Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions"

Transcription

1 Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet Cours d Anlyse IV Suites et Séries de fonctions 1

2 Prémbule Le but de ce cours est de générliser l notion de somme finie de termes en étudint comment cette dernière se comporte lorsque l on considère une succession infinie de termes. L clé ser de considérer ces sommes infinies, ussi ppelées séries, comme l limite de suites. Autrement dit, qund on se souvient du cours sur les suites, il ser plus fcile d ssimiler le cours sur les séries C est pour cel que les deux premiers chpitres concernnt des rppels ne doit ps être négligé. Un des points clés de ce cours ser l étude des séries de Fourier dont les pplictions sont ssez nombreuses dns d utres domines des mthémtiques (notmment les équtions différentielles et les équtions ux dérivées prtielles). Pour rriver u chpitre concernnt les séries de Fourier, il fudr cependnt fire un petit chemin qui nous y mèner de fçon moins brupte. Comme nous l vons écrit plus hut, nous rppellerons l structure de R, puis l notion de suites dns R ou C. Nous considèrerons ensuite les séries dns leur générlité, puis les suites et séries de fonction, pour ensuite psser ux séries entières, ux fonctions développbles en séries entière et enfin les séries de Fourier. Nous pourrons lors résoudre quelques équtions différentielles à l ide de cette théorie. L objectif de l deuxième prtie du cours ser de résoudre des équtions différentielles à l ide des trnsformées de Lplce. Cet outil mthémtique ne pourr s ppliquer rigoureusement sns un petit trvil préliminire sur les intégrles dépendnt d un prmètre. Une fois ces concepts ssimilés, vous serez en possession d outils solides pour résoudre plusieurs types d équtions différentielles et équtions ux dérivées prtielles mis églement des problèmes un peu plus théoriques. 2

3 Tble des mtières 1 Structure de R, suites dns R ou C : L crise des nombres chez les grecs Suites et voisinges : Limites de suites Borne sup ou inf, mx ou min Suites djcentes Rppels suites complexes, limsup de suites réelles Suites complexes Limite sup et inf Séries dns R ou C : Premiers critères de convergence Séries réelles à termes positifs Comprison d une série et d une intégrle impropre Séries à termes quelconques Sommtion pr pquets, produit Suites de fonctions Propriétés des limites uniformes Série de fonctions DEFINITION Séries entières Opértions sur les séries entières Propriétés fonctionnelles d une série entière Fonctions développbles en séries entières L exemple de l exponentielle complexe Développement en série entière Développement des fonctions usuelles Séries de Fourier Interpréttion géométrique des séries de Fourier

4 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES 9 INTEGRALES DEPENDANT D UN PARAMETRE Intervlle d intégrtion J compct Bornes d intégrtion constntes Bornes d intégrtion vribles Intervlle d intégrtion J non borné Rppel Convergence Fonctions Eulériennes Trnsformées de Lplce Rppel Définition Quelques fonctions élémentires Existence de L Trnsformée inverse et trnsformée de dérivées Trnsformée inverse Trnsformer une dérivée Résolution d équtions différentielles Thorme de trnsltion Trnsltion sur l xe des s Trnsltion sur l xe des t Proprits dditionnelles Multiplier une fonction pr t n Convolution Trnsforme d une intgrle Eqution intgrle de Volterr Trnsforme de fonction priodique Fonction δ-dirc

5 Chpitre 1 Structure de R, suites dns R ou C : () Julius Wilhelm (b) Augustin Richrd Dedekind Louis (1789- ( ), 1857), un mthémticien mthémticien llemnd, il est le frnçis, premier à proposer proposé l une construction première définition rigoureuse des rigoureuse nombres réels à d une limite prtir des nombres d une suite insi rtionnels. que plusieurs contributions fondmentles dns l étude de l convergence séries. des (c) Joseph Louis, comte de Lgrnge ( ) un mthémticien itlien, à l origine semble-t-il de l nottion indicielle des suites. FIGURE 1.1 Quelques mthémticiens célèbres liés ux réels et ux suites. L ensemble des nombres réels, noté R se construit rigoureusement à prtir de N (entiers nturels) en définissnt Z (entiers reltifs) puis Q (nombres rtionnels : de l forme p/q vec p Z et q Z ). Dns ce cours, on v simplement rppeler l différence entre R et Q. 1.1 L crise des nombres chez les grecs Pythgore considère un tringle isocèle rectngle de côté 1. Il remrque que le crré de l hypothénuse vut 2. Or il remrque qu il n existe ps de nombre dns Q dont le crré soit 2. Donc, si 5

6 1.2 Suites et voisinges : Structure de R, suites dns R ou C : les seuls nombres qu on connisse sont les rtionnels, il y des longueurs simples qui ne sont ps des nombres! L ensemble des réels, R est défini à prtir de Q en rjoutnt des nombres pour éviter ce genre de problème. Une des fçons de rjouter des nombres est d utiliser l notion de suite : 1.2 Suites et voisinges : Commençons cette section pr l définition des suites réelles. Définition 1 (SUITES) On ppelle suite réelle toute ppliction (x n ) n N. { N R n x n. On note une telle ppliction Remrque On ppeller ussi suite les pplictions dont l ensemble de déprt est N privé de ses premiers éléments jusqu à un certin rng. L notion l plus importnte concernnt les suites est celle de convergence. Pour définir l convergence, on définit l notion de voisinge. L étude des voisinges est une brnche des mthémtiques ppelée l topologie (voir cours d Anlyse III pour les bses, et le cours de Topologie élémentire (Semestre 5) pour plus de détils). On peut définir des voisinges pour des objets utres que des nombres (des vecteurs, des fonctions,...). Chque fois qu on peut définir des voisinges, on peut lors étudier des convergences, des continuités, des notions proches de l dérivbilité, et fire de l optimistion. Définition 2 (VOISINAGE) Soit x R. On dit que V R est un voisinge de x si et seulement s il existe ε > 0 tel que [x ε, x + ε] V. Remrque On peut ussi dire, c est équivlent, que V R est un voisinge de x si et seulement s il existe ε > 0 tel que ]x ε, x + ε[ V. Définition 3 (VOISINAGE DE L INFINI) On dit que V R est un voisinge de + (resp. de ) si et seulement s il existe A R tel que [A, + [ V (resp. ], A] V ). 6

7 Structure de R, suites dns R ou C : 1.3 Limites de suites L notion de voisinge étnt en plce, nous nous intéressons lors u comportement des suites qund n tend vers l infini. Pour cel nous llons introduire les limites de suites. 1.3 Limites de suites Définition 4 (LIMITE) Soit (x n ) n N une suite réelle. Soit l fini ou infini. On dit que l est l limite de (x n ) n N, et on note l = lim x n si et seulement si pour tout V voisinge de l, il existe N V N tel n + que pour tout n N V, x n V. Si une suite dmet une limite finie on dit qu elle CONVERGE. Si elle dmet une limite infinie ou si elle n dmet ps de limite, on dit qu elle DIVERGE. Si l est +, l = lim n + x n signifie : pour tout A R, il existe N A N tel que n N A x n A. Si l R, l = lim n + x n signifie : pour tout ε > 0, il existe N ε N tel que n N ε x n [l ε, l + ε] (c est à dire x n l ε). Propriété 1 (COMPARAISON DES LIMITES) Soient (x n ) n N et (y n ) n N deux suites de réels tels que pour tout n N, x n y n. Supposons que lim x n = l 1 et lim y n = l 2. Alors l 1 l 2. n + n + Remrque Même si on suppose que pour tout n N, x n < y n, on ne peut ps en déduire que l 1 < l 2 (on juste l 1 l 2 ). Exemple : pour tout n N, x n = 0 et y n = 1/n. Propriété 2 (THEOREME DES GENDARMES) Soient (x n ) n N, (y n ) n N et (z n ) n N trois suites de réels telles que pour tout n N, x n y n z n. On suppose que lim x n = lim z n = l (l fini ou infini). Alors n + n + lim y n = l. n + 7

8 1.3 Limites de suites Structure de R, suites dns R ou C : Il existe une notion proche de celle de suite convergente, mis ne nécessitnt ps de préciser l vleur de l. Définition 5 (SUITE DE CAUCHY) Soit (x n ) n N une suite réelle. On dit que (x n ) n N est une suite de Cuchy si et seulement si on pour tout ε > 0, il existe N ε N tel que (n N et m N ε ) x n x m ε. QUESTION IMPORTANTE : est-ce qu être une suite de cuchy est l même chose qu être une suite convergente? Propriété 3 Si une suite est convergente, lors elle est de Cuchy. Preuve Démontré en cours. Remrque ATTENTION : l réciproque n est ps vrie en générl. Pr contre, le fit de trviller sur un espce où l réciproque est vrie serit bien prtique. En effet nous pourrions montrer l convergence d une suite sns voir à clculer l limite de cette suite. Les espces dont l réciproque de l propriété ci-dessus. Définition 6 (ENSEMBLE COMPLET) Si dns un ensemble toute suite de Cuchy est convergente, on dit que cet ensemble est complet Exemple Q n est ps complet. En effet, considérons l suite définie pr x 0 = 2 et pour tout n N, x n+1 = (1/2)(x n + 2/x n ). Tous les x n sont bien dns Q et on montrer (en TD) que cette suite est de Cuchy. Or, si s limite est l, lors l = (1/2)(l + 2/l), c est à dire l 2 = 2 donc l n existe ps dns Q! On peut mintennt dire ce qu est R : R est le complété de Q : c est Q uquel on rjoute toutes les limites des suites de Cuchy. (Cette phrse ne constitue bien sûr ps une construction rigoureuse de R). Mis ce n est ps l seule fçon de construire R. Il en existe deux utres équivlentes. L une d elle permet de définir R à prtir de Q pr l notion de borne sup qui est l objet de l section suivnte. 8

9 Structure de R, suites dns R ou C : 1.4 Borne sup ou inf, mx ou min 1.4 Borne sup ou inf, mx ou min Définition 7 (BORNE SUP, BORNE INF) Soit E R. On dit que M R est l borne supérieure de E (M = sup(e)) si et seulement si 1. M est un mjornt de E (pour tout x E, x M), 2. si M est un mjornt de E, lors M M. De même m R est l borne inférieure de E (m = inf(e)) si et seulement si 1. m est un minornt de E (pour tout x E, x m), 2. si m est un minornt de E, lors m m. Propriété 4 (MAJORANT ET SUITES) M = sup(e) M est un mjornt de E, si et seulement si il existe (x n ) n N suite d éléments de E telle que lim x n = M. n + L propriété correspondnte pour l borne inf est vrie. Définition 8 (MAXIMUM, MINIMUM) Soit E R. On dit que M est le mximum de E (M = mx(e)) si M = sup(e) et M E. On dit que m est le minimum de E (m = min(e)) si m = inf(e) et m E. On peut mintennt décrire l deuxième fçon de construire R : R correspond à Q uquel on rjoute toutes les bornes sup de sous-ensembles de Q. On lors les deux propriétés suivntes : Propriété 5 (PROPRIETE DE LA BORNE SUP) Toute prtie de R non vide et mjorée dmet une borne sup. 9

10 1.5 Suites djcentes Structure de R, suites dns R ou C : Propriété 6 (REEL ET BORNE SUP) Tout réel est l borne sup d un ensemble d éléments de Q. Remrque Q n ps l propriété de l borne sup : {x Q tel que x 2 < 2} dmet 2 comme borne sup dns R et n dmet ps de borne sup dns Q. Enfin, l troisième fçon de construire R utilise les suites croissntes et mjorées : R ser lors Q uquel on rjoute toutes les limites de suites croissntes et mjorées de Q. On lors : Propriété 7 (SUITE CROISSANTE MAJOREE) Toute suite réelle (x n ) n N croissnte et mjorée (resp. décroissnte et minorée) converge et on lim x n = sup x n (resp. lim x n = inf x n). n + n + n N n N Remrque Cette propriété n est ps vrie dns Q. 1.5 Suites djcentes Définition 9 (SUITES ADJACENTES) Soient (x n ) n N et (y n ) n N deux suites de réels. On dit qu elles sont djcentes si et seulement si 1. l une des suites est croissnte, 2. l utre suite est décroissnte, 3. lim n + (x n y n ) = 0. Propriété 8 (LIMITES ET SUITES ADJACENTES) Si (x n ) n N et (y n ) n N sont deux suites réelles djcentes telles que (x n ) n N soit croissnte et (y n ) n N soit décroissnte lors : 1. pour tout (n, m) N 2, x n y m, 2. lim x n et lim y n existent, sont finies et sont égles. n + n + Preuve Démontré en cours. 10

11 Chpitre 2 Rppels suites complexes, limsup de suites réelles 2.1 Suites complexes Il n existe ps x R tel que x 2 = 1 (ou x 2 +1 = 0). Si on veut que tout polynôme de degré 2 it 2 rcines, on introduit le nombre imginire i qui vérifie i 2 = 1. On définit lors les nombres complexes comme l somme d une prtie réelle et d une prtie imginire : C = { + ib, R, b R}. C est donc très similire à R 2 = {(, b), R, b R}. L différence est qu on définit un produit C C C lors qu on ne le fit ps sur R 2 (il existe un produit sclire R 2 R 2 R mis c est différent). Un des intérêts principux des nombres complexes est leur formultion module-rgument : Propriété 1 (MODULE ET ARGUMENT) Soit z = + ib C. il existe un unique couple (ρ, θ) R + [0, 2π[ tel que z = ρe iθ. On lors = ρ cos(θ), b = ρ sin(θ) et ρ = 2 + b 2. Alors si z = ρe iθ et z = e iθ, on zz = ρe i(θ+θ ). Donc une multipliction pr un nombre complexe de module 1 correspond à une rottion. C est à cuse de cet effet qu on utilise les nombres complexes pour modéliser les phénomènes oscillnts. 11

12 2.1 Suites complexes Rppels suites complexes, limsup de suites réelles Définition 1 (SUITE COMPLEXE) Une suite complexe est une ppliction { N C n z n. Pour définir l convergence des suites complexes, on définit les voisinges dns C. Définition 2 (VOISINAGE) Soit z C. On dit que V C est un voisinge de z si et seulement s il existe ε > 0 tel que D(z, ε) = {z C tq z z ε} V. Remrque On peut ussi prendre o D(z, ε) = {z C tq z z < ε}. L définition de limite de suite dns C est lors l même que dns R. Définition 3 (LIMITE D UNE SUITE) Soit (z n ) n N une suite complexe et soit l C. On dit que l est l limite de (z n ) n N, et on note l = lim z n si et seulement si pour tout V voisinge de l, il existe N V N tel que n + pour tout n N V, z n V. Remrque 1. l = lim n + z n signifie donc pour tout ε > 0, il existe N ε N tel que n N ε z n l ε (c est à dire z n D(l, ε)). 2. Dns R on définit des voisinges de + et, ce qui permet de définir des limites infinies. Dns C on ne le fit ps : une limite infinie dns C n ucun sens! Comme dns R, on définit les suites de Cuchy. 12

13 Rppels suites complexes, limsup de suites réelles 2.1 Suites complexes Définition 4 (SUITE DE CAUCHY) Soit (z n ) n N une suite complexe. On dit que (z n ) n N est une suite de Cuchy si et seulement si on : pour tout ε > 0, il existe N ε N tel que (n N ε et m N ε ) z n z m ε. Comme dns R, on lors : Propriété 2 (C EST COMPLET) Dns C, toute suite de Cuchy est convergente. Autrement dit C est complet. Pour le démontrer, on décompose l suite complexe en s prtie réelle et s prtie imginire. On : Propriété 3 (CONVERGENCE (CAUCHY)) Soit (z n ) n N une suite complexe. Les propositions suivntes sont équivlentes : (z n ) n N est de Cuchy (dns C), (Re(z n )) n N et (Im(z n )) n N sont de Cuchy (dns R), (Re(z n )) n N et (Im(z n )) n N convergent (dns R), (z n ) n N converge (dns C). Lorsqu on utilise l formultion module-rgument : Propriété 4 (LIMITE, MODULE ET ARGUMENT) Soit (z n ) n N une suite complexe et l C. On lim z n = l (limite dns C) lim z n = l (limite dns R). n + n + Remrque ATTENTION : LA RECIPROQUE N EST PAS VRAIE. Il n y que deux cs où l étude du module permet de conclure sur l convergence de l suite : si lim z n = 0 lors lim z n = 0. n + n + 13

14 2.2 Limite sup et inf Rppels suites complexes, limsup de suites réelles si lim n + z n = + lors (z n ) n N diverge. DIFFERENCE FONDAMENTALE ENTRE R ET C : il n y ps de reltion d ordre (similire à ) dns C (ni dns R 2 : de fçon générle, on peut ordonner des nombres réels mis ps des vecteurs). Donc ps de notion de suite croissnte, de mjortion, de théorème des gendrmes, de limsup et liminf! 2.2 Limite sup et inf ATTENTION, nous ne considèrerons ici que les suites réelles. L reltion d ordre de R permet de définir l limsup et l liminf d une suite réelle. L intérêt est que l limsup et l liminf existent toujours, dns R {, + }, contrirement à l limite. Définition 5 (LIMSUP, LIMINF) Soit (x n ) n N une suite réelle. Pr définition, lim sup x n = n + lim inf x k. n + k n lim sup n + k n x k et lim inf n + x n = Remrque 1.Cette définition s étend ux suites non nécessirement bornées, en posnt et lim sup x n = + si l suite n est ps mjorée, n + lim inf x n = si l suite n est ps minorée. n + 2. L suite (sup x k ) n N étnt décroissnte, elle dmet toujours une limite dns R {, + }. De k n même, l suite (inf x k) n N étnt croissnte, elle dmet toujours une limite dns R {, + }. k n Il est commode de relier l limsup et l liminf d une suite à ses vleurs d dhérence. Définition 6 (VALEUR D ADHERENCE) Soit (x n ) n N une suite réelle et R {, + }. On dit que est une vleur d dhérence de (x n ) n N si et seulement s il existe une sous-suite de (x n ) n N qui tend vers. On lors : 14

15 Rppels suites complexes, limsup de suites réelles 2.2 Limite sup et inf Propriété 5 (LIMSUP, LIMINF ET ADHERENCE) Soit (x n ) n N une suite réelle. S limite supérieure est l plus grnde de ses vleurs d dhérence, et s limite inférieure est l plus petite. On en déduit : Propriété 6 (CONVERGENCE) Une suite réelle (x n ) n N tend vers l R {, + } si et seulement si lim sup x n = n + lim inf x n = l. n + 15

16 2.2 Limite sup et inf Rppels suites complexes, limsup de suites réelles 16

17 Chpitre 3 Séries dns R ou C : Nous sommes désormis en mesure de définir l notion de série. Nous llons voir que s définition repose sur l notion de suite. Les deux sont donc extrêmement liés, et il ne fudr jmis perdre cet spect de vue. Définition 1 (SERIE) Soit (x n ) n N une suite de nombres réels ou complexes. On ppelle série de terme générl x n et on note x n, l suite (S n ) n N définie pr pour tout n N, S n = n x k. On dit que l série x n converge (resp. diverge) ssi l suite (S n ) n N converge (resp. diverge). Si l série converge, série. lim S n est notée n + k=0 x n et est ppelée l somme de l Exemple (SERIE GEOMETRIQUE) Soit z C tel que z < 1. n Alors z k = 1 n zn+1 et comme, lim 1 z n + zn+1 = 0 on lim z k = 1 n + 1 z. k=0 k=0 L série z n 1 est donc convergente et s somme est 1 z. 17

18 3.1 Premiers critères de convergence Séries dns R ou C : Propriété 1 (SOMMES DE SERIES) Soient x n et y n deux séries réelles ou complexes et λ C. 1. Si x n et y n convergent lors (λx n + y n ) converge et (λx n + y n ) = λ x n + y n. 2. Si λ 0, si x n diverge et y n converge lors (λx n + y n ) diverge. Remrque Si x n et y n divergent, on peut voir qund même (x n + y n ) qui converge. Exemple : si x n = y n. 3.1 Premiers critères de convergence Propriété 2 (CRITERE DE CAUCHY POUR LES SERIES) Une série réelle ou complexe x n converge si et seulement pour tout ε > 0, il existe m N ε N tel que (m > n N ε ) x k ε. k=n+1 Preuve L suite (S n ) n N où S n = k=0 n x k est une suite réelle ou complexe. Donc elle converge si et seulement si elle est de Cuchy. Et (S n ) n N est de Cuchy si et seulement si pour tout ε > 0, il existe N ε N tel que (n N ε et m N ε ) S n S m ε. Ou encore si et seulement si pour tout ε > 0, il existe N ε N tel que (m > n N ε ) S n S m ε. Remrque IMPORTANT : d près l propriété précédente, si x n converge, lors lim n + x n = 0. Du coup, si lim x n 0, on dit que x n est grossièrement divergente. n + Preuve Démontré en cours. Définition 2 (CONVERGENCE ABSOLUE) On dit que l série (réelle ou complexe) x n est bsolument convergente si et seulement si l série (réelle) x n est convergente. 18

19 Séries dns R ou C : 3.2 Séries réelles à termes positifs Propriété 3 (CONVERGENCE ABSOLUE ET CONVERGENCE) Une série réelle ou complexe bsolument convergente est convergente. Preuve Si x n est bsolument convergente lors x n est convergente et vérifie donc le critère de Cuchy : m pour tout ε > 0, il existe N ε N tel que m > n N ε x k = m x k < ε. Or k=n+1 k=n+1 m m x k x k. Donc x n vérifie le critère de Cuchy. Elle est donc convergente. k=n+1 k=n Séries réelles à termes positifs Propriété 4 (COMPARAISON) Soient x n et y n deux séries réelles à termes positifs telles que pour tout n N, x n y n. Alors i) si y n converge lors x n converge, ii) si x n diverge lors y n diverge. Preuve i) Notons S n = n x k et T n = k=0 n y k. On pour tout n N, S n T n. k=0 Si y n converge, notons T = lim T n. Comme y n est à termes positifs, pour tout n + n N, S n T. De plus, comme x n est à termes positifs, (S n ) n N est croissnte. Comme elle est mjorée pr T, elle est convergente. ii) Si x n diverge, puisqu elle est à termes positifs, lim S n = +. Donc lim T n = n + n + +. Définition 3 (EQUIVALENCE) Soient (x n ) n N et (y n ) n N deux suites réelles ou complexes. On dit qu elles sont équivlentes à l infini et on note x n + y n si et seulement si pour n ssez grnd, x n = y n (1 + ε(n)) vec ε(n) = 0. lim n + 19

20 3.2 Séries réelles à termes positifs Séries dns R ou C : Propriété 5 (SERIES ET EQUIVALENTS) Soient x n et y n deux séries réelles à termes positifs telles que x n + y n. Alors xn et y n sont de même nture (convergentes ou divergentes). Preuve Si x n + y n, lors pour n ssez grnd, x n = y n (1 + ε(n)) où lim ε(n) = 0. Pour n ssez n + grnd, 1/2 ε(n) 1/2 donc y n /2 y n (1 + ε(n)) = x n 3y n /2. Puisque pour n ssez grnd y n /2 x n, si x n converge lors y n converge et si y n diverge lors x n diverge. Puisque pour n ssez grnd x n 3y n /2, si y n converge lors x n converge et si x n diverge lors y n diverge. Ces comprisons ne sont vlbles que prce que x n et y n sont à termes positifs. Définition 4 (NEGLIGEABILITE) Soient (x n ) n N et (y n ) n N deux suites réelles ou complexes. On dit que (x n ) n N est négligeble devnt (y n ) n N à l infini et on note x n = + o(y n ) si et seulement si pour n ssez grnd, x n = y n ε(n) vec ε(n) = 0. lim n + Propriété 6 (SERIES ET NEGLIGEABILITE) Soient x n et y n deux séries réelles telles que x n = + o(y n ). On suppose que y n est à termes positifs et qu elle converge. Alors x n est ussi convergente. Propriété 7 (SERIE DE RIEMANN) Soit α R +. Si α > 1 lors l série 1/n α converge et si α 1 lors elle diverge. Preuve Cette propriété ser démontrée pr comprison d une série et d une intégrle en dessous. Propriété 8 (COMPARAISON AVEC LES SERIES DE RIEMANN) Soit x n une série réelle à termes positifs. 1. S il existe α > 1 tel que pour tout n N, n α x n 1, lors x n converge. 2. S il existe α 1 tel que pour tout n N, n α x n 1, lors x n diverge. 20

21 Séries dns R ou C : 3.2 Séries réelles à termes positifs Preuve L preuve est une simple ppliction de l proposition précédente et du principe de comprison des séries à termes positifs. Les deux propriétés suivntes (règle de Cuchy et règle de D Alembert) consistent à comprer une série à termes positifs vec une série géométrique. L fçon l plus simple de les énoncer est d utiliser les limsup et liminf : Propriété 9 (REGLE DE CAUCHY) Soit x n une série réelle à termes positifs. Notons l = lim sup n xn. Alors n + i) Si l < 1, x n converge, ii) si l > 1, x n diverge, iii) si l = 1, on ne peut ps conclure. C est le cs douteux de l règle de Cuchy. Propriété 10 (REGLE DE D ALEMBERT) Soit x n+1 x n une série réelle à termes strictement positifs. Notons L = lim sup et n + x n x n+1 l = lim inf. Alors n + x n i) Si L < 1, x n converge, ii) si l > 1, x n diverge, iii) si l 1 L, on ne peut ps conclure. C est le cs douteux de l règle de D Alembert. x n+1 Remrque Lorsque lim existe, on L = l et l règle de D Alembert est lors très similire à l règle de Cuchy : n + x n i) Si l < 1, x n converge, ii) si l > 1, x n diverge, iii) si l = 1, cs douteux. Remrque LIEN ENTRE LES REGLES DE CAUCHY ET DE D ALEMBERT : x n+1 Si lim existe, lors lim n x n+1 xn existe et lim = lim n xn. Donc il est n + x n n + n + x n n + x n+1 inutile d essyer l règle de Cuchy si l règle de D Alembert donné lim = 1. n + x n x n+1 Si lim n existe ps, il est possible que lim n xn existe qund même, et il est n + x n n + possible qu on ne soit ps dns le cs douteux de l règle de Cuchy, même si on est dns le cs douteux de celle de D Alembert. 21

22 3.3 Comprison d une série et d une intégrle impropre Séries dns R ou C : 3.3 Comprison d une série et d une intégrle impropre Rppelons ici l définition d une intégrle impropre. Nous y reviendrons plus trd dns le chpitre conscré ux intégrles. Définition 5 (INTEGRALE IMPROPRE) Soient R et f : [, + [ R intégrble sur tout intervlle borné inclus dns [, + [. Si X lim X + converge, et on note impropre diverge. f(x)dx existe et est finie, on dit que l intégrle impropre f(x)dx = X lim X + f(x)dx f(x)dx. Sinon, on dit que l intégrle Propriété 11 (COMPARAISON SERIE ET INTEGRALE IMPROPRE) Soit f : [, + [ R intégrble sur tout intervlle borné inclus dns [, + [, décroissnte et positive. Alors l intégrle impropre même nture (convergentes ou divergentes). f(x)dx et l série f(n) sont de Preuve Comme f est décroissnte, on pour tout n N, pour tout x [n, n + 1], f(n + 1) f(x) f(n), donc n+1 n f(n + 1)dx C est à dire f(n + 1) f(x)dx Donc, puisque n+1 n n+1 n X =lim X + X N =lim X + X N n+1 n f(x)dx n+1 n f(x)dx f(n). Or f(n)dx. ( f(x)dx E()+1 f(x)dx + X 1 f(x)dx f(n), si n=e()+1 f(x)dx diverge, n+1 n ) f(x)dx. c est à dire n+1 f(x)dx diverge, lors f(n) diverge, et si f(n) converge, lors n converge. De même, puisque f(n+1) n+1 n f(x)dx, si et donc f(n) converge, et si f(n) diverge, lors f(x)dx f(x)dx converge, lors f(n+1) converge f(x)dx diverge. Exemple 1/n α, α > 0 : 22

23 Séries dns R ou C : 3.4 Séries à termes quelconques Si α 1, 1 { 1, si α > 1, 1 α +, si α < 1. Si α = 1, 1 1 x α dx = 1 x dx = X lim X + 1 lim X + [ln(x)]x 1 Donc 1 converge si et seulement si α > 1. nα 1 x α dx = = +. [ ] x 1 α X lim = X + 1 α 1 Propriété 12 (ENCADREMENT DU RESTE) Soit f : [, + [ R positive et décroissnte, telle que pour n, R n = Alors, pour tout n, f(x)dx R n f(k). k=n+1 n+1 n f(x)dx. f(x)dx converge. Notons Remrque Pour toute série réelle ou complexe x n convergente, l quntité R n = est ppelée reste d ordre n de x n, et on lim R. n + k=n+1 x k 3.4 Séries à termes quelconques Définition 6 (SERIE SEMI-CONVERGENTE) Lorsqu une série est convergente mis ps bsolument convergente, on dit qu elle est semi-convergente. Définition 7 (SERIE ALTERNEE) Une série réelle x n est dite lternée si et seulement si ( 1) n x n grde un signe constnt pour tout n N. 23

24 3.5 Sommtion pr pquets, produit Séries dns R ou C : Propriété 13 (REGLE DES SERIES ALTERNEES) Pour qu une série lternée x n converge, il suffit que l suite ( x n ) n N soit décroissnte et tende vers 0. De plus, dns ce cs, le reste d ordre n, R n = n N, R n x n+1. k=n+1 x k, vérifie pour tout Exemple ( 1) n /n est convergente mis ps bsolument convergente (donc elle est semi-convergente). Cette série est ppelée série hrmonique lternée. On peut montrer en ppliqunt Tylor-Lgrnge à ln(1 + x) sur [0, 1] que n=1 ( 1) n n = ln(2) Propriété 14 (REGLE D ABEL) Soit x n une série complexe où pour tout n N, x n = α n u n tels que i) l suite (α n ) n N est réelle, décroissnte et tend vers 0, n ii) il existe M R tel que pour tout n N, u k M. Alors x n est convergente. k=0 Exemple Pour α > 0 et θ 0 [2π], l série exp(inθ)/n α converge. En effet : 1/n α joue le rôle de α n, (1/n α ) n N est une suite réelle, décroissnte et qui tend vers 0. exp(inθ) joue le rôle de u n, n exp(ikθ) = 1 exp(i(n + 1)θ) 1 exp(iθ) 2 1 exp(iθ). k=0 2 Or est indépendnt de n, donc l règle d Abel s pplique. 1 exp(iθ) 3.5 Sommtion pr pquets, produit On peut remplcer des pquets de termes consécutifs pr leur somme effectuée : 24

25 Séries dns R ou C : 3.5 Sommtion pr pquets, produit Propriété 15 (COMPARAISON DE SERIES) Soit n ϕ(n) une ppliction strictement croissnte de N dns N. Soit x n une série complexe. On considère l série ϕ(n+1) 1 y n où y n = x k lors k=ϕ(n) i) Pour que x n converge, il est nécessire que y n converge. De plus, si c est le cs, x n = y n. ii) Si les x n sont des réels positifs, pour que x n converge, il est nécessire et suffisnt que y n converge. Définition 8 (PERMUTATION) On ppelle permuttion de N une bijection de N sur N. Définition 9 (SERIE COMMUTATIVEMENT CONVERGENTE) On dit qu une série x n est commuttivement convergente si et seulement si pour toute permuttion σ de N, l série x σ(n) est convergente. Propriété 16 (COMMUTAT. ET ABS. CONVERGENTE) Une série complexe est commuttivement convergente si et seulement si elle est bsolument convergente. Dns ce cs, s somme ne chnge ps si on chnge l ordre des termes. Remrque Cette propriété implique que pour toute série complexe semi-convergente, on peut trouver une permuttion des termes qui donne une série divergente. On peut ussi démontrer que pour toute série complexe semi-convergente, pour tout nombre complexe fixé à l vnce, on peut trouver une permuttion des termes qui donne une série dont l somme est ce nombre. Exemple à prtir de l série hrmonique lternée x n = ( 1) n+1 = 1 1 n = ln(2), n 1 n 1 on construit l série y n = n (2n + 1) 1 2(2n + 2) +... n 1 Puis, pr sommtion pr pquets, on considère 25

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction 2e semestre 2/ UE 4 U : Abrégé de cours Anlyse 3: fonctions nlytiques Les notes suivntes, disponibles à l dresse http://www.iecn.u-nncy.fr/ bertrm/, contiennent les définitions et les résultts principux

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Jen-Pierre Dedieu, Jen-Pierre Rymond ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Institut de Mthémtiques Université Pul Sbtier 31062 Toulouse cedex 09 jen-pierre.dedieu@mth.univ-toulouse.fr jen-pierre.rymond@mth.univ-toulouse.fr

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4 Université Pris I, Pnthéon - Sorbonne Licence MASS Cours d Anlyse S4 Jen-Mrc Brdet (Université Pris 1, SAMM) UFR 27 et Equipe SAMM (Sttistique, Anlyse et Modélistion Multidisiplinire) Université Pnthéon-Sorbonne,

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet Le Clcul Intégrl niveu mturité Dniel Frquet Eté 8 Tble des mtières Introduction Intégrle indéfinie 3. Définitions et générlités................................ 3.. Déf. d une primitive..............................

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

MATHEMATIQUES GENERALES partim A

MATHEMATIQUES GENERALES partim A Fculté des Sciences MATHEMATIQUES GENERALES prtim A Première nnée de bchelier en Biologie, Chimie, Géogrphie, Géologie, Physique et Informtique, Philosophie Année cdémique 04-05 Frnçoise BASTIN Introduction

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Les règles de Descartes et de Budan Fourier

Les règles de Descartes et de Budan Fourier Ojectifs de ce chpitre Mthémtiques ssistées pr ordinteur Chpitre 4 : Rcines des polynômes réels et complexes Michel Eisermnn Mt49, DLST LS4, Année 8-9 www-fourierujf-grenolefr/ eiserm/cours # mo Document

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Intégrale et primitives

Intégrale et primitives Chpitre 5 Intégrle et primitives 5. Ojetif On herhe dns e hpitre à onstruire l opérteur réiproue de l opérteur de dérivtion. Les deux uestions suivntes sont lors nturelles. Question : Soit f une pplition

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Fonctions analytiques

Fonctions analytiques CHAPITRE Fonctions analytiques Les principaux résultats à retenir : soit U un ouvert de C et f : U C. f est analytique sur U si et seulement si f est développable en série entière au voisinage de chaque

Plus en détail

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x )

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x ) Séries de Fourier Les séries de Fourier constituent un outil fondamental de la théorie du signal. Il donne lieu à des prolongements et des extensions nombreux. Les séries de Fourier permettent à la fois

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

ANALYSE IV 29-06-2009. Informations. (5) Pour rendre l examen il faut signer une feuille de présence disponible avec les assistants responsables.

ANALYSE IV 29-06-2009. Informations. (5) Pour rendre l examen il faut signer une feuille de présence disponible avec les assistants responsables. EXAMEN CORRIGE ANALYSE IV 9-6-9 informations: http://cag.epfl.ch sections IN + SC Prénom : Nom : Sciper : Section : Informations () L épreuve a une durée de 3 heures et 45 minutes. () Les feuilles jaunes

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2 GLMA -4 GLMA - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE - -4 CONTRÔLE CONTINU Durée : h Tout doument ou lultrie est interdit Il ser tenu ompte de l lrté et de l préision de l rédtion Il est importnt de justifier hune

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*)

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*) Revue d histoire des mthémtiques, 2 (1996), p. 1 66. AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES Bruno BELHOSTE (*) RÉSUMÉ. Dns cet rticle,

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers Microéconomie de l Incertitude M1 Bnque et Mrchés Finnciers Emmnuel DUGUET Notes de Cours, V1 2 1 Concepts de bse 5 1.1 Les loteries................................ 6 1.2 Le critère d espérnce mthémtique..................

Plus en détail

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL REGLEMET DU CLASSEMET ATIOAL / Les règles indiquées ici sont celles utilisées pour clculer les ttributions de points de l sison -. I. PRICIPES DE BASE Le clssement ntionl de l F.F.B. est le seul uquel

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Fonctions Analytiques

Fonctions Analytiques 5 Chapitre Fonctions Analytiques. Le plan complexe.. Rappels Soit z C, alors!(x,y) IR 2 tel que z = x + iy. On définit le module de z comme z = x 2 + y 2. On peut aussi repérer z par des coordonnées polaires,

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE Ch.I Commnde des systèmes logiques ogique comintoire - p1 SYSTEMES OGIQUES OGIQUE COMBINATOIRE I Commnde des systèmes logiques 1. Structure des systèmes utomtisés Reprenons l structure étlie dns le cours

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

Cours d Analyse I et II

Cours d Analyse I et II ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours d Analyse I et II Sections Microtechnique & Science et génie des matériaux Dr. Philippe Chabloz avril 23 Table des matières Sur les nombres. Les nombres

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Université Joseph Fourier Premier semestre 2009/10. Licence première année - MAT11a - Groupe CHB-1. Contrôle Continu 1, le 9/10/2009

Université Joseph Fourier Premier semestre 2009/10. Licence première année - MAT11a - Groupe CHB-1. Contrôle Continu 1, le 9/10/2009 Université Joseph Fourier Premier semestre 9/ Licence première année - MATa - Groupe CHB- Contrôle Continu, le 9//9 Le contrôle dure heure. Questions de cours. ) Soit f :]a, b[ ]c, d[ unefonctionbijectiveetdérivabletelleque,pourtoutx

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etb=MK2, Timbre=G430, TimbreDnsAdresse=Vri, Version=W2000/Chrte7, VersionTrvil=W2000/Chrte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Déprtement des Comptes Ntionux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail