Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près"

Transcription

1 Néessité de prendre en ompte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 P. Teyssandier Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR 8630UPMC P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à

2 Introdution Mesures de γ fondées sur la fontion de transfert de temps (à la réeption) (FTT) donnant le temps de parours t B t A d un rayon lumineux entre x A et x B : t B t A = T r (x A t B x B ) x B x A + fontion de retard On sait que γ 1 < qqs 10 5 (Bertotti et al 003; Verma et al 013) Possible violation de la RG : γ 1 < 0 dans l intervalle (Damour & Lilley 008) Plusieurs projets pour mesurer γ 1 à 10 8 dans le Système solaire : LATOR ASTROD ODYSSEY SAGAS GAME... Problème : à quel ordre en G faut-il onnaître t B t A? Réponse : soit en G soit en G 3! Cela dépend des paramètres utilisés. P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à

3 Interêt de la fontion de transfert de temps Synhronisation d horloges éloignées. Traking Doppler et transferts de fréquenes : ν B = (g 00 + g 0i β i + g ij β i β j ) 1/ A ν A (g 00 + g 0i β i + g ij β i β j ) 1/ B ( ). où β A/B = ( β i A/B) = 1 dx i A/B dt 1 T r t B β B. xb T r 1 + β A. xa T r Diretion d un rayon lumineux en x A et x B (astrométrie) : ( ) ( ) li li la = = xa T r lb = = x B T r l 0 l A 0 B 1 T r t B où l α = g αβ dx β /dλ le long du rayon. P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8

4 Expression de la métrique Champ engendré par un orps entral à symétrie sphérique statique de masse M : ds = A(r)(dx 0 ) B 1 (r) δ ij dx i dx j m = GM/ A(r) = 1 m r + β m r 3 β m 3 3 r 3 + β m 4 4 r 4 + n=5 ( 1) n n n β m n n r n B 1 (r) = 1 + γ m r + 3 ɛm r + 1 γ m 3 3 r γ m 4 4 r 4 + (γ n 1) mn r n. n=5 En RG : β = β 3 = β 4 = β 5 = = γ = ɛ = γ 3 = γ 4 = = 1. = Développement de T en puissanes de G : t B t A = T (x A x B ) = x B x A + T (n) (x A x B ). n=1 P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à

5 Expression de T jusqu à l ordre G 3 Plusieurs méthodes onduisent au mêmes résultats pour n = 1 3: où T (1) (x A x B ) = (1 + γ)m T () (x A x B ) = m x B x A r A r B ( 1 T (3) (x A x B ) = m3 r A r B r A ( ) ra + r B + x B x A ln r A + r B x B x A [ κ aros µ (1 + γ) 1 µ 1 + µ ) [ xb x A κ 3 (1 + γ)κ aros µ (1 + µ) 1 µ + 1 r B (Shapiro 1964) ] (Le Ponin et al 004) + (1 + γ)3 1 + µ (Linet & Teyssandier 013; Teyssandier 014) κ = (1 + γ) β ɛ κ 3 = κ β(1 + γ) β γ 3 ] µ = n A.n B n A = x A r A n B = x B r B. P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à

6 Termes de renforement jusqu à l ordre G 3 Cas où x A et x B ont des diretions presqu opposées (i.e. µ 1) : o B N AB A o n A P AB o O n B expressions asymptotiques : T (n) (x A x B ) T (n) enh (x A x B ) ave ( ) T (1) enh (x (1 + γ)m 4rA r B A x B ) = ln T () enh (x A x B ) = (1 + γ) m (r A + r B ) T (3) enh (x A x B ) = 4 (1 + γ)3 m 3 (r A + r B ) r r A r B r ( ra r B r ). = termes de renforement (onfirmation de Ashby & Bertotti 010). 5 P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8

7 Appliation au système solaire Détermination de γ dans un sénario du type CASSINI : r A 5 au r B 1 au Formule de Shapiro = T 1 (1) γ T R r 5R = 1 µs T (1) enh 103 µs γ T 0.5 ps P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à

8 Appliation au système solaire Dans ette onfiguration (durées données en ps) : r /R T (1) S T (1) J T () enh T κ () T (3) enh Conlusion: T (3) enh Soleil. doit être pris en ompte pour les rayons passant très du On note que T (3) enh peut être plus grand que l effet gravitomagnétique du premier ordre : T (1) S (1+γ)GS 4 r l effet du moment quadrupolaire : T (1) J (1+γ)m J R r P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à

9 Disussion Cette irruption du 3ème ordre en G est paradoxale. En effet t B t A = 1 [ r A r P + ] r B r P [ (1 + γ)m + ln (r A + r A r P )(r B + r B r P ) ra r P rb r P r + + P r A + r P r B + r P { [ + m κ aros r P + aros r ] [ P (1 + γ) ra r P rb r P r P r A r B 4 r A + r P r B + r P ( ) 3/ ( ) ]} 3/ ( ) ra r P rb r P m 3 + O r A + r P r B + r P r. P ] Supposons r A = r B = 1 au et r P = R (terme d ordre 0 = 499 s) : Terme d ordre 1 : 139 µs Terme d ordre : 16 ps = Auun effet de renforement Terme d ordre 3 < 1 fs = Négligeable; auun effet de renforement P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à

10 Disussion Comment peut-on surmonter ette ontradition apparente? On peut montrer que r P où les q n sont définis par et r sont liés par [κ (1 + γ) q ] m { r P = r 1 (1 + γ q 1 ) m 1 r 1 ] m [κ 3 κq 1 + (1 + γ) 3 q 1 q 3 r 3 + r } q n = ( r ) n 1 µ T (n) (r A r B µ). m r µ Substituant e développement dans l expression of t B t A i-dessus on obtient t B t A = x B x A + T (1) (x A x B ) + T () (x A x B ) + T (3) enh (x A x B ) + ertains des termes en G 3 tous négligeables. P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à

11 Disussion Si µ 1 ra r B q 1 (1 + γ) r A + r B q q1 q 3 q1. 3 ra r B r r A = r B = 1 au r R r A = 50 au r B = 1 au r R = q = r P r 630 km = q = r P r 140 km = r P et r sont signifiativement différents en quasi-onjontion. A omparer ave (1 + γ)m 3 km. P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à

12 Conlusion Pour déterminer γ 1 à 10 8 : On peut se ontenter d aller en G si on utilise t B t A = T (r A r B r P ); Par ontre il faut développer T (x A x B ) jusqu à l ordre G 3. La même onlusion vaut pour la mesure de la déviation gravitationnelle de la lumière au voisinage du Soleil ave la préision 1µas (f. Hees et al 013 et Teyssandier 013). Problème analogue pour Gaia dans le as d un rayon rasant Jupiter (Klioner & Zshoke 010 et Teyssandier 01). P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à

13 Referenes Ashby N & Bertotti B 010 Class. Quantum Grav Bertotti B Iess L & Tortora P 003 Nature Damour T & Lilley M 008 String Theory Gravity and Experiment Les Houhes Summer Shool in Theoretial Physis Session 87; arxiv: v1 Hees A Bertone S & Le Ponin-Lafitte C 013 Journées 013 (poster) Hees A Bertone S & Le Ponin-Lafitte C 014 arxiv: John R W 1975 Exp. Teh. Phys Klioner S A & Zshoke S 010 Class. Quantum Grav Le Ponin-Lafitte C Linet B & Teyssandier P 004 Class. Quantum Grav Linet B & Teyssandier P 00 Phys. Rev. D Linet B & Teyssandier P 013 Class. Quantum Grav Minazzoli O & Chauvineau B 011 Class. Quantum Grav Shapiro I I 1964 Phys. Rev. Lett Teyssandier P& C. Le Ponin-Lafitte 008 Class. Quantum Grav Teyssandier P 01 Class. Quantum Grav Teyssandier P 013 arxiv: Teyssandier P 014 à paraître dans les Brumberg Festshrifts ed. par S Kopeikin Velma A K Fienga A Laskar J Manhe H & Gastineau M 013 arxiv: v P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité de 8630UPMC prendre en ompte ) des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à

Mines Ponts, Physique 1 MP

Mines Ponts, Physique 1 MP Mines Ponts, Physique 1 MP Satellites de téléommuniation Conours 7 1 Satellites sur orbite irulaire 1. La relation fondamentale de la dynamique en mouvement uniforme sur une orbite irulaire impose G M

Plus en détail

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction Statistique Informatique Mathématique appliquées Novembre 3 MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introdution Les artes de ontrôle sont

Plus en détail

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle - 1 - Trigonométrie du triangle quelonque 10.1 La mesure de l angle 10. Trigonométrie Les quatre unités prinipales de mesure d'un angle géométrique sont le degré, le radian, le grade et le tour. Le degré

Plus en détail

Centrales Villageoises Photovoltaïques

Centrales Villageoises Photovoltaïques Centrales Villageoises Photovoltaïques Projet Centrales Villageoises Photovoltaïques Optimisation du raordement életrique et gestion du réseau sur le village de : - Les Haies Rédateur Nom Fontion Damien

Plus en détail

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux FICHE Fihe à destination des enseignants Type d'atiité TS 7 De la rotation de Saturne à la struture de ses anneaux Atiité expérimentale Notions et ontenus du programme de Terminale S Effet Doppler. Compétenes

Plus en détail

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE Exemples 4B Caluls de résistane au feu Fihier : L4B-5.do OBJECTIF Familiariser le onepteur à des méthodes simples de alul de résistane au feu et d'épaisseur

Plus en détail

Université de Caen. Relativité générale. C. LONGUEMARE Applications version 2.0. 4 mars 2014

Université de Caen. Relativité générale. C. LONGUEMARE Applications version 2.0. 4 mars 2014 Université de Caen LMNO Relativité générale C. LONGUEMARE Applications version.0 4 mars 014 Plan 1. Rappels de dynamique classique La force de Coulomb Le principe de moindre action : lagrangien, hamiltonien

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau Géométrie dans l Espae Courbes de niveau Christophe ROSSIGNOL Année solaire 008/009 Table des matières 1 Quelques rappels 1.1 Coordonnées d un point, d un veteur................................. 1. Colinéarité

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

1 Introduction à l effet Doppler.

1 Introduction à l effet Doppler. Introdution à l effet Doppler Ph. Ribière ribierep@orange.fr Merredi 9 Novembre 2011 1 Introdution à l effet Doppler. Vous avez tous fait l expériene de l effet Doppler dans la rue, lorsqu une ambulane,

Plus en détail

Comment mesure-t-on la masse des planètes?

Comment mesure-t-on la masse des planètes? Comment mesure-t-on la masse des planètes? Evidemment, les planètes ne sont pas mises sur une balance. Ce sont les mathématiques et les lois physiques qui nous permettent de connaître leur masse. Encore

Plus en détail

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie Chapitre 7 - ests d hypothèses Lexique anglais - français Constats - terminologie - onepts de base tests ests onernant une moyenne - variane onnue - variane inonnue - ourbe aratéristique - n =? est de

Plus en détail

Assistance à la navigation automobile par temps de brouillard

Assistance à la navigation automobile par temps de brouillard Assistane à la navigation automobile par temps de brouillard Niolas Hautière Rahid Belaroussi Jean-Philippe Tarel Laboratoire Exploitation Pereption Simulateurs et Simulations Université Paris-Est, INRETS-LCPC

Plus en détail

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés NCCI : Calul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés Ce NCCI fournit les règles relatives au alul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés. Ces règles se ontentent de ouvrir la oneption et le alul

Plus en détail

Précession du périhélie de Mercure

Précession du périhélie de Mercure Préparation à l Agrégation de Sciences Physiques ENSP - Montrouge François Levrier Problème de mécanique Précession du périhélie de Mercure 1 er décembre 25 Ce problème, qui est basé en partie sur celui

Plus en détail

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Exo7 Topologie générale Exercice 1 1. Rappeler les définitions d une borne supérieure (inférieure) d un ensemble de nombres réels. Si A et B sont deux ensembles

Plus en détail

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité numérique Jérôme Novak LUTH : Laboratoire de l Univers et de ses THéories CNRS / Université Paris 7 / Observatoire de Paris F-92195 Meudon Cedex,

Plus en détail

Stéphane Paltani. Cosmologie I, 2012 2013

Stéphane Paltani. Cosmologie I, 2012 2013 Stéphane Paltani Stephane.Paltani@unige.ch Département d astronomie, Université de Genève Cosmologie I, 2012 2013 Ce cours est essentiellement basé sur le cours Lectures on Gravitational Lensing, de Ramesh

Plus en détail

Feuille d'exercices : optique géométrique

Feuille d'exercices : optique géométrique Feuille d'exercices : optique géométrique P Colin 2015/2016 Formulaire : Rappel des relations de conjugaison pour une lentille mince L de centre O, de foyer objet F, de foyer image F et de distance focale

Plus en détail

Espaces vectoriel normés

Espaces vectoriel normés Espaces vectoriel normés 1) Normes a) Dé nition : K R ou C. Une norme sur un K-ev E est une application E! R x 7! kxk véri ant : i) 8 x 2 E; kxk 0 et kxk 0, x 0 (vecteur nul). ii) 8 x 2 E; 8 2 K kxk jj

Plus en détail

Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30 avenue Corentin-Cariou 75019 Paris www.cite-sciences.

Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30 avenue Corentin-Cariou 75019 Paris www.cite-sciences. DESINAION LUNE Liens avec les programmes scolaires Proposition d exercices pour les élèves et correction Professeur(e) de collège Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30

Plus en détail

Le second nuage : questions autour de la lumière

Le second nuage : questions autour de la lumière Le second nuage : questions autour de la lumière Quelle vitesse? infinie ou pas? cf débats autour de la réfraction (Newton : la lumière va + vite dans l eau) mesures astronomiques (Rœmer, Bradley) : grande

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Pour faire le point voici les corrections des activités sur la relativité faites en cours :

Pour faire le point voici les corrections des activités sur la relativité faites en cours : Pour faire le point oii les orretions des atiités sur la relatiité faites en ours : Atiité 1 : (a) On onsidère un TGV qui aane à une itesse = 300 km h 1 = 83,3 m s 1 par rapport au sol. Le passager est

Plus en détail

Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires

Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires Céline Lacaux École des Mines de Nancy IECL 27 avril 2015 1 / 25 Plan 1 Méthodes de Monte-Carlo 2 3 4 2 / 25 Estimation d intégrales Fiabilité d un système

Plus en détail

Collège des Soeurs des Saints Coeurs Classe : EB9 ( A B ) Bauchrieh Date : mercredi 24 novembre 2010. Durée : 60 min. Physique

Collège des Soeurs des Saints Coeurs Classe : EB9 ( A B ) Bauchrieh Date : mercredi 24 novembre 2010. Durée : 60 min. Physique Collège des Soeurs des Saints Coeurs Classe : EB9 ( A B ) Bauchrieh Date : mercredi 24 novembre 2010. Durée : 60 min. Physique Nom et numéro d ordre :. I. Réfraction de la lumière. ( 5 pts ) On donne :

Plus en détail

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph ème OI Épreuve de séletion 5 PRÉ : étude de solutions tampon de ph I. Préparation. L aide éthanoï que est noté OH. À la température onsidérée, le pk du ouple OH/O est égal à,7. On prépare une solution

Plus en détail

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER PROGRAMME 0 Sous la diretion de : Mihel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER Jean-Louis BONNAFET René GAUTHIER Yvette MASSIERA Denis VIEUDRIN Jean-François ZUCCHETTA Sommaire CHAPITRE CHAPITRE CHAPITRE

Plus en détail

Détection de planètes extrasolaires : méthode des vitesses radiales

Détection de planètes extrasolaires : méthode des vitesses radiales Détection de planètes extrasolaires : méthode des vitesses radiales Cet exercice a été préparé à l origine par Roger Ferlet (Institut d astrophysique de Paris) et Michel et Suzanne Faye, qui l ont testé

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter. 1. Les lois de la mécanique céleste dans le système solaire :

TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter. 1. Les lois de la mécanique céleste dans le système solaire : TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter Objectif : calculer la masse de Jupiter en observant le mouvement de ses satellites et en utilisant la 3ème loi de Kepler 1. Les lois

Plus en détail

La Variation de Vitesse au cœur des applications. industrielles. p.1

La Variation de Vitesse au cœur des applications. industrielles. p.1 Le magazine Shneider Eletri de l'enseignement tehnologique et professionnel Mai 005 p. Historique p. La ommande vetorielle des moteurs asynhrones p.3 La ommande vetorielle dans les appliations industrielles

Plus en détail

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE Gabriel Scherer TS3 TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE TPP4.odt 1/6 Rappels : 1 U.A. = 1,497.10 11 m Constante de gravitation universelle G = 6,67.10 11 u.s.i.

Plus en détail

MAT 1720 A : Calcul différentiel et intégral I

MAT 1720 A : Calcul différentiel et intégral I MAT 1720 A : et intégral I Paul-Eugène Parent Département de mathématiques et de statistique Université d Ottawa le 30 novembre 2015 Au menu aujourd hui 1 2 Problèmes 1) Un homme se trouve sur la rive

Plus en détail

Olympiades Françaises de Mathématiques 2012-2013. Test du mercredi 9 janvier Corrigé

Olympiades Françaises de Mathématiques 2012-2013. Test du mercredi 9 janvier Corrigé Olympiades Françaises de Mathématiques 202-203 Test du mercredi 9 janvier Corrigé Exercice. Soit ABC un triangle isocèle en A. On note O le centre de son cercle circonscrit. Soit D un point de [BC]. La

Plus en détail

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m EEl 1 ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS MESURE DU RAPPORT e/m 1. THEORIE 1.1. Effet d un champ électrique sur une charge électrique Dans un champ électrique E une

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

A propos de la sonde Rosetta. Corrigé de l'épreuve

A propos de la sonde Rosetta. Corrigé de l'épreuve Concours EPITA IPSA Épreuve de physique A propos de la sonde Rosetta Corrigé de l'épreuve A Navigation spatiale Questions préliminaires 1 Compte-tenu des symétries, on détermine l'expression du champ de

Plus en détail

La gravitation universelle

La gravitation universelle La gravitation universelle Pourquoi les planètes du système solaire restent-elles en orbite autour du Soleil? 1) Qu'est-ce que la gravitation universelle? activité : Attraction universelle La cohésion

Plus en détail

Physique. De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale

Physique. De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale Physique TSI 4 heures Calculatrices autorisées De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale 2012 Ce problème aborde quelques aspects du Programme Apollo, qui permit à l Homme de

Plus en détail

Chapitre 8 : Relativité restreinte

Chapitre 8 : Relativité restreinte 1 re B et C 8 Relatiité restreinte 9 Chapitre 8 : Relatiité restreinte "Je n'ai auun talent partiulier. Je suis simplement urieux." (Albert Einstein) 1. Les postulats d Einstein «En 1905, Albert Einstein

Plus en détail

TD d optique n o 3 Lentilles sphériques minces

TD d optique n o 3 Lentilles sphériques minces Lycée rançois Arago Perpignan M.P.S.I. - TD d optique n o Lentilles sphériques minces Exercice - Constructions de rayons émergents. Représenter les rayons émergents correspondants aux rayons incidents

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

! Un objet à 6 écrans

! Un objet à 6 écrans ! Un objet à 6 écrans ! Plusieurs rebonds en début et fin de transit.! Ambiguïté possible? Planète avec plusieurs anneaux concentriques?! Mais ces objets sont sûrement en rotation -> levée de l ambiguïté.

Plus en détail

Les accommodements raisonnables

Les accommodements raisonnables Les aommodements raisonnables Guide de l élève Introdution aux hartes anadienne et québéoise...p. 2 Le droit à l égalité et à la non-disrimination...p. 3 Les aommodements raisonnables...p. 4 Tableau synthèse

Plus en détail

3LESLENTILLESMINCES. http://femto-physique.fr/optique_geometrique/opt_c3.php

3LESLENTILLESMINCES. http://femto-physique.fr/optique_geometrique/opt_c3.php 3LESLENTILLESMINCES Cette fiche de cours porte sur les lentilles minces. L approche est essentiellement descriptive et repose sur la maîtrise de la construction des rayons lumineux. Ce chapitre est accessible

Plus en détail

Ecole alsacienne TP Terminale S Page 1

Ecole alsacienne TP Terminale S Page 1 DES SATELLITES PEUVENT-ILS SERVIR DE BALANCE? Objectif : On se propose dans cette activité d étudier les lois du mouvement de satellites terrestres pour les utiliser ensuite pour chercher à en déduire

Plus en détail

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Sommaire Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0... 1 Contexte... 2 Critères d éligibilité pour l épargne

Plus en détail

COFFRET D OPTIQUE OEB. CLASSE DE 8 ème

COFFRET D OPTIQUE OEB. CLASSE DE 8 ème COFFRET D OPTIQUE OEB Contenu Toutes les expériences présentées dans les pages suivantes ont été faites avec ce matériel. CLASSE DE 8 ème CH 6-1 Propagation de la lumière I Propagation de la lumière p

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats f est une fonction définie sur ] 2 ; + [ par : 4 points f (x)=3+ 1 x+ 2. On note f sa fonction dérivée et (C ) la représentation

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Simulation de variables aléatoires S. Robin INA PG, Biométrie Décembre 1997 Table des matières 1 Introduction Variables aléatoires discrètes 3.1 Pile ou face................................... 3. Loi de

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

Module de Physique OPTIQUE GEOMETRIQUE OPTIQUE GEOMETRIQUE LENTILLES. Professeur M. CHEREF. Faculté de Médecine Alger I Université d Alger

Module de Physique OPTIQUE GEOMETRIQUE OPTIQUE GEOMETRIQUE LENTILLES. Professeur M. CHEREF. Faculté de Médecine Alger I Université d Alger Module de Physique OPTIQUE GEOMETRIQUE OPTIQUE GEOMETRIQUE LENTILLES Professeur M. CHEREF Faculté de Médecine Alger I Université d Alger I- Les Lentilles (1) : Généralités (1) Lentille : définition MILIEU

Plus en détail

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2 .Boukai Optique P Inteférenes non loalisées e eux ones totalement ohérentes Table es matières 1 Interférene entre eux ones lumineuses 1.1 éfinition....................................... 1. uperposition

Plus en détail

Gravitation universelle

Gravitation universelle Chapitre 7 Gravitation universelle Révision et Résumé Où commencer? En plus de l apprentissage du cours, que vous devez recopier, réciter, rerecopier, jusqu à en savoir la moindre virgule, refaites les

Plus en détail

De la lunette de Galilée aux télescopes spatiaux: l observation en astronomie

De la lunette de Galilée aux télescopes spatiaux: l observation en astronomie Observer et comprendre l Univers cours 3, lundi 7 novembre 2011 : De la lunette de Galilée aux télescopes spatiaux: l observation IRAM, 30m Patrick Boissé, UPMC et IAP 0 Plan de la présentation - Quelques

Plus en détail

La mission Gaia. Cartographie du ciel en 6D. Le successeur d Hipparcos. Carine Babusiaux. Hipparcos GEPI. Limite de complétude. 1.

La mission Gaia. Cartographie du ciel en 6D. Le successeur d Hipparcos. Carine Babusiaux. Hipparcos GEPI. Limite de complétude. 1. La mission Gaia Cartographie du ciel en 6D Carine Babusiaux GEPI Le successeur d Hipparcos Magnitude limite Limite de complétude Nombre d étoiles Programme d observation Système solaire Quasars Galaxies

Plus en détail

FORD C-MAX + FORD GRAND C-MAX CMAX_Main_Cover_2013_V3.indd 1-3 22/08/2012 15:12

FORD C-MAX + FORD GRAND C-MAX CMAX_Main_Cover_2013_V3.indd 1-3 22/08/2012 15:12 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 12,999,976 km 9,136,765 km 1,276,765 km 499,892 km 245,066 km 112,907 km 36,765 km 24,159 km 7899 km 2408 km 76 km 12 14 16 1 12 7 3 1 6 2 5 4 3 11 9 10 8 18 20 21 22 23 24 26 28 30

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points)

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) Pour cet exercice, l'utilisation de la calculatrice est autorisée Trois siècles avant notre ère, le célèbre savant grec Aristote affirmait qu "une masse d or, de

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

ETUDE DES PERFORMANCES D UN SYSTEME EOLIEN. APPLICATION POUR DES SITES ALGERIENS

ETUDE DES PERFORMANCES D UN SYSTEME EOLIEN. APPLICATION POUR DES SITES ALGERIENS èmes Journées Internationales de Thermique ETUDE DES PERFORMANES D UN SYSTEME EOLIEN. APPLIATION POUR DES SITES ALGERIENS Rachid MAOUEDJ*, Souad BOUSALEM** et Boumedien BENYOUEF ** * Unité de Recherche

Plus en détail

TP 6: Effet Doppler - Correction

TP 6: Effet Doppler - Correction TP 6: Effet Doppler - Corretion Objetifs : Mettre en œuvre une démarhe expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l'effet Doppler Exploiter l'expression du déalage Doppler de la fréquene dans

Plus en détail

Chapitre 1. Cinématique et Dynamique. 1.1 Grandeurs cinématiques. 1.1.1 Base cartésienne

Chapitre 1. Cinématique et Dynamique. 1.1 Grandeurs cinématiques. 1.1.1 Base cartésienne Chapitre 1 Cinématique et Dynamique 1.1 Grandeurs cinématiques En classe de 2 e nous avons introduit les grandeurs cinématiques utilisées pour décrire le mouvement d un point matériel : l abscisse curviligne,

Plus en détail

DOSSIER : LA GRAVITATION

DOSSIER : LA GRAVITATION DOSSIER : LA GRAVITATION Les planètes Pourquoi les planètes restent-elles autour du Soleil? Le Soleil est situé au centre du système solaire. Huit planètes (Mercure, Vénus Terre, Mars, Jupiter, Saturne,

Plus en détail

Chap. II suite : IV LES LENTILLES MINCES

Chap. II suite : IV LES LENTILLES MINCES Chap. II suite : IV LES LENTILLES MINCES 1 Définitions: Qu est ce qu une lentille? 1 Chap. II suite : IV LES LENTILLES MINCES 1 Définitions: Rappel: dioptre =???? Lentille =?? dioptres Lentille mince =??

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

La Relativité générale aujourd hui

La Relativité générale aujourd hui Séminaire Poincaré IX (2006) 1 40 Séminaire Poincaré La Relativité générale aujourd hui Thibault Damour Institut des Hautes Études Scientifiques 35, route de Chartres 91440 Bures-sur-Yvette, France 1 Introduction

Plus en détail

Chapitre 16. Particules identiques en physique quantique

Chapitre 16. Particules identiques en physique quantique Chapitre 16 Particules identiques en physique quantique Addition de N spins ½ Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] Que peut-on dire du spin total d un ensemble de

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements

Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements Questions pour réfléchir Q4. p.262. Jupiter a une masse 318 fois plus grande que celle de la Terre. Pourtant, l accélération de la pesanteur

Plus en détail

Soleil, Terre, Lune : phases, éclipses et marées

Soleil, Terre, Lune : phases, éclipses et marées Soleil, Terre, Lune : phases, éclipses et marées On a vu (fiche «Système solaire») comment définir les positions relatives de la Terre, du Soleil et des planètes. Pour le trio Soleil-Terre-Lune, on a également

Plus en détail

Chapitre 3 LES LENTILLES

Chapitre 3 LES LENTILLES Chapitre 3 LES LENTILLES Compétence(s) requise(s) : Propagation rectiligne de la lumière. Faisceaux de rayons parallèles / convergents / divergents de lumière. Objectif(s) : Savoir faire la différence

Plus en détail

SP4 Formation des images & Approximation de Gauss

SP4 Formation des images & Approximation de Gauss SP4 Formation des images & Approximation de Gauss Objectifs de cette leçon : Définitions d un objet, d une image et d un système optique. Notions d objets et d images étendues Notions d objets et d images

Plus en détail

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault 1 I. Introdution...3 II. Généralités...3 Caratéristiques ommunes aux deux phénomènes...3 La différene entre la phosphoresene et la

Plus en détail

Première partie : les distances dans le système solaire

Première partie : les distances dans le système solaire Mesurer des distances dans le système solaire Pierre Causeret(*) Après avoir rappelé les principales méthodes pour mesurer des distances dans le système solaire (dont plusieurs sont réalisables avec des

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Baccalauréat ES Amérique du Nord 30 mai 2013

Baccalauréat ES Amérique du Nord 30 mai 2013 Baccalauréat ES Amérique du Nord 30 mai 03 EXERCICE 4 points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Chaque question ci-après comporte quatre réponses possibles. Pour chacune de ces questions,

Plus en détail

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Licence IOVIS 2011/2012 Optique géométrique Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Table des matières 1 Systèmes centrés 2 1.1 Vergence................................ 2 1.2 Eléments cardinaux..........................

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieu Sommaire LE CONTRAT DE TRAVAIL...3 LA REMUNERATION : PAIEMENT AU CACHET, PAIEMENT

Plus en détail

Fiche de révision sur les lois continues

Fiche de révision sur les lois continues Exercice 1 Voir la correction Le laboratoire de physique d un lycée dispose d un parc d oscilloscopes identiques. La durée de vie en années d un oscilloscope est une variable aléatoire notée X qui suit

Plus en détail

Estimation de de micro et etnano force en en régime dynamique à l aide de de dispositifs magnétiques passifs et et actifs

Estimation de de micro et etnano force en en régime dynamique à l aide de de dispositifs magnétiques passifs et et actifs Commande de la P (SH) Estimation de de miro et etnano fore en en régime dnamique à l aide de de dispositifs magnétiques passifs et et atifs Institut EMTO-ST, UMR CNRS 6174 - UC / ENSMM / UTBM, Département

Plus en détail

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre?

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? I- Les objets du système solaire Activité : Les objets du système solaire (Livre p12-13-14-15) Observations de photos et participation

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Centrale-TSI Physique 2012 page 1/7

Centrale-TSI Physique 2012 page 1/7 Centrale-TSI Physique 0 page /7 Centrale TSI physique 0 : "De la Terre à la Lune" I - De la Terre A - Décollage Choix du référentiel : a) Le référentiel géocentrique est le référentiel en translation par

Plus en détail

Équilibres de phases de mélanges

Équilibres de phases de mélanges Équilibres de phases de mélanges Paternité - Pas d'utilisation Commeriale - Partage des Conditions Initiales à l'identique : http://reativeommons.org/lienses/by-n-sa/2.0/fr/ Table des matières Table des

Plus en détail

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite?

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite? Quelles différenes y a-t-il entre oqs d origine et oqs introduits par la suite? Le prolème Pour l élevage-souhe, les reproduteurs de poulet à hair ont fait l ojet d une séletion intensive onernant la vitesse

Plus en détail

Principes de base de la relativité générale

Principes de base de la relativité générale Principes de base de la relativité générale Monique SIGNORE Directeur de recherche associé à l Observatoire de Paris Monique.Signore@obspm.fr Sophie REMY, Comité national EPhy sophie.remy@prepas.org L

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement valables onernant ma vie, mes périodes de souffrane, les derniers moments de mon existene et ma mort Institut interdisiplinaire

Plus en détail