LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A"

Transcription

1 LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A NOUVEAU POSITION SUR LA PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES EN REGION (SYSTEME DES GARDES LIBERALES-PDSA) MARS 2013 HISTORIQUE Depuis quelques années les associations du Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS) enregistrent les doléances de nombreux usagers qui éprouvent des difficultés à trouver un médecin de garde la nuit, le samedi, le dimanche et pendant les congés de leur médecin traitant. Ces difficultés conduisent à des comportements nouveaux et en particulier à un recours au service des urgences hospitalières par une catégorie de la population qui jusquelà faisait appel à son médecin traitant ou à un médecin de garde parfaitement identifié. Depuis le vote de la loi «Hôpital, Patients, Santé, Territoires» (HPST), le pilotage de la permanence des soins ambulatoires est assuré par les Agences Régionales de Santé (ARS). Auparavant le système fonctionnait sous la responsabilité des Conseils départementaux de l ordre de médecins qui dressaient le tableau des médecins volontaires de garde dans chacun des secteurs géographiques (96 dans le Nord et 57 dans le Pas de Calais), les Préfets procédant, si nécessaire, à des réquisitions. Les textes qui réglementent aujourd hui l organisation de la permanence des soins sont les articles 49 et 118 de la loi HPST et le décret du 13 Juillet Par ailleurs, la Haute Autorité de Santé (HAS) a diffusé des recommandations détaillées sur le fonctionnement de la permanence des soins ambulatoires. Le CISS a participé depuis juillet 2010 à plusieurs réunions destinées à mettre en œuvre ces nouveaux textes, que ce soit au niveau de l ARS ou des CODAMUPS-TS (COmité Départemental de l'aide Médicale Urgente, de la Permanence des Soins et des Transports Sanitaires). Elles ne se sont pas toujours bien déroulées du point de vue des usagers, mais un nouveau dispositif en a découlé et a été mis en place depuis le 15 septembre 2012 dans le cadre d un cahier des charges régional arrêté par l ARS. Il doit être complété dans les prochaines années. RAPPEL DES DISPOSITIONS issues des textes RÉGLEMENTAIRES nationaux La permanence des soins (médecine de garde) est organisée au niveau de secteurs géographiques définis par l ARS dans le cadre d une mission de service public, reposant sur le volontariat des médecins. La réponse aux besoins de soins non programmés doit être apportée : Tous les jours, de 20h00 à 8h00, Les dimanches et jours fériés de 8h00 à 20h00, Eventuellement, le samedi à compter de 12 H00, le lundi précédant un jour férié, le vendredi et le samedi suivant un jour férié (selon les besoins de la population). 1

2 La permanence des soins est assurée par des médecins exerçant en cabinet, maison, pôle et centre de santé, associations de permanence des soins ; et par tout autre médecin ayant conservé une pratique clinique. Elle peut également être assurée par les établissements de santé, dans des conditions fixées par l ARS. L accès au médecin de permanence fait l objet d une régulation médicale téléphonique, accessible par le 15 et organisée par le SAMU L accès peut également être assuré par les numéros des centres d appel des associations de permanence de soins (interconnexion obligatoire avec le centre de réception et de régulation, convention avec le SAMU). Les appels, ainsi que les réponses du médecin régulateur (y compris les prescriptions), sont enregistrés. Le médecin régulateur décide de la réponse adaptée à la demande de soins : Conseils médicaux, thérapeutiques ; Prescription médicamenteuse par téléphone ; Déclenchement de l aide médicale urgente ; Orientation vers le médecin de garde ; Visite à domicile Lorsque la prescription nécessite l établissement d une ordonnance médicamenteuse écrite, elle est adressée à une pharmacie. Les conditions de transport des patients vers les lieux de consultation, lorsqu ils ne peuvent se déplacer, sont.déterminées par l ARS. Les principes d organisation de la permanence des soins font l objet d un cahier des charges régional arrêté par l ARS, dans le respect des objectifs du Schéma Régional d Organisation des Soins (SROS). Objet du Cahier des Charges Description de l organisation générale de l offre de soins, en réponse aux demandes de soins non programmées ; Indication des lieux fixes de consultation Description de l organisation de la régulation des appels ; Conditions d organisation des secteurs de chaque département ; Définition des indicateurs de suivi, des conditions d évaluation du fonctionnement, du recueil des incidents et de l information de la Conférence Régionale de la Santé et de l Autonomie (CRSA) et du CODAMUPS-TS. 2

3 CE QUI CHANGE DANS LE NOUVEAU SYSTÈME DE GARDE DU NORD-PAS-DE- CALAIS : L ANALYSE CRITIQUE DES DISPOSITIONS DU CAHIER DES CHARGES Remarque préliminaire : Comme le prévoit le décret du 13 juillet 2010, l accès au médecin de permanence fait l objet d une régulation médicale téléphonique. Le cahier des charges de la permanence des soins rédigé par l ARS distingue donc la «régulation» qui consiste en la réception et l analyse des appels téléphoniques ainsi que la réponse (téléphonique) à la demande soins, de «l effection» qui concerne la dispensation «physique» des soins par un médecin (médecin de garde, secours d urgence, établissement hospitalier ). 1- La régulation téléphonique Dans les deux départements, la régulation téléphonique fonctionne en semaine de 20h à 6h et le week-end, du samedi 12h au lundi 6h. Bien qu il fasse référence aux textes réglementaires, le cahier des charges régional fait cesser le fonctionnement de la régulation (traitement des appels téléphoniques) à 6h00 le matin, au lieu de 8h00. Son fonctionnement est toutefois assuré jusqu à 8h les dimanches et jours et fériés. Le décret du 13 juillet 2010 prévoit l accès à la régulation par le N de téléphone 15 (N simplifié d appel d urgence), l accès pouvant également être assuré par les Numéros des centres d appel des associations de permanence de soins. En fait, le cahier des charges régional ne prévoit pas l accès par le 15 mais par chacun des 2 numéros d appel différents à 10 chiffres (1 pour le Nord et 1 pour le Pas de Calais) ainsi que par le N à 4 chiffres de SOS médecins pour certains territoires. L équipe de régulation est composée d assistants de régulation (personnel non médecin) et de médecins régulateur libéraux (médecins généralistes volontaires). D après le cahier des charges, c est l assistant qui prend en charge l appel (sous la responsabilité du médecin), détermine le degré d urgence et décide de la réponse à mettre en œuvre. Par ailleurs, dans sa partie «orientations», le cahier des charges prévoit que ces assistants (qui ne sont pas médecins) pourront orienter directement le patient vers le médecin de garde sans intervention du médecin régulateur. étant précisé que les missions des assistants devront être définies ultérieurement par un protocole. Le décret du 13 juillet 2010 précise que «l accès au médecin de permanence fait l objet d une régulation médicale téléphonique préalable organisée par le service d aide médicale d urgence». Il mentionne exclusivement l intervention du médecin régulateur en réponse à la demande de soins. Les missions de l assistant de régulation sont définies dans les recommandations de la HAS de Mars 2011 qui rappelle, notamment, que l acte de régulation est un acte médical, la décision de mise en œuvre prise dans certaines circonstances par l assistant de régulation devant être soumise à la validation du médecin régulateur. 3

4 2- L effection (la dispensation des soins) Compte tenu du faible nombre de demande d intervention en «nuit profonde» (0 à 8h00) et d un cadrage budgétaire régional très contraignant, l effection par les médecins libéraux cesse à 0h00 pour être transférée sur les services d urgences hospitaliers. Toutefois, à titre expérimental, 7 grands territoires 1 sont dotés chacun d un médecin généraliste «grand effecteur» missionné, après régulation téléphonique, pour se rendre à domicile ou en institution afin de dispenser des soins à des populations prioritaires (personnes âgées à domicile, en établissement, enfants de familles mono-parentales, invalides). Il faut rappeler ici que le décret du 13 juillet 2010, ainsi que les recommandations de la Haute Autorité de Santé, n établissent pas de sélection dans la population pour bénéficier du dispositif de permanence des soins.. L annexe 4 du cahier des charges traite notamment de la situation des personnes prises en charge en Hospitalisation A Domicile (HAD), d une part et celle des personnes résidant en Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD), d autre part. Y sont exposées les difficultés inhérentes à la continuité et aux besoins de soins durant les horaires de la permanence ambulatoire, par défaut de médecin disponible. Le texte renvoie à des travaux devant permettre ultérieurement de trouver des solutions. Il précise, toutefois, que l HAD ne faisant pas partie de la permanence des soins, elle ne donnera pas lieu à modification du cahier des charges. Quant aux personnes hébergées en EHPAD, si elles relèvent bien du dispositif de la permanence des soins, seules celles dont l établissement se situe dans les 7 grands territoires pourront réellement en bénéficier du fait de l activité expérimentale des 7 «grands effecteurs». 3- Modalités d exercice de l effection L effection (dispensation «physique» de l acte médical), lorsqu elle a été ordonnancée par le médecin régulateur, est assurée par les médecins libéraux «de garde» de 20h00 à 24h00 en semaine, le samedi de 12h00 à 24h00, les dimanches et jours fériés, de 8h00 à 24h00, le lundi (8h00-24h00) lorsqu il précède un jour férié, le vendredi et le samedi (8h00-24h00) lorsqu ils suivent un jour férié. La dispensation de soins (l effection) se fait par consultation, prioritairement en maison médicale de garde (lorsqu elle existe), ensuite au cabinet du médecin de garde et enfin, si cela se justifie médicalement, par une visite à domicile. De minuit à 8h00, l effection libérale est transférée sur les services d urgence hospitaliers. Le cahier des charges est muet sur les modalités de l effection assurée durant cette tranche horaire. 1 Fruges-Hesdin, Béthune-Loos-Barlin, Avesnois, Valenciennois, Métropole lilloise, Roubaix-Tourcoing, Dunkerquois 4

5 Il renvoie au 1 er semestre 2013 les travaux à mener pour articuler la permanence des soins avec les gardes pharmaceutique et ambulancière, alors même que, d une part, le médecin du centre de régulation téléphonique peut être amené à prescrire la délivrance de médicaments et, d autre part, que le décret du 13 juillet 2010 indique que l ARS doit déterminer les conditions d organisation des transports des patients vers les lieux de consultation lorsque ceux-ci ne peuvent se déplacer par leurs propres moyens. Le cahier des charges autorise la remontée des difficultés à l ARS en particulier par les associations d usagers. LES POSITIONS DU CISS EN JANVIER 2013, LES ACTIONS A ENTREPRENDRE 1- Le CISS constate que la pratique des médecins généralistes a évolué au cours des dernières années, conduisant à une restriction des horaires de présence, dans la semaine et dans l année. Pour le CISS, la permanence des soins ambulatoires doit tenir compte de cette évolution (Samedi matin). 2- Le CISS constate que de nombreux médecins restent mobilisés dans le Nord-Pas-de- Calais pour assurer des gardes coordonnées par une régulation téléphonique. Il souhaite que cela puisse se poursuivre dans les prochaines années. 3- Le CISS est très favorable au développement des maisons médicales de garde et du tiers payant dans ces maisons ainsi que des maisons de santé assurant un plus large horaire de permanence des soins. 4- Le CISS constate que le numéro d appel du service de garde de chaque département (Médi ligne : Nord : , Pas-de-Calais : ) est peu connu et a peu de chance de le devenir compte tenu de sa complexité. Par ailleurs, se juxtapose, dans certains territoires, le N d appel spécifique de SOS Médecins. Il souhaite la mise en place d un numéro très simplifié commun au Nord et au Pas-de-Calais. Si ce numéro simplifié ne peut être mis en place pour janvier 2014, le CISS demandera publiquement le retour au n d appel 15 prévu dans le décret Le CISS constate que la régulation téléphonique s arrête à 6h00 au lieu de 8h00 et que le rôle de l assistant de régulation pourrait évoluer (orientation du patient sans l intervention et la validation par le médecin régulateur). Le CISS constate que l intervention du médecin «effecteur» (le médecin «de garde» qui dispense physiquement les soins) est supprimée après minuit, la permanence étant alors assurée par les services d urgence des hôpitaux, la régulation téléphonique devenant commune au Nord et au Pas-de-Calais. Le CISS se doit d être vigilant sur ce nouveau système qui introduit des différences de traitement en créant dans sept territoires de la région un poste de médecin de garde «grand effecteur» mais qui n interviendra qu auprès de populations bien spécifiques. Une attention particulière devra être portée sur cette nouvelle organisation et notamment ses conséquences dans le fonctionnement des urgences hospitalières, les transports sanitaires, les prescriptions pharmaceutiques, la permanence des soins en EHPAD et dans le cadre de l hospitalisation à domicile (HAD). 5

6 6- Le CISS Nord-Pas-de-Calais essaiera de faire un point sur les dispositifs de permanence des soins ambulatoires dans les autres régions françaises et sur la place du 15 dans ces dispositifs. 7- Le CISS procédera en 2013 à une nouvelle visite des centres de régulation de Lille et d Arras avant et après minuit. 8- Le CISS utilisera les paroles des usagers recueillis dans le projet OTUS pour mettre en lumière le fonctionnement réel de la permanence des soins ambulatoires. 9- Le CISS rappelle que le tarif des visites à domicile dans le cadre de la garde libérale est actuellement de Période horaire Consultations Visites à domicile 20h00-24h00 et 6h00-8h euros 69 euros 24h00-6h euros 78 euros Dimanche et jours fériés 49.5 euros 53 euros L enquête du Conseil National de l ordre des médecins de janvier 2013 Le Conseil National de l Ordre des Médecins (CNOM) a récemment publié les résultats de son enquête nationale sur «l état des lieux de la permanence des soins en médecine générale», assurée par les médecins généralistes et sur les modalités de son organisation. La lecture de l enquête du CNOM conforte notre analyse sur différents points : l arrêt de l effection après minuit - (positions 2 et 5 du CISS) Le CNOM déplore l arrêt de l effection (l intervention «physique» du médecin de garde) après minuit sans renforcement, en corollaire, du nombre de médecins «régulateurs» (répondant au téléphone) et sans information précise sur les établissements de santé relais. Les sites dédiés à la PDSA (Maisons médicales de Garde) - (position 3 du CISS) Le CNOM recommande le développement des sites dédiés à la PDSA : les Maisons médicales de garde, ainsi que l information du public sur leur présence, tout en soulignant la fragilité des financements devant permettre leur pérennité. Le N d appel téléphonique - (position 4 du CISS) Le CNOM ne recense que 37 départements utilisant un N d appel différent du 15 et souligne que ces N d appel différents ne progressent plus, les ARS préférant utiliser le 15. Le fonctionnement de la régulation téléphonique - (position 5 du CISS) Le CNOM rappelle que la régulation est un acte médical et que toute intervention médicale déclenchée en faveur du patient doit l être par un médecin régulateur dédié à cette activité. Les transports - (position 5 du CISS) Le CNOM souligne l absence de mesure permettant le transport adapté des patients vers les établissements de santé lorsqu ils ne sont pas en capacité de se déplacer, notamment en nuit profonde (de minuit à 8h). Les télé-prescriptions pharmaceutiques - (position 5 du CISS) Le CNOM relate l absence de développement de la télé-prescription, alors que les médecins régulateurs demandent que des moyens soient mis en place pour la rendre effective. Les résidents des Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) (position 5 du CISS) Le CNOM rappelle que l EHPAD est le domicile du patient et que dans la majorité des départements, ce sont les médecins de garde qui assurent la prise en charge. Toutefois, avec l arrêt de l effection en nuit profonde, cette prise en charge devient de plus en plus problématique, alors que le déplacement des résidents est rarement envisageable. 6

Définition La permanence des soins ambulatoires est un dispositif sanitaire permettant au citoyen de recourir à un médecin généraliste :

Définition La permanence des soins ambulatoires est un dispositif sanitaire permettant au citoyen de recourir à un médecin généraliste : FICHE 1 LA PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES Dossier de presse Définition La permanence des soins ambulatoires est un dispositif sanitaire permettant au citoyen de recourir à un médecin généraliste : -

Plus en détail

Cahier des charges de la permanence des soins ambulatoires de la région Franche-Comté

Cahier des charges de la permanence des soins ambulatoires de la région Franche-Comté Cahier des charges de la permanence des soins ambulatoires de la région Franche-Comté 1 DEFINITION DE LA PERMANENCE DES SOINS La mission de permanence des soins (PDS) ambulatoire est une mission de service

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

Mise en place du numéro 39 66 Allo Docteur en Midi-Pyrénées

Mise en place du numéro 39 66 Allo Docteur en Midi-Pyrénées Direction émettrice : Direction de l Offre de Soins et de l Autonomie (DOSA) Département Premier Recours Affaire suivie par : Dr Thierry GODET Dr Christine SAGNES-RAFFY Courriel : thierry.godet@ars.sante.fr

Plus en détail

LA PERMANENCE DE SOINS EN ILE-DE-FRANCE CADRE LÉGISLATIF, FONCTIONNEMENT

LA PERMANENCE DE SOINS EN ILE-DE-FRANCE CADRE LÉGISLATIF, FONCTIONNEMENT LA PERMANENCE DE SOINS EN ILE-DE-FRANCE CADRE LÉGISLATIF, FONCTIONNEMENT ARTICLE 77 DU CODE DE DEONTOLOGIE Il est du devoir du médecin de participer à la permanence des soins dans le cadre des lois et

Plus en détail

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre :

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91 Le 13 octobre 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre

Plus en détail

Recommandations pour le projet de santé et règlement intérieur des centres de santé

Recommandations pour le projet de santé et règlement intérieur des centres de santé Recommandations pour le projet de santé et règlement intérieur des centres de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Permanence des soins ambulatoire. NUIT, WE, jours fériés, POUR JOINDRE UN MEDECIN. Composez le

DOSSIER DE PRESSE. Permanence des soins ambulatoire. NUIT, WE, jours fériés, POUR JOINDRE UN MEDECIN. Composez le Conseil de l'ordre des médecins de la Creuse DOSSIER DE PRESSE Permanence des soins ambulatoire A partir du 1 er octobre 2012, partout en Creuse NUIT, WE, jours fériés, POUR JOINDRE UN MEDECIN Composez

Plus en détail

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent PLAN NATIONAL 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie SYNTHESE RAPPEL DES 4 AXES AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui

Plus en détail

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MASSEURS- KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes

Plus en détail

AVIS D APPELS A PROJETS

AVIS D APPELS A PROJETS AVIS D APPELS A PROJETS Dans le cadre de la mise en œuvre du programme régional et interdépartemental d accompagnement des handicaps et de la perte d autonomie 010-013 et des orientations du plan Solidarité

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

Document validé en CNP le 17/12/2010 et présenté aux DG ARS le 21/01/2011.

Document validé en CNP le 17/12/2010 et présenté aux DG ARS le 21/01/2011. Cahier des charges de la formation pour les représentants des usagers siégeant dans les diverses instances régionales et locales du système de santé Document validé en CNP le 17/12/2010 et présenté aux

Plus en détail

Numérotation : Modification de la décision n 02-1179 établissant la liste des numéros d urgence

Numérotation : Modification de la décision n 02-1179 établissant la liste des numéros d urgence Décembre 2015 Numérotation : Modification de la décision n 02-1179 établissant la liste des numéros d urgence Consultation publique (9 décembre 15 janvier 2016) ISSN : 2258-3106 Autorité de régulation

Plus en détail

NOR: SANH0321568A. Vu le décret n 84-131 du 24 février 1984 modifié portant statut des praticiens hospitaliers ;

NOR: SANH0321568A. Vu le décret n 84-131 du 24 février 1984 modifié portant statut des praticiens hospitaliers ; ARRETE Arrêté du 30 avril 2003 relatif à l organisation et à l indemnisation de la continuité des soins et de la permanence pharmaceutique dans les établissements publics de santé et dans les établissements

Plus en détail

Projet de Loi de Santé. Réunion d'information. Caen jeudi 11 décembre

Projet de Loi de Santé. Réunion d'information. Caen jeudi 11 décembre Projet de Loi de Santé Réunion d'information Caen jeudi 11 décembre 1 Avec le soutien de l ensemble des syndicats et représentants de la médecine libérale en Basse-Normandie 2 57 articles dont la plupart

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1 QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES «EXPERIMENTATION DE NOUVEAUX MODES D ORGANISATIONS DES SOINS DESTINES A OPTIMISER LES PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

Plus en détail

RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL

RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL Date : Jeudi 30 Mai 2013, Salle du Conseil de l Hôtel de Ville Participants : annexe 1 Déroulement de la réunion 1. Accueil par Monsieur

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Lien hôpital ville. - douleur chronique

Lien hôpital ville. - douleur chronique Lien hôpital ville - douleur chronique 1 ere année Cette labellisation vise à distinguer des expériences exemplaires et des projets innovants traduisant l'engagement dans la promotion des droits des patients.

Plus en détail

Le Directeur général de l Agence régionale de santé Centre-Val de Loire,

Le Directeur général de l Agence régionale de santé Centre-Val de Loire, AGENCE REGIONALE DE SANTE CENTRE-VAL DE LOIRE ARRÊTÉ N 2015-OSMS-211 Portant rectification d erreur matérielle relevée dans l arrêté n 2015-OSMS-0109 relatif à l organisation de la permanence des soins

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-50 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-50 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-50 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Action 1 : Améliorer l accessibilité à l offre de soins pour les personnes âgées et personnes en situation de handicap isolées notamment

Plus en détail

Charte de partenariat du CLIC Métropole Nord Ouest Renseignements et informations : Monsieur Olivier MILOWSKI, Directeur, CLIC Métropole Nord Ouest, 100 rue du Général Leclerc 59350 SAINT ANDRE Téléphone

Plus en détail

FICHE ENFANCE : Accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) Mercredis et vacances scolaires

FICHE ENFANCE : Accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) Mercredis et vacances scolaires Ville de Roissy en Brie 9, rue Pasteur 77680 ROISSY EN BRIE FICHE ENFANCE : Accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) Mercredis et vacances scolaires Il s agit de ce que l on appelle traditionnellement

Plus en détail

Réunion des EHPAD 2 ème rencontre. 3 novembre 2014 EHPAD Herold

Réunion des EHPAD 2 ème rencontre. 3 novembre 2014 EHPAD Herold Réunion des EHPAD 2 ème rencontre 3 novembre 2014 EHPAD Herold Ordre du jour Résumé des échanges de la première réunion / Rappel des objectifs Déclinaison des sept actions à mettre en œuvre dans un délai

Plus en détail

Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires

Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires n 95.09 PB/GM Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Après cinq mois d intenses débats parlementaires, la loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital

Plus en détail

Les outils SI au service du parcours de santé

Les outils SI au service du parcours de santé Les outils SI au service du parcours de santé (atelier 3) Emilie DELAGE, Sage-Femme coordinatrice de réseau de périnatalité 92 Sud Isabelle LEROUX, Directrice de projet au GCS-DSISIF Aurélie MISME, Médecin

Plus en détail

Chapitre XII La permanence des soins

Chapitre XII La permanence des soins Chapitre XII La permanence des soins LA PERMANENCE DES SOINS 337 PRESENTATION La mission de service public de la permanence des soins permet de répondre aux demandes de soins la nuit, les week-ends, les

Plus en détail

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R.

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R. A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET 1 Diagnostic : Le projet de création d une micro halte-garderie au Centre Social repose sur des données statistiques concernant

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RÉGIONAL

CAHIER DES CHARGES RÉGIONAL Région Île-de-France CAHIER DES CHARGES RÉGIONAL fixant les conditions d organisation de la permanence des soins ambulatoires Arrêté DGARS du 17 décembre 2015 n DOSMS-2015-328 PREAMBULE La Loi HPST confie

Plus en détail

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité Direction générale de l action sociale Sous-direction

Plus en détail

Guide d aide à la préparation de l organisation des soins en situations sanitaires exceptionnelles. Document de travail DUS

Guide d aide à la préparation de l organisation des soins en situations sanitaires exceptionnelles. Document de travail DUS Guide d aide à la préparation de l organisation des soins en situations sanitaires exceptionnelles Document de travail DUS Objectifs Se préparer à la gestion d une SSE susceptible «d engendrer une augmentation

Plus en détail

État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire

État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire 2014 État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire Avec le soutien de l ARS Pays de la Loire et le financement du FIR REMERCIEMENTS L URPS Médecins

Plus en détail

PARIS (75) Agence régionale de santé d Ile-de-France Mars 2013 1

PARIS (75) Agence régionale de santé d Ile-de-France Mars 2013 1 PARIS (75) 1 I. ETAT DES LIEUX DEPARTEMENTAL I. A - Caractéristiques géographiques et démographiques du département a. Caractéristiques géographiques Superficie : 105,40 km 2 (0,87% de la superficie régionale)

Plus en détail

Convention d accueil

Convention d accueil Les Coquelicots MmmmMMONTMont Chaussée de Mons 61 B-6150 ANDERLUES Belgique Tél :0032 (0)71 523452 Fax :0032(0)71 523452 Email : hap.anderlues@gmail.com www.directionlaneffe.wix.com/mas-apc Convention

Plus en détail

Surveillance épidémiologique des noyades

Surveillance épidémiologique des noyades Juillet 2010 Maladies chroniques et traumatismes Maladies chroniques et traumatismes Surveillance épidémiologique des noyades Enquête NOYADES 2009, 1 er juin-30 septembre 2009 Synthèse des résultats Bertrand

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D APPEL À PROJETS CAHIER DES CHARGES. Avis d appel à projets n CPH 2015

CAHIER DES CHARGES D APPEL À PROJETS CAHIER DES CHARGES. Avis d appel à projets n CPH 2015 Annexe 3 CAHIER DES CHARGES D APPEL À PROJETS CAHIER DES CHARGES Avis d appel à projets n CPH 2015 Pour la création de places en Centres provisoires d hébergement (CPH) DESCRIPTIF DU PROJET NATURE PUBLIC

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L INTERNAT

REGLEMENT INTERIEUR DE L INTERNAT DIRECTION DES AFFAIRES GENERALES ET MEDICALES - R. CHAFFANEL : Directeur Adjoint Tel : 04 75 05 78 53 ou poste 4671 Fax : 04 75 05 78 98 DIRECTION DES ACHATS EQUIPEMENTS ET LOGISTIQUE A. SALA : Directeur

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

La scolarisation des élèves handicapés

La scolarisation des élèves handicapés LA SCOLARISATION DES ÉLÈVES HANDICAPÉS 57 La scolarisation des élèves handicapés Un an après le vote de la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

Cahier des charges. Expérimentation de tutorat des étudiants en soins infirmiers dans les cabinets d infirmiers libéraux

Cahier des charges. Expérimentation de tutorat des étudiants en soins infirmiers dans les cabinets d infirmiers libéraux Cahier des charges Expérimentation de tutorat des étudiants en soins infirmiers dans les cabinets d infirmiers libéraux Sommaire I. Contexte et objectifs de l expérimentation...3 II. Critères d éligibilité...3

Plus en détail

Plan d urgence Officine

Plan d urgence Officine Plan d urgence Officine Maintien de l accès au médicament sur l ensemble du territoire Les officines ont été sévèrement impactées par les baisses de prix sur le médicament. L analyse des comptes des officines

Plus en détail

Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante

Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante SYNTHÈSE / 3 Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante En 2013, l'état a affecté 839,24 millions d'euros au remboursement des soins dentaires. Ces dépenses de remboursement

Plus en détail

LA REFORME DE NOTRE SYSTEME DE SANTE SE MET EN PLACE l UDAF 37 s organise en conséquence

LA REFORME DE NOTRE SYSTEME DE SANTE SE MET EN PLACE l UDAF 37 s organise en conséquence LA REFORME DE NOTRE SYSTEME DE SANTE SE MET EN PLACE l UDAF 37 s organise en conséquence La loi hôpital, patients, santé et territoires (loi HPST) du 21 juillet 2009 modifie en profondeur l organisation

Plus en détail

Annexe : Référentiel national de gestion du temps de travail médical applicable dans les structures de médecine d urgence

Annexe : Référentiel national de gestion du temps de travail médical applicable dans les structures de médecine d urgence Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux

PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux Cahier des charges relatif à la création de structures expérimentales spécialisées dans

Plus en détail

Service Hospitalo-universitaire Psymobile et Centre de Prévention du Suicide

Service Hospitalo-universitaire Psymobile et Centre de Prévention du Suicide Service Hospitalo-universitaire Psymobile et Centre de Prévention du Suicide Dr Michèle Pacaut-Troncin Centre hospitalier Le Vinatier Pôle ouest Psymobile et centre de prévention du suicide michele.pacaut-troncin@ch-le-vinatier.fr

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

Troisième COPIL PAERPA. Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30

Troisième COPIL PAERPA. Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30 Troisième COPIL PAERPA Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30 Troisième COPIL PAERPA 16 décembre 2014 Ordre du jour Introduction Gilles Echardour, Délégué territorial de Paris Les actions PAERPA 1. Conventionnements

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au cahier des charges national du programme de dépistage

Plus en détail

ANNEXE Pharmacies Diagnostic de l offre ambulatoire

ANNEXE Pharmacies Diagnostic de l offre ambulatoire Schéma Régional de l Offre de Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE Pharmacies Diagnostic de l offre ambulatoire 1. DIAGNOSTIC REGIONAL DE LA DELIVRANCE DU MEDICAMENT EN AMBULATOIRE 1.1. Les modes d ouverture

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI 215 Avenue Marechal Lyautey 83700 SAINT RAPHAEL Mars 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

La nouvelle réglementation. Adhérez dès aujourd hui. Contacts PRO BTP

La nouvelle réglementation. Adhérez dès aujourd hui. Contacts PRO BTP La nouvelle réglementation Les solutions santé de PRO BTP Adhérez dès aujourd hui Contacts PRO BTP 2 La nouvelle réglementation 3 DSN obligatoire en mai 2015 pour certaines entreprises Rappel des obligations

Plus en détail

Questions-Réponses sur l application du protocole d accord du 4 mars 2014 sur le travail à distance

Questions-Réponses sur l application du protocole d accord du 4 mars 2014 sur le travail à distance Questions-Réponses sur l application du protocole d accord du 4 mars 2014 sur le travail à distance Questions Comment s applique l accord national lorsqu il existe un accord local sur le télétravail? Réponses

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

RESSOURCES MEDICALES NECESSAIRES AU BON FONCTIONNEMENT D UNE STRUCTURE D URGENCE

RESSOURCES MEDICALES NECESSAIRES AU BON FONCTIONNEMENT D UNE STRUCTURE D URGENCE RESSOURCES MEDICALES NECESSAIRES AU BON FONCTIONNEMENT D UNE STRUCTURE D URGENCE Samu-Urgences de France Décembre 2010 L évaluation du nombre d équivalents temps pleins (ETP) de médecins nécessaires au

Plus en détail

L Assistance Santé. Quand les problèmes de santé désorganisent votre vie quotidienne

L Assistance Santé. Quand les problèmes de santé désorganisent votre vie quotidienne L Assistance Santé Aide à domicile, garde d enfants Des services réservés aux salariés d entreprise Quand les problèmes de santé désorganisent votre vie quotidienne ASSISTANCE TÉLÉPHONIQUE 7J/7 24H/24

Plus en détail

I B - Champ d application existait déjà dans le 2

I B - Champ d application existait déjà dans le 2 Projet accord astreintes 2008 Accord astreintes 2003 I A - Définition légale..la notion d astreintes est également à différencier des interventions hors temps de travail, exceptionnelles ou planifiées.

Plus en détail

Animation de la vie sociale

Animation de la vie sociale Animation de la vie sociale Pour un projet social répondant aux critères d agrément Document à l usage des gestionnaires des structures Département des Interventions Sociales Document réalisé par les Pôles

Plus en détail

Planification hospitalière 2015 lits d attente

Planification hospitalière 2015 lits d attente Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Service de la santé publique Departement für Gesundheit, Soziales und Kultur Dienststelle für Gesundheitswesen Planification hospitalière

Plus en détail

ANNE BATTUT SAGE-FEMME, PARIS

ANNE BATTUT SAGE-FEMME, PARIS ANNE BATTUT SAGE-FEMME, PARIS «D É C L A R E N E P A S A V O I R D I N T É R Ê T D I R E C T O U I N D I R E C T ( F I N A N C I E R O U E N N A T U R E ) A V E C U N O R G A N I S M E P R I V É, I N D

Plus en détail

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2012-86 DU 11 JUIN 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE PAR LA

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-39 DU 19 MARS 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA POSTE MONACO RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

Accueil de loisirs Sans Hébergement (ALSH) du Grand Cahors. Règlement Intérieur*

Accueil de loisirs Sans Hébergement (ALSH) du Grand Cahors. Règlement Intérieur* Accueil de loisirs Sans Hébergement (ALSH) du Grand Cahors Règlement Intérieur* Les Accueils de Loisirs Sans Hébergement du Grand Cahors sont gérés par le Centre Intercommunal d Action Sociale du Grand

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION ANGLAIS PROFESSIONNEL. Lot 1 : cours individuels. Lot 2 : cours collectifs

CAHIER DES CHARGES FORMATION ANGLAIS PROFESSIONNEL. Lot 1 : cours individuels. Lot 2 : cours collectifs Centre de Paris Formation Permanente du Centre INRA de Paris CAHIER DES CHARGES FORMATION ANGLAIS PROFESSIONNEL Lot 1 : cours individuels Lot 2 : cours collectifs Contacts : Viviane BOCK Sdar/FPL Tél.

Plus en détail

Contrat de travail. Salarié du Particulier Employeur Contrat de travail à Durée Déterminée

Contrat de travail. Salarié du Particulier Employeur Contrat de travail à Durée Déterminée Contrat de travail Salarié du Particulier Employeur Contrat de travail à Durée Déterminée Le contrat de travail à durée déterminée est établi par écrit et comporte la définition précise de son motif. A

Plus en détail

Eco-Santé 2006. Dossier de presse

Eco-Santé 2006. Dossier de presse Eco-Santé 2006 Produit par l'irdes Dossier de presse Depuis 1986, l IRDES (ex CREDES) produit et diffuse Eco-Santé. Cet outil unique d interrogation permet un accès instantané aux principales séries statistiques

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR POUR LA STRUCTURE MICRO CRECHE «A-PE-TI-PA»

REGLEMENT INTERIEUR POUR LA STRUCTURE MICRO CRECHE «A-PE-TI-PA» REGLEMENT INTERIEUR POUR LA STRUCTURE MICRO CRECHE «A-PE-TI-PA» SOMMAIRE 1.La structure... 3 2.Les horaires... 3 3.Les Vacances... 3 4.Enfants :... 3 5.Admission :... 3 6.Fonctionnement... 4 7.Résidents

Plus en détail

Edition 2015 de la semaine de la sécurité des patients. Cahier des charges du concours d affiches

Edition 2015 de la semaine de la sécurité des patients. Cahier des charges du concours d affiches Edition 2015 de la semaine de la sécurité des patients Cahier des charges du concours d affiches Date limite de candidature : 15 octobre 2015 Dans le cadre de la prochaine édition de la semaine de la sécurité

Plus en détail

REGLEMENTS INTERIEURS STRUCTURES SCOLAIRES DE LA COMMUNE DE MACHILLY

REGLEMENTS INTERIEURS STRUCTURES SCOLAIRES DE LA COMMUNE DE MACHILLY MAIRIE DE MACHILLY 290 Route des Voirons 04.50.43.51.94 mairie.machilly@wanadoo.fr REGLEMENTS INTERIEURS STRUCTURES SCOLAIRES DE LA COMMUNE DE MACHILLY Règlement intérieur du restaurant scolaire... page

Plus en détail

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM Dossier de presse Canicule Organisation de l AP-HM Eté 2013 1 Canicule Organisation de l AP-HM pour la prise en charge des patients Durant l été 2003, les hôpitaux français ont été confrontés à la prise

Plus en détail

dans le cadre de l ordonnance 2005-649

dans le cadre de l ordonnance 2005-649 APPEL A PROPOSITION 2014 dans le cadre de l ordonnance 2005-649 relative aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au code des marchés publics FORMATION QUALIFIANTE METIERS

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION SUITE À VISITE CIBLÉE. 2 e PROCÉDURE. POLYCLINIQUE DU GRAND SUD 350, avenue Saint-André-de-Codols 30932 NÎMES CEDEX 9

RAPPORT DE CERTIFICATION SUITE À VISITE CIBLÉE. 2 e PROCÉDURE. POLYCLINIQUE DU GRAND SUD 350, avenue Saint-André-de-Codols 30932 NÎMES CEDEX 9 RAPPORT DE CERTIFICATION SUITE À VISITE CIBLÉE 2 e PROCÉDURE POLYCLINIQUE DU GRAND SUD 350, avenue Saint-André-de-Codols 30932 NÎMES CEDEX 9 Janvier 2009 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Dates

Plus en détail

12 engagements pour lutter contre les déserts médicaux

12 engagements pour lutter contre les déserts médicaux 12 engagements g g pour lutter contre les déserts médicaux 1 pacte, 3 objectifs, 12 engagements Changer la formation et faciliter l installation des jeunes médecins engagement 1 Un stage en médecine générale

Plus en détail

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Nous constatons des problèmes ou des insuffisances dans le fonctionnement actuel de l hôpital. Sur l information et la communication

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection Pôle Inspection en Surveillance du Marché Rédacteur : Régis ANDRE Tél : 01 55 87 39 62 Fax : 01 55 87 39 52 Ref : Synthèse Prestataires de services et distributeurs de matériels-v7

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE ETUDE DOMOLIM. Conventions de partenariat PROMOTELEC et REUNICA

DOSSIER DE PRESSE ETUDE DOMOLIM. Conventions de partenariat PROMOTELEC et REUNICA DOSSIER DE PRESSE ETUDE DOMOLIM Conventions de partenariat PROMOTELEC et REUNICA Vendredi 28 novembre 2014 2 DOSSIER DE PRESSE DOMOLIM SOMMAIRE Packs domotiques - Le service Domo Creuse Assistance - Mesurer

Plus en détail

Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE

Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins de mai 2007 Docteur Irène Kahn-Bensaude Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE Le plan psychiatrie et

Plus en détail

PROFESSIONNELS DE SANTÉ? EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE

PROFESSIONNELS DE SANTÉ? EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE DÉLÉGATION, TRANSFERTS, NOUVEAUX MÉTIERS COMMENT FAVORISER DES FORMES NOUVELLES DE COOPÉRATION ENTRE PROFESSIONNELS DE SANTÉ? RECOMMANDATION HAS EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE 1. INTRODUCTION 1.1.

Plus en détail

Les éléments à mentionner dans son mémoire technique

Les éléments à mentionner dans son mémoire technique Les éléments à mentionner dans son mémoire technique Voici les éléments et parties qu'il est indispensable de mentionner dans son mémoire technique : I. Profil Général de la société Nom et raison sociale

Plus en détail

LIVRET SERVICE SUPPORT PROGICIEL

LIVRET SERVICE SUPPORT PROGICIEL LIVRET SERVICE SUPPORT PROGICIEL Ref : LS IN Quadratus 06 2014 ARTICLE 1 DEFINITIONS Les termes définis ci-après ont la signification suivante au singulier comme au pluriel: Anomalie : désigne un défaut,

Plus en détail

-=-=-=-=-=- ARTICLE 2 INSCRIPTIONS AUX ACTIVITES PERISCOLAIRES

-=-=-=-=-=- ARTICLE 2 INSCRIPTIONS AUX ACTIVITES PERISCOLAIRES Règlement intérieur de la restauration scolaire et des activités péri et extra scolaires de la ville de Gardanne -=-=-=-=-=- ARTICLE 1 OBJET DU REGLEMENT Le présent règlement a pour objet de préciser les

Plus en détail

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE CAHIER DES CHARGES RELATIF AUX PASA ET UHR POUR UNE PRISE EN CHARGE ADAPTEE EN EHPAD ET EN USLD DES PERSONNES ATTEINTES DE LA MALADIE D ALZHEIMER OU D UNE MALADIE

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die LES RENCONTRES DU MANAGEMENT Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die Dr Florence TARPIN-LYONNET Chef de Pôle des activités de soins et d Hospitalisation à Domicile CH Crest Présidente CME Retour

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENTS RECIPROQUES ENTRE L ASSISTANT MATERNEL NOUVELLEMENT AGREE ET LA CAF

CHARTE D ENGAGEMENTS RECIPROQUES ENTRE L ASSISTANT MATERNEL NOUVELLEMENT AGREE ET LA CAF CHARTE D ENGAGEMENTS RECIPROQUES ENTRE L ASSISTANT MATERNEL NOUVELLEMENT AGREE ET LA CAF Entre : l assistant maternel nouvellement agréé ci-dessous désigné : Civilité :... Prénom :... Nom :... né(e) le

Plus en détail

EV ENEM ENTS NUCLEAIRES OU RADIOLOGIQUES : L ORGANISATION DE L INTERVENTION M EDICALE

EV ENEM ENTS NUCLEAIRES OU RADIOLOGIQUES : L ORGANISATION DE L INTERVENTION M EDICALE EV ENEM ENTS NUCLEAIRES OU RADIOLOGIQUES : L ORGANISATION DE L INTERVENTION M EDICALE M.Bourguignon (DGSNR), JB.Fleutot (SPRA), C.Telion (SAMU de Paris), M.Ammerich (DGSNR), P.Carli (SAMU de Paris) Les

Plus en détail

Projet de loi relatif à la santé

Projet de loi relatif à la santé Projet de loi relatif à la santé Synthèse des dispositions du projet de loi Le projet de loi de santé déposé le 15 octobre 2014 sur le bureau de l Assemblée nationale comporte 5 titres et 57 articles.

Plus en détail

RELAIS D'ASSISTANTES MATERNELLES DE L ALBIGEOIS REGLEMENT INTERIEUR

RELAIS D'ASSISTANTES MATERNELLES DE L ALBIGEOIS REGLEMENT INTERIEUR RELAIS D'ASSISTANTES MATERNELLES DE L ALBIGEOIS REGLEMENT INTERIEUR RAM de l Albigeois-Règlement intérieur-version adoptée le 3 juillet 2012 Page 1 PREAMBULE Le territoire de la communauté d'agglomération

Plus en détail