La chaîne alimentaire de Wall Street

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La chaîne alimentaire de Wall Street"

Transcription

1 Investment Outlook Juin 2012 Bill Gross Your Global Investment Authority La chaîne alimentaire de Wall Street La FED Les banques Les 99% Les baleines de notre société économique actuelle nagent principalement dans les océans des marchés financiers. Les innovateurs tels que Steve Jobs et Bill Gates sont aussi rares au sein des 1% de privilégiés que le sont les calamars géants pour les requins, car ces 1% se nourrissent principalement d argent, et non d innovations. Ils voudraient vous faire croire que les actions, les obligations et l immobilier s apprécient grâce à leur infinie sagesse alors qu en fait, les prix dérivent dans un océan de crédit, une mer dans laquelle poissons et mammifères sont tous de plus en plus menacés par l endettement élevé et ses conséquences en termes de désendettement. Néanmoins, le désendettement du système génère des gagnants et des perdants et au final, Wall Street possède sa propre chaîne alimentaire. Pour durer, ces chaînes alimentaires économiques et/ou financières dépendent de la présence de nombreux petits poissons dans la mer. Il y a plusieurs dizaines d années, l un de mes premiers Investment Outlooks présentait la «Théorie du plancton» ( The Plankton Theory ), supposant que pour sa survie, la toute-puissante baleine dépend du microscopique plancton. Je pense qu il en va de même pour le monde financier, voire le monde tout court. L étude du triangle bien connu de la répartition des richesses - biens fonciers/main-d œuvre/capitaux nous montre que la chaîne alimentaire de Wall Street divise les capitaux entre ceux qui en possèdent et ceux qui n en ont pas : la Fed et ses banques membres sont les baleines métaphoriques, les petits investisseurs gagnant 0,01% sur leurs fonds monétaires sont le plancton. Des comparaisons similaires peuvent être établies entre les capitaux et la main-d œuvre. Nous en sommes arrivés à un point tel que les bénéfices et la rémunération des heureux membres de la tranche supérieure de 1% issus du monde financier ou non excèdent les salaires des 99% restants et les déséquilibres entre ces deux entités sont aussi disproportionnés qu au sein de la chaîne alimentaire des

2 capitaux elle-même. «Quatre-vingt-dix-neuf pour un» et «un pour quatre-vingt-dix-neuf», tels sont les rapports caractérisant notre économie mondiale et ses marchés financiers en 2012, étant bien sûr entendu qu il vaut mieux être une baleine que faire partie du plancton. Non seulement les baleines de Wall Street et de Newport Beach telles que moi-même disposent d un évent leur permettant d exprimer leur toute-puissance à l occasion d une remontée en surface pour un commentaire public, mais elles n ont pas, jusqu à présent, à s inquiéter de se retrouver dans l assiette d un autre. Le désendettement menace le système monétaire mondial Pourtant, si la survie des baleines n est pas menacée dans l immédiat, leur environnement évolue et pas dans le bon sens. Le système monétaire mondial, qui a changé et s est transformé au cours du siècle dernier, mais toujours en faveur d un crédit plus aisé, moins cher et plus abondant, pourrait avoir atteint un seuil ne lui permettant plus d opérer avec efficacité et équitablement pour favoriser la croissance économique et la juste distribution de ses bénéfices. Les changements futurs, qui se profilent déjà à l horizon visible, pourraient ne pas être très profitables aux créatures surdimensionnées de notre océan. L équilibre entre les baleines financières et le plancton entre les puissants créanciers et les biens plus modestes débiteurs dépend largement du bon fonctionnement de notre système monétaire international. Qu est-ce qu un système monétaire international? Pour faire simple, il s agit de la façon dont le monde gère et règle les transactions. Historiquement, plusieurs systèmes différents ont été mis en place, mais fondamentalement, tous ont été soit des systèmes fondés sur les matières premières essentiellement l or et l argent soit un système de monnaie fiduciaire : le papier-monnaie. Après avoir mis un terme à l étalon-or à Bretton Woods en 1945, les nations développées se sont entendues sur une solution hybride basée sur la convertibilité du dollar et la fixation du billet vert à 35 dollars l once. Lorsque ce système s est vu submergé par les déficits budgétaires américains et les impressions de dollars à la fin des années 60, le Président Nixon a introduit un nouveau régime, à la définition plutôt floue, dépendant toujours du dollar pour les transactions commerciales et monétaires mais reposant sur le «bon comportement» généralisé des banques centrales du G7, à savoir ne recourir qu avec parcimonie à la planche à billets et cibler un taux d inflation proche de 2%. Encouragés par Paul Volcker en 1979, les marchés et les économies ont progressivement accepté cette promesse implicite et les marchés du crédit internationaux ainsi que leurs économies se sont développés comme des baleineaux, ingurgitant au cours de leur croissance des tonnes de plancton lié à l endettement. Le système monétaire international semblait tourner harmonieusement, et n a pas reçu le nom de l orque Shamu, mais de «grande modération». Les lois de la sélection naturelle et de la finance moderne semblaient fonctionner comme prévu, et les baleines dominaient. Trop de risque, trop peu de rendement Fonctionner, certes, mais peut-être pas vraiment dans la modération ni dans l harmonie en particulier depuis Les mesures politiques prises par les autorités budgétaires et monétaires ont permis d empêcher une décote substantielle des quelques 200 billions de dollars d actifs financiers qui composent notre système monétaire mondial - mais ce faisant elles ont augmenté le risque et réduit le rendement des titres souverains qui sont au cœur de ce système. Du fait de la flambée des ratios dette/pib dans les ex sacro-saints pays notés AAA, les banques centrales ont progressivement été contraintes d apporter des financements à bas prix à la place des investisseurs du marché privé. Les assouplissements quantitatifs et les ORLT (opérations de refinancement à long terme) pour un montant total de plusieurs billions se sont publiquement multipliés ces dernières années. Dans la foulée cependant, les taux et rendements futurs ont plongé et les 2-3% d inflation désormais monnaie courante dans les économies développées n évoquent pas vraiment la chaleur d un océan Pacifique de taux d intérêt positifs, mais plutôt les températures glaciales d un océan Arctique recouvert de glace. Ainsi, la moins bonne qualité et les rendements plus faibles de la dette souveraine tant vénérée, pourraient 2 JUIN 2012 INVESTMENT OUTLOOK

3 potentiellement constituer un point de rupture pour notre système monétaire international, désormais vieux de 40 ans. Il y a encore cinq ans, ni la dégradation de la qualité ni la baisse des rendements de ces titres n était une hypothèse envisageable. Aujourd hui toutefois, alors que même les Etats-Unis ont subi une dégradation de la note de leur crédit à AA+ et proposent des taux d intérêt négatifs de 200 points de base contre le privilège d investir dans des bons du Trésor, l empressement des baleines créancières par opposition aux débiteurs à soutenir le système existant pourrait bientôt s étioler. Une telle transition se produit lorsque les prêteurs perçoivent un risque trop élevé ou refusent d accepter des rendements proches de zéro pour leurs investissements. Remettant en question la valeur de la plupart des 200 billions de dollars d actifs qui composent notre système actuel, ils se rabattent de façon marginale sur d autres actifs des actifs réels tels que les biens fonciers, l or et autres biens tangibles, ou des liquidités formant un matelas imaginaire, dans lequel, au moins, leur argent est facilement accessible. «Baleine en vue!» criait le Capitaine Ahab. Des créanciers nourrissant des intentions similaires pourraient l imiter, avec à la clé la possibilité d un nouveau système monétaire international dans les prochaines années, l alternative étant un système stagnant, dysfonctionnel et insuffisamment équipé pour soutenir la productivité de l investissement. Si tous les systèmes monétaires sont un équilibre entre les débiteurs et les créanciers, excepté en cas de défaut volontaire, ce sont généralement les créanciers qui fixent les règles des transitions vers de nouveaux régimes. C est ce qui s est produit à la fin des années 60 lorsque le président français, De Gaulle, a menacé de vider les réserves de Fort Knox si un nouveau régime n était pas imposé. Maintenant que les réserves en dollars sont largement dispersées en Chine, au Japon, au Brésil et dans les autres nations excédentaires, il est raisonnable de supposer qu à un moment, des taux d intérêt réels négatifs de 2% ne pourront plus compenser les avantages conférés jusqu alors par les achats d obligations souveraines. La Chine pourrait, par exemple, décider d allouer les fonds qu elle n investit plus dans des bons du Trésor à des matières premières, des actifs réels à rendement plus élevé, ce qui pourrait éventuellement conduire à une reconfiguration progressive ou un peu plus soudaine de notre système de crédit actuel basé sur le dollar. Etant moins incités à acheter des bons du Trésor et à freiner l appréciation du yuan, les Chinois et autres nations dans le même cas pourraient s intéresser à d autres actifs plus rentables. En outre, les vigiles des marchés obligataires privés tels que PIMCO, qui autrefois suscitaient l inquiétude et qui sont désormais acceptés, pourraient faire de même si leurs clients dont les investissements sont contraints par un indice commençaient à élargir leur lignes directrices. Au total, les créanciers des marchés publics comme privés peuvent potentiellement modifier la façon dont le crédit est financé et diffusé ce qui revient à modifier notre système monétaire international. Nous n en sommes qu au stade des conjectures, mais l éventuel nouveau système accordera probablement une plus grande importance à la valeur matérielle de l argent, par opposition à un système fondé sur la monnaie fiduciaire ; ou, s il continue de faire la part belle à l argent fiduciaire, alors il sera moins axé sur une devise de réserve basée sur le dollar. Dans un cas comme dans l autre, il est fort probable que la transition ne se fasse pas sans heurts et qu elle constitue un mauvais présage pour les investisseurs qui se seront aventurés en mer. Potentiel de relance, performances médiocres des actifs Cette transition continue d indiquer qu un accroissement de l inflation à l échelle mondiale constituerait une solution aux bilans criblés de dettes depuis bien trop longtemps, que ce soit dans le secteur public ou privé. Les investisseurs obligataires devraient par conséquent favoriser la qualité et les souverains dont «la chemise sale est la plus propre» par exemple (Etats-Unis, Mexique et Brésil), mais également les échéances intermédiaires, qui se raccourciront progressivement au cours des prochaines années. De même, les investisseurs en actions devraient privilégier des sociétés internationales à la trésorerie stable et des entreprises exposées aux marchés à forte croissance. INVESTMENT OUTLOOK JUIN

4 Cependant, les investisseurs en général auront bien des difficultés à réitérer la performance des trente dernières années tendant plutôt vers l extrémité droite de la courbe de distribution, une ère sacrant la baleine plutôt que le plancton et fondée sur une croissance excessive du crédit. Les économies et les marchés financiers en phase de désendettement, présentent des performances bien différentes et bien plus médiocres que lors des récentes décennies où le crédit régnait en maître. En effet, historiquement, le levier financier a presque toujours été actionné en empruntant à court terme et en prêtant sur une durée plus longue et avec davantage de risques, à un taux plus élevé. Au cours des trente dernières années, cet «écart» (spread) a quasiment garanti des performances avec effet de levier au-delà du taux directeur. Qu il se situe à 10%, 5% ou qu il s approche finalement de 0%, cet écart réalisé sur des prêts à un taux plus élevé n était menacé que de façon momentanée, lorsque l économie subissait des contractions cycliques sous l effet des périodes de durcissement monétaire transitoires décidées par la Réserve fédérale. Tant que l économie parvenait ensuite à se redresser, l allocation de crédit et sa rentabilité n étaient jamais été menacées. Rendement % Rendement historique des bons 2 du Trésor américains à 30 ans 0 '80 '82 '84 '86 '88 '90 '92 '94 '96 '98 '00 '02 '04 '06 '08 '10 '12 Source: Bloomberg Naviguer sur le dos de l'orque Shamu Graphique 1 Mais la situation a totalement changé, le désendettement ayant provoqué un rétrécissement des marges, un épuisement des prix des actifs et une réticence des prêteurs à prêter (et dans bien des cas, des emprunteurs à emprunter). Si l on ajoute à cela des taux d intérêt réels désormais négatifs de points de base sur la partie courte de la courbe des prêts octroyés, il est certain qu exercer avec succès un effet de levier sur la performance des marchés financiers est devenu plus périlleux. Les obligations, les actions et tous les actifs financiers structurellement liés par cette dynamique doivent revoir à la baisse leurs anticipations de rendement. Continue d ouvrir l œil, matelot! Disparition du plancton, la chaîne alimentaire en danger A l heure actuelle, les marchés financiers du monde entier semblent rivés aux événements quotidiens ponctuant la politique monétaire et budgétaire de la zone euro. C est sur cette base que se détermine au jour le jour le niveau d appétence pour le risque des places financières et le déploiement dans l ensemble fructueux de stratégies de portage et de risque ô combien cruciales pour le rendement total des marchés d actifs. La zone euro n est pourtant qu une tumeur localisée. Le cancer du crédit qui se développe pourrait être métastasé et le système monétaire international irrémédiablement vicié par des rendements de plus en plus risqués et à la faiblesse inacceptable, engendrés par la crise de la dette et les mesures prises pour la résoudre. La grande baleine blanche patiente sur la ligne d horizon. Les investisseurs devraient naviguer prudemment et les 1% de chanceux de Wall Street devraient mettre leurs gilets de sauvetage s ils veulent survivre à l inévitable tempête, qui pourrait menacer d endommager les cabines de première classe qu ils ont appris à apprécier. William H. Gross Managing Director 4 JUIN 2012 INVESTMENT OUTLOOK

5 Londres PIMCO Europe Ltd Nations House 103 Wigmore Street Londres W1U 1QS, Grande Bretagne Amsterdam PIMCO Europe Ltd, Succursale d Amsterdam Tower A61118 BJ Luchthaven Schiphol, Pays-Bas Milan PIMCO Europe Ltd - Italie Largo Richini Milan, Italie PIMCO Europe Ltd (n d enregistrement ), PIMCO Europe, Ltd Munich Branch (n d enregistrement ), PIMCO Europe, Ltd Amsterdam Branch (n d enregistrement ) et PIMCO Europe Ltd - Italy (n d enregistrement ) sont autorisées et réglementées par la Financial Services Authority (25 The North Colonnade, Canary Wharf, Londres E14 5HS) au Royaume-Uni. Les succursales à Amsterdam, en Italie et à Munich sont également réglementées respectivement par l AFM, la CONSOB conformément à l Article 27 de la version consolidée de la loi de finances italienne, et la BaFin conformément à la Section 53b de la loi bancaire allemande. Les produits et services fournis par PIMCO Europe Ltd sont réservés aux clients professionnels, tels que définis dans le Financial Services Authority Handbook (Manuel de la Financial Services Authority). Ils ne s adressent pas aux investisseurs privés, auxquels la présente communication n est d ailleurs pas destinée. PIMCO Deutschland GmbH (n d enregistrement , Seidlstr a, Munich, Allemagne) est autorisée et réglementée par l Autorité fédérale de supervision financière (BaFin) (Lurgiallee 12, Francfort-sur-le-Main) en Allemagne, conformément à la Section 32 de la loi bancaire allemande (KWG). Les produits et services fournis par PIMCO Deutschland GmbH sont réservés aux clients professionnels, tels que définis à la Section 31a, paragraphe 2 de la loi allemande relative à la négociation de valeurs mobilières (WpHG). Ils ne s adressent pas aux investisseurs privés, auxquels la présente communication n est d ailleurs pas destinée. Tout type d investissement comporte des risques et peut perdre de sa valeur. L investisseur sur le marché obligataire s expose à certains risques au nombre desquels un risque de marché, de taux, de signature, de crédit et inflationniste. La valeur des actions peut baisser en fonction des conditions générales de marché, économiques et sectorielles réelles ou perçues. L investissement dans des titres libellés en devise étrangère et/ou domiciliés à l étranger peut entraîner des risques plus élevés en raison des fluctuations de change et des risques économiques et politiques potentiellement plus élevés dans les marchés émergents. Les titres souverains sont généralement garantis par le gouvernement qui les émet. Les obligations d agences et émanations du gouvernement américain bénéficient d une certaine forme de protection mais pas de la pleine garantie du gouvernement américain. Les portefeuilles qui investissent dans de tels titres ne sont pas garantis et subissent des fluctuations de valeur. Rien ne dit que les stratégies d investissement porteront leurs fruits dans toutes les conditions de marché ou qu elles sont adaptées à tout type d investisseur. Il est conseillé à chaque investisseur d évaluer sa capacité à investir sur le long terme et plus particulièrement durant les replis boursiers. Il est recommandé aux investisseurs de consulter leur conseiller financier avant de prendre toute décision en matière d investissement. Ce document contient les opinions actuelles de son auteur mais pas nécessairement celles de PIMCO et ces opinions sont sujettes à modification, sans notification préalable. Cet article est publié à titre d information uniquement. Les prévisions, estimations, ainsi que certaines informations contenues dans le présent document s appuient sur des recherches internes et ne doivent nullement être considérées comme un conseil d investissement ou une recommandation relative à quelque valeur mobilière, stratégie ou produit d investissement que ce soit. Les informations contenues dans ce document proviennent de sources réputées fiables, mais ne sauraient être garanties. Aucune partie de cet article ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit et il ne peut y être fait référence dans toute autre publication sans permission écrite expresse. 2012, PIMCO. Munich PIMCO Deutschland GmbH PIMCO Europe Ltd, Succursale de Munich Seidlstrasse 24-24a Munich, Allemagne Zurich PIMCO (Suisse) LLC Dreikoenigstrasse 31a 8002 Zurich, Suisse Hong Kong Newport Beach Siège social New York Singapour Sydney Tokyo Toronto europe.pimco.com IO _FR

PIMCO lance des stratégies mondiales pour investir dans des actions génératrices de dividendes

PIMCO lance des stratégies mondiales pour investir dans des actions génératrices de dividendes Strategy Spotlight Janvier 2013 Your Global Investment Authority PIMCO lance des stratégies mondiales pour investir dans des actions génératrices de dividendes Brad Kinkelaar Gérant de portefeuille Cliff

Plus en détail

Bob. Investment Outlook Avril 2014

Bob. Investment Outlook Avril 2014 Investment Outlook Avril 2014 Bill Gross Your Global Investment Authority Bob Tous les êtres vivants finissent d une manière tragique : ils cessent de vivre. C est ce qui est arrivé à notre chatte Maine

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies 4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies L effondrement du système de Bretton-Woods (1965-1971) Le problème de la convertibilité du dollar Le paradoxe de Triffin aurait pu être surmonté par une politique

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Le risque souverain en zone euro

Le risque souverain en zone euro Patrice PALSKY - FRACTALES s.a. p.palsky@fractales.com Le risque souverain en zone euro FRACTALES 0 Stress Testing Solvabilité 2 n aborde pas explicitement le risque souverain des pays membres de l Union

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

thématique d'investissement

thématique d'investissement 6// thématique d'investissement PRéSERVER LE CAPITAL AVEC DU CRéDIT DE QUALITé Alors qu elles avaient bien résisté à la crise de la dette souveraine sur le premier semestre, les obligations d entreprise

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital.

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. TURBOS WARRANTS CERTIFICATS Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. 2 LES TURBOS 1. Introduction Que sont les Turbos? Les Turbos sont des produits

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 22 décembre 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA

INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 22 décembre 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 22 décembre 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA ATTENTION! Ceci est la dernière lettre gratuite que nous publions. Si vous n avez pas déjà

Plus en détail

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine.

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Depuis des milliers d'années déjà, l'or est un moyen de paiement. Les médias en parlent de plus en plus fréquemment.

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Une porte d entrée vers un nouveau monde. par Sergio Trigo-Paz

Une porte d entrée vers un nouveau monde. par Sergio Trigo-Paz Une porte d entrée vers un nouveau monde Pour les investisseurs professionnels uniquement par Sergio Trigo-Paz STRATEGIC SOLUTIONS Edition Printemps 2013 Une porte d entrée vers un nouveau monde par Sergio

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Conditions tarifaires

Conditions tarifaires Conditions tarifaires CFD-Contracts for Difference Octobre 2013 Conditions Tarifaires Vous trouverez ci-dessous les conditions tarifaires applicables à votre Compte de trading. Les termes, utilisés dans

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES. CFD Contracts for Difference. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918

CONDITIONS TARIFAIRES. CFD Contracts for Difference. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918 CONDITIONS TARIFAIRES CFD Contracts for Difference Plateforme Next Generation Août 2014 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société agréée et réglementée par

Plus en détail

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Gestion obligataire Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Nous pensons que la répression financière se prolongera encore plusieurs années. Dans cet intervalle, il sera de plus en

Plus en détail

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I ()*( TABLE DES MATIERES 1. EXERCICE I 3 2. EXERCICE II 3 3. EXERCICE III 4 4. EXERCICE IV 4 5. EXERCICE V 5 6. EXERCICE VI 5 7. SOURCES 6 (#*( 1. EXERCICE

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Janvier 2015. RCS Paris: 525 225 918

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Janvier 2015. RCS Paris: 525 225 918 CMC MARKETS UK PLC Conditions Tarifaires CFDs Plateforme Next Generation Janvier 2015 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société agréée et réglementée par

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois?

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois? Deutsche Bank AG (DE) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? Deutsche Bank AG (DE) est émis en dollars américains (USD) par Deutsche Bank AG et vous fait bénéficier d une hausse éventuelle des taux d intérêt à

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918 CMC MARKETS UK PLC Conditions Tarifaires CFDs Plateforme Next Generation Août 2014 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société agréée et réglementée par la

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

RÉSUMÉ. Le siège social de Credit Suisse AG est situé à Paradeplatz 8, CH-8001, Zurich, Suisse.

RÉSUMÉ. Le siège social de Credit Suisse AG est situé à Paradeplatz 8, CH-8001, Zurich, Suisse. RÉSUMÉ Le présent résumé doit être lu comme une introduction au présent Prospectus de Base et toute décision d investir dans les Titres doit être fondée sur la prise en considération de l intégralité du

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Pourquoi le fléchissement des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis est un phénomène américain

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Protégez vous contre l inflation

Protégez vous contre l inflation Credit Suisse (A+/Aa) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Inflation Booster 0 Credit Suisse Inflation Booster 0 est un titre de dette structuré. Le produit est émis par Credit Suisse AG et vous donne droit à un coupon

Plus en détail