La chaîne alimentaire de Wall Street

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La chaîne alimentaire de Wall Street"

Transcription

1 Investment Outlook Juin 2012 Bill Gross Your Global Investment Authority La chaîne alimentaire de Wall Street La FED Les banques Les 99% Les baleines de notre société économique actuelle nagent principalement dans les océans des marchés financiers. Les innovateurs tels que Steve Jobs et Bill Gates sont aussi rares au sein des 1% de privilégiés que le sont les calamars géants pour les requins, car ces 1% se nourrissent principalement d argent, et non d innovations. Ils voudraient vous faire croire que les actions, les obligations et l immobilier s apprécient grâce à leur infinie sagesse alors qu en fait, les prix dérivent dans un océan de crédit, une mer dans laquelle poissons et mammifères sont tous de plus en plus menacés par l endettement élevé et ses conséquences en termes de désendettement. Néanmoins, le désendettement du système génère des gagnants et des perdants et au final, Wall Street possède sa propre chaîne alimentaire. Pour durer, ces chaînes alimentaires économiques et/ou financières dépendent de la présence de nombreux petits poissons dans la mer. Il y a plusieurs dizaines d années, l un de mes premiers Investment Outlooks présentait la «Théorie du plancton» ( The Plankton Theory ), supposant que pour sa survie, la toute-puissante baleine dépend du microscopique plancton. Je pense qu il en va de même pour le monde financier, voire le monde tout court. L étude du triangle bien connu de la répartition des richesses - biens fonciers/main-d œuvre/capitaux nous montre que la chaîne alimentaire de Wall Street divise les capitaux entre ceux qui en possèdent et ceux qui n en ont pas : la Fed et ses banques membres sont les baleines métaphoriques, les petits investisseurs gagnant 0,01% sur leurs fonds monétaires sont le plancton. Des comparaisons similaires peuvent être établies entre les capitaux et la main-d œuvre. Nous en sommes arrivés à un point tel que les bénéfices et la rémunération des heureux membres de la tranche supérieure de 1% issus du monde financier ou non excèdent les salaires des 99% restants et les déséquilibres entre ces deux entités sont aussi disproportionnés qu au sein de la chaîne alimentaire des

2 capitaux elle-même. «Quatre-vingt-dix-neuf pour un» et «un pour quatre-vingt-dix-neuf», tels sont les rapports caractérisant notre économie mondiale et ses marchés financiers en 2012, étant bien sûr entendu qu il vaut mieux être une baleine que faire partie du plancton. Non seulement les baleines de Wall Street et de Newport Beach telles que moi-même disposent d un évent leur permettant d exprimer leur toute-puissance à l occasion d une remontée en surface pour un commentaire public, mais elles n ont pas, jusqu à présent, à s inquiéter de se retrouver dans l assiette d un autre. Le désendettement menace le système monétaire mondial Pourtant, si la survie des baleines n est pas menacée dans l immédiat, leur environnement évolue et pas dans le bon sens. Le système monétaire mondial, qui a changé et s est transformé au cours du siècle dernier, mais toujours en faveur d un crédit plus aisé, moins cher et plus abondant, pourrait avoir atteint un seuil ne lui permettant plus d opérer avec efficacité et équitablement pour favoriser la croissance économique et la juste distribution de ses bénéfices. Les changements futurs, qui se profilent déjà à l horizon visible, pourraient ne pas être très profitables aux créatures surdimensionnées de notre océan. L équilibre entre les baleines financières et le plancton entre les puissants créanciers et les biens plus modestes débiteurs dépend largement du bon fonctionnement de notre système monétaire international. Qu est-ce qu un système monétaire international? Pour faire simple, il s agit de la façon dont le monde gère et règle les transactions. Historiquement, plusieurs systèmes différents ont été mis en place, mais fondamentalement, tous ont été soit des systèmes fondés sur les matières premières essentiellement l or et l argent soit un système de monnaie fiduciaire : le papier-monnaie. Après avoir mis un terme à l étalon-or à Bretton Woods en 1945, les nations développées se sont entendues sur une solution hybride basée sur la convertibilité du dollar et la fixation du billet vert à 35 dollars l once. Lorsque ce système s est vu submergé par les déficits budgétaires américains et les impressions de dollars à la fin des années 60, le Président Nixon a introduit un nouveau régime, à la définition plutôt floue, dépendant toujours du dollar pour les transactions commerciales et monétaires mais reposant sur le «bon comportement» généralisé des banques centrales du G7, à savoir ne recourir qu avec parcimonie à la planche à billets et cibler un taux d inflation proche de 2%. Encouragés par Paul Volcker en 1979, les marchés et les économies ont progressivement accepté cette promesse implicite et les marchés du crédit internationaux ainsi que leurs économies se sont développés comme des baleineaux, ingurgitant au cours de leur croissance des tonnes de plancton lié à l endettement. Le système monétaire international semblait tourner harmonieusement, et n a pas reçu le nom de l orque Shamu, mais de «grande modération». Les lois de la sélection naturelle et de la finance moderne semblaient fonctionner comme prévu, et les baleines dominaient. Trop de risque, trop peu de rendement Fonctionner, certes, mais peut-être pas vraiment dans la modération ni dans l harmonie en particulier depuis Les mesures politiques prises par les autorités budgétaires et monétaires ont permis d empêcher une décote substantielle des quelques 200 billions de dollars d actifs financiers qui composent notre système monétaire mondial - mais ce faisant elles ont augmenté le risque et réduit le rendement des titres souverains qui sont au cœur de ce système. Du fait de la flambée des ratios dette/pib dans les ex sacro-saints pays notés AAA, les banques centrales ont progressivement été contraintes d apporter des financements à bas prix à la place des investisseurs du marché privé. Les assouplissements quantitatifs et les ORLT (opérations de refinancement à long terme) pour un montant total de plusieurs billions se sont publiquement multipliés ces dernières années. Dans la foulée cependant, les taux et rendements futurs ont plongé et les 2-3% d inflation désormais monnaie courante dans les économies développées n évoquent pas vraiment la chaleur d un océan Pacifique de taux d intérêt positifs, mais plutôt les températures glaciales d un océan Arctique recouvert de glace. Ainsi, la moins bonne qualité et les rendements plus faibles de la dette souveraine tant vénérée, pourraient 2 JUIN 2012 INVESTMENT OUTLOOK

3 potentiellement constituer un point de rupture pour notre système monétaire international, désormais vieux de 40 ans. Il y a encore cinq ans, ni la dégradation de la qualité ni la baisse des rendements de ces titres n était une hypothèse envisageable. Aujourd hui toutefois, alors que même les Etats-Unis ont subi une dégradation de la note de leur crédit à AA+ et proposent des taux d intérêt négatifs de 200 points de base contre le privilège d investir dans des bons du Trésor, l empressement des baleines créancières par opposition aux débiteurs à soutenir le système existant pourrait bientôt s étioler. Une telle transition se produit lorsque les prêteurs perçoivent un risque trop élevé ou refusent d accepter des rendements proches de zéro pour leurs investissements. Remettant en question la valeur de la plupart des 200 billions de dollars d actifs qui composent notre système actuel, ils se rabattent de façon marginale sur d autres actifs des actifs réels tels que les biens fonciers, l or et autres biens tangibles, ou des liquidités formant un matelas imaginaire, dans lequel, au moins, leur argent est facilement accessible. «Baleine en vue!» criait le Capitaine Ahab. Des créanciers nourrissant des intentions similaires pourraient l imiter, avec à la clé la possibilité d un nouveau système monétaire international dans les prochaines années, l alternative étant un système stagnant, dysfonctionnel et insuffisamment équipé pour soutenir la productivité de l investissement. Si tous les systèmes monétaires sont un équilibre entre les débiteurs et les créanciers, excepté en cas de défaut volontaire, ce sont généralement les créanciers qui fixent les règles des transitions vers de nouveaux régimes. C est ce qui s est produit à la fin des années 60 lorsque le président français, De Gaulle, a menacé de vider les réserves de Fort Knox si un nouveau régime n était pas imposé. Maintenant que les réserves en dollars sont largement dispersées en Chine, au Japon, au Brésil et dans les autres nations excédentaires, il est raisonnable de supposer qu à un moment, des taux d intérêt réels négatifs de 2% ne pourront plus compenser les avantages conférés jusqu alors par les achats d obligations souveraines. La Chine pourrait, par exemple, décider d allouer les fonds qu elle n investit plus dans des bons du Trésor à des matières premières, des actifs réels à rendement plus élevé, ce qui pourrait éventuellement conduire à une reconfiguration progressive ou un peu plus soudaine de notre système de crédit actuel basé sur le dollar. Etant moins incités à acheter des bons du Trésor et à freiner l appréciation du yuan, les Chinois et autres nations dans le même cas pourraient s intéresser à d autres actifs plus rentables. En outre, les vigiles des marchés obligataires privés tels que PIMCO, qui autrefois suscitaient l inquiétude et qui sont désormais acceptés, pourraient faire de même si leurs clients dont les investissements sont contraints par un indice commençaient à élargir leur lignes directrices. Au total, les créanciers des marchés publics comme privés peuvent potentiellement modifier la façon dont le crédit est financé et diffusé ce qui revient à modifier notre système monétaire international. Nous n en sommes qu au stade des conjectures, mais l éventuel nouveau système accordera probablement une plus grande importance à la valeur matérielle de l argent, par opposition à un système fondé sur la monnaie fiduciaire ; ou, s il continue de faire la part belle à l argent fiduciaire, alors il sera moins axé sur une devise de réserve basée sur le dollar. Dans un cas comme dans l autre, il est fort probable que la transition ne se fasse pas sans heurts et qu elle constitue un mauvais présage pour les investisseurs qui se seront aventurés en mer. Potentiel de relance, performances médiocres des actifs Cette transition continue d indiquer qu un accroissement de l inflation à l échelle mondiale constituerait une solution aux bilans criblés de dettes depuis bien trop longtemps, que ce soit dans le secteur public ou privé. Les investisseurs obligataires devraient par conséquent favoriser la qualité et les souverains dont «la chemise sale est la plus propre» par exemple (Etats-Unis, Mexique et Brésil), mais également les échéances intermédiaires, qui se raccourciront progressivement au cours des prochaines années. De même, les investisseurs en actions devraient privilégier des sociétés internationales à la trésorerie stable et des entreprises exposées aux marchés à forte croissance. INVESTMENT OUTLOOK JUIN

4 Cependant, les investisseurs en général auront bien des difficultés à réitérer la performance des trente dernières années tendant plutôt vers l extrémité droite de la courbe de distribution, une ère sacrant la baleine plutôt que le plancton et fondée sur une croissance excessive du crédit. Les économies et les marchés financiers en phase de désendettement, présentent des performances bien différentes et bien plus médiocres que lors des récentes décennies où le crédit régnait en maître. En effet, historiquement, le levier financier a presque toujours été actionné en empruntant à court terme et en prêtant sur une durée plus longue et avec davantage de risques, à un taux plus élevé. Au cours des trente dernières années, cet «écart» (spread) a quasiment garanti des performances avec effet de levier au-delà du taux directeur. Qu il se situe à 10%, 5% ou qu il s approche finalement de 0%, cet écart réalisé sur des prêts à un taux plus élevé n était menacé que de façon momentanée, lorsque l économie subissait des contractions cycliques sous l effet des périodes de durcissement monétaire transitoires décidées par la Réserve fédérale. Tant que l économie parvenait ensuite à se redresser, l allocation de crédit et sa rentabilité n étaient jamais été menacées. Rendement % Rendement historique des bons 2 du Trésor américains à 30 ans 0 '80 '82 '84 '86 '88 '90 '92 '94 '96 '98 '00 '02 '04 '06 '08 '10 '12 Source: Bloomberg Naviguer sur le dos de l'orque Shamu Graphique 1 Mais la situation a totalement changé, le désendettement ayant provoqué un rétrécissement des marges, un épuisement des prix des actifs et une réticence des prêteurs à prêter (et dans bien des cas, des emprunteurs à emprunter). Si l on ajoute à cela des taux d intérêt réels désormais négatifs de points de base sur la partie courte de la courbe des prêts octroyés, il est certain qu exercer avec succès un effet de levier sur la performance des marchés financiers est devenu plus périlleux. Les obligations, les actions et tous les actifs financiers structurellement liés par cette dynamique doivent revoir à la baisse leurs anticipations de rendement. Continue d ouvrir l œil, matelot! Disparition du plancton, la chaîne alimentaire en danger A l heure actuelle, les marchés financiers du monde entier semblent rivés aux événements quotidiens ponctuant la politique monétaire et budgétaire de la zone euro. C est sur cette base que se détermine au jour le jour le niveau d appétence pour le risque des places financières et le déploiement dans l ensemble fructueux de stratégies de portage et de risque ô combien cruciales pour le rendement total des marchés d actifs. La zone euro n est pourtant qu une tumeur localisée. Le cancer du crédit qui se développe pourrait être métastasé et le système monétaire international irrémédiablement vicié par des rendements de plus en plus risqués et à la faiblesse inacceptable, engendrés par la crise de la dette et les mesures prises pour la résoudre. La grande baleine blanche patiente sur la ligne d horizon. Les investisseurs devraient naviguer prudemment et les 1% de chanceux de Wall Street devraient mettre leurs gilets de sauvetage s ils veulent survivre à l inévitable tempête, qui pourrait menacer d endommager les cabines de première classe qu ils ont appris à apprécier. William H. Gross Managing Director 4 JUIN 2012 INVESTMENT OUTLOOK

5 Londres PIMCO Europe Ltd Nations House 103 Wigmore Street Londres W1U 1QS, Grande Bretagne Amsterdam PIMCO Europe Ltd, Succursale d Amsterdam Tower A61118 BJ Luchthaven Schiphol, Pays-Bas Milan PIMCO Europe Ltd - Italie Largo Richini Milan, Italie PIMCO Europe Ltd (n d enregistrement ), PIMCO Europe, Ltd Munich Branch (n d enregistrement ), PIMCO Europe, Ltd Amsterdam Branch (n d enregistrement ) et PIMCO Europe Ltd - Italy (n d enregistrement ) sont autorisées et réglementées par la Financial Services Authority (25 The North Colonnade, Canary Wharf, Londres E14 5HS) au Royaume-Uni. Les succursales à Amsterdam, en Italie et à Munich sont également réglementées respectivement par l AFM, la CONSOB conformément à l Article 27 de la version consolidée de la loi de finances italienne, et la BaFin conformément à la Section 53b de la loi bancaire allemande. Les produits et services fournis par PIMCO Europe Ltd sont réservés aux clients professionnels, tels que définis dans le Financial Services Authority Handbook (Manuel de la Financial Services Authority). Ils ne s adressent pas aux investisseurs privés, auxquels la présente communication n est d ailleurs pas destinée. PIMCO Deutschland GmbH (n d enregistrement , Seidlstr a, Munich, Allemagne) est autorisée et réglementée par l Autorité fédérale de supervision financière (BaFin) (Lurgiallee 12, Francfort-sur-le-Main) en Allemagne, conformément à la Section 32 de la loi bancaire allemande (KWG). Les produits et services fournis par PIMCO Deutschland GmbH sont réservés aux clients professionnels, tels que définis à la Section 31a, paragraphe 2 de la loi allemande relative à la négociation de valeurs mobilières (WpHG). Ils ne s adressent pas aux investisseurs privés, auxquels la présente communication n est d ailleurs pas destinée. Tout type d investissement comporte des risques et peut perdre de sa valeur. L investisseur sur le marché obligataire s expose à certains risques au nombre desquels un risque de marché, de taux, de signature, de crédit et inflationniste. La valeur des actions peut baisser en fonction des conditions générales de marché, économiques et sectorielles réelles ou perçues. L investissement dans des titres libellés en devise étrangère et/ou domiciliés à l étranger peut entraîner des risques plus élevés en raison des fluctuations de change et des risques économiques et politiques potentiellement plus élevés dans les marchés émergents. Les titres souverains sont généralement garantis par le gouvernement qui les émet. Les obligations d agences et émanations du gouvernement américain bénéficient d une certaine forme de protection mais pas de la pleine garantie du gouvernement américain. Les portefeuilles qui investissent dans de tels titres ne sont pas garantis et subissent des fluctuations de valeur. Rien ne dit que les stratégies d investissement porteront leurs fruits dans toutes les conditions de marché ou qu elles sont adaptées à tout type d investisseur. Il est conseillé à chaque investisseur d évaluer sa capacité à investir sur le long terme et plus particulièrement durant les replis boursiers. Il est recommandé aux investisseurs de consulter leur conseiller financier avant de prendre toute décision en matière d investissement. Ce document contient les opinions actuelles de son auteur mais pas nécessairement celles de PIMCO et ces opinions sont sujettes à modification, sans notification préalable. Cet article est publié à titre d information uniquement. Les prévisions, estimations, ainsi que certaines informations contenues dans le présent document s appuient sur des recherches internes et ne doivent nullement être considérées comme un conseil d investissement ou une recommandation relative à quelque valeur mobilière, stratégie ou produit d investissement que ce soit. Les informations contenues dans ce document proviennent de sources réputées fiables, mais ne sauraient être garanties. Aucune partie de cet article ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit et il ne peut y être fait référence dans toute autre publication sans permission écrite expresse. 2012, PIMCO. Munich PIMCO Deutschland GmbH PIMCO Europe Ltd, Succursale de Munich Seidlstrasse 24-24a Munich, Allemagne Zurich PIMCO (Suisse) LLC Dreikoenigstrasse 31a 8002 Zurich, Suisse Hong Kong Newport Beach Siège social New York Singapour Sydney Tokyo Toronto europe.pimco.com IO _FR

Bob. Investment Outlook Avril 2014

Bob. Investment Outlook Avril 2014 Investment Outlook Avril 2014 Bill Gross Your Global Investment Authority Bob Tous les êtres vivants finissent d une manière tragique : ils cessent de vivre. C est ce qui est arrivé à notre chatte Maine

Plus en détail

PIMCO lance des stratégies mondiales pour investir dans des actions génératrices de dividendes

PIMCO lance des stratégies mondiales pour investir dans des actions génératrices de dividendes Strategy Spotlight Janvier 2013 Your Global Investment Authority PIMCO lance des stratégies mondiales pour investir dans des actions génératrices de dividendes Brad Kinkelaar Gérant de portefeuille Cliff

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE (Ne pas diffuser aux Etats-Unis d'amérique)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE (Ne pas diffuser aux Etats-Unis d'amérique) INVESTISSEURS: LES PRODUITS SOURCE POSSEDENT UN RISQUE EN CAPITAL. LES INVESTISSEURS PEUVENT NE PAS RÉCUPÉRER LE MONTANT INVESTI COMMUNIQUÉ DE PRESSE (Ne pas diffuser aux Etats-Unis d'amérique) PIMCO ET

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Le 1 er avril 2011 Vincent Lépine Vice-président Répartition globale de l actif et gestion des devises Agenda A Déséquilibres mondiaux croissants

Plus en détail

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015. Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015. Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés 7 octobre 2015 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés Depuis la publication de l édition d avril

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)»

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Département fédéral des finances DFF Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Etat: septembre 2014 Questions et réponses Que demande l initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

Octobre 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Octobre 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Octobre 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 11 novembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : Les marchés financiers : entre attentes et réalités Ce soir le 5ème sommet des pays

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Répression financière à la pékinoise

Répression financière à la pékinoise Répression financière à la pékinoise Résumé : - La répression financière (taux d intérêt bas, réserves obligatoires élevées ) est essentielle pour comprendre le développement de la Chine - Les contrôles

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2014 asdf Nations Unies New York, 2014 Résumé Les perspectives macro-économiques mondial La croissance mondiale a été plus faible que prévue en 2013, mais

Plus en détail

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Irem Zeyneloglu * L article présente le nouveau mode d intervention adopté par la Banque centrale turque en 2010 et le compare

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro Les données disponibles pour 1998 et le premier semestre 1999 indiquent, pour l agrégat monétaire M3 de la zone euro,

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Les dividendes : une réponse à la faiblesse des taux d intérêt

Les dividendes : une réponse à la faiblesse des taux d intérêt Les dividendes : une réponse à la faiblesse des taux d intérêt Les dividendes restent un moteur clé de la performance. Sur les 40 dernières années, ils ont représenté presque 4 de la performance totale

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

PERTE DU TRIPLE A : LA FRANCE SANCTIONNEE

PERTE DU TRIPLE A : LA FRANCE SANCTIONNEE PERTE DU TRIPLE A : LA FRANCE SANCTIONNEE Par Thomas Chalumeau, coordonnateur du pôle «Economie et finances» de Nova, Le 13 janvier 2012 Ironie de l histoire, c est un vendredi 13 que la France perd sa

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions 2,0 2,0 1,5 États-Unis UEM 1,5 0,5 0,5 0,0 0,0 11-2010 11-2011 11-2012 11-2013 11-2014 11-2015 11-2016 Taux à dix

Plus en détail

Perspectives d investissement 2015

Perspectives d investissement 2015 Perspectives d investissement 2015 Henri Ghosn Président Club Finance HEC Laurent Geronimi Directeur de la Gestion taux SwissLife Banque Privée Auditorium de SCOR 12 décembre 2014 Perspectives d investissement

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I ()*( TABLE DES MATIERES 1. EXERCICE I 3 2. EXERCICE II 3 3. EXERCICE III 4 4. EXERCICE IV 4 5. EXERCICE V 5 6. EXERCICE VI 5 7. SOURCES 6 (#*( 1. EXERCICE

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

Modélisation des Taux Faibles ou Négatifs

Modélisation des Taux Faibles ou Négatifs Modélisation des Taux Faibles ou Négatifs DEAUVILLE LE 25 SEPTEMBRE 2015 1. Des taux négatifs! Où ça? 2. Problèmes, problèmes 3. GSS : la fin du modèle log- normal 4. Suite : le modèle log- normal revient

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens?

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? 11 JANVIER 2016 Par Yves Maillot Directeur gestion actions européennes Natixis Asset Management S uite au fort

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

Septembre 2012 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Septembre 2012 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Septembre 2012 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, les assurances ont accru leur contribution à la création

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Le piège du risque de corrélation

Le piège du risque de corrélation Le piège du risque de corrélation Londres Mai 2012 1. Le risque du risque Quand tous les facteurs fusionnent La hausse des corrélations depuis 2007 est aujourd hui un phénomène reconnu. L absence de diversification

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 30 juin2015

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 30 juin2015 LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 30 juin2015 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies 4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies L effondrement du système de Bretton-Woods (1965-1971) Le problème de la convertibilité du dollar Le paradoxe de Triffin aurait pu être surmonté par une politique

Plus en détail

Mensuel. Février 2015. Actualité. Marchés

Mensuel. Février 2015. Actualité. Marchés AM Actualité Mensuel Marchés Février 2015 Vocation du document Le présent document a été produit par HSBC Global Asset Management afin de partager sa vision de long terme. Cette vision, présentée par classes

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

IDEES GESTION TAUX AVRIL 2015. www.nam.natixis.com

IDEES GESTION TAUX AVRIL 2015. www.nam.natixis.com IDEES GESTION TAUX Document destiné aux clients professionnels AVRIL 2015 L évolution du marché des ABS européens ÉLÉMENTS-CLÉS uro crisis unveiled credit risk in government bonds Investors faced with

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Comparaisons de la Fed et de la BCE (statuts, objectifs, comportements)

Comparaisons de la Fed et de la BCE (statuts, objectifs, comportements) Fed et s de la Fed et de la (statuts, objectifs, comportements) Alexandre BOUVIER, Vincent FOUCAULT, Moussa HAIDARA et Richard NGO Politique May 7, 2009 Fed et 1 2 3 4 5 Qu est-ce qu une banque centrale?

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail