Simulation D une Chaîne Logistique À Echelle Réelle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Simulation D une Chaîne Logistique À Echelle Réelle"

Transcription

1 Simulation D une Chaîne Logistique À Echelle Réelle sous Arena A. Bensmaine 1, L. Benyoucef 2 et Z. Sari 1 1 Laboratoire d Automatique, Université de Tlemcen, Algérie ({a_bensmaine, 2 INRIA-Nancy Grand-Est, COSTEAM-Project, ISGMP Bat. A, Metz, 57000, France Résumé -- Le contexte économique actuel est instable. Il oblige les entreprises industrielles à passer à une nouvelle forme d organisation, qui intègre les partenaires logistiques afin de conserver un avantage concurrentiel. Cette nouvelle forme organisationnelle, nommée «la chaîne logistique», est d un intérêt majeur sur le plan économique, vu l importance des gains potentiels promis en comparaison avec une stratégie de gestion interne. Néanmoins, elle présente un système complexe difficile à évaluer, et donc difficile à maitriser et gérer. La simulation informatique, grâce aux avantages qu elle offre, se présente comme un outil idéal pour analyser des systèmes comportant des phénomènes stochastiques, dont les chaines logistiques font partie. Dans ce travail, nous présentons une modélisation/simulation d une chaîne logistique à échelle réelle sous Arena/SIMAN, un outil de simulation très populaire auprès des industriels. Nous nous intéressons plus précisément à la création du modèle de simulation, comment elle se fait à partir du cas d étude et les différentes techniques et astuces utilisées pour aboutir au modèle final. I. INTRODUCTION Les entreprises industrielles modernes concurrent dans un contexte économique instable, et supervisent des usines de productions géographiquement distribuées. Pressées par une compétition globale dans un marché mondiale imprévisible, elles s efforcent de fournir des produits et des services de haute qualité aux clients. Dans ce contexte, nombreuses sont les entreprises à la recherche de nouvelles formes d organisation et d alliance afin de conserver un avantage concurrentiel. Les organisations, qui par le passé se sont senties protégées de la concurrence étrangère à bas prix, constatent maintenant qu elles doivent non seulement créer de la valeur pour leurs clients, mais garantir des prix inferieurs à ceux proposés par les concurrents sur le marché. Cet accroissement de compétitivité dans tous les secteurs industriels pousse les entreprises vers la recherche d une optimisation supplémentaire de leurs processus organisationnel, et particulièrement la poursuite de nouvelles formes de collaboration avec leurs compléments logistiques. Par conséquence, au niveau de l entreprise est apparue une orientation progressive vers une perspective externe de conception et d implémentation de nouvelles stratégies de gestion, ce qui est généralement nommé la gestion de la chaîne logistique. Comme le constatent les praticiens, la concurrence dans un futur proche ne sera pas entre différentes entreprises mais entre différentes chaînes logistiques [1]. Une gestion réussie d une chaîne logistique nécessite une connaissance solide des performances de cette chaîne, pour pouvoir prendre les bonnes décisions et prévoir au mieux. L évaluation des performances d une chaîne logistique fait souvent appel à la simulation informatique, qui, quant à elle, est un outil puissant qui a prouvé son habilité à analyser des systèmes complexes comportant des phénomènes stochastiques et dynamiques. Grâce à ses avantages [19], la simulation informatique est considérée comme la seule perspective pour analyser les performances de cas à échelle réelle. A. Definition II. CHAINES LOGISTIQUES Dans la littérature, plusieurs définitions ont été données à la chaîne logistique, parmi lesquelles on trouve des définitions simplistes : "Une chaîne logistique est une série d'activités et d'organisations par lesquelles passent des matériaux dans leurs parcours, à partir des fournisseurs initiaux jusqu'aux clients finaux" [2]. Et d autres plus précises: "Une chaîne logistique est un réseau de toutes les organisations qui participent à : l'approvisionnement, la production, la distribution ou la vente d'un produit au client final. Une chaîne logistique forme un réseau complexe de flux physique (matière/financier) et non physique (information)." [5] ; L intérêt accordé à la notion de chaîne logistique résulte d une vision globale de l entreprise. Les études montrent que les gains potentiels par une entreprise qui s intéresse uniquement à sa gestion interne sont très limités si on les compare aux gains potentiels sur toute la chaîne logistique, d où l intérêt de dépasser les frontières de l entreprise et intégrer tous les partenaires (fournisseurs, centres de distribution, etc.), de manière à ce que les produits demandés soient fabriqués, avec la qualité exigée, et distribués aux bons clients, aux bons moments, en profitant de la synergie des partenaires à travers une gestion globale de la chaîne [4]. 1

2 B. Les composants d une chaîne logistique Dans toute chaîne logistique il existe une combinaison d organismes qui assument des fonctions différentes. Certaines sont des fournisseurs, d autres producteurs, des distributeurs, des détaillants, des clients finaux (des entreprises ou des particuliers) et des fournisseurs de services (transport, design de produit, finances) [7]. Un fournisseur est responsable de la fabrication (ou assemblage) des produits pour qu ils soient vendus aux acheteurs (usines, centres de distribution ou clients finaux). Une usine fabrique et assemble la matière première et les composants afin d'obtenir des produits finis destinés au marché. Le rôle du centre de distribution dans une chaîne logistique est triple et consiste en : la réception, le stockage et l'expédition des produits de différentes natures (matières premières, composants, produits finis, etc.). Le client représente le «client final dans» dans une chaîne logistique. Les clients sont généralement les nœuds d un réseau, où les opérations de transport des flux de matières touchent à leurs fins. C. Evaluations des performances des chaînes logistiques Généralement, l évaluation des performances d un système quelconque peut être menée de trois façons : 1. les méthodes analytiques ; 2. la simulation ; 3. l expérimentation physique. Dans le contexte des chaînes logistiques, les approches analytiques ne sont pas très utilisées car le modèle mathématique correspondant est très complexe pour être résolu. Pour l expérimentation physique, elle souffre de limitations techniques et de coût [10]-[8]-[9]. La simulation semble donc la seule perspective pour analyser les performances de cas à échelle réelle. Elle permet l évaluation des performances et/ou de la structure de la chaîne logistique avant l implémentation du système. III. SIMULATION DES CHAINES LOGISTIQUES, ETAT DE L ART A. Simulation des chaînes logistiques avec des outils développés : Rossetti [12] a développé un Framework de simulation des chaînes logistiques en utilisant les éléments fondamentaux nécessaires à la modélisation d une chaîne logistique générique. Il présente une étude conceptuelle orientée objet. Biswas [11] propose un modèle Orienté-Objet pour son outil DESSCOM (Decision Support for Supply Chains through Object Modeling), avec deux types d objets : objet de structure (Client, Ordre, Usine, ) et objet de "politiques" (Politique de : stockage, production, gestion des ordres, ). Liu et al. [13] ont développé un outil de simulation des chaînes logistiques appelé EASY-SC. Il est développé sous Java incluant des méthodes d optimisation pour déterminer les valeurs de quelques paramètres comme le point de commande et le choix du routage. Chatfield [14] décrit SISCO (Simulator for Integrated Supply Chain Operations), un outil graphique de simulation Orienté Objet. L auteur a critiqué les outils déjà réalisés et présente SISCO comme remédiassions à ces critiques ; il sépare bien entre l interface et l engin (cœur) ce qui facilite l utilisation distribuée. L outil SNOW (Supply-chain Network Optimization Workbench) d IBM est présenté par Ding [15]. Ce logiciel, développé sous l environnement Eclips (un IDE Java), est utilisé dans le cadre de la conception des chaînes logistiques. SNOW inclut quelques méthodes analytiques d optimisation pour résoudre les problèmes de localisation et de transport. Il utilise l optimisation et la simulation d une manière séquentielle. B. Simulations des chaînes logistiques en utilisant Arena : Arena est un outil de simulation populaire basé sur un concept orienté objet pour une modélisation complètement graphique. Le modèle est créé en plaçant des blocs sur l espace de travail Arena, puis en créant des liaisons entres ces différents blocs. Vu ça simplicité et flexibilité, cet outil permet de simuler pratiquement tout système à événements discrets, notamment les chaînes logistiques. Ingalls [16] présente CSCAT (Compaq Supply Chain Analysis Tool), un package Arena développé par Compaq pour la simulation des chaînes logistiques. Son objectif principal est de répondre aux questions : quel est le profit de l organisation pour une configuration donnée? Et quel est le niveau de service pour le client pour une configuration donnée? Le modèle est définit avec 9 structures (client, entreprise, stock, produit...). Vieira [5]-[6] propose un modèle hiérarchique à trois niveaux : le premier niveau, le plus générale, est composé des quatre éléments principaux (usine, entrepot, fournisseur et client) et leur intégration issue des ordres et du flux des matériaux/informations. Le deuxième niveau constitue une modélisation intermédiaire, de chaque membre de la chaîne. La modélisation détaillée est sur le 3 ème niveau. Pour mesurer les performances de la chaîne, l auteur utilise trois indicateurs : le temps de cycle entre détaillant et producteur, la variation de la moyenne totale du stock dans la chaîne logistique et la variation de la production/demande chez les fournisseurs. Persson [17] a créé un package Arena qui respecte le modèle SCOR. La conception de la chaîne se fait par placement des composants sur l espace dédié d une manière graphique très simple. Cope et al. [18] présente une approche qui génère un 2

3 modèle de simulation Arena à partir des données exprimées en XML. Ce simulateur vise la simplicité d utilisation, il permet de générer automatiquement les blocks du modèle Arena à partir des informations et de la structure de la chaîne modélisée codés en XML. IV. MOTIVATION Une chaîne logistique est un système complexe pouvant s étendre à une architecture internationale. L analyse des performances d une chaîne logistique est d un intérêt majeur pour les décideurs, et la simulation informatique se propose comme l outil idéal pour cette tâche. Dans la littérature, plusieurs auteurs se sont intéressés à la simulation des chaînes logistiques, via des outils qu ils ont développés par eux même ou en utilisant des logiciels qui existent sur le marché, dont le célèbre Arena. Les travaux basés sur Arena concernent, dans la majorité des cas, le développement de stratégies de modélisation ou des packages prêts à l emploi qui servent comme moyens de modélisation, mais nul ne propose un modèle complet pour un cas à échelle réelle. En effet, la phase de création du modèle est complètement omise, et les modèles utilisés ne sont pas, dans la majorité des cas, tirés à partir du monde réel. Pour remédier à ce manque, nous présentons dans cet article une modélisation d une chaîne logistique à échelle réelle en utilisant le logiciel simulation Arena. V. CAS D ETUDE La chaîne logistique étudiée dans le cadre de ce travail est un réseau de production/distribution pour un type de véhicule à l échelle internationale [20]. La fonction principale de ce réseau est de produire les différents véhicules et les distribuer aux clients selon leurs demandes spécifiques. Face à une concurrence de plus en plus forte sur le marché, l entreprise cherche à évaluer les performances de ce réseau en termes de niveau de satisfaction du client final (Le Taux de commandes satisfaites dans les délais et le Temps de réponse moyen). Fig. 1 Illustre la configuration du réseau étudié. Ce réseau est composé de trois usines (Usine1, 2 et 3), cinq centres de distribution (CDC, RDC1, RDC2, RDC3 et RDC4) et six zones clients. Les trois usines ainsi que CDC sont situes dans le pays A. Les autres sites sont dans un autre pays B. Figure 1. Configuration de la chaîne logistique étudiée Les véhicules sont convoyés en utilisant différents moyens de transport des usines aux zones clients en passant par les différents sites. En effet, tous les véhicules produits par les trois usines, de type MTS (Make To Stock : véhicules standards) et MTO (Make To Order : véhicules avec options spécifiques), sont accumulées dans le CDC. Afin de réduire le coût de transport, les véhicules MTS sont transportés en bateau vers RDC1, où ils sont stockés par anticipation. Au contraire, pour diminuer le temps de transport, les véhicules MTO sont convoyés directement par train vers le RDC correspondant. Les véhicules sont distribués par camions aux zones clients. Les six clients génèrent des demandes hebdomadaires indépendantes. La quantité demandée suit une loi normale de moyenne égale à 10 et une variance égale à 3. Chaque demande est divisée en deux parties : une partie pour des véhicules de type MTS (60% de la quantité initiale) et le reste pour les véhicules de type MTO (40% de la quantité initiale). Une date due est associée à chaque demande client suivant une loi Triangulaire TRIANG(2,6,6) (Les paramètres de cette loi sont exprimés en semaines). Les deux types de demandes sont traités différemment. Une demande MTO est affectée à l usine la moins chargée, en comparant sa capacité de production et les ordres de production déjà affectés en attente de leurs traitements. Les demandes MTS sont servies par les RDCs selon le stock disponible dans RDC1 car en effet, les autres RDCs (2, 3 et 4) ne possèdent pas de moyens de stockage. Au cas où une rupture du stock est observée dans RDC1, les demandes MTS sont mises en attente jusqu à la prochaine livraison. Comme le réseau est géré en flux tirés, tous les véhicules fabriqués ont déjà leurs propres destinations. Tous les véhicules assemblés dans les usines sont d abord acheminés par train jusqu à CDC. De là, les véhicules MTO sont envoyés directement par train aux RDCs dans le but de réduire le temps de transport. Pour les véhicule MTS, ils sont stockés dans CDC jusqu à réception d un nouveau ordre d approvisionnement généré par RDC1. Dans le but d optimiser les coûts de transport, ces véhicules sont transportés par bateau puis par train jusqu à RDC1, où ils sont stockés. Le processus de livraison commence si des demandes clients de type MTS sont en attente dans RDC1. Pour les demandes émises par des clients directement rattachés à RDC1, les véhicules sont livrés par camions. A l inverse, pour les demandes transmises par les autres RDCs (2, 3 et 4), les véhicules sont transportés par camions aux RDCs respectives puis livrés par camions également aux clients finaux. Etant donné que les camions représentent un moyen de transport maitrisable avec une taille de charge relativement faible (quantité transporté entre 7 et 10 véhicules), un camion ne peut pas être considéré prêt à quitter son emplacement si la quantité présente à transporter est inférieure à sa capacité. 3

4 Les autres modes de transport (maritime et ferroviaire) sont gérés différemment. En effet, chaque fin de journée les trains et le bateau transportent les produits finis en attente d être transportés vers leurs destinations, quelque soit la charge à transporter. Pour la gestion de ses ordres d approvisionnement en véhicules de types MTS, le RDC1 envoie ses commandes à CDC. Si le stock dans CDC le permet, ces véhicules sont livrés, dans le cas contraire, ces ordres sont mis en attente dans CDC jusqu à sa prochaine livraison. Pour la gestion de ses ordres d approvisionnement en véhicules de types MTS, CDC les envoie directement aux différentes usines. Ces ordres sont considérés comme des ordres de production par les usines. VI. MODELE DE SIMULATION Afin de maintenir une ressemblance visuelle entre la structure de la chaîne logistique réelle et la partie visible du modèle réalisé, nous avons utilisé des sous-modèles pour une poursuite "intuitive" du déroulement de la simulation, La partie (b) est consacrée à la réception des véhicules provenant du centre de distribution. Pour chaque véhicule entrant, nous recalculant la quantité restante de sa commande d origine en soustrayant "1". Après chaque soustraction, nous vérifions l état de la commande en question, c'est-à-dire que nous vérifions si elle est complètement satisfaite ou il manque encore quelques véhicules. Les commandes qui ne sont pas encore complètement satisfaites sont remises dans la file d attente. Ce teste est effectué dans la partie (c) du sous-modèle, où nous enregistrons la différence entre la date due et la date de satisfaction, en vue de calculer le taux de satisfaction à la fin de la simulation. B. Centres de distribution Les centres de distributions de la chaîne logistiques étudiée n ont pas tous le même mode de fonctionnement. En effet, ils diffèrent entre eux par le nombre de connexions et la politique de stockage utilisée. Le RDC2 (Fig. 3) représente un centre intermédiaire qui ne possède aucun moyen de stockage. Pour cette raison, son modèle est très simple si nous le comparons avec le modèle du RDC1 ou du CDC. Figure 3. Sous-modèle RDC2 et 4 Figure 2. Le modèle de simulation sous Arena. chacun des sous modèle représente un composant de la chaine logistique (usine, client et entrepôt) (Fig. 2). Le niveau global, ou le niveau I, contient les principales entités qui composent la chaîne, notamment les usines (Factory1, Factory2 et Factory3), les centres de distribution (CDC, RDC1, RDC2, RDC3 et RDC4) ainsi que les clients (Client1 jusqu au Client6). Chacune de ces entités est représentée par un sous-modèle regroupant un ensemble de blocs Arena qui servent à le faire fonctionner. Dans ce niveau du modèle, pour ne pas l encombrer avec plusieurs liaisons entre les sous-modèles, nous ne représentons pas le flux d information d une manière explicite, i.e. il n existe pas une liaison visible qui servira à transmettre une commande client à son fournisseur. Par contre, le flux physique est explicité via des liaisons visibles. A. Client Le sous-modèle "client" est composé de trois parties (FiG. 4). La partie (a) est la responsable de la génération des commandes. Une fois une commande générée, une copie d elle est mise dans la liste des commandes en attente d être satisfaites, puis elle est divisée en deux commandes différentes : MTS envoyée au RDC en amant, et MTO envoyée à l usine la moins chargée. Le RDC4 est identique au RDC2 puisqu ils ont le même mode de fonctionnement. La même chose peut être soulignée pour le RDC3, à part qu il possède deux sortie vu qu il serve deux clients à la fois. Le modèle du RDC1 (Fig. 5) est relativement plus compliqué en le comparant avec les autres RDCs. Cette complexité et due au fait qu il joue le rôle de distributeur principal dans le pays B, qu il gère un stock MTS, et qu il serve à la fois deux clients ainsi que les autres RDCs. La partie (a) du modèle du RDC1 est responsable de la réception des véhicules provenant du CDC, alors que la partie (b) surveille le stock, quand le stock minimal est atteint, elle génère une commande et l envoie au CDC. Le reste du sous-modèle RDC1 est chargé de la réception et le traitement des commandes provenant des clients 1 et 2 ainsi que celles provenant des autres RDCs. Le stock dans le RDC1 ne satisfait pas nécessairement toutes les commandes, pour cette raison, ces commandes passent d abord par le module de teste "Deliverable" avant d être répondues. Ce teste vérifie que le stock disponible est plus grand que la quantité de véhicules demandée par une commande donnée. Dans le cas ou le stock est insuffisant, la commande est mise en attente dans une file d attente dédiée. 4

5 Figure 4. Sous-modèle "Client" Figure 5. Sous-modèle "RDC1" 5

6 Figure 6. Sous-modèle "CDC" Figure 7. Sous-modèle "Usine" 6

7 Figure 8. Sous-modèle "ligne d assemblage" À chaque réception d une quantité de véhicules MTS par le RDC1, les commandes en attente sont réévaluées, en vue de les satisfaire. Dans le cas ou le stock est suffisant pour répondre à une commande, la quantité demandée est retirée du stock et regroupé via un bloc "batch" en vue de l envoyer à la destination de la commande. Le sous-modèle CDC (Fig. 6) possède une architecture qui s approche à celle du RDC1. Il est constitué de quatre parties principales : une partie gestion de commande (a), une deuxième pour la réception des véhicules (b), une partie pour le transport (d) et une dernière qui surveille le stock (c). C. Usine : Nous avons modélisé une usine (Fig. 7) par un ensemble de blocs pouvant être regroupés en trois parties ; (a) et (b) pour la gestion des commandes MTS et MTO respectivement, une partie (c) concernant le transport, ainsi qu une ligne d assemblage qui représente le cœur de l usine (la partie (d) est décrite ci-dessous). Une commande reçue est tout de suite transformée en véhicules en attente de passer par la ligne d assemblage pour être assemblés. Le nombre de ces véhicules est égal à la taille de la commande. Les véhicules assemblés sortant qui sortent de la ligne d assemblage sont stockés temporairement dans l attente d être transportés à leurs destinations respectives. Suivant le calendrier de transport, les véhicules en attente sont groupés des blocs "batch", puis envoyés vers le CDC. Etant donné que la taille d une commande MTS est relativement importante, et que chaque commande est transformée en véhicules en attente de passer par a ligne 7 d assemblage, le nombre de véhicules risque d être très élevé à l entrée de la ligne d assemblage. Pour cette raison, nous subdivisons les commandes MTS en plusieurs souscommandes de tailles moins importantes, qui seront par la suite facilement manipulées (partie (d)). Le système d assemblage dans les usines est constitué principalement d une ligne d assemblage à modèles mélangés (Mixed Model Assembly System) composée de six stations d assemblage (Fig. 8). Dans ce type de lignes d assemblage, le système de manutention (convoyeur) avance d une station à l autre avec une vitesse constante, et les véhicules qu il porte sont espacés d une manière équitable. Si l assemblage sur une station particulière se fait manuellement, les ouvriers suivent l avancement du convoyeur tout en réalisant leur tâche ; une fois la tâche accomplie, ils reviennent au point du convoyeur qui correspond au début de leur station. Le temps de retour au point du début est négligeable par rapport au temps consacré à l accomplissement de l opération. Dans la pratique, il existe des parties dans le modèle ou on doit faire appel à l optimisation, en vue d avoir une meilleure représentation du monde réel. VII. RESULTATS NUMERIQUES Le modèle a été simulé sur un horizon d une année. Une période de réchauffement, d une durée d un mois, est utilisée pour diminuer l impact des conditions initiales sur la simulation. Nous ne tenons pas compte des valeurs prises par les indicateurs de performance dans le premier mois lors des analyses statistiques. Les indicateurs de performance pris en compte par ce modèle de simulation sont le Taux de satisfaction (Taux des commandes satisfaites dans les délais) et le Temps de

8 réponse moyen (Temps de réponse à une commande client). La simulation a été lancée sur un Pentium IV 3GHz. Les résultats suivants ont été obtenus : Temps de réponse moyen (semaines) Taux de satisfaction 5,83 69,84% TABLEAU I. RÉSULTATS OBTENUS VIII. CONCLUSION Dans la littérature, plusieurs travaux ont concerné la simulation des chaînes logistiques via l outil Arena, s adressant au développement de stratégies de modélisation ou des packages prêts à l emploi, mais aucun de ces travaux ne proposent un modèles complets pour des cas à échelle réelle, et la phase de création du modèle est souvent omise ou décrite très brièvement. Dans le cadre de ce travail nous avons présenté une manière de créer un modèle de simulation Arena d une chaîne logistique à échelle réelle à partir d une description textuelle de celle-ci. La conception du modèle n était pas une tâche aisée, nous avons utilisé en total plus de 650 blocs Arena pour modéliser la chaîne entière avec ses différentes fonctionnalités et règles de gestion. Simuler harmonieusement un tel nombre de modules est une opération très délicate, aussi bien pendant la conception que pendant la validation. Néanmoins, cette difficulté de modélisation est compensée par la grande flexibilité qu offre cet outil de simulation, grâce au principe de blocs primitifs. Ce principe, proche des langages de programmation, ne limite pas le modélisateur par une vision standard des entités composant la chaîne logistique, car en effet, le modélisateur a un accès direct aux moindres détails sur le modèle, et par conséquence, la chaîne conçue est très personnalisable. [7] S. Umed and Y. T. Lee, Design specifications of a generic supply chain simulator. Proceedings of the 2004 Winter Simulation Conference [8] M. J. Tarokh and M. Golkar, Supply chain simulation methods. Service Operations and Logistics, and Informatics [9] C. Thierry, A. Thomas and G. Bel, La simulation pour la gestion des chaînes logistiques. Lavoisier [10] J. S. Carson, Introduction to modeling and simulation. Proceedings of the 2005 Winter Simulation Conference [11] S. Biswas and Y. Narahari, Object oriented modeling and decision support for supply chains. European Journal of Operational Research, 153: [12] M. D. Rossetti, and H. T. Chan, A prototype object-oriented supply chain simulation framework. Proceedings of the 2003 Winter Simulation Conference [13] J. Liu, W. Wang, Y. Chai and Y. Liu, Easy-sc: A supply chain simulation tool. Proceedings of the 2004 Winter Simulation Conference [14] D. C. Chatfield, T. P. Harrison and J. C. Hayya, SISCO: An objectoriented supply chain simulation system. Decision Support Systems, 42: [15] H. Ding, W. Wang, J. Dong, M. Qiu, and C. Ren, C. IBM supplychain network optimization workbench: an integrated optimization and simulation tool for supply chain design. Proceedings of the 2007 Winter Simulation Conference [16] R. G. Ingalls, CSCAT: The COMPAQ supply chain analysis tool. Proceedings of the 1998 Winter Simulation Conference [17] F. Persson and M. Araldi, The development of a dynamic supply chain analysis tool-integration of SCOR and discrete event simulation. International Journal of Production Economics [18] D. Cope, M. S. Fayez, M. Mollaghasemi and A. Kaylani, Supply chain simulation modeling made easy: an innovative approach. Proceedings of the 2007 Winter Simulation Conference [19] C. A. Chung, Simulation Modeling Handbook, A Practical Approach. CRC PRESS [20] H. Ding, une approche d'optimisation basée sur la simulation pour la conception des chaînes logistiques : Applications dans les industries automobile et textile Ph.D. Dept. Automatique. Univ. Metz ; RÉFÉRENCES [1] M. Christophe, Logistics and supply chain management: Strategies for reducing costs and improving services. Pitman publishing [2] D. Waters, Logistics - An Introduction to Supply Chain Management. Palgrave Macmillan [3] M. Hugos, Essentials of Supply Chain Management. John Wiley and Sons, Inc [4] D. Kassmann and R. Allgor, Supply chain design, management and optimization. 16th European Symposium on Computer Aided Process Engineering [5] G. E. Vieira, Ideas for modeling and simulation of supply chains with arena. wsc, pages [6] G. E. Vieira and O. C. Júnior, A conceptual model for the creation of supply chain simulation models. Proceedings of the 2005 Winter Simulation Conference

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

La mise en œuvre de la chaîne logistique

La mise en œuvre de la chaîne logistique H P I T R E 1 La mise en œuvre de la chaîne logistique n Que peut apporter la logistique à l entreprise? Depuis 1980, les entreprises ont considérablement rénové et optimisé leurs outils industriels, des

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

Présentation livre Simulation for Supply Chain Management. Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview

Présentation livre Simulation for Supply Chain Management. Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview Présentation livre Simulation for Supply Chain Management Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview G. Bel, C. Thierry et A. Thomas 1 Plan Gestion de chaînes logistiques et simulation Points de

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

L analyse de la Chaîne de Valeur

L analyse de la Chaîne de Valeur L analyse de la Chaîne de Valeur Présentation de la chaîne de valeur En principe, une entreprise cherche à obtenir un avantage concurrentiel et se donne pour mission de créer de la valeur pour ses clients.

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Migration d un logiciel de gestion

Migration d un logiciel de gestion Auteur : David PERRET Publication : 01/11/2015 Toute société utilisatrice de logiciel de gestion est inéluctablement confrontée à des migrations de données. Ces migrations représentent des risques et un

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

Génie logiciel (Un aperçu)

Génie logiciel (Un aperçu) (Un aperçu) (sommerville 2010) Laurent Pérochon INRA URH 63122 St Genès Champanelle Laurent.perochon@clermont.inra.fr Ensemble d activités conduisant à la production d un logiciel Sur un échantillon de

Plus en détail

Assistant(e) de direction

Assistant(e) de direction Assistant(e) de direction Vous assistez le responsable hiérarchique dans l organisation, la gestion, le suivi des dossiers et la coordination des informations. Vous traitez, exploitez, diffusez les informations

Plus en détail

Système Expert pour Smartphones

Système Expert pour Smartphones INSA Rennes Département INFORMATIQUE Système Expert pour Smartphones Rapport de bilan de Planification Olivier Corridor;Romain Boillon;Quentin Decré;Vincent Le Biannic;Germain Lemasson;Nicolas Renaud;Fanny

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

QUICK GUIDE #1. Guide du pilotage par la performance pour les distributeurs automobiles

QUICK GUIDE #1. Guide du pilotage par la performance pour les distributeurs automobiles QUICK GUIDE #1 Guide du pilotage par la performance pour les distributeurs automobiles INTRODUCTION Vous managez des concessions automobiles et c est une responsabilité qui demande un contrôle quotidien

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR

Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR Groupement Achats et Logistique / Association des Centraliens Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR Thierry JOUENNE, CPIM Lundi 14 octobre 2002 Plan La supply chain, axe de valeur

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

Thibault Denizet. Introduction à SSIS

Thibault Denizet. Introduction à SSIS Thibault Denizet Introduction à SSIS 2 SSIS - Introduction Sommaire 1 Introduction à SQL Server 2008 Integration services... 3 2 Rappel sur la Business Intelligence... 4 2.1 ETL (Extract, Transform, Load)...

Plus en détail

Spécialité «Logistique, sécurité»

Spécialité «Logistique, sécurité» CENTRE DE GESTION de la Fonction Publique Territoriale de Loire-Atlantique Spécialité «Logistique, sécurité» EPREUVE DE VERIFICATION DES CONNAISSANCES TECHNIQUES (2H00, COEFFICIENT 2) Vérification au moyen

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

V-Ingénierie. présente

V-Ingénierie. présente V-Ingénierie présente Le générateur d applications universel pour une acquisition de données sur terminaux radiofréquences & PC avec module d interface ERP V- Ingénierie 2 rue Auguste Bartholdi 78420 Carrières

Plus en détail

Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national

Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national Le secteur de la fabrication de matériel ferroviaire roulant rationalise

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Présentation du logiciel

Présentation du logiciel Chapitre A Présentation du logiciel R Pré-requis et objectif La lecture du chapitre sur l installation de R dans les Annexes peut se révéler utile. Ce chapitre présente les origines, l objectif et les

Plus en détail

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9 Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk AMI Enterprise Discovery version 3.9 Février 2005 Sommaire 1 Objectifs d AMI Help Desk...3 2 Principes de fonctionnement...3 2.1 Mode de travail

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

Utiliser Internet pour les achats

Utiliser Internet pour les achats L évolution de la fonction achats, ces dernières années, s est encore accélérée sous l impulsion d Internet. La conjonction d éléments différents, tels la reconnaissance de l importance économique des

Plus en détail

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE CCR.S ComEX 140313 DOC7 PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE RAPPORT D AVANCEMENT DU PROJET GEPETO ÉTABLI À L ATTENTION DU COMITÉ EXÉCUTIF DU CCR- S 1. RAPPEL DES OBJECTIFS 2. MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

La logistique. Contenu

La logistique. Contenu La logistique La logistique est définie comme la planification, l'organisation, le contrôle et la gestion du matériel et des flux de produits et des services avec le flux d'informations associées. La logistique

Plus en détail

Méthode de Test. Pour WIKIROUTE. Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel.

Méthode de Test. Pour WIKIROUTE. Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel. Méthode de Test Pour WIKIROUTE Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel. [Tapez le nom de l'auteur] 10/06/2009 Sommaire I. Introduction...

Plus en détail

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ SOMMAIRE Chapitre - Introduction 4. A qui s adresse cet ouvrage? 4.2 Dans quelle situation utiliser cet ouvrage? 4.3 Comment utiliser cet ouvrage? 4 Chapitre 2 - Kaizen et Démarche qualité 5 2. Dans quel

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail

SOUMISSION WEB MANUEL D UTILISATION

SOUMISSION WEB MANUEL D UTILISATION 11/03/11 Version 3 SOUMISSION WEB MANUEL D UTILISATION Conventions utilisées dans le manuel... 1 Introduction... 3 Rôle de l application... 3 Accès à l application... 4 Accès à partir de l imprimante Print2C...

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Gestion des données sur les dépenses

Gestion des données sur les dépenses Gestion des données sur les dépenses Pourquoi cette présentation? Les fournisseurs, les analystes de l industrie et la presse spécialisée portent une très grande attention à l importance des données organisationnelles.

Plus en détail

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles Témoignage utilisateur Groupe HG Automobiles www.hgauto.fr Equipé du DMS Sage icar, V12Web, pilote Module financement Kevin Ginisty Directeur Groupe Novembre 2012 En bref Le Groupe HG Automobiles distribue

Plus en détail

Logiciel de gestion pour boulangerie ORPAIN 7. Mode d emploi

Logiciel de gestion pour boulangerie ORPAIN 7. Mode d emploi Logiciel de gestion de Boulangerie Orpain 7 : Mode d emploi - 1 - Logiciel de gestion pour boulangerie ORPAIN 7 Mode d emploi Copyright 1984-2008 Fache Informatique Case postale 52 1091 La Croix ( Lutry

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD PLAN CONCEPT DE SYSTEME D INFORMATION MODELISATION D UN SYSTEME D INFORMATION MODELISATION CONCEPTUELLE : les METHODES METHODE SYSTEMIQUE METHODE OBJET L3 Informatique

Plus en détail

Bonjour, Matthieu, pouvez-vous nous expliquer le concept de Nuukik?

Bonjour, Matthieu, pouvez-vous nous expliquer le concept de Nuukik? Bonjour, Matthieu, pouvez-vous nous expliquer le concept de Nuukik? Nuukik est un moteur de recommandation de produit aidant les e-commerçants à dynamiser et personnaliser leur offre commerciale afin de

Plus en détail

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Définition : Gestion de la Chaine Logistique «Supply Chain Management» ou «La gestion de la chaîne logistique» est fait l'activité consistant à

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée Colloque : Systèmes Complexes d Information et Gestion des Risques pour l Aide à la Décision Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée BELKADI

Plus en détail

Mise en place des services réseau d'entreprise

Mise en place des services réseau d'entreprise 261 Chapitre 5 Mise en place des services réseau d'entreprise 1. Introduction Mise en place des services réseau d'entreprise Ce chapitre est consacré à la définition et la configuration des composants

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Monter un site Intranet

Monter un site Intranet Monter un site Intranet S il n est pas difficile de créer un site Web basique grâce à IIS, ceux d entre vous qui ne sont pas initiés aux langages de développement Web auront du mal à satisfaire les besoins

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Techniques des prévisions de ventes

Techniques des prévisions de ventes Techniques des prévisions de ventes Introduction Les techniques des prévisions de ventes servent à : Anticiper, à éviter les risques et à maitriser au mieux l avenir dans un contexte concurrentiel. PLAN

Plus en détail

Introduction à l Informatique

Introduction à l Informatique Introduction à l Informatique. Généralités : Etymologiquement, le mot informatique veut dire «traitement d information». Ceci signifie que l ordinateur n est capable de fonctionner que s il y a apport

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

Chaîne logistique : approvisionnement, stocks, production et distribution. Professeur Mohamed Reghioui

Chaîne logistique : approvisionnement, stocks, production et distribution. Professeur Mohamed Reghioui Chaîne logistique : approvisionnement, stocks, production et distribution Professeur Mohamed Reghioui Version 1 P2010 M.Reghioui - 2011 1 Informations générales sur le module Intervenant: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com)

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Supply chain collaborative sous incertitude. Romain Guillaume et Caroline Thierry

Supply chain collaborative sous incertitude. Romain Guillaume et Caroline Thierry Supply chain collaborative sous incertitude Romain Guillaume et Caroline Thierry Plan de la présentation Gestion des chaines logistiques Simulation des processus logistiques Modèles de comportement des

Plus en détail

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma LA VISION SUPPLY CHAIN GLOBALE COMME ENJEU DE LA COMPÉTITIVITÉ

Plus en détail

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006 Rapport de Stage Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees (15 janvier - 15juillet 2006 15 avril - 15 juillet 2007) Effectué au sein du laboratoire MAP-ARIA

Plus en détail

Rapport de stage conventionné

Rapport de stage conventionné 6B Rue de Partanaïs 31650 Saint Orens 2 Rue Charles Camichel 31000 Toulouse Ivan Brunel Tchomgue Mieguem N o 20111541 Informatique & Mathématiques - 1ère année Rapport de stage conventionné 22 juin 2012-31

Plus en détail

4.1.Caractéristiques générales et mode d opération d un S.I.G. en Réseau

4.1.Caractéristiques générales et mode d opération d un S.I.G. en Réseau 4.1.Caractéristiques générales et mode d opération d un S.I.G. en Réseau Pour cette étude-ci un SIG en réseau a été créé, visant à l accès, à l enregistrement, au traitement, à l analyse statistique, à

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises PME, réseautage et optimisation de la chaîne logistique Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

Gestion des stocks. Somme du stock «En cours» des 6 lieux de stockage

Gestion des stocks. Somme du stock «En cours» des 6 lieux de stockage Gestion des stocks La case «gestion du stock» doit être cochée dans la fiche de l article pour que celui-ci soit mouvementé. Vous pouvez gérer 6 stocks (stock de 0 à 5). Le stock inscrit en rouge correspond

Plus en détail

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC PARTIE 1 Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC THÈME 2 Le traitement des charges : les charges directes et indirectes EXERCICE 2 Méthode des centres d analyse et méthode simplifiée

Plus en détail

Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique

Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique Amélioration des performances de l entreprise : Piloter les systèmes de production (de biens et de services), Optimiser les flux (stock, délai, matière

Plus en détail

ADEME : Colloque Produits Verts. Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat

ADEME : Colloque Produits Verts. Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat ADEME : Colloque Produits Verts Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat Juin 2008 Une solution dédiée à vos achats responsables

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

Travaux pratiques. avec. WordPress. Karine Warbesson

Travaux pratiques. avec. WordPress. Karine Warbesson Travaux pratiques avec WordPress Karine Warbesson Toutes les marques citées dans cet ouvrage sont des marques déposées par leurs propriétaires respectifs. Mise en pages réalisée par ARCLEMAX Illustration

Plus en détail

Présentation du Sedex Data Monitor Une nouvelle gamme excitante d outils de reporting performants

Présentation du Sedex Data Monitor Une nouvelle gamme excitante d outils de reporting performants Présentation du Sedex Data Monitor Une nouvelle gamme excitante d outils de reporting performants Transformation du reporting des chaînes d approvisionnement 2 Le Sedex Data Monitor est une toute nouvelle

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

Mise à jour Apsynet DataCenter

Mise à jour Apsynet DataCenter Mise à jour Apsynet DataCenter Dans le cadre de sa stratégie d évolution produit, Apsynet propose à ses clients sous contrat de maintenance une mise à jour majeure annuelle. Celle-ci peut être complétée

Plus en détail

Séance 9. Planification globale Planification détaillée 4-530-03. Gestion des opérations et de la production

Séance 9. Planification globale Planification détaillée 4-530-03. Gestion des opérations et de la production Gestion des opérations et de la production Séance 9 4-530-03 Planification globale Planification détaillée Plan de la présentation La planification globale : Objectifs et principes de base; Stratégies

Plus en détail

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Des coûts réduits et un service de meilleure qualité grâce à l'intégration dynamique et multimode de la flotte privée et du transport sous traité

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état.

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état. Organisme de Formation enregistré sous le numéro d agrément de déclaration d activité Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément

Plus en détail

Sommaire. Les bibliothèques fournisseuses 1. Périmètre 1 Les services proposés 1

Sommaire. Les bibliothèques fournisseuses 1. Périmètre 1 Les services proposés 1 ANNEXE 4. SUPEB/REFDOC. Typologies fournisseurs et services Sommaire Les bibliothèques fournisseuses 1 Périmètre 1 Les services proposés 1 Articulation avec le logiciel Supeb 1 Description de l algorithme

Plus en détail

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations Auteur: Fabian PIAU, Master 2 MIAGE, Nantes La Gestion des Configurations est un processus issu d ITIL version 2 qui aide au soutien du service («Service

Plus en détail

Rapport de gestion de projet

Rapport de gestion de projet Rapport de gestion de projet Affectation des projets de programmation aux étudiants Université Montpellier II Licence 3 Lamant Adrien, Rogery Arthur, Maher Ishak April 2015 1 Membres de l équipe de développement

Plus en détail

La fonction achats fonction achats internes extérieur

La fonction achats fonction achats internes extérieur L objectif de la fonction achats est de mettre à la disposition des utilisateurs internes de l entreprise des biens et/ou des services acquis à l extérieur dans les meilleures conditions de prix, de délais,

Plus en détail

Proposition de prix ferme. Réservation immédiate. Réponse instantanée.

Proposition de prix ferme. Réservation immédiate. Réponse instantanée. Proposition de prix ferme. Réservation immédiate. Réponse instantanée. SEND 208.5 Traitez vos ordres de transport aérien, import et export, plus rapidement que jamais. Obtenir une cotation, confirmer une

Plus en détail

Le génie Logiciel (suite)

Le génie Logiciel (suite) Le génie Logiciel (suite) Lors du cours précédent, on a étudié différents cycles de vie, dont la cascade, ou la spirale. Analyse des besoins L analyse des besoins est une étape menant à l élaboration de

Plus en détail

Programme Moussanada Textile-habillement Segment : Animation et traitement Module : Logistique Action : Supply Chain TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme Moussanada Textile-habillement Segment : Animation et traitement Module : Logistique Action : Supply Chain TERMES DE RÉFÉRENCE Programme Moussanada Textile-habillement Segment : Animation et traitement Module : Logistique Action : Supply Chain TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D'IMPACT... 2 PRE-REQUIS...

Plus en détail

Cahier des spécifications. pour

Cahier des spécifications. pour Cahier des spécifications pour Version 1.0 approuvée, préparée par Philippe ZDZIOBECK et Amine TIFAK Octobre 2010 Table des matières I. Introduction...2 1. Introduction...2 2. But du projet...2 3. Références...2

Plus en détail

From EDI to CPFR: new practices in customer-supplier relationships

From EDI to CPFR: new practices in customer-supplier relationships From EDI to CPFR: new practices in customer-supplier relationships Xavier Perrin, CFPIM, CIRM, CSCP XP Consulting 2006 From EDI to CPFR > 1 Sommaire Rappels à propos de Supply-Chain Management Limites

Plus en détail

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 Certification ISO 9001 Enquête «entrants» et «sortants» M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 MWQ/MESURER/Enquêtes sur la certification/2010/iso 9001 1 1. Introduction Le document «Baromètre Qualité Bilan 2008»

Plus en détail