Les stratégies marketing

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les stratégies marketing"

Transcription

1 Les stratégies marketing Stratégie de pénétration Produits actuels : marchés actuels. Stratégie d extension de marchés Produits actuels : nouveaux marchés. LES STRATÉGIES MARKETING Couverture des marchés Segments de marchés Stratégie de développement de produits Stratégie de diversification Stratégie indifférenciées Stratégie concentrée Stratégies diversifiées Nouveaux produits sur les marchés actuels. Nouveaux produits sur de nouveaux marchés ou nouvelles activités sur des marchés actuels ou nouveaux. Démarche globale destinée à tous les acheteurs qui se verront proposer un produit unique supporté par une action commerciale unique. Efforts concentrés sur un segment de marché pour lequel elle pense avoir des avantages particuliers (surtout les PME). Stratégie adaptée : un seul produit est commercialisé mais avec un programme mercatique spécifique adapté à chaque segment de clientèle. Stratégie différenciée : plusieurs gammes de produits, plusieurs canaux de distribution, plusieurs axes de communication en fonction des différents segments de marché. Moteur de l action commerciale Stratégie «pull» Stratégie «push» Stimuler la demande de ses produits par le consommateur et créer une préférence pour ces produits. Inciter les distributeurs à vendre une marque déterminée aux consommateurs. 1

2 Les évolutions récentes du plan de marchéage La notion de plan de marchéage (marketing MIX) a été élaborée il y a une cinquantaine d année par Mac Carthy, Kotler Il peut être schématisé ainsi : Depuis quelques années, de nouveaux modèles de réflexion en marketing se développent : Les chercheurs BOOM et BITNER ajoutent 3 autres P (marketing étendu) aux 4 originaux, tenant compte de l importance des services à présent dans l offre : Personnes (people) Production de services (process) Preuve Physique (physical evidence) Tous les employés concernés par les décisions de commercialisation, car ils fournissent des services et les consommateurs Tous les mécanismes et procédures par lesquels les produits et services sont offerts ou consommés ou consommés Notion de servuction : concept sur lequel s appuie le service L environnement dans lequel sont achetés ou consommés les biens ou services, tout élément visible permet de rendre plus concret le service et contribue au niveau de qualité attribué au service Darlène WEINGAND décline le marketing MIX en 6 P, en ajoutant aux 4P du marketing MIX traditionnel : Prélude Postlude Nécessité d une bonne étude de besoins a priori Attirer l attention sur la mesure et l évaluation des résultats a posteriori D autres notions viennent enrichir le 4P du marketing MIX : Purpose Positionnement Packaging Performance Période Définition des buts, objectifs et attentes Décision de mettre l offre en perspective avec celle des concurrents (notion intimement liée à l image de marque et au Purpose) Toutes les décisions liées au conditionnement et à l emballage Importance de mesurer l efficacité de la politique commerciale Frapper au bon moment, c est frapper fort : mettre en place le premier sa stratégie avant les autres concurrents dans un marché surencombré. e permet de rendre plus concret le service et contribue au niveau de qualité attribué au service 2

3 Les 4 P du marketing mix sont entièrement tournés vers les produits ou services. Sous l impulsion du marketing B to B et sa précoce culture client, le marketing se tourne de plus en plus vers le client plus que l entreprise. Lauterborn propose de reprendre la réflexion du point de vue du marché, ce qui nous donne les 4 C du marketing : les besoins du Client le Coût global du produit les Canaux de distribution la Communication Les concepts essentiels n ont toujours pas changé et aucun modèle en P ou en C n a encore modifié fondamentalement la prise de décision marketing. Le client achètera à un moment de son choix, le produit qui lui est offert à un prix décidé et à un endroit prescrit, parce que ce produit correspond à un besoin qui lui apporte une valeur souhaitée. Toutefois, le positionnement devient une variable majeure du marketing. 3

4 Choisir un échantillon On peut distinguer 2 grandes méthodes pour sélectionner son échantillon : les méthodes aléatoires qui sont fondées sur le hasard et les méthodes empiriques fondées sur le raisonnement. Les méthodes aléatoires Les méthodes aléatoires Probabilistes pures Tirage au sort Table des nombres au hasard Probabilistes dérivées Sondage à plusieurs degrés Sondage stratifié Échantillon de convenance Échantillon à la place Échantillon «boule de neige» Méthode des quotas Nous allons détailler chacune de ces méthodes. 1. Les méthodes aléatoires Parmi ces méthodes, on distingue les sondages probabilistes «pures» et les méthodes probabilistes dérivées. A. Les méthodes probabilistes pures Ces méthodes ne se fondent que sur le hasard et on utilise le principe du tirage au sort. Deux méthodes sont présentées ici. 1. Le tirage systématique On calcule l intervalle de sondage soit N/n, avec N = population de base et n l échantillon. On procède ensuite au tirage au sort d un nombre x entre 1 et N/n. On sélectionne ensuite tous les individus x, x + N/n, x +2N/n Exemple Une entreprise possède un fichier de clients. Elle souhaite faire une enquête auprès de 250 de ces clients afin de mesurer le degré de satisfaction de ceux-ci. On calcule N/n soit 2 500/250. On obtient le chiffre 10. L entreprise procède alors au tirage au sort parmi les 10 premiers clients de son fichier. Le numéro tiré est le 6. L échantillon se composera du numéro 6 puis 16 puis 26 puis 36 jusqu à obtention d un échantillon total de 250 entreprises. Tout dépend de la nature du fichier et de son classement qui peut éventuellement fausser l échantillon. La méthode est rapide et aucun élément extérieur n entre en ligne de compte. 2. Utilisation des tables de nombres au hasard Il s agit d utiliser des tables de nombres au hasard que des statisticiens ont établis après avoir tiré au sort des milliers de nombres. Exemple Une entreprise veut prélever un échantillon de 100 clients sur un fichier de consommateurs. Le service mercatique possède une table de nombres au hasard dont voici quelques extraits : Dans la mesure où la base de sondage s élève à 3 000, on lira les nombres par groupe de 4. En outre on décide de lire cette table de gauche à droite et de haut en bas (mais on aurait pu choisir une tout autre hypothèse). Le premier client interrogé est Le suivant est Ce numéro ne figure pas dans le fichier. On divise alors par (le nombre de la base de sondage). On obtient 2. On calcule alors = 482. Le deuxième numéro sera alors 482. On trouve ensuite 2 462, 1 429, 224, 103 4

5 B. Les méthodes probabilistes dérivées Il s agit d utiliser le principe du tirage au sort mais en utilisant des critères choisis par le chargé d études. Sondages dérivés Sondage à plusieurs degrés Sondage stratifié Caractéristiques On regroupe les individus en degrés successifs On regroupe les unités de sondage en fonction puis on réalise un tirage au sort à chacun des caractéristiques communes de ces unités. des degrés On les appelle des strates. On procède ensuite au tirage au sort parmi ces strates. Exemple Une entreprise veut constituer un échantillon Afin de constituer un échantillon de de 500 clients parmi un fichier de entreprises parmi un fichier de noms, On regroupe ces clients par pays, puis par une entreprise va diviser ce fichier en fonction régions et par ville. On procède à un tirage du chiffre d affaires réalisé par ses clients. au sort des pays, puis à un tirage au sort des Elle obtient 3 strates : petites entreprises, régions de ces pays et enfin à un tirage au sort moyennes et grandes entreprises puis elle des villes. On réalise ensuite le tirage au sort procède au tirage au sort de 200 entreprises des entreprises dans les villes sélectionnées. parmi ces strates 2. Les méthodes empiriques Les méthodes vues précédemment sont difficiles à mettre en œuvre car il n est pas toujours facile d avoir des fichiers fiables et parfaitement renseignés. C est pourquoi on peut utiliser les méthodes empiriques, qui sont choisies par les chargés d études selon un certain nombre de critères. Type de méthode Le principe Exemple Échantillon de convenance On choisit son échantillon selon la facilité On fait une étude sur les consommateurs : d accès au terrain. on peut faire appel à des étudiants qui sont plus accessibles. Échantillon à la place On cible l échantillon. On fait une étude sur les cinéphiles : on interroge les personnes à la sortie du cinéma. Échantillon «boule de neige» On interroge des personnes qui vont On fait une étude sur les passionnés donner au chargé d études les noms de jeux vidéos : comme il n existe pas de d autres personnes. fichier, on va demander aux joueurs interrogés de nous donner les noms d amis joueurs. La méthode des quotas Cette méthode consiste à constituer un Une entreprise qui possède un fichier de échantillon en tenant compte des mêmes noms souhaite constituer un caractéristiques que la population de base. échantillon de 400 personnes. Dans son Si celle-ci se compose de 40 % de femmes fichier, 70 % sont des femmes et 30 % et de 60 % d hommes alors on appliquera des hommes. Parmi les femmes, 60 % le même schéma à l échantillon. habitent dans les villes et 40 % à la campagne. Pour les hommes, l échantillon sera de 120 (30 % 400) et de 280 pour les femmes. Mais parmi ces femmes on en choisira 168 qui vivent dans les villes ( %) et 112 à la campagne. 5

6 Analyse de résultats de questionnaires Dans une étude, une fois que les questionnaires collectés, on procède à l analyse de ce que l on appelle les données : ce sont en fait les réponses aux questions qui ont été faites par les répondants. 1. Préparation des données Dans un premier temps, il faut procéder à la vérification des questionnaires sur trois points : Sont-ils lisibles? On vérifie si les réponses peuvent être exploitées car correctement remplies. Sont-ils complets? Le répondant a-t-il répondu à toutes les questions. Sont-ils cohérents? On contrôle l exactitude des données en croisant certaines questions. Par exemple, si la personne a 20 ans et 3 enfants, on peut penser qu il y a un problème au niveau des réponses. Dans un deuxième temps, on procède à la codification des questionnaires : il s agit d associer à chaque réponse un chiffre afin de faciliter l analyse. Exemples Q1. Consommez-vous du café? Oui Non 1 2 Q2. Indiquez votre catégorie socioprofessionnelle (CSP) Agriculteurs Ouvrier Cadre moyen Profession libérale On peut ainsi procéder à une première analyse des résultats qui consiste à évaluer les données manquantes (pourcentage de questions sans réponses). 2. Analyse des données Pour procéder à l analyse des données, il faut identifier les différentes variables. D ÉFINITION La variable désigne ce que l on étudie. Chaque question est relative à une variable. Les différentes valeurs de la variable sont appelées modalités. Exemple 1 : Consommez-vous du café? Oui Non La variable étudiée est la consommation de café et les modalités sont au nombre de 2 (Oui ou Non) Exemple 2 : Quelle marque de café consommez-vous? Nescafé Lavazza Grand mère La variable étudiée est la marque, il y a trois modalités (Nescafé, Lavazza et Grand mère) Les différentes sortes de variables La variable qualitative (un nom) Exemple : quelle marque de café consommez-vous? La variable quantitative (un chiffre) discrète (nombre fini). Exemple : nombre d enfants par foyer continue (intervalle), Exemple : quantité de café consommé en kg Les différentes analyses statistiques On effectue généralement deux sortes d analyses : une analyse univariée : il s agit d analyser une seule variable et on procède à des tris à plat ; une analyse bivariée : on analyse deux variables et l on réalise des tris croisés. 6

7 3. L analyse univariée On va procéder à une analyse descriptive des informations contenues dans le questionnaire et on va présenter ce que l on appelle le tableau de fréquence. Exemple personnes ont été interrogées lors d une étude dont 110 femmes et 90 hommes. La variable étudiée est le sexe et il s agit d une variable qualitative. On obtient le tableau de fréquence suivant : Variable (Sexe) x i Effectifs n i Fréquence f i Hommes 90 0,45 (90/200) Femmes 110 0,55 (110/200) Total (N) On peut déduire de ce tableau que 55 % de l échantillon interrogé sont des femmes (0,55 100). En fonction de la variable étudiée, on peut calculer plusieurs paramètres : pour une variable qualitative : le mode, pour une variable quantitative : la moyenne, l écart-type. D ÉFINITION Le mode se définit comme la valeur de la variable qui correspond à l effectif le plus grand. Dans le tableau ci-dessus, le mode est Femmes. La moyenne : Écart-type = Exemple 2 On a posé la question suivante à un échantillon de 200 personnes : quel est votre âge? Il s agit d une variable quantitative continue. Les réponses sont présentées dans le tableau ci-dessous ainsi que les calculs pour trouver la moyenne et l écart-type. Âge Centre de classe x i Effectif associé (n i ) Fréquence f i x i n i n I (x i -moyennex) 2 (on prend le milieu de l intervalle) [18 ; 25[ 21,5 40 0, ,5 = (21,5 40,05 ) 2 = [25 ; 40[ 32,5 70 0, ,5 = (32,5-40,05) 2 = [40 ; 55[ 47,5 50 0, ,5 = (47,5-40,05) 2 = [55 ; 70[ 62,5 40 0, ,5 = (62,5-40,05) 2 = Total Calcul de la moyenne = x i n i /n = 8 010/200= 40,05 En moyenne, les répondants ont 40 ans. Calcul de l écart-type = (40 689/200) = 14,26 Le chiffre est important, ce qui signifie que la série statistique est dispersée (on peut d ailleurs constater dans le tableau que la répartition est assez homogène puisqu il y autant de personnes interviewées qui ont entre 18 et 25 ans et entre 55 et 70 ans). 7

8 4. L analyse bivariée Pour ce type d analyse, on va croiser deux variables entre elles. On construit le tableau de contingence ou tableau à double entrée. Exemple 3 On va croiser par exemple le tableau sur le sexe avec des renseignements sur le nombre d enfants. Sexe Hommes Femmes Distribution marginale Nombre d enfants N i f i N i f i /200 = 0, /200 = 0, , /200 =0, /200 = 0, , /200 = 0, /200 = 0, ,25 Distribution marginale 90 90/200 = 0, /200 = 0, Pour analyser le tableau, on prend les éléments les plus significatifs : 10 % des hommes interrogés ont 1 enfant alors que 15 % des femmes ont 1 enfant. 50 % des personnes tous sexes confondus ont 2 enfants et 55 % des personnes interrogées sont des femmes. 8

9 Analyser un secteur ou réaliser un diagnostic externe Une fois que les informations ont été recueillies sur un marché grâce à une recherche documentaire, il faut maintenant les analyser. Pour cela, il est nécessaire d étudier l offre et la demande. En mercatique, le plan apparaît clairement. Introduction : il faut présenter l entreprise, et expliquer quelle est sa problématique : pourquoi elle a besoin d avoir des informations sur le marché. Ensuite, il faut présenter le plan (Offre puis Demande). 1. L offre Dans cette partie, on analyse les produits, les producteurs et les circuits de distribution. Les produits : caractéristiques des produits, les différents types de segments identifiés, la progression de ces segments, le portefeuille des produits (vaches à lait, vedettes ). Est ce que les produits sont sensibles à la mode, à l innovation Les producteurs: le marché est il en situation de monopole ou non. Faut-il parler d atomisation du marché. Quelle est la situation de l entreprise ; sa part de marché? Quelle est l évolution de ce marché (stagnation, régression, croissance). Ce marché est il concurrencé par les importations ou non La distribution : Quels sont les circuits de distribution des produits, leur répartition. On peut utiliser la distribution numérique (nombre de magasins qui possèdent le produit sur le nombre de magasins total). Cela permet de mesurer la position de l entreprise et le dynamisme de son réseau. 2. La Demande (les consommateurs) Pour cette partie, on va effectuer deux types d analyses auprès des consommateurs (qualitative et quantitative) : analyse quantitative : il s agira avant tout de donner des informations chiffrées sur les consommateurs, leur évolution, leur nombre, la consommation moyenne par habitant analyse qualitative : on définira plus particulièrement les freins et les motivations de ces consommateurs, leur mode de consommation, les évolutions des modes de consommation En conclusion, il faut donner une synthèse de ce marché et donner son avis : le marché est il intéressant pour l entreprise ou non. Que penser d un tel marché? Doit elle s y implanter ou non? 9

10 Exportation concertée Avantages Inconvénients Effet de synergie (mise en commun des ressources) qui permet de prospecter activement. Aspects administratifs et logistiques simplifiés du fait de la mise en commun des ressources. Économies d échelle. Offre commerciale plus complète lorsque le groupement concerne des entreprises qui proposent des produits complémentaires. Investissement financier limité : en général la participation financière est calculée au prorata du CA. Coûts financiers pour l entreprise portée réduits. Risques limités. Opérations logistiques et administratives réduites pour l entreprise portée. Bénéficie de l image de marque de l entreprise porteuse. Disponibilité et efficacité immédiate de la force de vente de l entreprise porteuse. Bonne connaissance du marché. Développement de l activité rapide. Investissements d ordre financier et humain faibles pour le franchiseur. Risques financiers et commerciaux limités pour le franchiseur. Conservation de la maîtrise de la politique commerciale. Conservation de la propriété de la marque et du savoir faire commercial. Risques financiers et commerciaux partagés. Joint-venture considéré comme une entreprise locale sur le marché, ce qui permet de faciliter les conditions d accès. Connaissance du marché et la Maîtrise de la politique commerciale bonnes. Moyen rapide, peu coûteux et facile pour accéder à un marché étranger. Possibilité de fabriquer le produit directement sur le marché étranger, le produit est alors considéré comme national (pas de droit de douane). Risque commercial nul. Investissements liés à la recherche et développement rapidement rentabilisés. Les partenaires ne doivent pas être trop nombreux. La taille des partenaires doit être comparable, afin d éviter des prises de pouvoir de la part de certains d entre eux. L investissement de tous les partenaires doit être équivalent. Les partenaires doivent avoir une politique commerciale équivalente. Peu de grandes entreprises sont motivées pour porter des PME à l exportation. Relations parfois difficiles entre entreprises portée et porteuse du fait de leur taille très différente. Risques de conflits d intérêt importants. Créer, organiser, gérer et contrôler un réseau de franchisés n est pas simple. Recrutement de franchisés difficile et risqué. Bénéfices sont moindres puisque partagés. Coûts de création élevés. Risques de conflits d intérêts. Risques de nationalisation importants dans certains pays. Risque de perte de marché : le licencié est un concurrent potentiel. Risque que le licencié n exploite que partiellement le marché. Risque de perte d image de marque si la qualité des produits fabriquée par le licencié n est pas conforme aux termes du contrat. Pas de connaissance du marché par le concédant. Perte de la maîtrise de la politique commerciale. Licence Jointventure Franchise Pigg Back Groupement d exportateurs 10

11 Exportation contrôlée Avantages Inconvénients Investissements financiers limités. Augmentation de la marge et de la rentabilité puisque il n y a pas à financer des intermédiaires. Diminution envisageable des prix. Contact direct avec les clients : meilleure connaissance de leurs besoins et attentes. Politique commerciale parfaitement adaptée aux attentes du marché étranger. Maîtrise parfaite de la politique commerciale sur le marché visé. Parfaite connaissance des informations nécessaires pour adapter la politique commerciale. Maîtrise de sa politique commerciale. Contrôle et connaissance du marché étranger et de la clientèle conservés (elle traite directement avec les clients). Coûts d approche du marché étranger limités : l agent perçoit une commission dès qu un chiffre d affaires est dégagé (commission sur CA). Maîtrise totale de la politique commerciale. Perception de l intégralité des bénéfices. Très bonne connaissance du marché. Prise directe avec le marché. Coûts de création limités (par rapport à ceux de la filiale). Solution qui permet dans certains cas de contourner certaines barrières à l entrée. Très bonne connaissance du marché étranger. Contrôle de la politique commerciale. Crédibilité produits renforcée sur le marché étranger, la filiale étant de nationalité locale sur le marché étranger, elle jouit d une meilleure notoriété. Simplification des opérations logistiques, de stockage, commerciales, financières et administratives. La filiale permet dans certains cas de contourner les barrières administratives à l entrée. Prospection plus longue et plus difficile à mettre en place. Nécessité d une grande disponibilité du personnel. Nécessité de pouvoir disposer d un personnel qualifié. L ensemble des risques commerciaux et financiers sont à la charge de l entreprise exportatrice. Risques commerciaux et financiers à la charge de l exportateur. Recrutement d un représentant salarié local délicat et risqué. Solution coûteuse qui nécessite un investissement temps important pour suivre et guider régulièrement les actions du représentant salarié à l étranger. Solution peu efficiente lorsque les produits vendus nécessitent un service après vente important.. Ensemble des risques commerciaux et financiers à la charge de l exportateur. Sélection et recrutement d un agent sont des décisions importantes et délicates. Le risque d appropriation par l agent de la clientèle. Nécessité de motiver l agent soit suffisamment pour pouvoir développer des courants d affaires réguliers sur le long terme. Formalités administratives dans le pays d accueil lourdes. Ensemble des risques commerciaux et financiers à la charge de l exportateur Investissements financiers élevés. Investissement de départ et coûts élevés. Formalités de création importantes et complexes, elles relèvent de l administration locale. Contrôle financier d une filiale parfois difficile et risqué. Risque de nationalisation de la filiale dans certains pays. Dans certains pays l implantation d une filiale à capitaux majoritaires étrangers impossible. Filiale Bureau de représentation succursale Agent commissionné Représentant salarié Vente directe 11

12 Exportation sous-traitée Avantages Inconvénients Réseau propre de distribution local (succursales, filiales ). Infrastructures logistiques propres. Connaissance parfaite du marché local. Assume tous les risques commerciaux des opérations sur le marché étranger : non-paiement, délais de paiement Perte de la maîtrise de sa politique commerciale en la sous-traitant à la SCI. Marges relativement faibles (d autant plus faibles que le pouvoir de négociation de la SCI est fort). Exigences de la SCI (délais de paiement, quantités commandées, délais de livraison ) fortes. Commercialisation de produits concurrents possible. Connaissance parfaite du marché étranger. Accès au marché étranger rapide dès que l exportateur s abonne. Investissement et risques financiers pour l exportateur limités. Perte partielle de la maîtrise de la politique commerciale. Risque commercial entièrement à la charge de l exportateur. Risque de négligence quand la SGE gère de nombreux exportateurs. Pas de mise en œuvre de la politique commerciale puisque les ventes se réalisent sur le territoire national. Aucune prise en charge des opérations logistiques. Risques financiers faibles. Obligation de proposer des prix attractifs. Obligation d adapter techniquement et commercialement ses produits. Ventes souvent ponctuelles. Perte de la maîtrise de la politique commerciale. Aucune connaissance des besoins et attentes des consommateurs et du marché. Simplification des opérations logistiques et administratives. Risque de non-paiement transféré sur l importateur distributeur. Perte totale de la maîtrise de la politique commerciale. Dépendance vis-à-vis de l importateur distributeur. Marge réduite. Simplification des opérations logistiques et administratives. Dépendance vis-à-vis du concessionnaire. Risque de non-paiement transféré sur le concessionnaire. Conservation de la maîtrise de la politique commerciale. Concessionnaire Importateur Bureau d achat Société de gestion export Société de commerce international 12

13 Construire un argumentaire de vente Construire un argumentaire de vente consiste à réfléchir à une liste d arguments qui vont pouvoir être utilisés lors de l entretien (étape de la vente : argumenter) et qui seront adaptés aux motivations du client. 1. Un argument = CAP Présenter un argument suppose de respecter la méthode CAP : Caractéristique : on distingue les caractéristiques commerciales du produit (service après-vente, délai de livraison, la marque) des caractéristiques techniques du produit (composition, performance) Avantage : quel est le bénéfice que le produit va procurer au client (économie, sécurité ) on démontre ce que l on est en train de dire, soit par la documentation qui authentifie ce que l on dit, soit des tests qui ont été effectués (par exemple des tests en laboratoire). Exemples Renault Laguna Renault Laguna Caractéristique commerciale Ce modèle est disponible immédiatement dans toutes les couleurs Caractéristique technique Elle est pourvue du système ABS Avantage Vous pouvez repartir de la concession La sécurité pour vous et vos passagers automobile avec le modèle de votre choix Preuve Tous les modèles sont sur le parking Des tests ont été effectués en laboratoire et confirment la fiabilité du système Sécurité Orgueil Nouveauté Confort Argent Sympathie Afin d être le plus efficace envers son client, il est nécessaire de construire chaque argument selon les motivations identifiées dans la méthode Soncas. On construit alors un tableau selon le modèle suivant. Caractéristique Avantage Preuve 2. Respecter la construction d un argumentaire Construire un argument est important mais il est nécessaire de suivre des règles précises pour présenter son argumentaire de vente au client. Adaptés aux besoins du client Développez l avantage puis la preuve Observer les réactions du client, le questionner 13

14 3. Quelques conseils pour argumenter efficacement Se limiter à 3 ou 4 arguments : au-delà, le client va se perdre dans votre argumentation. Repérer celui qui porte : le vendeur vérifie l argument qui convient au client (par exemple, celui-ci acquiesce de la tête ou sourit). Visualiser les propos : le vendeur peut se servir de la documentation ou bien faire un croquis pour démontrer ce qu il est en train d expliquer. Être enthousiaste : le vendeur doit être convaincu de la bonne qualité de son produit. Parler au présent jamais au conditionnel : en effet, il faut mettre le client dans la perspective de l achat alors que le conditionnel sous-entend que c est une possibilité. Rester positif: même si le client n est pas convaincu par l argumentation du vendeur, celui-ci doit rester positif et ne pas se dévaloriser, ni agresser son client. 14

15 Une facture proforma Raison sociale de l exportateur (vendeur) : Date d expédition : N de connaissement : Incoterm 2000 : Port de chargement : Port de destination : FACTURE PROFORMA n Date : Raison sociale de l importateur (acheteur) : Bon de commande n : N Réf. Description des biens Quantité Poids Prix unitaire Montant total référence Description générique des biens fournis HT des articles (en chiffres et en lettres) Colisage : (ex. : chargement en conteneurs, assurance Transport) Paiement : (exemple : Acompte de % à la commande soit ( ), solde de % soit par crédit documentaire irrévocable, payable à 30 jours de la date d expédition, ouvert par votre banque à notre bénéfice, auprès de notre banque : CREDIT AGRICOLE, Telex N, adresse SWIFT AGRIFRPP). Date limite d expédition : (exemple : jours après réception de la notification d ouverture de votre crédit documentaire irrévocable). Expéditions partielles : (exemple : Autorisées) (exemple : Interdites) Moyen de transport : (exemple : par route de (France) à tout port européen, par mer de port européen à (port de destination) Documents requis : (exemple : Factures commerciales signées et tamponnées en 4 exemplaires, liste de colisage, jeu complet de connaissement maritime «clean on bord» à l ordre de (nom de l acheteur ou de sa banque), endossé en blanc, marqué fret prépayé. Certificat d assurance couvrant la valeur CIF des matériels + 10 %) Conditions spéciales : Votre commande ne sera définitivement confirmée qu après notification de l ouverture effective de votre crédit documentaire irrévocable, conforme aux termes et conditions de la présente facture pro forma, ou à réception des modifications que nous aurions demandées, dans le cas où les conditions d émission du crédit documentaire ne seraient pas intégralement conformes aux termes et conditions de la présente facture pro forma. 15

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Les statuts des vendeurs. Les statuts des vendeurs Salarié de droit commun. Les statuts des vendeurs Salarié de droit commun

Les statuts des vendeurs. Les statuts des vendeurs Salarié de droit commun. Les statuts des vendeurs Salarié de droit commun Salarié de droit commun Agent commercial Concessionnaire Commissionnaire courtier Salarié de droit commun Le salarié est lié par un contrat de travail. Les conflits relèvent du Conseil de Prud hommes.

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES

MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES Sommaire Introduction au marketing international Types de marketing international La stratégie d internationalisation La politique internationale du produit

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

> AUDIT EXPORT FONCTION MANAGEMENT

> AUDIT EXPORT FONCTION MANAGEMENT > AUDIT EXPORT FONCTION MANAGEMENT MOYENS > Service (ou responsable) export spécialisé Observations L entreprise dispose-t-elle d un service export spécialisé ou d un ou plusieurs collaborateurs dont la

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Résultats d Etude. L étude de marché. Résultats d Etude N 1889 : Conciergerie privée. Testez la fiabilité de votre projet.

Résultats d Etude. L étude de marché. Résultats d Etude N 1889 : Conciergerie privée. Testez la fiabilité de votre projet. Résultats d Etude L étude de marché Testez la fiabilité de votre projet 1 Sommaire : Introduction... 4 Synthèse... 6 PAGE 1 :... 7 Question 1/13... 7 Vous vivez :... 7 PAGE 2 :...10 Question 2/13...10

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING

INTRODUCTION AU MARKETING INTRODUCTION AU MARKETING L avènement du marketing Le marketing est une fonction dont l aboutissement est le résultat d un long processus de développement de l entreprise. Phases principales identifient

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 1

Table des matières. Introduction... 1 Table des matières Introduction... 1 Sommaire... 4 Introduction... 5 1.1 Intermédiaires impliqués dans la transaction internationale... 5 1.1.1 Fournisseurs en matières... 5 1.1.2 Courtiers en douane...

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

LA BOITE A OUTILS DE L EXPORT OU COMMENT ABORDER L EXPORT CONDITIONS

LA BOITE A OUTILS DE L EXPORT OU COMMENT ABORDER L EXPORT CONDITIONS LA BOITE A OUTILS DE L EXPORT OU COMMENT ABORDER L EXPORT DANS LES MEILLEURES CONDITIONS POURQUOI EXPORTER? Trouver de nouveaux débouchés après avoir maîtrisé le marché national Accélérer la croissance

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT Les éléments ci-après sont d ordre général. Ils doivent être adaptés en fonction des produits et de leurs contraintes propres. JAY C.I. PARTENAIRE - 06.09.02.03.44

Plus en détail

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude -

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 -.I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - 1.1 - La recherche ou phase exploratoire : Définir précisément

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3. 2. Des raisons stratégiques poussant à l internationalisation...4

Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3. 2. Des raisons stratégiques poussant à l internationalisation...4 Table des matières Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3 1. Des raisons environnementales poussant à l internationalisation des activités...3 2. Des raisons stratégiques poussant

Plus en détail

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente)

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente) COURS N 4 : LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION COURS DE MARKETING / Cours n 4 : La politique de distribution --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 --> Introduction --> Les fonctions de la distribution --> Canal

Plus en détail

APPROCHE AU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À L INTERNATIONAL

APPROCHE AU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À L INTERNATIONAL international business experts APPROCHE AU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À L INTERNATIONAL OUTILS ET CLÉS DE SUCCÈS Par Jalal Benbrahim, MD - Wink Consulting OBJECTIF DU SÉMINAIRE Partager les éléments à prendre

Plus en détail

LE CREDIT DOCUMENTAIRE

LE CREDIT DOCUMENTAIRE LE CREDIT DOCUMENTAIRE Le crédit documentaire est l engagement d une banque de payer un montant déterminé au fournisseur d une marchandise ou d une prestation, contre remise, dans un délai fixé, de documents

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits

Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits Les différentes stratégies pour vendre en ligne Les plateformes e-commerce Le site marchand Le blog boutique Les spécificités du ecommerce sur

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TECHNICO-COMMERCIAL RÉFÉRENTIEL 2006-1 - SOMMAIRE Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur technico-commercial ANNEXE

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

Comment réaliser votre étude de marché. Pascale GARNIER - MCP MARKETING Estelle DELABRE - SILOUET

Comment réaliser votre étude de marché. Pascale GARNIER - MCP MARKETING Estelle DELABRE - SILOUET Comment réaliser votre étude de marché Pascale GARNIER - MCP MARKETING Estelle DELABRE - SILOUET Sommaire Objectifs de la conférence Préambule Méthode pour organiser votre réflexion Quelques conseils Partie

Plus en détail

LEGENDE. Douane / Frontière. Usines Transport terrestre. Transport maritime. Container / Stationnement. Aéroport

LEGENDE. Douane / Frontière. Usines Transport terrestre. Transport maritime. Container / Stationnement. Aéroport LES INCOTERMS 2000 Chargement / Déchargement Transport aérien LEGENDE Douane / Frontière Usines Transport terrestre Container / Stationnement Transport maritime Aéroport Frais de transport Frais de transport

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

www.tscofppt.com Royaume du Maroc Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Manuel de Travaux Pratiques

www.tscofppt.com Royaume du Maroc Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Manuel de Travaux Pratiques Royaume du Maroc Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Manuel de Travaux Pratiques Secteur : Administration, Gestion & Commerce Filière : TSC Module : Paiement et financement

Plus en détail

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE 15 COMPETENCES PROFESSIONNELLES C.1. Participer à l approvisionnement du point de vente C.2. Intervenir dans la gestion et la présentation marchande des produits C.3. Communiquer

Plus en détail

Les outils de communication essentiels pour démarrer. Animé par : Virginie ROCHAT, Gérante - EBULLISTIK Aurélien PASQUIER, Dirigeant - SCENARII

Les outils de communication essentiels pour démarrer. Animé par : Virginie ROCHAT, Gérante - EBULLISTIK Aurélien PASQUIER, Dirigeant - SCENARII Les outils de communication essentiels pour démarrer Animé par : Virginie ROCHAT, Gérante - EBULLISTIK Aurélien PASQUIER, Dirigeant - SCENARII «On ne peut pas ne pas communiquer» Mais Paul WATZLAWICK (Ecole

Plus en détail

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1 Présentation des résultats annuels 2007 4 avril 2008 Page 1 Sommaire I. Un intervenant sur le marché du marketing de fidélisation II. III. IV. Un exercice 2007 de qualité Une nette amélioration de la profitabilité

Plus en détail

Conquérir et fidéliser ses clients pour booster son chiffre d affaire. Animé par : Oliver THONNEL

Conquérir et fidéliser ses clients pour booster son chiffre d affaire. Animé par : Oliver THONNEL Conquérir et fidéliser ses clients pour booster son chiffre d affaire Animé par : Oliver THONNEL SE POSITIONNER SUR SON MARCHÉ Le CLIENT - la CIBLE Comprendre Des BESOINS Des ATTENTES Répondent-ils au

Plus en détail

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER GACO S TP : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER Cas n : SELECTION DES MARCHES CIBLES : AQUALUX / Pour appréhender ces marchés, les critères généraux et spécifiques

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

Du clic à la possession : Observatoire des attentes des e-consommateurs

Du clic à la possession : Observatoire des attentes des e-consommateurs Du clic à la possession : Observatoire des attentes des e-consommateurs Etude Ifop / Get it lab - Mars 2014 Delphine Mallet Directrice Générale Fabien Esnoult Co-Fondateur info@getitlab.com Mike Hadjadj

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

Comment développer vos missions paie?

Comment développer vos missions paie? Comment développer vos missions paie? La performance des cabinets ne repose pas seulement sur une course à la productivité mais sur une stratégie de croissance fondée sur : Le savoir La qualité du service

Plus en détail

Négociation immobilière et Comptabilité des agences

Négociation immobilière et Comptabilité des agences 1. L étude de marché 1.1. L enquête par sondage La connaissance des besoins et du marché L enquête par sondage est une étude quantitative, elle permet de mesurer des opinions ou des comportements. C est

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Le Crédit documentaire

Le Crédit documentaire FinancEmEnt En devises Et trade FinancE Le Crédit documentaire que vous exportiez ou importiez des marchandises et/ou des services, vous avez besoin de garanties : garantie du paiement de vos ventes si

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE. Gestion et relation clientèle U41

BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE. Gestion et relation clientèle U41 BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE Gestion et relation clientèle U41 SESSION 2012 Durée : 3h30 Coefficient : 4 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

Le parcours d achat des Français

Le parcours d achat des Français Le parcours d achat des Français Juin 2014 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

L arbre de décision d achat des Français

L arbre de décision d achat des Français L arbre de décision d achat des Français Avril 2014 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1000 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

Chapitre trois : Etude Empirique CHAPITRE TROIS ETUDE EMPIRIQUE Section I : Méthodologie de l étude 100 Section II : Analyse des résultats de recherche.. 106 99 Chapitre trois : Etude Empirique 100 Après

Plus en détail

II. SAVOIRS ASSOCIÉS

II. SAVOIRS ASSOCIÉS II. SAVOIRS ASSOCIÉS S1. PROSPECTION ET SUIVI DE CLIENTÈLE S2. COMMUNICATION - NÉGOCIATION S3. TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION APPLIQUÉES À LA VENTE S4. MERCATIQUE S5. ÉCONOMIE et

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique Dossier 2 : Approches et modèles d analyse stratégique Ce dossier présente, en particulier sur un plan méthodologique, des approches

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III)

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) Objectifs de l action de formation Acquérir les compétences professionnelles suivantes: Management de l'unité commerciale : Management de l'équipe commerciale

Plus en détail

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale Le plan d action marketing et : De la réflexion marketing à l action e Un document qui oblige à réfléchir et à prendre du recul sur l activité, en mêlant l analyse marketing à l action e 1 L analyse marketing

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication De nos jours, la force de vente et la communication apparaissent comme des fers de lance de toute entreprise. En effet leur prise en compte engendre des chiffres d affaires notoires. La force de vente

Plus en détail

Voulez-vous mieux connaître vos clients et savoir ce qu ils pensent de vous?

Voulez-vous mieux connaître vos clients et savoir ce qu ils pensent de vous? Voulez-vous mieux connaître vos clients et savoir ce qu ils pensent de vous? La véritable solution qui valorise vos données clients et fait évoluer votre image Etudes Recettes pour mesurer votre image,

Plus en détail

Intervenant : Hubert MARTINI

Intervenant : Hubert MARTINI Vendre c est bien, être payé c est mieux Intervenant : Hubert MARTINI Consultant en commerce international Formatex - Paris Expert Financement et Risques à l international CNUCED - Genève Pointe à Pitre

Plus en détail

B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales. Proposition de Corrigé "JAMPI" Dossier 1 L entreprise et son marché

B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales. Proposition de Corrigé JAMPI Dossier 1 L entreprise et son marché B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales Proposition de Corrigé "JAMPI" Dossier 1 L entreprise et son marché Première partie : Analyse du marché à partir des annexes 1

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

DU Paris II Modèle de l économie numérique. Commerce électronique et conflits de canaux de distribution

DU Paris II Modèle de l économie numérique. Commerce électronique et conflits de canaux de distribution DU Paris II Modèle de l économie numérique Commerce électronique et conflits de canaux de distribution Introduction La notion de canaux de distribution : => réseaux de distribution propre : automobiles,

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

MOOBLES Groupe CIOA - Le Nobel Avenue de l Université 83 160 La Valette-du-Var France Tel : 04 94 14 12 40 Fax : 04 94 14 12 41

MOOBLES Groupe CIOA - Le Nobel Avenue de l Université 83 160 La Valette-du-Var France Tel : 04 94 14 12 40 Fax : 04 94 14 12 41 Notre objectif : Diminuer vos prix d achats Accédez au commerce international et devenez plus compétitifs Comment? L'analyse du marché du meuble en 2008 montre que les grandes enseignes se partagent le

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1. - 2 - Les résultats de l'étude... 4

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1. - 2 - Les résultats de l'étude... 4 FM N 111528 Contact Ifop : Frédéric Micheau Département Opinion et Stratégies d'entreprise frederic.micheau@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

21/09/2012. La vente par Internet. Pourquoi vendre par Internet?

21/09/2012. La vente par Internet. Pourquoi vendre par Internet? VENDRE GRÂCE A INTERNET - POURQUOI ET COMMENT? ALES 20 septembre 2012 La vente par Internet Pourquoi vendre par Internet? - c est un nouveau canal de commercialisation. - pour mettre son catalogue produits

Plus en détail

Le déroulement de l animation

Le déroulement de l animation 10020_GererAnimer_p076p087 Page 83 Vendredi, 12. août 2005 9:00 09 Le déroulement de l animation DOSSIER 15 Correspondance référentiel Dossier Page livre élève Compétences professionnelles Savoirs associés

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE MARKETING ALSINET AUDREY BURRET JEAN FRANCOIS MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE INTRODUCTION I - COMMENT MESURER LA SATISFACTION A - CRITERE DE SATISFACTION. Diversité et qualité

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Le Crédit Documentaire. Service du Commerce Extérieur Mai 2009 Vahinetua TAU

Le Crédit Documentaire. Service du Commerce Extérieur Mai 2009 Vahinetua TAU Le Crédit Documentaire Service du Commerce Extérieur Mai 2009 Vahinetua TAU Sommaire I/ Définition II/ Procédure III/ Schéma IV/ Particularités V/ Conseils Sources: Livre «Exporter», de FOUCHER Lien:www.eur-export.com/francais/apptheo/finance/risnp/credoc.htm

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 6 I. CHAMP D ACTIVITÉ I.1. DÉFINITION Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) Le titulaire du baccalauréat

Plus en détail

FAQs Sur le Trade Finance

FAQs Sur le Trade Finance FAQs Sur le Trade Finance ecobank.com FAQS SUR LE TRADE FINANCE Q. Quels sont les produits bancaires du commerce international? A. Le chèque, le transfert, la lettre de change, le billet à ordre, la remise

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?»

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» «COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» Sommaire 1. Introduction : les clients, les Médias et la Publicité 2. Construire une Stratégie de Communication

Plus en détail

Terminale STMG Lycée Jean Vilar 2014/2015. Terminale STMG. O. Lader

Terminale STMG Lycée Jean Vilar 2014/2015. Terminale STMG. O. Lader Terminale STMG O. Lader Table des matières Interrogation 1 : Indice et taux d évolution........................... 2 Devoir maison 1 : Taux d évolution................................ 4 Devoir maison 1

Plus en détail

Le contrat de distribution international

Le contrat de distribution international Le contrat de distribution international En premier lieu Prendre des informations sur le partenaire Avoir des conditions générales de vente export Avoir une assurance responsabilité civile sur le territoire

Plus en détail

Pricing : la technique ne suffit pas

Pricing : la technique ne suffit pas Pricing : la technique ne suffit pas Par Frédéric Milgrom Vice President, Estin & Co Optimiser les prix recèle un potentiel d amélioration des résultats significatif et plus aisé à atteindre que des réductions

Plus en détail

- Deuxième vague - 7 juin 2011

- Deuxième vague - 7 juin 2011 Le Baromètre e-commerce des petites entreprises - Deuxième vague - 7 juin 2011 Méthodologie Cible : L échantillon du «Baromètre e-commerce des petites entreprises» a été constitué selon la méthode des

Plus en détail

DEPOPASS, enfin une solution de paiement moderne et sécurisée pour payer ou vendre un véhicule d occasion!

DEPOPASS, enfin une solution de paiement moderne et sécurisée pour payer ou vendre un véhicule d occasion! COMMUNIQUE DE PRESSE Mardi 1 er Septembre 2015 DEPOPASS, enfin une solution de paiement moderne et sécurisée pour payer ou vendre un véhicule d occasion! DEPOPASS est une alternative au chèque de banque.

Plus en détail