A. Plusieurs mots, une même réalité? B. Comment lire un texte? C. Comment lire une courbe? D. Des verbes utilisés en dissertation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A. Plusieurs mots, une même réalité? B. Comment lire un texte? C. Comment lire une courbe? D. Des verbes utilisés en dissertation"

Transcription

1 SE20 Seconde Sciences économiques et sociales Approfondissement 1. Quelques définitions et explications A. Plusieurs mots, une même réalité? B. Comment lire un texte? C. Comment lire une courbe? D. Des verbes utilisés en dissertation p Pour aller plus loin A. Les taux d intérêt B. Liens vers d autres sites p. 6 Ce cours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à ce cours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants-droits respectifs. Tous ces éléments font l objet d une protection par les dispositions du code français de la propriété intellectuelle ainsi que par les conventions internationales en vigueur. Ces contenus ne peuvent être utilisés qu à des fins strictement personnelles. Toute reproduction, utilisation collective à quelque titre que ce soit, tout usage commercial, ou toute mise à disposition de tiers d un cours ou d une œuvre intégrée à ceux-ci sont strictement interdits.

2 1 A Quelques définitions et explications Plusieurs mots, une même réalité? Nous pouvons utiliser plusieurs notions statistiques pour exprimer une même réalité économique. E Taux de croissance E Facteur mutiplicateur sont liés E Indice simple Un exemple simple Si un salaire passe de 750 à 850, cette réalité peut être exprimée de plusieurs façons équivalentes. d = variation a = départ b = valeur arrivée d absolue = 100 b a d relative Taux de croissance = 0, = 10 % 750 Facteur multiplicateur % = 1,1 Indice simple b a a b a a 100 b a = 1 + R % Base = b a 100 Le taux de croissance annuel moyen t = taux de croissance annuel moyen n = nombre d années V o = valeur de départ V n = valeur d arrivée 1 V t n n = V o 1 Pour avoir la moyenne, il faut effectuer un calcul particulier, et appliquer la formule ci-dessus.

3 B Comment lire un texte? Introduction E date «brute» ou éléments de datation ; E situation : replacer dans la période concernée (contexte). Quel type de texte E extrait de discours, lettre, proclamation de qui? à qui? E mémoires, jugement, témoignage qui? au sujet de qui ou de quoi? E traités entre qui et qui? E rapports officiels, textes juridiques qui? pour qui? au sujet de qui ou de quoi? E articles de presse. L auteur et la source E écrit-il à titre officiel ou privé? E est-il témoin de l événement dont il parle? sa relation est-elle immédiate ou postérieure? E quelle «famille» sociale, politique, économique, représente-t-il? Lecture E souligner les mots importants ; E encadrer les mots de liaison ; E relever les mots inconnus et en chercher le sens. Analyse et compréhension E résumer avec les mots essentiels ; E dégager les idées principales : il faut retrouver dans le texte les preuves de l interprétation proposée ; E reprendre les idées et les relier aux connaissances ; apporter des précisions. Conclusion E ce qui a été écrit ; E mais critique : intérêt du document - comment le compléter? E et après relier ce qui a été fait aux autres connaissances : utilisation du document ou réponses aux questions.

4 C Comment lire une courbe? Introduction De quoi parle-t-on? Pourquoi l étude de cette courbe? Il faut commencer par la lecture attentive : E du titre et des légendes (sujet) ; E de la date du document ; E des unités, des axes (habitants, milliers, pourcentages, etc.) ; E des sources (INSEE, auteurs). De quoi ne parle-t-on pas? Limite du document. Lecture Lorsque la courbe est unique : E aspect général : lier le début et la fin : c est la tendance : Il faut mesurer l évolution utiliser les chiffres avec précision : en valeur absolue, en pourcentage ; E les grands mouvements idem : mesurer l évolution ; E voir et expliquer les points particuliers : partir des origines et aller de gauche à droite en suivant la courbe du début à la fin. Lorsqu il y a plusieurs courbes : Il faut suivre la même démarche mais en plus : E noter les différences, E noter les similitudes, E noter les relations entre les courbes (interrelations). Analyse et compréhension À partir de l observation, faire l analyse en respectant l ordre de la lecture du général au particulier. Les causes (immédiates et à long terme, générales et particulières) : parce que E démographiques, E historiques,

5 E économiques, E sociales, E culturelles, E autres. Les conséquences donc Conclusion E ce qui a été écrit ; E mais critique : intérêt du document comment le compléter ; E et après relier ce qui a été fait aux autres connaissances. D Des verbes utilisés en dissertation E illustrer = donner un exemple ; E comparer = mettre en parallèle les éléments communs et les éléments différents ; E expliquer = rendre compréhensible ; E définir = donner les attributs, décrire les caractéristiques ; E calculer = opération ; E analyser = on présente, on explique.

6 2 Pour aller plus loin A Les taux d intérêt Le taux d intérêt nominal Le taux d intérêt nominal d un prêt est le rapport entre les intérêts versée et la somme empruntée. Par exemple Si quelqu un emprunte et rembourse 2 100, il verse 100 d intérêts. Le taux d intérêt (nominal) du prêt est donc de 100/2 000 = 0,05 = 5 %. Le taux d intérêt réel Le taux d intérêt «réel» malgré son nom, est un taux d intérêt imaginaire que l on doit calculer. taux d intérêt réel = taux d intérêt nominal - taux d inflation. C est surtout la forte inflation des années 1970 qui a conduit à faire ce calcul. Par exemple Imaginons un salarié X qui emprunte de l argent dans les années En 1985, il emprunte E En 1986, il doit rembourser Conclusion Le taux d intérêt nominal de son prêt est donc de 5 %. Il gagnait, disons, par mois. Comme le taux d inflation est de 20 %, son salaire passe à Il avait emprunté une somme égale à 2 fois son salaire en 1985 : il ne doit rembourser qu une somme égale à 1,75 fois son salaire (2 100/1 200) en Le taux d intérêt «réel» de son prêt aura donc été négatif et égal à - 15 % (5 % -20 %).

7 Les «taux courts» et les «taux longs» Les taux d intérêt à court terme «taux courts» pour les initiés sont les taux d intérêt versés sur les sommes prêtées à court terme (par exemple pour 3 mois). Ils sont fixés par la banque centrale. Voici comment les choses se passent : les banques commerciales, pour donner des billets à leurs clients qui le demandent, doivent «acheter» ces billets à la banque centrale, puis rembourser la banque centrale en débitant leur propre compte. Par exemple Par exemple, une banque commerciale demande à la banque centrale billets de 500, (soit ) et trois mois après la banque centrale débite le compte de la banque commerciale de Le taux d intérêt est donc de 2 %. Ce taux d intérêt fixé par la banque centrale (par exemple par la Banque centrale Européenne) est appelé «taux d intérêt directeur». Il est répercuté par les banques : plus la banque centrale élève son «taux d intérêt directeur» plus les banques commerciales élèvent les taux d intérêt qu elles facturent à leurs clients ; et inversement. Maintenant, comment est-ce que la banque centrale choisit le «taux directeur»? La banque centrale voudrait fixer le taux le plus bas possible pour favoriser l investissement. En même temps, si elle fixe un taux trop bas, les banques commerciales demanderont d avantage de billets et l augmentation des billets circulant dans l économie risque de relancer l inflation. De plus des spéculateurs risquent d emprunter de l argent pour acheter des actions, ce qui risque de provoquer une «flambée» des cours puis un «éclatement de la bulle spéculative» La banque centrale fait donc varier les taux d intérêt avec prudence, pour soutenir l investissement sans provoquer de l inflation et les désordres boursiers. Les taux d intérêts à long terme «taux longs» pour les initiés sont, eux, les taux d intérêt versés sur les sommes prêtées à long terme (par exemple pour 20 ans). Ils sont fixés par le marché. Les taux d intérêt à long terme dépendent des «taux directeurs» Mais ils dépendent aussi de l offre et de la demande sur le marché. Par exemple Une entreprise qui veut «émettre» obligations à 100 devra proposer un taux d intérêt suffisant pour que les épargnants les achètent. (rappel : une obligation est un titre qui représente un prêt à long terme).

8 B Liens vers d autres sites E Le portail francophone des sciences sociales E Nouveautés par l académie de Nantes pagelibre/ &RH= &RF=SES

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette Explications préalables Il y a quelques années nous avions demandé à l INSEE de nous fournir le montant

Plus en détail

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 28 octobre 2012 Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive Les statistiques de la semaine passée devraient avoir levé les derniers

Plus en détail

Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante?

Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante? Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante? Introduction : Les chômeurs se sont les personnes qui n ont pas d emploi et qui en recherchent un. Nous avons vu que

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

51 Idées pour créer son autoentreprise

51 Idées pour créer son autoentreprise Écrit et réalisé par Mikhaël Vicarini 51 Idées pour créer son autoentreprise Première impression : Janvier 2011 Dernière édition le : 5 avril 2011 Ce même livre a été créé pour le format ebook et livre

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE PREAMBULE Radio France est une société nationale de programme qui conçoit,

Plus en détail

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

FICHE DE TRAVAIL : méthodologie de la synthèse. Généralités

FICHE DE TRAVAIL : méthodologie de la synthèse. Généralités FICHE DE TRAVAIL : méthodologie de la synthèse Généralités La synthèse s apparente au résumé dans la mesure où se sont tout deux des exercices qui refusent toute subjectivité. Toutefois la synthèse contrairement

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

CHALLENGE FIDAL-PARIS XI. Concours juridique et fiscal 2011. Présentation du cas «SARL Log-Tel»

CHALLENGE FIDAL-PARIS XI. Concours juridique et fiscal 2011. Présentation du cas «SARL Log-Tel» CHALLENGE FIDAL-PARIS XI Concours juridique et fiscal 2011 Présentation du cas «SARL Log-Tel» 1 Lettre reçue de votre client, Monsieur MARTIN Voici la lettre que vous venez de recevoir de Monsieur MARTIN

Plus en détail

Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement

Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement Série L ABC des prêts hypothécaires Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Faire la distinction entre

Plus en détail

Introduction. Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) 1

Introduction. Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) 1 Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) Province du Nouveau-Brunswick ISBN: 978-1-55471-612-8 juin 2013 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 Résumé du régime... 2 Adhésion... 3

Plus en détail

comptable François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-854-0

comptable François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-854-0 Toutes formations Initiation comptable Cours François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-854-0 2 Étude du bilan L origine des fonds d une entreprise et leur utilisation

Plus en détail

Chapitre 2 La monnaie et l inflation

Chapitre 2 La monnaie et l inflation Chapitre 2 La monnaie et l inflation 1 1. Pourquoi les prix augmentent-ils? 2. Section 1. La monnaie: Définition 3. Quelle politique économique peut-on mettre en place pour lutter contre l inflation? 3

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Enseignement de mathématiques Classe de première STMG Ressources pour le lycée technologique Contexte pédagogique Objectifs Suites numériques Visualiser les situations exprimées à l aide de suites

Plus en détail

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation.

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation. Thème 6 Monnaie et prix Questions Vrai ou Faux 1. La monnaie et la richesse sont des synonymes. 2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire

Plus en détail

Module 26 : Techniques de modélisation

Module 26 : Techniques de modélisation Module 26 : Techniques de modélisation 26.0 Introduction Ce module enseigne une série de techniques qui constituent une trousse à outils bien pratique quand il s agit de construire des modèles dans Excel

Plus en détail

CHAPITRE 5. SUFFIT-IL DE REDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE?

CHAPITRE 5. SUFFIT-IL DE REDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE? CHAPITRE 5. SUFFIT-IL DE REDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE? Analyse du sujet Type de sujet Dissertation Question de synthèse Contexte historique Contexte géographique Consigne Cœur

Plus en détail

Position AMF n 2010-04 Questions - réponses de l AMF sur l élaboration des prospectus obligataires et les modalités pratiques d obtention d un visa

Position AMF n 2010-04 Questions - réponses de l AMF sur l élaboration des prospectus obligataires et les modalités pratiques d obtention d un visa Position AMF n 2010-04 Questions - réponses de l AMF sur l élaboration des prospectus obligataires et les modalités pratiques d obtention d un visa Texte de référence : Règlement européen (CE) n 809/2004

Plus en détail

Les formes de financement

Les formes de financement Les formes de financement Lorsque l on étudie le financement d une entreprise, on distingue : Les sources à court terme (moins d une année). Les sources à moyen terme (entre 2 et 5 ans). Les sources à

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 257 Séance 22 octobre 1996, Grand Hôtel des Endroits, La Chaux-de-Fonds, à 17 h 30 Présents : 19 Thème : LOIS SUR L ACCESSION

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011 021 Vivre sans chéquier L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire 2 4 6 8 12 14 18 22 24 Introduction La délivrance d un chéquier est-elle obligatoire? Comment

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Mathématiques financières 1 Licence 3 Gestion ESDHEM PARIS 2015 Sabrina CHIKH Déroulé 2 n 16H n 4 séances de 4 heures, 4 thèmes n Cours / applications n Evaluation : un contrôle continu à chaque séance

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

FAIF pour les voitures de service

FAIF pour les voitures de service avril 2016 www.bdo.ch recht interessant xxxxx FAIF pour les voitures de service (3. Teil) Qu entend-on par «service externe»? Au 1 er janvier 2016, le FAIF est entré en vigueur au niveau fédéral et dans

Plus en détail

Euro-plus de DEXIA Banque Privée Professeur Didier MAILLARD 1 Octobre 2002

Euro-plus de DEXIA Banque Privée Professeur Didier MAILLARD 1 Octobre 2002 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 2 (GP-AP) Analyse de produits patrimoniaux Euro-plus de DEXIA Banque Privée Professeur Didier MAILLARD Octobre 2002 Mis

Plus en détail

Sommaire de la séquence 9

Sommaire de la séquence 9 Sommaire de la séquence 9 Tu viens de voir dans les deux séquences précédentes les mécanismes qui permettent à un couple d avoir un enfant. Toutefois, on peut souhaiter avoir des rapports sexuels sans

Plus en détail

Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES. b Avant la consommation, l épargne!

Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES. b Avant la consommation, l épargne! COURS DE SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES Philippe Mamas Lycée Fulbert Classe de Seconde Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES b Avant la consommation, l épargne! Consommer suppose

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE MODIFIE PAR LE CONSEIL DE SURVEILLANCE LORS DE SA REUNION DU 16 MARS 2011 Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les règles de fonctionnement

Plus en détail

La Crise, ses causes, ses conséquences, les voies de sortie

La Crise, ses causes, ses conséquences, les voies de sortie Désiré Loth La Crise, ses causes, ses conséquences, les voies de sortie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées Grâce aux Portefeuilles sélect RBC, vous pouvez dormir en paix, en sachant que RBC Gestion mondiale d actifs gère vos placements

Plus en détail

Mathématiques CM2. Fichier d activités. Auteur : Claude Guillaume. Coordination : Expert : Alain Bonichon Sylvie Dhotel, chef de projet.

Mathématiques CM2. Fichier d activités. Auteur : Claude Guillaume. Coordination : Expert : Alain Bonichon Sylvie Dhotel, chef de projet. Mathématiques CM2 Fichier d activités Auteur : Claude Guillaume Coordination : Alain Bonichon Sylvie Dhotel, chef de proj Expert : Marie Mégard Ce cours est la propriété du Cned. Les images textes intégrés

Plus en détail

CCIRE/CHB/ avril 2014 APPEL A CANDIDATURE

CCIRE/CHB/ avril 2014 APPEL A CANDIDATURE APPEL A CANDIDATURE Diagnostic d accessibilité des commerces, cafés-hôtels restaurants, artisans double-inscrits dans la circonscription de la Chambre de Commerce et d Industrie de Reims et Epernay (E.R.P

Plus en détail

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE Septembre 2012 Les renseignements et données contenus dans le présent bulletin ont été rédigés par l Ordre des comptables agréés du Québec sous la direction de Monsieur Gilles Chiasson. Ils sont notamment

Plus en détail

MODE D EMPLOI COMMENT «LIRE» SON COMPTE? COMMENT APPROVISIONNER SON COMPTE? Le relevé de compte : à conserver. Gérez votre compte en banque à distance

MODE D EMPLOI COMMENT «LIRE» SON COMPTE? COMMENT APPROVISIONNER SON COMPTE? Le relevé de compte : à conserver. Gérez votre compte en banque à distance MODE D EMPLOI COMMENT «LIRE» SON COMPTE? Le relevé de compte permet de connaître en détail les entrées et les sorties d argent, ainsi que votre solde (c est-à-dire la somme d argent restant sur votre compte).

Plus en détail

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes *

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers individuels, y compris

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-15 Guide relatif à la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels

Position recommandation AMF n 2009-15 Guide relatif à la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Position recommandation AMF n 2009-15 Guide relatif à la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Textes de référence : articles 212-28, 212-29 et 314-10 du règlement

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement

CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement POUR LA PARTICIPATION DE LE MANS METROPOLE AU FINANCEMENT DES PRÊTS PARTICIPATIFS DE DÉVELOPPEMENT ENTRE : Le Département

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES relatif à l impression et au routage du mensuel «Culture.gouv» édité par le ministère de la culture et de la communication Marché n. Le présent document

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Analyse de deux séquences d apprentissage 1

Analyse de deux séquences d apprentissage 1 hs.c om Ce fichier, corrigé du fichier D22, aborde le vaste domaine du traitement de l information, de la gestion de données et des représentations couramment utilisées. Nous vous proposons deux séquences

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

ACADÉMIE EDGEPOINT. La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$)

ACADÉMIE EDGEPOINT. La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) ACADÉMIE EDGEPOINT La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) Lorsque vous pensez à vos placements, la première question qui vous vient à l esprit est de savoir quel rendement

Plus en détail

Informatique pour la finance. Sacha Kozlov (green.fr@gmail.com) EFREI 2011

Informatique pour la finance. Sacha Kozlov (green.fr@gmail.com) EFREI 2011 Informatique pour la finance Sacha Kozlov (green.fr@gmail.com) EFREI 2011 Plan de cours Cours d'initiation aux concepts de la finance Taux d'intérêt Actualisation / Capitalisation Emprunt indivis Les obligations

Plus en détail

Définition et finalités de l analyse financière

Définition et finalités de l analyse financière Définition et finalités de l analyse financière FICHE I Définition L analyse financière recouvre un ensemble de techniques et d outils visant à traduire la réalité d une entreprise en s appuyant sur l

Plus en détail

MERCEDES BENZ FINANCIAL SERVICES: VOTRE PARTENAIRE FINANCIER

MERCEDES BENZ FINANCIAL SERVICES: VOTRE PARTENAIRE FINANCIER MERCEDES BENZ FINANCIAL SERVICES: VOTRE PARTENAIRE FINANCIER Ce prospectus est rédigé au nom du vendeur dont le cachet figure ci-dessous et agissant comme intermédiaire de crédit. Cachet de l intermédiaire

Plus en détail

DEMANDES D AGRÉMENT. (Nota : Les liens sont surlignés en bleu.)

DEMANDES D AGRÉMENT. (Nota : Les liens sont surlignés en bleu.) DEMANDES D AGRÉMENT (Nota : Les liens sont surlignés en bleu.) Demandes d agrément Conformément à la Loi sur les caisses populaires et les credit unions (la «Loi»), les caisses doivent faire une demande

Plus en détail

Smart Lending : la protection du client dans le processus de crédit

Smart Lending : la protection du client dans le processus de crédit Smart Lending : la protection dans le processus de crédit Comment intégrer les pratiques dans le prêt individuel des institutions de microfinance : vue d ensemble www.smartcampaign.org INTRODUCTION Ce

Plus en détail

Mathématiques Financières Exercices

Mathématiques Financières Exercices Mathématiques Financières Exercices Licence 2, 2015-16 - Université Paris 8 J.CORIS & C.FISCHLER & S.GOUTTE 1 TD 1 : Suites numériques et somme de suites Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous,

Plus en détail

Réfléchir au choix de votre achat immobilier (habitation principale)

Réfléchir au choix de votre achat immobilier (habitation principale) 1 Réfléchir au choix de votre achat immobilier (habitation principale) Faire le point sur l essentiel avant de commencer sa recherche STABILITE Etes-vous stable professionnellement et personnellement?

Plus en détail

Nombre de périodes prévues :30 Professions : 3 ans et 4 ans Année : 1 re

Nombre de périodes prévues :30 Professions : 3 ans et 4 ans Année : 1 re Thème 3 : Les moyens de d information actuels PEE Thème 1 : Mon intégration dans mon école professionnelle mon entreprise Nombre de périodes prévues :30 Professions : 3 ans 4 ans Année : 1 re Idée directrice

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

Prêt à terme à taux variable

Prêt à terme à taux variable DÉCLARATION DU COÛT D EMPRUNT EN VERTU DE L ARTICLE 450 DE LA LOI SUR LES BANQUES Prêt à terme à taux variable Date Type de prêt 500 Place d'armes, 22 ième étage, Montréal (Québec), H2Y 2W3 Adresse de

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L introduction en Bourse Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET. Session informelle Genève, 16 18 février 2005

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET. Session informelle Genève, 16 18 février 2005 OMPI WO/PBC/IM/05/3 ORIGINAL : anglais DATE : 14 janvier 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET Session informelle Genève, 16 18 février 2005 OPTIONS

Plus en détail

1. Le bilan et ses variations

1. Le bilan et ses variations 1. Le bilan et ses variations Comme la situation patrimoniale d une entreprise varie sans cesse, les comptables ont inventé une technique permettant, pour des raisons pratiques de simplicité et de maniabilité,

Plus en détail

Les indices simples Pourquoi travailler avec des indices? changer le format de cette série pour la rendre comparable à d'autres

Les indices simples Pourquoi travailler avec des indices? changer le format de cette série pour la rendre comparable à d'autres Les indices simples Pourquoi travailler avec des indices? Ce sont des outils qui permettent de comparer les évolutions de deux séries contemporaines dont les ordres de grandeur diffèrent beaucoup. Par

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2016 Le 1 trimestre 2016 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels

Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Le 13 octobre 2009 Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels L Autorité des marchés financiers a constaté au cours de ces dernières

Plus en détail

EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE «ATB SUBORDONNE 2009»

EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE «ATB SUBORDONNE 2009» EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE L OBLIGATION SUBORDONNEE SE CARACTERISE PAR SON RANG DE CREANCE CONTRACTUELLEMENT DEFINI PAR LA CLAUSE DE SUBORDINATION VISA du Conseil du Marché Financier

Plus en détail

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 AVRIL 2012 Les questions liées à l application de l étalement seront traitées

Plus en détail

INFO FLASH Conseils d établissement

INFO FLASH Conseils d établissement INFO FLASH Conseils d établissement Numéro 1 Novembre 2011 Les conditions gagnantes d un conseil d établissement Les conseils d établissement tel que nous les connaissons aujourd hui existent depuis 1998,

Plus en détail

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD et aux prêts placement de la Banque Manuvie LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE MANUFACTURERS Tirez le maximum de vos placements

Plus en détail

Location des commutateurs, postes dédiés et dispositifs annexes.

Location des commutateurs, postes dédiés et dispositifs annexes. Conditions spécifiques Location des commutateurs, postes dédiés et dispositifs annexes. Article 1 Conditions générales applicables Les présentes conditions spécifiques relèvent des conditions générales

Plus en détail

Guide de stage en milieu professionnel Licence professionnelle Agriculture raisonnée et certification environnementale

Guide de stage en milieu professionnel Licence professionnelle Agriculture raisonnée et certification environnementale DEVE Licences Pro Guide de stage en milieu professionnel Licence professionnelle Agriculture raisonnée et certification environnementale Décembre 2012 TABLE DES MATIERES 1. OBJECTIFS DU STAGE... 2 2. CALENDRIER...

Plus en détail

Modernisation du régime juridique français de la titrisation

Modernisation du régime juridique français de la titrisation Modernisation du régime juridique français de la titrisation Au cours des derniers mois, une importante réforme du régime juridique français en matière de titrisation a été entreprise, dans le prolongement

Plus en détail

Visez un rendement potentiellement intéressant

Visez un rendement potentiellement intéressant Société Générale Acceptance Interest Linked Bond Callable 09 II À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Société Générale Acceptance Interest Linked Bond Callable 09 II est un instrument de dette structuré. Le produit

Plus en détail

Mathématiques pour. l informatique

Mathématiques pour. l informatique Xavier Chanet Patrick Vert Mathématiques pour l informatique Pour le BTS SIO Toutes les marques citées dans cet ouvrage sont des marques déposées par leurs propriétaires respectifs. Illustration de couverture

Plus en détail

Propositions du RCLALQ Modifications des certaines dispositions du règlement 634 Thème 3

Propositions du RCLALQ Modifications des certaines dispositions du règlement 634 Thème 3 Propositions du RCLALQ Modifications des certaines dispositions du règlement 634 Thème 3 Régie de l énergie R-3439-2000 17 avril 2001 La demande d abonnement Proposition 1 : Les renseignements personnels

Plus en détail

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION 1. Quels sont les modes de paiement du salaire? 2. Quelle est la méthode de calcul du salaire en cas d absence non rémunérée? 3. Comment est déterminé le salaire des salariés

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Le Droit Individuel à la Formation - DIF

Le Droit Individuel à la Formation - DIF DADS 2008 Page 1 Le Droit Individuel à la Formation - DIF A Le principe L accord de branche du 26 mai 2005 permet de faciliter les parcours personnalisés de formation des salariés tout au long de leur

Plus en détail

3. Pourquoi investir dans une SCPI via un contrat d assurance vie?

3. Pourquoi investir dans une SCPI via un contrat d assurance vie? Sommaire 1. Qu est-ce qu une SCPI? 1.1 Définition 1.2 Fonctionnement d une SCPI 2. Le marché des SCPI 3. Pourquoi investir dans une SCPI via un contrat d assurance vie? 3.1 Avantages et risques liés à

Plus en détail

L usage exclusif du masculin dans certaines sections du présent document ne vise qu à en faciliter la lecture.

L usage exclusif du masculin dans certaines sections du présent document ne vise qu à en faciliter la lecture. 2015 L usage exclusif du masculin dans certaines sections du présent document ne vise qu à en faciliter la lecture. MÉTHODOLOGIE Sondage en ligne 1 978 Canadiens,18-70 ans Dates Du 10 au 21 avril 2015

Plus en détail

Processus 2 : Contrôle et production de l information financière

Processus 2 : Contrôle et production de l information financière 1 / 12 Processus 2 : Contrôle et production de l information financière Les processus 1 et 2 regroupent les principales obligations (ou règles) comptables des entreprises relatives à l établissement des

Plus en détail

comptable cours & Applications François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-943-1

comptable cours & Applications François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-943-1 Toutes formations Initiation comptable cours & Applications François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-943-1 2 Étude du bilan L origine des fonds d une entreprise et leur

Plus en détail

Chapitre 4. Fonction exponentielle. 4.1 Activité. Sommaire

Chapitre 4. Fonction exponentielle. 4.1 Activité. Sommaire Chapitre 4 Fonction exponentielle Sommaire 4.1 Activité............................................. 37 4. Fonctions exponentielles de base q (q > 0)........................ 39 4..1 Définition.........................................

Plus en détail

Guillaume comprend que le marché est composé de 3 composantes, mais desquelles s agit-il?

Guillaume comprend que le marché est composé de 3 composantes, mais desquelles s agit-il? Thème 1 : Mercatique et consommateur Question de gestion : La mercatique cherche-t-elle à répondre aux besoins des consommateurs ou à les influencer? Chapitre 4 : Sur quel(s) marché(s) agir et comment

Plus en détail

Présentation du cours de Droit & Réglementation bancaire

Présentation du cours de Droit & Réglementation bancaire Présentation du cours de Droit & Réglementation bancaire (Janvier 2012) 1 Avant propos Cette présentation du cours de droit et réglementation bancaire proposée dans le cadre du programme du Mastère Professionnel

Plus en détail

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments financiers. Il a plutôt pour

Plus en détail

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure CHOIX DE PLACEMENTS Service Education des Epargnants Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières CDVM http://www.cdvm.gov.ma/espace-epargnants But de la brochure Le but de la présente brochure est de

Plus en détail

SOMMAIRE. 1- Objet du mode opératoire «GFPP» 3. 2- Domaine d application 3. 3- Définitions et terminologie 3. 4- Descriptif détaillé 3

SOMMAIRE. 1- Objet du mode opératoire «GFPP» 3. 2- Domaine d application 3. 3- Définitions et terminologie 3. 4- Descriptif détaillé 3 SOMMAIRE 1- Objet du mode opératoire «GFPP» 3 2- Domaine d application 3 3- Définitions et terminologie 3 4- Descriptif détaillé 3 4-1- Gestion Financière des Projets 3 4-1-1 Rappel des conditions générales

Plus en détail

Document d information investisseur

Document d information investisseur Document d information investisseur Caractéristiques des obligations émises en financement participatif et fiscalité induite sur les revenus générés par la détention d obligations de sociétés non cotées

Plus en détail

Étude de cas. Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS

Étude de cas. Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS Étude de cas Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS Robert et Élizabeth : mise en contexte Robert et Élizabeth, un couple marié, tous deux âgés

Plus en détail

Chef de projet, Votre kit tout-terrain

Chef de projet, Votre kit tout-terrain Chef de, Votre kit tout-terrain Auteur : Hughes Marchat Président du cabinet EFII (conseil et formation en conduite de ) Enseignant au CNAM et à l Ecole centrale de Paris Éditeur : Éditions d organisation

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIETE GENERALE SFH

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIETE GENERALE SFH PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES SOCIETE GENERALE SFH Société Anonyme au capital de 375 000 000 Euros Siège social : 17, cours Valmy 92800 Puteaux 445 345 507 R.C.S. Nanterre.

Plus en détail

L ENTREPRISE ET LA BANQUE

L ENTREPRISE ET LA BANQUE L ENTREPRISE ET LA BANQUE 1. Le financement bancaire des entreprises L intermédiation bancaire dans les économies modernes peut-être appréhendée à travers les multiples fonctions qui sont assumées par

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

ACTE D'ENGAGEMENT. Marché n du.

ACTE D'ENGAGEMENT. Marché n du. ACTE D'ENGAGEMENT Marché passé en application de l'article 28 du Code des Marchés Publics OBJET : travaux d'aménagements dans les locaux de la mairie de Salles sur Mer Partie réservée à l administration

Plus en détail

Quelle solution pour votre épargne à long terme?

Quelle solution pour votre épargne à long terme? Quelle solution pour votre épargne à long terme? Sharesave Sharesave vous propose d économiser bimensuellement pendant trois ans et de placer cette épargne dans des actions du Thomas Cook Group plc à des

Plus en détail

ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008. COORDINATEUR : Alain Kruger

ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008. COORDINATEUR : Alain Kruger ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008 COORDINATEUR : Alain Kruger mail : akruger@esg.fr RAPPEL DES DELAIS : Constitution des équipes et des projets Semaine du 21 janvier 2008

Plus en détail

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001 TABLE DES

Plus en détail

Escompte bancaire - Équivalence de capitaux

Escompte bancaire - Équivalence de capitaux Escompte bancaire - Équivalence de capitaux VOUS ALLEZ APPRENDRE À : Calculer un escompte, un agio, un taux réel d escompte. Calculer une valeur actuelle et une valeur nette. Calculer la valeur nominale

Plus en détail