La pratique institutionnelle «à plusieurs»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La pratique institutionnelle «à plusieurs»"

Transcription

1 L prtique institutionnelle «à plusieurs» mury Cullrd Février 2013 Nicols, inquiet: «Qund je suis seul vec quelqu un, il se psse des choses» Vlentin, à propos de l institution : «Ici, y beucoup de gens, hein? Ce que j ime bien c est qu ils me lissent trnquille! Ps comme illeurs.» Rq : Je tiens à préciser que je ne pourri témoigner dns ce texte que de mon expérience de l prtique «à plusieurs» u sein de L IMP Notre Dme de l gesse, plus connu, quoique ps tnt que cel, sous le nom de Courtil (www.courtil.be). Les vignettes cliniques qui vont illustrer mes propos sont issues de mon trvil u sein de cette institution spécifique. L institution et s prtique sont une réponse L institution et s prtique sont ou devrient être une réponse à un insupportble. C est l insupportble vécu pr un sujet qui est à l origine de l existence de l institution et de l définition d une orienttion de trvil. L institution n urit pour nous ucun sens sns cel. Elle prend le relis d une thérpie en cbinet ou de tout utre type d ccueil qui ne permet plus un pisement. L ccueil de cet insupportble, à fortiori dns le cs de sujets psychotiques, est d bord «une nécessité socile» (lfredo Zenoni), «un devoir d humnité» (Jcques-lin Miller). L question du tritement est ici secondire. L institution primordilement fonction d «sile» u sens de protection. L question qui devrit être à l bse de toute logique institutionnelle est de svoir quel ccueil puis quelle réponse, proposer à ce trop qui motive l venue en institution. Pour répondre, l enseignement de Lcn nous donne comme boussole de nous orienter à prtir du réel. L question première est donc, comme nous le montre lfredo Zenoni dns son livre «L utre prtique clinique», «Qui sont-ils?». insi, le projet institutionnel et s prtique s orgnisent-t-ils en fonction de l clinique différentielle des cs. L position doptée v insi vrier en fonction de l position subjective des sujets ccueillis, selon qu ils sont névrosés ou psychotiques. L prtique «à plusieurs» est une réponse institutionnelle fite u réel qui se déchine dns l psychose à prtir de l enseignement de Lcn. 1

2 Une prtique ni pluridisciplinire, ni Une L prtique «à plusieurs» n est tout d bord ps une prtique pluridisciplinire u sens où elle n est ps le regroupement de spécilistes divers qui ppliquerient ux difficultés, ux symptômes des sujets psychotiques un svoir universitire fin de le triter. Elle n est ps non plus l intégrtion dns une telle équipe d un psychnlyste ou bien encore l mise en plce d une consulttion dns une institution, sur le côté. Il est plutôt question ici de voir comment chcun des trvilleurs, peu importe s formtion, sns hiérrchie de diplôme, peut orienter ou dpter son trvil à prtir des questions que l ccueil du réel vécu pr les sujets psychotiques posent à l psychnlyse. L psychnlyse lcnienne nous pprend que le svoir qunt u «réel» en jeu, est à plcer du côté du sujet qu il soit névrosé et, à plus forte rison, s il est psychotique. L position doptée pr l institution et pr ses intervennts est bien plutôt celle d un «svoir ne ps svoir» (Virginio Bio), ccompgnée d une ttention foclisée sur ce qui se psse pour le sujet, l clinique. Nous nous enseignons de ce que le sujet met en vnt comme signifints, comme intérêts, de ce qui l pise, de ce qui le met ussi à ml, fisnt le pri qu il est déjà et continuellement u trvil d essyer de triter quelque chose du réel en trop pour lui. Cette position est nécessire à l émergence d un svoir non stndrdisé, nouveu, d une invention ussi bien chez le trvilleur que chez le sujet psychotique. L prtique «à plusieurs» n est ps non plus une prtique que l on pourrit dire Une, tout du moins dns s forme. Il y différentes risons à cel. Premièrement, elle été mise en plce dns diverses institutions (notmment celles pprtennt u RI3 Réseu Interntionl des Institutions Infntiles créé en 1992 pr Jcques-lin Miller) qui ont chcune leur histoire et leurs prticulrités, qui ont fit des choix différents (consulttion psy ou non u sein de l institution pr exemple). Deuxièmement, elle est prtiquée pr des trvilleurs ynt chcun leur style, même s ils doptent une même logique de trvil décidée lors des réunions d équipes hebdomdires. Enfin, les sujets psychotiques ccueillis modifient eux-mêmes notre prtique en fonction de l mnière dont le réel fit retour pour eux, leurs solutions inédites, leurs demndes. L prtique «à plusieurs» est vnt tout une clinique de l invention, elle n est donc ps figée dns s forme. Il existe pourtnt un socle commun qui fonde ces réponses u réel. Tronc commun, première réponse u réel : viser l pisement Prtons de deux vignettes ssez «clssiques» de l clinique institutionnelle vec des sujets psychotiques. Hervé Hervé, lors que nous prenons le goûter, me prle de son weekend. Il est llé vec ses prents voir s mrrine. Elle lui demndé s il voulit des bonbons. Il les tous mngés me dit-il. J cquiesce et joute que c est gentil de l prt de cette dme. près un silence, il me dit : «Tu sis, je voulis ps mnger les bonbons». Mon oreille se dresse. Je demnde pourquoi il les tous mngés s il n en voulit ps. Il me répond sns intontion prticulière: «Elle dit : «Tu veux des bonbons!» (j joute le point d exclmtion en 2

3 fonction de ce qui suit). Je demnde s il pouvit dire non. Hervé me dit qu il ne pouvit ps et m explique lors qu il ne peut ps dire non lorsque «quelqu un (lui) dit quelque chose». Ce bref échnge montre comment chez certins sujets, le lngge peut supporter l volonté de jouissnce de l utre. Qund Hervé m dit qu il ne peut ps dire non à ce qui lui est dit quelle que soit l personne, quelle que soit l demnde, j i été choqué. Combien de fois vit-il entendu mes questions comme des ordres et vit-il été contrint de s y plier de pr son rpport u lngge. «Tu veux un chocolt chud?» «Tu veux un chocolt chud!» QUETION ORDRE J i bien entendu trnsmis cette vignette en urgence à mes collègues lors de notre réunion clinique hebdomdire. Chcun lors pu trnsmettre son expérience vec Hervé, ses questionnements. Nous sommes convenus d insister à chque fois lourdement sur le fit qu Hervé n étit en ucun cs obligé de fire telle ou telle chose. Nous vons ussi décidé d éviter vec lui le mode ffirmtif ou interrogtif, préférnt prler à l cntonde, sns citer son nom - «Il y du chocolt chud.» - ttendnt simplement qu il vienne nous demnder quelque chose ou ne prlnt tout simplement ps. Cette strtégie de trvil, inspirée et vlidée pr notre responsble thérpeutique à prtir de nos observtions, cette invention d une mnière nouvelle de prler qui ne le contrigne ps, été très vite pisnte pour ce jeune. Notre responsble est ussi venue prler vec lui et les utres jeunes de son groupe de vie pour leur dire que l direction vient insisté en réunion uprès de tous les intervennts (nom donné ux professionnels du Courtil) sur le fit qu Hervé pouvit dire ce qu il voulit et surtout dire non à ce qu il ne voulit ps. Nous vons pu constter que cette nouvelle fçon de l border vit des effets pour Hervé. Il progressivement pu nous dresser des demndes inédites, nous vons découvert des intérêts chez lui qui nous étient inconnus et entendre les premiers refus ctégoriques de ce jeune grçon si pssif jusque-là. Pssif cr sous le joug de l injonction que comporte pour lui le lngge et qui vient de l utre. Nous vons donc, à plusieurs, fit un trvil importnt sur notre mode d expression et nous vons orgnisé grâce à l visite de notre responsble un réglge collectif de l équipe et des jeunes de ce groupe. Richrd Un soir, lors que je viens de sortir du groupe de vie dns lequel je trville, je me rends compte que j i oublié de prendre mon échrpe. Je fis demi-tour et pénètre dns l cuisine du groupe où les jeunes sont occupés à mnger pour l récupérer. ns que je prononce un mot ou que je croise un regrd, je vois fuser vers moi un couvert, à peine entré dns l pièce. L fourchette me loupe de peu. Richrd hurle : «Qu est-ce que tu fous là!». Richrd me lnce donc une fourchette. Qu est ce qui est en jeu? Richrd le dit en hurlnt, je suis là, lors que je devris être prti. Pourquoi, suis-je là? C est une énigme pour Richrd, mis une chose semble certine, il se défend vec violence de ce qui se présente comme irruption pour lui, ce qui tend à montrer qu elle le concerne. Quel est le problème ici? Est-ce 3

4 le fit que Richrd me lnce une fourchette? Je ne le pense ps, même si cel est un cte très dngereux. Non, le trop est bien de mon côté et il le dit. M présence fit effrction pour Richrd. Il n ttque ps. Il se défend. Qu est-ce que je lui veux? C est l question qui se pose à Richrd, m présence est peut être énigmtique, mis un point semble certin pour lui : celle-ci le vise et de mnière insupportble. L riposte est proportionnelle à l mence ressentie. J incrne lors pour ce jeune psychotique ce que l on nomme une figure de l utre méchnt, un utre qui lui veut du ml. suivre cette logique, l chose à triter, l chose qui est venue en trop et à lquelle l équipe doit répondre n est donc ps le lncer de fourchette, mis m présence. Voici comment nous vons opéré vec mon collègue : l étonnement pssé, inquiet de voir Richrd dns cet étt, je me tourne vers un intervennt qui est ssis à tble. Je lui dis que je suis désolé de dérnger tout le monde, mis que j i oublié mon échrpe dns l cuisine. Mon collègue, fisnt semblnt d être très en colère, se lève et commence à me disputer. L chose est entendue, j i oublié mon échrpe, mis cel n excuse ps que j entre dns le groupe lors que je n y trville plus, que je dois respecter mon horire, que cel dérnge u plus hut point les jeunes qui sont trnquillement en trin de mnger que je vienne insi. Il joute qu il en prler lors de l prochine réunion d équipe, qu ucun intervennt ne peut fire ce genre de chose. Rentrnt dns le jeu, je m excuse pltement et file vec mon échrpe. u cours de cette «engueulde» sur les règles et dns les règles, Richrd s ssied, écoute mon collègue vec ttention et s pise. J entends en prtnt l petite voix redevenue clme de Richrd jouter un «Et toc!» mrqunt que tout v bien à nouveu pour lui et qui provoqu chez moi un fou rire dès l porte d entrée pssée. J ppris bien entendu que mon collègue vit orienté l discussion durnt le reps sur ce point, rppelnt ce réglge de l présence des intervennts pr les horires, expliqunt ux jeunes qu ils peuvent venir se plindre ux utres intervennts si l un ou l utre ne suit ps cette règle, que cel serit lors rpporté à l réunion et u directeur qui prendrit des snctions. Richrd lors jouté de lui-même vec un grnd rire que si je recommençis, ce n est ps une fourchette qu il m enverrit mis un directeur, ce qui serit bien plus drôle. Qu est ce qui été pisnt ici? M présence irruptive, cpricieuse pour Richrd, qui le vise été «réglée» pr l intervention de mon collègue. Tout d bord, j explique m présence, mis cel n urit sns doute ps été suffisnt cr Richrd est encore debout à me fixer jusqu à ce que mon collègue et moi commencions notre petit jeu. Il se clme progressivement pr le rppel de l règle qui orgnise notre présence à nous trvilleurs, les horires, règle qui pèse sur chcun d entre nous et surtout sur celui qui l énonce. Il dit ussi que des figures hiérrchiques supérieures à nous grntissent son ppliction : réunion d équipe, direction. Mon collègue vient s interposer entre Richrd et moi qui prit cpricieux, fisnt exister une protection. Ce positionnement n est possible que prce que l règle qu il énonce est d bord vlble pour lui-même. Cette opértion est ce que l on ppelle un réglge de l utre. Elle eu un grnd effet pisnt pour Richrd et permis de remettre en plce un lien socil pisé. Cel indique sns doute que le monde de Richrd est un monde qui peut très rpidement devenir sns règle. Conséquence directe de l position occupée pr mon collègue, ce jeune pu se sisir des proles de ses proles concernnt une solution différente pour supporter une telle intrusion à l venir et même l prévenir, opérnt un déclge de lui-même en pssnt de l fourchette u directeur. Ce pssge de l cte u signifint est une petite solution très précieuse! L 4

5 mnière de fire de mon collègue été très fine, elle permis de clmer les choses tout en reprennt indirectement et, sns viser Richrd trop directement, l question de ce lncer de fourchette. Pendnt longtemps, Richrd, u moment de mon déprt, venit me trouver pour me demnder si je n vis ps oublié mon échrpe, en joutnt un sourire ux lèvres, que dns le cs contrire je devris ttendre de trviller à nouveu pour l récupérer. Je rentris bien sûr dns le jeu et il me sluit près cel d un «ttention u directeur!» qui provoquit mon effroi et son hilrité. Cette mnière de me sluer montre que cette solution étit efficce pour Richrd, mis étit ussi le signe que m présence restit potentiellement mençnte pour lui. Nous vons pu nous rendre compte en réunion d équipe qu il utilisit ce petit «svoir y fire» vec notre présence pour régler bon nombre des intervennts. Ce réglge de l utre que trvilleurs ou résidnts peuvent toujours venir incrner, est toujours à refire et ne doit ps être seulement utilisé en sitution de crise. Il est un des piliers de l prtique «à plusieurs», il est l première réponse que nous pportons à ce simple constt uquel l clinique et les deux vignettes ici présentées nous poussent : l utre du sujet psychotique est toujours trop présent et lui veut toujours du ml. Comment comprendre cel? Logique du trnsfert psychotique Le trnsfert psychotique peut être compris comme un trnsfert inversé. u contrire du sujet névrosé qui plce son mnque dns l utre, le sujet psychotique est toujours en risque d être l objet de l utre uquel il est confronté, le désir de l utre se foclise sur lui. Ce phénomène est lié à l non extrction de l objet dns l psychose. Comme Lcn l dit, l objet (), le sujet psychotique l dns s poche et cel des conséquences. Trnsfert névrotique ujet brré utre brré Objet ens du trnsfert 5

6 Trnsfert psychotique ujet non brré utre Objet ens du trnsfert Cette volonté de jouissnce de l utre, qui vise le sujet psychotique est ce contre quoi le sujet lutte vec les rmes à s disposition. Prfois vec un certin succès, prfois non. Le recours à l institution indique, que ce trvil individuel du sujet psychotique, ne le met ps ssez à l bri de ce réel qui lui tombe dessus, qui est du côté du trop. Dès lors, comment fire en sorte que l institution et ses membres ne soient ps l une des figures de l utre méchnt, de cet utre tout puissnt? Vous vez pu comprendre à trvers les deux vignettes que je viens de vous exposer que notre réponse, celle de l prtique «à plusieurs» est, dns un premier temps, d occuper l plce d un «utre utre» (lfredo Zenoni). Un utre dont le désir, le trnsfert serit bsent, non invsif pour le sujet puisque sous le coup de l règle et de l loi. Cette opértion de réglge de l utre institutionnel deux conséquences : - n étnt plus, ou moins, en risque d être rvlé à l plce d objet de jouissnce de l utre u sein de l institution, le sujet s y trouve quelque peu pisé. - n occupnt plus cette plce d utre jouisseur, nous pouvons lors nous positionner comme prtenires de trvil, si le sujet nous convoque à cette plce. J i prlé du réglge de l utre institutionnel comme du premier temps, temps logique, de l réponse que constitue l prtique «à plusieurs», cr cette opértion n est que l condition indispensble à l possibilité d un trvil et non le trvil en lui-même. Ce n est qu une fois dns cette position d utre réglé que nous pouvons espérer prendre prt à l lutte contre le réel que le sujet mène. Le sujet peut lors, comme le jeune Richrd, se sisir d un svoirfire ou d un signifint du prtenire pour créer une petite solution: «ttention u directeur!», jeter un directeur plutôt qu une fourchette. 6

7 : 1 er Temps logique, réglge du trnsfert de l utre. : 2 ème Temps logique, le sujet peut se sisir de signifints et des «svoir-fire» du prtenire. ujet non brré utre Objet ens du trnsfert Trnsfert u prtenire ignifint(s)/svoir-fire comme «directeur» dns le cs de Richrd. Il est importnt de noter que cette possibilité de l invention n est ps toujours possible, que tous les sujets psychotiques n rrivent ps à de telles crétions, pour des risons diverses et mjoritirement contingentes (bonnes ou muvises rencontres) ou liées à un réel ps ssez entmé pr leur trvil ou le nôtre. L invention, l solution psychotique ne vient que de surcroît, si je puis dire. C est pourquoi l pisement, comme Jcques-lin Miller nous l dit, lors de l une de ses visites u Courtil, est l essence de notre trvil en institution. Produire cinq minutes, un qurt d heure, une heure, une journée de quiétude pour et vec le sujet est déjà une victoire. 7

8 Le mintien du réglge individuel et collectif de l utre institutionnel psse ussi pr l nécessité de l mise en plce de relis. Comme l exprime très bien Nicols - «Qund je suis seul vec quelqu un, il se psse des choses» - il est difficilement possible de mintenir un réglge et une distnce lorsque le trvil ne s effectue ps u sens propre à plusieurs, ce qui peut entrîner des effets dévstteurs ou u minimum ngoissnts pour certins sujets. L prtique «à plusieurs» est donc une prtique du relis, du réseu. Elle est plurielle pr nécessité, fin de diffrcter le trnsfert mssif que peut engendrer un trvil en tête à tête vec un sujet psychotique. Elle est une prtique du «un pr un» mis ps du «un pour un». Ces relis entre les intervennts peuvent être prévus à l vnce comme pr exemple lors du pssge d un telier à l utre, moments de creux souvent complexes, mis ussi, dns l pluprt des cs, nécessités pr des phénomènes imginires et/ou interpréttifs pouvnt mettre en difficulté un sujet. L exemple de Richrd est ici très prlnt. Ces relis sont souvent très efficces prce qu ils méditisent les rpports, le second intervennt vennt lors en position de tiers, pouvnt lors opérer un déclge et/ou un réglge. L utre utre institutionnel convoqué à se fire outil multi-usge : seconde réponse Une fois ce premier temps de réglge et de mise en plce de relis opéré, nous pouvons voir que l utre utre qui en résulte est utilisé pr les sujets psychotiques à de multi-usges uxquels ils nous convoquent. Prtenrit de trvil Le premier usge que j i évoqué est de devenir prtenire du trvil du sujet. Nous nous bsons lors sur les signifints et les intérêts de chcun pour l ccompgner s il nous le demnde ou se déclre intéressé pr tel ou tel telier, ctivité. L proposition est toujours une intervention délicte, elle suppose en effet, pour beucoup de sujets, une volonté de l utre qui pourrit toujours venir les viser. Le mode de proposition est lors à dpter ux difficultés de chcun. Il est de toute fçon nécessire de se lisser guider pr le sujet qui ssurément un svoir sur le réel que nous ne possédons ps. L difficulté est lors souvent que ce qui pose problème, ce qui déborde le sujet, qui s impose à lui est l bse de ce qui ser ou peut être l solution du sujet. C est souvent dns cette impsse, très complexe à gérer et qui peut durer, que le prtenire peut être mené à introduire un signifint ou un svoir-fire qui v permettre u sujet d inventer une protection. Julien nous montre bien cel. Ce jeune grçon ne peut s rrêter de prler d un jeu vidéo très précis, des divers mondes à visiter, des personnges, des commndes, sns fin. Que fire? Refuser d entendre? Essyer de couper cel? Impossible sns le mettre en très grnde 8

9 difficulté. Il fllu entendre que cette dresse étit déjà une demnde et fire vec cel. Là où le sujet est comme en pnne, nous pouvons l ccompgner et proposer une idée, une voie de tritement nouvelle. Julien s est sisi de m proposition de se rendre en telier «construction en crton» fin d y construire l un des objets de ce jeu. Il est très ttentif et il ide les intervennts à construire le msque de son personnge préféré qu il choisi de créer. Durnt l construction, le flot de proles se clme peu à peu et dérive vers le comment fire telle ou telle prtie de l objet. Une fois terminé, il joue un peu vec ce msque, mis bien vite, à notre grnde surprise, il nous rejoint pour prler de tout utre chose, toujours à prtir du point de déprt de ce jeu, comme déggé de ce qui s imposit à lui uprvnt. Julien nous rconte pour l première fois son weekend en prtnt des proles de son père lorsqu il joue à ce jeu vec lui. Ce qui se présente comme problème étit en quelque sorte l solution, l première morce d un trvil toujours en cours. Tritement des utres figures de l utre fou L utre usge mjeur de l utre utre institutionnel uquel nous convoquent les sujets est celui de triter les utres figures de l utre et leurs demndes qui les visent. L utre prentl, l utre socil et leurs demndes d utonomistion et de normlistion, l utre de l loi ussi prfois, l utre de l école Voyons cel à prtir d un exemple clinique. Mthieu et l utre prentl, socil Mthieu, 10 ns, est ccueilli depuis peu chez nous. Lors de l entretien d dmission, les prents et les services sociux ont une demnde très importnte : Mthieu fit pipi dns son pntlon très souvent, cel doit cesser. Mthieu bien d utres problèmes, dont on nous prlé, mis ce point est ce qui ressort comme demnde bsolue de l utre prentl et socil. Mthieu qui est présent tremble comme une feuille à l énoncé de cette volonté. Nous entendons cette demnde, mis choisissons de répondre que tout cel v ller, que nous fisons confince à Mthieu, dédrmtisnt l chose. Il m dresse lors très discrètement un sourire. Depuis qu il est chez nous en internt, l énurésie est toujours présente, mis nous l bnlisons, nommnt cel des «ccidents». Mthieu s est sisi d une petite formule toute fite que nous lui vons proposée «Les ccidents, ç rrive». Cette phrse qu il reprend à chque fois clme son ngoisse que l utre lui tombe dessus «comme à l mison». vnt les entretiens téléphoniques hebdomdires vec s mère, Mthieu est ngoissé, il m explique qu il ne peut ps ne ps dire à s mère qu il fit pipi. Elle lui pose en effet toujours cette question dès le début de l entretien. Elle nous ussi dit vérifier les vêtements de son fils lorsqu il rentre le weekend fin de svoir s il y eu pipi ou non. i oui, Mthieu est puni et ne peut jouer vec ses Lego. 9

10 «Mis qu est-ce que je peux fire?!» me lnce Mthieu, quelques minutes vnt son coup de fil de l semine. Je lui propose une «recette mison», signifint qui ttire son ttention, comme je l vis noté en cuisinnt vec lui. J explique à s demnde que nous pourrions fire une bonne blgue à s mmn, que je pourris lui prler vnt lui et dire qu il n y ps eu d ccident, comme cel, il pourrit lui prler des chouettes choses qu il fites durnt l semine. «Et si elle me demnde à moi?», réplique-t-il. «Eh bien, tu peux lui dire que je ne suis ps zinzin et que j i déjà répondu à l question!» en joutnt de grnds gestes qui le font rire. Nous ppliquons notre pln qui se psse «sns ccro». L mère est insi soulgée et surtout Mthieu. chque ppel, il vient me trouver en rint : «C est prti pour l blgue!». Ces converstions téléphoniques ne sont plus ngoissntes pour ce jeune et lorsqu une question de s mère est trop intrusive, Mthieu me psse le téléphone vec un clin d œil en disnt à s mère de me l poser à moi. Cette solution ussi pporté un chngement dns les rpports entre Mthieu et s mère. Pouvoir prler d utre chose, des centres d intérêts de Mthieu, eu des effets pisnts pour cette mmn qui se montre très surprise : «Je découvre mon fils!». Un questionnement utre s ouvre pour cette femme : «i Mthieu ime tnt construire des objets, pourrit-il en fire un métier?». Nous ne répondons ps à cel, lissnt Mthieu dire ce qu il voudrit fire plus trd : «Moi je veux fire de l horticulture à l école!». Libéré de cette demnde ngoissnte, Mthieu pu progressivement inventer de petites solutions vec nous fin de fire de moins en moins pipi dns son pntlon, chose qui rrive en fit lorsqu il est tellement pris pr une ctivité qu il ne sent plus rien. Nous vons ussi convenu à s demnde que nous llions nettoyer ses vêtements sles chque vendredi vec son ide fin que s mmn ne sche rien de ses ccidents. Mthieu nous convoque à insérer un coin, une distnce possible vec s mère, utre vécu comme trop intrusif. Il constitue de plus en plus vec notre ide un espce d intimité inexistnt uprvnt. Certes, il ne peut ps ne ps dire, mis il peut ujourd hui éviter l question. Nous nous positionnons à l demnde du sujet entre lui et l utre fou uquel il doit fire fce seul et souvent démuni. Il ne s git ps, vec des sujets psychotiques, de se mettre fce à eux, mis bien à leurs côtés. Tout cel est conditionné, je le répète, pr le trvil de réglge prélble de l utre institutionnel à tous ses niveux. - utre intrusif - utre-utre (réglé) sujet non brré 10

11 Opértion de réglge de l utre institutionnel Trnsfert de u prtenire - Coupure relis pris pr - mettnt à distnce et En conclusion de ce texte, je citeri une nouvelle fois le jeune Vlentin : «Ici, y beucoup de gens, hein? Ce que j ime bien c est qu ils me lissent trnquille! Ps comme illeurs.» Il me semble que cette simple phrse résume bien mieux l orienttion de trvil dont l psychose besoin que ces quelques pges que vous venez de lire. Il est bien sûr nécessire d écouter ces sujets pour s en rendre compte. Ce sont les proles des personnes que nous ccueillons qui doivent être notre bse de trvil. L conséquence mjeure de cette logique est que les notions que j vnce ici ne sont qu une réponse vlnt jusqu à l preuve clinique du contrire, toujours sujette à l remise en question, devnt s dpter u réel uquel l psychose confronte le sujet. 11

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

Copyright Plantyn. fête surprise! JE SAIS

Copyright Plantyn. fête surprise! JE SAIS Dossier 4 fête surprise! JE SAIS prler de mon nniversire vec mes mis comprendre un vidéoblog sur les fêtes d nniversire souhiter quelque chose à quelqu un / féliciter quelqu un écrire et envoyer une crte

Plus en détail

Le manuel d utilisation du jeu Rody & Mastico II

Le manuel d utilisation du jeu Rody & Mastico II Le mnuel d utilistion du jeu Rody & Mstico II Mnuel rélisé pr : Fredo_L Site web : http://www.lnkhor.net E-mil : fred@lnkhor.net Remrque : les erreurs du mnuel d origine ont volontirement étient reproduites

Plus en détail

Acceptation (d une libéralité)

Acceptation (d une libéralité) A Accepttion (d une libérlité) L ccepttion d une libérlité est un cte très importnt, sns lequel, il n y ps libérlité, que l on soit en présence d un trnsfert entre vifs ou à cuse de mort. I. L rt. 932

Plus en détail

I. Que sont les partitions?

I. Que sont les partitions? Cours de mthémtiques frfelues LES FRACTIONS CASSÉES Prémule Voici un cours de mthémtiques qui n ur jmis s plce dns une slle de clsse un utre jour que le er vril. Son sujet : les frctions cssées, ou prtitions,

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ...

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ... Mon Coordinomètre Nom.................................................................................................................................................... Régionle..........................................................................

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs Série des trités européens - n 79 Convention européenne sur l responsilité civile en cs de dommges cusés pr des véhicules utomoteurs Strsourg, 14.V.1973 Prémule Les Etts memres du Conseil de l'europe,

Plus en détail

Ieu de tête L. -tè. puis inverser les rôles. de la tête pour le renvoyer

Ieu de tête L. -tè. puis inverser les rôles. de la tête pour le renvoyer Ieu de tête L Échuffement 1. Se servir le bllon et le frpper de l tête vers un coéquipier. 2. Un coéquipier effectue un service pr en-dessous, frpper le bllon vers le coéquipier; 3 services puis inverser

Plus en détail

Petit utilitaire de l apprenti marin

Petit utilitaire de l apprenti marin Petit utilitire de l pprenti mrin Voilà des phrses bien étrnges qui peuvent être dites pr: Le cpitine: - u second : un grin rrive, fites reduire l voilure - u cnonnier : chrgez l btterie bâbord à mitrille,

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

6 apprentissages supplémentaires

6 apprentissages supplémentaires 6 pprentissges supplémentires pour être polybâtisseur étnchéité couverture construction de fçdes Construction d échfudges systèmes de protection solire Ferblntier T crrière! Polybâtisseur des métiers vec

Plus en détail

Sociétés scientifiques de soins (AFG)

Sociétés scientifiques de soins (AFG) Schweizerischer Verein für Pflegewissenschft Assocition Suisse pour les sciences infirmières Swiss Assocition for Nursing Science Sociétés scientifiques de soins (AFG) REGLEMENT DES SOCIETES SCIENTIFIQUES

Plus en détail

Toujours un métro d avance

Toujours un métro d avance Propreté à l RATP w C est un des plus gros budgets européens de propreté, sinon le plus gros. 365 jours pr n, 24/24 heures des centines d hommes et de femmes ssurent l propreté du réseu de trnsport prisien.

Plus en détail

LE RESEAU RECIPROQUE solution

LE RESEAU RECIPROQUE solution LE RESEU RECIPROQUE solution L pge 85 de votre poly de physique est conscrée à l définition du réseu réciproque, un concept initilement introduit pr J.W. Gibbs (189-190). Ce concept, plutôt bstrit, est

Plus en détail

S B T T R B C H N. Réponses : Groin, soies, croc, sabot, queue en tirebouchon. 2007, Fédération des producteurs de porcs du Québec

S B T T R B C H N. Réponses : Groin, soies, croc, sabot, queue en tirebouchon. 2007, Fédération des producteurs de porcs du Québec Une photo de fmi le Au Quéec, les rces de porcs utilisées pour produire une femelle hyride sont les Lndrce et les Yorkshire. Le mâle est un Duroc. On utilise ces croisements pour produire des nimux vigoureux.

Plus en détail

Notion de qualité de l énergie

Notion de qualité de l énergie BULLEIN DE L UNION DES PHYSICIENS 509 Notion de qulité de l énergie pr Pul ROUX et JenRobert SEIGNE Lycée Clude Furiel 42022 SintÉtienne Cedex RÉSUMÉ L conservtion de l énergie est insuffisnte pour ustifier

Plus en détail

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL Préceptort de Mécnique Quntique 1 ère nnée Florent Krzkl, PCT, Bureu F.3-14 LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL I-1/ Soit une brrière de

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement.

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement. Fibilité, sécurité et enfichge intégrl éprouvés Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillge ntirrchement. 100% stekerbr Qu est-ce qu une instlltion 100 % enfichble? Mtériel fourni en

Plus en détail

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I Mnuel d instructions du KIT de mise à niveu I TABLE DES MATIÈRES AVANT DE COMMENCER... 2 NOUVELLES FONCTIONNALITÉS... 2 UTILISATION DE LA TABLETTE À STYLET... 3 À propos de l tblette à stylet... 3 Utilistion

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Outils de calcul pour la 3 ème

Outils de calcul pour la 3 ème Chpitre I Outils de clcul pour l Ce que nous connissons déjà :! Opértions sur les décimux, les reltifs et les quotients. Puissnces de dix. Nottions scientifiques. Clcul littérl simple. Objectifs de ce

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds Φ (Chpitre 4) 3 L bourse ou l vie ou Comment fire des ronds Imginez que vous possédez un portefeuille de vleurs boursières. Voici le grphe de ses fluctutions en fonction du temps (bscisse, x) et de l rgent

Plus en détail

A Identification de l acheteur

A Identification de l acheteur MISE A JOUR OCTOBRE 2008 MARCHéS PUBLICS/ACCORDS-CADRES D é c l r t i o n d u c n d i d T En cs de cndidtures groupées, remplir une déclrtion de cndidture pr membre du groupement. Tous les documents constitunt

Plus en détail

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie Exo7 Zéros des fonctions Vidéo prtie 1. L dichotomie Vidéo prtie. L méthode de l sécnte Vidéo prtie 3. L méthode de Newton Dns ce chpitre nous llons ppliquer toutes les notions précédentes sur les suites

Plus en détail

METHADOSE MC Dépendance aux opiacés

METHADOSE MC Dépendance aux opiacés METHADOSE MC Dépendnce ux opicés OCTOBRE 2013 Mrque de commerce : Methdose Dénomintion commune : Méthdone (chlorhydrte de) Fbricnt : Mllinckro Forme : Solution Orle Teneur : Ajout ux listes de médicments

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Lycée Faidherbe, Lille MP1 Cours d informatique 2013 2014. Automates

Lycée Faidherbe, Lille MP1 Cours d informatique 2013 2014. Automates Lycée Fidhere, Lille MP Cours d informtique 203 204 Automtes I Déterministes........................... 2 Définitions 2 Exemple 2 Action des mots 3 Lngge reconnu 3 II Incomplets.............................

Plus en détail

.1.q,S ea', lêr}>- -.t? ô- to. Grride d'intégration des fernrnes en erratr)loi. rron traditionnel.

.1.q,S ea', lêr}>- -.t? ô- to. Grride d'intégration des fernrnes en erratr)loi. rron traditionnel. .1.q,S e', lêr}>- -.t? ô- to 1- Grride d'intégrtion des fernrnes en errtr)loi rron trditionnel. ÏABI.E DES MATTENES L corportion Accès-Trvil-Femmes du Sgueny Présenttion du guide Prêsenttion de l démrche

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Le Club. L innovation? C est un état d esprit! UNE INITIATIVE

Le Club. L innovation? C est un état d esprit! UNE INITIATIVE Le Club Une idée Réunir une dizine d cteurs de l industrie immobilière utour d une idée simple : et si nous échngions sur le thème «innovtion & immobilier»? Le think tnk «innovtion & immobilier» est né

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux 1/29 Théorie des Lngges Formels Chpitre 5 : Automtes minimux Florence Levé Florence.Leve@u-picrdie.fr Année 2014-2015 2/29 Introduction Les lgorithmes vus précédemment peuvent mener à des utomtes reltivement

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET

LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET Édition mrs 2014 Document rédigé pr les membres de l Délégtion Jeunesse Commission MiniBsket et Groupe de trvil 7/11 ns LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE

Plus en détail

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis AFD AFN Opértions Lemme de pompge 1/ 36 Théorie des Lngges Épisode 2 Automtes finis Thoms Pietrzk Université Pul Verline Metz AFD AFN Opértions Lemme de pompge Reconnisseur Définition Configurtion Accepttion

Plus en détail

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le Snté & trvil en GROUPEMENT REGIONAL DE SANTE PUBLIQUE DE PICARDIE Le constt -3 à trvers l enquête décennle snté Avec l loi reltive à l politique de snté publique d oût 4, l problémtique de l snté u trvil

Plus en détail

Lancement d u site Internet

Lancement d u site Internet Lncement d u site Internet d u S M E T O M - G E E O D E www.smetom-geeode.fr Votre contct presse Erwn GUILLERON, chrgé de communiction SMETOM-GEEODE - 14 rue l Mirie - 77160 Poigny Tél : 01.64.00.26.45

Plus en détail

Ater Lucis. La lumière maîtrisée

Ater Lucis. La lumière maîtrisée Ater Lucis L lumière mîtrisée 09/2009 Contenu A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Ater Lucis Démrche Qulités Focus pr modèle Circeo Xelios Arboris A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Bonhomme

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

ÉTAPE 4. l'accord du verbe avec son sujet. un premier type d'intercalaire : l'expansion du nom OBJECTIFS

ÉTAPE 4. l'accord du verbe avec son sujet. un premier type d'intercalaire : l'expansion du nom OBJECTIFS Leçon OBJECTIFS ÉTAPE 4 l'ccord du verbe vec son sujet un premier type d'interclire : l'expnsion du nom Edition TNT ORTHO Livret d orthogrphe grmmticle 1 Leçon LEÇON L'ccord du verbe vec son sujet un premier

Plus en détail

LOIS A DENSITE (Partie 1)

LOIS A DENSITE (Partie 1) LOIS A DENSITE (Prtie ) I. Loi de probbilité à densité ) Rppel Eemple : Soit l'epérience létoire : "On lnce un dé à si fces et on regrde le résultt." L'ensemble de toutes les issues possibles Ω = {; ;

Plus en détail

Dynamique des systèmes et automates à états

Dynamique des systèmes et automates à états Chpitre 8 Dynmique des systèmes et utomtes à étts L modélistion sttique s intéresse à ce qu il y dns le système, à s structure, etc. L modélistion de l dynmique trite de l évolution du système dns le temps.

Plus en détail

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Série des Trités européens - n 34 ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Strsourg, 22.VI.1960 Texte révisé conformément ux dispositions du Protocole (STE n 54), entré en vigueur

Plus en détail

Ce rêve est devenu réalité!

Ce rêve est devenu réalité! Vous venez trouver une règle mise en ligne pr un collectionneur, puis 998, prtge s collection jeux société et s pssion sur Internet. Imginez puissiez ccér, jour et nuit, à cette collection, puissiez ouvrir

Plus en détail

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER 1. Vous en êtes cpble. 2. C est efficce et vous llez ggner du temps chque jour. 3. Cel fit vendre : vlorisez votre entreprise pr vos documents. 4. C est profitble :

Plus en détail

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE L essentiel sur le PLAN LOCAL DE DÉPLACEENTS et le PLAN ARCHE de Pline Commune AVEC PLAINE COUNE, LES DÉPLACEENTS DE DEAIN SONT EN ARCHE Se déplcer ujourd hui et demin sur le territoire de Pline Commune

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

Directive relative à la mise en oeuvre de grues et de machines de chantier à proximité de lignes électriques aériennes

Directive relative à la mise en oeuvre de grues et de machines de chantier à proximité de lignes électriques aériennes Directive reltive à l mise en oeuvre de grues et de mchines de chntier à proximité de lignes électriques ériennes 1 Chmp d ppliction Chmp d ppliction L présente directive s pplique ux trvux exécutés u

Plus en détail

FAQ sur l utilisation d Ecoline-solo

FAQ sur l utilisation d Ecoline-solo FAQ sur l utilistion d Ecoline-solo De quel mtériel i-je esoin pour compléter les informtions demndées dns Ecoline-solo? Pour remplir rpidement toutes les informtions demndées dns Ecoline-solo, vous devez,

Plus en détail

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION 6.1 STRUTURES PLES FOREES DE POUTRES RELTIOS ETRE HRGES ET ELEETS DE REDUTIO Les vritions des éléments de réduction,,, lorsqu'on psse d'une section à l'utre, sont liées pr des reltions fondmentles que

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

Site web de réservations de voyages mettant en relation des clients voyageurs, des prestataires de services leur gestionnaire de

Site web de réservations de voyages mettant en relation des clients voyageurs, des prestataires de services leur gestionnaire de Usger Gérer session utilisteur Client Système comptble Client fidélisé Gérer Suivi Rés Administrteur site de réservtion Gestionnire fidélité Gérer Fidélité Gestionnire Hotels Gérer Hotels Site web de réservtions

Plus en détail

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels C A N C E R L lettre de vloristion de l ORS PACA - SE4S (UMR 912 Inserm-IRD- Université Aix-Mrseille) N 2 3 2 0 1 0 R e g r d S n t é e s t l l e t t r e d e v l o r i s t i o n d e s t r v u x d e r e

Plus en détail

2013, ce sont tous les bâtiments à usage d habitation qui devront respecter la RT 2012 et donc épouser

2013, ce sont tous les bâtiments à usage d habitation qui devront respecter la RT 2012 et donc épouser béton Guide de l conception P. 6 Point de vue du bureu d études thermiques P. 8 Exigences spécifiques P. 9 BBC + et Bepos P. 9 Détils de l mise en œuvre Rbt Ventiltion nturelle P. 2 Regrd de l rchitecte

Plus en détail

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne)

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne) Février 2003 Anglis et frnçis seulement OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION (Note présenté pr l Espgne) 1. INTRODUCTION 1.1 Les principles crctéristiques géogrphiques

Plus en détail

Mathématiques, Semestre S1

Mathématiques, Semestre S1 Polytech Pris-Sud PeiP1 2011/2012 Notes de cours Mthémtiques, Semestre S1 Filippo SANTAMBROGIO 2 Tble des mtières 1 Les fonctions dns R et leurs limites 7 1.1 Fonctions réelles d une vrible réelle.........................

Plus en détail

Les consultations et visites des médecins généralistes

Les consultations et visites des médecins généralistes L enquête de l Drees rélisée en 2002 uprès des médecins générlistes libérux porte sur le contenu et l issue de leurs consulttions et visites, u regrd de leurs crctéristiques et de celles de leurs ptients.

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

1. Contribution au raccordement

1. Contribution au raccordement TARIFS 215 CHAUFFAGE A DISTANCE CONTRIBUTIONS AU RACCORDEMENT 1. Contribution u rccordement 1.1 L contribution u rccordement est clculée en fonction des kw th souscrits dns le cdre des puissnces normlisées.

Plus en détail

#Guide jeunes. @étudiant @demandeur d emploi @travailleur. L accès à la santé pour tous!

#Guide jeunes. @étudiant @demandeur d emploi @travailleur. L accès à la santé pour tous! #Guide jeunes @étudint @demndeur d emploi @trvilleur MUTUALITE SOIALISTE DU BRABANT L ccès à l snté pour tous! rembourse 40 /n L Mutulité sociliste pour t contrception Love4you.be by Mutulité Sociliste

Plus en détail

Article. «Certaines caractéristiques du logement au Canada» Denis Germain. L'Actualité économique, vol. 36, n 3, 1960, p. 467-486.

Article. «Certaines caractéristiques du logement au Canada» Denis Germain. L'Actualité économique, vol. 36, n 3, 1960, p. 467-486. Article «Certines crctéristiques du logement u Cnd» Denis Germin L'Actulité économique, vol. 36, n 3, 1960, p. 467-46. Pour citer cet rticle, utiliser l'informtion suivnte : URI: http://id.erudit.org/iderudit/1001551r

Plus en détail

CHARTE CLIENTS TCL 2014/2016 PONCTUALITÉ INFORMATION ACCUEIL CONFORT/ PROPRETÉ ACCESSIBILITÉ RESPECT DE L ENVIRONNEMENT PARTOUT, POUR TOUS, IL Y A TCL

CHARTE CLIENTS TCL 2014/2016 PONCTUALITÉ INFORMATION ACCUEIL CONFORT/ PROPRETÉ ACCESSIBILITÉ RESPECT DE L ENVIRONNEMENT PARTOUT, POUR TOUS, IL Y A TCL CHARTE CLIENTS TCL 2014/2016 PONCTUALITÉ INFORMATION ACCUEIL CONFORT/ PROPRETÉ ACCESSIBILITÉ RESPECT DE L ENVIRONNEMENT PARTOUT, POUR TOUS, IL Y A TCL LA CHARTE CLIENT, LA SOMME DE NOS ENGAGEMENTS Mdme,

Plus en détail

Absence du condamné (Procédure en l )

Absence du condamné (Procédure en l ) A Absence du condmné (Procédure en l ) Une procédure de jugement pr défut est mise en œuvre devnt les juridictions de l ppliction des peines si trois conditions sont réunies (CPP, rt. 712-9 l. 1 er et

Plus en détail

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE FORMULAIRE À RENVOYER PAR RECOMMANDÉ À : ACERTA CAS, BP 24000, 1000 Bruxelles (Centre de Monnie) Cse destinée à Acert Dte de

Plus en détail

Santé mentale sur le lieu de travail

Santé mentale sur le lieu de travail Richter Friesenichler Vnis Snté mentle sur le lieu de trvil Contrintes mentles Listes de contrôle pour s initier InfoMediVerlg e.k. L collection «Snté mentle sur le lieu de trvil» comprend qutre prties

Plus en détail

Pour le SNU, cet accord acte des points importants car il maintient : LA SOLIDARITE ENTRE LES REVENUS

Pour le SNU, cet accord acte des points importants car il maintient : LA SOLIDARITE ENTRE LES REVENUS Mutuelle : Le SNU signtire de l ccord Le SNU vient de décider de signer le nouvel ccord sur l mutuelle d étblissement de Pôle emploi. Cet ccord qui concerne tous les personnels de Pole Emploi révise l

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

Automates temporisés. Amal El Fallah Seghrouchni Amal.Elfallah@lip6.fr

Automates temporisés. Amal El Fallah Seghrouchni Amal.Elfallah@lip6.fr Automtes temporisés Aml El Fllh Seghrouchni Aml.Elfllh@lip6.fr Pln Introduction Définition d un utomte temporisé Composition d utomtes temporisés Automtes hybrides Conclusion Le problème à résoudre monde

Plus en détail

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012 MMIM Modèles mthémtiques en informtique musicle Mrc Chemillier Mster M2 Atim (Ircm), 2011-2012 Notions théoriques sur les lngges formels - Définitions générles o Mots, lngges o Monoïdes - Notion d utomte

Plus en détail

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes coupe feu élégntes Portes coupe feu EI 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes métlliques NovoPort Premio devient l référence dns l protection incendie

Plus en détail

Les langages de programmations.

Les langages de programmations. Communiction technique: L utomte progrmmle industriel (les lngges) Leçon Les lngges de progrmmtions. Introduction : L écriture d un progrmme consiste à créer une liste d instructions permettnt l exécution

Plus en détail

Examen Final Corrigé rédigé par Paul Brunet et Laure Gonnord

Examen Final Corrigé rédigé par Paul Brunet et Laure Gonnord Mster Info - 2014-2015 MIF15 Complexité et Clculbilité Exmen Finl Corrigé rédigé pr Pul Brunet et Lure Gonnord Durée 1H30 Notes de cours et de TD utorisées. Livres et ppreils électroniques interdits. Le

Plus en détail

clés de Les l'apprentissage

clés de Les l'apprentissage Réseu des centres publics de formtion professionnelle et pr pprentissge du Ministère de l Agriculture en Midi-Pyrénées clés de l'apprentissge Les c+5 B u du CAP L'Employeur L pprentissge constitue un excellent

Plus en détail

Détecteur de mouvement extérieur

Détecteur de mouvement extérieur Crctéristiques Portée 1 m Angle de détection 90 Huteur de fixtion 0,80 m 1,0 m Autoprotégé à l ouverture Utilistion en extérieur Indice de protection IP 5 Tempérture de fonctionnement -0 C à +50 C Type

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Revenus des travailleurs agricoles, notamment dans les pays en voie de développement

Revenus des travailleurs agricoles, notamment dans les pays en voie de développement Orgnistion interntionle du Trvil ACRD VIII/1974/III (ntérieurement PAC) Commission consulttive du développement rurl uitième session, Genève, 30 septembre 11 octobre 1974 Troisième question à l'ordre du

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

Primitive et intégrale d une fonction continue

Primitive et intégrale d une fonction continue Primitive et intégrle d une fonction continue O. Simon, Université de Rennes I 24 mi 2005 Avertissement : Ceci n est ps le contenu d une leçon de CAPES. Dns le progrmme 2002 de terminles S, on introduit

Plus en détail

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module Logiciel Anti-Spywre Enterprise Module version 8.0 Guide Qu est-ce qu Anti-Spywre Enterprise Module? McAfee Anti-Spywre Enterprise Module est un module d extension qui permet d étendre les cpcités de détection

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Services Web. www.roquebrunesurargens.fr cverbeek@roquebrunesurargens.fr. 2540 RD N7 83520 Roquebrune-sur-Argens

Services Web. www.roquebrunesurargens.fr cverbeek@roquebrunesurargens.fr. 2540 RD N7 83520 Roquebrune-sur-Argens Services Web 2015 Notre service communiction à Roquebrune-sur-Argens rélise en interne l crétion de votre site Internet Vitrine. Ce service est disponible à tous les professionnels du tourisme. Tél 04

Plus en détail

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE n 2 - octobre 2013 Comptge des fibres d minte dns un prélèvement d ir DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE Votre rpport décrypté ÉDITO Vous ccompgner Comment respecter une

Plus en détail

DCG session 2011 UE8 Systèmes d information et de gestion Corrigé indicatif. 1. Expliquer les cardinalités des associations NECESSITER, SE DEROULER

DCG session 2011 UE8 Systèmes d information et de gestion Corrigé indicatif. 1. Expliquer les cardinalités des associations NECESSITER, SE DEROULER DCG session 2011 UE8 Systèmes d informtion et de gestion Corrigé indictif DOSSIER 1 : PREPARER ET FORMER LES ENTRAINEURS 1. Expliquer les crdinlités des ssocitions NECESSITER, SE DEROULER Intitulé de l'ssocition

Plus en détail

Gonaïves : les moniteurs du projet JPO

Gonaïves : les moniteurs du projet JPO Newsletter Cp-Hïtien Fort-Liberté Hinche Port-de-Pix Gonïves Cyes Jérémie Jcmel Mirgone Edition # 4 / Juin 2009 Lorsqu ils voyient le jour, en mi 2007, les CMM vient pour voction d offrir ux Hïtiens un

Plus en détail

La trousse c.a.r.e. (Initiative de lutte contre la violence par l éducation et le respect)

La trousse c.a.r.e. (Initiative de lutte contre la violence par l éducation et le respect) L trousse c..r.e. (Inititive de lutte contre l violence pr l éduction et le respect) Progrmme de sécurité personnelle pour les enfnts de 5 à 9 ns ÉDITION 2007 PAR LA CROIX ROUGE CANADIENNE Pour commnder

Plus en détail

UISSANT VECTEUR DE L ÉCONOMIE ÉTROPOLITAINE

UISSANT VECTEUR DE L ÉCONOMIE ÉTROPOLITAINE Promotion Novembre 2014 CE CAHIER EST UNE INITIATIVE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DU MONTRÉAL MÉTROPOLITAIN ET DE CARGOM. INDUSTRIE DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE : UISSANT VECTEUR DE L ÉCONOMIE ÉTROPOLITAINE

Plus en détail