Les rapports du BTEC. rapport. Les soins aux enfants. ayant une gastroentérite

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les rapports du BTEC. rapport. Les soins aux enfants. ayant une gastroentérite"

Transcription

1 COllection Les rapports du rapport 8 Les soins aux enfants ayant une gastroentérite

2 UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS PROBANTS pour la pratique infirmière Les soins aux enfants ayant une gastroentérite Bureau de transfert et d échange de connaissances () Faculté des sciences infirmières Hôtel-Dieu de Lévis Centre hospitalier affilié universitaire à l Université Laval juin 2007

3 Membres du groupe D élaboration des pistes d action Caroline Ménard a, inf. M. Sc. inf. Cadre conseil en évaluation et développement de la pratique infirmière Secteurs périnatalité et pédiatrie Chantal Boucher a, inf. Infirmière clinicienne, assistante-infirmière-chef, pédiatrie Ginette Mbourou Azizah b, Ph. D. Coordonnatrice Johanne Gagnon b, inf., Ph. D. Sc. inf. Professeure agrégée Codirectrice scientifique Françoise Côté b, inf., Ph. D. Professeure agrégée Codirectrice scientifique Remerciements Madame Charlotte Paquet a, inf. M. Sc. inf. Adjointe clinique à la Direction des soins infirmiers Annie Châteauvert a et Marie-Priscille Huard a Techniciennes en documentation (Centre de documentation HDL) Infirmières de l unité de pédiatrie de l HDL a a Hôtel-Dieu de Lévis b, Faculté des sciences infirmières, Université Laval i

4 en quelques mots... L intégration de preuves scientifiques aux pratiques professionnelles est devenue un critère de qualité dans le domaine de la santé. À terme, de telles pratiques devraient se traduire par l amélioration des soins fournis à la population. Le Bureau de transfert et d échange de connaissances () est un moyen dont se dotent des infirmières et des infirmiers dans la poursuite de cet objectif de mise en place de pratiques informées par des résultats probants. Au sein du, les infirmières et infirmiers aux prises avec des préoccupations d ordre professionnel agissent en tant qu indicateurs de situations problématiques. Ces questionnements sont acheminés, via une infirmière clinicienne cadre conseil a. Sous sa supervision, une étudiante ou un étudiant de premier cycle ou une infirmière bachelière en formation continue traduit les préoccupations provenant du milieu clinique en questions de recherche auxquelles il ou elle doit répondre par le biais d une revue exhaustive de la littérature. Suite à l obtention de cette réponse, l étudiantes ou l étudiant poursuit sa tâche en préparant un compte-rendu synthétique, documenté et accessible qu il ou elle accompagnera de pistes d action pour la pratique. Ce document est ensuite retourné au milieu pour validation. L infirmière cadre conseil, en collaboration avec les autres membres du personnel de soins, analyse l à-propos d utiliser ces connaissances pour améliorer les interventions de l équipe. Cette analyse permet la poursuite du processus de transfert et d échange de connaissances. Il s agit alors de raffiner les pistes d action proposées pour les rendre conformes aux réalités des milieux de pratique. Il appartient ultimement aux infirmières et infirmiers de devenir des agentes ou agents de changement en regard de leurs pratiques. Pour communiquer avec le : Ginette Mbourou Azizah Coordonnatrice du Université Laval 1077 Pavillon Lacerte Téléphone : (418) poste Télécopieur : (418) a Le utilise maintenant les nouvelles appellations de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). ii

5 Méthode de recherche documentaire Objectifs L unité de pédiatrie de l Hôtel-Dieu de Lévis se trouve confrontée à un nombre élevé de gastroentérites chaque année en période hivernale. Cette recherche documentaire a donc deux objectifs: 1) permettre au personnel infirmier de connaître l efficacité des thérapies de réhydratation, par voie orale (RVO) et par voie intraveineuse (RVI), chez les enfants aux prises avec une gastroentérite, et 2) favoriser un rétablissement optimal en déterminant quel type de réintroduction d alimentation est le plus approprié. Questions Lors d une gastroentérite chez les enfants : a) quelle est la meilleure thérapie de réhydratation (orale ou intraveineuse)? b) comment réintroduire l alimentation? Bases de données CINAHL Cochrane Library Current Contents Embase PubMed Repère Autres sites consultés Centers of Disease Control and prevention [CDC] Clinical Evidence Evidence Based Nursing Joanna Briggs Institute for evidence nursing & midwifery Pratique professionnelle en santé fondée sur les preuves scientifiques Autres types de recherches Articles reliés Recherches par auteur(s) Via références des articles Années 1989 à 2006 Mots clés et associations Les concepts 1) diarrhée, 2) nutrition et 3) enfant, ont été combinés pour la recherche documentaire dans chaque base de données en excluant 4) la malnutrition et la maladie de Crohn. iii

6 1- Diarrhée Acute diarrhea diarrhea Disease management Enterite Gastroenteritis Vomiting 2- Nutrition Brat diet Cereals Consumption Cow milk Diary product Diet Diet theapy Dietary management Early alimentation Early feeding Early nutritional support Early refeeding Enteral feeds Feeding Feeding methode Feeding regimens Feeding support Feeding yogurt Fluid therapie Fruit juice Gradial refeeding Infant nutrition Food initiation Lactobacillius Lactose Lactose-free formula milk Lactose-free milk Milk Milk diet Mixed cereal Normal feed diet Nutritional support Nutrition support infant Nutrition therapy Post treatment feeding Probiotique Refeeding Rehydration therapy Rice Solid diet Yogurt Yogurt consumption 3- Enfant Child Childhood Infant Newborn Patient care Pediatrics Preschool child 4- Exclusion Not Crohn disease Not malnutrition Critères d inclusion Essais cliniques avec répartition aléatoire Enfants hospitalisés ou non hospitalisés dans une unité de pédiatrie Diagnostic de gastroentérite avec ou sans vomissements due à un virus ou une bactérie avec diarrhée < 14 jours Critères d exclusion Participants issus d un pays en développement Choléra Maladies chroniques (Maladie de Crohn) iv

7 Table des matières Membres du groupe d élaboration des pistes d action i le en quelques mots ii Méthode de la recherche documentaire iii Table des matières v Résumé 1 Pistes d actions documentées 2 Forces de preuve du btec 3 Généralités sur la gastroentérite chez l enfant 4 Physiopathologie des gastroentérites 4 Prévention des gastroentérites virales chez l enfant 5 Déshydratation et gastroentérites 6 Éfficacité de la réhydrataion par voies orale (rvo) et intraveineuse (rvi) 7 effets secondaires de la réhydratation 7 solutions orales de réhydratation 8 réintroduction des aliments 9 réintroduction rapide ou graduelle 9 lait avec ou sans lactose 9 yogourt 10 céréales 11 jus de fruits 11 probiotique 11 Conclusion 12 Références 13 v

8 RÉSUMÉ Généralités : La gastroentérite peut être d origine bactérienne, parasitaire ou virale. Dans les pays développés, l agent étiologique prédominant est le rotavirus. Il est responsable des diarrhées, accompagnées ou non de vomissements, qui exposent les enfants à la déshydratation et à la dénutrition. Prévention : Les mesures préventives usuelles d hygiène sont recommandées pour les parents et le personnel soignant lors d une gastroentérite. De plus, il est conseillé aux parents d éviter d envoyer les enfants dans les milieux scolaires ou les services de garde pendant la période de contagion de l enfant. Efficacité des thérapies de réhydration : La RVI et la RVO sont les deux types de thérapies de réhydratation utilisés lors des gastroentérites. En terme d efficacité, ces thérapies sont similaires, mais, la durée de séjour et les événements défavorables associés avantagent la RVO. Ainsi, pour les déshydrations légères à modérées, la RVO est préconisée, alors que la RVI est suggérée lors de déshydratations sévères. Réintroduction des aliments : La réintroduction des aliments se fait selon deux tendances : graduelle ou rapide. La réintroduction rapide (i.e. 4h après l hydratation) est à privilégier, puisqu elle est associée à une réduction de la perméabilité intestinale ainsi qu à un gain de poids substantiel. Le type d aliments : La diète habituelle de l enfant est recommandée. Toutefois, le sucre diminuant l absorption des électrolytes et les jus ne sont pas recommandés. L usage du lait sans lactose manque de preuves à l heure actuelle, donc le lait avec lactose demeure recommandé. Peu d études ont rapporté les effets du yogourt lors d épisodes de gastroentérites. Cependant, son action semble être favorable à une reprise de poids et à une diminution de la fréquence des selles. L utilisation des probiotiques semble être bénéfique pour le rétablissement après une gastroentérite, mais leur efficacité en prévention reste à prouver. Conclusion : Lors d un épisode de gastroentérite, la conduite à tenir est a) d identifier le type de diarrhée, le degré de déshydratation, et la thérapie de réhydratation appropriée, et b) de réintroduire rapidement les aliments solides tout en respectant les règles d hygiène de base pour éviter la contamination. 1

9 Pistes d actions documentées Page Force de la preuve a Les soins aux enfants ayant une gastroentérite Utiliser des mesures préventives pour éviter la contamination : p 4 IV mesures d hygiène pour le personnel soignant et les parents; retrait du milieu scolaire et des services de garde. Reconnaître les signes de déshydratation et les enseigner aux parents. p 5 IV Recourir à la méthode appropriée de réhydratation. Ia Connaître les quantités de solutés d hydratation à administrer : p 5-6 IV déshydratation légère; 3-5%, RVO, 5-10 ml/kg par heure et après chaque selle; déshydratation modérée ; 6-10%, RVO, 10-25ml/kg par heure; déshydratation sévère ; 10%, RVI, ml/kg par heure. Réintroduire rapidement l alimentation usuelle après la réhydratation : p 6 Ia, Ib lait avec lactose si pas d intolérance; éviter les jus de fruits sucrés. Utiliser les probiotiques pour : p 7-8 Ia stimuler les réponses immunitaires de la muqueuse intestinale; protéger des dommages dans les villosités des entérocytes; diminuer la durée des diarrhées; diminuer la fréquence des diarrhées. a Voir interprétation de la force de preuve à la page 3 2

10 Forces de preuve du a Niveau Ia Ib IIa IIb III IV Interprétation Recommandation basée sur des résultats provenant de méta-analyse(s) ou de revue(s) systématique(s) basée(s) sur des essais randomisés. Recommandation basée sur les résultats d au moins un essai randomisé. Recommandation basée sur les résultats d au moins une étude qui, bien que non randomisée, a été bien menée. Recommandation basée sur les résultats d au moins une étude quasi-expérimentale qui, bien que non randomisée, a été bien menée. Recommandation basée sur les résultats d études non expérimentales descriptives bien menées, tels que les études comparatives, corrélationnelles ou études de cas. Recommandation basée sur l avis d experts reconnus sous forme de rapports, d opinions, ou d expériences cliniques. a Adaptées de Registred Nurses Association of Ontario (2006) 3

11 Les soins aux enfants ayant une gastroentérite généralités sur la gastroentérite chez l enfant La gastroentérite est la cause la plus fréquente de mortalité infantile à travers le monde. Pour Chouraqui, 1 la définition clinique de cette pathologie est une émission fréquente (plus de 3 /jour) de selles liquides correspondant à une augmentation du contenu fécal en eau, à laquelle s associent fréquemment des vomissements. Selon l Organisation mondiale de la santé [OMS], approximativement 5 millions d enfants meurent chaque année des suites d une gastroentérite. 2 Ces décès surviennent principalement dans les pays en développement, mais la gastroentérite demeure une cause de morbidité dans les pays industrialisés. En effet, la principale raison de consultations en centres hospitaliers pour les enfants est la diarrhée aiguë. Selon un rapport du Comité sur l Immunisation du Québec (CIQ), le nombre annuel moyen d hospitalisations avec une gastroentérite comme diagnostic principal ou secondaire s élevait à 4865 (étendue : 4184 à 5260) pour une période de 12 mois chez des enfants de moins de cinq ans. 3 Toujours selon le CIQ, le coût moyen d une hospitalisation pour une gastroentérite est de 1161$, calculé pour un séjour moyen de 2,5 jours. 3 Tant les hospitalisations que les coûts associés à la gastroentérite incitent à l actualisation des pratiques de soins chez les enfants atteints de cette infection. Cette actualisation doit s appuyer directement sur les résultats probants pour le rétablissement optimal des enfants après une gastroentérite. Physiopathologie des gastroentérites Les diarrhées peuvent être causées par des bactéries, des parasites ou des virus. Les principales bactéries en cause sont : Campylobacter jejuni, salmonelles et shigelles, Escherichia coli, Yersinia enterocolitica, et Clostridium difficile dans les diarrhées associées aux antibiotiques. Les diarrhées parasitaires, moins communes au Québec, peuvent donner un tableau aigu ou chronique avec malabsorption. Les diarrhées virales sont les plus fréquentes avec comme agent étiologique prédominant les rotavirus, responsables des diarrhées hivernales. 1 En effet, les rotavirus sont la cause la plus fréquente des maladies diarrhéiques graves chez le nourrisson et le jeune enfant et cela, partout dans le monde. 4 À l âge de 3 à 5 ans, pratiquement tous les enfants ont déjà été infectés. Plus de 125 millions de cas de diarrhées sont imputables, chaque année, aux rotavirus qui sont responsables de 25% de la mortalité totale due aux maladies diarrhéiques et de 6% des décès d enfants âgés de moins de 5 ans. Dans les pays industrialisés, la majorité des cas graves surviennent après l âge d un an. 4 Les rotavirus se transmettent par voie féco-orale et il suffit d un inoculum faible pour provoquer une infection. Si généralement l infection est bénigne, les formes plus graves peuvent rapidement entraîner une déshydratation en l absence de traitement. 4 Les mécanismes primaires de la diarrhée se résument par un dérèglement du processus d absorption ou de sécrétion des électrolytes, essentiellement du sodium. Lors des diarrhées aiguës, plusieurs mécanismes mènent à l apparition de la diarrhée chez l enfant (Figure 1). 4

12 Ingestion de l agent pathogène Colonisation intestinale et adhérence cellulaire Invasion des muqueuses Production des toxines Cytotoxines / entérotoxines Cytotoxines / entérotoxines Stimulation des sécrétions de chlorure Stimulation des sécrétions de chlorure Diarrhée Figure 1. Pathogenèse des diarrhées aiguës (tiré et traduit de Gilger 5 ) Ces mécanismes [perturbation des phénomènes d absorption par lésions entérocytaires et atrophie plus ou moins importante des villosités ; augmentation de la sécrétion de chlore ; exsudation d origine inflammatoire; fuite hydrique osmotique, conséquence de la présence dans la lumière intestinale de substances peu absorbables (hydrates de carbone) ] peuvent se produire de manière plus ou moins combinée. 1 5 Prévention des gastroentérites virales chez l enfant Les mesures préventives de la gastroentérite permettent de diminuer la contamination des proches et du personnel soignant. Elles sont basées sur des avis d experts. Deux principales mesures sont recommandées, soit les mesures d hygiène (i.e. le lavage des mains et le changement des couches) et le retrait des enfants contaminés des milieux scolaires et des services de garde. 6 7 Les mesures d hygiène comprennent : lavage des mains pendant 15 à 30 secondes avec un savon antimicrobien. Durant le lavage, bien nettoyer le dessous des ongles, entre les doigts et bien frotter les poignets puis rincer abondamment. Il est suggéré d utiliser un linge à usage unique pour le séchage des mains ; les lotions à friction à base d alcool sont une alternative lorsque des lavabos ne sont pas disponibles. Il est important de respecter les mêmes consignes que pour le lavage des mains à l eau ; le lavage des mains doit se faire après tout contact avec le patient ou des objets souillés, à chaque changement de couche, avant et après la préparation de repas, et après le bain. 5

13 Le retour dans le milieu scolaire ou préscolaire peut se faire si les conditions suivantes sont respectées : absence de vomissements dans les 24 h ; être capable de retenir ses selles ; s assurer que le milieu scolaire et le service de garde respectent les mesures d hygiène ; température corporelle de l enfant inférieure à 38 C. déshydratation et gastroentérite La déshydratation survient lorsque des pertes liquidiennes ne sont pas remplacées. Il peut être difficile de classer la déshydratation, car elle s identifie par des signes cliniques variables chez les enfants Leur présence et leur gravité permettent de déterminer le niveau de déshydratation (Tableau 1). Les trois niveaux de déshydratation se définissent en pourcentage : 8-13 de 3% à 5% pour la déshydratation légère; de 6% à 9% pour la déshydratation modérée; 10% pour la déshydratation sévère. Une fois la sévérité de la déshydratation établie, il est important de réhydrater l enfant afin que son état général ne se détériore. Kolap-Petraco 14 suggère que les parents puissent reconnaître les signes de déshydratation, afin de commencer la réhydratation à domicile et de limiter ainsi les visites et les admissions à l hôpital. Tableau 1 : Signes de symptômes de la déshydratation chez l enfant b TYPE DE DÉSHYDRATATION % DE DÉSHYDRATATION SIGNES CLINIQUES ASSOCIÉS Légère Modérée Sévère 3 à 5% 6 à 9% 10% Assèchement léger des muqueuses Réduction des mictions Augmentation de la soif Remplissage capillaire 2-3 sec Pouls rapide Pression systolique normale à basse Respiration profonde avec augmentation du rythme Assèchement des muqueuses Fontanelle et yeux encavés Peau froide Réduction des mictions Apathie et irritabilité Perte de poids de 5-9% Remplissage capillaire 2-4 sec Pouls rapide et faible Pression systolique très basse Respiration profonde et rythme rapide Muqueuses asséchées Fontanelle et yeux nettement encavés Peau froide et marbrée Extrémités bleutées Absence de miction Grognements, léthargie et coma Perte de poids > 10 % Remplissage capillaire > 4 sec b Tous ces signes ne sont pas toujours présents 6

14 Efficacité de la réhydratation par voies orale (rvo) et intraveineuse (rvi) Quatre méta-analyses ont comparé l efficacité et la sécurité de la réhydratation par voie orale (RVO) et par voie intraveineuse (RVI) selon différents paramètres : 1) le taux d échecs c et le risque d échecs d, 2) le gain de poids, 3) la durée de la diarrhée, et 4) la durée du séjour hospitalier. Le taux d échecs c retrouvé pour la RVO varie de 3.6% à 4.7% Ainsi, sur 25 enfants traités par RVO, un seul devra être traité par RVI pour réussir la thérapie de réhydratation (NNT=25 [14-100]). 18 Le risque d échecs d rapporté pour la RVO varie entre 4.6% et 4.9% Pour la RVI, le risque d échecs est moins élevé (variant de 0.7% à 1.3%). Le gain de poids ne semble pas favoriser une méthode de réhydratation en particulier. Seule l étude de Gavin et al. 15 montre un gain de poids significativement plus important chez les enfants réhydratés par la RVO. Selon les résultats rapportés par trois autres méta-analyses plus récentes, la perte ou le gain de poids sont minimes (respectivement g, g et 43 g). D un point de vue clinique, ces résultats sont non significatifs, car une perte de 25 g ou un gain de 43 g est insuffisant pour recommander une thérapie de réhydratation par rapport à une autre. La durée des diarrhées a été mesurée dans quatre méta-analyses dont une seule conclut que la durée des diarrhées est significativement plus courte chez les enfants avec la RVO. 15 Les trois autres méta-analyses rapportent une différence non significative de la durée moyenne de la diarrhée. La durée de séjour semble favoriser la RVO dans trois des quatre méta-analyses consultées. Selon la méta-analyse de Gavin et al., 15 la durée de séjour est plus courte pour les enfants ayant reçu la RVO. Les résultats de deux autres méta-analyses montrent une diminution de 1.2 jour de la durée de séjour pour les enfants réhydratés par la voie orale. Seule l étude de Fonseca et al. 16 ne rapporte pas de différence significative pour la durée de séjour. D un point de vue clinique, il nous est permis de conclure que la RVO permet de diminuer la durée moyenne de séjour. Effets secondaires de la réhydratation Quelques méta-analyses ont également analysé les événements défavorables reliés aux deux méthodes de réhydratation. Pour l utilisation de la RVO, l iléus paralytique est l événement le plus probable à survenir. Selon deux méta-analyses, il faudrait traiter 33 enfants avec le RVI pour éviter un cas d iléus paralytique (NNT= 33 [ ]). c Le taux d échecs représente l échec d une thérapie de réhydratation. d Le risque d échecs représente le risque que la thérapie d hydratation échoue. 7

15 Pour la RVI, les événements défavorables significativement associés sont les phlébites, et le risque associé serait de 2.5% Le nombre de patients à traiter par RVO pour éviter un cas de phlébite varierait entre 33 à 50 (respectivement NNT= 33 [25-100] 17, NNT= 50 [25-100] 18 ). D autres effets secondaires et événements défavorables comme l hyper et l hyponatrémie, la convulsion et l œdème péri orbital se sont révélés être non significatifs. 18 Les résultats de cette analyse coïncident avec ceux de la pratique factuelle 19 qui confirment que la RVO est aussi efficace que la RVI, qu elle diminue la durée de séjour et qu elle est associée à peu d effets et d événements défavorables. La RVO est donc recommandée dans le traitement des gastroentérites. Solutions orales de réhydratation Le principe sous-jacent à l utilisation des solutions orales de réhydratation (SOR) s explique par le transport du glucose et du sodium à travers la membrane intestinale. Ce système (pompe sodium/potassium/atp) demeure relativement intact en cas de diarrhées infectieuses (d origine virale ou bactérienne). Le glucose favorise l absorption de sodium et indirectement celle de l eau. 10 Afin de garantir une absorption maximale de l eau et des électrolytes, le ratio glucose/sodium et d hydrates de carbone optimal devrait être proche de 1: Les revues et les guides de pratique traitant des SOR suggèrent qu il n est pas nécessaire d installer une voie intraveineuse chez les enfants présentant des symptômes de déshydratation légère et modérée dans les cas de gastroentérites, mais seulement dans les cas de déshydratation sévère. Les solutions orales utilisées varient, mais dans tous les cas, des électrolytes et du glucose sont retrouvés en quantité suffisante pour obtenir une absorption optimale et un retour à une hydratation normale. Dans sa revue de littérature, Sentongo 10 précise que la SOR idéale devrait contenir dans sa formulation, une concentration de glucose inférieure à 160 mmol/l pour éviter l hypertonicité, une concentration équivalente de sodium et d hydrates de carbone pour optimiser l absorption, et une osmoralité similaire ou inférieure à celle du plasma pour éviter les complications dues aux diarrhées osmotiques. Les solutions orales sont recommandées et sécuritaires dans les cas de déshydratation légère à modérée causée par une gastroentérite. Les quantités de solutions varient selon la gravité de la déshydratation : déshydratation légère : 5-10 ml/kg/hre via RVO; déshydratation modérée : ml/kg/hre via RVO. 11 D autre part, King et al. 13, Sentongo 10 et Ulrickson 12 conseillent ml/kg/hre; déshydratation sévère : ml/kg/hre via RVI

16 Réintroduction des aliments La gastroentérite amène l anorexie, les vomissements, les diarrhées, la fièvre et les changements métaboliques. 20 Après la réhydratation orale ou intraveineuse, il est important de réintroduire les aliments solides. Pendant la période de la gastroentérite, certains nutriments comme les hydrates de carbone et l azote sont mal absorbés L introduction des aliments est importante pour combler ce manque. 21 Réintroduction rapide ou graduelle Comment devons-nous réintroduire l alimentation de l enfant atteint d une gastroentérite? L introduction rapide de l alimentation habituelle est débutée quatre heures après la réhydratation, alors que la réintroduction graduelle de l alimentation habituelle débute 24 heures après la réhydratation. 22 Murphy 23 rapporte que l introduction rapide de l alimentation entraîne une réduction de la perméabilité intestinale qui est anormalement élevée dans les cas de gastroentérite aiguë, ainsi que l augmentation de la régénération de cellules épithéliales intestinales. Dans la revue systématique de Grunenberg, 24 deux études rapportent que le poids est augmenté lors de la réintroduction rapide de l alimentation comparé à l introduction graduelle, respectivement de 95 g et 65 g. Les études de Gazala et al. 25 et de Hjelt et al. 26 ne rapportent pas d effets notables au point de vue des signes cliniques tel que la détérioration de la gastroentérite lors de l introduction rapide de l alimentation. Aucune de ces recherches ne mentionne d effets indésirables tel que l augmentation des selles et des vomissements lors de la réintroduction rapide de l alimentation. L adoption de l introduction rapide de l alimentation serait à envisager lors des cas de gastroentérites chez l enfant, car elle permet un gain de poids substantiel et une réduction de la durée de la gastroentérite. Lait avec ou sans lactose L utilisation appropriée de lait avec ou sans lactose dans l alimentation des enfants lors de gastroentérites est souvent discutée et ne fait pas l unanimité dans la littérature. Les résultats de la méta-analyse de Brown et al. 27 indiquent que le taux d échecs relié à la diète sans lactose versus avec lactose varie selon la gravité de la diarrhée des enfants. Chez les enfants avec une diarrhée aiguë, le taux d échecs était pratiquement le double chez les enfants dont la diète était composée de lactose lorsque comparé à une diète sans lactose (22% vs 12%). Par contre, lorsque la diarrhée était légère, le taux d échecs était sensiblement le même (13% vs 15%). Les auteurs ont conclu que lorsqu il y a absence de déshydratation ou qu elle est légère, les enfants peuvent avoir une diète avec ou sans lactose. Selon cette même étude, la diète avec lactose semble augmenter la fréquence et la quantité des selles. Cependant, les auteurs mentionnent qu il a hétérogénéité dans les études et que les protocoles diffèrent. Les différences observées sont peu importantes cliniquement si les enfants n ont pas, au préalable, un échec de réhydratation ou un état de malnutrition sévère. 9

17 Plus récemment, Dalby-Payne et Elliot, 19 rapportent également qu une diète sans lactose réduit la durée de la diarrhée (trois essais cliniques sur cinq). Il ressort de cette analyse que la diète sans lactose n influence pas le taux d échecs (trois essais cliniques sur cinq ont rapportés des résultats non significatifs). Le lactose semble également augmenter la durée de la diarrhée (lactose 95 h vs sans lactose 82 h, différence moyenne 0.22 h ; p < 0.001). Ce résultat reste mitigé puisque dans quelques études, des enfants avaient une diète solide qui accompagnait la diète sans lactose. Les auteurs ont alors conclu que lorsque la diète au lactose est accompagnée d une diète solide, le lactose ne devrait pas prolonger la durée de la diarrhée. Dans une étude plus récente, la durée de la diarrhée n est pas significativement associée à l usage du lait avec lactose. 19 Le gain de poids n a pu être analysé dans la méta-analyse réalisée par Brown et al. 27 et ce, à cause du peu d études ayant mesuré cette donnée et de l hétérogénéité des protocoles. Mais, Dalby-Payne et Elliot ne rapportent pas de gain de poids avec l usage du lait sans lactose. 19 Brown et al. 27 ont également évalué l impact du lait entier versus le lait dilué sur les paramètres cliniques. Le taux d échecs au traitement du lait complet est significativement plus élevé que celui du lait dilué (16% versus 12%). Par contre, le risque relatif d échecs associé est non significatif. De plus, les régimes à base de lait dilué se sont avérés supérieurs en terme d efficacité seulement lorsque la maladie sous-jacente était aiguë. Ici également, la fréquence et la quantité de selles paraissent plus élevées pour du lait avec lactose dilué que le lait sans lactose. Encore une fois, cette différence n est pas cliniquement significative. La durée de la diarrhée, par contre, n est pas affectée par la diète. Cependant, le gain de poids était significativement plus élevé lors de la diète non diluée. Un régime alimentaire composé de lait dilué est associé à un faible gain de poids. Finalement, pour les enfants avec une diarrhée légère à modérée, il semble préférable d offrir du lait complet. Actuellement, MacGillivray et al. 28 ont soumis un protocole d étude Cochrane concernant l évitement du lactose lors de diarrhées aiguës chez les enfants de moins de cinq ans. Cette méta-analyse permettra une mise à jour de ce document. Les résultats des études citées ci-haut sont divergents et étant donné l état passager d une intolérance au lactose, la diète sans lactose n est pas automatiquement recommandée. Les preuves à ce jour ne justifient donc pas de retirer le lait de la diète des enfants traités pour une gastroentérite. Yogourt Le yogourt est obtenu par la fermentation de l acide lactique dans le lait par le lactobacillus bulgaricus et le streptococcus thermophilius. Les études de Pashapour et Lou 29 et de Boudraa et al. 30 ont montré que l introduction du yogourt dans l alimentation de l enfant atteint d une gastroentérite permet un gain de poids, une diminution de la durée d hospitalisations et une diminution de la fréquence des selles liquides. D après ces études, l introduction du yogourt se faisait après la période de réhydratation. 10

18 D autres études ont nécessaires pour confirmer la valeur de cet aliment avant de l incorporer dans la diète alimentaire de l enfant après la phase de réhydratation. Céréales Les céréales font partie des aliments de base chez l enfant de 6 mois et moins. L introduction des céréales de riz lors de la phase aiguë de la gastroentérite, soit à l admission de l enfant, permet d observer une diminution des symptômes tout comme lors de l alimentation sans céréale. De même, dans la phase de récupération, Lifschitz et al. 31 rapportent que le nombre de calories ingérées et le gain de poids sont supérieurs chez les enfants ayant une diète avec céréales comparativement aux enfants n ayant pas reçu de suppléments en céréales. Les auteurs ont conclu que les nutriments contenus dans les céréales de riz combinés avec du lait de vache sont relativement bien absorbés par les enfants atteints d une gastroentérite et qu il serait avantageux d adopter cette formule. Jus de fruits Les jus de fruits contiennent beaucoup de sucre et peu d électrolytes, ce qui entraîne une augmentation de la diarrhée. 19 Dans leur recherche, Ribeiro et al. 32 ont évalué la capacité d absorption des hydrates de carbone (déficitaires en période de gastroentérites) chez des enfants au prise avec une diarrhée aiguë. Les jus de fruits (pommes, raisins et poires) non dilués étaient donnés aux enfants dès leur l admission. Les auteurs soulignent que l administration des jus pendant la période de réhydratation ne changerait en rien l absorption des hydrates de carbone et des symptômes de gastroentérites (vomissements et selles liquides). Par contre, lors de la phase de récupération, les jus de pommes et de poires se sont avérés plus efficaces que le jus de raisins pour la diminution des selles. À noter que cette recherche n offrait pas de comparaison avec une solution de réhydratation usuelle. Probiotiques L utilisation des probiotiques dans diverses problématiques de santé est de plus en plus documentée. Les mécanismes d action par lesquels les probiotiques préviennent et traitent des affections demeurent inconnus. Plusieurs mécanismes proposés comprennent la synthèse de substances antimicrobiennes, la compétition pour les nutriments requis à la croissance de l agent pathogène, une inhibition compétitive de l adhésion de l agent pathogène et une modification des toxines ou des récepteurs de toxines. 33 D autres études ont aussi montré que les probiotiques stimulent les réponses immunitaires spécifiques et non spécifiques. 33 De plus, les probiotiques améliorent les défenses immunitaires de la muqueuse et protègent contre les dommages structurels et fonctionnels générés par un agent pathogène entérique dans les villosités des entérocytes. 33 Il est probable que plusieurs de ces mécanismes agissent simultanément et diffèrent selon les caractéristiques de l agent pathogène (bactérie ou virus) et de la souche de probiotiques utilisée. 11

19 Trois méta-analyses ont examiné l efficacité des probiotiques dans le traitement des infections gastrointestinales chez les enfants. Leur efficacité a été mesurée sur la durée moyenne des diarrhées et leur fréquence. En terme de durée, les résultats indiquent une diminution du nombre de jours de 0.7 à 1.6 lorsque les probiotiques ont été consommés En terme de fréquence, suite à la consommation de probiotiques, particulièrement le lactobacillus, le nombre de selles au deuxième jour a été diminué de 1.51 à 1.6. Les données concernant les doses, la fréquence et le temps d administration des probiotiques sont très hétérogènes et ne peuvent conduire à aucune recommandation. Les résultats de ces méta-analyses confirment que l utilisation des probiotiques, particulièrement le lactobacillus présente un effet bénéfique sur la durée moyenne et la fréquence des diarrhées des enfants aux prises avec une gastroentérite. Conclusion Dans les pays développés, la gastroentérite chez l enfant est plus souvent d origine virale avec comme agent pathogène principal le rotavirus. Elle se manifeste par de la diarrhée accompagnée ou non de vomissements qui peut mener à la déshydratation. Les deux types de thérapies de réhydratation RVI et RVO sont similaires en terme d efficacité, mais la durée du séjour hospitalier et l importance des événements défavorables favorisent la RVO pour les déshydratations légères à modérées. Pour les déshydratations sévères, le traitement requis est la RVI. La réintroduction rapide des aliments (i.e. quatre heures après l hydratation) est à privilégier puisqu elle est associée à une réduction de la perméabilité intestinale ainsi qu à un gain de poids substantiel comparativement à l introduction graduelle. La diète devrait être similaire à la diète habituelle de l enfant, toutefois, les jus ne sont pas recommandés, car le sucre diminue l absorption des électrolytes. L usage du lait sans lactose manque de preuves à l heure actuelle, donc le lait avec lactose demeure recommandé sauf en cas d intolérance. Peu d études ont rapporté les effets d une diète comprenant du yogourt lors d épisodes de gastroentérites, mais ces effets semblent être favorables à une reprise de poids et à une diminution de la fréquence des selles. L utilisation des probiotiques semble être bénéfique pour le rétablissement après une gastroentérite, mais leur efficacité en prévention reste à prouver. 12

20 Références 1. Chouraqui JP. [Acute gastroenteritis and dehydration in infants]. Rev Prat 2001;51(17): Afzal N, Thomson M. Diarrhoea and gastroenteritis in the infant and young child. J Fam Health Care 2002;12(6): Institut national de santé publique du Québec. Hospitalisations d enfants de moins de cinq ans pour gastroentrite au Québec: analyse de la fraction attribuable au rotavirus et des complication associées, 2002:40 pages. 4. Organisation mondiale de la santé. Weekly epidemiological record. Relevé épidémiologique hebdomadaire. Genève: World Health Organization, Gilger MA. Pathogenesis of caute diarrhea in chlidren. UpToDate 2007;15(1). 6. Fleisher GR, Matson DO. Patient information: acute diarrhea in children. UpToDate 2007;15(1). 7. National Guideline Clearinghouse. Evidence-based clinical care guideline for acute gastroenteritis (AGE) in children aged 2 months through 5 years, Armon K, Stephenson T, MacFaul R, Eccleston P, Werneke U. An evidence and consensus based guideline for acute diarrhoea management. Arch Dis Child 2001;85(2): Elliott EJ, Dalby-Payne JR. 2. Acute infectious diarrhoea and dehydration in children. Med J Aust 2004;181(10): Sentongo TA. The use of oral rehydration solutions in children and adults. Curr Gastroenterol Rep 2004;6(4): Société canadienne de pédiatrie - comité de nutrition. La réhydratation par voie orale et la réalimentation rapide dans le traitement de la gastroentérite infantile. Paediatr Child Health 2006;11(8): Ulrickson M. Oral rehydration therapy in children with acute gastroenteritis. Jaapa 2005;18(1):24-9; quiz King CK, Glass R, Bresee JS, Duggan C. Managing acute gastroenteritis among children: oral rehydration, maintenance, and nutritional therapy. MMWR Recomm Rep 2003;52(RR-16): Koslap-Petraco MB. Homecare issues in rotavirus gastroenteritis. J Am Acad Nurse Pract 2006;18(9): Gavin N, Merrick N, Davidson B. Efficacy of glucose-based oral rehydration therapy. Pediatrics 1996;98(1): Fonseca BK, Holdgate A, Craig JC. Enteral vs intravenous rehydration therapy for children with gastroenteritis: a meta-analysis of randomized controlled trials. Arch Pediatr Adolesc Med 2004;158(5): Bellemare S, Hartling L, Wiebe N, Russell K, Craig WR, McConnell D, et al. Oral rehydration versus intravenous therapy for treating dehydration due to gastroenteritis in children: a meta-analysis of randomised controlled trials. BMC Med 2004;2: Hartling L, Bellemare S, Wiebe N, Russell K, Klassen T, Craig W. Oral versus intravenous rehydration for treating dehydration due to gastroenteritis in children. Cochrane Database Syst Rev 2006;3:CD Dalby-Payne J, Elliott E. Gastroenteritis in children. Clin Evid 2005(13): McClean P, Lynch AB, Dodge JA. Comparison of three regimens in the management of acute gastroenteritis in infants. Aliment Pharmacol Ther 1990;4(5): Duggan C, Nurko S. «Feeding the gut»: the scientific basis for continued enteral nutrition during acute diarrhea. J Pediatr 1997;131(6):

Diarrhée et Gastroentérite

Diarrhée et Gastroentérite Diarrhée et Gastroentérite Comprendre Certaines personnes vont aux toilettes trois fois par jour, d'autres, trois fois par semaine. Le rythme est différent selon la "vitesse" de l'activité intestinale

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 PEDIAVEN AP-HP G15, solution pour perfusion 1000 ml de solution en poche bi-compartiment, boîte de 4 (CIP: 419 999-0) PEDIAVEN AP-HP G20, solution pour

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs Brochure informative à l attention des consommateurs Une édition du Comité scientifique de l Agence alimentaire Lait cru à chauffer avant consommation! 1 Editeur responsable Prof. Em. dr. Pharm. C. Van

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Comprendre les PROBIOTIQUES

Comprendre les PROBIOTIQUES Comprendre les Qu est-ce que les probiotiques? Les probiotiques sont généralement définis comme des microbes vivants (des organismes infiniment petits qui ne peuvent être vus qu avec un microscope) et

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Journée de la préventions 2014 Atelier : «Repérer des actions de prévention : l exemple du tabac» Céline DEROCHE, Sandra KERZANET -

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves Cet atelier portera sur 1. la recherche dans la documentation de sources pertinentes; 2. l évaluation

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Comment prévenir l érythème fessier

Comment prévenir l érythème fessier Comment prévenir l érythème fessier Cette publication vous apprendra ce qu il faut faire pour prévenir l érythème fessier (ou irritation de la peau sous une couche). Votre enfant reçoit des médicaments

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Antibioprophylaxie en chirurgie dans le cadre des soins : enquête mondiale OMS RÉSUMÉ DU PROJET Comme en

Plus en détail

Factsheet Qu est-ce que le yogourt?

Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Description du produit: Le yogourt est un produit laitier acidulé de consistance plus ou moins épaisse. Le yogourt est fabriqué grâce à la fermentation du lait par les

Plus en détail

Vertiges et étourdissements :

Vertiges et étourdissements : : comment être à la hauteur? Anthony Zeitouni, MD, FRCSC Présenté à la 71 e édition du Programme scientifique de l Association des médecins de langue française du Canada. Est-ce bien des vertiges? Il n

Plus en détail

Evidence-based medicine en français

Evidence-based medicine en français Evidence-based medicine en français MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) Médecine fondée sur des faits démontrés Médecine fondée sur des preuves Médecine fondée sur des données probantes

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gérontologie CAS CLINIQUE N 1 Madame P 79 ans Antecédents: néoplasme sein droit opéré Arthrose invalidante

Plus en détail

D o s s i e r D e P r e s s e N o v e m b r e 2 0 0 7

D o s s i e r D e P r e s s e N o v e m b r e 2 0 0 7 D o s s i e r D e P r e s s e N o v e m b r e 2 0 0 7 Enfin des preuves scientifiques! 1 ère étude clinique française prouvant l efficacité d un mélange de souches probiotiques sur les symptômes associés

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Le diabète chez les jeunes Le diabète de type 1 est une maladie très difficile à affronter, surtout quand on est jeune. Malheureusement, si quelque

Plus en détail

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : 01.39.17.90.85 Fax : 01.39.17.86.56 Adresses e-mail

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2012 En 2012, 1 288 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

DENUTRITION DU SUJET AGE

DENUTRITION DU SUJET AGE 1 DENUTRITION DU SUJET AGE Objectif général Réduire de 20% le nombre de personnes âgées de plus de 70 ans dénutries (passer de 350-500 000 personnes dénutries vivant à domicile à 280-400 000 et de 100-200

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Vaccination contre la grippe : enjeux pour les infirmières et les infirmiers

Vaccination contre la grippe : enjeux pour les infirmières et les infirmiers Série de Webinaires de l AIIC : Progrès de la pratique Vaccination contre la grippe : enjeux pour les infirmières et les infirmiers Caroline Quach Pédiatre microbiologiste-infectiologue, Hôpital de Montréal

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU

Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU SymbioVag INFORMATIONS IMPORTANTES SUR SymbioVag Nous sommes heureux de l intérêt que vous portez à SymbioVag, notre nouvel ovule vaginal probiotique.

Plus en détail

Les infections uro-génitales (non MST)

Les infections uro-génitales (non MST) Urogenital infections in women : can probiotics help? 1 Les infections uro-génitales (non MST) A savoir : - Vaginoses bactériennes - Cystites à répétition - Vaginites à levures : candidoses vaginales à

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

PROBIOTIQUES ET VAGINOSE

PROBIOTIQUES ET VAGINOSE PROBIOTIQUES ET VAGINOSE QUESTION : Les probiotiques sont-ils un traitement efficace des vaginoses? AUTEUR : Geneviève Bustros-Lussier (JANVIER 2009) P : Patiente ayant une vaginose bactérienne I : Probiotiques

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE 1. Pathologie Le terme sinusite désigne une inflammation des sinus. On devrait toutefois préconiser le terme clinique pertinent rhinosinusite pour évoquer une inflammation touchant à la fois les sinus

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche N 1 Mai 2001 Santé et Café News Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information SOMMAIRE Echos de la recherche Café et maladie de Parkinson : un effet préventif? Café et céphalées de

Plus en détail

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters Le pansement idéal pour cathéters IV3000 diminue sensiblement le risque d infection en maintenant sec le site de ponction. IV3000 est jusqu à 8 fois plus efficace en terme d évaporation d humidité que

Plus en détail

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA Dominique Turck Clinique de Pédiatrie Hôpital Jeanne de Flandre et Faculté de Médecine, Lille CONTEXTE DE

Plus en détail

Maîtrise des phases critiques en élevage porcin : Comment améliorer la santé digestive du porcelet?

Maîtrise des phases critiques en élevage porcin : Comment améliorer la santé digestive du porcelet? 1. Introduction : Maîtrise des phases critiques en élevage porcin : Comment améliorer la santé digestive du porcelet? P. Rondia* et J. Wavreille** Centre wallon de recherches agronomiques *Unité Nutrition

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

Exemple de recherche documentaire

Exemple de recherche documentaire Exemple de recherche documentaire Étape 1 : Préparer le plan de recherche Démarrez votre recherche en écrivant clairement votre sujet (formuler une question si nécessaire), en identifiant les concepts

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants CONTEXTE 1. La bonne alimentation des nourrissons et des jeunes

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Miser sur le renouvellement de l organisation des services infirmiers pour améliorer la qualité et la sécurité des soins Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Membres de l équipe Carl-Ardy

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 27 novembre 2014 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à l évaluation de deux aliments diététiques

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

REVUE DE PRESSE PRESSE MEDICALE. février 2014

REVUE DE PRESSE PRESSE MEDICALE. février 2014 PRESSE MEDICALE REVUE DE PRESSE février 2014 38/42 rue Gallieni 92600 Asnières-sur-Seine Tel : 01.76.21.61.20 Fax : 01.78.76.98.64 www.pediact.com info@pediact.com LA REVUE DU PRATICIEN MEDECINE GENERALE

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Page 1 of 10 SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir?

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le diabète de type 2 est une maladie chronique et progressive dont l incidence va en augmentant. Il n existe pas de traitement

Plus en détail

Conduite à tenir devant des troubles digestifs au retour du voyage. Laurent Beaugerie Hôpital Saint-Antoine, Paris

Conduite à tenir devant des troubles digestifs au retour du voyage. Laurent Beaugerie Hôpital Saint-Antoine, Paris Conduite à tenir devant des troubles digestifs au retour du voyage Laurent Beaugerie Hôpital Saint-Antoine, Paris Troubles digestifs au retour de voyage Diarrhée (> 2 selles/j de consistance anormale)

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Grand froid : Soyons tous vigilants

Grand froid : Soyons tous vigilants Dossier de presse Mercredi 21 novembre 2012 Grand froid : Soyons tous vigilants Le grand froid, le vent glacé, la neige sont des risques météorologiques à ne pas négliger. Ils peuvent être dommageables

Plus en détail

Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant

Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant Décembre 2004 Renée Bourbonnais, PhD Michel Vézina, PhD Pierre

Plus en détail

Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique?

Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique? Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique? Service des Maladies Infectieuses; CHR Orléans Unité Inserm U-707,

Plus en détail

Prophagia - Consultation publique sur es conditions de vie des aînés. 1. Qui sommes-nous?

Prophagia - Consultation publique sur es conditions de vie des aînés. 1. Qui sommes-nous? Consultation publique sur les conditions de vie des aînés La dénutrition subséquente à la dysphagie chez nos aînés, un fléau occulte et ignoré Mémoire présenté par Thérèse Dufresne, Dt.P. et Prophagia

Plus en détail

Quoi manger et boire avant, pendant et après l activité physique

Quoi manger et boire avant, pendant et après l activité physique Quoi manger et boire avant, pendant et après l activité physique (comparaison entre athlètes et non-athlètes; nouvelles tendances comme le jus de betteraves) Comme vous le savez, l'alimentation de l'athlète

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Table des matières 1 PROCÉDURE D'IDENTIFICATION DES ÉCHANTILLONS DE LABORATOIRE... 2 2 CLAIRANCE DE LA CRÉATININE... 3

Table des matières 1 PROCÉDURE D'IDENTIFICATION DES ÉCHANTILLONS DE LABORATOIRE... 2 2 CLAIRANCE DE LA CRÉATININE... 3 PROCÉDURES Table des matières 1 PROCÉDURE D'IDENTIFICATION DES ÉCHANTILLONS DE LABORATOIRE... 2 2 CLAIRANCE DE LA CRÉATININE... 3 3 CORTISOL (test de suppression à la dexaméthasone)... 4 4 TEST D'ABSORPTION

Plus en détail

Réduire les hospitalisations évitables :

Réduire les hospitalisations évitables : Réduire les hospitalisations évitables : Une politique pour rentabiliser les dépenses de soins de santé Introduction L échec dans le domaine de la prévention et dans l accès adapté et satisfaisant aux

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT

ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT L art de cultiver des savoirs, des expériences, des compétences et des talents www.chuq.qc.ca/fr/info_plus/formations_en_ligne DES ACTIVITÉS DE FORMATION EN LIGNE

Plus en détail

Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur

Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur SNC2D/SNC2P Réactions chimiques/réactions chimiques Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur Sujets propriétés des acides et des bases échelle

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Diarrhées infectieuses Actualités 2013 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 03/10/2013

Diarrhées infectieuses Actualités 2013 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 03/10/2013 Diarrhées infectieuses Actualités 2013 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 03/10/2013 1. Généralités Syndromes cliniques d expression digestive, mais aussi générale, d origine bactérienne, parasitaire

Plus en détail

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie)

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Cette évaluation s est réalisée sur le mois d aout 2013. Un groupe de travail a été formé avec le médecin coordonateur, l infirmière coordinatrice,

Plus en détail

2. Rechercher les études

2. Rechercher les études Tutoriel «Introduction à l Evidence-based nursing» 1 2. Rechercher les études Objectifs du module Vous devez savoir élaborer une stratégie de recherche bibliographique efficace, en suivant les étapes suivantes

Plus en détail

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras JAMA 26 janvier 2012 1 L allergie alimentaire (AA) touche environ 5% de la population infantile Semble en augmentation

Plus en détail

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Octobre 2002 André Lavoie, Ph.D. Natalie LeSage, M.D., M.Sc. John S. Sampalis, Ph.D. Partenaire décideur : Dr. Pierre

Plus en détail