Application des technologies de microencapsulation pour la formulation de probiotiques et mise au point d un coating entérique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Application des technologies de microencapsulation pour la formulation de probiotiques et mise au point d un coating entérique"

Transcription

1 Jeudi 10 octobre 2013 Application des technologies de microencapsulation pour la formulation de probiotiques et mise au point d un coating entérique Alain Durieux Unité de Biotechnologie Institut Meurice - Heldb 1

2 I. Présentation de L unité de Biotechnologie Activités Expertises en technologies de microencapsulation 2

3 Unité de Biotechnologie Département de l Institut Meurice (Master Ingénieur industriel Chimie / Biochimie) - Haute Ecole Lucia de Brouckère Recherche appliquée / prestations de services : microbiologie appliquée et en développement de bioprocédés Collaborations avec le monde industriel et académique - Programmes subsidiés Collaborations sont établies au travers de l asbl Meurice R&D, Centre de Recherche Associé. 3

4 Savoir-faire s exprime dans les secteurs: La production de microorganismes sous forme sèche ou liquide (probiotiques, starters pour l industrie alimentaire ou la bioépuration, biofongicides ). Le scaling up et la validation de procédés de fermentation et de purification de protéines présentant un intérêt industriel. La production de métabolites d intérêt : acides organiques bioéthanol acides aminés Le développement de bioprocédés pour l épuration / technologies environnementales (biofiltration, bioremédiation, dénitrification ) Les opérations unitaires de séchage et de microencapsulation L immobilisation de microorganismes et développement de bioréacteurs continus 4

5 Infrastructure / équipement Unité de Biotechnologie - infrastructure pilote : Une salle de fermentation LS1 (1 x 200 litres, 1 x 100 litres, 4 x 10 litres, 1 x 5 litres et 6 x 2 litres) autonome disposant d une autorisation d utilisation pour MGM de classe de risque 1, Une salle de procédés de séchage : lyophilisation - atomisation - sécheurs à lit fluidisé Une salle de purification de protéines (échelle de laboratoire et échelle pilote). Labo analytique de support (HPLC, Electrophorèses,.) 5

6 Expertises en technologies de Microencapsulation - Enrobage 6

7 Atomisation (Spray-drying) : Mobile MINOR Capacité : 2 kg / h T d entrée d air : 150 à 250 C Tête d atomisation : turbine Récupération de la poudre par cyclone Production MINOR Capacité : 20 kg / h T d entrée d air : 150 à 350 C Tête d atomisation : turbine (vitesse variable) Récupération de la poudre : lourdes et fines 7

8 Lit fluidisé : Séchage et enrobage Séchage Enrobage Glatt Powder Coater Granulator 1 Capacité : 300 g à 1,5 kg Cuves : Top Spray Bottom Spray/Wurster Tangential Spray/Rotor 3 surfaces de disques disponibles 8 Granulation/ Agglomération Coating particulaire (Wurster) 8

9 Lit fluidisé : Séchage et enrobage (2) Tangential spray Buse de pulvérisation Spheronisation Plaque tournante Enrobage avec cire protectrice Optimisation : Débit Vitesse de rotation Charge T agent d enrobage T du lit. Extrusion Spheronisation - Séchage 9

10 II. Application des technologies de microencapsulation pour la formulation de probiotiques et mise au point d un coating entérique 10

11 Définition Probiotique Les probiotiques sont des microorganismes vivants qui lorsqu ils sont consommés en quantité suffisante confèrent des effets bénéfiques à la santé de l hôte - Vivants - Quantité requise: au moins 10 6 à 10 7 UFC par gramme du produit fini. Et une consommation quotidienne de 100g pour apprécier les effets bénéfiques - Effets bénéfiques à la santé de l hôte 11

12 Effets bénéfiques pour la santé Maintien de l équilibre de la flore intestinale Stimulation du système immunitaire Soulagement des troubles intestinaux Amélioration de la tolérance au lactose Effets bénéfiques Réduction du taux de cholestérol allégations de santé Preuves scientifiques (études in vitro, in vivo, et des tests cliniques) 12

13 Effets bénéfiques pour la santé (2) Mais depuis le 14 décembre 2012 l Union Européenne a supprimé les allégations de santé pour les probiotiques: preuves scientifiques lacunaires et contradictoires 13

14 Souche modèle :Lactobacillus plantarum Bactérie lactique à Gram positif, ph optimal de croissance 6.5, température optimale de croissance 37 C, anaérobie facultative Produits laitiers, viandes, légumes et aussi dans le tractus gastro-intestinal Lactobacille hétérofermentaire facultatif Sensible à l acidité Lb. plantarum 299v reconnue comme probiotique 14

15 Objectif Développer des formulations sèches de la bactérie Lactobacillus plantarum en vue de la protéger de l acidité gastrique et donc optimiser son accès à l intestin en quantité suffisante et métaboliquement active La microencapsulation de la biomasse dans une matrice d alginate et d amidon par la technique du Jet Cutter couplée au séchage en lit fluidisé et à un enrobage entérique 15

16 Méthodologie (1) Lactobacillus plantarum Culture en mode «Batch» sur milieu LAB, ph 6.5, 37 C en fermenteur Propagation Récolte de la biomasse Centrifugation Récolte de la biomasse après 4 heures de phase stationnaire Formulations T in = 30 C Débit de 175 à 80 m 3 /h Charge = 1 kg Encapsulation dans une matrice d alginate par la technique du Jet Cutter Séchage en lit fluidisé Enrobage des microsphères Concentration d agent enrobant Agents d enrobage Eudragit FS 30 D Eudragit L 100 Eudragit S 100 Eudragit L 30 D-55 16

17 Profil de croissance de Lactobacillus plantarum Densité optique (660 nm) Récolte Caractéristiques Temps de génération (h) Données 1.26 µ (h -1 ) 0.57 Poids sec (g/l) Consommation du glucose (g/l) Production d acide lactique (g/l) , Y x/s 0.13 Y p/s 0.86 Temps (heures) 17

18 Technique d encapsulation par le Jet Cutter Encapsulation de la biomasse dans une matrice d alginate Mélange: Biomasse «Lactobacillus plantarum» 15% p/v Solution d alginate de sodium 2% p/v Amidon (maïs/pois) 30% p/v comme agent de charge 18

19 Technique d encapsulation par le Jet Cutter CaCl 2 1% p/v 19

20 Reproductibilité du procédé de production N = 3 Viabilité résiduelle (%) Le séchage est l étape critique du procédé de microencapsulation 0 Fermenteur Centrifugation Mélange Billes humides Billes sèches 20

21 Forme et distribution en taille 70 Distribution massique (%) > 1000 Diamètre (µm) Microsphères sèches contenant Lb. plantarum 84% des microsphères possèdent une taille comprise entre 355 et 850 µm Conservation à 4 C sous vide: 64 à 72% de viabilité résiduelle après 50 à 100 jours 21

22 Enrobage entérique des microsphères Mise au point réalisée sur des billes d amidon de µm Taux d enrobage: 12 à 15% (p/p) (Vandamme et al., 2007) 22

23 Enrobage entérique des microsphères (données communiquées par Evonik) Matériaux d enrobage ph de dissolution Site de libération dans l intestin Eudragit L 30 D-55 ph >5.5 Duodénum Eudragit L 100 ph> 6.0 Jéjunum Eudragit S 100 ph >7.0 Iléon/Côlon Eudragit FS 30 D ph >7.0 Iléon/Côlon (1)Oesophage (2)Estomac (3)Duodénum (4) Jéjunum + iléon (5)Caecum (6) Appendice (7) Côlon (8) Rectum (9) Anus (Cuillerier et Marteau, 2002) 23

24 Influence de l enrobage sur la viabilité de Lb. plantarum Matériaux d enrobage Viabilité dans les billes avant enrobage(ufc/g sec) Viabilité dans les billes après enrobage (UFC/g sec) Viabilité résiduelle (%) Eudragit FS 30 D (1.7±0.5)10 10 (1.6±0.5)10 9 (9.5±3.2) Eudragit L 100 (4.4±1.9)10 10 (1.9±1.1) ±3.9 Eudragit S 100 (2.5±0.3)10 10 (1.1±0.1) ±4.5 Eudragit L 30 D-55 (1.8±0.3)10 10 (1.7±0.05) ±2.5 Taux d enrobage 12 à 15% p/p 24

25 Evaluation de la qualité de l enrobage Test de résistance gastrique (HCl 0.1M, ph 1.2) durée 2 h T = 37 C Test de désintégration après addition de phosphate de sodium tribasique (0.2 M). Trois ph testés pour simuler les conditions rencontrées dans l intestin: 5.5; 6.5; 7.5 durée 1 h T = 37 C Matériaux d enrobage Valeurs du fournisseur Dissolution à ph 5.5 Dissolution à ph 6.5 Dissolution à ph Microsphères non enrobées Eudragit FS 30 D Eudragit L 100 Eudragit S 100 Eudragit L 30 D-55 / ph > ph > ph > ph >

26 Enrobage entérique: Evaluation de la viabilité de Lb. plantarum après tests de résistance gastrique Microsphères non enrobées Microsphères enrobées à l Eudragit L 100 Microsphères enrobées à l Eudragit S 100 Perte totale de viabilité de Lb. plantarum encapsulé dans des microsphères non enrobées ainsi que celles enrobées à l Eudragit L 100 et à l Eudragit S 100 et ce pour les trois ph testés. 26

27 Evaluation de la viabilité de Lb. plantarum après tests de résistance gastrique - L30 D-55 Concentration en cellules viables avant incubation à ph 1.2 (UFC/g sec) Concentration en cellules viables après dissolution (UFC/g sec) Viabilité résiduelle (%) ph 5.5 (1.7±0.2)10 10 (1.1±0.2) ±10 (1.7±0.2)10 10 (1.6±0.3) ±16.6 Microsphères enrobées à l Eudragit L 30 D-55 L Eudragit L 30 D-55 est le meilleur agent d enrobage ph 6.5 offrant un bon compromis entre une bonne résistance (1.7±0.2)10 10 (1.5±0.1) ±7.5 gastrique et une bonne désagrégation au ph de ph 7.5 l intestin L Eudragit L 30 D-55 reste intègre après les deux heures d incubation à ph 1.2 Influence du ph de dissolution sur la viabilité à confirmer 27

28 Conclusions et perspectives Eudragit L 30 D-55: ph de désintégration mesuré correspond à celui rencontré dans le côlon (ph 7.5) optimiser le protocole de dissolution ( ph 6.5 à 7.0) Etude de la reproductibilité de l enrobage Réduction de la taille des particules : 100 à 200 µm Simulation du système digestif: ajout de sels biliaires et d enzymes digestifs 28

29 Objectif Développer des formulations sèches de la bactérie Lactobacillus plantarum en vue de la protéger de l acidité gastrique et donc optimiser son accès à l intestin en quantité suffisante et métaboliquement active La granulation / sphéronisation de la biomasse couplée au séchage en lit fluidisé et à un enrobage entérique 29

30 Méthodologie (2) Lactobacillus plantarum Culture en mode «Batch» sur milieu LAB, ph 6.5, 37 C en fermenteur Propagation Récolte de la biomasse Centrifugation Récolte de la biomasse après 4 heures de phase stationnaire Formulations Agents de charge Concentrations d antiagglomérant Formation des granules par extrusionsphéronisation Enrobage des granules Concentration d agent enrobant Agent d enrobage : Eudragit FS 30 D 30

31 Extrusion - spheronisation séchage en lit fluidisé: o Mélange: Biomasse Agent de charge : cellulose microcristalline 30% (p/p) Antiagglomérant : stéarate de Mg o Extrusion (filière 1,1 mm) o Spheronisation et séchage en lit fluidisé (T in = 30 C) Diam. : 0,5 à 1 mm Extrusion Viabilité résiduelle après séchage: 50 +/- 8% 31

32 Enrobage entérique: Microgranules de Lb. plantarum Echantillons Concentration initiale en cellules viables (UFC/ml) Concentration en cellules viables après désagrégation à ph 6.8 à 37 C (UFC/ml) Pâte de Lb. plantarum obtenue après centrifugation de la biomasse Microgranules Lb. plantarum formées par extrusion-sphéronisation Microgranules l intestin Lb. plantarum enrobées à l Eudragit FS 30D L enrobage confère aux microorganismes une excellente résistance à l acidité gastrique ainsi qu une désagrégation correcte des granules dans des conditions similaires à celles de Viabilité résiduelle après désagrégation: 66% 32

33 Remerciements Duynstee Céline Vandeville Anne-Catherine Bodo Elisabeth Tchonang Ponka Christelle Najjar Noura Tanimomo Jean 33

34 34

Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles

Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles Rudolf Kreuz Journée d information oenologique 16 janvier 2015 Lausanne Procédé

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Evaluation des compétences expérimentales Fiches techniques : DOSSIER TECHNIQUE - Fiche

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE «LIT FLUIDISE» Séchage - granulation - enrobage. S. VERRIER ed. 2007-1

LA TECHNOLOGIE «LIT FLUIDISE» Séchage - granulation - enrobage. S. VERRIER ed. 2007-1 LA TECHNOLOGIE «LIT FLUIDISE» Séchage - granulation - enrobage S. VERRIER ed. 2007-1 Technologie du lit fluidisé Principe du lit fluidisé Séchage Granulation Enrobage Sécurité Nettoyage Scale-Up Principe

Plus en détail

MENTIONS LEGALES COMMUNES COMPLETES. LACTEOL 340 mg, gélule LACTEOL 340 mg, poudre pour suspension buvable en sachet-dose

MENTIONS LEGALES COMMUNES COMPLETES. LACTEOL 340 mg, gélule LACTEOL 340 mg, poudre pour suspension buvable en sachet-dose LACTEOL 340 mg, gélule LACTEOL 340 mg, poudre pour suspension buvable en sachet-dose DENOMINATION LACTEOL 340 mg, gélule LACTEOL 340 mg, poudre pour suspension buvable en sachet-dose FORME PHARMACEUTIQUE

Plus en détail

L ingénierie des protéines : approche prometteuse pour le développement de nouveaux antimicrobiens

L ingénierie des protéines : approche prometteuse pour le développement de nouveaux antimicrobiens L ingénierie des protéines : approche prometteuse pour le développement de nouveaux antimicrobiens Ismail Fliss et Riadh Hammami Projet FQRNT-Équipe Équipe à l INAF: identification, caractérisation et

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Baccalauréat sciences et technologies de laboratoire Sujet zéro Option biotechnologies Évaluation des compétences expérimentales Contrôle de l

Plus en détail

F-78350 Les LOges en Josas(FR)

F-78350 Les LOges en Josas(FR) à Europàisches Patentamt European Patent Office Numéro de publication: 0 147 244 Office européen des brevets A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 84400661.9 Int. CI.4: A 61 K 9/54 A 61 K

Plus en détail

LALLEMAND ANIMAL NUTRITION

LALLEMAND ANIMAL NUTRITION LALLEMAND ANIMAL NUTRITION SPECIFIC SUCCESS * * Spécifique pour votre succès. www.lallemandanimalnutrition.com SPECIFIC SUCCESS Un chef de file mondial des levures et bactéries au service de l agriculture

Plus en détail

Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal

Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal Le directeur général Maisons-Alfort, le 22 mai 2015 Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal L Anses a été saisie le

Plus en détail

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système digestif

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système digestif Notes d'études secondaires Sciences et technologie 316 Le système digestif Nom: Prénom: Groupe: Date: Classification des nutriments: 1) Protéines (protéïdes ou protides) 2) Glucides : Sucres 3) Lipides

Plus en détail

Fiche de présentation 2.2.b

Fiche de présentation 2.2.b Fiche de présentation 2.2.b Classe : 1 ère Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 2 Sous-thème : 2.2 Chez l Homme, les aliments sont d abord digérés, puis les nutriments

Plus en détail

Modélisation mathématique de l'intestin grêle : un progrès nécessaire en nutrition animale et humaine

Modélisation mathématique de l'intestin grêle : un progrès nécessaire en nutrition animale et humaine Modélisation mathématique de l'intestin grêle : un progrès nécessaire en nutrition animale et humaine A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T Problématique et Objectifs

Plus en détail

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines - 3 - PEUPLEMENTS 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines Variabilité et rôle de la matière organique dissoute de différentes origines comme source nutritionnelle

Plus en détail

Prolibac. pour la dégradation biologique de toutes graisses animales et végétales. Felema GmbH

Prolibac. pour la dégradation biologique de toutes graisses animales et végétales. Felema GmbH Prolibac pour la dégradation biologique de toutes graisses animales et végétales Felema GmbH Bahnhofstrasse 12 CH-8712 Stäfa Switzerland www.felema.com Phone: +41 44 926 23 05 Fax: +41 55 254 00 59 e-mail:

Plus en détail

Lancement Libramed. Communication innovante pour le point de vente

Lancement Libramed. Communication innovante pour le point de vente La première ligne du marché italien* pour le traitement du surpoids et de l obésité. Dorénavant même en Belgique, avec un programme complet pour la nouvelle approche sanitaire à l épidémie du XXI ème siècle

Plus en détail

Technique sur lit fluidisé pour affinage de produit. Séchage, refroidissement, calcination, agglomération, granulation

Technique sur lit fluidisé pour affinage de produit. Séchage, refroidissement, calcination, agglomération, granulation Technique sur lit fluidisé pour affinage de produit Séchage, refroidissement, calcination, agglomération, granulation 2 I 3 Technique sur lit fluidisé Traitement produit précautionneux pour les marchandises

Plus en détail

Essai comparatif S.E.P. Elevage porcin. 1- Présentation générale

Essai comparatif S.E.P. Elevage porcin. 1- Présentation générale ELEVAGE PORCIN Essai comparatif S.E.P. Elevage porcin 1-1 ) Introduction : 1- Présentation générale Le souhait de Vitaleco, importateur Plocher en Espagne, est de développer son activité sur la péninsule

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Lundi 22 juin 2015 Coefficient de la sous-épreuve

Plus en détail

Développement de cultures bactériennes protectrices antifongiques pour améliorer la conservation des produits laitiers fermentés

Développement de cultures bactériennes protectrices antifongiques pour améliorer la conservation des produits laitiers fermentés Développement de cultures bactériennes protectrices antifongiques pour améliorer la conservation des produits laitiers fermentés Jean-Marc CHOBERT Yvan CHOISET INRA Angers Nantes, UR 1268 BIA Gen2Bio 2011

Plus en détail

Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique

Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique laboratoire de Chimie Industrielle - Génie des Procédés O. CHEDEVILLE, M. DEBACQ, C. PORTE Utilisation d un contacteur gaz / liquide type éjecteur tubulaire pour l ozonation de l acide p-coumarique Présentation

Plus en détail

UE 9U42 Génie industriel 2 Projet technique laitier en Anglais technique, Plans d expériences et de Mélanges Méthode six sigma

UE 9U42 Génie industriel 2 Projet technique laitier en Anglais technique, Plans d expériences et de Mélanges Méthode six sigma UE 9U41 Génie industriel 1 : Automatismes, régulation, gestion de production, simulation d embauche Responsable : Joël Scher Objectifs : Donner des bases de sciences de l ingénieur Contenu pédagogique

Plus en détail

Les Remplaçants. Pourquoi? Qui? Où? Comment?

Les Remplaçants. Pourquoi? Qui? Où? Comment? 1 Les Remplaçants Les Remplaçants Pourquoi? Qui? Où? Comment? Normes de confinement de laboratoire 4 Laboratoire de microbiologie Normes de confinement 2 5 Instruments 6 Bactéries pathogènes Staphylococcus

Plus en détail

La validation de barème des produits appertisés

La validation de barème des produits appertisés La validation de barème des produits appertisés Animée par Fabien AUPY Expert PCAM ( du CTCPA Centre Technique de la Conservation des Produits agricoles) UTICA, le 12 novembre 2013 Programme financé par

Plus en détail

Etude expérimentale du transport solide de grandes particules en conduite horizontale

Etude expérimentale du transport solide de grandes particules en conduite horizontale Etude expérimentale du transport solide de grandes particules en conduite horizontale F. Ravelet, A. Lemaire, F. Bakir Laboratoire DynFluid Arts et Métiers ParisTech Paris FRANCE 28 août 2011 DynFluid

Plus en détail

Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit

Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit Catherine DENIS ADRIA Normandie Dominique THUAULT ADRIA Développement Bacillus cereus

Plus en détail

Partiel de Microbiologie L2

Partiel de Microbiologie L2 Partiel de Microbiologie L2 mai 2013 Exercice 1. Comparer la composition chimique, la structure, et la fonction des pili et des flagelles chez les bactéries (2 pts) Structure Composition chimique Structure

Plus en détail

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres.

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres. 1. Objet E.II.4.V1 DOSAGE DES CYANURES TOTAUX ET LIBRES : MÉTHODES D ANALYSE EN FLUX CONTINU Cette procédure a pour objet la détermination de la teneur en cyanures libres, en cyanures non oxydables au

Plus en détail

Les vitamines. Définition. Classification et fonction

Les vitamines. Définition. Classification et fonction Les vitamines Définition Les vitamines sont des nutriments organiques essentiels qui, contrairement à d autres nutriments (glucides, lipides, protéines), n apportent ni énergie ni éléments de croissance.

Plus en détail

Elaboré par Juvénal TURATSINZE www.africa-do-business.com. Profil de Projet : Mini-laiterie: production de lait pasteurisé et caillé, fromage, yaourt

Elaboré par Juvénal TURATSINZE www.africa-do-business.com. Profil de Projet : Mini-laiterie: production de lait pasteurisé et caillé, fromage, yaourt Profil de Projet : Mini-laiterie: production de lait pasteurisé et caillé, fromage, yaourt 1. Une description du projet Le projet consiste à l installation d une laiterie pour la production de lait pasteurisé,

Plus en détail

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination de l azote nitreux dans l eau

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe

Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe Brice MINVIELLE Yannick RUGRAFF L e problème des opérations de nettoyage et de désinfection

Plus en détail

A/ Chaque série d affirmations peut comporter une ou plusieurs réponse (s) exacte(s). Repérer les affirmations correctes: (0.

A/ Chaque série d affirmations peut comporter une ou plusieurs réponse (s) exacte(s). Repérer les affirmations correctes: (0. «NB. Pour la correction et les notes, contacter le site web: svt-mounir.sitew.com» EXERCIE N O 1: A/ Chaque série d affirmations peut comporter une ou plusieurs réponse (s) exacte(s). Repérer les affirmations

Plus en détail

La congélation des produits modifie-t-elle les résultats d analyses microbiologiques?

La congélation des produits modifie-t-elle les résultats d analyses microbiologiques? ÉTUDES La congélation des produits modifie-t-elle les résultats d analyses microbiologiques? PASCAL GARRY CTSCCV, 7 avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort Cedex Laboratoire de microbiologie

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Marie-Françoise AMON INRA Qualité des protéines et valeur pastière Les caractéristiques du blé dur pour la fabrication des pâtes alimentaires o Grain très dur et vitreux (pour la production de semoules)

Plus en détail

Documents de travail Lycée Senghor Evreux - http://biotech.spip.ac-rouen.fr 1

Documents de travail Lycée Senghor Evreux - http://biotech.spip.ac-rouen.fr 1 T BTK AT de biotechnologies Analyses et contrôles sur le lait cru Contexte : Le lait cru, ou lait de ferme, est un lait animal (le plus souvent de vache) non transformé qui conserve donc toutes ses qualités

Plus en détail

Suivi en ligne et pilotage de la fermentation. Jean-Marie Sablayrolles INRA, UMR Sciences pour l Œnologie Sandra Vijou D Wine - Vivelys

Suivi en ligne et pilotage de la fermentation. Jean-Marie Sablayrolles INRA, UMR Sciences pour l Œnologie Sandra Vijou D Wine - Vivelys Suivi en ligne et pilotage de la fermentation Jean-Marie Sablayrolles INRA, UMR Sciences pour l Œnologie Sandra Vijou D Wine - Vivelys Optimiser le contrôle de la fermentation : un challenge difficile

Plus en détail

Fractionnement du lait Eco-efficacité des opérations membranaires

Fractionnement du lait Eco-efficacité des opérations membranaires Fractionnement du lait Eco-efficacité des opérations membranaires Geneviève Gésan-Guiziou UMR1253 Science et Technologie du Lait et de l œuf INRA Agrocampus Ouest Rennes 1 Académie de l Agriculture, Séance

Plus en détail

Domaine général de formation : Environnement et consommation Axe de développement : Utilisation responsable de biens et de services

Domaine général de formation : Environnement et consommation Axe de développement : Utilisation responsable de biens et de services LIENS AVEC LE PROGRAMME DE FORMATION DE L ÉCOLE QUÉBÉCOISE AGROALIMENTAIRE LA TRANSFORMATION DU LAIT EN FROMAGE Domaine général de : Environnement et consommation Axe de développement : Utilisation responsable

Plus en détail

A L I M E N T A T I O N

A L I M E N T A T I O N www.pep.chambagri.fr Dossier : Raisonner l alimentation des chèvres laitières, les principes de base L M E O Favoriser au maximum l ingestion des fourrages grossiers 1- La part des fourrages doit représenter

Plus en détail

Microbiologie Biologie des micro-organismes

Microbiologie Biologie des micro-organismes Microbiologie Biologie des micro-organismes 7bactéries procaryotes "avant le noyau" 2 groupes taxonomiques de procaryotes eubactries archobactries 7levures, moisissures, champignons (mycètes) 7algues 7protozoaires

Plus en détail

Nos métiers. EVIALIS et le Porc. Un des premiers Centres de Recherche d Europe. Un laboratoire d analyses pour des réponses ciblées

Nos métiers. EVIALIS et le Porc. Un des premiers Centres de Recherche d Europe. Un laboratoire d analyses pour des réponses ciblées Merilis Porcilis Nos métiers Un des premiers Centres de Recherche d Europe Le centre de recherche EVIALIS, avec ses réseaux d élevages témoins et ses partenaires extérieurs, étudie les besoins nutritionnels

Plus en détail

Equilibres microbiens dans les Elevages

Equilibres microbiens dans les Elevages Equilibres microbiens dans les Elevages Tech&Bio Juin 2012 Gilles GROSMOND - Vétérinaire HIPPOLAB La vie sur la terre Apparition de l UNIVERS 13,7 Ga Apparition de la TERRE 5 Ga Apparition de la VIE Autoduplication

Plus en détail

VIKALEX TECHNOLOGIES 2013. Solutions adaptées pour laboratoires

VIKALEX TECHNOLOGIES 2013. Solutions adaptées pour laboratoires VIKALEX TECHNOLOGIES 2013 Solutions adaptées pour laboratoires SOMMAIRE VIKALEX Technologies vous propose une gamme d automates et de passeurs dédiés aux laboratoires d analyse, ainsi qu une gamme de produits

Plus en détail

Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié

Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié le 26 / 10/ 2007 Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge Développement des fonctions digestives Besoins du

Plus en détail

DIGESTION LICENCE 2 STAPS Document d accompagnement LA DIGESTION

DIGESTION LICENCE 2 STAPS Document d accompagnement LA DIGESTION LA DIGESTION INTRODUCTION 1. PROCESSUS DIGESTIFS 1.1. Ingestion 1.2. Propulsion 1.3. Digestion mécanique 1.4. Digestion chimique 1.5. L assimilation 1.6. Défécation 2. ASPECT GENERAUX DU SYSTEME DIGESTIF

Plus en détail

VRAI ou FAUX? De l eau, des eaux, quelles différences?

VRAI ou FAUX? De l eau, des eaux, quelles différences? VRAI ou? De l eau, des eaux, quelles différences? Sur les eaux minérales naturelles et les eaux de source Eau minérale naturelle, eau de source, eau de distribution Toutes les eaux apportent le nutriment

Plus en détail

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti L eau dans le processus de lavagedésinfection et de stérilisation: conditions de mesure des paramètres 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti Les normes Normes sur l eau purifiée (pharma, laboratoire,

Plus en détail

PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule Les évolutions des biotechnologies dans les domaines de l environnement, de la santé, de

Plus en détail

EVALUATION DU NIVEAU D ASEPSIE LORS DE LA MÉDICAMENTS INJECTABLES EN UNITÉ DE SOINS

EVALUATION DU NIVEAU D ASEPSIE LORS DE LA MÉDICAMENTS INJECTABLES EN UNITÉ DE SOINS EVALUATION DU NIVEAU D ASEPSIE LORS DE LA PRÉPARATION ET DE LA RECONSTITUTION DE MÉDICAMENTS INJECTABLES EN UNITÉ DE SOINS Maîtrise Universitaire en Pharmacie Travail Personnel de Recherche Présenté à

Plus en détail

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines 1.Isolement des protéines A. Choix d une source de protéines B. Techniques de solubilisation C. Stabilisation des protéines D. Détection des protéines E.

Plus en détail

Cyril Iaconelli Doctorant. Directeurs de thèse : Pr Patrick Gervais/ Pr Laurent Beney.

Cyril Iaconelli Doctorant. Directeurs de thèse : Pr Patrick Gervais/ Pr Laurent Beney. 1 Cyril Iaconelli Doctorant Directeurs de thèse : Pr Patrick Gervais/ Pr Laurent Beney. 1 Introduction au projet F.PARIS - Un microbiote, des probiotiques - Présentation de Faecalibacterium prausnitzii

Plus en détail

Article Insulib. Vers une nouvelle approche thérapeutique du diabète : l administration de l insuline par voie orale

Article Insulib. Vers une nouvelle approche thérapeutique du diabète : l administration de l insuline par voie orale Article Insulib Vers une nouvelle approche thérapeutique du diabète : l administration de l insuline par voie orale Le diabète et les chiffres Le diabète est une maladie dont l essor ne cesse de croître

Plus en détail

(bicarbonates ) et CO 3

(bicarbonates ) et CO 3 2/ Les eaux gazeuses LE SYSTÈME CARBONATE est l'ensemble formé par trois types de composés chimiques, qui sont : - dans l'atmosphère : le gaz carbonique (CO2) ; - dans l'eau : les composés de l'acide carbonique

Plus en détail

CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies

CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies Page 1 Référentiel de compétences 2 2 Passerelles avec les autres CQP 6 3 Indications sur le référentiel de formation 7 4 - Mise en relation des

Plus en détail

Aliments : Matières solides ou liquides d origines animales et végétales que l on ingère.

Aliments : Matières solides ou liquides d origines animales et végétales que l on ingère. 2. Les Aliments Lire p.71 2 définitions: Aliments : Matières solides ou liquides d origines animales et végétales que l on ingère. Nutriments (aliments simples): Substances nutritives contenues dans les

Plus en détail

3M Petrifilm. Tests d analyses microbiologiques prêts à l emploi. Contrôles. qualité. optimisés

3M Petrifilm. Tests d analyses microbiologiques prêts à l emploi. Contrôles. qualité. optimisés 3M Petrifilm Tests d analyses microbiologiques prêts à l emploi Contrôles qualité optimisés 3 Tests 3M Petrifilm Une technologie unique d analyses microbiologiques prêtes à l emploi Des marchés de plus

Plus en détail

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Modules d'enseignements de Chimie M3303 : Techniques Spectroscopiques (Johan Alauzun S3) M4104 : Analyses Électrochimiques (Olivier Fontaine fin S3) et

Plus en détail

Apports du génie des procédés pour lever des verrous liés à l'extraction, purification et transformation des protéines d'agro-ressources végétales

Apports du génie des procédés pour lever des verrous liés à l'extraction, purification et transformation des protéines d'agro-ressources végétales Apports du génie des procédés pour lever des verrous liés à l'extraction, purification et transformation des protéines d'agro-ressources végétales Romain KAPEL L.R.G.P.- U.M.R. C.N.R.S. 7274 Université

Plus en détail

ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE

ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE MERIAL ANGERS 2001 ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE Philippe BENOIT Clinique Equine 78610 LES BREVIAIRES DU POULAIN AU CHEVAL ATHLETE Caractèristiques du cheval athlète. Sujets à des efforts variés. Court

Plus en détail

EXPOITATION PEDAGOGIQUE DE TRAVAUX PRATIQUES

EXPOITATION PEDAGOGIQUE DE TRAVAUX PRATIQUES EPREUVE PRATIQUE ET ORALE D ADMISSION SESSION : 2004 EXPOITATION PEDAGOGIQUE DE TRAVAUX PRATIQUES Durée : 8 heures Coefficient : 2 - Travaux pratiques de biochimie, durée 3h, coefficient 0.5 - Travaux

Plus en détail

Les préparations ophtalmiques

Les préparations ophtalmiques Les préparations ophtalmiques Pharmacie galénique Objectifs Définir les. Connaître les critères de qualité de ces préparations. Distinguer entre les différentes formes de ces préparations, leurs spécificités

Plus en détail

Factsheet Qu est-ce que le yogourt?

Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Description du produit: Le yogourt est un produit laitier acidulé de consistance plus ou moins épaisse. Le yogourt est fabriqué grâce à la fermentation du lait par les

Plus en détail

Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques

Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques MAS DE PHARMACIE HOSPITALIERE PREPARATION DES MEDICAMENTS PARENTERAUX A L HOPITAL Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques F. Sadeghipour : 10 avril 2014 1 2 Constat Les pharmacies

Plus en détail

L alimentation solide du porcelet sous la mère : chassons quelques idées reçues

L alimentation solide du porcelet sous la mère : chassons quelques idées reçues L alimentation solide du porcelet sous la mère : chassons quelques idées reçues C est un sujet de débat récurrent entre les stagiaires lors du cours d alimentation : tandis que certains soutiennent que

Plus en détail

GESTION D UNE SALLE BLANCHE. Par Sylvain Triquet

GESTION D UNE SALLE BLANCHE. Par Sylvain Triquet GESTION D UNE SALLE BLANCHE Par Sylvain Triquet Le 13/11/2007 Les outils pour maîtriser l'analyse de traces Salles blanches Hottes de soufflage à flux laminaire Filtres dit absolus (99,99..% arrêté) Lit

Plus en détail

Structures lattices fabriquées par EBM

Structures lattices fabriquées par EBM Structures lattices fabriquées par EBM Journées «La métallurgie en fabrication additive» 18 & 19 novembre 2015 Guilhem MARTIN M. Suard, R. Dendievel, J.J. Blandin Enseignant-Chercheur guilhem.martin@simap.grenoble-inp.fr

Plus en détail

LA PRÉPARATION DES FILMS

LA PRÉPARATION DES FILMS Fiche n 2 ECO-Guide MÉTIERS DE L IMPRIMERIE LA PRÉPARATION DES FILMS L envers du décor La phase de préparation des films reste identique quel que soit le procédé d'impression utilisé par la suite. La technique

Plus en détail

Suppléments ou compléments alimentaires?

Suppléments ou compléments alimentaires? Suppléments ou compléments alimentaires? 1 Supplémenter c est ajouter «en plus» Complémenter c est ajouter «à la place de» Quel est l intérêt de complémenter ou de supplémenter? L équilibre alimentaire

Plus en détail

I) CLASSIFICATION DES PROTIDES. 1) Constitution des protides. A partir du document 1, nommer l élément de base qui constitue les protéines.

I) CLASSIFICATION DES PROTIDES. 1) Constitution des protides. A partir du document 1, nommer l élément de base qui constitue les protéines. L E S P R O T I D E S Introduction : Aliments source de protides? Les protides sont trouvés principalement dans deux groupes d aliments : les viandes, poissons et œufs les légumes secs (lentilles, haricots

Plus en détail

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Agro-Bio Tech Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Frank Delvigne (Ulg GxABT) Exploitation industrielle des micro organismes : biotechnologies

Plus en détail

Rhéologie des Poudres. Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR

Rhéologie des Poudres. Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR Rhéologie des Poudres Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR Les poudres sont partout et représentent un défi Travailler avec de la poudre peut s avérer difficile, particulièrement

Plus en détail

Systèmes et procédés pour l industrie pharmaceutique LÖDIGE ALWAYS THE RIGHT MIX

Systèmes et procédés pour l industrie pharmaceutique LÖDIGE ALWAYS THE RIGHT MIX Systèmes et procédés pour l industrie pharmaceutique LÖDIGE ALWAYS THE RIGHT MIX >>>>>>>>>>>>> Pesage

Plus en détail

Présenté par J-L. Böhm Equipe de Recherche en Physico-Chimie et Biotechnologies (ERPCB) EA 3914

Présenté par J-L. Böhm Equipe de Recherche en Physico-Chimie et Biotechnologies (ERPCB) EA 3914 BIORÉACTEUR A MEMBRANE ASSOCIANT UN LIT FIXÉ ANAÉROBIE ET UNE UNITÉ D ULTRAFILTRATION Études de laboratoire financées par Ademe et Région Basse-Normandie Étude sur pilote industriel financée par Oseo ANVAR

Plus en détail

La LIBS et l analyse de process

La LIBS et l analyse de process La LIBS et l analyse de process François Fariaut Elisabeth Bouriah-Coindre Ali Fortas IVEA : 9 rue Raoul Dautry - escalier C - 91190 Gif sur Yvette 1 Plan 1. Introduction 2. Différentes techniques d analyse

Plus en détail

INFORMATIONS TECHNIQUE QN 2013

INFORMATIONS TECHNIQUE QN 2013 INFORMATIONS TECHNIQUE QN 2013 Systèmes de refroidissement CALDYN Apparatebau GmbH PRINCIPE Les installations de refroidissement utilisent des appareils d atomisation pour générer de fines gouttelettes

Plus en détail

Merck Serono Biotech Center

Merck Serono Biotech Center Merck Serono Biotech Center Merck Serono Merck Serono est la division spécialisée dans les médicaments de prescription innovants de Merck KGaA, un groupe pharmaceutique et chimique mondial. Merck Serono,

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

MilkoScan FT1 Standardisation du lait avec détection intégrée des adultérants. Dedicated Analytical Solutions

MilkoScan FT1 Standardisation du lait avec détection intégrée des adultérants. Dedicated Analytical Solutions MilkoScan FT1 Standardisation du lait avec détection intégrée des adultérants L analyseur MilkoScan FT1 est dédié à l analyse des laits en production. Il vous permet de contrôler et de standardiser les

Plus en détail

Analyse des PBDE dans les biotes marins

Analyse des PBDE dans les biotes marins Analyse des PBDE dans les biotes marins Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Norme française et/ou européenne dont est tirée la méthode Niveau de validation

Plus en détail

Préparation et réalisation de réactions de séquence (Quick Start Kit, Beckman Coulter)

Préparation et réalisation de réactions de séquence (Quick Start Kit, Beckman Coulter) MODE OPERATOIRE Code : SSG / 001 UMR 1229 MGS Microbiologie et Géochimie des Sols 17 rue Sully BP86510 21065 Dijon Cedex Rédigé par : D. Bru Préparation et réalisation de réactions de séquence (Quick Start

Plus en détail

ROULEAUX 5-6 Rouleau Métallique RM Rouleau Amortisseur RA Rouleau Décrasseur à Disques RLD Rouleau Décrasseur à manchon RLT Rouleau Décrasseur à manchons RLT Rouleau Décrasseur Hélicoïdal RLH Rouleau Guide

Plus en détail

Manutention de carton ondulé les avantages d'une régulation de pression optimisée sur les pompes à vide pneumatiques

Manutention de carton ondulé les avantages d'une régulation de pression optimisée sur les pompes à vide pneumatiques Manutention de carton ondulé les avantages d'une régulation de pression optimisée sur les pompes à vide pneumatiques La meilleure méthode pour prendre et manutentionner du carton ondulé ou des caisses

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 25 juillet 2012 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à «une demande d'autorisation d'essais

Plus en détail

L APPAREIL DIGESTIF (suite)

L APPAREIL DIGESTIF (suite) BOYER Judith le 19.10.10 CHALOPIN Amélie Physio Karine MAHEO L APPAREIL DIGESTIF (suite) IV. L estomac (suite) 1. Motilité (suite) Les facteurs qui augmentent la force des contractions gastriques sont

Plus en détail

Chariot Scientifique. Convertissez votre salle de classe en laboratoire scientifique et informatique

Chariot Scientifique. Convertissez votre salle de classe en laboratoire scientifique et informatique Chariot Scientifique Convertissez votre salle de classe en laboratoire scientifique et informatique Un laboratoire mobile autonome pour l enseignement des sciences et de l informatique, adapté à votre

Plus en détail

Dynamique d évolution de la flore microbienne dans les fromages

Dynamique d évolution de la flore microbienne dans les fromages Dynamique d évolution de la flore microbienne dans les fromages Colloque Flores microbiennes d intérêt dans les Procédés Alimentaires et la Santé Christine Achilleos Dijon - 07 / 10 / 2014 Le fromage,

Plus en détail

Procédés. f f Procédés de séparation... p. 73 à 75

Procédés. f f Procédés de séparation... p. 73 à 75 Procédés f f Procédés de séparation... p. 73 à 75 fformations f intra-entreprise... p. 77 Avec l ADVANCED CERTIFICATE en Distillation sur Simulateur Élargissez votre champ de compétences en : Analyse

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

Fournisseur de Solutions Globales Pour vos Filtrations et périphériques associés

Fournisseur de Solutions Globales Pour vos Filtrations et périphériques associés Fournisseur de Solutions Globales Pour vos Filtrations et périphériques associés Le Groupe Sartorius Grâce à la diversification de ses activités et à la mise au point de nouvelles technologies, Sartorius

Plus en détail

TRAITEMENT BIOLOGIQUE

TRAITEMENT BIOLOGIQUE Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail

Philippe Girardon Formation externe

Philippe Girardon Formation externe Philippe Girardon 1 I.1. Introduction-Contexte Le Conditionnement sous Atmosphère Modifiée qu est-ce que c est? Mélange gazeux Produit Emballage Les attentes du consommateurs concernant les produits alimentaires

Plus en détail

EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES

EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES METHODES CHROMATOGRAPHIQUES. METHODES ELECTROPHORETIQUES. DOSAGES SPECIFIQUES. CHROMATOGRAPHIE SUR PAPIER. CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE. CHROMATOGRAPHIE

Plus en détail

Chimie et Sciences des Matériaux

Chimie et Sciences des Matériaux 25/11/2014 Chimie et Sciences des Matériaux Programme 2014-2015 Faculté des Sciences Appliquées Qu est-ce qu une usine chimique? Installation de production à grande échelle de produits et/ou de matériaux

Plus en détail

ALIMENTATION DE L ENFANT DE 0 à 2 ANS

ALIMENTATION DE L ENFANT DE 0 à 2 ANS ALIMENTATION DE L ENFANT DE 0 à 2 ANS N.Billaud Dec 2007 Alimentation de 0 à 2 ans Alimentation des premiers mois Apports exclusivement (6 mois), puis principalement lactés Importance de la qualité de

Plus en détail

LA PURIFICATION DANS LE LABORATOIRE DE SYNTHÈSE

LA PURIFICATION DANS LE LABORATOIRE DE SYNTHÈSE LA PURIFICATION DANS LE LABORATOIRE DE SYNTHÈSE CHANTAL ZEDDE SERVICE HPLC SPCMIB/ICT/PICT TOULOUSE III QUEL MOYEN D ÉVALUATION? Chromatographie sur couche mince Rapide à mettre en œuvre Faible coût Insuffisant

Plus en détail

BTS Qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries SCIENCES DES ALIMENTS 2000 : ÉTUDE DE LA FABRICATION DES PÂTES ALIMENTAIRES

BTS Qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries SCIENCES DES ALIMENTS 2000 : ÉTUDE DE LA FABRICATION DES PÂTES ALIMENTAIRES BTS Qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries SCIENCES DES ALIMENTS 2000 : ÉTUDE DE LA FABRICATION DES PÂTES ALIMENTAIRES Produit alimentaire traditionnel, les pâtes alimentaires ont

Plus en détail

Atelier de Micronutri.on

Atelier de Micronutri.on Atelier de Micronutri.on Docteur Astrid Duval- Goetgheluck Médecine morphologique et an.- âge Nutri.on tel: 06 11 09 26 54 PROBIOTIQUES PREBIOTIQUES SYMBIOTIQUES PROBIOTIQUES 2001 : comité d experts FAO/OMS

Plus en détail