Processus du G20. Sommet Bancaire Francophone Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Processus du G20. Sommet Bancaire Francophone 2011. Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l Autorité de Contrôle Prudentiel"

Transcription

1 Sommet Bancaire Francophone 2011 Bâle 3 et nouvelles règles prudentielles Processus du G20 Banque 04/03/2011 de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l Autorité de Contrôle Prudentiel

2 Bâle 3 : des exigences prudentielles rehaussées pour renforcer la résilience du système financier Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations du Conseil de Stabilité Financière qui ont été adoptées par le G20, le Comité de Bâle a engagé des travaux majeurs qui ont rapidement abouti à la publication de propositions p visant à renforcer la résilience du système financier. Ces travaux ont porté à la fois sur : le renforcement des exigences quantitatives : relèvement des exigences en termes de solvabilité, définition de normes harmonisées sur la liquidité des institutions bancaires et leur exposition au risque de transformation, limitation de l effet de levier ; le renforcement des exigences qualitatives au travers de la gouvernance et du contrôle interne des banques. Les accords de «Bâle 3» prévoient une mise en place progressive de ces nouvelles normes prudentielles. Au 1er janvier 2019, la nouvelle réglementation devra produire ses pleins effets. En Europe, les propositions du Comité de Bâle sont progressivement adoptées par le Parlement, puis déclinées en directives dont la première (CRD2) est entrée en vigueur dès le 31 décembre Banque de France Autorité Secrétariat de Contrôle général Prudentiel la Commission bancaire 2

3 Les nouvelles règles du Comité de Bâle renforcent notablement les exigences en termes de solvabilité. Le Comité de Bâle a tout d abord relevé le niveau des ratios de solvabilité : sur fonds propres de base «durs» (Common Equity Tier 1ouCET1)de2%à4,5% des risques nets pondérés (RWA) sur fonds propres de base (Tier one) de 4 % à 6 % L exigence globale de solvabilité, calculée sur les fonds propres globaux, reste fixée à 8 %. Des «coussins de sécurité» complémentaires sont prévus : 3

4 Tout aussi importante que la quantité, la qualité des fonds propres. La part du «Common Equity Tier 1» (ou plus communément «Core Tier 1») devra être majoritaire dans les fonds propres réglementaires % Capital plus élevé 8 Capital de 2% meilleure 6 Tier 2 4% qualité Other Tier 1 4 7% Common Equity 2 0 2% 4.5% Basel II Basel III Basel III minimum + conservation buffer conservation buffer (+ 250 pb en CET1) : mise en place progressive entre 2016 à

5 Un impact significatif mais gérable pour les banques Si le ratio de 7% de CET1 (incluant le coussin de conservation du capital de 2,5%) avait été en vigueur fin 2009, la dernière étude d impact du Comité de Bâle évalue à 577GEUR le besoin supplémentaire en fonds propres de base durs (CET) pour l échantillon des banques du groupe 1 (càd les banques ayant un montant de fonds propres Tier 1 supérieur à 3GEUR). Mais, à titre de référence, le montant agrégé des résultats nets après impôts et avant dividendes s établissait à 209 GEUR en 2009 pour cet échantillon de grandes banques. Besoin en fonds propres de base durs (Échantillon des banques du groupe 1 du QIS5) 577 GEUR 7,0% 165 GEUR 4,5% Source : Comité de Bâle 5

6 Un impact significatif mais gérable pour les banques 11,1%*** 10.5% 5.7% 6.3% 14.0% 8.4% Ratio CET1 Ratio Tier 1 Ratio Total capital Situation fin 2009, toutes choses égales par ailleurs Sources : Comité de Bâle Actuel Bâle Numérateur : Les nouvelles définitions des éléments déductibles des fonds propres et l application de filtres prudentiels uniforme entre les différents pays aboutissent à : - Une baisse de 41,3% en moyenne du montant des fonds propres CET1 - Une baisse de 26,8% en moyenne du montant total des fonds propres Dénominateur : Le durcissement des pondérations des risques conduit à une augmentation de 23% des risques pondérés dont : +7,6% au titre des risques de contrepartie +6% au titre des changements de définition du capital +5,1% au titre de l Incremental Risk Charge et du traitement des titrisations en portefeuille de négociation Périmètre : Banques avec Tier 1 > 3 GEUR et activité diversifiée et internationale (échantillon : 74 banques) *** Données sans déductions (reprise des seuls éléments actions et réserves) 6

7 Les risques de liquidité et de transformation seront encadrés par des normes quantitatives harmonisées, en plus des normes qualitatives. Cette idée n est pas nouvelle en France : une réglementation relative à la liquidité des établissements de crédit fonctionne depuis plus de 20 ans et une nouvelle version, revue à l aune de la crise, est entrée en vigueur le 30 juin Mais peu de pays disposaient de règles équivalentes. L harmonisation au niveau international de la surveillance du risque de liquidité constitue une incontestable avancée Les risques de liquidité et de transformation, qui ont pu être largement sous- estimés pendant la crise, vont être encadrés par des normes quantitatives : un ratio de liquidité à un mois (ou Liquidity Coverage Ratio LCR) ; un ratio de transformation à un an (ou Net Stable Funding Ratio NSFR). 7

8 Le Comité de Bâle a souhaité compléter les exigences de solvabilité par la mise en place d un ratio d endettement ou «leverage ratio». Cette mesure «simple», qui rapporte le montant des fonds propres de base (tier one) à celui des expositions brutes de bilan et de hors bilan, sans tenir compte de leur niveau de risque, vise à limiter l effet de levier des banques. Les banques devront calculer ce ratio à compter du 1 er janvier 2013, en publier le niveau à compter du 1 er janvier 2015 et en respecter le seuil minimum à compter du 1 er janvier

9 Une mise en œuvre progressive de Bâle III Ratio de levier Nouveau minimum CET Supervisory Monitoring i Pilier 2 (+ publication 2015) Pilier 1? 3,5 % 4 % 4,5 % 5,125 % 5,75 % 6,375% 7 % 7 % dont ratio CET 3,5% 4,0% 4,5% dont conservation buffer 0,625% 1,25% 1,875% 2,5% 2,5% Phase -in déductions - 20% 40% 60% 80% 100% Tier 1 minimum 4,5% 5,5% 6,0% Total capital 8,0% LCR Monitoring Pilier 1 NSFR Monitoring Pilier 1 9

10 Le renforcement des exigences qualitatives La Gouvernance de certaines banques a souffert de plusieurs imperfections qui les ont conduites à adopter des comportements excessivement risqués. La réflexion s est engagée sur les moyens de corriger ces insuffisances : Le Comité de Bâle a publié le 4 octobre dernier ses «Principes pour renforcer la gouvernance d entreprise» («Principles for enhancing corporate governance»), qui complètent ceux qu il avait publiés en 2006 ; Le 13 octobre dernier, le CEBS a engagé une consultation en vue de la révision de ses «guidelines on internal governance», qui doivent transposer les principes du Comité de Bâle ; En France, l autorité réglementaire a complété le règlement sur le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement, qui prend d ores et déjà encompte plusieurs préoccupations p du Comité de Bâle (rémunérations, suivi des risques, etc.). Les nouveaux principes du Comité de Bâle s articulent autour de trois thèmes : L organe délibérant des banques doit être impliqué ; La gestion des risques doit être renforcée ; La gouvernance doit être régulièrement évaluée par les superviseurs. 10

11 Conclusions : Un vaste mouvement de réforme de la régulation qui doit encore se poursuivre dans de nombreux domaines : Identification et supervision des institutions systémiques Encadrement des marchés d instruments dérivés, notamment sur instruments de dette (CDS) et sur matières premières, en favorisant le recours à des contreparties centrales (chambres de compensation) Révision de la directive sur les marchés d instruments financiers (MIFID) Lutte contre les paradis fiscaux Des risques persistants ou émergents pour la stabilité financière qui nécessitent une vigilance stricte sur la situation financière des acteurs : Dettes souveraines Déséquilibres internationaux et coordination des politiques macroéconomiques Évolutions technologiques : trading algorithmique / à haute fréquence Banque de France Autorité Secrétariat de Contrôle général Prudentiel la Commission bancaire 11

Bâle III : les impacts à anticiper

Bâle III : les impacts à anticiper FINANCIAL SERVICES Bâle III : les impacts à anticiper Mars 2011 2 Bâle III Bâle III 3 1. Contexte Bâle III a été entériné en novembre 2010 lors du sommet du G20 de Séoul. De nouvelles règles annoncées

Plus en détail

En route vers Bâle III

En route vers Bâle III Sommaire Rappel de la réglementation Bâle II Un contexte de crise Présentation de la réforme Le volet liquidité Exemples d interventions Rappel de la réglementation Bâle II 3 piliers Pilier I : l'exigence

Plus en détail

Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements

Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la European Institute of Financial Regulation Paris Matinale EIFR du 17 mai 2010 Danièle NOUY Secrétaire Général de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

PArtiCiPAtion à l évolution du CAdre réglementaire

PArtiCiPAtion à l évolution du CAdre réglementaire Sommaire 84 1 / Les travaux internationaux et européens 95 2 / La poursuite de la refonte des normes comptables 99 3 / La veille réglementaire au niveau national : l adaptation du cadre législatif et réglementaire

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

Les exigences de Fonds Propres 6 Les exigences de Liquidité 9. Les impacts financiers 11 Les impacts sur le métier 13

Les exigences de Fonds Propres 6 Les exigences de Liquidité 9. Les impacts financiers 11 Les impacts sur le métier 13 Sommaire 1 Vue d ensemble des évolutions réglementaires prudentielles Rappel des évolutions de la réglementation Bâloise 2 Bâle 2, les limites d un dispositif éprouvé par la crise 4 De Bâle 2 à Bâle 3,

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

B. Réglementation prudentielle

B. Réglementation prudentielle B. Réglementation prudentielle 1. Introduction Au cours de l année sous revue, les travaux sur la réforme du cadre réglementaire prudentiel se sont poursuivis. La transposition des mesures en droits belge

Plus en détail

Capital Requirement Regulation

Capital Requirement Regulation Capital Requirement Regulation Sommaire du règlement UE n 575/2013 Exigences prudentielles applicables aux établissements de crédit et entreprises d investissement La directive CRD IV et le règlement

Plus en détail

BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires

BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires Juillet 2011 Conseil opérationnel en stratégie et management Etude réalisée sous la direction de Yoni Elmalem, responsable

Plus en détail

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF ASFFOR le 13 février 2014 1 Introduction L arrêté du 23 décembre 2013 relatif au régime prudentiel des sociétés de financement a donné à l

Plus en détail

Discours de M. Bruno SALMON, Président de l ASF, à l occasion de l Assemblée Générale du 7 juin 2011

Discours de M. Bruno SALMON, Président de l ASF, à l occasion de l Assemblée Générale du 7 juin 2011 Discours de M. Bruno SALMON, Président de l ASF, à l occasion de l Assemblée Générale du 7 juin 2011 Madame, Je vous remercie très sincèrement d avoir répondu à notre invitation et d être venue à la rencontre

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

Présentation effectuée dans le cadre du plan académique de formation (PAF) proposé par les inspecteurs d académie.

Présentation effectuée dans le cadre du plan académique de formation (PAF) proposé par les inspecteurs d académie. Présentation effectuée dans le cadre du plan académique de formation (PAF) proposé par les inspecteurs d académie. Journées de conférences organisées par le programme de formation des enseignants d économie

Plus en détail

Quel avenir pour le modèle français de banque universelle?

Quel avenir pour le modèle français de banque universelle? Quel avenir pour le modèle français de banque universelle? Université de Bordeaux Cette présentation a bénéficié des contributions d Anthony Bousquet et Céline Joséphine de la Direction des études du SGACP.

Plus en détail

SF ou ECS: quel statut choisir? Le nouveau cadre prudentiel

SF ou ECS: quel statut choisir? Le nouveau cadre prudentiel SF ou ECS: quel statut choisir? Le nouveau cadre prudentiel ASFFOR - 13 février 2014 1 Sommaire 1. Le nouveau statut de société de financement 1. La transition 2. Les conséquences 2. Les exigences prudentielles

Plus en détail

Olivier de Bandt Frangoise Drumetz. Christian Pfister. Preface de Jean Tirole

Olivier de Bandt Frangoise Drumetz. Christian Pfister. Preface de Jean Tirole Stabilste financiere Olivier de Bandt Frangoise Drumetz Christian Pfister Preface de Jean Tirole ^ ECONOMIQUES CO W Ö H w > o de boeck TABLE DES MATIERES Remerciements 5 Preface 7 Introduction 11 Partie

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation Danièle NOUY, Secrétaire général de l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise Conférence PRMIA Revue Fondamentale du Trading Book Quel trading pour les années à venir Paris,

Plus en détail

L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture

L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture Université d Orléans Laboratoire d Économie d Orléans Master 2 Finances L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES RISQUES

OBSERVATOIRE DES RISQUES OBSERVATOIRE DES RISQUES INEUM Kurt Salmon Newsletter de l Observatoire des Risques Novembre 2011 l Observatoire des Risques Edito Les risques sont à l honneur en cette deuxième partie de l année avec

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original.

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

FinAfrique Research. L impact des réglementations internationales BÂLE I, II & III sur le système bancaire africain

FinAfrique Research. L impact des réglementations internationales BÂLE I, II & III sur le système bancaire africain FinAfrique Research Vous présente : L impact des réglementations internationales BÂLE I, II & III sur le système bancaire africain Idrissa COULIBALY Directeur Associé en Charge de l Afrique de l Ouest

Plus en détail

Les banques européennes et l Union Bancaire

Les banques européennes et l Union Bancaire Les banques européennes et l Union Bancaire François Veverka COE Rexecode-24 avril 2014 2004-2014: le monde a changé La banque de 2004: sophistication et prise de risque La banque de 2014: back to basics

Plus en détail

Business model bancaire: Adaptation nécessaire face aux exigences bâloises sur la liquidité

Business model bancaire: Adaptation nécessaire face aux exigences bâloises sur la liquidité 16 ÀL HEUREDE LA RÉGLEMENTATION BÂLOISE Business model bancaire: Adaptation nécessaire face aux exigences bâloises sur la liquidité par Caroline Versigny, Manager et Olivier Stoband, Manager Senior La

Plus en détail

ASFFOR 17/10/2013 E FIALON (DGT) JC HUYSSEN (ACPR)

ASFFOR 17/10/2013 E FIALON (DGT) JC HUYSSEN (ACPR) Réforme des établissements de crédit Quelles conséquences pour les sociétés financières? Quelles nouvelles conditions d agrément? ASFFOR 17/10/2013 E FIALON (DGT) JC HUYSSEN (ACPR) 1 Points clefs Rappel

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Annexe Circulaire _2009_19-1 du 8 mai 2009 Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Champ d'application: Commissaires agréés. Réglementation de base Table

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

Table des matières. Remerciements 15

Table des matières. Remerciements 15 Pratiques et techniques bancaires 5 Table des matières Remerciements 15 1 Introduction 16 11 À l origine du métier de banquier 17 12 Intermédiation financière 18 121 Ménages 19 122 Entreprises 19 123 États

Plus en détail

Fortuna Banque S.C. Rapport Pilier III pour l exercice clos au 31 décembre 2013

Fortuna Banque S.C. Rapport Pilier III pour l exercice clos au 31 décembre 2013 Fortuna Banque S.C. Rapport Pilier III pour l exercice clos au 31 décembre 2013 Contents FORTUNA BANQUE S.C.... 1 RAPPORT PILIER III POUR L EXERCICE CLOS AU 31 DÉCEMBRE 2013... 1 1 CONTEXTE GÉNÉRAL...

Plus en détail

V. Réforme de la réglementation financière : réalisations, risques et perspectives

V. Réforme de la réglementation financière : réalisations, risques et perspectives V. Réforme de la réglementation financière : réalisations, risques et perspectives Les banques et juridictions doivent renforcer leur capacité de résistance aux crises Dans leur rôle d intermédiation du

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle III, Luxembourg, le 30 Juin 2015-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Octobre 2013 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté,

Plus en détail

L avenir du financement des investissements dans le contexte de Bâle III, Solvency II et la déstructuration des Bourses.

L avenir du financement des investissements dans le contexte de Bâle III, Solvency II et la déstructuration des Bourses. L avenir du financement des investissements dans le contexte de Bâle III, Solvency II et la déstructuration des Bourses. L économie française, comme celle de la plupart des pays occidentaux est caractérisée,

Plus en détail

G20 Finances et avancées de la réforme de la régulation financière

G20 Finances et avancées de la réforme de la régulation financière G20 Finances et avancées de la réforme de la régulation financière Christine LAGARDE Ministre de l Économie, des Finances et de l Industrie Février 2011 Réguler les marchés dérivés (CDS notamment) Réguler

Plus en détail

Ratio de liquidité LCR : changement de janvier 2013

Ratio de liquidité LCR : changement de janvier 2013 FORMATION RECOMMANDEE LES RATIOS DE LIQUIDITÉ BÂLE III 20 septembre et 3 décembre 2013 Connaître et comprendre les ratios de liquidité définis par Bâle III. Approfondir le contenu du ratio de liquidité

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION (Article 43.1 du Règlement CRBF n 97-02 modifié par l arrêté du 13 décembre 2010) EXTRAIT DU RAPPORT CONSOLIDE DU GROUPE

Plus en détail

Formation «Bâle II, Pilier 2 : ICAAP, stress tests»

Formation «Bâle II, Pilier 2 : ICAAP, stress tests» Formation «Bâle II, Pilier 2 : ICAAP, stress tests» RÉFÉRENCE : 405 1. Objectif général Avoir une vision d ensemble du pilier 2 de Bâle II et de ses impacts. Acquérir un niveau d expertise permettant de

Plus en détail

Etat des lieux de la régulation financière. 2 Etat des lieux de la régulation financière. u Le calendrier ambitieux de la régulation financière

Etat des lieux de la régulation financière. 2 Etat des lieux de la régulation financière. u Le calendrier ambitieux de la régulation financière Etat des lieux de la régulation financière Les Rendez-vous de la Régulation financière - EIFR Etat des lieux de la régulation financière u Le calendrier ambitieux de la régulation financière Banques Assurances

Plus en détail

Crises bancaires et financières: causes, effets et politiques de prévention et de régulation. Plan

Crises bancaires et financières: causes, effets et politiques de prévention et de régulation. Plan Crises bancaires et financières: causes, effets et politiques de prévention et de régulation Paul Reding Beyrouth, Mai 2013 www.unamur.be Plan Partie I : Les crises bancaires Les crises financières: aperçu

Plus en détail

Être un acteur influent de l évolution du cadre réglementaire international, européen et français

Être un acteur influent de l évolution du cadre réglementaire international, européen et français CHAPITRE 5 Être un acteur influent de l évolution du cadre réglementaire international, européen et français Sommaire 165 L action de l ACP dans les instances européennes et internationales 178 La poursuite

Plus en détail

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. Rapport Pilier 3 Informations au 31 décembre 2012 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. INTRODUCTION...1 adéquation DES FONDS PROPRES...7 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES.... 17 RISQUE DE CRÉDIT

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle II, Luxembourg, le 26 Juin 2014-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Introduction au reporting COREP

Introduction au reporting COREP Introduction au reporting COREP «Un chantier à part au sein du projet Bâle II» Réalisé par Matthias LAVALEE Consultant Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Avril 2006

Plus en détail

Les 6èmes rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change

Les 6èmes rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Les 6èmes rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Les nouveaux enjeux de la gestion du collatéral EUROCLEAR Cyril Louchtchay de Fleurian Head of Collateral Management & Securities

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

L Union bancaire au milieu du gué!

L Union bancaire au milieu du gué! Note Lasaire n 32 Mai 2013 L Union bancaire au milieu du gué! Jean-Pierre MOUSSY L Union bancaire constitue, au plan européen, l un des projets les plus intéressants depuis la crise ouverte en 2007 1.

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport aux dirigeants du G 20 sur le suivi de la mise en œuvre des réformes réglementaires Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport aux dirigeants du G 20 sur le suivi de la mise en œuvre des réformes réglementaires Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport aux dirigeants du G 20 sur le suivi de la mise en œuvre des réformes réglementaires Bâle III Août 2013 Également disponible sur le site BRI (www.bis.org).

Plus en détail

4- Analyse économique de la réglementation bancaire

4- Analyse économique de la réglementation bancaire 4- Analyse économique de la réglementation bancaire Réglementation financière = ensemble de règles, d'incitations et de pratiques des autorités publiques qui vise à instaurer et à maintenir la stabilité

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

La lettre de. Square. # 3 Octobre 2012. Les réglementations. bancaires

La lettre de. Square. # 3 Octobre 2012. Les réglementations. bancaires La lettre de Square # 3 Octobre 2012 Les réglementations bancaires Sommaire 1 Présentation par Adrien Aubert, project manager et Aziz Kefi, consultant senior, Vertuo Conseil Pour une approche critique

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI BANCAIRE : LA MAITRISE DES RISQUES ET LE RENFORCEMENT DES FONDS PROPRES

LA NOUVELLE LOI BANCAIRE : LA MAITRISE DES RISQUES ET LE RENFORCEMENT DES FONDS PROPRES LA NOUVELLE LOI BANCAIRE : LA MAITRISE DES RISQUES ET LE RENFORCEMENT DES FONDS PROPRES Denis PHILIPPE Avocat aux barreaux de Bruxelles et Luxembourg Professeur extraordinaire à l Université catholique

Plus en détail

Organigramme de la BRI au 31 mars 2014

Organigramme de la BRI au 31 mars 2014 Organigramme de la BRI au 31 mars 2014 Conseil d administration Président du Conseil Comité d audit Comité des activités bancaires et de la gestion des risques Secrétariat du Conseil Comité administratif

Plus en détail

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE RÉSULTATS DE L ANNÉE ET DU 4 E TRIMESTRE 2014 12 FÉVRIER 2015

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE RÉSULTATS DE L ANNÉE ET DU 4 E TRIMESTRE 2014 12 FÉVRIER 2015 SOCIÉTÉ GÉNÉRALE RÉSULTATS DU GROUPE RÉSULTATS DE L ANNÉE ET DU 4 E TRIMESTRE 2014 12 FÉVRIER 2015 AVERTISSEMENT Ce document comporte des éléments de projection relatifs aux objectifs et stratégies du

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.7.2011 SEC(2011) 950 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT Accompagnant le document Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT

Plus en détail

LA MISSION D UNE BANQUE DANS L ENVIRONNEMENT D AUJOURD HUI

LA MISSION D UNE BANQUE DANS L ENVIRONNEMENT D AUJOURD HUI LA MISSION D UNE BANQUE DANS L ENVIRONNEMENT D AUJOURD HUI CONTEXTE UNE SITUATION COMPLEXE ACTUALITÉ UN NOUVEAU CADRE RÉGLEMENTAIRE ENGAGEMENT UNE BANQUE RESPONSABLE ÉDITORIAL LA MISSION D UNE BANQUE DANS

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : dispositif réglementaire mondial visant à renforcer la résilience des établissements et systèmes bancaires Décembre 2010 (document révisé juin 2011) Traduction

Plus en détail

L impact des accords de Bâle III sur les Banques Islamiques

L impact des accords de Bâle III sur les Banques Islamiques L impact des accords de Bâle III sur les Banques Islamiques Abdelilah EL ATTAR Enseignant chercheur Laboratoire «Economie et Management des Organisations» Faculté des Sciences Juridiques Économiques et

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme Octobre 2014 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l

Plus en détail

Exemples d actualité pour la mise en application de normes internationales sur les fonds propres et les liquidités

Exemples d actualité pour la mise en application de normes internationales sur les fonds propres et les liquidités Exemples d actualité pour la mise en application de normes internationales sur les fonds propres et les liquidités Séminaire des journalistes 2014 Hôtel Bellevue Palace, Berne 3 juin 2014 Dr Markus Staub

Plus en détail

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Rapport Pilier III Informations au 31 décembre 2011 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. INTRODUCTION...1 adéquation DES FONDS PROPRES...5 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES.... 13 RISQUE DE CRÉDIT

Plus en détail

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 1 Introduction Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 2 Les nouvelles réglementations bancaires en projet Conférence animée par Frédéric Visnovsky, secrétaire général

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

LA REFORME DE BÂLE III

LA REFORME DE BÂLE III LA REFORME DE BÂLE III CHRISTIANE RUBEIZ Chargée d enseignement à la FGM RÉSUMÉ La crise financière qui a fortement impacté l économie mondiale ces dernières années a mis en évidence les faiblesses du

Plus en détail

Les limites du ratio Bâle II

Les limites du ratio Bâle II Les limites du ratio Bâle II Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II... 5 1. Pilier

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

FINANCEMENT D UNE OPERATION DE PROMOTION IMMOBILIERE INTERVENTION A LA SORBONNE PARIS IV- 02/11/2011

FINANCEMENT D UNE OPERATION DE PROMOTION IMMOBILIERE INTERVENTION A LA SORBONNE PARIS IV- 02/11/2011 FINANCEMENT D UNE OPERATION DE PROMOTION IMMOBILIERE INTERVENTION A LA SORBONNE PARIS IV- 02/11/2011 Plan INTRODUCTION Présentation parcours personnel- BECM et groupe Crédit Mutuel-CIC Annonce du plan

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original

Plus en détail

Communication relative à la stratégie de résolution du Collège de résolution de l ACPR

Communication relative à la stratégie de résolution du Collège de résolution de l ACPR AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION ----- COLLÈGE DE RÉSOLUTION ----- Communication relative à la stratégie de résolution du Collège de résolution de l ACPR Sommaire 1. Résumé... 2 2. La formulation

Plus en détail

Table des matières. Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat... 3

Table des matières. Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat... 3 Table des matières Introduction.... 1 Chapitre 1 De quoi s agit-il?.... 3 Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat.... 3 Section 2. Pourquoi les banques?.... 3 1. Protéger les épargnants....

Plus en détail

Résultats consolidés 2014 du groupe Dexia

Résultats consolidés 2014 du groupe Dexia Information réglementée Bruxelles, Paris, 19 février 2015 7h00 Résultats consolidés 2014 du groupe Dexia Résultat net part du groupe 2014 à EUR -606 millions ; résultat net récurrent à EUR -248 millions,

Plus en détail

Catalogue de Formations 2014

Catalogue de Formations 2014 Catalogue de Formations 2014 Basé à Paris, le cabinet AZERRISK Advantage vous propose des accompagnements multiples : formation, conseil sur place et à distance ainsi que la mise en place de solutions

Plus en détail

Actualisation déposée auprès de l Autorité des marchés financiers le 5 août 2015

Actualisation déposée auprès de l Autorité des marchés financiers le 5 août 2015 Actualisation du Document de référence déposé auprès de l Autorité des marchés financiers le 2 mars 2015 sous le numéro D.150095 et Rapport Financier Semestriel Actualisation déposée auprès de l Autorité

Plus en détail

r S1 2015 Rapport financier S1 2015 Rapport Rapport financier S1 financier 2015 Rapport

r S1 2015 Rapport financier S1 2015 Rapport Rapport financier S1 financier 2015 Rapport financier S1 2015 Rapport financier S1 2015 Rapport financier S1 2015 ancier S1 2015 Rapport financier S1 2015 Rapport financier S1 2015 Rap r S1 2015 Rapport financier S1 2015 Rapport financier S1 2015

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Financial Services Avril 2013. Bâle III et la gestion de la liquidité Nouveaux éclairages sur la mise en œuvre

Financial Services Avril 2013. Bâle III et la gestion de la liquidité Nouveaux éclairages sur la mise en œuvre Financial Services Avril 2013 Bâle III et la gestion de la liquidité Nouveaux éclairages sur la mise en œuvre Sommaire Editorial 1 Bâle III et la gestion de la liquidité - Le point sur la mise en œuvre

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

LES ACCORDS DE BALE SYNTHESE

LES ACCORDS DE BALE SYNTHESE LES ACCORDS DE BALE SYNTHESE Chacune des recommandations du Comité de Bâle comporte de multiples dimensions, jugées nécessaires à un moment donné. Toutefois, elles s articulent toutes autour d un outil

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Avril 2014 Également disponible sur le site BRI (www.bis.org). Banque des Règlements Internationaux,

Plus en détail

Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français

Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français Secrétariat général de la Commission bancaire Direction de la Surveillance Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français Paris, 24 novembre 2009 Dominique Laboureix, Directeur de la Surveillance

Plus en détail

N 398 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Enregistré à la Présidence du Sénat le 26 février 2014 RAPPORT FAIT

N 398 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Enregistré à la Présidence du Sénat le 26 février 2014 RAPPORT FAIT N 398 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 26 février 2014 RAPPORT FAIT au nom de la commission des finances (1) sur la proposition de résolution présentée par M.

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

RAPPORT PILIER III. Informations au 31 décembre 2010.

RAPPORT PILIER III. Informations au 31 décembre 2010. RAPPORT PILIER III Informations au 31 décembre 2010. 1 Page INTRODUCTION 1 1 2 3 ADEQUATION DES FONDS PROPRES 5 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES 13 RISQUE DE CREDIT ET DE CONTREPARTIE

Plus en détail

Le nouvel environnement juridique du financement immobilier. Sarah Lugan, MRICS et Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

Le nouvel environnement juridique du financement immobilier. Sarah Lugan, MRICS et Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Le nouvel environnement juridique du financement immobilier Sarah Lugan, MRICS et Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Introduction Le marché immobilier fait face à deux contraintes majeures: Besoin

Plus en détail

Formation «Les états COREP : risques de crédit»

Formation «Les états COREP : risques de crédit» Adapté Bâle III Formation «Les états COREP : risques de crédit» REFERENCE : 409 1. Objectif général Permettre à tout participant de se familiariser avec les états COREP relatifs au risque de crédit. Comprendre

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité Décembre 2010 Traduction française du document intitulé «Basel

Plus en détail

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence?

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? CNIS, commission Système financier et financement de l'économie Jeudi 25 septembre 2014 Omar Birouk DGS-Banque de France Yamina Tadjeddine EconomiX,

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail