Idées reçues sur la dyslexie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Idées reçues sur la dyslexie"

Transcription

1 Idées reçues sur la dyslexie Annie Dumont Issues de la tradition ou de l air du temps, mêlant souvent vrai et faux, les idées reçues sont dans toutes les têtes. L auteur les prend pour point de départ et apporte ici un éclairage distancié et approfondi sur ce que l on sait ou croit savoir. E D I T I O N S

2 Titre ouvrage Titre partie sommaire Introduction Annie Dumont Orthophoniste, chargée de cours à l université de Paris-VI et engagée dans des programmes de recherche, Annie Dumont est l auteur de nombreuses publications dans le domaine de la lecture, de la surdité et de la mémoire. Elle est membre de l Association internationale de recherche et de développement des aides aux malentendants (AIRDAME), de la Société de neuropsychologie et de l UNADREO (Union nationale pour le développement de la recherche et de l évaluation en orthophonie). Du même auteur Sens et sons : entendre avec son cerveau, Orthoédition, Orthophonies et surdités : communiquer, comprendre, parler, Éditions Masson, Réponses à vos questions sur la dyslexie, Éditions Solar, Voir la parole, Éditions Masson, 2002 (avec Christian Calbour). Mémoire et langage, dyslexie, dysphasie, surdité, Éditions Masson, 2 e édition, Comprendre la dyslexie «De mon temps, la dyslexie n existait pas.» «Lire c est simple une fois qu on a appris le B.A.-BA.» «Le cerveau du dyslexique fonctionne différemment.»...31 «Il n existe qu un type de dyslexie.» «La dyslexie est héréditaire.» «Confondre la droite et la gauche est signe de dyslexie.»...47 «La dyslexie, c est l inversion des syllabes.» «La méthode globale est à l origine de nombreux cas de dyslexie.» «La personne dyslexique ne comprend pas ce qu elle lit.» «Les enfants précoces peuvent être dyslexiques.» «La dyslexie est un trouble des apprentissages parmi d autres.» Vivre avec la dyslexie «Il n existe pas de méthode miracle pour rééduquer la dyslexie.» «La dyslexie et la dysorthographie vont de pair.» «La dyslexie, ça concerne les enfants.»

3 «Pour bien lire il suffit de s entraîner tous les jours.» «L apprentissage de l anglais est impossible pour les dyslexiques.» «Les dyslexiques sont angoissés.» «Une personne dyslexique a des droits.» «La dyslexie, il faut apprendre à vivre avec.» Conclusion Annexe Pour aller plus loin

4 «De mon temps, la dyslexie n existait pas.» Dès le début de ma vie d enseignante, après la Seconde Guerre mondiale, j avais rencontré de ces élèves intelligents, parfois excellents à l oral, connaissant les règles grammaticales et cependant totalement incapables de lire à haute voix et dont les textes étaient constellés de fautes d usage, de grammaire et de ratures. Paule Cruiziat et Monique Lasserre, Dyslexique, peut-être? et après, 2002 Localisation des principales aires cérébrales. Hémisphère cérébral gauche, vue latérale. C est par la médecine et notamment la neurologie que l on a découvert au XIX e siècle la dyslexie. Dans les siècles passés, peu de personnes accédaient à l enseignement, le nombre de lecteur était donc réduit. Dès lors, les difficultés sévères de lecture et les dyslexies étaient moins repérées mais des dyslexiques devaient déjà souffrir. Tout a commencé par l histoire d une rencontre particulière en Angleterre. En 1896, le Dr Pringle Morgan, un médecin généraliste anglais, a croisé dans sa consultation un jeune garçon âgé de 13 ans qui présentait une incapacité à apprendre à lire. Cette rencontre semble avoir été à l origine de la découverte de la problématique dyslexique. Le jeune homme a très bien su décrire son trouble au Dr Morgan : «Je ne comprends pas ce que j ai : je suis intelligent, doué pour les mathématiques. Si mon professeur ne notait que mes réponses orales, je serais premier en classe ; mais malheureusement je suis dernier parce que mes camarades même peu doués apprennent sans difficulté ce qui, malgré 19

5 Idées reçues sur la dyslexie Comprendre la dyslexie tous mes efforts, m est impossible : lire et écrire.» Devant l ensemble de ces symptômes, le Dr Morgan qualifia le trouble de «cécité congénitale des mots». À la même époque, le Dr Déjérine, neurologue français, avait rencontré un adulte présentant des difficultés massives de la lecture en rapport avec des troubles neurologiques acquis. Il désigna le trouble sous le nom de «cécité verbale acquise». En effet, le patient à la suite d un accident cérébral touchant une zone du cerveau appelée le gyrus angulaire de l hémisphère gauche avait perdu la faculté de lire et d écrire. La notion d une atteinte neurologique à l origine du déficit visuel était alors posée avec une localisation probable, et la cause organique semblait entendue. Cependant, les troubles visuels ne sont pas les seuls impliqués dans la dyslexie. Progressivement, on repéra un peu mieux les mécanismes : l ophtalmologiste écossais le Dr J. Hinshelwood démontra en 1920 que les personnes présentant ces troubles spécifiques de la lecture voyaient correctement mais avaient un trouble au niveau du cortex cérébral. Ce qui amena par analogie avec le terme d «alexie» (impossibilité de lire après la survenue d une pathologie cérébrale) le vocable de «dyslexie». Vers 1940, le Dr Samuel Orton, neurologue de Philadelphie, fixa de façon définitive le terme de «dyslexie» dans l histoire médicale. À travers les examens de plus de dyslexiques, il mit en évidence des particularités : inversions de lettres ; fréquence plus importante du trouble chez les garçons ; existence de plusieurs cas de dyslexie au sein d une même famille. Ainsi se dégagea l idée que le trouble visuel n était pas le seul impliqué mais que la dyslexie constituait un déficit verbal à étudier comme une partie des troubles plus généraux du langage notamment dans la reconnaissance des sons (le versant phonologique). Par conséquent, dans une famille de dyslexiques, il arrive fréquemment qu à côté de la personne en difficultés de lecture, d autres membres présentent également des troubles du langage se manifestant sur le versant oral. Le docteur formula alors l hypothèse que la dyslexie n était pas en rapport avec une atteinte spécifique du cerveau mais avec un trouble de la dominance cérébrale. En effet, on considère généralement que, dans le cerveau, l hémisphère gauche joue un rôle prépondérant pour traiter l ensemble des tâches langagières : parler, lire, écrire. Pour le dyslexique, il semblerait, au regard de l analyse du Dr Orton qu il n existe plus de dominance hémisphérique et que, parfois la partie droite du cerveau fasse le travail de la partie gauche et réciproquement. Les techniques d imagerie cérébrale utilisées aujourd hui confirment les intuitions des découvreurs du concept. Les images du cerveau témoignent qu un défaut de spécialisation des aires du langage ou de transfert d informations entre les deux hémisphères via le corps calleux existe chez des sujets dyslexiques. Plus récemment, en 1997, le Dr Michel Habib précise que même si le dyslexique présente «un cerveau singulier» il est difficile de qualifier la dyslexie de maladie. Toutefois, la dyslexie partage beaucoup de caractéristiques avec le sens habituel que l on donne à ce mot. «Le caractère relativement stéréotypé des signes et des symptômes, la présence de particularités biologiques, la nécessité d un traitement adéquat réalisé par des professionnels, sa fréquence dans la population (8 à 10 %), 20 21

6 Idées reçues sur la dyslexie Comprendre la dyslexie ses causes probablement en grande partie génétiques». En poussant ce raisonnement, le Dr Habib en vient à établir une analogie avec la migraine qui, comme la dyslexie, n a pas de conséquences majeures mais peut constituer une gêne importante dans la vie quotidienne de celui qui en souffre. Tout comme la migraine existe peut-être depuis que l homme est homme, la dyslexie est une potentialité mais elle n apparaît que dans l acte de lire. Pour découvrir la dyslexie, il fallait d abord créer la lecture et l écriture! Une fois l écriture créée, il ne restait plus à notre cerveau qu à s adapter pour la décrypter et la lire. Et il semble que notre cerveau y soit sensible car bien entraîné par les images naturelles dont notre cortex visuel a appris à reconnaître des régularités (lignes droites, penchées, ronds ). Les diverses écritures sont basées sur des traits et des configurations qui existent dans les images naturelles (montagne, hutte A, œil O). Pour Stanislas Dehaene, psychologue cognitif directeur de l unité de neuro-imagerie cognitive, ces régularités universelles «sont vraisemblablement codées par les neurones du cortex temporal inférieur avant même que nous n apprenions à lire». La lecture constitue un «recyclage neuronale». Le XIX e siècle a été le siècle de la découverte de la dyslexie en même temps que se généralisait l accès à l enseignement, que se multipliait le nombre de lecteurs et que livres et journaux se diffusaient en grand nombre. La progression du nombre de personnes accédant à la scolarité et à l alphabétisation a contribué à donner une impression de pathologie nouvelle mais, dans les pays où la langue ne s écrit pas, il existe vraisemblablement des dyslexiques qui s ignorent car une confrontation avec l apprentissage de l écrit est nécessaire pour que les troubles apparaissent. La création de l écriture Cette création a été le résultat d une longue élaboration, qui a conduit des traces laissées sur le sol aux dessins des grottes, jusqu aux lettres en passant par les symboles. L écrit s est forgé et construit pour répondre à un besoin de stocker des données, de transmettre des informations, de conserver des histoires et des légendes, d exprimer des émotions 22 23

7 Idées reçues sur la dyslexie À partir de pictogrammes, l écriture cunéiforme de l époque sumérienne conçue ans avant notre ère a forgé les premiers caractères conventionnels à l aide de segments de droite en forme de coins inscrits sur des tablettes d argile. L histoire de l humanité a vu le passage des hiéroglyphes à un jeu limité de symboles pour arriver aux caractères phéniciens réalisés sur des papyrus. Les Grecs, vers la fin du X e siècle avant notre ère, ont apporté une simplification dans l identification des caractères retenus en leur faisant effectuer une rotation de 90 à 180 degrés. Puis, en notant les voyelles, les Grecs, et à leur suite les Étrusques et les Latins, ont permis aux mots de se différencier dans leur transcription écrite. Alors que l écriture phénicienne ne notait que les consonnes ce qui imposait au lecteur de connaître par avance le mot à lire les voyelles de l alphabet grec ont rendu possible l accès direct au sens des mots écrits. Ainsi, en latin le /i/ de ficus renvoie à «figuier», alors que son remplacement par un /o/ désigne le «foyer» focus. Tandis que la voyelle finale permet de différencier la fonction du mot : domus domini, la «maison du maître». Après une longue élaboration, un alphabet de signes représentant des consonnes et des voyelles fut créé. Il permit aux hommes de traduire les paroles de leurs Dieux mais également de matérialiser leurs échanges commerciaux, de conserver des récits et légendes, de réaliser des poèmes C est grâce à cet alphabet, clé de voute du système, que nous écrivons et lisons encore actuellement dans la plupart des langues employées de nos jours. Les statistiques officielles évaluent à quatre millions le nombre de personnes qui en France ne sont pas autonomes pour la lecture et l écrit en dépit d un apprentissage scolaire. Parmi les enfants scolarisé, 5 à 6 % d une classe d âge sont atteints de troubles de la lecture soit environ enfants. Il est admis que ce trouble spécifique touche des enfants et des adultes de tous les pays et de toutes les cultures indépendamment de la langue ou du système scolaire. 24

DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants

DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants 1 DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants Département de la formation de la jeunesse et de la culture 2 3 Chères enseignantes, chers enseignants, Dans le

Plus en détail

AAD MAKATON. Programme de la formation avancée

AAD MAKATON. Programme de la formation avancée AAD MAKATON Programme de la formation avancée Contenu : Programme de la «Formation Avancée» au Langage Makaton Comment communique-t-on avec autrui? Quelles sont les aptitudes requises pour parvenir à bien

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

Les troubles spécifiques des apprentissages

Les troubles spécifiques des apprentissages Les troubles spécifiques des apprentissages www.apedys78-meabilis.fr En collaboration avec L. Denariaz, psychologue cognitiviste Points clefs Définitions et repérage Quelle est l origine du trouble? Vers

Plus en détail

Groupe de travail AVS dyslexie - dysphasie

Groupe de travail AVS dyslexie - dysphasie GENERALITES : Groupe de travail AVS dyslexie - dysphasie Nous parlerons des enfants diagnostiqués dysphasiques ou présentant des troubles du langage. Il en est de même pour les enfants dyslexiques.on parle

Plus en détail

Acquisition et développement du langage

Acquisition et développement du langage Acquisition et développement du langage I- Introduction In utero le bébé grandit dans un bain sonore. Dès 5 mois de grossesse les bruits extérieurs lui parviennent. Le fœtus peut mémoriser des sons. La

Plus en détail

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1 sciences du langage 1 Comment l enfant acquiert la parole? sciences du langage 2 Partie I 1. Comment l enfant acquiert la parole? Partie II 2. A quel moment du processus d acquisition de la parole intervient

Plus en détail

Ce qu est la neuropsychologie

Ce qu est la neuropsychologie Neuropsychologie et troubles d apprentissage Francine Lussier Ph.D., neuropsychologue CÉNOP-FL et CRAN 858-6484 cenopfl@cenopfl.com Ce qu est la neuropsychologie La neuropsychologie est l étude de la relation

Plus en détail

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire»

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Par le Dr Stéphane BURLOT Plan : Les chiffres de l échec scolaire La spirale de l echec Les points d appels des difficultés scolaires Les Origines «médicales»

Plus en détail

Dyslexie chez l adolescent et l adulte: la décision de compensation à l aide d EVALAD

Dyslexie chez l adolescent et l adulte: la décision de compensation à l aide d EVALAD Dyslexie chez l adolescent et l adulte: la décision de compensation à l aide d EVALAD Catherine Pech-Georgel, Médecin phoniatre Florence Poracchia-George Orthophoniste CERTA - IDEC TROUBLES D APPRENTISSAGE

Plus en détail

Document test AP-TSA

Document test AP-TSA ACADEMIE D'ORLEANS TOURS Inspection Académique d'indre et Loire Promotion de la Santé en faveur des Elèves Document test AP-TSA AMENAGEMENTS PEDAGOGOGIQUES POUR UN ELEVE PRESENTANT UN TROUBLE SPECIFIQUE

Plus en détail

Des aides techniques pour l inclusion des élèves «Dys»

Des aides techniques pour l inclusion des élèves «Dys» Des aides techniques pour l inclusion des élèves «Dys» Jack Sagot, Enseignant-formateur, docteur es sciences jack.sagot@inshea.fr Depuis le 11 février 2005, l école française se veut inclusive aussi doit-elle

Plus en détail

Développement langagier chez l enfant d âge préscolaire évoluant dans un milieu bilingue ou multilingue

Développement langagier chez l enfant d âge préscolaire évoluant dans un milieu bilingue ou multilingue Développement langagier chez l enfant d âge préscolaire évoluant dans un milieu bilingue ou multilingue Laurie-Ann Staniforth, M.P.O, membre OOAO Orthophoniste Programme Premiers Mots (Ottawa) Plan de

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE 1 Fiche pratique «Handicap»

Plus en détail

1 Supports verbaux ORTHO EDITION orthophonie NORM L 80. 1 Supports verbaux en orthophonie ORTHO EDITION orthophonie NORM L 79

1 Supports verbaux ORTHO EDITION orthophonie NORM L 80. 1 Supports verbaux en orthophonie ORTHO EDITION orthophonie NORM L 79 QTE NOM DE L'OUVRAGE EDITION DOMAINE CODE 1 acquisition du langage au-delà de 3 ans Langage et Trouble NORM L 23 bis 1 la conduite du bilan neuropsychologique chez l'enfant Neuropsychologie NORM L 42 1

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

Tableau des aides technologiques pour l aide à la rédaction

Tableau des aides technologiques pour l aide à la rédaction WordQ VS Lexibar Merci à Hélène Labranche et à Mark Miller pour leur partage. Tableau d Hélène Tableau des aides technologiques pour l aide à la rédaction Produit Prix Aide Forces Limites Bolabolka Gratuit

Plus en détail

DIFFERENTES FORMES DE DYSLEXIE ET SIGNES D ALERTE

DIFFERENTES FORMES DE DYSLEXIE ET SIGNES D ALERTE DIFFERENTES FORMES DE DYSLEXIE ET SIGNES D ALERTE - TABLEAU RECAPITULATIF, p. 2 à 5 «Les différentes formes de dyslexie» - LES TROUBLES SPECIFIQUES DU LANGAGE ECRIT, p. 6 à 7 «Les signes d alerte» 1 TABLEAU

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

INTERVENTIONS POUR AIDER L ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ D APPRENTISSAGE

INTERVENTIONS POUR AIDER L ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ D APPRENTISSAGE INTERVENTIONS POUR AIDER L ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ D APPRENTISSAGE Il est très important de comprendre l élève dans ses différences et ses défis; N hésitez pas à discuter avec l élève. Il pourra vous informer

Plus en détail

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique?

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique? Tiré de Adult Literacy Education, un article de blogue écrit par David J. Rosen, D.Ed. http://davidjrosen.wordpress.com/2013/01 TEACH Magazine, disponible en version imprimée et numérique, est la plus

Plus en détail

Quelques livres Pour des titres complémentaires, consultez les sites des associations

Quelques livres Pour des titres complémentaires, consultez les sites des associations Quelques livres Pour des titres complémentaires, consultez les sites des associations «Même pas grave! L échec scolaire, ça se soigne» Olivier REVOL, Josée Blanc LAPIERRE, Edition Lattès «Comprendre le

Plus en détail

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce.

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce. Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce. Laurent Lesecq orthophoniste CRTLA. CHU Amiens CRDP. Octobre 2012 laurent.lesecq@wanadoo.fr C est quoi l intelligence? Alfred

Plus en détail

«L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.»

«L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.» «L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.» (Marc Delahaie,, médecin m phoniatre, chercheur et formateur) Synthèse Donatien ROUX Chargé de mission «Maîtrise de la langue Prévention

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

Pour faire de la phonétique, I Il était une fois... l enseignement de la phonétique. Il était une fois... l enseignement de la phonétique

Pour faire de la phonétique, I Il était une fois... l enseignement de la phonétique. Il était une fois... l enseignement de la phonétique Pour faire de la phonétique, I Il était une fois... l enseignement de la phonétique La «bonne prononciation» est sans doute un souci amplement partagé par les enseignants et les apprenants d une langue

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Les métiers Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé!

Plus en détail

L enfant à l âge scolaire (6-18 ans)

L enfant à l âge scolaire (6-18 ans) L enfant à l âge scolaire (6-18 ans) Le développement du langage Découvrez comment l apprentissage de la lecture et de l écriture a un impact sur le développement du langage Quand s inquiéter du langage

Plus en détail

des progressions des apprentissages à l école maternelle

des progressions des apprentissages à l école maternelle Tableaux des progressions des apprentissages à l école maternelle À l école maternelle, les écarts d âges entre les enfants, donc de développement et de maturité, ont une importance très forte ; le fait

Plus en détail

1. Qu est-ce que la conscience phonologique?

1. Qu est-ce que la conscience phonologique? 1. Qu est-ce que la conscience phonologique? Définition La conscience phonologique est définie comme la connaissance consciente et explicite que les mots du langage sont formés d unités plus petites, à

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE Bibliographie : Lire Ecrire Produire des textes Tome 2 A. M. CHARTIER B.CLESSE J. HEBRARD HATIER Pédagogie Ch. BOMPARD IEN 1 LA DICTEE A L ADULTE Compétences visées : Familiarisation

Plus en détail

L évolution du langage chez les jeunes enfants

L évolution du langage chez les jeunes enfants L évolution du langage chez les jeunes enfants De la difficulté au trouble Animation pédagogique-brigitte Lavallée 1 Avant-propos La maîtrise du langage, élément fondamental de la réussite scolaire de

Plus en détail

Contenu du Guide du parent

Contenu du Guide du parent Guide des parents Contenu du Guide du parent Introduction du Guide du parent... 3 Les activités avec les parents.... 4 Rencontres personnelles avec le coach... 4 Petites rencontres entre parents et coach....

Plus en détail

Traduction des leçons de SignWriting en français Leçons en SignWriting 2002...lire et écrire les mouvements des langues des signes

Traduction des leçons de SignWriting en français Leçons en SignWriting 2002...lire et écrire les mouvements des langues des signes Traduction des leçons de SignWriting en français Leçons en SignWriting 2002...lire et écrire les mouvements des langues des signes Les langues des signes sont des langues écrites par Valerie Sutton 1 Leçons

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé! Logiciel conçu

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Commentaires pour le premier trimestre

Commentaires pour le premier trimestre Commentaires pour le premier trimestre Elèves en progrès Après un début d année décevant,. semble s être ressaisi. Ses résultats sont convenables dans la Maîtrise de la Langue voire satisfaisants en Mathématiques.

Plus en détail

La Collection Tirelire

La Collection Tirelire La Collection Tirelire Les logiciels de la Collection Tirelire sont des logiciels pédagogiques pour l entrée dans l écrit des adultes non-lecteurs et non-scripteurs. Ils sont destinés à être utilisés par

Plus en détail

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Le bilan multidisciplinaire : contenu M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Bilan multidisciplinaire Evaluation par différents intervenants du développement

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

à destination de lecteurs de 10 ans et + souffrant de troubles cognitifs

à destination de lecteurs de 10 ans et + souffrant de troubles cognitifs Une nouvelle collection de livres faciles à lire et à comprendre à destination de lecteurs de 10 ans et + souffrant de troubles cognitifs Les éditions François Baudez ont créé une collection «facile à

Plus en détail

Le développement du langage oral chez l enfant

Le développement du langage oral chez l enfant Le développement du langage oral chez l enfant Par Alessandra Biner, Anne Dauvin, Isabelle Pulfer, Logopédistes Cette conférence a été donnée dans le cadre de soirées de parents du secteur de la petite

Plus en détail

THÈMES DE PROJETS TUTORÉS

THÈMES DE PROJETS TUTORÉS THÈMES DE PROJETS TUTORÉS Le métier de codeur Codage et implant cochléaire Les tests TERMO en situation réelle Décodage : analyse des bénéfices attendus auprès des grands commençants Codage et décodage

Plus en détail

Aide aux devoirs Les AVC

Aide aux devoirs Les AVC Le cerveau et les AVC Le cerveau est l organe le plus complexe de votre corps. Il commande tout ce que vous faites, pensez, ressentez et dites! Il possède plus de 100 milliards de cellules nerveuses spéciales

Plus en détail

La suppléance à la communication orale. livret informatif destiné aux familles et partenaires du programme Enfants et adolescents

La suppléance à la communication orale. livret informatif destiné aux familles et partenaires du programme Enfants et adolescents La suppléance à la communication orale livret informatif destiné aux familles et partenaires du programme Enfants et adolescents Centre de réadaptation Estrie, 2008 Qu est-ce que la suppléance à la communication

Plus en détail

Le haut potentiel intellectuel. Entre idées reçues et réalité, parfois le grand écart

Le haut potentiel intellectuel. Entre idées reçues et réalité, parfois le grand écart Le haut potentiel intellectuel Entre idées reçues et réalité, parfois le grand écart Un DIAGNOSTIC EMBARRASSANT «C est pendant les années lycée que j ai vraiment pris conscience que j étais à côté de tout.

Plus en détail

Présentation de la leçon

Présentation de la leçon Branche : Eveil historique Sujet : Histoire de l écriture Situation de la leçon dans le programme : 734 p.143, 750 p.145 Compétences : 734 : Analyser de nombreux documents historiques ou autres et s entraîner

Plus en détail

VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT

VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT DIPLOME UNIVERSITAIRE - PARIS DIDEROT PROGRAMME COMPLET 2015-2016 VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT Vision, perception & action chez l'enfant ayant des troubles développementaux Responsables pédagogiques

Plus en détail

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation Dysphasies : Aspects rééducatifs des Dysphasies Florence George : Orthophoniste CERTA CHU Timone - Marseille Précoce préserver l appétence à la communication Intensive : au moins 3 fois par semaine Accompagnement

Plus en détail

Programme de l école maternelle

Programme de l école maternelle Programme de l école maternelle Document d aide pour la mise en œuvre DSDEN 91 - Mission Ecole maternelle Attendus par domaine et sous-domaine d apprentissage DSDEN 91- Mission Ecole maternelle- Page 1

Plus en détail

Spécimen de jeu-questionnaire de sensibilisation

Spécimen de jeu-questionnaire de sensibilisation Nom : Date : Spécimen de jeu-questionnaire de sensibilisation Vous pouvez utiliser ce jeu-questionnaire pour évaluer les idées fausses que vous avez peut-être sur les personnes handicapées. Répondez aux

Plus en détail

Vers un nouvel horizon. professionnel? SBH. professional. Vous avez perdu votre avenir professionnel de vue? Vous avez l impression

Vers un nouvel horizon. professionnel? SBH. professional. Vous avez perdu votre avenir professionnel de vue? Vous avez l impression SBH professional www.sbh-basel.ch Vers un nouvel horizon Samantha Strebel Etudiante en commerce, Lucerne professionnel? Werner Eggenberger Futur instructeur en théorie pour conducteurs de chariots élévateurs,

Plus en détail

Observatoire des ressources numériques adaptées

Observatoire des ressources numériques adaptées Observatoire des ressources numériques adaptées INS HEA 58-60 avenue des Landes 92150 Suresnes orna@inshea.fr TITRE DE LA FICHE Abilipad DATE DE PUBLICATION DE LA FICHE Janvier 2015 MOTS -CLES (CHAMPS

Plus en détail

PROGRESSIONS EN LANGAGE POUR LA MATERNELLE

PROGRESSIONS EN LANGAGE POUR LA MATERNELLE Circonscription de l Education Nationale de Marvejols Lozère PROGRESSIONS EN LANGAGE POUR LA MATERNELLE ECOLE MATERNELLE DE LA COUSTARADE stage école année scolaire 2008 2009 Niveau de classe : PS1 PS2

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie

Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie Pr LAMAS 12H PUPH Rappel Anatomique et Physiologique Exploration clinique et Paraclinique Pathologie oreille externe Oreille interne

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015 Le Centre Régional de Diagnostic des Troubles d'apprentissage organise, dans le cadre de son activité de formation universitaire, cinq sessions de 2 jours et deux sessions d une journée dédiées aux troubles

Plus en détail

Actu-français : Bénévoles à plus de 65 ans Niveau préconisé (A2) Durée de l activité : 30 mn.

Actu-français : Bénévoles à plus de 65 ans Niveau préconisé (A2) Durée de l activité : 30 mn. I COMPRENDRE le document Actu-français : Bénévoles à plus de 65 ans Niveau préconisé (A2) Durée de l activité : 30 mn. Compréhension orale : fiche individuelle (1 page) 1. De quoi s agit-il? Regardez une

Plus en détail

AVENANT AU PROJET D'ECOLE 2014 2015 : Projet de mise en œuvre des activités pédagogiques complémentaires pour le parcours de réussite ses élèves

AVENANT AU PROJET D'ECOLE 2014 2015 : Projet de mise en œuvre des activités pédagogiques complémentaires pour le parcours de réussite ses élèves AVENANT AU PROJET D'ECOLE 2014 2015 : Projet de mise en œuvre des activités pédagogiques complémentaires pour le parcours de réussite ses élèves «Le conseil des maîtres propose l'organisation générale

Plus en détail

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION?

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION? S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T IONS D E B O N N E P R A T I Q U E Surdité de l enfant : accompagnement des familles et suivi de l enfant de 0 à 6 ans - hors accompagnement scolaire - Décembre

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

La Communication augmentée : Principes Un système original : le programme Makaton

La Communication augmentée : Principes Un système original : le programme Makaton La Communication augmentée : Principes Un système original : le programme Makaton Présentation de Sylvie FRANC Service de Psychopathologie de l enfant et de l adolescent Hôpital Robert Debré, 48 Boulevard

Plus en détail

Produire des écrits à l école maternelle

Produire des écrits à l école maternelle Produire des écrits à l école maternelle 1 Compétences attendues en fin d école maternelle (pour activer le lien, appuyer sur la touche Ctrl en même temps q un clic gauche avec la souris) 2 Programmations

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

Instrument de mesure du développement de la petite enfance

Instrument de mesure du développement de la petite enfance Instrument de mesure du développement de la petite enfance Québec 2011-2012 Directives Pour tout renseignement supplémentaire, communiquez avec la Direction des stratégies et opérations de collecte de

Plus en détail

DISPOSITIF PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES : FICHE PROJET. GROUPE SCOLAIRE GAMBETTA GRASSE Maternelle et élémentaire

DISPOSITIF PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES : FICHE PROJET. GROUPE SCOLAIRE GAMBETTA GRASSE Maternelle et élémentaire DISPOSITIF PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES : FICHE PROJET GROUPE SCOLAIRE GAMBETTA GRASSE Maternelle et élémentaire I. Eléments de diagnostic en lien avec le contexte de l école Voici quelques chiffres

Plus en détail

ISBN-10: 2896190791 ISBN-13: 978-2896190799

ISBN-10: 2896190791 ISBN-13: 978-2896190799 LIVRES Dyspraxie Titre : S adapter en classe à tous les élèves dys Dyslexies, dyscalculies, dysphasies, dyspraxies, TDA/H... Auteur : Alain Pouhet Broché: 224 pags Editeur : CRDP de Poitou-Charentes (2011)

Plus en détail

L emploi du temps à l école maternelle

L emploi du temps à l école maternelle Groupe école maternelle L emploi du temps à l école maternelle Groupe g Groupe école maternelle / commission gestion du temps / I.BURIGNAT, E.TRESALLET, V.DARGES, H.LELOUP, A.SEVESTRE 1 Groupe école maternelle

Plus en détail

Comment aider un enfant dysphasique? A l extérieur de l école. Motivation de l élève Estime de soi. Troubles du comportement

Comment aider un enfant dysphasique? A l extérieur de l école. Motivation de l élève Estime de soi. Troubles du comportement Comment aider un enfant dysphasique? Un document proposé par Christelle CHARRIER, conseillère pédagogique et Françoise VINCENT, formatrice à l' IUFM A l école mettre en place un programme d enrichissement

Plus en détail

Rendre votre instruction plus accessible à ceux qui vous écoutent

Rendre votre instruction plus accessible à ceux qui vous écoutent Rendre votre instruction plus accessible à ceux qui vous écoutent Les élèves passent plus de la moitié de leur journée d école à écouter des informations et des instructions. Ils peuvent éprouver des difficultés

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

Les cadres de référence pour l évaluation orthopédagogique (Descriptif à venir) Catherine Turcotte Professeure, Université du Québec à Montréal

Les cadres de référence pour l évaluation orthopédagogique (Descriptif à venir) Catherine Turcotte Professeure, Université du Québec à Montréal BLOC A École d été «non-créditée»_mise à niveau en orthopédagogie _350$/5 jours S adresse aux diplômés de la Maîtrise en orthopédagogie DATE HEURE Descriptif Lundi 17 août 9 h à 12 h Mélanie Bédard Doctorante,

Plus en détail

Autisme, Trisomie 21, Troubles Envahissants du Développement : Réinventons le droit à l Ecole pour nos enfants sans solution

Autisme, Trisomie 21, Troubles Envahissants du Développement : Réinventons le droit à l Ecole pour nos enfants sans solution Autisme, Trisomie 21, Troubles Envahissants du Développement : Réinventons le droit à l Ecole pour nos enfants sans solution Devant l absence de prises en charges ou de structures comportementales adaptées

Plus en détail

Comprendre les troubles spécifiques du langage écrit

Comprendre les troubles spécifiques du langage écrit Livret de suivi de l élève l élève l é ve... né(e) le..... /..... /..... C o n t a c t s L inspection académique de votre département IA 22 6 et 8 place du Champs de Mars - BP 2369-22023 St-Brieuc IA 29

Plus en détail

Observatoire des ressources numériques adaptées

Observatoire des ressources numériques adaptées Observatoire des ressources numériques adaptées INS HEA 58-60 avenue des Landes 92150 Suresnes orna@inshea.fr IDENTIFIANT DE LA FICHE Reconnaissance vocale DATE DE PUBLICATION DE LA FICHE Mars 2015 MOT

Plus en détail

Les moyens technologiques de suppléance dans les troubles d apprentissage. Cécilia Galbiati, ergothérapeute 11 décembre 2007

Les moyens technologiques de suppléance dans les troubles d apprentissage. Cécilia Galbiati, ergothérapeute 11 décembre 2007 Les moyens technologiques de suppléance dans les troubles d apprentissage Pré-requis à la mise en place des moyens de suppléances Présentation des outils Exemple : la dictée vocale Conclusion Pré-requis

Plus en détail

LES AXES PRIORITAIRES

LES AXES PRIORITAIRES LES AXES PRIORITAIRES 1 - SCOLARISATION DES ENFANTS EN DIFFICULTES SCOLAIRES OU/ET AVEC HANDICAP COGNITIF Le choix de la Direction de l Enseignement Catholique (DEC) de regrouper administrativement les

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Guide de démarrage rapide. (pour la version 5.0.)

Guide de démarrage rapide. (pour la version 5.0.) Guide de démarrage rapide (pour la version 5.0.) 2 Table des matières Introduction Réglages de l application MyTalk Mobile 1. MODIFICATION 2. DEMARRER 3. AFFICHER 4. SYNTHETISEUR VOCAL 5. NOMBRE DE MOTS

Plus en détail

UE11 Phonétique appliquée

UE11 Phonétique appliquée UE11 Phonétique appliquée Christelle DODANE Permanence : mercredi de 11h15 à 12h15, H211 Tel. : 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr Bibliographie succinte 1. GUIMBRETIERE E., Phonétique

Plus en détail

Formation de professionnels au soutien scolaire spécifique. Approche ABA-Montessori Epsilon à l école

Formation de professionnels au soutien scolaire spécifique. Approche ABA-Montessori Epsilon à l école Formation de professionnels au soutien scolaire spécifique pour élèves présentant des troubles spécifiques des apprentissages Elèves DYS THADA - Autismes Approche ABA-Montessori Epsilon à l école Objectifs

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE Dr. David Da Fonseca Pédopsychiatre Hôpital Sainte Marguerite, Marseille 1902: G. STILL décrit 20 enfants hyperactifs «contrôle moral défectueux»

Plus en détail

Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés»

Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés» Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés» Texte introductif, à lire à haute voix par l enquêteur : «La question qui suit concerne les problèmes

Plus en détail

SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES. Psychologie. Clinique/Psychopathologie Cognitive de la santé Développement Sociale. 0h 200h 604 ou (selon

SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES. Psychologie. Clinique/Psychopathologie Cognitive de la santé Développement Sociale. 0h 200h 604 ou (selon 2012-201 Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Psychologie Clinique/Psychopathologie Cognitive de la santé Développement Sociale M1 0 ES Volume horaire étudiant

Plus en détail

QUELS THÈMES POUR AUJOURD HUI?

QUELS THÈMES POUR AUJOURD HUI? LOGICIELS DE COMPENSATION DES TROUBLES DU LANGAGE ÉCRIT Gwenaëlle Lefévère SESSD APF Bagneux, 92 QUELS THÈMES POUR AUJOURD HUI? TROUBLES DE LA LECTURE TROUBLE DE LA TRANSCRIPTION Quels logiciels? Quels

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE

TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE QUEL DISPOSITIF POUR QUEL ENFANT? OCTOBRE 2014 JEAN DEVRIES IEN ASH 1 PLAN DE L INTERVENTION Service ASH 1 > Qu importe le diagnostic. 2 > Prendre en compte la diversité

Plus en détail

STRATÉGIE PHASES 1 ET 2 («ESL» ET «ELD») ÉTAPES 1 ET 2 («ESL») ÉTAPES 1 à 4 («ELD») Enseignement compréhensible

STRATÉGIE PHASES 1 ET 2 («ESL» ET «ELD») ÉTAPES 1 ET 2 («ESL») ÉTAPES 1 à 4 («ELD») Enseignement compréhensible STRATÉGIE PHASES 1 ET 2 («ESL» ET «ELD») ÉTAPES 1 ET 2 («ESL») ÉTAPES 1 à 4 («ELD») Enseignement compréhensible Rétroaction positive Utilisation stratégique des langues premières des élèves Apprentissage

Plus en détail

CONSULTATION NATIONALE SUR LE PROJET DE PROGRAMME POUR L ÉCOLE MATERNELLE

CONSULTATION NATIONALE SUR LE PROJET DE PROGRAMME POUR L ÉCOLE MATERNELLE CONSULTATION NATIONALE SUR LE PROJET DE PROGRAMME POUR L ÉCOLE MATERNELLE GUIDE POUR L ANIMATION DE LA DEMI-JOURNÉE BANALISÉE ET LA REMONTÉE DES SYNTHÈSES Le Conseil supérieur des programmes a rendu public

Plus en détail

Parmi ces projets, le Conseil général des Alpes-Martimes a souhaité mettre à disposition d élèves en situation de handicap, des tablettes tactiles.

Parmi ces projets, le Conseil général des Alpes-Martimes a souhaité mettre à disposition d élèves en situation de handicap, des tablettes tactiles. 4 ème Trophée des Actions Éducatives La tablette tactile au service du handicap Depuis plus d un an, le programme Tice des Alpes-Maritimes, dans le cadre de sa veille technologique, s est emparé des nouveaux

Plus en détail

CONFERENCE de Patrice COUTERET responsable du secteur TSA à l INSHEA 21 OCTOBRE 2009 LES TSA (troubles spécifiques des apprentissages)

CONFERENCE de Patrice COUTERET responsable du secteur TSA à l INSHEA 21 OCTOBRE 2009 LES TSA (troubles spécifiques des apprentissages) CONFERENCE de Patrice COUTERET responsable du secteur TSA à l INSHEA 21 OCTOBRE 2009 LES TSA (troubles spécifiques des apprentissages) Questionnement : Comment mettre en place en classe des accompagnements

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail