Concessions de distribution et fourniture d électricité : mettre en place les conditions de la modernisation des contrats lors de leur renouvellement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Concessions de distribution et fourniture d électricité : mettre en place les conditions de la modernisation des contrats lors de leur renouvellement"

Transcription

1 Concessions de distribution et fourniture d électricité : mettre en place les conditions de la modernisation des contrats lors de leur renouvellement Intervenants : > Karine MABILLON Bordeaux Métropole > Laurent GEORGES - SIPPEREC Christophe LEURET Ville de Bordeaux Sophie LE CALOCH Le Caloch Consultant Marie-Hélène PACHEN LEFEVRE Cabinet Seban

2 INTRODUCTION : éléments de contexte Majorité des contrats de concession d électricité renouvelés dans les années 1990 (modèle contrat 1992) pour 20 à 30 ans Approche des dates de fin de concession de nombreux contrats Importance pour les collectivités concédantes de préparer ce renouvellement en amont Et contexte particulier du transfert de la compétence sur certains territoires Atelier structuré en trois temps : La situation contractuelle actuelle Les évolutions à mettre en œuvre dans les futurs contrats L organisation à mettre en œuvre pour anticiper le renouvellement du contrat

3 Partie 1 : Etat actuel des contrats 1.1 Pourquoi les collectivités sont-elles concernées? (1/2) En tant que propriétaires des réseaux de distribution d électricité (Loi de1906) Autorités organisatrices attribuant un contrat de concession : enjeux contractuels même si le concessionnaire EDF-ERDF dispose d un monopole légal depuis 1946 => tous les contrats ne sont pas identiques (régime urbain/rural; calcul de la redevance, participation du concessionnaire aux travaux relatifs à l esthétique du réseau sous MOA de AODE) Existence d un service public local de distribution et de fourniture d électricité Sujet souvent mieux identifié en milieu rural qu en urbain => lié notamment à la répartition de la maîtrise d ouvrage

4 1.1 Pourquoi les collectivités sont-elles concernées? (2/2) * Enjeux économiques et patrimoniaux considérables : Valeur brute et valeur de remplacement des réseaux Provisions pour renouvellement Redevances de concession (fonctionnement, investissement) et Redevance d occupation du domaine public Facturation des raccordements au réseau sur la base d une «opération de référence» ( suppression du forfait depuis 2009) : intérêt de connaître le réseau * Enjeux de qualité de la distribution (critère B ou temps de coupure moyen) * Enjeux de connaissance du patrimoine (environ 40 % du patrimoine ne fait pas l objet d un inventaire localisé : compteurs, branchements, colonnes montantes,.) avec un enjeu potentiel de sécurité sur les colonnes montantes * Obligations de contrôle (art 32 C) et contrôle du suivi des contrats par les CRC * Enjeux en termes de précarité énergétique (bénéficiaires du Tarif de Première Nécessité, gestion des impayés, coupures/réduction de puissance, optimisation tarifaire ) et nécessité d accès aux informations y compris pour la concession de fourniture,

5 1.2. Principales caractéristiques des concessions arrivant à échéance (1/7) Les contrats de concession en cours sont des contrats : conclus sur la base d un modèle de convention de concession et de cahier des charges, établis par la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies (FNCCR) et EDF en 1992 rarement mis à jour par voie d avenant ; notamment, le modèle de cahier des charges 1992 mis à jour en 2007 a peu été intégré dans les contrats de concession en cours ; il était justifié par la forte évolution législative et réglementaire rendant obsolètes de nombreuses clauses du cahier des charges pour certains, mis à jour par voie d avenant sur la période tarifaire par application du protocole d accord FNCCR/ERDF de septembre 2013 visant à «renforcer les relations entre les autorités concédantes et le concessionnaire ERDF au service de la qualité du service».

6 1.2. Principales caractéristiques des concessions arrivant à échéance (2/7) Conclus entre 1992 et 1995, ces contrats sont signés entre l autorité organisatrice de la distribution d électricité (AODE) concernée d une part (Art. L du CGCT et Art. L du code de l énergie), et EDF ou une ELD d autre part. Depuis 2008, les activités d EDF ayant été notamment scindées pour séparer la distribution de la fourniture d électricité aux tarifs réglementés de vente (TRV), le contrat de concession, qui a un DOUBLE OBJET (Art. L du code de l énergie), est réputé co-signé par l AODE avec: EDF pour la mission de fourniture d électricité aux TRV; ERDF pour la mission de distribution de l électricité. Le contrat de concession de 1992, même mis à jour en 2007, ne distingue pas les droits et obligations attachés à chacune de ces deux missions. Il ne désigne pas davantage un cocontractant habilité à représenter l autre (type mandat). Le GRD se voit attribuer par la loi la mission de «gérer le contrat de concession» (Art. L du Code de l énergie).

7 1.2. Principales caractéristiques des concessions arrivant à échéance (3/7) S agissant des contrats réputés cosignés par EDF-ERDF, ils sont : Rédigés en des termes similaires / modèle de cahier des charges: Art. 10 CC: pose l obligation du concessionnaire de prendre en charge les travaux de maintenance et de renouvellement des ouvrages, «nécessaires au maintien du réseau en bon état de fonctionnement» ainsi que les travaux de mise en conformité + adosse cette obligation d une obligation de «pourvoir au financement des travaux de renouvellement» par la constitution de provisions pour renouvellement s agissant des ouvrages à renouveler avant le terme normal de la concession (Article L du code de l énergie) Art. 14 CC: rappelle les droits des usagers à un service de qualité (qualité de la fourniture, accueil de la clientèle, ) et à être informés (accès au contrat de concession); Art. 15, 16 CC: définit la consistance des branchements, partie intégrante du réseau public de distribution d électricité, et pose l obligation du concessionnaire de les entretenir et de les renouveler à ses frais, précise la participation requise du demandeur au raccordement; Difficulté d interprétation de la propriété des colonnes montantes (bien de retour ou propriété des bailleurs et copropriétés), pourtant intégrées aux branchements, selon qu elles ont été réalisées avant ou après 1992 (Recommandation du 27 février 2013, le médiateur national de l énergie ; jurisprudences contraires du juge judiciaire); à noter: processus d abandon sans conditions des colonnes montantes au concessionnaire qui doit alors en assurer maintenance et renouvellement.

8 1.2. Principales caractéristiques des concessions arrivant à échéance (4/7) S agissant des contrats réputés cosignés par EDF-ERDF, ils sont : Rédigés en des termes similaires / modèle de cahier des charges (suite) : Art. 21, 22 CC: définit les caractéristiques de l énergie distribuée Art. 23, 24, 25 CC: définit les conditions de contractualisation avec les usagers / renvoie aux Conditions générales de vente d EDF Art. 26 CC: définit les principes de tarification / des principes qui dépassent le cadre de la concession, parce que déterminés nationalement: Tarif d Utilisation des Réseaux Publics d Electricité (TURPE) / Tarif Réglementé de Vente (TRV)

9 1.2. Principales caractéristiques des concessions arrivant à échéance (5/7) S agissant des contrats réputés cosignés par EDF-ERDF, ils sont : Rédigés en des termes similaires / modèle de cahier des charges (suite): Art. 30 CC: définit la durée de la concession Art. 31 CC: définit les conditions de renouvellement ou d expiration de la concession / fixe les motifs de non renouvellement / dans les deux cas, détermine les conditions financières attachées à la fin du contrat, notamment: L indemnisation des biens de retour non amortis financés par le concessionnaire / validité de l application d un taux de réévaluation de cette indemnisation? Le reversement au concédant des provisions non utilisées / attention au périmètre des provisions à reverser en cas de reprises anticipées de ces provisions par le concessionnaire hors renouvellement d un bien concédé ; Art. 32 CC: définit les modalités d exercice du contrôle de la concession par l AODE: 32A: le contrôle l AODE de la bonne exécution par son concessionnaire de tout ou partie de ses obligations contractuelles, sur pièces ou sur place, technique ou comptable 32B: la remise de documents cartographiques à l AODE 32C: la remise d un rapport annuel d activité de la concession (CRAC) 32D: l application de pénalités contractuelles pour non remise d un des documents sollicités dans le cadre des articles 32A à 32C..

10 1.2. Principales caractéristiques des concessions arrivant à échéance (6/7) S agissant des contrats réputés cosignés par EDF-ERDF, ils sont : Rédigés en des termes similaires / modèle de cahier des charges (suite): A l exception de l annexe 1 au cahier des charges qui traite tout particulièrement : Art. 2: Des modalités de calcul de la redevance annuelle de concession due par le concessionnaire à l AODE en contrepartie des dépenses supportées par l AODE dont le concessionnaire et les usagers bénéficient (usuellement décomposée en une redevance Fonctionnement R1 + une redevance Investissement R2, avec une formule de calcul empruntée au modèle de cahier des charges) Art. 3: Des modalités de calcul de la redevance d occupation du domaine public (RODP) qui sont issues de dispositions réglementaires (R du code général des collectivités territoriales) Art. 4: Des modalités de contribution du concessionnaire aux travaux d enfouissement des réseaux de distribution (travaux «aux fins d amélioration esthétique des ouvrages de la concession») réalisés sous maîtrise d ouvrage du concédant ou de ses communes adhérentes

11 1.2. Principales caractéristiques des concessions arrivant à échéance (7/7) S agissant des contrats réputés cosignés par EDF-ERDF, ils sont : Rédigés en des termes similaires / modèle de cahier des charges (suite) : A l exception de l annexe 1 au cahier des charges qui traite tout particulièrement (suite): Art. 5: Des modalités de répartition de la maîtrise d ouvrage entre l AODE et le concessionnaire (Article L du Code de l énergie : «Les autorités organisatrices du réseau public de distribution d'électricité ont la faculté de faire exécuter en tout ou en partie à leur charge, les travaux de premier établissement, d'extension, de renforcement et de perfectionnement des ouvrages de distribution.») Art. 10: D engagements particuliers en termes de qualité de l électricité sur le territoire de l AODE.

12 1.3 Principaux constats concernant l exécution de ces contrats : le Contrat de la ville de Bordeaux Des questions stratégiques : quel objectif politique en matière d énergie, quelles relations avec notre délégataire pour quel coût Des questions juridiques sur le contrat lui-même : quel est le cocontractant de la ville (EDF ERDF), quel est le périmètre délégué, quel est le rapport entre la convention et la réglementation des DSP, quelle sécurité juridique Qui décide quoi? Etc. Des questions financières : quel est le résultat annuel de la délégation, quel est l investissement réalisé, quel patrimoine, quelles sont les clés de répartition au niveau national et leur impact sur les comptes de notre délégation Des questions techniques : quel est le niveau de service par rapport aux autres collectivités, quel est le niveau par rapport aux normes, quels investissements, quels travaux sont nécessaires pour un renforcement ou une extension des réseaux, quelles participations attendues de la ville Des questions historiques : passer d un contrat imposé à un contrat partagé

13 1.3 Principaux constats concernant l exécution de ces contrats : le Contrat du SIPPEREC Constats identiques à ceux de la concession de Bordeaux pour les questions financières Difficulté de porter un avis sur la qualité du service rendu et la satisfaction des usagers du fait d indicateurs à des mailles très larges (nationale ou supra régionale ) Difficulté d obtenir une vision pluriannuelle des investissements et d identifier l effort d investissements propre d ERDF (financements des autorités concédantes et des tiers) Progression du temps de coupure (critère B) constatée tendanciellement depuis une quinzaine d année et vieillissement de certains éléments du réseau Question de l utilisation des provisions pour renouvellement pour le renouvellement des réseaux et du niveau important des provisions à l approche de la fin du contrat Problématique de l obtention d un inventaire détaillé (environ 40 % de biens non localisés) Constats relatifs au contrôle technique et économique de la concession (distribution et fourniture)

14 salle... Échange avec la

15 Partie 2 : Évolutions possibles pour les contrats à venir 2.1. Evolutions possibles des contrats au vu des contrats actuels Une réalité: un socle commun d obligations de service public qui ont vocation à être identiques d une concession à l autre sans porter atteinte au caractère local de la concession et aux tarifs péréqués des dispositions communes reproductibles mais à adapter au vu des évolutions législatives, réglementaires et jurisprudentielles, et qui mériteraient d être distinguées selon qu elles concernent la seule société EDF, la seule société ERDF, ou qu elles sont communes aux deux concessionnaires. A suivre: l évolution du modèle de cahier des charges

16 2.1. Evolutions possibles des contrats au vu des contrats actuels Des dispositifs méritant une adaptation concession par concession, audelà du périmètre de l actuelle annexe 1 du cahier des charges, on notera particulièrement : Libre répartition de la maîtrise d ouvrage AODE / Concessionnaire Identification exhaustive des ouvrages concédés sur le périmètre de la concession / inventaire initial des ouvrages, processus de mise à jour, suivi de l inventaire (état technique et valorisation) et qualification juridique (biens de retour, biens de reprise, biens propres) Association de l AODE aux priorisations des investissements à réaliser sous MOA du concessionnaire, participation de l AODE à l élaboration d un schéma directeur des investissements, et fixation d un processus de suivi des investissements (réalisés/non réalisés, report des non réalisés à fixer, sources de financement, dont les provisions pour renouvellement ) Détermination des redevances de concession: poursuite du dispositif des contrats en cours? Identification de nouvelles modalités de calcul des redevances dues en contrepartie de la mise à disposition des ouvrages, avec prise en compte de la valeur des biens mis à disposition du concession qu il n a pas financés et dont il tire un bénéfice d exploitation («goodwill»)? En conséquence de ces obligations, réflexion sur la durée de la concession (durée moyenne -8/12 ans- ou longue -20)

17 2.1. Evolutions possibles des contrats au vu des contrats actuels Des dispositifs méritant une adaptation concession par concession, au-delà du périmètre de l actuelle annexe 1 du cahier des charges, on notera particulièrement (suite) : Détermination de comptes d exploitation prévisionnels initiaux de la concession pour connaître l économie générale de la concession => faisabilité? Adaptations locales de la relation avec les usagers, notamment les personnes en précarité énergétique : le traitement de la précarité devient crucial du fait de sa recrudescence alors même que le TPN n est plus un tarif réglementé. Il convient donc d aborder dans les évolutions possibles des contrats : La détection des situations de précarité : «PRECARITER» : outil développé par ERDF et détection des situations par EDF dans la gestion des contrat Suivi de l endettement des usagers (EDF), définition des pratiques lors de coupures, de réductions de puissance, de rétablissement après coupure. Détermination du contenu des comptes rendus annuels d activité devant refléter les spécificités de la concession pour permettre un véritable contrôle de la concession Dispositions relatives à la fin de la concession prenant en compte les conditions tenant à la continuité du service public en fin de contrat: prendre en compte les questions de: Remise de données en fin de contrat Valorisation des biens de retour remis à l AODE à leur juste valeur compte tenu de la dernière jurisprudence (CAA Nancy, 12 mai 2014, n 13NC01303 et suivants) Qualification juridique des biens de retour devant inclure des droits d usage de systèmes d information pour que certains biens, indispensables au bon fonctionnement du service, soient effectivement utilisables en fin de contrat.

18 2.2 Evolutions en lien avec changements technologiques et évolution des modes de production et usages Les contrats de concession de distribution d énergie ont normalement vocation à tenir compte des évolutions : technologiques ou liées aux besoins et aux comportement évolutifs des usagers. (cf. article 2 de la convention de concession) Quelques évolutions aujourd hui identifiées : -Le développement de la production locale d électricité par ENR; -Le développement d éco quartiers et/ou de quartiers à faible impact énergétique; -Les compteurs évolués (LINKY); -Le pilotage des usages; -Les véhicules électriques; -De nouveaux comportements : effacement, stockage, autoconsommation/autoproduction Le caractère local du service public de la distribution et de la fourniture entraine que les contrats doivent rester cohérents avec la politique locale en matière d énergie. Par voie de conséquence, les adaptations des contrats aux évolutions aujourd hui identifiées sont à mettre en relation avec d éventuelles politiques locales. Ainsi, la politique locale en matière d énergie constitue un point d entrée pour faire évoluer le dispositif contractuel

19 2.2 Evolutions en lien avec changements technologiques et évolution des modes de production et usages Pour mener la mise en cohérence des contrats de concession d électricité avec les politiques locales en matière énergétique, une bonne connaissance des impacts réels des évolutions à apporter à l activité sur l économie du service concédé est indispensable. Le développement des ENR : nouvelle contrainte pour le réseau? Ou l injection d énergie au plus près de la consommation permet de soulager le réseau et de différer des investissements de renforcement? Le développement d éco-quartiers : - comment tenir compte des contraintes énergétiques du projet dans la conception du réseau électrique le desservant? - compte tenu des efforts dans le bâti et les équipements (domotique), doit on penser une offre locale de vente d électricité aux futurs occupants dans le contrat de concession? LINKY: A court terme : la phase de déploiement : vaste projet qui débute en décembre 2015 pour s achever en décembre ans 90% des compteurs. Quel suivi de l AODE : qualité du service? suivi des réclamations? satisfaction des usagers?... A moyen terme : définition des données nouvelles recueillies par ERDF grâce à LINKY permettant à l AODE de disposer d un état des lieux de son patrimoine inventaire des compteurs Traitement des impayés /précarité : coupures et réductions de puissance opérées à distance

20 2.2 Evolutions en lien avec changements technologiques et évolution des modes de production et usages Pour mener la mise en cohérence des contrats de concession d électricité avec les politiques locales en matière énergétique, une bonne connaissance des impacts réels des évolutions à apporter à l activité sur l économie du service concédé est indispensable. Le pilotage des usages : Le contrat peut-il prévoir une offre aux usagers de pilotage des usages? Intérêt particulier pour les usagers en précarité énergétiques Les véhicules électriques : quel est l impact sur le réseau? doit-on penser à une offre locale de vente d électricité au service de rechargement incluse dans le contrat de concession? Les nouveaux comportements :effacement/stockage/ autoconsommation : doit-on intégrer les capacités d effacement et de stockage d énergie liées à la gestion d une flotte de VE dans le contrat de concession? Idem pour d autres acteurs potentiels (groupement d usagers : OPHLM )? De manière plus large sur cette question et sur un terme plus long, comment traiter dans le contrat de concession l ilotage potentiel de zones qui produisent/stockent et consomment/ revendent le surplus et soutirent la part résiduelle d énergie? Pour apporter une réponse à ces questions, l AODE doit disposer de données techniques (état électrique du réseau, contraintes, besoins en renouvellement et renforcement localisés..) et financières (rentabilité de l activité actuelle pour simuler la rentabilité de l activité locale modifiée).

21 salle... Échange avec la

22 Partie 3 : Comment se préparer à l échéance contractuelle? 3.1 Gouvernance et complémentarité des niveaux d intervention (1/2) Un contrat d une très grande complexité, qui associe des métiers très divers et de très nombreuses personnes : Aménagement du territoire et urbanisme, Technicité de réseaux (maillage, puissances, sécurité) et de terrain (tuyaux, fils nus, travaux publics), d éclairage public et mise en lumière Développement durable et transition énergétique Informatique (big data et communication des données), Internet Social (TPN), et consommations Proximité (relation à l usager) et utilisations du domaine public ou privé de la collectivité, Droit plusieurs domaines (commande publique, CGCT, énergie, construction et habitation, santé publique, pénal ) Finances, sans même aborder la question de la production, des réseaux et des fournisseurs

23 3.1 Gouvernance et complémentarité des niveaux d intervention (2/2) Cette complexité est d ailleurs matérialisée par la nature et les compétences des personnes présentes à cette conférence. Elle nécessite donc un travail transversal important au sein de la collectivité pour que chacun : sache ce que les autres font ou connaissent du contrat quelles sont les relations qu ils entretiennent avec notre cocontractant quels sont les termes (contraintes, engagements, enjeux ) de notre contrat Il faut savoir aussi que la collectivité, conformément à l arrêt du Conseil d Etat, commune d Olivet, 8 avril 2009, peut interrompre son contrat après 20 ans d existence

24 3.2 Méthodologie et démarches préalables à mettre en œuvre (1/3) Réflexions à caractère général sur la démarche et la méthodologie à adopter : Constituer une équipe pluridisciplinaire disposant de compétences sur les domaines technique + financier + juridique. Si nécessaire, être appuyé par des conseils externes Les points incontournables pour engager une discussion constructive avec le concessionnaire : la connaissance de l existant (état du patrimoine, inventaire des ouvrages nécessaires à la réalisation de la mission, situation économique de l activité concédée.) Pour les nouveaux sujets pouvant intégrer le périmètre, une connaissance technique et économique est également nécessaire (via des expérimentations permettant d établir un business plan par ex.)

25 3.2 Méthodologie et démarches préalables à mettre en œuvre (1/2) Cette démarche de connaissance mutuelle est d autant plus nécessaire que nos interlocuteurs ont centralisé leurs connaissances de leurs clients et manient le lobbying avec une indéniable maestria L équipe à constituer doit donc maîtriser tout ou partie des points et domaines précités. Méthode RACI traditionnelle, ou de conduite de projet. Si besoin se faire assister des «savants» ou AMO. Un très gros travail préliminaire d archéologie administrative à mener avant de lancer les démarches pour savoir d où l on part, de même qu un benchmark national pour examiner ce qui a été obtenu par d autres collectivités. Enfin, un regard précieux, celui de la jurisprudence, qui fait entrer peu à peu, en condamnant le plus souvent l électricien historique, le droit de cette concession dans celui des délégations de service public

26 3.2 Méthodologie et démarches préalables à mettre en œuvre (2/2) Le travail préliminaire achevé, il faut revisiter chacun des articles du contrat en cours pour arrêter la position de la collectivité sur ce qu elle souhaite. Ainsi, il faut demander à connaître le périmètre de la délégation, les mouvements financiers réels, les comptes, les investissements, qui fait quoi quand comment. A terme, on parvient à rédiger un contrat global, qui se situe dans le fil de l histoire, dans le prolongement de la réglementation communautaire, dans un juste équilibre entre l électricien et la collectivité. Ce contrat est pour l instant refusé par EDF, ERDF n étant qu un faux-nez pratique mais non capitalistique. Je le communique à qui le souhaite. Plus les collectivités diront ce qu elles veulent, conformément à ce que nous impose l article 5 du code des marchés publics, mieux nous pourrons aboutir.

27 3.3 Calendrier Le calendrier est à définir suffisamment en amont pour disposer du temps nécessaire pour l état des lieux, les expérimentations éventuelles, l étude des diverses options et les échanges avec le concessionnaire. Nécessité d effectuer plusieurs années avant la fin du contrat le recensement des informations nécessaires : inventaire des éléments du réseau, études techniques, informations économiques et financières sur la concession (notamment concernant les provisions pour renouvellement, le taux d amortissement par éléments de réseaux Engager le dialogue avec le concessionnaire sur la production de ces éléments et le calendrier de leur remise et passer parallèlement les marchés nécessaires pour la réalisation de ces études Identifier les priorités à fixer pour le contenu du futur contrat en fonction des axes envisageables: La question de la durée du futur contrat sera à traiter, en identifiant quels sont les facteurs d appréciation de la durée contractuelle. La durée du processus à mettre en œuvre s apprécie en année et compte tenu des données à recueillir un engagement de la démarche 4 à 5 ans en amont n apparaît pas superflu.

28 salle... Échange avec la

29 Merci pour votre attention!!!

Groupe de travail «Distribution d énergies de réseau et transition énergétique. Contribution de la FNCCR. Réunion du 2 juillet 2013

Groupe de travail «Distribution d énergies de réseau et transition énergétique. Contribution de la FNCCR. Réunion du 2 juillet 2013 Groupe de travail «Distribution d énergies de réseau et transition Contribution de la FNCCR Réunion du 2 juillet 2013 I distinction structurelle entre les réseaux soumis à une obligation d universalité

Plus en détail

La distribution publique de l électricité

La distribution publique de l électricité La distribution publique de l électricité RÈGLES PÔLE ÉLÉCTRICITÉ - GAZ ENJEUX UNE CONCESSION LES COMMUNES L organisation des services publics 1984 Les communes sont compétentes pour organiser les services

Plus en détail

P. BEAUJON Responsable Services Adm. Tel: 03 20 10 14 50 pieter.beaujon@electricite-loos.fr La Régie est une Entreprise Locale de Distribution Article L111-54 Code de l Energie Sont des «entreprises locales

Plus en détail

Les Mobilités dans les Territoires

Les Mobilités dans les Territoires Rencontres Scientifiques & Techniques Territoriales Les Mobilités dans les Territoires La gestion du stationnement et les politiques de mobilités Economie du Stationnement, Maitrise du Stationnement et

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588. 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588. 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012 M. l Adjoint CYPRIANI, Rapporteur : Les services publics délégués sont

Plus en détail

Optimiser les coûts de raccordement par l analyse des devis et des projets. AMORCE 27 juin 2012

Optimiser les coûts de raccordement par l analyse des devis et des projets. AMORCE 27 juin 2012 Optimiser les coûts de raccordement par l analyse des devis et des projets AMORCE 27 juin 2012 Le SIPPEREC LES COMPÉTENCES : Compétence Electricité Concession service public de la distribution et de la

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHÉS PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES ASSISTANCE JURIDIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIÈRE EN VUE DU CHOIX ET DE LA MISE EN PLACE DU MODE DE GESTION DU SERVICE D ASSAINISSEMENT Cahier des Clauses Techniques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Annecy, le 10 février 2015 DOSSIER DE PRESSE Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Un budget 2015 de 155 M, dont un programme de travaux de 70 M avec le maintien d un haut niveau d investissements

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Collectivités : Préparez-vous aux nouvelles conditions d achat de votre électricité MERCREDI 5 NOVEMBRE 2014 - CLERMONT-FERRND 1 Février

Plus en détail

Raccordement individuel neuf d une installation de consommation BT 36 kva

Raccordement individuel neuf d une installation de consommation BT 36 kva Raccordement individuel neuf d une installation de consommation BT 36 kva Travaux de raccordement Distance du point de livraison en limite de parcelle Ouvrage de raccordement à 250m poste existant >à 250m

Plus en détail

L achat d électricité

L achat d électricité Bienvenue 1 L achat d électricité Journée d actualité du 17 avril 2014 Christian PONCELET Chargé de mission auprès de la Direction générale Responsable du groupement Achat Electricité (2004/2013) SIPPEREC

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

C est l organisme responsable du service public de l électricité en Haute-Vienne.

C est l organisme responsable du service public de l électricité en Haute-Vienne. INDICATEURS DE CONCESSION* 2 0 13 LE SYNDICAT ÉNERGIES HAUTE-VIENNE (SEHV) C est l organisme responsable du service public de l électricité en Haute-Vienne. PROPRIÉTAIRE DES RÉSEAUX ÉLECTRIQUES DE DISTRIBUTION

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité

Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité 1 Le raccordement jusqu à présent Jusqu à présent, un raccordement au réseau

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Aurélie CAMROUX Marc CLOUVEL

Aurélie CAMROUX Marc CLOUVEL LA CREATION D UN SIEGE SOCIAL Aurélie CAMROUX Marc CLOUVEL Experts comptables Commissaires aux comptes Blog AXIOME D.I.S. (actualité règlementaire secteur S.M.S.) http://flash.info.sms.over-blog.com 1

Plus en détail

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014 ERDF et la Transition Energétique CESE Nice le 23 avril 2014 1. ERDF et la distribution d électricité en France 2. La transition énergétique 3. ERDF dans la transition énergétique 4. En synthèse 1 ERDF

Plus en détail

CAA de Paris, 25 mars 2013, SIPPEREC c/ ERDF

CAA de Paris, 25 mars 2013, SIPPEREC c/ ERDF La Cour administrative d appel de Paris valide les pénalités émises par le SIPPEREC pour sanctionner le caractère incomplet des comptes-rendus annuels d activité (CRAC) de sa concession de distribution

Plus en détail

SIDEGAV. Présentation du compte-rendu d activité du concessionnaire 2014. Le 29 octobre 2015

SIDEGAV. Présentation du compte-rendu d activité du concessionnaire 2014. Le 29 octobre 2015 SIDEGAV Présentation du compte-rendu d activité du concessionnaire 2014 Le 29 octobre 2015 Un service public, deux missions L exercice du service public de l électricité, dans le cadre des cahiers des

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

Thème 5 : L innovation au service de l excellence de la relation clients

Thème 5 : L innovation au service de l excellence de la relation clients Concours ERDF de l innovation 2015 «Réseaux Electriques Intelligents» Thème 5 : L innovation au service de l excellence de la relation clients 1. Introduction ERDF est à la recherche de solutions innovantes

Plus en détail

L audit énergétique : maillon faible de la transition énergétique?

L audit énergétique : maillon faible de la transition énergétique? L audit énergétique : maillon faible de la transition énergétique? 26 novembre 2015 Positionnement des prestataires et limite de l audit Un audit énergétique est par définition une analyse croisée entre

Plus en détail

Rapport du service contrôle de concession ELECTRICITE

Rapport du service contrôle de concession ELECTRICITE Rapport du service contrôle de concession ELECTRICITE 2012 0 1 Contenu Le Patrimoine...3 Les réseaux électriques en Dordogne (au 31/12/2012)... 3 Age moyen des réseaux (km ou nombre de postes)... 5 Les

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION : Tout savoir sur le Groupement de Commandes Gaz Naturel

DOCUMENT D INFORMATION : Tout savoir sur le Groupement de Commandes Gaz Naturel DOCUMENT D INFORMATION : Tout savoir sur le Groupement de Commandes Gaz Naturel 1. La fin des tarifs réglementés de vente (TRV) a) Qui est concerné? Tous les acheteurs publics sont concernés par la suppression

Plus en détail

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM]

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] Entre La commune (ou autre collectivité) de [nom de la collectivité], propriétaire du site [nom du site] représentée par son maire

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Colloque Irrigation : 12/3/2015 Lycée agricole d Ondes (31) La fin des tarifs réglementés d électricité : Le nouveau contexte du marché de l'électricité ÉNERGIES : UN PROCESSUS DE DÉRÉGULATION LONG ET

Plus en détail

F - DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES

F - DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES GTG 2007 GT1 Version V2 du 7 novemvre 2008 PROCEDURE CLIENT CONSOMMANT SANS FOURNISSEUR Page : 1/5 A - OBJET Cette procédure décrit les principes retenus pour traiter la situation où le GRD constate qu

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REHABILITATION ENERGETIQUE DES COPROPRIETES ARPE Mercredi 12 décembre 2012 1 2 Données de cadrage PLAN Contexte réglementaire de la copropriété - Définition juridique de la copropriété

Plus en détail

Matinale de l ATEPS: FIN DES TARIFS REGLEMENTES DE L ENERGIE

Matinale de l ATEPS: FIN DES TARIFS REGLEMENTES DE L ENERGIE Matinale de l ATEPS: FIN DES TARIFS REGLEMENTES DE L ENERGIE LES ULIS 7 MARS 2014 Programme 9H45: Introduction par l'ateps - Règles de mise en concurrence des fournisseurs et présentation des différentes

Plus en détail

au profit des acheteurs publics Christophe PICARD (Directeur général)

au profit des acheteurs publics Christophe PICARD (Directeur général) Achat groupé d électricité avec le Syndicat Energies Haute-Vienne une mutualisation départementale au profit des acheteurs publics Christophe PICARD (Directeur général) Sandra SCHMITGEN-PICARD (responsable

Plus en détail

Le plan partenarial de gestion de la demande et d information des demandeurs (PPG)

Le plan partenarial de gestion de la demande et d information des demandeurs (PPG) DREAL Pays de la Loire Lettre n 2 MAJ 10/07/2015 ALUR ET LA DEMANDE LOCATIVE SOCIALE Le plan partenarial de gestion de la demande et d information des demandeurs (PPG) I Définition Champ d application

Plus en détail

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature.

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. Direction des Finances Direction de l Urbanisme 2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. PROJET DE DÉLIBÉRATION

Plus en détail

Le modèle économique du logement social

Le modèle économique du logement social a Le modèle économique du logement social Discussion L habitat dégradé et indigne en Ile-de-France OFCE, Journée d étude Étude : ville et publiée logement, en 4 février décembre 2011 2012 1 Le modèle économique

Plus en détail

Votre concession GrDF en 2011. Hérault Energies

Votre concession GrDF en 2011. Hérault Energies Votre concession GrDF en 2011 Hérault Energies 1 La chaîne gazière : de l extraction à la distribution de gaz naturel Exercice 2011 2 Des missions de service public confiées à GrDF au travers des contrats

Plus en détail

Dates et chiffres clés

Dates et chiffres clés Gestion par Nantes-Métropole des concessions des villes de NANTES - REZE - INDRE Dates et chiffres clés Au périmètre des 3 concessions 2 007 km 99 % 209 543 7 546 480 26 mn 99,99 % 99,86 % 236 k Au plan

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Ville de Lorient Achat d énergie sur marché

Ville de Lorient Achat d énergie sur marché Ville de Lorient Achat d énergie sur marché Bilan Energétique Consommation Energie Finale (GWh) Consommations d'énergie finale 2011 (GWh) Patrimoine de la ville de Lorient Résidentiel Territoire Ville

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES NATURE DES OPERATIONS - Infrastructures liées à la protection de la ressource, au traitement et à la distribution de l eau potable. BENEFICIAIRES Communes

Plus en détail

TRELISSAC 9 Mars 2015

TRELISSAC 9 Mars 2015 RÉUNION DES ELUS La Fin des Tarifs Réglementés de Vente L'accès des élus au Système d'information Géographique du SDE 24 Les bornes de recharge pour véhicules électriques TRELISSAC 9 Mars 2015 Groupement

Plus en détail

RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DES PRESTATIONS DEVANT ETRE ASSUREES PAR LE DELEGATAIRE. Page : 1

RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DES PRESTATIONS DEVANT ETRE ASSUREES PAR LE DELEGATAIRE. Page : 1 DELEGATION DE SERVICE PUBLIC POUR LA CONCEPTION, L EXTENSION, L EXPLOITATION TECHNIQUE ET COMMERCIALE DU RESEAU DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES A TRES HAUT DEBIT DE NANTES METROPOLE RAPPORT DE PRESENTATION

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES VILLE DU MANS ET LE MANS METROPOLE AVEC EXECUTION PAR LE COORDONNATEUR

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES VILLE DU MANS ET LE MANS METROPOLE AVEC EXECUTION PAR LE COORDONNATEUR CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES VILLE DU MANS ET LE MANS METROPOLE AVEC EXECUTION PAR LE COORDONNATEUR La Ville du Mans, représentée par Monsieur Patrick DELPECH, Adjoint au Maire en

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE. Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central

COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE. Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central AMO / 2013 / 201 COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central 04 Septembre 2014 MISSION H 2 O, 13 Rue Victor Hugo, 92240

Plus en détail

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE ANNEE 2013

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE ANNEE 2013 SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE ANNEE 2013 1 1. PRESENTATION DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ET EVOLUTION DE SON MODE DE GESTION

Plus en détail

Atelier ManagEnergy ARENE IDF

Atelier ManagEnergy ARENE IDF Atelier ManagEnergy ARENE IDF Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique Le Contrat de Performance Energétique - Retex Cadre de l intervention Intervenant : Laurent Dandrieux

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Projet de délibération portant sur la définition d aides expérimentales permettant d accompagner

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

CONCEDANT / CONCESSIONNAIRE. Réunion d information communes de la Nièvre

CONCEDANT / CONCESSIONNAIRE. Réunion d information communes de la Nièvre LA RELATION CONCEDANT / CONCESSIONNAIRE Réunion d information communes de la Nièvre Mars 2012 1 PRESENTATION ERDF LE SCHEMA DU RESEAU ELECTRIQUE DE LA PRODUCTION AU CLIENT Biens des producteurs d électricité

Plus en détail

LES GARANTIES D EMPRUNT

LES GARANTIES D EMPRUNT LES GARANTIES D EMPRUNT (Compte 801.5) Fiche n 1 Définition Les garanties d emprunt entrent dans la catégorie des engagements hors bilan parce qu une collectivité peut accorder sa caution à une personne

Plus en détail

ERDF dans les LANDES. Comités Territoriaux SYDEC 2013

ERDF dans les LANDES. Comités Territoriaux SYDEC 2013 ERDF dans les LANDES Comités Territoriaux SYDEC 2013 ERDF, un acteur au sein du marché de l électricité Activités en concurrence Principalement EDF Production Loi du 10 février 2000 Activités régulées

Plus en détail

CONVENTION DE CODEVELOPPEMENT DE RESEAUX DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES

CONVENTION DE CODEVELOPPEMENT DE RESEAUX DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES CONVENTION DE CODEVELOPPEMENT DE RESEAUX DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ENTRE : Le Syndicat Mixte Gironde Numérique, crée à compter du 1 er août 2007 Domicilié Hôtel du Département Esplanade C. de Gaulle

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

1906 : la loi du 15 juin 1906 sur les distributions d énergie reconnaît aux communes le pouvoir concédant en matière de distribution d électricité.

1906 : la loi du 15 juin 1906 sur les distributions d énergie reconnaît aux communes le pouvoir concédant en matière de distribution d électricité. CHAPITRE 1 LA DISTRIBUTION D ELECTRICITE EST UN SERVICE PUBLIC LOCAL En France, tout au long du vingtième siècle, l organisation de la distribution locale d électricité a connu de profondes mutations.

Plus en détail

ATELIER D INFORMATION DU SECTEUR PRIVE SUR DELEGATION DE LA MAINTENANCE ET DE LA PRODUCTION DES FORAGES RURAUX MOTORISES

ATELIER D INFORMATION DU SECTEUR PRIVE SUR DELEGATION DE LA MAINTENANCE ET DE LA PRODUCTION DES FORAGES RURAUX MOTORISES Ministère de l'hydraulique et de l Assainissement DIERCTION DE L EXPLOITATION ET DE LA MAINTENANCE ATELIER D INFORMATION DU SECTEUR PRIVE SUR DELEGATION DE LA MAINTENANCE ET DE LA PRODUCTION DES FORAGES

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE)

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) 1 1. Les missions de la CREE 2. La régulation 3. Cadre légal et réglementaire (principes tarifaires) 4. Plan d Action Stratégique 5. Les outils

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE 1. Présentation de l Anses L'Anses, Agence nationale de sécurité

Plus en détail

Lorient Population 57 000 habitants (agglomération ~200 000)

Lorient Population 57 000 habitants (agglomération ~200 000) Lorient Population 57 000 habitants (agglomération ~200 000) Bilan Energétique Consommation Energie Finale (GWh) Consommations d'énergie finale 2011 (GWh) Patrimoine de la ville de Lorient Résidentiel

Plus en détail

Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques

Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques CCI Montpellier 16 septembre 2015 Sommaire 1. Préambule : les acteurs du marché 2. Fin des TRV : calendrier et dispositif d

Plus en détail

COMPTE- RENDU ORG EDF SA. Semaine sociale SEI. du 9 au 11 juin 2015 WWW.. FNEM-FO

COMPTE- RENDU ORG EDF SA. Semaine sociale SEI. du 9 au 11 juin 2015 WWW.. FNEM-FO JUIN 201 du 9 au 11 juin 201 COMITÉ DE SUIVI DE L ACCORD HANDICAP EDF-SA n Un constat : écarts entre les différentes unités. Cet accord arrive en fin de vie et le portage a été inégal. Force est de constater

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTEUR LE COMPTEUR LA TECHNOLOGIE L UTILITÉ LE DÉPLOIEMENT LES DONNÉES LA POSE LA PRÉPARATION LEXIQUE À PROPOS D ERDF

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTEUR LE COMPTEUR LA TECHNOLOGIE L UTILITÉ LE DÉPLOIEMENT LES DONNÉES LA POSE LA PRÉPARATION LEXIQUE À PROPOS D ERDF TOUT SAVOIR SUR LE COMPTEUR LE COMPTEUR LA TECHNOLOGIE L UTILITÉ LE DÉPLOIEMENT LES DONNÉES LA POSE LA PRÉPARATION LEXIQUE À PROPOS D ERDF LE COMPTEUR LE COMPTEUR LINKY EST-IL VRAIMENT UN NOUVEAU COMPTEUR?

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES ANNEXE PROJET ENTRE : Le Département des Deux-Sèvres, représenté par M. Eric GAUTIER, Président

Plus en détail

Responsable de l accueil des délégations Secrétariat Général Protocole Attaché

Responsable de l accueil des délégations Secrétariat Général Protocole Attaché Fonction CR/Service Cadre d emploi de recrutement Nature des fonctions Responsable de l accueil des délégations Secrétariat Général Protocole Attaché Annexe 1 Sous la responsabilité du responsable du service

Plus en détail

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014 Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Direction de la Planification et de l Equipement Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine

Plus en détail

annexe 6.2.4 - description détaillée du service de Colocalisation Dédiée

annexe 6.2.4 - description détaillée du service de Colocalisation Dédiée annexe 6.2.4 - description détaillée du service de Colocalisation Dédiée 1. description technique du Service (voir schémas explicatifs en fin de document) 1.1 pré-requis : débit minimal par prestation

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE Assistance et conseil technique et administratif aux collectivités en urbanisme réglementaire Toute collectivité maître d ouvrage de

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

financement de ses investissements? 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012

financement de ses investissements? 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012 Comment bien choisir le financement de ses investissements? 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012 La détection du désir d investissement 3 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

Groupement de Commandes ELECTRICITE. Présentation du Marché

Groupement de Commandes ELECTRICITE. Présentation du Marché Groupement de Commandes ELECTRICITE Présentation du Marché Contexte du Groupement de commandes ÉLECTRICITÉ Depuis le 1 er juillet 2007, le marché de l électricité est ouvert à la concurrence. L ensemble

Plus en détail

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 Direction Générale Finances et Gestion Pôle Contrôle de Gestion Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 S.E.M. NANTES-métropole GESTION EQUIPEMENTS (N.G.E.) - 1) Camping Val du Cens, salons Mauduit,

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Programme d économies d eau 2009-2012

Programme d économies d eau 2009-2012 Programme d économies d eau 2009-2012 Ville de Rennes L eau potable sur le bassin rennais Le Syndicat Mixte de Production d eau potable du Bassin Rennais (SMPBR) a les compétences suivantes : Production

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Tout savoir sur le groupement de commandes d achat d électricité coordonné par le SDES. 1 La fin des tarifs réglementés de vente d électricité (TRV)

Tout savoir sur le groupement de commandes d achat d électricité coordonné par le SDES. 1 La fin des tarifs réglementés de vente d électricité (TRV) Tout savoir sur le groupement de commandes d achat d électricité coordonné par le SDES 1 La fin des tarifs réglementés de vente d électricité (TRV) Qui est concerné? Tous les acheteurs publics sont concernés

Plus en détail

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018 La contractualisation Caf / Collectivités territoriales Le Renouvellement des Cej 2015-2018 Sommaire 1. La contractualisation avec la Caf : > les principes Rappel : Cej Une nouveauté : la Ctg La gouvernance

Plus en détail

Etude de faisabilité pour l installation de générateur(s) photovoltaïque(s) raccordé(s) au réseau CAHIER DES CHARGES

Etude de faisabilité pour l installation de générateur(s) photovoltaïque(s) raccordé(s) au réseau CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité pour l installation de générateur(s) photovoltaïque(s) raccordé(s) au réseau CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE A / OBJET DE L ETUDE 1 Le contexte 2 Le périmètre de l étude 3 Les objectifs

Plus en détail

Objet : Passation de conventions, de contrats et de marchés

Objet : Passation de conventions, de contrats et de marchés 0352686E ACADEMIE DE RENNES LYCEE GENERAL ET TECHNOLOGIQUE ANITA CONTI ESPLANADE DU LYCEE 35174 BRUZ CEDEX Tel : 0223501700 ACTE TRANSMISSIBLE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Objet : Passation de conventions,

Plus en détail

SYDESL. Syndicat départemental d énergie de Saône et Loire. Président : Fabien GENET

SYDESL. Syndicat départemental d énergie de Saône et Loire. Président : Fabien GENET SYDESL Syndicat départemental d énergie de Saône et Loire Président : Fabien GENET Présentation du SYDESL Le Syndicat Départemental d Energie de Saône et Loire regroupe l ensemble des 573 communes du département

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Colloque ATEE, pôle DERBI et MPI à Toulouse, 14 octobre 2014

Colloque ATEE, pôle DERBI et MPI à Toulouse, 14 octobre 2014 Colloque ATEE, pôle DERBI et MPI à Toulouse, 14 octobre 2014 Sommaire! La démarche Smart grids de la CRE! Les recommandations de la CRE pour accompagner le développement des Smart grids 2 Une démarche

Plus en détail

184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 Conseil Régional du 04 novembre 2013 ----------- Annexe au rapport spécifique «Politique

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Projet de Formation. présenter sa candidature»

CAHIER DES CHARGES Projet de Formation. présenter sa candidature» Fonds social européen en Investit pour votre avenir CAHIER DES CHARGES Projet de Formation (Projet régional AGEFOS-PME, OPCALIA Aquitaine et Pôle Emploi sur la formation d adhérents CTP) «Savoir utiliser

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france EVOLUTIONS DU LOGICIEL FINANCIER CORIOLIS

Plus en détail

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 modifiée [NB - Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 portant organisation des services publics de l eau potable et

Plus en détail

Vers une gestion performante du patrimoine public local

Vers une gestion performante du patrimoine public local Programme conjoint sur le renforcement de l administration locale en Serbie Vers une gestion performante du David CARASSUS Université de Pau et des Pays de l Adour 1 Eléments introductifs 1) Le des collectivités

Plus en détail

Économie. 1 Wysiwig à Besançon 2 CG Tec à Frasne 3 Charm ossature à Etalans 161

Économie. 1 Wysiwig à Besançon 2 CG Tec à Frasne 3 Charm ossature à Etalans 161 Économie 1 2 3 1 Wysiwig à Besançon 2 CG Tec à Frasne 3 Charm ossature à Etalans 161 1 6Aménagement de terrains à vocation industrielle (FDAVE)* Aide à l aménagement de terrains destinés à l accueil d

Plus en détail