, M. Sc. (1); S. G. Bruce, Ph. D. (1); T. K. Young, M.D., Ph. D. (2) Risque de mldies crdiovsculires en fonction des profils plsmtiques d polipoprotéines et de lipides chez une communuté des Premières ntions du Cnd* N. D. Riediger, M. Sc. (1); S. G. Bruce, Ph. D. (1); T.

Plus en détail

Syndromes malformatifs à expression faible : un piège pour l orthodontiste

Syndromes malformatifs à expression faible : un piège pour l orthodontiste Syndromes mlformtifs à expression file : un piège pour l orthodontiste C. PAULUS Conférence présentée le 15 décemre 2008, à Lyon Voir pprître u décours d un tritement en période de croissnce une symétrie

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes

Maladies chroniques et traumatismes Mldies chroniques et trumtismes Hospitlistions pour excerbtions de BPCO : comment les identifier à prtir des données du progrmme de médiclistion des systèmes d informtion (PMSI)? Sommire Abrévitions 2

Plus en détail

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales» P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue

Plus en détail

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne)

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne) Février 2003 Anglis et frnçis seulement OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION (Note présenté pr l Espgne) 1. INTRODUCTION 1.1 Les principles crctéristiques géogrphiques

Plus en détail

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels C A N C E R L lettre de vloristion de l ORS PACA - SE4S (UMR 912 Inserm-IRD- Université Aix-Mrseille) N 2 3 2 0 1 0 R e g r d S n t é e s t l l e t t r e d e v l o r i s t i o n d e s t r v u x d e r e

Plus en détail

Systèmes de détection Exemples académiques & commerciaux

Systèmes de détection Exemples académiques & commerciaux Systèmes de détection Exemples cdémiques & commerciux Système de détection: Propgtion de logiciels mlveillnts Exemple I: MIT, ICSI & Consentry Jen-Mrc Robert, ETS Protection contre les mences - Détection

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Caractéristiques cliniques des jeunes déprimés en pédopsychiatrie

Caractéristiques cliniques des jeunes déprimés en pédopsychiatrie Article DE recherche.. Crctéristiques cliniques des jeunes déprimés en pédopsychitrie Jen-Jcques Breton MD, MSc 1,2,4 ; Rél Lbelle PhD 1,3,4 ; Christophe Huynh MSc, PhD(cnd.) 1,4 ; Clude Berthiume MSc

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Les fournisseurs de soins dentaires doivent

Les fournisseurs de soins dentaires doivent Débt e t c o m m e n t i r e Quelles recommndtions d ntibioprophylxie de l endocrdite les dentistes cndiens devrient-ils suivre? Herve Y. Sroussi, DMD, PhD; Ashwin R. Prbhu, BDS; Joel B. Epstein, DMD,

Plus en détail

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct DNPA Clibrtion 16-01-04 1 Clibrtion bsolue pr l mesure du fisceu direct 1- Introduction Les différentes méthodes permettnt de fire des mesures bsolues en diffusion de neutrons ux petits ngles (DNPA) sont

Plus en détail

Numara Asset Management Platform

Numara Asset Management Platform Numr Asset Mngement Pltform L Puissnce Tout-en-un L plteforme de gestion de prc informtique Numr Asset Mngement Pltform (NAMP) permet ux services informtiques d ccroître les niveux de service, d méliorer

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang!

Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang! Kim Messier et Michel Lapierre Vous voulez prescrire le dabigatran? Lisez ce qui suit! Un intervalle thérapeutique

Plus en détail

Impact Recherche. St-Jean / St-Hyacinthe. Outremont / Roberval Lac-St. - Bagot 17 septembre élections partielles Rapport Final

Impact Recherche. St-Jean / St-Hyacinthe. Outremont / Roberval Lac-St. - Bagot 17 septembre élections partielles Rapport Final Impct Recherche Outremont / Roervl Lc-St St-Jen / St-Hycinthe - Bgot 17 septemre élections prtielles Rpport Finl Tle des mtières SOMMAIRE EXÉCUTIF 3 CONTEXTE, OBJECTIFS, ET MÉTHODOLOGIE 6 PROFIL 12 NOTORIÉTÉ

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 1 Méthode de l réction prépondérnte : proposition d une pproche quntittive systémtisée pr Lycée Léonrd de Vinci - 62228 Clis

Plus en détail

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants y Accurcy Figures for decision Cegid Group Évlution indépendnte de l vleur des BAAR dns le cdre du projet de modifiction des crctéristiques des BAAR existnts Ce rpport d expertise ne constitue ps une «Attesttion

Plus en détail

6 apprentissages supplémentaires

6 apprentissages supplémentaires 6 pprentissges supplémentires pour être polybâtisseur étnchéité couverture construction de fçdes Construction d échfudges systèmes de protection solire Ferblntier T crrière! Polybâtisseur des métiers vec

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Santé mentale sur le lieu de travail

Santé mentale sur le lieu de travail Richter Friesenichler Vnis Snté mentle sur le lieu de trvil Contrintes mentles Listes de contrôle pour s initier InfoMediVerlg e.k. L collection «Snté mentle sur le lieu de trvil» comprend qutre prties

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / ssocitions Loi du 1 er juillet 1901, reltive u contrt d ssocition Nom de l ssocition : Dte limite de retour des dossiers / 31 jnvier 2016 Pr courrier : Mirie de

Plus en détail

Plan de visibilité. Plan de visibilité

Plan de visibilité. Plan de visibilité Pln de visibilité Pln de visibilité 5 e édition Les 10-11 et 12 oût 2007 SAINTE-JULIENNE RÉGION DE LANAUDIÈRE QUÉBEC CANADA «Le plus grnd slon etérieur motorisé u Cnd et le plus gros rssemblement de véhicule

Plus en détail

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes coupe feu élégntes Portes coupe feu EI 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes métlliques NovoPort Premio devient l référence dns l protection incendie

Plus en détail

CHOIX ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE. Christian Ducauze, Arlette Baillet-Guffroy et Thanh X. Bui

CHOIX ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE. Christian Ducauze, Arlette Baillet-Guffroy et Thanh X. Bui HOIX ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE hristin Ducuze, Arlette Billet-Guffroy et Thnh X. Bui HOIX ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE - Résumé - - Description d une méthode d nlyse - Schém générl

Plus en détail

Des solutions pour l eau potable. Solutions pour le traitement de l eau potable par Severn Trent Services

Des solutions pour l eau potable. Solutions pour le traitement de l eau potable par Severn Trent Services Des solutions pour l eu potble Solutions pour le tritement de l eu potble pr Severn Trent Services Des solutions complètes pour le tritement de l eu potble Severn Trent Services, principl fournisseur de

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Sociétés scientifiques de soins (AFG)

Sociétés scientifiques de soins (AFG) Schweizerischer Verein für Pflegewissenschft Assocition Suisse pour les sciences infirmières Swiss Assocition for Nursing Science Sociétés scientifiques de soins (AFG) REGLEMENT DES SOCIETES SCIENTIFIQUES

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

2. Formules d addition.

2. Formules d addition. IX. Trigonométrie 1. Rppels 1.1 Définitions : Dns le cercle trigonométrique C ( O, 1 ), si nous fixons un point P correspondnt à un ngle d mplitude nous vons défini : = bscisse du point P sin = ordonnée

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Caractères et Glyphes

Caractères et Glyphes Crctères et Glyphes Le texte est obtenu pr l frppe u clvier des différents crctères désirés, crctères représentés à l écrn pr leur forme, les glyphes, représenttions des crctères. Ces crctères peuvent

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

Stratégie en matière de politique de la vieillesse

Stratégie en matière de politique de la vieillesse Strtégie en mtière de politique de l vieillesse Rpport du Conseil fédérl donnnt suite u postult 03.3541 Leutenegger Oberholzer du 3 octobre 2003 29 oût 2007 Condensé En réponse à une intervention prlementire

Plus en détail

Allez où bon vous semble, nous garantissons votre sécurité.

Allez où bon vous semble, nous garantissons votre sécurité. L check-list on-rod et off-rod: ussi importnte qu un bon pneu! Avez-vous monté les pneus on-rod / off-rod de Continentl? Vérifié le niveu d huile? Contrôlé l pression des pneus? Vérifié l étt de l roue

Plus en détail

Le rivaroxaban contre la fibrillation auriculaire lorsque la warfarine ne va pas?

Le rivaroxaban contre la fibrillation auriculaire lorsque la warfarine ne va pas? Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Le rivaroxaban contre la fibrillation auriculaire lorsque la warfarine ne va pas? Mario Wilhelmy et Sarah Janecek Vous voulez prescrire...? Lisez ce qui

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE a

CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE a CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE Diplôme de comptbilité bncire CNAM-INTEC, ADICECEI, AFGES Le métier de comptble de bnque présente des spécificités mises en exergue pr des formtions et des ouvrges

Plus en détail

Document de référence 2006

Document de référence 2006 Document de référence 2006 Le présent document de référence été déposé uprès de l Autorité des Mrchés Finnciers le 7 juin 2007, conformément à l rticle 212-13 du règlement générl de l Autorité des Mrchés

Plus en détail

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE L essentiel sur le PLAN LOCAL DE DÉPLACEENTS et le PLAN ARCHE de Pline Commune AVEC PLAINE COUNE, LES DÉPLACEENTS DE DEAIN SONT EN ARCHE Se déplcer ujourd hui et demin sur le territoire de Pline Commune

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

Examen des préférences des consommateurs urbains en matière de cultivars de pomme

Examen des préférences des consommateurs urbains en matière de cultivars de pomme FESTIVAL 2010 Exmen des préférences des consommteurs urins en mtière de cultivrs de pomme Rpport de projet : Progrmme de développement de produits gricoles innovteurs (DPAI) Évlution sensorielle recherche

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

L effet de la position du seuil d injection sur le refroidissement d un polymère dans un moule d injection

L effet de la position du seuil d injection sur le refroidissement d un polymère dans un moule d injection L effet de l position du seuil d injection sur le d un polymère dns un moule d injection Hmdy HASSAN, Nicols REGNIER, Cédric LEBOT, Guy DEFAYE Université Bordeux I ; CNRS ; UMR 8508, Lbortoire TREFLE,

Plus en détail

Menu outils de navigation mennavi.htm

Menu outils de navigation mennavi.htm Pge de lncement index.htm Voici l représenttion schémtique de l structure du site Wllonie, toutes les crtes en mins... Pge d ccueil win.htm nevs générl menwin.htm À propos de l structure des données :

Plus en détail

Comportements de santé des étudiants de première année inscrits dans les universités de la région Provence-Alpes- Côte d Azur

Comportements de santé des étudiants de première année inscrits dans les universités de la région Provence-Alpes- Côte d Azur N 14 2007 RepèreSnté est le bulletin sur l snté de l popultion régionle qui présente les données cquises dns le cdre du réseu prtenril de l Observtoire régionl de l snté Provence-Alpes-Côte d Azur. SANTE

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE FORMULAIRE À RENVOYER PAR RECOMMANDÉ À : ACERTA CAS, BP 24000, 1000 Bruxelles (Centre de Monnie) Cse destinée à Acert Dte de

Plus en détail

Centre de documentation de la console

Centre de documentation de la console Express Runtime Centre de documenttion de l console Version 2 Edition 1 Express Runtime Centre de documenttion de l console Version 2 Edition 1 Remrque Avnt d utiliser le présent document et le produit

Plus en détail

Plan diversité 2012-2013

Plan diversité 2012-2013 Pln diversité 2012-2013 SPF MOBILITE & TRANSPORTS L diversité, gge de qulité! Service d encdrement Personnel & Orgnistion Personne contct diversité Sylvi Ardizzone sylvi.rdizzone@moilit.fgov.e 02/ 277

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Lancement d u site Internet

Lancement d u site Internet Lncement d u site Internet d u S M E T O M - G E E O D E www.smetom-geeode.fr Votre contct presse Erwn GUILLERON, chrgé de communiction SMETOM-GEEODE - 14 rue l Mirie - 77160 Poigny Tél : 01.64.00.26.45

Plus en détail

Productions végétales

Productions végétales Productions végétles Effet de l inocultion vec le Fusrium grminerum et de l étnchéité des silos sur l production de mycotoxines et sur l efficcité des gents de conservtion dns l ensilge de mïs épi humide

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

#Guide jeunes. @étudiant @demandeur d emploi @travailleur. L accès à la santé pour tous!

#Guide jeunes. @étudiant @demandeur d emploi @travailleur. L accès à la santé pour tous! #Guide jeunes @étudint @demndeur d emploi @trvilleur MUTUALITE SOIALISTE DU BRABANT L ccès à l snté pour tous! rembourse 40 /n L Mutulité sociliste pour t contrception Love4you.be by Mutulité Sociliste

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Vo e guide dс ap icati éducativс

Vo e guide dс ap icati éducativс RAPPORT DE JANVIER 2014 Vo e guide dс p icti éductivс 3 prents cndiens sur 4 souhitent un service crédible d évlution d pplictions pédgogiques (Étude Hrris Decim octobre 2013). En réponse, Groupe Médi

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience Le Bureu de projet : un inventire des cdres conceptuels d nlyse de l efficience Monique Aubry* et Denis Thuillier** * étudinte u progrmme de doctort conjoint en dministrtion, ESG-UQAM. ** professeur u

Plus en détail

Automates finis. porte

Automates finis. porte utomtes finis Il s git d un modèle très souple, qui s dpte à des domines très différents en informtique. D une fçon générle, il sert à représenter les divers étts d un système (mécnique, électronique ou

Plus en détail

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER CERFA 11534*01 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES du CHER 6 plce de l pyrotechnie - CS 20001 18019 BOURGES CEDEX Tél. 02 34 34 61 65 ou 61 66 Fx : 02 34 34 63 00 N de dossier : Déposé le : Complet

Plus en détail

Mathématiques, Semestre S1

Mathématiques, Semestre S1 Polytech Pris-Sud PeiP1 2011/2012 Notes de cours Mthémtiques, Semestre S1 Filippo SANTAMBROGIO 2 Tble des mtières 1 Les fonctions dns R et leurs limites 7 1.1 Fonctions réelles d une vrible réelle.........................

Plus en détail