LES FORMES DE COMMERCE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES FORMES DE COMMERCE"

Transcription

1 LES FORMES DE COMMERCE A. Commerce de gros et commerce de détail: 1. Définitions : a) Commerce de détail : Consiste à vendre un assortiment large de produits en petites quantités à un consommateur final b) Commerce de gros : : Dans le cadre d une spécialité produits, il a une fonction : d achat en grandes quantités à un fabricant ou producteur, de stockage, de fractionnement des produits achetés pour les revendre en grande quantité à un intermédiaire du commerce de financement car il permet à chaque intermédiaire d être payé plus vite. 2. La centrale d achat: rôle et différence avec le grossiste : a) Le grossiste : Il est généralement spécialisé par famille de produits (produits frais, boissons, électroménager, viande etc) b) La centrale d achat : Elle fait fonction de grossiste pour le compte d une grande surface ; c est donc en fait un grossiste intégré à une enseigne. Deux différences importantes avec le grossiste : elle n est pas spécialisée puisqu elle achète toutes les familles de produits vendues par la GMS elle n est pas censée faire du profit mais répercuter les meilleurs prix d achat vers ses adhérents ; le grossiste lui, gagne sa vie en revendant au détaillant B. Les différents circuits de distribution Bernard BRUEL pour AGOL 2001 LA DISTRIBUTION 1 Outils de résolution d étude de cas page 1/6

2 C. Le commerce intégré: Définition: Magasins ou entreprises où la fonction de gros et de détail est intégrée dans une seule entreprise, par l intermédiaire d une centrale d achat. Dans ce type de commerce, tout appartient à l enseigne (terrain, magasin, personnel, matériels...). Exemples: STOC, COMOD, CARREFOUR, CASINO Les magasins à succursales multiples: Entreprises exploitant au moins 10 Magasins de vente au détail confiés à des gérants salariés; Le succursalisme repose sur l idée de multiplication d un modèle unique de magasin, imposé par le siège social. Ce sont des magasins de proximité, souvent de taille moyenne (supermarchés), pratiquant la vente en libre service. Exemples: CHAMPION, 8 à 8, MARCHE PLUS Les succursales de vente automobile (RENAULT, CITROEN) fonctionnent comme cela. 2. Les grandes entreprises de grande surface: Groupes de distribution comprenant une centrale d achat et de nombreux points de vente, sous forme d hypers, de supers, de grands magasins et de grandes surfaces spécialisées. Ils: optent pour une distribution de masse ont des surfaces de vente importantes pratiquent des marges faibles, compensées par des volumes très importants présentent les marchandises sous forme pratique, attrayante, commode ( merchandising ) Exemples: CARREFOUR, AUCHAN, CASINO, CORA, Les entreprises de vente par correspondance et à distance: Vente sur catalogue envoyé à domicile, remboursable lors du 1er achat. Bernard BRUEL pour AGOL 2001 LA DISTRIBUTION 2 Outils de résolution d étude de cas page 2/6

3 TROIS SUISSES, LA REDOUTE, CAMIF représentent 50% du chiffre d affaires de la VPC en France. 4. Le commerce coopératif: Ce sont des entreprises où les consommateurs s associent pour maîtriser les approvisionnements et la vente. On distingue les coopératives: Tous publics (ouvertes à tous): COOP, ROND POINT, FNAC... Pour sociétaires (réservés aux membres): CAMIF, MAIF, BPO, C.M.B... D. Le commerce associé: Définition: Ce sont des entreprises de commerce indépendantes qui s associent pour exploiter une enseigne commune et bénéficier des services d une centrale d achat. L association permet donc: d obtenir de meilleures conditions d achat et des sources d approvisionnement inaccessibles aux indépendants de réaliser des actions commerciales d envergure régionale ou nationale (publicité, promotions...) de bénéficier d une assistance technique (implantation du magasin et des rayons) et financière (contrôle de la gestion) Exemples: LECLERC, INTERMARCHE, SYSTEME U, CATENA Les groupements d achat de détaillants: a) Définition: Des détaillants s associent pour effectuer leurs achats en commun et exploiter une enseigne; ils sont tenus de réaliser un pourcentage de leurs achats auprès du groupement. La centrale d achat agit alors comme un grossiste, qui stocke la marchandise, la transporte et la vend. Principaux exemples: Alimentaire: LECLERC, INTERMARCHE: Ecomarché SYSTEME U: SUPER U, HYPER U, UNICO, Non-alimentaire: CONFORAMA, BUT, INTERSPORT LA HUTTE, SPORT Vétimarché, Restomarché, Bricomarché, Stationmarché b) Comment ça marche: 1 Il n y a pas de droit d entrée, mais l adhérent est obligé de donner du temps au groupement pour l aide aux autres adhérents, les achats en centrale... Chaque adhérent supporte et suit un poulain et l aide à s installer. Bernard BRUEL pour AGOL 2001 LA DISTRIBUTION 3 Outils de résolution d étude de cas page 3/6

4 2 Il faut payer pour la publicité faite en commun, mais on bénéficie des conditions avantageuses de la centrale d achat, auprès de laquelle il faut acheter un % + ou - important de ses achats. 2. Les chaînes volontaires: C est un groupement d un ou plusieurs grossistes associés à des détaillants qui assurent la coordination des fonctions de gros et de détail, c est à dire organisent en commun l achat et la vente. Exemples: CATENA, SPAR, GEDIMAT... Ce type de commerce est en déclin, malgré la bonne santé de certaines enseignes. 3. La franchise: a) Définition: C est un contrat passé entre un franchiseur et un franchisé. Le franchiseur concède le droit d exploiter son nom et son savoir-faire, il assure au franchisé une assistance totale, technique, de gestion, commerciale, publicitaire... Le franchisé apporte ses capitaux (il est propriétaire du point de vente), et verse un droit d entrée et des royalties sur le chiffre d affaires réalisé. Exemple: MAC DONALD S b) Avantages et inconvénients pour le franchiseur et le franchisé: AVANTAGES INCONVENIENTS Bernard BRUEL pour AGOL 2001 LA DISTRIBUTION 4 Outils de résolution d étude de cas page 4/6

5 FR AN CHI Développer à moindre coût un réseau de distribution Développer son image de marque en tissant sa toile au niveau national, voire européen ou mondial Etre certain d avoir des gérants motivés puisque c est leur propre affaire Risque d employer un franchisé peu compétent ou peu motivé, protégé par son contrat Difficulté à motiver un commerçant qui reste indépendant car propriétaire de son magasin SEU R Obtenir un effet de série en déclinant le même concept partout (agencement magasin, produits vendus, publicité...) FRA N Exploiter une enseigne connue qui a déjà fait ses preuves Indépendance quasi nulle du fait de l assistance totale CHI SE Avoir une assistance totale en matière d achat, de vente, de pub, de gestion, de recrutement... donc n avoir qu à faire tourner son commerce sans le souci d acheter, de gérer, de se faire connaître... Aucune initiative personnelle, on devient une sorte de gérant salarié, donc rémunération limitée Droits d entrée et royalties parfois élevés. c) Les différents types de franchise: De PRODUCTION INDUSTRIELLE De DISTRIBUTION De SERVICES YVES ROCHER PHILDAR ANDRE SINGER LEONIDAS COMTESSE DU BARRY ETAM BATA NEWMAN COCA COLA YOPLAIT SHOPI BUT FEU VERT MONDIAL MOQUETTE BRAVO LA VIE CLAIRE LA CARTERIE AUTO PLUS NOVOTEL AVIS SPEEDY MAC DONALD S UNI CENTER BIS COURTE PAILLE PIGIER HESTIA Bernard BRUEL pour AGOL 2001 LA DISTRIBUTION 5 Outils de résolution d étude de cas page 5/6

6 4. La concession : Système plus souple que la franchise; une marque accorde à un commerçant la concession (exclusive ou non-exclusive) de la distribution de ses produits. Le concessionnaire est tenu d'acheter et de vendre une certaine quantité de produits de la marque et doit respecter une façon de présenter les produits, pratiquer les prix conseillés (que l'on contrôle par la marge). Comme un franchisé, il bénéficie de la publicité de la marque mais contrairement à lui, il n'est pas assisté dans sa politique de gestion du personnel, dans sa gestion financière et dans la conception de son point de vente. Bernard BRUEL pour AGOL 2001 LA DISTRIBUTION 6 Outils de résolution d étude de cas page 6/6

Chapitre 21 Les objectifs de la distribution et le rôle du réseau I. Les finalités de la distribution

Chapitre 21 Les objectifs de la distribution et le rôle du réseau I. Les finalités de la distribution I. Les finalités de la distribution 1. La maîtrise des flux La mise à disposition des produits au consommateur final est réalisée par un enchaînement d opérations qui se matérialisent par des flux. Schématiquement,

Plus en détail

UE Marketing Opérationnel

UE Marketing Opérationnel UE Marketing Opérationnel La politique de distribution La Stratégie de Distribution Séance 3 I Les circuits de distribution 1.1 Les fonctions de la distribution 1.2 La longueur des circuits 1.3 La rémunération

Plus en détail

LE COMMERCE EN FRANCE

LE COMMERCE EN FRANCE LES RESEAUX LA DEFINITION DES RESEAUX LES DIFFERENTES FORMES DE COMMERCE LES RESEAUX EN 2006 LES DEFINITIONS LES CHIFFRES CLES LES GROUPEMENTS LES AVANTAGES DES RESEAUX LA DEFINITION DES RESEAUX L'ARCHITECTURE

Plus en détail

Chapitre III : Les modalités de développement de l'entreprise. Exemple d'intégration verticale : l'industrie de la laine

Chapitre III : Les modalités de développement de l'entreprise. Exemple d'intégration verticale : l'industrie de la laine Chapitre III : Les modalités de développement de l'entreprise Ce sont des décisions qui relèvent de la sphère stratégique. Ex : Danone : 3 combinaisons : produits laitiers, eaux, biscuits = diversification.

Plus en détail

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S8 et 9 : politique de distribution

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S8 et 9 : politique de distribution STRATEGIES MARKETING Licence 3 2010-2011 S8 et 9 : politique de distribution Professeur : Alain Debenedetti Alain.debenedetti@univ-mlv.fr Introduction L importance de la distribution Pour le fabricant

Plus en détail

LE FONCTIONNEMENT MARKETING DES GRANDES SURFACES :

LE FONCTIONNEMENT MARKETING DES GRANDES SURFACES : LE FONCTIONNEMENT MARKETING DES GRANDES SURFACES : A ) La rémunération de la grande distribution : 1. La facturation entre fabricant et grossistes : Pour tenter de contrôler les marges et par là les prix

Plus en détail

LE RESEAU DE DISTRIBUTION * * * * * La diversité des réseaux de distribution

LE RESEAU DE DISTRIBUTION * * * * * La diversité des réseaux de distribution THEME 5 LE RESEAU DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1 La diversité des réseaux de distribution Pour satisfaire nos envie d achats, nous avons de nombreuses possibilités : nous pouvons entrer dans différents

Plus en détail

Gestion des marchandises

Gestion des marchandises CONNAISSANCE DU COMMERCE DE DÉTAIL Gestion des marchandises Examens 2009 GESTIONNAIRES DU COMMERCE DE DÉTAIL Série 1A Nom :... Prénom :... No :... Experts :...... Durée de l'épreuve : Moyen auxiliaire

Plus en détail

Organisation et tendances. de la distribution des produits bio

Organisation et tendances. de la distribution des produits bio Organisation et tendances de la distribution des produits bio 1-Quelques généralités sur la distribution La fonction économique principale de la distribution est de rendre un produit accessible au consommateur

Plus en détail

NOTE FISCALE. Taxe sur les surfaces commerciales (TaSCom)

NOTE FISCALE. Taxe sur les surfaces commerciales (TaSCom) NOTE FISCALE N 05.12 Emilie REPUSSEAU Mai 2012 Version mise à jour Taxe sur les surfaces commerciales (TaSCom) Depuis le 1 er janvier 2011, la TaSCom est affectée à la commune sur le territoire de laquelle

Plus en détail

Histoire du Marketing Mix

Histoire du Marketing Mix Histoire du Marketing Mix On appelle circuit de distribution l ensemble des intervenants qui prennent en charge les activitås de distribution c'est-ç-dire les activitås qui font passå un produit de son

Plus en détail

La diversité des modes d organisation des enseignes

La diversité des modes d organisation des enseignes Numéro 4 / février 2014 L évaluation des coûts et des marges dans les rayons alimentaires de la grande distribution en 2012 Contributeurs : Philippe Boyer, Amandine Hourt Les travaux de l observatoire

Plus en détail

Premiers résultats de l enquête réseaux du commerce de détail. Julien Fraichard INSEE Décembre 2006

Premiers résultats de l enquête réseaux du commerce de détail. Julien Fraichard INSEE Décembre 2006 commerce de détail Julien Fraichard INSEE Plan L enquête «réseaux du commerce de détail» Les parts de chiffre d affaires Les résultats qualitatifs Les développements ultérieurs Page 2 Une enquête qui vise

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES.

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. I. L organisation en réseau. A. Définition. Un réseau est un ensemble organisé d unités commerciales (UC) liées par des intérêts

Plus en détail

La politique de distribution

La politique de distribution La politique de distribution Chapitre 6 Les grandes évolutions de la distribution en France Grande distribution Internationalisation Ré enchantement Internet Les objectifs en distribution Positionnement

Plus en détail

7 Prix et coûts. Prix et coûts

7 Prix et coûts. Prix et coûts 7 Prix et coûts Prix et coûts Qui est le meilleur? Une entreprise vend une grosse machine au prix catalogue de 40 000. Deux acheteurs viennent négocier l achat d une machine. Monsieur Baratin arrache une

Plus en détail

Les réseaux d enseignes, très présents dans le commerce

Les réseaux d enseignes, très présents dans le commerce Les réseaux d enseignes, très présents dans le commerce Julien Fraichard et Corine Troïa* Depuis une trentaine d années, les réseaux d enseignes occupent largement le paysage commercial français. Trois

Plus en détail

Corrigé à l usage exclusif des experts

Corrigé à l usage exclusif des experts Procédure de qualification Gestionnaire du commerce de détail CFC CONNAISSANCE DU COMMERCE DE DÉTAIL Gestion des marchandises Série 2, 2012 Corrigé à l usage exclusif des experts Durée de l'épreuve : Moyens

Plus en détail

Méthodologie du Baromètre des prix sur Internet

Méthodologie du Baromètre des prix sur Internet Méthodologie du Baromètre des prix sur Internet ourquoi ce baromètre? L objectif de cet outil est d avoir une comparaison objective des prix des produits de Grande Consommation tels qu ils apparaissent

Plus en détail

1. Démarche SCP. Segmenter cibler- positionner

1. Démarche SCP. Segmenter cibler- positionner 1. Démarche SCP Segmenter cibler- positionner 1.1. Segmenter Marketing de masse : production de masse car marché relativement homogène Marketing segmenté : produits différents en fonction des goûts des

Plus en détail

CHAPITRE 3.6 SOURCES ET VOIES D ACHAT. Objectif : Vous connaîtrez les diverses sources d achat.

CHAPITRE 3.6 SOURCES ET VOIES D ACHAT. Objectif : Vous connaîtrez les diverses sources d achat. CHAPITRE 3.6 SOURCES ET VOIES D ACHAT Objectif : Vous connaîtrez les diverses sources d achat. CAS PRATIQUE : Vous êtes responsable d une boutique de textile mode. Vous devez vous approvisionner en textile

Plus en détail

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting)

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting) الشراكة المؤسسة الا نتاجیة وقطاع التوزیع الواسع( بین التجزي ة) تجارة Partenariat Producteur Grande Distribution Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

ETUDE ET ANALYSE DU PRIX DE VENTE. Calculs de bénéfice Étude de positionnement commercial Comparaison de plusieurs politiques commerciales

ETUDE ET ANALYSE DU PRIX DE VENTE. Calculs de bénéfice Étude de positionnement commercial Comparaison de plusieurs politiques commerciales ETUDE ET ANALYSE DU PRIX DE VENTE La notion de prix de vente Les objectifs financiers Les objectifs commerciaux Les remises et rabais Exercice et corrigé Calculs de bénéfice Étude de positionnement commercial

Plus en détail

Le titre du document. Grande distribution. LTR 111, logistique de distribution. Nathalie Mattiuzzo. Département Villes, Echanges, Territoires

Le titre du document. Grande distribution. LTR 111, logistique de distribution. Nathalie Mattiuzzo. Département Villes, Echanges, Territoires Département Villes, Echanges, Territoires LTR 111, logistique de distribution Le titre du document Grande distribution Nathalie Mattiuzzo 31 Mars 2015 1 1 Importance de la GD ; données de base La logistique

Plus en détail

Corrigé à l usage exclusif des experts

Corrigé à l usage exclusif des experts Procédures de qualification Assistant du commerce de détail AFP / ECONOMIE Série 2, 2014 Corrigé à l usage exclusif des experts Durée de l'épreuve : Moyens auxiliaires autorisés : 45 minutes Calculatrice

Plus en détail

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1 Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau La mise en place d un réseau de distribution est une opération complexe. Le fabricant

Plus en détail

Chapitre 5 : La politique de distribution

Chapitre 5 : La politique de distribution Chapitre 5 : La politique de distribution (Extraits du support des cours de MM. Berset et Di Meo) 1. Notion de distribution Ensemble des opérations qui permettent d acheminer un produit du lieu de production

Plus en détail

MARKETING # BASES. Séquence 5. Licence 3 Eco-Gestion

MARKETING # BASES. Séquence 5. Licence 3 Eco-Gestion MARKETING # BASES Séquence 5 Licence 3 Eco-Gestion 11/11/2014 gilles.catuli@u-pem.fr MARKETING. # BASES. L3 1 MIT M5C SÉQUENCE 5 : GERER LA RELATION CLIENT. DISTRIBUER ET VENDRE Stratégies push et pull

Plus en détail

La logistique de la grande distribution

La logistique de la grande distribution La logistique de la grande distribution PLAN Distribution «est» logistique Organisations logistiques Les coûts logistiques Stratégie des distributeurs Rôle des plateformes Fonctionnement des GMS et les

Plus en détail

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE EN SAVOIR PLUS SUR LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE Bienvenu chez Hypermarket l éthique à prix discount avec la gamme équitable d hypermarket! Sinon l éthique tout court, c est en boutique monsieur!

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. C'EST QUOI TTdom?... 3

TABLE DES MATIÈRES. C'EST QUOI TTdom?... 3 Au service de la proximité AU SERVICE DE LA PROXIMITÉ Page 2 / 5 TABLE DES MATIÈRES C'EST QUOI TTdom?... 3 CONCEPTS... 3 COMMENT ÇA MARCHE... 3 INSCRIPTION... 3 QU EST CE QU ON Y GAGNE?... 4 COMMENT AUGMENTER

Plus en détail

LA FRANCHISE INDUSTRIELLE

LA FRANCHISE INDUSTRIELLE LA FRANCHISE INDUSTRIELLE Première franchise YPREMA CBM au Teil Réceptionner des déchets, les transformer en produits et vendre ces produits est aujourd hui un vrai schéma économique. Pour atteindre en

Plus en détail

Mention complémentaire vendeur spécialisé en produits techniques pour l habitat RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Mention complémentaire vendeur spécialisé en produits techniques pour l habitat RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 1. Définition Vendeur spécialisé dans plusieurs familles de produits, le titulaire de la mention complémentaire «vendeur spécialisé en produits techniques pour

Plus en détail

«Souvent imité, jamais égalé»

«Souvent imité, jamais égalé» «Souvent imité, jamais égalé» DOSSIER DE PRESSE Franchise Pizza Manhattan Devenez franchisé du 1 er concept de pizzas À déguster sur place ou emporter!!! 1 - PRÉSENTATION Pizza Manhattan est un jeune réseau

Plus en détail

1 Les principaux critères

1 Les principaux critères C H A P I T R E 1 Les principaux critères de différenciation des points de vente Compétences C.4.1.1. Situer le point de vente dans l appareil commercial Repérer la forme de commerce du point de vente

Plus en détail

Partner Jouet. Répartition du CA 2001 par clientèle Unité : % du CA total (M F) TOTAL

Partner Jouet. Répartition du CA 2001 par clientèle Unité : % du CA total (M F) TOTAL Partner Jouet Partner Jouet est une entreprise créée en 1957. Second grossiste en jouets sur le marché français, l entreprise s inscrit principalement comme intermédiaire entre les fabricants et les distributeurs.

Plus en détail

OBSERVATOIRE TENDANCES DU MARCHE ALIMENTAIRE

OBSERVATOIRE TENDANCES DU MARCHE ALIMENTAIRE OBSERVATOIRE TENDANCES DU MARCHE ALIMENTAIRE ETAT des LIEUX SEPTEMBRE 2014 ZOOM GRANDE DISTRIBUTION SOMMAIRE 1. La consommation alimentaire 2. Les circuits 3. L offre 4. Les enseignes 1-Consommation alimentaire

Plus en détail

Les jeunes et l emploi. Les métiers du commerce. de la distribution. grandes et moyennes surfaces

Les jeunes et l emploi. Les métiers du commerce. de la distribution. grandes et moyennes surfaces Les jeunes et l emploi Les métiers du commerce et de la distribution grandes et moyennes surfaces Édito Le secteur du commerce et de la distribution est l un des plus performants au monde et son concept

Plus en détail

formation des prix I - Etude d une situation : II - Formation des prix :

formation des prix I - Etude d une situation : II - Formation des prix : formation des prix I - Etude d une situation : - Retrouver et souligner dans le texte les nouveaux termes. - Mettre sous forme d expressions mathématiques les indications du texte. Un commerçant achète

Plus en détail

JE CREE MON POINT DE VENTE. Activité en groupe Synthèse annuelle du programme du pôle 1

JE CREE MON POINT DE VENTE. Activité en groupe Synthèse annuelle du programme du pôle 1 JE CREE MON POINT DE VENTE Activité en groupe Synthèse annuelle du programme du pôle 1 En compagnie de 3 associés, vous décidez de créer votre point de vente dans le domaine des loisirs créatifs. Ce marché,

Plus en détail

COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION»

COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION» COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION» Comment faire venir des enseignes nationales en préservant la diversité commerciale et artisanale? Participent

Plus en détail

ECO-PARTICIPATION POUR LES DECHETS D EQUIPEMENTS ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES

ECO-PARTICIPATION POUR LES DECHETS D EQUIPEMENTS ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES ECO-PARTICIPATION POUR LES DECHETS D EQUIPEMENTS ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES La directive 2002/96/CE du 27 janvier 2003 relative aux déchets d équipements électriques et électroniques a été transposée

Plus en détail

Groupe de travail «Lipides» DGAl. Magali BOCQUET Chef du service alimentaire et qualité FCD

Groupe de travail «Lipides» DGAl. Magali BOCQUET Chef du service alimentaire et qualité FCD Groupe de travail «Lipides» DGAl Magali BOCQUET Chef du service alimentaire et qualité FCD 1 Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution (FCD) = commerce (de gros et) de détail à prédominance

Plus en détail

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité.

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité. Gérer son entreprise Gérer une entreprise et la faire prospérer ne s improvisent pas. Cela nécessite au contraire des connaissances spécifiques, de la réactivité et une grande rigueur. Si votre métier

Plus en détail

OPMR. Etude sur la formation des prix des pièces détachées automobiles à La Réunion. Présentation synthétique des travaux et résultats

OPMR. Etude sur la formation des prix des pièces détachées automobiles à La Réunion. Présentation synthétique des travaux et résultats OPMR Etude sur la formation des prix des pièces détachées automobiles à La Réunion Présentation synthétique des travaux et résultats Observatoire des Prix, des Marges et des Revenus de La Réunion Février

Plus en détail

CHAPITRE 1 Définitions et objectifs de la comptabilité de gestion

CHAPITRE 1 Définitions et objectifs de la comptabilité de gestion CHAPITRE 1 Définitions et objectifs de la comptabilité de gestion La comptabilité générale (ou comptabilité financière) peut se définir comme une saisie de données pour déterminer : une situation active

Plus en détail

!"#$%&'() *+,-) INDICES DE VENTE ET DE STOCKAGE

!#$%&'() *+,-) INDICES DE VENTE ET DE STOCKAGE !"#$%&'() *+,-) INDICES DE VENTE ET DE STOCKAGE Objectif : Vous serez capable d interpréter les indices de vente et de stockage. Calcul du bénéfice net Recettes brutes Chiffre d affaire - Réductions sur

Plus en détail

LE SYSTEME D'INFORMATION COMPTABLE. Modalités : Passage de la notion de Flux-Délai-Niveau au modèle comptable. TABLE DES MATIERES

LE SYSTEME D'INFORMATION COMPTABLE. Modalités : Passage de la notion de Flux-Délai-Niveau au modèle comptable. TABLE DES MATIERES LE SYSTEME D'INFORMATION COMPTABLE Objectif(s) : Présenter le système d'information comptable. Modalités : Passage de la notion de Flux-Délai-Niveau au modèle comptable. Pré-requis : Néant (débutants).

Plus en détail

Toiletteur animalier GUIDE PRATIQUE DE L'ENTREPRISE

Toiletteur animalier GUIDE PRATIQUE DE L'ENTREPRISE Toiletteur animalier GUIDE PRATIQUE DE L'ENTREPRISE 2005 Editions MCBG 2005 ISBN 2-84759-001-3 Editions MCBG - BP 4171-34092 MONTPELLIER CEDEX 5 Tél : 04 67 10 38 99 - Fax : 04 67 10 38 95 - www.memometier.com

Plus en détail

Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer

Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales. Épreuve E4 Management et Gestion des Unités Commerciales

BTS Management des Unités Commerciales. Épreuve E4 Management et Gestion des Unités Commerciales BTS Sujet INÉDIT Session 2014 SUJETS D ENTRAÎNEMENT ET D EXAMEN BTS Management des Unités Commerciales MUC Épreuve E4 Management et Gestion des Unités Commerciales Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014

Plus en détail

SYSTEME D INFORMATION COMPTABLE. Modalités : Passage de la notion de Flux-Délai-Niveau au modèle comptable. TABLE DES MATIERES

SYSTEME D INFORMATION COMPTABLE. Modalités : Passage de la notion de Flux-Délai-Niveau au modèle comptable. TABLE DES MATIERES SYSTEME D INFORMATION COMPTABLE Objectif(s) : Présenter le système d'information comptable. Modalités : Passage de la notion de Flux-Délai-Niveau au modèle comptable. Pré-requis : Néant (débutants). TABLE

Plus en détail

1. La prise en compte des coûts

1. La prise en compte des coûts Terminale STG Mercatique Chapitre 3 : Construire l'offre Séquence 4. La fixation du prix - Les facteurs explicatifs d'un prix Le prix est une variable mercatique déterminante. Il est la base des revenus

Plus en détail

CH1 - La négociation commerciale - Page 1 sur 13

CH1 - La négociation commerciale - Page 1 sur 13 Le groupe E.Leclerc regroupe 495 adhérents qui sont des entrepreneurs indépendants propriétaires de leurs magasins (hypermarchés et supermarchés). C est le cas de M. Adam responsable de l hypermarché de

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT ET DE MISE EN MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC

POLITIQUE D ACHAT ET DE MISE EN MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC POLITIQUE D ACHAT ET DE MISE EN MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC RÉVISÉE LE 16 DÉCEMBRE 2010 (DATE D ADOPTION PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION) 1. LA SAQ ENTREPRISE COMMERCIALE...4 1.1 Mandat...4

Plus en détail

Les classifications de la distribution

Les classifications de la distribution 1 - Par niveaux 2 - Par nature de l activité 3 - Point de vue économique 4 - Point de vue juridique 5 - Par méthodes de vente 6 - Par la localisation Les classifications de la distribution 7 - Avec ou

Plus en détail

comptable François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-854-0

comptable François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-854-0 Toutes formations Initiation comptable Cours François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-854-0 2 Étude du bilan L origine des fonds d une entreprise et leur utilisation

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 14-15 octobre 2010 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 14-15 octobre 2010 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz REUSSIR EN FRANCHISE Animé par : Christophe MEREL, Expert-comptable, GROUPE SECOB www.secob.fr DEFINITION DE LA FRANCHISE «La franchise se définit comme une méthode de collaboration entre, d une part,

Plus en détail

Nom : Prénom : Numéro de candidat-e :...

Nom : Prénom : Numéro de candidat-e :... Procédure de qualification Assistant du commerce de détail AFP / Assistante du commerce de détail AFP ECONOMIE Série 2, 2010 Nom : Prénom : Numéro de candidat-e :......... Durée de l'épreuve : Moyens auxiliaires

Plus en détail

Décision n 14-DCC-83 du 17 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par Casino Guichard-Perrachon de la société PLMP

Décision n 14-DCC-83 du 17 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par Casino Guichard-Perrachon de la société PLMP RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-83 du 17 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par Casino Guichard-Perrachon de la société PLMP L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE

CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE ENTRE LA MINISTRE DE L ÉCOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L

Plus en détail

2. Les univers de consommation regroupent les produits en tenant compte de la logique de consommation des clients. Faux

2. Les univers de consommation regroupent les produits en tenant compte de la logique de consommation des clients. Faux Le codage et le balisage DOSSIER du produit Présentation L enseigne Cora occupe une place importante dans le commerce intégré multispécialisé à dominante alimentaire avec ses hypermarchés implantés en

Plus en détail

Mise sur pied d un regroupement d achats

Mise sur pied d un regroupement d achats Mise sur pied d un regroupement d achats Présenté Au Conseil Économique et Coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) 30 mars 2016 Table des matières Introduction - But de la conférence - Objectif Présentation

Plus en détail

Le Prix unique du livre à l heure du numérique

Le Prix unique du livre à l heure du numérique Le Prix unique du livre à l heure du numérique Mathieu Perona et Jérôme Pouyet École d économie de Paris CEPREMAP Vendredi 21 mai 2010 Sommaire Introduction : pourquoi parler du prix unique? La chaîne

Plus en détail

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION La fonction de distribution se situe entre la fonction de production et la fonction de consommation. La distribution couvre l ensemble

Plus en détail

Les métiers du commerce et du marketing

Les métiers du commerce et du marketing Les secteu rs qui recrutent Les dossiers du SUIO Les métiers du commerce et du marketing Sommaire : Panorama de la fonction commerciale Des postes de travail très variés Parcours de formations de l université

Plus en détail

QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES?

QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES? CHAPITRE 3 QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES? Ce que Vous allez apprendre dans ce chapitre En quoi la manière de payer votre equipe des ventes peut nuire à votre rentabilité Empêchez-les de gaspiller

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Etude. du metier de responsable clientele

Etude. du metier de responsable clientele Etude du metier de responsable clientele decembre 2008 Sommaire Creation de l observatoire Outils de l observatoire prospectif des metiers et des qualifications... [ 3 ] Rappel des objectifs Logique de

Plus en détail

INTERBEV - FRANCEAGRIMER

INTERBEV - FRANCEAGRIMER INTERBEV - FRANCEAGRIMER JOURNEE DE L ELEVAGE FRANCAIS ORGANISEE EN ITALIE VERONE, LE VENDREDI 06 FEVRIER 2015 COMPTE RENDU de la présentation de l ISMEA Filière Bétail et Viande 18 mars 2015 Dossier n

Plus en détail

Cas n COMP/M.4096 - CARREFOUR / HYPARLO. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.4096 - CARREFOUR / HYPARLO. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.4096 - CARREFOUR / HYPARLO Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA FRANCHISE

GUIDE PRATIQUE DE LA FRANCHISE GILLES THIRIEZ ET JEAN-PIERRE PAMIER GUIDE PRATIQUE DE LA FRANCHISE Quatrième édition Éditions d Organisation, 1996, 1998, 2001, 2003 ISBN : 2-7081-2877-9 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 Chapitre

Plus en détail

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant. Plan d élaboration du PLAN D AFFAIRES Avant de réaliser votre projet, élaborez votre plan d affaires selon le modèle suivant : RESUME :. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

«S.E.S» Sciences économiques et sociales

«S.E.S» Sciences économiques et sociales «S.E.S» Sciences économiques et sociales Qu est-ce qu une entreprise? Partie 1 : Entreprises et Production Qu est-ce qu une entreprise? Partie 1 : Entreprises et Production Qu est-ce qu une entreprise?

Plus en détail

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS LA METHODE DES COÛTS COMPLETS I. POURQUOI DISTINGUER LES CHARGES DIRECTES ET LES? Soit le processus de production simplifié d une entreprise industrielle (absence de stocks) Pour calculer les coûts de

Plus en détail

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Lamine LAKHOUA Lic. ès Sciences Commerciales et Industrielles C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Maturité Suisse I M P O R T A N T Ce document est un support de cours.

Plus en détail

Journée d étude ADL Comment réaliser une étude de marché 7 juin 2010

Journée d étude ADL Comment réaliser une étude de marché 7 juin 2010 Journée d étude ADL Comment réaliser une étude de marché 7 juin 2010 PLAN 1. Définition du marketing 2. L étude de marché 1. Marketing: définition C est quoi les 5 P en marketing?. LES 5 P Produit: ai-je

Plus en détail

Liste noire des pratiques commerciales réputées trompeuses

Liste noire des pratiques commerciales réputées trompeuses Liste noire des pratiques commerciales réputées trompeuses 1/ Faire comme si un code de conduite avait été signé alors que ce n est pas le cas. Exemple : le professionnel mentionne sur son site Internet

Plus en détail

Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :...

Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :... Procédure de qualification Gestionnaire du commerce de détail CFC CONNAISSANCE DU COMMERCE DE DÉTAIL Gestion des marchandises Série 1B, 2013 Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :............

Plus en détail

Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :...

Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :... Procédure de qualification Gestionnaire du commerce de détail CFC CONNAISSANCE DU COMMERCE DE DÉTAIL Gestion des marchandises Série 1A, 2013 Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :............

Plus en détail

Décision n 13-DCC-177 du 5 décembre 2013 relative à la prise du contrôle exclusif de la société Lafuma par Calida France

Décision n 13-DCC-177 du 5 décembre 2013 relative à la prise du contrôle exclusif de la société Lafuma par Calida France RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-177 du 5 décembre 2013 relative à la prise du contrôle exclusif de la société Lafuma par Calida France L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

1.2.4. Environnement technique et économique de l emploi

1.2.4. Environnement technique et économique de l emploi REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ 1.1. DÉFINITION Le titulaire du CAP employé de commerce multi-spécialités réalise des opérations de réception et de stockage des marchandises.

Plus en détail

Introduction : les relations verticales

Introduction : les relations verticales Introduction : les relations verticales Relations horizontales : entre firmes situées à un même niveau sur le marché. Concurrence, collusion, fusions... Relations verticales : plusieurs entreprises interviennent

Plus en détail

La proximité des magasins Hard. Discount : possible avantage

La proximité des magasins Hard. Discount : possible avantage CHAPITRE La proximité des magasins Hard Discount : possible avantage concurrentiel 3.1. Le consommateur recherche toujours plus de proximité 90 3.2. L évolution des implantations des magasins Hard Discount

Plus en détail

La consommation des produits biologiques

La consommation des produits biologiques La Bio en France La consommation des produits biologiques Un marché de l ordre de 4 milliards d euros avec : 3,75 milliards d euros d achats de produits bio pour la consommation à domicile en 2011 158

Plus en détail

Gestion des stocks. Rendu le : 31 Mars 2006

Gestion des stocks. Rendu le : 31 Mars 2006 Gestion des stocks Rendu le : 31 Mars 2006 Docteur Ordinateur 6 rue Corot 75016 Paris T 0142731150 F 01 42 88 47 30 contact@docteurordinateur.com Http://www.docteurordinateur.com Sommaire Introduction

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 17 Le franchisage Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le contrat de franchise L objet du contrat La durée du contrat Les obligations du franchiseur Les obligations du franchisé

Plus en détail

LA PROMOTION DES VENTES

LA PROMOTION DES VENTES LA PROMOTION DES VENTES Définition: c est l ensemble des techniques provoquant une augmentation rapide mais provisoire des ventes, par l attribution d un avantage exceptionnel aux consommateurs ou aux

Plus en détail

COMPARAISON DES PRIX IKEA-CUISINES ALLEMAGNE / FRANCE

COMPARAISON DES PRIX IKEA-CUISINES ALLEMAGNE / FRANCE COMPARAISON DES PRIX IKEA-CUISINES ALLEMAGNE / FRANCE menée par a comparé en juin 2009 les prix de 93 produits affichés dans le catalogue 2009 IKEA-cuisines, version allemande et française, afin de montrer

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-149 du 26 octobre 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société TyreDating par la Manufacture Française des Pneumatiques Michelin et Atiro Holding L

Plus en détail

REJOIGNEZ UNE FRANCHISE D EXPÉRIENCE DANS LE MONDE DU CADEAU

REJOIGNEZ UNE FRANCHISE D EXPÉRIENCE DANS LE MONDE DU CADEAU REJOIGNEZ UNE FRANCHISE D EXPÉRIENCE DANS LE MONDE DU CADEAU Avec le magasin pilote ouvert à Chambéry en 2000, IMAGINE a ouvert 8 franchisés depuis mai 2004 à Aix-en-provence, Besançon, St Cyr sur Loire

Plus en détail

La campagne CINTRES JAUNES des PETITS RIENS

La campagne CINTRES JAUNES des PETITS RIENS La campagne CINTRES JAUNES des PETITS RIENS LES PETITS RIENS EN 2 MOTS, C EST QUOI? Une Mission Sociale Les Petits Riens, c est une entreprise d économie sociale active depuis 75 ans, où travaillent plus

Plus en détail

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012)

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) 1 CATÉGORIE : ETUDE D AUDIENCE BALmétrie : LA MESURE D AUDIENCE DU MEDIA COURRIER 1. Introduction Création, en 2011, d un GIE qui réunit les principales parties

Plus en détail

CH VII Calculs commerciaux : Formation des prix

CH VII Calculs commerciaux : Formation des prix CH VII Calculs commerciaux : Formation des prix Quand un commerçant met en vente un produit, il devra fixer le prix que devra payer le consommateur. En partant du prix vendu par le grossiste, observons

Plus en détail

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché.

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Les étapes de la commercialisation Les opérations d acheminement

Plus en détail