BASE DE BIOÉTHIQUE SECTION 1 : SYLLABUS PROGRAMME D ÉDUCATION EN ÉTHIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BASE DE BIOÉTHIQUE SECTION 1 : SYLLABUS PROGRAMME D ÉDUCATION EN ÉTHIQUE"

Transcription

1

2 COURS DE BASE DE BIOÉTHIQUE SECTION 1 : SYLLABUS PROGRAMME D ÉDUCATION EN ÉTHIQUE Seteur es sienes soiles et humines Division e l éthique es sienes et es tehnologies Design & Proution: Juli Cheftel SHS/EST/EEP/2008/PI/1 UNESCO 2008 Version 1.0

3 COURS DE BASE DE BIOÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES Introution 3 Contenu u ours e se 6 Ojetifs pprentissge u ours 7 MODULE 1 Qu est-e que l éthique? 89 MODULE 2 Qu est-e que l ioéthique? MODULE 3 Dignité humine et roits e l homme (Artile 3) MODULE 4 Effets énéfiques et effets noifs (Artile 4) MODULE 5 Autonomie et responsilité iniviuelle (Artile 5) MODULE 6 Consentement (Artile 6) MODULE 7 Personnes épourvues e l pité e onner leur onsentement (Artile 7) 35 MODULE 8 Respet e l vulnérilité humine et e l intégrité personnelle (Artile 8) 39 MODULE 9 Vie privée et onfientilité (Artile 9) 43 MODULE 10 Églité, justie et équité (Artile 10) 46 MODULE 11 Non-isrimintion et non-stigmtistion (Artile 11) MODULE 12 Respet e l iversité ulturelle et u plurlisme (Artile 12) MODULE 13 Solirité et oopértion (Artile 13) MODULE 14 Responsilité soile et snté (Artile 14) MODULE 15 Prtge es ienfits (Artile 15) MODULE 16 Protetion es génértions futures (Artile 16) MODULE 17 Protetion e l environnement, e l iosphère et e l ioiversité (Artile 17) 69 2

4 INTRODUCTION Contexte Le 19 otore 2005, l Conférene générle e l UNESCO, réunie en s 33e session, opté l Délrtion universelle sur l ioéthique et les roits e l homme (i-près énommée l Délrtion). Ce texte énone un ensemle e prinipes e ioéthique qui ont été rrêtés un ommun or pr 191 Étts memres e l UNESCO u terme un intense proessus e onsulttions et e formultions, uquel ont prtiipé es experts inépennts et gouvernementux e toutes les régions u mone. Cet ensemle e prinipes offre une plte-forme ommune et universelle pr lquelle une ple grnissnte peut être fite à l ioéthique ns tous les Étts memres, et l UNESCO reçu l mission e promouvoir, e iffuser et énoner es prinipes à toutes fins prtiques. Le ours e se ompren eux setions. L Setion 1 (le présent oument) expose le ontenu e hque moule u progrmme, ve un énoné es ojetifs, le pln u ours et le mnuel e l enseignnt. L Setion 2 ontient les ouments étue proposés pour hun e es moules. Justifition Le Cours e se e ioéthique e l UNESCO vise à présenter ux étuints e l enseignement supérieur les prinipes e l Délrtion universelle sur l ioéthique et les roits e l homme. Rres sont les pys et les universités où un enseignement e l ioéthique été mis en ple. Le Cours e se e ioéthique e l UNESCO peut être une inittion à s engger ns ette voie. Son ontenu se fone sur les prinipes optés à l UNESCO. Il n impose on ni oneption ni moèle prtiulier e l ioéthique ; il énone es prinipes éthiques uxquels hèrent es experts sientifiques, es responsles politiques et es professionnels e l snté e ivers pys ux rtéristiques ulturelles, historiques et religieuses ifférentes. Comme son nom l inique e progrmme onstitue une se : il éfinit e qui evrit être onsiéré omme le minimum (u point e vue u nomre heures enseignement et u ontenu) pour un enseignement équt e l ioéthique. Il se prête à une pplition souple. Il invite ussi professeurs et étuints à en élrgir les pprohes et les ontenus ns iverses iretions. Ojetifs Le ours e se s rtiule utour ojetifs pégogiques. Chque moule s ouvre pr l inition ojetifs spéifiques. Si l ent est plé sur eux, e n est ps seulement pre qu ils servent à éterminer les ontenus e hque moule. C est ussi pre qu ils onstituent le point e éprt e l évlution u progrmme et e elle es étuints. Groupes iles Les étuints en méeine sont le premier groupe ile u ours e se. L enseignement evrit être ispensé vnt l fin e l phse linique e l formtion es étuints. Même si le ours e se peut être présenté u ours e l phse pré-linique, il ser prolement plus effie pour les étuints qui sont en phse linique. Ceux-i en effet uront uront expérimenté l néessité une réflexion éthique, ils reonnîtront plus isément l imension éthique es s et es prolèmes. De nos jours, l enseignement e l ioéthique oupe églement une ple ns utres yles étues soins infirmiers, sienes liées ux soins e snté, oontologie et snté pulique, pr exemple. Il est ispensé ux étuints en roit, en philosophie et en sienes soiles. Le ours e se s resse ussi à eux. Il les fmiliriser ve les spets fonmentux e l ioéthique ujour hui, et ve les priniples questions qui se posent ns e omine. Les étuints impliqués ns es reherhes entrées sur les êtres humins evrient reevoir une formtion plus poussée que elle u ours e se. Lorsque l ioéthique n est étuiée à uun niveu e l enseignement, le ours e se peut servir initition à l ioéthique pour les personnels u seteur es soins e snté (personnels méil et infirmier, notmment). Il on s ple ns l formtion post-institutionnelle et l éution ontinue. Il peut églement entrer ns le re e l éution ispensée ux memres es omités éthique. 3

5 COURS DE BASE DE BIOÉTHIQUE Struture u progrmme et pplitions possiles Des moules onstruits utour e prinipes L première hose qu un enseignnt remrquer à propos u progrmme, est le rtère innovnt et originl e s struture. Les ours éthique ispensés ns les éoles e méeine sont typiquement orgnisés en fontion e ilemmes méiux spéifiques, omme le ommenement ou l fin e l vie es êtres humins. Le ours e se, lui, s rtiule utour es prinipes ioéthiques e l Délrtion, hque moule (à l exeption es eux premiers) éveloppnt l un eux. L rison en est essentiellement que es prinipes ioéthique ont fit l ojet un onsensus e l prt es Étts memres, qui ont insi éterminé, sns équivoque possile, le noyu un enseignement e l ioéthique ns tous les Étts memres. Une soure inspirtion, et non un ours omplet Le ours e se ne oit epennt ps être onsiéré omme un ours omplet e ioéthique. Il fut reonnître que son ontenu n engloe ps néessirement tous les spets e l ioéthique. Les questions tritionnelles qui n y ont ps été inorporées pourrient être orées ns le re u progrmme en tnt qu exemples pertinents pour un ou plusieurs es prinipes e l Délrtion. De plus, le nomre es heures proposées pour hque moule evrit être onsiéré omme un minimum. Il serit préférle que les enseignnts ne jugent ps suffisnt le temps iniqué et s emploient à égger vntge heures pour leur enseignement. Même si l UNESCO veillé à e que le ours it égr ux ifférents ontextes soiux, ulturels et éonomiques, il fut souligner que les enseignnts oivent hoisir ve isernement les méthoes à employer pour en trnsmettre le ontenu, en séletionnnt les ouments fournis qui sont pertinents ou en en reherhnt utres isponiles illeurs. Le ours e se est on onçu omme un progrmme minimum enseignement e l ioéthique, suseptile être enrihi, étenu et ppliqué e mnière flexile selon les ontextes où il est enseigné. Il n impose ps tel ou tel moèle enseignement, mis se veut soure iées et e suggestions pour orer l enseignement e l ioéthique. Flexiilité Les enseignnts sont enourgés à onevoir, utour es moules u progrmme, es unités supplémentires xées sur es questions tritionnelles ou utres sujets pertinents, sns perre e vue que tous les moules evrient être trités, et que hun evrit se voir onsrer, à tout le moins, le temps minimum reommné. L orre es moules peut et evrit être pté selon le hoix pégogiques u professeur. Il est à noter epennt que les moules suivnts evrient être trités onjointement si l on veut respeter l logique u progrmme : moules 1 et 2 ; moules 5, 6 et 7 ; moules 13, 14 et 15 ; moules 16 et 17. Selon l struture e l enseignement universitire, el peut signifier que ertins moules u ours e se seront enseignés ux premiers stes u ursus universitire, et utres ultérieurement. L mise en œuvre u ours e se peut s ommoer e nomreuses vrintes, ès lors que les reltions voulues entre les moules et l ohérene e es erniers sont préservées. Il pprtient à hque éole et à hque université e onsrer es heures itionnelles à l pplition u ours e se, et e éier omment et à quel niveu elui-i evrit être intégré u progrmme universitire. 4 Une vision élrgie e l ioéthique Les enseignnts evrient voir à l esprit que le ours e se vise à leur permettre e onuire les étuints à réfléhir ux imensions éthiques e l méeine, es soins e snté et es sienes insi qu à leurs rpports ve les roits e l homme, et que l Délrtion ore l ioéthique en llnt plus loin que l pprohe iniviuelle qui est orinirement elle e l éthique, et en élrgit l portée pour inlure es questions soiles et olletives. Il onvient enfin e souligner que, même si un ours éié e ioéthique est importnt et néessire, l éthique oit, ns toute l mesure u possile, être enseignée à trvers tout le ursus universitire.

6 Introution Méthoes évlution Comme ve tout utre ours universitire, elui e ioéthique emne à être évlué. Son évlution evr être oule : Évlution u ours À l issue u ours e se, l enseignement evrit être évlué. Étuints et professeurs sont invités à fournir es ommentires sur l pplition u ours. L ojetif e ette évlution est e éterminer omment le ours et l enseignement pourrient être méliorés. Afin otenir es onnées omprles, l UNESCO élorer un questionnire normlisé pour l évlution u ours. Évlution es étuints Cette évlution pour ojetif e éterminer si l enseignement permis tteinre les ojetifs visés uprès e tous les étuints. Elle se onentre on sur l mesure e l impt u ours sur hque étuint iniviuellement. Diverses méthoes sont envisgeles : une épreuve érite, un test à hoix multiples, es evoirs érits, es nlyses e s, es exposés, es isserttions, es exmens orux. D utres méthoes évlution pourront être suggérées à l venir, selon les résultts e l évlution u ours e se. Oservtions et remrques es enseignnts À mesure qu ils ptent le ours e se u ontexte pégogique et à leur style enseignement, les professeurs sont invités à fire onnître les unités itionnelles qu ils ont mises u point utour es moules entrux u progrmme, insi que les ouments et mtériels étue supplémentires qu ils jugent utiles. Ils sont églement enourgés à ommuniquer leurs oservtions et remrques sur le ours e se, fin e permettre à l UNESCO e l méliorer. Meri e fire prvenir tous renseignements et mtériels à l resse suivnte : Progrmme éution en éthique (Cours e se e ioéthique) Division e l éthique es sienes et es tehnologies Seteur es sienes soiles et humines UNESCO 1, rue Miollis Pris Frne Aresse életronique : 5

7 COURS DE BASE DE BIOÉTHIQUE CONTENU DU COURS DE BASE MODULE 1 Qu est-e que l éthique?* 2 heures MODULE 2 Qu est-e que l ioéthique?* 2 heures MODULE 3 Dignité humine et roits e l homme (Artile 3) 2 heures MODULE 4 Effets énéfiques et effets noifs (Artile 4) 2 heures MODULE 5 Autonomie et responsilité iniviuelle (Artile 5)** 1 heure MODULE 6 Consentement (Artile 6)** 2 heures MODULE 7 Personnes épourvues e l pité e onner leur onsentement (Artile 7)** 2 heures MODULE 8 Respet e l vulnérilité humine et e l intégrité personnelle (Artile 8) 1 heure MODULE 9 Vie privée et onfientilité (Artile 9) 2 heures MODULE 10 Églité, justie et équité (Artile 10) 2 heures MODULE 11 Non-isrimintion et non-stigmtistion (Artile 11) 2 heures MODULE 12 Respet e l iversité ulturelle et u plurlisme (Artile 12) 2 heures MODULE 13 Solirité et oopértion (Artile 13)*** 2 heures MODULE 14 Responsilité soile et snté (Artile 14)*** 2 heures MODULE 15 Prtge es ienfits (Artile 15)*** 2 heures MODULE 16 Protetion es génértions futures (Artile 16)**** 1 heure MODULE 17 Protetion e l environnement, e l iosphère et e l ioiversité (Artile 17)**** 1 heure 6 Note reltive u ontenu * Les moules 1 et 2 sont inissoiles. ** Les moules 5, 6 et 7 sont inissoiles. *** Les moules 13, 14 et 15 sont inissoiles. **** Les moules 16 et 17 sont inissoiles. Totl: 30 heures (1 heure = 60 minutes)

8 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DU COURS Ojetifs générux Les étuints evront être ples : ientifier les questions éthiques qui se posent ns les omines e l méeine, es soins e snté et es sienes e l vie e justifier les éisions éthiques e mnière rtionnelle ppliquer les prinipes éthiques e l Délrtion universelle sur l ioéthique et les roits e l homme 7

9 COURS DE BASE DE BIOÉTHIQUE MODULE 1 Ojetifs pprentissge u moule Qu est-e que l éthique? Les étuints evront être ples : e reonnître et e istinguer e qui fit qu une question est spéifiquement éthique e éttre e questions éthiques Pln u ours 1 e f Le point e vue morl Qu est-e que l éthique? Le mone e l éthique L expériene universelle u evoir L expériene morle est universelle, mis ertines pereptions et ppréitions morles vrient Universlité et vriilité e l morle humine Affirmtions morles 2 L nture es jugements morux Trois types e phrses Grmmire e surfe et grmmire profone Critères morux et jugements morux 3 Une méthoe e risonnement éthique Première étpe : Disussion es fits i Le s ii Disussion es fits 8 e Deuxième étpe : Disussion es vleurs i Ientifition es prolèmes morux ii Détermintion u prolème prinipl iii Les vleurs en jeu Troisième étpe : Disussion es evoirs i Réflexion sur les s les plus rus ii Réflexion sur les utres s Qutrième étpe : Vérifition e l ohérene Cinquième étpe : Conlusion

10 Mnuel e l enseignnt MODULE 1 1 Le point e vue morl Qu est-e que l éthique? L morle est une imension e l vie humine qui n uun équivlent. Elle est profonément influenée pr plusieurs fteurs ulturels histoire, tritions, éution, onvitions religieuses, et. L ojet e ette isipline qu on nomme l éthique est l nlyse intelletuelle e ette imension e l être humin. L éthique ne rée ni le sens morl ni le omportement morl. Son ut est euoup plus moeste : explorer l nture e l expériene morle, ns son universlité et ns s iversité. Éthique et morlité sont générlement onsiérées omme synonymes pre que les eux termes vient à l origine le même sens, à svoir l étue e l isposition, u rtère ou e l ttitue une personne, un groupe ou une ulture onné, et es moyens e les promouvoir ou e les perfetionner. Le mone e l éthique Au ours e son éveloppement à trvers l histoire, l éthique en tnt que isipline fit l ojet e ifférentes pprohes. Auune elles n, à e jour, renontré l ssentiment générl. Il existe es systèmes éthiques qui s orgnisent utour e notions e roit positif, e evoir, oligtion, e vertu, e onheur, e prinipes, e onséquenes, et. Pour essyer e sisir e que hune e es pprohes peut pporter, il onvient e ommener pr nlyser l expériene morle universelle es êtres humins. Si l on proèe e l sorte, eux onepts se révèlent fonmentux : eux e vleur et e evoir. On peut ientifier es vleurs ns tous les peuples ettoutes les soiétés et, souvent, elles les rtérisent e mnière unique. Aussi les vleurs qui sont promues pr les religions, les tritions ulturelles, l histoire, et. sous-tenent-elles ette isipline qu on ppelle l éthique. Les vleurs sont sous-jentes à nomre utres onepts morux qui en érivent, tels que prinipes, normes, lois, vertus, et. L un es ojetifs les plus importnts e l éthique est l nlyse intelletuelle es vleurs et es onflits e vleurs, fin e éfinir nos evoirs. Et les evoirs font toujours intervenir les vleurs qui en jeu ns hque sitution prtiulière, qu ils promeuvent utnt que possile. L expériene universelle u evoir Nous pensons tous que ertines hoses sont à fire et utres à éviter. Nous vons le evoir gir e telle ou telle mnière plutôt que e telle ou telle utre. Le evoir est une es rtéristiques les plus universelles e l vie humine. Il n existe ps e lngue sns veres oligtion, omme evoir ou flloir, ni sns l impértif, pour exprimer es orres tels que Ne nuis point!, Tiens tes promesses!, Ne vole ps!, Ne mens ps!. De même il n y ps e soiété humine sns règles e onuite, interitions ou oligtions. L expériene morle est universelle mis ertines pereptions et ppréitions morles vrient Pr exemple, l morle n essé évoluer tout u long e l histoire e l humnité. Les vleurs morles vrient suivnt le lieu où nous vivons, l lngue que nous prlons, l ulture ou l religion que nous prtiquons. Demner ux étuints e onner es exemples. e Universlité et vriilité e l morle humine Il éoule es prééentes ffirmtions que l morle humine omporte es éléments universels et immules mis ussi es éléments spéifiques et onitionnés à l histoire. Struturellement, l morle est toujours l même mis son ontenu est vrile, u moins ns une ertine mesure. En fit, les vleurs morles sont en évolution inessnte. Mis, en même temps, ertins evoirs morux sont onstnts, truisnt les limites logiques e e qui entre ns le isours morl. Pr exemple, ne ps nuire à utrui ou ire l vérité. f Affirmtions morles Les êtres humins expriment, ommuniquent et éhngent es expérienes humines pr le lngge. Les ffirmtions sont es jugements, es propositions ou es élrtions qui onfèrent ertins préits à es sujets. 9

11 COURS DE BASE DE BIOÉTHIQUE 2 L nture es jugements morux Trois sortes e phrses i Le Mhtm Gnhi mesurit 1m50. ii Le Mhtm Gnhi étit imle. iii Le Mhtm Gnhi étit on. Grmmire e surfe et grmmire profone L expression grmmire e surfe ésigne l onstrution grmmtile es phrses sujet, vere, omplément. À et égr, les trois phrses qui préèent sont ientiques. Comme l première phrse ttriue une propriété à un sujet, nous pourrions nous ttenre qu il en ille e même es utres. Mis si nous exminons l mnière ont nous mnions es phrses en s e ésor initil sur l vérité e leur ontenu, nous onsttons que leur omportement iffère grnement. Cel montre que l grmmire profone, ou l logique, es phrses vrie. i Comment résolvons-nous un ésor sur l première phrse? Elle trit à une mesure. Même nous ne somme ps forément en mesure e proéer à ette mesure, nous svons ertinement omment elle pourrit être rélisée. Notre ppréition e l phrse épen e e svoir. Si eux personnes ivergent sur l ffirmtion ontenue ns ette phrse, l une es eux se trompe forément. L ivergene porte sur un fit ojetif, une onnée empirique. ii Comment résolvons-nous un ésor expliite sur l vérité e ette phrse? Chque prtiipnt à l isussion est peut-être en mesure e justifier s position. Mis il n est ps néessire qu ils le fssent, et ils peuvent simplement ire qu ils iment ien le Mhtm. Il n y uune limite logique à e que les gens peuvent ppréier ou ps. Il fut on ien en onlure que l phrse ne se rpporte uunement à Gnhi, mis u louteur, qui exprime seulement un sentiment que le Mhtm lui inspire. Il ne s git on ps u tout une ffirmtion qui peut être isutée. Il se peut que le louteur essie e nous user, mis il est impossile qu il se trompe. iii Comment résolvons-nous un ésor expliite sur l vérité e l ernière phrse? Nul ne peut ire qu il fit ette ffirmtion sns rison, r elle ne épen ps u on plisir u louteur. Qui plus est, il y es limites à e qui ompte omme rguments eptle. L rgument oit être morl. Ainsi, le fit que Gnhi étit un homme e pix qui soutenit l ontesttion non violente serit une justifition possile e l ffirmtion. Mis un utre oservteur pourrit estimer que le hoix e l ontesttion non violente est une mnifesttion e filesse qui essert l reherhe e l justie. Ce serit une rison possile pour être en ésor ve l ffirmtion. Ainsi, l même onsiértion peut être un rgument pour ou ontre le jugement ontenu ns l phrse. Il s ensuit que es ritères pertinents sont néessires, mis qu ils ne grntissent ps néessirement l rélistion un or. Critères morux et jugements morux Il y, ns l histoire e l éthique, eux grns groupes e penseurs qui ont es visions ifférentes es ffirmtions morles selon qu ils tiennent que l phrse (iii) ressemle plus à l phrse (i) ou à l phrse (ii). Un groupe voit les pssions et les émotions omme l élément lé es ffirmtions morles, qui se rpprohent on euoup e l ffirmtion (ii). L possiilité qu uun or ne puisse être tteint pr simple pplition e l rison est on prise très u sérieux. Cette pprohe epennt ne tient ps ompte u fit qu il y es limites logiques ux sentiments qui sont pertinents pour les ffirmtions morles. On remrqué que, pour éprouver un sentiment e fierté, il ne suffit ps e le vouloir. Il fut ien plutôt se remémorer quelque rélistion ou mnifesttion ont il y lieu être fier. De même, nous ne pouvons éprouver e sentiment morl qu est l honte sns nous rppeler quelque événement peu glorieux e notre existene. On ussi signlé qu uune règle e onuite ne peut être onsiérée omme un prinipe morl si elle n est ps rtthée à un groupe e onepts tels que le respet, l sinérité, l fierté, l ostenttion, le ommge, le ienfit, et. Ces limites logiques 10

12 MODULE 1 font que les ffirmtions morles semlent se rpproher e l phrse (i). Mis si l on mettit trop en vnt ette nlogie, el vourit ire que tous les ésors morux pourrient être résolus pr le reours à es prinipes et ritères. Or, s il n y vit ps e vleurs morles, il n y urit ps e prolèmes morux, r es erniers sont le prouit es tensions qui se réent entre es vleurs ns ertines situtions. Nénmoins, l rison un rôle à jouer ns l réflexion morle r les limites logiques que nous vons évoquées oivent être respetées. Bien souvent, l réflexion risonnle filiter l rélistion un or, mis on ne peut simplement ps le grntir. 3 Une méthoe e risonnement éthique Prise e éision et éthique L éthique est une isipline à l fois théorique et prtique. Le lngge e l éthique renvoie à es evoirs et es vleurs. Un es uts e l éthique est e éterminer l onne éision et, pour e fire, il fut proéer étpe pr étpe et nlyser or les fits, puis les vleurs en jeu et enfin les evoirs. Première étpe : isussion es fits i Le s L isussion ommene toujours e l même fçon, ve l présenttion un prolème ou un s, souvent iffiile u point e vue morl. Cette iffiulté est perçue omme un onflit, générlement ppelé onflit morl. Les onflits surgissent lorsqu une éision oit être prise et qu il est iffiile e hoisir l onuite à tenir pre que toutes les tions possiles mettent en jeu es vleurs importntes, et qu en hoisir une implique le non-respet utres vleurs impérieuses. Le ut u risonnement éthique est toujours le même : ier l personne à résoure e type e prolème, en prennt es éisions visées. ii Disussion es fits Pour résoure un onflit morl, l première hose qu il nous fut fire est nlyser soigneusement les fits, en réuisnt u mximum les inertitues et en orrigent les iées fusses. L tâhe n est ps file et pren générlement euoup e temps. Mis à e ste, l nlyse ttentive es fits est élémentire, si on veut fire les hoses orretement. Pr exemple, l nlyse minutieuse es fits méiux est inispensle en méeine pour éterminer l étt un ptient : ignosti, pronosti et tritement. C est une tâhe très iffiile. Nous evons réuire utnt que possile les inertitues, pr le iis un proessus e éliértion iniviuelle ou olletive. Personne n onnissne e tous les fits qui peuvent intervenir ns telle ou telle sitution. Notre pereption es fits est influenée pr notre éution, notre ontexte ulturel, nos onnissnes et notre expériene personnelles. Il se peut que nous yons été entrînés à perevoir ertins fits, pr exemple les fits méiux, sns voir l même sensiilité à utres omme l sitution soioéonomique u ptient que es personnes ynt une formtion ifférente sisiront plus promptement. Aussi evons-nous nlyser les fits ve soin, en prennt en onsiértion l vis utrui lorsqu un s iffiile se présente. En méeine, pr exemple, il est fréquent que les memres e l équipe soignnte se réunissent en onférene linique pour exminer ensemle un s linique, fin e réuire leur inertitue qunt u ignosti, u pronosti et u tritement. Toutefois, leur nlyse evrit s étenre u-elà es seules onnées méiles pour tenir ompte e l personne u ptient tout entière. Deuxième étpe : isussion es vleurs i Ientifition es prolèmes morux L nlyse un s ommene lorsque quelqu un pense voir un prolème et qu il pense que est un prolème morl. Ces s sont souvent plus omplexes qu il n y prît e prime or. Un prolème est soulevé, mis el n implique ps que e soit le seul prolème que pose le s en question. Il est on néessire ientifier et e érire les ifférents prolèmes morux que nous pouvons trouver ns le s, fin e permettre une isussion pprofonie et sns miguïté. 11

13 COURS DE BASE ii Détermintion u prolème prinipl DE BIOÉTHIQUE Après voir ientifié tous les prolèmes éthiques soulevés pr le s onsiéré, nous evons hoisir elui qui fer l ojet es prohines étpes e l nlyse. Il fut isuter les prolèmes un pr un. Ce n est qu près voir isuté un prolème que l on pourr en orer un utre et insi e suite. Si on mélnge ifférents prolèmes, il ser impossile e prvenir à une onlusion. En tout étt e use, nous estimons que le prolème à orer en premier oit être, ien entenu, elui soulevé pr l personne qui présenté le s lors e l première étpe. C est le prolème prinipl, pour elle en tout s, et notre evoir ns l imméit est e l ier à prenre une éision visée. Il se peut que le prolème soulevé pr ette personne soit mineur pr rpport à utres prolèmes morux soulevés pr le s onsiéré. Il se peut lors que l solution es prolèmes mjeurs fsse purement et simplement isprître le prolème initil. Ainsi, un méein pourrit estimer que l question est e svoir s il fut ou non hoisir pour un ptient un tritement plus oûteux, lors que le prolème mjeur est qu il n ps herhé à svoir si le ptient veut ou non se fire soigner. C est pourquoi nous evons nlyser le prolème soulevé pr l personne qui présenté le s, et, s il y lieu, les utres prolèmes ont épen s solution. iii Les vleurs en jeu Nous vons prlé jusqu à présent e prolèmes et e prolèmes morux. Nous n vons ps éfini préisément ette expression. Les prolèmes morux» sont toujours onrets, préis. Ils ne sont ps strits. Lorsqu une personne un prolème morl, est qu elle ne sit ps quelle est l vleur morle à respeter ns l sitution onsiérée. Nous isons qu elle est en proie à un onflit e vleurs. C est pourquoi le lngge préis es prolèmes morux peut être truit ns le lngge strit et universel es vleurs et es onflits e vleurs. Les vleurs sont es qulités prtiulières. Pr exemple, l justie et l vérité sont es vleurs. Les vleurs sont es qulités que les humins jugent importntes. L pensée un mone sns justie ou sns uthentiité nous fit omprenre que es vleurs sont importntes ou positives. Elles ont, ien sûr, leur ontrire l injustie, pr exemple. Notre evoir est toujours et néessirement e onner effet à es vleurs positives et e les promouvoir ns notre mone. Et les onflits morux surgissent lorsque l mise en prtique une vleur ontrrie l hésion à une utre. Pour résoure le onflit, l première hose à fire est ientifier les ifférentes vleurs en jeu, est-à-ire e truire les prolèmes morux en termes e vleurs et e onflits e vleurs. Troisième étpe : isussion es evoirs Un onflit e vleurs peut être résolu e ifférentes mnières et notre evoir est ientifier et e hoisir l meilleure, est-à-ire elle qui ontriue le mieux à l rélistion e vleurs positives ou qui enfreint le moins les vleurs en use. Nous evons on ientifier les ifférentes mnières e proéer. Et le plus file est ientifier or les options les plus extrêmes. i Réfléhir ux s les plus rus Il est importnt que le méein soit sensile à tout l ensemle es vleurs éthiques lorsqu il s oupe e s liniques. Cepennt, le fit y être sensile le onfronter souvent à es éfis qui ne se poserient ps utrement. Ces éfis sont éthiques pr nture en e que se sont les tensions entre ifférentes vleurs à respeter qui renent iffiile l étermintion e l onuite à tenir. Des éfis e e genre, plus ou moins iffiiles, se poseront. Les plus prolémtiques pour le méein, seront eux où il semle que, quelle que soit l onuite qu il opte, il fer quelque hose e ml en mnqunt u respet une vleur importnte. Qulifiées e ilemmes, es situtions sont plus rres qu il semlerit e prime or. Dns l pluprt es s, une réflexion minutieuse révéler que le ilemme n est qu pprent. C est le s ns l exemple suivnt. Un témoin e Jéhovh refuse une trnsfusion snguine à use e ses onvitions religieuses sinères, mis emne en même temps qu on l ie à rester en vie. Les eux vleurs en jeu en l ourrene sont le respet e son ien-être spirituel, une prt, et elui e son ien-être physique, utre prt. Nous pourrions penser tout or qu il nous est impossile, ns ette sitution, e onner effet à es eux vleurs. Si étit ien le s, il nous furit hoisir entre les extrêmes et srifier une vleur à l utre, en pensnt que, quel que soit notre hoix, nous ferons u tort u ptient. Cel onstituerit un ilemme morl. Nous pourrions estimer que le meilleur résultt u tritement serit l survie u ptient, lors qu il pourrit onsiérer que survivre u prix une mntion éternelle serit le pire es sorts. 12

14 MODULE 1 Notre premier evoir morl est e tenter e respeter toutes les vleurs en jeu ns toute l mesure u possile. Iélement, il nous fut trouver un moyen e suver l vie u ptient sns fire fi e ses roynes religieuses. En utres termes, nous evons exminer e près notre iée initile que nous sommes ux prises ve un véritle ilemme. Il existe e nomreuses mnières e respeter les eux vleurs en preil s. Ainsi, quelque 12 % es témoins e Jéhovh n hèrent ps pleinement à l otrine e l Wthtower Soiety onernnt le sng. Une solution interméiire onsisterit on à évluer les onvitions personnelles es ptients témoins e Jéhovh qunt à l utilistion u sng et es prouits érivés. Certins entre eux les eptent, sous ertines formes. S il pprît que notre ptient est fermement opposé à l trnsfusion, il existe utres solutions. L une elle est le reours à es tehniques hirurgiles ns lesquelles le sng n intervient ps. Une utre onsiste à utiliser es sustituts e l trnsfusion, omme les expnseurs u volume snguin et les thérpies à se oxygène (Perfte, Hemopure, Oxygent, PolyHeme, Perflorn). Autre possiilité enore : éviter l emploi u sng ou e tout sustitut à moins que l néessité ne s en fsse réellement jour. Ainsi, ns le s à l étue, les exigenes éthiques ppremment ontritoires pesnt sur le liniien peuvent toutes eux être stisfites. En ne réfléhissnt ps à es questions, le prtiien pourrit fire euoup e tort u ptient, quelle que soit elle es eux options pprentes qu il hoisisse. ii Réflexion sur les utres s L pluprt es prolèmes morux qui se posent ux méeins ns leur prtique quotiienne sont moins grves que les ilemmes pprents omme elui u s prééent. Ils se présentent générlement sous l forme un ertin nomre e vleurs éthiques qui requièrent l ttention et s imposent ux prtiiens. Ils exigent un exmen ttentif mis rien ne porte à penser qu il est impossile ux prtiiens e trouver une solution eptle. Nous pourrions les ppeler prolèmes morux plutôt que ilemmes morux. Toutefois, es nuisnes onsiérles peuvent être usées si le méein ne pren ps en onsiértion les ifférentes questions qui se posent. S réflexion oit le mener à peser les ifférentes vleurs en jeu les unes pr rpport ux utres, ns une sitution spéifique, pour tenter e prvenir à l éision l plus visée. Cette éision ser elle qui est le moins ontestle morlement, ou, en utres termes, elle qui enfreint le moins les vleurs en use. Cette réflexion peut être omplexe, et es s ifférents peuvent présenter es spets qui font penher l lne un ôté ou un utre fin e onner l priorité à telle ou telle vleur. Mlheureusement, une solution prfite n est ps toujours isponile, il y un ertin nomre e résultts possiles. Il y eux ns lesquels hque vleur est quelque peu enfreinte mis sns grn oût morl, et eux où il pprît qu une vleur ou un ensemle e vleurs pèsent plus lour que les utres ns les ironstnes onsiérées. Dns e ernier s, ette vleur ou et ensemle e vleurs l emporteront sur les utres sns oût morl r, en preil s, le evoir pprît lirement. Qutrième étpe : vérifition e l ohérene Il importe que l réflexion morle soit ohérente. L éfense un point e vue prtiulier implique qu un pois inu soit ttriué à une ou à plusieurs onsiértions pre que est onforme ux intérêts u éieur. Cel est toujours préjuiile à l éision et empêhe l rison e jouer le rôle qui lui revient ns l réflexion éthique. Nous vons à notre isposition un ertin nomre e tehniques pour nous prémunir ontre e mnque e ohérene. i Nous pouvons nous référer à es ritères externes tels que le roit. Le roit ne résout ps les prolèmes éthiques, mis il inrne générlement les vleurs morles es itoyens. Il peut epennt rriver ussi que les lois soient in justes et ne puissent nous ier. ii Nous pouvons églement nous emner : me omporteris-je e ette fçon si tout le mone svit que je me omporte e ette fçon? Une ppréition sinère à et égr ppeller notre ttention sur notre éventuel mépris un prinipe extrêmement importnt ns l histoire e l éthique, à svoir qu il fut toujours hoisir l onuite que nous souhiterions voir ériger en règle universelle. iii Nous ne evons ps nous préipiter pour tirer les onlusions e notre réflexion morle. Dns l prtique, les méeins qui sont onfrontés à es prolèmes morux sont ssillis pr toutes sortes émotions. Ces sentiments ne sont ps énués importne, mis ils peuvent osurir temporirement le jugement et fvoriser l option e éisions hâtives. Utiliser le temps isponile, y ompris pour onsulter es ollègues, permet à es émotions e s piser et filite l prise e éisions plus sges. 13

15 COURS DE BASE DE BIOÉTHIQUE e Cinquième étpe : onlusion Le résultt souhité e es tivités e réflexion est l option e éisions visées. L sgesse prtique, l rt e prvenir à es éisions réfléhies, est l vertu morle pr exellene. Des éisions réfléhies n emportent ps néessirement l hésion universelle. Des personnes sérieuses et responsles peuvent être en ésor sur es questions éthiques. Cepennt, il été it que l vie sns réflexion ne vut ps l peine être véue et, ns le omine e l méeine, il est ertinement vri que l vie sns réflexion morle est éplorle. 14

16 MODULE 2 Ojetifs pprentissge u moule Qu est-e que l ioéthique? Les étuints evront être ples : MODULE 2 expliquer l ifférene entre l éthique méile et l ioéthique e ifférenier l ioéthique u roit, e l ulture et e l religion expliquer les prinipes e l ioéthique et les ppliquer e mnière équilirée Pln u ours 1 L nissne e l ioéthique L invention u mot ioéthique L ioéthique, une psserelle entre les fits et les vleurs L ioéthique pr opposition à l éthique méile L oneption e Potter e L ioéthique, éthique monile 2 L snté et l mlie en tnt que vleurs L snté et l mlie sont non seulement es fits mis ussi es vleurs L snté synonyme e ien-être 3 e f g Les prinipes e ioéthique les éisions en mtière e soins e snté reposent à l fois sur es fits et sur es vleurs Les prinipes e l Délrtion universelle sur l ioéthique et les roits e l homme Au ours e l histoire, e nomreux prinipes n ont ps été respetés Pternlisme et onsentement éliré Les onflits entre les prinipes ioéthiques. Les limites e l utonomie es ptients Les limites e l justie et e l réprtition es ressoures Les limites u pternlisme 15

17 COURS DE BASE DE BIOÉTHIQUE 4 Les omités éthique Dns le pssé, les onflits orre morl étient rres Aujour hui, e nomreux prinipes oivent être respetés et ils sont souvent ontritoires L pprition e onflits n est ps un ml L ojetif prinipl e l ioéthique est e gérer les onflits orre morl e Pour tteinre et ojetif, l ioéthique fit ppel à l isussion f Les omités e ioéthique, res e réflexion g Les ifférents types e omités h Les omités éthique ne sont ps es triunux 5 Le professionnlisme méil L éthique professionnelle L évolution e l éthique méile L ojetif immule e l éthique professionnelle Les professionnels visent l exellene Mnuel e l enseignnt 1 L nissne e l ioéthique Le mot ioéthique est reltivement nouveu. Il été introuit en 1970 pr un iohimiste, Vn Rensseler Potter, qui voulit ppeler l ttention sur le fit que l siene vit progressé à grns ps sns qu une ttention suffisnte it été prêtée ux vleurs. Pennt un ertin temps, le terme été ssoié à l volonté e relier fits sientifiques et vleurs ns le omine e l environnement. Il quis ujour hui une signifition plus générle, englont l éthique méile ou, plus générlement, l éthique es soins e snté. L histoire offre quelques exemples e trvux e réflexion sur l éthique e l méeine, mis l ioéthique onné nissne à plusieurs sous-isiplines es ernières éennies. Leur éveloppement été stimulé à l fois pr l exploittion êtres humins ns le re e l reherhe méile, qui pris es formes extrêmes u ours e l Seone Guerre monile, et pr l pprition e tehnologies méiles qui interrogent es vluers ommunément mises mises. Potter onçu ette nouvelle isipline, l ioéthique, omme une psserelle entre les fits et les vleurs. Selon lui, urnt l seone moitié u XXe sièle, le svoir et les moyens tehniques ns le omine es sienes e l vie n vient essé e se évelopper, lors que l réflexion sur les vleurs en jeu n vit ps progressé ns l même mesure. Potter it qu il formé le mot ioéthique en ssoint eux mots gres, íos, l vie, qui représente l rélité u vivnt et les sienes e l vie, et éthos, l morle, qui renvoie à es vleurs et es evoirs. Une profession qui, epuis es millénires, s est oupée e l vie, en prtiulier e l vie humine, est l méeine. Mis ujour hui, nomreuses sont les isiplines sientifiques et les professions qui interviennent ns e omine. Pr onséquent, il ne fut ps onfonre l ioéthique ve l éthique méile, qui n est qu une e ses rnhes. Le hmp e l ioéthique est ussi vste que les phénomènes e l vie, et son étue est ivisée en e nomreux omines, hun ynt s spéifiité propre : l ioéthique éologique ou environnementle, l ioéthique méile, l ioéthique linique. 16

18 MODULE 2 L iée e Potter, et elle e l ioéthique en générl, est que tout e qui est tehniquement possile n est ps forément morlement juste, et que nos interventions ns l nture et ns l environnement, sur les nimux et sur les êtres humins, oivent être soumises à un ertin ontrôle. L venir e l vie et e l humnité est en jeu. e f L ioéthique est l première tenttive e onner une imension monile à l éthique. Bioéthique monile (Glol Bioethis, 1988) est illeurs le titre un es ouvrges e Potter. Au long e son histoire, l éthique n jmis eu e imension monile. L plus grne expnsion qui lui it été onnée été le prinipe kntien universlité : Agis toujours selon une mxime ont tu peux en même temps vouloir qu elle soit érigée en règle universelle. Mis le philosophe llemn Emmnuel Knt ( ) onnit prolement u mot universel un sens très limité, omprennt seulement tous les êtres humins tuellement vivnts. Au ontrire, le onept e monilistion engloe non seulement tous les êtres humins tuellement vivnts mis ussi les génértions futures (ésignées pr l expression êtres humins virtuels ), tous les utres orgnismes vivnts insi que l nture et l environnement. L ioéthique monile ompren on : i L humnité (voir moules 5 à 15) ii Les génértions futures (voir moule 16) iii Tous les orgnismes vivnts et l environnement (voir moule 17) 2 L snté et l mlie en tnt que vleurs L snté et l mlie, omme l vie et l mort, ne sont ps e purs fits, elles sont églement porteuses e vleurs. En générl, l snté et l vie sont vlorisées, et l mlie et l mort évlorisées. Il est vri ussi que les vleurs peuvent éterminer les éléments onstitutifs e l snté elle-même. Selon e nomreux méeins, en Oient en prtiulier, l snté et l mlie ne peuvent se onevoir que omme e simples fits. Les mlies, isent-ils, sont ues à une ltértion, qui peut être étlie sientifiquement, e ertins tissus ou e ertines prties u orps humin. Ils en onluent que l mlie est un fit sientifique u même orre que les fits oservés hituellement en physique ou en himie. Nous onsiérons l snté omme une vleur positive, omme un ien, et l mlie omme une vleur négtive, omme un ml. On outume ujour hui ssimiler l snté u ien-être. C est là l iée entrle e l éfinition e l snté onnée pr l Orgnistion monile e l snté (voir moule 4). De nos jours, les gens se pensent mles lorsqu ils ne ressentent ps un ien-être totl, même en l sene e moifitions iologiques. Du fit e ette nouvelle oneption e l snté, les vleurs ont une importne rue ns les notions e snté et e mlie. 3 Prinipes e ioéthique Les méeins et utres personnels soignnts sont ppelés à prenre es éisions onernnt l snté e leurs ptients. Nomre es fits qu ils prennent en onsiértion omportent es vleurs elui, pr exemple, qu un étt onné génère es souffrnes ou mene l existene u ptient, ou qu il nuit e quelque utre mnière à son ien-être. Nous vons toujours le evoir e promouvoir et ppliquer es vleurs. L promotion e vleurs est à l origine es normes. Lorsque es normes sont générles et e vste portée, on les ppelle es prinipes. L Délrtion universelle sur l ioéthique et les roits e l homme e l UNESCO énone 15 prinipes e ioéthique : i Dignité humine et roits e l homme ii Effets énéfiques et effets noifs iii Autonomie et responsilité iniviuelle iv Consentement v Personnes inples exprimer leur onsentement 17

19 COURS DE BASE DE BIOÉTHIQUE vi Respet e l vulnérilité humine et e l intégrité personnelle vii Vie privée et onfientilité viii Églité, justie et équité ix Non-isrimintion et non-stigmtistion x Respet e l iversité ulturelle et u plurlisme xi Solirité et oopértion xii Responsilité soile et snté xiii Prtge es ienfits xiv Protetion es génértions futures xv Protetion e l environnement, e l iosphère et e l ioiversité e f g Au ours e l histoire, euoup e es prinipes n ont ps été respetés. Pr exemple, les méeins vient outume e prenre les éisions liniques en ppliqunt leurs propres vleurs, sns tenir ompte e elles es ptients. Ils estimient qu en leur qulité experts, étient eux qui svient le mieux e qui étit on pour leurs ptients, tout omme les prents svent e qui est le mieux pour leurs enfnts. Cett pprohe été historiquement ppelée pternlisme, et est e nos jours onsiérée omme inptée. Le pternlisme est un omportement qui pourrit être onsiéré omme morlement justifié lorsque les soiétés sont homogènes u point e vue es vleurs. Il en étit insi utrefois, et on pourrit être tenté e penser que est enore le s ujour hui ns e nomreuses régions u mone. Les memres es soiétés tritionnelles prtgeient les mêmes vleurs. Qun les méeins prenient es éisions méiles en ne tennt ompte que e leurs propres vleurs, ils pouvient on estimer qu ils respetient églement les vleurs e leurs ptients. Mis ette sitution hngé rilement u ours es erniers sièles, en rison notmment e l moilité onstnte es popultions et u mélnge e vleurs, e roynes et e tritions ifférentes ns les soiétés moernes. Il existe peut-être enore es soiétés où les méeins peuvent supposer que les ptients prtgent leurs vleurs, mis elles sont en tout étt e use très peu nomreuses. Les méeins oivent prenre en ompte les vleurs uxquelles hèrent les ptients. C est là l origine e l otrine u onsentement éliré, qui v à l enontre u pternlisme tritionnel e l profession méile. Les prinipes morux qui sont ii en jeu orresponent, ns l liste préitée, ux numéros (i), (iii), (iv), (vi), (vii) et (x). Les professionnels oivent respeter les vleurs es ptients. Mis ns ertins s, es vleurs ne peuvent ps être respetées pr les méeins, pre qu elles ontreisent utres prinipes ioéthiques. Le préepte : Tu ne nuirs point exprime l un es evoirs fonmentux es professionnels e l snté. Les interventions méiles omportent es risques et es effets seonires importnts et il n est ps rre qu elles soient noives. L essentiel est on e trouver un équilire entre les énéfies et les risques pour éterminer si une proéure méile est ommgele ou non. Les prinipes morux portnt les numéros (ii), (ix) et (xv) ns l liste fixent une limite à l utonomie es ptients. Le prinipe e l équité ns l ès ux soins e snté et l istriution es ressoures est une utre limite ux vleurs es ptients. Les progrès tehnologiques roissnts e l méeine ugmentent le oût es soins e snté u point que l pluprt es gens ne peuvent plus y fire fe. Il s ensuit une utre série e prolèmes morux, tous en rpport ve l justie, le roit ux soins e snté et l istriution équitle e ressoures rres. Les prinipes morux qui tritent e es questions portent les numéros (viii), (ix), (x), (xi), (xii), (xiv) et (xv). Nous vons le evoir morl non seulement e ne ps nuire ux utres, mis ussi e les ier et e leur fire u ien. Cel est prtiulièrement importnt ns le s es professionnels e l snté étnt onné que leur ojetif est e fire e leur mieux pour ier les mles. Ce prinipe toujours été u œur e l éthique méile, mis ujour hui les professionnels ne peuvent éterminer à eux seuls e qui est énéfique ou non pour les ptients ; l éision pprtient ussi, et priniplement, ux ptients. Ne ps en tenir ompte, est fire u pternlisme. Agir e l mnière énuée e pternlisme l meilleure possile, voilà l nouvelle interpréttion es prinipes morux portnt les numéros (ii), (v) et (xiii). 18

20 4 Les omités éthique MODULE 2 L sitution ns le omine es soins e snté n jmis omporté utnt e onflits potentiels qu ujour hui. L éthique méile tritionnelle fontionnit selon le prinipe morl e l ienfisne et e l non-mlfisne, ompris e fçon pternliste. Le professionnel étit seul à prenre une éision, et l ienfisne et l nonmlfisne onstituient les seuls prinipes morux à respeter. L possiilité un onflit morl étit on très istnte. e En revnhe, es vleurs et es prinipes morux ifférents interviennent ns hque sitution spéifique, entrnt souvent en onflit les uns ve les utres. Il y es onflits potentiels entre hun eux. Le nomre e onflits n est ps lié à l morlité une soiété, ou une profession. En fit, les onflits pprissent qun les gens ont le roit e éier et e prenre prt u proessus e éision. Qun une seule personne étient le pouvoir e éision et que l unique evoir morl es utres est oéir, les onflits sont prtiquement impossiles. Les onflits font prtie e l vie humine, et ils sont plus fréquents à mesure que le respet e l lierté humine et e l iversité morle ugmente. Le prolème tient non ps à l existene e onflits, mis à l volonté e les reonnître et e les résoure. C est là l ojetif prinipl e l ioéthique : former les gens à l gestion es onflits orre morl e fçon qu ils prennent es éisions juiieuses et méliorent insi l qulité es soins e snté. À ette fin, l ioéthique fit ppel à l éliértion pour orer les onflits morux et y réfléhir. Cette proéure permet e trviller iniviuellement, surtout qun les prolèmes ne sont ps trop omplexes. Mis qun les onflits présentent es iffiultés, ou mettent en use e nomreuses prties, le ét oit être olletif. f Il existe quelques omines, en ehors e l prise es éisions reltives ux tritements, où es orgnismes e ioéthique spéiux ont été réés pour inorporer le respet es vleurs ns l régultion sur les soins e snté. C est l origine e e qu on ppelle les omités e ioéthique. Ce sont es orgnes e réflexion mis en ple pour permettre e prenre es éisions visées et formuler es reommntions qunt ux grnes orienttions à suivre. Il existe ifférents types e omités éthique, omme l iniquent les guies e l UNESCO Étlir es omités e ioéthique et Les omités e ioéthique u trvil : proéures et politiques : i omités hrgés e l formultion es politiques et/ou onsulttifs (CNE) ii omités e ioéthique ssoitions e professionnels e l snté (CPS) iii omités éthique es soins/ éthique hospitlière (CEH) iv omités éthique e l reherhe (CER) g h Chun e es omités ses prtiulrités, omme l iniquent les ouments e l UNESCO. Pr exemple, les omités éthique es soins (CEH) font un gros trvil ns le omine e l ioéthique linique. Ils sont omposés e méeins, infirmières, e trvilleurs soiux et e non-professionnels, hommes et femmes. L iversité es prours, es spéilistions et es expérienes permet e mieux omprenre les s, enrihit les perspetives iniviuelles et filite l prise e éision. Les CEH ne sont ps es orgnes juiiires ont l responsilité est e sntionner les omportements répréhensiles et imposer es mesures isiplinires. C est là une es ifférenes mjeures entre les omités éthique et les triunux. Le ut e l éthique n est ps e fire onurrene u roit, mis e fvoriser l prise e éisions visées et l exellene professionnelle. L ioéthique ne herhe ps e qui est onforme un point e vue juriique, mis e qui est le mieux un point e vue humin. Son ut est e promouvoir les meilleurs hoix possiles. 19

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

La plateforme Next Generation Mini guide

La plateforme Next Generation Mini guide L plteforme Next Genertion Mini guie Ce guie onis été réé pour vous permettre e vous fmiliriser rpiement ve les nomreuses fontionnlités et outils isponiles sur l plteforme Next Genertion. Apprenez où trouver

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

Wieland-Werke AG, 89070 Ulm, Allemagne Février 2012

Wieland-Werke AG, 89070 Ulm, Allemagne Février 2012 Wieln-Werke AG, 89070 Ulm, Allemgne Février 2012 Conitions générles e livrison 1. Conitions ontrtuelles, roit pplile Nous livrons et fournissons es presttions onformément à notre onfirmtion e ommne érite

Plus en détail

McAfee Firewall Enterprise Control Center

McAfee Firewall Enterprise Control Center Guie e émrrge rpie Révision A MAfee Firewll Enterprise Control Center version 5.3.1 Ce guie e émrrge rpie fournit es instrutions générles sur l onfigurtion e MAfee Firewll Enterprise Control Center. 1

Plus en détail

RadioCommunications CDMA

RadioCommunications CDMA Conservtoire tionl es Arts et Métiers Cours u Conservtoire tionl es Arts et Métiers RioCommunitions CDMA (Version 7) Mihel Terré terre@nmfr Eletronique C4 / Conservtoire tionl es Arts et Métiers Les performnes

Plus en détail

Outils pour un. partenariat. renouvelé. entre propriétaires et gestionnaires. résidences sociales et logements-foyers

Outils pour un. partenariat. renouvelé. entre propriétaires et gestionnaires. résidences sociales et logements-foyers Outils pour un prtenrit renouvelé entre propriétires et gestionnires résienes soiles et logements-foyers éition septemre 2011 Outils pour un prtenrit renouvelé entre propriétires et gestionnires résienes

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

Intégrale et primitives

Intégrale et primitives Chpitre 5 Intégrle et primitives 5. Ojetif On herhe dns e hpitre à onstruire l opérteur réiproue de l opérteur de dérivtion. Les deux uestions suivntes sont lors nturelles. Question : Soit f une pplition

Plus en détail

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE POUR LES SERRURES D ENTRÉE À CLÉ EXTÉRIEURES VERROUILLABLES, À POIGNÉE DE BRINKS HOME SECURITY. POUR LES PORTES DE

Plus en détail

McAfee Firewall Enterprise, Multi Firewall Edition

McAfee Firewall Enterprise, Multi Firewall Edition Guie e émrrge rpie Révision A MAfee Firewll Enterprise, Multi Firewll Eition version 8.3.x Ce guie e émrrge rpie fournit es instrutions générles sur l onfigurtion e MAfee Firewll Enterprise, Multi Firewll

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

COMPARAISON MULTIPLICATIVE DE GRANDEURS. schéma CE2 CM1 CM2

COMPARAISON MULTIPLICATIVE DE GRANDEURS. schéma CE2 CM1 CM2 référé ou orne supérieure référent ou orne inférieure COMPARAISON MULTIPLICATIVE DE GRANDEURS shém CE2 CM1 CM2 x : x : Il y 5 fois plus e hises à l ntine que ns l lsse. Il y en 25 ns l lsse. Comien y -t-il

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

essais dossier Oser s équi Prothèses auditives

essais dossier Oser s équi Prothèses auditives essis dossier u LES AUDIOPROTHÉSISTES AU BANC D ESSAI p. 46 u UN APPAREIL ADAPTÉ À VOS BESOINS p. 50 u FAIRE BAISSER LA FACTURE? PAS SI SIMPLE p. 52 Prothèses uditives Oser s équi AUDIOPROTHÉSISTES Fe

Plus en détail

NE connectez PAS le câble USB à ce stade (si vous utilisez un câble USB). de l'appareil et vérification des composants. Noir Jaune Cyan Magenta

NE connectez PAS le câble USB à ce stade (si vous utilisez un câble USB). de l'appareil et vérification des composants. Noir Jaune Cyan Magenta Guie instlltion rpie Commener MFC-495CW Avnt 'utiliser l'ppreil, veuillez lire e Guie 'instlltion rpie pour otenir les instrutions sur les proéures 'instlltion et e onfigurtion équtes. AVERTISSEMENT ATTENTION

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

L éditorial. rapport d activité 2010-2012. Francis Daumas. décembre 2014 éditorial

L éditorial. rapport d activité 2010-2012. Francis Daumas. décembre 2014 éditorial déemre 2014 éditoril L éditoril Frnis Dums Direteur Conernnt l onservtion à long terme des Un premier oup d œil dns le rétroviseur nous L onstrution du nouveu «pôle énergie» données numériques, à ôté des

Plus en détail

Commencer MFC-J4410DW

Commencer MFC-J4410DW Guie instlltion rpie Commener MFC-J440DW MFC-J460DW Veuillez lire le Guie e séurité u prouit vnt 'instller l'ppreil. Lisez ensuite e Guie 'instlltion rpie pour onnître l proéure e onfigurtion et 'instlltion

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

l appareil et vérifier les composants Module tambour-cartouche de toner (pré-installé)

l appareil et vérifier les composants Module tambour-cartouche de toner (pré-installé) Guide d instlltion rpide Commener MFC-8510DN MFC-8520DN Commenez pr lire le Guide de séurité du produit, puis suivez ttentivement l proédure d instlltion et de onfigurtion dérite dns e Guide d'instlltion

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

GABARIT À PÊNE DORMANT ÉLECTRONIQUE

GABARIT À PÊNE DORMANT ÉLECTRONIQUE Trez un erle de 1 po (25,4 mm) de dimètre u entre du ord de l porte. 2" 1 3/4" 1 9/16" 1 3/8" 51 45 40 35 POUR DISTANCE D'ENTRÉE de 2 3/8 po (60 mm) Pliez e grit sur l ligne pointillée et plez elle-i sur

Plus en détail

remboursements factures prêts chômage dettes Le surendettement

remboursements factures prêts chômage dettes Le surendettement les hiers de l tion soile remoursements ftures prêts hômge dettes Le surendettement Repères Selon l Assoition frnçise des soiétés finnières (ASF), reprennt les sttistiques présentées pr l Bnque de Frne

Plus en détail

638604 CTC Generic 815446 LITHO FLEXO. PANTONE 000 05a mm/dd/yy xxxxxx. PANTONE 000 06a mm/dd/yy xxxxxx PANTONE 000. 07a mm/dd/yy xxxxxx.

638604 CTC Generic 815446 LITHO FLEXO. PANTONE 000 05a mm/dd/yy xxxxxx. PANTONE 000 06a mm/dd/yy xxxxxx PANTONE 000. 07a mm/dd/yy xxxxxx. Trez un erle de po (5, mm) de dimètre u entre du ord de l porte. " /" 9/6" /8" 5 5 0 5 POUR DISTANCE D ENTRÉE de /8 po (60 mm) Pliez e grit sur l ligne pointillée et plez elle-i sur l ngle de l porte POUR

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

Solutions électriques VELUX

Solutions électriques VELUX Solutions életriques VELUX Les produits életriques VELUX utilisent l tehnologie io-homeontrol, protoole de ommunition sns fil séurisé, prtgé ve de grnds frints dns l univers du Bâtiment. Les téléommndes

Plus en détail

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences Grilles des ompétenes Compétenes à développer de 8 à ans COMPÉTENCES DE 8 À ANS Les ompétenes en «aratères droits» sont à ertifier. (symbole en fin de ligne) Les ompétenes en «aratères italiques» sont

Plus en détail

L élia 40% 13% Chaudière gaz à condensation. Son secret : Chauffage et Eau Chaude Sanitaire Murale ou sol Cheminée ou ventouse

L élia 40% 13% Chaudière gaz à condensation. Son secret : Chauffage et Eau Chaude Sanitaire Murale ou sol Cheminée ou ventouse Chudière gz à ondenstion L éli Jusq 40% u à d éo no r hu ppor mie tàu dière pr trd ne ition nelle Chuffge et Eu Chude Snitire Murle ou sol Cheminée ou ventouse Instlltion simple dns le neuf omme dns l

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

La pratique institutionnelle «à plusieurs»

La pratique institutionnelle «à plusieurs» L prtique institutionnelle «à plusieurs» mury Cullrd Février 2013 Nicols, inquiet: «Qund je suis seul vec quelqu un, il se psse des choses» Vlentin, à propos de l institution : «Ici, y beucoup de gens,

Plus en détail

l'appareil et vérifiez les composants Cartouches d'encre incluses [x4] CD-ROM d'installation CD-ROM de documentation

l'appareil et vérifiez les composants Cartouches d'encre incluses [x4] CD-ROM d'installation CD-ROM de documentation Guide d instlltion rpide Commener DCP-J35W Veuillez lire ttentivement e Guide d'instlltion rpide pour onnître l proédure de onfigurtion et d'instlltion vnt d'utiliser l'ppreil. AVERTISSEMENT ATTENTION

Plus en détail

Le compte satellite des institutions sans but lucratif

Le compte satellite des institutions sans but lucratif Institut des omptes nationaux Le ompte satellite des institutions sans ut luratif 2000-2001 Contenu de la puliation Le ompte satellite des institutions sans ut luratif (ISBL) est élaoré d après les définitions

Plus en détail

Conditions Générales d Assurances Edition 2012.10

Conditions Générales d Assurances Edition 2012.10 Assurne ménge Etudints Conditions Générles d Assurnes Edition 2012.10 Index Pge Art. A Couverture de se...... 2 Choses ssurées, risques ssurles... 2 Presttions et sommes d ssurne....... 4 Art. B Couverture

Plus en détail

AVENTICUM. Petit guide actif pour découvrir l ancienne capitale de l Helvétie romaine cycle 2 degré 5-6 PER. Un jour à. Moi c est Camillus, et toi?

AVENTICUM. Petit guide actif pour découvrir l ancienne capitale de l Helvétie romaine cycle 2 degré 5-6 PER. Un jour à. Moi c est Camillus, et toi? Petit guide tif pour déouvrir l nienne pitle de l Helvétie romine yle 2 degré 5-6 PER Moi est Cmillus, et toi? Dniel Stevn 2011 1 Mode d emploi Je suis un Romin d Aventium, une ville que j ime utnt que

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement valables onernant ma vie, mes périodes de souffrane, les derniers moments de mon existene et ma mort Institut interdisiplinaire

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013 Norme ntionle du Cnd Snté et sécurité psychologiques en milieu de trvil Prévention, promotion et lignes directrices pour une mise en œuvre pr étpes Avilble in English

Plus en détail

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013 Dossier pédgogique des Equipes Populires Bimestriel n 154 Jnvier-Février 2013 Belgique - België P.P. - P.B. 5000 - Nmur 1 BC 4854 Interview p.10 Frncis Delpérée Bureu de dépôt : 5000 Nmur mil. N d grétion

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002 EVALUATION FINALE PROJET D APPUI A LA GESTION DES ZONES HUMIDES DANS LE DELTA INTERIEUR DU FLEUVE NIGER RAPPORT FINAL Meg Gwler Bréhim Béridogo ARTEMIS Services pour l conservtion de l nture et le développement

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*)

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*) Revue d histoire des mthémtiques, 2 (1996), p. 1 66. AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES Bruno BELHOSTE (*) RÉSUMÉ. Dns cet rticle,

Plus en détail

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée)

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée) 1 Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Date de réation : Possédez-vous

Plus en détail

#DSAA. Marseille. u Lycée Denis Diderot {Lycée Marie Curie é Lycée Jean Perrin. Lycée Saint Exupéry

#DSAA. Marseille. u Lycée Denis Diderot {Lycée Marie Curie é Lycée Jean Perrin. Lycée Saint Exupéry # Marseille u Lyée Denis Diderot {Lyée Marie Curie é Lyée Jean Perrin Lyée Saint Exupéry #sommaire_ Introdution Diplôme Supérieur d Arts Appliqués spéialité Design / Marseille 4 Projet pédagogique global

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Portage Salarial pour les métiers du Conseil by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

Le calendrier des inscripti

Le calendrier des inscripti ÉTUDES SUP TOP DÉPART Vous venez d entrer en terminale. Au œur de vos préoupations : obtenir le ba. Néanmoins, vous devrez aussi vous souier des poursuites d études, ar les insriptions dans le supérieur

Plus en détail

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Nom ou raison soiale Adresse Code postal Ville

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension Juin 2001 La protetion différentielle dans les installations életriques basse tension Ce guide tehnique a pour objetif de mettre en évidene les prinipes de fontionnement des protetions différentielles

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

Hydrodynamique des lits fluidisés en régime de bullage

Hydrodynamique des lits fluidisés en régime de bullage Hyroynamique es lits fluiisés en régime e ullage M. HEMATI Régime e ullage. La plupart es lits fluiisés inustriels fonctionnent en régime e ullage. Ce régime est oservé ès que la vitesse u gaz épasse la

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation.

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation. Guide de référence rpide Commencer Avnt d utiliser l ppreil, lisez ce Guide de référence rpide pour connître l procédure de configurtion et d instlltion. NE rccordez PAS le câle d interfce mintennt. 1

Plus en détail

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE Le vdemecum de l pprentissge dns l fonction publique territorile SERVICES À LA PERSONNE 1 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur disponibilité et l richesse de nos échnges toutes les personnes

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

Format UNIMARC Bibliographique abrégé

Format UNIMARC Bibliographique abrégé Formt UNIMARC Biliogrphiqe régé Ce doment donne l étt d formt près l dexième mise à jor de 1998. Il ontient en pls qelqes modifitions eptées pr le Comité permnent UNIMARC lors de s dernière rénion nnelle

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

Théorie des graphes et optimisation dans les graphes

Théorie des graphes et optimisation dans les graphes Théorie es graphes et optimisation ans les graphes Christine Solnon Tale es matières 1 Motivations 2 Définitions Représentation es graphes 8.1 Représentation par matrice ajacence......................

Plus en détail

Commencer DCP-7055W / DCP-7057W /

Commencer DCP-7055W / DCP-7057W / Guide d instlltion rpide Commencer DCP-7055W / DCP-7057W / DCP-7070DW Veuillez lire ttentivement le livret Sécurité et réglementtion vnt d'effectuer les réglges de votre ppreil. Consultez ensuite le Guide

Plus en détail

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles 1 Chapitre Chapitre 1. Fonctions e plusieurs variables La TI-Nspire CAS permet e manipuler très simplement les onctions e plusieurs variables. Nous allons voir ans ce chapitre comment procéer, et éinir

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 RC Professionnelle by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver.2 Présenttion de Esy Interctive Tools 3 Crctéristiques Fonction de dessin Vous pouvez utiliser Esy Interctive

Plus en détail

Livret de l étudiant 2015-2016

Livret de l étudiant 2015-2016 Livret de l étudint 2015-2016 Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes. L'IUT ccueille chque nnée 3000 étudints, sur le site de l'venue de Versilles et, depuis cette nnée, sur le site

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS. DE LA PREFECTURE DE LA REGION D ILE DE FRANCE, PREFECTURE DE PARIS NUMERO REG-6-bis DU 11/01/2011 SOMMAIRE

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS. DE LA PREFECTURE DE LA REGION D ILE DE FRANCE, PREFECTURE DE PARIS NUMERO REG-6-bis DU 11/01/2011 SOMMAIRE REUEIL DES TES DMINISTRTIFS DE L PREFETURE DE L REGION D ILE DE FRNE, PREFETURE DE PRIS NUMERO REG-6-bis DU 11/01/2011 SOMMIRE PREFETURE DE L REGION D ILE-DE-FRNE, PREFETURE DE PRIS SERÉTRIT GÉNÉRL POUR

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte Q U O T I D I E N Crte Mestro Comment voir tous les touts de votre crte bien en min Guide mémo + Notice d Assistnce Octobre 2010 Bloc notes À fire tout de suite Votre crte est strictement personnelle,

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

Exemples de solutions acoustiques

Exemples de solutions acoustiques Exemples de solutions aoustiques RÉGLEMENTATON ACOUSTQUE 2000 Janvier 2014 solement aux bruits aériens intérieurs et niveau de bruit de ho Traitement aoustique des parties ommunes Bruits d équipements

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

USB cable users: Do not connect the USB cable until step A2.

USB cable users: Do not connect the USB cable until step A2. Bsis Guide Strt Here Commenez ii 1 USB ble users: Do not onnet the USB ble until step A2. Utilisteurs de âble USB : Ne onnetez ps le âble USB vnt l étpe A2. Use this guide to set up the hrdwre nd onnet

Plus en détail