Simulation D une Chaîne Logistique À Echelle Réelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Simulation D une Chaîne Logistique À Echelle Réelle"

Transcription

1 Simulation D une Chaîne Logistique À Echelle Réelle sous Arena A. Bensmaine 1, L. Benyoucef 2 et Z. Sari 1 1 Laboratoire d Automatique, Université de Tlemcen, Algérie ({a_bensmaine, 2 INRIA-Nancy Grand-Est, COSTEAM-Project, ISGMP Bat. A, Metz, 57000, France Résumé -- Le contexte économique actuel est instable. Il oblige les entreprises industrielles à passer à une nouvelle forme d organisation, qui intègre les partenaires logistiques afin de conserver un avantage concurrentiel. Cette nouvelle forme organisationnelle, nommée «la chaîne logistique», est d un intérêt majeur sur le plan économique, vu l importance des gains potentiels promis en comparaison avec une stratégie de gestion interne. Néanmoins, elle présente un système complexe difficile à évaluer, et donc difficile à maitriser et gérer. La simulation informatique, grâce aux avantages qu elle offre, se présente comme un outil idéal pour analyser des systèmes comportant des phénomènes stochastiques, dont les chaines logistiques font partie. Dans ce travail, nous présentons une modélisation/simulation d une chaîne logistique à échelle réelle sous Arena/SIMAN, un outil de simulation très populaire auprès des industriels. Nous nous intéressons plus précisément à la création du modèle de simulation, comment elle se fait à partir du cas d étude et les différentes techniques et astuces utilisées pour aboutir au modèle final. I. INTRODUCTION Les entreprises industrielles modernes concurrent dans un contexte économique instable, et supervisent des usines de productions géographiquement distribuées. Pressées par une compétition globale dans un marché mondiale imprévisible, elles s efforcent de fournir des produits et des services de haute qualité aux clients. Dans ce contexte, nombreuses sont les entreprises à la recherche de nouvelles formes d organisation et d alliance afin de conserver un avantage concurrentiel. Les organisations, qui par le passé se sont senties protégées de la concurrence étrangère à bas prix, constatent maintenant qu elles doivent non seulement créer de la valeur pour leurs clients, mais garantir des prix inferieurs à ceux proposés par les concurrents sur le marché. Cet accroissement de compétitivité dans tous les secteurs industriels pousse les entreprises vers la recherche d une optimisation supplémentaire de leurs processus organisationnel, et particulièrement la poursuite de nouvelles formes de collaboration avec leurs compléments logistiques. Par conséquence, au niveau de l entreprise est apparue une orientation progressive vers une perspective externe de conception et d implémentation de nouvelles stratégies de gestion, ce qui est généralement nommé la gestion de la chaîne logistique. Comme le constatent les praticiens, la concurrence dans un futur proche ne sera pas entre différentes entreprises mais entre différentes chaînes logistiques [1]. Une gestion réussie d une chaîne logistique nécessite une connaissance solide des performances de cette chaîne, pour pouvoir prendre les bonnes décisions et prévoir au mieux. L évaluation des performances d une chaîne logistique fait souvent appel à la simulation informatique, qui, quant à elle, est un outil puissant qui a prouvé son habilité à analyser des systèmes complexes comportant des phénomènes stochastiques et dynamiques. Grâce à ses avantages [19], la simulation informatique est considérée comme la seule perspective pour analyser les performances de cas à échelle réelle. A. Definition II. CHAINES LOGISTIQUES Dans la littérature, plusieurs définitions ont été données à la chaîne logistique, parmi lesquelles on trouve des définitions simplistes : "Une chaîne logistique est une série d'activités et d'organisations par lesquelles passent des matériaux dans leurs parcours, à partir des fournisseurs initiaux jusqu'aux clients finaux" [2]. Et d autres plus précises: "Une chaîne logistique est un réseau de toutes les organisations qui participent à : l'approvisionnement, la production, la distribution ou la vente d'un produit au client final. Une chaîne logistique forme un réseau complexe de flux physique (matière/financier) et non physique (information)." [5] ; L intérêt accordé à la notion de chaîne logistique résulte d une vision globale de l entreprise. Les études montrent que les gains potentiels par une entreprise qui s intéresse uniquement à sa gestion interne sont très limités si on les compare aux gains potentiels sur toute la chaîne logistique, d où l intérêt de dépasser les frontières de l entreprise et intégrer tous les partenaires (fournisseurs, centres de distribution, etc.), de manière à ce que les produits demandés soient fabriqués, avec la qualité exigée, et distribués aux bons clients, aux bons moments, en profitant de la synergie des partenaires à travers une gestion globale de la chaîne [4]. 1

2 B. Les composants d une chaîne logistique Dans toute chaîne logistique il existe une combinaison d organismes qui assument des fonctions différentes. Certaines sont des fournisseurs, d autres producteurs, des distributeurs, des détaillants, des clients finaux (des entreprises ou des particuliers) et des fournisseurs de services (transport, design de produit, finances) [7]. Un fournisseur est responsable de la fabrication (ou assemblage) des produits pour qu ils soient vendus aux acheteurs (usines, centres de distribution ou clients finaux). Une usine fabrique et assemble la matière première et les composants afin d'obtenir des produits finis destinés au marché. Le rôle du centre de distribution dans une chaîne logistique est triple et consiste en : la réception, le stockage et l'expédition des produits de différentes natures (matières premières, composants, produits finis, etc.). Le client représente le «client final dans» dans une chaîne logistique. Les clients sont généralement les nœuds d un réseau, où les opérations de transport des flux de matières touchent à leurs fins. C. Evaluations des performances des chaînes logistiques Généralement, l évaluation des performances d un système quelconque peut être menée de trois façons : 1. les méthodes analytiques ; 2. la simulation ; 3. l expérimentation physique. Dans le contexte des chaînes logistiques, les approches analytiques ne sont pas très utilisées car le modèle mathématique correspondant est très complexe pour être résolu. Pour l expérimentation physique, elle souffre de limitations techniques et de coût [10]-[8]-[9]. La simulation semble donc la seule perspective pour analyser les performances de cas à échelle réelle. Elle permet l évaluation des performances et/ou de la structure de la chaîne logistique avant l implémentation du système. III. SIMULATION DES CHAINES LOGISTIQUES, ETAT DE L ART A. Simulation des chaînes logistiques avec des outils développés : Rossetti [12] a développé un Framework de simulation des chaînes logistiques en utilisant les éléments fondamentaux nécessaires à la modélisation d une chaîne logistique générique. Il présente une étude conceptuelle orientée objet. Biswas [11] propose un modèle Orienté-Objet pour son outil DESSCOM (Decision Support for Supply Chains through Object Modeling), avec deux types d objets : objet de structure (Client, Ordre, Usine, ) et objet de "politiques" (Politique de : stockage, production, gestion des ordres, ). Liu et al. [13] ont développé un outil de simulation des chaînes logistiques appelé EASY-SC. Il est développé sous Java incluant des méthodes d optimisation pour déterminer les valeurs de quelques paramètres comme le point de commande et le choix du routage. Chatfield [14] décrit SISCO (Simulator for Integrated Supply Chain Operations), un outil graphique de simulation Orienté Objet. L auteur a critiqué les outils déjà réalisés et présente SISCO comme remédiassions à ces critiques ; il sépare bien entre l interface et l engin (cœur) ce qui facilite l utilisation distribuée. L outil SNOW (Supply-chain Network Optimization Workbench) d IBM est présenté par Ding [15]. Ce logiciel, développé sous l environnement Eclips (un IDE Java), est utilisé dans le cadre de la conception des chaînes logistiques. SNOW inclut quelques méthodes analytiques d optimisation pour résoudre les problèmes de localisation et de transport. Il utilise l optimisation et la simulation d une manière séquentielle. B. Simulations des chaînes logistiques en utilisant Arena : Arena est un outil de simulation populaire basé sur un concept orienté objet pour une modélisation complètement graphique. Le modèle est créé en plaçant des blocs sur l espace de travail Arena, puis en créant des liaisons entres ces différents blocs. Vu ça simplicité et flexibilité, cet outil permet de simuler pratiquement tout système à événements discrets, notamment les chaînes logistiques. Ingalls [16] présente CSCAT (Compaq Supply Chain Analysis Tool), un package Arena développé par Compaq pour la simulation des chaînes logistiques. Son objectif principal est de répondre aux questions : quel est le profit de l organisation pour une configuration donnée? Et quel est le niveau de service pour le client pour une configuration donnée? Le modèle est définit avec 9 structures (client, entreprise, stock, produit...). Vieira [5]-[6] propose un modèle hiérarchique à trois niveaux : le premier niveau, le plus générale, est composé des quatre éléments principaux (usine, entrepot, fournisseur et client) et leur intégration issue des ordres et du flux des matériaux/informations. Le deuxième niveau constitue une modélisation intermédiaire, de chaque membre de la chaîne. La modélisation détaillée est sur le 3 ème niveau. Pour mesurer les performances de la chaîne, l auteur utilise trois indicateurs : le temps de cycle entre détaillant et producteur, la variation de la moyenne totale du stock dans la chaîne logistique et la variation de la production/demande chez les fournisseurs. Persson [17] a créé un package Arena qui respecte le modèle SCOR. La conception de la chaîne se fait par placement des composants sur l espace dédié d une manière graphique très simple. Cope et al. [18] présente une approche qui génère un 2

3 modèle de simulation Arena à partir des données exprimées en XML. Ce simulateur vise la simplicité d utilisation, il permet de générer automatiquement les blocks du modèle Arena à partir des informations et de la structure de la chaîne modélisée codés en XML. IV. MOTIVATION Une chaîne logistique est un système complexe pouvant s étendre à une architecture internationale. L analyse des performances d une chaîne logistique est d un intérêt majeur pour les décideurs, et la simulation informatique se propose comme l outil idéal pour cette tâche. Dans la littérature, plusieurs auteurs se sont intéressés à la simulation des chaînes logistiques, via des outils qu ils ont développés par eux même ou en utilisant des logiciels qui existent sur le marché, dont le célèbre Arena. Les travaux basés sur Arena concernent, dans la majorité des cas, le développement de stratégies de modélisation ou des packages prêts à l emploi qui servent comme moyens de modélisation, mais nul ne propose un modèle complet pour un cas à échelle réelle. En effet, la phase de création du modèle est complètement omise, et les modèles utilisés ne sont pas, dans la majorité des cas, tirés à partir du monde réel. Pour remédier à ce manque, nous présentons dans cet article une modélisation d une chaîne logistique à échelle réelle en utilisant le logiciel simulation Arena. V. CAS D ETUDE La chaîne logistique étudiée dans le cadre de ce travail est un réseau de production/distribution pour un type de véhicule à l échelle internationale [20]. La fonction principale de ce réseau est de produire les différents véhicules et les distribuer aux clients selon leurs demandes spécifiques. Face à une concurrence de plus en plus forte sur le marché, l entreprise cherche à évaluer les performances de ce réseau en termes de niveau de satisfaction du client final (Le Taux de commandes satisfaites dans les délais et le Temps de réponse moyen). Fig. 1 Illustre la configuration du réseau étudié. Ce réseau est composé de trois usines (Usine1, 2 et 3), cinq centres de distribution (CDC, RDC1, RDC2, RDC3 et RDC4) et six zones clients. Les trois usines ainsi que CDC sont situes dans le pays A. Les autres sites sont dans un autre pays B. Figure 1. Configuration de la chaîne logistique étudiée Les véhicules sont convoyés en utilisant différents moyens de transport des usines aux zones clients en passant par les différents sites. En effet, tous les véhicules produits par les trois usines, de type MTS (Make To Stock : véhicules standards) et MTO (Make To Order : véhicules avec options spécifiques), sont accumulées dans le CDC. Afin de réduire le coût de transport, les véhicules MTS sont transportés en bateau vers RDC1, où ils sont stockés par anticipation. Au contraire, pour diminuer le temps de transport, les véhicules MTO sont convoyés directement par train vers le RDC correspondant. Les véhicules sont distribués par camions aux zones clients. Les six clients génèrent des demandes hebdomadaires indépendantes. La quantité demandée suit une loi normale de moyenne égale à 10 et une variance égale à 3. Chaque demande est divisée en deux parties : une partie pour des véhicules de type MTS (60% de la quantité initiale) et le reste pour les véhicules de type MTO (40% de la quantité initiale). Une date due est associée à chaque demande client suivant une loi Triangulaire TRIANG(2,6,6) (Les paramètres de cette loi sont exprimés en semaines). Les deux types de demandes sont traités différemment. Une demande MTO est affectée à l usine la moins chargée, en comparant sa capacité de production et les ordres de production déjà affectés en attente de leurs traitements. Les demandes MTS sont servies par les RDCs selon le stock disponible dans RDC1 car en effet, les autres RDCs (2, 3 et 4) ne possèdent pas de moyens de stockage. Au cas où une rupture du stock est observée dans RDC1, les demandes MTS sont mises en attente jusqu à la prochaine livraison. Comme le réseau est géré en flux tirés, tous les véhicules fabriqués ont déjà leurs propres destinations. Tous les véhicules assemblés dans les usines sont d abord acheminés par train jusqu à CDC. De là, les véhicules MTO sont envoyés directement par train aux RDCs dans le but de réduire le temps de transport. Pour les véhicule MTS, ils sont stockés dans CDC jusqu à réception d un nouveau ordre d approvisionnement généré par RDC1. Dans le but d optimiser les coûts de transport, ces véhicules sont transportés par bateau puis par train jusqu à RDC1, où ils sont stockés. Le processus de livraison commence si des demandes clients de type MTS sont en attente dans RDC1. Pour les demandes émises par des clients directement rattachés à RDC1, les véhicules sont livrés par camions. A l inverse, pour les demandes transmises par les autres RDCs (2, 3 et 4), les véhicules sont transportés par camions aux RDCs respectives puis livrés par camions également aux clients finaux. Etant donné que les camions représentent un moyen de transport maitrisable avec une taille de charge relativement faible (quantité transporté entre 7 et 10 véhicules), un camion ne peut pas être considéré prêt à quitter son emplacement si la quantité présente à transporter est inférieure à sa capacité. 3

4 Les autres modes de transport (maritime et ferroviaire) sont gérés différemment. En effet, chaque fin de journée les trains et le bateau transportent les produits finis en attente d être transportés vers leurs destinations, quelque soit la charge à transporter. Pour la gestion de ses ordres d approvisionnement en véhicules de types MTS, le RDC1 envoie ses commandes à CDC. Si le stock dans CDC le permet, ces véhicules sont livrés, dans le cas contraire, ces ordres sont mis en attente dans CDC jusqu à sa prochaine livraison. Pour la gestion de ses ordres d approvisionnement en véhicules de types MTS, CDC les envoie directement aux différentes usines. Ces ordres sont considérés comme des ordres de production par les usines. VI. MODELE DE SIMULATION Afin de maintenir une ressemblance visuelle entre la structure de la chaîne logistique réelle et la partie visible du modèle réalisé, nous avons utilisé des sous-modèles pour une poursuite "intuitive" du déroulement de la simulation, La partie (b) est consacrée à la réception des véhicules provenant du centre de distribution. Pour chaque véhicule entrant, nous recalculant la quantité restante de sa commande d origine en soustrayant "1". Après chaque soustraction, nous vérifions l état de la commande en question, c'est-à-dire que nous vérifions si elle est complètement satisfaite ou il manque encore quelques véhicules. Les commandes qui ne sont pas encore complètement satisfaites sont remises dans la file d attente. Ce teste est effectué dans la partie (c) du sous-modèle, où nous enregistrons la différence entre la date due et la date de satisfaction, en vue de calculer le taux de satisfaction à la fin de la simulation. B. Centres de distribution Les centres de distributions de la chaîne logistiques étudiée n ont pas tous le même mode de fonctionnement. En effet, ils diffèrent entre eux par le nombre de connexions et la politique de stockage utilisée. Le RDC2 (Fig. 3) représente un centre intermédiaire qui ne possède aucun moyen de stockage. Pour cette raison, son modèle est très simple si nous le comparons avec le modèle du RDC1 ou du CDC. Figure 3. Sous-modèle RDC2 et 4 Figure 2. Le modèle de simulation sous Arena. chacun des sous modèle représente un composant de la chaine logistique (usine, client et entrepôt) (Fig. 2). Le niveau global, ou le niveau I, contient les principales entités qui composent la chaîne, notamment les usines (Factory1, Factory2 et Factory3), les centres de distribution (CDC, RDC1, RDC2, RDC3 et RDC4) ainsi que les clients (Client1 jusqu au Client6). Chacune de ces entités est représentée par un sous-modèle regroupant un ensemble de blocs Arena qui servent à le faire fonctionner. Dans ce niveau du modèle, pour ne pas l encombrer avec plusieurs liaisons entre les sous-modèles, nous ne représentons pas le flux d information d une manière explicite, i.e. il n existe pas une liaison visible qui servira à transmettre une commande client à son fournisseur. Par contre, le flux physique est explicité via des liaisons visibles. A. Client Le sous-modèle "client" est composé de trois parties (FiG. 4). La partie (a) est la responsable de la génération des commandes. Une fois une commande générée, une copie d elle est mise dans la liste des commandes en attente d être satisfaites, puis elle est divisée en deux commandes différentes : MTS envoyée au RDC en amant, et MTO envoyée à l usine la moins chargée. Le RDC4 est identique au RDC2 puisqu ils ont le même mode de fonctionnement. La même chose peut être soulignée pour le RDC3, à part qu il possède deux sortie vu qu il serve deux clients à la fois. Le modèle du RDC1 (Fig. 5) est relativement plus compliqué en le comparant avec les autres RDCs. Cette complexité et due au fait qu il joue le rôle de distributeur principal dans le pays B, qu il gère un stock MTS, et qu il serve à la fois deux clients ainsi que les autres RDCs. La partie (a) du modèle du RDC1 est responsable de la réception des véhicules provenant du CDC, alors que la partie (b) surveille le stock, quand le stock minimal est atteint, elle génère une commande et l envoie au CDC. Le reste du sous-modèle RDC1 est chargé de la réception et le traitement des commandes provenant des clients 1 et 2 ainsi que celles provenant des autres RDCs. Le stock dans le RDC1 ne satisfait pas nécessairement toutes les commandes, pour cette raison, ces commandes passent d abord par le module de teste "Deliverable" avant d être répondues. Ce teste vérifie que le stock disponible est plus grand que la quantité de véhicules demandée par une commande donnée. Dans le cas ou le stock est insuffisant, la commande est mise en attente dans une file d attente dédiée. 4

5 Figure 4. Sous-modèle "Client" Figure 5. Sous-modèle "RDC1" 5

6 Figure 6. Sous-modèle "CDC" Figure 7. Sous-modèle "Usine" 6

7 Figure 8. Sous-modèle "ligne d assemblage" À chaque réception d une quantité de véhicules MTS par le RDC1, les commandes en attente sont réévaluées, en vue de les satisfaire. Dans le cas ou le stock est suffisant pour répondre à une commande, la quantité demandée est retirée du stock et regroupé via un bloc "batch" en vue de l envoyer à la destination de la commande. Le sous-modèle CDC (Fig. 6) possède une architecture qui s approche à celle du RDC1. Il est constitué de quatre parties principales : une partie gestion de commande (a), une deuxième pour la réception des véhicules (b), une partie pour le transport (d) et une dernière qui surveille le stock (c). C. Usine : Nous avons modélisé une usine (Fig. 7) par un ensemble de blocs pouvant être regroupés en trois parties ; (a) et (b) pour la gestion des commandes MTS et MTO respectivement, une partie (c) concernant le transport, ainsi qu une ligne d assemblage qui représente le cœur de l usine (la partie (d) est décrite ci-dessous). Une commande reçue est tout de suite transformée en véhicules en attente de passer par la ligne d assemblage pour être assemblés. Le nombre de ces véhicules est égal à la taille de la commande. Les véhicules assemblés sortant qui sortent de la ligne d assemblage sont stockés temporairement dans l attente d être transportés à leurs destinations respectives. Suivant le calendrier de transport, les véhicules en attente sont groupés des blocs "batch", puis envoyés vers le CDC. Etant donné que la taille d une commande MTS est relativement importante, et que chaque commande est transformée en véhicules en attente de passer par a ligne 7 d assemblage, le nombre de véhicules risque d être très élevé à l entrée de la ligne d assemblage. Pour cette raison, nous subdivisons les commandes MTS en plusieurs souscommandes de tailles moins importantes, qui seront par la suite facilement manipulées (partie (d)). Le système d assemblage dans les usines est constitué principalement d une ligne d assemblage à modèles mélangés (Mixed Model Assembly System) composée de six stations d assemblage (Fig. 8). Dans ce type de lignes d assemblage, le système de manutention (convoyeur) avance d une station à l autre avec une vitesse constante, et les véhicules qu il porte sont espacés d une manière équitable. Si l assemblage sur une station particulière se fait manuellement, les ouvriers suivent l avancement du convoyeur tout en réalisant leur tâche ; une fois la tâche accomplie, ils reviennent au point du convoyeur qui correspond au début de leur station. Le temps de retour au point du début est négligeable par rapport au temps consacré à l accomplissement de l opération. Dans la pratique, il existe des parties dans le modèle ou on doit faire appel à l optimisation, en vue d avoir une meilleure représentation du monde réel. VII. RESULTATS NUMERIQUES Le modèle a été simulé sur un horizon d une année. Une période de réchauffement, d une durée d un mois, est utilisée pour diminuer l impact des conditions initiales sur la simulation. Nous ne tenons pas compte des valeurs prises par les indicateurs de performance dans le premier mois lors des analyses statistiques. Les indicateurs de performance pris en compte par ce modèle de simulation sont le Taux de satisfaction (Taux des commandes satisfaites dans les délais) et le Temps de

8 réponse moyen (Temps de réponse à une commande client). La simulation a été lancée sur un Pentium IV 3GHz. Les résultats suivants ont été obtenus : Temps de réponse moyen (semaines) Taux de satisfaction 5,83 69,84% TABLEAU I. RÉSULTATS OBTENUS VIII. CONCLUSION Dans la littérature, plusieurs travaux ont concerné la simulation des chaînes logistiques via l outil Arena, s adressant au développement de stratégies de modélisation ou des packages prêts à l emploi, mais aucun de ces travaux ne proposent un modèles complets pour des cas à échelle réelle, et la phase de création du modèle est souvent omise ou décrite très brièvement. Dans le cadre de ce travail nous avons présenté une manière de créer un modèle de simulation Arena d une chaîne logistique à échelle réelle à partir d une description textuelle de celle-ci. La conception du modèle n était pas une tâche aisée, nous avons utilisé en total plus de 650 blocs Arena pour modéliser la chaîne entière avec ses différentes fonctionnalités et règles de gestion. Simuler harmonieusement un tel nombre de modules est une opération très délicate, aussi bien pendant la conception que pendant la validation. Néanmoins, cette difficulté de modélisation est compensée par la grande flexibilité qu offre cet outil de simulation, grâce au principe de blocs primitifs. Ce principe, proche des langages de programmation, ne limite pas le modélisateur par une vision standard des entités composant la chaîne logistique, car en effet, le modélisateur a un accès direct aux moindres détails sur le modèle, et par conséquence, la chaîne conçue est très personnalisable. [7] S. Umed and Y. T. Lee, Design specifications of a generic supply chain simulator. Proceedings of the 2004 Winter Simulation Conference [8] M. J. Tarokh and M. Golkar, Supply chain simulation methods. Service Operations and Logistics, and Informatics [9] C. Thierry, A. Thomas and G. Bel, La simulation pour la gestion des chaînes logistiques. Lavoisier [10] J. S. Carson, Introduction to modeling and simulation. Proceedings of the 2005 Winter Simulation Conference [11] S. Biswas and Y. Narahari, Object oriented modeling and decision support for supply chains. European Journal of Operational Research, 153: [12] M. D. Rossetti, and H. T. Chan, A prototype object-oriented supply chain simulation framework. Proceedings of the 2003 Winter Simulation Conference [13] J. Liu, W. Wang, Y. Chai and Y. Liu, Easy-sc: A supply chain simulation tool. Proceedings of the 2004 Winter Simulation Conference [14] D. C. Chatfield, T. P. Harrison and J. C. Hayya, SISCO: An objectoriented supply chain simulation system. Decision Support Systems, 42: [15] H. Ding, W. Wang, J. Dong, M. Qiu, and C. Ren, C. IBM supplychain network optimization workbench: an integrated optimization and simulation tool for supply chain design. Proceedings of the 2007 Winter Simulation Conference [16] R. G. Ingalls, CSCAT: The COMPAQ supply chain analysis tool. Proceedings of the 1998 Winter Simulation Conference [17] F. Persson and M. Araldi, The development of a dynamic supply chain analysis tool-integration of SCOR and discrete event simulation. International Journal of Production Economics [18] D. Cope, M. S. Fayez, M. Mollaghasemi and A. Kaylani, Supply chain simulation modeling made easy: an innovative approach. Proceedings of the 2007 Winter Simulation Conference [19] C. A. Chung, Simulation Modeling Handbook, A Practical Approach. CRC PRESS [20] H. Ding, une approche d'optimisation basée sur la simulation pour la conception des chaînes logistiques : Applications dans les industries automobile et textile Ph.D. Dept. Automatique. Univ. Metz ; RÉFÉRENCES [1] M. Christophe, Logistics and supply chain management: Strategies for reducing costs and improving services. Pitman publishing [2] D. Waters, Logistics - An Introduction to Supply Chain Management. Palgrave Macmillan [3] M. Hugos, Essentials of Supply Chain Management. John Wiley and Sons, Inc [4] D. Kassmann and R. Allgor, Supply chain design, management and optimization. 16th European Symposium on Computer Aided Process Engineering [5] G. E. Vieira, Ideas for modeling and simulation of supply chains with arena. wsc, pages [6] G. E. Vieira and O. C. Júnior, A conceptual model for the creation of supply chain simulation models. Proceedings of the 2005 Winter Simulation Conference

Présentation livre Simulation for Supply Chain Management. Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview

Présentation livre Simulation for Supply Chain Management. Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview Présentation livre Simulation for Supply Chain Management Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview G. Bel, C. Thierry et A. Thomas 1 Plan Gestion de chaînes logistiques et simulation Points de

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

L apport des logiciels d optimisation des stocks multi-échelons

L apport des logiciels d optimisation des stocks multi-échelons omment passer à la vitesse supérieure dans le calcul des stocks de sécurité et aller plus loin que les ERP et APS traditionnels? est ce que nous explique Tanguy aillet de J&M Management onsulting en nous

Plus en détail

EISENMANN. Logistique des boissons

EISENMANN. Logistique des boissons EISENMANN Logistique des boissons Voici l univers d EISENMANN EISENMANN est l un des fournisseurs leaders mondiaux de systèmes dans les domaines des techniques de traitement des surfaces, de l automatisation

Plus en détail

Métiers de la Production/ Logistique

Métiers de la Production/ Logistique Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Production/ Logistique R & D Production Ingénieur de recherche Responsable

Plus en détail

La logistique. Contenu

La logistique. Contenu La logistique La logistique est définie comme la planification, l'organisation, le contrôle et la gestion du matériel et des flux de produits et des services avec le flux d'informations associées. La logistique

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus La plateforme Cloud Supply Chain Présentation de GT Nexus Une idée simple mais très efficace Les entreprises gagnantes fonctionneront en réseau A l avenir, les entreprises les plus performantes n opèreront

Plus en détail

LOGISTIQUE MÉTIERS2013. fiche. Recrutement : Attirer, rémunérer, fidéliser

LOGISTIQUE MÉTIERS2013. fiche. Recrutement : Attirer, rémunérer, fidéliser fiche MÉTIERS2013 LOGISTIQUE Recrutement : Attirer, rémunérer, fidéliser Fed Supply est un cabinet dédié aux recrutements temporaires et permanents des métiers de l ADV, des Achats et de la Logistique

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

IBM Business Process Manager

IBM Business Process Manager IBM Software WebSphere Livre blanc sur le leadership en matière d innovation IBM Business Process Manager Une plateforme de BPM complète, unifiée et facilement adaptable aux projets et aux programmes d

Plus en détail

Même les choses compliquées doivent fonctionner simplement. TRANSPORT MANAGEMENT AVEC SAP. SAP TM, SAP LE-TRA et LOGISTICS2RUN

Même les choses compliquées doivent fonctionner simplement. TRANSPORT MANAGEMENT AVEC SAP. SAP TM, SAP LE-TRA et LOGISTICS2RUN Même les choses compliquées doivent fonctionner simplement. TRANSPORT MANAGEMENT AVEC SAP SAP TM, SAP LE-TRA et LOGISTICS2RUN SAP et inconso un duo qui fonctionne Nous optimisons vos processus de transport

Plus en détail

Quels outils pour prévoir?

Quels outils pour prévoir? modeledition SA Quels outils pour prévoir? Les modèles de prévisions sont des outils irremplaçables pour la prise de décision. Pour cela les entreprises ont le choix entre Excel et les outils classiques

Plus en détail

Cycle de vie du logiciel. Unified Modeling Language UML. UML: définition. Développement Logiciel. Salima Hassas. Unified Modeling Language

Cycle de vie du logiciel. Unified Modeling Language UML. UML: définition. Développement Logiciel. Salima Hassas. Unified Modeling Language Unified Modeling Language UML Salima Hassas Version Cycle de vie du logiciel Client Besoins Déploiement Analyse Test Conception Cours sur la base des transparents de : Gioavanna Di Marzo Serugendo et Frédéric

Plus en détail

Génie logiciel (Un aperçu)

Génie logiciel (Un aperçu) (Un aperçu) (sommerville 2010) Laurent Pérochon INRA URH 63122 St Genès Champanelle Laurent.perochon@clermont.inra.fr Ensemble d activités conduisant à la production d un logiciel Sur un échantillon de

Plus en détail

Présentation. Pour. Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris

Présentation. Pour. Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris Présentation Pour Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris Email: galais@barloworldscs.com Tel : + 33 1 73 03 04 10 / + 33 6 08 01 52

Plus en détail

MEU Une plateforme web et cartographique pour le management et la planification énergétique de zones urbaines

MEU Une plateforme web et cartographique pour le management et la planification énergétique de zones urbaines MEU Une plateforme web et cartographique pour le management et la planification énergétique de zones urbaines Massimiliano Capezzali 1, Gaëtan Cherix 2, 1 Energy Center, Ecole Polytechnique Fédérale de

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

L A N E W S L E T T E R

L A N E W S L E T T E R L U N D I, L E 2 7 M A I 2 0 1 3 La Supply Chain collaborative, quels risques et quelles opportunités? Editorial Après une année 2012 qui nous a permis d'innover dans des champs divers comme la logistique

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

Accompagnement à la certification PMP pour cadres et exécutifs (PMET)

Accompagnement à la certification PMP pour cadres et exécutifs (PMET) Accompagnement à la certification PMP pour cadres et exécutifs (PMET) Ligne de Service Durée Standard Processus PMET 100 heures PMBOK 5 e édition Les 5 groupes de processus L offre TenStep CI de formation

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES FC M1 Management 2012/2013 Projet individuel ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES (Manufacturing Execution System) FC M1 Management 2012_2013 / SYSTEMES D INFORMATION / ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

PLAN DE COURS. GPA750 Ordonnancement des systèmes de production aéronautique

PLAN DE COURS. GPA750 Ordonnancement des systèmes de production aéronautique Département de génie de la production automatisée Programme de baccalauréat Professeur Pontien Mbaraga, Ph.D. Session/année Automne 2004 Groupe(s) 01 PLAN DE COURS GPA750 Ordonnancement des systèmes de

Plus en détail

PROCONCEPT EASY START

PROCONCEPT EASY START PROCONCEPT EASY START Découvrez les avantages d une solution logicielle Suisse, développée spécialement pour couvrir l ensemble des besoins des PME DÉVELOPPÉE PAR UNE PME POUR LES PME Avec ProConcept Easy

Plus en détail

Analyse et conception de systèmes d information

Analyse et conception de systèmes d information Analyse et conception de systèmes d information Présentation réalisée par P.-A. Sunier Professeur à la HE-Arc de Neuchâtel http://lgl.isnetne.ch Juin 2005 [SJB-02] Chapitre 3 1 Références Ce document a

Plus en détail

SKF DANS LE MONDE. 2007-11-20 SKF Slide 2 SKF [Communication] SKF (Communicat

SKF DANS LE MONDE. 2007-11-20 SKF Slide 2 SKF [Communication] SKF (Communicat SKF DANS LE MONDE 2007-11-20 SKF Slide 2 SKF [Communication] SKF (Communicat Implantation dans le monde Sites de fabrication Unités de ventes SKF est un groupe international avec des sociétés de vente

Plus en détail

Le champ d application de notre système de management

Le champ d application de notre système de management NOS ACTIVITES NOTRE ENGAGEMENT NOTRE FONCTIONNEMENT Le périmètre de notre système de management Le périmètre du Système de Management correspond au site de Bordeaux (usine, Unité de Développement des Systèmes

Plus en détail

Concevoir des applications Web avec UML

Concevoir des applications Web avec UML Concevoir des applications Web avec UML Jim Conallen Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09172-9 2000 1 Introduction Objectifs du livre Le sujet de ce livre est le développement des applications web. Ce n est

Plus en détail

Pole Formation Catalogue 2013-2014

Pole Formation Catalogue 2013-2014 Pole Formation Catalogue 2013-2014 Mise à jour Octobre 2013 Page 1 de 13 Nos valeurs Respect : de nos partenaires clients et fournisseurs, de nos engagements Performance : par l exigence que s imposent

Plus en détail

PTSI PT ÉTUDE DES SYSTEMES

PTSI PT ÉTUDE DES SYSTEMES PTSI PT ÉTUDE DES SYSTEMES Table des matières 1 - PRESENTATION GENERALE... 1 1.1 - Définition d'un système... 1 1.2 - Exemples... 1 1.3 - Cycle de vie d'un système... 1 1.4 Langage de description SysML...

Plus en détail

Business Process Change:

Business Process Change: Business Process Change: A Study of Methodologies, Techniques, and Tools par: W. Kettinger, J. Teng & S. Guha 1 Plan de la présentation Situer l article Relever son contenu Apprécier l article Appliquer

Plus en détail

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un

Plus en détail

Pourquoi intégrer des chaînes d approvisionnement? de vaccins et d autres produits de santé OPTIMIZE

Pourquoi intégrer des chaînes d approvisionnement? de vaccins et d autres produits de santé OPTIMIZE Immunization systems and technologies for tomorrow D INFORMATION SÉRIE Ce document étudie l intégration des chaînes d approvisionnement de vaccins avec les chaînes d approvisionnement des autres produits

Plus en détail

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,!

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,! 0 $'( 1&) +&&/ ( &+&& &+&))&( -.#- 2& -.#- &) (,' %&,))& &)+&&) &- $ 3.#( %, (&&/ 0 ' Il existe plusieurs types de simulation de flux Statique ou dynamique Stochastique ou déterministe A événements discrets

Plus en détail

Conception d un Simulateur de Grilles Orienté Gestion d'équilibrage

Conception d un Simulateur de Grilles Orienté Gestion d'équilibrage Conception d un Simulateur de Grilles Orienté Gestion d'équilibrage Fatima Kalfadj 1, Yagoubi Belabbas 2 et Meriem Meddeber 2 1 Université de Mascara, Faculté des Sciences, Département d Informatique,

Plus en détail

2016 4e édition. Manager en systèmes logistiques. Cursus de 10 jours de cours complété par un travail de diplôme. Ensemble pour créer des valeurs

2016 4e édition. Manager en systèmes logistiques. Cursus de 10 jours de cours complété par un travail de diplôme. Ensemble pour créer des valeurs 2016 4e édition Manager en systèmes logistiques Cursus de 10 jours de cours complété par un travail de diplôme Ensemble pour créer des valeurs En collaboration avec : Manager diplômé en systèmes logistiques

Plus en détail

Qu'est-ce que le BPM?

Qu'est-ce que le BPM? Qu'est-ce que le BPM? Le BPM (Business Process Management) n'est pas seulement une technologie mais, dans les grandes lignes, une discipline de gestion d'entreprise qui s'occupe des procédures contribuant

Plus en détail

Solution A La Gestion Des Objets Java Pour Des Systèmes Embarqués

Solution A La Gestion Des Objets Java Pour Des Systèmes Embarqués International Journal of Engineering Research and Development e-issn: 2278-067X, p-issn: 2278-800X, www.ijerd.com Volume 7, Issue 5 (June 2013), PP.99-103 Solution A La Gestion Des Objets Java Pour Des

Plus en détail

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Définition : Gestion de la Chaine Logistique «Supply Chain Management» ou «La gestion de la chaîne logistique» est fait l'activité consistant à

Plus en détail

Manager en systèmes logistiques

Manager en systèmes logistiques 2016 4ème édition Manager en systèmes logistiques Cursus de 10 jours de cours complété par un travail de diplôme Ensemble pour créer des valeurs En collaboration avec : Manager diplômé en systèmes logistiques

Plus en détail

Sujets de stage. Sciences de la Fabrication et Logistique. Génie Industriel. Optimisation. Recherche opérationnelle. Simulation

Sujets de stage. Sciences de la Fabrication et Logistique. Génie Industriel. Optimisation. Recherche opérationnelle. Simulation 2011 2012 Sujets de stage Génie Industriel Optimisation Recherche opérationnelle Simulation Sciences de la Fabrication et Logistique Table des matières Problème de planification de production avec des

Plus en détail

L animation de la performance d une Supply Chain

L animation de la performance d une Supply Chain L animation de la performance d une Supply Chain Pré-soutenance de Mémoire Thématique Master Recherche OSIL Ecole Centrale Paris Etudiante : Samira Jaï Encadrant : Alain Chapdaniel Plan de la présentation

Plus en détail

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free.

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free. 2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant Page:1/11 http://robert.cireddu.free.fr/sin LES DÉFENSES Objectifs du COURS : Ce cours traitera essentiellement

Plus en détail

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com ADIS Innovation Partner 18 ans d activité opérationnelle dans le secteur du semi-conducteur

Plus en détail

Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité

Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité Journées Innovation Recherche BSPPP Matthieu LAURAS (EMAC), Cdt Florent COURREGES (SDIS81) matthieu.lauras@mines-albi.fr, florent.courreges@sdis81.fr

Plus en détail

Gestion de l activité commerciale

Gestion de l activité commerciale 12 13 Gestion de l activité commerciale Gérez efficacement votre activité de négoce, services ou industrie L activité commerciale, c est le nerf de la guerre : prospection, réalisation de devis, facturation,

Plus en détail

Vers un outil d aide à la gestion des risques dans les chaînes logistiques : les bases conceptuelles

Vers un outil d aide à la gestion des risques dans les chaînes logistiques : les bases conceptuelles Vers un outil d aide à la gestion des risques dans les chaînes logistiques : les bases conceptuelles Pierre DAVID, Gülgün ALPAN, Delara SALEH EBRAHIMI & Saleh Eddine BEN JBARA Laboratoire G-SCOP 46, av

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 4 : Web Service Sommaire Introduction... 1 Web Service... 1 Les technologies des

Plus en détail

Le Marketing au service des IMF

Le Marketing au service des IMF Le Marketing au service des IMF BIM n 06-20 février 2002 Pierre DAUBERT Nous parlions récemment des outils d étude de marché et de la clientèle créés par MicroSave-Africa, qui s inscrit dans la tendance

Plus en détail

Appel à expérimentations Livret A

Appel à expérimentations Livret A Appel à expérimentations Livret A Le présent document de travail a été établi par le Lab Réseaux et Techniques (Lab R&T) Travaux coordonnés par Jean-Michel Planche avec l appui de Loïc Baud Appel à Expérimentations

Plus en détail

Samuel Bassetto 04/2010

Samuel Bassetto 04/2010 Industrialisation Lean manufacturing 4.2 Réalisé avec V. FIGENWALD - SIEMENS Samuel Bassetto 04/2010 Plan de la partie 2 : Vers une production Lean 1. Valeur Ajoutée et Gaspillages Muda walk 2. Temps de

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national

Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national Le secteur de la fabrication de matériel ferroviaire roulant rationalise

Plus en détail

La supply chain: définition

La supply chain: définition SUPPLY CHAIN ET CREATION DE VALEUR Colloque de droit maritime Chine/France CPV Associes 41-43 Rue Périer 92120 MONTROUGE La supply chain: définition La Supply Chain : C est l ensemble des opérations nécessaires

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Aperçu général sur la technologie des Workflows

Aperçu général sur la technologie des Workflows Aperçu général sur la technologie des Workflows Zakaria Maamar Groupe Interfonctionnement Section Technologie des systèmes d'information Centre de recherches pour la défense Valcartier 2459 boul. Pie-XI

Plus en détail

Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise. 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI

Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise. 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI 1 2 3 1.1

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Supply Chain agroalimentaire mondiale

Supply Chain agroalimentaire mondiale Supply Chain agroalimentaire mondiale Pilotage d une Supply Chain agroalimentaire mondiale Hervé Ledru Directeur Supply Chain International 06 84 48 59 32 - ledru.herve@free.fr Agenda 1. Contexte et défis

Plus en détail

MERLOMOBILITY - FR MERLOMOBILITY. Tout sous contrôle. Constructeur de confiance.

MERLOMOBILITY - FR MERLOMOBILITY. Tout sous contrôle. Constructeur de confiance. MERLOMOBILITY - FR MERLOMOBILITY Tout sous contrôle. Constructeur de confiance. MerloMobility l info-mobilité du Groupe Merlo. MerloMobility contrôle total. MerloMobility offre des avantages exclusifs

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DOD SEICAM RFI Demande d information EVDEC Réf. : RFI_EVDEC- GT5_Outil_reporting_BI_v4.doc Page 1/11 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) OUTIL INTÉGRÉ DE REPORTING ET D ANALYSE DÉCISIONNELLE

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

Supply Chain Management

Supply Chain Management Indicateurs de Performance dans les Fonctions du Supply Chain Management Le partenaire Dans le cadre du contrat AGIR pour l AGROALIMENTAIRE Sommaire 1- Qu est ce qu un indicateur? Page 3 2- Notion de Supply

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable I PRESENTATION DES THEORIES 1 La chaîne logistique traditionnelle 2 Supply chain 3 Supply chain in reverse logistics La gestion globale de la chaîne logistique dans la logistique inversée (verte) II L

Plus en détail

Visual Paradigm Contraintes inter-associations

Visual Paradigm Contraintes inter-associations Visual Paradigm Contraintes inter-associations Travail de Bachelor d'informaticien de gestion Partie C Présentation de Visual Paradigm 1 Présentation de Visual Paradigm For UML L objet du travail de Bachelor

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Le projet de recherche européen FlexWood («Flexible wood supply chain»)

Plus en détail

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants.

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants. Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI 1 2 3 4 5

Plus en détail

1/ Quelles sont les raisons qui peuvent conduire à la mise en place d un OMS?

1/ Quelles sont les raisons qui peuvent conduire à la mise en place d un OMS? Order Management System L Order Management System (OMS) d hier visait avant tout à automatiser les communications internes, en permettant au trader de collecter électroniquement les ordres et les instructions

Plus en détail

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML http://olivier-augereau.com Sommaire Introduction I) Les bases II) Les diagrammes

Plus en détail

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité Gestion commerciale La rentabilité d une entreprise passe par l augmentation du chiffre d affaires et la maîtrise des coûts de gestion. Avec Sage 100 Gestion Commerciale, vous contrôlez votre activité

Plus en détail

Performances Chez GMC, performances et exécution passent inéluctablement par le travail d équipe. Notre mission : unir nos forces pour vous aider à

Performances Chez GMC, performances et exécution passent inéluctablement par le travail d équipe. Notre mission : unir nos forces pour vous aider à Performances Chez GMC, performances et exécution passent inéluctablement par le travail d équipe. Notre mission : unir nos forces pour vous aider à atteindre vos objectifs. Centrale d automatisation GMC

Plus en détail

HARMONISEZ VOTRE. Insidjam ERP

HARMONISEZ VOTRE. Insidjam ERP HARMONISEZ VOTRE ENTREPRISE AVEC... Insidjam ERP Améliorez la performance de votre entreprise avec ERP Personnalisée et Supportée par IT Solutions, cette version Algérienne d'openerp, qui est le logiciel

Plus en détail

Intensifier l aménagement forestier pour un réseau industriel optimisé

Intensifier l aménagement forestier pour un réseau industriel optimisé Intensifier l aménagement forestier pour un réseau industriel optimisé Luc LeBel Directeur Consortium de recherche FORAC 21 Novembre 2012 Colloque sur l intensification de l aménagement forestier au BSL

Plus en détail

Secteur manufacturier: enjeux et perspectives

Secteur manufacturier: enjeux et perspectives Secteur manufacturier: enjeux et perspectives Mika Kuhmonen, Rafael O. de Jesús, Donald B. Rosenfield, Willam Hanson Il y a une cinquantaine d années, les 100 000 ouvriers de l usine automobile Ford de

Plus en détail

L évolution de l automatisation.

L évolution de l automatisation. Gestion automatisée de la qualité Livre blanc Octobre 2009 L évolution de l automatisation. Etude de l évolution de l automatisation dans la gestion de la qualité des logiciels Page 2 Sommaire 2 Introduction

Plus en détail

Architecture de déploiement d un système réparti. Kawtharany Mohamed Laboratoire d'informatique et Télécommunication ENST Bretagne

Architecture de déploiement d un système réparti. Kawtharany Mohamed Laboratoire d'informatique et Télécommunication ENST Bretagne Architecture de déploiement d un système réparti Kawtharany Mohamed Laboratoire d'informatique et Télécommunication ENST Bretagne I. Introduction Contexte du travail. Étude du déploiement. Modélisation

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre? À qui s adresse ce livre?

Introduction. Pourquoi ce livre? À qui s adresse ce livre? Introduction Bien que récente, la solution e-commerce Magento s est imposée très rapidement, grâce à ses fonctionnalités innovantes et la qualité de son architecture. Elle est le socle de plusieurs dizaines

Plus en détail

chaîne logistique GESTION DE LA MICROSOFT BUSINESS SOLUTION NAVISION

chaîne logistique GESTION DE LA MICROSOFT BUSINESS SOLUTION NAVISION GESTION DE LA chaîne logistique MICROSOFT BUSINESS SOLUTION NAVISION DISTRIBUTION Le module Distribution de Microsoft Business Solutions navision vous donne les moyens de pleinement satisfaire vos clients.

Plus en détail

Titre 1 Quas doluptur? Is audiossi alit perum accus quidust, optatis suntiam, apiendit, consequisque voluptatia cuptius plab

Titre 1 Quas doluptur? Is audiossi alit perum accus quidust, optatis suntiam, apiendit, consequisque voluptatia cuptius plab Augmentez vos marges CLOUD accus quidust, optatis suntiam, apiendit, ut alit libus, id unt quis et maximol escimil lanissum dis doles voluptaquis am, aut pa De la production à SOLUTION la gestion de projet

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises :

Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises : LIVRE BLANC SUR LES MEILLEURES PRATIQUES Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises : Choisir la meilleure solution de support technique et améliorer le retour sur

Plus en détail

Votre partenaire idéal

Votre partenaire idéal Technologie Partenaire Votre partenaire idéal Avnet Supply Chain Solutions Nos partenaires 2 Avnet Supply Chain Solutions Votre partenaire idéal Confiez votre logistique à un spécialiste Dans l environnement

Plus en détail

Les ERP. Enterprise Resource Planning

Les ERP. Enterprise Resource Planning Les ERP Enterprise Resource Planning Plan L'entreprise Structure Environnement Organisation Les ERP Définition Caractéristiques Architecture Coûts. Fonctions Exemples Le projet ERP L'EDI EAI Etude de cas

Plus en détail

Présentation du logiciel

Présentation du logiciel Chapitre A Présentation du logiciel R Pré-requis et objectif La lecture du chapitre sur l installation de R dans les Annexes peut se révéler utile. Ce chapitre présente les origines, l objectif et les

Plus en détail

CONCEPTION ET REALISATION D'UN GENERATEUR DE TABLEAUX DE BORD PROSPECTIFS MULTIDIMENSIONNELS

CONCEPTION ET REALISATION D'UN GENERATEUR DE TABLEAUX DE BORD PROSPECTIFS MULTIDIMENSIONNELS CONCEPTION ET REALISATION D'UN GENERATEUR DE TABLEAUX DE BORD PROSPECTIFS MULTIDIMENSIONNELS Nazih Selmoune (*), Zaia Alimazighi (*) Selmoune@lsi-usthb.dz, Alimazighi@wissal.dz (*) Laboratoire des systèmes

Plus en détail

Service On Line : Gestion des Incidents

Service On Line : Gestion des Incidents Service On Line : Gestion des Incidents Guide de l utilisateur VCSTIMELESS Support Client Octobre 07 Préface Le document SoL Guide de l utilisateur explique comment utiliser l application SoL implémentée

Plus en détail

MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE»

MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE» MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE» Du cours Modélisation Semi -Formelle de Système d Information Du Professeur Jean-Pierre GIRAUDIN Décembre. 2002 1 Table de matière Partie 1...2 1.1

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

TEST PRATIQUE DU TEST DE LOGIQUE MATHEMATIQUE ET VERBAL

TEST PRATIQUE DU TEST DE LOGIQUE MATHEMATIQUE ET VERBAL TEST PRATIQUE DU TEST DE LOGIQUE MATHEMATIQUE ET VERBAL COPYRIGHT 2008 PROCTER & GAMBLE CINCINNATI, OH 45202 U.S.A. AVERTISSEMENT : Tous droits réservés. Aucune section du présent livret ne doit être reproduite

Plus en détail

BRZ GED : Il n'y a pas que sur vos chantiers que nous vous ferons gagner en productivité!

BRZ GED : Il n'y a pas que sur vos chantiers que nous vous ferons gagner en productivité! BRZ GED : Il n'y a pas que sur vos chantiers que nous vous ferons gagner en productivité! Introduction Les avantages d une GED : 1. Sécurise les données de votre entreprise : La GED devient la mémoire

Plus en détail

GESTION LOGISTIQUE GESTION COMMERCIALE GESTION DE PRODUCTION

GESTION LOGISTIQUE GESTION COMMERCIALE GESTION DE PRODUCTION GESTION LOGISTIQUE GESTION COMMERCIALE GESTION DE PRODUCTION Votre contact : Pierre Larchères 06 30 35 96 46 18, rue de la Semm - 68000 COLMAR p.larcheres@agelis.fr PRESENTATION GENERALE LES PROGICIELS

Plus en détail