MICROORGANISMES RESPONSABLES D INFECTIONS NOSOCOMIALES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MICROORGANISMES RESPONSABLES D INFECTIONS NOSOCOMIALES"

Transcription

1 MICROORGANISMES RESPONSABLES D INFECTIONS Infection POZZETTO B, Saint Etienne Janvier 2009 Objectif Un grand nombre d agents infectieux (parasites, levures, bactéries, virus, prions) peuvent être responsables d infections nosocomiales (IN). Néanmoins, certains d entre eux sont plus fréquemment impliqués ; il est indispensable de les identifier et de connaître leur habitat préférentiel, leur(s) mode(s) de transmission nosocomiale, leur(s) porte(s) d entrée dans l organisme et les principales pathologies dont ils sont à l origine, afin d organiser plus efficacement la prévention et la prise en charge de ces dernières. Techniques et méthodes PRESENTATION DES PRINCIPAUX AGENTS INFECTIEUX RESPONSABLES D IN Les tableaux ci-après répertorient par grands types d agents infectieux ceux qui sont le plus souvent rendus responsables d IN, aussi bien chez les patients que chez les soignants. Leur reconnaissance repose, à partir d échantillons judicieusement prélevés, sur les techniques microbiologiques et parasitologiques couramment développées dans les laboratoires concernés. Cette liste n'est pas exhaustive, de nombreux autres agents infectieux peuvent être impliqués de façon ponctuelle dans le survenue d'une IN. Le lecteur est invité à se reporter aux ouvrages spécialisés cités dans la rubrique "Pour en savoir plus" pour des information concernant ces pathogènes. En cas de suspicion d épidémie nosocomiale (voir fiche «conduite à tenir devant une épidémie d infections nosocomiales), il est nécessaire, pour affirmer ce caractère épidémique, d identifier précisément l agent infectieux en cause et, s il s agit d un germe relativement banal, de recourir à des méthodes de typage phénotypiques (biotypage, profil de résistance aux antibiotiques, sérotypage, ) ou génotypiques (ribotypage, électrophorèse en champ pulsé, profils de restriction des acides nucléiques viraux, analyse phylogénétique de souches ) pour établir la parenté entre les souches isolées chez les patients, les soignants et/ou l environnement hospitalier. Ces informations sont complémentaires des recommandations pour la mise en place des précautions complémentaires d'hygiène développées dans le chapitre «prévention de la transmission croisée»: Responsables Le responsable du laboratoire de microbiologie est en charge de la vigilance par rapport à l'apparition de nouveaux pathogènes, de nouvelles résistances et de cas groupés. Le CLIN et l'équipe opérationnelle d hygiène sont responsables de la mise en œuvre des procédés de surveillance et de prévention adaptés. Le médecin en charge du signalement des IN est responsable de la déclaration à la DASS et au CCLIN des cas inhabituels d IN de par leur gravité, leur caractère épidémique, la nature du germe ou son niveau de résistance aux agents anti-infectieux Le responsable de service doit être vigilant pour identifier des situations inhabituelles par rapport aux résultats microbiologiques de son service. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux - Infection Page 1 / 10 Janvier 2009 CCLIN Sud-Est

2 Pour en savoir plus Références Avril JL, Carlet J et al. Les infections nosocomiales et leur prévention. Ellipses, Paris, 1998, 687 pages. Pozzetto B. coordonnateur. Infections nosocomiales virales et à agents transmissibles non conventionnels coordonnateur. John Libbey Eurotext, Montrouge., 2001, 554 pages. Guides et recommandations Comité Technique national Des Infections Nosocomiales (CTIN). Isolement septique Recommandations pour les établissements de soins. Ministère de l'emploi et de la Solidarité, 1998, 51pages. Société Française de Microbiologie. Le REMIC. Référentiel en Microbiologie Médicale (bactériologie et mycologie), 3 ème édition. Vivactis plus éditions, Paris, 2007, 232 pages. Société Française de Microbiologie. Le REVIR. Référentiel en Virologie Médicale, 2 ème édition. Vivactis plus éditions, Paris, 2007, 159 pages. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux - Infection Page 2 / 10 Janvier 2009 CCLIN Sud-Est

3 PARASITES Pediculus capitis (pou de tête) Pediculus corporis (pou de corps) Pediculus pubis (pou de pubis ou morpion) (zones pileuses) (vêtements, literie, matériel de toilette ) Sarcoptes scabei hominis LEVURES Aspergillus sp Aéroporté (A. flavus, niger, ) (végétaux, sol, poussières) (exclusivement à partir de Candida sp (C. albicans, glabrata, krusei ) Cryptococcus neoformans Animal Animal (pigeons) l'environnement) D ENTREE A Poils, cheveux Pédiculose Cutanéo-muqueux Gale Pneumocystis carinii hominis BACILLES A GRAM POSITIF Clostridium difficile Listeria monocytogenes (spores) (végétaux, sol, poussières, aliments) Aspergillose invasive chez l immunodéprimé (SIDA, transplantés) Candidose cutanéo-muqueuse chez l'immunocompétent et l immunodéprimé Aéroporté Méningo-encéphalite Septicémie chez l immunodéprimé (rare) Pneumocystose invasive chez l immunodéprimé Diarrhée post-antibiothérapie Colite pseudo-membraneuse Listériose chez l immunodéprimé (méningite, méningo-encéphalite, septicémie ) Diffusion d'un clone épidémique dénommé O27 responsable de formes sévères, surtout dans les institutions de personnes âgées. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux - Infection Page 3 / 10 Mai 2004 CCLIN Sud-Est

4 COCCI A GRAM POSITIF Enterococcus sp (E. faecalis, faecium) (entérocoques) Staphylococcus aureus (staphylocoque doré) Staphylocoques à coagulase negative (S. hominis, S. epidermidis, S. capitis ) Streptococcus agalactiae (streptocoque B) Streptococcus pneumoniae (pneumocoque) (eaux, aliments) (peau, rhinopharynx, vagin) (poussières, aliments) (peau, muqueuses) Animal (peau, muqueuses) (TD, vagin) et animal (voies aériennes supérieures) Materno-foetale Staphylococcie : Infection de la peau et des parties molles (plaie, brûlure),septicémie Infection osteo-articulaire Infection sur cathéter et sur prothèse Toxi-infection alimentaire Staphylococcie Infections sur cathéter et sur prothèse Méningite, endocardite Péritonite Pneumonie Infection cutanéomuqueuse Infection du nouveau-né à l'accouchement Pneumonie Bronchite Infections ORL Méningite Arthrite Emergence de souches résistantes à la vancomycine (ERV) devant faire l'objet de mesures de prévention très renforcées pour éviter leur dissémination. Bactéries souvent multirésistantes aux antibiotiques : SARM ou S. aureus résistant à la méthicilline ; VISA (ou GISA) ou S. aureus de sensibilité diminuée à la vancomycine (ou aux glycopeptides). Ces bactéries doivent faire l'objet de mesures de prévention très renforcées pour éviter leur dissémination. Bactéries pouvant présenter une sensibilité diminuée à l'amoxicilline. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux - Infection Page 4 / 10 Mai 2004 CCLIN Sud-Est

5 COCCI A GRAM POSITIF Streptococcus pyogenes (streptocoque A) BACILLES A GRAM NEGATIF ENTEROBACTERIES Enterobacter sp (E. aerogenes, cloacae ) Escherichia coli Klebsiella sp (K. pneumoniae, oxytoca) (voies aériennes supérieures) (sol, eau, végétaux) (eau, aliments) (sol, eau, végétaux) Scarlatine Angine Infections de la peau et des parties molles (fascite nécrosante) Erysipèle choc toxique Rhumatisme articulaire aiguë Erythème noueux Glomérulonéphrite Infections génitales gravissimes post accouchement ou chirurgie gynécologique Diarrhée Infections urinaire et génitale Méningite Toxi-infection alimentaire Une surveillance particulièrement vigilante doit être mise en oeuvre pour dépister les entérobactéries porteuses de gènes de multirésistance aux antibiotiques (β lactamases à spectre élargi ou BLSE, imipénémases) et pour éviter leur propagation nosocomiale. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux - Infection Page 5 / 10 Mai 2004 CCLIN Sud-Est

6 BACILLES A GRAM NEGATIF ENTEROBACTERIES Proteus sp (P. mirabilis, vulgaris) Salmonella enterica - typhi, paratyphi - salmonelles mineures Serratia sp (S. marcescens, liquefaciens) Yersinia enterocolitica AUTRES BACILLES A GRAM NEGATIF Acinetobacter baumannii Bordetella pertussis (bacille de Bordet-Gengou) (sol, eau) (eau, aliments) (eau, aliments) (eau, sol, végétaux) (eau, sol, aliments) (peau et muqueuses) (eau, sol) (voies aériennes supérieures) Fièvres typhoïde et paratyphoïdes Toxi-infections alimentaires Diarrhée Possibilité de transmission par des produits sanguins contaminés du fait de la résistance de cette bactérie au froid. Bactérie souvent multirésistante aux antibiotiques. Coqueluche Recrudescence de cas nosocomiaux du fait d'une atténuation de l'immunité post-vaccinale des adultes jeunes qui constituent un réservoir pour les nourrissons non vaccinés susceptibles de faire des infections graves. Rappel vaccinal du personnel fortement recommandée. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux - Infection Page 6 / 10 Mai 2004 CCLIN Sud-Est

7 AUTRES BACILLES A GRAM NEGATIF Burkholderia cepacia Haemophilus influenzae Legionella sp (L. pneumophila, ) Pseudomonas aeruginosa (bacille pyocyanique) Stenotrophomonas maltophilia AUTRES BACTERIES Mycobactéries - tuberculeuses (Mycobacterium tuberculosis, bovis, africanum) - atypiques (M. aviumintracellulare, xenopi ) Mycoplasma pneumoniae (eau, sol) (muqueuses) Animal (muqueuses) (eaux tièdes, climatiseurs) (eau, sol, végétaux) (sol, végétaux) (également bovin pour M. bovis) Animal (voies aériennes supérieures) Bronchite Infections ORL Méningite Epiglottite Légionellose : Fièvre de Pontiac Aéroporté (eau) Per-opératoire Infection de la peau et des parties molles (plaie, brûlure) Tuberculose pulmonaire Tuberculose extra-pulmonaire Méningite tuberculeuse Infection respiratoire basse Infection ganglionnaire Infection disséminée chez l immunodéprimé atypique Infections ORL et respiratoire haute Formes neurologiques Bactérie souvent multirésistante aux antibiotiques. Contamination à partir de réservoirs d'eau chaude ou tiède (douches, hydrothérapie, balnéothérapie ) justifiant une surveillance environnementale. Bactérie souvent multirésistante aux antibiotiques et notamment à la ticarcilline. Bactérie souvent multirésistante aux antibiotiques. Emergence de souches de mycobactéries tuberculeuses multirésistantes aux antituberculeux. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux - Infection Page 7 / 10 Mai 2004 CCLIN Sud-Est

8 VIRUS A ADN Adénovirus (ADV) Cytomégalovirus (CMV) (formations lymphoïdes, TD) (cellules mononucléées, cellules épithéliales salivaires, rénales, cellules endothéliales) Virus de l hépatite B (HBV) (foie) Virus herpès simplex (HSV) Virus varicelle-zona (VZV) VIRUS A ARN Entérovirus Myxovirus influenzae (virus de la grippe) (ganglions nerveux sensitifs) (ganglions nerveux sensitifs) (eau) (arbre respiratoire) Aéroporté Gouttelette Infection respiratoire haute et basse Bronchite, bronchiolite Kérato-conjonctivite Gastro-entérite Fièvre prolongée Syndrome mononucléosique Infection chronique chez l immunodéprimé (rétinite, pneumopathie, colite ) Hépatite aiguë Hépatite chronique Association au cancer primitif du foie Infection cutanéo-muqueuse Kérato-conjonctivite Méningo-encéphalite Infection chronique chez l immunodéprimé Varicelle Zona Méningo-encéphalite Infection chronique ou grave (pneumopathie) chez l immunodéprimé Méningite poliomyélite Infection respiratoire Bronchite- angine herpangine Infection cutanée Infection oculaire Péricardite Grippe commune Grippe maligne Bronchite, bronchiolite Vigilance par rapport aux appareils d'ophtalmologie mal désinfectés pouvant être à l'origine d'épidémies de kérato-conjonctivite. Vaccination obligatoire du personnel soignant. Vaccination très fortement recommandée chez le personnel soignant en contact avec des patients fragiles ou âgés Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux - Infection Page 8 / 10 Mai 2004 CCLIN Sud-Est

9 VIRUS A ARN Rhinovirus Rotavirus Virus des fièvres hémorragiques (Ebola, Marburg, Lassa ) Virus de l hépatite A (HAV) (arbre respiratoire) (eau, aliments) Réservoir animal encore mal connu (eau, aliments) Virus de l hépatite C (HCV) (foie) Virus de l immunodéficience humaine (HIV) Virus parainfluenza (PIV) Virus respiratoire syncytial (RSV) (lymphocytes T) (arbre respiratoire) (arbre respiratoire) Rhume banal Infection ORL Bronchite, bronchiolite Gastro-entérite Déshydratation Fièvres hémorragiques virales de gravité variable Hépatite chronique Immunodéficience SIDA Infection respiratoire haute et basse Infection respiratoire haute et basse (en particulier bronchiolite) Epidémies nosocomiales dans les pays en développement en raison du non respect des précautions élémentaires d'hygiène vis-àvis du risque sanguin. Transmission nosocomiale souvent consécutive à un non respect des règles d'hygiène (exposition à des traces de sang, partage de matériel, utilisation multipatients de solutions injectables à usage unique ). Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux - Infection Page 9 / 10 Mai 2004 CCLIN Sud-Est

10 VIRUS A ARN Virus du SRAS (Sars-CoV) Réservoir animal encore mal connu (contact rapproché) Virus West Nile Moustiques (arbovirose) (piqûre de moustique) AGENTS TRANSMISSIBLES NON CONVENTIONNELS OU PRIONS PrP res PrP res forme variante (système nerveux, oeil) (système nerveux central, œil, amygdales, formations lymphoïdes associées au tube digestif) Animal (bovins) Infection respiratoire grave Epidémie en 2006 ayant fait plus de 800 morts dont un grand nombre de cas nosocomiaux (personnels de santé contaminés à partir de patients infectés) Peropératoire (hormones de croissance ) Peropératoire Fièvre isolée Méningite Méningoencéphalite Encéphalopathie spongiforme de pronostic constamment mortel Encéphalopathie spongiforme de pronostic constamment mortel Transmission possible par les produits sanguins provenant Contamination possible par des produits sanguins contaminés provenant de donneurs en phase d incubation de la maladie. * TD : tube digestif Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux - Infection Page 10 / 10 Mai 2004 CCLIN Sud-Est

MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS NOSOCOMIALES

MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS NOSOCOMIALES MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS 2.08 Objectif Un grand nombre d agents infectieux (parasites, levures, bactéries, virus, prions) peuvent être responsables d infections nosocomiales (IN). Néanmoins,

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

Epidémies Bactéries et virus

Epidémies Bactéries et virus Epidémies Bactéries et virus Prévenir les épidémies en EHPAD 10 février 2015 AKPABIE UHLIN ERX 1 Signaler - IAS - épidémies - MDO AKPABIE UHLIN ERX 1 Plan national d alerte sur les antibiotiques (2011

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION GENERALITES EN HYGIENE NOTIONS DE MICROBIOLOGIE PRECAUTIONS STANDARD ANTISEPTIQUES ET DESINFECTANTS HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015. 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / / / /

Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015. 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / / / / Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015 FICHE SERVICE 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / 2 - Spécialité : Codage : voir thésaurus Annexe 3 3 - Nom

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Les ateliers du Resclin Gestion du risque infectieux associé aux soins Module encadrement EOHH des établissements de santé 4ème

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD Les mesures d isolement Les mesures d isolement Objectifs Établir des barrières res de niveaux variables afin de limiter ou supprimer la transmission de micro-organismes organismes D un malade à un autre

Plus en détail

ABRÉGÉ de. Pratiques de base Précautions additionnelles

ABRÉGÉ de. Pratiques de base Précautions additionnelles ABRÉGÉ de PRÉVENTION des INFECTIONS Pratiques de base Précautions additionnelles Cet abrégé, publié par la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, est le résultat d une collaboration du

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES. La Tobramycine est particulièrement utilisée pour traiter les surinfections pulmonaires des patients atteints de mucoviscidose.

ANTIBIOTIQUES. La Tobramycine est particulièrement utilisée pour traiter les surinfections pulmonaires des patients atteints de mucoviscidose. ANTIBIOTIQUES 1 - RAPPELS PHARMACOLOGIQUES 1 1 AMINOSIDES INDICATIONS Elles sont limitées aux infections à bacilles Gram négatif définis comme sensibles, notamment dans leurs manifestations rénales et

Plus en détail

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE MALADIES INFECTIEUSES PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La pharyngo-amygdalite virale consiste en une angine (mal de gorge) causée par différents virus

Plus en détail

03/11/2014. Hygiène des mains A. Systématiquement à la sortie de la chambre B. Uniquement si contact avec le patient

03/11/2014. Hygiène des mains A. Systématiquement à la sortie de la chambre B. Uniquement si contact avec le patient Pour faire le point... 7 situations avec précautions complémentaires Vous prenez en charge un patient présentant un ulcère variqueux colonisé par Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM).

Plus en détail

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Introduction Depuis 2003 2007 : Textes et recommandations en endoscopie Prélèvements microbiologiques

Plus en détail

MALADIES AERODIFFUSEES

MALADIES AERODIFFUSEES MALADIES AERODIFFUSEES Les maladies aérodiffusées sont responsables d environ 25 à 50% de toute la pathologie qui demande une intervention chirurgicale. Une grande partie de celles-ci se caractérisent

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel

Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel Auteur: Dr Thomas Castner AGAN, Institute de médecine d urgenc Hochwaldstraße 6 88677 Markdorf, Allemagne E-mail: info@agan.de

Plus en détail

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES V Morange PH hygiéniste CHRU Tours 14 juin 2012-13 JNI Les bactéries Des BMR aux BHR émergentes Des BMR Les bactéries Bactéries S. aureus Entérobactéries

Plus en détail

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD?

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? 2 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD ARLIN Haute-Normandie - CCLIN Paris Nord 18 novembre

Plus en détail

Diagnostic et suivi des infections ORL : le bon usage des examens biologiques (items ENC : 77, 90 et 98)

Diagnostic et suivi des infections ORL : le bon usage des examens biologiques (items ENC : 77, 90 et 98) Diagnostic et suivi des infections ORL : le bon usage des examens biologiques (items ENC : 77, 90 et 98) Ce document a été rédigé par les Docteurs Carrière, Charachon, Segondy et Rispail Objectifs pédagogiques

Plus en détail

IS-800-00 NETTOYANT DÉSINFECTANT

IS-800-00 NETTOYANT DÉSINFECTANT tm mc 100 IS-800-00 NETTOYANT DÉSINFECTANT Description DR-100 MC est un nettoyant désinfectant concentré, neutre et sans phosphate. Il est destiné spéci quement aux hôpitaux, aux résidences pour personnes

Plus en détail

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D.

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. 1 constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. Limiter la diffusion des «BMR» Indiquer la conduite à tenir

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 INVANZ 1g, poudre pour solution à diluer pour perfusion Flacon, B/1 et B/10 Laboratoires Merck SHARP & Dohme-Chibret

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIE GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIE TRANSMISSIBLE DANS UNE COLLECTIVITE D'ENFANTS Conseil supérieur d'hygiène publique de France (Mars 2003) Combien de temps un enfant atteint d une varicelle

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

! Coqueluche! Diphtérie

! Coqueluche! Diphtérie maladie aigüe et scolarisation d un enfant Maladies contagieuses et scolarisation d un enfant Note :! : indique une maladie mentionnée dans l arrêté du 03 mai 1989. certaines des préconisations qui suivent

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

PRÉVENTION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES. INFECTION et BMR ET DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS. Noël LECERF - 2014

PRÉVENTION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES. INFECTION et BMR ET DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS. Noël LECERF - 2014 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN ETABLISSEMENT MEDICO -SOCIAL PRÉVENTION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS INFECTION et BMR Noël LECERF - 2014 POURQUOI L HYGIENE HYGIENE

Plus en détail

I. Contexte épidémiologique

I. Contexte épidémiologique C.CLIN Sud-Est mars 2010 Conduite à tenir en cas de suspicion d infection invasive à Streptococcus pyogenes (streptocoque bêta-hémolytique du groupe A) en service de gynécologie obstétrique et maternité

Plus en détail

Epidémiologie bactérienne des neutropénies fébriles

Epidémiologie bactérienne des neutropénies fébriles Epidémiologie bactérienne des neutropénies fébriles F. JEHL Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Infection bactérienne chez le neutropénique fébrile Origine inconnue: majorité

Plus en détail

DIALIN 2015 Guide de recueil DIALIN. Réseau de surveillance des Infections Acquises en Centre d Hémodialyse. Guide de recueil.

DIALIN 2015 Guide de recueil DIALIN. Réseau de surveillance des Infections Acquises en Centre d Hémodialyse. Guide de recueil. DIALIN Réseau de surveillance des Infections Acquises en Centre d Hémodialyse Guide de recueil 9 septembre 2015 1 Bordereau de recueil Patient (PAT) Nom de Définition Valeurs autorisées Définitions Consignes

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 2 ème cycle MIA infections (item 86) Année Universitaire 2009-2010 infections infections Bronchites - Bronchiolites Pneumopathies bactériennes et virales Surinfection de BPCO (Coqueluche Tuberculose Mycoses

Plus en détail

Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!"-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones

Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!"-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones Mars 2009 M. Archambaud Laboratoire Bactériologie-Hygiène CHU

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE

HYGIENE HOSPITALIERE 03.10.08 Mme Payan Hygiène HYGIENE HOSPITALIERE I)L'infection nosocomiale 1)Définition et caractéristiques 2)Les principales infections nosocomiales 3)La chaîne épidémiologique a)facteurs favorisants b)modes

Plus en détail

Paramètre Parameters. Jaar

Paramètre Parameters. Jaar Abiotrophia adjacens 1 2005 Achromobacter (Alcaligenes) xylosoxidans 1983 Acinetobacter baumannii 1 1994 Acinetobacter baumannii 1 2000 Acinetobacter baumannii 3 2006 Acinetobacter baumannii 1 2011 Acinetobacter

Plus en détail

16/ Infections chez l enfant

16/ Infections chez l enfant SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 16/ Infections chez l enfant I. Epidémiologie des maladies infectieuses en pédiatrie Mortalité infantile aux USA, 1870-1900 Enfant < 5 ans =

Plus en détail

PREVENTION DE LA TRANSMISSION D AGENTS INFECTIEUX. Prévention de la transmission d agents infectieux soignants patients

PREVENTION DE LA TRANSMISSION D AGENTS INFECTIEUX. Prévention de la transmission d agents infectieux soignants patients ! Risques professionnels PREVENTION DE LA TRANSMISSION D AGENTS INFECTIEUX ROBERT O, VOLCKMANN C, Lyon Octobre 2009 Objectif La prévention des contaminations infectieuses à l hôpital doit s attacher à

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE

HYGIENE HOSPITALIERE HYGIENE HOSPITALIERE 1 ) Données microbiologiques de base 2 ) L hygiène à l hôpital 3 ) Les infections nosocomiales MK 1ère année 2012 Dr. Catherine VALLET 1 1 ) Les agents infectieux MK 1ère année 2009

Plus en détail

LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE

LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE Epidémiologie Discipline scientifique qui étudie les facteurs intervenant dans l apparition des maladies au sein d une population ou de groupes de personnes. Fréquence Mode de

Plus en détail

BACT 2014 - RHC-Arlin

BACT 2014 - RHC-Arlin Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Pôle de Référence : Centre Hospitalier Universitaire de TOURS PROTOCOLE DE SURVEILLANCE DES BACTERIEMIES BACT

Plus en détail

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE Surveillance des bactériémies : un outil pour améliorer la qualité des prescriptions antibiotiques et pour la lutte contre les infections nosocomiales. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC.

Plus en détail

Hémodialyse et Risque Infectieux

Hémodialyse et Risque Infectieux Hémodialyse et Risque Infectieux D.Nesa-EOHA / Réanimation Polyvalente MARS 2007 L hémodialyse L hémodialyse est un acte invasif qui impose un accès vasculaire itératif, soit sur fistule, soit sur cathéter.

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales *

Signalement des infections nosocomiales * Signalement des infections nosocomiales * Le signalement externe E.Laprugne-Garcia FF cadre supérieur de santé en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Est XXIIème Congrès SF2H, 8 juin 2011 Un cadre réglementaire.

Plus en détail

LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS. Introduction

LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS. Introduction LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Introduction Plan Introduction aux IAS C est quoi une IAS? Définitions Depuis quand sont-elles connues? Un peu d histoire Pourquoi faut-il s en préoccuper? Conséquences

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010

Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010 Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010 Historique CTIN, CCLIN - 1992 100 Recommandations pour la surveillance et la prévention des IN (1 ère édition)

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos à la deuxième édition... V Introduction... VII Remerciements...IX Abréviations de l'ouvrage...

Table des matières. Avant-propos à la deuxième édition... V Introduction... VII Remerciements...IX Abréviations de l'ouvrage... Avant-propos à la deuxième édition................................. V Introduction................................................... VII Remerciements.................................................IX

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES 2004 DU COMITÉ

RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES 2004 DU COMITÉ RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES 2004 DU COMITÉ D ASSURANCE QUALITÉ EN MICROBIOLOGIE MÉDICALE LABORATOIRE DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC SEPTEMBRE 2005 AUTEUR MEMBRES DU COMITÉ Claire Béliveau, présidente

Plus en détail

4 ème Journée Régionale Arlin Corse 15 mai 2014 Claude Bernet

4 ème Journée Régionale Arlin Corse 15 mai 2014 Claude Bernet Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe) et avenir des outils nationaux, internationaux (programme,

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte 22e Journée annuelle du GERES Vendredi 7 Décembre 2012 Dr Anne Berger-Carbonne pour le groupe de travail 2004

Plus en détail

Epidémiologie mondiale des bactéries multirésistantes émergentes. Un milieu en évolution. Déterminants de la dynamique des maladies infectieuses

Epidémiologie mondiale des bactéries multirésistantes émergentes. Un milieu en évolution. Déterminants de la dynamique des maladies infectieuses Déterminants de la dynamique des maladies infectieuses Epidémiologie mondiale des bactéries multirésistantes émergentes Agent Pascal Astagneau Emergences Milieu Hôte Un milieu en évolution Relation homme-animal

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

Réseau bactériémie 2006 IA/AC/VJ SURVEILLANCE DES BACTERIÉMIES A PARTIR DU LABORATOIRE

Réseau bactériémie 2006 IA/AC/VJ SURVEILLANCE DES BACTERIÉMIES A PARTIR DU LABORATOIRE SURVEILLANCE DES BACTERIÉMIES A PARTIR DU LABORATOIRE RESULTATS DE L ENQUETE 2006 1 Laboratoires participants Les laboratoires des 80 hôpitaux mentionnés ci-dessous ont participé à l'enquête 2006 sur les

Plus en détail

Associations d'antibiotiques ou monothérapie en réanimation chirurgicale et en chirurgie

Associations d'antibiotiques ou monothérapie en réanimation chirurgicale et en chirurgie Associations d'antibiotiques ou monothérapie en réanimation chirurgicale et en chirurgie Conférence d'experts 1999 - Texte court Experts C. Auboyer (anesthésie-réanimation chirurgicale, St Etienne), Coordonnateur,

Plus en détail

Comment intégrer les résultats de la biologie moléculaire dans le traitement des endocardites infectieuses

Comment intégrer les résultats de la biologie moléculaire dans le traitement des endocardites infectieuses Comment intégrer les résultats de la biologie moléculaire dans le traitement des endocardites infectieuses Isabelle Podglajen,, MCU-PH, Bactériologie Hôpital Européen Georges Pompidou Mai 2007 Diagnostic

Plus en détail

CORRECTION QCM CONF BACTERIO 30 SEPTMBRE 2010

CORRECTION QCM CONF BACTERIO 30 SEPTMBRE 2010 CORRECTION QCM CONF BACTERIO 30 SEPTMBRE 2010 1- Mycobactérium tuberculosis : a) Est une bactérie intracellulaire stricte (BK intra et extracellulaires) b) Sa pathogénicité est due à la production d enzymes

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Quand, Comment prescrire un antibiotique?

Quand, Comment prescrire un antibiotique? Quand, Comment prescrire un antibiotique? Dr. Hanène Tiouiri Benaïssa Usage rationnel des antibiotiques Société des sciences pharmaceutiques de Tunisie (S.S.P.T) Le 13 Octobre 2010 Les antibiotiques :

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Les épidémies en EHPAD

Les épidémies en EHPAD Les épidémies en EHPAD Pourquoi signaler? Quand? Comment? Journée de formation et d'information en hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 29 1 Quand parle-t-on d'épidémie? Une épidémie

Plus en détail

"Maladie causée par la multiplication d'un micro-organisme chez une personne".

Maladie causée par la multiplication d'un micro-organisme chez une personne. LES INFECTIONS Définition d une Maladie Infectieuse chez l'homme : "Maladie causée par la multiplication d'un micro-organisme chez une personne". Il s agit de la rupture d un équilibre qui correspond au

Plus en détail

Conseil supérieur d'hygiène publique de France Séance du 14 mars 2003 GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES

Conseil supérieur d'hygiène publique de France Séance du 14 mars 2003 GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES Conseil supérieur d'hygiène publique de France Séance du 14 mars 2003 GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE D ENFANTS Groupe de travail du Conseil supérieur d hygiène publique

Plus en détail

1985 2005 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm

1985 2005 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm 1985 25 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm Kathy FaberBouillaut Directeur de thèse : Dr A. Leprince, INRS Dpt EAM Forum St Jacques 7 octobre 26 Sommaire Introduction de

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie riologie-hygiène CHU Rangueil Bactérie = cellule vivante procaryote synthèses ses cellulaires croissance et multiplication intra

Plus en détail

l François Jehl l Monique Chomarat l Jacques tankovic l Alain GÉrard

l François Jehl l Monique Chomarat l Jacques tankovic l Alain GÉrard l François Jehl l Monique Chomarat l Jacques tankovic l Alain GÉrard l Éditions biomérieux l octobre 2012 LES AUTEURS l e s a u t e u r s «Les auteurs remercient chaleureusement Madame Michèle Weber, pour

Plus en détail

Les infections associées aux soins

Les infections associées aux soins Les infections associées aux soins Définitions, structuration de la lutte contre les IAS en France Atelier discussion Dr DENIS Corinne Journée des correspondants para médicaux en hygiène hospitalière 20

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

Maladies Infectieuses

Maladies Infectieuses Plan de l exposé Maladies Infectieuses Généralités Les agents infectieux Dr C. Petignat, Division autonome de médecine préventive hospitalière CHUV, Lausanne L infection Relations : Hôte Agent infectieux

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 3 Les maladies infectieuses Les maladies infectieuses 198 Les maladies infectieuses W. Michielsen, R. Peleman Les personnes âgées sont plus susceptibles aux infections

Plus en détail

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PROCÉDURE METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PG INF 011 v4 03/2014 1/7 MODIFICATIONS APPORTÉES Application des précautions complémentaires air ou gouttelettes, mars 2013 En cas de transfert

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Gestion des patients contagieux. Les maladies infectieuses ne vont pas disparaître. Isolement des patients contagieux. Pourquoi?

Gestion des patients contagieux. Les maladies infectieuses ne vont pas disparaître. Isolement des patients contagieux. Pourquoi? Gestion des patients contagieux C est un fait : nous vivons au milieu des microbes Dr Laurent HOCQUELOUX CHR d Orléans La Source les nôtres ceux des autres ceux de notre environnement Bilan depuis 20 ans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 22 janvier 2009 fixant la liste des centres nationaux de référence pour la lutte contre les maladies transmissibles

Plus en détail

Risques infectieux en endoscopie

Risques infectieux en endoscopie Risques infectieux en endoscopie Dr. C. Balmelli, DAMPH CHUV Forum Hygiène Hospitalière du.2.2 Index Définitions Risque d infection endogène Risque d infection exogène conclusions Définitions Infection

Plus en détail

«Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE

«Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE «Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE Paris, 6 Juin 2008 «Les contrôles microbiologiques sont destinés à identifier un risque potentiel de

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES. Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON

INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES. Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON Quelques généralités Infections et agents infectieux Infection = agression

Plus en détail

Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries

Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries De nombreuses espèces microbiennes vivent sur la peau et sur les muqueuses (bouche, fosses nasales, appareil digestif, vagin ) sans exercer pour autant

Plus en détail

Journée d étude : La santé mammaire

Journée d étude : La santé mammaire Journée d étude : La santé mammaire 02/12 Herve L analyse PCR, un outil pour le producteur et son vétérinaire E. Piraux Comité du lait Plan de l exposé 1. La PCR, c est quoi? 2. Caractéristiques de la

Plus en détail

TARIFICATION EN VIGUEUR AU 1 ER OCTOBRE 2015

TARIFICATION EN VIGUEUR AU 1 ER OCTOBRE 2015 TARIFICATION EN VIGUEUR AU 1 ER OCTOBRE 2015 Laboratoires de santé animale PRIX PAR BACTÉRIOLOGIE Actinobacillus pleuropneumoniae Culture 31,50 $ Sérotypie 40,50 $ Antibiogramme 7,25 $ Brachyspira* 31,50

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail