Idées reçues sur la dyslexie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Idées reçues sur la dyslexie"

Transcription

1 Idées reçues sur la dyslexie Annie Dumont Issues de la tradition ou de l air du temps, mêlant souvent vrai et faux, les idées reçues sont dans toutes les têtes. L auteur les prend pour point de départ et apporte ici un éclairage distancié et approfondi sur ce que l on sait ou croit savoir. E D I T I O N S

2 Titre ouvrage Titre partie sommaire Introduction Annie Dumont Orthophoniste, chargée de cours à l université de Paris-VI et engagée dans des programmes de recherche, Annie Dumont est l auteur de nombreuses publications dans le domaine de la lecture, de la surdité et de la mémoire. Elle est membre de l Association internationale de recherche et de développement des aides aux malentendants (AIRDAME), de la Société de neuropsychologie et de l UNADREO (Union nationale pour le développement de la recherche et de l évaluation en orthophonie). Du même auteur Sens et sons : entendre avec son cerveau, Orthoédition, Orthophonies et surdités : communiquer, comprendre, parler, Éditions Masson, Réponses à vos questions sur la dyslexie, Éditions Solar, Voir la parole, Éditions Masson, 2002 (avec Christian Calbour). Mémoire et langage, dyslexie, dysphasie, surdité, Éditions Masson, 2 e édition, Comprendre la dyslexie «De mon temps, la dyslexie n existait pas.» «Lire c est simple une fois qu on a appris le B.A.-BA.» «Le cerveau du dyslexique fonctionne différemment.»...31 «Il n existe qu un type de dyslexie.» «La dyslexie est héréditaire.» «Confondre la droite et la gauche est signe de dyslexie.»...47 «La dyslexie, c est l inversion des syllabes.» «La méthode globale est à l origine de nombreux cas de dyslexie.» «La personne dyslexique ne comprend pas ce qu elle lit.» «Les enfants précoces peuvent être dyslexiques.» «La dyslexie est un trouble des apprentissages parmi d autres.» Vivre avec la dyslexie «Il n existe pas de méthode miracle pour rééduquer la dyslexie.» «La dyslexie et la dysorthographie vont de pair.» «La dyslexie, ça concerne les enfants.»

3 «Pour bien lire il suffit de s entraîner tous les jours.» «L apprentissage de l anglais est impossible pour les dyslexiques.» «Les dyslexiques sont angoissés.» «Une personne dyslexique a des droits.» «La dyslexie, il faut apprendre à vivre avec.» Conclusion Annexe Pour aller plus loin

4 «De mon temps, la dyslexie n existait pas.» Dès le début de ma vie d enseignante, après la Seconde Guerre mondiale, j avais rencontré de ces élèves intelligents, parfois excellents à l oral, connaissant les règles grammaticales et cependant totalement incapables de lire à haute voix et dont les textes étaient constellés de fautes d usage, de grammaire et de ratures. Paule Cruiziat et Monique Lasserre, Dyslexique, peut-être? et après, 2002 Localisation des principales aires cérébrales. Hémisphère cérébral gauche, vue latérale. C est par la médecine et notamment la neurologie que l on a découvert au XIX e siècle la dyslexie. Dans les siècles passés, peu de personnes accédaient à l enseignement, le nombre de lecteur était donc réduit. Dès lors, les difficultés sévères de lecture et les dyslexies étaient moins repérées mais des dyslexiques devaient déjà souffrir. Tout a commencé par l histoire d une rencontre particulière en Angleterre. En 1896, le Dr Pringle Morgan, un médecin généraliste anglais, a croisé dans sa consultation un jeune garçon âgé de 13 ans qui présentait une incapacité à apprendre à lire. Cette rencontre semble avoir été à l origine de la découverte de la problématique dyslexique. Le jeune homme a très bien su décrire son trouble au Dr Morgan : «Je ne comprends pas ce que j ai : je suis intelligent, doué pour les mathématiques. Si mon professeur ne notait que mes réponses orales, je serais premier en classe ; mais malheureusement je suis dernier parce que mes camarades même peu doués apprennent sans difficulté ce qui, malgré 19

5 Idées reçues sur la dyslexie Comprendre la dyslexie tous mes efforts, m est impossible : lire et écrire.» Devant l ensemble de ces symptômes, le Dr Morgan qualifia le trouble de «cécité congénitale des mots». À la même époque, le Dr Déjérine, neurologue français, avait rencontré un adulte présentant des difficultés massives de la lecture en rapport avec des troubles neurologiques acquis. Il désigna le trouble sous le nom de «cécité verbale acquise». En effet, le patient à la suite d un accident cérébral touchant une zone du cerveau appelée le gyrus angulaire de l hémisphère gauche avait perdu la faculté de lire et d écrire. La notion d une atteinte neurologique à l origine du déficit visuel était alors posée avec une localisation probable, et la cause organique semblait entendue. Cependant, les troubles visuels ne sont pas les seuls impliqués dans la dyslexie. Progressivement, on repéra un peu mieux les mécanismes : l ophtalmologiste écossais le Dr J. Hinshelwood démontra en 1920 que les personnes présentant ces troubles spécifiques de la lecture voyaient correctement mais avaient un trouble au niveau du cortex cérébral. Ce qui amena par analogie avec le terme d «alexie» (impossibilité de lire après la survenue d une pathologie cérébrale) le vocable de «dyslexie». Vers 1940, le Dr Samuel Orton, neurologue de Philadelphie, fixa de façon définitive le terme de «dyslexie» dans l histoire médicale. À travers les examens de plus de dyslexiques, il mit en évidence des particularités : inversions de lettres ; fréquence plus importante du trouble chez les garçons ; existence de plusieurs cas de dyslexie au sein d une même famille. Ainsi se dégagea l idée que le trouble visuel n était pas le seul impliqué mais que la dyslexie constituait un déficit verbal à étudier comme une partie des troubles plus généraux du langage notamment dans la reconnaissance des sons (le versant phonologique). Par conséquent, dans une famille de dyslexiques, il arrive fréquemment qu à côté de la personne en difficultés de lecture, d autres membres présentent également des troubles du langage se manifestant sur le versant oral. Le docteur formula alors l hypothèse que la dyslexie n était pas en rapport avec une atteinte spécifique du cerveau mais avec un trouble de la dominance cérébrale. En effet, on considère généralement que, dans le cerveau, l hémisphère gauche joue un rôle prépondérant pour traiter l ensemble des tâches langagières : parler, lire, écrire. Pour le dyslexique, il semblerait, au regard de l analyse du Dr Orton qu il n existe plus de dominance hémisphérique et que, parfois la partie droite du cerveau fasse le travail de la partie gauche et réciproquement. Les techniques d imagerie cérébrale utilisées aujourd hui confirment les intuitions des découvreurs du concept. Les images du cerveau témoignent qu un défaut de spécialisation des aires du langage ou de transfert d informations entre les deux hémisphères via le corps calleux existe chez des sujets dyslexiques. Plus récemment, en 1997, le Dr Michel Habib précise que même si le dyslexique présente «un cerveau singulier» il est difficile de qualifier la dyslexie de maladie. Toutefois, la dyslexie partage beaucoup de caractéristiques avec le sens habituel que l on donne à ce mot. «Le caractère relativement stéréotypé des signes et des symptômes, la présence de particularités biologiques, la nécessité d un traitement adéquat réalisé par des professionnels, sa fréquence dans la population (8 à 10 %), 20 21

6 Idées reçues sur la dyslexie Comprendre la dyslexie ses causes probablement en grande partie génétiques». En poussant ce raisonnement, le Dr Habib en vient à établir une analogie avec la migraine qui, comme la dyslexie, n a pas de conséquences majeures mais peut constituer une gêne importante dans la vie quotidienne de celui qui en souffre. Tout comme la migraine existe peut-être depuis que l homme est homme, la dyslexie est une potentialité mais elle n apparaît que dans l acte de lire. Pour découvrir la dyslexie, il fallait d abord créer la lecture et l écriture! Une fois l écriture créée, il ne restait plus à notre cerveau qu à s adapter pour la décrypter et la lire. Et il semble que notre cerveau y soit sensible car bien entraîné par les images naturelles dont notre cortex visuel a appris à reconnaître des régularités (lignes droites, penchées, ronds ). Les diverses écritures sont basées sur des traits et des configurations qui existent dans les images naturelles (montagne, hutte A, œil O). Pour Stanislas Dehaene, psychologue cognitif directeur de l unité de neuro-imagerie cognitive, ces régularités universelles «sont vraisemblablement codées par les neurones du cortex temporal inférieur avant même que nous n apprenions à lire». La lecture constitue un «recyclage neuronale». Le XIX e siècle a été le siècle de la découverte de la dyslexie en même temps que se généralisait l accès à l enseignement, que se multipliait le nombre de lecteurs et que livres et journaux se diffusaient en grand nombre. La progression du nombre de personnes accédant à la scolarité et à l alphabétisation a contribué à donner une impression de pathologie nouvelle mais, dans les pays où la langue ne s écrit pas, il existe vraisemblablement des dyslexiques qui s ignorent car une confrontation avec l apprentissage de l écrit est nécessaire pour que les troubles apparaissent. La création de l écriture Cette création a été le résultat d une longue élaboration, qui a conduit des traces laissées sur le sol aux dessins des grottes, jusqu aux lettres en passant par les symboles. L écrit s est forgé et construit pour répondre à un besoin de stocker des données, de transmettre des informations, de conserver des histoires et des légendes, d exprimer des émotions 22 23

7 Idées reçues sur la dyslexie À partir de pictogrammes, l écriture cunéiforme de l époque sumérienne conçue ans avant notre ère a forgé les premiers caractères conventionnels à l aide de segments de droite en forme de coins inscrits sur des tablettes d argile. L histoire de l humanité a vu le passage des hiéroglyphes à un jeu limité de symboles pour arriver aux caractères phéniciens réalisés sur des papyrus. Les Grecs, vers la fin du X e siècle avant notre ère, ont apporté une simplification dans l identification des caractères retenus en leur faisant effectuer une rotation de 90 à 180 degrés. Puis, en notant les voyelles, les Grecs, et à leur suite les Étrusques et les Latins, ont permis aux mots de se différencier dans leur transcription écrite. Alors que l écriture phénicienne ne notait que les consonnes ce qui imposait au lecteur de connaître par avance le mot à lire les voyelles de l alphabet grec ont rendu possible l accès direct au sens des mots écrits. Ainsi, en latin le /i/ de ficus renvoie à «figuier», alors que son remplacement par un /o/ désigne le «foyer» focus. Tandis que la voyelle finale permet de différencier la fonction du mot : domus domini, la «maison du maître». Après une longue élaboration, un alphabet de signes représentant des consonnes et des voyelles fut créé. Il permit aux hommes de traduire les paroles de leurs Dieux mais également de matérialiser leurs échanges commerciaux, de conserver des récits et légendes, de réaliser des poèmes C est grâce à cet alphabet, clé de voute du système, que nous écrivons et lisons encore actuellement dans la plupart des langues employées de nos jours. Les statistiques officielles évaluent à quatre millions le nombre de personnes qui en France ne sont pas autonomes pour la lecture et l écrit en dépit d un apprentissage scolaire. Parmi les enfants scolarisé, 5 à 6 % d une classe d âge sont atteints de troubles de la lecture soit environ enfants. Il est admis que ce trouble spécifique touche des enfants et des adultes de tous les pays et de toutes les cultures indépendamment de la langue ou du système scolaire. 24

PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie )

PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie ) PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie ) Références : - Loi n 2005-380 du 23 avril 2005 d orientation sur l éducation.

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

www.russe- facile.fr

www.russe- facile.fr Apprenez le russe facilement www.russe- facile.fr Ce guide est destiné à partager mon expérience. Je vous explique comment j'ai appris le russe sans douleur. Mon histoire avec le russe A 18 ans je maîtrisais

Plus en détail

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi»

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Jamet Pierre 1Ai Retour de final d Auto-Apprentissage de l année 1Ai : «Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Introduction J ai pu grâce, au travail effectué en auto-apprentissage de

Plus en détail

I. QUESTIONS AUXQUELLES IL FAUT CHERCHER DES REPONSES AVANT DE DEFINIR LES CARACTERISTIQUES DE L APPRENTISSAGE DU LANGAGE

I. QUESTIONS AUXQUELLES IL FAUT CHERCHER DES REPONSES AVANT DE DEFINIR LES CARACTERISTIQUES DE L APPRENTISSAGE DU LANGAGE CONFERENCE DE Madame LENTIN F. Caractéristiques de l apprentissage du langage. INTRODUCTION, Madame LENTIN précise qu il lui semble important d avoir une vue d ensemble de l élève, ce qu il était avant,

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Recherches n 50, D une classe à l autre, 2009-1 IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Marylène Constant IUFM Nord Pas-de-Calais, université d Artois Quentin est élève en première S dans un lycée lillois.

Plus en détail

s installent les lésions cérébrales?

s installent les lésions cérébrales? 1 Comment s installent les lésions cérébrales? E Beaufi ls, K Mondon, C Hommet La maladie d Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative caractérisée sur le plan microscopique par la coexistence de

Plus en détail

1 - Apprendre à lire : savoir implicite - savoir explicite, deux composantes complémentaires

1 - Apprendre à lire : savoir implicite - savoir explicite, deux composantes complémentaires Lire : savoirs, difficultés d apprentissage, pédagogie de la lecture Conférence de Jean Emile Gombert Jean Emile Gombert est chercheur en psychologie cognitive, premier vice-président de l université de

Plus en détail

Didier Bronselaer, (Juin 2010)

Didier Bronselaer, (Juin 2010) Didier Bronselaer, (Juin 2010) «Réussir à l école. Guide psychopédagogique destiné aux élèves du primaire et du secondaire, à leurs parents et aux professionnels» Éditions Averbode, Labor Éducation (Code

Plus en détail

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel de Martonne à Laval. Plusieurs clubs Lecture de la

Plus en détail

Ex : Life [laɪf] et Live [liv]

Ex : Life [laɪf] et Live [liv] Fluence et déchiffrage, MAU Sophie, PAILHES Aurélie Fluence 10 Aborder la phonétique anglaise par les couleurs Classe de 6 ème anglais LV1 En anglais, il existe plus de 1000 combinaisons de lettres différentes

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

Compte-rendu d expérimentation

Compte-rendu d expérimentation SFODEM Partage de pizzas Sommaire Fiche d identification Fiche professeur Fiche élève Scénario d'usage Compte-rendu d expérimentation CV FICHE D'IDENTIFICATION Type : Exercice d'application, du type "vrai

Plus en détail

Un exerciseur avec intelligence artificielle pour entraîner les psychologues à diagnostiquer les patients.

Un exerciseur avec intelligence artificielle pour entraîner les psychologues à diagnostiquer les patients. Un exerciseur avec intelligence artificielle pour entraîner les psychologues à diagnostiquer les patients. DESCRIPTION Pendant mon bachelor en psychologie, je me suis aperçue que les cours étaient très

Plus en détail

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...13 CHAPITRE 1: MON ENFANT EST DIFFÉRENT DES AUTRES...19 Devenir parents...21 Devenir les parents d un enfant avec une déficience... 23 Réactions à cette situation...24

Plus en détail

Lecture et écriture au cycle 2 (2002) Techniques d apprentissages en vigueur au Lycée Saint Louis de Stockholm

Lecture et écriture au cycle 2 (2002) Techniques d apprentissages en vigueur au Lycée Saint Louis de Stockholm Lecture et écriture au cycle 2 (2002) Techniques d apprentissages en vigueur au Lycée Saint Louis de Stockholm Les apprentissages sont centrés sur la maîtrise de la langue (oral + écrit). - Ils impliquent

Plus en détail

Calcul de moyenne de portrait

Calcul de moyenne de portrait Calcul de moyenne de portrait Dupont Maurane & Bourriaud Typhaine TS2 Mon CV. 1 Présentation POURQUOI CE PROJET : Parmi la liste des projets proposés pour le bac, ce sujet m a semblé le plus attrayant.

Plus en détail

La lecture bilingue (document complémentaire)

La lecture bilingue (document complémentaire) La lecture bilingue (document complémentaire) Annick COMBLAIN, Université de Liège FAPSE Département des Sciences Cognitives Unité de Logopédie mai 2004 A. Comblain 1 La lecture bilingue. Beaucoup d enfants

Plus en détail

Objectifs : présentation de la 3 ème et du cycle terminal. 1 Introduction A Tokyo, seule la voie générale (3 séries S, ES et L) est proposée

Objectifs : présentation de la 3 ème et du cycle terminal. 1 Introduction A Tokyo, seule la voie générale (3 séries S, ES et L) est proposée Compte- rendu réunion du 30 mai 2012 Mr Ritter Que faire après la 3 ème? Pour tout renseignement ou précision complémentaire, n hésitez pas à contacter Mr Ritter : pritter@lfjtokyo.org Objectifs : présentation

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

par Marianne Tilot (Sous la coordination du comité de lecture du CPCP)

par Marianne Tilot (Sous la coordination du comité de lecture du CPCP) par Marianne Tilot (Sous la coordination du comité de lecture du CPCP) E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - décembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté

Plus en détail

Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année

Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année Année universitaire 2011-2012 Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année Comment sensibiliser les élèves à l interculturel à travers l éveil aux langues du monde

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

CollègeLouiseWeiss. Du 15 au 20 décembre 2014. STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL ANNEE SCOLAIRE 2014 2015

CollègeLouiseWeiss. Du 15 au 20 décembre 2014. STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL ANNEE SCOLAIRE 2014 2015 CollègeLouiseWeiss STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Du 15 au 20 décembre 2014. ANNEE SCOLAIRE 2014 2015 20, rue du Bois clair 91620 Nozay 01.69.80.84.42. 01.69.80.76.92. 1 Ce document vous est fourni pour

Plus en détail

Politique d accommodement et d adaptation pour les examens publics

Politique d accommodement et d adaptation pour les examens publics Politique d accommodement et d adaptation pour les examens publics Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador reconnaît qu il est responsable de prévoir des accommodements raisonnables pour les élèves

Plus en détail

«Ce n est pas parce qu on a beaucoup de mémoire qu on est plus intelligent.»

«Ce n est pas parce qu on a beaucoup de mémoire qu on est plus intelligent.» «Ce n est pas parce qu on a beaucoup de mémoire qu on est plus intelligent.» Je retiens même ce que je ne veux pas retenir et je ne peux pas oublier ce que je veux oublier. Propos attribué à Thémistocle

Plus en détail

Fiche connaissance ORTHOGRAPHE. Français 2 et 3

Fiche connaissance ORTHOGRAPHE. Français 2 et 3 Fiche connaissance Discipline Cycle ORTHOGRAPHE Français 2 et 3 Enseigner l orthographe 5 principes de base 1 Différencier connaissances et mise en oeuvre L enseignement de l orthographe doit viser à la

Plus en détail

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014.

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014. Chloé B. 3 ème 2 Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre Collège Colette BESSON Année 2013-2014 Page 1 Sommaire du Rapport de stage : Introduction : Page 3 1 ere

Plus en détail

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 Juliette Olivier, 1AI (Binôme : Tracy GESINI) Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 I) Evolution de l auto-apprentissage sur l année Au début de l année, j ai eu du mal à quitter

Plus en détail

Des ressources pour les enseignants concernant les troubles spécifiques des apprentissages (TSA ou «troubles dys») 03/12/2012 ASH 06 E.

Des ressources pour les enseignants concernant les troubles spécifiques des apprentissages (TSA ou «troubles dys») 03/12/2012 ASH 06 E. Des ressources pour les enseignants concernant les troubles spécifiques des apprentissages (TSA ou «troubles dys») 03/12/2012 ASH 06 E. MULLER 1 A. Des logiciels pour compenser les difficultés des élèves

Plus en détail

LES CARTES HEURISTIQUES. Un outil au service des apprentissages

LES CARTES HEURISTIQUES. Un outil au service des apprentissages LES CARTES HEURISTIQUES Un outil au service des apprentissages Fabien Darne, septembre 2015 Plan Heuristique? Vous pouvez répéter? Un peu d histoire Définition Les 6 points clés Intérêts pédagogiques Pour

Plus en détail

1 - le bilan de la 6ème année : de préférence en grande section, voire en CP.

1 - le bilan de la 6ème année : de préférence en grande section, voire en CP. Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages Le dépistage et le suivi des troubles spécifiques des apprentissages tout au long de la scolarité sont une priorité rectorale

Plus en détail

Chanson pour les enfants l hiver. Dans la nuit de l hiver Galope un grand homme blanc Galope un grand homme blanc

Chanson pour les enfants l hiver. Dans la nuit de l hiver Galope un grand homme blanc Galope un grand homme blanc NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : ÉCOLE - COURS PRÉPARATOIRE MAÎTRISE DU LANGAGE LANGAGE EN SITUATION ET COMMUNICATION Comprendre des consignes avec un support écrit Barrer ; ; Entourer

Plus en détail

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Formation PLURADYS Mathilde MIGNON mathilde-mignon@club-internet.fr La neuropsychologie : spécialité de la psychologie qui fournit une compréhension

Plus en détail

Quelques conseils pour préparer les examens de grec À l intention des étudiants

Quelques conseils pour préparer les examens de grec À l intention des étudiants Quelques conseils pour préparer les examens de grec À l intention des étudiants Avertissement Chers étudiants, Ce document a été rédigé dans le but de vous aider à mieux préparer vos examens, en explicitant

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Questionnaire pour les instructeurs du programme CLIC

Questionnaire pour les instructeurs du programme CLIC Annexe D 3 Page 1 Questionnaire pour les instructeurs du programme CLIC Question 12. Les lignes directrices sur le programme CLIC 1-5 (LINC 1-5 Curriculum Guidelines, 2000) sont-elles suffisantes pour

Plus en détail

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009»

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» Au départ, les participants du programme devaient remplir un questionnaire d entrée afin de nous faire part de leurs habitudes de vie

Plus en détail

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012 UN TRAIN A PRENDRE. (d après une idée du collège Notre Dame, Arlanc)

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012 UN TRAIN A PRENDRE. (d après une idée du collège Notre Dame, Arlanc) UN TRAIN A PRENDRE (d après une idée du collège Notre Dame, Arlanc) Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 Narration de séance et productions d élèves... 6 1 Fiche professeur UN TRAIN

Plus en détail

Les stratégies orthographiques d'élèves dyslexiques : perspectives pour l'apprentissage du français comme langue seconde

Les stratégies orthographiques d'élèves dyslexiques : perspectives pour l'apprentissage du français comme langue seconde Les stratégies orthographiques d'élèves dyslexiques : perspectives pour l'apprentissage du français comme langue seconde Noémia Ruberto Daniel Daigle Ahlem Ammar Joëlle Varin noemia.ruberto@umontreal.ca

Plus en détail

La Communication Profonde Accompagnée

La Communication Profonde Accompagnée La Communication Profonde Accompagnée Une technique alternative de communication Une technique thérapeutique pour les enfants Présentation du 31 aout 2011 1 Introduction Bonjour, Je m appelle Odile Mourglia

Plus en détail

Compte-rendu de mission orthophonie/éducation à Bopa, Août 2014

Compte-rendu de mission orthophonie/éducation à Bopa, Août 2014 Compte-rendu de mission orthophonie/éducation à Bopa, Août 2014 Avant tout, je souhaite remercier Ambroise, Agnès et sa famille pour leur accueil, leur gentillesse et leur bienveillance, ainsi que pour

Plus en détail

Handicaps sensoriels La surdité

Handicaps sensoriels La surdité La surdité 1 2. Classification des différents types de handicap Handicaps sensoriels La surdité La surdité est un état pathologique caractérisé par une perte partielle ou complète de l ouïe. Dans le langage

Plus en détail

Le langage à l école maternelle Scéren. Les difficultés d apprentissage du langage

Le langage à l école maternelle Scéren. Les difficultés d apprentissage du langage Le langage à l école maternelle Scéren Les difficultés d apprentissage du langage Le rôle premier de l enseignant est de suivre les progrès de ses élèves et de créer les conditions pour les susciter. Ce

Plus en détail

FAVORISER LA REUSSITE EN LECTURE : LES MACLÉ (Module d Approfondissement des Compétences en Lecture-Écriture André Ouzoulias Retz, 2006

FAVORISER LA REUSSITE EN LECTURE : LES MACLÉ (Module d Approfondissement des Compétences en Lecture-Écriture André Ouzoulias Retz, 2006 FAVORISER LA REUSSITE EN LECTURE : LES MACLÉ (Module d Approfondissement des Compétences en Lecture-Écriture André Ouzoulias Retz, 2006 Un livre en quatre parties dont la plus importante, la deuxième,

Plus en détail

L APHASIE, CES TROUBLES DE L EXPRESSION ET/OU DE LA COMPRÉHENSION DU LANGAGE AVC

L APHASIE, CES TROUBLES DE L EXPRESSION ET/OU DE LA COMPRÉHENSION DU LANGAGE AVC L APHASIE, CES TROUBLES DE L EXPRESSION ET/OU DE LA COMPRÉHENSION DU LANGAGE AVC 6 SOMMAIRE Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Rappel 4 Quel est le lien entre l AVC et l aphasie? 4 Quels

Plus en détail

QUESTIONNAIRE AUX ÉTUDIANTS COTES

QUESTIONNAIRE AUX ÉTUDIANTS COTES ÉVALUATION DE LA PREMIÈRE ANNÉE DE FORMATION EN QUESTIONNAIRE AUX ÉTUDIANTS Le questionnaire est anonyme; n inscrivez votre nom sur aucune des pages du questionnaire ni sur la feuille-réponses. Les réponses

Plus en détail

Activité 1: Feuilleter votre dictionnaire

Activité 1: Feuilleter votre dictionnaire Le verbe anglais_new principes 140x200 lundi11/02/13 13:28 Page357 9. Activités à gogo! Activité 1: Feuilleter votre dictionnaire Pourquoi est-ce important? C est assez simple : aucune base de vocabulaire

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Paulo R. Nationalités : Italienne et Brésilienne Université actuelle

Plus en détail

LE TUTORAT ENTRE PAIRS : Un accompagnement au bénéfice des élèves tuteurs intellectuellement précoces

LE TUTORAT ENTRE PAIRS : Un accompagnement au bénéfice des élèves tuteurs intellectuellement précoces LE TUTORAT ENTRE PAIRS : Un accompagnement au bénéfice des élèves tuteurs intellectuellement précoces Sophie Christine Audibert LARSEF Université Victor Segalen Bordeaux 2 «La plupart des problèmes que

Plus en détail

PLACE DE LA MATERNELLE DANS L APPRENTISSAGE DU CODE LA DECOUVERTE DU PRINCIPE ALPHABETIQUE

PLACE DE LA MATERNELLE DANS L APPRENTISSAGE DU CODE LA DECOUVERTE DU PRINCIPE ALPHABETIQUE PLACE DE LA MATERNELLE DANS L APPRENTISSAGE DU CODE LA DECOUVERTE DU PRINCIPE ALPHABETIQUE - Quelle est la place de la maternelle dans l apprentissage du code? Autrement dit : - En fonction de leur âge,

Plus en détail

TOUS LES TABLEAUX D EXERCICES À PHOTOCOPIER, AVEC LEURS CORRIGÉS.

TOUS LES TABLEAUX D EXERCICES À PHOTOCOPIER, AVEC LEURS CORRIGÉS. TOUS LES TABLEAUX D EXERCICES À PHOTOCOPIER, AVEC LEURS CORRIGÉS. Éveline Charmeux Françoise Monier-Roland Claudine Barou-Fret Michel Grandaty ISBN 2 84117 830 7 www.sedrap.fr Sommaire Remarques d ensemble

Plus en détail

La Pédagogie Différenciée

La Pédagogie Différenciée 1 juin 2012 La Pédagogie Différenciée Pourquoi me suis- je intéressée à la pédagogie différenciée? Après dix ans à enseigner le français et l histoire-géographie en lycée professionnel auprès d élèves

Plus en détail

Entretien avec une aidante «surnaturelle» La nécessité d être créatif pour maximiser le transfert des connaissances

Entretien avec une aidante «surnaturelle» La nécessité d être créatif pour maximiser le transfert des connaissances Entretien avec une aidante «surnaturelle» La nécessité d être créatif pour maximiser le transfert des connaissances Causerie organisée par : La collection Infirmières, communautés et sociétés Presses de

Plus en détail

Problématique. Vitesse de lecture. Réponses de la littérature. Braille abrégé. Symposium scientifique sur l incapacité visuelle et la réadaptation

Problématique. Vitesse de lecture. Réponses de la littérature. Braille abrégé. Symposium scientifique sur l incapacité visuelle et la réadaptation Vitesse de lecture du braille abrégé au québec Jacinthe Boulé¹ et Louise Laroche 1 Avec la collaboration de Louise Comtois 1, Olga Overbury 2,3 et Walter Wittich 4,5 ¹ École Jacques-Ouellette 2 École d

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public?

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Master 1 FLE Evolution des courants méthodologiques 2007-2008 Session 2 Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Sarah Descombes N étudiant : 20731087

Plus en détail

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Document d appui en littératie septembre 2015 Dans ce document, le genre masculin est utilisé

Plus en détail

Des lapins, des poules et des élèves

Des lapins, des poules et des élèves Activité menée les 4, 5 et 7 janvier 2005 Sujet : Les poules et les lapins Problème 1 : Dans la cour du collège, il y a des poules et des lapins. J ai compté 16 têtes et 44 pattes. Combien y a-t-il de

Plus en détail

TEST DE CONNAISSANCES LINGUISTIQES. (Niveaux B et C) COPIE MODÈLE POUR DISTRIBUTION

TEST DE CONNAISSANCES LINGUISTIQES. (Niveaux B et C) COPIE MODÈLE POUR DISTRIBUTION TEST DE CONNAISSANCES LINGUISTIQES (Niveaux B et C) COPIE MODÈLE POUR DISTRIBUTION Voici un modèle réduit des épreuves écrites du test de connaissances destiné aux candidats externes. Le test vous permettra

Plus en détail

les cahiers de l UNAPEI

les cahiers de l UNAPEI les cahiers de l UNAPEI 01 handicaps guide pratique de la communication aidée pour faciliter l accès à l information et à la communication au service de la participation des personnes handicapées intellectuelles

Plus en détail

Prise en charge des élèves présentant un trouble spécifique du langage au Collège Claude Monet de Magny-en-Vexin (Val d Oise)

Prise en charge des élèves présentant un trouble spécifique du langage au Collège Claude Monet de Magny-en-Vexin (Val d Oise) Prise en charge des élèves présentant un trouble spécifique du langage au Collège Claude Monet de Magny-en-Vexin (Val d Oise) Depuis 2002, les élèves présentant un trouble spécifique du langage ( TSL )

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

3. Comment mener sa recherche

3. Comment mener sa recherche Sommaire 3. Comment mener sa recherche... 1 A. Quelle sera ma démarche documentaire?... 1 B. Savoir utiliser les outils... 1 a) Contenu des ouvrages de référence... 1 b) Quand interroger un catalogue de

Plus en détail

Troubles de lecture au collégial Compte-rendu d un projet PARÉA

Troubles de lecture au collégial Compte-rendu d un projet PARÉA Troubles de lecture au collégial Compte-rendu d un projet PARÉA Zohra Mimouni, Collège Montmorency Laura King, Cégep André-Laurendeau Chantal Courtemanche, Collège Montmorency Troubles de lecture? Distinguer

Plus en détail

Concours externe de recrutement de Secrétaire Administratif de l Education Nationale et de l Enseignement Supérieur de classe normale

Concours externe de recrutement de Secrétaire Administratif de l Education Nationale et de l Enseignement Supérieur de classe normale Rapport de jury Concours externe de recrutement de Secrétaire Administratif de l Education Nationale et de l Enseignement Supérieur de classe normale - Session 2010 - I Calendrier des opérations Mardi

Plus en détail

Hélène Weber Illustrations de Dominique Donckels OBJECTIF MÉMOIRE

Hélène Weber Illustrations de Dominique Donckels OBJECTIF MÉMOIRE Hélène Weber Illustrations de Dominique Donckels OBJECTIF MÉMOIRE Au lycée et à l université, (re)trouvez le goût de travailler avec plaisir et efficacité Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55702-2

Plus en détail

APPRENDRE À LIRE. Animation de circonscription Brest Iroise

APPRENDRE À LIRE. Animation de circonscription Brest Iroise APPRENDRE À LIRE Animation de circonscription Brest Iroise Sylvaine Talarmin, CPC, Avril 2013 ENJEUX DE LA FORMATION S informer des connaissances scientifiques sur les neurosciences cognitives de la lecture

Plus en détail

Demande de soutien de l emploi

Demande de soutien de l emploi Ministère des Services sociaux et communautaires Demande de soutien de l emploi Veuillez écrire en lettres moulées : Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées Soutien de l emploi N o de dossier

Plus en détail

Commentaire pour l enseignant Suisse Quiz

Commentaire pour l enseignant Suisse Quiz Commentaire pour l enseignant Suisse Quiz Teste tes connaissances de la Suisse Suisse Quiz Page 2 I 11 Sommaire Le concept 3 Aperçu du didacticiel 4 Les différents éléments du didacticiel 5 1. Séquence

Plus en détail

RÉCIT DES DÉCOUVERTES

RÉCIT DES DÉCOUVERTES RÉCIT DES DÉCOUVERTES Motivations: En raison de la validation du stage de découverte de première année, mon choix s est porté beaucoup plus sur un emploi salarié en période estivale. En effet, il était

Plus en détail

CONTENU DE LA FORMATION du 1er NIVEAU

CONTENU DE LA FORMATION du 1er NIVEAU CONTENU DE LA FORMATION du 1er NIVEAU Nos enfants saturés de règles et de par coeur ont tendance à la passivité. Pour éveiller leur curiosité et leur soif d'apprendre, je vous propose de les aider : -

Plus en détail

Capacité Domaine Sciences, Technologies, Santé Capacité d'orthophonie

Capacité Domaine Sciences, Technologies, Santé Capacité d'orthophonie Capacité Domaine Sciences, Technologies, Santé Capacité d'orthophonie Objectifs Publics Prévenir les troubles de la parole et du langage, les dépister, les évaluer et les rééduquer constituent la pratique

Plus en détail

LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER

LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER Gilles Roux LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER Pourquoi tant de chefs sont-ils nuls? Mon Petit Éditeur en collaboration avec les Éditions Majarogi Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :

Plus en détail

Toutes ces remarques sont-elles pertinentes?

Toutes ces remarques sont-elles pertinentes? Toutes ces remarques sont-elles pertinentes? Les enseignants stagiaires ont relevé les remarques des professeurs écrites sur les cahiers des élèves pour une période donnée. Nous les avons classées et analysées

Plus en détail

SPECIALITE ISN (Initiation aux Sciences Numériques)

SPECIALITE ISN (Initiation aux Sciences Numériques) BOUCHENOIRE MENIN Julie TS2 SPECIALITE ISN (Initiation aux Sciences Numériques) Groupe : MIGNOT Maëlys BOUCHENOIRE MENIN Julie Projet : SURFNET 2014-2015 1. Présentation du projet, origine, but et lancement

Plus en détail

Atelier POUR UNE DÉMARCHE INDUCTIVE DANS L ENSEIGNEMENT DE LA GRAMMAIRE EN FLE

Atelier POUR UNE DÉMARCHE INDUCTIVE DANS L ENSEIGNEMENT DE LA GRAMMAIRE EN FLE Atelier POUR UNE DÉMARCHE INDUCTIVE DANS L ENSEIGNEMENT DE LA GRAMMAIRE EN FLE Carlos SOUZA DA SILVA Professeur à l Alliance Française de São Paulo Résumé : Si le Cadre européen commun de référence pour

Plus en détail

meta Association pour les

meta Association pour les meta Association pour les opportunités des jeunes migrants Formation pour les parents d enfants étrangers L école tchèque Information sur l éducation tchèque Structure de l éducation tchèque De 3 à 6 ans

Plus en détail

Compréhension de textes narratifs courts au CE. Mercredi 23 janvier 2013

Compréhension de textes narratifs courts au CE. Mercredi 23 janvier 2013 Formation Hors Temps Scolaire Circonscription de Valenciennes Escaudain Compréhension de textes narratifs courts au CE Mercredi 23 janvier 2013 D.Bar Directeur/Enseignant Cycle 3 Ecole Charles Perrault

Plus en détail

Grille des Adaptations

Grille des Adaptations Grille des Adaptations NOM :.. Prénom : Classe :. Page 1 SOMMAIRE 1. Les Objectifs et l Utilisation de la grille Page 2 2. Grille des adaptations AidOdys Page 3 3. Quelques conseils pédagogiques Page 5

Plus en détail

MAÎTRISE DES SAVOIRS DE BASE. Nomenclature desmodules

MAÎTRISE DES SAVOIRS DE BASE. Nomenclature desmodules MAÎTRISE DES SAVOIRS DE BASE Nomenclature desmodules A0 :Identifier lesbesoins en Savoirs de Base et définir le parcours de formation. A1 :Se mettre à niveau à l écrit pour répondre aux exigences professionnelles.

Plus en détail

Semaine nationale des mathématiques 2015. Action académique liaison CM2-6 e

Semaine nationale des mathématiques 2015. Action académique liaison CM2-6 e Descriptif de l action : Semaine nationale des mathématiques 2015 Action académique liaison CM2-6 e Il s agit de proposer aux élèves d une classe de CM2 et d une classe de sixième associées de résoudre

Plus en détail

Libre opinion : Musicologie et informatique

Libre opinion : Musicologie et informatique Libre opinion : Musicologie et informatique par Hélène Charnassé C est avec un très grand intérêt que j ai reçu l un des précédents Bulletins de notre Association, consacré aux grands travaux réalisés

Plus en détail

Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement»

Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement» Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement» N 1 Novembre 2015 Créée il y a 19 ans, la semaine européenne de l emploi des personnes handicapées a pour objectif de lutter contre les préjugés, et

Plus en détail

Les difficultés de réussite des étudiants immigrants dans les stages des programmes techniques au collégial 1

Les difficultés de réussite des étudiants immigrants dans les stages des programmes techniques au collégial 1 Les difficultés de réussite des étudiants immigrants dans les stages des programmes techniques au collégial 1 É d i t h e Ga u d e t, professeure de sociologie au collège Ahuntsic, chargée de projet au

Plus en détail

sommaire Introduction...11 La conception des jumeaux

sommaire Introduction...11 La conception des jumeaux Titre partie sommaire Introduction..............................11 La conception des jumeaux «Avoir des jumeaux saute une génération.»...........17 «Les vrais jumeaux sont toujours dans la même poche.»..23

Plus en détail

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice.

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice. Académie de Dijon LETTRES TICE Lire, écrire, publier à l aide d internet Récit d expérience d une aventure éditoriale http://lettres.ac-dijon.fr http://www.lettrestice.com Lire, écrire, publier à l aide

Plus en détail

Catalogue de formations SYDO

Catalogue de formations SYDO Catalogue de formations SYDO 2014-2015 expliquer en images et en dessins Intégrer des images sur des supports de formation permet de capter l attention des apprenants et améliorer leur mémorisation. Il

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE

ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE EVALUATION PARTICIPATIVE DU PROJET DE SERVICE QUESTIONNAIRE A DESTINATION DES USAGERS Nous vous proposons de participer à l évaluation du projet de service. Votre participation

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

Enquête sur la France des classes moyennes Vague 3

Enquête sur la France des classes moyennes Vague 3 Enquête sur la France des classes Vague 3 Tome 2 : Focus sur l école FD/JF/FG/MCP N 112507 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Jérôme Fourquet / Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Département Opinion et

Plus en détail

La grammaire comme fondement de la compréhension, MULLER Béatrice

La grammaire comme fondement de la compréhension, MULLER Béatrice La grammaire comme fondement de la compréhension, MULLER Béatrice Grammaire 08 La kinesthésie au service de l apprentissage de l orthographe expérimentation antérieure au GRF L accord de l adjectif qualificatif

Plus en détail

Préface de la première édition

Préface de la première édition Préface de la première édition AU détour d une phrase ou d un mot, un livre choisi sait toujours vous apporter ce que vous attendez, ici et maintenant. La lecture de ce livre n est pas linéaire, elle s

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe III Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe III Définition des épreuves Annexe III Définition des épreuves EP1 : Épreuve professionnelle liée au contact avec le client et/ou l usager Coefficient : 4 Objectif de l épreuve : Cette épreuve vise à apprécier la maîtrise des techniques

Plus en détail

Couverture: Stojan & Voumard SA, communication visuelle Dessins: Nicole Rossi Mise en page: Fondation Foyer-Handicap, secteur micro-édition des

Couverture: Stojan & Voumard SA, communication visuelle Dessins: Nicole Rossi Mise en page: Fondation Foyer-Handicap, secteur micro-édition des Couverture: Stojan & Voumard SA, communication visuelle Dessins: Nicole Rossi Mise en page: Fondation Foyer-Handicap, secteur micro-édition des Voirets PROGRAMME DE FORMATION JANVIER À JUIN 2016 SOMMAIRE

Plus en détail

Améliorer l'orthographe par la mise en place d'un codage des erreurs et d'une aide à la relecture

Améliorer l'orthographe par la mise en place d'un codage des erreurs et d'une aide à la relecture Améliorer l'orthographe par la mise en place d'un codage des erreurs et d'une aide à la relecture Plan 1 Constats et rappels 2 Objectifs 3 Rappels des textes officiels 4 Présentation de la typologie et

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail